Thème 1: Le recouvrement efficient des cotisations de sécurité sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 1: Le recouvrement efficient des cotisations de sécurité sociale"

Transcription

1 Association internationale de la sécurité sociale Conférence internationale sur Les changements dans la structure et l organisation de l administration de la sécurité sociale Cracovie, Pologne, 3-4 juin 2004 Thème 1: Le recouvrement efficient des cotisations de sécurité sociale Le recouvrement des cotisations en France Conseillère technique Direction de la sécurité sociale France ISSA/OM/CONF/2004/1b

2 Le recouvrement des cotisations en France Conseillère technique Direction de la sécurité sociale France Dans une première partie, je vais tenter de vous donner les principaux éléments qui caractérisent notre système de sécurité sociale, et en particulier notre système de retraite et notamment nos retraites obligatoires. Dans une deuxième partie, je vous parlerai plus précisément de l organisation du recouvrement ainsi que des pouvoirs dont disposent les services compétents. Enfin, dans une troisième partie, je vous présenterai la politique actuelle que les pouvoirs publics mettent en oeuvre pour faciliter la collecte des cotisations sociales. Notre sécurité sociale En raison de notre histoire qui a débuté il y a plus d un siècle principalement par des solidarités locales d entreprises qui ont progressivement mutualisé les risques pour leurs salariés, et en raison d une volonté de la France de créer en 1945 une sécurité sociale pour tous, nous disposons aujourd hui d un régime général de sécurité sociale qui couvre 80 à 85 pour cent de la population, et nous avons encore une trentaine de petits régimes dont les principaux concernent: les fonctionnaires; les personnels de certaines entreprises liées à l Etat (SNCF = chemins de fer; RATP = Régie autonome de transports parisiens; etc.); les agriculteurs; les travailleurs indépendants, et en particulier, les commerçants et les artisans ainsi que les professions libérales. Ces régimes continuent d avoir une gestion autonome mais les prestations qu ils servent se rapprochent de plus en plus de celles du régime général. L Etat leur demande d aligner aussi leurs cotisations sur celles du régime général pour rester en équilibre. Rappelons en effet que l Etat exerce sa tutelle sur l ensemble de la sécurité sociale. En ce qui concerne la couverture offerte aux agriculteurs (exploitants et salariés agricoles), celle-ci relève d une organisation particulière afin de répondre le mieux possible aux besoins de cette population. Les caisses de la mutualité sociale agricole prennent en charge les missions relatives au service de toutes les prestations de sécurité sociale (maladie, famille,

3 2 vieillesse, et les "accidents du travail et maladies professionnelles" (ATMP). Ces caisses assurent également le recouvrement des cotisations et contrôlent les entreprises agricoles dans ce domaine. Le régime agricole offre ainsi un "guichet unique" aux assurés sociaux du secteur. Ce régime est fortement déficitaire, notamment en ce qui concerne les exploitants: afin de garantir son équilibre, il bénéficie d une subvention de l Etat (affectation d une partie du produit de la TVA notamment). Cette subvention est inscrite dans la loi de finances dans le budget annexe des prestations sociales agricoles. Le régime général comporte quatre branches. En effet en France, le chômage est géré par les partenaires sociaux, en dehors de la sécurité sociale. Ces quatre branches sont: la maladie à laquelle on joint la maternité et l invalidité; les Accidents du travail et les maladies professionnelles (ATMP); la vieillesse et le veuvage; la famille. Trois caisses nationales ont la charge de gérer ces grands risques: la maladie et les ATMP sont gérés par la même caisse: la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Ces trois caisses, la CNAMTS, la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF) et la Caisse nationale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés (CNAVTS) ont des services proches de la population et qui sont sous leur tutelle. Une quatrième caisse nationale, l'agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) et ses services locaux, les Unions régionales de recouvrement pour la sécurité sociale et les allocations familiales (URSSAF), assurent la collecte des cotisations et des contributions sociales pour alimenter les caisses régionales et locales qui servent les prestations aux assurés sociaux. En ce qui concerne les retraites, c est la CNAVTS et ses services régionaux qui gèrent la retraite de base et servent ce premier niveau de pension aux retraités. En effet, rappelons que nos retraites sont constituées par deux étages obligatoires et un étage facultatif qui est encore assez peu répandu: Le premier, c est la retraite de base dite retraite de la sécurité sociale contributive obligatoire et par répartition. Le second, c est la retraite complémentaire obligatoire, également par répartition, également contributive et par points. Les caisses de retraite complémentaire sont gérées par les partenaires sociaux qui sont responsables de leur équilibre financier. Le troisième niveau est généralement un avantage consenti par certaines grandes entreprises à leurs salariés, souvent les cadres ou les cadres supérieurs. C est une forme d épargne aidée fortement par l employeur et totalement volontaire. Au-delà de ce troisième niveau se trouve l épargne individuelle à long terme qui est encouragée fiscalement. Retraite de base La retraite de base, dite retraite de sécurité sociale n est alimentée que par les cotisations collectées par les URSSAF. Ces cotisations sont assises sur le "salaire plafond" de la sécurité sociale. Le concept de salaire plafond sert de référence à de nombreuses prestations et cotisations dans notre système. Il s élève actuellement à EUR par an.

4 3 Les cotisations pour la retraite de base s élèvent à: 8,20 pour cent du salaire brut pour la part patronale et à 6,55 pour cent pour la part salariale, et cela dans la limite du plafond. L employeur paie en outre 1,60 pour cent sur l ensemble du salaire brut versé. La retraite de base de la sécurité sociale s élève au maximum à 46 pour cent du salaire plafond et ce, dans le cas où un salarié a travaillé durant 160 trimestres au moins, et a eu pendant 25 ans un salaire égal ou supérieur au plafond. Il peut demander sa retraite à partir de 60 ans, sauf dans certains régimes (La Poste) qui sont plus avantageux et permettent un départ en retraite anticipé. Cependant, suite à la réforme récente des retraites dont vous avez sans doute entendu parler, les personnes ayant commencé leur activité particulièrement tôt et ayant eu des carrières longues, peuvent partir en retraite de manière anticipée (avant 60 ans); par ailleurs, d une manière générale, les salariés partiront à l avenir plus tardivement en retraite en raison de l allongement de la durée de cotisation pour pouvoir bénéficier d une retraite "à taux plein". Une personne qui a également travaillé durant tous les trimestres nécessaires et qui a cotisé sur la base d un salaire inférieur au plafond, bénéficiera d une retraite de base égale à 46 pour cent du salaire moyen qu elle a reçu au cours des 25 meilleures années de sa carrière. Au cours des prochaines années, et en prévision du papy boom, le nombre de trimestres exigibles pour une retraite à taux plein va progressivement passer de 160 à 170 trimestres. Notons que les personnes qui, arrivées à l âge de la retraite, ne peuvent avoir, du fait de leurs droits acquis ou du fait de leurs autres revenus (patrimoine, placements) des ressources au moins égales à EUR 500 par mois, peuvent bénéficier du Fonds de Solidarité Vieillesse. Ils reçoivent alors une allocation totale ou le plus souvent différentielle, pour leur permettre d atteindre le minimum vieillesse, c est à dire une pension à caractère non contributif qui correspond au minimum octroyé aux travailleurs âgés. Ainsi, au-delà de la retraite de base qui relève de l assurance sociale, le système français est solidaire et garantit un minimum de ressources aux personnes âgées. Le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) est alimenté grâce à un impôt: une petite partie (20 pour cent) de la Contribution sociale généralisée (CSG). La CSG est un impôt universel affecté à la sécurité sociale prélevé à la source sur tout les revenus quelle que soit leur origine (salaires ou revenus d activité, revenus du patrimoine ou des placements, revenus de remplacement soit les pensions de retraites ou les prestations de chômage notamment). Seuls en sont exonérés ceux qui ne disposent pour vivre que des minima sociaux. Retraites complémentaires Contrairement à ce qui se fait dans le régime général, ce sont les mêmes organismes qui collectent les cotisations et qui versent les pensions du deuxième niveau, c est à dire la retraite complémentaire obligatoire. La plupart de ces organismes sont regroupés pour ce qui concerne les salariés au sein de la fédération AGIRC - ARRCO (Association générale des institutions de retraite des cadres - Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). AGIRC et ARRCO sont financièrement solidaires. AGIRC est la caisse complémentaire des cadres et ARRCO est celle des non cadres. Les entreprises cotisent pour leurs salariés sur la base des salaires bruts dans la limite de 1 à 4 fois le plafond de la sécurité sociale pour les non-cadres, et de 1 à 8 fois le plafond de la sécurité sociale pour les cadres.

5 4 Les cotisations ARRCO représentent 7,5 pour cent de la masse salariale. Les cotisations AGIRC représentent 20 pour cent (12,5 pour cent pour l employeur et 7,5 pour cent pour le salarié) et sont versées pour la part de salaire au-delà du plafond. La branche famille Elle fait l objet de cotisations des employeurs. Les cotisations s élèvent à 5,4 pour cent des salaires bruts versés. Tout résident qui a au moins 2 enfants à charge reçoit des allocations familiales tous les mois quels que soient ses revenus. Cette "égalité" de tous les parents, riches ou pauvres, est "rattrapée" par les règles fiscales de l impôt sur le revenu. Par ailleurs toutes les autres prestations destinées aux familles sont servies sous condition de ressources et donc aux familles les plus modestes. Les accidents du travail et maladies professionnelles Les ATMP font l objet de cotisations des employeurs. En fonction de la taille des entreprises les cotisations sont forfaitaires pour les petites, totalement calculées sur les risques réels dans les grandes entreprises et partiellement forfaitaires pour les entreprises de taille moyenne. L accident du travail et la maladie professionnelle sont traités comme des griefs subis par les intéressés et donnent donc lieu à réparation. Tous les soins, tous les traitements y compris la rééducation professionnelle, sont pris en charge à 100 pour cent, et, lorsque l état de santé est stabilisé, la victime reçoit, soit un capital si le montant exigible du fait du handicap est faible, soit une rente à vie cumulable avec tout autre avantage dans les cas les plus courants. La maladie, l invalidité et la maternité Elles bénéficient d un prélèvement spécifique dont je vous ai parlé tout à l heure à propos du FSV. C est la contribution sociale généralisée: la CSG est prélevée à la source sur tous les revenus quelle que soit leur origine, à l exception des minima sociaux. Cet impôt affecté est complété par une cotisation payée par les salariés qui s élève à 0,75 pour cent du salaire et qui est destinée à financer les indemnités journalières; s ajoute à cela une cotisation patronale de 12,8 pour cent du salaire brut versé au salarié. Le grand risque, y compris la maternité, est pris en charge à 100 pour cent. Il concerne les maladies longues et coûteuses qu elles soient désignées comme le cancer ou la tuberculose ou inconnues mais donnant lieu à des dépenses importantes et durables pour les usagers. La prise en charge du petit risque est moins importante, elle est en partie complétée par des mutuelles et des assurances complémentaires. De plus toute personne qui doit cesser momentanément de travailler pour cause de maladie a droit à des indemnités journalières après un délai de carence de trois jours. Enfin lorsque la maladie d une personne qui travaille donne lieu à terme de trois ans à un constat d invalidité, c'est-à-dire à une incapacité de travail ou de gain, l intéressé reçoit une pension qui tient compte à la fois du salaire moyen dans la région et dans la branche, et du degré d incapacité constatée.

6 5 Organisation du recouvrement par les URSSAF et par les Caisses complémentaires de retraite Auparavant quelques mots sur les missions de l ACOSS. Caisse nationale du réseau de recouvrement, l Agence centrale des organismes de sécurité sociale centralise les ressources et gère la trésorerie des organismes chargés de servir les prestations: pour ce qui nous concerne aujourd hui, les pensions de retraite de base. C est l'acoss qui reçoit directement de l Etat les taxes et impôts perçus par l administration fiscale pour le compte de la sécurité sociale. C est également l ACOSS qui perçoit directement certaines cotisations ou assimilées, telles que les cotisations des français à l étranger, etc. C est toujours l ACOSS qui perçoit directement les charges sociales que l Etat paye sur son budget après en avoir exonéré les entreprises pour favoriser l emploi des salariés à bas salaires et de quelques catégories particulières de salariés ou chômeurs en difficulté: voire de certaines zones géographiques (Corse, zones urbaines ou rurales prioritaires, etc.). L ACOSS transfère quotidiennement les recettes ainsi collectées vers les caisses de sécurité sociale qui versent les prestations aux usagers. C est enfin l'acoss qui assure l individualisation de la trésorerie de chacune des branches sans toutefois être responsable de leur équilibre financier qui leur incombe directement. Ainsi, pour optimiser le placement des ressources, celles-ci sont placées en commun, mais les branches reçoivent les intérêts créditeurs ou doivent rembourser les intérêts débiteurs de leurs comptes comme auprès d un établissement bancaire. Ce sont les 105 URSSAF, soit plus d une par département, sous la tutelle de l ACOSS qui ont la charge de collecter les cotisations et les contributions sociales (CSG - CRDS) auprès des entreprises et ce, pour toutes les branches. L importance des fonds collectés pour l ensemble des risques (environ 250 milliards d Euros en 2002), le nombre d entreprises assujetties (près de 5 millions), mais aussi la mission de service public dont elles sont investies, et les pouvoirs qui sont les leurs, alors qu elles sont des personnes morales de droit privé, tout cela justifie une organisation très rigoureuse du travail des URSSAF. Chaque année - au niveau national - des orientations de contrôle, ciblant les secteurs professionnels à risque sont établies. Les orientations nationales sont adaptées au niveau régional en fonction des spécificités économiques. L ACCOS et les URSSAF comptent salariés dont sont des inspecteurs qui travaillent dans les 105 URSSAF. Ces inspecteurs consacrent 10 pour cent de leur temps à la détection et à la lutte contre le travail illégal. Dans ce cas il agit soit seul, soit en lien avec d autres services tels que l inspection du travail. Ils effectuent des contrôles dans les entreprises. A l'exception des contrôles pour mettre à jour le travail illégal, ils annoncent leur visite par lettre recommandée. Ils peuvent dresser des procès verbaux qui font foi jusqu à preuve du contraire par le redevable. Les URSSAF peuvent agir par la contrainte pour obtenir les paiements. L'efficacité de leur action se mesure notamment au pourcentage des sommes restant à recouvrir en fin

7 6 d'année. En 2001 ce taux n était que de 1,11 pour cent, c est un taux remarquable parce que très bas. Les URSSAF travaillent sur la base des déclarations des entreprises. Ces dernières doivent effectuer une déclaration préalable à toute embauche. Elles doivent fournir, avec une grande régularité qui correspond à la périodicité des versements des cotisations, un bordereau récapitulatif qui comporte: les éléments d assiette, c est-à-dire la base sur laquelle sont calculés les montants à payer; les taux applicables; les sommes dues. Le prélèvement est effectué à la source par l entreprise au moment du versement du salaire. L employeur doit calculer et verser lui-même les sommes qu il doit au titre de la part patronale et prélever la part financée par le salarié sur les sommes versées. Ce système est simple, peu coûteux et d une grande efficacité: il permet de garantir en temps réel la solvabilité des entreprises et de s assurer du bon versement des cotisations qui "ont vocation à ouvrir un droit aux prestations" en cas de réalisation d un risque; leur versement conditionne l ouverture des droits sociaux (et donc des droits à retraite) des salariés. En fin d année, les entreprises doivent également fournir une déclaration générale et récapitulative, la DADS (déclaration annuelle des données sociales) qui contient des informations relatives à chaque collaborateur de l entreprise et aux rémunérations et avantages qui lui ont été versés (car tout cela est intégré dans l assiette des cotisations). Elles doivent à l occasion de la fourniture de la DADS régulariser leur situation, c est-à-dire vérifier la cohérence des sommes versées aux URSSAF avec leurs déclarations et vérifier également qu elles ont rempli toutes leurs obligations. Cette déclaration unique permet à tous les organismes sociaux de s assurer que les sommes dues ont été versées mais aussi que les salariés voient leurs "droits à retraite" validés. Les entreprises les plus importantes doivent obligatoirement utiliser les virements bancaires pour payer les charges sociales. Si c est bien l employeur qui détermine le montant qu il paie, il est évident que les organismes de recouvrement, les URSSAF, effectuent tous les rapprochements nécessaires entre les sommes déclarées et les sommes versées. Elles vérifient notamment que tous les éléments soumis à cotisation ont bien été déclarés par les contrôles sur pièces et sur place. En ce qui concerne les contrôles sur place, quand les inspecteurs du recouvrement vont en entreprise, ils ont le droit de demander communication de tout document susceptible de les éclairer y compris sur la comptabilité et sur le patrimoine de l entreprise. Ils peuvent, en outre, interroger toute personne qui, à un titre ou à un autre, est rétribuée par l entreprise et cela notamment dans le cadre de la détection et de la lutte contre le travail illégal. Tout retard de paiement, toute omission de déclaration constatée donne lieu à des majorations de retard (les intérêts de la dette) et à des pénalités (les sanctions). Toutefois, l employeur peut formuler une demande de remise de ces majorations et pénalités; selon son comportement antérieur et sa bonne foi, l URSSAF peut faire preuve d indulgence et proposer des délais de paiement. Notons aussi que les contrôles des URSSAF ne portent que sur les trois dernières années. Tout contrôle donne lieu à une lettre de fin de contrôle.

8 7 L employeur dispose de 30 jours pour apporter des réponses aux observations. C est ce qu on appelle la procédure contradictoire. A l issue des 30 jours, la dette est signifiée à l entreprise. En raison du prélèvement à la source, elles ont la possibilité de constater "très en amont" les difficultés économiques rencontrées par les entreprises et par leur sous traitants. Toutefois une analyse de la situation et du comportement des cotisants montre que peu ou prou, 5 pour cent d entre eux posent des problèmes et que parmi eux, la plupart se heurtent à des difficultés matérielles qui peuvent être surmontées avec des procédures ou des outils adaptés. Ainsi, les URSSAF peuvent accorder des échéances de paiement correspondant à la situation économique ou à la trésorerie de l entreprise. Encore faut-il que l entreprise le sollicite et ne craigne pas de s adresser à son URSSAF. En effet, du côté des pouvoirs publics, le parti a été pris de moderniser le service public du recouvrement en France, pour cela nous passons par le développement des services pour faciliter les démarches des entreprises. De plus, les URSSAF tâchent d améliorer leur image répressive vis-à-vis de la très grande majorité des cotisants qui ne posent pas de problème. Elles proposent des services et un droit à examen personnalisé de la situation pour préserver l emploi autant que faire se peut et assurer ainsi une rentrée régulière des recettes qui sont liées directement à l activité économique. C est ce que nous aborderons en troisième partie, mais au préalable, je voudrais vous dire quelques mots de la collecte des cotisations qui financent les retraites complémentaires obligatoires. Chaque trimestre, les organismes gestionnaires des retraites complémentaires font un appel de cotisations auprès des entreprises sur la base du fichier national des entreprises et des DADS de l année précédente qu ils reçoivent, comme les URSSAF, en début d année. Les entreprises répondent à leurs appels et versent leurs cotisations à trimestre échu. Pour donner un ordre de grandeur, les deux principaux organismes de retraite complémentaires obligatoires, AGIRC et ARRCO perçoivent conjointement 41 milliards d Euros. Bien que ces retraites et les cotisations correspondantes soient obligatoires, on peut dire qu il y a une sorte d adhésion des entreprises et des salariés au système: la gestion par les partenaires sociaux et la simplicité des modes de calcul ne sont sans doute pas totalement étrangères à cette adhésion morale qui facilite la collecte. Notons que, de facto, ce sont les URSSAF qui, contrôlant les entreprises, donnent à l AGIRC et à l'arrco les informations qui leur sont utiles. Tout en conservant une capacité de coercition qui est utile et même efficace il convenait de chercher l adhésion de l entreprise au système de prélèvement Les pouvoirs publics se sont interrogés pour savoir quel est le meilleur service à rendre aux entreprises assujetties pour leur permettre d accomplir leurs obligations dans des conditions aussi simples que possible et donc moins coûteuses pour elles. Cet objectif est consigné dans une Convention d objectifs et de gestion qui est signée entre l Etat et l ACOSS. La dernière Convention par objectifs (COG) propose de mettre l entreprise au cœur des préoccupations des organismes pour encourager l adhésion volontaire au prélèvement social qui finance la protection sociale.

9 8 Tout d abord, progressivement la transmission des informations et le versement se dématérialisent (sans support papier) grâce à l informatique et aux télétransmissions. Toute une série de mesures complètent et s inscrivent dans cette dématérialisation. La déclaration unique d embauche se fait par minitel ou en interne: les employeurs déclarent l embauche préalablement à l entrée en fonction du salarié et l URSSAF se charge de transmettre l information à tous les services sociaux qui en ont besoin. Il s agit aussi de la déclaration unifiée des cotisations sociales: Elle est conçue à l intention des petites et moyennes entreprises, transmise par Internet avec bien évidemment, une totale "sécurisation" de la transmission. Ces déclarations permettent aux entreprises d adresser en une seule fois à tous les organismes concernés (URSSAF, mais aussi aux caisses de chômage, de retraite ou de congés payés), toutes informations obligatoires. du versement en lieu unique: Les grandes entreprises qui ont plusieurs établissements en France et qui auraient au moins cinq URSSAF comme interlocuteurs peuvent obtenir d une commission nationale l autorisation de n avoir qu un seul interlocuteur URSSAF. Il faut alors que l entreprise opte pour une gestion centralisée des payes et qu elle soit en règle depuis 3 ans au moins au regard de ses obligations sociales. Il s agit en outre du chèque emploi service qui facilite grandement la "paperasserie" administrative du particulier employeur. Ce chèque permet aux particuliers une déclaration très simplifiée des heures de travail à domicile; il a été un facteur incitatif pour les particuliers qui emploient des aides ménagères et qui ne les déclaraient pas auparavant. Des déclarations également simplifiées sont réalisées pour favoriser les formalités des employeurs occasionnels d artistes ou de techniciens du spectacle. Et bien sûr, il existe également des formules simplifiées de déclarations pour le secteur de l agriculture: c est le cas du titre emploi simplifié agricole qui permet de limiter les déclarations lors de l embauche de travailleurs occasionnels ou saisonniers. C est aussi une formule de "chèque" qui va être étendue aux petites entreprises et aux petites associations ou aux employeurs de salariés occasionnels. La simplification des procédures pour les petites entreprises: Les petites entreprises n ont pas toujours l équipement informatique ou un comptable. L URSSAF leur propose de verser des acomptes forfaitaires réguliers avec une régularisation en fin d année; En ce qui concerne les travailleurs indépendants et les travailleurs individuels, bien que leurs charges soient calculées sur les revenus de l année précédente, ils peuvent être mensualisés: en fonction d un échéancier prévisionnel, des

10 9 prélèvements automatiques et mensuels sont effectués par l URSSAF en liaison avec les caisses des travailleurs indépendants. En résumé la simplification permet de lutter contre le travail illégal; facilité le travail des redevables; garantit la fiabilité des données transmises aux organismes. Nous avons fait des choix de méthode qui nous semblent donner satisfaction aujourd hui: Pour la collecte la plus importante, celle des URSSAF, nous avons séparé les organismes collecteurs de cotisations de ceux qui servent les pensions et autres prestations. En effet, lorsque les deux fonctions étaient juxtaposées dans un même établissement, le moindre manque de personnel, la moindre économie, avait des effets négatifs sur le fonctionnement de la collecte, alors que l on continuait toujours à servir les prestations. Nous avons des agents contrôleurs qui sont très bien formés pour détecter les "oublis" des entreprises ou les incohérences entre les déclarations de nature différente. Les URSSAF ont des moyens de coercition et elles peuvent aller jusqu à la liquidation judiciaire d une entreprise qui a trop de retard ou dont on constate l incapacité à faire face à ses dettes. Nous considérons néanmoins que les organismes collecteurs et l Etat ont le devoir de rendre les procédures transparentes, d où la procédure contradictoire en cas de contrôle. Ils ont le devoir de simplifier le travail des entreprises, de supprimer "l impôt papier" et de faire en sorte que les entreprises qui n ont pas les moyens ou outils nécessaires puissent faire face à leurs obligations. L importance de cette politique de facilitation figure au centre de la Convention d objectifs et de gestion, contrat de 3 ans ( ) signée entre l Etat et l ACCOS avec toute une série de mesures qui vont des dispositifs les plus simples: que le courrier soit toujours très clair et compréhensible par l entreprise, par exemple, aux objectifs les plus ambitieux comme par exemple, assurer un traitement personnalisé mais aussi harmonisé du recouvrement dans l ensemble du réseau des URSSAF. Et cela n est pas forcément aisé lorsqu on a près de 5 millions d entreprises cotisantes. Pour terminer, j ajouterai que l efficacité d une collecte très contrôlée et la facilitation de la relation avec les entreprises sont pour nous une oeuvre de longue haleine que nous nous devons de réactualiser et redynamiser très régulièrement. Cela nécessite une analyse continue des problèmes qui se posent, la mise en place de réponses très ajustées et une évaluation sérieuse des résultats.

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants

Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants Une protection sociale adaptée aux travailleurs indépendants 1 Les prestations 2 Les prestations maladie-maternité 1/2 Les prestations maladie en nature (médicaments, honoraires ) sont les mêmes que les

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

Votre retraite complémentaire

Votre retraite complémentaire Jeunes embauchés Votre retraite complémentaire Arrco et Agirc Parlons retraite Retraite, vous voulez me parler de retraite, à moi, jeune embauché qui débute dans la vie active? En quoi la retraite peut-elle

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Idées reçues sur la Sécurité sociale

Idées reçues sur la Sécurité sociale Idées reçues sur la Sécurité sociale Idée reçue n 1 : «La Sécu, c est la carte Vitale» La carte Vitale est sans doute le symbole le plus connu de la Sécurité sociale, mais la Sécurité sociale ne se limite

Plus en détail

LES COTISATIONS SOCIALES

LES COTISATIONS SOCIALES LES COTISATIONS SOCIALES Les Autres Contributions : CSG ET CRDS La Mutualité Sociale Agricole est chargée du recouvrement de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 09/02/10 N Affaires sociales : 11.10 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2010 La loi

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2)

1 ère année civile (1) 2 ème année civile (2) Mars 2015 COTISATIONS TRAVAILLEURS NON SALARIES 2015 MONTANT ANNUEL DES COTISATIONS POUR LES T.N.S. PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1er JANVIER 2015 : 38040 par an (PASS) et 3170 par mois (PASS mensuel)

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Les premiers mois d'activité

Les premiers mois d'activité Les premiers mois d'activité Créateur travailleur indépendant Pour le régime des non salariés les organismes chargés de recouvrer les cotisations dépendent directement du type d activité que vous exercez.

Plus en détail

Expatriation : régime social et cotisations

Expatriation : régime social et cotisations Pégase 3 Expatriation : régime social et cotisations Dernière révision le 16/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Assurance volontaire...4 Maladie Maternité Invalidité...4 Accident

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Embaucher, c est facile avec le «Cesu déclaratif» À jour au 1er janvier 2006

Embaucher, c est facile avec le «Cesu déclaratif» À jour au 1er janvier 2006 Embaucher, c est facile avec le «Cesu déclaratif» À jour au 1er janvier 2012 1 Le dispositif Cesu déclaratif Le Cesu déclaratif est un dispositif du réseau des Urssaf qui facilite les formalités liées

Plus en détail

Protection sociale créateur : comment ça marche?

Protection sociale créateur : comment ça marche? Protection sociale créateur : comment ça marche? votre projet d entreprise : Choix du Statut du projet à la création : les formalités votre protection sociale - artisans commerçants - professions libérales

Plus en détail

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE

ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Séminaire de préparation à la retraite ONU Genève 09/04/2014 ASSURANCES SOCIALES EN FRANCE Sommaire Le système de Sécurité Sociale en France Les différents régimes de sécurité

Plus en détail

P2C06 La re alisation de la paye

P2C06 La re alisation de la paye I. L organisation de la paye P2C06 La re alisation de la paye La paye s effectue chaque mois selon un calendrier strict à définir. Si la paye doit être versée le dernier jour du mois, toutes les opérations

Plus en détail

La retraite, comment en bénéficier?

La retraite, comment en bénéficier? Salariés agricoles La retraite, comment en bénéficier? Je prépare ma retraite RETRAITE Je suis, salarié agricole cadre ou non cadre Sommaire De quoi est composée ma retraite? p.3 Ma retraite à taux plein,

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

Artisans, commerçants Le statut de votre conjoint

Artisans, commerçants Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants Le statut de votre conjoint Edition 2010 Votre conjoint participe régulièrement à votre activité artisanale, industrielle ou commerciale : le coix d un statut est obligatoire. 2 A

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

Envoi du nouvel échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi du nouvel échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Envoi du nouvel échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Dans le cadre d un nouveau calendrier mis en place en 2015, les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent un nouvel

Plus en détail

INSTRUCTION. N 01-006-B3 du 23 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00006 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 01-006-B3 du 23 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00006 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 01-006-B3 du 23 janvier 2001 NOR : BUD R 01 00006 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique CONTRIBUTION POUR LE REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE - COTISATIONS ASSURANCE

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-120

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-120 PARIS, le 19/08/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-120 OBJET : Mise en oeuvre de la convention nationale des médecins généralistes et spécialistes

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France?

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Chapitre 2 Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Tous les systèmes de retraites appliqués actuellement dans le monde sont fondés sur quelques grands principes. Le système

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Les assurés reçoivent un échéancier de leurs cotisations et contributions sociales personnelles obligatoires à payer en 2012.

Les assurés reçoivent un échéancier de leurs cotisations et contributions sociales personnelles obligatoires à payer en 2012. Informations aux experts-comptables Envoi de l échéancier de cotisations Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent en décembre 2011 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

INFORMATIONS POUR LES JEUNES AVOCATS

INFORMATIONS POUR LES JEUNES AVOCATS INFORMATIONS POUR LES JEUNES AVOCATS COTISATIONS ORDINALES POUR 2011 Barème des cotisations en euros Les assurances responsabilités civiles professionnelles et prévoyance sont forfaitaires selon l ancienneté

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants

Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants Campagne 2014 de régularisation des cotisations et contributions personnelles des travailleurs indépendants A partir de la deuxième semaine d octobre, les assurés du RSI reçoivent leur notification de

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) pour 2015 : 38.040 / Taux

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU

[ Particulier employeur ] La Paje. Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU [ Particulier employeur ] La Paje Prestation d accueil du jeune enfant À JOUR AU 1 er janvier 2010 Vous bénéficiez, pour votre enfant né ou adopté à partir du 1 er janvier 2004 *, de la Prestation d accueil

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

Vacataires dans nos services

Vacataires dans nos services TRAVAIL AFFAIRES SOCIALES TRA AFFAIR 12, bd de Bonne Nouvelle 75010 PARIS tel : 01 44 79 31 65, 69 Fax : 01 44 79 31 72 site internet : www.sud-travail-affaires-sociales.org site intranet: www.intracom.travail.gouv.fr

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

[ Profession libérale ] Les cotisations en début d activité À JOUR AU

[ Profession libérale ] Les cotisations en début d activité À JOUR AU [ Profession libérale ] Les cotisations en début d activité À JOUR AU 1 er juillet 2009 V ous vous installez «à votre compte». Vous exercez une activité non salariée. Des formalités simplifiées Pour créer

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II)

NOTE D INFORMATION LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2006 (II) NOTE D INFORMATION CV/ NT Réf. : II-13-1 et II-13-3-3 1 er septembre 2006 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES/loi financ. Sécurité sociale 06 Indemnités journalières LES MESURES PREVUES PAR LA LOI DE FINANCEMENT

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Salaire et protection sociale. Les éléments principaux

Salaire et protection sociale. Les éléments principaux Les éléments principaux 1 En France, la LOI fixe le montant du salaire minimal que tout employeur doit verser au salarié pour chaque heure de travail réalisée. 2 Ce salaire s appelle le (Salaire Minimum

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite

Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite 68 Indicateur n 22 : Structure de financement des principaux régimes de retraite L indicateur retenu vise à apprécier la structure de financement des principaux régimes de retraites. Il se décline en quatre

Plus en détail

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes Mémento des chirurgiens-dentistes Début d activité p. 2 En cours d activité p. 5 Dispenses et réductions de cotisations [non rachetables] p. 10 Dispenses [rachetables] p. 11 Exonération de cotisations

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance. Dernière révision le 25.07.2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pegase3 Seuils d exonération des retraites et prévoyance Dernière révision le 25.07.2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Le décret fixant le seuil d exonération des contributions patronales

Plus en détail

Avec vous, nous finançons. Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques

Avec vous, nous finançons. Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Avec vous, nous finançons la solidarité nationale Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques Assurer la collecte des cotisations avec efficacité

Plus en détail

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE I 07.03 S O M M A I R E A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE D ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES E

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE Département Administration et Gestion Communales JM/JR/ GeC/MK-Note n 42 Paris, le 3 mai 2013 LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE DES ÉLUS LOCAUX L article 18 de la loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi

Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Gwendoline Aubourg Employer quelqu un chez soi Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3541-4 Chapitre 1 L embauche directe En tant que particulier employant du personnel de maison (une femme de ménage, une

Plus en détail