L irrigation: un élément clef de la réussite

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L irrigation: un élément clef de la réussite"

Transcription

1 L irrigation: un élément clef de la réussite Journée régionale en production horticole Rimouski 1 er mars 2013 Daniel Bergeron, agr., M. Sc. MAPAQ

2 Pour une bonne régie de l irrigation IMPORTANT de : - connaître les besoins de la plante - connaître le sol - se servir d outils de gestion Daniel Daniel Bergeron, Bergeron, février mars

3 CULTURE SOUS ABRIS Sous abris vs champ: + + chaud + + de croissance + + de rendement (supposé ) de besoin en eau

4 CULTURE SOUS ABRIS de besoin en eau et : - pas de précipitations : gestion de l irrigation beaucoup plus difficile qu en champ

5 Besoins en eau Important de les connaître pour : - prévoir un approvisionnement suffisant - planifier les équipements et la durée possible des irrigations

6 QUELLE QUANTITÉ PRÉVOIR? Important pour le système à mettre en place Pour une fraisière sous tunnels en plein sol, par exemple, les besoins sont très supérieurs à ceux du plein champ Au moins 30 à 50 % de +

7 Calcul des besoins en eau avec l évapotranspiration de référence (ET0) = quantité d eau évaporée et transpirée de x mm par jour = évapotranspiration de référence

8 Calcul des besoins en eau en champ avec l évapotranspiration de référence (ET0) Gazon de 10 cm Fraise = évapotranspiration de référence évapotranspiration de référence X par un coefficient (Kc) = évapotranspiration de la tomate

9

10 Exemple des besoins théoriques du 1 er au (mm) Évapotranspiration de référence, Station L acadie, 2012

11 Exemple des besoins théoriques du 1 er au (mm) Évapotranspiration de la tomate de champ pour une journée donnée = Évapotranspiration de référence 7,1 mm / jour X Coefficient cultural selon couvert végétal

12 Exemple des besoins théoriques du 1 er au (mm) Évapotranspiration de la tomate de champ pour une journée donnée = Évapotranspiration de référence X Coefficient cultural selon couvert végétal = = 7,1 mm / jour X 0,60 4,26 mm / jour

13 Évapotranspiration de la culture = 4,26 mm d épaisseur d eau = 42,6 mètres cubes / 1 hectare = litres / 1 hectare / champ

14 Évapotranspiration de la culture = 4,26 mm d épaisseur d eau = 42,6 mètres cubes / 1 hectare = litres / 1 hectare / champ Si efficacité d application de 85%: = litres / 1 hectare / champ

15 Évapotranspiration de la culture Si 30 % de +++ en tunnel : = litres/jour/tunnel de 250 m 2

16 Quantité d eau à appliquer pour combler le besoin de 4,26 mm / j Besoin = litres / tunnel de 250 m 2 Si efficacité d application de 85 % Quantité à appliquer = litres / 85 % = litres / tunnel de 250 m 2 / jour

17 Quantité d eau à appliquer pour combler le besoin de 4,26 mm / j Besoin = litres / tunnel de 250 m 2 Si efficacité d application de 85 % Quantité à appliquer = litres / 85 % = litres / tunnel de 250 m 2 / jour Si 500 plants = 3,3 litres / plant

18 Évapotranspiration de la culture En résumé pour cet exemple: = litres / 1 hectare / champ = litres/1 hectare/tunnel

19 Caractéristiques du système Exemple pour Netafim

20 Caractéristiques du système Exemple pour Netafim 403 litres/h/100 m.l.

21 Caractéristiques du système Débit selon la pression Exemple pour Netafim

22 Exemple de durée d irrigation pour combler le besoin de litres dans un tunnel de 250 m 2 Exemple : - une ligne de tubulure par rangée - rangs espacés de 1,23 m (48 po.) m.l. de tubulure - débit de 403 litres/ h /100 m. l.* Durée par jour : = 3 heures en période pointe

23 Évolution des besoins en eau tomates en tunnels au Missouri Nouaison Récolte 2,2 litres Besoin en eau (onces/plant/jour) Source: W. Jett 2006 Semaines après plantation

24 Exemple de durée d irrigation pour combler le besoin de litres Si le besoin est = 3 heures En une seule application? NON dans la plupart des sols, sinon il y a perte d eau, lessivage possible des fertilisants et risque de conditions d asphyxie

25 Pour combler le besoin de litres Nécessaire de fractionner les applications Analyser la possibilité de mettre deux tubulures par rang

26 La durée d irrigation Fonction du volume de sol occupé par les racines

27 La durée d irrigation Fonction du volume de sol occupé par les racines

28 La durée d irrigation Fonction du mouvement de l eau dans le sol Émetteur Sol léger ou graveleux Sol plus lourd

29 La durée d irrigation Fonction du mouvement de l eau dans le sol Comment l évaluer????

30 Analyse du mouvement de l eau Ferme Onésime Pouliot, I O (a) Tubulure goutte à goutte 30 cm (b)

31 Évolution de la teneur en eau volumique des sondes TDR situées sous le goutteur ou en bordure de la butte entre le 19 et le dans une parcelle avec traitement -5 kpa Teneur en eau volumique (cm 3 /cm 3 ) 0,43 0,41 0,39 0,37 0,35 0,33 0,31 0,29 0,27 Sonde 5 Sonde 9 Sonde 4 Sonde 7 = Irrigation = Pluie 0, Date

32 Évolution de la teneur en eau volumique des sondes TDR situées sous le goutteur ou en bordure de la butte entre le 19 et le dans une parcelle avec traitement -5 kpa 0,43 Teneur en eau volumique (cm 3 /cm 3 ) 0,41 0,39 0,37 0,35 0,33 0,31 0,29 0, Sonde 5 Sonde 9 Sonde 4 Sonde 7 = Irrigation = Pluie 0, Date

33 Évolution de la teneur en eau volumique des sondes TDR situées sous le goutteur ou en bordure de la butte entre le 19 et le dans une parcelle avec traitement -5 kpa 0,43 Teneur en eau volumique (cm 3 /cm 3 ) 0,41 0,39 0,37 0,35 0,33 0,31 0,29 0, Sonde 5 Sonde 9 Sonde 4 Sonde 7 = Irrigation = Pluie 0, Date

