introduction Généralités Gouvernement Répartition sectorielle du PIB (% du PIB) Profil pays BRÉSIL Capitale / Autres grandes villes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "introduction Généralités Gouvernement Répartition sectorielle du PIB (% du PIB) Profil pays BRÉSIL Capitale / Autres grandes villes :"

Transcription

1 Brésil sommaire INTRODUCTION 2 CADRE JURIDIQUE ET RÉGLEMENTAIRE 4 FISCALITÉ 7 SECTEUR BANCAIRE 13 INSTRUMENTS DE PAIEMENT 15 SYSTÈMES DE PAIEMENT 18 GESTION DE LA TRÉSORERIE 21 SERVICES BANCAIRES ÉLECTRONIQUES 24 FINANCEMENT DES ÉCHANGES COMMERCIAUX 25 CONTACTS UTILES 27 Veuillez noter que les règles, réglementations et pratiques commerciales ne sont pas nécessairement documentées et sont sujettes à interprétation. En outre, elles peuvent évoluer rapidement pour des raisons économiques, politiques et sociales. De ce fait, l application et l interprétation de fait des réglementations et pratiques commerciales peuvent diverger du cadre réglementaire formel décrit dans le présent rapport de pays. Si vous envisagez toute activité commerciale dans le pays, nous vous recommandons de demander un avis indépendant sur les derniers développements réglementaires et commerciaux ainsi que d obtenir des conseils juridiques et fiscaux.

2 introduction Généralités Capitale / Autres grandes villes : Brasília/São Paulo, Rio de Janeiro, Salvador, Belo Horizonte, Fortaleza, Porto Alegre, Curitiba, Manaus, Recife Région : km 2 Population : habitants Langue : Portugais Devise : Réal brésilien (BRL) Indicatif téléphonique du pays : 55 Week-end : Samedi et dimanche Jours fériés : 2e semestre 2013 : 7 septembre, 12 octobre, 2 et 15 novembre, 25 et 31 décembre 2014 : 1 er janvier, 3 et 4 mars, 18 et 21 avril, 1 er mai, 19 juin, 7 septembre, 12 octobre, 2 et 15 novembre, 25 et 31 décembre 2015 : 1 er janvier, 16 et 17 février, 3 et 21 avril, 1 er mai, 4 juin, 7 septembre, 12 octobre, 2 et 15 novembre, 25 et 31 décembre Horaires d ouverture des banques/entreprises : Bourse : Principaux indices boursiers : Gouvernement Répartition sectorielle du PIB (% du PIB) 8h30 17h30 (du lundi au vendredi) 10h00 16h00 (du lundi au vendredi) Bolsa de Valores do São Paulo (BOVESPA) IBOVESPA, IBrX, IBrX50, IVBX-2, IGC, IEE, ITEL, ITAG Corps législatif République fédérale avec un Congrès national bicaméral (Congresso Nacional) composé du Sénat fédéral (Senado Federal) et de la Chambre des Députés (Camara dos Deputados). Sénat fédéral : 81 membres. Trois membres sont élus par le vote populaire de chaque État ou district fédéral pour un mandat de huit ans ; un tiers du Sénat fédéral est élu après une période de quatre ans et les deux tiers restants sont élus après une autre période de quatre ans. Chambre des Députés : 513 membres élus au scrutin proportionnel pour un mandat de quatre ans. Le président est élu directement tous les quatre ans. La prochaine élection présidentielle aura lieu en octobre Chef de l État et leader politique Dilma Rousseff, présidente (chef de l État et du gouvernement) depuis le 1 er janvier Agriculture 5,4 % Industrie 27,4 % Services 67,2 % (estimation de 2012) 2

3 Économie T2 T3 T4 ANNÉE T1 Taux de change* (BRL/USD)** 1,9471 1,8338 1,9994 1,7592 1,6728 1,9627 2,0282 2,0579 1,9540 1,9952 Taux d intérêt (TMM)** (%) 11,98 12,36 10,06 9,80 11,66 8,75 7,72 7,07 N/A 6,96 Chômage (%) 9,3 7,9 8,1 6,7 6,0 5,9 5,4 4,9 N/A 5,6 Inflation des prix à la consommation*** (%) + 3,6 + 5,7 + 4,9 + 5,0 + 6,6 + 5,0 + 5,2 + 5,6 + 5,4 + 6,4 Croissance du PIB en volume*** (%) + 6,1 + 5,2 0,3 + 7,5 + 2,7 N/A N/A N/A N/A N/A PIB (milliards BRL) PIB (milliards USD) PIB par habitant (USD) Balance des paiements (Biens/Services/Revenu) en % du PIB 0,2 2,0 1,7 2,3 2,2 2,5 * Taux principal. ** Moyenne de la période. *** En glissement annuel. Source : FMI, Statistiques financières internationales, juin Notation de crédit du pays Fitch Ratings note le défaut émetteur du Brésil à : Échéance Note en devise locale Note en devises étrangères Court terme F2 Long terme BBB BBB Perspectives à long terme Stable 3

4 CaDRe JuRiDiQue et RÉGleMentaiRe Banque centrale Créée en 1964, Banco Central do Brasil (BCB) est une institution autonome qui fonctionne conformément à la Loi complémentaire de 1988 du système financier national. Supervision bancaire La BCB supervise le secteur bancaire au Brésil. Statut de résident/non-résident Une entreprise est considérée comme étant résidente au Brésil si elle y est immatriculée. Comptes bancaires Les résidents peuvent détenir des comptes en devises étrangères et en monnaie nationale (BRL) à la fois sur le territoire et à l étranger. Les résidents détenant des comptes en devises étrangères sur le territoire sont tenus d être des : agents de change agréés, membres de l administration de la poste brésilienne, sociétés de cartes de crédit, entreprises impliquées dans des projets liés au secteur de l énergie, agences de tourisme, compagnies d assurance, sociétés de réassurance ou courtiers en réassurance. Les comptes de résidents en monnaie nationale ne sont pas librement convertibles en devises étrangères. Les comptes bancaires de non-résidents sont autorisés à la fois en devises et en monnaie nationale (BRL). Les non-résidents détenant des comptes en devises sont tenus d être des : citoyens étrangers qui voyagent dans le pays ; citoyens brésiliens vivant à l étranger, organisations internationales ; membres d ambassades ou de délégations étrangères, sociétés de transport étrangères ou entreprises de réassurance. L utilisation de comptes de non-résidents pour effectuer des transferts internationaux en BRL pour le compte de tiers est interdite. Les comptes de non-résidents en monnaie nationale sont convertibles en devises étrangères. Les comptes courants ne peuvent bénéficier d'intérêts. Des autorisations de découvert sont disponibles pour les résidents et les non-résidents. Notification Les transactions de résidents/non-résidents impliquant des opérations de change ne peuvent être menées que par l intermédiaire d institutions financières qui sont autorisées à traiter en devises étrangères. Ces dernières sont tenues d enregistrer toutes les transactions de résidents/ non-résidents impliquant des devises étrangères dans le système électronique exclusif de la BCB. Aux statistiques produites par le système s ajoutent des informations fournies dans un esprit de collaboration par les entreprises et d autres organismes gouvernementaux (y compris des informations sur les transactions de résidents/non-résidents en monnaie nationale et les avoirs en devises à l étranger), et par les données des bilans provisoires des institutions financières, notamment les avoirs à l étranger. Les résidents sont tenus de rendre compte chaque année à la BCB de tous les éléments d actifs qu ils possèdent à l étranger. Le seuil d exemption est de USD. Les banques ont la responsabilité de présenter les données de transaction à la BCB pour le compte de leurs clients pour les transactions avec des non-résidents impliquant des opérations de change. Pour les transactions avec des non-résidents en monnaie nationale, il est recommandé aux entreprises de participer au programme de la BCB sur une base volontaire. 4

