1 Points du champ d'audit «Documentation des risques selon l'art. 196 et l'art. 97 OS»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Points du champ d'audit «Documentation des risques selon l'art. 196 et l'art. 97 OS»"

Transcription

1 Documentation des risques selon les art. 196 ou 204 OS Nom du groupe/conglomérat d'assurance Année d'exercice Points du champ d'audit «Documentation des risques selon l'art. 196 et l'art. 97 OS» A. Points d'audit «Documentation des risques : organisation et principes» A1 Une description actuelle de l'organisation de la gestion des risques au niveau du groupe dans son ensemble est disponible. A2 Un règlement actuel des compétences pour la gestion des risques du groupe est disponible. A3 Un règlement actuel des responsabilités pour la gestion des risques du groupe est disponible. A4 Une description actuelle des exigences en matière de gestion des risques du groupe est disponible. A5 Un inventaire des directives internes de l'entreprise en matière de gestion des risques ainsi que de leur champ d'application est disponible. B. Points d'audit «Documentation des risques : politique en matière de risque» B1 B2 B3 B4 B5 B6 B7 B8 B9 B10 Une description actuelle de la politique appliquée en matière de risque est disponible. Les objectifs actuels de la gestion des risques du groupe sont intégrés à la politique en matière de risque. Une description actuelle de la structure de gestion des risques employée est intégrée à la politique en matière de risque. Une description actuelle des instruments à employer est intégrée à la politique en matière de risque. Une description actuelle des méthodes à employer est intégrée à la politique en matière de risque. Une description actuelle de la tolérance au risque maximale du groupe est intégrée à la politique en matière de risque. Une présentation actuelle des systèmes de limites en vigueur est intégrée à la politique en matière de risque ou la politique en matière de risque comprend un renvoi aux documents correspondants. Une présentation actuelle des limites de certains domaines ou types de risque est intégrée à la politique en matière de risque. Une description actuelle des références employées et des méthodes de mesure des limites est intégrée à la politique en matière de risque (p. ex. capital-risque, fonds propres pondérés en fonction du risque). Une description actuelle des responsabilités concernant la mesure et le rapport est intégrée à la politique en matière de risque ou est indiquée à un autre endroit.

2 C. Points d'audit «Documentation des risques : processus de gestion des risques» C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 Une description actuelle de la méthode de mesure des risques identifiés est disponible. Une description actuelle des instruments de mesure des risques est disponible. Une description actuelle des processus de mesure des risques est disponible. Une description actuelle des processus de surveillance des risques est disponible. Une présentation actuelle des processus de maîtrise des risques est disponible. Une présentation actuelle des processus d'établissement du rapport sur les risques est disponible. Une présentation actuelle des mécanismes de contrôle employés pour les limites et systèmes de limites applicables est disponible. Veuillez décrire la répartition de la gestion des risques au sein du groupe d'assurance (p. ex. structurée et décrite par fonction, type de risques). D. Points d'audit «Documentation des risques : rapport» D1 La documentation remise à la FINMA correspond en tous points à celle qui a été vérifiée par la société d'audit sur la base des questions précédentes. D2 La documentation remise à la FINMA correspond à celle actuellement en vigueur. D3 Indiquez quelles parties du processus de contrôle des risques vous avez vérifiées, à quelle date et dans quelles proportions.

3 2 Points du champ d'audit «Processus de contrôle des risques selon l'art. 203 et l'art. 96 OS» E. E1 E2 E3 E4 E5 E6 Points d'audit «Processus de contrôle des risques : étendue des processus de contrôle» La gestion des risques conformément à la documentation est mise en oeuvre. La gestion des risques conformément à la documentation s'applique à toutes les unités du groupe d'assurance. Le processus de gestion des risques garantit que les nouvelles unités comme les nouveaux domaines du groupe d'assurance sont intégrés en son sein. Le processus de gestion des risques garantit que les risques des unités ou domaines du groupe d'assurance qui ont été cédés ou liquidés restent intégrés au processus jusqu'à ce qu'ils ne soient plus pertinents pour le groupe d'assurance. Les processus de contrôle des risques sont en adéquation avec la taille, la complexité et l'activité du groupe d'assurance. Les processus de contrôle des risques prennent en compte de manière adéquate l'expansion géographique du groupe d'assurance. F. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : placements pour son propre compte» Les étapes partielles du processus de contrôle des risques «Placements pour son F1 propre compte» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe F1.1 Identification F1.2 Mesure F1.3 Agrégation F1.4 Maîtrise F1.5 Rapport F1.6 Surveillance F1.7 Controlling du risque F2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour les placements pour son propre compte indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe F2.1 Stratégie de risque F2.2 Définition des limites de risque F2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque F2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son F2.5 Les instruments employés pour le contrôle des risques sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe d'assurance.

4 G. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : placements pour compte de tiers» Les étapes partielles du processus de contrôle des risques «Placements pour compte G1 de tiers» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe G1.1 Identification G1.2 Mesure G1.3 Agrégation G1.4 Maîtrise G1.5 Rapport G1.6 Surveillance G1.7 Controlling du risque G2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour les placements pour compte de tiers indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe G2.1 Stratégie de risque G2.2 Définition des limites de risque G2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque G2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son G2.5 H. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : distribution» H1 Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Distribution» indiquées ciaprès sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe H1.1 Identification H1.2 Mesure H1.3 Agrégation H1.4 Maîtrise H1.5 Rapport H1.6 Surveillance H1.7 Controlling du risque H2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour la distribution indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l ensemble du groupe d assurance : H2.1 Stratégie de risque H2.2 Définition des limites de risque H2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque H2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son H2.5

5 I. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : réassurance» I1 Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Réassurance» indiquées ciaprès sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe I1.1 Identification I1.2 Mesure I1.3 Agrégation I1.4 Maîtrise I1.5 Rapport I1.6 Surveillance I1.7 Controlling du risque I2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour la réassurance indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l ensemble du groupe I2.1 Stratégie de risque I2.2 Définition des limites de risque I2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque I2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son I2.5 J. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : traitement des dommages» J1 Les étapes partielles du processus de contrôle des risques «Traitement des dommages» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe J1.1 Identification J1.2 Mesure J1.3 Agrégation J1.4 Maîtrise J1.5 Rapport J1.6 Surveillance J1.7 Controlling du risque J2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour le traitement des dommages indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l ensemble du groupe J2.1 Stratégie de risque J2.2 Définition des limites de risque J2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque J2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son J2.5

6 K. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : présentation des comptes et rapport financier» Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Présentation des comptes et K1 rapport financier» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe K1.1 Identification K1.2 Mesure K1.3 Agrégation K1.4 Maîtrise K1.5 Rapport K1.6 Surveillance K1.7 Controlling du risque Les éléments structurels de la gestion des risques pour la présentation des comptes et K2 le rapport financier indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe K2.1 Stratégie de risque K2.2 Définition des limites de risque K2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque K2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son K2.5 L. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : gestion des liquidités» L1 Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Gestion des liquidités» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe L1.1 Identification L1.2 Mesure L1.3 Agrégation L1.4 Maîtrise L1.5 Rapport L1.6 Surveillance L1.7 Controlling du risque L2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour la gestion des liquidités indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe L2.1 Stratégie de risque L2.2 Définition des limites de risque L2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque L2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son L2.5

7 M. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : risques opérationnels sécurité et protection des données» Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Sécurité et protection des M1 données» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe M1.1 Identification M1.2 Mesure M1.3 Agrégation M1.4 Maîtrise M1.5 Rapport M1.6 Surveillance M1.7 Controlling du risque M2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour la sécurité et la protection des données indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe M2.1 Stratégie de risque M2.2 Définition des limites de risque M2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque M2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son M2.5 N. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : risques opérationnels activités commerciales externalisées» Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Activités commerciales N1 externalisées» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe N1.1 Identification N1.2 Mesure N1.3 Agrégation N1.4 Maîtrise N1.5 Rapport N1.6 Surveillance N1.7 Controlling du risque Les éléments structurels de la gestion des risques pour les activités commerciales N2 externalisées indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe N2.1 Stratégie de risque N2.2 Définition des limites de risque N2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque N2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son N2.5

8 O. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : risques opérationnels technologies de l'information et de la communication» Les étapes partielles du processus de contrôle du risque «Technologies de l'information O1 et de la communication» indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe O1.1 Identification O1.2 Mesure O1.3 Agrégation O1.4 Maîtrise O1.5 Rapport O1.6 Surveillance O1.7 Controlling du risque Les éléments structurels de la gestion des risques pour les technologies de l'information O2 et de la communication indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe O2.1 Stratégie de risque O2.2 Définition des limites de risque O2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque O2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son O2.5 P. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : risques opérationnels prestations internes au groupe» Les étapes partielles du processus de contrôle des risques «Prestations internes au P1 groupe (p. ex. Shared Service Center, Management Services)» sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe P1.1 Identification P1.2 Mesure P1.3 Agrégation P1.4 Maîtrise P1.5 Rapport P1.6 Surveillance P1.7 Controlling du risque P2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour les prestations internes au groupe indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe P2.1 Stratégie de risque P2.2 Définition des limites de risque P2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque P2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son P2.5

9 Q. Q1 Q1.1 Q1.2 Q1.3 Q2 Q2.1 Q2.2 Points d'aduit: «Blanchiment d'argent et financement du terrorisme: articles 5 et 6 Trifft zu OBA-FINMA» Trifft nicht zu Erläuterungen/Kommentare Article 5 OBA-FINMA Il existe, au niveau du groupe, des règlements et des directives permettant de remplir les exigences posées par l'art. 5 OBA-FINMA. Il existe, au niveau du groupe, un processus de compliance pour vérifier l'efficacité de la mise en œuvre à l'échelle locale des règlements et des directives. Il n'existe, à l'échelle du groupe, aucune annonce concernant des transactions, des relations d affaires suspectes ou des blocages des avoirs. Article 6 OBA-FINMA Les risques juridiques et de réputation liés au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme sont déterminés, limités et contrôlés de manière globale. Les organes de contrôle internes disposent à tout moment d un accès aux informations concernant les relations d affaires de toutes les sociétés du groupe. R. Points d'audit «Processus de contrôle des risques : autres fonctions / secteurs» R0 Les autres étapes partielles du processus de contrôle des risques indiquées ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe (Les énoncés suivants appellent une réponse par fonction ou secteur mentionné(e)). Les étapes partielles du processus de contrôle des risques pour les services et les R1 prestations indiqués ci-après sont mises en oeuvre dans l'ensemble du groupe R1.1 Identification R1.2 Mesure R1.3 Agrégation R1.4 Maîtrise R1.5 Rapport R1.6 Surveillance R1.7 Controlling du risque R2 Les éléments structurels de la gestion des risques pour les services et les prestations indiqués ci-après sont mis en oeuvre dans l'ensemble du groupe R2.1 Stratégie de risque R2.2 Définition des limites de risque R2.3 Responsabilités pour la surveillance des limites de risque R2.4 toutes les unités du groupe d'assurance ainsi qu'au groupe d'assurance dans son R2.5

Points d'audit SCI-E : contrôles englobant toute l'entreprise et cadre du SCI

Points d'audit SCI-E : contrôles englobant toute l'entreprise et cadre du SCI Société d assurance Type d'agrément Société d'audit Auditeur responsable Année d'exercice 2015 Version du modèle 28.04.2015 Division Assurances Page 1 / 1 Audit base_points d'audit_sci-e_version 2015_FR.xlsx

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

concernant la demande d enregistrement dans le registre des intermédiaires d assurance

concernant la demande d enregistrement dans le registre des intermédiaires d assurance GUIDE PRATIQUE concernant la demande d enregistrement dans le registre des intermédiaires d assurance Edition du 21 février 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument de travail et a pour

Plus en détail

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1

Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Olivier Terrettaz Expert diplômé en finance et controlling Economiste d'entreprise HES Olivier Terrettaz, Expert diplômé en finance et controlling 1 Gouvernement d'entreprise Définition Le gouvernement

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR L EVALUATION DES SOCIETES DE REASSURANCE (adoptée par le Conseil lors de sa 921ème session, le 25 mars 1998 [C/M(98)7/PROV]) 1 LE CONSEIL, Vu l article 5 b) de la Convention

Plus en détail

Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances

Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances Luxembourg, le 12 janvier 2000 Lettre circulaire 2000/1 du Commissariat aux Assurances Madame le Directeur, Monsieur le Directeur, Le 25 mars 1998, le Conseil de l OCDE a adopté unanimement avec les voix

Plus en détail

PRINCIPES ET CONCEPTS GÉNÉRAUX DE L'AUDIT APPLIQUÉS AUX SYSTÈMES D'INFORMATION

PRINCIPES ET CONCEPTS GÉNÉRAUX DE L'AUDIT APPLIQUÉS AUX SYSTÈMES D'INFORMATION Audit Informatique PRINCIPES ET CONCEPTS GÉNÉRAUX DE L'AUDIT APPLIQUÉS AUX SYSTÈMES D'INFORMATION UE1 Jean-Louis Bleicher HEURES : 6 1) Systèmes d'information et audit : Les systèmes et technologies de

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

Directive pour le calcul et la publication du TER et du PTR de placement collectifs de capitaux 35 42 du 16 mai 2008 (Directive TER/PTR)

Directive pour le calcul et la publication du TER et du PTR de placement collectifs de capitaux 35 42 du 16 mai 2008 (Directive TER/PTR) Autorégulation Autorégulation TABLE DES MATIÈRES Règles de conduite pour l industrie suisse des fonds 1 11 du 30 mars 2009 (Règles de conduite - Industrie des fonds) Règles de conduite pour gestionnaires

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire GUIDE PRATIQUE pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire Edition du 18 juin 2015 But Le présent guide pratique est un simple instrument de

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application abcdefg 3 e département Zurich, le 1 er juin 2010 Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application La Banque nationale suisse () doit notamment faciliter et assurer le bon

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers

Politique de sélection des intermédiaires financiers Politique de sélection des intermédiaires financiers - Mise à jour Février 2010 OBJET Ce document a pour objet de déterminer le périmètre et les conditions d application de sélection des intermédiaires.

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales DEMANDE D'ADHÉSION Je souhaiterais / nous souhaiterions adhérer à la SIBA (Swiss Insurance Brokers Association). À cette fin, j'envoie / nous envoyons le formulaire suivant, rempli entièrement et en toute

Plus en détail

La loi NRE. Article 116

La loi NRE. Article 116 La loi NRE La loi sur les nouvelles régulations économiques fixe (art.116) l'obligation pour les sociétés française cotées sur un marché réglementé l'obligation de rendre compte dans leur rapport annuel

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières PASSIF-DÉPÔTS OBJET Le présent relevé fournit la ventilation détaillée du passif-dépôts des institutions de dépôts. FONDEMENT LÉGISLATIF Les articles 628 et 600 de la Loi sur les banques et l'article 495

Plus en détail

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015 Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance

SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance SOCIETE FRANCAISE EXXONMOBIL CHEMICAL S.C.A. Rapport du Président du Conseil de Surveillance Procédures de contrôle interne relatives à l'élaboration et au traitement de l'information comptable et financière

Plus en détail

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5

asah alpha consulting Prog o ram a m m e e de d e fo f r o mat a i t on o n 2 01 0 5 AUDIT 1 1.1 Evaluation et appréciation du contrôle Auditeurs internes, contrôleurs de gestion Responsables administratifs et financiers ; Durée : 03 jours Maitriser la démarche d évaluation interne Mettre

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

La politique de sécurité

La politique de sécurité La politique de sécurité D'après le gestionnaire Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction Depuis les années 2000, la sécurité informatique s'est généralisée dans les grandes structures Maintenant,

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF)

Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF) Manuels de préparation aux examens suggérés pour les compétences évaluées par l'autorité des marchés financiers (AMF) Tableaux sommaires Version 2015-05-01 Consultez les tableaux suivants afin d identifier

Plus en détail

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme (Mémorial A N 224 du 24 décembre 2013) La Direction

Plus en détail

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités Règlement grand-ducal pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances précisant les modalités d'agrément et d'exercice des entreprises de réassurances Nous Henri,

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 FIDUCIAL OFFICE SOLUTIONS SA au capital de 22 000 000 Siège social : 41, rue du Capitaine Guynemer 92400 COURBEVOIE RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE SOCIAL 2008 2009 Conformément

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

Règlement d'organisation

Règlement d'organisation Règlement d'organisation de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse d'assurances pour la lutte contre le blanchiment d'argent (en vigueur depuis le 7 novembre 2013) Impressum Editeur: Secrétariat

Plus en détail

RESUME DES CONCLUSIONS SUR LE RISQUE OPERATIONNEL. No Objet Remarques et Conclusions du superviseur. Observations après un entretien

RESUME DES CONCLUSIONS SUR LE RISQUE OPERATIONNEL. No Objet Remarques et Conclusions du superviseur. Observations après un entretien BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION: DATE DE CONTROLE: SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES CONCLUSIONS SUR

Plus en détail

RAPPORT SUR L'AUDIT PRUDENTIEL DES GROUPES ET CONGLOMERATS D'ASSURANCE [GROUPE OU CONGLOMÉRAT D'ASSURANCE ASSUJETTI]

RAPPORT SUR L'AUDIT PRUDENTIEL DES GROUPES ET CONGLOMERATS D'ASSURANCE [GROUPE OU CONGLOMÉRAT D'ASSURANCE ASSUJETTI] RAPPORT SUR L'AUDIT PRUDENTIEL DES GROUPES ET CONGLOMERATS D'ASSURANCE [GROUPE OU CONGLOMÉRAT D'ASSURANCE ASSUJETTI] 1 Conditions générales de l'audit Les passages indiqués en italique dans le présent

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

RÈGLEMENT* CONCERNANT L'AUDIT DE QUALITÉ DANS LE DOMAINE DES SERVICES COMPTABLES

RÈGLEMENT* CONCERNANT L'AUDIT DE QUALITÉ DANS LE DOMAINE DES SERVICES COMPTABLES RÈGLEMENT* CONCERNANT L'AUDIT DE QUALITÉ DANS LE DOMAINE DES SERVICES COMPTABLES * ) Approuvé par la Décision no. 00/39 du Conseil Supérieur du Corps des Experts Comptables et des Comptables Agréés de

Plus en détail

REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE. Article 1

REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE. Article 1 REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE Article 1 Le présent règlement définit les règles-cadres auxquelles tout intermédiaire financier, actif dans le domaine de la gestion

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés.

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. portnox Livre blanc réseau Janvier 2008 Access Layers portnox pour un contrôle amélioré des accès access layers Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. Table des matières Introduction 2 Contrôle

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014

AUDIT INTERNE. BELAC 3-03 Rev 3-2014. Mise en application : 27.06.2014 BELAC 3-03 Rev 3-2014 AUDIT INTERNE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be) sont seules considérées comme authentiques.

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999

MANITOWOC. Bulletin d'orientation de l'entreprise. Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 Page 1 MANITOWOC Bulletin d'orientation de l'entreprise Objet : Éthique Circulaire originale En remplacement de la circulaire 103 datée du 22 septembre 1999 CIRCULAIRE 103 2 décembre 2002 EXPIRATION :

Plus en détail

les entreprises mentionnées aux points 3 et 4 de l'article «L. 440-2» (Arrêté du 2 juillet 2007) ;

les entreprises mentionnées aux points 3 et 4 de l'article «L. 440-2» (Arrêté du 2 juillet 2007) ; Règlement n o 97-02 du 21 février 1997 relatif au contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d'investissement modifié par les arrêtés du 31mars 2005, du 17 juin 2005, des 20 février

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

sur l organisation des travaux du conseil d administration et son rôle en matière de contrôle interne et des risques

sur l organisation des travaux du conseil d administration et son rôle en matière de contrôle interne et des risques CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandations du CTIP sur l organisation des travaux du conseil d administration et son rôle en matière de contrôle interne et des risques JANVIER 2011

Plus en détail

Portefeuille équilibré Assomption Vie

Portefeuille équilibré Assomption Vie Aperçu du Fonds Fonds d'investissement Assomption Vie Assomption Compagnie Mutuelle d'assurance-vie Portefeuille équilibré Assomption Vie Bref aperçu au 31 décembre 2012 Date de disponibilité du fonds

Plus en détail

Plan de Conformité et d'audit: les meilleures pratiques. Sebastien Bernard Identity & Security Manager sbernard@novell.com

Plan de Conformité et d'audit: les meilleures pratiques. Sebastien Bernard Identity & Security Manager sbernard@novell.com Plan de Conformité et d'audit: les meilleures pratiques Sebastien Bernard Identity & Security sbernard@novell.com Nos solutions répondent aux besoins de nos clients Datacenter Informatique utilisateurs

Plus en détail

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI 2041 GP N 50688#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. ALLOCATIONS

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

Cession absolue (transfert de propriété)

Cession absolue (transfert de propriété) Cession absolue (transfert de propriété) Numéro de police Personne(s) assurée(s) / rentier(s) Titulaire(s) Directives Pour toutes les cessions, sauf le changement de fiduciaire ou l'une des assurances

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

(Version coordonnée du 30 janvier 2013)

(Version coordonnée du 30 janvier 2013) Lettre circulaire 11/2 du Commissariat aux Assurances relative à l évaluation des risques d exposition au blanchiment et au financement du terrorisme et aux mesures de prévention (Version coordonnée du

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES

Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Bank Briefing n 2014-19 ARCHIVES Vendredi 14 novembre 2014 Arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises du secteur de la banque, des services de paiement et des services d'investissement

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d'information Partie 3: la dimension informatique de l audit du Système de Contrôle Interne Emanuel Campos - version 2015

Plus en détail

Directive 1: Admission des participants

Directive 1: Admission des participants SIX Structured Products Exchange SA Directive : Admission des participants du 9..0 Entrée en vigueur: 07.04.04 Directive : Admission des participants 07.04.04 Contenu. But et fondement.... Admission en

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal)

Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal) Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal) Version 2.0 22.01.2013 01.01.2012 KPT 1 Table des matières 1. Situation de départ...3 2. Contenu...3

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

La Direction du Commissariat aux Assurances,

La Direction du Commissariat aux Assurances, Règlement du Commissariat aux Assurances N 15/01 du 7 avril 2015 relatif à l épreuve d aptitude pour candidats courtiers d assurances ou de réassurances ou dirigeants de sociétés de courtage d assurances

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

NC 27. Le contrôle interne et l organisation comptable dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 27. Le contrôle interne et l organisation comptable dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 27 Le contrôle interne et l organisation comptable dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif de la norme 01. La norme comptable générale NC 01 définit les règles générales relatives

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

Directive concernant les droits de créance ayant une structure

Directive concernant les droits de créance ayant une structure Directive Droits de créance structure particulière Directive concernant les droits de créance ayant une structure particulière (Directive Droits de créance structure particulière, DDSP) Du Fondement juridique

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Directive 1: Admission des participants

Directive 1: Admission des participants SIX Swiss Exchange SA Directive : Admission des participants du 7.07.04 Entrée en vigueur: 5.0.04 Directive : Admission des participants 5.0.04 Sommaire. But et fondement.... Admission en tant que participant....

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

I. AMORTISSEMENT LINÉAIRE (DB 4 D-21)

I. AMORTISSEMENT LINÉAIRE (DB 4 D-21) 1 sur 8 27/10/2012 19:19 PRÉCIS DE FISCALITÉ 2012 À JOUR AU 1ER JANVIER 2012 LIVRE II FISCALITÉ DIRECTE DES ENTREPRISES PREMIÈRE PARTIE BÉNÉFICES INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX TITRE 2 DÉTERMINATION DU RÉSULTAT

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

Règlement relatif au traitement des données

Règlement relatif au traitement des données Règlement relatif au traitement des données Version 1.2 16 juin 2014 1 Sommaire 1. Situation initiale... 3 2. Description des unités d'organisation concernées par le système... 3 3. Description des interfaces...

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

NATO SANS CLASSIFICATION. 26 juillet 2013 DOCUMENT C-M(2013)0039 Procédure d accord tacite : 2 août 2013 16:00 CADRE COMPTABLE OTAN

NATO SANS CLASSIFICATION. 26 juillet 2013 DOCUMENT C-M(2013)0039 Procédure d accord tacite : 2 août 2013 16:00 CADRE COMPTABLE OTAN 26 juillet 2013 DOCUMENT Procédure d accord tacite : 2 août 2013 16:00 CADRE COMPTABLE OTAN Note du secrétaire général Référence : C-M(2013)0006 1. On trouvera ci-joint le rapport du Bureau de la planification

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE (À

NORME PROFESSIONNELLE (À NORME PROFESSIONNELLE (À utiliser pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de c

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES. Cadre de la GESTION DU RISQUE D'ENTREPRISE

NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES. Cadre de la GESTION DU RISQUE D'ENTREPRISE NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Cadre de la GESTION DU RISQUE D'ENTREPRISE Septembre 2011 Avertissement Le présent document constitue un outil de référence pour aider les caisses

Plus en détail

Risques liés à l'utilisation des réseaux sociaux

Risques liés à l'utilisation des réseaux sociaux Risques liés à l'utilisation des réseaux sociaux Risques des réseaux sociaux en entreprises A/ Baisse de productivité Depuis l'apparition des réseaux sociaux, les entreprises ont pu constater une réelle

Plus en détail

GAREAT. Documents annexes

GAREAT. Documents annexes GAREAT Documents annexes Qu est ce que le GAREAT? Le GAREAT est un Groupement d Intérêt Economique dont l objet est la mise en place d un programme de réassurance au nom et pour le compte de ses adhérents

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

L Audit Interne vs. La Gestion des Risques. Roland De Meulder, IEMSR-2011

L Audit Interne vs. La Gestion des Risques. Roland De Meulder, IEMSR-2011 L Audit Interne vs. La Gestion des Risques Roland De Meulder, IEMSR-2011 L audit interne: la définition L audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance

Plus en détail

Master Sales Analysis. Analyse et développement des compétences de vente

Master Sales Analysis. Analyse et développement des compétences de vente Master Sales Analysis Analyse et développement des compétences de vente L'essentiel L essentiel à propos du système MSA 360 Description résumée du système MSA 360 Le système Master Sales Analysis (MSA)

Plus en détail

Lieu de naissance : Nationalité : Date de délivrance : DELTASTOCK et le CLIENT, ci-après dénommés les PARTIES, ont convenu de ce qui suit :

Lieu de naissance : Nationalité : Date de délivrance : DELTASTOCK et le CLIENT, ci-après dénommés les PARTIES, ont convenu de ce qui suit : CONTRAT DE NEGOCIATION No. / Aujourd'hui, le, le présent Contrat a été signé entre les parties : DELTASTOCK AD, entreprise d'investissement agréée et institution financière non-bancaire enregistrée, ayant

Plus en détail