34 Tensiomètre Manomètre Tube rempli d eau et d algicide Bougie poreuse

35 Tensiomètre à transmission sans fil des données

36 Tensiomètre à transmission sans fil des données

37 Deux objectifs à l utilisation des tensiomètres Quand irriguer? Quelle quantité appliquer?

38 Exemple de localisation des tensiomètres Après enracinement

39 Exemple de localisation des tensiomètres Après enracinement

40 Exemple de localisation des tensiomètres Après enracinement

41 Exemple de localisation des tensiomètres Après enracinement

42 Si peu de mouvement latéral de l eau

43 Si peu de mouvement latéral de l eau

44 Si peu de mouvement latéral de l eau Ajuster la durée et la fréquence des irrigations

45 Si peu de mouvement latéral de l eau Nécessaire de fractionner les applications Possibilité d ajouter une autre ligne de goutteurs par rang Daniel Bergeron, décembre 2012

46 ÉVOLUTION DU POTENTIEL MATRICIEL ET DE LA TENEUR EN EAU VOLUMIQUE DU PROFIL AU COURS D UNE JOURNÉE DANS UNE PARCELLE DE FRAISE À JOURS NEUTRES Teneur en eau volumique (cm 3 /cm 3 ) 0,329 0,327 0,325 0,323 0,321 0,319 0,317 Teneur en eau Potentiel matriciel Heure Potentiel matriciel (-kpa)

47 À QUELLE TENSION DÉBUTER L IRRIGATION? En plein champ, l approche de Hartz (1999) semble très intéressante : - valeur observée à la capacité au champ + env.10 à 15 cb

48 CAPACITÉ AU CHAMP C est l état d humidité maximal du sol bien drainé Se vérifie habituellement 24 à 48 heures après un mouillage complet du sol (pluie ou irrigation importante) et sans évaporation ou transpiration

49 DÉTERMINER LA CAPACITÉ AU CHAMP IN SITU (EX. LOAM SABLO-ARGILEUX GRAVELEUX) Potentiel matriciel tensiomètre à 15 cm (-Kpa) 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Irrigation Heure

50 FAÇON DE DÉTERMINER LA CAPACITÉ AU CHAMP IN SITU Potentiel matriciel tensiomètre à 15 cm (-Kpa) 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Irrigation Heure

51 À QUELLE TENSION IRRIGUER? EXEMPLE ET NON UNE RECOMMANDATION La tension observée à la capacité au champ : donnée de base Si la tension observée = 3 kpa +10 à 15 kpa Débute en champ à cb Adapté de Hartz, 1999

52 À QUELLE TENSION IRRIGUER? EXEMPLE ET NON UNE RECOMMANDATION La tension observée à la capacité au champ : donnée de base N.B. En Si tunnel, la tension cette approche doit être observée ajustée en = fonction 3 kpa du site, du stade de croissance de la culture, de l outil, de la météo, etc. +10 à 15 kpa Prendre les valeurs chaque jour aux mêmes heures le matin Débute à cb Adapté de Hartz, 1999

53 Remerciements - Producteurs avant-gardistes de la région de Québec - Gilles Turcotte, agr., M.Sc. Agrisys Consultants inc. - Christiane Cossette, MAPAQ Bas St-Laurent - Caroline Tremblay, agente de secrétariat, de la direction régionale de la Capitale-Nationale du MAPAQ

IRRIGATION, IRRIGATION, IRRIGATION

IRRIGATION, IRRIGATION, IRRIGATION IRRIGATION, IRRIGATION, IRRIGATION Production légumière sous abris non chauffés Les Journées horticoles St-Rémi 5 décembre 2012 Daniel Bergeron agr., M. Sc. MAPAQ EN CONCLUSION Grands tunnels = gestion

Plus en détail

Le raisonnement de l irrigation en arboriculture fruitière

Le raisonnement de l irrigation en arboriculture fruitière Le raisonnement de l irrigation en arboriculture fruitière Gestion de l irrigation Les parcelles de références du bulletin irrigation en arboriculture fruitière Les différents systèmes d irrigation en

Plus en détail

Les systèmes d irrigation d des investissements qui rapportent

Les systèmes d irrigation d des investissements qui rapportent Les systèmes d irrigation d : des investissements qui rapportent réalisé par : DANIEL BERGERON, agronome et présent senté par : JACQUES PAINCHAUD, agronome Rendez-vous agroalimentaire de l Outaouais l

Plus en détail

PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DE L'ASPERGE

PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DE L'ASPERGE PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DE L'ASPERGE L asperge est une plante pérenne, dont la durée de vie peut aller jusqu à 10 ans. Les besoins en eau et en éléments fertilisants

Plus en détail

ESSAI EN CHAMP DE TENSIOMÈTRES À TRANSMISSION SANS FIL DES DONNÉES

ESSAI EN CHAMP DE TENSIOMÈTRES À TRANSMISSION SANS FIL DES DONNÉES ESSAI EN CHAMP DE TENSIOMÈTRES À TRANSMISSION SANS FIL DES DONNÉES Promoteur : Ferme François Gosselin inc. 3018, chemin Royal Saint-Laurent-de-l île-d Orléans Responsables du projet au MAPAQ : Daniel

Plus en détail

Tensiomètres et suivi de l humidité du sol et Régie de la micro-irrigation

Tensiomètres et suivi de l humidité du sol et Régie de la micro-irrigation Tensiomètres et suivi de l humidité du sol et Régie de la micro-irrigation Daniel Bergeron, agronome Conseiller en horticulture Centre de services agricoles de Québec MAPAQ L irrigation par aspersion,

Plus en détail

Gestion de l eau et planification des irrigations

Gestion de l eau et planification des irrigations Gestion de l eau et planification des irrigations Carl Boivin IRDA Daniel Bergeron MAPAQ DRCN Colloque Fertilisation, agriculture de précision et agrométéorologie Hôtel le Victorin, Victoriaville 25 novembre

Plus en détail

QU EN EST-IL DE L ARGOUSIER?

QU EN EST-IL DE L ARGOUSIER? 15 février 2012 QU EN EST-IL DE L ARGOUSIER? Daniel Bergeron, agr., M. Sc., MAPAQ Collaboration : Carl Boivin, agr., M.Sc., IRDA Rendez-vous agroalimentaire de l Outaouais Gatineau L ARGOUSIER L ARGOUSIER

Plus en détail

DENSITÉ, IRRIGATION et FERTILISATION de la TOMATE en TUNNEL

DENSITÉ, IRRIGATION et FERTILISATION de la TOMATE en TUNNEL DENSITÉ, IRRIGATION et FERTILISATION de la TOMATE en TUNNEL Richard Favreau, producteur maraîcher Ferme Val-aux-Vents, Saint-Valérien (Bas-Saint-Laurent) Présentation à la Journée sur le maraîchage diversifié

Plus en détail

La gestion de l eau en fraisière

La gestion de l eau en fraisière L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville La gestion de l eau en fraisière Louis GOSSELIN, producteur agricole Ferme François Gosselin inc. Saint-Laurent,

Plus en détail

MIEUX IRRIGUER AVEC LES TENSIOMÈTRES. Daniel Bergeron, agronome Conseiller en horticulture Direction régionale du MAPAQ de la Capitale-Nationale

MIEUX IRRIGUER AVEC LES TENSIOMÈTRES. Daniel Bergeron, agronome Conseiller en horticulture Direction régionale du MAPAQ de la Capitale-Nationale MIEUX IRRIGUER AVEC LES TENSIOMÈTRES Daniel Bergeron, agronome Conseiller en horticulture Direction régionale du MAPAQ de la Capitale-Nationale L'irrigation est maintenant essentielle en horticulture au

Plus en détail

Conseils techniques en production de pomme de terre de consommation 2013/2014 COLOMBA

Conseils techniques en production de pomme de terre de consommation 2013/2014 COLOMBA COLOMBA Obtenteur : HZPC AGATA X CARRERA Pomme de terre de consommation précoce, lavable, de très belle présentation. Forte productivité, très bon rendement commercial. Variété adaptée au marché primeur

Plus en détail

Calibrage de compteur automatique

Calibrage de compteur automatique Calibrage de compteur automatique POURQUOI CALIBRER UN COMPTEUR AUTOMATIQUE? Comme la plupart des instruments de mesure, un compteur automatique de piétons ou de cyclistes doit être calibré pour assurer

Plus en détail

REGIONALISATION STATISTIQUE POUR LES ETUDES D IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE : POURQUOI ET COMMENT

REGIONALISATION STATISTIQUE POUR LES ETUDES D IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE : POURQUOI ET COMMENT REGIONALISATION STATISTIQUE POUR LES ETUDES D IMPACT DU CHANGEMENT CLIMATIQUE : POURQUOI ET COMMENT TOUR D HORIZON METHODOLOGIQUE Frédéric HUARD, INRA AgroClim LA REGIONALISATION (descente d échelle, downscaling)

Plus en détail

Culture du poivron en serre au Québec Guide de conduite de culture

Culture du poivron en serre au Québec Guide de conduite de culture Culture du poivron en serre au Québec Guide de conduite de culture Contenu : 1. Rôle du chef de culture 2. Suivi de culture 3. Conduite de culture 4. Calendrier de production et main-d œuvre 1. Rôle du

Plus en détail

Culture du poivron en serre au Québec Guide de conduite du climat

Culture du poivron en serre au Québec Guide de conduite du climat Culture du poivron en serre au Québec Guide de conduite du climat Contenu : 1. Gestion de la température et de la vigueur des plants de poivron 2. Gestion de la température et de l équilibre génératif/végétatif

Plus en détail

Remerciements. Produire ou acheter ses céréales: une question de stratégies. Ayitre Akpakouma Conseiller en grandes cultures, MAPAQ Bas Saint Laurent

Remerciements. Produire ou acheter ses céréales: une question de stratégies. Ayitre Akpakouma Conseiller en grandes cultures, MAPAQ Bas Saint Laurent Produire ou acheter ses céréales: une question de stratégies Martin Malenfant, agr. Conseiller en économie et gestion MAPAQ Bas-Saint-Laurent Réjean Prince, agr. Conseiller en économie et gestion MAPAQ

Plus en détail

La gestion de l eau l culture du bleuet en corymbe

La gestion de l eau l culture du bleuet en corymbe La gestion de l eau l dans la culture du bleuet en corymbe Carl Boivin, M. Sc., agronome, IRDA Daniel Bergeron, agronome, MAPAQ 13 février f 2008, Boucherville Utilisation de l eaul Utilisation des ressources

Plus en détail

Signalisation des. Une démarche vers l implantation d une procédure de signalisation des. travaux routiers. Septembre 2009

Signalisation des. Une démarche vers l implantation d une procédure de signalisation des. travaux routiers. Septembre 2009 Signalisation des travaux routiers Une démarche vers l implantation d une procédure de signalisation des travaux routiers Septembre 2009 Avant d établir une procédure de signalisation des travaux routiers,

Plus en détail

Annexe 11 : Doses plafond de fertilisation

Annexe 11 : Doses plafond de fertilisation Annexe 11 : Doses plafond de fertilisation Cette fiche a été rédigée dans le cadre des travaux du groupe régional d expertise nitrates, à partir des références scientifiques disponibles en Poitou-Charentes.

Plus en détail

Dates de récolte: 22-23-26-29 juillet, 2-5 -9-13 et 18 août

Dates de récolte: 22-23-26-29 juillet, 2-5 -9-13 et 18 août Variétés de haricot fin destiné au marché frais Été 2010 Christine Villeneuve, agr. MAPAQ Ste-Martine Shawn Mcnamee, étudiant, MAPAQ Ste-Martine Journées Horticoles Décembre 2010 Les haricots fins se retrouvent

Plus en détail

Protection contre le gel avec l irrigation par aspersion

Protection contre le gel avec l irrigation par aspersion Protection contre le gel avec l irrigation par aspersion Daniel Bergeron, agr., M.Sc. Journée horticole Mauricie 9 décembre 2015 L irrigation par aspersion est une méthode qui peut offrir une bonne protection

Plus en détail

Les engrais à libération contrôlée dans la production de la fraise: résultats d essais

Les engrais à libération contrôlée dans la production de la fraise: résultats d essais Les engrais à libération contrôlée dans la production de la fraise: résultats d essais Volet azote : Mylène Marchand-Roy et Christine Landry Volet eau : Carl Boivin Volet machinerie : Daniel Bergeron Centre

Plus en détail

Optimisation de la fertilisation pour la production biologique de tomates et de poivrons en grands tunnels

Optimisation de la fertilisation pour la production biologique de tomates et de poivrons en grands tunnels Optimisation de la fertilisation pour la production biologique de tomates et de poivrons en grands tunnels Anne Weill agr., Ph. D. et Jean Duval agr. M.Sc. CETAB+ Ferme La Berceuse et Ferme le Vallon des

Plus en détail

Guide d utilisation des produits phytosanitaires

Guide d utilisation des produits phytosanitaires Guide d utilisation des produits phytosanitaires Les étapes essentielles d une bonne application, avant, pendant, et après Avant le traitement 1 - Comment choisir mon produit phytosanitaire? En fonction

Plus en détail

Tomates et poivrons sous tunnels. Journée INPACQ- 4 février Christine Villeneuve, agr. MAPAQ Ste-Martine

Tomates et poivrons sous tunnels. Journée INPACQ- 4 février Christine Villeneuve, agr. MAPAQ Ste-Martine Tomates et poivrons sous tunnels Journée INPACQ- 4 février 2016 Christine Villeneuve, agr. MAPAQ Ste-Martine Tunnel chenille Structures ouvertes Grand tunnel multichapelle Structures qui optimisent l énergie

Plus en détail

REMPLACEMENT D ANTENNES ACTIVATION DE LA 4G

REMPLACEMENT D ANTENNES ACTIVATION DE LA 4G REMPLACEMENT D ANTENNES ACTIVATION DE LA 4G Commune de RENNES (35000) Modification du site existant Ajout de fréquence Rue des Veyettes Référence SFR : 350124 RENNES CHANTEPIE Date : 16/12/2013 1 Sommaire

Plus en détail

À QUOI EST-CE QU'IL FAUT FAIRE ATTENTION QUAND VOUS ENVISAGEZ D'INSTALLER UN PONT ROULANT?

À QUOI EST-CE QU'IL FAUT FAIRE ATTENTION QUAND VOUS ENVISAGEZ D'INSTALLER UN PONT ROULANT? Page 1 of 6 home entreprise produits service après vente pour étudiants occasion contact Ponts roulants et portiques: points de considération basic+ custom special accessoires À QUOI EST-CE QU'IL FAUT

Plus en détail

RENCONTRES RED. Société du Canal de Provence et d aménagement de la région provençale

RENCONTRES RED. Société du Canal de Provence et d aménagement de la région provençale Société du Canal de Provence et d aménagement de la région provençale RENCONTRES RED Changement climatique : Quels impacts en zone méditerranéenne? Quelles adaptations pour l agriculture régionale? J.

Plus en détail

NOUVELLES CULTURES NOUVELLES SOURCES DE LITIÈRE

NOUVELLES CULTURES NOUVELLES SOURCES DE LITIÈRE NOUVELLES CULTURES NOUVELLES SOURCES DE LITIÈRE PAR PIERRE BÉLANGER, agr. BÉLANGER Agro-consultant Inc. en collaboration avec le CRÉDÉTAO et la participation financière de la MRC et CLD de Papineau 30

Plus en détail

En résumé, ce document rappelle les trois notions importantes pour une production de solution moussante efficace et sécuritaire, soit :

En résumé, ce document rappelle les trois notions importantes pour une production de solution moussante efficace et sécuritaire, soit : De : Marc Plamondon, coordonnateur de programmes À : Tous les instructeurs POMPIER II Date : 8 mars 2016 Objet : Précisions sur les injecteurs intercalés L École nationale des pompiers du Québec désire

Plus en détail

La gestion de l irrigation en vergers

La gestion de l irrigation en vergers La gestion de l irrigation en vergers Mise en contexte L importance d un apport d eau régulier Facteur de productivité important, qui a une influence sur: - développement des jeunes arbres - rendements

Plus en détail

Partie 2 : Qualité du semis. BP REA Février 2016 Agronomie T. Audic

Partie 2 : Qualité du semis. BP REA Février 2016 Agronomie T. Audic Partie 2 : Qualité du semis BP REA Février 2016 Agronomie T. Audic Objectifs du semis Placer les semences dans un environnement favorable à la germination, la levée et l enracinement Permettre à la culture

Plus en détail

bio-industriellesindustrielles du Québec

bio-industriellesindustrielles du Québec Le Réseau des plantes bio-industriellesindustrielles du Québec [RPBQ] Par Marie-Édith Cuerrier, M.Sc., agr. coordonnatrice du RPBQ Forum Énergie et agriculture 2010, Drummondville 8 décembre 2010 Plan

Plus en détail

L AIR COMPRIME ET SES APPLICATIONS LA PRODUCTION D AIR

L AIR COMPRIME ET SES APPLICATIONS LA PRODUCTION D AIR L AIR COMPRIME ET SES APPLICATIONS LA PRODUCTION D AIR 1 GENERALITES Dans les ateliers de peinture, la source d énergie la plus représentative est l air comprimé. Il sert à la fois à la pulvérisation des

Plus en détail

Chercheurs responsables: Christine Landry, agr., Ph.D. et Carl Boivin, agr. M.Sc.

Chercheurs responsables: Christine Landry, agr., Ph.D. et Carl Boivin, agr. M.Sc. Tirés des rapports de projets: Développement de nouvelles stratégies de fertilisation de la fraise à jour neutre (# CDAQ 6691) Performance des fertilisants à libération contrôlée et d origine organique

Plus en détail

- son nom est dérivé du grec «asparagos» (plein de sève)

- son nom est dérivé du grec «asparagos» (plein de sève) L asperge - ou asparagus officinalis est de la famille des Liliacées - son nom est dérivé du grec «asparagos» (plein de sève) - est une plante vivace avec des mécanismes physiologiques particuliers qui

Plus en détail

Réussir la pose du grillage

Réussir la pose du grillage Réussir la pose du grillage DES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊ ME! Etablissement du devis Référence calcul des quantités Qté Prix unitaire Prix total GRILLAGE Périmètre du terrain PIQUETS Pose scellée

Plus en détail

Les planchers surélevés des centres de données sont-ils en voie de disparition? Présenté par Ronald Desparois Président

Les planchers surélevés des centres de données sont-ils en voie de disparition? Présenté par Ronald Desparois Président Les planchers surélevés des centres de données sont-ils en voie de disparition? Présenté par HISTORIQUE Fournir un plancher structurel élevé afin répartir la charge du poids des cabinets. Utiliser cet

Plus en détail

L hygroscopicité est l aptitude du bois à absorber l humidité de l air. Les facteurs de son niveau hygroscopique sont :

L hygroscopicité est l aptitude du bois à absorber l humidité de l air. Les facteurs de son niveau hygroscopique sont : 1/ 1.1. Définition: I. L HYGROSCOPICITE L hygroscopicité est l aptitude du bois à absorber l humidité de l air. Les facteurs de son niveau hygroscopique sont : -son essence -le lieu et les conditions de

Plus en détail

Optimisation de l irrigation par une caractérisation physique précise des sols-ii

Optimisation de l irrigation par une caractérisation physique précise des sols-ii Prime-Vert 2013-2018 Optimisation de l irrigation par une caractérisation physique précise des sols-ii Rapport final Synthèse des résultats Rapport présenté au : Ministère de l Agriculture, des Pêcheries

Plus en détail

PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DU MELON

PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DU MELON PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DU MELON CHEZ NETAFIM, NOUS AI- DONS NOS CLIENTS À OBTENIR DE MEILLEURS RENDEMENTS, DE MEILLEURES RÉCOLTES, EN UTILISANT MOINS DE

Plus en détail

Lorsque les privilèges le permettent, il est possible :

Lorsque les privilèges le permettent, il est possible : 8.21 MESSAGERIE ET FERMETURE Cette fonction permet à l administrateur du système d envoyer des messages aux utilisateurs et de planifier l arrêt de l application. SERVICES OFFERTS Lorsque les privilèges

Plus en détail

Information générale Marche à suivre

Information générale Marche à suivre Le dossier pour l intégration d un enfant handicapé dans un service de garde contient de l information générale, des explications sur la marche à suivre et les formulaires à remplir pour faciliter cette

Plus en détail

IRRIGUER : COMBIEN ÇA COÛTE?

IRRIGUER : COMBIEN ÇA COÛTE? IRRIGUER : COMBIEN ÇA COÛTE? Daniel Bergeron, agr., M. Sc., MAPAQ Serge Bouchard, technologue, MAPAQ Journée Irrigation de la pomme de terre 17 février 2015 Trois-Rivières Systèmes d irrigation abordés

Plus en détail

Évaluation de l efficacité de cinq biopesticides contre Botrytis cinerea dans la fraise

Évaluation de l efficacité de cinq biopesticides contre Botrytis cinerea dans la fraise Évaluation de l efficacité de cinq biopesticides contre Botrytis cinerea dans la fraise PROJET # PHYD 1-13-08 DURÉE DU PROJET : MAI 013 / FÉVRIER 015 RAPPORT FINAL Réalisé par : Catherine Thireau, agr.

Plus en détail

Prévisions météo avec HD2 : les mailles ont la cote!

Prévisions météo avec HD2 : les mailles ont la cote! Prévisions météo avec HD2 : les mailles ont la cote! Dossier de Présentation La prévision numérique Le modèle HD2 de Prévimétéo Les applications du HD2 : Le vent Les précipitations Les températures Les

Plus en détail

Irrigation de l asperge Pertinence et façons de faire

Irrigation de l asperge Pertinence et façons de faire Conférence présentée lors de la Journée sur l asperge Irrigation de l asperge Pertinence et façons de faire DANIEL BERGERON, agr. Conseiller en horticulture Centre de services agricoles de Québec, MAPAQ

Plus en détail

SOMMAIRE. Conditions de stockage et de pose sur chantier... 45. Protection d accès... 47

SOMMAIRE. Conditions de stockage et de pose sur chantier... 45. Protection d accès... 47 SOMMAIRE Généralités........................................... 5 Domaine d application du guide............................. 6 Définition de la pose flottante.............................. 7 Parquets

Plus en détail

UTILE DES SOLS POUR UNE GESTION RATIONNELLE DES EAUX DE L IRRIGATIONL

UTILE DES SOLS POUR UNE GESTION RATIONNELLE DES EAUX DE L IRRIGATIONL CALCUL DE LA RÉSERVE R UTILE DES SOLS POUR UNE GESTION RATIONNELLE DES EAUX DE L IRRIGATIONL Pr. El Mansouri B. Laboratoire Environnement- Ressources Naturelle Télédétection, Unité de Recherche Ressources

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 22/07/2015 17:44 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé CAPA : Certificat d'aptitude professionnelle agricole option Productions

Plus en détail

807101 Durée : 05/2008 03/2011

807101 Durée : 05/2008 03/2011 Mise au point d une régie de culture hors-sol des fraisiers à jour neutre sous grands tunnels nordiques Yves Desjardins 1, André Gosselin 1 et Sharokh Khanizadeh 2 807101 Durée : 05/2008 03/2011 FAITS

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Essai des cultures de tomate et de concombre cultivés sous grands tunnels Carlos Baez, M.Sc., MS agronome Colloque sur les grands tunnels 15 mars 2011 Plan de la présentation Présentation de la ferme Objectifs

Plus en détail

Leçon de mathématiques appliquées au projet d Education Relative à l Environnement (ERE)

Leçon de mathématiques appliquées au projet d Education Relative à l Environnement (ERE) E.E.S.S.C.F.«Le chêneux», rue D Ampsin 9, 4540 Amay Leçon de mathématiques appliquées au projet d Education Relative à l Environnement (ERE) 1 Mathématiques appliquées. Introduction : Grâce aux subsides

Plus en détail

Par Nicolas MOREL Mise à jour du 29 novembre 2015

Par Nicolas MOREL Mise à jour du 29 novembre 2015 Par Nicolas MOREL Mise à jour du 29 novembre 2015 Composition du sang : Plasma Globules rouges Globules blancs Plaquettes 55 % du total 4,5 à 5 millions par mm3 7 000 par mm3 250 000 à 400 000 par mm3

Plus en détail

Chapitre 2 Pressions et débits dans les canalisations

Chapitre 2 Pressions et débits dans les canalisations Chapitre 2 Pressions et débits dans les canalisations I. Notion de pression. Activité préliminaire (page 24 Nathan) : le cycle de l eau domestique. Correction : 1. Les stations de pompage et les châteaux

Plus en détail

La production de semences maraîchères

La production de semences maraîchères La production de semences maraîchères RADHORT CENTRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L'HORTICULTURE CAMBÉRÈNE DAKAR ISRA Institut de Sénégalais de Recherches Agricoles CDH Centre pour le Développement de l Horticulture

Plus en détail

STRATÉGIES DE FERTILISATION RELATIVES À L INDICE DE SATURATION EN PHOSPHORE DES SOLS

STRATÉGIES DE FERTILISATION RELATIVES À L INDICE DE SATURATION EN PHOSPHORE DES SOLS Contexte réglementaire STRATÉGIES DE FERTILISATION RELATIVES À L INDICE DE SATURATION EN PHOSPHORE DES SOLS Lorsque l indice de saturation en phosphore du sol minéral (ISP 1 = (P/Al) M-3 ), déterminé par

Plus en détail

Le laboratoire d'hydrologie forestière de l'université Laval: Passé, présent et futur

Le laboratoire d'hydrologie forestière de l'université Laval: Passé, présent et futur Le laboratoire d'hydrologie forestière de l'université Laval: Passé, présent et futur Sylvain Jutras, ing.f., Ph.D. Professeur en hydrologie forestière Département des sciences du bois et de la forêt Faculté

Plus en détail

PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DU POIREAU

PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DU POIREAU PLUS DE RECOLTES MOINS DE COUT LES SOLUTIONS NETAFIM POUR L IRRIGATION DU POIREAU LE POIREAU SE CULTIVE SUR TOUS TYPES DE SOLS MAIS IL LUI FAUT CEPENDANT DES TERRES FRAICHES ET BIEN AéRéES. IL EST EXIGEANT

Plus en détail

FIF-ENGREF B. Jabiol, 2001 L EAU DANS LE SOL

FIF-ENGREF B. Jabiol, 2001 L EAU DANS LE SOL FIF-ENGREF B. Jabiol, 2001 L EAU DANS LE SOL 1 1 - Objet Evapotranspiration - états d humidité variables, d aspect et dans le temps Précipitations - transits de l eau : selon quelles forces, quelles directions,

Plus en détail

RECHERCHE DE CONFORT DU PATIENT, ALLIANCE AVEC UN PROCHE AIDANT

RECHERCHE DE CONFORT DU PATIENT, ALLIANCE AVEC UN PROCHE AIDANT RECHERCHE DE CONFORT DU PATIENT, ALLIANCE AVEC UN PROCHE AIDANT Par Lise Vachon, physiothérapeute, ostéopathe, intervenante dans l équipe de soins palliatifs du CLSC des Seigneuries CSSS Pierre-Boucher

Plus en détail

Espèces, mélanges, cultivars. Quoi choisir?

Espèces, mélanges, cultivars. Quoi choisir? Espèces, mélanges, cultivars. Quoi choisir? Gilles Bélanger Centre de recherche et développement sur les sols et les grandes cultures Agriculture et Agroalimentaire Canada Investir en plantes fourragères

Plus en détail

Article publié dans Porc Québec - Octobre 2003 ÉCONOMIE

Article publié dans Porc Québec - Octobre 2003 ÉCONOMIE NÉGOCIER UN CONTRAT D INTÉGRATION Article publié dans Porc Québec - Octobre 2003 ÉCONOMIE YVES DESJARDINS, AGRONOME, LES CONSULTANTS DENIS CHAMPAGNE Une comparaison des types de contrats de production

Plus en détail

La vente à la ferme par oùo. commencer? PLAN DE LA PRÉSENTATION ---------------------- INTRODUCTION PLAN DE LA PRÉSENTATION ----------------------

La vente à la ferme par oùo. commencer? PLAN DE LA PRÉSENTATION ---------------------- INTRODUCTION PLAN DE LA PRÉSENTATION ---------------------- La vente à la ferme par oùo commencer? Par: ANDRÉ CARRIER, agronome, M.Sc. Conseiller régional r en horticulture Direction régionale r de la Chaudière re-appalaches Février 2007 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

ANNEXE - LES OUTILS POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE OUTIL NO 1 : LE CONTRAT D ÉQUIPE. Cours : Travail :

ANNEXE - LES OUTILS POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE OUTIL NO 1 : LE CONTRAT D ÉQUIPE. Cours : Travail : 1 ANNEXE - LES OUTILS POUR LE TRAVAIL EN ÉQUIPE Pour faire suite à la présentation «Le travail en équipe, rêve ou cauchemar?» voici une version électronique des outils présentés. À ceux qui seront tentés

Plus en détail

EVALUATION 5 e Sciences de la vie et de la Terre Mai 2009. Académie de Rouen

EVALUATION 5 e Sciences de la vie et de la Terre Mai 2009. Académie de Rouen EVALUATION 5 e Sciences de la vie et de la Terre Mai 2009 Académie de Rouen Collège : NOM : Prénom : Classe : Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1 à 8. Les réponses sont à fournir sur le document.

Plus en détail

PROTOCOLE DE CARACTÉRISATION DES LISIERS DE PORC

PROTOCOLE DE CARACTÉRISATION DES LISIERS DE PORC PROTOCOLE DE CARACTÉRISATION DES LISIERS DE PORC Rédaction Hélène Perrault, M.Sc.A., agronome, Vert sur vert Comité technique Porc: Ministère du Développement durable, de lʼenvironnement et des Parcs,

Plus en détail

TD7 Régression linéaire

TD7 Régression linéaire 1 Université Joseph Fourier L/STA30 TD7 Régression linéaire Objectifs : Epliquer un facteur modélisé par une variable aléatoire gaussienne à l aide d une variable eplicative, au vu d une série de n couples

Plus en détail

Règles de palissage - vignes palissées plan relevé. Rendement butoir (hors lies et bourbes)

Règles de palissage - vignes palissées plan relevé. Rendement butoir (hors lies et bourbes) AOC REGIONALE MUSCADET Cépage Densité de plantation Ecartement entre rangs Ecartement entre pieds Vignes taillées en Guyot Règles de palissage - vignes palissées plan relevé Hauteur de feuillage Seuil

Plus en détail

Architecture du complément de rémunération. Atelier du 20 avril 2015 DGEC. Bureau des Énergies Renouvelables

Architecture du complément de rémunération. Atelier du 20 avril 2015 DGEC. Bureau des Énergies Renouvelables Architecture du complément de rémunération Atelier du 20 avril 2015 Bureau des Énergies Renouvelables DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie WWW.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

PROGRAMME D'AIDE GOUVERNEMENTALE AU TRANSPORT ADAPTÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES VOLET SOUPLE DES MODALITÉS D'APPLICATION DU CADRE FINANCIER 2002-2004

PROGRAMME D'AIDE GOUVERNEMENTALE AU TRANSPORT ADAPTÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES VOLET SOUPLE DES MODALITÉS D'APPLICATION DU CADRE FINANCIER 2002-2004 PROGRAMME D'AIDE GOUVERNEMENTALE AU TRANSPORT ADAPTÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES VOLET SOUPLE DES MODALITÉS D'APPLICATION DU CADRE FINANCIER 2002-2004 Document destiné aux municipalités de moins de 10 000

Plus en détail

L application des articles du RSST concernant les chariots élévateurs

L application des articles du RSST concernant les chariots élévateurs L application des articles du RSST concernant les chariots élévateurs Des questions et des précisions François Fontaine, ing. CSST Direction régionale St-Jean-sur-Richelieu 09/06/2008 1 Loi, règlement,

Plus en détail

PROTÉGEZ-VOUS DU BRUIT... - POUR ENTENDRE LE SILENCE

PROTÉGEZ-VOUS DU BRUIT... - POUR ENTENDRE LE SILENCE Silence Please PROTÉGEZ-VOUS DU BRUIT... - POUR ENTENDRE LE SILENCE CLÔTURE ANTIBRUIT EFFICACE POUR LA MAISON ET LE JARDIN Vivre sans Bruit NoiStop est une solution optimale pour protéger la maison et

Plus en détail

La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale!

La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale! La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale! Journée sur l innovation en agriculture Alma, le 1 décembre 215 Nadia Bergeron, agr., M. Sc., Ph. D. Chargée

Plus en détail

CMAS. La plongée dans le courant Standards. Version 2010/01. (BoD 171)

CMAS. La plongée dans le courant Standards. Version 2010/01. (BoD 171) CMAS Confédération Mondiale Des Activités Subaquatiques La plongée dans le courant Standards Version 2010/01 (BoD 171) Standards de plongée dans le courant - Version 2009/1 Commentaires RFC s 4/11/09 Page

Plus en détail

Apport d une nouvelle technologie d imagerie Géoradar à l évaluation de l état des dalles des tabliers de ponts en béton armé R712.

Apport d une nouvelle technologie d imagerie Géoradar à l évaluation de l état des dalles des tabliers de ponts en béton armé R712. Projet de recherche Apport d une nouvelle technologie d imagerie Géoradar à l évaluation de l état des dalles des tabliers de ponts en béton armé R712.1 Rapport présenté à : Marjolaine Pépin Responsable

Plus en détail

1. QUEL VOLUME DE BOUILLIE CHOISIR EN DESHERBAGE

1. QUEL VOLUME DE BOUILLIE CHOISIR EN DESHERBAGE Page : 1 / 8 1. QUEL VOLUME DE BOUILLIE CHOISIR EN DESHERBAGE L utilisation des spécialités herbicides nécessite une technicité de plus en plus grande pour réaliser des applications de manière à la fois

Plus en détail

1.1 Effet du suivi de croissance sur le GMQ des chevreaux

1.1 Effet du suivi de croissance sur le GMQ des chevreaux 1. ANALYSE TECHNICO-ÉCONOMIQUE L analyse technico-économique de l élevage des chevrettes a pour but de connaître l impact de l investissement en temps et en argent pour ce secteur d activité. Elle permettra

Plus en détail

DM30 Pompes à chaleur

DM30 Pompes à chaleur DM30 Pompes à chaleur I Pompe à chaleur [ESIM 2001, PC Phys.2] Une pompe à chaleur fonctionnant selon un cycle d air est utilisée pour le chauffage d une habitation. La machine comprend (figure ci-contre)

Plus en détail

Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 4. Corps, santé, bien-être, sécurité

Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 4. Corps, santé, bien-être, sécurité Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 EPI e Corps, santé, bien-être, sécurité Rencontre sportive et scientifique autour de l effort physique en demi-fond Présentation de

Plus en détail

ÉVALUATIONS VARIÉTALES / TOMATE

ÉVALUATIONS VARIÉTALES / TOMATE Évaluation variétale "Tomate" - 1 - Évaluation variétale "Tomate Grappe", en production d été sous abri Essai réalisé à l EARL du Lanno à Trélévern (22) Les 4 variétés de tomates grappes (d après leur

Plus en détail

MESURE DE LA RUGOSITE D'UNE SURFACE

MESURE DE LA RUGOSITE D'UNE SURFACE EC Lille Mise en Oeuvre et Procédés Qualité et Métrologie G2 2011/2012 MESURE DE LA RUGOSITE D'UNE SURFACE Plan du TP 1. Introduction 2. Principe de caractérisation d une surface à l aide d un profilomètre

Plus en détail

Objet : Appel de candidatures pour des formateurs internes en management.

Objet : Appel de candidatures pour des formateurs internes en management. MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Secrétariat Général Service des Ressources Humaines Sous-direction du Développement Professionnel et des Relations sociales Bureau de la Formation Continue Adresse

Plus en détail

La Financière agricole : Nouveautés dans les programmes

La Financière agricole : Nouveautés dans les programmes La Financière agricole : Nouveautés dans les programmes Janvier 2014 Par : Michel Beaulac François Lefebvre Micheline Ferland Plan de la présentation (nouveautés) Programme d appui àla diversification

Plus en détail

BP.35 37, Av de Rosières 54110 DOMBASLE/ MEURTHE

BP.35 37, Av de Rosières 54110 DOMBASLE/ MEURTHE POMPES GROUPES SURPRESSION N 8 CATALOGUE 01/03/2015 BP.35 37, Av de Rosières 54110 DOMBASLE/ MEURTHE Tél : 03.83.45.30.15 Fax : 03.83.45.35.95 E-mail : contact@francou-soltrace.fr site web : www.francou-soltrace.fr

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Source : GARF Basse-Normandie 1/6

RESSOURCES HUMAINES. Source : GARF Basse-Normandie 1/6 RESSOURCES HUMAINES Source : GARF Basse-Normandie 1/6 Le mot du président La pratique des entretiens individuels annuels est un outil de management. Ce type d appréciation de l activité et de l implication

Plus en détail

Maintenance préventive et conditionnelle

Maintenance préventive et conditionnelle 1 Code OSIA: 10xxx AFPA Juillet 2013 V1 EMI Maintenance préventive et conditionnelle Pour les roulements il existe deux opérations de maintenance préventive effectuées dans les entreprises La lubrification

Plus en détail

DLC/DLUO? Détermination et validation de la durée de vie Contexte réglementaire. Laurence GIULIANI DGAL

DLC/DLUO? Détermination et validation de la durée de vie Contexte réglementaire. Laurence GIULIANI DGAL DLC/DLUO? Détermination et validation de la durée de vie Contexte réglementaire Laurence GIULIANI DGAL Durée de vie des aliments Aspects juridiques (1) Code de la consommation (article R112-9) prévoit,

Plus en détail

Fiche Technique. Autre Production. Septembre 2008

Fiche Technique. Autre Production. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Houblon Septembre 2008 Autre Production Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Définition

Plus en détail

CHAPITRE 4 - JEUX DU QUÉBEC

CHAPITRE 4 - JEUX DU QUÉBEC CHAPITRE 4 - JEUX DU QUÉBEC ARTICLES TITRES PAGES 4.01 FRÉQUENCE 4.1 4.02 CATÉGORIE ET RÉGIONS PARTICIPANTES 4.1 4.03 SÉLECTION DES ÉQUIPES 4.2 4.04 ÉLIGIBILITÉ 4.2 4.05 PRÉSENCE DERRIÈRE LE BANC 4.2 4.06

Plus en détail

CORRIGÉ BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL LOGISTIQUE. Épreuve E2 : Étude de situation professionnelle. Épreuve écrit Durée 3 heures Coefficient 5

CORRIGÉ BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL LOGISTIQUE. Épreuve E2 : Étude de situation professionnelle. Épreuve écrit Durée 3 heures Coefficient 5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL LOGISTIQUE Épreuve E2 : Étude de situation professionnelle Épreuve écrit Durée 3 heures Coefficient 5 EXEMPLE DE SUJET PROPOSITION 1 CORRIGÉ 1 1. Complétez le descriptif des

Plus en détail

engrais àlibération contrôlée PlantProducts.com Tout pour votre réussite

engrais àlibération contrôlée PlantProducts.com Tout pour votre réussite PlantProducts.com Tout pour votre réussite engrais àlibération contrôlée engrais à libération contrôlée Une seule application, de nombreux avantages. Les engrais à libération contrôlé offerts par Plant

Plus en détail

Règlement technique fédéral Les terrains de badminton

Règlement technique fédéral Les terrains de badminton S E C T E U R E Q U I P E M E N T RÈGLEMENT TECHNIQUE Edition Juillet 2010 Règlement technique fédéral Les terrains de badminton Les terrains de badminton Règlement Technique Mise à jour : 05 juillet 2010

Plus en détail

Pulvérisation Optimum en arboriculture. Renaud Cavalier

Pulvérisation Optimum en arboriculture. Renaud Cavalier Pulvérisation Optimum en arboriculture Renaud Cavalier Des pulvérisateurs qui évoluent Des châssis homologués circulation routière Essieux Simple Double Boogie Les cuves Agitation Elle permet de maintenir

Plus en détail

LA PREPARATION DE CHANTIER LES TEMPS

LA PREPARATION DE CHANTIER LES TEMPS LA PREPARATION DE CHANTIER LES TEMPS BUTS Quelque soit l'industrie, il est nécessaire de posséder des catalogues de temps pour déterminer la valeur du travail. En effet il ne manque pas d'exemples où les

Plus en détail

Validation d outils de géomatique pour la gestion de l eau

Validation d outils de géomatique pour la gestion de l eau Validation d outils de géomatique pour la gestion de l eau Réalisé par Roger Rivest, agr MAPAQ, Montérégie-Est Saint-Hyacinthe Avant-propos Parmi les gaz à effet de serre produits par le secteur agricole,

Plus en détail

QUESTIONS FREQUENTES

QUESTIONS FREQUENTES QUESTIONS FREQUENTES Que sont les signaux DCF 77 et HBG? Ces 2 signaux sont des signaux horaires. L'émetteur des signaux horaires DCF77 est situé en Allemagne, à Mainflingen (près de Francfort). L émetteur

Plus en détail

Applicateur Dohrmann. Manuel de l utilisateur DE-1000. Distribué par Semican Inc. 366 rang 10, Plessisville 1-866-SEMICAN. Léo S.

Applicateur Dohrmann. Manuel de l utilisateur DE-1000. Distribué par Semican Inc. 366 rang 10, Plessisville 1-866-SEMICAN. Léo S. Applicateur Dohrmann Manuel de l utilisateur DE-1000 Distribué par Semican Inc. 366 rang 10, Plessisville 1-866-SEMICAN 1 Dohrmann DE-1000 Procédures d assemblement et d installation 1. Attachez le boîtier

Plus en détail

CHAPITRE VII GCI 735 - OUVRAGES EN TERRE PROTECTION DES OUVRAGES EN TERRE CONTRE LES VAGUES

CHAPITRE VII GCI 735 - OUVRAGES EN TERRE PROTECTION DES OUVRAGES EN TERRE CONTRE LES VAGUES CHAPITRE VII PROTECTION DES OUVRAGES EN TERRE CONTRE LES VAGUES 7.1 Introduction Sans protection, un barrage en terre serait rapidement érodé par les vagues et l action des glaces. L expérience montre

Plus en détail