5 Contrôle des changes Le Brésil est un membre du marché commun régional, Mercado Común del Sur (Mercosur). Les autres pays membres du Mercosur sont l Argentine, le Paraguay, l Uruguay et le Venezuela. (La participation active du Paraguay au Mercosur a été suspendue en juin 2012, suite à la destitution de l ancien président Fernando Lugo.) Le Brésil est membre de l Association latino-américaine d intégration (ALADI). Des dispositions pour le paiement et la compensation à l échelle régionale sont prévues entre l Argentine, le Brésil, la Bolivie, le Chili, la Colombie, la République dominicaine, l Équateur, le Mexique, le Paraguay, le Pérou, l Uruguay et le Venezuela. Les paiements peuvent être effectués par des comptes uniques de la banque centrale dans le cadre du système multilatéral de compensation de l ALADI. Le real brésilien (BRL) est la monnaie officielle du Brésil. Le taux de change de facto est flottant. Le contrôle des changes sur les capitaux étrangers et les réserves internationales sont gérés par la BCB, mais le Conseil monétaire national (CMN) est responsable de la politique de change. Les opérations de change peuvent être négociées par des banques autorisées sur la base de contrats à terme, mais elles doivent être réglées dans un délai de 360 jours. Les paiements interbancaires et à l exportation doivent être réglés dans un délai de 1500 jours. Les individus qui importent/exportent plus de BRL ou l équivalent en devises étrangères et/ou en chèque sont tenus d en informer les autorités douanières. Certaines opérations de change sont soumises à la taxe sur les transactions financières (IOF). Le taux est généralement environ de 0,38 %, sachant que d autres taux peuvent s appliquer dans le cas de transactions spécifiques. Les modifications suivantes sur le plan fiscal ont été apportées à l IOF en 2011 : remises relatives aux obligations de sociétés de gestion de cartes de crédit pour régler les achats de clients : augmentation de 2,38 à 6,38 % opérations de change liées à la plupart des investissements étrangers sur les marchés financiers et marchés de capitaux locaux : 6 % opérations de change sur contrats à terme entraînant une augmentation de l exposition en dollars à court et à long terme : 1 % opérations de change liées aux investissements étrangers en instruments locaux à revenu fixe, de quatre ans ou plus : réduction de 6 à 0 %. opérations de change liées à l achat d actions et de produits dérivés à l échelle locale : réduction de 2 à 0 %. La taxe IOF suivante a été introduite en décembre 2012 : remboursement ou intérêt sur les entrées de capitaux résultant de prêts externes ayant une échéance de couverture minimum jusqu à 360 jours : 6 % Les entrées de capitaux liées aux emprunts extérieurs, d une durée minimum de couverture allant jusqu à 720 jours sont soumises à une taxe sur les opérations de change IOF de 6 %. Certaines opérations, telles que les entrées de capitaux des produits de l exportation, les opérations interbancaires entre des institutions autorisées à travailler sur le marché des changes, les opérations de change liées à des investissements par des fonds d investissement sur les marchés internationaux, les rendements de capitaux étrangers, les sorties de l intérêt sur les capitaux propres et le versement de dividendes sont assujettis à un taux d imposition IOF de 0 %. 5

6 Il n existe aucune exigence en ce qui concerne le rapatriement des recettes de l exportation ou les produits de transactions invisibles et de transferts courants. Les opérations en capital de non-résidents doivent être déclarées à la BCB. Les institutions autorisées par la BCB à exercer au Brésil et à investir des fonds de toute nature doivent respecter des règles spécifiques en investissant à l étranger. Des restrictions sont appliquées à l investissement direct étranger dans certaines activités économiques. Tous les investissements directs étrangers doivent être enregistrés auprès de la BCB. Lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Sur la base des données au mois de janvier Le Brésil a mis en œuvre une législation anti-blanchiment (Loi nº de 1998, dans sa version modifiée par la Loi nº de 2002, la Loi Nº de 2003 et la Loi nº de 2012, outre des règlements connexes.) Le Conseil de contrôle des activités financières (Conselho de Controle de Actividades Financieras, COAF) a également publié une série de résolutions. En tant que membre du Groupe d action financière (GAFI), le Brésil observe la plupart des normes du GAFI-49. Le Brésil est un membre du Groupe d action financière d Amérique du Sud (GAFISUD) et de l Organisation des États américains / Commission interaméricaine de lutte contre l abus des drogues (OEA/CICAD). Le Brésil a mis en place une cellule de renseignement financier (CRF), le Conselho de Controle de Actividades Financieras (COAF), membre du Groupe Egmont. Le COAF est une entité distincte opérant au sein du ministère des Finances. Les procédures d ouverture de compte exigent l identification formelle du titulaire du compte et celle des contrôleurs pour les comptes ouverts par des personnes morales. (Il n'est cependant pas nécessaire d'identifier les bénéficiaires effectifs de comptes privés.) L exigence d identification à des fins d assurance, à l heure actuelle, ne s étend pas aux paiements de tiers au-delà de BRL ou aux contrats d assurance de garantie, quels que soient les seuils fixés. Depuis 2005, les banques sont tenues de déclarer au COAF les données d identification sur les deux parties pour toutes les opérations de change et les transferts d argent, quel que soit le montant de la transaction. Les institutions financières au sens large sont tenues de signaler les transactions suspectes. Les institutions dans les secteurs de la banque, des valeurs mobilières, de l assurance et des pensions doivent faire les déclarations nécessaires auprès de leurs autorités respectives, qui rendent ensuite compte auprès du COAF, alors que toutes les autres entités assujetties doivent envoyer leur déclaration directement au COAF. Les institutions financières effectuant des transferts de plus de BRL doivent faire une déclaration à la banque centrale. Les banques doivent déclarer toutes les transactions en numéraire dépassant BRL à la banque centrale. Les individus entrant au, ou quittant le Brésil, avec plus de BRL en espèces, chèques ou chèques de voyage doivent remplir un rapport de douane qui est envoyé à la banque centrale. Tous ces documents doivent être conservés pendant au moins cinq ans après la fin de la dernière transaction ou la cessation de la relation. 6

