Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales"

Transcription

1 Ces diplômes se préparent en 2 ans dans un lycée (Section de Technicien Supérieur) ou université (Institut Universitaire de Technologie) et la formation alterne cours théoriques, pratiques et stages de terrain. La sélection se fait sur dossier scolaire (bulletins scolaires de 1ère et terminale) et entretien (pour certains DUT). BTS ESF Économie Sociale et Familiale Possibilité de préparer le DE CESF, conseillère ESF en 1 an après le BTS DUT Carrières Sociales avec 5 options professionnelles possibles BTS SP3S Service et Prestation des Secteurs Sanitaire et Social Assistance sociale BTS Ésthétique-cosmétique BTS Hygiène propreté environnement Trois autres BTS nécessitent un très bon niveau scientifique et peuvent être accessibles à de brillants bacheliers ST2S ou après 1 an de remise à niveau scientifique : BTS Imagerie médicale et radiologie thérapeutique BTS Diététique BTS ABM Analyses de Biologie Médicales CONCOURS Concours d entrée dans des écoles souvent sélectifs. Des classes préparatoires aux concours sont souvent nécessaires. Avec le bac Durée des études 3 ans Infirmier (IFSI) Assistant de service social Éducateur spécialisé Éducateur de jeunes enfants Animation sociale et socio-culturelle Éducation spécialisée Gestion urbaine Services à la personne 1 an supplémentaire permet d acquérir le DE d assistante de service social, d'éducateur spécialisé ou de conseiller ESF. Cet ouvrage consommable et détachable est destiné à l entraînement de l élève, en vue de la préparation du bac dès la classe de première. Il s appuie sur le programme pour en ressortir l essentiel via des synthèses et des schémas diagnostics. Points forts Plusieurs exercices de niveaux de synthèse et d analyse différents du plus simple au plus complexe. Des documents concis actualisés et actualisables pour viser un savoir précis en lien avec des documents variés. De nombreux schémas de synthèse, des définitions, des tableaux qui permettent d établir le lien entre une observation ou une étude et les moyens déployés pour l obtenir. ÉTUDES UNIVERSITAIRES Réservées aux bacheliers brilliants et autonomes, même si l admission se fait sans sélection. Licences Des outils qui accompagnent l élève dans sa formation de manière générale ainsi qu une aide précieuse en vue de l épreuve anticipée. Une préparation au baccalauréat dès la classe de première. Un planning d avancement de révision avec trois options de niveau d acquisition pour tenir à jour son évolution vers la réussite. Sciences sanitaires et sociales Psychologie Sociologie STAPS Sans le bac Durée des études 1 an... Chez le même éditeur Aide-soignant Auxiliaire de puériculture Moniteur-éducateur Quelques autres pistes avec ou sans le bac : Technicien de l intervention sociale et familiale (DETISF) Animateur (BAFA) Éducateur sportif (BEES) Médiateur familial (DE) Préparateur en pharmacie (BP par apprentissage) Assistant médical Secrétaire médico-sociale Auxiliaire spécialisé vétérinaire Ambulancier (DE) Auxiliaire de vie sociale (AVS) Aide médico-psychologique (AMP)... DE = Diplôme d État _CV_Sciences_Technologie_Sanitaires_Sociales_1er_STSS_eleve.indd 1-5 MURIEL JEDYNAK JEAN-FRANçOIS BRILLANT OLIVIER SAINTE-CLAIRE DUT BTS Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales APRèS UN BAC ST2S Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales Muriel Jedynak JEAN-fRAnçois brillant olivier sainte-claire ISBN : /03/14 09:00

2

3 Sciences et Techniques Sanitaires et Sociales MURIEL JEDYNAK JEAN-FRANÇOIS BRILLANT OLIVIER SAINTE-CLAIRE

4

5 Avant-propos Cette pochette de sciences et techniques sanitaires et sociales s organise autour de pôles qui couvrent le programme du cycle terminal (classes de Première et de Terminale). Elle concerne le programme de Première. Un tome unique, concis, dont l objectif est de préparer l élève dès la classe de Première à l épreuve écrite de sciences et techniques sanitaires et sociales, d une durée de 3 heures et de coefficient 7. Chaque chapitre, à travers un questionnement, place l élève en situation d investigation. Des objectifs délimitent l analyse et la réflexion sur un sujet donné, avec une ouverture transversale. L élève s entraîne à manier la terminologie de la santé et du social. L élève maîtrise ses acquis à travers des documents pertinents, en adéquation avec les objectifs fixés par le référentiel et sur lesquels portent l épreuve. L essentiel des connaissances pour chaque chapitre est présenté sous la forme d une synthèse textuelle ou de schémas. Des fiches méthodes construites en deux parties, théorique et pratique, permettent une application directe du savoir-faire à consolider ou maîtriser. Des outils pour les activités interdisciplinaires (AI), l épreuve anticipée du baccalauréat Des aides multiples : des s d examen (de sujets type bac), le vocabulaire des concepts (incontournable pour aborder les connaissances), un tableau d avancement de révision, les verbes des consignes pour évaluer et déchiffrer les attentes du jury aussi bien à l écrit qu à l oral, des sigles à exploiter lors des prises de notes. Ces aides complémentaires favorisent l entraînement et la maîtrise des connaissances, à exploiter en classe de terminale et lors d une poursuite d études dans le supérieur. Tout dans cet ouvrage permet à l élève d être confiant et de prendre en charge sa réussite.

6 1 Sommaire Pôle thématique 1 État de santé et de bien-être social Qu est-ce que la santé? Qu est-ce que le bien-être social? 1 De la santé des individus à la santé de la population Le processus de socialisation et lien entre socialisation et insertion sociale Influence des normes sociales sur la santé et le bien-être social Comment apprécier l état de santé et de bien-être social 4 La diversité des indicateurs pour apprécier l état de santé et de bien-être social Intérêt et relativité des indicateurs Les inégalités de santé Quels sont les principaux déterminants de santé et de bien-être social? 7 Les déterminants à la santé Les déterminants sociaux de la santé Comment émergent les problèmes de santé et les problèmes sociaux? 9 Notions de risque en santé publique, de crise sanitaire, de problème de santé Reconnaissance des problèmes de santé par la collectivité Inégalités sociales, situations de précarité, processus d exclusion Reconnaissance des problèmes sociaux par la collectivité Protection sociale Quelle protection sociale pour garantir les individus contre les risques sociaux? 13 Des droits sociaux aux droits fondamentaux La notion de risque social Les fondements du système français de protection sociale Le système de protection sociale en France : une pluralité de dispositifs Le régime général de la Sécurité sociale L organisation administrative et financière de l assurance maladie du régime général Les prestations de l assurance maladie du régime général La protection maladie complémentaire

7

8 Présentation L ouvrage se compose de 4 parties dont le traitement se prolonge tout au long du cycle terminal sur les deux ans. Fiche méthode. Application courte et directe de thème développé. Questionnement pour cadrer le travail. Objectifs. Avant d aller plus loin. Une synthèse de cours en texte ou en schéma pour mémoriser les principes fondamentaux et corrélation entre les objectifs et les connaissances à exploiter en première et terminale. Fiches outils. Maîtrise des acquis/analyse des documents : des questions simples pour retenir l essentiel. 6

9 de l ouvrage Conditions de l épreuve anticipée Synthèse des objectifs à atteindre dès la classe de première : définitions et concepts à manier avec rigueur. Tableau d avancement de l acquisition des savoirs avec les niveaux d exigence et l auto évaluation : Vu/A revoir/su. Pour se familiariser avec le vocabulaire et la terminologie de la discipline. Préparation à l examen : sujets type bac pour s entrainer à l épreuve écrite dès la Première 7

10 3 Influence des normes sociales sur la santé et le bien-être social Objectif Identifier l influence des normes sociales sur la santé et le bien-être social Avant d aller plus loin Valeur, norme ou déviance? 20 Pôle thématique État de santé et de bien-être social Qu est-ce que la santé? Qu est-ce que le bien-être social? Classez-les termes suivants selon qu il s agit d une norme, d une déviance ou d une valeur dans le tableau. Vol dans les magasins, port du voile, politesse, mariage, réussite, égalité, avortement, fumer au lycée, payer ses impôts, travail, s arrêter à un stop, SDF, communication par Facebook, roter en public, la prostitution, foi, respect des parents, maltraitance des enfants, aller à l école, homosexualité, avoir un tatouage, taguer un bâtiment public Valeur Norme Déviance Sociale Juridique Variance Marginalité Délinquance Vous constaterez que certaines normes le sont dans certains pays, certaines cultures dans certains milieux sociaux, certaines tranches d âge mais pas dans d autres, et qu elles deviennent des déviances ailleurs. Maîtrise des acquis / Analyse des documents Lire les documents 1 à Pourquoi peut-on dire que ces pratiques sont des normes sociales? 2. Quelles sont les conséquences de chacune d entre elles sur la santé?

11 Document 1 Les pieds bandés en Chine Les Chinois sont persuadés que de cette atrophie dépend le prestige de la famille. À leurs yeux, une jeune fille qui n a pas de petits pieds ne pourra jamais trouver un mari qui fasse honneur à sa famille. En effet, la taille du pied est un élément essentiel de la beauté. Les petits souliers deviennent un véritable critère standard de beauté. Le pied est, en Chine, la partie du corps la plus érotique. On peut également y voir un moyen de restreindre la liberté des femmes, car, devenues adultes, leur démarche ne pouvait être que lente et difficile. Une déformation à vie L idéal est que le pied mesure 15 cm. Cette perfection est rare et donc très recherchée. La jeune fille qui possède cet atout fera un riche mariage. La réussite dépend de l âge auquel la mère a commencé à bander les pieds de sa fille ainsi que des massages des articulations du pied. Il est impératif de commencer avant l âge de 8 ans. Ainsi, il n est pas rare que le bandage commence dès la quatrième année. Le bandage se porte jour et nuit. Les édits impériaux de 1902 interdisent la déformation des pieds. Mais, il faudra attendre 1911 et la naissance de la République pour que des mesures efficaces soient prises. Document 2 Le corset Source : Le corset est un sous-vêtement baleiné maintenant la taille et le ventre. Il a fait son apparition à la Renaissance. Au XVI e siècle, il était réservé aux femmes de la haute société. Il n a jamais été fait référence du port du corset au Moyen Âge. Il a été porté par une majorité de femmes, de toutes les couches sociales, aux XVII e et XVIII e siècles principalement et jusqu au début du XX e siècle. Paradoxalement, le corset a été abandonné au début du XX e siècle, car très décrié, aussi bien par les médecins que par les féministes. Pourtant, il a refait son apparition à la fin du XX e siècle, notamment avec le style gothique. Le corset en premier lieu déformait le buste. Avec le corset les côtes ont beaucoup moins de place pour se développer, elles forment un arc beaucoup plus concave. L abus du laçage du corset amène à une déformation interne du corps. Les organes tel que le foie change de position et de forme pour pouvoir continuer à fonctionner malgré la gêne provoquée. Si un organe se déplace, il modifie la position des organes qui lui sont proches. De ce fait les viscères subissent une descente lente vers le bas : c est l entéroptôse. Le corset provoque de graves troubles pour les organes génitaux. Le corset trop serré fait abaisser les viscères et appuie sur la vessie et l utérus, qui se déforment. Les appareils génitaux se trouvent donc plus bas que le siège naturel, ce qui complique les grossesses. Ce corset pouvait provoquer des fausses couches, l utérus diminué dans sa taille et bas placé, gênait l embryon pour se développer naturellement. Source : CHAPITRE 3 Influence des normes sociales sur la santé et le bien-être social 21

12 Document 3 Les vêtements trop serrés, ça fait mal Dans une étude très récente, des scientifiques ont demandé à des jeunes gens de transporter des caisses lourdes. Certains portaient des pantalons à leur taille, et d autres des vêtements trop petits, donc serrés. Résultat : les vêtements serrés entravent la liberté de mouvement et entraînent un inconfort au niveau du bas du dos. Syndrome douloureux En comprimant les nerfs, les vêtements trop serrés peuvent aussi entraîner des problèmes nerveux plus durables. fourmillements, endormissement, etc. sur la face externe de la cuisse. Insuffisance veineuse Quand les membres sont serrés dans les vêtements, les veines sont aussi comprimées, ce qui entraîne un retour veineux insuffisant : trop de sang reste aux extrémités (essentiellement le bas des jambes), ce qui déforme les veines. Du coup, celles-ci sont encore moins efficaces pour ramener le sang vers le cœur Des infections dues à des vêtements trop serrés Enfin, les vêtements trop serrés au niveau du bassin entraînent des problèmes génitaux, urinaires ou de fertilité. Côté hommes, on met souvent en cause les vêtements trop serrés (caleçons, pantalons) dans l augmentation du nombre de stérilités masculines. Plaqués contre le corps, la température des testicules est plus élevée ce qui serait préjudiciable pour la fertilité. Côté femmes, ce sont plus souvent des problèmes locaux que l on déplore, surtout des mycoses, liées à des vêtements ou sous-vêtements trop serrés. La vulve est naturellement un peu humide, et si la zone ne peut pas respirer un minimum on risque la macération et l envahissement par des germes. Surtout si le tissu porté est synthétique. Attention aussi aux infections urinaires dont les vêtements trop serrés peuvent être la cause. Document 4 Voilà les risques que vous prenez à porter des talons hauts Source : Ils affinent les jambes, mettent en valeur les fesses : les talons hauts vous rendent plus belles. Attention aux dégâts cependant : pieds cornés, bosses sur les orteils, maux de dos, pathologies diverses... les conséquences peuvent nécessiter l intervention chirurgicale. Les talons augmentent le dénivelé entre l avant et l arrière du pied, donc il y a plus de charge sur l avant du pied. Cela entrave le bon déroulement du pas et de la marche. Si jamais on a déjà des pathologies héréditaires dormantes comme l hallux valgus (la bosse sur le gros orteil), les talons sont un facteur aggravant. On peut voir apparaître des pincements nerveux dans l avant-pied, des problèmes au niveau de la partie plantaire, des formes arthropathie dégénératives au niveau du pied Mais aussi cela impacte le dos. En portant des talons, les femmes sont sur la pointe des pieds ce qui accentue l antéversion du bassin. C est-à-dire que le bassin plonge plus vers l avant pour faire ressortir les fesses. Source : 22 Pôle thématique État de santé et de bien-être social

13 Document 5 Les tatouages sont un problème de santé publique, pas une pratique anodine Auparavant, vouloir un tatouage était une façon de s affirmer, d appartenir à un groupe, un «gang», un certain milieu, de s approprier son corps, surtout au moment de l adolescence, lorsque «les transformations pubertaires et la quête identitaire sont source d angoisse», etc. Aujourd hui, cette connotation est en train de s émousser : c est Madame ou Monsieur Tout-le-monde que l on retrouve dans les studios de tatouage. En France, près de 10 % des individus seraient ainsi prêts à se faire tatouer. Et beaucoup oublient qu il ne s agit pas d un geste anodin, mais d une effraction cutanée qui comporte des risques. Tout geste d agression de la peau qui s accompagne d un écoulement de sang doit ainsi se faire dans une atmosphère d asepsie extrêmement rigoureuse. Le matériel doit évidemment être à usage unique, les seringues stérilisées, l air filtré, etc. Car, rappelle le Syndicat des dermatologues dans son communiqué, les pigments déposés sont des corps étrangers dont la présence peut susciter de multiples réactions réactions allergiques, réactions cutanées locales, réapparition de dermatoses préexistantes. Sans oublier que l exposition de tout tatouage au soleil peut conduire à une photosensibilisation qui, à terme, peut provoquer une dégénérescence des tissus. Ou qu il existe un risque d inoculation d agents infectieux, bactériens (tuberculose cutanée) et viraux (hépatite sida), locaux ou à distance par la propagation de germes, ou encore de cicatrisation à forme chéloïde, en particulier lorsque l on enlève le tatouage. Il ne faut pas non plus croire que les tatouages temporaires sont inoffensifs. Ils peuvent eux aussi être à l origine de réactions de sensibilisation extrêmement sévères ou de réactions croisées, qui sont, elles, définitives. Propos recueillis par Daphnée Leportois. Source : leplus.nouvelobs.com CHAPITRE 3 Influence des normes sociales sur la santé et le bien-être social 23

14 4 La diversité des indicateurs pour apprécier l état de santé et de bien-être social Objectif Présenter les différents types d indicateurs Avant d aller plus loin 1. Classer les indicateurs suivants dans le tableau ci-dessous. L espérance de vie à la naissance des femmes en France est de 84,9 ans en 2012 Le chômage des jeunes de moins de 25 ans était de 25,5 % en avril 2013, en France La mortalité infantile est stable depuis 2011, elle est de 3,3 pour mille en France La population de la France + DOM TOM est de habitants L indice de fécondité en France métropolitaine est de 2,01 enfants par femme en 2012 En 2012, le nombre de décès par cancer en France est estimé à chez l homme et chez la femme, soit au total décès En France, le nombre de personnes diabétiques est passé de 1,6 à 2,9 millions entre 2000 et 2009 Les accidents domestiques sont responsables de morts par an en France En 2010, 10,6 % de la population française est immigrée En France, entre 2000 et 2011, le revenu national net réel par habitant croît de 0,3 % par an. 47 % de la population n est pas partie en vacances en 2010 En 2012, mariages ont été célébrés en France métropolitaine 26 Pôle thématique État de santé et de bien-être social Source : Ined, OCDE, Credoc, InVS, Insee Indicateur démographique Indicateur sanitaire Indicateur de bien-être social 2. Dans le texte suivant, repérer les indicateurs sanitaires et préciser s il s agit de mortalité, de prévalence ou incidence. 34 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde, dont 17 millions qui ignorent leur statut sérologique. 1,7 million : c est le nombre de personnes décédées des suites de la maladie en enfants sont nés séropositifs au VIH en millions de personnes n ont pas encore accès aux traitements dans le monde Français sont porteurs du VIH. Un chiffre stable par rapport aux années précédentes personnes ont découvert leur séropositivité en France en % des nouvelles découvertes de séropositivité concernent des personnes âgées de moins de 25 ans en France Français seraient porteurs du virus sans en avoir connaissance ou sans suivi médical. 4 régions sont tout particulièrement touchées par le VIH/sida : la Guyane, la Guadeloupe, l Ile-de-France et la Provence-Alpes-Côte d Azur. Source : (12 octobre 2013) 3. Expliquer ces indicateurs et leur impact lié aux choix politiques en termes de santé publique. Comment apprécier l état de santé et de bien-être social?

15 Maîtrise des acquis / Analyse des documents Lire les documents 1 et 2. Comparer la situation sanitaire des 2 pays en distinguant les différents indicateurs, votre réponse sera composée. Document 1 Canada 2009 Revenu national brut par habitant ($ internationaux PPA) Espérance de vie à la naissance H/F (années) 80/84 Quotient de mortalité infanto-juvénile (pour 1000 naissances vivantes) 5 Quotient de mortalité ans H/F (pour 1000) 84/53 Dépenses totales consacrées à la santé par habitant ($ int., 2011) 4520 Dépenses totales consacrées à la santé en % du PIB (2011) 11,2 Causes de mortalité ou de mortalité prématurée (pour personnes par an) Cancers (nombre de décès) 224,4 199, Maladies de l appareil circulatoire (nombre de décès) 211,0 208, Maladies de l appareil respiratoire (nombre de décès) 64,2 60, Cancers, de 0 à 74 ans (APVP) 1 543, , Maladies de l appareil circulatoire, de 0 à 74 ans (APVP) 1 106,6 444, Blessures accidentelles, de 0 à 74 ans (APVP) 862,4 317, Suicide et blessures auto-infligées, de 0 à 74 ans (APVP) 446,7 173, Maladies de l appareil respiratoire, de 0 à 74 ans (APVP) 205,3 162, VIH, de 0 à 74 ans (APVP) 50,3 17, Document 2 Cameroun 2009 Revenu national brut par habitant ($ internationaux PPA) 2330 Espérance de vie à la naissance H/F (années) 51/54 Quotient de mortalité infanto-juvénile (pour 1000 naissances vivantes) 95 Quotient de mortalité ans H/F (pour 1000) 415/372 Dépenses totales consacrées à la santé par habitant ($ int., 2011) 128 Dépenses totales consacrées à la santé en % du PIB (2011) 5,2 Source : OMS Source : OMS La mortalité maternelle et infantile, la malnutrition des enfants surtout ceux de 0 à 5ans, la sexualité des adolescents et le VIH/SIDA constituent un réel problème de santé publique au Cameroun. Depuis plusieurs décennies, le taux de mortalité maternelle au Cameroun par exemple est resté très élevé (environ 669 femmes décédées sur naissances vivantes. Étant donné que la santé de la mère a une influence sur celle de l enfant ; on observe également des taux élevés de mortalité des enfants de moins de 5 ans (environ 114 décès pour 1000 naissances vivantes). Ces indicateurs traduisent un mauvais état de santé de la femme et de l enfant au Cameroun. Au Cameroun, le taux de prévalence du VIH chez la femme est de 6,9 % contre 4 % pour les hommes. Le paludisme pose un problème de santé publique majeur pour les populations vulnérables et pauvres. Il fait partie des cinq maladies les plus importantes et les plus meurtrières au Cameroun. Il représente environ 45 % des consultations médicales, 23 % des hospitalisations, 26 % des arrêts maladie, 40 % des décès chez les enfants de moins de 5 ans, 35 % de la mortalité en hôpital et 40 % du budget annuel des ménages. Source : CHAPITRE 4 La diversité des indicateurs pour apprécier l état de santé et de bien-être social 27

16 L essentiel des connaissances Cours Un indicateur est un instrument statistique, une donnée chiffrée servant à fournir des renseignements et des précisions. Les indicateurs démographiques Définitions La démographie est l étude statistique des collectivités humaines (dictionnaire Robert). Un indicateur démographique permet d évaluer l état général d une population et son évolution. C est un outil d aide à la décision qui n aura d intérêt que par les choix qu il aidera à faire. Les différents indicateurs démographiques La natalité s exprime en valeur absolue par le nombre de naissances pour une population et pour une période donnée et en valeur relative par le taux de natalité, nombre de naissances pour une période donnée rapporté à l effectif de la population au milieu de cette période.( pour 1000 personnes). La fécondité indique le nombre moyen d enfants par femme en âge de procréer. L évolution de la population Elle va dépendre de 2 facteurs : le solde naturel et le solde migratoire Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès. Si cette différence est positive, il y aura un accroissement naturel Le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes rentrant sur le territoire français et le nombre de personne en sortant. Si cette différence est positive, il y aura accroissement migratoire. Variation de la population totale = solde naturel + solde migratoire Répartition par âge Pyramide des âges : elle traduit les effectifs de chaque classe d âge selon le sexe et pour chaque année Répartition de la population par groupe d âge : exemple en Europe : la population des moins de 25 ans tend à diminuer alors, que celle des plus de 65 ans augmente Les indicateurs sanitaires Mortalité La mortalité (qui est aussi un indicateur démographique) est le nombre de décès survenus au cours d une période de temps donnée par an, par mois ) Le taux de mortalité brut est le rapport du nombre de décès pendant une période donnée sur l effectif de la population au milieu de cette même période. La mortalité prématurée concerne les décès avant 65 ans, la mortalité prématurée évitable concerne les décès liés à des comportements à risque (tabagisme, alcoolisme, conduite sur la route dangereuse ) Le taux spécifique de mortalité : il est spécifique soit à une population (taux par âge, par sexe ) soit à un type de mortalité (par cancer, par accident ) soit aux deux. La mortalité infantile concerne la mortalité des enfants de moins de 1 an. La mortalité juvéno-infantile concerne les décès des enfants de moins de cinq ans. L espérance de vie C est la moyenne des durées de vie d une génération imaginaire qui serait soumise toute sa vie aux quotients de mortalité par âge de l année d observation. Elle est toujours calculée par rapport à un âge de référence. L espérance de vie à la naissance est donc le nombre d années restant à vivre à un nouveau-né pour une année donnée. Avec l allongement de la durée de la vie, on s intéresse actuellement à un nouvel indicateur : l EVSI l espérance de vie sans incapacité, qui correspond au nombre d années restant à vivre, à un âge donné, sans incapacité sévère ou modérée ou AVBS, années de vie en bonne santé. 28 Pôle thématique État de santé et de bien-être social

17 Morbidité (incidence et prévalence) La morbidité est représentée par le nombre de personnes malades ou le nombre de maladies dans une population déterminée, à un moment donné. On distingue plusieurs types de morbidité : La morbidité diagnostiquée est celle mise en évidence par le diagnostic médical et ayant nécessité le recours aux soins. La morbidité ressentie est l ensemble des troubles ou affections ressentis par les individus. La morbidité infraclinique comprend toutes les affections non décelées faute de manifestations cliniques La morbidité réelle comprend l ensemble des affections, connues ou non, ressenties ou non, diagnostiquées ou non. On distingue aussi 2 grands types de morbidité en fonction du temps : La morbidité prévalente, ou prévalence : c est le nombre de cas d une maladie donnée dans une population donnée à un moment donné, il n y a pas de distinction entre les nouveaux et les anciens cas. Le taux de prévalence est le nombre de cas d une certaine maladie dans une population donnée, rapporté à l effectif de la population au moment de l étude. La morbidité incidente ou incidence : c est le nombre de nouveaux cas d une maladie donnée dans une population pendant une période donnée. Le taux d incidence est le nombre de nouveaux cas d une maladie apparus pendant une période donnée, rapporté au nombre de patients à risque pendant cette période. Les indicateurs de bien-être social Pour l OMS, la cohésion sociale est indispensable à la bonne santé collective. Comme pour la santé, il est plus facile de mesurer son inverse, le «mal-être social» même si des mesures du bien-être ont déjà été effectuées. On entend par bien-être l ensemble des facteurs dont une personne a besoin pour jouir d une bonne qualité de vie. Ces facteurs l aident à jouir d une existence tranquille et d un état de satisfaction. Le bien-être social englobe donc les choses qui ont une influence positive sur la qualité de vie : un emploi digne, des ressources économiques pour satisfaire les besoins, une maison, l accès à l éducation et à la santé, du temps pour les loisirs, etc. Bien que la notion de bien-être soit subjective (ce qui est bon pour une personne peut ne pas l être pour une autre), le bien-être social est associé à des facteurs économiques objectifs. Selon l OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économique), les indicateurs sociaux sont des mesures statistiques permettant d observer le niveau et les variations dans le temps d une préoccupation sociale fondamentale. Ces indicateurs sont très variables selon les organismes qui les recensent et selon les pays, on peut citer cependant un certain nombre d indicateurs ayant trait au marché du travail, à l éducation, aux revenus, aux transports, à l habitat, aux loisirs, à la santé, à l environnement, à la sécurité comme par exemple : le taux de pauvreté, le taux de chômage ; le taux de criminalité ; les performances du système éducatif, le taux de jeunes quittant l école sans qualification ; la qualité de l air, de l eau, les départs en vacances CHAPITRE 4 La diversité des indicateurs pour apprécier l état de santé et de bien-être social 29

18 Schéma Intérêt des indicateurs 30 Pôle thématique État de santé et de bien-être social

19 5 Intérêt et relativité des indicateurs Objectifs Avant d aller plus loin 1. Dans votre commune ou dans la commune de votre lycée, recherchez les données suivantes : Nombre d habitants Nombre de naissances par an Proportion de personnes âgées de plus de 65 ans, de plus de 80 ans Nombre d enfants scolarisés en primaire Nombre de collégiens Nombre de lycéens Et mettez-les en relation avec : Les modalités des élections municipales Le nombre de pharmacies Le nombre de lits dans le service de maternité (s il en existe une) Le nombre de place de crèche et de halte-garderie Les services d aide à la personne âges : Services infirmiers à domicile, Aide à Domicile en Milieu Rural (ADMR) Le nombre de places en maison de retraite, le nombre d Établissements pour personnes âgées dépendantes (EPAD) Le nombre d écoles maternelles, primaires, le nombre de classes Le nombre de place en collège, lycée 2. Vous mettrez en évidence dans un tableau les indicateurs et les services correspondants. Maîtrise des acquis / Analyse des documents Comment apprécier l état de santé et de bien-être social? Expliquer la nécessité et l intérêt d une mesure de l état de santé ou de bien-être social. Analyser un ensemble de données pour caractériser la santé d une population Porter un regard critique sur la mesure d un phénomène Lire attentivement les documents 1 et 2. Expliquer pourquoi l interprétation des indicateurs doit tenir compte des facteurs qui les influencent. CHAPITRE 5 Intérêt et relativité des indicateurs 31

20 Document 1 Violences conjugales En France, une femme meurt tous les trois jours de violences conjugales, en 2009, faits de violences conjugales ont été enregistrés par la gendarmerie et la police, ce qui constitue une hausse de plus de 30 % par rapport à 2004 (36231), mais cela ne constitue pas une augmentation du nombre de cas : en effet, il y a plus de déclarations qu avant (dues au fait que la Justice et la Police ont effectué un travail de sensibilisation, pour encourager les femmes victimes à porter plainte, et à dénoncer ces actes), il y a aussi une nouvelle définition de la violence conjugale qui inclut désormais les violences faites par un ancien conjoint. En France, les violences conjugales représentent plus du quart de l ensemble des actes de violence. Dans sa vie de couple, une femme sur dix est victime de violences conjugales d origines variées. Ce nombre est à comparer avec une enquête de victimation réalisée en 2007 pour des faits de 2005 et 2006 : femmes ont déclaré avoir subi des violences de leur conjoint ou ex-conjoint, soit 2,3 % de l ensemble des femmes âgées de 18 à 60 ans. Moins d un quart ont donc donné lieu à un dépôt de plainte (21 %). Document 2 Enfants maltraités Le nombre d enfants maltraités est considérable. Combien exactement? Impossible à dire. Les spécialistes parlent de «chiffre noir». L Observatoire de l action sociale décentralisée (ODAS) évaluait à le nombre de mineurs en danger en 2006, dont 20 % d enfants victimes de violences physiques, psychologiques ou d abus sexuels, et 80 % «en risque» (violences conjugales, enfants laissés seuls ). Cette enquête n existe plus. [ ] On sait seulement que mineurs étaient suivis par l Aide sociale à l enfance au 31 décembre 2010, soit un peu moins de 2 % des moins de 18 ans. Ces chiffres, très élevés, sont probablement sous-évalués : les enfants non repérés n y sont pas inclus.[ ] Pendant cinq ans, une importante enquête sur les décès suspects d enfants de moins d un an a été menée par cinq chercheurs dans les hôpitaux et les tribunaux de trois régions françaises le Nord-Pas-de-Calais, l Ile-de-France et la Bretagne, représentant un tiers des naissances en France. Ce travail de terrain a conclu à une sous-évaluation considérable des infanticides dans les statistiques officielles[ ] «Beaucoup de morts d enfants ne font pas l objet d investigations suffisantes» «Celui qui reçoit l enfant à l hôpital ne pense pas à la violence, qui est dérangeante, explique-t-elle. On préfère croire à la chute.» Dans l enquête de l Inserm, seuls 50 % des nourrissons déclarés victimes de «mort subite» avaient été autopsiés. Pour aller plus loin 1. Écouter la chanson de Juliette «Une petite robe noire». 2. Lire les paroles de la chanson sur le site : 3. Interpréter la nature de la violence évoquée 4. Identifier et exposer les métaphores convoquées dans cette chanson. Source : 32 Pôle thématique État de santé et de bien-être social

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Épreuves du concours

Épreuves du concours Épreuves du concours 1. Quelle est l épreuve écrite d admissibilité? 2. Quelle est l épreuve orale d admission? 3. Quel est le programme des épreuves? Les épreuves de sélection du concours d entrée en

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» Lycée Guillaume Budé Limeil- Brevannes

Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» Lycée Guillaume Budé Limeil- Brevannes Baccalauréat Professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» Lycée Guillaume Budé Limeil- Brevannes E Méchineau : enseignante BTSE S Grisolle : enseignante STMS Le bac Pro ASSP Option D

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS Enquête 2009-2010 Cahier des cartes 1 2 0 T R A N C H E S D E R E V E N U M E N S U E L N E T D U M É N A G E Il s agit du revenu net (de cotisations sociales et de C.S.G.) avant

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

REAJI. Renforcer l Autonomie des Jeunes pour leur Insertion

REAJI. Renforcer l Autonomie des Jeunes pour leur Insertion REAJI Renforcer l Autonomie des Jeunes pour leur Insertion Demande d entrée dans le dispositif à adresser à la plateforme REAJI : christine.buisson@valdemarne.fr et blandine.perrier@valdemarne.fr. DEMANDE

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

Prendre soin des miens jusqu à la fin, pour moi, c est capital.

Prendre soin des miens jusqu à la fin, pour moi, c est capital. SOLLICITUDES ASSURANCE OBSÈQUES MGEN Prendre soin des miens jusqu à la fin, pour moi, c est capital. Sans questionnaire médical Capital décès garanti mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance Autonomie Retraite

Plus en détail

PRÉPARATION AU CONCOURS D INFIRMIER

PRÉPARATION AU CONCOURS D INFIRMIER PRÉPARATION AU CONCOURS D INFIRMIER ÉCOLE MASO 7, avenue des Palmiers 66000 Perpignan tél. 04 68 35 76 76 fax 04 68 35 76 77 contact@ecolemaso.fr www.ecolemaso.fr www.facebook.com/ecolemaso NOTICE EXPLICATIVE

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ÉDITION 2013 MUTUELLES SANTÉ PRÉVOYANCE AUTONOMIE RETRAITE

ÉDITION 2013 MUTUELLES SANTÉ PRÉVOYANCE AUTONOMIE RETRAITE ÉDITION 2013 Tout organiser maintenant pour vivre l esprit tranquille MUTUELLES SANTÉ PRÉVOYANCE AUTONOMIE RETRAITE Pourquoi souscrire une Assurance Obsèques? L espérance de vie augmente... Nous vivons

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation

Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation Décembre 2010 Rapport sur la mise en œuvre

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013 La formation aux professions de santé en Ile-de-France Exploitation statistique de l enquête 2011 Septembre 2013 PRÉFET DE LA RÉGION Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations

Plus en détail

1. ETAT CIVIL. Madame

1. ETAT CIVIL. Madame DOSSIER D INSCRIPTION AUX TESTS D ENTREE EN FORMATION Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l Education Populaire et du Sport Spécialité GOLF ANNEE 2016-2017 1. ETAT CIVIL Monsieur Madame Mademoiselle

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Santé / Services. L'ambition lycéenne. Pôle Santé/Services. Établissements catholiques d enseignement associés à l État par contrat

Santé / Services. L'ambition lycéenne. Pôle Santé/Services. Établissements catholiques d enseignement associés à l État par contrat Santé / Services L'ambition lycéenne Pôle Santé/Services Établissements catholiques d enseignement associés à l État par contrat ÉDITION 2015 Votre enfant entre au lycée Madame, Monsieur, Chèr(e) lycéen(ne),

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan - Les Mureaux Direction des Soins - CAMPUS de Formation Site de Bécheville 1, rue Baptiste Marcet 78130

Centre Hospitalier Intercommunal de Meulan - Les Mureaux Direction des Soins - CAMPUS de Formation Site de Bécheville 1, rue Baptiste Marcet 78130 Sommaire 1) Préambule...3 2) Le CAMPUS de formation...4 3) L Institut de Formation en Psychomotricité (I.F.P.)...5 4) Le statut des étudiants en psychomotricité...5 5) Les conditions d inscription aux

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

INFORMATION ENTREE A LA FORMATION PREPARANT AU DIPLOME D ETAT AIDE-SOIGNANT

INFORMATION ENTREE A LA FORMATION PREPARANT AU DIPLOME D ETAT AIDE-SOIGNANT Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) Ecole de puéricultrices Institut de formation d aides-soignants 2 rue du Docteur Delafontaine BP 279 93205 Saint Denis cedex www.ch-stdenis.fr rubrique

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES

SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES 2 SOMMAIRE Les services à la personne.... 6 Une palette de 18 métiers.... 7 Près de 60 diplômes ou titres... 8 Des parcours

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013

Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe Enquête auprès des personnes accueillies par les organismes partenaires de la Banque alimentaire de Guadeloupe en 2013 Eléments de contexte Face à l évolution

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION POUR LE CONCOURS D ENTREE EN FORMATION AIDE-SOIGNANTE 2015

DOSSIER D INSCRIPTION POUR LE CONCOURS D ENTREE EN FORMATION AIDE-SOIGNANTE 2015 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS HOPITAUX DU LEMAN B.P. 526 74203 Thonon-les-Bains Cedex Tél : 04.50.83.22.50 Fax : 04.50.83.22.68 Mail : ifsi-sec@ch-hopitauxduleman.fr DOSSIER D INSCRIPTION POUR

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Tout dossier incomplet ne sera pas traité. Lieu de dépôt : Instituts de Formation du CHSF Chemin des Mozards 91100 CORBEIL ESSONNES

Tout dossier incomplet ne sera pas traité. Lieu de dépôt : Instituts de Formation du CHSF Chemin des Mozards 91100 CORBEIL ESSONNES Tout dossier incomplet ne sera pas traité 1 ère ETAPE : Dépôt des dossiers, uniquement les : Mardi 2 juin 2015 ) Mercredi 3 juin 2015 ) de 9 h 00 à 12 h 00 et de 13 h 30 à 16 h 00 Vendredi 5 juin 2015

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS

REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS REGLEMENT D INTERVENTION DE L AIDE INDIVIDUELLE A LA FORMATION DES LIGERIENS Objectif La Région propose aux ligériens chaque année 30 000 places de stage dans le cadre de son Offre de Formation Territorialisée,

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Ma future formation. 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle?

Ma future formation. 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle? Ma future formation 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle? 3. Qu est-ce que la Validation des acquis de l expérience (VAE)? 4. Comment se passent les stages?

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail