LALETTRE DUHÉRISSON. Risques industriels. fausse explosion, vraie mobilisation. URBANISME La réforme rejetée PAGE 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LALETTRE DUHÉRISSON. Risques industriels. fausse explosion, vraie mobilisation. URBANISME La réforme rejetée PAGE 2"

Transcription

1 LALETTRE DUHÉRISSON Reconnue d utilité publique depuis 1976 > LH N 243 > Automne 2011 URBANISME La réforme rejetée PAGE 2 NUCLÉAIRE L insécurité chronique PAGE 4 Risques industriels fausse explosion, vraie mobilisation

2 ACTUS édito BRUNO GENTY PRÉSIDENT DE FNE URBANISME La réforme rejetée Le temps file marquera les 20 ans du Sommet de Rio, un moment clé de la prise de conscience des limites de notre planète par les Etats des Nations-Unies. Le 21 septembre, à New York, plusieurs Etats ont signé le protocole relatif à l accès aux ressources et au partage des avantages, issu du protocole de Nagoya. Ce texte est désormais paraphé par 54 pays. Cette étape permet aux premiers signataires, dont la France, d adopter ce protocole. C est aussi une avancée indéniable : il permet de freiner le pillage des ressources naturelles et génétiques des pays concernés. Il prévoit une rémunération juste des pays et à terme des communautés autochtones. Mais ce protocole a ses limites. Il ne concerne pas les eaux internationales. Les Nations-Unies doivent aller plus loin : la grande majorité de nos océans est ainsi encore soumise à la liberté, de piller sans vergogne. Nous soutenons donc l adoption d une feuille de route claire et précise pour la biodiversité marine de la haute mer lors de la Conférence Rio+20 en À l ONU comme ailleurs, il est souvent difficile de faire bouger les lignes, même lorsqu il s agit de défendre le patrimoine mondial de l humanité. C est en partant de ce principe qu a germé l idée de la création d une Organisation Mondiale de l Environnement. Il est en effet indispensable de renforcer le pilier environnemental de l ONU, en associant pleinement les organisations de la société civile à ses travaux. France Nature Environnement travaille actuellement sur cette question. A l occasion de cette signature française du protocole de Nagoya à New York, j ai pu représenter France Nature Environnement au sein de la délégation française. C est une chance : protéger la nature et l environnement au plus près de nos territoires se joue aujourd hui de plus en plus à l échelon européen et international. Dans l esprit de notre signature, partout où la nature a besoin de nous, des instances internationales aux réunions locales, du macro au micro. Grâce à leur mobilisation, les organisations environnementales ont empêché des modifications du code de l urbanisme qui s annonçaient désastreuses. Faciliter la construction en réduisant les procédures : c était l objectif affiché de la réforme du code de l urbanisme, lancée en juin 2010 par le secrétariat d état au logement. Mais elle ne parvenait pas à simplifier le droit de l urbanisme dans le respect des objectifs du Grenelle de l environnement. Avec la LPO, la Ligue ROC et la Fondation pour la Nature et l Homme, France Nature Environnement a dénoncé cette réforme et obtenu la mise en place d une concertation au format «Grenelle», c est-à-dire avec les représentants des différents secteurs de la société civile, qui prouve une nouvelle fois son efficacité. Sur le fond, l intégration de la trame verte et bleue dans les PLU est notamment acquise. Nous avons également obtenu le retrait d une des mesures les plus contestables, un assouplissement majeur des Plans Locaux d Urbanisme (PLU) permettait sans concertation locale de transformer les zones agricoles, naturelles et forestières en zones urbanisables. Toutefois, deux points nous inquiètent toujours : l établissement de «secteurs de projet», des zones où le règlement du plan local d urbanisme ne s appliquera plus, et l extension du champ de la «modification simplifiée», ce qui limiterait les possibilités de recours en cas de contestation. Des réponses devaient être données fin septembre. B. de Badereau > Marseille. Avec la réforme, les espaces naturels autour de la ville auraient pu être grignotés par l urbanisation. TRANSPORTS DURABLES Sur la voie de la mobilité intelligente Choisir des déplacements doux pour la santé et moins énergivores, alterner selon ses besoins entre train, vélo et transports collectifs : c est cela, l écomobilité. Le 22 septembre, les 800 voyageurs du train idtgv Paris-Marseille ont pu en discuter avec une équipe de France Nature Environnement. Cette grande opération de sensibilisation a été menée en partenariat avec l ADEME et en collaboration avec idtgv-sncf, à l occasion de la Semaine de la mobilité durable, du 16 au 22 septembre), créée par l Union européenne et orchestrée en France par le Ministère de l Écologie (MEDDTL). PLUS D INFOS : FNE.ASSO.FR EN CHIFFRES 8 consommateurs français sur 10 se servent aujourd hui de sacs réutilisables pour faire leurs courses. On n en comptait que 43 % en 2005 (Crédoc) D. Diedhiou > La voiture-bar du train idtgv le 22 septembre, aux couleurs de FNE. La Lettre du Hérisson est éditée par France Nature Environnement, fédération française des associations de protection de la nature et de l environnement, fondée en 1968, reconnue d utilité publique en Directeur de la Publication : Bruno Genty Rédaction en chef : Bénédicte de Badereau FNE, boulevard de Port-Royal, Paris / / Conception graphique et réalisation : agence Cito / Impression : Imprimerie Nouvelle / 93, avenue Denis Papin / Saint-Jean-de-Braye Routage : Dautry Dépôt légal : octobre 2011 / ISSN La reproduction des articles de la Lettre du Hérisson sous réserve d en citer la source datée et les auteurs. La Lettre du Hérisson est imprimée sur du Cyclus Print, un papier recyclé, par un imprimeur labellisé Imprim Vert. Cela signifie qu il respecte trois objectifs : la bonne gestion des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de produits dangereux et l exclusion des produits toxiques des ateliers. 2> La lettre du hérisson > N 243

3 ACTUS RÉDUCTION DES DÉCHETS Plus d actions pour moins d ordures Réduisons nos déchets en quantité et en toxicité : c est le thème de la semaine européenne de réduction des déchets, qui se déroulera du 19 au 27 novembre Cette année encore, France Nature Environnement y participe activement. Les associations vont organiser de nombreuses conférences-débats et une multitude d actions pour sensibiliser au suremballage, au réemploi, au compostage domestique, à la toxicité de certains produits En 2010, les associations de FNE ont organisé plus de 90 actions dans toute la France, soit autant d occasions d échanges et débats, à retrouver en ligne dans notre bilan 2010, avec de nombreux outils à télécharger ou à commander. INSCRIPTIONS OUVERTES JUSQU AU 4 NOVEMBRE SUR JUSTICE Les associations ont intérêt à agir Suite à la procédure entamée par FNE et Sources et Rivières du Limousin, le 8 juin, la Cour de Cassation a confirmé la condamnation d Alvéa, filiale de Total, à réparer le préjudice des associations, lié au non respect des mesures de prévention applicables au site de stockage d hydrocarbures de Saint-Yrieix la Perche (Haute-Vienne) (1). Les juges ont estimé qu en ne respectant pas ces mesures, la société a créé un risque de pollution majeure. Même si l industriel a cessé l exploitation des installations litigieuses, les associations ont intérêt à agir pour obtenir la réparation intégrale du préjudice subi. Cette décision doit rappeler aux exploitants toute l importance de respecter les législations préventives. Il est inadmissible que des grands groupes industriels français et leurs filiales persistent à violer ces règles et ne prennent pas toutes les mesures permettant d assurer une protection efficace de l environnement. (1) Cass. 3ème civ., 8 juin 2011, n 698 FS-P+B AGRICULTURE Agriculture et biodiversité, il faut en parler. Qu est-ce que la biodiversité? En quoi est-elle indispensable à l agriculture? Pour répondre à ces questions, France Nature Environnement a développé un kit de sensibilisation intitulé «Agriculture et Biodiversité». Autour d un diaporama et d un fascicule, il s adresse aux associations et aux organismes qui veulent former un public varié (adhérents, agriculteurs, citoyens, élus ). Conçu par des agronomes et des naturalistes de la fédération, il prouve que préservation de la biodiversité et production agricole sont complémentaires. PLUS D'INFOS AUPRÈS DU RÉSEAU AGRICULTURE BRÈVES L outre-mer à l honneur A Mayotte et la Réunion, en Guyane, aux Antilles, en Nouvelle-Calédonie et Polynésie ou encore à Saint-Pierre et Miquelon, nos associations se mobilisent chaque jour. A l occasion de l Année des outre-mer français, elles témoignent et ouvrent le débat sur les enjeux d'un développement respectueux de la biodiversité outre-mer, qui représente 85 % de la biodiversité française, lors d un colloque organisé par FNE les 5 et 6 décembre à Paris, labellisé par le Commissariat général à l'année des outre mer. BIODIVERSITÉ ET DÉVELOPPEMENT, UN ENJEU CRUCIAL POUR NOS OUTRE-MER, LES 5 ET 6 DÉCEMBRE 2011, PALAIS D IÉNA, PLUS D INFOS ET INSCRIPTION GRATUITE ET OBLIGATOIRE SUR FNE.ASSO.FR atanas.dk - Fotolia Les 20 ans de la conservation des ressources génétiques des forêts En cette année internationale de la forêt, la Commission des Ressources Génétiques Forestières fête ses 20 ans. Elle rassemble des représentants des pouvoirs publics, de la recherche, de la gestion des forêts publiques et privées et des associations environnementales. Soucieuse du respect de la diversité génétique des forêts, FNE s y est impliquée depuis sa création. Pour marquer l événement, un colloque est organisé le 16 novembre à Paris par la Commission. PLUS D INFOS SUR FNE.ASSO.FR Nous aider autrement Des t-shirts, des tasses, des verres, des affiches, des jeux de cartes : la boutique FNE a rempli ses rayons! Rendez-vous sur fne.asso.fr, rubrique Boutique en ligne, ou directement sur planetik-fne.com. En achetant sur ce site, vous soutenez les actions de France Nature Environnement. FNE DANS LES MÉDIAS Assises du ferroviaire Michel Dubromel, responsable du réseau Transports et mobilités durables à FNE, estime que «le gouvernement se méprend et démontre l absence de vision globale et à moyen terme du problème du ferroviaire français. Avant de vouloir privatiser, assurons-nous d avoir quelque chose de vendable.», 20 minutes, le 14 septembre Pages réalisées par Bénédicte de Badereau avec les chargés de mission Coup de rabot sur les niches fiscales du grenelle «Ce sont des micro-mesures qui donnent un coup de pied supplémentaire dans la fiscalité verte déjà mal en point, déplore Gaël Virlouvet, responsable de la mission économie à France nature environnement. Il faudrait plutôt favoriser l investissement écologique par une loi fiscale verte.» 20 minutes, le 30 août Retrouvez toute l actualité de France Nature Environnement sur fne.asso.fr N 243 > La lettre du hérisson > 3

4 POINT DE VUE Nucléaire, L insécurité chronique 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl et six mois après celle de Fukushima, le nucléaire reste toujours intouchable en France. Le non-lieu prononcé par la Cour d'appel de Paris dans l'enquête sur l'impact du nuage de Tchernobyl en France en est une nouvelle preuve. Le 7 septembre, la Cour d appel de Paris a mis fin à l enquête sur l impact sanitaire du nuage de Tchernobyl en France. Un non-lieu a été prononcé en faveur de Pierre Pellerin, chef du Service central de protection contre les rayons ionisants au moment de la catastrophe nucléaire, en avril Pour la cour, aucun lien de causalité entre l augmentation des affections thyroïdiennes et le passage du nuage radioactif n est prouvé. Une décision scandaleuse pour les victimes et incompréhensible au regard des différents rapports médicaux. En Corse notamment, leurs conclusions semblent avoir été passées sous silence. Le docteur Fauconnier a pourtant sonné l'alarme dès mai Les professeurs Bras et Mouthon ont ensuite mis en évidence «une augmentation du pourcentage de troubles thyroïdiens dans cette population après 1986». Des taux de perturbations du fonctionnement thyroïdien très importants ont été révélés chez une partie de la population de l île et ces perturbations sont à l origine de nombreux cancers dans la région LE SILENCE TUE Sur ordre de l État, le professeur Pellerin a organisé le silence autour de l impact du nuage sur la santé. Dans les années 80, la France était alors lancée dans une course folle pour l expansion du nucléaire alors construisant six réac- Le nucléaire reste au-dessus des lois teurs par an. Il ne fallait surtout pas briser cet élan. Vingtcinq ans après le drame, le rapport entre l'aggravation des pathologies thyroïdiennes et ce nuage est toujours nié. Le nucléaire reste au-dessus des lois et la transparence ne fait pas partie des habitudes de l industrie nucléaire, comme l a prouvé encore une fois la catastrophe de Fukushima en mars 2011 au Japon. TEPCO, l exploitant de la centrale, et l État japonais ont tardé à informer et à évacuer la population. Les mesures de contamination des produits alimentaires sont très partielles et peu disponibles. Le gouvernement japonais s entête à refuser l élargissement de la zone de sécurité. Mais des citoyens japonais se mobilisent. Des parents décapent les cours d écoles afin de protéger leurs enfants. Des scientifiques tentent d élaborer la vraie carte des contaminations. DES MILLIARDS ENGLOUTIS Survenu le 12 septembre, l accident mortel sur le site de Marcoule prouve qu en France aussi, un accident reste toujours possible. Chaque année, l industrie nucléaire française engloutit des milliards d euros d argent public. Dans le cadre de ses propositions pour les élections de 2012, France Nature Environnement proposera de réorienter ces sommes vers l efficacité énergétique et le développement harmonieux des énergies renouvelables. FNE demandera également aux candidats de s engager pour une sortie progressive du nucléaire d ici ALEXIS PROKOPIEV, chargé de mission économie MARC SÉNANT, chargé de mission risques industriels REPÈRES > En France, on compte 58 réacteurs nucléaires répartis dans 19 centrales, d'une moyenne d'âge de 20 ans. > En 2010, plus de 1000 incidents et anomalies ont été répertoriés par l'autorité de sûreté nucléaire dans les centrales françaises. C'est deux fois plus qu il y a 10 ans. > Près de 100 milliards d euros de recherche et développement ont été dépensés depuis 30 ans pour le nucléaire civil (rapport Charpin- Pellat-Dessus) 4> La lettre du hérisson > N 243

5 GRANDS PRÉDATEURS Loups Arrêter l'hécatombe Sept loups sont morts en France cet été. En cause, la politique fluctuante de l'état, des tirs officiels facilités et la multiplication des actes de braconnage. Les temps sont durs pour cette espèce protégée. A l approche de la saison d estive, l État a choisi d assouplir les conditions de tirs de défense ou de prélèvement (1). Comme nous le redoutions (voir Lettre du Hérisson 242), plus de soixantedix autorisations de tirs ont donc été accordées cet été par arrêté préfectoral. Trois loups ont été abattus dans le cadre du dispositif officiel : deux par tirs de prélèvement et un troisième dans le cadre d un tir de défense. TROIS LOUVES DISPARAISSENT DANS LE SUD Autre motif de crispation, la disparition de deux femelles dans le Parc national du Mercantour. Sans trace depuis une dizaine de jours de la louve suivie dans le cadre de l étude scientifique «Proie-Prédateur», les agents de l Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage sont partis à sa recherche. Le 18 septembre 2011, son collier émetteur sectionné a été repêché dans une rivière, laissant peu de doutes sur le sort qui lui a été réservé. Le 20 septembre, le cadavre d une louve a été retrouvé à trentecinq kilomètres du lieu de découverte du collier. Il ne s agirait pas de la louve recherchée, mais d une autre femelle. Le 23 septembre, on a appris la découverte par des promeneurs du cadavre d une troisième louve visiblement abattue d une balle, dans les Alpes-de-Haute- Provence. Un acte de braconnage est à craindre. Enfin, le cadavre d'une louve tuée illégalement par balle a été trouvé le 25 septembre dans le Dévoluy. Le Procureur de Nice a rapidement ouvert une enquête visant à déterminer les circonstances Charles Metz des disparitions dans le Mercantour. Une réactivité bienvenue pour FNE. Nous espérons que, cette fois, les enquêtes de gendarmerie seront efficaces et permettront de déboucher sur des poursuites. Comme pour tous les actes de braconnage, la fédération va porter plainte et demande que les loups détruits illégalement soient décomptés du quota de tir annuel autorisé fixé à six loups. En conséquence, France Nature Environnement demande également la cessation immédiate des autorisations de tir en cours pour l année ET L ÉTAT? Face à la répétition de ces destructions illégales, mais aussi face au mutisme perpétuel de l État concernant ces délits, une certaine lassitude s installe. Pourquoi l État ne rappelle-t-il pas de manière ferme et explicite que le loup est une espèce protégée? Parce que le fond de sa politique n est pas réellement d organiser la cohabitation entre les activités humaines et le loup, comme il l affiche dans sa communication, mais de mettre en place un programme de «gestion» de la population? Alors que les temps sont durs pour la biodiversité, l État a abandonné l ours ce printemps et continue à lâcher du lest vis-à-vis du loup. Notre fédération ne peut qu'exprimer son désaccord avec cette politique et assure poursuivre la lutte pour la reconnaissance des grands prédateurs. STÉPHANIE MORELLE, chargée de mission Biodiversité (1) Les tirs de défense sont destinés à effaroucher un loup qui menace un troupeau. Les tirs de prélèvement ont pour but d abattre l animal, quand les attaques persistent malgré les mesures de protection et d effarouchement. Christian Joulot COMMENT LES LOUPS SONT-ILS COMPTÉS? Chargé du suivi démographique de la population de loups, l Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage organise chaque hiver des opérations de comptage en relevant les voies tracées dans la neige, les restes de proies sauvages ou encore les crottes et les poils. Ce recensement permet de détecter les zones de présence du loup et d évaluer une fourchette minimale de loups présents sur le territoire. 27 zones de présence permanente du loup ont été recensées cet hiver. Elles correspondent à des secteurs géographiques où le loup a pu être repéré pendant deux hivers consécutifs. 19 d entre elles abritent une meute (une meute étant constituée à partir d au moins deux loups), 6 ne comptent qu un individu et dans 2 zones, aucun indice de présence de loup n a pu être relevé. L effectif minimal de loups présents est estimé entre 68 et 88 loups, soit une augmentation de 15 % par rapport à l hiver 2009/2010, après deux années de régression. À partir de cette fourchette, avec l appui d un modèle mathématique basé sur la dynamique démographique du loup, on obtient une estimation globale de la population, comprise actuellement entre 150 et 180 loups. N 243 > La lettre du hérisson > 5

6 DOSSIER RISQUES INDUSTRIELS L état d urgence Il y a dix ans, l'explosion de l usine AZF mettait à jour les carences françaises en matière de prévention des risques technologiques. Depuis, France Nature Environnement se mobilise pour que les 6 millions de Français concernés par les risques industriels soient protégés. Le 21 septembre 2001, à 10 h 17, en plein cœur de Toulouse, l'explosion d'un stock de nitrates d'ammonium, dans l'usine AZF causait la mort de 31 personnes et faisait plus de blessés. Le 21 septembre 2011, dix ans après, France Nature Environnement a alerté l opinion publique, les politiques, et le monde industriel en dévoilant un cratère plus vrai que nature en plein cœur de Paris. Répondant à l invitation de France Nature Environnement, Julian Beever, artiste reconnu pour ses œuvres en trompe-l œil à même le sol, a reproduit un cratère sur le parvis de la gare Montparnasse, comme après une explosion industrielle. Une démarche militante et artistique destinée à sensibiliser le public à la question de la protection des riverains des 647 sites SEVESO en France, les sites industriels les plus dangereux. Tirer le signal d alarme était nécessaire, tant dix ans après AZF, rien, ou presque, n a changé. Au lendemain de la catastrophe, les déclarations des politiques se sont multipliées. La France devait en finir au plus vite avec cette proximité entre industries à risques et riverains. En 2003, la loi Bachelot est votée. Elle prévoit la mise en place d outils pour réduire le risque dans les usines et écarter les populations de ces bombes à retardement. A l image des plans de prévention des risques naturels, des plans de prévention des risques technologiques déterminent des zones d expropriation et des zones de travaux obligatoires, en fonction de l exposition au danger. Dix ans plus tard, l émotion et la mobilisation politique sont retombées. La mise en œuvre de la loi a pris un retard considérable. 420 Plans de Prévention des Risques Technologiques devaient être approuvés en juillet Tout juste 101 de ces plans sont approuvés aujourd'hui et l on attend toujours leur application concrète dans les territoires. Les maisons n ont été ni renforcées, ni rasées. «Pire encore, selon la loi de finances 2011, les riverains de sites dangereux doivent financer 70 % des travaux pour protéger leur habitation des risques d incendie, d explosion, de nuage toxique, ce qui représente en moyenne plus de euros par foyer» dénonce Marc Sénant, chargé de mission risques industriels à FNE. «Un luxe que ces familles, souvent modestes, ne pourront pas s offrir», précise-t-il. Du côté des industriels, certes, des efforts ont été réalisés. «Depuis 2001, les études menées ont permis de dessiner plus précisément les scénarios d accidents dans chaque usine, pour réduire ensuite leur probabilité ou gravité, continue Marc Sénant. Mais le milliard et demi d euros investi en dix ans dans les usines ne suffit pas. Cela représente moins de euros dépensés par an et par site. Une broutille dans une installation aussi grande et Dix ans après la catastrophe, l émotion et la mobilisation politique sont retombées > A la Rochelle, les arcs-en-ciel peints sur les cuves ne font pas oublier le danger. complexe qu un site SEVESO.» Les industriels concernés, des consortiums internationaux pour la plupart, doivent aller beaucoup plus loin : ils en ont les moyens et cela relève de leur responsabilité. FPoussin DIX ANS D ACTIONS Après AZF, José Cambou, toulousaine et responsable du réseau santé-environnement de FNE, s est investie pleinement sur ce dossier de la protection des riverains de sites dangereux. «Nous œuvrons à tous les échelons du territoire, depuis les zones industrielles jusqu aux couloirs du Parlement. Dès novembre 2001, nous avons proposé près de 90 mesures pour améliorer la sécurité des installations et la protection des riverains, dont certaines ont été reprises dans la loi de Dans toutes les régions, des associations de FNE ont participé au débat national sur les risques industriels.» Nous soutenons nos associations qui font face à ces risques en apportant notre aide technique, juridique et médiatique. Il est important pour elles qu elles se sentent épaulées dans ce milieu particulièrement difficile. France Nature Environnement mène un travail de fond sur ces questions. Le réseau prévention des risques industriels, piloté par Maryse Arditi (lire son portrait) œuvre notamment avec 214 correspondants associatifs, riverains ou non de ces sites, dans toute la France. Nous avons été à l'origine de la table ronde de 2009 après avoir fait remarquer que les risques étaient les «grands oubliés» du Grenelle. Régulièrement, des informations nous parviennent, soulignant l absurdité de certaines situations M 3 D ESSENCE AU FOND DU JARDIN A ce titre, le dossier des cuves de la Rochelle est emblématique. Dans les années 80, un site de stockage de gazole a été construit à 30 mètres à peine des maisons du quartier populaire de Laleu La Pallice. Les habitants se sont retrouvés avec 48 cuves, contenant chacune plus de m 3 d essence, au bout de leurs jardins. Ici, peut-être encore plus qu ailleurs, la logique va contre-courant de ce qui a été voulu après AZF : des autorisations viennent d être délivrées par la mairie et la préfecture pour la construction de quatre nouvelles cuves. Alors que la seule solution raisonnable devrait être l éloignement des cuves, comme nous le réclamons aux côtés de la très active association locale Respire, membre de la fédération. 6> La lettre du hérisson >N 243

7 > Le 21 septembre, dix ans jour pour jour après l'explosion d'azf, la mise en scène d'une fausse explosion à Montparnasse a attiré l'attention des médias sur les lacunes en matière de protection face aux risques industriels EN CHIFFRES > 1210 sites SEVESO en France, dont 686 "seuil Haut ", les plus dangereux > 900 communes concernées > 1 contrôle par an en moyenne mené par l inspection des installations classées sur chaque site SEVESO > 30 % du montant des travaux : c est l aide financière actuelle accordée aux riverains. Insuffisant Pour France Nature Environnement, l industrie doit redoubler d efforts pour réduire le risque à la source, dans les usines. Les industries pétrolières et chimiques peuvent et doivent aller bien au-delà de ce qu elles ont fait depuis «Les possibilités d amélioration existent d un point de vue technique et elles ont largement la capacité financière de les assumer. Enfin, il est inconcevable et dangereux de demander aux riverains de payer les travaux de renforcement nécessaires, insiste Maryse Arditi. Vu leur coût, ils ne seront jamais réalisés.» Aujourd hui, on est loin de l application du principe pollueur-payeur. Il faut que l État et les industriels financent 80 % de ces travaux, la collectivité locale prenant en charge les 20 % restants. FAIRE DU RISQUE ZÉRO L'OBJECTIF PRIORITAIRE DES INDUSTRIELS Poursuivre la réduction du risque et financer les travaux de renforcement sont les seuls moyens de s assurer que l on ne vivra pas un nouvel AZF. «On nous dit trop souvent que le risque zéro n existe pas, précise Maryse Arditi. Pourtant il nous semble essentiel que ce soit en réalité l'objectif prioritaire de chaque exploitant. Si ce constat ne doit pas être un frein à l activité industrielle, son développement doit s accompagner d une prise en charge par l Etat et par les industriels de la protection des populations exposées au risque qu elle génère.» A la veille de l élection présidentielle, France Nature Environnement interpelle les candidats et sera attentive aux positions qu ils ou elles adopteront sur ce dossier sensible et important pour les tous Français. BÉNÉDICTE DE BADEREAU EN SAVOIR PLUS : ASSOCIATION-RESPIRE-LA-ROCHELLE.ORG «NOUS NE CONNAISSIONS PAS LES RISQUES» A 10 h 17, le 21 septembre 2001, Madeleine Charru, directrice de Solagro, était dans les locaux de son association, à 3 km à vol d oiseau du site d AZF, à Toulouse. Elle raconte. «Ce matin-là, j étais à Solagro, avenue Muret. Une quinzaine de salariés étaient présents. Nous avons entendu et ressenti une très forte déflagration, fenêtres et faux plafonds ont volé en éclats. On s est demandé ce qu il se passait. Nous avions en tête les images très récentes du 11 septembre, les bâtiments qui s écroulent, nous avons évacué. Aucun de nous n a été blessé, mais j ai eu de la chance : dans l explosion des vitres, une longue aiguille de verre s est plantée dans ma chaise de bureau. Heureusement, je faisais des photocopies. Nous n étions pas préparés à l éventualité d une explosion. J habitais et travaillais depuis dix ans dans ce quartier, a priori en zone sensible, et je n avais jamais eu aucune information sur les risques chimiques ou d explosion. L accident a posé la question de la sécurité dans ce type de site et de la proximité des usines avec les habitations. Aujourd hui, il y a encore des usines chimiques dans les parages et sauf à être féru de PPI, PPRT, les riverains ne disposent toujours pas d une information claire. Leur sécurité est pourtant une priorité. Personne ne doit avoir à vivre ça à nouveau.» Je soutiens France Nature Environnement A renvoyer sous enveloppe affranchie à FNE 3 rue de la Lionne Orléans ou à remplir sur fne.asso.fr Oui, je me sens concerné-e par la protection de la nature et de l environnement et désire continuer à soutenir les actions de France Nature Environnement. Je fais un don : ou... JE RÈGLE PAR : Chèque bancaire ou postal à l ordre de FNE. Carte bancaire : CB N Expire fin : N Cryptogramme CB : (3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire) Déduction fiscale : 66% de votre don est déductible de vos impôts, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Dès réception de votre don, nous vous enverrons un reçu justificatif. Ainsi, par exemple, un don de 30 ne vous revient qu à 10,20. Confidentialité : vos coordonnées sont indispensables pour vous envoyer votre reçu fiscal et bénéficier de la réduction d'impôts. Nous les utilisons uniquement à des fins de gestion et d information. Conformément à la loi " informatique et libertés " du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données qui vous concernent. Date et signature obligatoires MES COORDONNÉES : PLUS D INFOS SUR SOLAGRO : Mme Mlle M. Nom : Prénom : Adresse : CP : I I I I I I Ville : N 243 > La lettre du hérisson > 7

8 PORTRAIT MARYSE ARDITI L énergie au sens propre Militante féministe, pionnière du solaire, aujourd hui pourfendeuse du risque industriel : depuis 1968, Maryse Arditi mène de nombreux combats. Portrait. Mercredi 21 septembre, parvis de la Gare Montparnasse. En ce jour de commémoration de la catastrophe d AZF, Maryse Arditi enchaîne les interviews. Elle martèle le message de France Nature Environnement : tout doit être fait pour améliorer la sécurité des riverains de sites industriels (voir le dossier). D un débit rapide, avec rigueur et détermination, cette petite femme dynamique assène les arguments un à un et convainc les journalistes. «Donner une information juste mais accessible» Depuis 2009, Maryse Arditi est pilote du réseau risques industriels de FNE et s occupe du réseau énergie. Pour se pencher sur ces questions techniques et politiquement explosives, être docteur en physique nucléaire et l une des pionnières de l énergie solaire est un atout indéniable. C est son envie d expérimenter qui l a menée à ces sujets pointus. Elle raconte : «Dans les années 60, quand j étais étudiante, la physique nucléaire était le secteur le plus en pointe. Voilà pourquoi je m y suis intéressée.» En 1968, Maryse est doctorante à la faculté d Orsay. Les événements sont un électrochoc. «Dans notre équipe, nous nous sommes posés beaucoup de questions sur le bienfondé de nos recherches.» Consciente des dangers du nucléaire, elle boucle tout de même sa thèse. Ses préoccupations ne se limitent pas au champ énergétique : elle prend part aux mouvements sociaux et politiques de l époque. Militante du Mouvement pour la liberté de l avortement et de la contraception, elle signe en 1971 le manifeste dit «des 343 salopes», rédigé par Simone de Beauvoir et publié dans Le Nouvel Observateur, où des femmes, célèbres ou non, déclarent avoir avorté. Début 1972, elle s envole pour l Université de Berkeley, en Californie, et participe pendant six mois aux premiers travaux sur l énergie solaire. «Nous n étions que trois : une chercheuse, un étudiant, un technicien, raconte-t-elle. Trois ans après, ils étaient 1000! Nous nous interrogions sur la construction de bâtiments à énergie solaire. En fait, nous avions vingt-cinq ans d avance!» De retour en France, au moment du congrès mondial «Le soleil au service de MARYSE ARDITI EN 5 DATES 1971 Elle signe le «Manifeste des 343 salopes» pour l avortement libre et gratuit 1988 Installée dans les Corbières, elle fonde avec son compagnon et d autres l association ECCLA (Ecologie du Carcassonnais, des Corbières et du Littoral Audois) 1999 Elle est nommée Chevalier de la Légion d Honneur pour son action pour l environnement Présidente bénévole de l INERIS Depuis 2009 Pilote du réseau risques industriels puis du réseau énergie à FNE l homme», elle fonde avec des architectes, des thermiciens, des plombiers, des citoyens, le groupe héliotechnique de Paris. «C est d abord par ce biais de l énergie que je me suis impliquée dans les combats écologistes, expliquet-elle. J ai beaucoup appris auprès de mon compagnon.» Pitch Bloch, disparu en 2007, était un militant très apprécié et très actif de FNE, membre du directoire du réseau industrie-déchets. «Nous avons quitté Paris pour vivre dans le Sud, dans une maison avec notre propre énergie, du solaire passif, un chauffe-eau solaire.» Avec d autres, ils créent en 1988 l association Eccla, pour Ecologie du Carcassonnais, des Corbières et du Littoral Audois. Elle s amuse encore de leur astuce : Nous avions choisi ce nom pour pouvoir dire «encore un coup d Eccla!» En 1988, Maryse Arditi est élue Verts. Conseillère municipale à Narbonne, elle devient la bête noire du maire, faisant annuler le POS ou contestant la nouvelle ZAC. Elle mène une bagarre très dure contre l exclusion des enfants étrangers du conseil municipal des jeunes. Cette décision la révolte et elle la conteste devant le tribunal administratif : «Pour moi qui suis née de parents étrangers, d origine juive, fille d un déporté, enfant cachée pendant la guerre, c était inadmissible.» Sa ténacité paie : elle gagne devant le Conseil d État. En parallèle, cette passionnée poursuit sa car- rière d enseignante-chercheuse en physique à l université et contribue aux débuts de la formation continue, passant des nuits à constituer des dossiers pour ses étudiants. En 2004, quelques années plus tard, vice-présidente du Conseil régional de Languedoc Roussillon, elle découvrira l autre côté du miroir en étant déléguée à la formation professionnelle. De sa propre formation, elle garde un attachement à la rigueur scientifique. Une ligne de conduite qu elle suit aujourd hui à FNE, où elle veut «donner une information juste mais accessible». Maryse se décrit souvent comme une «retraitée qui travaille 35 heures par semaine». Une estimation qui nous semble bien en-dessous de la réalité. Son secret? Elle le confie avec malice : «Chaque matin, une ampoule de gelée royale-ginseng-acérola. Et c est surtout mon tempérament!» BÉNÉDICTE DE BADEREAU 8> La lettre du hérisson > N 243 FNE

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN Centre européen de sensibilisation et d éducation aux risques Le contexte français Toujours trop de victimes Chaque année en France, 11 millions d accidents de la vie courante

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 Par la présente charte, le collectif Alternatiba Dijon définit les objectifs et les modalités d organisation d un «village des alternatives» à Dijon, pour prendre part à la

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

LABEL MARSEILLE-PROVENCE, CAPITALE DU DON

LABEL MARSEILLE-PROVENCE, CAPITALE DU DON LABEL MARSEILLE-PROVENCE, CAPITALE DU DON 1 Edito Pour la 6ème édition du colloque Médias Santé en 2014, autour d un thème majeur de communication de santé publique «Du don d organes au don de sang, tous

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

TARIFS MÉDIATION FAMILIALE CONVENTIONNELLE

TARIFS MÉDIATION FAMILIALE CONVENTIONNELLE Paiements par : Cartes Bancaires, Espèces, Chèques bancaires, Paypal, Devises étrangères en cours acceptées (billets uniquement si espèces et rendu de monnaie en euros selon le cours du change du jour

Plus en détail

Le compte chèque jeune monabanq.

Le compte chèque jeune monabanq. - 1 - Le compte chèque jeune monabanq. Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001 (N Azur, prix d un appel local depuis un poste fixe, de 8h à 22h en semaine et de 8h à 20h le samedi). Principaux

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU CONCOURS «FAN DE BARBECUE»

REGLEMENT DU JEU CONCOURS «FAN DE BARBECUE» ARTICLE 1 : SOCIETE ORGANISATRICE REGLEMENT DU JEU CONCOURS «FAN DE BARBECUE» La société LIDL S.N.C., dont le siège social est situé 35 rue Charles Péguy à 67200 STRASBOURG et dont l activité est la distribution

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

8 Vers un engagement mutuel pour l environnement

8 Vers un engagement mutuel pour l environnement 8 Vers un engagement mutuel pour l environnement La prise de conscience sur les enjeux liés à l environnement est en plein essor. Ainsi les citoyens sont régulièrement sollicités pour participer à des

Plus en détail

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008.

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008. TOULOUSE, le 7 février 2008 Aux adhérents de l Association Vélo Assemblée Générale du 9 février 2008 Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

L inspection des installations classées

L inspection des installations classées L inspection des installations classées Une mission de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi

Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Laisser une empreinte Devenez acteur de la restauration des plantations du canal du Midi Le canal du Midi, un patrimoine exceptionnel Une vitrine. L inscription par l Unesco en 1996 sur la liste du patrimoine

Plus en détail

TARIFS MÉDIATION FAMILIALE CONVENTIONNELLE

TARIFS MÉDIATION FAMILIALE CONVENTIONNELLE Paiements par : Cartes Bancaires, Espèces, Chèques bancaires, Paypal, Devises étrangères en cours acceptées (billets uniquement si espèces et rendu de monnaie en euros selon le cours du change du jour

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

REUNION DE PREFIGURATION DU RESEAU JURIDIQUE BENEVOLE FNE13/PACA

REUNION DE PREFIGURATION DU RESEAU JURIDIQUE BENEVOLE FNE13/PACA REUNION DE PREFIGURATION DU RESEAU JURIDIQUE BENEVOLE FNE13/PACA COMPTE RENDU Présents : Marie-Claire MOUYRIN CEPG Alain FAURE-SOULET Stelles Xavier FARJON FNE 04 Grégoire ATICHIAN FNE PACA réseau industrie

Plus en détail

REJOIGNEZ LES AMIS ET MÉCÈNES DE L ORCHESTRE DE PARIS

REJOIGNEZ LES AMIS ET MÉCÈNES DE L ORCHESTRE DE PARIS REJOIGNEZ LES AMIS ET MÉCÈNES DE L ORCHESTRE DE PARIS SAISON 2015-2016 Mélomanes, partagez votre passion en devenant membres du Cercle de l Orchestre de Paris BÉNÉFICIEZ D AVANTAGES EXCLUSIFS Une présentation

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Édito En route pour la COP21! Dans six mois, le 30 novembre 2015, le coup d envoi de la 21 e conférence internationale pour le climat sera donné

Plus en détail

N abandonnons pas notre héritage commun.

N abandonnons pas notre héritage commun. N abandonnons pas notre héritage commun. Chaque semaine, 200 fermes disparaissent en France. Disparition des surfaces agricoles, spéculation foncière : nous pouvons agir. Grâce à vous, Terre de liens acquiert

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

Extra-Pass. étudiants. Votre couverture santé à l étranger. www.mep.fr Je pars à l étranger. Plus d infos :

Extra-Pass. étudiants. Votre couverture santé à l étranger. www.mep.fr Je pars à l étranger. Plus d infos : Extra-Pass étudiants Votre couverture santé à l étranger Plus d infos : www.mep.fr Je pars à l étranger Vous partez à l étranger pour un stage, vos études, un séjour linguistique ou un voyage? Qu il s

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Préparez-vous à changer d avis sur la banque.

Préparez-vous à changer d avis sur la banque. - 1 - Préparez-vous à changer d avis sur la banque. Votre carte Visa offerte pendant 1 an ou votre carte Visa Premier offerte pendant 6 mois pour toute 1ère ouverture d un compte monabanq. avant le 30/09/2010.

Plus en détail

Le cri d alarme de France Nature Environnement

Le cri d alarme de France Nature Environnement Le cri d alarme de France Nature Environnement 1 Contexte En novembre 2010, FNE lance une compétition auprès de plusieurs agences pour «élaborer et mener en direction des citoyens, une campagne de communication

Plus en détail

CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS LA MILESSE

CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS LA MILESSE CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS DE LA MILESSE Règlement intérieur, relatif à l utilisation des salles CENTRE SOCIAL FRANCOIS RABELAIS - RUE DES JONQUILLES LA MILESSE - TEL / 02 43 25 59.56 Ce règlement

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE

CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE CONDITIONS SPÉCIALES DES OPÉRATIONS EN LIGNE Les présentes conditions spéciales ont pour objet de définir les modalités d accès aux opérations en ligne qui sont disponibles sur le site sécurisé www.groupe-sma.fr

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments

Projet de loi sur l immigration. Synthèse des principaux éléments 1 Projet de loi sur l immigration présenté en Conseil des ministres le 23 juillet 2014 NOR : INTX1412529L Synthèse des principaux éléments ❶ Titres de séjour Catégories de titres de séjour Le visa de long

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS COMMUNICABLES AU PUBLIC

RENSEIGNEMENTS COMMUNICABLES AU PUBLIC DGA de la Famille, de l Éducation, des Sports et de l Animation Direction de l Animation et de la Vie Associative Service de la Vie associative BULLETIN D ADHÉSION SAISON :... Ce document est à remettre

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Merci de remplir votre bulletin lisiblement en lettres capitales. Les champs marqués d'une * sont facultatifs.

Merci de remplir votre bulletin lisiblement en lettres capitales. Les champs marqués d'une * sont facultatifs. Appt., boîte à lettres, étage, couloir, escalier Entrée, TOUR, IMMEUBLE, bâtiment, résidence Code postal, LOCALITé ADHésion N +extension (bis, ter), NOM de la voie mon EST le MOBILE particulier 4X4 MOTO

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 262046 Inédit au Recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mlle Sibyle Petitjean, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Stirn, Président

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

La payement par Carte Bancaire sur Internet

La payement par Carte Bancaire sur Internet Une documentation Côtière Informatique Mise à jour du 06/11/2012 Sommaire : La payement par Carte Bancaire sur Internet 1) Préambule page 1 2) Historique page 1 3) Une situation actuelle anormale page

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Veuillez recevoir, Monsieur, l expression de ma considération distinguée.

Veuillez recevoir, Monsieur, l expression de ma considération distinguée. Son Excellence Ban Ki-Moon Secrétaire Général L'Organisation des Nations Unies 1 United Nations Plaza New York, New York 10017-3515 Etats Unis Paris, le 22 mai 2012 Objet : Renouvellement d adhésion au

Plus en détail

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE

POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE POUR MIEUX SE DÉPLACER ENSEMBLE La mobilité sociale est notre priorité FONDATION CRÉÉE EN 2002, SOUS L ÉGIDE DE LA FONDATION DE FRANCE Grégoire Maisonneuve La Fondation Transdev apporte un soutien financier

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

Annexe 6 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par chaque candidat

Annexe 6 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par chaque candidat Annexe 6 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par chaque candidat 53 54 Annexe 7 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par le candidat tête de liste ou son mandataire 55 56 Annexe

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

Convention d assistance 921.147. FORMULE 2 Véhicule de collection Sans franchise kilométrique

Convention d assistance 921.147. FORMULE 2 Véhicule de collection Sans franchise kilométrique Convention d assistance 921.147 FORMULE 2 Véhicule de collection Sans franchise kilométrique Les prestations de la convention d'assistance souscrite par TEA CEREDE auprès de Fragonard Assurances (Société

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation PREFECTURE DE VAUCLUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE VAUCLUSE SERVICE LOGEMENT SOCIAL 84905 AVIGNON CEDEX 9 PROCEDURE ADAPTEE en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

pile(s) dans la bonne boîte

pile(s) dans la bonne boîte Dossier de presse décembre 2003 pile(s) dans la bonne boîte Le Fonds Français pour la Nature et l Environnement lance une campagne d information pour mobiliser les grandes entreprises, les collectivités

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

dossier de presse Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, La Fédération des Forestiers Privés de France lance

dossier de presse Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, La Fédération des Forestiers Privés de France lance dossier de presse La Fédération des Forestiers Privés de France lance Sylvassur, l assurance des Forestiers Privés de France, en partenariat avec Verspieren panorama de la forêt française 16 millions d

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

Responsabilité en matière de santé et d'environnement

Responsabilité en matière de santé et d'environnement Responsabilité en matière de santé et d'environnement Toutes les fiches se trouvent sur le site du collège Gernez Rieux (rubrique : matières et SVT) ou dans le dossier Public de la classe (sous-dossier

Plus en détail

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Chaque partenaire relais d une agence de l eau est invité à compléter cette fiche d évaluation à l issue des manifestations (réunions, expositions,

Plus en détail

Lancement du Budget Participatif 2015

Lancement du Budget Participatif 2015 Dossier de presse Lancement du Budget Participatif 2015 Mardi 13 janvier Contact presse : Quitterie Lemasson / presse@paris.fr / 01.42.76.49.61 1 Sommaire Edito d Anne Hidalgo 3 Bilan de l édition 2014

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE

TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE Carte bancaire : plancher et plafond de paiement Dernière mise à jour le 11 juin 2009 à 09:17 par ericrg Les commerçants sont libres d'accepter ou non les paiements par

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

Projet minier de la Montagne de Kaw, Schéma départemental d orientation minière et prospections offshore

Projet minier de la Montagne de Kaw, Schéma départemental d orientation minière et prospections offshore Gouvernance de projets industriels dans des environnements d exception Le cas de la Guyane : Projet minier de la Montagne de Kaw, Schéma départemental d orientation minière et prospections offshore Plan

Plus en détail

monabanq. invente le 1 er Compte courant tout compris et en illimité pour 6 /mois (1)

monabanq. invente le 1 er Compte courant tout compris et en illimité pour 6 /mois (1) - 1 - Envie d essayer une banque différente et innovante? monabanq. invente le 1 er Compte courant tout compris et en illimité pour 6 /mois (1) Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales Conditions Générales Assureur : AGA INTERNATIONAL Tour Gallieni II 36, avenue du Général de Gaulle 93175 Bagnolet Cedex Conditions Générales La garantie de votre contrat, est régie par le Code des assurances.

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF Consultation de la CNIL Relative au droit à l oubli numérique Contribution du MEDEF 2 Réflexions de la CNIL sur le droit à l oubli numérique Les origines du droit à l oubli numérique Réaffirmée par les

Plus en détail

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion

Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Secrétariat d État chargé des Personnes handicapées et de la Lutte contre l exclusion Discours de Ségolène Neuville à l occasion de la journée «La domiciliation : premier pas vers l inclusion» organisé

Plus en détail