7 FisCalitÉ Données Statut de résident/non-résident Une entreprise est considérée comme une entité résidant au Brésil si elle y est immatriculée. Dans certaines situations spécifiques, les entreprises non-résidentes peuvent être traitées en tant qu entreprises résidentes quand leurs succursales, agents ou bureaux de représentation à l échelle locale sont en activité au Brésil. Autorité fiscale Service du revenu brésilien. Année fiscale et déclaration L année fiscale correspond à l année calendaire. Toute entreprise au Brésil (y compris les sociétés, partenariats, filiales et agences d entreprises domiciliées à l étranger) doit produire une déclaration de revenus annuelle pour l année civile précédente, avant le dernier jour ouvrable du mois de juin. L impôt sur les sociétés (IRPJ et CSLL) est en général dû sur le bénéfice d exploitation annuel ajusté, avec des paiements mensuels anticipés. L excédent d impôt payé peut compenser les impôts futurs. Fiscalité des entreprises Les entreprises résidentes sont assujetties à l impôt sur le revenu perçu dans le monde entier. Les sociétés non résidentes sont imposées sur le revenu des activités menées au Brésil et sur les revenus originaires du Brésil. L impôt sur les sociétés (une combinaison de l impôt sur le revenu des sociétés et des cotisations sociales) s applique au revenu net provenant d une entreprise au Brésil. Le revenu net est défini comme étant les recettes brutes d exploitation, moins le coût des marchandises vendues ou des services rendus. Les entreprises brésiliennes peuvent opter pour une imposition sur le revenu réel ou le revenu présumé. La méthode Lucro Real (bénéfice réel) est basée sur le revenu annuel ou trimestriel imposable ; la méthode Lucro Presumido (bénéfice fictif) est basée sur le revenu estimé ou considéré comme étant imposable. En règle générale, l impôt sur le revenu des sociétés selon la méthode Lucro Real est évalué sur le bénéfice net (avant impôt sur le revenu et impôt couru sur les cotisations sociales), majoré des déductions pour réintégration (charges non déductibles, telles que des pénalités fiscales) et les exclusions (revenu non imposable, tel que les ajustements comptables liés aux investissements dans les filiales et les revenus de dividendes). Sous réserve de certaines restrictions, les entreprises peuvent choisir de calculer l impôt sur le revenu des sociétés sur une base trimestrielle pour les revenus de la fourniture de biens et de services, le résultat financier et les autres recettes que ces entreprises auraient pu réaliser, selon la méthode Lucro presumido (sur la base du revenu estimé ou considéré comme étant imposable). Dans ce cas, l impôt sur le revenu dépend d un taux de profit présumé défini par la loi et, dans certains cas, cette méthode peut entraîner une réduction de la charge fiscale. 7

8 Le taux d imposition du revenu des sociétés (IRPJ) est appliqué sur le revenu imposable à 15 %, plus une surtaxe de 10 % sur le revenu imposable dépassant BRL par an. En général, la contribution sociale sur le bénéfice liquide (CSLL) à un taux de 9 % est également imposée sur le revenu net, ce qui donne un taux global de 34 %. Certaines institutions financières et compagnies d assurances spécifiques sont évaluées pour la CSLL à 15 %. L IRPJ et la CSLL sont réglés chaque trimestre selon les méthodes Lucra Presumido et Lucro Real appliquées trimestriellement, au moyen de pré-paiements mensuels avec un ajustement final en fin d année, selon le système Lucro Real (annuel). Les pertes fiscales encourues durant un exercice (selon la méthode Lucro Real) peuvent être reportées indéfiniment, mais le montant de report est limité à 30 % du revenu imposable durant chaque année successive. Le rapport rétrospectif des pertes n est pas autorisé. Les bénéfices générés par les filiales ou succursales étrangères affiliées sont imposables pour les sociétés résidentes, qu ils soient distribués ou non. Si ces bénéfices sont assujettis à l impôt sur le revenu dans le pays d origine, cet impôt peut être déduit de l impôt brésilien sous certaines conditions. Marchés financiers et marchés de capitaux Les gains et les pertes sur les instruments financiers sont imposés comme un revenu ordinaire. Néanmoins, les investissements dans les marchés financiers et les marchés de capitaux brésiliens par des investisseurs non-résidents peuvent faire l objet d un traitement fiscal avantageux sous certaines conditions. Ce traitement fiscal avantageux prévoit à la fois des exonérations fiscales et des taux d imposition plus bas, sur le revenu et les plus-values réalisées sur les obligations, les actions cotées et certains types de fonds d investissement. Pour pouvoir bénéficier de ces taux d imposition avantageux, le non-résident doit respecter les dispositions de la Résolution CMN 2689/00 et ne peut investir au Brésil depuis un pays à faible imposition (un pays qui n impose pas les fiducies de revenu ou les impose à un taux inférieur à 20 %). Intérêt et coûts de financement Les règles générales de lutte contre l évasion fiscale s appliquent. Selon ces règles, tout montant payé, crédité, livré, utilisé ou remis directement à une entité ou une personne physique ou morale, ou un résidant dans un pays à faible imposition ou qui bénéficie d un régime fiscal préférentiel, ne peut être déduit que si le contribuable peut : identifier le bénéficiaire effectif du produit ; fournir la preuve que l entité ou la personne a la capacité opérationnelle de mener à bien la transaction pour laquelle le paiement est effectué ; et soumettre la documentation attestant du prix payé et prouvant la réception des biens, des droits ou l utilisation des services. Opérations de change En général, les entreprises n ont pas besoin d autorisation préalable pour les opérations de change, même si un enregistrement de la transaction doit être déposé (en ligne) auprès de la Banque centrale du Brésil. La banque centrale exige l enregistrement de tous les investissements étrangers (actions ou titres de créance) au Brésil. 8

9 Possibilité de décision anticipée en matière d impôt Bien qu il n y ait pas de système de décision anticipée, le Brésil autorise les consultations formelles sur l application des lois fiscales à la situation spécifique des contribuables. Les décisions qui en résultent ne sont contraignantes que pour le contribuable, avec la possibilité de faire appel dans le cas de décisions distinctes incompatibles, auquel cas un contribuable concerné peut demander une déclaration finale qui lie tous les contribuables ayant reçu des décisions sur les mêmes faits/loi. Impôt sur les gains en capital Les gains en capital sont, sur le plan de l impôt, traités comme un revenu ordinaire. Les plus-values réalisées par des entités non résidentes peuvent être assujetties à une retenue d impôt de 15 % (25 % si le bénéficiaire se trouve dans un pays à faible imposition). Les pertes en capital réalisées dans l année en cours peuvent être soustraites du revenu ordinaire, ainsi que des plus-values. Les pertes en capital peuvent aussi être reportées indéfiniment, mais elles ne peuvent être imputées que sur des plus-values. Droit de timbre Il n y a pas de droit de timbre. Retenue à la source (sous réserve des conventions fiscales) Paiements à : Intérêt Dividendes Redevances/frais Sociétés résidentes 0 22,5 % 0 % 0 1,5 % Sociétés non-résidentes dans un pays n ayant pas signé de convention fiscale avec le Brésil 0 % / 15 % / 25 % 0 % 15 % / 25 % Aucune retenue d impôt ne s'applique à la distributions de dividendes versés à partir des bénéfices réalisés à partir du 1e janvier Les intérêts versés à des non-résidents sont généralement soumis à une retenue d impôt de 15 %, sauf s ils sont réduits en vertu d une convention fiscale applicable. Le taux est de 25 % si le bénéficiaire réside dans un pays considéré comme étant à faible taux d imposition. Les paiements de redevances à des non-résidents font généralement l objet d une retenue d impôt à la source de 15 %, et de 10 % dans le cas de la CIDE (voir ci-dessous). Le taux est porté à 25 % si le bénéficiaire réside dans un pays considéré comme étant à faible taux d imposition. Accords relatifs aux conventions fiscales / échange de renseignements fiscaux (AERF) Le Brésil a conclu plus de 30 conventions fiscales. Le Brésil a conclu sept accords d échange de renseignements à des fins fiscales (AERF) avec d autres pays (OCDE, juillet 2013). Sous-capitalisation } } En vertu des règles de sous-capitalisation du Brésil, les intérêts versés à des parties liées qui ne sont pas situées dans un pays à faible imposition ou qui ne bénéficient pas d un régime fiscal privilégié peuvent être déduits selon la méthode de la comptabilité d exercice pour ce qui est de l impôt sur les sociétés (i) si les dépenses sont nécessaires pour les activités de la société et (ii) si les deux seuils suivants sont atteints : 9

10 le ratio global d endettement sur fonds propres de la partie liée ne dépasse pas 2:1, calculé d après la proportion de la dette de la partie liée par rapport à l investissement direct en capitaux propres fait par les parties liées ; et le ratio global d endettement sur fonds propres ne dépasse pas 2:1 sur la base de la proportion de la dette totale par rapport à l investissement total direct en capitaux propres fait par les parties liées. Les intérêts versés à une entité ou un individu qui se trouve dans un pays à faible imposition ou qui bénéficie d un régime fiscal privilégié (indépendamment du fait que les parties soient liées) est déductible si (i) il est nécessaire pour les activités de la société et (ii) deux des seuils suivants sont atteints : le montant de l endettement total de l entité brésilienne envers l entreprise résidant dans un pays à faible imposition ne dépasse pas 30 % de l actif net de l entité brésilienne ; et l endettement total de l entité brésilienne envers toutes les entités situées dans un pays à faible imposition ou bénéficiant d un régime fiscal préférentiel ne dépasse pas 30 % de l actif net de l entité brésilienne. Tout bénéfice d intérêt est considéré comme étant une dépense non déductible sur le plan de l IRPJ et de la CSLL. Prix de transfert Les règles de prix de transfert du Brésil s appliquent aux transactions entre parties liées ou réalisées avec des entités résidentes, dans des pays considérés par les autorités fiscales brésiliennes comme étant des pays à faible taux d imposition ou des régimes fiscaux privilégiés (voir ci-dessous). La notion de partie liée dans les règles de prix de transfert du Brésil peut également englober les parties aux termes de dispositions exclusives. Les règles de prix de transfert du Brésil s écartent des lignes directrices de prix de transfert de l OCDE et nécessitent d appliquer des marges de profit réglementaires, plutôt que le principe de pleine concurrence. Les méthodes fondées sur les bénéfices ne sont pas autorisées au Brésil. Les réglementations prévoient des méthodes spécifiques pour les opérations d importation et d exportation. Les calculs doivent être effectués pour chaque produit. Les règles de prix de transfert prévoient également que les intérêts provenant d un prêt transfrontalier soient soumis à certaines limites, que l accord de prêt ait été, ou non, enregistré auprès de la banque centrale brésilienne. Les limites varient selon le type de devise adopté, le type d intérêt (fixe ou variable), etc., et prennent en compte les taux de marché ainsi qu un écart déterminé par le Ministre des finances. Évasion fiscale / pays à faible imposition / régime fiscal privilégié Le gouvernement brésilien a publié des directives le 7 juin 2010 (Instruction normative nº 1037/2010) qui élargit la liste des pays considérés comme étant à faible fiscalité et qui introduit une nouvelle liste de régimes désignés comme étant des systèmes d imposition avantageux. Si les régimes fiscaux privilégiés ne sont pas considérés comme étant des pays à faible fiscalité, des règles plus strictes de sous-capitalisation et de prix de transfert peuvent s appliquer aux paiements dont bénéficient les résidents de ces régimes. 10

11 Taxe foncière La taxe foncière est perçue par la municipalité où se trouve la propriété et elle est calculée sur le prix de vente présumé du bien. Le taux d imposition varie selon les municipalités, mais peut être estimé de l ordre de 0,3 à 1,5 % (dans le cas de la ville de São Paulo). L impôt foncier rural est un impôt fédéral prélevé annuellement sur la propriété d un bien rural à des taux allant de 0,03 à 20 %, selon la région et l utilisation de la propriété. Les droits de cession immobilière s appliquent également (voir ci-dessous). Taxe relative au transfert de biens La taxe relative au transfert de biens est due au moment du transfert de titres de propriété (terrains, bâtiments). Le taux d imposition est progressif, de 2 à 6 %, calculé grosso modo sur le prix de vente. L acheteur est responsable du paiement de l impôt. Gestion centralisée de la trésorerie Il n y a pas de règles fiscales spécifiques relatives à la centralisation de trésorerie. Taxes de vente / TVA / droit d accises Deux taxes sur la valeur ajoutée différentes sont imposées au Brésil, sur l importation et la fourniture de biens et de certains services. L IPI (taxe sur les produits industriels) est une TVA fédérale, habituellement imposée à l importation, à l étape de fabrication de la chaîne économique. Le taux normal de l IPI varie généralement de 5 à 25 %. Le taux peut atteindre 360 % dans des cas particuliers tels que celui des cigarettes. La taxe ICMS, TVA brésilienne, est imposée par l État sur l importation et la fourniture de biens et de services de communication, ainsi que sur certains services de transport. Les taux de l ICMS varient de 7 à 25 %. Les municipalités brésiliennes imposent aussi une taxe de service (ISS) sur la fourniture de services non assujettis à l ICMS. Le taux normal de l ISS est de 5 %, mais il peut varier de 2 à 5 %. L importation de biens et de services est assujettie à des taxes PIS/ COFINS (voir ci-dessous) à un taux combiné de 9,25 %. Impôt sur les transactions financières / services bancaires L IOF (taxe sur les transactions financières) est prélevée sur les transactions financières telles que les prêts, opérations de change (FX), assurances, valeurs mobilières et opérations sur l or. Dans la mesure où l IOF est considérée comme un instrument de politique économique, ses taux peuvent être modifiés par les autorités brésiliennes à très court préavis. Les taux financiers de l IOF standard varient de 0 à 25 % selon le type de transaction. Les transactions sur la déclaration de revenus variable entreprises à la bourse et les placements dans des actions cotées dans le bénéfice de la bourse peuvent bénéficier sous certaines conditions d un taux d IOF de 0 % sur le taux de change. 11

12 Redevance et imposition des services de technologie La CIDE (Contribution à l intervention dans le domaine économique) est une taxe fédérale prélevée à un taux de 10 % sur le paiement ou le crédit de certaines redevances (à l exception des logiciels) et le paiement de services techniques fournis à des non-résidents. La charge fiscale de la CIDE pèse sur les contribuables brésiliens. La CIDE n est pas une retenue à la source et elle ne peut généralement pas prétendre à un crédit d impôt étranger. Les redevances sont également assujetties à une retenue d impôt sur le revenu. Voir le tableau de la section Retenue à la source (ci-dessus). Contributions fédérales de sécurité sociale sur le chiffre d affaires La COFINS est une cotisation au système fédéral de sécurité sociale qui est prélevée chaque mois à un taux de 7,6 % sur les revenus bruts. Des crédits sur intrants permettent éventuellement de compenser des dettes COFINS. La COFINS est déductible au titre de l impôt sur le revenu. Le PIS (Programme d intégration sociale du Brésil) est une cotisation sociale fédérale similaire. Elle est imposée chaque mois sur le revenu brut mensuel à un taux de 1,65 %. Des crédits sur intrants peuvent être disponibles pour compenser un passif PIS et sont déductibles au titre de l impôt sur le revenu. Des règles PIS et COFINS spéciales peuvent s appliquer à des secteurs spécifiques tels que les produits pharmaceutiques, l automobile, les télécommunications, ainsi que les services financiers et les services d assurance. Pour les services financiers et les services d assurance, par ex., le taux combiné des taxes PIS/COFINS est de 4,65 %, mais aucun crédit d intrant n est autorisé. Un autre ensemble de règles s applique aux taxes PIS et COFINS pour les entreprises, selon la méthode Lucro Presumido. Le taux d imposition combiné de ces taxes selon cette méthode est de 3,65 %. Contributions de la paie et de la sécurité sociale Les employeurs sont tenus de verser 8 % des salaires au compte de salaire différé de chaque employé, au Fonds de garantie des états de service, ainsi que 20 % du salaire d un employé au système public de retraite (Institut national de sécurité sociale ou INSS) de l employé, et un maximum de 8,8 % pour les autres cotisations de sécurité sociale. 12

13 secteur BanCaiRe Principales banques Banque Total des actifs (en millions USD)* au 31 décembre 2012 Banco do Brasil (appartenant à l État fédéral) Itaú Unibanco Banco Bradesco Caixa Econômica Federal (appartenant à l État fédéral) Banco Santander (Brésil) (Groupe Santander) Banque HSBC Brésil (Groupe HSBC) Banco Votorantim (Groupe Votorantim) Banco Safra Banco BTG Pactual Citibank (Citigroup) Banrisul (banque de Rio Grande du Sul appartenant à l Etat) * 1,781 BRL pour 1 USD. Sources : Banco Central do Brasil et Aperçu 22 banques commerciales (y compris les succursales de banques étrangères) et 137 banques polyvalentes (banques offrant des services bancaires aux entreprises, des services bancaires d investissement et de détail) sont implantées au Brésil. En outre, il existe quatre banques de développement, 14 banques d investissement et une banque d épargne. Le pays compte aussi plus de 1246 coopératives de crédit. Le gouvernement fédéral conserve la propriété de plusieurs institutions financières, dont deux des cinq plus grandes banques du pays, si l on considère l ensemble des avoirs : la Banco do Brasil et la Caixa Econômica Federal. En 2007, le gouvernement a autorisé la Banco do Brasil à acquérir d autres institutions financières publiques afin de protéger sa position en tant que plus grande banque du Brésil. Elle a depuis acquis la Banco do Estado de Santa Catarina (BESC), la Banco do Estado do Piauí et la Caixa Econômica Federal (Caisse d épargne fédérale) de São Paulo. En novembre 2008, le gouvernement a également autorisé la Banco do Brasil et la Caixa Econômica Federal à acquérir des banques privées locales. La Banco do Brasil a ensuite acquis 50 % de la banque privée Banco Votorantim. La Banco Bradesco, troisième plus grande banque au Brésil, possède une longue histoire d acquisitions. Plus récemment, en mai 2011, elle a acheté Berj, une banque détenue par l État de Rio de Janeiro. En février 2009, la BCB a approuvé la fusion de 12,5 milliards de dollars de Banco Itaú et Unibanco. Cette fusion a donné la plus grande banque privée du Brésil en termes d actifs. Banco Itaú détient 66 % de la holding Itaú Unibanco. En 2012, Itaú Unibanco a annoncé la création d une coentreprise avec Banco BMG pour lancer une activité de prêts employeurs. La société Banco Itaú BMG Consignado a été lancée en décembre

14 Les autres événements d importance incluent l acquisition par le groupe bancaire Banking and Trading Group (BTG) du Brésil de l unité financière brésilienne UBS du groupe, UBS Pactual, pour 2,5 milliards de dollars. Depuis cette acquisition finalisée en septembre 2009, la banque opère désormais sous le nom de BTG Pactual. En février 2012, BTG Pactual a achevé sa fusion avec Celfin Capital, la société de courtage chilienne. L entité issue de la fusion est devenue la plus grande banque d investissement en Amérique latine, avec plus de 70 milliards USD d actifs gérés. Les banques étrangères, y compris Citibank, HSBC et Santander, sont actives et influentes au Brésil. 14

15 instruments De PaieMent Statistiques de paiement Millions de transactions Variation en % Trafic (milliards USD)* / Variation en % 2011/2010 Chèques (inter et intrabancaires) , ,1 Paiements par carte de débit , ,1 Paiements par carte de crédit , ,3 Prélèvements** , ,4 Virements (DOC, bloquetos, TEC et TED) , ,0 total , ,1 * 1,6858 BRL pour 1 USD en décembre 2010 ; 1,8588 BRL pour 1 USD en décembre Comprend les transactions interbancaires et intrabancaires. Les virements interbancaires comprennent les TED, TEC, DOC et les bloquetos interbancaires et intrabancaires. ** Comprend les transactions interbancaires et intrabancaires. Source : Banque pour les règlements internationaux (BRI), septembre Espèces Virements Prélèvements Les espèces représentent un important moyen de paiement au Brésil, en particulier pour les transactions de faible valeur. Les virements sont utilisés à la fois pour les transactions de paiement de valeur faible et celles de montant élevé. Les virements électroniques sont utilisés par les entreprises pour le paiement des salaires, le règlement des fournisseurs et des prestations. Les virements électroniques urgents de montant élevé sont traités le jour même en tant que transferências eletrônicas disponíveis (virements de fonds électroniques) (TED) au moyen du système de paiement STR ou CIP-SITRAF. Les TED sont généralement utilisés pour les transferts d un montant supérieur ou égal à 3000 BRL. Les virements d un montant supérieur ou égal à 5000 BRL doivent être traités en tant que TED. Les virements non urgents de faible valeur sont traités en tant que documentos de transferência crédito ou DOC (virements documentés) ou en tant que transferências especiais de crédito, ou TEC (virements spéciaux) et ils sont compensés et réglés par le biais du système CIP- SILOC. Les TEC sont réglés le même jour, alors que les DOC sont réglés le jour ouvrable suivant. Les DOC et TEC sont autorisés pour des montants de moins de 5000 BRL. Les DOC et les TEC sont traités électroniquement en lots par les banques, mais ils peuvent être soumis par des entreprises ou des individus à une succursale de banque ou par voie électronique au moyen de systèmes sur Internet et de guichets automatiques bancaires. En 2011, les virements représentaient 71,7 % de la valeur de tous les paiements scripturaux et 38,8 % du volume. Les prélèvements (débitos diretos) sont possibles au Brésil et sont utilisés pour les paiements récurrents de faible valeur tels que les factures de services collectifs. La majorité des paiements par prélèvement effectués au Brésil le sont entre une banque, un expéditeur et un récepteur ayant un compte dans cette même banque. 15

16 Chèques Paiements par carte Les prélèvements interbancaires sont possibles grâce à TecBan mais ils ne sont pas largement utilisés. Les chèques demeurent un instrument de paiement scriptural important au Brésil et ils sont utilisés pour les paiements de détail et les règlements commerciaux. Cependant, leur utilisation est en recul, les paiements électroniques prenant le pas pour les transactions de faible ou grande valeur. Les chèques postdatés (cheques pré-datados) sont couramment utilisés au Brésil, en particulier par les consommateurs. Les chèques d une valeur égale ou supérieure à BRL sont réglés bilatéralement entre banques, sans compensation, au moyen du système STR. Les chèques d un montant inférieur à BRL sont convertis en articles électroniques, et sont compensés et réglés par compensation multilatérale, en utilisant le système COMPE. Les chèques d un montant inférieur à 300 BRL sont mis à la disposition des bénéficiaires dans un délai de T+2 (Jour de la transaction + 2). Les chèques d une valeur supérieure ou égale à 300 BRL sont mis à la disposition des bénéficiaires dans un délai de T+1. Les chèques tirés sur des banques dans les régions éloignées du pays (en dehors des chambres de compensation à l échelle locale et régionale) peuvent exiger quatre à sept jours pour la compensation et le règlement. Dans les quatre années entre 2007 et 2011, le volume et la valeur des chèques traités au Brésil ont respectivement chuté de 20,6 % et 27,1 % (en termes de BRL). L utilisation des cartes de paiement au Brésil a rapidement augmenté cette dernière décennie. Le Brésil comptait 169,14 millions de cartes de crédit et 233,3 millions de cartes de débit en circulation à la fin de Les transactions par carte de crédit et de débit ont représenté 34,7 % de l ensemble des paiements sans numéraire en 2011, mais moins de 2 % de la valeur totale. Visa, MasterCard, American Express et Hipercard sont les principaux émetteurs de cartes de paiement au Brésil. Visa Electron, Maestro de MasterCard et Redeshop, ainsi que Cheque Eletrônico de TecBan sont les principales marques de cartes de débit au Brésil. Les transactions par carte Visa et MasterCard sont traitées par Cielo (anciennement VisaNet) et RedeCard. Bankpar, Hipercard et Cetelem traitent les paiements par carte de crédit d autres émetteurs de cartes de crédit du Brésil. La marque de carte Elo (y compris les cartes de débit et de crédit, ainsi que les cartes prépayées) a été lancée en avril 2011 par la Caixa Econômica Federal et les banques Banco do Brasil et Banco Bradesco. La carte Elo offre des services de cartes pour les consommateurs à faible revenu qui possèdent, ou non, un compte. Le Brésil comptait distributeurs automatiques de billets et 3,52 millions de terminaux de point de vente à la fin de Toutes les grandes banques au Brésil utilisent des réseaux de guichets automatiques exclusifs, mais bon nombre d entre elles participent également au programme Banco24Horas, un réseau partagé par 34 institutions financières, qui est exploité par TecBan. Rede Verde- Amarela (RVA) est un réseau de guichets automatiques non exclusif qui est exploité par ATP Banking Technology au nom de l Association nationale des banques du Brésil (ASBACE). Elle offre des services ATM à six banques publiques et privées. 16

17 Banco Santander a lancé le correspondant bancaire de la carte Santander Getnet Serviços en mars La société qui est un partenariat avec la société informatique Getnet, propose des transactions par Visa, MasterCard ainsi que d autres marques de cartes. MasterCard et Visa ont rejoint le réseau acquéreur local Banricompras, géré par Banrisul, respectivement en 2011 et Des systèmes de monnaie électronique sont disponibles au Brésil sous la forme de cartes prépayées rechargeables. Les cartes prépayées telles que celles utilisées pour les téléphones et les transports publics sont les cartes de monnaie électronique les plus couramment disponibles dans le pays. Les cartes émises par les institutions financières sont moins courantes, bien que les cartes à puce MasterCard et Visa soient émises par des banques. À la fin de 2011, 2,3 millions de cartes avec des fonctionnalités de monnaie électronique étaient en circulation, ainsi que 247,4 millions de cartes privatives. Autres paiements Mandats de recouvrement Les bloquetos de cobrança (bloquetos) sont des factures avec code à barres qui sont émises par le vendeur à l acheteur de biens ou de services, qui peuvent être payées par voie électronique, au moyen de services bancaires par Internet, par distributeur ou à la banque, en espèces, par carte ou par chèque. Les bloquetos constituent un document en deux parties. Une partie sert de reçu, une fois que le payeur a effectué le paiement auprès d une banque. L autre partie est utilisée à titre de document de compensation interbancaire. Les bloquetos contiennent toutes les informations pertinentes de la facture et peuvent être émis par voie électronique ou dans un format sur papier et livrés par le service postal ou des services de messagerie privés. Les bloquetos sont largement utilisés et les paiements peuvent être effectués par voie électronique ou dans n importe quelle banque au Brésil. Les bénéficiaires de bloquetos apportent généralement ces derniers à une banque, où ils paient comptant ou rédigent un chèque pour autoriser le paiement. Dans ce cas, la banque convertit le document et le compense par voie électronique. Les bloquetos d une valeur inférieure à 5000 BRL sont compensés et réglés par le biais du système CIP-SILOC, et les fonds sont mis à la disposition du bénéficiaire (entreprise de recouvrement) dans le délai T +1. Ceux qui ont une valeur supérieure ou égale à 5000 BRL sont compensés et réglés bilatéralement entre banques au moyen du système STR. Les banques envoient des fichiers quotidiens à leurs clients des entreprises avec les détails de tous les bloquetos qui ont été payés. Cela permet aux entreprises de mettre à jour leurs registres de créances. En octobre 2009, la Fédération brésilienne des associations bancaires (Febraban) a présenté le nouveau système DDA (Débito Direto Autorizado ou autorisation de prélèvement automatique), permettant d accéder à, et de régler des bloquetos électroniques par Internet, par téléphone, en utilisant un guichet automatique de banque ou en se rendant dans une succursale de banque. 17

18 systèmes De PaieMent Type Le STR (Sistema de Transferencia de Reservas), le système brésilien de règlement brut en temps réel du Brésil, est exploité par la BCB. Les transferts de fonds effectués par le STR sont considérés comme des TED. CIP (Câmara Interbancária de Pagamentos) est l opérateur du secteur privé du système de transfert de fonds interbancaires du Brésil. Le CIP exploite le système de règlement le jour même pour les paiements de montant élevé, CIP-SITRAF (Sistema de transferencias de Fundos) et le système de règlement net différé pour les virements interbancaires, CIP- SILOC (Sistema de Liquidação Diferida das Transferências Interbancárias de Ordens de Crédito). CIP-SITRAF est un système de virement interbancaire pour les paiements de montant élevé. Le règlement est effectué en utilisant des fonds gérés par les participants dans le compte de règlement CIP à la BCB. Les paiements sont surveillés en permanence et comparés entre les participants. Ils sont ensuite compensés et réglés en temps réel. Les transferts de fonds effectués par le CIP-SITRAF sont aussi appelés TED. Quand un client ouvre un TED, la banque du client (et non le client) détermine si le transfert de fonds sera acheminé via STR ou CIP. CIP-SILOC est un système de virement interbancaire pour les paiements de faible valeur. Le règlement est effectué en utilisant des fonds gérés par les participants dans le compte de règlement CIP à la BCB. CIP-SILOC règle les obligations interbancaires de faible valeur liées à des DOC et des bloquetos. Les DOC supérieurs ou égaux à 5000 BRL ne sont pas autorisés. Les transferts de plus de 4999,99 BRL doivent être traités en tant que TED. Les bloquetos d une valeur supérieure ou égale à 5000 BRL sont compensés et réglés bilatéralement entre banques au moyen du système STR. Le COMPE (Centralizadora da Compensação de Chèques e Outros Papéis), un système de règlement net différé, est exploité par la BCB. Le COMPE sert de chambre de compensation pour les chèques d un montant inférieur à BRL. Les chèques d une valeur égale ou supérieure à BRL sont réglés bilatéralement entre banques, sans compensation, au moyen du système STR. Tous les chèques sont traités électroniquement. Le COMPE regroupe un réseau composé d une chambre de compensation à l échelle nationale, de 15 chambres à l échelle régionale et de dix chambres à l échelle locale. Il effectue deux séances de compensation par jour ouvrable. À la fin de chaque séance, le COMPE calcule une seule position de règlement nette multilatérale sur le plan national pour chaque participant. Les positions en suspens sont ensuite réglées dans les comptes des participants à la BCB au moyen de transferts STR. TecBan (Tecnologia Bancária SA) exploite plus de distributeurs automatiques de billets dans 420 villes au Brésil et compte environ 95 millions de cartes magnétiques utilisées. En avril 2002, la Câmara TecBan (chambre de compensation de TecBan) a été autorisée par la BCB à fonctionner en tant que système de compensation et de règlement pour les paiements électroniques associés aux transactions par carte de débit et les retraits du réseau de guichets automatiques partagé, Banco24Horas. La chambre de compensation TecBan utilise la compensation multilatérale. Le règlement définitif des positions s effectue au moyen de transferts STR dans les comptes des participants à la BCB. 18

19 Participants Le STR compte 178 participants. La participation au système STR est obligatoire pour les titulaires d un compte de réserve et les entités qui exploitent les autres chambres de compensation. Le CIP-SITRAF compte 100 participants. Le CIP-SILOC compte 119 participants. Le COMPE compte 137 participants. Le COMPE est obligatoire pour toute institution demandant des dépôts à vue. TecBan compte 34 participants. Types de transactions traitées Le STR traite les paiements de valeur élevée et les paiements commerciaux et financiers à la valeur du jour. En outre, STR rend exécutoire le règlement définitif des soldes nets des participants provenant d autres chambres de compensation au Brésil, y compris CIP et COMPE. CIP-SITRAF traite les ordres de paiement interbancaires (TED) de montant élevé. CIP-SILOC traite les ordres de paiements interbancaires de faible valeur comprenant tous les DOC et bloquetos de cobrança. COMPE traite tous les chèques. TecBan traite les transactions par carte de débit et les retraits du réseau partagé de distributeurs automatiques de billets Banco24Horas. Horaires de fonctionnement Le STR fonctionne de 6h30 à 18h30 (heure de Brasília). Le CIP est ouvert de 6h35 à 17h25 (heure de Brasília). Détails du cycle de compensation STR 08h20 SILOC : règlement via STR des DOC du jour précédent et de l activité des bloquetos. 9h00 COMPE : premier règlement via le STR des chèques du jour précédent (supérieurs à 299,99 BRL). 10h00 TecBan : premier règlement via le STR de l activité du jour précédent. 16h10 SILOC : règlement des articles renvoyés de la session précédente. 17h00 COMPE : deuxième règlement via le STR des chèques du jour d avant (moins de 299,99 BRL). 17h10 TecBan : deuxième règlement via le STR de l activité du même jour. 17h25 SITRAF : règlement via le STR des TED du même jour. 17h45 COMPE : deuxième règlement via le STR des chèques du jour d avant (moins de 299,99 BRL). 17h30 : heure de clôture pour les paiements des clients. 18h30 : heure de clôture pour les paiements interbancaires. 18h30 : clôture du STR et affichage des soldes finaux. CIP-SITRAF 06h35 07h30 : dans l environnement SITRAF, les participants déposent des fonds dans leurs comptes de règlement CIP à la BCB (période préalable au financement). 19

20 Congés du centre de devises* 07h30 17h00 : les transferts de fonds (TED) sont traités et réglés immédiatement au nom des banques et de leurs clients aussi longtemps que les comptes bancaires sont suffisamment approvisionnés dans l environnement SITRAF (cycle principal). 17h15 17h25 : les instructions sont envoyées pour couvrir les paiements en souffrance attendant approbation du cycle précédent et des fonds supplémentaires sont envoyés pour régler les paiements dus dans le compte de réserve du participant à la banque BCB (cycle complémentaire). 17h25 : CIP transfère tout solde restant sur les comptes des participants à la banque BCB par le biais du STR. CIP-SILOC 20h - 0h30 (T +1) : première session. Les banques transmettent les fichiers au CIP pour la compensation électronique des DOC et des bloquetos (ces transactions sont réglées dans les comptes des participants à la banque BCB par le biais du STR à 8h20 à T +1). 11h00 14h30 : deuxième session. Les banques transmettent les fichiers au CIP pour la compensation électronique des DOC et des bloquetos. (Ces transactions sont réglées dans les comptes des participants à la banque BCB par le biais du STR à 16h10 le jour T.) 2e semestre septembre, 12 octobre, 2 et 15 novembre, 25 décembre er janvier, 3 et 4 mars, 18 et 21 avril, 1 er mai, 19 juin, 7 septembre, 12 octobre, 2 et 15 novembre, 25 décembre er janvier, 16 et 17 février, 3 et 21 avril, 1 er mai, 4 juin, 7 septembre, 12 octobre, 2 et 15 novembre, 25 décembre 20

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Démystifier le Système Fiscal Brésilien. Chambre de Commerce de Montréal 27 février 2015

Démystifier le Système Fiscal Brésilien. Chambre de Commerce de Montréal 27 février 2015 Démystifier le Système Fiscal Brésilien Chambre de Commerce de Montréal 27 février 2015 Ordre du jour Contexte fiscal et survol des divers impôts brésiliens Faire affaire au Brésil sans présence locale

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2011

Conférence du 14 juin 2011 Barretto Ferreira, Kujawski e Brancher Sociedade de Advogados Conférence du 14 juin 2011 Le droit des sociétés et le droit fiscal au Brésil Me Olivier Costa, Avocat au Barreau de Lyon, Cabinet Bismuth

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE

CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE 1 REGIME JURIDIQUE Le régime juridique des sociétés au Cambodge résulte d une circulaire du Ministère du Commerce. Différents types de sociétés Le droit des sociétés

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Tarif. Placements et conseils financiers

Tarif. Placements et conseils financiers Tarif Placements et conseils financiers Tables des matières 4/5 Mandat de conseil «BCVs Supervision» 6/7 Mandat de gestion «BCVs Star Select» 8/9 Mandat de gestion «BCVs Active Portfolio» 10 Mandat de

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Placements. Tarifs et conditions. www.bcn.ch

Placements. Tarifs et conditions. www.bcn.ch Placements Tarifs et conditions www.bcn.ch Achats et ventes de titres COURTAGE La commission est facturée quelle que soit la place d intervention. Les opérations d achat et de vente de titres sont par

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Private Banking. Tarifs. www.bcn.ch

Private Banking. Tarifs. www.bcn.ch Private Banking Tarifs www.bcn.ch Achats et ventes de titres courtage La commission est facturée quelle que soit la place d intervention. Les opérations d achat et de vente de titres sont par ailleurs

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Fonds d investissement Aston Hill

Fonds d investissement Aston Hill Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de ces titres et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Fonds d investissement Aston Hill MODIFICATION

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Nouvelle-Zélande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Nouvelle-Zélande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Nouvelle-Zélande Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT L IMPÔT SUR LE REVENU LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 95 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (2.3), de

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Barèmes des commissions et frais généraux

Barèmes des commissions et frais généraux Barèmes des commissions et frais généraux En vigueur le 1 er décembre 2014 Barème des commissions Transactions effectuées par l entremise de nos systèmes électroniques (site Web et site mobile) Tarification

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007 Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change Mars 2007 1 PLAN I. Paiements Courants II. Commerce Extérieur III. Opérations en Capital IV. Comptes Réglementés 2 I. Paiements courants 1.

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Commission des services financiers de l Ontario

Commission des services financiers de l Ontario Commission des services financiers de l Ontario Rapport mensuel sur la lutte contre le terrorisme (Formule 2007 - Version détaillée) (Rapport soumis en vertu de l article 83.11 du Code criminel, de l article

Plus en détail

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5

1.6 Responsabilité des fiduciaires et des représentants successoraux... 4 1.7 Certificats de décharge... 5 TABLE DES MATIÈRES Remerciements...iii Chapitre 1 Exigences de déclaration et administration 1.1 Qui doit produire une déclaration?... 1 1.2 Où faut-il envoyer la déclaration?... 2 1.3 Comment produire...

Plus en détail

Quelques aspects juridiques et fiscaux. liés au secteur du e-learning au Brésil. Octobre 2013 Roberta LARA FERNANDES

Quelques aspects juridiques et fiscaux. liés au secteur du e-learning au Brésil. Octobre 2013 Roberta LARA FERNANDES Quelques aspects juridiques et fiscaux liés au secteur du e-learning au Brésil Octobre 2013 Roberta LARA FERNANDES Problème Vide entre le cadre réglementaire et juridique et les nouvelles technologies

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs clientèle ENTREPRISES Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs Valables dès le 1 er janvier 2014 Proche de vous Des solutions à vos besoins En tant que partenaire financier de référence des entreprises

Plus en détail

Mises de fonds et documentation requise

Mises de fonds et documentation requise Mises de fonds et documentation requise VÉRIFICATION DE L AVOIR PROPRE L avoir propre est le montant que l emprunteur verse à titre de mise de fonds à l achat de cette propriété. Les exigences relatives

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

n ctio istin ffre D O

n ctio istin ffre D O Offre Distinction les membres particuliers Une offre à la hauteur de votre réussite est fier d être partenaire de l Association du Jeune Barreau de Montréal et d offrir à ses membres des solutions financières

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux.

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Vu : - la loi n 58-90 du 19 Septembre 1958 portant création et organisation

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés

A l'international. et des sociétés holding. Gestion & vie des sociétés La réglementation et des sociétés holding Comme nous l avons vu dans notre précédente livraison, le Portugal propose une fiscalité particulièrement attractive pour les retraités disposant d un pouvoir

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international -Loi n94-42 du 7 mars 1994, fixant le régime applicable à l exercice des activités

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires»

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai de communication...3 2 Renseignement des opérations...4

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail