L'ABSENCE D'EXPRESSION VERBALE CHEZ L'ENFANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ABSENCE D'EXPRESSION VERBALE CHEZ L'ENFANT"

Transcription

1 L'ABSENCE D'EXPRESSION VERBALE CHEZ L'ENFANT Notes de rééducation Vers une méthode générale par Suzanne Borel-Maisonny AVANT-PROPOS 2 Première partie OBSERVATIONS COMMENTÉES 8 I - Introduction générale 9 Il - Les Dysphasies sévères et leur rééducation 18 III - La rééducation dans les surdités sévères et profondes 56 Deuxième partie APPROCHES MÉTHODOLOGIQUES DE CE TYPE DE RÉÉDUCATION 118 I - Phonétique Documents commentés pour l'enseignant 2- Quelques étapes de l'enseignement de la phonétique aux enfants : - les phonèmes - introduction des sons dans la parole Il - Accès aux éléments mélodico-rythmiques de la parole : sons et mouvements 147 III - Le langage oral : les sketches 156 le vocabulaire dans la phrase récit chronologique d'événements vécus l'organisation du temps dans la phrase complexe exemples d'analyse immédiate accès à des textes originaux utilisation de la caricature sketches à portée psychologique CONCLUSION D'ENSEMBLE 212 1

2 Avant-propos Jacques Roustit Orthophoniste Rédacteur en Chef de Rééducation Orthophonique Courriel : La publication de ce numéro de Rééducation Orthophonique a la volonté de marquer un de ces instants exceptionnels où l on voudrait figer le temps pendant quelques heures pour rassembler les fruits des s les passées et pour tracer les sillons de futurs labours prospères. L empreinte du temps Rééducation Orthophonique fête ses 45 ans. Suzanne Borel-Maisonny, sa fondatrice, avait compris très tôt la place et la fonction d une revue scientifique professionnelle ; elle qui, bien avant R.O., avait publié ses articles dans le Bulletin Binet-Simon, au long desquels elle jetait les bases de l orthophonie, de ses tests, de ses méthodes dans tous les types de troubles et de rééducations. Dans l éditorial du N 1 de «Rééducation orthophonique», elle expliquait «le pourquoi?» de cette nouvelle revue. Elle désirait en faire «le point de rencontre des orthophonistes avec tous ceux qui sont appelés à être concernés par la rééducation orthophonique : médecins, psychologues, enseignants, acteurs sociaux ou parents», répondant ainsi à la dimension pluridisciplinaire qui fait la richesse de l orthophonie. En visionnaire, elle assignait à cette première revue orthophonique française, une mission d information pour renforcer la prévention des troubles de la voix, de la parole, du langage oral et écrit. Elle faisait également remarquer le rôle fondamental d un tel média comme vecteur d identification, de référence et donc de développement de cette discipline en devenir, l orthophonie, en train de naître «de l état inorganique dans lequel elle risquait de se perdre», suivant ses propres termes. Elle en a fait le support des échanges interprofessionnels : une conception résolument moderne et d actualité pour toutes nos disciplines de santé. En quelques mots, tout était dit : informer, prévenir, rassembler, promouvoir, former. Aussi est-ce, pour nous, une nouvelle occasion de rendre hommage à une grande dame que beaucoup, aujourd hui sont en train de (re)découvrir. Cette vitalité singulière a soigneusement été nourrie au cours de l histoire par la participation de personnalités prestigieuses comme les Vallancien, Lau- 2 Rééducation Orthophonique - N décembre 2007

3 nay, Dugas, Bergé, Inizan, Diatkine, Lafon, Portmann, Brauner, et tous les orthophonistes qui sont venus, en pionniers, apporter leur pierre à l édifice dont les Dinville et Girolami-Boulinier qui nous ont quittés depuis et, aujourd hui, de tous les auteurs talentueux de nos plus jeunes générations. Depuis le 3 décembre 1994, date à laquelle la F.N.O. a pris le relais de l ARPLOEV pour la gestion de la revue, nous avons fidèlement suivi les perspectives fondatrices. La nouvelle formule rédactionnelle de Rééducation Orthophonique a 10 ans. Depuis décembre 1997, en effet, R.O. propose chaque trimestre, sous la direction experte de praticiens dans le domaine, un approfondissement plus exhaustif des connaissances au travers d un concept thématique. Quarante numéros ont ainsi vu le jour. Ils accompagnent les nombreuses formations continues des orthophonistes et font référence dans les travaux et articles de nombreuses autres disciplines. Le passé se conjugue au présent Lorsque nous cherchions le meilleur moyen de marquer la nouvelle étape de cette histoire, une évidence surgit : rééditer un ouvrage singulier que Suzanne Borel avait elle-même publié dans un numéro spécial de la revue, fin 1979, «L absence d expression verbale chez l enfant notes de rééducation vers une méthode générale». Loin d être démodés, ces écrits portent en eux une extrême vigueur et une fraîcheur vivace. Au travers d un trouble spécifique (dysphasie) et d un handicap sensoriel (surdités sévères et profondes), l auteur nous conduit, au travers d un modèle de parcours clinique, d observations commentées et d évaluations cliniques et instrumentales vers des approches méthodologiques alliant inventivité et rigueur. S il fallait énumérer les multiples autres arguments qui ont piloté ce choix éditorial quelque peu audacieux, nous ne citerions que les très nombreuses demandes réitérées au fil des ans, pour tenter d obtenir cette édition épuisée 1. Bien sûr, des raisons plus profondes nous ont guidés. A une époque où l orthophonie prend un essor particulier, il était utile de rappeler que l exemplarité de la démarche pionnière de nos aînés en a été la formidable rampe de lan- 1. Un merci particulier à Lucie Matteodo-Peyracchia qui fut, par sa récente demande, le déclic déterminant en faveur de cette initiative. 3

4 cement. Le présent numéro témoigne de cette rigueur scientifique particulière dans laquelle la recherche de pointe accompagne en permanence la finesse de l analyse clinique. Dans les écrits qui suivent, par exemple, il n est pas un article, pas un chapitre qui ne confronte les recueils de l observation avec les données et les mesures de la recherche instrumentale. Nous admirons encore les trésors d ingéniosité déployés par Madame Borel pour mettre en œuvre la mesure de ses observations. La mise en corrélation des résultats de ces analyses qualitatives et quantitatives composait déjà de solides diagnostics orthophoniques sur lesquels s appuyaient d éminents chirurgiens, spécialistes divers et chercheurs de sciences connexes. «L absence d expression verbale chez l enfant» est aussi une grande source de réflexions, de discussions et de questionnements auxquels nous avons tous, un jour, été confrontés. Suzanne Borel y apporte sa contribution. Certes, l évolution sociale, la modernité des moyens ont contribué à quelques changements dans les points de vue, mais la pertinence de sa réflexion reste plus que jamais d actualité. Ce questionnement contribue à alimenter les pistes actuelles de tous les travaux portant sur le développement langagier et ses troubles. Sous cet aspect, les deux précédents numéros de la revue, traitant de l évaluation des troubles spécifiques du langage oral, sont dans la lignée des travaux relatés dans le présent ouvrage. A l époque du «zéro papier» et du «tout informatique», nous ne pouvons, par ailleurs, qu être admiratifs devant les talents artistiques de Madame Borel. Ajoutons-y l humour qui ne fut pas sa moindre qualité. Cette fibre créative, imaginative, douée pour les arts graphiques, musicaux et du conte, témoigne des richesses que déploie la communication humaine. Nous y retrouvons, quelquefois sous une autre terminologie, tous les domaines que la littérature moderne paraît avoir découvert ces dernières décennies : de la pragmatique au développement sémiotique le plus évolué. Dans les échanges intergénérationnels, nous entendons souvent parler de la «géniale intuition clinique» de Suzanne Borel-Maisonny. D aucuns teinteraient cette formule d une conception quelque peu péjorative à l instar de certains chercheurs vis-à-vis de leurs partenaires cliniciens. Remarquons cependant que dans cette expression, il y a surtout le qualificatif «géniale»! C est ce que nous en retenons à la lecture des pages qui vont suivre. Nous comprenons rapidement que la praticienne que fut Suzanne Borel, était avant tout une géniale clinicienne-chercheuse d avant-garde. Nous percevons à l évidence que sa démarche originelle et originale n a rien à envier aux pratiques actuelles. 4

5 Son approche est, d une part, enrichie par la remarquable variété et diversité des troubles et pathologies de toutes origines qu elle prenait en charge. «L absence d expression verbale chez l enfant» en témoigne en partie. Elle se complète, d autre part, par une large ouverture au travers de divers regards explorant concomitamment l ensemble des aspects thérapeutiques, pédagogiques et psychologiques des sujets étudiés. Par ailleurs, le brio avec lequel sont rédigées les études de cas, sous-tend l acuité, la clairvoyance et la perspicacité d une observation qui devient la clé de voûte de l évaluation et du diagnostic. Du simple au complexe, du trouble articulatoire «simple» à la dysphasie réceptive la plus difficile, Suzanne Borel se joue des difficultés pour les transfigurer en évidences. Dans cette voie, il était alors aisé, pour elle, de poursuivre une logique de recherche de méthode. La mise en œuvre rédactionnelle de «L absence d expression verbale chez l enfant» se veut aussi une recherche «vers une méthode générale». Nous ferons remarquer ici que le terme de «méthode», dans son esprit, ne s est jamais superposé à une notion de panacée ou de «recette miracle». La «méthode Borel», c est avant tout un état d esprit, une démarche interrogative permanente. C est une quête de curiosité et d émerveillement concourant à la découverte. C est une garantie de rigueur dans l approche clinique adaptée au cas par cas mais reposant sur des savoirs étayés par les conclusions de sa recherche et par l accréditation des résultats de sa pratique. Comme chaque être porte en lui sa singularité, Suzanne Borel adaptait l essence de sa méthode à cette singularité. Nous devrions, alors, davantage parler «des méthodes de Madame Borel». Les études de cas contenues plus loin éclaireront ce propos. Beaucoup d autres raisons conforteraient notre choix en faveur de la réédition de ce numéro spécial. Nous laissons au lecteur le plaisir de la lecture, de la découverte pour ceux qui connaissent moins bien, de la réflexion sur la portée, l intérêt et l excellence de la pratique de notre discipline. et au futur Les travaux de Suzanne Borel-Maisonny n ont pris, à ce jour, que très peu de rides. Nombreux sont encore de ses chantiers inachevés qui restent à explorer. Au nom des jeunes générations qui ont pris en main une profession déjà bien structurée, nous tenons, pour conclure, à saluer l immense travail visionnaire de nos aînés et à remercier tous les orthophonistes pour ce remarquable et 5

6 singulier esprit de métier dont ils ont toujours témoigné. Merci aussi à tous ceux qui, venus d horizons divers, ont partagé leurs savoirs pour venir enrichir l orthophonie avec une grande générosité. Nous allons, encore mieux ensemble, continuer sur cette route, belle et passionnante, des sciences du langage et de la communication. Et enfin, nous tenons à dédier ce numéro à Emilia Benhamza, secrétaire de Rééducation Orthophonique pendant ces 23 dernières années. Elle a toujours porté, avec force et fidélité, la discrète, trop obscure mais indispensable responsabilité de la gestion administrative de la revue. Après également deux décennies passées au service de Suzanne Borel-Maisonny, Emilia va prendre, en ce mois de décembre, une retraite bien méritée. Le hasard veut que le premier document dont elle eut la charge auprès de Madame Borel, fut «L absence d expression verbale chez l enfant» C est une belle boucle qui se referme pour marquer l exceptionnelle carrière de notre chère collaboratrice. Au nom des centaines d auteurs, de tous les lecteurs de la revue et de l équipe rédactionnelle, nous tenons à lui adresser nos plus affectueux remerciements et lui témoigner toute notre reconnaissance. Longue vie à l orthophonie! Albi, le 28 novembre

7 L'absence d'expression verbale chez l'enfant Notes de rééducation Vers une méthode générale par Suzanne Borel-Maisonny Officier de la Légion d'honneur à titre hospitalier Fondateur et Chef du Service d'orthophonie de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Paris Prix Montyon pour l'ouvrage sur «La Phonétique des Divisions Palatines» (1931) Décoration du Mérite Social International, première classe, décernée par la Fédération Mondiale des Sourds (Verna, Juin 1979) «La pensée est une fonction ; elle est action. L'intelligence n'intervient dans le déroulement de la pensée que de façon secondaire à travers la qualité de la réalisation». A. Brauner 7

8 Première partie Observations commentées 8

9 I INTRODUCTION GÉNÉRALE 9

10 Introduction, généralités (Délimitation de l'étude) L'apparition et le développement du langage et de son aspect oral, la parole, semblent tellement aller de soi et être sans problèmes que les hésitations, les malversations ou les échecs en ce domaine provoquent l'étonnement et la recherche des causes. «Quand un enfant ne parle pas c'est qu'il est sourd ou qu'il est idiot». Cette affirmation sommaire proférée autrefois, si elle me parut de prime abord improbable et même révoltante n'en demeure pas moins, très grosso modo, chargée d'une incontestable réalité, elle est seulement lacunaire. L'idiot n'arrive pas au langage. Le sourd par lui-même n'y arrive pas davantage. Mais sitôt ces propos entendus l'esprit se hérisse d'objections. Entre le niveau mental le plus bas et le quotient intellectuel des super doués que de niveaux! Entre la cophose et une légère déficience auditive combien de degrés, combien d'aspects de la surdité? Mais surtout des pans entiers de l'édifice psycholinguistique ne sont pas explorés, ni même évoqués. Langage et intelligence Nous sommes obligés de mentionner quelques constatations banales. 1 - Le langage commence par être compris avant d'être parlé. 2 - II est important pour évaluer le niveau atteint de porter la plus grande attention aux faits permettant d'apprécier le mode de compréhension (en situation ou seulement verbal), il y a souvent disparité entre le niveau de compréhension et le niveau d'expression. 3 - Les premiers essais du petit enfant témoignent de ses hésitations, de son inhabileté. 4 - Les réalisations verbales vont du simple au complexe et les stades du développement sont, pour une langue donnée, approximativement les mêmes, en fonction de l'âge. Si bien qu'il est possible de parler de normes. 5 - Ces normes impliquent des zones de développement sans frontières et bien qu'il s'agisse d'acquisitions nouvelles les stades antérieurement atteints tombent en désuétude mais non dans l'oubli et restent toujours à notre disposition. 6 - Le langage se développe en fonction des acquisitions mentales, elles-mêmes résultant de l'ensemble de la croissance psychophysiologique. 7 - Des fluctuations peuvent se constater, il s'agit d'une progression en dents de scie plus que d'un développement linéaire. La rapidité dans les «bonnes périodes» en est impressionnante. 10

11 8 - Néanmoins il faut considérer que ces acquisitions, pour éblouissantes qu'elles soient, n'en sont pas moins fragiles. La détérioration profonde de la parole et l'effacement progressif du langage dans les cas de surdité acquise de l'enfant en sont une preuve certaine. Quelles sont les conditions sine qua non de la constitution du langage chez l'enfant? Elles peuvent se résumer en ces mots : entendre, comprendre et vouloir dire pour le jeune être humain. Qu'est-ce qu'entendre? C'est d'abord avoir une acuité auditive permettant d'écouter les bruits qui vont constituer son monde sonore. Inutile d'insister sur les différences majeures qui dès ce moment vont peu à peu entrer dans l'édification de son moi. C'est, aussi, retenir ces bruits suffisamment pour les reconnaître, les comparer, les associer, les attendre, les rejeter ou les incorporer dans la mémoire : le petit enfant entend déjà à sa venue au monde. C'est, par conséquent, être susceptible de réactions rapides à des perceptions fines et exactes dont nous verrons plus loin la très grande importance quant à l'édification du langage. Qu'est-ce que comprendre : quoi comprendre, quoi choisir, quoi retenir? Très loin est le temps où l'on n'hésitait pas à définir le nourrisson : «un animal qui tète et qui dort». Il est assurément cela mais beaucoup de choses encore. Un être susceptible de satisfaction, de patience et de paix, mais aussi de douleur, de crainte, d'irritation. Un être qui va aimer ou subir et rejeter le milieu dans lequel il plonge. Un réceptacle de sensations multiples qui vont permettre à cet enfant de saisir des suites d'images. Et celles-ci seront à la base de ses associations logiques et de sa connaissance du monde. La parole n'est qu'un de ces assemblages spécialement constitué de petits bruits coupés de silence : une manière de morse mais pourvu d'intonation. Celle-ci faite de variations mélodiques rythmées est abondamment illustrée par la situation qui va permettre de leur donner un sens. On conçoit donc que netteté et cohérence soient indispensables à la découverte de ce fait essentiel, la parole est un ensemble de bruits pourvus de signification certes mais faits pour permettre la relation avec un autre que soi-même et en obtenir quelque chose en revanche : soins, caresses, sourire, paroles ou... silence. Et dès le début l'enfant va réclamer, inconsciemment, bien sûr, l'adaptation à ce qu'il cherche, lui, d'une façon très personnelle et il va tendre à éliminer par la 11

12 mauvaise humeur et des cris tout ce qui le gêne ou lui déplaît. Tous les nourrissons ne réagissent pas de manière identique, les mères de plusieurs enfants le savent bien et discernent très tôt des traits de caractère propres à chacun. La parole n'est donc qu'une des possibilités d'échange dans une ambiance plus ou moins favorable. C'est ainsi que se constitue la compréhension du langage ; celle-ci fait illusion dans la mesure où la situation vécue au moment de ces échanges va plus ou moins inclure la vraisemblance d'une signification. C'est pourquoi l'intonation joue un rôle essentiel. Une maman dit à son enfant en s'amusant d'une attitude comique «oh petit monstre!» ; il va de soi que l'enfant ne saisit que l'intonation amicale. Mais que ces mêmes paroles soient dites quand le bébé, qui vient d'être dûment changé de tout, recommence à se salir et l'intéressé saura sûrement qu'il ne s'agit pas d'un compliment. Les premiers discours de l'enfant sont donc essentiellement intonation et rythme et dans les «discours mélodiques» percent peu à peu des formes reconnaissables par l'adulte, mais surtout par la personne qui élève l'enfant. Le «premier mot» est un peu une légende! Comprendre consiste donc pour l'enfant à saisir ce qui lui est dit et il est essentiel que ses premiers essais hésitants et timides soient saisis et appréciés. Il est possible que certains retards de parole aient pour cause une absence de réponse adaptée à ces premiers essais. Le vouloir dire Dans les manifestations orales de l'enfant il y a une intention évidente d'échange, informe certes mais appelant une réponse ; - oe fait M. - oe oe, répond son papa, et le dialogue continue, - papa (ou maman) prononce cette dernière, et le bébé la regarde intensément. Souvent il essaie mais pas toujours immédiatement. Il reproduit quand il peut la forme sonore qui aura réussi à se fixer en sa mémoire. - Kr dit intentionnellement F. et cette structure phonétique désigne le sucre que l'enfant souhaite. Kot Kot dit un jour X. dont le jasis était encore assez informe... c'était là le mot dont la grand'mère avait nommé un petit oiseau mécanique qui amusait l'enfant 12

13 et voulant le revoir il s'était souvenu du «mot». Z. toute seule s'écoute, se sent roucouler, son plaisir est évident ; on arrive, elle se tait, on s'éloigne et de nouveau le jeu recommence tel l'oiseau dont on voudrait enregistrer le chant. C'est ainsi que les enregistrements sonores sont parfois si pauvres ; on arrive rarement au «bon moment» qu'il serait si précieux de recueillir. Bref l'installation de la parole repose autant semble-t-il sur les essais «à vide» de l'enfant que sur les moments de communication intentionnelle. La réussite sur les deux plans conditionne durablement la suite. L'incapacité persistante ou les essais manqués sur ce plan constituent un facteur préoccupant si plus tard la mimique et le geste ne viennent pas combler ces insuffisances. Quelle qu'en soit la forme, toute communication appelle une réponse et un essai de compréhension ; l'âge normal de ce besoin et de sa satisfaction varie avec le développement psychophysiologique de l'enfant, mais ce développement n'est pas nécessairement parallèle : des dysharmonies d'évolution se constatent fréquemment. Causes possibles de ces dysharmonies On doit en noter l'aspect moteur : Nous ne pensons pas ici aux gros troubles neurologiques qui entraînent des déficiences motrices très graves et qui lorsqu'il s'agit de la parole sont avant tout les paralysies labio-glosso-vélo-pharyngées. Lorsque le déficit est congénital ou très tôt acquis, il a pour conséquence l'impossibilité de parler. Celui-ci théoriquement n'implique ni un déficit mental ni l'absence de langage bien que ces facteurs y soient le plus souvent associés. Nous pensons en revanche qu'il est à propos de rechercher les déficiences, retards ou anomalies de la motricité fine, celle qui précisément est liée à l'exécution de la parole. Les réalisations verbales exigent une précision et une coordination de mouvements accomplis dans un certain temps qui se trouve précisément être le mieux adapté à nos possibilités perceptives. Ces temps sont brefs ; la durée de la transition d'une attitude articulatoire à la suivante est de l'ordre du centième de seconde avec une certaine prévisibilité du mouvement suivant, on ne passe pas d'un saut de l'attitude ou à l'attitude i, de l'articulation t à celle de r laquelle se résoudra différemment suivant que cet r se fondra avec un ou (trou) ou avec un i (tri), et ainsi de suite. Il ne s'agit donc pas d'une succession de flashes typiques des phonèmes successifs mais d'une adaptation constante des cavités et des sphincters constituant en fait le 13

14 «mécanisme» de la parole. Les enfants les plus doués quant à la coordination motrice de la respiration, de l'émission vocale et de l'articulation, parlent néanmoins plus lentement que les adultes. Or l'imitation jouant un rôle important dans la parole il n'est pas bon que les modèles donnés à l'enfant soient exagérément rapides. Et ils doivent en tout cas avoir une netteté qui en favorise la perception. Celle-ci est auditive. Entendre juste a pour effet, normalement, une exécution correcte des mouvements associés les plus simples bien avant que les enfants puissent réaliser correctement les structures phonétiques les plus complexes. Pas tout est plus facile que pas trop, do plus facile que donne, pain s'aborde plus aisément que brioche, il pleut est plus aisé que la pluie tombe, etc. C'est à ce niveau que l'adulte peut intervenir efficacement en redonnant le modèle correct. Quand l'enfant se sentira en mesure de le reproduire il le fera de lui-même avec une réelle satisfaction. Med est grand maintenant, il dit «je suis beautoup sage...» il ne dit plus «sa..ma» (= sage, moi). Mais quelques jours après il perfectionne encore sa phrase «je suis beaucoup beaucoup sage, vite, maman» car il doit rester seul pendant que sa mère travaille et il voudrait qu'elle y mît aussi du sien! (2 ans 3/4). Quand peut-on dire qu'il y a déficience articulatoire? Les réalisations motrices du type de celles dont témoigne le petit discours cidessus ne peuvent être assimilées à un trouble d'articulation. Il ne s'agit que de la marge normale d'essais-erreurs que comporte, à de rares exceptions près, l'installation de la parole chez le jeune enfant. Mais des automatismes fautifs que le sujet ne peut modifier seul même s'il en a conscience constituent un trouble d'articulation qu'il vaut mieux rééduquer quand il est utile et facile de le faire, c'est-à-dire, en principe, avant l'apprentissage de la lecture et avant en tout cas que l'enfant ne subisse les inconvénients liés à sa maladresse verbale. Genèse des difficultés d'exécution verbale Nous venons de mentionner les erreurs motrices habituellement nommées : défauts de prononciation, la liste en comporte un bon nombre portant des noms variés dans le langage usuel. Zozotement, zézaiement, schlintement, chuintement, blésité, qu'il y aurait intérêt à présenter de façon systématique : sigmatisme interdental, addental, latéral, dorsal, guttural, suivant que les 14

15 consonnes constrictives dont l's est le «chef de file» sont articulées dans une des attitudes fautives indiquées par le vocabulaire lui-même. D'autres consonnes du type occlusif peuvent aussi être l'objet d'une fausse position articulatoire (t pour k, p pour b, etc.) et toutes les consonnes phonétiquement classées comme sourdes ou sonores peuvent être l'occasion d'une émission laryngée fautive (champon, jambon - tonner, donner - sisso, ciseaux). Certaines de ces fautes ne semblent avoir pour cause qu'une maladresse d'exécution motrice. Mais cette explication est notoirement insuffisante pour rendre compte d'altérations telles que fermaj (fromage) lama (l'armoire) toto katé (dodo cassé), etc., altérations qui vont sur le plan de la phrase se manifester jusqu'à rendre le discours inintelligible. Exemple (enfants de 4 à 5 ans) 1 : «potémésopetipou» : porter (je veux) à la maison les petites boules. «ma apé pépà doute àbalo» : moi après pieds plats (simplification pour lorsque j'aurai été chez le docteur pour mes pieds plats) je goûterai et je boirai de l'eau. Il y a dans ces insuffisances expressives d'autres facteurs en cause dont l'un est perceptif. L'ensemble à retenir est trop complexe ; le sujet n'en saisit que les éléments les plus audibles qui sont en général vocaliques. D'autre part l'ensemble à retenir est trop long, son évocation entière n'en est pas possible, c'est l'audi-mutité dans sa forme la plus courante. Si la perception a été trop lacunaire et au surplus gênée par la vitesse du débit, le sujet n'arrive même pas à en appréhender le sens, c'est la surdité verbale. Rarement totale, elle est extrêmement fréquente lorsqu'elle se manifeste par une compréhension lacunaire des propos les plus simples. Voilà sommairement expliquées les composantes habituelles des «retards de parole» auxquels on réserve la dénomination de dysphasie quand la sévérité des troubles l'impose. 1. On trouve un exposé didactique de ces cas ainsi que des indications rééducatives dans «Les troubles du langage, de la parole et de la voix chez l'enfant», Cl. LAUNAY, S. BOREL-MAISONNY, Masson

16 Les causes essentielles énumérées mettent en jeu les facteurs sensoriels (audition), intellectuels et affectifs et la possibilité d'agir ; ce morcellement nécessaire à l'analyse ne doit pas masquer l'unité de l'ensemble. Il ne saurait y avoir de déficience en un point sans qu'elle entraîne par voie de conséquence des désordres dans d'autres domaines. Et de même les performances insolites individuelles ornent et déséquilibrent à la fois : in medio stat virtus, penserait-on volontiers. Or, par des anomalies et des états pathologiques l'équilibre est toujours rompu, celui de la personne en cause et celui de son entourage. Y pouvoir mettre un certain ordre dans la mesure de nos possibilités est précisément l'objet que nous abordons dans cet exposé. Nous nous limiterons aux dysphasies graves et aux surdités importantes chez l'enfant. C'est à dessein que nous évitons la terminologie reçue actuellement : surdité moyenne, sévère, profonde, totale, ce dernier degré étant d'ailleurs par beaucoup jugé inexistant, car ce sont les personnes qu'il convient d'aborder dans leur état. De même, l'enfant enserré, englué en quelque sorte et vraiment empêché de s'épanouir par les mêmes moyens que les autres, c'est lui l'individu que nous avons sans cesse en l'esprit, lui, qu'il faudra aider à mieux exister. Faire le point ou Essai de diagnostic orthophonique Un enfant nous est envoyé, sa mère nous le présente. Parfois le père, parfois une grand-mère, parfois plus de famille encore l'accompagne. Il a attendu un peu dans le salon. De cette pièce au bureau où je le reçois avec ceux qui ont décidé d'être là, le «sujet» a déjà montré beaucoup de lui-même à travers ces quinze pas, entouré des siens. J'écoute soigneusement ce qui m'est dit en notant hâtivement un mot, une date, par crainte d'oubli ou de confusion. J'écoute de mon mieux, les gens en ont tellement besoin! et j'observe les réactions du «sujet» et des autres. Puis vient «l'histoire» de cet enfant, le plus souvent mêlée à l'exposé de son dossier car il nous arrive d'ordinaire par un médecin ou un service hospitalier parfois après des visites multiples faites au hasard de la réputation de X ou Y et cela n'a pas toujours simplifié les choses. Tout de suite pour occuper l'enfant il lui est donné une petite boîte de jouets qu'il tire de là à sa guise, ou qu'il refuse ; ce premier entretien est tellement révélateur qu'il faut tâcher de ne pas le «manquer». 16

17 Tester l'enfant? Peut-être l'a-t-il déjà été à plusieurs reprises et par des moyens divers, parfois même, par notre propre matériel, ce qui m'empêche de l'utiliser. Que faire d'autre sinon l'observer, le regarder jouer ; cela informe beaucoup. Il peut d'ailleurs être réticent, il faut rester à une certaine distance, disposer le matériel sur une chaise et non sur votre bureau, et peu à peu se glisser dans l'activité de l'enfant pour orienter les «épreuves» vers ce que vous avez besoin de connaître. Il y a donc au cours de l'examen une égale nécessité de situer les positifs dans un large éventail de domaines pour commencer à se former un pronostic d'éducation éventuelle et nécessité d'apprécier les réactions familiales tout aussi importantes afin de les orienter si besoin est. De toute façon, la présence familiale, le plus souvent maternelle, à cet examen est indispensable pour que, à mesure du développement de la situation, l'assistant ait les mêmes informations que nous en plus de celles qu'il possédait antérieurement. Nous sommes donc à même de lui dire : maintenant vous en savez autant que nous et même plus. De l'examen des faits découlent des arguments et la possibilité de présenter des hypothèses, de discuter, d'élaborer une conclusion, une mise au point d'attente et d'établir avec la famille un projet de rééducation s'il y a lieu, ou la décision de différer celle-ci, d'orienter les choses autrement que prévu. Parfois éclate une discorde familiale dont l'importance ne devra pas être absente de notre esprit, car elle va jouer peut-être un rôle décisif dans la vie de l'enfant. De toute façon la prudence est de règle, une erreur d'appréciation est toujours préjudiciable au sujet mais l'enfant n'est pas seul en cause. Des foyers peuvent se dissoudre... Le désarroi familial dans les cas graves d'absence de langage est toujours profond. Invariablement effleurent la question de l'hérédité... comme si elle avait un caractère fatal quant à la marche à suivre... et d'autres questions non moins redoutables mettant en cause la responsabilité de chacun, ou la fatalité des enchaînements de faits et de décisions qui appellent la réserve. 17

18 II LES DYSPHASIES SÉVÈRES ET LEUR RÉÉDUCATION 18

19 Je ne pense pas qu'il soit possible de présenter ex cathedra une méthode à appliquer et des techniques ou un prototype de rééducation pour élever ces enfants. Nous pensons préférable d'exposer des cas, de montrer ce qui a été fait, de le discuter au besoin et de jeter un coup d'oeil sur un avenir probable. Nous nous efforcerons de rester sur le plan de la rééducation, d'en indiquer les étapes et comment il a fallu louvoyer au fur et à mesure que, du fait de l'éducation entreprise et du développement lié à l'âge chronologique, nous nous trouvions en face d'un tableau différent imposant d'autres techniques. Je dirais qu'il s'agit en fin de compte d'une éducation à l'écoute du sujet, sans perdre cependant de vue le fil conducteur pour sortir du labyrinthe de complexités que présente chaque cas. Une autre évidence s'impose : en constituant la liste des sujets qu'il me paraît utile de présenter, je m'aperçois que j'aurais pu en composer une autre et aussi qu'il n'y a pas un «cas pur». Dès que l'étiquette à apposer sous le nom correspond à une forme clinique exceptionnelle, le territoire psychophysiologique n'est superposable à aucun autre tant les variables individuelles imposent de retouches à l'esquisse première. Je vais donc grouper une observation en «familles» grâce à quoi il sera possible d'expliciter des facteurs constants en dépit des divergences. Nous rappelons que nous nous plaçons sur le plan de la rééducation pour laquelle ce qui importe n'est pas l'étiologie ni même «l'étiquette» qu'il convient de lui attribuer mais l'état psycholinguistique du moment où commence la rééducation ainsi que l'éventail des possibilités d'alors 2. A : Dysphasiques sans surdité. B : Dysphasiques avec déficience auditive partielle. C : Grave trouble d'évocation verbale chez un sujet dysharmonique à niveau mental élevé. B. Dm - Enfant de 8 ans au moment où elle vient me voir avec sa mère. Je ne verrai le père que bien après. L'enfant paraît inquiète et réticente, petite tête ronde sans attrait. La mère a un joli visage avec une grande expression de lassitude. Elle a déjà consulté et les avis donnés l'ont découragée ; un médecin me l'envoie sans conviction. 2. Les initiales désignant les sujets sont modifiées pour brouiller les pistes. Certains détails sans importance pour la compréhension des faits l'ont été aussi, mais quand je relate l'observation et les détails de la rééducation il me serait impossible de le faire si je n'avais présents à l'esprit le nom de l'enfant, son attitude, son visage, sa voix, sans quoi je ne pourrais l'évoquer. 19

20 B. est l'aînée de trois. Elle n'a pas eu de chance ; à la naissance il y a eu anoxie : deux heures sans connaissance. Ses sœurs sont normales, on me donne des détails du dossier ; brusquement la mère fond en larmes : «je n'en peux plus». - «Est-ce vrai qu'on ne peut rien, qu'elle ne parlera jamais, qu'elle est idiote en somme! Le Professeur X qui m'envoie croit pourtant qu'on peut quelque chose... l'essayer en tout cas! Je ne crois pas qu'elle soit si bas que cela. Elle ne parle pas mais elle comprend ce qu'on dit. Au Centre (que dirige le père) elle est au-dessus des autres, l'éducateur me dit qu'elle apprend des lettres...» B. paraît indifférente aux pleurs de sa mère. Elle garde une expression vaguement souriante. Je lui mets sous les yeux une boîte de petits personnages, des assiettes miniatures, j'ébauche un test, ce n'est guère encourageant. B. a vraiment un gros retard mental mais son attitude n'est pas opposante. Je masque un peu les échecs tellement la mère fait mal à voir et je conclus : «Bien sûr on peut quelque chose, nous lui apprendrons tout à la fois à lire et à parler. Cela n'ira pas très vite ; vous m'aiderez ; comme vous habitez loin, vous ne viendrez qu'une fois par semaine». Bref, j'ai entrepris cette «rééducation orthophonique» plus pour sa mère que pour B. RÉÉDUCATION La plus grosse difficulté vient de l'extrême lenteur de réaction. J'ai rencontré d'autres fois ce facteur dans des cas analogues. Il s'écoule entre l'incitation et la réponse un temps si anormalement long qu'on se demande si B a compris ou même entendu! mais la réponse vient prouver que tout était en ordre... sauf... le temps de réaction, qui sera extrêmement gênant pour parler. ACQUISITIONS «SCOLAIRES» B. comprend vite l'association des lettres en syllabes et la correspondance sonsignification. Ce qui va l'arrêter c'est l'impossibilité de se rappeler le contenu graphique quand il contient plus de deux éléments : p est +, ra aussi, mais pra sera un obstacle et par plus encore. Les gestes d'apprentissage par ma méthode de lecture vont lui permettre de retenir des ensembles de trois éléments puis plus complexes. Mais quand il s'agira de mots ou de courtes phrases l'évocation n'en sera possible que grâce à des schémas. 20

Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients.

Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients. Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients. DESCRIPTION Pendant mon bachelor en psychologie, je me suis aperçue que les cours étaient très

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage Le langage à l école maternelle Scéren Les difficultés d apprentissage du langage Le rôle premier de l enseignant est de suivre les progrès de ses élèves et de créer les conditions pour les susciter. Ce

Plus en détail

Livret d'observations

Livret d'observations Livret d'observations Fin du cycle I - apprentissages premiers Nom : Prénom : Date de naissance : Entré(e) au Jardin d'enfants le : 21 rue Vauban- 67000 Strasbourg- tel/fax : 03.88.61.75.25 1 / 15 Présentation

Plus en détail

Conseils pour la scolarité des enfants présentant un trouble attentionnel

Conseils pour la scolarité des enfants présentant un trouble attentionnel 1 Centre de Référence Troubles des Apprentissages Service 502 Conseils pour la scolarité des enfants présentant un trouble attentionnel Madame, Monsieur, Vous accueillez au sein de votre classe un/des

Plus en détail

Modalités de mise en œuvre : Professeurs concernés : un ou deux professeurs de lettres

Modalités de mise en œuvre : Professeurs concernés : un ou deux professeurs de lettres éduscol Travailler l'expression orale Constat La Poésie : du texte à la performance orale Ressources accompagnement personnalisé La classe de seconde se définit par une grande hétérogénéité : les élèves

Plus en détail

Conception Annie LeBel agente de soutien pédagogique et technique Pour le centre de la petite enfance Magimuse

Conception Annie LeBel agente de soutien pédagogique et technique Pour le centre de la petite enfance Magimuse Conception Annie LeBel agente de soutien pédagogique et technique Pour le centre de la petite enfance Magimuse Papa, maman, Voici un petit survol de ce que j ai vécu cette année au centre de la petite

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014

Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014 Compte-rendu de mission orthophonie/éducation à Bopa, Août 2014 Avant tout, je souhaite remercier Ambroise, Agnès et sa famille pour leur accueil, leur gentillesse et leur bienveillance, ainsi que pour

Plus en détail

Premières étapes de la lecture de la musique

Premières étapes de la lecture de la musique 1 Premières étapes de la lecture de la musique En général, les enfants ne sont pas capables de comprendre les explications abstraites. Il est donc préférable d'aborder tous les sujets de manière active

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS

IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Recherches n 50, D une classe à l autre, 2009-1 IMPROMPTU, SCÈNES DU COURS DE FRANÇAIS Marylène Constant IUFM Nord Pas-de-Calais, université d Artois Quentin est élève en première S dans un lycée lillois.

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Fiche pour apprendre les dictées

Fiche pour apprendre les dictées Fiche pour apprendre les dictées Les dictées font partie des exercices incontournables en raison de leurs vertus pédagogiques. En effet, elles sont l'un des moyens de faire apprendre l'orthographe, des

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Livret de compétences : Grande section

Livret de compétences : Grande section Livret de compétences : Grande section Année scolaire: Nom: Classe: Ecole: Prénom: Enseignant: Directrice: Ce bulletin de suivi de l'élève est conforme aux programmes de 2008. Quatre fois dans l'année,

Plus en détail

Commentaires pour le premier trimestre

Commentaires pour le premier trimestre Commentaires pour le premier trimestre Elèves en progrès Après un début d année décevant,. semble s être ressaisi. Ses résultats sont convenables dans la Maîtrise de la Langue voire satisfaisants en Mathématiques.

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

SECONDE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION Temps de préparation : 3 heures pour les deux parties de l épreuve Durée de l épreuve : 1 heure

SECONDE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION Temps de préparation : 3 heures pour les deux parties de l épreuve Durée de l épreuve : 1 heure SECONDE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION Temps de préparation : 3 heures pour les deux parties de l épreuve Durée de l épreuve : 1 heure Première partie : préparation d une séquence d enseignement en français

Plus en détail

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE - Quelle est la place de la maternelle dans l apprentissage du code? Autrement dit : - En fonction de leur âge,

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Le kamishibaï, théâtre de papier japonais au service des apprentissages, de l'école maternelle à l'école élémentaire.

Le kamishibaï, théâtre de papier japonais au service des apprentissages, de l'école maternelle à l'école élémentaire. Le kamishibaï, théâtre de papier japonais au service des apprentissages, de l'école maternelle à l'école élémentaire. Comment motiver les élèves? Comment fixer leur attention? Comment justifier les apprentissages?

Plus en détail

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Membres du PIF : DE BAZELAIRE Marc DUCASSE Marie-Laure GRIMAL Clément LAFFAYE Nicolas PAILLASSA David Marraine : Madame Danielle ANDREU (professeur à l'enseeiht)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

2012-2013 SECTEUR PRÉSCOLAIRE. Informations GPI-Internet

2012-2013 SECTEUR PRÉSCOLAIRE. Informations GPI-Internet SECTEUR PRÉSCOLAIRE 2012-2013 Informations GPI-Internet Ce document vous informe des nouveautés du logiciel GPI-Internet. De plus, on retrouve les modalités d utilisation établies par la Commission scolaire

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

xcvbnmqwertyuiopasdfghjkl zxcvbnmqwertyuiopasdfghjk

xcvbnmqwertyuiopasdfghjkl zxcvbnmqwertyuiopasdfghjk qwertyuiopasdfghjklzxcvbn qwertyuiopasdfghjklzxcvbn mqwertyuiopasdfghjklzxcvb mqwertyuiopasdfghjklzxcvb nmqwertyuiopasdfghjklzxcv nmqwertyuiopasdfghjklzxcv bnmqwertyuiopasdfghjklzxc bnmqwertyuiopasdfghjklzxc

Plus en détail

CAP Petite Enfance / EP1 / Les facteurs de développement de l'enfant / Partie 3

CAP Petite Enfance / EP1 / Les facteurs de développement de l'enfant / Partie 3 L'OPEN CLASS REVISION GRATUIT EN LIGNE Informations Auteur : Philippe OLIVE Mis en ligne le 27 mars 2014 Modifié le 10 Octobre 2014 Catégorie : CAP Petite Enfance CAP Petite Enfance / EP1 / Les facteurs

Plus en détail

O I L V I E V R AIME SA FM

O I L V I E V R AIME SA FM OLIVER AIME SA FM «Les livres «Oliver l enfant qui entendait mal» et «Oliver aime sa FM» sont dédiés à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à notre famille, à nos amis et aux professionnels qui s

Plus en détail

Fiche de conseils sur la communication orale

Fiche de conseils sur la communication orale Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Fiche de conseils sur la communication orale Le présent outil renferme des conseils

Plus en détail

Extrait de «J éduque mon chien moi-même» de Martine Bohy et Laurence Bruder Sergent, 2008

Extrait de «J éduque mon chien moi-même» de Martine Bohy et Laurence Bruder Sergent, 2008 La marche en laisse Lorsque nous demandons aux maîtres de chiens avec quels comportements ils ont le plus de problèmes, la marche en laisse vient en tête de liste. Pourtant la plupart des propriétaires

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Nathalie Crouzet sans taboo Réussir sa compta avec Ciel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Avant-propos La comptabilité est pour certains une véritable bête noire, qu il est soit disant difficile,

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Repères pour construire des progressions d apprentissages PALIER 5

ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Repères pour construire des progressions d apprentissages PALIER 5 ACCUEIL ET SCOLARISATION DES ENFANTS DE MOINS DE TROIS ANS Repères pour construire des progressions d apprentissages PALIER 5 DOMAINES PRINCIPES GENERAUX OBJECTIFS EXEMPLES DE SITUATIONS MOBILISER LE LANGAGE

Plus en détail

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»?

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»? Guide 3 en 1 en difficulté Cycle 2 Cycle 3 Mode d emploi Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «en difficulté»? L ouvrage Votre ouvrage est découpé en 6 parties séparées par un intercalaire. 1 partie

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

L orthophonie en déficience auditive clientèle adulte

L orthophonie en déficience auditive clientèle adulte L orthophonie en déficience auditive clientèle adulte Pourquoi interpeller une orthophoniste? Au service des personnes ayant une déficience physique Il est important de mentionner que le contenu de cette

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

Ecole Maternelle. Livret d évaluation. Prénom :.. Date de naissance :

Ecole Maternelle. Livret d évaluation. Prénom :.. Date de naissance : Ecole Maternelle Livret d évaluation Nom :. Prénom :.. Date de naissance : Toute Petite section Petite section Moyenne section Grande section Année :. /. Année :. /. Année :. /. Année :. /. Barème retenu

Plus en détail

Des lapins, des poules et des élèves

Des lapins, des poules et des élèves Activité menée les 4, 5 et 7 janvier 2005 Sujet : Les poules et les lapins Problème 1 : Dans la cour du collège, il y a des poules et des lapins. J ai compté 16 têtes et 44 pattes. Combien y a-t-il de

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000)

Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Présentation au CONGRES MONDIAL de PSYCHIATRIE de l atelier théâtre de l ARAPS : «LES PLANCHES à PINS» (La Villette, PARIS, mai 2000) Depuis Septembre 1997, un groupe composé de patients et de soignants

Plus en détail

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 CP Dans toutes les situations de somme et de différence (rappel : on est dans les deux cas dans le «champ additif) on demandera aux élèves de ne pas

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Script de vente Ruban pour la famille et les amis

Script de vente Ruban pour la famille et les amis Script de vente Ruban pour la famille et les amis Ce bref script de vente instructif vous est proposé à titre de référence. C est un complément au Guide de vente Ruban MD et aux autres outils de la Trousse

Plus en détail

Ma 1 séance d EPS TOUS en sport avec l USEP!

Ma 1 séance d EPS TOUS en sport avec l USEP! Moment 2 (Présentation - Mise en train) Présentation : Le moment 2 de la «séance» est le temps de l' activité physique et sportive. Un parti pris : Une activité à conduire sans matériel spécifique réalisable

Plus en détail

Projet pédagogique :

Projet pédagogique : En soutien à l'association "La Communauté des Sceaux" (pour la valorisation et le respect des droits des enfants) http://coho-so.fr Projet pédagogique : Prix de la meilleure animation au Festival International

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Présentation. Principes de base

Présentation. Principes de base Présentation «Philou et la chasse aux mots» est un cahier d activités qui vise le développement des habiletés d accès lexical chez les enfants d âge scolaire, principalement pour ceux de maternelle et

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Questions sur la famille du personnage principal

Questions sur la famille du personnage principal Liste de questions pour relancer l'imagination de votre enfant : Questions générales : - Veux-tu me raconter ce que tu as dessiné? - Raconte moi ce qui se passe sur ton dessin - Que veux-tu que j'écrive?

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Aide à l'évaluation des acquis des élèves en fin d'école maternelle Évaluation à l'école

eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Aide à l'évaluation des acquis des élèves en fin d'école maternelle Évaluation à l'école eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Évaluation à l'école Aide à l'évaluation des acquis des élèves en fin d'école maternelle Découvrir le monde Extraits du document intégral. La pagination

Plus en détail

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf)

LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) LA DYSLEXIE (http://www.meoevoli.it/logo/slides_dyslexie.pdf) Anne Revol-Meo Evoli (tel : +39.063332009 e-mail : anne@meoevoli.it) Institut Saint Dominique Rome 9 avril 2003 Anne Revol-Meo Evoli La dyslexie

Plus en détail

Habiletés de communication

Habiletés de communication Habiletés de communication Les habiletés de communication ont été clairement identifiées comme l une des dimensions essentielles en termes d habiletés pour la pratique compétente de la médecine familiale.

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Initiation aux probabilités.

Initiation aux probabilités. Initiation aux probabilités. On place dans une boite trois boules identiques à l exception de leur couleur : une boule est noire, une est blanche, la troisième est grise. On tire une des boules sans regarder,

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité Formation A.V.S. Lundi 06 janvier La Surdité Table des matières I) La surdité Qu est ce que l audition? Les différentes surdités Les différents appareillages et leurs répercussions sur l audition II)

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Les vingt demandes. d'un enfant de parents séparés

Les vingt demandes. d'un enfant de parents séparés Éducateur spécialisé, famille, parent, enfant, ado, Les vingt demandes adolescent, difficultés, éducatif, éducative, soutien parental, soutien à la parentalité, problèmes scolaires, relationnel, troubles

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

Il se sent plus à l aise dans un environnement de travail, plus propice à l apprentissage et qui renforce l estime de soi.

Il se sent plus à l aise dans un environnement de travail, plus propice à l apprentissage et qui renforce l estime de soi. L élève - Est valorisé par l utilisation d un outil technologique haut de gamme - Peut travailler seul et à son rythme. Il se sent plus à l aise dans un environnement de travail, plus propice à l apprentissage

Plus en détail

Enfance en difficulté : Glossaire

Enfance en difficulté : Glossaire Enfance en difficulté : Glossaire Objectifs Vous fournir les définitions des termes relatifs à l enfance en difficulté qui sont utilisés dans le système de l Éducation en Ontario. Anomalie Une anomalie

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Réussir un exercice de Maths sans stresser en 6 étapes!

Réussir un exercice de Maths sans stresser en 6 étapes! Réussir un exercice de Maths sans stresser en 6 étapes! Dans ce document cadeau, je te montre comment résoudre un exercice de mathématique en suivant une méthode donnée. Grâce à cette méthode, tu ne te

Plus en détail