Le Conseil des ministres s'est réuni en session

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Conseil des ministres s'est réuni en session"

Transcription

1 NUMERO 8875 MERCREDI 11 février FCFA CAN U17 du 15 février au 1 er mars 2015 à Niamey Au Conseil des ministres L état d urgence proclamé dans la région de Diffa pour une durée de 15 jours à compter d aujourd hui à zéro heure Elh Zakari A. Gado ONEP Le Conseil des ministres s'est réuni en session extraordinaire, hier, mardi 10 février 2015, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres. Après examen du point inscrit à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes : Conformément à l'article 68 de la Constitution du 25 novembre 2010 et à la loi n du 11 août 1998, l'état d'urgence est proclamé par décret, dans la région de Diffa pour un délai de quinze (15) jours, à compter du 11 février 2015, à zéro heure. Il emporte pour sa durée application des articles 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 11 de la loi n du 11 août 1998 Communiqué du Secrétariat général du gouvernement Le Chef de l'etat signe un décret portant clôture d'une Session extraordinaire de l'assemblée Nationale Le Président de la République, Chef de l'etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou a signé, un décret portant clôture d'une Session extraordinaire de l'assemblée Nationale. Aux termes de ce décret, la Session extraordinaire de l'assemblée Nationale ouverte le lundi 09 février 2015 est close le mardi 10 février Lors du conseil des ministres, hier portant réglementation de l'état d'urgence. Le Ministre de l'intérieur, pour l'ensemble du territoire où est institué l'état d'urgence et le préfet (actuellement gouverneur), ont pouvoir entre autres : d'ordonner les perquisitions à domicile de jour et de nuit. C'est le lieu, pour le Conseil des ministres de saluer et féliciter l'assemblée Nationale pour son vote à l'unanimité destiné à donner au Gouvernement en général et singulièrement aux administrations et aux forces de défense et de sécurité au niveau local, les moyens de contenir les menaces de la secte Boko Haram. Dans la même lancée, le Conseil des ministres appelle tous les Nigériens et toutes les Nigériennes à une mobilisation générale pour soutenir les forces de défense et de sécurité dans leur mission de défense du territoire national et de protection des personnes et de leurs biens. Enfin, le Conseil des ministres a pris des mesures destinées à soutenir le moral des troupes au front. Il s'agit d'une modification apportée au décret n /PCSRD/MDN/ME/F/MISD/AR du 06 janvier 2011, portant création de l'indemnité de sujétion pour le service à l'intérieur à accorder aux agents des forces de défense et de sécurité et fixant son taux, visant à doubler les indemnités de sujétion des hommes déployés sur le théâtre des opérations. L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence, Monsieur le Président de la République a levé la séance.

2 2 C est tard dans la nuit du lundi à mardi dernier que la résolution autorisant le Président de la République à envoyer des troupes dans les zones d opérations de la Force Mixte multinationale dans le Bassin du Lac Tchad a été discutée et votée à l unanimité. Les débats et le vote se sont tenus à huis-clos. Mais le constat réjouissant est que les députés ont mis unanimement l intérêt national en avant face à la menace que le groupe Boko Haram représente pour la paix dans la sous-région. Ainsi après avoir épuisé NATION Assemblée nationale/ Clôture 1 ère session extraordinaire 2015 Vote à l unanimité de la résolution à 101 voix pour, 0 contre et 0 abstention L'Assemblée nationale, réunie en session extraordinaire, lundi 9 et mardi 10 février 2015, a donné son feu vert au Président de la République pour envoyer des troupes en République Fédérale du Nigeria dans le cadre de la Force mixte Multinationale dans le Bassin du Lac Tchad. En effet, la résolution soumis au vote des députés a recueilli 101 voix pour, 0 contre et 0 abstention. «Mesdames et Messieurs ; Nous voilà arrivés au terme de nos travaux entrant dans le cadre de cette première session extraordinaire au titre de l année 2015, travaux qui nous ont permis d'adopter la résolution autorisant le Président de la République à envoyer des troupes en zone d'opérations dans le cadre de la Force mixte multinationale dans le bassin du Lac Tchad. Chers collègues députés, L'objectif atteint, à savoir l'adoption avec une aussi grande unanimité, avouons-le constitue un véritable motif de satisfaction. Les débats entre parlementaires étaient empreints de courtoisie et d'objectivité, la prise de conscience collective de la gravité de la situation et le vote unanime illustrent si besoin est, notre capacité, en tant que représentants du peuple et par voie de conséquence, celle des citoyens nigériens, à nous unir autour des valeurs et symboles essentiels. Cela ne doit pas être circonstanciel. Ça doit être notre credo pour les heures, les jours, les mois et les années à venir car, il est déjà perceptible, que le peuple nigérien et le monde entier, ont apprécié et continuent d'apprécier ce comportement véritablement honorable des élus que nous sommes. Je vous en félicite et vous encourage à œuvrer désormais dans ce sens. Aussi, dois-je à votre nom, à tous, réitérer nos encouragements à ces forces qui consentent tous les jours de lourds sacrifices pour assurer la protection de nos populations. Lors de la clôture de la session, hier matin ce seul point d ordre du jour, ils ont procédé, Excellence, Monsieur le Premier Ministre, En votant la résolution qui autorise le Président de la république à envoyer nos vaillants soldats au combat, nous vous offrons une première partie des moyens dont vous avez besoin et vous permettons ainsi de respecter vos engagements internationaux. Nous vous permettons surtout de garantir une efficacité d'action à nos forces de défense et de sécurité car elles peuvent désormais agir au-delà de la frontière qui nous sépare du Nigeria. Notre représentation nationale reste également disponible à accompagner ces guerriers et vous rassure de son engagement à répondre favorablement à toute demande d'allocation de ressources supplémentaires à nos Forces de Défense et de Sécurité. Ce faisant, ces forces mixtes vont déplacer les combats sur le terrain où se trouvent les racines de Boko Haram et accélérer ainsi le processus d'anéantissement de ce fléau. Nos vœux les plus urgents, c'est de voir notre grand voisin le Nigeria débarrassé de Boko Haram et nos populations de la zone de Diffa mises définitivement à l'abri des agressions de cette secte maléfique. Mes chers concitoyens, Un tel défi, j'en suis convaincu, sera relevé à travers cette force mixte multinationale qui est à la fois la concrétisation d'un acte salutaire et la manifestation éclatante de la solidarité agissante qui lie les Etats membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad auxquels s'est joint, soulignons-le, le Bénin, un pays frère et voisin du Niger et du Nigeria. Mais dans la situation actuelle, chaque Nigérienne et chaque Nigérien se doit d'admettre que nous sommes en situation de Kader Amadou/ONEP hier, à la clôture de cette 1 ère session extraordinaire. La cérémonie s est déroulée en présence du Premier ministre S.E.M. Brigi Rafini, des Présidents des Institutions de la République, des membres du Gouvernement et du Corps diplomatique. Lire c-dessous l intégralité du discours de clôture prononcé par le Président de l Assemblée Nationale, S.E.M. Amadou Salifou. Mahaman Bako «La prise de conscience collective de la gravité de la situation et le vote unanime illustrent, si besoin est, notre capacité ( ) à nous unir autour des valeurs et symboles essentiels», déclare le président de l Assemblée nationale Le président de l Assemblée nationale, SE Amadou Salifou L Kader Amadou/ONEP Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) tient une Session du Comité de Haut Niveau sur la mise en œuvre du «Chantier Paix et Sécurité dans l espace UEMOA», le 13 février 2015 à partir de 09 heures à l hôtel King Fahd Palace à Dakar, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal, annonce un communiqué de presse rendu public, hier, par la Commission de l UEMOA et la République du Sénégal. Le Comité de Haut Niveau est composé des ministres en charge des affaires étrangères, de la sécurité et des finances des Etats membres de l Union ainsi que du Gouverneur de la BCEAO et du guerre! Notre pays étant agressé, nous avons le devoir de constituer une véritable union sacrée autour de ces forces pour sauver la République et la démocratie! Permettez-moi avant de terminer mon propos, d'inviter les chefs religieux et tous les citoyens à accompagner jour et nuit, nos forces par des prières et des vœux pieux, afin qu'allah les protège et nous garantisse la victoire sur ces forces du mal. Sur ce, je déclare close, la première session extraordinaire de l'assemblée Nationale au titre de l'année Vive la République! Vive le Niger!» Session du comité de Haut niveau sur la mise en œuvre du chantier paix et sécurité dans l espace UEMOA, à Dakar (Sénégal) Pour la validation de l avant-projet du programme stratégique pour la paix et la sécurité dans l espace UEMOA Président de la BOAD, indique le communiqué. La même source rappelle que c est lors de leur conférence extraordinaire, tenue à Lomé en République Togolaise le 30 mai 2011, que les Chefs d Etat et de Gouvernement de l Union ont décidé de faire de la question de paix et de sécurité un chantier majeur de l Union, suite à une analyse approfondie de la situation politico-sécuritaire dans l espace UEMOA. «En vue d approfondir la réflexion, ils ont créé un Comité de Haut Niveau, le 6 juin 2012 à Lomé. Les Plus Hautes Autorités de l Union ont confié la présidence des travaux de ce Comité à son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal», note le communiqué. Selon les termes du communiqués, cette Session du Comité de Haut Niveau qui se tient à Dakar devra valider l avant-projet du programme stratégique pour la paix et la sécurité dans l UEMOA et de donner de nouvelles orientations pour l opérationnalisation du chantier. Il faut souligner que cette rencontre sera précédée, le 12 février 2015, à Dakar, par un Conseil des ministres membres dudit Comité, présidé par Monsieur Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l Extérieur du Sénégal et par la réunion des experts le 11 février Assane Soumana

3 C et atelier fait suite aux journées de réflexion sur l'évaluation dans le contexte des collectivités territoriales tenues à Maradi en février 2014 et à une série de missions organisées au cours de l'année écoulée au profit des responsables gouvernementaux, des collectivités territoriales et de la société civile pour s'imprégner des expériences d'autres pays de la sous-région dans le domaine de l'évaluation. Selon le ministre d Etat en charge du Plan, le Niger s'est engagé depuis 2011 dans un processus de planification stratégique avec l'adoption du Plan de Développement Economique et Social , l'élaboration très prochaine de la SDDCI Niger 2035 et du PDES De même, plusieurs politiques et stratégies sectorielles ont été adoptées et d'autres sont en passe de l'être. M. Amadou Boubacar Cissé a cependant, dit qu il faut admettre que la réussite des politiques publiques ne se limite pas seulement à leur mise en œuvre, qui doit s'accompagner d'une évaluation. L'évaluation de ces politiques a dit le ministre, est nécessaire dans ce contexte de renouveau de la planification. De même le renforcement des capacités notamment des ressources humaines doit être un levier important pour le pilotage et la gestion stratégique du développement. Pour M. Amadou Boubacar Cissé, l'évaluation des politiques publiques a pour ambition particulière d'apprécier l'ensemble des maillons de la chaîne de l'action publique et d'appréhender jusqu'à l'impact final qui attestera de l'atteinte ou non des objectifs ayant conduit à la conception des politiques. C est pourquoi, il a rappelé que l'ambition de l'évaluation des politiques publiques dépasse la seule description des ressources et des réalisations d'une politique donnée. «Une pareille approche relève d'un simple suivi de gestion, alors que l'évaluation des politiques publiques se donne pour objet d apprécier le plus complètement possible la politique qui lui est soumise. Vous comprenez dès lors, toute l'importance de l'évaluation des politiques NATION 3 Institutionnalisation de l'évaluation des politiques publiques au Niger Poser les bases d une plus grande efficacité des politiques et programmes de développement Le ministre d'etat, ministre du Plan, de l'aménagement du Territoire et du Développement Communautaire M. Amadou Boubacar Cissé a présidé, hier, au Palais des congrès de Niamey, l ouverture de l atelier sur l institutionnalisation de l'évaluation des politiques publiques au Niger. L objet de ces assises est de relancer le dialogue sur la culture et les pratiques évaluatives au Niger et de sensibiliser les différents acteurs sur les enjeux du suivi et évaluation pour toute politique, programme ou projet de développement. D ès l entame de ses propos, le directeur régional pour l Afrique sub-saharienne et le Sahel M. Georg Schmidt a précisé que le partenariat sur la coopération-développement entre l Allemagne et le Niger remonte à un peu plus d un demi-siècle. C est dans ce cadre que l année dernière, nous avions eu une négociation intergouvernementale à Berlin à l issue de laquelle une décision a été prise. Cette décision a souligné la nécessité de continuer la coopération et le développement avec le Niger pour un montant de 63 millions d Euros couvrant ainsi les axes de la décentralisation, le secteur agricole et la bonne gouvernance, a indiqué M. Georg Schmidt. Par rapport à l appel dit de Bosso lancé par le gouvernement du Niger pour l aider dans la gestion de la crise humanitaire, le diplomate allemand a fait savoir que son pays a décidé, en réponse à cet appel, d augmenter l aide humanitaire immédiate d un montant de 1,6 millions d Euros. Cette aide, a dit M. Georg Schmidt va cibler la région de Diffa, plus exposée à la menace de Boko Haram et où se trouve d ailleurs des camps des refugiés nigérians. En outre, l Allemagne est en train d étudier aussi la possibilité d augmenter l aide humanitaire dans la région de Tillabéry où il existe des refugiés Le ministre d Etat Amadou Boubacar Cissé (au centre) présidant l ouverture de l atelier publiques et la nécessité de son institutionnalisation», a-t-il déclaré. Outre la sensibilisation et la mobilisation des acteurs autour de cet objectif, les résultats des travaux constitueront une contribution à la mise en œuvre des programmes majeurs du PDES déclinés dans l'axe 1 qui vise «la consolidation de l'efficacité et de la crédibilité des institutions publiques». Le ministre d Etat a ensuite précisé que, le moment est bien indiqué pour engager toutes les parties prenantes, car dans le contexte actuel, l'évaluation est devenue un des principaux critères d'appréciation de la qualité de la gouvernance au niveau des Etats. Dans cette perspective, «il est heureux de constater que d'ores et déjà, le Niger a pris des options fermes maliens. L objectif général est d alléger les souffrances de ces personnes sans abri dans le cadre de la solidarité. En ce qui concerne le soutien pour la force multinationale de lutte contre la nébuleuse Boko Haram, le directeur régional pour l Afrique sub-saharienne et le Sahel M. Georg Schmidt a précisé que le conseil des ministres des Affaires Etrangères de l Europe s est prononcé le 9 février 2015 à Bruxelles. Le conseil est favorable pour aider les pays touchés dans cette lutte. Il est clair que ce n est pas une lutte qu on peut gagner seulement par des mesures militaires. Il faut plutôt une convergence pour éviter à ce que Boko Haram puisse établir un contrôle sur les territoires. Les problèmes de Boko Haram ne peuvent pas être réglés à court terme. C est pourquoi, nous allons attendre jusqu à ce qu il y ait une demande concrète des pays touchés et déterminantes», a affirmé M. Amadou Boubacar Cissé. Il a rassuré que le gouvernement œuvrera dans ce sens, par l'adoption très prochaine de la Politique Nationale de l'evaluation au Niger et sa mise en œuvre, pour une culture véritable de l'évaluation et du résultat au Niger. Le ministre d Etat en charge du Plan a remercié, au nom des autorités de la 7 ème République, l'unicef et le PNUD pour tous les efforts qu ils ne cessent de déployer pour l'amélioration des conditions de vie des populations nigériennes en général, et en particulier pour leur contribution dans le cadre du présent atelier. Dans son allocution, le représentant de l UNICEF, M. Mohamed Elbechir a indiqué que l'un des résultats majeurs attendus de toute évaluation est DR d'amener les décideurs à tirer les enseignements et les leçons des expériences antérieures, en vue de définir les priorités et les solutions appropriées, et ainsi atteindre les objectifs de développement fixés. Selon lui, l évaluation constitue également un moyen de bâtir des politiques et des programmes publics plus équitables, mettant l'accent sur l'accès des groupes les plus vulnérables, en particulier les femmes et les enfants, aux services sociaux essentiels. M. Mohamed Elbechir a souhaité qu à l'issue de cet atelier une feuille de route claire soit définie pour une réelle institutionnalisation de la fonction évaluative au Niger. «Cela nécessitera d'abord l'adoption de la Politique Nationale d'evaluation au Niger, politique qui a été élaborée il y a de nombreux mois. Cela nécessitera ensuite l'opérationnalisation de cette politique à travers la mobilisation des institutions publiques, l'assemblée nationale, les collectivités territoriales, la société civile, les universités et institutions de recherche ainsi que les partenaires techniques et financiers. L'existence de mécanismes de suivi-évaluation fonctionnels à tous les niveaux constitue un préalable à l'institutionnalisation de l'évaluation», a-t-il souhaité. Seini Seydou Zakaria Conférence de presse du directeur régional pour l Afrique sub-saharienne et le Sahel Allemagne dégage un montant de 1,6 millions d Euros pour aider le Niger dans le cadre de la gestion de la crise humanitaire En mission de travail de 24 heures au Niger, le directeur régional pour l Afrique sub-saharienne et le Sahel au ministère fédéral des Affaires étrangères de l Allemagne M. Georg Schmidt a animé hier, à l Ambassade d Allemagne au Niger, une conférence de presse. Cette visite, la première pour le diplomate allemand au Niger, a traité de la coopération bilatérale et de l aide humanitaire en réponse à un appel du gouvernement nigérien. Lors de la conférence de presse conformément aux procédures de l Union Africaine et du conseil de sécurité des Nations Unies a-t-il ajouté. Répondant aux questions des journalistes, le directeur régional pour l Afrique sub-saharienne et le Sahel M. Georg Schmidt a laissé entendre que le décaissement de l aide humanitaire se fera rapidement car l urgence nécessite la spontanéité dans l action. Avec les liens que nous disposons à travers des structures bien implantées au Niger, le travail va être efficace surtout que nous avons déjà effectué le premier décaissement. L Allemagne fait partie des grands bailleurs de fonds dans le cadre de tout ce qui se passe aux Nations Unies, a conclu M. Georg Schmidt. Hassane Daouda Idrissa Himadou ONEP

4 4 ANNONCES AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Fourniture d équipements informatiques et la configuration des serveurs au Ministère de l équipement et au Ministère des Transports. 1. Référence de publication DAO N 002/DP1/AIPR/FED/ Procédure Ouverte locale 3. Programme Appui Institutionnel du Programme routier du 10 ème FED 4. Financement Convention de financement N 10 ACP NIR 1-CRIS Pouvoir adjudicateur Maître d Ouvrage/Autorité contractante Le Ministre des Finances, Ordonnateur National du FED. S/C Cellule Union Européenne, 265, Avenue du Gouverneur Jules Brévié BP : Niamey-République du Niger Tél : (227) Maître Œuvre Ministères de l Équipement et des Transports S/C Secrétariat Général du Ministère de l Équipement BP : 403 Niamey-République du Niger Tél : (227) / SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ 6. Description du marché L objet du marché est la fourniture d équipements informatiques et la configuration des serveurs au Ministère de l Équipement et au Ministère des Transports par le titulaire dans un délai de 45 jours à compter de la notification du marché des biens objet du présent Appel d Offres. Les soumissionnaires ne peuvent pas soumettre une offre pour une variante en plus de leur offre pour les fournitures requises dans le Dossier d Appel d Offres. 11. Garantie de soumission Les soumissionnaires doivent fournir une garantie de soumission lors de la remise de leur offre. Le montant est fixé à FCFA. Cette garantie sera restituée aux soumissionnaires non retenus une fois que l appel d offres aura été mené à terme, et à l attributaire ou à attributaire après la signature du contrat par toutes les parties. Cette garantie sera utilisée si le soumissionnaire n honore pas toutes les obligations stipulées dans l Appel d Offres. 12. Garantie de bonne exécution Il sera demandé à l attributaire de fournir une garantie de bonne exécution égale à 10 % de la valeur du marché à la signature du contrat. Cette garantie doit être fournie avec le contrat contresigné dans un délai de 30 jours à compter de la réception par le soumissionnaire du contrat signé par le pouvoir adjudicateur. Si l attributaire ne fournit pas la garantie requise dans le délai imparti, le contrat sera frappé de nullité; un nouveau contrat pourra être établi et adressé au soumissionnaire ayant présenté la deuxième offre conforme la moins disante. 13. Réunion d information et/ou visite de site N/A 14. Validité des offres Les offres sont valables pendant une période de 90 jours à compter de la date limite de remise des offres. 15. Période de mise en œuvre des tâches La période allant de la signature du contrat, jusqu à la réception provisoire est de 45 jours. CRITÈRES DE SELECTION ET D ATTRIBUTION 16. Critères de sélection Les critères de sélections suivants seront applicables aux soumissionnaires. Dans le cas où l offre est soumise par un consortium, ces critères seront d application au consortium dans son ensemble : 1) Capacité économique et financière du soumissionnaire (basée sur le point 3 du formulaire de soumission pour l Appel d Offres fournitures) En cas où le soumissionnaire est un organisme public, des informations équivalentes devront être soumises. Personnes morales: A) Le chiffre d affaires moyen annuel des trois derniers exercices du soumissionnaire doit être supérieur à (Cinquante millions) FCFA et B) La trésorerie et les équivalents de trésorerie de début et de fin d exercice sont, globalement, excédentaires. 2) Capacité professionnelle du soumissionnaire (basée sur les points 4 et 5 du formulaire de soumission pour l Appel d Offres fournitures) Personnes morales: a) Avoir la certification professionnelle appropriée dans le domaine de l informatique b) au moins 5 (cinq) personnes faisant partie des effectifs du soumissionnaire travaillent actuellement dans les domaines en rapport avec le présent marché et au moins 20% de l ensemble des effectifs du soumissionnaire travaillant cette année dans des domaines en rapport avec le présent marché sont permanents. 3) Capacité technique du soumissionnaire (basée sur les points 5 et 6 du formulaire de soumission pour l appel d offres fournitures) Personnes morales: a) Le soumissionnaire doit avoir mené à bien dans les trois dernières années, au moins trois (3) projets d un budget d au moins égal à celui du présent marché, dans des domaines liés à celui du présent marché. Les trois années de référence partent du 2011, le soumissionnaire à l obligation d en fournir les preuves. b) Le soumissionnaire doit justifier de la disponibilité des pièces détachées et de la présence permanente d un personnel qualifié au Niger pour les services d entretien, maintenance et réparation des équipements concernés. 17. Critères d attribution Le seul critère d attribution sera le prix. Le contrat sera attribué à l offre reconnue conforme et la moins disante. SOUMETTRE UNE OFFRE 18. Comment obtenir le Dossier d Appel d Offres? Le Dossier d Appel d Offres est disponible gratuitement à l adresse ci-après : Unité de Gestion des Projets 10 ème FED Tél. : (227) Nombre et intitulés des lots UN (1) LOT CONDITIONS DE PARTICIPATION 8. Éligibilité et règle de l origine La participation au marché est ouverte à égalité de conditions aux personnes physiques et aux personnes morales (qu elles participent à titre individuel ou dans le cadre d un groupement (consortium) de soumissionnaires) qui sont établies dans l un des pays ACP, un des États membres de l Union européenne ou dans un pays ou un territoire autorisé par l accord de Partenariat ACP-CE au titre duquel le marché est financé (voir rubrique 22 ci-après) La participation à la procédure est également ouverte aux organisations internationales. Tous les biens fournis dans le cadre du présent marché doivent être originaires de ces pays. 9. Situations exclusion Les soumissionnaires doivent fournir une déclaration signée, incluse au formulaire de soumission pour un contrat de fournitures, selon laquelle ils ne se trouvent dans aucune des situations énumérées au point du Guide pratique des procédures contractuelles dans le cadre des actions extérieures de la CE. 10. Nombre d offres Les soumissionnaires peuvent soumettre seulement une offre par lot. Les offres ne portant que sur une partie de lot ne seront pas prises en considération. Tout soumissionnaire peut indiquer dans son offre qu il consentira une remise au cas où son offre serait retenue pour le lot en compétition. Les offres doivent être rédigées uniquement au moyen du formulaire type de soumission pour le marché de fournitures inclus dans le Dossier d Appel d Offres, dont les dispositions et la présentation doivent être strictement respectées. Toute question concernant le présent Appel d Offres doit être adressée par écrit à l adresse ci-dessous (avec mention de la référence de publication indiquée au point 1) au moins 21 jours avant la date limite de remise des offres figurant au point 19. Le pouvoir adjudicateur doit répondre aux questions au moins 11 jours avant la date limite de soumission des offres. 19. Date limite de soumission des offres 10 heures heure du Niger le vendredi 13 mars Toute offre reçue après la date limite ne sera pas prise en considération. 20. Séance d ouverture des offres Les offres seront ouvertes en séance publique le même jour à 11 heures heure du Niger le vendredi 13 mars 2015 dans la salle de réunion du PAPST. Si cette date devait être déclarée chômée et fériée au Niger, la séance d ouverture des offres sera automatiquement reportée au premier jour ouvrable suivant, à la même heure. 21. Langue de la procédure Toutes les communications écrites de cet Appel d Offres doivent être faites en français 22. Base juridique Accord de partenariat ACP-CE signé à Cotonou le 23 juin 2000, tel que modifié le 25 juin 2005, 2008 et 2010 (Annexe IV)]

5 L es principales orientations du Plan de Développement Stratégique sont le renforcement de la participation de la profession agricole dans l élaboration et la mise en œuvre des politiques et stratégies agricoles; l amélioration et la préservation du potentiel de production; l accompagnement des exploitations agricoles; le renforcement des métiers de l agriculture en accordant une attention particulière aux jeunes et aux femmes; le renforcement des organisations de producteurs et le renforcement des capacités organisationnelles du RECA. Le Plan a pour vision de promouvoir une agriculture familiale, productrice de richesses et d emplois et respectueuse des écosystèmes. Il soutient des initiatives permettant à l agriculture familiale de jouer pleinement son rôle. En ouvrant les travaux, le ministre d Etat, ministre de l Agriculture, a de prime abord félicité les membres du bureau du RECA pour cette initiative louable qu ils offrent aux partenaires techniques et financiers afin d échanger sur les résultats des actions et sur le contenu du Plan. M. Maidagi Allambèye, après avoir souligné l intérêt de la profession agricole, a présenté succinctement le Réseau. Le RECA a aujourd hui huit (8) ans d existence aux services des laborieux producteurs ruraux. Grâce à la mobilisation et à la NATION 5 Table ronde du RECA Présentation aux partenaires du Plan de Développement Stratégique Le ministre d Etat, ministre de l Agriculture, M. Maidagi Allambèye, a présidé hier matin à Niamey, la cérémonie d ouverture officielle des travaux de la table-ronde de présentation du Plan de Développement Stratégique du Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger (RECA). Cadre privilégié de discussion, d échanges et de partage sur les préoccupations des producteurs nigériens, cette table-ronde vise à présenter aux partenaires le Plan de Développement Stratégique et le programme opérationnel du RECA. Cette rencontre a enregistré la participation de nombreux partenaires techniques et financiers qui interviennent dans le secteur rural. C ette rencontre entre le ministre de la Santé publique et les syndicalistes intervient au lendemain du congrès statutaire du Syndicat Unique de la Santé et de l Action Sociale. Les syndicalistes ont saisi d abord l occasion pour présenter au ministre Mano Aghali et au personnel du ministère de la santé publique leurs vœux de nouvel An. Comme l a souligné le Secrétaire général du SUSAS, M Boubacar Boboua ils ont tenu à remercier le ministre pour les différents appuis pour l organisation de leur dernier congrès, et la finalisation du siège national de la structure. Aussi, la rencontre était l occasion de la présentation du bureau du SUSAS issu du dernier congrès qui a eu lieu en novembre M Boubacar Boboua a également salué la bonne collaboration avec l administration, la facilitation des démarches administratives relatives à la réaffectation de l intérieur du pays à Niamey des membres entrants du nouveau BEN SUSAS. Mais les discussions entre les syndicalistes et le ministre de la Santé publique ont aussi détermination de ses responsables, a-t-il dit, le RECA est devenu un cadre de concertation national de référence. Selon le ministre, le réseau a construit des capacités nouvelles de capitalisation, d information et de propositions qui lui ont permis d être reconnu dans sa fonction de représentation. Il est maintenant présent dans la majorité des centres d orientation des politiques et stratégies agricoles et de décision. M. Maidagi Allambèye a par ailleurs salué le rôle joué par cette organisation dans les actions de plaidoyer afin d enrichir les politiques et stratégies agricoles aux niveaux national et sous régional pour une meilleure prise en compte des intérêts des producteurs. Le ministre d Etat à l Agriculture a également noté avec satisfaction l initiation du Salon de l Agriculture, de l Hydraulique et de l Elevage (SAHEL-Niger) qui a engrangé des résultats très encourageants dans sa première édition. C est pourquoi il a invité l ensemble des organisations des producteurs à s investir davantage pour des résultats encore plus éclatants à l occasion de la porté sur les principaux points que le Secrétaire Général du SUSAS considère «plus urgents». Il s agit de la question de l appui à la formation des agents de santé, notamment la libération au niveau du trésor national des fonds destinés à appuyer les étudiants professionnels. L autre question abordée concerne la plate forme revendicative du SUSAS pour le mandat syndical , et qui comporte 24 points. Le ministre de la santé publique M Mano Aghali a annoncé à ce sujet l ouverture des discussions. Les questions qui relèvent directement du ministère seront traitées et les autres seront prises en compte dans le cadre d une démarche intersectorielle, en vue de donner satisfaction aux agents de santé et de l action Une vue des participants à la table ronde deuxième édition. Le ministre Maidagi Allambèye a confirmé l engagement du Gouvernement à soutenir toute initiative relative à ce secteur, assurant aux membres du RECA la disponibilité de son département à œuvrer à leurs côtés, et ce dans toutes les actions de professionnalisation des producteurs. Auparavant, le président du Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger (RECA), M. Salifou Mahaman, dans son mot de bienvenue, a décliné les missions assignées à sa structure et a notifié que son organisation entame en 2015 sa troisième mandature avec la mise en place d une nouvelle assemblée plénière. Elle est composée de 38 membres dont des présidents des Chambres Régionales d Agriculture, des délégués par chambre et des délégués des structures faitières nationales. Pour lui, le Plan de Développement Stratégique du Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger sociale. Le ministre de la Santé publique a saisi l occasion de cette rencontre pour réaffirmer ses encouragements et le soutien du gouvernement aux agents du secteur de la santé qui assument courageusement leur (RECA) est une occasion pour les membres d affirmer leur volonté, de continuer à travailler pour les producteurs ruraux et pour le développement du secteur agricole de notre pays et d aller encore plus loin en élargissant leur rayon d action. Ce plan est l expression des objectifs que le RECA se fixe conformément aux missions des chambres d Agriculture: être un outil performant de développement agricole au service de tous les producteurs ruraux. Au nom de toutes les organisations, le président du Réseau a exhorté et sollicité l Etat du Niger ainsi que les partenaires techniques et financiers à appuyer la mise en œuvre des objectifs du Plan, afin de gagner la bataille contre l insécurité alimentaire. Plusieurs préoccupations ont été passées en revue au cours de ces travaux, notamment le financement des exploitations familiales, le foncier, le conseil agricole, la mécanisation de l agriculture, etc. Aïssa Abdoulaye Alfary Rencontre entre le ministre de la Santé Publique et le BEN SUSAS Discussions sur les préoccupations des agents du secteur de la santé et de l action sociale Le Bureau exécutif national du Syndicat Unique de la Santé et de l Action Sociale BEN (SUSAS) était hier au ministère de la santé publique pour une rencontre autour du ministre de la Santé publique M Mano Aghali avec pour ordre du jour les préoccupations des travailleurs du secteur de la santé d une part et d autre part échanger en vue du renforcement d un partenariat fructueux. Le ministre d Etat Maïdadji Allambèye (au centre) ouvrant les travaux Seini Moussa ONEP Lors de la rencontre, hier au ministère mission à Diffa, où règne l insécurité depuis quelques jours. Les participants ont prononcé une fatiha pour implorer la protection de Dieu, la paix et la sécurité. Souley Moutari Seini Moussa ONEP DR

6 6 ANNONCES AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES La mise en place d un câblage réseau internet au Ministère de l équipement et au Ministère des Transports. 1. Référence de publication DAO N 001/DP1/AIPR/FED/ Procédure Ouverte locale 3. Programme Appui Institutionnel du Programme routier du 10 ème FED 4. Financement Convention de financement N 10 ACP NIR 1-CRIS Pouvoir adjudicateur Maître d Ouvrage/Autorité contractante Le Ministre des Finances, Ordonnateur National du FED. S/C Cellule Union Européenne, 265, Avenue du Gouverneur Jules Brévié BP : Niamey-République du Niger Tél : (227) Maître Œuvre Ministères de l Équipement et des Transports S/C Secrétariat Général du Ministère de l Équipement BP : 403 Niamey-République du Niger Tél : (227) / SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ 6. Description du marché L objet du marché est la mise en place d un câblage réseau internet au Ministère de l Équipement et au Ministère des Transports par le titulaire dans un délai de 60 jours à compter de la notification du marché des biens objet du présent Appel d Offres. Les soumissionnaires ne peuvent pas soumettre une offre pour une variante en plus de leur offre pour les fournitures requises dans le Dossier d Appel d Offres. 11. Garantie de soumission Les soumissionnaires doivent fournir une garantie de soumission lors de la remise de leur offre. Le montant est fixé à FCFA. Cette garantie sera restituée aux soumissionnaires non retenus une fois que l appel d offres aura été mené à terme, et à l attributaire ou à attributaire après la signature du contrat par toutes les parties. Cette garantie sera utilisée si le soumissionnaire n honore pas toutes les obligations stipulées dans l Appel d Offres. 12. Garantie de bonne exécution Il sera demandé à l attributaire de fournir une garantie de bonne exécution égale à 10 % de la valeur du marché à la signature du contrat. Cette garantie doit être fournie avec le contrat contresigné dans un délai de 30 jours à compter de la réception par le soumissionnaire du contrat signé par le pouvoir adjudicateur. Si l attributaire ne fournit pas la garantie requise dans le délai imparti, le contrat sera frappé de nullité; un nouveau contrat pourra être établi et adressé au soumissionnaire ayant présenté la deuxième offre conforme la moins disante. 13. Réunion d information et/ou visite de site Une réunion d information facultative sera organisée le 19 février 2015 à l Unité de Gestion des Projets 10 ème FED suivie d une visite des sites auxquelles les soumissionnaires seront conviés. 14. Validité des offres Les offres sont valables pendant une période de 90 jours à compter de la date limite de remise des offres. 15. Période de mise en œuvre des tâches La période allant de la signature du contrat, jusqu à la réception provisoire est de 60 jours. CRITÈRES DE SELECTION ET D ATTRIBUTION 16. Critères de sélection Les critères de sélections suivants seront applicables aux soumissionnaires. Dans le cas où l offre est soumise par un consortium, ces critères seront d application au consortium dans son ensemble : 1) Capacité économique et financière du soumissionnaire (basée sur le point 3 du formulaire de soumission pour l Appel d Offres fournitures) En cas où le soumissionnaire est un organisme public, des informations équivalentes devront être soumises. Personnes morales: A) Le chiffre d affaires moyen annuel des trois derniers exercices du soumissionnaire doit être supérieur à (Cent millions) FCFA et B) La trésorerie et les équivalents de trésorerie de début et de fin d exercice sont, globalement, excédentaires. 2) Capacité professionnelle du soumissionnaire (basée sur les points 4 et 5 du formulaire de soumission pour l appel d offres fournitures) Personnes morales: a) Avoir la certification professionnelle appropriée pour ce contrat, telle que la certification Cisco ou administration serveur et réseau ; b) au moins 5 (cinq) personnes faisant partie des effectifs du soumissionnaire travaillent actuellement dans les domaines en rapport avec le présent marché et au moins 20% de l ensemble des effectifs du soumissionnaire travaillant cette année dans des domaines en rapport avec le présent marché sont permanents 3) Capacité technique du soumissionnaire (basée sur les points 5 et 6 du formulaire de soumission pour l appel d offres fournitures) Personnes morales: a) Le soumissionnaire doit avoir mené à bien dans les trois dernières années, au moins trois (3) projets d un budget d au moins égal à celui du présent marché, dans des domaines liés à celui du présent marché. Les trois années de référence partent du 2011, le soumissionnaire à l obligation d en fournir les preuves. b) Le soumissionnaire doit justifier de la disponibilité des pièces détachées et de la présence permanente d un personnel qualifié au Niger pour les services d entretien, maintenance et réparation des équipements concernés. 17. Critères d attribution Le seul critère d attribution sera le prix. Le contrat sera attribué à l offre reconnue conforme et la moins disante. SOUMETTRE UNE OFFRE 18. Comment obtenir le Dossier d Appel d Offres? Le Dossier d Appel d Offres est disponible gratuitement à l adresse ci-après : Unité de Gestion des Projets 10 ème FED Tél. : (227) Nombre et intitulés des lots UN SEUL LOT CONDITIONS DE PARTICIPATION 8. Éligibilité et règle de l origine La participation au marché est ouverte à égalité de conditions aux personnes physiques et aux personnes morales (qu elles participent à titre individuel ou dans le cadre d un groupement (consortium) de soumissionnaires) qui sont établies dans l un des pays ACP, un des États membres de l Union européenne ou dans un pays ou un territoire autorisé par l accord de Partenariat ACP-CE au titre duquel le marché est financé (voir rubrique 22 ci-après) La participation à la procédure est également ouverte aux organisations internationales. Tous les biens fournis dans le cadre du présent marché doivent être originaires de ces pays. 9. Situations exclusion Les soumissionnaires doivent fournir une déclaration signée, incluse au formulaire de soumission pour un contrat de fournitures, selon laquelle ils ne se trouvent dans aucune des situations énumérées au point du Guide pratique des procédures contractuelles dans le cadre des actions extérieures de la CE. 10. Nombre d offres Les soumissionnaires peuvent soumettre seulement une offre par lot. Les offres ne portant que sur une partie de lot ne seront pas prises en considération. Tout soumissionnaire peut indiquer dans son offre qu il consentira une remise au cas où son offre serait retenue pour le lot en compétition. Les offres doivent être rédigées uniquement au moyen du formulaire type de soumission pour le marché de fournitures inclus dans le Dossier d Appel d Offres, dont les dispositions et la présentation doivent être strictement respectées. Toute question concernant le présent Appel d Offres doit être adressée par écrit à l adresse ci-dessous (avec mention de la référence de publication indiquée au point 1) au moins 21 jours avant la date limite de remise des offres figurant au point 19. Le pouvoir adjudicateur doit répondre aux questions au moins 11 jours avant la date limite de soumission des offres. 19. Date limite de soumission des offres 10 heures heure du Niger le vendredi 13 mars Toute offre reçue après la date limite ne sera pas prise en considération. 20. Séance d ouverture des offres Les offres seront ouvertes en séance publique le même jour à 11 heures heure du Niger le vendredi 13 mars 2015 dans la salle de réunion du PAPST, à Niamey / Niger. Si cette date devait être déclarée chômée et fériée au Niger, la séance d ouverture des offres sera automatiquement reportée au premier jour ouvrable suivant, à la même heure. 21. Langue de la procédure Toutes les communications écrites de cet Appel d Offres doivent être faites en français 22. Base juridique Accord de partenariat ACP-CE signé à Cotonou le 23 juin 2000, tel que modifié le 25 juin 2005, 2001 et 2010 (Annexe IV)]

7 ECHOS DES REGIONS 7 Interview de Monsieur Djamaré Abdoulaye, préfet du département de Loga Le département a enregistré de très grandes avancées grâce à l Initiative 3N Monsieur le préfet, dans le cadre de la fête tournante du 18 Décembre à Dosso, quelle a été la participation ou la contribution de votre département dans l organisation de ce grand événement? Le département de Loga a apporté une contribution significative contribution à travers la participation active de la troupe culturelle de Falwel pour les prestations culturelles. Ainsi, c est un nombre important et imposant de jeunes du Département, une cinquantaine qui ont participé au défilé. A ce niveau, je voudrais même souligner que si c était une contribution dans le cadre d une foire, le département allait faire étalage de beaucoup de choses, surtout dans le secteur de l élevage. Le département est situé au sud du chef-lieu de la région de Dosso. Il est limité à l est par le département de Doutchi, au sud par le département de Filingué, à l ouest par les départements de Balléyara et du Boboye. Il est composé de trois communes: la commune urbaine de Loga et les deux communes rurales de Sokorbé et Falwel. Votre zone a donc des atouts spécifiques que vous voulez faire ressortir? Certes, on en a un principalement. Mais auparavant, je voudrais dire que, de manière générale, le département de Loga est une localité où les conditions de vie des populations sont très difficiles, car tout est lié ici à la saison d hivernage. Mais l atout principal dont je parlais, ce sont les potentialités dans le domaine de l élevage. Ces potentialités pastorales se caractérisent par la présence d importantes aires de pâturage pour les éleveurs. Toujours dans le domaine de l élevage, l embouche constitue une des potentialités. Il y a quelque deux mois de cela, le département de Loga a organisé une grande foire dénommée foire du bélier qui a été une grande réussite. Malheureusement, ces aires de pâturage souffrent du manque de points d eaux pour abreuver les animaux. Autre potentialité, c est dans le domaine de l agriculture. A ce niveau également, des problèmes se présentent. C est l appauvrissement des sols, la rareté et la mauvaise répartition des pluies. Fort heureusement, l Etat est en train de fournir de gros efforts à travers le programme de récupération des terres. En résumé, les principaux atouts du département de Loga, ce sont l élevage et l embouche. Ce qui me fait dire aussi que s il y a quelque chose à faire pour soutenir le développement dans ce domaine, c est d appuyer les femmes à travers les microcrédits pour l embouche. A titre indicatif, et pour le cas précis du secteur de l élevage, les chiffres de la Direction régionale indiquent qu en 2014, le bétail dans le département est estimé à bovins, ovins, caprins, 1607 camelins, azins, 2848 équins. Quelles sont les différentes actions entreprises pour résorber, ou tout au moins, diminuer les I Dosso/Eau potable pour tous difficultés de divers ordres qui se posent au département? Il y a eu en tout cas de très grandes avancées. Ainsi le programme de l Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens) a beaucoup apporté pour le développement des cultures irriguées. A ce niveau, on peut situer l aménagement de plusieurs sites de cultures maraîchères et de beaucoup de mares par certains partenaires. La population s approprie cette initiative du Programme de la Renaissance. Les résultats enregistrés l année passée ont été très encourageants. La preuve est qu avant, trouver des fruits et autres légumes sur nos marchés est un problème ; mais aujourd hui, il y en a un peu partout dans le département. En ce qui concerne les cultures pluviales, l Etat a fourni de gros efforts en mettant à la disposition des populations des matériels et intrants agricoles. Dans le domaine de l élevage, il y a une très grande aire de pâturage, dénommée aire de Yari. Cette aire a même fait l objet d un forum. Nous voulons que cette aire soit revalorisée, qu elle soit notamment balisée et délimitée. Dans ce domaine, le département de Loga attend beaucoup de l Etat et de ses partenaires. Il faut plus de forages et de points d eau dans ces domaines importants de la vie du département. Pour ce qui est de l embouche, nous souhaiterions que des appuis conséquents soient fournis dans ce sens pour soutenir les femmes et certains hommes qui la pratiquent. L appui peut être en nature ou autre, notamment avec des têtes de bétail comme des chèvres et des moutons qu ils peuvent engraisser. Avec la Cellule Crise Alimentaire (CCA), douze groupements féminins ont bénéficié d appuis dans ce sens. Et l Etat a doté plusieurs groupements féminins de chèvres rousses de Maradi. Sur l ensemble des trois communes, il y a neuf groupements qui ont bénéficié de ces chèvres, à raison de 216 têtes par commune. C est un appui très bien accueilli par les femmes. Cet appui va certainement permettre à ces femmes de tirer beaucoup de bénéfices et de lutter contre la pauvreté. On dit du département de Loga que c est une zone d exode des bras valides aussi bien les hommes que les femmes. Qu en est-il exactement Monsieur le préfet? Dans les années antérieures, l exode était un véritable phénomène qui touche les hommes et les femmes. Cela s explique par deux choses: la première, c est qu avant, ces hommes et ces femmes étaient désœuvrés, c està-dire laissés à eux-mêmes et parce qu après l hivernage, il n y a aucune activité, les gens restent les bras croisés. C est cette situation qui conduit à l exode. Ces dernières années, on constate de plus en plus l abandon de l exode grâce aux opportunités qui s offrent de plus en plus à la population. Ces opportunités sont par exemple les cultures maraîchères à travers l Initiative 3N, la réalisation des bandes pare-feux et la récupération des terres que l Etat finance. Nous saluons ces initiatives qui ont permis à ces hommes et ces femmes de trouver du travail et d abandonner l exode. Quelle est la situation des jeunes dans le département? Dans le département, il y a un centre de formation et d apprentissage des métiers qui a ouvert ses portes. C est un centre qui donne des formatons qualifiantes, notamment en menuiserie bois et métallique, en plomberie et soudure, en mécanique auto. Plus d une centaine de jeunes filles et garçons ont été recrutés pour suivre les formations. Il a toujours été dit que le département de Loga est une zone enclavée. Pourquoi? Et existe-t-il des propositions qui sont faites pour sortir Loga de son enclavement? C est une zone enclavée parce que c est une localité qui ne dispose pas d infrastructures routières bitumées. Trois principaux accès sont liés à Loga à travers des voies latéritiques. Malheureusement, ces routes sont en mauvais état. Donc, si Loga est considéré comme une zone enclavée, c est certainement pour les difficultés du transport. Une fois le département de Loga désenclavé, quelles sont les opportunités qui se présenteront à lui? Aujourd hui, les autorités de la 7 ème République, avec à leur tête le Président de la République, le l s agissait pour le conférencier d expliquer aux participants un système de purification d eau potable à l aide d un appareil qu on peut placer dans n importe quelle mare, fleuve ou puits afin de purifier l eau et la rendre pure et potable à la consommation. Une fois purifiée, cette eau ressemble à l eau minérale. Représentant médical de carrière, Docteur Soumana Hamani Sadissou a constaté que son pays le Niger fait face à certaines périodes à une épidémie de choléra et à certaines maladies endémiques ce qui l a poussé à venir communiquer avec les maires pour que l appareil qu il est venu présenter à l assistance soit placé dans les endroits où l eau est contaminé car a- t-il précisé c est un problème de santé publique. Alimenté en énergie solaire, le petit appareil qui produit de l eau potable à partir d un point d eau douce contaminée est transportable facilement et opérationnel en toutes circonstances. Il a été conçu pour résister aux conditions difficiles des pays en voie de développement. Ce petit système qui dispose d un réservoir de 1000 litres peut être installé dans les écoles, les CSI, les cases de santé et même dans les camps des réfugiés. A l issue de sa communication, Docteur Soumana Hamani Sadissou a constaté que les maires étaient très surpris de voir un nigérien venir leur parler d un système de purification d eau qui ne nécessite pas de grands moyens et ont de ce fait accueilli favorablement ce système. C est pourquoi, le directeur Afrique de l Ouest de SUNWATERLIFE l eau Chef de l Etat, nous ont promis de bitumer cette route. Déjà, les travaux de l étude de faisabilité sont terminés, et nous attendons le démarrage des travaux définitifs. Selon les informations, la route Balleyara-Doutchi- frontière Nigeria sera également bitumée. Une fois que la zone de Loga est désenclavée, beaucoup d opportunités de développement seront offertes à la localité. Plusieurs activités économiques seront promues. Les activités comme l agriculture et l élevage seront plus développées et les populations bénéficieront de leurs avantages. Une fois ces routes construites, la localité de Loga constituera un carrefour des échanges dans la région. A titre illustratif, celui qui veut aller à Filingué ou à Doutchi, n aura pas besoin d aller à Dosso ou à Niamey, Avez-vous un appel à lancer Monsieur le préfet? Je voudrais lancer un appel aux Partenaires Techniques et Financiers pour qu ils redoublent d efforts pour appuyer les communes et le département à travers les appuis aux hommes et aux femmes de ladite localité. A ce niveau, je profite pour souligner qu en tant que représentant de l Etat, nous sommes là pour des missions biens précises. Entre autres missions, nous avons la sécurité et le développement. Pour ce qui est du développement par exemple, on participe à la mise en œuvre de toutes les politiques de développement de l Etat. C est le cas de l Initiative 3N. L autre mission, c est l appui-conseil aux collectivités et l orientation de celles-ci vers l élaboration des politiques de développement. Aujourd hui, ces communes sont en train de faire beaucoup d efforts au profit de leurs populations. Réalisée par Issaka Saïdou et Ali Maman, envoyés spéciaux Un appareil pour purifier l eau contaminée présenté à l Association des municipalités du Niger Les communes rurales qui disposent des villages où le problème d alimentation en eau potable se pose avec acuité ont reçu au cours de ces 5 èmes journées des municipalités du Niger un début de solutions à cet épineux problème avec notamment la communication du Docteur Soumana Hamani Sadissou, directeur Afrique de l Ouest de SUNWATERLIFE (l eau potable pour tous). M. Djamaré Abdoulaye Issa Moussa/ONEP Systeme de purification eau potable potable pour tous envisage d effectuer des missions à l intérieur du pays en compagnie des représentants de l hydraulique et de la santé pour placer ces appareils partout où le besoin se fait sentir. Mahamane Amadou ONEP Dosso Kader Amadou/ONEP

8 8 ANNONCES Marchés Publics REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L EQUIPEMENT DIRECTION GENERALE DES GRANDS TRAVAUX DIRECTION DES ETUDES TECHNIQUES AVIS DE MANIFESTATION D INTERET N 2015/ 005 /DGGT/DMP-DSP Pour la présélection des consultants chargés du contrôle et la surveillance des travaux d aménagement et de bitumage de la route Hamdara-Wacha-Doungass-Adaré-Fr Nigéria (110 km). 1. Le financement est assuré par le budget national 2- Les titulaires installeront des personnes et des équipes appropriées ayant pour mission de contrôler que les travaux sont exécutés conformément aux plans et spécifications des marchés de travaux et d assurer l exécution des décisions techniques et administratives relatives aux marchés des travaux. 3- Le Ministre de l Equipement invite les candidats admissibles à manifester leur intérêt à fournir les services décrits ci-dessus. Les consultants intéressés doivent fournir les informations indiquant qu ils sont qualifiés pour exécuter les services (brochures, références concernant l exécution de contrats analogues, expérience dans des conditions semblables, disponibilité de personnel compétent, etc.). Les consultants peuvent s associer pour renforcer leurs compétences respectives. 4.Tout candidat intéressé par le présent avis, peut acquérir gratuitement un jeu complet du dossier de candidature auprès de la Direction des Marchés Publics et des Délégations de Services Publics du Ministère de l Equipement à partir du 12 Février 2015 ou le télécharger sur le Site Web du Ministère de l Equipement. 5. Les lettres de manifestation d intérêt rédigées en français et accompagnées des documents indiqués au dossier de présélection doivent être déposées à l adresse ci-dessous de la Direction des Marchés Publics et des Délégations de Services Publics du Ministère de l Equipement au plus tard le 18 mars 2015 à 09 heures locales : Ministère de l Equipement Direction des Marchés Publics et des Délégations de Services Publics BP : 209 Niamey - NIGER - Téléphone (227) ; Fax : (227) L ouverture des offres aura lieu le même jour à 10 heures locales dans la salle de réunion de la Direction Générale des Grands Travaux en présence des soumissionnaires qui le désirent. 7. Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires au sujet des documents de référence à l adresse mentionnée ci-dessous aux heures suivantes : du lundi au jeudi de 8 heures à 17 heures 30 et le vendredi de 8 heures à 13 heures. Direction Générale des Grands Travaux BP 235 NIAMEY. Tél. : (00227) Fax : (00227) / Le Ministre de l Equipement Pi HABI MAHAMADOU SALISSOU Marchés Publics REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L EQUIPEMENT DIRECTION GENERALE DES GRANDS TRAVAUX DIRECTION DES ETUDES TECHNIQUES AVIS DE MANIFESTATION D INTERET N 2015/ 004 /DGGT/DMP-DSP pour la présélection des consultants chargés du contrôle et la surveillance des travaux d aménagement et de bitumage de Tchadoua- Mayahi -Tessaoua-Frontière du Nigeria (173 Km). 1. Le financement est assuré par le budget national 2- Les titulaires installeront des personnes et des équipes appropriées ayant pour mission de contrôler que les travaux sont exécutés conformément aux plans et spécifications des marchés de travaux et d assurer l exécution des décisions techniques et administratives relatives aux marchés des travaux. 3- Le Ministre de l Equipement invite les candidats admissibles à manifester leur intérêt à fournir les services décrits ci-dessus. Les consultants intéressés doivent fournir les informations indiquant qu ils sont qualifiés pour exécuter les services (brochures, références concernant l exécution de contrats analogues, expérience dans des conditions semblables, disponibilité de personnel compétent, etc.). Les consultants peuvent s associer pour renforcer leurs compétences respectives. 4.Tout candidat intéressé par le présent avis, peut acquérir gratuitement un jeu complet du dossier de candidature auprès de la Direction des Marchés Publics et des Délégations de Services Publics du Ministère de l Equipement à partir du 12 février 2015 ou le télécharger sur le Site Web du Ministère de l Equipement. 5. Les lettres de manifestation d intérêt rédigées en français et accompagnées des documents indiqués au dossier de présélection doivent être déposées à l adresse ci-dessous de la Direction des Marchés Publics et des Délégations de Services Publics du Ministère de l Equipement au plus tard le 17 mars 2015 à 09 heures locales : Ministère de l Equipement Direction des Marchés Publics et des Délégations de Services Publics BP : 209 Niamey - NIGER - Téléphone (227) ; Fax : (227) L ouverture des offres aura lieu le même jour à 10 heures locales dans la salle de réunion de la Direction Générale des Grands Travaux en présence des soumissionnaires qui le désirent. 7. Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires au sujet des documents de référence à l adresse mentionnée ci-dessous aux heures suivantes : du lundi au jeudi de 8 heures à 17 heures 30 et le vendredi de 8 heures à 13 heures. Direction Générale des Grands Travaux BP 235 NIAMEY. Tél. : (00227) Fax : (00227) / Le Ministre de l Equipement Pi HABI MAHAMADOU SALISSOU Marchés Publics REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L AGRICULTURE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHEAGRONOMIQUE DU NIGER (INRAN) ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE SCIENTIFIQUE, CULTUREL ET TECHNIQUE Tel: Fax: Site web: APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT AU POSTE D ASSISTANT(E) ADMINISTRATIF(VE) ET FINANCIER(ERE) DE L UNITE DE GESTION DU PROGRAMME D AMELIORATION DE LA PRODUCTIVITE AGRICOLE DES PETITS EXPLOITANTS (APAPE/SAPEP), EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE AU NIGER Le Ministre d Etat, Ministre de l Agriculture porte à la connaissance du public que le Gouvernement de la République du Niger a sollicité et obtenu de la Banque Islamique de Développement (BID) un prêt pour le financement du Programme d Amélioration de la Productivité Agricole des Petits Exploitants (APAPE/SAPEP) dans les Régions de Dosso, Maradi, Tahoua et Tillabéry. Ce programme s inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renaissance de la République du Niger, notamment dans sa stratégie de lutte contre l insécurité alimentaire et la pauvreté. L objectif principal de ce Programme est de contribuer à l augmentation de la productivité des systèmes de production des petits producteurs agricoles en pluvial et en irrigué. Son exécution nécessite la mise en place d une Unité chargée de la Coordination et de l Exécution du Programme (UGP). En vue de la mise en place de l équipe de l Unité de Coordination du Programme d Amélioration de la Productivité Agricole des Petits Exploitants (APAPE/SAPEP), le Programme lance un appel à candidature pour le recrutement d un(e) Assistant(e) Administratif (ve) et Financier(ère) de l Unité de Coordination. 1. localisation du poste et durée du contrat Le poste sera basé à l Unité de Coordination du Programme d Amélioration de la Productivité Agricole des Petits Exploitants (APAPE/SAPEP), sise au siège de l INRAN à Niamey (Yantala Corniche)/Niger. La durée globale du contrat à durée déterminée est de cinq (5) ans après avec une période d essai de trois (3) mois. 2. caractéristiques du poste Sous l autorité hiérarchique directe du Coordonnateur, l Assistant(e) Administratif (ve) et Financier(ère) aura pour principales tâches : a) assurer les tâches de secrétariat pour les activités du programme notamment la saisie, le traitement des données, la gestion des courriers, des agendas, des comptes rendus de réunions et des rapports de missions ; b) assurer la gestion financière et comptable de l unité ; c)assurer l approvisionnement, la gestion des stocks et tout autre matériel de l unité et organise les inventaires ; d)charger du suivi de l exécution financière des conventions, contrats et/ou protocoles avec les opérateurs et prestataires impliqués dans l exécution des activités du programme dans le respect des règles contenues dans le manuel des procédures ; e)aider le staff technique et administratif à la préparation des contrats des prestataires en cas de besoin ; f) réaliser toutes autres taches rentrant dans le cadre de ses compétences et à lui confiées par ses supérieurs hiérarchiques. 3. qualifications et aptitudes L Assistant(e) Administratif (ve) et Financier(ère) doit avoir : Un Bac G2 + 3 ans en secrétariat/ bureautique, comptabilité et gestion financière ou autre diplôme équivalent ; a) une expérience professionnelle d au moins 5 ans dans le domaine du secrétariat de direction et d assistant comptable ; b) une bonne connaissance en comptabilité générale ; c) la maîtrise des logiciels comptables, des logiciels de paie et des tableurs ; d)des capacités de polyvalence, de méthode, d organisation et de bon sens relationnel ; e) une parfaite maîtrise du Français et de l Anglais ; f)une bonne capacité communicationnelle et rédactionnelle ; g) des aptitudes de relation publique avérées. 4. Composition des dossiers Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes : a) une demande manuscrite ; b) une copie légalisée de l acte de naissance ; c) une copie légalisée du certificat de nationalité ; d) un casier judiciaire datant de moins de trois (3) mois ; e) un certificat médical de visite et de contre visite datant de moins de trois(3) ans; f) une enveloppe timbrée portant l adresse complète du candidat ; g) un Curriculum Vitae (CV) détaillé ; h) une lettre de motivation ; i) les copies certifiées conformes des diplômes mentionnés dans le CV ; j) les copies légalisées des attestations de travail. 5. Dépôt des dossiers de candidature Le dossier de candidature devra parvenir au Secrétariat de la Direction Générale de l Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) sous pli fermé portant la mention «candidature pour le poste d Assistant(e) Administratif (ve) et Financier(ère) UGP/APAPE/SAPEP» au plus tard le 02 mars 2015, délai de rigueur. Les candidats retenus seront invités pour l interview suivant la date qui leur sera annoncée.

9 ANNONCES 9 République du Niger Commission Electorale Nationale Indépendante Secrétariat Général Permanent COMITE NATIONAL CHARGE DU FICHIER ELECTORAL BIOMETRIQUE (CFEB) AVIS DE RECRUTEMENT Coordonnateurs Régionaux qui sont au nombre de huit (8) soit un (1) par région Conformément aux dispositions de l article 12 de la loi organique n du 15 avril 2014, portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et de l article 20 du Règlement Intérieur du Comité National Chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB), le Coordonnateur National lance un appel à candidature pour le recrutement des Coordonnateurs Régionaux qui sont au nombre de huit (8) soit un (1) par région. 1- Conditions de qualification - être de nationalité nigérienne ; - être titulaire d un diplôme de niveau supérieur ; - être de bonne moralité ; - être impartial ; - être en bonne santé ; - avoir une expérience avérée dans le domaine des élections ; - être capable de travailler en équipe ; - être capable de travailler sous pression ; - être disponible immédiatement ; - disposer de connaissances informatiques serait un atout. 2- Tâches Le Coordonnateur Régional du CFEB est le seul répondant du Comité au niveau de la région. Il est chargé de : - Coordonner les activités du CFEB dans la région; - Superviser, contrôler et veiller à la libre inscription des électeurs en collaboration avec les membres des structures décentralisées ; - Garantir la régularité de l opération du recensement électoral ; - Gérer les fonds mis à la disposition de la coordination régionale conformément aux directives du Coordonnateur National du CFEB et présenter les pièces justificatives des dépenses à la fin de sa mission ; - Réceptionner tous les matériels du recensement électoral provenant du CFEB et en délivrer une décharge en présence des représentants des partis politiques ; - S adresser aux autorités compétentes pour toute réquisition de véhicule ; - S assurer du transport effectif des superviseurs et des agents recenseurs; - Veiller à la préparation et à la mise en place des matériels et documents au niveau des structures décentralisées ; - Sensibiliser les différents acteurs au niveau de son entité sur le recensement électoral ; - Veiller à la diffusion de toute information utile à l endroit des futurs électeurs et des formations politiques ; - Participer à la formation des membres des structures décentralisées ; - Récupérer à la fin du recensement électoral les matériels et documents non périssables; - Recevoir une copie des procès-verbaux des différentes structures décentralisées relevant de son entité ; - Veiller au strict respect des textes législatifs et réglementaires afin de garantir le bon déroulement du processus d élaboration du Fichier Electoral Biométrique ; - Veiller à la conformité aux dispositions en vigueur des documents et matériels qu il reçoit du CFEB. 3- Dossier de candidature Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes : - Une demande manuscrite ; - un (1) curriculum vitae ; - un (1) certificat de nationalité ; - un 1) casier judiciaire datant de moins de trois (3) mois ; - un (1) certificat médical de visite et contre-visite datant de moins de trois (3) mois délivré par des médecins de l Administration publique ; - copies légalisées des diplômes ; - un engagement sur l honneur de disponibilité immédiate ; - une (1) lettre de motivation. 4- Dépôt des dossiers Le dossier de candidature doit être déposé au plus tard le jeudi 19 février 2015 à 10 h 00 mn au Bureau d Assistant de Direction du CFEB sis aux anciens locaux de l ARTP. 5- Durée du contrat Les candidats seront classés par ordre de mérite. Le contrat prend fin au terme du processus. NB : Les candidats de l avis de recrutement du septembre 2014 ne sont pas astreints de déposer un nouveau dossier de candidature. Ils conserveront Toutefois leurs numéros de dépôt. Le Coordonnateur National Oumarou MALLAM Un (1) Responsable de Sous-comité Technique du CFEB. Conformément aux dispositions de la loi organique n du 15 avril 2014, portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le Comité national chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB) lance un Avis d Appel à candidatures pour le recrutement d un (1) Responsable de Sous-comité Technique du CFEB. I. POSTES DE RESPONSABLES DU CENTRE NATIONAL DE TRAITEMENT (1) Conditions de qualification - Etre de nationalité nigérienne ; - Etre titulaire d un diplôme de niveau supérieur en Informatique ; - Avoir au moins (3) ans d expériences ; - Avoir une expérience en administration d une base de données oracle avec tous les outils de développement qui sont nécessaires à la gestion de ce type de base de données ; - Avoir une expérience en administration des systèmes et des réseaux ; - Avoir une expérience en Conduite de projet informatique ; - Etre capable de travailler en équipe ; - Etre capable de travailler sous-pression ; - Etre disponible dans les meilleurs délais. (2) Responsabilités : En collaboration avec les services concernés : - Assurer la gestion du Centre National de Traitement du CFEB ; - Assurer l informatisation des activités du Comité ; - Centraliser le recrutement et la formation des techniciens ; - Assurer la formation et l assistance des utilisateurs du système informatique ; - Collecter des données électorales et constituer des archives électroniques ; - Constituer le fichier électoral ; - Etablir les Listes Electorales ; - Produire les cartes d électeurs ; - Générer les bureaux de vote ; - Gérer le système d information du Comité. II. DOSSIER DE CANDIDATURE Les dossiers de candidature doivent comporter, sans s en limiter, les pièces suivantes : - Une demande manuscrite ; - Une lettre de motivation ; - Un engagement de disponibilité ; - Un curriculum vitae ; - Un certificat de nationalité ; - Un casier judiciaire datant de moins de trois (3) mois ; - Un certificat médical datant de moins de trois (3) mois ; - Les copies légalisées de diplômes et certificats. III. DEPOT DE DOSSIER Le dossier de candidature doit être déposé au Bureau d Assistant de Direction du Comité national chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB). Date limite de dépôt : Jeudi 19 février 2015 à 11h00 (heure locale). Localisation du lieu de dépôt : Bureau du Comité national chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB) Anciens Locaux «ARTP» IV. CONTRAT Les candidats seront classés par ordre de mérite. La durée du contrat est jusqu à la fin des travaux du CFEB. Le Coordonnateur National du CFEB OUMAROU MALLAM

10 10 L es échanges ont essentiellement porté sur la problématique de la gestion des déchets solides municipaux (DSM) et des déchets plastiques (DP) au Niger, l'opportunité de collecte, de traitement, de recyclage et de valorisation des DSM et DP au Niger ; la loi N du 05 novembre 2014 portant interdiction de la production, de l'importation, de la commercialisation, de l'utilisation et du stockage des sachets et des emballages en plastique souple à basse densité. En prenant la parole à cette occasion, le secrétaire général de la région de Niamey, M. Zourkaleyni Boureima Maïga,a d abord indiqué qu avec la croissance démographique et l'urbanisation accélérée, les modes de production et de consommation non maîtrisés font augmenter les déchets urbains. Ainsi, les villes et les campagnes nigériennes font face à une augmentation continue de la production de ces déchets. Le cas de Niamey est assez illustratif, a-t-il noté. En effet, il a précisé que parmi ces déchets abandonnés dans la nature, les déchets plastiques constituent une menace sérieuse pour l'environnement, la santé humaine et animale, ainsi que pour l'économie du Niger. Selon lui, le plastic utilisé au Niger est en général non biodégradable, c'est-à-dire il peut résister plusieurs dizaines, voire des centaines d'années dans la nature avant de se dégrader. M. Zourkaleyni a ajouté que ces matériaux sont jetés dans les poubelles et sur les dépotoirs par les utilisateurs au même titre que tout ce qui est destiné à l'abandon. Le plastic est léger et facilement transportable par le vent, et peut se retrouver partout dans la nature. En outre, le secrétaire général de la région de Niamey a souligné que les conséquences des emballages en plastic usagers sont nombreuses et diverses sur notre SOCIETE Lancement de la campagne d information et de sensibilisation sur la loi portant sur les sachets plastiques au Gouvernorat de Niamey Résoudre les problèmes de la gestion des déchets solides municipaux et des déchets plastiques Le secrétaire général de la région de Niamey, M. Zourkaleyni Boureima Maïga, a présidé, hier matin, la cérémonie du lancement de la campagne d information et de sensibilisation sur la loi n relative à l interdiction de la production, de l importation, de la commercialisation, de l utilisation et du stockage des sachets et des emballages en plastique souple à basse densité au titre de la région de Niamey. C était en présence du député national en charge de la question, l honorable Inoussa Tondi, des maires des arrondissements communaux, de la directrice de la Salubrité Urbaine et de l Aménagement Paysager, ainsi que des directeurs régionaux et de plusieurs invités. Vous aurez à débattre sur plusieurs thèmes aussi riches que variés, avec d'éminents exposants. Ce sera l'occasion de mutualiser vos expériences et de renforcer vos capacités dans le cadre du leadership féminin pour la gestion et la prévention non violente des conflits, a déclaré le directeur de cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Arouna Dan Tonka, à l entame de son allocution. Il a soutenu que l'ong FAD-Niger a décidé de regrouper 60 jeunes filles relevant des cinq (5) communes de la région de Niamey, afin qu elles puissent apporter leur contribution aux efforts de développement de notre pays. Le directeur de cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports a souligné que la situation de la jeunesse, et particulièrement de la jeunesse féminine, a toujours été au centre des préoccupations des autorités de la 7ème République. A cet effet, les questions de jeunesse sont notamment inscrites au titre de la loi sur le quota révisée en De cette révision, il découle une hausse du quota des femmes de 5% dans les institutions, afin de donner plus de poids à la femme nigérienne dans le processus de prise de décision. C'est pourquoi je vous demande d'être très assidues afin de tirer le meilleur profit des modules qui vous seront exposés, a ajouté le directeur de cabinet du Ministère de la Jeunesse et des Sports, M. Arouna Dan Tonka. Pour sa part, la coordonnatrice de l ONG Femmes Actions et Développement (FAD), Mme Saadou Idé Nafissa, a expliqué dans son discours que les filles issues des écoles publiques et privées, des écoles professionnelles, de l'université, des ONG et associations, et de certaines institutions, seront impliquées dans les actions de plaidoyer auprès des autorités de chaque commune, afin de favoriser leur implication et leur pleine participation Lors du lancement de la campagne cadre de vie. Il a par ailleurs confié que l'usage de ces déchets contribue entre autres à rendre les sols imperméables suite à la pratique, malheureusement généralisée, de l'épandage des déchets solides bruts dans les champs de culture ou pour remblayer les rues ou excavations. Ces déchets provoquent des troubles gastro-intestinaux, voire la mort des animaux domestiques qui les consomment dans le fourrage, intoxiquent les femmes par les fumées de plastique lorsqu'elles allument le feu de bois pour la cuisson, encombrent les caniveaux d'évacuation des eaux pluviales, contribuant ainsi aux problèmes d'inondation et leurs corollaires que sont les pertes de biens matériels et même de vies humaines. Ils défigurent aussi dans les activités communales. Le leadership des femmes va au-delà du simple fait d'accéder à des fonctions en haut de l'échelle. Toutefois, il reste au Niger un très long chemin à parcourir pour atteindre l'égalité des sexes dans les hautes sphères du pouvoir, comme dans la politique et les grandes entreprises. Le leadership ne signifie pas seulement de gravir les échelons du pouvoir, mais requiert le renforcement des compétences des femmes qui œuvrent pour vaincre la violence, la pauvreté et la discrimination dans leur propre vie. Cela signifie valoriser les femmes et les reconnaître comme expertes des questions qui les concernent personnellement, et autonomiser les femmes et les filles pour promouvoir le changement, a affirmé la coordonnatrice de l ONG- FAD. Mme Saadou Idé Nafissa a également indiqué que notre pays s'est engagé depuis longtemps à respecter et à faire respecter les droits des femmes. Cependant, des défis majeurs se présentent à tous, et l'implication des filles dans la gouvernance locale et au niveau national est nécessaire afin qu'elles jouissent de leurs droits et devoirs. Elle a aussi souligné qu il faut favoriser un partage du pouvoir dans le processus décisionnel et la reconnaissance des droits des parties prenantes dans la construction d'un développement durable et dans la lutte contre l'inégalité. Notre pays a pour noble ambition de devenir un pays émergent. Cela passe nécessairement par l'implication des femmes qui constituent un support essentiel de notre communauté. Les femmes doivent être informées, sensibilisées et formées sur les mécanismes de gestion et de prévention des conflits afin de contribuer au maintien de la paix qui est primordial pour le progrès d'un pays, a dit la coordonnatrice de l ONG Femmes Actions et Développement. Pour elle, le leadership féminin, apparaît de plus en plus comme un outil indispensable en faveur Idrissa Himadou/ONEP l esthétique de notre paysage urbain et rural. C est pour parer à ces effets que le Gouvernement a adopté et mis en place une stratégie opérationnelle de gestion de ces déchets plastiques au Niger. La stratégie et le plan d'action adoptés par le Gouvernement en 2006 n'ont malheureusement pas été mis en œuvre faute de financement et, ce en dépit des problèmes de santé, d'environnement et économiques que posent ces déchets plastiques. Notons aussi que l'étude de la stratégie réalisée a révélé une production annuelle estimée à tonnes pour l'année 2006, dont la moitié est constituée de sachets et emballages souples en polyéthylène. Cette production serait de tonnes en 2015 si aucune mesure de réduction et d'accompagnement n est prise. Par ailleurs, la loi N du 05 novembre 2014, adoptée par le gouvernement de la 7 ème République, prévoit une période transitoire afin de permettre aux opérateurs économiques d'écouler les stocks existants, et de permettre aux éventuelles unités productrices de ce matériau de procéder à la reconversion, avec des possibilités de bénéfice de régime d'investissement pour supporter le surcoût y relatif. Selon M. Zourkaleyni Boureima Maïga, le Ministère de l'environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable a engagé un dialogue avec tous les partenaires nationaux intéressés par la question des sachets et emballages en plastic souple qui polluent actuellement l'environnement au Niger. Et c'est pourquoi des assises d'information et de sensibilisation sont organisées avec la participation de tous les acteurs que sont les opérateurs économiques membres de la Chambre de Commerce et d'industrie, les représentants de la société civile/organisations de défense des droits de consommateurs, les ONG et associations de défense et de protection de l'environnement, les organisations des producteurs ruraux, les organisations des jeunes et des femmes, etc. Laouali Souleymane L ONG-FAD organise un atelier de formation à l endroit des jeunes filles Leadership, gestion et prévention non violente des conflits, thème retenu Le directeur de Cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Arouna Dan Tonka, a présidé hier, dans la salle de réunion de l Académie des Arts Martiaux de Niamey, un atelier de formation à l endroit des jeunes filles issues des communes de la Ville de Niamey. Le thème retenu pour cet atelier est leadership, gestion et prévention non violente des conflits. Ces assises, qui dureront 5 jours, sont une initiative de l ONG Femmes Actions et Développement (FAD), en collaboration avec le National Endowment for Democratie (NED). La table de séance à l ouverture de l atelier du développement de base. Il repose entre autres sur le renforcement des capacités des femmes, leur participation à la gestion publique et le respect des droits de celles-ci. Notons que l ONG Femmes, Actions et Développement est une organisation de promotion, de protection, de soutien et de reconnaissance des droits des femmes au Niger. Elle a été créée en 2009 et regroupe plusieurs jeunes femmes. L'un de ses objectifs principaux est de faire la promotion du leadership féminin dans la gouvernance locale. Samira Sabou Idrissa Himadou/ONEP

11 P rès d une soixantaine de journalistes issus des médias audiovisuels, de la presse écrite et de la presse en ligne des secteurs public et privé ont participé à cette journée d échanges qui avait au programme quatre communications présentées respectivement par le président de la HALCIA, M. Issoufou Boureima, le magistrat Alichina, le conseiller en communication du Premier ministre M. Omar Lalo Keita, et le médiateur de la presse, M. Harouna Niandou. Auparavant, le directeur de cabinet du ministre en charge de la Communication a salué cette initiative de la HALCIA qui est elle-même la traduction de la volonté politique des autorités de la 7 ème République à lutter contre la corruption. Pour le président de l ANEPI, la corruption est un fléau qui prive beaucoup de citoyens de l accès aux services sociaux de base. M. Ibrahim Soumana Gaoh a relevé que les journalistes et les autres acteurs sociaux ont un rôle à jouer dans la lutte contre la corruption, à travers les investigations, la dénonciation et la sensibilisation. Il a affirmé que l ANEPI accompagnera les journalistes et les médias qui acceptent de s engager dans la lutte contre le fléau de la corruption. Après la cérémonie d ouverture, les travaux se sont poursuivis avec la communication du président de la HALCIA. M. Issoufou Boureima qui a d abord présenté le cadre juridique de lutte contre la corruption, l institution nigérienne anticorruption qu est la HALCIA, et enfin les attentes de cette institution vis-à-vis des médias et des journalistes pour une lutte efficace contre ce fléau. Pour rappel, la HALCIA a été créée par un décret en date du 26 juillet 2011, avec pour mission de prévenir et de contribuer à endiguer la corruption, à travers des investigations, la sensibilisation des acteurs, et aussi à travers une contribution à la répression des actes de corruption. La mise en place de la HALCIA s explique, selon son président, par un constat fait par le Chef de l Etat pendant qu il était encore candidat à la présidence de la République. Le constat est que le Niger est riche, mais était mal géré. La création de la Halcia devrait donc contribuer à restaurer le monopole fiscal de l Etat et mobiliser les ressources internes nécessaires à la mise en œuvre de l ambitieux Programme de Renaissance du Niger. C est dire que l institution anti-corruption suit non NATION 11 Journée d information HALCIA avec les médias Pour la mise en place d un cadre participatif de lutte contre la corruption I La Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) a organisé, samedi dernier, en collaboration avec l Association Nigérienne des Editeurs de la Presse Indépendante (ANEPI) et Global Com, une journée d information au profit des médias. Cette journée d échanges a porté sur le thème Surveiller et dénoncer la corruption. Formation sur les méthodes et outils participatifs pour les professionnels des médias au Niger. C est le directeur de cabinet du ministre en charge de la Communication, M. Seydou Soumana, qui a donné le coup d envoi de cette journée en présence du président de la HALCIA, M. Issoufou Boureima, et de plusieurs invités. l s agit, au cours de cette rencontre, de parcourir le rapport général afin de recueillir les contributions complémentaires des participants et d obtenir un consensus sur les défis à relever pour 2015 qui sera la dernière année de mise en œuvre du PDES. Cette réunion intervient après celles organisées avec d autres organes de suivi de la mise en œuvre du PDES depuis mi-décembre Il s agit notamment du comité Etat-Partenaires, du comité technique national et de la commission intersectorielle de planification stratégique. Elle s inscrit dans le processus de la revue du Plan d Actions Prioritaires du PDES qui a pour objectif majeur de faire le bilan de trois ans de mise en œuvre et des avancées enregistrées vers l attente des objectifs, d opérer les ajustements qui s imposent en prenant en compte les points forts et les faiblesses ainsi que les nouvelles opportunités. Dans son discours d ouverture, le secrétaire général du Ministère du Plan, de l Aménagement du Territoire et du seulement la mobilisation des ressources, mais aussi leur utilisation, ce que les techniciens appellent l efficacité de la dépense publique. Cependant, à l épreuve des faits, la HALCIA est limitée. L une des principales contraintes est, selon M. Issoufou Boureima, d ordre juridique. En effet, la HALCIA a été créée par un décret, or il faut une loi pour lui donner tous les moyens légaux lui permettant de lutter efficacement contre le fléau de la corruption. L institution s est évertuée à élaborer la loi, mais cette loi tarde encore à être adoptée par le gouvernement. De même, une stratégie nationale de lutte contre la corruption a été élaborée. Pour le président de la HALCIA, ce sont ces contraintes liées à la législation qui sont à la base de l incompréhension des citoyens relativement à la mission de la HALCIA. A cela, il faut ajouter les insuffisances du cadre législatif national, et l insuffisance des connaissances sur les infractions nouvelles en lien avec la corruption. En dépit de ces limites, la HALCIA a traité plusieurs dossiers et transmis autant de rapports. Du reste, depuis que cette institution a été mise en place, notre pays ne cesse de faire de bonds qualitatifs dans le classement mondial de l Indice de la perception de la corruption. En effet, 134 ème en 2011, le Niger est passé au 113 ème rang en 2012, puis au 106 ème en 2013 et à la 103 ème place en C est pourquoi le président de l institution nigérienne anti corruption a souhaité une franche collaboration avec les médias dans la sensibilisation des populations, et des investigations sérieuses, etc. Le second panéliste, le magistrat Alichina a traité du thème cadre légal et institutionnel de lutte contre la corruption : résultats, forces et faiblesses. Se fondant sur des cas pratiques qu il a eu à traiter, le magistrat a relevé, les insuffisances du cadre légal dès lors qu il est question de réprimer les actes de corruption et les infractions assimilées. A l insuffisance des textes, viennent s ajouter la position des juges (Parquet par rapport au pouvoir politique), le trafic d influence, l environnement social, Développement Communautaire a souligné que le partenariat entre le gouvernement et les organisations de la société civile a toujours été marqué par le sceau d une collaboration sincère et proactive dans l intérêt supérieur de la population nigérienne. Le document qui est soumis à l appréciation des participants revêt une importance capitale, car il constitue un outil de prise de décision et d orientation pour le gouvernement, a indiqué M. Abdou Souley. Ainsi, ajoute-til, le ministère compte sur l engagement individuel et collectif de ces derniers pour fournir des informations utiles et fiables permettant d améliorer les analyses et de faire des propositions de mesures importantes à même de lever les goulots d étranglement des différents secteurs retenus dans le PDES. Le secrétaire général du Ministère en charge du Plan s est réjoui de la pleine implication des acteurs de la société civile nigérienne dans l élaboration et la vulgarisation du PDES sur l ensemble du territoire national, de leur participation active à la tableronde sur le financement du PDES tenue à Paris en novembre 2012, ainsi que de leurs contributions dans le cadre des organes du dispositif institutionnel de suivi de la mise en œuvre du Plan de Développement etc. Quant au troisième conférencier, M. Omar Lalo Keita, il a traité du thème Les médias dans la lutte contre la corruption. Pour le panéliste, le journaliste qui s engage dans un travail d investigation et de dénonciation doit se soumettre à deux exigences essentielles: s assurer de la crédibilité de ses informations et assumer ses responsabilités. Il doit aussi avoir un certain pré-requis: maîtriser les concepts dont il parle, avoir une approche pluridisciplinaire, vérifier rigoureusement ses informations et protéger ses sources. Le journaliste doit aussi éviter de se faire manipuler, car un travail d investigation doit s inscrire dans l intérêt des populations et du pays. La rigueur, le courage, la détermination, le refus de la tentation et du règlement des comptes doivent, selon le conférencier, être la boussole du journalisme d investigation. En outre, le journaliste doit éviter le sensationnel et la primeur à tout prix. Quant au dernier communicateur, il a abordé les questions d éthique et de déontologie. M. Harouna Niandou a insisté sur le fait que la liberté et la responsabilité doivent aller de pair dans l exercice du métier de journaliste. Si le journaliste doit collecter, traiter et diffuser l information, il doit aussi vivre honnêtement de son travail. Le médiateur de la presse a enfin insisté sur la responsabilité des journalistes dans le traitement des sujets sensibles, surtout dans le contexte actuel de notre pays. Cette journée d échanges s est achevée par la mise en place d un réseau de journalistes anticorruption (REJAC) en vue d une mutualisation des efforts dans les actions de lutte contre la corruption. Siradji Sanda Rencontre d échanges entre le Ministère du Plan et les organisations de la société civile sur le projet du document de la revue du PAP/PDES Vers un consensus sur les défis à relever pour l année 2015 Le Secrétaire général du Ministère du Plan, de l Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, M. Abdou Souley, a présidé, hier dans la salle, de réunion dudit Ministère, une rencontre d échanges avec les organisations de la société civile sur le projet de document de la revue du Plan d Actions Prioritaires du Plan de Développement Economique et Social (PAP/PDES). Cette cérémonie s est déroulée en présence du secrétaire permanent du PDES, du directeur des ONG et associations de développement, et des représentants de la société civile membres des organes du dispositif institutionnel du PDES. La table de séance à l ouverture de la journée DR M. Abdou Souley (centre) procédant à l ouverture de la rencontre Economique et Social. Il a émis le vœu, au nom des plus hauts responsables du Ministère du Plan, de l Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, que les résultats de cette rencontre soient à la hauteur des attentes de toutes les parties prenantes, plus particulièrement des populations nigériennes. Aïchatou Hamma Wakasso Issa Moussa/ONEP

12 12 ANNONCES Marchés Publics REPUBLIQUE DU NIGER Région d Agadez Direction Régionale de l Equipement AVIS D APPEL D OFFRES N 2015/001/DREQ/AZ 1. Le présent Appel d Offres fait suite à l avis général de passation des marchés du Ministère de l Equipement, publié dans le sahel dimanche N 1627 du 30 janvier Dans le cadre de la campagne d entretien routier courant 2015, le Gouverneur de la région d Agadez a l honneur d informer les entreprises de la catégorie 2 ème et plus que la Direction Régionale de l Equipement lance un Appel d Offres Ouvert pour les travaux d entretien routier. 3. La participation à la concurrence est ouverte à toutes les personnes physiques ou morales ou groupements desdites personnes en règle vis à vis de l Administration (voir détails dans instructions aux soumissionnaires) pour autant qu elles ne soient pas sous le coup d interdiction, de suspension, d exclusion ou de liquidation des biens. Lots des travaux Consistance - Localisation Les lots de travaux mis en Appel d Offres sont les suivants : Financement : Le financement est assuré par la Caisse Autonome de Financement de l Entretien Routier (CAFER). 4. Les candidats ont la possibilité de soumissionner pour un, plusieurs ou l ensemble des lots. Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires et consulter gratuitement le Dossier d Appel d Offres auprès de la Direction Régionale de l Equipement (DREQ) : AGADEZ BP 54 sise au quartier Sabongari Agadez Tél. : ou Fax : Tout candidat éligible, intéressé par le présent avis, doit acquérir un jeu complet du Dossier Appel d Offres qui pourra être retiré sur présentation d un reçu de versement d un montant non remboursable de cent cinquante mille francs CFA ( FCFA) au compte N : SONIBANK ouvert au nom de la CAFER 6. En cas d envoi par la poste ou tout autre mode de courrier, les frais y afférents sont à la charge de l acheteur et le maître d ouvrage ne peut être responsable de la non réception du dossier par le candidat. 7. Les offres présentées en un (01) original et trois (03) copies, conformément aux Instructions aux Soumissionnaires, et accompagnées d une garantie de soumission bancaire strictement conforme au modèle en annexe et d un montant tel que spécifié aux DPAO devront parvenir ou être remises au plus tard le vendredi 13 mars 2015 à 9 heures 00 mn à la Direction Régionale de l Equipement : Agadez BP 54 sise au quartier Sabongari Agadez Les Offres seront ouvertes le même jour à 10h 00 dans la salle de réunion du Gouvernorat en présence des soumissionnaires ou de leurs représentants qui souhaitent assister au dépouillement. Les reçues après le délai fixé seront rejetées 8. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pour un délai de 120 jours, à compter de la date de remise des offres. Par décision motivée, l Administration se réserve le droit de ne donner aucune suite à tout ou partie du présent Appel d Offres. LE GOUVERNEUR COLONEL MAJOR FODE CAMARA Marchés Publics REPUBLIQUE DU NIGER Région de Dosso Direction Régionale de l Equipement AVIS D APPEL D OFFRES N 2015/001/G/DREQ/DO 1. Le présent Appel d Offres fait suite à l avis général de passation des marchés du Ministère de l Equipement, publié dans le sahel N 1627 du 30 Janvier Dans le cadre de la campagne d entretien routier courant 2015, le Gouverneur de la région de Dosso a l honneur d informer les entreprises de la catégorie 2 ème et plus que la Direction Régionale de l Equipement lance un Appel d Offres Ouvert pour la réalisation des travaux d entretien courant sur le réseau routier. 3. La participation à la concurrence est ouverte à toutes les personnes physiques ou morales ou groupements desdites personnes en règle vis à vis de l Administration (voir détails dans instructions aux soumissionnaires) pour autant qu elles ne soient pas sous le coup d interdiction, de suspension, d exclusion ou de liquidation des biens. Lots des travaux Consistance - Localisation Les lots de travaux mis en Appel d Offres sont les suivants : Financement : Le financement est assuré par la Caisse Autonome de Financement de l Entretien Routier (CAFER). 4. Les candidats ont la possibilité de soumissionner pour un, plusieurs ou l ensemble des lots. Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires et consulter gratuitement le Dossier d Appel d Offres auprès de la Direction Régionale de l Equipement (DREQ) : Tél. : ou Fax : Tout candidat éligible, intéressé par le présent avis, doit acquérir un jeu complet du Dossier d Appel d Offres qui pourra être retiré sur présentation d un reçu de versement d un montant non remboursable de cent cinquante mille francs CFA ( FCFA) au compte ouvert au nom de la CAFER N : SONIBANK 6. En cas d envoi par la poste ou tout autre mode de courrier, les frais y afférents sont à la charge de l acheteur et le maître d ouvrage ne peut être responsable de la non réception du dossier par le candidat. 7. Les offres présentées en un (01) original et trois (03) copies, conformément aux Instructions aux Soumissionnaires, et accompagnées d une garantie de soumission bancaire strictement conforme au modèle en annexe et d un montant tel que spécifié aux DPAO devront parvenir ou être remises au plus tard le vendredi 13 mars 2015 à 9 heures 00 mn à la Direction Régionale de l Equipement de Dosso : Tél. : ou Fax : Les Offres seront ouvertes le même jour à 10h00 dans la salle de réunion du Gouvernorat en présence des soumissionnaires ou de leurs représentants qui souhaitent assister au dépouillement. Les reçues après le délai fixé seront rejetées 8. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pour un délai de 120 jours, à compter de la date de remise des offres. Par décision motivée, l Administration se réserve le droit de ne donner aucune suite à tout ou partie du présent Appel d Offres. LE GOUVERNEUR ABDOULAYE ISSA

13 ANNONCES 13 AVIS DE RECRUTEMENT d un(e) animateur (rice) Dans le cadre de la mise en œuvre des Projets "Amélioration des conditions de vie des populations dans la Commune Rurale de Falwel" et "Appui à la Commune de Loga", le Bureau de Coordination (BuCo) de SWISSAID Niger, cherche pour recrutement pour le compte desdits projets, un(e) animateur (rice). Poste : Animateur (rice) Lieu d affectation : Falwel Superviseur : Chargé de Programme Eau, Hygiène et Assainissement Durée du contrat : vingt-quatre (24) mois, avec possibilité de prolongation, selon le besoin et dans la limite de la durée du projet. MISSION ET RESPONSABILITÉS GÉNÉRALES L animateur (rice) du projet sera basé(e) à Falwel (Département de Loga) et effectuera de fréquents et réguliers déplacements sur le terrain à Falwel et à Loga (environ 80 % de son temps), en vue d assurer la réalisation de ses tâches et responsabilités. Il (elle) rendra compte au Chargé de programme eau, hygiène et assainissement et aura pour mission : l animation et l accompagnement des communautés villageoises bénéficiaires, le renforcement des capacités des Mairies de Falwel et de Loga ainsi que le rapportage sur le déroulement du projet. QUALIFICATIONS REQUISES L intéressé(e) doit : - être au moins de niveau technicien (4 ans après le BEPC) dans le domaine de l animation, de la sociologie, ou toute formation en lien à l hygiène et à l assainissement sera un atout ; - disposer d un permis de conduire d une moto 125 ; - disposer d une bonne expérience d un poste similaire; - disposer d une bonne aptitude à communiquer et un sens de relation ; - être de nationalité nigérienne et maîtriser le Djerma (la connaissance du Haoussa sera un atout) ; - être âgé(é) au plus de 35 ans. COMPOSITION DU DOSSIER Les dossiers doivent contenir : un curriculum vitae détaillé ; une lettre de motivation portant un contact téléphonique ; une copie du dernier diplôme ou titre ; les copies des certificats de travail ; les coordonnées de deux (2) personnes de références professionnelles ; Tout autre élément permettant d apprécier leur motivation et leur intérêt pour le poste. DÉPÔT DE DOSSIER Les dossiers de candidature doivent être envoyés prioritairement par à et le cas échéant, déposés sous plis fermé portant la mention «Animateur(rice) Projets Falwel I et Loga III» au BuCo SWISSAID Niger, sis au Boulevard Mali Béro Rue YN-121 (Yantala Haut) porte n 113 (angle nord-est ilot Service Commercial de Orange Niger) Tél. : , au plus tard le 20 février 2015 à 15h. NB : Les candidatures féminines sont encouragées. Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s. REPUBLIQUE DU NIGER Ministère de l'urbanisme, du Logement et de l'assainissement / Société Nigérienne d'urbanisme et de Construction Immobilière S.A. SONUCI Tel : Fax : / B. P. 532 Niamey - Niger / SITE WEB: CCM NI-NIM-2004-B 230 Niamey - NIF 1238/R COMMUNIQUE Le Président du Conseil d'administration de la Société Nigérienne d'urbanisme et de Construction Immobilière (SONUCI) a l'honneur d'informer Madame et Messieurs les Administrateurs que la réunion du Conseil d'administration aura lieu le jeudi 12 février 2015 à 9 heures dans la Salle de réunion de la Société à l'effet de délibérer sur le projet d'ordre du jour suivant: 1 ) Approbation du procès-verbal de la séance du mercredi 16 juillet ) Exécution du budget 2014 ; 3 ) Présentation du budget 2015 ; 4 ) Etat d'avancement de la mise à jour de la comptabilité ; 5) Divers : - Communications. AVIS DE PERTE Avis est donné par l'etude de Maître Ismaël Ganda, notaire à Niamey, 50, rue ST9, BP : 11656, quartier Kalley centre Niamey, Tel : , de la perte d'acte de cession relatif à la parcelle D, îlot 5273bis, lotissement Ext Ouest Faisceau sise à Niamey, au nom de Monsieur Moumouni Hamani. Prière à toute personne qui l'aurait retrouvé de bien vouloir le déposer à l'etude notariale sus indiquée ou service des affaires domaniales de la Communauté Urbaine de Niamey. Le notaire Maître Ismaël Ganda Maître BOUBACAR ISSA Notaire à la Résidence de Niamey 351, Rue du Sénégal, BP : Tél. : AVIS DE PERTE II est donné avis de perte des Actes de Cession d immeuble non-bâti suivants : -la parcelle n I de l îlot 2376, du lotissement Restructuration Talladjé au nom de Monsieur GARBA MAIGA HAMIDOU, la parcelle n I de l îlot 2073, du lotissement Route Filingué au nom de Monsieur Elhj GARBA HAMIDOU, Prière à toute personne qui les aurait retrouvés de bien vouloir les déposer au service domanial de la Communauté Urbaine de Niamey, ou à l Etude de Maître Boubacar ISSA, 351, Rue du Sénégal. Pour avis Maître BOUBACAR ISSA, Notaire COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS DE L'ADJUDICATION DE BONS DU TRESOR DU MALI DU 5 FEVRIER 2015 L'Agence UMOA-Titres (AUT), en collaboration avec la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest (BCEAO), a organisé le jeudi 5 février 2015, à la demande de la Direction Nationale du Trésor et de la Comptabilité Publique du Mali, une adjudication de bons du Trésor en compte courant, portant sur un montant de 40 milliards à 1 an. Cette opération s'inscrit dans le cadre de l'exécution du programme d'émissions de titres publics du Mali, en conformité avec la stratégie à moyen et long terme de gestion de la dette, visant à garantir sa capacité à honorer ses échéances. L'Appel d'offres, lancé le 29 janvier 2015, suivant un système d'enchères à taux multiples, a enregistré les résultats ci-dessous : Résultats de l'émission Montant sollicité : millions de FCFA Nombre de soumissions : 56 Montant global des soumissions : millions de FCFA Soumissions retenues : millions de FCFA Taux de couverture du montant mis en adjudication : 263,70% Taux marginal : 5,2500% Taux moyen pondéré : 5,0712% L'Agence remercie, au nom du Trésor Public du Mali, l'ensemble des investisseurs pour la confiance renouvelée et le soutien constant aux initiatives de financement des actions de développement dans l'union. La prochaine intervention du Trésor malien sur le marché des titres publics de l'umoa est prévue le 10 mars 2015, à l'occasion d'une émission de Bons du Trésor sur une maturité de deux (2) ans. Fait à Dakar, le 5 février 2015 Le Directeur de l'agence UMOA-Titres Adrien DIOUF Pour plus d'informations, merci de contacter l'agence UMOA-Titres /Tel : /Fax :

14 14 ANNONCES UNICEF NIGER TERMES DE REFERENCE Recrutement d un(e) Consultant/e national(e)individuel(le) pour la réalisation d une évaluation à mi-parcours du programme de renforcement du système d état civil nigérien (PARSEC)/PASTAGEP 1. Contexte Le Niger a procédé à la deuxième réforme de son système de l état civil en Cette réforme a été consacrée par l adoption de la loi du 3 décembre 2007, portant régime de l état civil au Niger, de la Politique Nationale de l Etat Civil (PNEC) et son plan d action. En effet, cette réforme se doit de répondre non seulement aux impératifs de performance mais aussi au contexte sociopolitique consécutif à l avènement de la décentralisation devenue effective en 2004 avec les premières élections municipales. Indispensable pour la bonne gouvernance, le système d état civil nigérien ne répond toujours pas aux espérances, en particulier en ce qui concerne la production de données démographiques de qualité. Les résultats statistiques en matière d enregistrement des faits d état civil sont restés faibles jusqu à l avènement de la réforme de Toutefois, l enquête EDSN-MICS 2012 a ressorti un taux d enregistrement des enfants à la naissance de 64%. La proportion des naissances enregistrées en milieu urbain est de 92 % contre 60% en milieu rural. La proportion des garçons enregistrés à la naissance est de 65% contre 62% pour les filles. Quant aux disparités, la région de Niamey enregistre le plus haut taux avec 93 %, suivi d Agadez avec 74%. La région de Zinder est en marge avec un taux d enregistrement des naissances qui est de 41%. La nouvelle réforme vise à relever ce défi à travers une mobilisation conséquente des ressources humaines et financières pour rendre le système d état civil performant, obligatoire, gratuit et accessible, ce qui garantira l offre du droit à l identité à tout citoyen, à commencer par les enfants, et permettra de fournir des données démographiques à jour pour une bonne planification des actions de développement. Pour ce faire, l Etat du Niger a créé et mis en place des structures d état civil au niveau régional et départemental depuis Aussi, avec le concours des partenaires techniques et financiers, dont l Unicef, des actions permettant d agir significativement sur l offre et la demande des services d état civil ont été mises en œuvre. Il s agit, entre autres, de la formation des acteurs, de sensibilisations des populations à l importance de l enregistrement des faits d état civil,de missions de suivi et supervision, d audiences foraines générales de délivrance des actes de naissances en 2009, de l exécution du projet pilote d appui au système d état civil dans 20 communes du Niger entre 2011 et 2012, etc Les résultats concluants de cette expérience pilote ont permis au Ministère en charge de l état civil et à l Unicef d œuvrer en synergie pour obtenir un financement de l Union Européenne. Ainsi, en mars 2012, est intervenu le financement du Programme d Appui au développement du système Statistique national pour la promotion de la Gouvernance et le suivi/évaluation de la Pauvreté (PASTAGEP). La composante trois (3) de ce programme concerne le volet état civil dénommée «Programme d appui au renforcement des capacités du système de l état civil (PARCSEC)», à couverture nationale. Conclu pour une durée de 4 ans, aujourd hui, le programme est dans sa troisième année d exécution. Les partenaires de mise en œuvre,en particulier la Direction Générale de l Etat Civil et des Réfugiés (DEC-R), avec l appui de l Unicef, ont exécuté les activités programmées selon le chronogramme établi. L objectif global du programme est de contribuer à la mise en œuvre efficace de la Stratégie de Développement et de Réduction de la Pauvreté (SDRP) et des politiques sociales et démographiques du pays à travers la disponibilité de statistiques de qualité. De manière spécifique il s agit d appuyer la mise en place d un système d état civil universel, continu, obligatoire, gratuit, statistiquement utile et fiable. Les résultats attendus à court et moyen termes sont les suivants : - La DEC-R et ses démembrements ont leurs capacités renforcées pour accomplir leurs missions de coordination, d encadrement, de suivi et de supervision - Au moins 50% des 2169 Centres de Déclaration et les 266 Centres Principaux sont opérationnels - Au moins 30% des communautés rurales et 50% des communautés urbaines pauvres utilisent les services d état civil - Les données statistiques d état civil sont améliorées du point de vue disponibilité, fiabilité et qualité L impact attendu de la réalisation du programme est de rehausser et/ou de rendre disponible les taux de déclaration des différents faits d état civil notamment : * Taux de déclaration des naissances de 32 % à 50% ; * Taux de déclaration de mariage du taux non défini (ND) à un taux défini (D) ; * Taux de déclaration des décès du taux non défini (ND) à un taux défini (D). Les stratégies identifiées pour atteindre les résultats ci-dessus sont les suivantes: - Le renforcement des capacités des acteurs tant du niveau central que des niveaux déconcentré et décentralisé par leur dotation en équipements, en moyens roulants, en matériels et mobiliers, ainsi que par la mise à disposition des supports d enregistrement des faits d état civil - Le plaidoyer : L adhésion des communes au programme est cruciale surtout dans le rapprochement des services au plus près des communautés, la mise à disposition du personnel et le paiement régulier des indemnités des agents - Communication pour un changement de comportement : il s agit d amener les communautés à déclarer systématiquement les faits d état civil, d où le besoin d élaborer des supports de communication adaptés aux différents groupes cible et procéder au choix des canaux de communication adaptés - Mobilisation communautaire : pour assurer la pérennisation des actions il faut créer une masse critique d acteurs communautaires engagés pour la cause. A cet effet, il sera suscité la mise en place dans chaque village d un comité qui aura un rôle de veille pour la déclaration des faits d état civil survenus dans leurs localités. Dans le cadre du suivi/évaluation dudit programme, il est prévu une évaluation à mi-parcours, qui doit permettre aux parties prenantes de s assurer de la bonne marche vers les résultats du programme. Les présents termes de référence sont élaborés afin de réaliser cette évaluation à mi-parcours qui permettra un regard rétrospectif, actuel et futur sur les niveaux d atteinte des résultats. 2. Objectifs de la consultation 2.1 But Le but de cet exercice est de fournir des informations sur les progrès accomplis, les ajustements à apporter et les leçons apprises qui serviront de guide pour une future planification et de plaidoyer pour le renforcement du système d état civil nigérien Objectifs L objectif général de l évaluation à mi-parcours est de déterminer dans quelle mesure les résultats établis dans le document du programme sont en train d être atteints. Les résultats de l évaluation permettront au comité technique de pilotage de prendre les mesures nécessaires pour qu à terme les résultats du programme se réalisent et en même temps d'engager les actions synergiques pour les prochaines étapes au-delà du programme actuellement en cours. A travers cette évaluation externe, il est attendu la formulation de recommandations sur l incidence des différents processus qui composent le programme, sur la qualité et l utilité des actions réalisées, les stratégies de mise en œuvre citées ci-dessuspendant la période d exécution du programme. De même, cette évaluation permettra l identification des écarts dans la mise en œuvre du programme par rapport à la planification. De manière plus spécifique, il s agit : - d apprécier le contexte de la conception et la mise en œuvre du programme ; - d évaluer le niveau des résultats atteints ; - d évaluer les capacités institutionnelles du système dans la mise en œuvre du programme ; - d analyser la durabilité des différents acquis du programme ; - de diagnostiquer et d analyser le partenariat stratégique de l exécution du programme; - de dégager les forces et les faiblesses liées à l exécution du programme (analyse SWOT : forces, faiblesses, opportunités, menaces) ; - de formuler des recommandations et des orientations si nécessaire à la poursuite de l exécution du programme. 3. Activités spécifiques à réaliser Voir critères d évaluation et questions majeures en Annexe des TDR. 3.1Méthodologie Le/la consultant(e)(national ou international résident au Niger) chargé/e de

15 ANNONCES 15 réaliser l évaluation à mi-parcours doit identifier les informateurs clés, les bénéficiaires et les acteurs de l intervention, ce qui permettra d élaborer des outils adaptés à la bonne collecte des données. Pour ce faire, son travail doit se baser sur l analyse des données des documents du programme (rapportsd avancements, compte-rendu des missions de suivi, outils de gestion, etc ), les études et enquêtes récentes (ANSITEF, EDSN-MICS,rapport d'évaluation finale de la phase pilote, rapport de l'étude de faisabilité de l'informatisation de l'état civil ), les entretiens avec les différents partenaires du programme, les bénéficiaires directs et indirects de toute la chaîne du système de l état civil, et des visites sur le terrain pour apprécier la qualité des intrants et extrants. L objectif est d avoir une confrontation d informations de sources variées afin de formuler des conclusions adéquates. 3.2 Processus de l évaluation Le processus de l évaluation se fera selon les étapes suivantes : a) Préparation de l évaluation - Définition du plan de travail - Finalisation de la méthodologie : affinement des questions d évaluation, reconstruction/analyse de la théorie de changement du programme, analyse des différentes parties prenantes du programme b) Réalisation de l étude d évaluation - Revue documentaire - Mission de terrain - Analyse des résultats - Rédaction du rapport préliminaire de l évaluation c) Finalisation de l évaluation Il s agit de finaliser le document de l évaluation avec les résultats qui proviennent des sources variées afin de garantir sa véracité. - La rédaction du rapport de l évaluation avec les conclusions et recommandations pertinentes. - Le partage des résultats de l évaluation lors d un atelier de validation avec les acteurs de mise en œuvre - Les résultats de l évaluation devront être approuvés par les commanditaires de l évaluation. Il faut impérativement que les résultats de chaque étape soient jugés satisfaisants. 3.3 Outils d évaluation Les outils suivants qui peuvent faire l objet d adaptation ou demodification par le/la consultant/te sélectionné/e sont proposés : - Revue et analyse de la documentation en lien avec le programme: la loi portant régime de l état civil, la Politique Nationale de l Etat Civil, le document du projet PASTAGEP, les rapports de suivi et de mission, les comptes rendus des réunions, les outils de gestion, les plans annuels de travail Unicef, le rapport d'évaluation de la phase pilote et le rapport de l'étude de faisabilité de l'informatisation de l'état civil - Entretiens avec les acteurs principaux du programme (Direction Générale de l état civil et des réfugiés et ses démembrements (DREC et DDEC), l Unicef, l Union Européenne, ONGs (Plan Niger, Centre Africa Obota), - Entretien avec des informateurs clefs : officiers d état civil, responsables des centres principaux, autorités administratives et coutumières - Groupes de discussion avec des populations bénéficiaires - Questionnaire individuel permettant de vérifier le niveau d exécution des activités planifiées par le personnel et les partenaires de mise en œuvre - Observation directe, visites sur le terrain et au niveau des institutions partenaires, entretiens avec les acteurs pertinents, etc 4. Produits attendus et calendrier d exécution 4.1 Produits attendus Au terme de son travail, le/la consultant(e) doit produire les documents ci-après : A) Note méthodologique : cette note explicitera la démarche de l étude et un plan de travail détaillé. Ce dernier concrétise la méthodologie de l évaluation, temporalise les étapes et planifie le travail de préparation, le travail de terrain, d analyse et de rédaction. Elle doit décrire la matrice d évaluation qui récapitule les différentes questions d évaluation ainsi que les sources de données et méthodes d analyse qui seront utilisées pour y répondre. B) Rapport intermédiaire : Ce premier rapport contiendra les 4 analyses suivantes: - une analyse détaillée des changements majeurs obtenus dans la mise en œuvre du programme ; - une analyse détaillée des facteurs (internes et externes) qui ont permis d atteindre ces résultats ; - une analyse détaillée des différents produits obtenus par l exécution du programme ; - une situation financière qui corrobore l atteinte des résultats avec efficacité ; - une appréciation des forces et faiblesses du système dans la mise en œuvre du programme. C) Rapport final : outre les points ci-dessus, il contiendra également une proposition de mesures correctives nécessaires au niveau de la programmation, du partenariat, ainsi que des propositions d amélioration dans l exécution des activités. Il peut être structuré comme suit : un résumé synthétique, une note explicative de la méthodologie et son déroulement, une analyse des résultats par critère de l évaluation,des recommandations et des points d amélioration Le/la consultant(e) remettra les rapports et produits finaux de l expertise selon le calendrier annexé au contrat, sous les formats papier (2 copies) et électronique (clé USB ou CD), au bureau de l UNICEF-Niger. 4.2 Calendrier d exécution indicatif La durée maximale de l évaluation est estimée à 56 jours : - Préparation : la méthodologie, les check-lists et guides d entretien, ainsi que la recherche de la documentation : 6 jours; - Revue des documents et rapports disponibles: 6 jours ; - Recueil d informations avec les parties prenantes : 2 jours ; - Discussions en focus- group (avec visite de terrain) : 20 jours ; - Entretiens : 3 jours - Rédaction du rapport : 10 jours pour traiter, analyser et synthétiser les données recueillies et rédiger le rapport préliminaire. - Lecture et feed-back sur le draft du rapport : 3 jours ; - Réunion de restitution : 1 jour ; - Finalisation du rapport : 5 jours. 5. Qualifications Diplôme universitaire de troisième cycle ou équivalent (Bac +5) ; Démontrer de solides expériences en matière d évaluation de projets de développement ; Avoir une bonne maîtrise des outils d évaluation et d analyse quantitative et qualitative ainsi que des méthodes de pédagogie active et participative ; Avoir une capacité de rédaction et de synthèse et une bonne connaissance du terrain; Disposer d une connaissance du domaine de l état civil serait un atout ; Avoir une bonne capacité de communication et de travail en équipe ; Disposer d une expérience satisfaisante de collaboration avec les services techniques de l Etat, le système des Nations Unies, les ONG ou les partenaires bilatéraux et multilatéraux; Une parfaite maîtrise du français et de l outil informatique est indispensable. 6. Durée/Dates 56 jours ouvrables, dès que possible. 7. Supervision et conditions de travail Le/la Consultant/e sera sous la supervision directe du Chef du Programme Protection de l Enfantet indirectede la Spécialiste Protection de l Enfant de l Unicef, en charge du dossier «état civil», Le suivi du travail sera assuré par le comité technique du volet Etat civil du PASTAGEP. Le comité peut être élargi à des personnes ressources selon leurs expertises. Le comité aura pour rôle de: - Valider la méthodologie proposée par le/la consultant(e) ; - Faciliter la collecte et/ou l accès à la documentation ; - Mettre à disposition les moyensprévus dans le contrat ; - Faire les observations nécessaires sur les documents produitsdans les délais. L évaluation sera réalisée selon une approche participative et le /la consultant(e)sera le responsable de la qualité de l évaluation. Le Consultant travaillera avec son propre matériel informatique et prendra en charge ses différents déplacements y compris les missions de terrain. 8. Lieu d affectation Niamey, Niger. Environ 20 jours de voyage en dehors de Niamey. 9. Rémunération Les candidats devront indiquer le montant total qu ils souhaitent recevoir pour effectuer cette consultation, y compris les honoraires et les frais de déplacement et de séjour pour 20 jours de visites sur le terrain. Ce montant sera négocié en fonction de la complexité des tâches et de la qualification et de l expérience du candidat. 10. Comment postuler Le dossier de candidature doit comprendre : - Une lettre de motivation, y compris l offre financière - Une note explicative démontrant la compréhension des objectifs et résultats attendus, de la méthodologie et des outils de collecte de données avec précision du calendrier de la consultation - Un CV sur un maximum de 2 pages - Le formulaire P11disponible sur : signé et daté : inclure seulement les emplois de longue durée (plus d un an) dans le formulaire-même ; ajouter en annexe un tableau listant les consultations de courte durée (moins d un an) en commençant par les plus récentes : titre de la consultation; brève description du travail réalisé; institution; nom, titre et adresse mail du superviseur de la consultation; dates; lieu; honoraires perçus. - Scan du diplôme le plus élevé au plus tard le 20 février 2015.

16 16 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU PLAN DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE DIRECTION GENERALE DES INVESTISSEMENTS PROJET D'APPUI A LA COMPETITIVITE ET A LA CROISSANCE Crédit 5132 NE ANNONCES AVIS A MANIFESTATION D INTERET N 003/2015/PRACC/QC POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE L AUDIT TECHNIQUE ET FINANCIER DE LA SOCIETE DES MINES DU LIPTAKO (SML) 1. Le Gouvernement de la République du Niger a reçu de l'association Internationale de Développement (IDA) un Crédit d'un montant équivalent à Cinquante Millions ( ) de dollars US pour le financement du Projet d'appui à la Compétitivité et à la Croissance (PRACC). Il se propose d'utiliser une partie des fonds de ce Crédit pour effectuer des paiements autorisés au titre du contrat suivant : «Services de consultants pour l audit technique et financier de la Société des Mines du LIPTAKO (SML)». 2. L objectif global de l audit technique et financier de la SML est d évaluer la situation réelle de la Société, tant sur le plan financier que physique (portefeuille de la SML en réserves minières) ; et, de dégager les voies pour pérenniser l activité et garantir l avenir de la Société, à travers notamment un partenariat avec un Repreneur Privé de référence. - Evaluer la situation financière et de dégager les perspectives de la Société sur la base des états financiers et comptables audités des exercices 2011, 2012, 2013 et l exercice à mi-parcours 1er Janvier 2014 à fin Juin donner une opinion sur la réalité des réserves exploitables situées dans le périmètre d exploitation détenu par SML (réserves certaines prouvées, réserves probables, réserves potentielles). - réaliser un diagnostic complet des différents aspects de l exploitation, à donner les bases de négociation pour une éventuelle reprise par un privé, et à formuler une stratégie de relance du secteur de l or. 3. Les objectifs spécifiques : l audit vise a réaliser un diagnostic complet des différents aspects de l exploitation, à donner les bases de négociation pour une éventuelle reprise par un privé, et à formuler une stratégie de relance du secteur de l or. Les objectifs spécifiques sont : d évaluer et d actualiser l information sur le minerai et les réserves (vérification du calcul des réserves, classification des réserves, étendue du gisement et de la zone aurifère du Liptako, position du Niger dans la courbe de l offre, etc.) ; de conduire l audit financier et comptable des exercices 2011, 2012, 2013 et l exercice à mi-parcours 1er Janvier 2014 à fin Juin 2014, en vue d exprimer une opinion professionnelle et indépendante sur les états financiers et comptables des exercices sous revue ; d évaluer la situation financière et de dégager les perspectives financières de la Société sur la base des états financiers et comptables audités ; d effectuer une évaluation financière et économique de la Société (valeurs physique et comptable des immobilisations, revue des états financiers, projections des recettes, analyse économique) ; d effectuer une évaluation technique de la Société (évaluation de l outil de production de la mine, de l usine, du matériel roulant et des autres actifs physiques) ; et, formuler au besoin les recommandations d ajustement pouvant garantir une exploitation rentable, dans le cadre notamment de la mobilisation d un partenaire privé pour la poursuite de l exploitation des mines du Liptako nigérien ; d évaluer les méthodes de production (cycle de production, organisation du travail, qualification de la main d œuvre) et les conditions actuelles de l organisation et de gestion de la Société, notamment le rendement et l adéquation des ressources humaines mobilisées avec les besoins d exploitation ; et, formuler au besoin les recommandations d ajustement et/ou de renforcement des capacités vers un organigramme de référence et un modèle de gestion administrative optimal, dans le cadre d une gestion de type privé ; conduire une évaluation commerciale (système de commercialisation, possibilités de liens amonts et aval, etc.) en tenant compte des perspectives d évolution du marché mondial et des objectifs et attentes du Gouvernement nigérien ; d évaluer les impacts environnementaux et sociaux des conditions actuelles de d exploitation de la Société afin de dégager explicitement les responsabilités environnementales de la Société, conformément à la réglementation en vigueur au Niger ; et, proposer un Plan de gestion environnementale et sociale qui fera partie intégrante du cahier des charges du repreneur privé ; de dégager, sur la base de cette évaluation et des propositions d ajustements, un plan prévisionnel de développement de la Société. 4. Les Résultats attendus : Sur la base des évaluations financières et techniques, l audit technique et financier doit permettre l élaboration d un Document Cadre en vue de l identification et la sélection d un partenaire privé pour la poursuite de la mise en valeur des mines du Liptako nigérien. Ce Document Cadre comprendra au minima les éléments ci-après : une évaluation objective de la valeur financière et physique de la Société ; ses perspectives de développement, éventuellement à travers une extension du champ d exploitation à l ensemble du Liptako nigérien ; un plan d exploitation ou «pro forma», couvrant cinq (5) à dix (10) ans, sur la base des prévisions des charges/recettes d exploitation et des perspectives du marché mondial, suivant au moins trois scenarii (hypothèse basse, statu quo, hypothèse haute) ; le cahier de charges pour le repreneur privé qui décrit, entre autres, ses engagements financiers, ses engagements en matière d investissements nouveaux, ses engagements en matière de gestion administrative et ses obligations en matière de responsabilité environnementale et sociale. 5. Le Coordonnateur du Projet d appui à la compétitivité et à la croissance (PRACC) invite par le présent avis à manifestation d intérêt les candidats admissibles intéressés à manifester leur intérêt à fournir les services décrits ci-dessus. 6. La mission aura lieu à Niamey au Niger avec des visites sur le site minier de SAMIRA, chaque fois que de besoin. La durée de la mission est de 45 jours ouvrables hors délai de validation par l Administration 7. Les consultants intéressés doivent fournir les informations indiquant qu ils sont qualifiés pour exécuter la mission (brochures, références concernant l exécution de contrats analogues, expérience dans des conditions semblables, disponibilité des connaissances nécessaires parmi le personnel, etc.) 8. Le consultant doit être un cabinet d audit et d expertise comptable indépendant, faisant profession habituelle de réviser les comptes, régulièrement inscrit au tableau d un ordre des experts comptables reconnu au plan international par l IFAC et la FIDEF, ayant une expérience confirmée en audit financiers des comptes des sociétés. L équipe à mobiliser devra comporter au moins : i) un Chef de mission de niveau (BAC + 5 ou plus) en audit, comptabilité, gestion financière ou en mines et justifiant d une expérience de 10 ans au moins d audit financier ou de gestion des sociétés d exploitation minière ; ii) un expert-comptable justifiant d au moins 10 ans d expérience d audits financiers et comptables ; iii) un Ingénieur Géologue (ou des mines) justifiant d au moins 10 ans d expérience dans l exploration aurifère ayant de solides connaissances en évaluation des réserves aurifères; et, iv) un Spécialiste en mesures de sauvegarde environnementale et sociale ayant au moins cinq (5) ans d expérience et justifiant d une expérience pertinente sur la conduite des évaluations environnementales et sociales et l élaboration des plans de gestion environnementale et sociale pour les industries extractives. 9. Les consultants seront sélectionnés en accord avec les procédures définies dans les Directives : Sélection et Emploi de Consultants par les Emprunteurs de la Banque mondiale dans le cadre des Prêts de la BIRD et des Crédits et Dons de l AID Edition de Janvier 2011 version révisée de juillet La méthode de sélection retenue est la celle basée sur les qualifications des consultants (QC). 10. Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires à l adresse ci-dessous et aux heures suivantes : du lundi au jeudi de 8h 30 à 17h 30 et le vendredi de 08 h 30 à 13h. 11. Les manifestations d intérêt rédigées en français doivent être déposées ou expédiées à l adresse indiquée ci-dessous au plus tard le 19 février 2015 à 10 heures (heure locale). PROJET D'APPUI A LA COMPETITIVITE ET A LA CROISSANCE (PRACC) Unité de d'exécution du PRACC Boulevard Mali Béro, Avenue du Mounio BP : 223 Niamey- Niger/ Tél : / et

17 L es insurgés islamistes de Boko Haram, qui contrôlent une partie du nord-est du Nigeria où ils ont proclamé un califat, ont lancé lundi une nouvelle attaque contre la ville de Diffa, au Niger, la troisième en quatre jours. Ils ont aussi attaqué un bus dimanche dans l'extrême-nord du Cameroun, tuant douze voyageurs. Malgré l'incapacité de l'armée nigériane à venir à bout de l'insurrection de Boko Haram depuis six ans, le conseiller national à la sécurité du président nigérian, Sambo Dasuki, a affirmé lundi que "tous les camps connus de Boko Haram seront balayés". Il a obtenu de la commission électorale un report de six semaines des élections présidentielles et législatives, le temps de pacifier le pays. Ces scrutins, initialement prévus le 14 février, ont été repoussés au ETRANGER 17 Terrorisme Boko Haram fanfaronne sur Youtube, le Nigeria promet de gagner en six semaines Alors que Boko Haram continue de lancer des attaques dans le nord-est du Nigeria, le gouvernement de ce pays africain promet d'en finir avec le groupe islamiste en six semaines, pour mener à bien ses élections. L e Tchad est déterminé à mettre hors d état de nuire la secte islamiste Boko Haram. Selon une source sécuritaire de ce pays voisin, le général Yaya Daoud, commandant des forces tchadiennes déployées au Niger, a été blessé au ventre à Bosso (bourgade aux mains de la secte), à la frontière nigériane pendant une attaque des islamistes, le 06 février dernier. Très vite, l officier général a été conduit à l'hôpital de la Renaissance de N'Djamena, la capitale de son pays, où, selon une source introduite, la balle reçue pendant les affrontements avec les terroristes a été extraite. Mais, face aux dégâts causés par la munition, le président tchadien a diligenté son évacuation immédiate pour des soins intensifs en France. Mais là-bas, le militaire ne se sent pas l âme d un malade, son cas ne nécessitant visiblement pas d intervention particulière. Gonflé à bloc, il demandera alors au président Idriss Déby Itno d autoriser son retour au front, afin de lui permettre d en découdre une fois pour toutes avec les hommes sans foi ni loi d Abubakar Shekau. Le général d armée Yaya Daoud a en effet reçu une balle tirée par un combattant du mouvement terroriste qui, feignant d être mort, avait fait feu sur le commandant des troupes. Selon des témoignages concordants, les affrontements, qui ont duré deux jours (du 05 au 06 février), ont fait plusieurs morts côté assaillants. Il faut reconnaître que le mouvement djihadiste nigérian est dans le collimateur d Idriss Déby depuis quelques mois. Après l imposant contingent envoyé à Fotokol au 28 mars, une date qui "ne sera pas changée à nouveau", a-t-il assuré. Le Tchad, le Niger, le Nigeria, le Cameroun et le Bénin se sont mis d'accord samedi pour mobiliser 8700 hommes -soit 1200 de plus qu'initialement annoncé- dans une force multinationale de lutte contre Boko Haram, alors que le Tchad a déjà lancé ses soldats dans la bataille dans le nord-est du Nigeria. Après de longs débats, l'assemblée nationale du Niger a voté lundi à l'unanimité l'engagement de ses troupes dans cette offensive. Quelque 750 militaires seront envoyés au Nigeria, a expliqué un député, qui a requis l'anonymat. Dans une nouvelle vidéo diffusée lundi, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a ironisé sur cette coalition militaire régionale, lui promettant la défaite. "Votre alliance ne mènera à rien. Rassemblez toutes vos armes et affrontez-nous. Vous êtes les bienvenus!", a-t-il lancé dans cette vidéo de 28 minutes publiée avec deux autres films sur le site de partage YouTube. "Vous envoyez 7000 soldats? Pourquoi pas 70 millions? Ce n'est pas beaucoup. (...) Par Allah, c'est peu. Nous allons les capturer un à un", a raillé le chef de Boko Haram. Boko Haram, qui affiche sa proximité idéologique avec Al- Qaïda et l'ei, multiplie les raids meurtriers dans les pays voisins, comme au Cameroun et plus récemment au Niger, identifié comme cible mi-janvier par Abubakar Shekau. Dans la nuit de dimanche à lundi, ses combattants ont mené une attaque d'envergure contre Diffa (sud-est), tentant de prendre d'assaut une prison de la ville, vraisemblablement pour faire évader des insurgés, d'après des sources humanitaires. Cameroun, il y a deux semaines, le Tchad s est également retourné du côté du Niger, pays lui aussi sous la menace de la nébuleuse terroriste. Sur cet autre front, le Tchad a également déployé un important arsenal ainsi que des centaines d hommes. En attendant le quitus de l Assemblée nationale nigérienne qui, sauf surprise de dernière minute, devrait être donné ce jour pour autoriser les troupes d Idriss Déby à s engager sur son territoire. Des signes précurseurs d une fin. Au regard des divagations multipliées de Boko Haram, Q ue va bien pouvoir promettre Jacob Zuma dans son discours à la nation? Les dernières statistiques nationales publiées la semaine dernière montrent une augmentation de la pauvreté : 12 millions de Sud-Africains vivent avec moins "L'attaque a échoué. Les assaillants ont été assez facilement repoussés", a affirmé une de ces sources. Un habitant a vu "des cadavres de combattants de Boko Haram", sans avoir pu les compter. Au Cameroun, Boko Haram a enlevé dimanche 20 passagers d'un bus dans la région de l'extrême-nord, et exécuté les 12 hommes qui se trouvaient à bord, selon des témoignages selon des observateurs avertis, on s achemine vers l éradication du mouvement terroriste créé depuis 2002 par Mohamed Yusuf, mais qui s active sans répit depuis 2009, dans le nordest du Nigeria. Pour certains, «Abubakar Shekau et ses hommes ont perdu la raison. C est bien un signe évident de la fin de ces fous d Allah désormais dans le collimateur de la communauté internationale. En ouvrant deux nouveaux fronts vers l extérieur, en plus du Nigeria où il contrôle une vingtaine de localités, le groupe terroriste a, selon des spécialistes des questions de sécurité, signé concordants recueillis lundi par l'afp. Depuis 2009, l'insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait plus de morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria. Le Nigeria a déjà par le passé fixé des délais pour se débarrasser de Boko Haram, sans jamais réussir à les respecter. L Expresse avec l AFP Lutte contre Boko Haram Le général tchadien blessé veut retourner au front Après son évacuation en France, Yaya Daoud, gonflé à bloc, saisit le président Idriss Déby Itno, pour lui exprimer son envie de reprendre les hostilités contre le mouvement terroriste. Le général tchadien Yaya Daoud DR Afrique du Sud Jacob Zuma, le président sud-africain d'un euro par jour. Le chômage ne baisse pas et le climat social est tendu. S'ajoutent à cela, des coupures d'électricité quasi quotidiennes qui exaspèrent la population. La semaine dernière, le parti au pouvoir, l'anc, a reconnu que le gouvernement ne pourrait pas tenir ses promesses électorales sont arrêt de mort. Au Nigeria, les élections présidentielle et législatives prévues le 14 février ont, pour des raisons de sécurité, été renvoyées au 28 mars : les responsables des services de sécurité demandent plus de temps pour reconquérir toutes les zones situées dans le nord-est du pays, aujourd hui sous le contrôle des islamistes de Boko Haram. Et avec l intervention de la communauté internationale, la résolution de l équation Abubakar Shekau n est plus qu une affaire de semaines. L Ouverture Cameroun Dure semaine en perspective pour le président Zuma En Afrique du Sud, cela risque d être une semaine délicate pour le président de la République. Jacob Zuma doit prononcer son discours à la nation, jeudi, devant le Parlement. Un discours très attendu par le public tout d'abord, car l'économie du pays va mal, mais surtout très attendu par l'opposition. Le leader populiste Julius Malema et son parti sont déterminés à en découdre avec le président. DR Des soldats nigériens en reconnaissance à la frontière avec le Nigeria et s'est inquiété des répercussions sur les élections locales l'année prochaine. L'opposition est déterminée à demander des comptes au président Zuma. Notamment le leader populiste Julius Malema, qui veut que le chef de l'etat s'explique sur les 17 millions d'euros d'argent public utilisés pour financer sa résidence privée. L'année dernière, la question s'était soldée par une évacuation du Parlement avec l'aide des forces anti-émeutes. En tout cas, ces dernières semaines, la présidence a tenté une vaste opération de communication demandant sur les réseaux sociaux des suggestions pour le président. Parmi les centaines de réponses sur Twitter, la légalisation de la marijuana est arrivée en tête, suivie de la démission du président Jacob Zuma. RFI DR

18 18 ANNONCES Marchés Publics PUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROMOTION DE LA FEMME ET DE LA PROTECTION DE L'ENFANT DIRECTION DES MARCHES PUBLICS ET DE DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC AVIS GENERAL DE PASSATION DE MARCHES PUBLICS/2015 Gestion : 2015/ Numéro du plan DIRECTRICE DES MARCHES PUBLICS ET DELEGATIONS DES SERVICES Madame AMADOU KADI ABDOU REPUBLIQUE DU NIGER HAUT COMMISSARIAT A L'AMENAGEMENT DE LA VALLEE DU NIGER (HCAVN) Projet d'appui au Développement Local du Programme Kandadji AVIS DE SOLLICITATIONS DE MANIFESTATIONS D'INTERETS N 01/2015/HCAVN/PKRESMIN/AFD RECRUTEMENT D'UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MAITRISE D'OUVRAGE (AMO) Le Gouvernement de la République du Niger a reçu un concours financier de l Agence Française de Développement (AFD) pour le financement d un projet d appui au développement local du programme Kandadji. Il a l intention d utiliser une partie de ce fonds pour effectuer les paiements au titre du contrat suivant : Assistance technique à maîtrise d ouvrage pour la coordination de la mise en œuvre du projet d Appui au développement local du Programme Kandadji (CNE 1126). 2. Ce projet est placé sous la maîtrise d ouvrage du Haut-commissariat à l Aménagement de la Vallée du Niger (HCAVN) et sa représentation à Tillabéry (Unité Régionale d Exécution du Programme Kandadji : UREP). Il est articulé autour de quatre composantes opérationnelles et une de coordination qui concernent: i) l aménagement du territoire, traduit à travers l élaboration et/ou la mise en œuvre des plans de développement communaux (PDC), des 11 communes concernées de la Région de Tillabéry. Ces PDC seront complétés par des plans de développement inter communaux et supra communaux pour répondre en particulier aux attentes des éleveurs face au risque de fermeture d espaces dans la zone d emprise de la retenue du barrage ; ii) le financement d investissements prioritaires inscrits dans les PDC et le Plan de développement régional (PDR) ou le Schéma Régional d Aménagement du Territoire (SRAT) pour la promotion et le soutien au développement de l économie locale ; iii) la poursuite et la capitalisation de l expérience du Projet de Sécurisation des Systèmes Pastoraux (PSSP) - dont la finalité était de sécuriser la mobilité de l élevage de la zone en desserrant les contraintes hydrauliques et pastorales et en favorisant la concertation entre les parties prenantes -dans la région de Zinder afin de consolider la méthodologie transposable sur la zone de Tillabéry: suivi de l évolution des accords sociaux négociés pour l identification des sites et la gestion des ouvrages pastoraux par et pour les usagers ; le cas échéant, consolider le cadre institutionnel et juridique pour la bonne gestion des ouvrages ; négociation de nouveaux accords sociaux, puis construction et ou réhabilitation de points d eau pastoraux et balisage des espaces pastoraux dans 13 communes des Départements de Tanout, Gouré et Tesker) ; iv) la protection de la santé publique via une composante prévention des nouveaux risques sanitaires induits ou accentués par la construction du barrage, dont les zoonoses ; v) l appui à la coordination du projet : suivant l organisation institutionnelle du HCAVN, la coordination du projet est placée sous la responsabilité de sa représentation régionale basée à Tillabéry (l UREP). L assistance technique, objet de cet AMI, sera donc en appui au HCAVN. Les documents de référence du Projet donnent le détail du contenu de chaque composante. Les compétences essentielles attendues de cette assistance technique, sans être exhaustif, couvrent: Décentralisation (Développement communal, Maîtrise d ouvrage communal,...), hydraulique/hydrogéologie (Eau potable, assainissement eaux usées et excrétas, assainissement pluvial, hydraulique pastorale, sécurité alimentaire, environnement), Energie, Epidémie-surveillance, pastoralisme et animation pastorale, politique foncière, Coordination et Gestion (administrative, budgétaire, comptable, contrats et passation des marchés) Le HCAVN invite les Bureaux d Etudes internationaux à manifester leur intérêt à fournir les services décrits ci-dessus. Les Bureaux d Etudes internationaux intéressés doivent fournir les informations indiquant qu ils sont intéressés et qualifiés pour exécuter les services (lettre de manifestation d intérêt, présentation du consultant, références concernant l exécution de contrats analogues, expériences dans les conditions semblables, disponibilités des connaissances parmi le personnel, CV d experts susceptibles d être mobilisés pour la mission, etc.). Les Bureaux d Etudes peuvent s associer pour renforcer leurs compétences respectives auxquels cas la lettre de manifestation d intérêt doit être cosignée et les informations concerner les membres de 1 association/groupement. Le HCAVN dressera une liste restreinte d environ six Bureaux d études, présélectionnés sur la base des candidatures reçues, auxquels il adressera la demande de proposition pour la réalisation des services requis. Le processus de passation du contrat et la durée des services doit permettre de disposer de l Assistance technique opérationnelle sur le poste le 1 er juillet Les Bureaux d Etudes intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires au sujet des documents de référence (Note descriptive du projet) à l adresse ci-dessous et aux heures suivantes, du lundi au jeudi de 09h00 à 17 heures (heure locale GMT+1), le vendredi de 09h00 à 12 heures (heure locale). Les enveloppes cachetées devront porter la mention «Dossier d appel à manifestation d intérêt/recrutement d une Assistance technique à maîtrise d ouvrage du projet CNE Appui au développement local du Programme Kandadji». Les manifestations d intérêt doivent être déposées en 4 exemplaires au plus tard le 2 Mars 2015 à 12h00 (heure locale GMT+1) à l adresse ci-dessous : Haut Commissariat à l Aménagement de la Vallée du Niger (HCAVN) ; Division Marchés Publics Immeuble SONARAII, 3 ème Etage, BP.206, Tel (227) , Fax : (227) ; ou Niamey- Niger Le Haut Commissaire AMADOU HAROUNA

19 Cancer : une chercheuse découvre une molécule capable de tuer les tumeurs Une chercheuse grenobloise a découvert une molécule capable de stopper la prolifération des tumeurs et de détruire leurs vaisseaux. Suite aux essais concluants sur des souris, elle lance un appel aux dons pour pouvoir tester la molécule sur l'homme. Tout a commencé en 2008, lorsque Aurélie Juhem, alors jeune chercheuse en thèse découvre une molécule anticancéreuse appelée ET-D5. Pour pouvoir étudier de plus près ses caractéristiques et son effet sur les tumeurs, la chercheuse crée en 2010 la start-up Ecrins Therapeutics, un laboratoire de recherche grenoblois. «Cette molécule a la capacité de stopper la division et la prolifération des cellules tumorales», explique Aurélie Juhem à l'afp. «Elle peut aussi détruire les vaisseaux qui se sont formés et qui alimentent la tumeur», ajoute la chercheuse. En d'autres termes, la biologiste aurait trouvé une molécule capable de tuer les tumeurs, sans endommager les organes environnants. Les premiers tests qu'elle a effectués sur des souris atteintes de cancer de la thyroïde et du poumon ont été plus qu'encourageants : non seulement la molécule arrête la prolifération tumorale, mais elle s'attaque aux néo-vaisseaux qui irriguent la tumeur. Or, ce sont ces néo-vaisseaux qui alimentent les cellules cancéreuses, facilitant leurcroissance mais aussi la circulation de métastases, qui mènent à un cancer généralisé. Grâce à ses différentes propriétés, la molécule ET-D5 couperait les vivres de la tumeur, qui serait donc considérablement affaiblie. Pour autant, les résultats des tests effectués sur les souris n'ont pas encore été publiés «pour des raisons de concurrence», précise la chercheuse. Un appel aux dons pour tester la molécule chez l'homme Mais pour passer à l'étape supérieure, c'est-àdire à un essai clinique sur l'homme, la jeune femme et son laboratoire se sont lancés à la recherche d'un financement de euros, par le biais d'une plateforme de crowdfunding'', ou financement participatif (wiseed). C'est en effet le montant nécessaire pour effectuer la phase de tests réglementaires toxicologiques, qui indiquera si la molécule est néfaste pour l'homme. (Topsanté) I NCROYABLE MAIS VRAI L'homme qui marchait 33 km par jour pour se rendre au travail s'est fait offrir une voiture Trop pauvre pour pouvoir posséder une nouvelle voiture, James Robertson, un américain vivant à Detroit dans le Michigan (États-Unis), a été contraint durant des années de marcher plus de 30 km par jour par tous les temps pour se rendre à son travail. Lâché il y a 10 ans par son ancienne voiture, cet homme de 56 ans s'est retrouvé à la suite de cela obligé de se rendre tous les jours à son usine à pied, le bus de la ville n'assumant hélas pas ce trajet. Levé tous les matins à 6 heures, celui-ci partait de chez lui à 8 heures pour prendre le bus de 8h30 avant d'entamer encore trois heures de marche jusqu'à son usine de Rochester Hills. Le soir, après avoir fini sa journée à 22 heures, celui-ci refaisait le chemin inverse pour arriver chez lui à 4 heures du matin afin de n'y dormir que deux heures. Émue par son histoire et son courage, la communauté internet s'est dernièrement mobilisée pour récolter de l'argent afin d'acheter une toute nouvelle voiture à James Robertson. Après avoir récolté pas moins de euros en quelques jours, celle-ci a pu offrir à James un véhicule flambant neuf qui lui a été remis en main propre chez le concessionnaire Ford. "J'ai hâte de la montrer à mes collègues", s'est réjoui le quinquagénaire à qui la vie vient de faire un merveilleux cadeau. (Gentside.com) 21 mars - 19 avril 23 juillet - 21 aout 22 nov dec. SCIENCES ET TECHNOLOGIE 19 Pourquoi le mal de dos a plus de chance de frapper...avant le déjeuner En revanche, faire l'amour ou boire de l'alcool n'augmente pas le risque d'être victime d'une douleur au dos subite, selon une étude menée par des chercheurs Australiens. Des chercheurs australiens ont montré que nous sommes plus susceptibles d'attraper un mal de dos... entre 7h et midi, rapporte le Daily Mail. L'étude a été menée sur 999 patients âgés de 18 ans ou plus qui fréquentaient des cliniques de Sidney. On leur a demandé ce qu'ils avaient fait au cours des 4 jours qui ont précédé l'attaque. Résultats : être fatigué quand on bouge ou qu'on soulève un objet lourd multiplie par trois le risque de se faire mal au dos. Le fait d'être distrait au moment d'un effort physique augmente de 25% le risque d'être frappé par une douleur au dos. Pire, se tenir dans une mauvaise position multiplie le risque par huit. Pratiquer une activité sportive modérée ou intense augmente le risque par trois. En revanche, faire l'amour ou boire de l'alcool n'augmente pas le risque d'être victime d'une douleur au dos subite. Selon le professeur Manuela Ferreira, du George Institute for Global Health and Syndney Medical School, qui a mené les recherches, environ 40% des entorses et des élongations ont lieu entre 8h et 11h du matin. Mais pourquoi serions-nous plus susceptible de nous faire mal au dos le matin? Réponse : "Les disques lombaires gonflent sous l'effet du liquide rachidien pendant la nuit, ce qui les rend plus susceptibles de se contracter quand on porte quelque chose de lourd", explique-t-elle. "Les résultats de cette étude sont uniques, ils montrent pour la première fois que même une brève exposition à des facteurs physiques ou psychologiques pouvait considérablement augmenter le mal de dos", se réjouit la chercheuse. "Le message clé, c'est qu'il faut être prudent quand on soulève un objet lourd. Même si cela ne dure pas longtemps, le fait de se tenir dans une mauvaise position ou d'être distrait pendant l'effort peut déclencher une douleur dans le bas du dos." Lu sur le Daily Mail (atlantico.fr/) Mal de dos : une bactérie serait la responsable, ces souffrances pourraient être soignées par antibiotiques Une étude danoise a montré que la bactérie P. acnes était présente dans plus d'un tiers des cas de lombalgies chroniques avec hernie discale Voici une bonne nouvelle pour les très nombreux français qui souffrent de mal de dos... Ces souffrances pourraient être dues à une bactérie, le Propionibacterium acnes (P. acnes). Une étude danoise révèle que cette bactérie serait présente dans plus d'un tiers des cas de lombalgie chronique avec hernie discale. Les douleurs pourraient donc être traitées avec des antibiotiques, explique mardi Le Figaro. L'étude a été menée auprès de 61 patients qui allaient subir une intervention chirurgicale pour une hernie discale. Ces derniers souffraient surtout de douleurs lombaires depuis plus de six mois et l'examen IRM de leur colonne vertébrale montrait un aspect caractéristique que les radiologues appellent Modic 1. Dans quatre cas sur dix, la biopsie a révélé la présence du germe P. acnes, une bactérie très courante sur la peau humaine - notamment en cas d'acné -, mais qui vient parfois, étonnamment, se loger dans la colonne vertébrale. Et qui dit bactérie, dit antibiotique. Et ça marche! Les chercheurs danois ont donné à leurs patients de l'amoxicilline et de l'acide clavulanique. Résultat : les douleurs sont moins fréquentes et moins fortes. Après un an de traitement, seuls 19 % des patients souffrent encore. (atlantico.fr) Vitamine D : qu'est-ce qu'on risque si on est carencée? On sait combien la vitamine D est précieuse pour la bonne santé de nos os. Mais de nombreuses études récentes nous apprennent qu'une carence en vitamine D peut avoir bien d'autres conséquences sur notre santé. H O R O S C O P E BELIER Une décision à deux fera avancer vos projets d avenir. L I O N Vous serez prêt à jouer un rôle qui n était pas le vôtre auparavant. 20 avril - 20 mai 22 aout - 21 sept. TAUREAU Soyez intraitable lors d une négociation, mais tout en restant courtois mai - 21 juin V I E R G E Journée idéale pour propose aux enfants une expérience inédite. Soyez actif dans leur développement. 22 sept oct. Une carence augmente le risque de dépression Selon une étude publiée dans le British Journal of psychiatry, les personnes qui ont un faible taux de vitamine D dans le sang sont deux fois plus susceptibles de souffrir de dépression que celles qui ont un taux plus élevé. La raison se trouve dans l'hippocampe, cette petite zone du cerveau impliquée dans la régulation de l'humeur. L'hippocampe possède des récepteurs de vitamine D. Une carence l'empêcherait donc de fonctionner normalement et augmenterait le risque de dépression. Une carence augmente le risque d'hypertension Selon une étude britannique, une carence en vitamine D expliquerait pourquoi certaines femmes souffrent d'hypertension artérielle, un des risques majeurs de maladie cardiovasculaire. Mieux, pour ces femmes, il semblerait qu'une supplémentation en vitamine D, leur permettrait de se passer de médicaments antihypertenseurs. Une carence augmente le risque de cancer Selon une étude de l'inserm, le risque de cancer du sein baisserait de 25% pour les femmes ayant un niveau de concentration sérique de vitamine D élevé. Selon les chercheurs associés à l'institut Gustave Roussy, les femmes avec les taux de vitamine D les plus élevés (à savoir plus de 27 µg/l) auraient un risque de cancer du sein divisé par quatre par rapport aux femmes ayant les taux de vitamine D les plus faibles (inférieurs à 20 µg/l). Chez les hommes, une carence en vitamine D augmente le risque de cancer du côlon. Selon les chercheurs de l'imperial collège de Londres, les hommes ayant un important taux de vitamine D dans leur sang auraient quasiment deux fois moins de risques de développer un cancer de l'intestin que ceux ayant un taux moins élevé. En outre, les hommes qui ont un taux de vitamine D plus élevé affichent aussi un taux de testostérone plus élevé. A bon entendeur... (Topsanté) ETUDE DE MAÎTRE ADAMOU HAROUNA DAOUDA NOTAIRE À LA RESIDENCE DE NIAMEY AVIS DE PERTE Maître ADAMOU HAROUNA Daouda, Notaire à la résidence de Niamey a reçu ce jour 10 Décembre 2014 Monsieur ALKASSOUM SALEY YARO, demeurant à Niamey lequel déclare avoir égaré l'acte de Cession d'immeuble non bâti, objet de la parcelle A de l'îlot 1790 du lotissement GRANDE PRIERE au nom de Monsieur SALEY YARO. Toute personne qui l'aurait retrouvé, est priée de bien vouloir le déposer à l'etude Notariale sise à Niamey, Boulevard ASKIA Mohamed BP: Niamey-Niger, TEL/FAX: (00227) Pour Avis Me ADAMOU HAROUNA DAOUDA GEMEAUX On vous demande votre avis au travail, signe évident qu il compte pour quelque chose. Continuez d être ainsi actif. S A G I T T A I R E CAPRICORNE V E R S E A U P O I S S O N S Vous avez un grand potentiel Faites preuve de diplomatie. et saurez l ex- ploiter à fond. Ne révélez pas vos intentions au départ. 22 juin - 22 juillet B A L A N C E Montrez que vous êtes indispensable. Soyez actif et présent sur tous les fronts. 22 oct nov. C A N C E R Ambiance sportive en prévision. Donnez-vous à fond! S C O R P I O N Testez votre pouvoir de séduction. Vous avez encore des ressources! 22 dec janvier Demandez un coup de main à vos amis. Vous pourrez ainsi différencier les faux des vrais! 21 janv, - 18 fevrier 19 fev mars Ne refusez pas votre aide à quelqu un qui vous la demande. Donnez un exemple de solidarité. PHARMACIES DE GARDE Du Samedi 7 au Samedi 14 Février 2015 Pharmacie du 3 Août Avenir El Nasr Temple Arewa Arènes Carrefour 6 ème Imam Malick Lahia Deyzeibon Recasement Cité Chinoise Sira BCEAO Lazaret Route Torodi Populaire Maourey Pop. Hôpital (sauf les dimanches) NUMEROS UTILES Renseignements : 12 Réclamations: 13 SAMU: 15 Police Secours: 17 Sapeurs Pompiers : 18 Hôpital : Médecins de nuit:

20 20 A cette occasion, le public a eu droit à un défilé riche en couleurs des différentes délégations. Dans le discours d ouverture qu il a prononcé à cette circonstance, le gouverneur de la région de Dosso M. Abdoulaye Issa a situé toute l importance de la lutte traditionnelle, puissant facteur de rapprochement des peuples et de cohésion sociale d où l intérêt particulier que les autorités de la 7 ème République au premier rang desquelles le président de la république Issoufou Mahamadou accordent à la promotion de la lutte traditionnelle dans la mise en œuvre de son programme de renaissance du Niger. C est ainsi que dans le cadre de Dosso Sogha a indiqué le gouverneur, la région de Dosso a bénéficié d importantes réalisations au nombre desquelles, la rénovation du stade régional qui peut aujourd hui accueillir toutes les grandes manifestations sportives tant nationales qu internationales, la rénovation et la construction des terrains annexes du terrain rouge, la construction de l hippodrome pour les courses hippiques, la réfection de l arène de lutte Salma Dan Rani qui nous offre un joyau unique en son genre en Afrique de l Ouest. La région de Dosso, a dit en substance M. Abdoulaye Issa, est citée parmi celles ayant enregistré d importantes performances dans le cadre de la lutte traditionnelle au Niger en témoignent ces résultats honorables à la 35 ème édition du sabre national de Diffa. La région de Dosso a-t-il indiqué, est classée 2 ème dans le classement par équipe et conserve le titre de vice-champion national 2014 et a remporté la coupe Balla Harouna récemment disputée à Zinder. Ces résultats a souligné le gouverneur de Dosso sont le fruit de l effort de toute la région de Dosso. M. Abdoulaye Issa a saisi l occasion pour présenter sa gratitude à tous ceux qui ont contribué à la victoire éclatante de la région. Il devait ensuite demander une fois de plus le soutien de la population pour mettre les lutteurs dans les conditions optimales leur permettant d obtenir des résultats satisfaisants à la 36 ème édition du sabre national qui aura lieu à Agadez du E SPORTS Eliminatoires régionales de lutte traditionnelle de Dosso A la recherche de dignes représentants à la 36 ème édition du sabre national Les éliminatoires régionales de lutte traditionnelle de Dosso ont débuté, samedi dernier, dans la somptueuse arène de lutte Salma Dan Rani. Les lutteurs venus des différents départements vont rivaliser pendant dix jours dans la ferveur d esprit pour sélectionner ses dignes ambassadeurs à la 36 ème édition du sabre national qui aura lieu à Agadez. La cérémonie d ouverture de ces éliminatoires a été présidée par le gouverneur de la région de Dosso, M. Abdoulaye Issa, en présence des Secrétaires généraux de la région, des préfets des départements de la région, des maires des communes, des cadres régionaux et départementaux ainsi que de nombreux invités. 13 au 22 mars Le gouverneur de Dosso a invité l ensemble des acteurs à mieux œuvrer pour la réussite de l évènement. A l endroit des lutteurs, M. Abdoulaye Issa, leur a demandé d être n ouvrant les travaux de l assemblée générale extraordinaire, le représentant du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mahaman Hadi Gonda, a indiqué que cette rencontre permettra aux membres de la FENIVOLLEY de procéder à un toilettage des textes de l association. «Nous osons espérer qu au sortir de cette assemblée générale statutaire, que les textes que vous allez librement élaborer se conformeront aux statuts que mon département ministériel a tout récemment adopté, et que la pertinence des dispositions de ces textes réglementaires statutaires participeront à la grandeur du volleyball dans notre pays» a ajouté le représentant du ministre en charge des Sports. Il a rappelé que cette assemblée générale extraordinaire qui se tient en prélude à l assemblée générale élective de la FENIVOLLEY, va permettre à l association de se doter de textes réglementaires qui sont à même de permettre la mise en place du bureau de la fédération. M. Mahaman Hadi Gonda a enfin souhaité un plein succès aux travaux de l assemblée générale extraordinaire. fairplay, d accepter les résultats issus des différents combats. A l adresse des juges et arbitres, de faire preuve de professionnalisme, d impartialité et de dépassement de soi. Quant au président de la FENIVOLLEY, M. Issouf Badr, il a indiqué que le bureau de la FENIVOLLEY est conscient de l ampleur de la tâche qui l attend. «Mais je suis convaincu que nous allons conjuguer nos efforts afin que notre association sportive puisse être dotée des textes réglementaires à la hauteur des attentes des acteurs du volleyball nigérien» a-t-il Aux responsables, de sélectionner les meilleurs lutteurs, rien que les meilleurs afin d obtenir des athlètes capables de représenter dignement la région de Dosso. Le Gouverneur de Dosso n a pas manqué d adresser ses sincères remerciements à toutes les bonnes volontés qui ont contribué à la réussite de l évènement. Auparavant, le préfet du département de Dosso, Elhadj Issoufou Garba, s est réjoui du choix du département pour abriter les éliminatoires régionales de lutte traditionnelle de cette année. Après une présentation de son entité administrative, le préfet de Dosso s est appesanti sur les efforts consentis par les autorités de la 7 ème République à l occasion de la fête tournante du 18 décembre Le préfet de Dosso a invité les lutteurs à faire preuve de détermination et fairplay durant ces éliminatoires afin d sélectionner des lutteurs capables de représenter dignement la région au rendez-vous d Agadez et gagner le 3ème sabre national. Mahamane Amadou ONEP Dosso Assemblée générale extraordinaire de la Fédération Nigérienne de Volleyball (FENIVOLLEY) La FENIVOLLEY procède au toilettage de ses textes La Fédération Nigérienne de Volleyball, a tenu samedi dernier dans les locaux de l Académie des Arts Martiaux de Niamey, les travaux de son assemblée générale extraordinaire. A cette occasion les délégués des ligues des huit régions et les membres du bureau exécutif de la FENIVOLLEY ont doté leur association des textes réglementaires à la hauteur des attentes des acteurs du volleyball nigérien. Cette assemblée générale intervient à quelques semaines de l Assemblée générale élective de la FENIVOLLEY qui se déroulera le 21 février prochain à Tillaberi. L ouverture de cette assemblée générale extraordinaire a enregistré la présence de la directrice du Sport de Haut Niveau, Mme Jacques Adandogo Antou Goukoye, des Conseillers du ministre de la Jeunesse et des Sports, des représentants du Comité Olympique et Sportif du Niger (COSNI), et ceux des fédérations sœurs. Objectif, remporter le 3 ème sabre national de la région DR La table de séance à l ouferture de l AG ajouté. M. Issouf Badr a rappelé les dispositions du décret 2014/301/PRN MJS du 25 avril 2014, portant approbation des statuts types de la Fédération sportive nationale, avant de souhaiter un plein succès aux travaux de l assemblée générale extraordinaire. Oumarou Moussa DR LE SAHEL Place du Petit Marché ; BP Niamey (R. Niger) Tél : /87 ; Télécopieur : Site web : Directeur de Publication MAHAMADOU ADAMOU Direction de la Rédaction et des Centres Régionaux (DR/CR) Directeur : Assane Soumana ; Rédacteur en chef: Idé Fatouma Rédacteur en chef Adjt: Siradji Sanda Secrétaire de Rédaction: Oumarou Ali Direction Technique (DT) Directeur: Issa Madougou ; Réd. en chef informatique: M. S. Abandé Moctar Réd. chef informatique adjt: Inoussa Oumarou Direction Commerciale (DC) Directeur: Morou Hamadou Chef service Communiqué et Pub : Alhassane Assilila Direction Administrative et Financière (DAF) Directeur: M. Ibrahim Garba Mahamane Chef service Recouvrement: Mme Ado Haoua Hachimou Composition : ONEP Tirage : 5000 exemplaires MOTS C R O I S E S du H O R I Z O N T A L E M E N T V 1. Elle change avec les constitutions ; E R 2. Vitesse Gouffres; T 3. Etat d Afrique de l Ouest; I 4. Ils finissent par peser Dans les coutumes; C 5. Clé informatique Question de test; A 6. Parafera; L E 7. Epoux de Fatima Préposition ; M 8. Offense du temps Passion des bédéphiles Piquets; E 9. Cheville sur le green Syndicat de journalistes; N 10. Infinitif Habitant hypothétique de la planète rouge. T Ville du Maroc Chaîne de télévision européenne; 2. Préposition Faire fléchir; 3. Ventru Poisson rouge; 4. Canton Suisse Sigle nazi; 5. Peuple noir d Egypte et du Soudan Possessif; 6. Mesure de Chine Poisson appelé loup de mer; 7. Impôt Qui n a fait l objet d aucune publication; 8. Paris des cours hippiques Négation; 9. Guère en montant Infinitif Ville du Nigéria; 10. Evaluation. Solution du numéro précédent B O U B O U H A M A A A A A A N N A B A A E N N A A R I A E A V A S A E A A R E V E A E T A I E I A V I S A A I U M E X A C T E M E N T I R A R E L G Z A O I S O L E E R T S A T R A C E L F R I M S M

CONDITIONS DE PARTICIPATION

CONDITIONS DE PARTICIPATION Document officiel à compléter par le pouvoir adjudicateur (C 02) AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Fourniture du mobilier Lieu(x) d exécution : Cameroun ( Afrique centrale) 1. Référence de publication EuropeAid/131692/D/SUP/CM

Plus en détail

Document public officiel à compléter par le pouvoir adjudicateur

Document public officiel à compléter par le pouvoir adjudicateur Document public officiel à compléter par le pouvoir adjudicateur AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Renforcement des Postes de Transport HT de Zagtouli, Ouaga I et Ouaga II en vue du Raccordement de la Centrale

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ Document officiel à compléter par le pouvoir adjudicateur (C 02) AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Acquisition de matériel informatique et bureautique, mobilier de bureau et rayonnage au profit de l Ecole

Plus en détail

------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL -------------------

------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- Unité Travail Progrès ------------- DISCOURS

Plus en détail

CENTRE EUROPEEN D APPUI AUX ELECTIONS

CENTRE EUROPEEN D APPUI AUX ELECTIONS CENTRE EUROPEEN D APPUI AUX ELECTIONS AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Fourniture d Equipements Electriques et Informatiques Pour les Elections au Burkina Faso Lieu d exécution Ouagadougou au Burkina Faso

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Projet Appui Institutionnel au MTPTC Delmas, HAITI 1. Référence de publication: FED/2013/135-142 2. Procédure Appel d'offres ouvert local 3. Programme Programme d'appui à

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Et DE SERVICES SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Et DE SERVICES SPÉCIFICATIONS DU MARCHÉ AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Et DE SERVICES Etude et Mise en place d une plateforme de Communication Unifiée pour les Organes de l UEMOA Lieux d exécution : Etats Membres de l UEMOA, Bruxelles et Genève.

Plus en détail

NEWSLETTER I.A.D.L (BULLETIN D INFORMATIONS TRIMESTRIEL) SEPTEMBRE 2014

NEWSLETTER I.A.D.L (BULLETIN D INFORMATIONS TRIMESTRIEL) SEPTEMBRE 2014 NEWSLETTER I.A.D.L (BULLETIN D INFORMATIONS TRIMESTRIEL) SEPTEMBRE 2014 Fondé en 2011, sous les cendres du Cabinet-Conseil PRACTIDEV-CONSULT qui avait déjà totalisé 20 ans d existence, L institut Africain

Plus en détail

SEGMENT DES EXPERTS PRELUDE A LA CONFERENCE DES MINISTRES DE LA CEEAC SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE CENTRALE RAPPORT DES TRAVAUX DES EXPERTS

SEGMENT DES EXPERTS PRELUDE A LA CONFERENCE DES MINISTRES DE LA CEEAC SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE CENTRALE RAPPORT DES TRAVAUX DES EXPERTS SEGMENT DES EXPERTS PRELUDE A LA CONFERENCE DES MINISTRES DE LA CEEAC SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE CENTRALE RAPPORT DES TRAVAUX DES EXPERTS Brazzaville, Palais des congrès / Ministère des Affaires Etrangères

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 05 DÉCEMBRE 2014

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 05 DÉCEMBRE 2014 COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 05 DÉCEMBRE 2014 Le Conseil des Ministres s est réuni ce jour vendredi 05 décembre 2014, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Discours d ouverture de Monsieur Khadim GUEYE, Ministre de l Agriculture du Sénégal Dakar, le 09 Novembre 2011

Plus en détail

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A CANDIDATURE Recrutement de Consultants

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP

RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP RAPPORT DE LA MISSION REALISEE AU NIGER DANS LE CADRE DU GAFSP Mission menée par M. Djibo Bagna, PCA du ROPPA et membre du Comité de pilotage du GAFSP Du 08 au 11 septembre 2012 1 PLAN DU RAPPORT ABREVIATIONS...

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- Unité Travail Progrès ------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT

Plus en détail

Programme de développement agricole dans les districts de Kwilu et Kwango (Bandundu) - PRODAKK

Programme de développement agricole dans les districts de Kwilu et Kwango (Bandundu) - PRODAKK AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES MARCHE FOURNITURE D UN CAMION 4X4 D UNE CHARGE UTILE DE 8 A 14 TONNES (lot 1) ET/OU D UN TRACTEUR 80CV AVEC CHARRUE ET HERSE (LOT 2) Kinshasa RDC 1. Référence de publication

Plus en détail

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Dakar, le 12 mai 2010 Dans le cadre des

Plus en détail

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI DOSSIER DE PRÉSENTATION MERCREDI 10 AVRIL 2013 MONTREUIL Salle des fêtes Mairie de Montreuil LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI www.diplomatie.gouv.fr 1/7 PRÉSENTATION DE L ÉVÉNEMENT

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT TRAITE PORTANT CREATION DU PARLEMENT DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE PREAMBULE

Plus en détail

VŒUX 2007 DE SON EXCELLENCE MONSIEUR SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA AUX PERSONNELS DES ORGANES DE L UNION

VŒUX 2007 DE SON EXCELLENCE MONSIEUR SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA AUX PERSONNELS DES ORGANES DE L UNION VŒUX 2007 DE SON EXCELLENCE MONSIEUR SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA AUX PERSONNELS DES ORGANES DE L UNION Siège de la Commission le 10 janvier 2007 Monsieur le Président de la Cour

Plus en détail

B.P.: 3243, Addis Abéba, Ethiopie, Tél.:(251-11) 551 38 22 Télécopie: (251-11) 551 93 21 Courriel: situationroom@africa-union.

B.P.: 3243, Addis Abéba, Ethiopie, Tél.:(251-11) 551 38 22 Télécopie: (251-11) 551 93 21 Courriel: situationroom@africa-union. AFRICAN UNION UNION AFRICAINE 1 ÈRE RÉUNION DES CHEFS D ÉTAT-MAJOR ET DES MINISTRES DE LA DÉFENSE DES PAYS DE LA RÉGION SAHÉLO-SAHARIENNE BAMAKO, MALI 4 SEPTEMBRE 2015 UNIÃO AFRICANA B.P.: 3243, Addis

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES Assistance Technique pour la mise en œuvre du Programme d'appui à la Réforme des Finances Publiques Composante institutionnelle République de Guinée 1. Référence de la publication

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEEE DES INVESTISSIEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ NIGER

INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEEE DES INVESTISSIEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ NIGER INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEEE DES INVESTISSIEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ NIGER COMMUNIQUÉ FINAL Niamey, le 28 février 2015 Dans le cadre de la tournée des

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

1. Référence de publication. 2. Procédure. 3. Intitulé du Programme. 4. Financement

1. Référence de publication. 2. Procédure. 3. Intitulé du Programme. 4. Financement MINISTERE DE L ECONOMIE, DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS ET DE LA PROSPECTIVE ----------------- CABINET DU MINISTRE ---------------- CELLULE D APPUI A L ORDONNATEUR NATIONAL DU FED N /MEPIP/CAB/CAON/SDEV

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES

AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES 1. Référence de publication EuropAid/124074/D/SUP/DZ 2. Procédure Ouverte internationale 3. Programme MEDA 4. Financement AVIS DE MARCHÉ DE FOURNITURES Modernisation des systèmes d information ALGERIE

Plus en détail

Rapport de synthèse de l atelier sur l Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de l Installation des Réfugiés Maliens dans les provinces du

Rapport de synthèse de l atelier sur l Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de l Installation des Réfugiés Maliens dans les provinces du Rapport de synthèse de l atelier sur l Evaluation Environnementale Stratégique (EES) de l Installation des Réfugiés Maliens dans les provinces du Soum, du Séno et de l Oudalan et de Réflexion sur la gestion

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 Le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo ABE, a effectué une visite en République

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail

22eme Conférence Régionale Afrique

22eme Conférence Régionale Afrique Discours d ouverture Par Mme. Mireille BALLESTRAZZI Présidente d INTERPOL 22eme Conférence Régionale Afrique 10 septembre 2013 Oran, Algerie Monsieur le Général-Major, Directeur général de la Sureté Nationale

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE TRAVAUX. Pool Ouest PROVINCES DU KASAI ORIENTAL ET OCCIDENTAL REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

AVIS DE MARCHÉ DE TRAVAUX. Pool Ouest PROVINCES DU KASAI ORIENTAL ET OCCIDENTAL REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO AVIS DE MARCHÉ DE TRAVAUX Construction et réhabilitation des infrastructures sanitaires dans les provinces du Kasaï oriental et occidental en République démocratique du Congo Pool Ouest PROVINCES DU KASAI

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation SECRETARIAT EXECUTIF / EXECUTIVE SECRETARIAT BP 958 RP Dakar, Sénégal 54, Cité Lobatt Fall, Pikine Tel/Fax: (221) 33 854 98 13 adepa-wadaf@contact.org cbakundakwita@yahoo.fr Dossier de présentation COLLOQUE

Plus en détail

Mars 2014. Flux transfrontaliers de produits agricoles et d élevage en Afrique de l ouest SECRETARIAT EXECUTIF

Mars 2014. Flux transfrontaliers de produits agricoles et d élevage en Afrique de l ouest SECRETARIAT EXECUTIF COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL Mars 2014 PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF Flux transfrontaliers de produits

Plus en détail

NOUS CITOYENS STATUTS CONSTITUTIFS

NOUS CITOYENS STATUTS CONSTITUTIFS STATUTS CONSTITUTIFS L an deux mille treize, Le 11 juillet, A Paris, - Monsieur Arnould BACOT, né le 20 juin 1952 à Paris (16 ème) ; - Monsieur Christian NOUEL, né le 26 avril 1956 à Boulogne (92100) ;

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES TOGOLAIS EN «LECTURE ET EXAMEN DE PROJET DE LOI DE FINANCE» RAPPORT

ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES TOGOLAIS EN «LECTURE ET EXAMEN DE PROJET DE LOI DE FINANCE» RAPPORT ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES TOGOLAIS EN «LECTURE ET EXAMEN DE PROJET DE LOI DE FINANCE» RAPPORT Les 25 et 26 novembre 2013 Salle Plénière de l Assemblée

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt Recrutement d

Plus en détail

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA

30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS (APPA) 30 ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE L APPA CEREMONIE D OUVERTURE SOLENNELLE DES TRAVAUX Discours de Son excellence ETIENNE DIEUDONNE

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Rapport de la délégation des Etats-Unis d Amérique à la. Tenue à Niamey du 02 au 05 Aout 2012 et placée sous le. thème :

Rapport de la délégation des Etats-Unis d Amérique à la. Tenue à Niamey du 02 au 05 Aout 2012 et placée sous le. thème : Rapport de la délégation des Etats-Unis d Amérique à la première Edition du Forum de la Diaspora Nigérienne, Tenue à Niamey du 02 au 05 Aout 2012 et placée sous le thème : «Mobilisation et Implication

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

CEREMONIE D INAUGURATION DE L HOPITAL SOMINE DOLO DE MOPTI

CEREMONIE D INAUGURATION DE L HOPITAL SOMINE DOLO DE MOPTI CEREMONIE D INAUGURATION DE L HOPITAL SOMINE DOLO DE MOPTI Discours de Monsieur Ousmane KONE Ministre de la Santé et de l Hygiène Publique ******************************************** Mardi 18 mars 2014

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

27-28 Janvier 2011, Casablanca - Royaume du Maroc

27-28 Janvier 2011, Casablanca - Royaume du Maroc Rapport de la Réunion préparatoire de la Conférence des Bailleurs de Fonds pour le Financement du Projet Régional de Développement durable du Tourisme dans un Réseau de Parcs et Aires Protégées Transfrontaliers

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013 République du Bénin ---------- Assemblée Nationale ---------- Sixième Législature ---------- DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE Possotomé,

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES ****

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MACKY SALL, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport

Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport Présenté par M. Louis Vlavonou (Bénin) Rapporteur Kinshasa (République démocratique du Congo) 5-8 juillet 2011 Mesdames, Messieurs, Mes

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL.

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL. COMMISSION DE L UNION AFRICAINE REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TABLE RONDE DES

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- DIX-SEPTIEME SESSION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES GENEVE, LE 10 JUIN 2011 COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique NOTE DE SYNTHÈSE POUR LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE 2013 L INTÉGRATION RÉGIONALE EN AFRIQUE 28-30 octobre 2013 JOHANNESBOURG, AFRIQUE DU SUD Groupe de la Banque africaine de développement Commission

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES

AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES AVIS DE MARCHÉ DE SERVICES Assistance Technique au Programme d Appui à la Réforme du Secteur de la Sécurité 1. Référence de la publication N EuropeAid/135235/IH/SER/GN 2. Procédure Restreinte 3. Programme

Plus en détail

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures DISCOURS DE S.E. BAUDELAIRE NDONG ELLA PRESIDENT DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, Je suis honoré

Plus en détail

CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME MAJEUR GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME MAJEUR GESTION DES RESSOURCES NATURELLES COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME MAJEUR GESTION DES RESSOURCES

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

L EXPERIENCE DU FEICOM EN MATIERE DE FINANCEMENT DES PROJETS COMMUNAUX

L EXPERIENCE DU FEICOM EN MATIERE DE FINANCEMENT DES PROJETS COMMUNAUX RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail - Patrie REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work - Fatherland Yaoundé, le 22 mai 2008 DIRECTION GENERALE L EXPERIENCE DU FEICOM EN MATIERE DE FINANCEMENT DES PROJETS COMMUNAUX

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

AVIS DE MARCHÉ N 004/AMT/ASS/2015

AVIS DE MARCHÉ N 004/AMT/ASS/2015 ASSOCIATION BANANIERE DU CAMEROUN AVIS DE MARCHÉ N 004/AMT/ASS/2015 FOURNITURE ET INSTALLATION DES RACKS DE STOCKAGE ET DES EQUIPEMENTS ELECTRIQUES AU TERMINAL MIXTE FRUITIER DU PORT AUTONOME DE DOUALA

Plus en détail

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR»

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR» Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Le projet Centres

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE RAPPORT DE RÉUNION Réunion des Organes et Institutions Spécialisées de la CEMAC consacrée à l élaboration des fiches-projets, cadres logiques et stratégies de promotion du Programme Économique Régional

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

COMMUNIQUE FINAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DU REJEFAC

COMMUNIQUE FINAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DU REJEFAC COMMUNIQUE FINAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DU REJEFAC Douala, Cameroun du 03 au 04 mars 2013 Sur convocation de la Coordinatrice régionale, la deuxième assemblée extraordinaire du Réseau des Jeunes pour

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU COMITE SOUS-REGIONAL DE PILOTAGE DU PROGRAMME MIKE AFRIQUE CENTRALE N DJAMENA, 24-25 AVRIL 2007 INTRODUCTION Il s est tenu à N Djamena du 24 au 25 avril 2007, la 3 ème réunion

Plus en détail

MANIFESTATION D INTERET N 003/ARMP/2015

MANIFESTATION D INTERET N 003/ARMP/2015 REPUBLIQUE DU NIGER ----------------------------------- Fraternité Travail Progrès MANIFESTATION D INTERET N 003/ARMP/2015 POUR LA REALISATION DE L AUDIT DES MARCHES PUBLICS ET DES DELEGATIONS DE SERVICE

Plus en détail

RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE

RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Sous le Haut-patronage de Son Excellence Monsieur Daniel KABLAN DUNCAN, Premier Ministre de la République de Côte d Ivoire, s est

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CEP/2015/L.1 Conseil économique et social Distr. limitée 18 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif.

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif. PROJET DE LOI adopté i 13 décembre 1963. N 40 SÉNAT 1 " SESSION ORDINAIRE DE 1963-1964 PROJET DE LOI portant réorganisation du Conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon DISCOURS Prononcé par son Excellence Monsieur Jean Claude BOUYOBART Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

Plus en détail

FEDERATION DES VERTS D AFRIQUE (FeVA) FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS DE LA REGION DE L AFRIQUE (FéPEV-RAO) RAPPORT GENERAL

FEDERATION DES VERTS D AFRIQUE (FeVA) FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS DE LA REGION DE L AFRIQUE (FéPEV-RAO) RAPPORT GENERAL FEDERATION DES VERTS D AFRIQUE (FeVA). FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS DE LA REGION DE L AFRIQUE (FéPEV-RAO) RAPPORT GENERAL FORMATION DE LA FEDERATION DES PARTIS ECOLOGISTES ET VERTS REGION

Plus en détail

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne Réflexion sur les problématiques de l hydraulique pastorale Exemple de la Commune rurale d Aderbissanat au Niger ONG Tidène (Niger) Association Les Puits Du Désert (France) Régie des Eaux de Grenoble (France)

Plus en détail