Thème 1: Le recouvrement efficient des cotisations de sécurité sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 1: Le recouvrement efficient des cotisations de sécurité sociale"

Transcription

1 Association internationale de la sécurité sociale Conférence internationale sur Les changements dans la structure et l organisation de l administration de la sécurité sociale Cracovie, Pologne, 3-4 juin 2004 Thème 1: Le recouvrement efficient des cotisations de sécurité sociale Le recouvrement des cotisations en France Conseillère technique Direction de la sécurité sociale France ISSA/OM/CONF/2004/1b

2 Le recouvrement des cotisations en France Conseillère technique Direction de la sécurité sociale France Dans une première partie, je vais tenter de vous donner les principaux éléments qui caractérisent notre système de sécurité sociale, et en particulier notre système de retraite et notamment nos retraites obligatoires. Dans une deuxième partie, je vous parlerai plus précisément de l organisation du recouvrement ainsi que des pouvoirs dont disposent les services compétents. Enfin, dans une troisième partie, je vous présenterai la politique actuelle que les pouvoirs publics mettent en oeuvre pour faciliter la collecte des cotisations sociales. Notre sécurité sociale En raison de notre histoire qui a débuté il y a plus d un siècle principalement par des solidarités locales d entreprises qui ont progressivement mutualisé les risques pour leurs salariés, et en raison d une volonté de la France de créer en 1945 une sécurité sociale pour tous, nous disposons aujourd hui d un régime général de sécurité sociale qui couvre 80 à 85 pour cent de la population, et nous avons encore une trentaine de petits régimes dont les principaux concernent: les fonctionnaires; les personnels de certaines entreprises liées à l Etat (SNCF = chemins de fer; RATP = Régie autonome de transports parisiens; etc.); les agriculteurs; les travailleurs indépendants, et en particulier, les commerçants et les artisans ainsi que les professions libérales. Ces régimes continuent d avoir une gestion autonome mais les prestations qu ils servent se rapprochent de plus en plus de celles du régime général. L Etat leur demande d aligner aussi leurs cotisations sur celles du régime général pour rester en équilibre. Rappelons en effet que l Etat exerce sa tutelle sur l ensemble de la sécurité sociale. En ce qui concerne la couverture offerte aux agriculteurs (exploitants et salariés agricoles), celle-ci relève d une organisation particulière afin de répondre le mieux possible aux besoins de cette population. Les caisses de la mutualité sociale agricole prennent en charge les missions relatives au service de toutes les prestations de sécurité sociale (maladie, famille,

3 2 vieillesse, et les "accidents du travail et maladies professionnelles" (ATMP). Ces caisses assurent également le recouvrement des cotisations et contrôlent les entreprises agricoles dans ce domaine. Le régime agricole offre ainsi un "guichet unique" aux assurés sociaux du secteur. Ce régime est fortement déficitaire, notamment en ce qui concerne les exploitants: afin de garantir son équilibre, il bénéficie d une subvention de l Etat (affectation d une partie du produit de la TVA notamment). Cette subvention est inscrite dans la loi de finances dans le budget annexe des prestations sociales agricoles. Le régime général comporte quatre branches. En effet en France, le chômage est géré par les partenaires sociaux, en dehors de la sécurité sociale. Ces quatre branches sont: la maladie à laquelle on joint la maternité et l invalidité; les Accidents du travail et les maladies professionnelles (ATMP); la vieillesse et le veuvage; la famille. Trois caisses nationales ont la charge de gérer ces grands risques: la maladie et les ATMP sont gérés par la même caisse: la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Ces trois caisses, la CNAMTS, la Caisse nationale d'allocations familiales (CNAF) et la Caisse nationale d'assurance vieillesse des travailleurs salariés (CNAVTS) ont des services proches de la population et qui sont sous leur tutelle. Une quatrième caisse nationale, l'agence centrale des organismes de sécurité sociale (ACOSS) et ses services locaux, les Unions régionales de recouvrement pour la sécurité sociale et les allocations familiales (URSSAF), assurent la collecte des cotisations et des contributions sociales pour alimenter les caisses régionales et locales qui servent les prestations aux assurés sociaux. En ce qui concerne les retraites, c est la CNAVTS et ses services régionaux qui gèrent la retraite de base et servent ce premier niveau de pension aux retraités. En effet, rappelons que nos retraites sont constituées par deux étages obligatoires et un étage facultatif qui est encore assez peu répandu: Le premier, c est la retraite de base dite retraite de la sécurité sociale contributive obligatoire et par répartition. Le second, c est la retraite complémentaire obligatoire, également par répartition, également contributive et par points. Les caisses de retraite complémentaire sont gérées par les partenaires sociaux qui sont responsables de leur équilibre financier. Le troisième niveau est généralement un avantage consenti par certaines grandes entreprises à leurs salariés, souvent les cadres ou les cadres supérieurs. C est une forme d épargne aidée fortement par l employeur et totalement volontaire. Au-delà de ce troisième niveau se trouve l épargne individuelle à long terme qui est encouragée fiscalement. Retraite de base La retraite de base, dite retraite de sécurité sociale n est alimentée que par les cotisations collectées par les URSSAF. Ces cotisations sont assises sur le "salaire plafond" de la sécurité sociale. Le concept de salaire plafond sert de référence à de nombreuses prestations et cotisations dans notre système. Il s élève actuellement à EUR par an.

4 3 Les cotisations pour la retraite de base s élèvent à: 8,20 pour cent du salaire brut pour la part patronale et à 6,55 pour cent pour la part salariale, et cela dans la limite du plafond. L employeur paie en outre 1,60 pour cent sur l ensemble du salaire brut versé. La retraite de base de la sécurité sociale s élève au maximum à 46 pour cent du salaire plafond et ce, dans le cas où un salarié a travaillé durant 160 trimestres au moins, et a eu pendant 25 ans un salaire égal ou supérieur au plafond. Il peut demander sa retraite à partir de 60 ans, sauf dans certains régimes (La Poste) qui sont plus avantageux et permettent un départ en retraite anticipé. Cependant, suite à la réforme récente des retraites dont vous avez sans doute entendu parler, les personnes ayant commencé leur activité particulièrement tôt et ayant eu des carrières longues, peuvent partir en retraite de manière anticipée (avant 60 ans); par ailleurs, d une manière générale, les salariés partiront à l avenir plus tardivement en retraite en raison de l allongement de la durée de cotisation pour pouvoir bénéficier d une retraite "à taux plein". Une personne qui a également travaillé durant tous les trimestres nécessaires et qui a cotisé sur la base d un salaire inférieur au plafond, bénéficiera d une retraite de base égale à 46 pour cent du salaire moyen qu elle a reçu au cours des 25 meilleures années de sa carrière. Au cours des prochaines années, et en prévision du papy boom, le nombre de trimestres exigibles pour une retraite à taux plein va progressivement passer de 160 à 170 trimestres. Notons que les personnes qui, arrivées à l âge de la retraite, ne peuvent avoir, du fait de leurs droits acquis ou du fait de leurs autres revenus (patrimoine, placements) des ressources au moins égales à EUR 500 par mois, peuvent bénéficier du Fonds de Solidarité Vieillesse. Ils reçoivent alors une allocation totale ou le plus souvent différentielle, pour leur permettre d atteindre le minimum vieillesse, c est à dire une pension à caractère non contributif qui correspond au minimum octroyé aux travailleurs âgés. Ainsi, au-delà de la retraite de base qui relève de l assurance sociale, le système français est solidaire et garantit un minimum de ressources aux personnes âgées. Le Fonds de solidarité vieillesse (FSV) est alimenté grâce à un impôt: une petite partie (20 pour cent) de la Contribution sociale généralisée (CSG). La CSG est un impôt universel affecté à la sécurité sociale prélevé à la source sur tout les revenus quelle que soit leur origine (salaires ou revenus d activité, revenus du patrimoine ou des placements, revenus de remplacement soit les pensions de retraites ou les prestations de chômage notamment). Seuls en sont exonérés ceux qui ne disposent pour vivre que des minima sociaux. Retraites complémentaires Contrairement à ce qui se fait dans le régime général, ce sont les mêmes organismes qui collectent les cotisations et qui versent les pensions du deuxième niveau, c est à dire la retraite complémentaire obligatoire. La plupart de ces organismes sont regroupés pour ce qui concerne les salariés au sein de la fédération AGIRC - ARRCO (Association générale des institutions de retraite des cadres - Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). AGIRC et ARRCO sont financièrement solidaires. AGIRC est la caisse complémentaire des cadres et ARRCO est celle des non cadres. Les entreprises cotisent pour leurs salariés sur la base des salaires bruts dans la limite de 1 à 4 fois le plafond de la sécurité sociale pour les non-cadres, et de 1 à 8 fois le plafond de la sécurité sociale pour les cadres.

5 4 Les cotisations ARRCO représentent 7,5 pour cent de la masse salariale. Les cotisations AGIRC représentent 20 pour cent (12,5 pour cent pour l employeur et 7,5 pour cent pour le salarié) et sont versées pour la part de salaire au-delà du plafond. La branche famille Elle fait l objet de cotisations des employeurs. Les cotisations s élèvent à 5,4 pour cent des salaires bruts versés. Tout résident qui a au moins 2 enfants à charge reçoit des allocations familiales tous les mois quels que soient ses revenus. Cette "égalité" de tous les parents, riches ou pauvres, est "rattrapée" par les règles fiscales de l impôt sur le revenu. Par ailleurs toutes les autres prestations destinées aux familles sont servies sous condition de ressources et donc aux familles les plus modestes. Les accidents du travail et maladies professionnelles Les ATMP font l objet de cotisations des employeurs. En fonction de la taille des entreprises les cotisations sont forfaitaires pour les petites, totalement calculées sur les risques réels dans les grandes entreprises et partiellement forfaitaires pour les entreprises de taille moyenne. L accident du travail et la maladie professionnelle sont traités comme des griefs subis par les intéressés et donnent donc lieu à réparation. Tous les soins, tous les traitements y compris la rééducation professionnelle, sont pris en charge à 100 pour cent, et, lorsque l état de santé est stabilisé, la victime reçoit, soit un capital si le montant exigible du fait du handicap est faible, soit une rente à vie cumulable avec tout autre avantage dans les cas les plus courants. La maladie, l invalidité et la maternité Elles bénéficient d un prélèvement spécifique dont je vous ai parlé tout à l heure à propos du FSV. C est la contribution sociale généralisée: la CSG est prélevée à la source sur tous les revenus quelle que soit leur origine, à l exception des minima sociaux. Cet impôt affecté est complété par une cotisation payée par les salariés qui s élève à 0,75 pour cent du salaire et qui est destinée à financer les indemnités journalières; s ajoute à cela une cotisation patronale de 12,8 pour cent du salaire brut versé au salarié. Le grand risque, y compris la maternité, est pris en charge à 100 pour cent. Il concerne les maladies longues et coûteuses qu elles soient désignées comme le cancer ou la tuberculose ou inconnues mais donnant lieu à des dépenses importantes et durables pour les usagers. La prise en charge du petit risque est moins importante, elle est en partie complétée par des mutuelles et des assurances complémentaires. De plus toute personne qui doit cesser momentanément de travailler pour cause de maladie a droit à des indemnités journalières après un délai de carence de trois jours. Enfin lorsque la maladie d une personne qui travaille donne lieu à terme de trois ans à un constat d invalidité, c'est-à-dire à une incapacité de travail ou de gain, l intéressé reçoit une pension qui tient compte à la fois du salaire moyen dans la région et dans la branche, et du degré d incapacité constatée.

6 5 Organisation du recouvrement par les URSSAF et par les Caisses complémentaires de retraite Auparavant quelques mots sur les missions de l ACOSS. Caisse nationale du réseau de recouvrement, l Agence centrale des organismes de sécurité sociale centralise les ressources et gère la trésorerie des organismes chargés de servir les prestations: pour ce qui nous concerne aujourd hui, les pensions de retraite de base. C est l'acoss qui reçoit directement de l Etat les taxes et impôts perçus par l administration fiscale pour le compte de la sécurité sociale. C est également l ACOSS qui perçoit directement certaines cotisations ou assimilées, telles que les cotisations des français à l étranger, etc. C est toujours l ACOSS qui perçoit directement les charges sociales que l Etat paye sur son budget après en avoir exonéré les entreprises pour favoriser l emploi des salariés à bas salaires et de quelques catégories particulières de salariés ou chômeurs en difficulté: voire de certaines zones géographiques (Corse, zones urbaines ou rurales prioritaires, etc.). L ACOSS transfère quotidiennement les recettes ainsi collectées vers les caisses de sécurité sociale qui versent les prestations aux usagers. C est enfin l'acoss qui assure l individualisation de la trésorerie de chacune des branches sans toutefois être responsable de leur équilibre financier qui leur incombe directement. Ainsi, pour optimiser le placement des ressources, celles-ci sont placées en commun, mais les branches reçoivent les intérêts créditeurs ou doivent rembourser les intérêts débiteurs de leurs comptes comme auprès d un établissement bancaire. Ce sont les 105 URSSAF, soit plus d une par département, sous la tutelle de l ACOSS qui ont la charge de collecter les cotisations et les contributions sociales (CSG - CRDS) auprès des entreprises et ce, pour toutes les branches. L importance des fonds collectés pour l ensemble des risques (environ 250 milliards d Euros en 2002), le nombre d entreprises assujetties (près de 5 millions), mais aussi la mission de service public dont elles sont investies, et les pouvoirs qui sont les leurs, alors qu elles sont des personnes morales de droit privé, tout cela justifie une organisation très rigoureuse du travail des URSSAF. Chaque année - au niveau national - des orientations de contrôle, ciblant les secteurs professionnels à risque sont établies. Les orientations nationales sont adaptées au niveau régional en fonction des spécificités économiques. L ACCOS et les URSSAF comptent salariés dont sont des inspecteurs qui travaillent dans les 105 URSSAF. Ces inspecteurs consacrent 10 pour cent de leur temps à la détection et à la lutte contre le travail illégal. Dans ce cas il agit soit seul, soit en lien avec d autres services tels que l inspection du travail. Ils effectuent des contrôles dans les entreprises. A l'exception des contrôles pour mettre à jour le travail illégal, ils annoncent leur visite par lettre recommandée. Ils peuvent dresser des procès verbaux qui font foi jusqu à preuve du contraire par le redevable. Les URSSAF peuvent agir par la contrainte pour obtenir les paiements. L'efficacité de leur action se mesure notamment au pourcentage des sommes restant à recouvrir en fin

7 6 d'année. En 2001 ce taux n était que de 1,11 pour cent, c est un taux remarquable parce que très bas. Les URSSAF travaillent sur la base des déclarations des entreprises. Ces dernières doivent effectuer une déclaration préalable à toute embauche. Elles doivent fournir, avec une grande régularité qui correspond à la périodicité des versements des cotisations, un bordereau récapitulatif qui comporte: les éléments d assiette, c est-à-dire la base sur laquelle sont calculés les montants à payer; les taux applicables; les sommes dues. Le prélèvement est effectué à la source par l entreprise au moment du versement du salaire. L employeur doit calculer et verser lui-même les sommes qu il doit au titre de la part patronale et prélever la part financée par le salarié sur les sommes versées. Ce système est simple, peu coûteux et d une grande efficacité: il permet de garantir en temps réel la solvabilité des entreprises et de s assurer du bon versement des cotisations qui "ont vocation à ouvrir un droit aux prestations" en cas de réalisation d un risque; leur versement conditionne l ouverture des droits sociaux (et donc des droits à retraite) des salariés. En fin d année, les entreprises doivent également fournir une déclaration générale et récapitulative, la DADS (déclaration annuelle des données sociales) qui contient des informations relatives à chaque collaborateur de l entreprise et aux rémunérations et avantages qui lui ont été versés (car tout cela est intégré dans l assiette des cotisations). Elles doivent à l occasion de la fourniture de la DADS régulariser leur situation, c est-à-dire vérifier la cohérence des sommes versées aux URSSAF avec leurs déclarations et vérifier également qu elles ont rempli toutes leurs obligations. Cette déclaration unique permet à tous les organismes sociaux de s assurer que les sommes dues ont été versées mais aussi que les salariés voient leurs "droits à retraite" validés. Les entreprises les plus importantes doivent obligatoirement utiliser les virements bancaires pour payer les charges sociales. Si c est bien l employeur qui détermine le montant qu il paie, il est évident que les organismes de recouvrement, les URSSAF, effectuent tous les rapprochements nécessaires entre les sommes déclarées et les sommes versées. Elles vérifient notamment que tous les éléments soumis à cotisation ont bien été déclarés par les contrôles sur pièces et sur place. En ce qui concerne les contrôles sur place, quand les inspecteurs du recouvrement vont en entreprise, ils ont le droit de demander communication de tout document susceptible de les éclairer y compris sur la comptabilité et sur le patrimoine de l entreprise. Ils peuvent, en outre, interroger toute personne qui, à un titre ou à un autre, est rétribuée par l entreprise et cela notamment dans le cadre de la détection et de la lutte contre le travail illégal. Tout retard de paiement, toute omission de déclaration constatée donne lieu à des majorations de retard (les intérêts de la dette) et à des pénalités (les sanctions). Toutefois, l employeur peut formuler une demande de remise de ces majorations et pénalités; selon son comportement antérieur et sa bonne foi, l URSSAF peut faire preuve d indulgence et proposer des délais de paiement. Notons aussi que les contrôles des URSSAF ne portent que sur les trois dernières années. Tout contrôle donne lieu à une lettre de fin de contrôle.

8 7 L employeur dispose de 30 jours pour apporter des réponses aux observations. C est ce qu on appelle la procédure contradictoire. A l issue des 30 jours, la dette est signifiée à l entreprise. En raison du prélèvement à la source, elles ont la possibilité de constater "très en amont" les difficultés économiques rencontrées par les entreprises et par leur sous traitants. Toutefois une analyse de la situation et du comportement des cotisants montre que peu ou prou, 5 pour cent d entre eux posent des problèmes et que parmi eux, la plupart se heurtent à des difficultés matérielles qui peuvent être surmontées avec des procédures ou des outils adaptés. Ainsi, les URSSAF peuvent accorder des échéances de paiement correspondant à la situation économique ou à la trésorerie de l entreprise. Encore faut-il que l entreprise le sollicite et ne craigne pas de s adresser à son URSSAF. En effet, du côté des pouvoirs publics, le parti a été pris de moderniser le service public du recouvrement en France, pour cela nous passons par le développement des services pour faciliter les démarches des entreprises. De plus, les URSSAF tâchent d améliorer leur image répressive vis-à-vis de la très grande majorité des cotisants qui ne posent pas de problème. Elles proposent des services et un droit à examen personnalisé de la situation pour préserver l emploi autant que faire se peut et assurer ainsi une rentrée régulière des recettes qui sont liées directement à l activité économique. C est ce que nous aborderons en troisième partie, mais au préalable, je voudrais vous dire quelques mots de la collecte des cotisations qui financent les retraites complémentaires obligatoires. Chaque trimestre, les organismes gestionnaires des retraites complémentaires font un appel de cotisations auprès des entreprises sur la base du fichier national des entreprises et des DADS de l année précédente qu ils reçoivent, comme les URSSAF, en début d année. Les entreprises répondent à leurs appels et versent leurs cotisations à trimestre échu. Pour donner un ordre de grandeur, les deux principaux organismes de retraite complémentaires obligatoires, AGIRC et ARRCO perçoivent conjointement 41 milliards d Euros. Bien que ces retraites et les cotisations correspondantes soient obligatoires, on peut dire qu il y a une sorte d adhésion des entreprises et des salariés au système: la gestion par les partenaires sociaux et la simplicité des modes de calcul ne sont sans doute pas totalement étrangères à cette adhésion morale qui facilite la collecte. Notons que, de facto, ce sont les URSSAF qui, contrôlant les entreprises, donnent à l AGIRC et à l'arrco les informations qui leur sont utiles. Tout en conservant une capacité de coercition qui est utile et même efficace il convenait de chercher l adhésion de l entreprise au système de prélèvement Les pouvoirs publics se sont interrogés pour savoir quel est le meilleur service à rendre aux entreprises assujetties pour leur permettre d accomplir leurs obligations dans des conditions aussi simples que possible et donc moins coûteuses pour elles. Cet objectif est consigné dans une Convention d objectifs et de gestion qui est signée entre l Etat et l ACOSS. La dernière Convention par objectifs (COG) propose de mettre l entreprise au cœur des préoccupations des organismes pour encourager l adhésion volontaire au prélèvement social qui finance la protection sociale.

9 8 Tout d abord, progressivement la transmission des informations et le versement se dématérialisent (sans support papier) grâce à l informatique et aux télétransmissions. Toute une série de mesures complètent et s inscrivent dans cette dématérialisation. La déclaration unique d embauche se fait par minitel ou en interne: les employeurs déclarent l embauche préalablement à l entrée en fonction du salarié et l URSSAF se charge de transmettre l information à tous les services sociaux qui en ont besoin. Il s agit aussi de la déclaration unifiée des cotisations sociales: Elle est conçue à l intention des petites et moyennes entreprises, transmise par Internet avec bien évidemment, une totale "sécurisation" de la transmission. Ces déclarations permettent aux entreprises d adresser en une seule fois à tous les organismes concernés (URSSAF, mais aussi aux caisses de chômage, de retraite ou de congés payés), toutes informations obligatoires. du versement en lieu unique: Les grandes entreprises qui ont plusieurs établissements en France et qui auraient au moins cinq URSSAF comme interlocuteurs peuvent obtenir d une commission nationale l autorisation de n avoir qu un seul interlocuteur URSSAF. Il faut alors que l entreprise opte pour une gestion centralisée des payes et qu elle soit en règle depuis 3 ans au moins au regard de ses obligations sociales. Il s agit en outre du chèque emploi service qui facilite grandement la "paperasserie" administrative du particulier employeur. Ce chèque permet aux particuliers une déclaration très simplifiée des heures de travail à domicile; il a été un facteur incitatif pour les particuliers qui emploient des aides ménagères et qui ne les déclaraient pas auparavant. Des déclarations également simplifiées sont réalisées pour favoriser les formalités des employeurs occasionnels d artistes ou de techniciens du spectacle. Et bien sûr, il existe également des formules simplifiées de déclarations pour le secteur de l agriculture: c est le cas du titre emploi simplifié agricole qui permet de limiter les déclarations lors de l embauche de travailleurs occasionnels ou saisonniers. C est aussi une formule de "chèque" qui va être étendue aux petites entreprises et aux petites associations ou aux employeurs de salariés occasionnels. La simplification des procédures pour les petites entreprises: Les petites entreprises n ont pas toujours l équipement informatique ou un comptable. L URSSAF leur propose de verser des acomptes forfaitaires réguliers avec une régularisation en fin d année; En ce qui concerne les travailleurs indépendants et les travailleurs individuels, bien que leurs charges soient calculées sur les revenus de l année précédente, ils peuvent être mensualisés: en fonction d un échéancier prévisionnel, des

10 9 prélèvements automatiques et mensuels sont effectués par l URSSAF en liaison avec les caisses des travailleurs indépendants. En résumé la simplification permet de lutter contre le travail illégal; facilité le travail des redevables; garantit la fiabilité des données transmises aux organismes. Nous avons fait des choix de méthode qui nous semblent donner satisfaction aujourd hui: Pour la collecte la plus importante, celle des URSSAF, nous avons séparé les organismes collecteurs de cotisations de ceux qui servent les pensions et autres prestations. En effet, lorsque les deux fonctions étaient juxtaposées dans un même établissement, le moindre manque de personnel, la moindre économie, avait des effets négatifs sur le fonctionnement de la collecte, alors que l on continuait toujours à servir les prestations. Nous avons des agents contrôleurs qui sont très bien formés pour détecter les "oublis" des entreprises ou les incohérences entre les déclarations de nature différente. Les URSSAF ont des moyens de coercition et elles peuvent aller jusqu à la liquidation judiciaire d une entreprise qui a trop de retard ou dont on constate l incapacité à faire face à ses dettes. Nous considérons néanmoins que les organismes collecteurs et l Etat ont le devoir de rendre les procédures transparentes, d où la procédure contradictoire en cas de contrôle. Ils ont le devoir de simplifier le travail des entreprises, de supprimer "l impôt papier" et de faire en sorte que les entreprises qui n ont pas les moyens ou outils nécessaires puissent faire face à leurs obligations. L importance de cette politique de facilitation figure au centre de la Convention d objectifs et de gestion, contrat de 3 ans ( ) signée entre l Etat et l ACCOS avec toute une série de mesures qui vont des dispositifs les plus simples: que le courrier soit toujours très clair et compréhensible par l entreprise, par exemple, aux objectifs les plus ambitieux comme par exemple, assurer un traitement personnalisé mais aussi harmonisé du recouvrement dans l ensemble du réseau des URSSAF. Et cela n est pas forcément aisé lorsqu on a près de 5 millions d entreprises cotisantes. Pour terminer, j ajouterai que l efficacité d une collecte très contrôlée et la facilitation de la relation avec les entreprises sont pour nous une oeuvre de longue haleine que nous nous devons de réactualiser et redynamiser très régulièrement. Cela nécessite une analyse continue des problèmes qui se posent, la mise en place de réponses très ajustées et une évaluation sérieuse des résultats.

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite www.irp-auto.com IRP AUTO Qui sommes-nous? Nos métiers IRP AUTO, est le groupe de protection sociale des professionnels de l automobile. Il regroupe des

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Le créateur d entreprise

Le créateur d entreprise Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 1 Guide entreprises avril 2014 Le créateur d entreprise Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères...

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ 39 art om - Fotolia.com Étape 7 > J opte pour le régime social des salariés > J opte pour le régime social de travailleur indépendant > Mon droit aux allocations chômage

Plus en détail

Fiche n 4 - La Protection sociale

Fiche n 4 - La Protection sociale Janvier 2004 Fiche n 4 - La Protection sociale 1 Définition de la Protection sociale La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective qui permettent aux individus ou aux ménages

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

L ENTREPRENEUR ET LA SECURITE SOCIALE

L ENTREPRENEUR ET LA SECURITE SOCIALE L ENTREPRENEUR ET LA SECURITE SOCIALE Informations générales Auteur: Rose-Marie QUINTANA AVOCAT Categorie : Fiscalité Système de sécurité sociale Date de réalisation: 30 juin 2010 Introduction Le système

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Expatriation : régime social et cotisations

Expatriation : régime social et cotisations Pégase 3 Expatriation : régime social et cotisations Dernière révision le 16/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Assurance volontaire...4 Maladie Maternité Invalidité...4 Accident

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET Cécile MOREIRA, Avocat Frédéric GIOVANNINI, Gan Assurances Denis BARBAROSSA, Expert Comptable Le statut juridique conditionne

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

3 e ÉDITION - AVRIL 2009. Employeur sans établissement en France

3 e ÉDITION - AVRIL 2009. Employeur sans établissement en France 3 e ÉDITION - AVRIL 2009 Employeur sans établissement en France Un dispositif a été mis en place depuis fin 2004, pour permettre aux employeurs qui n ont pas d établissement en France de déclarer leur

Plus en détail

Professions indépendantes

Professions indépendantes Professions indépendantes 6 e ÉDITION mars 2007 Vous envisagez d exercer une activité médicale ou paramédicale à titre libéral en optant pour un régime conventionné auprès de votre CPAM (Caisse primaire

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise Dossier spécial Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Février 2014 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de

Plus en détail

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région?

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région? www.frontalierslorraine.eu www.espaceculturelgr.eu Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, Novembre 2011 2 Introduction Le CRD EURES Lorraine est une association

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco le livret du salarié. n o 1. Le livret du salarié

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco le livret du salarié. n o 1. Le livret du salarié Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco le livret du salarié Guide salariés n o 1 avril 2014 Le livret du salarié Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

vous informer sur votre retraite

vous informer sur votre retraite vous informer sur votre retraite www.reunica.com points de repères Répartition : une retraite solidaire entre générations Notre système de retraite repose sur la répartition : les cotisations prélevées

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 2ème trimestre 2015 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie La Sécurité sociale 4 049 collaborateurs accompagnent les Girondins tout au long de leur vie Connaître la Sécurité sociale La Sécurité sociale est le service public qui protège chacun contre les risques

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte», par un

Plus en détail

EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS

EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS EFOIR et RÉUNION PORTAGE ont présenté le 4 juin 2013 une conférence de deux heures sur le thème : LE RSI & VOUS Les questions ont été nombreuses! Ci-dessous le résumé des éléments les plus importants.

Plus en détail

La protection sociale du créateur d entreprised

La protection sociale du créateur d entreprised La protection sociale du créateur d entreprised Une initiative conjointe du RSI et de l Urssafl Janvier 2014 version b Sommaire La protection sociale en France 1/ Formes d entreprise et statuts juridiques

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés?

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? La réforme des retraites, au delà de la problématique du financement, consacre un titre entier à l'épargne retraite

Plus en détail

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE Département Administration et Gestion Communales JM/JR/ GeC/MK-Note n 42 ter Paris, le 29 mai 2013 LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE DES ÉLUS LOCAUX L article 18 de la loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France?

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Chapitre 2 Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Tous les systèmes de retraites appliqués actuellement dans le monde sont fondés sur quelques grands principes. Le système

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

de l employeur Les principales formalités À jour au 1 er janvier 2014

de l employeur Les principales formalités À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Les principales formalités de l employeur À jour au 1 er janvier 2014 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 VOUS ÊTES

Plus en détail

TESA Notice additive générale

TESA Notice additive générale TESA Notice additive générale EMPLOYEUR Recto TAUX GLOBAUX DE PART SALARIALE UTILISÉS DANS LE TESA MONTANT DU SMIC OU DU SALAIRE CONVENTIONNEL Verso TAUX DÉTAILLÉS DES PARTS SALARIALE ET PATRONALE (EXEMPLE)

Plus en détail

Ré f o r m e d e s r e t r a i t e s

Ré f o r m e d e s r e t r a i t e s Ré f o r m e d e s r e t r a i t e s Mesures impactant directement ou indirectement les dispositifs de retraite supplémentaire - Loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites - Loi n

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Mise à jour 17/04/2012

Mise à jour 17/04/2012 Mise à jour 17/04/2012 Le maintien de salaire Incidence sur le bulletin de paye CCB 21 mai 2010 En application des dispositions de la convention collective du 21mai 2010 Note de synthèse réalisée par les

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail