L addictologie hospitalière de liaison

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L addictologie hospitalière de liaison"

Transcription

1 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 311 MISE AU POINT Dr Raymund Schwan*, **, Dr Alain Rigaud***, Dr Benoît Fleury****, Dr Laurent Malet**, Dr Didier Boussiron**, Dr Pascal Bérenger*****, Pr Pierre Michel Llorca** * Président de l association des équipes de liaison et de soins en addictologie (ELSA) ** CMP B, CHU, Rue Montalembert, F Clermont-Ferrand Cedex 1. Tél. : 33 (0) Fax : 33 (0) *** Centre d alcoologie médico-psychologique, Intersecteur d alcoologie 51 A 01, Reims **** ELSA, CHU de Bordeaux ***** Unité d alcoologie de liaison hospitalière, département d hépato-gastroentérologie, Centre hospitalier de Chambéry Reçu août 2002, accepté juillet 2003 L addictologie hospitalière de liaison Chronologie d un dispositif innovant Résumé 20 % des hospitalisations correspondent à des patients présentant un mésusage de substances psychoactives. Les pouvoirs publiques ont incité les hôpitaux à développer des équipes de liaison et de soins en addictologie afin de répondre à ce problème de santé publique et d améliorer l intervention auprès de ces malades. Le présent article examine les différentes étapes de la mise en place de ce dispositif innovant pour la prise en charge hospitalière des conduites addictives. Mots-clés Alcoologie de liaison Addictologie de liaison. Summary Hospital liaison addictology. Chronology of an innovative system 20 % of hospital admissions concern patients with psychoactive substance abuse. Health authorities have encouraged hospitals to develop liaison addictology and care teams in order to deal with this public health problem and to improve the management of these patients. This article examines the various steps involved in the setting up of this innovative system for the hospital management of addictive behaviour. Key words Liaison alcohology Liaison addictology. La notion d addictologie de liaison est nouvelle : la mise en place de cette activité est encore récente et n a pu et ne peut se développer que progressivement. Après les deux circulaires de 1996 relatives à la création (et au financement) des premières équipes de liaison en toxicomanie et en alcoologie (1, 2), la circulaire du 3 avril 2000 (3) relative à la lutte contre le tabagisme et celle du 8 septembre 2000 (4), ainsi que le financement les accompagnant, ont véritablement impulsé une politique de prise en charge des conduites addictives dans les établissements de santé. Les coûts humains, sociaux et financiers des complications liées à la consommation de substances psychoactives (5) sont malheureusement là pour justifier cette impulsion. Pour la pathologie alcool, le coût global pour la collectivité en France a été estimé en à au moins 12 milliards d euros, en ne comptant que les cas de maladie déclarée (6). Plusieurs études réalisées ces dernières années ont montré l importance du problème du mésusage des substances psychoactives à l hôpital. Ainsi, une étude transversale exhaustive réalisée en 1998, sur un jour donné, de la morbidité hospitalière régionale en France (concernant lits, soit patients de plus de 15 ans) a montré que la prévalence de l alcoolisation excessive, tous services confondus, était de 20 %. La moitié de ces patients étaient dépendants, un quart avaient un diagnostic d abus et un quart avaient un problème d alcool non repéré lors 311

2 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 312 de leur admission. Les soins alcoologiques à l hôpital apparaissaient dans cette étude comme très insuffisants : seulement 38 % des patients ayant un diagnostic d usage nocif ou de dépendance recevaient des soins alcoologiques ; 59 % des patients reconnus à problèmes ou dépendants bénéficiaient de soins alcoologiques en psychiatrie et seulement 17 à 19 % étaient soignés pour ce problème dans les autres disciplines. En cas de diagnostic d abus d alcool, les soins ne concernaient plus que 13 % des patients (7). D autres études ont montré qu aux urgences, la prévalence d une alcoolémie positive chez des patients admis variait entre 10 % pour les sujets âgés (8), 50 % pour les patients ayant eu un accident de voiture non mortel (9) et jusqu à 62 % pour les patients ayant fait des tentatives de suicide (10). Une étude conduite aux États-Unis a trouvé que la mortalité sur une durée de cinq ans était 2,4 fois plus élevée pour les patients admis aux urgences pour intoxication éthylique aiguë que celle du groupe témoin. Dans le même sens, Reynaud et al. (11) ont démontré chez des patients hospitalisés aux urgences pour intoxication éthylique aiguë que 66 % d entre eux avaient un taux de CDT supérieur à la normale, 42 % avaient les GGT supérieures à la normale et environ 80 % avaient soit les GGT soit la CDT supérieures à la normale. Le questionnaire CAGE était positif pour 83 % d entre eux. Ainsi, 9 % seulement de la population concernée avaient les GGT, la CDT et un questionnaire CAGE négatifs. Si l on regarde du côté des autres substances psychoactives, les données sont aussi parlantes. Le tabac occasionne de nombreux dommages, et le tabagisme est responsable de près de décès par an en France et d une morbidité encore plus lourde. L incidence du cancer bronchique est de 55/ chez les hommes et de 59/ chez les femmes (proportion qui ne cesse d augmenter chez ces dernières). De plus, le tabac constitue un facteur de risque majeur pour de nombreuses pathologies dont l hôpital assure la prise en charge (12, 13). En ce qui concerne les drogues illicites, la multiplicité et l hétérogénéité des produits consommés constituent une situation complexe qui complique la description épidémiologique des dommages médicaux induits. En 1995, 15,8 % des individus de 18 à 75 ans déclaraient avoir déjà consommé une substance illicite au cours de leur vie et 4,4 % au cours des 12 derniers mois. Environ personnes ont été pris en charge dans les CCST en 1999 (14), et une étude récente a trouvé une prévalence d un abus d une substance psychoactive illicite d environ 30 % parmi des patients admis aux urgences et qui nécessitaient une hospitalisation en milieu psychiatrique (15). Du concept d alcoologie de liaison à celui d addictologie de liaison Émergence de la notion d alcoologie de liaison La notion d alcoologie de liaison apparaît comme l adaptation au domaine de l alcoologie de la notion de psychiatrie de liaison. En effet, la notion d activité de liaison est issue de la psychiatrie d exercice public quand il lui fut demandé de répondre aux besoins en santé mentale des patients hospitalisés à l hôpital général. Neuf étapes ont scandé cette émergence (16). Le psychiatre de liaison Ferreri et Alby soulignaient en 1976 (17) l intérêt porté depuis fort longtemps par de nombreux auteurs aux problèmes psychologiques posés par les patients hospitalisés dans les divers services de médecine ou de spécialités de l hôpital. Le psychiatre à l hôpital doit répondre à une double demande de ces services : dépister, diagnostiquer et traiter les troubles mentaux, mais aussi faire accepter et comprendre au personnel soignant les patients présentant une souffrance d ordre psychiatrique. Une prise en charge dans le service demandeur permet de ne pas psychiatriser d emblée le patient. Comme nous le verrons, cette attente concerne également la pathologie alcoolique. Ferreri et Alby insistaient sur la notion de célérité : la demande des soignants doit être satisfaite dans les plus brefs délais s il s agit d une urgence, dans la journée pour les autres cas. Cette pratique nécessite donc un dispositif d intervention mobile, disponible, efficace et souple. Ces auteurs insistaient également sur le fait que le psychiatre de liaison doit rester affecté au sein d une équipe de secteur afin, d une part, qu il ne s isole pas ou ne se sente pas isolé et, d autre part, qu il puisse informer son service des difficultés qu il rencontre, élaborer des réflexions sur les différents cas rencontrés et surtout préparer la prise en charge ultérieure et donc extérieure des patients. Le rôle du psychiatre de liaison est donc non seulement de collaborer à la prise en charge thérapeutique des patients, mais également de sensibiliser le personnel soignant à la dimension psychologique de la pratique médicale, de régler ainsi d éventuels conflits entre le patient et l équipe soignante qui pourraient s avérer préjudiciable à ses soins, et d assumer un rôle d enseignement auprès de l équipe soignante à partir des cas qui ont motivé l appel. Il a également un rôle de recherche. La circulaire dite Évin du 14 mars 1990 Relative aux orientations de la politique de santé mentale (18), elle a rappelé ensuite combien il est impératif d envisager les problèmes de santé publique sous un angle élargi, notamment par une ouverture vers la communauté. Elle appelait à développer des soins plus complexes dans certains domaines [...] en structurant des unités fonctionnelles spécialisées et en mettant en commun des moyens avec d autres secteurs. Il s agissait ainsi de diversifier les pôles d activités des services psychiatriques en fonction des catégories de patients et notamment de développer la psychiatrie à l hôpital général. On y soulignera que le rattachement de secteurs de psychiatrie à des hôpitaux généraux demeure ainsi l une des priorités [...] et que si ce rattachement n est pas possible, le centre hospitalier spécialisé passera convention avec le centre hospitalier général pour y implanter une ou plusieurs structures. 312

3 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 313 Addictologie hospitalière de liaison La loi n du 31 juillet 1991 Portant sur la réforme hospitalière et imposant l élaboration de projets médicaux aux établissements, elle a fait apparaître aussi bien leurs carences ou insuffisances que leurs points forts dans les réponses qu ils apportaient aux besoins et attentes des usagers dans certains domaines spécifiques, tel l alcoolisme. En autorisant des actions de coopération par des conventions ou la constitution de syndicats inter-hospitaliers, cette loi a également ouvert la possibilité à des équipes spécialisées d apporter leur compétence dans des établissements voisins qui en sont dépourvus et en ont besoin : c est évidemment le cas pour la psychiatrie de liaison, et partant pour l alcoologie, notamment avec la constitution et l implantation à partir de 1996 des équipes hospitalières d alcoologie de liaison. Le rapport Massé Publié en 1992 (19), il a recommandé de nouvelles évolutions pour la psychiatrie d exercice public, parmi lesquelles on relèvera ici encore l intérêt des unités intersectorielles et du déploiement des équipes de secteur à l hôpital général. En 1995, Massé et Mie sont revenus sur [l]évolution et [le] devenir des institutions psychiatriques pour rappeler l importance de la collaboration étroite avec l ensemble du champ médico-chirurgical ; ils insistaient sur la psychiatrie de liaison en décrivant plusieurs de ses modalités de déploiement et indiquaient son intérêt pour certaines situations cliniques : [...] l accentuation de la présence des équipes psychiatriques en hôpital général représente, de même, un facteur favorisant de la prise en charge des alcooliques (20). Rapport à la Direction des hôpitaux en mai 1995 Dans son rapport sur la notion d intersectorialité en psychiatrie appliquée au domaine de l alcoolisme (21), Rigaud rappelait d abord que J.-P. Descombey puis B. Laroche avaient à la fois réaffirmé la pertinence de l approche psychiatrique dans la prise en charge des patients en difficulté avec l alcool et dénoncé l inadéquation du plateau technique sectoriel standard pour atteindre cet objectif. Après eux, Rigaud a souligné à son tour combien sont nécessaires des lieux d accueil, de soins et d accompagnement qui soient spécifiquement destinés et organisés pour cette catégorie de patients. Deux types au moins d institutions spécialisées lui paraissent indispensables à implanter à proximité : a) les centres d alcoologie pour le travail ambulatoire (accueil, bilan diagnostique médico-social, écoute, aide, sevrage ambulatoire, accompagnement et/ou orientation le cas échéant), que ces centres soient des centres de cure ambulatoire en alcoologie (CCAA) ou des centres médico-psychologiques (CMP) spécialisés en alcoologie ; b) les unités hospitalières d alcoologie (UHA) pour assurer le temps hospitalier (bilan, sevrage, cure programmée nommée aujourd hui soins intensifs de postsevrage), qu elles soient promues par des établissements hospitaliers médico-chirurgicaux et obstétricaux (MCO) ou par des établissements psychiatriques. D autres institutions spécialisées, tels les centres de postcure (soins de suite et de réadaptation) et les CHRS viennent utilement compléter ce dispositif minimum pour poursuivre dans certaines indications le traitement entrepris et consolider l évolution. Rigaud insistait enfin sur la nécessité, pour améliorer la prise en charge des patients présentant un mésusage d alcool, que l activité de ces structures soit coordonnée. Leur complémentarité apparaît en effet indispensable pour assurer la continuité des soins et la cohérence et donc la qualité de leurs activités. Le dipôle centre d alcoologie/uha peut alors constituer un pôle de compétences et de ressources pour contribuer au développement d un réseau alcoologique dans la communauté. Assurant proximité et continuité des soins, ce dipôle devient pour l alcoologie ce que le CMP et l unité d hospitalisation temps-plein sont au dispositif sectorisé de psychiatrie, d où l idée de promouvoir ce modèle d organisation pour l alcoologie. En effet, un tel dispositif, en disposant comme n importe quel secteur de psychiatrie mutatis mutandis de ce dipôle, voire d une palette de structures complémentaires et coordonnées, ainsi que d une équipe spécialisée pluridisciplinaire et mobile, permet d établir des relations de travail inter-institutionnelles pour renforcer la cohérence de l organisation alcoologique déjà existante sur un bassin géodémographique donné. Si un intersecteur d alcoologie avec son équipement au complet est de nature à constituer un modèle organisationnel, ce modèle peut être adapté à l existant pour associer par convention, par exemple, un CCAA avec une UHA promue par un secteur de psychiatrie ou, autre exemple, un centre d alcoologie intersectoriel avec une UHA promue par un hôpital général ; le modèle vaut encore quand il coordonne une telle UHA avec un CCAA. L important en effet est bien que soient assurées la continuité et la coordination et donc la qualité des étapes ambulatoires et résidentielles qu impliquent la prise en charge d une personne en difficulté avec l alcool, notamment quand il s agit d alcoolodépendance, qui vont de l accueil, du bilan et du travail d émergence de la motivation à l accompagnement après le sevrage en passant par le sevrage, le postsevrage et le cas échéant les soins de suite et de réadaptation. Quoi qu il en soit, au delà de l application à l alcoologie des principes de proximité et de continuité des soins issus du modèle de la psychiatrie sectorisée, dont la réalisation dépendra pour beaucoup de la résolution des questions administratives liées à l hétérogénéité du dispositif de lutte contre l alcoolisme (6), Rigaud rappelait également dans son rapport qu une part importante de la morbidité alcoolique est reçue dans les SAU et les services MCO des hôpitaux généraux. Pour mieux la prendre en compte, il reprend l idée du travail de liaison expérimenté en psychiatrie pour l appliquer à l alcoologie en proposant l expression d alcoologie de liaison. Cette activité spécialisée conduite à l hôpital général peut être déployée à partir de l UHA quand il en existe une ou par l équipe d un centre d alcoologie implanté à proximité. La circulaire DGS/DH du 3 avril 1996 Relative aux orientations dans le domaine de la prise en charges des toxicomanes en 1996 (1), elle prolonge le plan de lutte 313

4 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 314 contre la drogue et la toxicomanie annoncé par le Gouvernement le 14 septembre Parmi ces trois axes prioritaires, l on relève l amélioration de la prise en charge des toxicomanes à l hôpital prévoyant la mise en place d équipes de liaison et de soins aux toxicomanes dont les missions annoncent celles qui vont être précisées et développées cinq mois plus tard pour le versant alcoologique (cf. infra). La circulaire DH/EO du 10 septembre 1996 Relative à la constitution d équipes d alcoologie hospitalière de liaison (EAHL) (2), elle affirme que les établissements de santé doivent organiser les conditions d une prise en charge spécifique des sujets alcoolodépendants et des buveurs excessifs, que la consommation d alcool soit la cause de l hospitalisation ou qu elle soit repérée à cette occasion. Pour ce faire, la circulaire précise : Sans se substituer aux équipes soignantes des services, les équipes d alcoologie de liaison ont pour mission d aider à la prise en charge du problème alcool pour l ensemble de l établissement, en sensibilisant les instances consultatives [...] et en formant les équipes soignantes au repérage du problème, en les assistant dans la prise en charge et en participant à l orientation du malade après l hospitalisation. Au service des urgences, notamment, elles proposent une stratégie de prévention primaire et secondaire des problèmes d alcoolisation. L intervention des équipes d alcoologie de liaison doit être l occasion d engager le patient dans un projet thérapeutique au delà de la période d hospitalisation, en liaison avec les acteurs sanitaires et sociaux agissant en réseau. Cette circulaire, qui lance un appel d offres, affirme également que ces équipes doivent être pleinement rattachées à un service hospitalier qui doit avoir une activité alcoologique identifiée. La circulaire DGS n du 19 novembre 1996 Relative à la promotion du travail en réseau pour l organisation de la prise en charge précoce des problèmes liés à l alcool (22), elle rappelle que le Haut comité de la Santé publique considère l alcool comme l un des principaux déterminants des problèmes de santé, et [que] 16 régions ont identifié la consommation d alcool comme déterminant prioritaire. Cette circulaire souligne ensuite que la plupart des acteurs de soins confrontés à des patients en difficulté avec l alcool ne les prennent en charge, le plus souvent, qu au titre de leur pathologie associée, et non au titre de leur consommation d alcool. Cette absence de prise en charge spécifique présente des conséquences financières et humaines considérables [ ] qu il importe de réduire. Enfin, elle affirme que les conditions sociales (précarité, exclusion...) sont des déterminants essentiels des mécanismes d alcoolisation et de la sortie durable de l alcool. La circulaire poursuit : Pour mettre en œuvre cette priorité, l action [...] s articule autour de trois axes : - l information et la sensibilisation des médecins généralistes [...] ; - l amélioration de la prise en charge hospitalière des personnes en difficulté avec l alcool : à ce titre, la direction des hôpitaux favorise la création d équipes d alcoologie de liaison intra-hospitalières ; - la mise en réseau et la formation des différents acteurs pouvant intervenir dans la prévention et dans les soins aux personnes alcooliques [...]. Cette circulaire promeut donc officiellement, et pour la première fois en alcoologie, le principe du travail en réseau pour l organisation de la prise en charge précoce des problèmes liés à l alcool. Les objectifs de ce travail en réseau sont nombreux et importants, mais l on relèvera ici parmi eux qu il s agit entre autres de permettre, en s appuyant sur les compétences reconnues du dispositif spécialisé de lutte contre l alcoolisme et des équipes hospitalières impliquées dans la prise en charge des malades alcooliques (notamment les équipes hospitalières d alcoologie de liaison), de sensibiliser, former, et mobiliser les acteurs non spécialisés (notamment les services hospitaliers et les médecins généralistes) [ ]. L organisation de liens entre les différents acteurs intra- et extra-hospitaliers doit permettre une prise en charge globale et pluridisciplinaire, et facilite les prises en charge-relais à la fin des hospitalisations. Ces trois dernières circulaires consacrent la notion de travail et d équipe de liaison, à la fois en en soulignant l intérêt et en mobilisant de nouveaux moyens pour les promouvoir. Pour autant, nous devons souligner qu elles ignorent encore l approche addictologique. En effet, leur élaboration et leur promotion se sont inscrites dans la continuité des dispositifs de lutte contre respectivement l alcoolisme et la toxicomanie qui se sont historiquement développés de manière différenciée et cloisonnée (23), et aucune des trois ne fait de recommandation ni même de référence renvoyant au secteur voisin. Cette différenciation se poursuit d ailleurs jusque dans le dernier texte que nous signalerons et auquel d ailleurs la circulaire du 19 novembre 1996 fait explicitement référence. Le rapport Reynaud-Parquet Réalisé en 1998 (6), il concernait les personnes en difficulté avec l alcool et préconisait pour le dispositif hospitalier une équipe d alcoologie de liaison pour chaque structure, des unités résidentielles centrées sur l alcoologie, une réorganisation des services d urgences afin de permettre une prise en charge des patients en difficulté avec l alcool et un hôpital de jour spécialisé en alcoologie pour un secteur géographique d environ habitants. Émergence de la notion d addictologie de liaison La notion d addictologie de liaison apparaît comme le confluent des pratiques de liaison développées simultanément et indépendamment en alcoologie et en toxicomanie. Cette confluence vient s inscrire dans une évolution récente des représentations et des concepts dans le domaine des comportements de consommation de substances psychoactives. L approche par produit fondée sur le modèle biomédical devenait insuffisante et il paraissait de plus en plus nécessaire de la dépasser pour considérer les relations de la consommation avec le fonctionnement de la personne et l aborder en termes de comportement. La notion d addiction est apparue, malgré ses ambiguïtés, propice pour soutenir une approche de ces comportements qui soit descriptive, intégratrice 314

5 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 315 Addictologie hospitalière de liaison et pragmatique dans une perspective de santé publique et d intervention médico-psychosociale, afin de réduire les risques, prévenir les dommages et la dépendance, et préserver le lien social ainsi que les équilibres économiques. Cette approche dite addictologique appelle les pratiques professionnelles à se décloisonner pour s intéresser aux aspects communs et spécifiques à la fois des différentes substances psychoactives et de leurs effets (psychoactivité, puissance addictogène, nocivité induite), des différents comportements de consommation ou pratiques addictives, et enfin des objectifs et stratégies d interventions, ainsi que des espaces où les mettre en œuvre. Ce faisant, une nouvelle politique publique a été promue sous l égide de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), avec notamment l adoption par le Gouvernement du Plan triennal (24). Dans le champ sanitaire et social, cette politique a invité les différents dispositifs spécialisés dans la lutte contre l alcoolisme et la toxicomanie à repréciser voire redéfinir leurs spécificités en termes d objectifs, de méthodes et d outils, corrélativement aux autres acteurs et à leurs actions (23, 25). Quatre nouvelles circulaires engagent cette évolution dans les établissements hospitaliers. La circulaire DGS/SP3/DH/EO2/99/ n 346 du 15 juin 1999 Relative à l organisation des soins hospitaliers pour les personnes toxicomanes (26), elle recommande principalement la poursuite du développement des équipes de liaison, dont les missions sont précisées d une manière analogue à celles dévolues aux équipes hospitalières d alcoologie de liaison issues de la circulaire de septembre 1996, ainsi que l augmentation de la capacité d hospitalisations pour sevrage, bilan et soins. L on y relève aussi que s y amorce le décloisonnement des dispositifs mobilisés contre respectivement l alcoolisme et la toxicomanie, avec la recommandation explicite de développer les liens avec les structures d alcoologie et le secteur psychiatrique. La circulaire fait précisément référence aux fréquentes dépendances à l alcool observées chez les patients toxicomanes et aux modèles d intervention souvent similaires pour suggérer de coordonner les réponses et s inscrire dans la perspective addictologique en voie d émergence. La circulaire DH/EO2/DGS/2000/182 du 3 avril 2000 Relative à la lutte contre le tabagisme dans les établissements de santé et au renforcement ou à la création de consultations hospitalières de tabacologie et d unités de coordination de tabacologie (3), elle définit la politique de santé publique concernant le tabagisme au sein de l hôpital. Elle rappelle que l hôpital n est pas un lieu ordinaire : il a valeur d exemple pour tout ce qui touche à la santé. Ainsi, elle recommande la création des consultations hospitalières et d unités de coordination de tabacologie afin de mettre en place, au sein de l hôpital, des lieux où former les professionnels de santé, d initier des actions de formation, d information et de prévention du tabagisme [...] ; de développer un travail de liaison ; [...] et, enfin, de réaliser un baromètre Soignants sans tabac permettant d apprécier la proportion de fumeurs parmi les soignants. Cette circulaire prévoit des consultations de tabacologie dans tous les hôpitaux de plus de 500 lits. Elle envisage déjà un rapprochement des différentes structures qui prennent en charge des patients ayant un mésusage de substances psychoactives. Ainsi, elle souligne que le travail de liaison effectué par les équipes de tabacologie doit à terme être intégré dans le dispositif général de prise en charge des dépendances. Il est également préconisé que [...] lorsqu il existe une équipe de liaison en addictologie (alcool ou toxicomanie), l unité de coordination de tabacologie y sera intégrée. Le rapport Reynaud-Parquet-Lagrue Présenté au public début 2000 (27), il concernait les pratiques addictives et établissait le concept d addictologie. Il rappelait que pendant longtemps, dans le cadre du développement des connaissances scientifiques, on a principalement considéré les comportements de dépendance comme la conséquence des effets des substances psychoactives sur le système nerveux central et sur l ensemble de l organisme. Ainsi, la rupture avec le produit, la cure de sevrage et le maintien de l abstinence suffisaient pour réinscrire les patients dans une démarche de santé. Cette démarche conduisait à fractionner le champ d intervention en ce qui a trait à l alcool, aux drogues illicites, au tabac ou aux médicaments psychotropes. La prise en compte de la spécificité de chaque produit contribuait donc à la mise en place de politiques distinctes tant du point de vue législatif que sanitaire (l alcoolisme, la toxicomanie, le tabagisme). Les personnes étaient caractérisées par la nature du produit consommé : alcoolique, tabagique, héroïnomane, cocaïnomane.... Reynaud proposait une définition des conduites addictives axée sur les comportements pathologiques de consommation de substances psychoactives [...]. Ce changement de paradigme permettait d envisager des réponses centrées sur les personnes et les comportements, et non plus uniquement sur les produits, et donc de mieux répondre aux besoins des patients. La circulaire DHOS/O2-DGS /SD6B 2000/460 du 8 septembre 2000 Relative à l organisation des soins hospitaliers pour des personnes ayant des conduites addictives (4), elle est présentée au public le 15 septembre Elle introduit le concept d addictologie au sein de l hôpital. L approche doit dorénavant prendre en compte les comportements addictifs définis comme l impossibilité de contrôler un comportement de consommation de substances psychoactives qui vise à produire un plaisir ou écarter une sensation de malaise interne, poursuivi en dépit de ses conséquences. Pour autant, les populations présentant une conduite addictive, c est-à-dire un mésusage d une substance psychoactive, sont loin de se confondre toujours. Les comportements de consommation, qu il s agisse d un seul produit ou de l association de plusieurs substances, sont très différents. Le principe est donc de favoriser le rapprochement des équipes, d améliorer les coopérations et les échanges de savoir-faire, et enfin de mutualiser les moyens et les outils thérapeutiques pour adapter les réponses aux réalités du terrain hospitalier et mieux prendre en compte la diversité des situations. 315

6 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 316 Dans ce cadre, la circulaire prévoit la création d une unité fonctionnelle d addictologie [...qui] pourra disposer d un budget spécifique et présenter son propre rapport d activité. Elle poursuit en précisant que le rattachement de l équipe de liaison à cette unité fonctionnelle d addictologie ou à un service disposant de lits pour assurer les sevrages [...] est décisif pour assurer l identification et la reconnaissance de l équipe de liaison. Rapprocher les compétences en alcoologie, toxicomanie et tabacologie au sein des établissements hospitaliers apparaît comme une des priorités de cette circulaire et répond à une vraie nécessité. Il reste que la perspective addictologique n implique pas nécessairement la négation de certaines spécificités et que certaines doivent être précisément prises en considération. La circulaire DGS/DHOS n 2002/57 du 30 janvier 2002 Relative à la prescription de la méthadone par les médecins exerçant en établissement de santé (28), elle règle la primoprescription de la méthadone par les médecins des établissements de santé. Elle donne la possibilité aux médecins exerçant dans ces structures d initier la substitution des opiacés par la méthadone, tout en les obligeant à s assurer à la sortie de l établissement de la continuité de la prise en charge par des structures spécialisées. De plus, cette circulaire réaffirme les missions de l équipe de liaison et de soins en addictologie (ELSA) : d une part, la prise en charge de la conduite addictive des patients, d autre part, l assistance et la formation des personnels soignants des unités MCO : Ces équipes ont en effet pour principale mission de former et d assister les équipes soignantes de l hôpital, d élaborer les protocoles de soins et de prise en charge et de développer les liens avec le dispositif de prise en charge permettant un suivi médico-psychosocial. Créées souvent au départ sous la modalité d équipes hospitalières d alcoologie de liaison, en référence à la circulaire du 10 septembre 1996, les équipes hospitalières de liaison adoptent aujourd hui la perspective addictologique pour mieux décloisonner leurs compétences jusque-là réparties en fonction des produits, coordonner voire mutualiser leurs moyens et élargir leurs missions à l ensemble des comportements addictifs. Conclusion Il apparaît déjà aujourd hui que l intervention d une équipe de liaison in situ dans les unités de soins MCO ou de moyen séjour présente le double et indiscutable avantage d un échange direct avec les équipes soignantes et d une prise de contact avec le patient inscrite dans la continuité de son séjour hospitalier. C est bien ainsi qu il devient possible d assurer au mieux un rôle d aide à la prise en compte des problèmes d addiction, non seulement en proposant au patient un suivi spécialisé au-delà de son séjour à l hôpital, mais surtout en sensibilisant nos collègues praticiens et paramédicaux hospitaliers au repérage des différentes formes cliniques et évolutives des conduites addictives, aussi en les informant sur les possibilités et méthodes concrètes de prises en charge, d abord dans leur service, ensuite à l extérieur par les dis- positifs spécialisés et leurs partenaires en ville coordonnés, le cas échéant, par un réseau. Dans les prochaines années, si l on se réfère aux études épidémiologiques concernant les jeunes consommateurs, les besoins risquent d évoluer considérablement. Aussi, la structure des équipes de liaison devrait leur permettre de s adapter rapidement aux futures attentes de leurs partenaires hospitaliers et de ville. Nous rappellerons à ce sujet qu aucune norme d effectif n a été définie pour composer une ELSA et que la seule référence à ce sujet est celle donnée par la circulaire du 10 septembre 1996, à savoir : Les moyens peuvent être attribués dans la limite d un mitemps de praticien hospitalier et de deux à quatre équivalents tempsplein non médecins par équipe en fonction de l activité prévisionnelle, ces non-médecins pouvant être des infirmiers, des psychologues, ainsi que des travailleurs sociaux et un temps partiel de secrétariat médical. À noter que le mi-temps de praticien peut être complété par un mi-temps issu d une structure extra-hospitalière type CHAA, c est-à-dire aujourd hui d un CCAA et d un CSST, et demain d un CSAPA (centre de soin, d accompagnement et de prévention en addictologie). En 1999, la MILDT recensait pour le Plan triennal (24) 62 équipes de liaison pour les toxicomanes et 21 pour les personnes en difficulté avec l alcool. La même année, la Direction des hôpitaux a réalisé une enquête (29) auprès des agences régionales d hospitalisation (ARH) qui a recensé 96 équipes d alcoologie de liaison dans 164 établissements de santé, dont 21 financées par des crédits spécifiques suite à la circulaire du 10 septembre Leur déploiement s est poursuivi et l enquête DHOS-O2 du 25 juin 2001 auprès des établissements de santé financés par dotation globale, menée par M. Jeanfrançois et E. Fernandes, a recensé 252 équipes de liaison (30, 31). À l heure actuelle environ la moitié de ces équipes se sont regroupées dans l Association française des ELSA. Si ce développement est sans doute important et très encourageant, il reste encore loin du projet de la MILDT d équiper les 617 établissements publics français de santé de plus de 200 lits. Qui plus est, si les besoins auxquels ces ELSA vont devoir répondre à l hôpital sont assez bien décrits sur le plan qualitatif, l on est encore loin de bien connaître leur prévalence sur le plan épidémiologique qui relève encore pour l instant de l estimation. De ce fait, aucune réflexion n est officiellement engagée sur la hauteur et la catégorie des effectifs soignants qu il conviendra de mobiliser dans les prochaines années pour faire face à cet enjeu majeur de santé publique. 316

7 Alcolo_N4-03_ /03/04 10:30 Page 317 Addictologie hospitalière de liaison R. Schwan, A. Rigaud, B. Fleury et al. L addictologie hospitalière de liaison. Chronologie d un dispositif innovant Références bibliographiques 1 - Circulaire DGS/DH N du 3 avril 1996 relative aux orientations dans le domaine de la prise en charge des toxicomanes. 2 - Circulaire DH/E04/ du 10 septembre 1996 relative à la constitution des équipes d alcoologie hospitalière de liaison (EAHL). 3 - Circulaire DH/DGS/2000/182 du 3 avril 2000 relative à la lutte contre le tabagisme dans les établissements de santé et au renforcement ou à la création de consultations hospitalières de tabacologie et d unités de coordination de tabacologie. 4 - Circulaire DHOS/02-DGS/SD6B 2000/460 du 8 septembre 2000 relative à l organisation des soins hospitaliers pour les personnes ayant des conduites addictives. 5 - Kopp P, Fengold P. Le coût social des drogues licites (alcool et tabac) et illicites en France. Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 2000 ; 22 septembre. 6 - Reynaud M, Parquet PJ. Les personnes en difficulté avec l alcool. Paris : CFES, 1999 : Reynaud M, Malet L, Facy F, Glanddier P. Hospital morbidity of alcohol use disorders in the center of France. Alcohol Clin Exp Res 2000 ; 24 (7) : Callahan CM, Tierney WM. Health services use and mortality in older primary care patients with alcoholism. J Am Geriatr Soc 1995 ; 43 (12) : Macdonald S, Wells S, Giesbrecht N, Cherpitel CJ. Demographic and substance use factors related to violent and accidental injuries: results from an emergency room study. Drug Alcohol Depend 1999 ; 55 (1-2) : Soukas J, Lonnqvist J. Suicide Attempts in which alcohol is involved: a special group in general hospital emergency rooms. Acta Psychiatr Scand 1995 ; 91 (1) : Reynaud M, Schwan R, Loiseaux-Meunier MN, Albuisson E, Deteix P. Patients admitted to emergency services for drunkenness: moderate alcohol users or harmful drinkers? Am J Psychiatry 2001 ; 158 (1) : American Thoracic Society. Cigarette smoking and health. Am J Respir Crit Care Med 1996 ; 153 : Bartecchi CE, Mac Kenzie TD, Schrier RW. The human costs of tabacco use. N Eng J Med 1994 ; 330 : DREE, DGS. Enquête sur la prise en charge des toxicomanes en novembre Paris Katz G, Shufman E, Knobler HY, Joffe M, Bar-Hamburger R, Durst R. Drug abuse among patients requiring psychiatric hospitalization. Harefuah 2000 ; 138 (12) : Schwan R. L unité d addictologie de liaison. In : Perriot J, Llorca PM, Boussiron D, Schwan R. Tabacologie et servrage tabagique. Paris : John Libbey, 2003 : Ferreri M, Alby JM, Le psychiatre à l hôpital général. Identitéfonction, Encycl Méd Clin Psychiatrie ; H Circulaire du 14 mars 1990 relative aux orientations de la politique de santé mentale, NOR : SPSP C. Journal Officiel, 3 avril 1990 : Masse G. La psychiatrie ouverte. Une dynamique nouvelle en santé mentale. Rapport remis au Ministre de la santé. Rennes : Éditions de l ENSP, Masse G, Mie JC. Évolution et devenir des institutions psychiatriques. Encycl Méd Clin Psychiatrie 1995 ; A-20 : 8 p Rigaud A. La notion d intersectorialité en psychiatrie appliquée au domaine de l alcoolisme. Rapport présenté à Paris le 5 mai 1995 au groupe de travail sur l intersectorialité en psychiatrie. Alcoologie 1996 ; 18 (1) : Circulaire DGS n du 19 novembre 1996 relative à la promotion du travail en réseau pour l organisation de la prise en charge précoce des problèmes liés à l alcool Morel A, Favre JD, Rigaud A. Rapprocher l alcoologie et l intervention en toxicomanie? Entre points communs et spécificités. Alcoologie et Addictologie 2001 ; 23 (3) : MILDT. Plan triennal de lutte contre la drogue et de prévention des dépendances Paris : MILDT, MILDT. Rapport RASCAS (réflexions sur les aspects communs et les aspects spécifiques aux différentes addictions). Paris : MILDT, février Circulaire DGS/SP3/DH/EO2/99/ n 346 du 15 juin 1999 relative à l organisation des soins hospitaliers pour les personnes toxicomanes Reynaud M, Parquet PJ, Lagrue G. Les pratiques addictives : usage, usage nocif et dépendance aux substances psychoactives. Paris : Odile Jacob, Circulaire DGS/DHOS n 2002/57 du 30 janvier 2002 relative à la prescription de la méthadone par les médecins exerçant en établissement de santé, dans le cadre de l initialisation d un traitement de substitution pour les toxicomanes dépendants majeurs aux opiacés DH bureau EO4. Bilan du développement des équipes d alcoologie de liaison dans les établissements de santé. Septembre Paris DHOS-O2. Renforcement des moyens en addictologie et tabacologie hospitalières en 2000 et Enquête du 25 juin 2001 auprès des établissements de santé financés par dotation globale. Paris Bérenger P. Alcoologie de liaison : la réalité sur le terrain. Alcoologie et addictologie 2001 ; 23 (3) :

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation des soins Bureau de l offre régionale

Plus en détail

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Vers un plan National Alcool - Luxembourg - 2012 Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Professeur Michel Reynaud Chef du Département de Psychiatrie et d Addictologie de l Hôpital

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

La question du risque en addictologie

La question du risque en addictologie La question du risque en addictologie Dépendance et solitude; le risque d isolement social Karine DEGROND et Estelle PRIMAULT Assistantes sociales Centre Hospitalier de Corbie Centre de Rééducation Fonctionnelle

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Pôle Addictions et Précarité Passeport Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Centre Hospitalier Guillaume Régnier www.ch-guillaumeregnier.fr POLE ADDICTIONS

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Paris, le DIRECTION DES HÔPITAUX DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ. La Ministre de l emploi et de la solidarité

Paris, le DIRECTION DES HÔPITAUX DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ. La Ministre de l emploi et de la solidarité République Française Paris, le DIRECTION DES HÔPITAUX DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ La Ministre de l emploi et de la solidarité La Secrétaire d État à la santé et aux handicapés à Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Dépenses publiques 6

Dépenses publiques 6 Dépenses publiques 6 6.1 Estimation des dépenses publiques en matière de lutte contre les drogues Cristina Díaz Gómez 148 Estimer les dépenses publiques relatives aux drogues consiste à déterminer quels

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand

«Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand Unité Mobile de Gériatrie : Quel(s) rôle(s) en EHPAD? «Soins aux Grands Vieillards» IFSI - 23.01.2009 Frédéric Martins-Condé (Praticien) Pôle Gériatrie-Gérontologie (UMG) CHU Clermont-Ferrand UMG : Quelques

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : ASSOCIATION NATIONALE DE PREVENTION EN ALCOOLOGIE ET ADDICTOLOGIE. Coordonnées

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de la santé Sous Direction de la Santé et Société Bureau SD6B

Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de la santé Sous Direction de la Santé et Société Bureau SD6B Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de la santé Sous Direction de la Santé et Société Bureau SD6B Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous Direction de

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Constats, problématiques et préconisations Depuis l autorisation des traitements de substitution aux opiacés (TSO) la question centrale

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Journée nationale de prévention

Journée nationale de prévention L institut BVA a fait le choix de ne procéder à aucun redressement pour redonner aux quotas croisés leur poids réel (Paris/ Province, taille des entreprises). Ces différentes options méthodologiques posent

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Le dispositif CJC à la Réunion et son inscription dans l offre de soins. Journée régionale CJC 15 septembre 2015

Le dispositif CJC à la Réunion et son inscription dans l offre de soins. Journée régionale CJC 15 septembre 2015 Le dispositif CJC à la Réunion et son inscription dans l offre de soins Journée régionale CJC 15 septembre 2015 2 La politique de santé en matière d addictions à la Réunion Les orientations régionales

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions?

Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions? Comment mobiliser les pharmaciens d officine sur les addictions? Quelques pistes de réflexions à partir de l expérience du Respadd David Michels, chargé de projets, Respadd Introduction L engagement de

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

La 2 ème Rencontre Nationale sur la Santé Scolaire et Universitaire et la Promotion de la Santé des Jeunes

La 2 ème Rencontre Nationale sur la Santé Scolaire et Universitaire et la Promotion de la Santé des Jeunes Discours du Professeur El Houssine LOUARDI Ministre de la Santé A l occasion de : La 2 ème Rencontre Nationale sur la Santé Scolaire et Universitaire et la Promotion de la Santé des Jeunes Rabat, le 26

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention

La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention La prévention médicalisée : des pratiques cliniques au service de la prévention Réduction du Risque Tabac des Publics Précaires: collaboration médico sociale au sein d une structure d accueil Ou comment

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Dossier de presse Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Secrétaire d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à la

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

EQUIPE MOBILE PSYCHIATRIE ET PRECARITE

EQUIPE MOBILE PSYCHIATRIE ET PRECARITE EQUIPE MOBILE PSYCHIATRIE ET PRECARITE Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr Michot Cécile ( psychiatre CHU Nîmes ) Création d équipes mobiles spécialisées en psychiatrie (novembre

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais Organisation du dispositif addiction en Valais Philippe Vouillamoz directeur secteur AideIPrévention 2011 2012 Nous changeons d image pas de mission Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES Aujourd hui, pour une entreprise «responsable», la santé de tous ses collaborateurs présente un enjeu primordial. Pour la bonne marche de l entreprise, il est évident que des salariés en meilleure santé

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

PLACE DES INFIRMIERS EN TABACOLOGIE

PLACE DES INFIRMIERS EN TABACOLOGIE PLACE DES INFIRMIERS EN TABACOLOGIE PATRICE LEMAIRE, Infirmier tabacologue Centre spécialisé Emile Roux Clermont-Fd Aline LONDAITZBEHERE, Infirmière tabacologue hospitalière CHU Clermont-Fd DIU Tabacologie

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie

Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Le Pacte territoire santé en région Haute-Normandie Synthèse des réunions des conférences de territoire (Rouen-Elbeuf : 04 mars 2013, Dieppe : 05 mars 2013, Le Havre : 06 mars 2013, Evreux-Vernon : 08

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Le CLUD au CH Bélair Patricia Schneider, Direction des soins Marie-Odile Jacquemet, Présidente du CLUD

Le CLUD au CH Bélair Patricia Schneider, Direction des soins Marie-Odile Jacquemet, Présidente du CLUD Le CLUD au CH Bélair Patricia Schneider, Direction des soins Marie-Odile Jacquemet, Présidente du CLUD Le CH Bélair Etablissement psychiatrique du département des Ardennes, situé au bord de ville et qui

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ADDICT INFO

GROUPE DE TRAVAIL ADDICT INFO GROUPE DE TRAVAIL ADDICT INFO Origine du Groupe Addict info 2006 Groupe de travail sur l alcool Aptitude médicale et alcool Avec des médecins du travail 2007 Groupe de travail sur les addictions Aptitude

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un Innovation dans le champ de la Santé Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis L ambition du Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis est de prévenir les usages nocifs des produits psychoactifs,

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions.

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. Un objectif général : Répondre aux besoins en matière de santé pour les personnes âgées

Plus en détail

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI Union Confédérale des Médecins Salariés de France Siège social, secrétariat : 65-67 rue d Amsterdam 75008 Paris Tél : 01.40.23.04.10 Fax : 01.40.23.03.12 Mél : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

2016 FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE

2016 FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE 2016 IONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE Réseau Addictions VIH Hépatites Vaucluse Camargue 8 rue Krüger - 84000 AVIGNON - 04 90 16 96 46 resad84@resad84.org N d'organisme de formation : 938 402 897 84 SOMMAIRE

Plus en détail

Souffrance et travail Prévention des RPS. Quels acteurs? Quelles ressources?

Souffrance et travail Prévention des RPS. Quels acteurs? Quelles ressources? Souffrance et travail Prévention des RPS Quels acteurs? Quelles ressources? CAPRPS FNP 19 juin 2015 1 Réglementation exigeante et orientations affirmées des politiques publiques L4121 Code du travail :

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger Prévention conduites addictives Guide d information et de prévention Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre santé Tabac, alcool, drogues La dernière décennie a marqué une

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque VERS UN MONDE SANS TABAC Paris, le 29 mai 2015 Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015 Quelle démarche adoptée en Ile-de- France? Pourquoi l ARS Ile-de-France décline-t-elle le PNRT? Comment

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG

Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG Dr Tony ROMUALD PH Addictologie CHU de PPA Coordonnateur médical RAG 28/04/2011 XVème conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane «répond à un besoin de la population» «dans une

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail