PRÉVENIR AUSSI. Les moisissures, ça pousse comme des champignons. Les échafaudages sur consoles, un dossier en évolution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉVENIR AUSSI. Les moisissures, ça pousse comme des champignons. Les échafaudages sur consoles, un dossier en évolution"

Transcription

1 PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne 2004 Les moisissures, ça pousse comme des champignons Les échafaudages sur consoles, un dossier en évolution Un outil bien adapté, un gain pour la santé et la sécurité du travail!

2 Thérèse Michaud LES MOISISSURES, Les édifices vieillissent et leur entretien laisse à désirer. Ces deux facteurs seraient respon-sables des problèmes de moisissures que connaissent de 14 à 38 % des maisons cana-diennes. Loin de se résorber, ce problème va croissant et les plaintes à ce sujet vont doublant. Pour les travailleurs de la construction, les travaux de démolition, de rénovation, voire la construction de bâtiments neufs, peuvent les exposer aux moisissures. Un examen visuel du bâtiment en vue de les déceler ou d'en mesurer l'étendue, avant d'entreprendre des travaux, s'avère crucial. Voici quelques informations susceptibles d'en faciliter la tâche. Tant que l'on ne prend pas les moyens draconiens pour enrayer les moisissures, rien ne leur fait obstacle, pas même une porte. Les moisissures proprement dites Que sont les moisissures? Les moisissures sont des champignons que l'on trouve à l'état naturel dans l'environnement. Ces microorganismes se reproduisent par spores qui, lorsqu'ils sont en suspension dans l'air, peuvent pénétrer dans un bâtiment et qui, lorsque les conditions sont favorables, croissent et se nourrissent des matières organiques des matériaux sur lesquels ils se déposent. Les conditions essentielles à leur croissance L'humidité, l'obscurité, une température appropriée, soit entre 10 et 42 o C et de la matière organique, c'est-à-dire des matériaux pour se nourrir. Les causes de leur formation Un bris de plomberie. Une fuite d'eau dans la toiture et dans l'enveloppe du bâtiment. Une inondation, un incendie, des problèmes de qualité de l'air à l'intérieur tels que mauvais contrôle de l'humidité et manque d'air frais. Les milieux de croissance des moisissures Les filtres à air, les systèmes de climatisation et de chauffage, les conduits de ventilation, la tuyauterie, les fondations, la char-pente et les poutres d'un bâtiment, les prises de courant et d'ordinateur. L'isolant acoustique et thermique à l'intérieur d'une unité de ventilation, la surface intérieure des conduits de ventilation et le bac de condensation à l'intérieur d'un système de ventilation. L'endos de papier peint, les panneaux de placoplâtre, le dessus des tuiles acoustiques, le dessous de tapis, les matériaux humides à l'intérieur d'un faux plafond, le dessous d'un plancher en bois. La détection de la présence de moisissures Les odeurs de moisi à la suite de dégâts d'eau et les problèmes de santé rapportés par les occupants laissent soupçonner la présence de moisissures. Non visibles, elles sont pourtant bien présentes. Si on soupçonne la présence de moisissures cachées, vaut mieux engager des professionnels, car l'enlèvement de papier peint contaminé, par exemple, peut relâcher une quantité massive de spores dans l'air intérieur et rendre le milieux de travail dangereux pour les occupants. Les clés de la prévention des moisissures Résoudre les problèmes d'humidité avant qu'ils ne deviennent des problèmes de moisissures : réparer toute fuite d'eau, surveiller les taches de condensation, maintenir l'humidité relative entre 30 et 50 % la condensation de la vapeur d'eau sur des surfaces froides peut favoriser la prolifération des moisissures. Nettoyer tout dégât d'eau dans les 48 heures et jeter tout objet contaminé qui ne peut être complètement décontaminé, par exemple les livres, les meubles, les vêtements. Un tapis peut, à son insu, camoufler des moisissures, mais il a ses limites Quand les moisissures n'en finissent plus de se reproduire, il leur faut une porte de sortie : les pores du tapis. Les dommages matériels causés par les moisissures Ne pas remédier aux moisissures, c'est provoquer la pourriture et l'affaissement de la structure du bâtiment auquel elles s'attaquent. Les moisissures et l'organisme humain Les voies d'entrée dans l'organisme Les champignons et leurs mycotoxines peuvent pénétrer dans l'organisme par ingestion, inhalation, par voie cutanée et par les muqueuses. L'infection par inhalation serait la plus importante. Les effets sur la santé Difficultés respiratoires, maux de tête, irritation de la peau, larmoiements, toux, rhinites, sinusites, réactions allergènes. Toutes les moisissures ont le potentiel de causer des effets sur la santé. Certaines produisent des allergènes, des irritants et dans certains cas des toxines. La gravité des symptômes dépend de l'espèce de moisissures en présence, de la durée d'exposition, de l'âge et des allergies ou sensibilités des occupants. Photo en couverture Paysage d'hiver? Peinture contemporaine? Ni l'un ni l'autre. Prolifération de moisissures et quelle prolifération!l'humidité, ingrédient indispensable à leur croissance, était au rendez-vous sans invitation. 2 PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne 2004

3 ça pousse comme des champignons Mario Arsenault Les moisissures et la loi La Loi sur la santé et la sécurité du travail L'article 51 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail spécifie que l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique du travailleur. Aucun article de loi n'est édicté sur les moisissures. Les moisissures et leur enlèvement Que faire en présence de moisissures? Lorsque les moisissures sont visibles, il faut en évaluer l'étendue et choisir une firme spécialisée pour qu'elle procède aux mesures correctives : éliminer les sources d'eau, déterminer les équipements de protection individuelle à utiliser et les étapes à suivre pour enlever les matériaux contaminés. Nettoyer les moisissures et les endroits contaminés selon la bonne méthode (voir information ci-contre). Régler les problèmes d'eau et/ou d'humidité et faire les Nettoyage des dégâts d'eau réparations appropriées. Il importe de préciser que la présente classification des dégâts d'eau en risque faible, modéré ou élevé relève de l'initiative des spécialistes et n'est nullement édictée par un article de loi. Dans les 24 ou 48 heures Selon les matériaux touchés, il faut soit les sécher, soit en extraire l'eau, soit les laver ou carrément les jeter et les remplacer. Ces actions conviennent lorsque de l'eau propre est à l'origine du dégât d'eau. Si les matériaux sont contaminés par de l'eau d'égout ou par des polluants chimiques ou biologiques, il faut recourir à des services professionnels. Matériaux humides depuis plus de 48 heures ou moisissures en croissance Surface endommagée inférieure à 1 m 2 (10 pi 2 ) = risque faible Méthode de nettoyage selon le type de matériaux endommagé. Il est encore possible de nettoyer les matériaux (extraire eau, nettoyer avec aspirateur) Protection minimale : masque jetable approprié ou demi-masque réutilisable à cartouche avec filtre HEPA N95 de NIOSH, gants et lunettes de protection imperméables à l'air. - Méthode d'isolement : pas nécessaire. Surface endommagée entre 1 et 10 m 2 (10 et 100 pi 2 ) = risque modéré Méthode de nettoyage selon le type de matériaux endommagés. Il faut commencer à envisager de jeter dans des sacs de polyéthylène scellés certains matériaux tels que tapis, certains meubles, placoplâtre, ce que l'on pouvait s'exempter de faire à l'étape précédente. Protection limitée : masque à cartouche avec filtre HEPA de type N100, vêtement de protection jetable ou réutilisable, gants et lunettes de protection imperméables à l'air. Méthode d'isolement : isolement par l'installation d'une enceinte constituée d'un matériau étanche; protection du système de ventilation du bâtiment. Lors des travaux d'enlèvement des moisissures Tenir compte du fait que les occupants d'un bâtiment dont le système immunitaire est affaibli sont plus à risque et que les travailleurs qui ont des problèmes de santé doivent consulter le médecin avant que ne commencent les travaux. Inspection visuelle Il est essentiel d'effectuer une inspection visuelle après avoir procédé à l'enlèvement de moisissures afin de constater l'absence d'infiltration, de dégât d'eau ou de croissance fongique. Surface endommagée supérieure à 10 m 2 (100 pi 2 ) = risque élevé Méthode de nettoyage : il faut aller jusqu'à envisager de devoir détruire des planchers et des surfaces de bois. Protection complète : masque à ventilation assistée avec filtres HEPA, vêtement de protection jetable de type TYVEK (protection de la tête aux pieds), gants et lunettes de protection imperméables à l'air. Méthode d'isolement : installation d'une enceinte constituée d'un matériau étanche; ventilation de l'enceinte par pression négative (au minimum 1 pascal ) avec 4 changements d'air à l'heure et protection du système de ventilation du bâtiment. Construction Safety Association of Ontario. «Moulds = risk». Network News. Vol. 6 no. 3 (March 2001). P. 1 Bibliographie Allard, M. «Moisissure : un taux d'humidité de 60 à 70 % à l'école Fernand-Seguin». La Presse. 13 novembre P. E3 Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail. Qualité de l'air intérieur moisissures et champignons. Site Internet. Construction Safety Association of Ontario. Sahai, Dru. Moulds : controlling exposure is essential. Site Internet. D'Halewyn, M.-A., Legris, M., Frenette, Y. «Contamination de l'air intérieur et problèmes de santé». Travail et santé. Vol. 17, n o 3. P Legris, M, Frenette, Y., d'halewyn, M.-A. «Prévention et mesures correctrices». Travail et santé. Vol. 17, n o 3. P Nguyen, V.H. Guide de prévention : la prévention des moisissures dans les écoles, les hôpitaux et les édifices publics et commerciaux. Montréal : Le Groupe Teknika, 200? 42 p. Ontario. Ministère du Travail. Moisissures dans les lieux de travail. Site Internet. PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne

4 LES ÉCHAFAUDAGE SUR CONSOLES, un dossier en évolution Les échafaudages sur consoles ont-ils la résistance requise pour assurer la protection des couvreurs contre les chutes? Cette question se pose et les démarches pour en faire la preuve s'imposent. Parce que Le samedi 3 mai 2003, un journalier glisse d'un toit en pente de 45 degrés (12/12), passe entre le plancher et la lisse intermédiaire d'un échafaudage sur consoles installé sur les murs d'une maison en construction, fait une chute de 3,6 mètres et, du jour au lendemain, devient paraplégique. Mandat de simulations informatiques confié au GRAME Cet accident est un incitatif majeur à la mise sur pied d'un comité, chapeauté par la CSST, pour s'interroger sur l'aspect sécuritaire des échafaudages sur consoles. Aux fins de l'enquête d'accident, la CSST a confié au Groupe de recherche en analyse du mouvement et Ergonomie (GRAME), de la faculté de médecine de l'université Laval, le mandat de simuler la chute du travailleur lors de l'accident afin de déterminer sa trajectoire, son point d'impact sur l'échafaudage et les vitesses atteintes lors de sa chute. Résultats des premières analyses du GRAME Le 5 avril 2004, le GRAME présente aux membres du comité couvreurs, fabricants d'échafaudages, représentants de l'apchq et de l'asp Construction, les résultats de ses travaux. Il en ressort que, lors de sa chute à partir du faîte du toit, le corps du travailleur a atteint une force d'impact de près de 12 kilonewtons au point de contact avec l'échafaudage. Cette force est de beaucoup supérieure à la résistance de 0,9 kilonewton en force horizontale qu'exige l'article du Code de sécurité pour les travaux de construction pour les garde-corps. Décisions du comité À la lumière des résultats de cette étude, les membres du comité demandent au GRAME de la poursuivre afin de déterminer la trajectoire, la vitesse et la force générées par la chute d'un travailleur à 1, 2, 3 et 4 mètres du bord du toit, à différentes inclinaisons : 4/12, 6/12, 8/12,10/12 et 12/12. Ces données permettront de faire une première évaluation des systèmes de protection utilisés par les couvreurs du résidentiel. Résultats des deuxièmes analyses du GRAME Le 15 juin 2004, le GRAME présente les résultats de ses essais par simulation en laboratoire et par simulation informatique. Les simulations réalisées avec un volontaire en laboratoire corroborent les simulations informatiques présentées en avril. Elles révèlent que les vitesses de glissade peuvent atteindre 21 km/h avec une force d'impact de 14 kilonewtons sur une pente de toit de 12/12, alors que pour une pente de toit de 4/12, la vitesse de glissade peut atteindre 13 km/h avec une force d'impact de 7,2 kilonewtons. Selon les chercheurs du GRAME, la configuration actuelle d'un échafaudage sur consoles ne permet pas de freiner efficacement la chute d'un travailleur pour les pentes de 6/12 et plus. Mesures de sécurité échafaudées Fort de ces données, le comité émet les conclusions suivantes : Les échafaudages sur consoles sont des plates-formes de travail servant au positionnement des travailleurs. Ils ne peuvent être utilisés pour arrêter la chute d un travailleur à partir d un toit ou lors d une glissade. Pour les toits dont la pente est supérieure à 4/12 (19 degrés), seul un harnais conforme à l'article du Code de sécurité pour les travaux de construction (avec absorbeur d'énergie, cordon d'assujettissement, coulisseau, corde d'assurance verticale et point d'ancrage) peut être utilisé en toute sécurité pour protéger les travailleurs contre les chutes à partir d'un toit en pente. Contraintes de taille Le comité est conscient que l'application de ces mesures ne sera pas sans problème, compte tenu des contraintes suivantes, qui s'avèrent de taille : Il peut arriver, à certaines occasions, que l'ancrage pour le système de prévention des chutes n'ait pas toujours une résistance de 18 kilonewtons, comme le prévoit le Code de sécurité pour les travaux de construction. Au moment de la mise en place des nouvelles fermes de toit, il n'y a aucun élément de structure de 18 kilonewtons près du toit. C'est pourquoi l'utilisation des échafaudages sur consoles est encore requise. Il y a lieu de se demander si les ancrages offrent une sécurité suffisante lors de la réfection ou de la réparation de toitures compte tenu que la structure de bois sur laquelle ils sont fixés peut être détériorée. Du pain sur la planche Donc, encore beaucoup de problématiques sur lesquelles le comité devra se pencher et auxquelles il devra trouver des solutions. Les prochaines démarches qu'il envisage d'entreprendre? Informer les usagers et les intervenants de la construction concernés des dangers d'utilisation des échafaudages sur consoles comme système d'arrêt de chute. Concevoir un guide sur les règles de conception des échafaudages sur consoles et préciser leurs limites d'utilisation. Faire un survol des ancrages temporaires de toit disponibles sur le marché et obtenir les devis techniques de conception et d'installation. Développer une méthode de travail pour les couvreurs avec harnais de sécurité et autres accessoires. L'ASP Construction suivra de près l'évolution de ce dossier et vous transmettra les décisions que prendra le sous-comité. 4 PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne 2004

5 L ingéniosité au service de la prévention UN BON TUYAU POUR ACCROÎTRE LA PERFORMANCE DES OUTILS PNEUMATIQUES PAR TEMPS FROID! OUTILS DE TRA Thérèse Michaud en collaboration avec Paul Brosseau L'automne est à nos portes avec sa kyrielle de couleurs et ses nuits froides. Pour l'utilisateur d'outils pneumatiques, le froid peut représenter des risques additionnels de blessures s'il n'a pas pris soin d en planifier l entretien ou s'il méconnaît le fonctionnement des nouveaux outils de ce type offerts sur le marché. Quels sont donc les dangers auxquels il fait face par temps froid? Les tuyaux : deuxième source de risque Des coupleurs pivotants assurent une meilleure flexibilité, éliminent la torsion des tuyaux et facilitent la manutention. Le froid : première source de risque Le froid augmente la condensation dans le réservoir d'air. Si l'utilisateur n'effectue pas la vidange d'eau quoti-diennement, et ce, après avoir mis le compresseur en position «arrêt» et ouvert la valve sous le réservoir, l'eau se déversera dans les tuyaux, les raccords et l'outil. Résultats? Détérioration du système pneumatique, diminution de la puissance de l'outil, réglage difficile, gel et rupture des tuyaux, bris de l'outil, etc. L'utilisateur avisé prendra soin de vidanger le réservoir et d'y verser un peu d'antigel. De plus, il versera dans le compresseur une huile synthétique, dont la propriété est de ne pas figer par temps froid. Le diamètre intérieur des tuyaux pour outils pneumatiques mesure généralement 1/4 de pouce. Son étroitesse diminue l'apport en air tout en réduisant la puissance de l'outil. Si à cet inconvénient majeur s'ajoute celui de la circulation d'eau provenant du réservoir, l'outil perdra davantage de sa puissance et deviendra une source de danger. Des tuyaux faits d'un matériau moins sujet à la rupture par froid intense et d'un diamètre intérieur supérieur, soit de 3/8 de pouce, peuvent remédier à cette situation. Les coupleurs : troisième source de risque Sur des tuyaux de cette dimension, le raccordement s'effectuera au moyen de coupleurs de 3/8 de pouce, compatibles avec tous les tuyaux, en vissant un coupleur mâle sur l'outil et un femelle sur chaque tuyau. La torsion des tuyaux, causée par la rigidité des coupleurs, rend la manutention plus difficile pour l'utilisateur, sans compter qu'elle peut provoquer des chutes. Il se vend des raccords pivotants qui assurent une meilleure flexibilité des tuyaux et exigent moins d'effort de la part de l'utilisateur. Rangement de l'outil au froid : quatrième source de risque Le coupleur d'un diamètre de 3/8 de pouce s'adapte à un tuyau de 3/8 de pouce. Avec un coupleur et un tuyau de cette dimension, l'apport en air est supérieur à celui que procure un coupleur et un tuyau de 1/4 de pouce de diamètre. Pour s'éviter toute sorte de problèmes, le travailleur verra à toujours ranger un outil pneumatique dans un endroit tempéré. Si, pour une raison ou pour une autre, il ne peut respecter cette directive, il apportera l'outil dans un endroit chaud pour le réchauffer avant de l'utiliser. Il réduira ensuite la pression d'air à 40 psi, retirera tous les clous ou agrafes de l'outil, raccordera le tuyau d'air et fera un essai à blanc. Cette pression est suffisante pour l'essai à blanc ne jamais faire un essai à blanc à haute pression. Les opérations à vitesse lente ont tendance à réchauffer les pièces mobiles. Nos sincères remerciements au centre d outillage L.B. inc., à Saint-Nicolas, pour sa précieuse collaboration. PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne

6 Un outil bien adapté, un gain pour la santé et la sécurité du travail! Thérèse Michaud, en collaboration avec Marie-Josée Aubert Plus puissants que dans le passé, les outils à main électriques et pneumatiques sont abondamment utilisés par les ouvriers sur les chantiers de construction. Devant le vaste éventail d'outils que leur offre le marché, comment peuvent-ils s'y retrouver? Comment savoir quel outil sera adapté à la fois à eux et à leur travail? Ouf, tout un défi! Pour le surmonter, il faut respecter les critères de base suivants : opter pour un outil robuste et puissant qui répond aux exigences des différentes opérations et qui procure le maximum de confort. Voici quelques caractéristiques à prendre en considération lors du choix d'un outil à main. La poignée est la composante la plus importante de l'outil, car c'est elle qui offre un contact direct avec la main de l'utilisateur. Évitez d'acheter une poignée avec empreintes de doigts prémoulées, qui ne convient pas à tous et qui compriment les tissus de la main sur lesquels elles s'appliquent. Optez pour une poignée que vous pourrez manier en conservant le poignet bien droit. L'épaisseur de la poignée doit être telle que les doigts puissent entourer plus de la moitié de la circonférence sans rejoindre le pouce. Lorsqu'ils s'enroulent bien autour de la poignée, ils font travailler les muscles de l'avant-bras et non ceux de la main. Ces derniers se fatiguent moins vite et limitent les risques d'échapper l'outil et de se blesser. La longueur de la poignée doit se prolonger sur toute la longueur de la paume pour éviter l'écrasement des tissus mous. Plus longue sera la poignée meilleure sera la répartition de la pression. Assurez-vous que la longueur de la poignée sera suffisante lorsque vous porterez des gants! Le matériau et/ou la texture de la poignée doivent assurer une friction suffisante entre la main et la poignée afin que l'utilisateur ait une bonne prise et puisse exercer une force sur l'outil. L'actionnement des outils électriques doit préférablement se faire en appuyant sur une détente à gâchette plutôt que sur un bouton. Choisissez la gâchette la plus longue possible afin de pouvoir l'actionner avec deux ou trois doigts, ce qui distribuera les forces et réduira la fatigue musculaire. Le poids de l'outil ne devrait pas dépasser 1 kg, particulièrement s'il sert à exécuter une tâche répétitive. L'outil qui excède ce poids devrait reposer sur un support, qui lui fera contrepoids. Exception à cette règle : la meuleuse électrique se doit, elle, d'être plus lourde pour éviter à l'utilisateur de déployer une grande force lors de l'utilisation. Les vibrations qu'émettent certains outils sont dommageables pour la santé. Lorsque vous envisagez d'acheter un outil, informez-vous sur le niveau de vibrations qu'il émet. Privilégiez l'achat d'un outil dont la conception minimise les vibrations à l'achat de gants ou de membranes anti-vibratiles, qui se révèlent peu efficaces. Pour choisir judicieusement un outil, il faut bien connaître la nature du travail à effectuer et les caractéristiques physiques de l'utilisateur. Le travailleur se trouve donc le mieux placé pour procéder à la sélection d'un outil. Connaissant bien le travail à exécuter, il est en mesure d'établir ses exigences en termes de puissance, de forme, de poids et des fonctions particulières de l'outil. N'oubliez pas que l'utilisation fréquente et prolongée d'un outil non adapté peut entraîner une fatigue ou des douleurs qui peuvent conduire à des lésions musculo-squelettiques : tendinite, bursite, épicondylite, syndrome du tunnel carpien et maladie de Quervain. Un crochet à poignée pour vous épargner des douleurs au dos Si en même temps que vous appliquez une force vous adoptez une posture contraignante, vous augmentez grandement le risque de développer une lésion musculo-squelettique. Tirer, transporter, soulever un objet sont, de prime abord, des mouvements exigeants pour le dos. Ils le sont encore plus lorsqu'on ajoute une charge. Lorsque cette charge est dépourvue de prise, vous imaginez-vous à quel point ils peuvent l'être? Afin de minimiser vos efforts de manutention lorsque vous accomplissez ces actions, voici un crochet muni d'une poignée de plastique, d'une tige d'acier flexible recouverte d'un revêtement protecteur à l'extrémité de laquelle est fixé un crochet. Il est offert en trois longueurs : 50 cm, 72 cm et 97 cm. Lorsque vous manutentionnez des objets dépourvus de prise, vous éprouvez des difficultés de manutention et vous courez le risque de les échapper et de vous blesser en les échappant. Grâce à sa poignée, conçue pour droitiers et gauchers, ce crochet vous assure une bonne préhension des objets de grande dimension tels que feuilles de contreplaqué ou de placoplâtre lorsque vous montez un escalier et vous aide à garder le dos droit durant la manutention. Gagnez en santé-sécurité! Idéalement, vous devez pousser un objet et non le tirer, ce qui vous permet d'utiliser toute la force de votre corps et non uniquement celle de vos bras et de votre tronc. Mais il y a des circonstances où il vous faut abso-lument tirer un objet sur une surface plane. Dans ce cas, ce crochet peut vous être d'une aide précieuse à la condition que vous preniez soin de le fixer à l'objet, à la hauteur de vos hanches. Ainsi, vous adopterez une posture qui maintiendra votre dos droit et réduira les mouvements de flexion qui, à la longue, pourraient détériorer les disques intervertébraux et risquer de vous causer des hernies ou des entorses. De plus, en tirant sur l'objet avec ce crochet, vous ferez dos à la charge, limiterez les mouvements de torsion, car vous aurez une meilleure visibilité puisque vous regarderez droit devant vous. Lorsque vous utilisez un outil parfaitement adapté à la tâche à accomplir, vous êtes plus à l'aise et vous pouvez l'utiliser plus longtemps, d'où un accroissement de la production et de la qualité du travail. Dans le cas contraire, la fatigue risque de vous gagner rapidement et la tâche d'être mal effectuée. Ne perdez pas de vue que l'utilisation de cet outil n'élimine pas l'application des bonnes techniques de manutention : maintenir le dos droit, fléchir les genoux, limiter la charge à manutentionner, transporter à deux une lourde charge, etc. Pour information sur le produit, communiquez avec Thérèse Michaud au (514) ou , poste 315 M. Marc Jean, de Rimouski, est l heureux gagnant du harnais porte-outils paru dans le numéro précédent. Pour participer au tirage, remplissez la section appropriée sur le coupon d'abonnement. 6 PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne 2004

7 Babillard Rendez-vous Événement : Salon Ressources Santé-Sécurité Date : 14 octobre, de 9 h 30 à 20 h 30 Endroit : Centre des congrès Holiday Inn Saguenay À quelle fréquence le mât de distribution d'un camion-pompe à béton doit-il subir un examen général? Voici ce que dit à ce sujet l'article 55 du Règlement sur les pompes à béton et les mâts de distribution (S-2.1,r. 12.5). «Une personne qui fournit, loue ou utilise un camion-pompe dont elle est le propriétaire doit lui faire subir un examen général par une personne compétente au moins une fois par année ou à toutes les heures d'utilisation, selon la première éventualité.» Événement : Bâtiment Contech 2004 Date : 4 novembre, de 9 h à 18 h Endroit : Centre des congrès Québec Événement : Le Grand Rendez-Vous Date : 10 et 11 novembre Endroit : Palais des congrès Montréal AUTOMNAUX Événement : 15 e Colloque sur la santé et la sécurité Date : 10 et 11 novembre Endroit : Centre des congrès de Rouyn -Noranda Événement : 10 e Colloque sur la santé et la sécurité Date : 16 novembre Endroit : Centre des congrès Québec Événement : Bâtiment Contech 2004 Date : 25 novembre, de 9 h à 19 h Endroit : Palais des congrès Montréal Les pièces portantes d'un camion-pompe à béton doivent-elles subir un examen genéral? Voici ce que dit à ce sujet l'aticle 57? du Règlement sur les pompes à béton et les mâts de distribution. «Une personne qui fournit, loue ou utilise un camion-pompe dont elle est le propriétaire doit s'assurer que les pièces portantes du camion-pompe font l'objet d'un examen non destructif, par un organisme certifié qui a à son service des inspecteurs certifiés dans les circonstances suivantes : 1 o à compter de la e heure d'utilisation d'un camionpompe suivant sa fabrication ou au cinquième anniversaire de sa première mise en service, selon la première éventualité et, par la suite, au moins une fois à toutes les heures d'utilisation ou à tous les 3 ans, selon la première éventualité; 2 o avant toute mise en service au Québec d'un camion-pompe usagé; 3 o après tout effort anormal ou tout incident qui a provoqué une réparation essentielle.» Lorsque vous désirez louer un camion-pompe, assurez-vous, avant même que le camion arrive sur votre chantier, qu'il est en règle et qu'une attestation du locateur le confirme. Convention de la Poste-publications N PRÉVENIR AUSSI Volume 19, numéro 3, automne

8 Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur de la construction Centre de documentation Prévenir aussi est publié quatre fois l'an par l'asp Construction. Les publications de l'asp Construction sont offertes gratuitement aux travailleurs et aux employeurs de la construction qui en font la demande à leur association syndicale ou patronale respective. La reproduction d'un texte est autorisée à la condition d'en mentionner la source et de nous en faire parvenir une copie. DÉPÔT LÉGAL: Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec Directeur général: M. Paul Héroux Textes: Thérèse Michaud Documentation: Lucie Brunet Graphisme et mise en pages: Josianne Arsenault Tirage: ASP Construction 7905, boul. Louis-H.-Lafontaine Bureau 301 Anjou QC H1K 4E4 Tél.(514) Téléc.:(514) Site Internet: Centre de documentation: Courrier électronique pour commander nos publications Nos conseillers: Les moisissures Ce document audiovisuel explique comment se développent les moisissures et les effets allergènes ou toxiques qu'elles peuvent avoir sur la santé. Il présente plusieurs exemples où les bâtiments tels que des résidences, des écoles et des hôpitaux ont été contaminés soit à la suite de dégâts d'eau, soit dans les systèmes de ventilation ou lors de travaux de rénovation. Société Radio-Canada. Les moisissures. Montréal : Société Radio-Canada, vidéocassette, 14 min ½ po (VHS). Cote : VC Nous vous offrons également une liste de documents de référence qui proposent une foule de renseignements sur les moisissures. Ces documents aideront les entrepreneurs à identifier et à éviter la formation de moisissures liées aux travaux de construction ou de rénovation en milieu résidentiel ou dans le édifices publics. Association canadienne de la construction. Lignes directrices sur les moisissures pour l'industrie canadienne de la construction. Ottawa : AAC, p. (Document normalisé de construction ACC ; ). Cote : MO Association canadienne de normalisation. Lutte contre l'infection pendant les travaux de construction ou de rénovation dans les établissements de santé. Mississauga, Ont.: CSA, p. CAN/CSA Z Cote : NO Institut national de santé publique du Québec. Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels; Laboratoire de santé publique du Québec. Les risques à la santé associés à la présence de moisissures en milieu intérieur : rapport scientifique. Québec : L'Institut, p. Cote : MO Nguyen, V.H. Le nouveau standard ASHRAE : comment prévenir les moisissures est une priorité. Congrès de l'association québécoise pour l'hygiène, la santé et la sécurité du travail (25 e : 2003 : Trois-Rivières, Québec). Trois-Rivières, Qué. : AQHSST, P Cote : MO Santé Canada. Direction générale de la santé de la population et de la santé publique. Infections nosocomiales chez les patients d'établissements de santé liées aux travaux de construction : atténuer le risque d'aspergillose, de légionellose et d'autres infections. [S.l.] : Santé Canada. Direction de la planification de la gestion et des opérations, p. Tous ces documents sont disponibles pour le prêt.

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

dans le milieu de travail Un guide de base

dans le milieu de travail Un guide de base dans le milieu de travail Un guide de base Résumé Les moisissures sont une réalité incontournable. Elles se développent presque partout où des gens vivent et travaillent. Les moisissures sont reconnues

Plus en détail

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS Les moisissures dans les bâtiments Qu est-ce que la moisissure? Les moisissures dans l environnement Champignons microscopiques à croissance

Plus en détail

Axel Laprise et Guillaume Larouche Groupe 022140 Enveloppe 221-C40-CH ANALYSE D'UNE TOITURE DE RÉSIDENCE. Présenté à: Jean-René Cloutier-Ménard

Axel Laprise et Guillaume Larouche Groupe 022140 Enveloppe 221-C40-CH ANALYSE D'UNE TOITURE DE RÉSIDENCE. Présenté à: Jean-René Cloutier-Ménard Axel Laprise et Guillaume Larouche Groupe 022140 Enveloppe 221-C40-CH ANALYSE D'UNE TOITURE DE RÉSIDENCE Présenté à: Jean-René Cloutier-Ménard Technologie de l'architecture 21 septembre 2010 Table des

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE. Identification du destinataire

RAPPORT D'ENQUÊTE. Identification du destinataire EN003413 RAPPORT Identification du destinataire Numéro du destinataire : Toitures Alain Tardif Identification du lieu de travail : 3332, rue Vigneron, Beauport Numéro du lieu de travail : Adressé à : Date

Plus en détail

Guide à l intention des sinistrés de la Montérégie

Guide à l intention des sinistrés de la Montérégie Guide à l intention des sinistrés de la Montérégie Juin 2011 Mise en garde 3 1) Évaluation de la situation 3 2) Stratégie de retrait de l eau 4 a) Eau souillée 4 b) Eau contaminée 4 c) Vide sanitaire 4

Plus en détail

Les moisissures et votre santé

Les moisissures et votre santé Les moisissures et votre santé Ce que vous devez savoir pour une maison en santé Information à l intention des membres des communautés des Premières nations Les moisissures et votre santé - DVD Information

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 LA VENTILATION DES COUVERTURES 01-01-1998 TABLE DES MATIÈRES Page 1- Historique... 1 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 3- Recommandations et investigations avant réfection... 3 4-

Plus en détail

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON Le présent code de directives pratiques s inspire de celui de la province du

Plus en détail

De nouvelles dispositions réglementaire depuis le 1er septembre 2004

De nouvelles dispositions réglementaire depuis le 1er septembre 2004 Fiche technique de sécurité Le travail en hauteur De nouvelles dispositions réglementaire depuis le 1er septembre 2004 Le décret n 2004-924 en date du 1er septembre 2004 abrogea les principales dispositions

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 EN003429 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE ÎLE-DE-MONTRÉAL-1 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN EMPLOYEUR AU 426, RUE GAGNÉ, LASALLE LE 7 JUILLET 2003 PAUL LÉTOURNEAU, ING., INSPECTEUR TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

LES PRODUITS DE PROTECTION ANTICHUTE. Absolument indispensables!

LES PRODUITS DE PROTECTION ANTICHUTE. Absolument indispensables! LES PRODUITS DE PROTECTION ANTICHUTE Absolument indispensables! LES PRODUITS DE PROTECTION ANTICHUTE Absolument indispensables! Dans un contexte où 80 % des accidents sont causés par un manque de protection

Plus en détail

La protection respiratoire à adduction d air

La protection respiratoire à adduction d air 7Fiche technique La protection respiratoire à adduction d air La pompe à air ambiant Dans les ateliers de carrosserie, le décapage au jet d abrasif et la pulvérisation de produits contenant des isocyanates

Plus en détail

LE CHOIX D UN CHARIOT DE BIBLIOTHÈQUE

LE CHOIX D UN CHARIOT DE BIBLIOTHÈQUE FICHE TECHNIQUE #53 LE CHOIX D UN CHARIOT DE BIBLIOTHÈQUE Saviez-vous que? Selon une étude de l APSAM (Laberge, 2000) réalisée auprès de 316 bibliothèques publiques autonomes ou affiliées, 40 % des utilisateurs

Plus en détail

SIÈGE SURFACE DE TRAVAIL

SIÈGE SURFACE DE TRAVAIL Les accidents strictement de nature «ergonomique» coûtent une fortune aux entreprises canadiennes. En effet, Statistique Canada évaluait en 1996 à 1,5 milliards de dollars les coûts annuels associés aux

Plus en détail

Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014

Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014 Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014 (Questions soumises par le comité de loisirs, culture et vie communautaire) Q1.Quelle est la nature des réparations requises à la section de l aréna du

Plus en détail

A F F I C H A G E O B L I G A T O I R E

A F F I C H A G E O B L I G A T O I R E 2010-2011 9002-9323 Québec inc. (Agence de soins infirmiers Chantal Côté- division ASICC-MED) A F F I C H A G E O B L I G A T O I R E N o mutuelle MUT00724 Association(s) sectorielle(s) paritaire(s) Affaires

Plus en détail

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE TRAVAUX DE DÉCONTAMINATION ET D ENLÈVEMENT DE MATIÈRES DANGEREUSES Amiante, Vermiculite, Pyrite, Moisissures Les travaux de décontamination

Plus en détail

Retour sur le problème de contamination fongique à l Hôpital Honoré-Mercier

Retour sur le problème de contamination fongique à l Hôpital Honoré-Mercier Retour sur le problème de contamination fongique à l Hôpital Honoré-Mercier ASSTSAS - 10 mai 2006 Conférenciers Guy Beaudoin, directeur des ressources techniques Isabelle Cordeau, chargée de projets Plan

Plus en détail

La qualité de l air intérieur (moisissures) dans les milieux scolaires

La qualité de l air intérieur (moisissures) dans les milieux scolaires La qualité de l air intérieur (moisissures) dans les milieux scolaires Formation aux dirigeants Chantal Bonneau, B. Sc., infirmière Diane Langlois, M. Sc., chimiste 15 novembre 2012 En manchette Plan de

Plus en détail

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire

Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire Aménagement des véhicules citernes routiers pour un accès sécuritaire La meilleure façon de ne pas tomber, c est de ne pas monter! sinon, voici deux façons de vous protéger. Statistiques Les statistiques

Plus en détail

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et étanchéité LE RÔLE DE L ENVELOPPE VERTICALE DU BÂTIMENT EST DE FOURNIR UNE ENCEINTE PROTECTRICE DURABLE ET PERFORMANTE CONTRE LES INTEMPÉRIES ET D ASSURER LE CONFORT DES OCCU PANTS EN MINIMISANT OU EN

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Instructions d'installation DA 289-4 fr-ca

Instructions d'installation DA 289-4 fr-ca Instructions d'installation DA 289-4 fr-ca L installation, les réparations et l entretien doivent être effectués par un technicien autorisé de Miele, conformément aux normes de sécurité nationales et locales

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 28 SCÉNARIOS D ACCIDENTS CHEZ LES POMPIERS RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION

FICHE TECHNIQUE # 28 SCÉNARIOS D ACCIDENTS CHEZ LES POMPIERS RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION FICHE TECHNIQUE # 28 SCÉNARIOS D ACCIDENTS CHEZ LES POMPIERS Cette fiche technique présente sept scénarios d accidents pour lesquels des recommandations relatives à la prévention sont formulées. Le choix

Plus en détail

CAHIER TECHNIQUE C.T. 01 PRÉPARATION DU SECTEUR D INTERVENTION 1) Arrêter et calfeutrer les systèmes de ventilation et de traitement d air, afin d empêcher que toute poussière ne se propage vers les autres

Plus en détail

LES SYSTÈMES D ANCRAGE DE GARDE-CORPS SUR DES TOITS PLATS. Fiche de prévention

LES SYSTÈMES D ANCRAGE DE GARDE-CORPS SUR DES TOITS PLATS. Fiche de prévention LES SYSTÈMES D ANCRAGE DE GARDE-CORPS SUR DES TOITS PLATS Fiche de prévention IRSST ASP Construction LeS SySTèmeS d AnCRAge de garde-corps SuR des ToITS PLATS Fiche de prévention André Lan, IRSST François

Plus en détail

DIANE LANGLOIS DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE 1ER OCTOBRE 2014 DE LA MONTÉRÉGIE

DIANE LANGLOIS DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE 1ER OCTOBRE 2014 DE LA MONTÉRÉGIE DIANE LANGLOIS DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE LA MONTÉRÉGIE 1ER OCTOBRE 2014 2 Introduction Les préoccupations des gestionnaires Les conséquences possibles Des risques à la santé et au bien-être Le guide

Plus en détail

La qualité de l air et les moisissures

La qualité de l air et les moisissures La qualité de l air et les moisissures Michel Legris Hygiéniste du travail Direction de santé publique de la Capitale-Nationale 14 mai 2014 Au programme Préambule Problème préoccupant? Diagnostic Comment

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4211398 RAP1012159 RAPPORT D ENQUÊTE RAPPORT D ENQUÊTE EN004048 Accident mortel survenu à un travailleur de l'entreprise Michel Sylvain, le 10 novembre 2014, sur un chantier situé au 881, rang de l Achigan Nord à L Épiphanie Direction régionale

Plus en détail

ÉTAPE 1 DÉCIDER À QUELLE UTILISATION LE SOUS-SOL SERA DESTINÉ GUIDE DE PROJET COMMENT PLANIFIER LA RÉNOVATION DU SOUS-SOL

ÉTAPE 1 DÉCIDER À QUELLE UTILISATION LE SOUS-SOL SERA DESTINÉ GUIDE DE PROJET COMMENT PLANIFIER LA RÉNOVATION DU SOUS-SOL GUIDE DE PROJET La rénovation de votre sous-sol est un projet de rénovation résidentielle intéressant car non seulement vous pouvez augmenter ainsi la valeur de votre maison, mais également profiter de

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

PROCÉDURE PRÉPARATION & APPLICATION DES SURFACES

PROCÉDURE PRÉPARATION & APPLICATION DES SURFACES SUBSTRATS - APPLICATION Page 1 de 10 PROCÉDURE PRÉPARATION & APPLICATION DES SURFACES Gamme de produits TexNov : - L'Enduits Acryliques coloré (fin, rég) - Scellant Met-30 (base d'eau) - Scellant Met-HD

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

Ce qu'il faut savoir sur. KefaTherm. Protection physique anti condensation sans alternative, simple et efficace

Ce qu'il faut savoir sur. KefaTherm. Protection physique anti condensation sans alternative, simple et efficace Ce qu'il faut savoir sur KefaTherm Protection physique anti condensation sans alternative, simple et efficace Il existe un moyen sûr pour éviter la formation d'eau de condensation sur des surfaces problématiques

Plus en détail

PROTECTION CONTRE LES CHUTES

PROTECTION CONTRE LES CHUTES GARDE-CORPS PÉRIPHÉRIQUE TEMPORAIRE MODÈLE MH 44 Garde-corps provisoire de chantier pour toits. Protection de classe B selon la norme européenne EN 13374:2013 MANUEL D EMPLOI ET DE MISE EN PLACE Index

Plus en détail

Assemblage et maintenance

Assemblage et maintenance Assemblage et maintenance Vaste gamme provenant d'une source unique. Conceptions durables uniques. Performances rapides et fiables. Type Nbr de modèles Page Pompes d'épreuve 2 9.2 Gel tubes électriques

Plus en détail

Table des matières Page

Table des matières Page Table des matières Page Installation, Entreposage, Outils et Équipements.. 2 Mesures de Sécurité, Maintenance, Avis Important.. 3 Direction de la pose. 4 Vue d ensemble des détails de pose... 5 Détails

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Venmar établit les normes de l industrie de la ventilation! Venmar. Vous avez des problèmes de ventilation? détient la solution!

Venmar établit les normes de l industrie de la ventilation! Venmar. Vous avez des problèmes de ventilation? détient la solution! Venmar établit les normes de l industrie de la ventilation! Venmar Ventilation inc. est le plus important manufacturier d équipements destinés au traitement de la qualité de l air dans le domaine résidentiel

Plus en détail

Électricité et autres sources d énergie

Électricité et autres sources d énergie Fiche technique #75 Électricité et autres sources d énergie Équipements et outils pneumatiques : dangers et mesures de prévention L utilisation de tout outil comporte des dangers, mais comparativement

Plus en détail

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence.

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. 1 REGLES GENERALES 1.1 Disposition générale Le personnel est tenu de se conformer strictement

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010 Repentigny, le 31 août 2010 Monsieur François Dussault, propriétaire 76 rue Vinet Repentigny, Qc. J6A 1K9 Objet : Infiltration dans la salle de bains au 76 Vinet Monsieur Dussault, C est avec plaisir que

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations

Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations Travaux interdits et travail en élévation Aspects réglementaires applicables en EPLE Les interdits et les dérogations Adresse du site hygiène et sécurité académique: http://www.ac-creteil.fr/hygiene-securite

Plus en détail

Votre maison. Avant de réparer ou de remplacer le revêtement du toit. Figure 1 Problèmes courants

Votre maison. Avant de réparer ou de remplacer le revêtement du toit. Figure 1 Problèmes courants CF 28 g Avant de réparer ou de remplacer le revêtement du toit Solin non étanche ou détérioré La plupart des fuites par le toit se produisent à la traversée des différents ouvrages, tels que la cheminée.

Plus en détail

PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES ET CHARIOTS ÉLÉVATEURS

PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES ET CHARIOTS ÉLÉVATEURS PLATES-FORMES ÉLÉVATRICES ET CHARIOTS ÉLÉVATEURS 1. OBJET Cette procédure définit les pratiques encadrant l utilisation de nacelles élévatrices automotrices à bras articulé, de nacelles élévatrices automotrices

Plus en détail

INSTRUCTIONS COMPLÉTES

INSTRUCTIONS COMPLÉTES INSTRUCTIONS COMPLÉTES Le Service de plans du Canada, un organisme fédéral-provincial, favorise le transfert de technologie au moyen de feuillets, de croquis et de plans de construction qui montrent comment

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT

RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT EN003591 RAPPORT D ENQUÊTE D ACCIDENT Direction régionale de Montréal 1 Accident mortel survenu à un travailleur de la compagnie Toitures et profiles métalliques Nobel St-Laurent inc. le 20 octobre 2005

Plus en détail

NORMES DE PRATIQUE D INSPECTION DE BÂTIMENT

NORMES DE PRATIQUE D INSPECTION DE BÂTIMENT ASSOCIATION DES THERMOGRAPHES EN INSPECTION DE BÂTIMENT 84 RUE DES ROSIERS, ST-APOLLINAIRE, QC G0S 2E0 TÉLÉPHONE : 1-888-931-0221 NORMES DE PRATIQUE D INSPECTION DE BÂTIMENT L'inspecteur agit comme généraliste

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION Série Héritage

GUIDE D INSTALLATION Série Héritage GUIDE D INSTALLATION Série Héritage SYSTÈME DE TOITURE SIÈGE SOCIAL 1418, rue Michael, Ottawa, ON K1B 3R2 LIGNE DIRECTE 1 800-267-0860 TÉLÉPHONE 1 613-746-3206 TÉLÉCOPIEUR 1 613-746-0445 JUIN 2010 BUREAU

Plus en détail

Avant de réparer ou remplacer le revêtement du toit

Avant de réparer ou remplacer le revêtement du toit 17/09/07 11:44 1 of 7 Les feuillets d information suivants sont de la série générale Votre maison. Avant de réparer ou remplacer le revêtement du toit Tout revêtement de toit doit à un moment ou à un autre

Plus en détail

Ensemble des spécifications techniques. de tous nos formats de bras de manutention. Document complémentaire à la brochure

Ensemble des spécifications techniques. de tous nos formats de bras de manutention. Document complémentaire à la brochure Ensemble des spécifications techniques de tous nos formats de bras de manutention Document complémentaire à la brochure Table des matières 1. Énergie et consommation.....1 2. Pression et qualité de l'air......1

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité 1 Origine et cheminement de l humidité Définir le confort 2 1) Origine de l humidité dans l habitat: Production

Plus en détail

Prêt pour l énergie solaire

Prêt pour l énergie solaire Préparer une maison pour l eau chauffée à solaire Au cours de la construction ou d une rénovation, c est commode et économique d arranger une maison pour l installation subséquente d un chauffe-eau solaire.

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6. Origine :

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6. Origine : POLITIQUE : MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6 Origine : Services de l équipement Autorité : Résolution 92-04-22-7.2 Référence(s) : ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Carole Savoie, Ph.D. chimie Conseillère principale en santé et sécurité Secteur santé et sécurité Février 2010

Carole Savoie, Ph.D. chimie Conseillère principale en santé et sécurité Secteur santé et sécurité Février 2010 SST6000 Atelier de formation en santé et sécurité Carole Savoie, Ph.D. chimie Conseillère principale en santé et sécurité Secteur santé et sécurité Février 2010 Coordonnées Carole Savoie Bureau: C-237.9

Plus en détail

1 sur 6 23/08/2007 22:59

1 sur 6 23/08/2007 22:59 1 sur 6 23/08/2007 22:59 Isoler le grenier et le diviser avec un mur en béton cellulaire - Laine de roche - Couteau à pain - Latte en acier - Film de polyéthylène - Un peigne à colle - Une scie (à main)

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay les

Plus en détail

PvSpin. Mode d'emploi PvSpin. Appareil de nettoyage pour les modules PV

PvSpin. Mode d'emploi PvSpin. Appareil de nettoyage pour les modules PV PvSpin Appareil de nettoyage pour les modules PV Le PvSpin est un appareil de nettoyage permettant un nettoyage doux et facile des surfaces de modules photovoltaïques. Des modules PV fortement salis peuvent

Plus en détail

EXIGENCES POUR L'APPLICATION DE BARDEAUX D'ASPHALTE SUR DES SUPPORTS DE COUVERTURE EN BOIS AVEC PENTE DE 1:3 OU PLUS

EXIGENCES POUR L'APPLICATION DE BARDEAUX D'ASPHALTE SUR DES SUPPORTS DE COUVERTURE EN BOIS AVEC PENTE DE 1:3 OU PLUS DIVISION IV EXIGENCES POUR L'APPLICATION DE BARDEAUX D'ASPHALTE SUR DES SUPPORTS DE COUVERTURE EN BOIS AVEC PENTE DE 1:3 OU PLUS Note: Les bardeaux avec armatures organiques ont été retirés du marché.

Plus en détail

Notice d installation et d utilisation. (à conserver précieusement) Hygromaster

Notice d installation et d utilisation. (à conserver précieusement) Hygromaster R Notice d installation et d utilisation (à conserver précieusement) Hygromaster INDICATIONS PORTEES SUR LA PLAQUE SIGNALETIQUE PLACEE SUR L'APPAREIL : o Modèle :.. o N de série :.. o Date d'achat :...

Plus en détail

BULLETIN TECHNIQUE. publié par l Association béton Québec

BULLETIN TECHNIQUE. publié par l Association béton Québec Techno-béton BULLETIN TECHNIQUE publié par l Association béton Québec n o 8 LA CURE ) INTRODUCTION L'humidité relative et les conditions climatiques défavorables lors de la mise en place d'un béton exposé

Plus en détail

Aspirateur Sans Sac Cyclonique de 2nde génération TC30s

Aspirateur Sans Sac Cyclonique de 2nde génération TC30s Manuel d Utilisation Aspirateur Sans Sac Cyclonique de 2nde génération TC30s Conservez ce manuel pour vous y reporter plus tard LISEZ TOUTES LES INSTRUCTIONS AVANT D'UTILISER CET APPAREIL Quand on utilise

Plus en détail

Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP

Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP Manuel d utilisation HEATSTRIP,. HEATSTRIP 1 Table des matières Contenu de la livraison Page 2 Introduction Page 3 Préparation Page 4 Lieu d'installation Page 5 Instructions de montage Page 6 Indications

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.15 ÉCHAFAUDAGES, PLATES-FORMES ET AUTRES INSTALLATIONS TEMPORAIRES

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.15 ÉCHAFAUDAGES, PLATES-FORMES ET AUTRES INSTALLATIONS TEMPORAIRES DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES ÉCHAFAUDAGES, PLATES-FORMES ET AUTRES SECTION 6 CONDITIONS TECHNIQUES NORMALISÉES TABLE DES MATIÈRES PAGE... 1 6.15.1 GÉNÉRALITÉS... 1 6.15.2 NORMES DE RÉFÉRENCES... 1 6.15.3

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE ET D'INSTALLATION

CONSIGNES DE SECURITE ET D'INSTALLATION l CONSIGNES DE SECURITE ET D'INSTALLATION NOTICE ORIGINALE IMPORTANT : Lire attentivement tous les documents avant le stockage, l'installation ou la mise en service du matériel concerné (à usage strictement

Plus en détail

Les caractéristiques d'une bonne cave à vin

Les caractéristiques d'une bonne cave à vin L'aération Une bonne cave est une cave aérée. Pour éviter un taux d'humidité trop important et le développement de champignons un léger courant d'air suffit, mais trop d'aération peut aussi nuire à la

Plus en détail

Membrane élastomère PLASET

Membrane élastomère PLASET Membrane élastomère PLASET P DESCRIPTION La membrane élastomère PLASET est un composé polymérique synthétique en émulsion, constitué de deux fractions. Appliqué sous forme liquide, le produit a été spécifiquement

Plus en détail

La qualité de l air en service de garde

La qualité de l air en service de garde Sylvain LeQuoc asstsas La qualité de l air en service de garde Le nez et les yeux irrités, la gorge sèche? Voilà quelques symptômes qui laissent supposer une mauvaise qualité de l air à l intérieur (QAI)

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

étape du travail en hauteur

étape du travail en hauteur Élimination des dangers de chute; La première étape du travail en hauteur IFPS 2010 Hilton Baltimore, Baltimore, Maryland 16 juin 2010 Révisé: : 30 juin 2010 Marc-André Pilon, VP 2010 Cordages Barry Ce

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Pose, maintenance et dépose des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en sécurité Guillaume J.Plisson - pour l'inrs Des préconisations

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

Les moisissures: Pour mieux intervenir. Michel Legris Hygiéniste du travail consultant (formation)

Les moisissures: Pour mieux intervenir. Michel Legris Hygiéniste du travail consultant (formation) Les moisissures: Pour mieux intervenir Michel Legris Hygiéniste du travail consultant (formation) 13 Novembre 2014 Pour mieux prévenir Assècher rapidement les dégâts d eau et diminuer l humidité relative

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR

GUIDE DE L UTILISATEUR GUIDE DE L UTILISATEUR VB0106 MODÈLES 90H NOVO+ 190H NOVO+ VEUILLEZ LIRE ET CONSERVER CES INSTRUCTIONS 08001 rév. A À propos de ce guide Ce guide utilise les symboles suivants pour mettre en évidence des

Plus en détail

Traitement de l air en piscines couvertes

Traitement de l air en piscines couvertes Traitement de l air en piscines couvertes Notions générales Le confort thermique: L objectif du traitement de l air est d assurer le confort thermique des personnes, tout en minimisant la dépense énergétique.

Plus en détail

Guide pour la protection des mains et le port de gants

Guide pour la protection des mains et le port de gants Guide pour la protection des mains et le port de gants INTRODUCTION Les produits chimiques peuvent être manipulés de manière sure, pourvu que l'utilisateur identifie tout danger pouvant exister et prenne

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO PLAN Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO INTRODUCTION La protection contre les chutes de hauteur est trop souvent réduite à une question d'équipements de protection

Plus en détail

La manutention manuelle et la prévention des maux de dos. Plan de la présentation

La manutention manuelle et la prévention des maux de dos. Plan de la présentation La manutention manuelle et la prévention des maux de dos. Joëlle Harrisson Prévention-Inspection, CSST Colloque CSST 2014, Abitibi-Témiscamingue Plan de la présentation Anatomie de la colonne vertébrale

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

Reconnaître et comprendre le phénomène...2. Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5

Reconnaître et comprendre le phénomène...2. Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5 TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 Reconnaître et comprendre le phénomène...2 Identifier les éléments qui contribuent au phénomène...5 Évaluer le risque pour la construction d un nouveau bâtiment...7 Poser

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION PLANCHER

GUIDE D INSTALLATION PLANCHER GUIDE D INSTALLATION PLANCHER Avant de commencer l installation de votre plancher signé Planchers Bellefeuille, vous devez lire attentivement ce guide en entier afin de bien comprendre les exigences et

Plus en détail

Fiches d'information. Formation sur l'entretien des planchers pour la prévention des glissades et chutes de plain-pied

Fiches d'information. Formation sur l'entretien des planchers pour la prévention des glissades et chutes de plain-pied - + Fiches d'information Formation sur l'entretien des planchers pour la prévention des glissades et chutes de plain-pied Technologique document Six fiches résumant les informations pertinentes aux différentes

Plus en détail

1336, Sainte Hélène, Longueuil (Québec) J4K 3S6 Tél. : (450) 928-0573 Fax : (450) 928-2063

1336, Sainte Hélène, Longueuil (Québec) J4K 3S6 Tél. : (450) 928-0573 Fax : (450) 928-2063 Longueuil, le 15 novembre 2010 Ville de Beloeil 1000, rue Dupré Beloeil (Québec) J3G 4A8 Monsieur Alain Boisvert-Surintendant Division bâtiments électricité et mobiliers urbains. Monsieur, Objet : Résultat

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur - Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant la prévention des risques liés au travail en hauteur. 1. De nouvelles dispositions réglementaires

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs P/DN/IJ 7/7/2006 Amiante Protection des travailleurs Le décret n 2006-761 du 30 juin 2006 modifie le Code du travail et introduit de nouvelles règles pour la protection des travailleurs contre les risques

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le règlement sur la construction de la Ville est modifié par la modification du Règlement

Plus en détail

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1)

31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) 31 AOUT 2005. - Arrêté royal relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (1) ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents et à venir, Salut. Vu la loi du 4

Plus en détail

Date: Adresse d'expertise: Nom du client: C.P. 227, Mansonville, Québec, J0E 1X0 (819) 580-0471

Date: Adresse d'expertise: Nom du client: C.P. 227, Mansonville, Québec, J0E 1X0 (819) 580-0471 C.P. 227, Mansonville, Québec, J0E 1X0 (819) 580-0471 No d expertise: Inspecteur: Date: Adresse d'expertise: Nom du client: Page 2 INFORMATION GÉNÉRALE Nous tentons de donner au client un aperçu approfondi,

Plus en détail

Climatisation. Climatiseur monobloc. Généralités Principe de fonctionnement Montage Mise en service Maintenance

Climatisation. Climatiseur monobloc. Généralités Principe de fonctionnement Montage Mise en service Maintenance Climatisation Climatiseur monobloc Généralités Principe de fonctionnement Montage Mise en service Maintenance MDF M3 TIFCC M3 A.F.P.A. 2001 DEAT 1/20 Climatiseur monobloc Généralités Description Ce sont

Plus en détail

[TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE]

[TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE] CÉGEP CÉGEP DE CHICOUTIMI TRAVAIL PRÉSENTÉ À : M. JEAN-RENÉ CLOUTIER RÉALISÉ PAR : François Bouchard et Luca Fortin [TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE] Travail réalisé dans la cadre du cours d

Plus en détail