LE POINT DE YUE CATHOLIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE POINT DE YUE CATHOLIQUE"

Transcription

1 LE POINT DE YUE CATHOLIQUE PAR Jean-Paul DURAND O.P. Chargé d,e cours à la Faculté ile droit canonique de l'institut Catholique de Paris Directeur d,e la reuue << Le Supplétnent >> _ Du point de vue juridique mai! aussi de celui de l'éthiquv, il importe de se soucier du statut du corps humain - corps vivant ct corps mort ou cadavre - ainsi que de ce qu'on appelle les prôduits du eorps [umain. L'instruction romaine Donum oitae du 22 fiévtler 1987 a rappelé I'unité de la personne humaine, indissociablement corporelle et spirituelle, I'Eglise écartant ainsi toute appréhension dualiste. L'EgIise ôatholique iniiste à la fois sur cette unité de l'être humain et sur la place du crrrps. Pour la foi catholiqueo le corps et l'âme appartiennent à la création, à I'euvre de Dieu créateur. L'instruction Donum tsitae affirme que l'être humain doit être -respecté, comme une personne, dès le premièr instant de son existence l. Dans un- premier temps nous aborderons les questions ayant trait au corps du défunt ainsi quoaux prélèvements d'organes. Ensuitè, il sera fait _ J, Le don de la vie, l:r', lespeclt de la v.ie- humaine naissante et la dignité {e Ia procréation. Réponses â quelques questions d'actuatité. instructiôn EJià congrégation pour-ia loctri-ne- de la foi,22 février 1987; le texte français est p-u_blié notamment dans Ies éditions suivantes : I)ocumentation catholique,--* 1937, 1997, pp :. aux éditjons d.u Cerf, Le don de la vie, présentâtiôn=p# 1è pe# Gérard. lilror, mars^_1987,- 5f na.ces i {ans tes Cahiers ae faciiàlitë et sociale, 15. mars iewièuiè 19,Q7, tr 347 _(avec des notations de.la rédaction en marge du document) ;.?"ri.éditio.ns Le Oenturion, Biotogie,.médecine et éthique, textes ou MacrsteTe catholloue leufls t presenté_s par patrick verspieren sj, avril lgg7, pp Les citatioim de Donuti.vilae aâfijte pi&&t ârtilë;èierù=nt préseatarion â râ de P. Verspieren, Biotogie, médecinê à einlqiè-o.4sïi,-(é{;îôcie..; op. cit.).

2 TT2 BIOEÎHIQUE ET DROIT état du problème de_l'utilisation de I'embryon et du fcetus humains, qu'ils soient vivants, viables ou morts. Enfin nous proposerons qo"iquu. observations complémentaires. I. - LE CORPS DU DEFUNT ET LES PRELEVEMENTS D'ORGANES Toute pratique commerciale doit être considérée moralement comme illicite et doit être interdite, qu'il s'agisse du cadavre de personnes adultes ou de fcetus morts, tellà est la position de I'Eglise càtholigue exprimée dans I'instruction Donum oitae dé février L}BT 2:rl noor s"m-bl" important de- rappeler quelle conviction religieuse anime I'Eglise s'agissant du corps et de la vocation de celui-ci. Le corps, au moment de la mort, retourne à la terre, mais ne met point un lerm9 à la dimension corporell.e de la personne humaine puisgue la révélation chrétienne annonce li résurrection d"s corps, corps nouveaux, ( corps glorieux >> tout semblables au corps de Jésus-C-hrist r-essuscité des morts. Il n'est pas question en christiânisme de réincarnation. pour insister sur la vocation humaine à la résurrection des corps, I'Eglise a- longtemps r_ejusé_ aux fidèles la pratique de I'incinération. A-ujourdihui, I'Eglise en tolère la pratique dans la mesure où cette attitude n'entend pas manifester une opposition à la foi chrétienne en la résurrectron des cotfs. L'Eglise entoure le corps du défunt de respect et elle veille à ce qu'une sépulture lui soit donnée, signe éminent d,humanité comme le remarque I'historien Philippe_Ar-iès -dans toutes lee civilisations depuis que l'homme est sur terre. Si le cadavre est Lne chose, son respect s'impose néanmoins. Déjà le 13 mai 1956, le Pape Pie XII décrarait que 19 cadavre d'homme noest pas une chose quelcônque 3. Dans sa présentation récente des principaux textes du Magislère caiholique en éthique biomédicaleo Patrick -verrp-ier"n, jésuite, écrït que pie xir refusait -de considérer le cor-ps d'un i'dividu particulier ddédé comme appartenant 1u togl qu'est I'humanité. T:9 Papè avait accepté pleinement Ë principe du prélèvement de tiss's et d'organes sur un à des fins tëérapeutiques et même_ scientifiques, à la condition "âduo-"" de traiter le corps avec respect, que les droits et les sentiments de Ia famille du défunt n-e soient points violés..le Pape appr_ouve le don anticipé de tissus, d'organes et même du cadavre entier. Il invite alors à unie prudente éduca"tion du public, ce-qui aidera-les familles à consentir uu piélènr-ent sur re corps d'un proche parent décédé. Pie xii n'a pas abordé les problèm". por'ét par le prélèvement sur une peïsonne vivaite a.?. Dolrttf, ùtae, in Biologie..., op. cit., p , ( rrelev ment et transplantatio_n de tissus et d'organes,, DC, 1956, -u- lz2g, col. TI 3, cf- in B iolo gie..., o p. ^c^ij., p. 337 et s. 4. Biologie..., oi. cit., p.336.

3 LE CORPS ET LES PRODUITS DU CORPS rt3 Dans cette même présentation Patrick Verspieren fait état doune déclaration, le 16 avril 1978, de Mgr Roger Etchegaray, alors archevêque de Marseille et président de la conférence des évêques de France, déclaration intitulée < Prélèvements d'organes et liberté individuelle > : le sénateur Henri Cavaillet avait fait voter la loi du 22 décembre 7976 autorisant. le prélèvement d'organes sur tout adulte décédé n'y ayant pas fait opposition de son vivant. Le décret d'applicationo en date du 4 avril 1978 a rendu en partie la parole aux familles des défrrnts : celles.ci reçoivent la possibilité de se faire I'interprète des volepl5r du défunt, ainsi que des convictions de ce dernier. Mgr Etchegaray a publié dans le bulletin de son diocès_e une note pour inviter les chrétiens et la population dans son ensemble à consentir à de tels prélèvements, à y vbf aussi un véritable geste de solidarité. Encore fallait-il ne pas laisser se dévelo-pp_er,une_ application inhumaine de cette loi de 1976 qui pouvait faire fi de la liberté de I'homme et des sentiments des familles-en deuil s. En 1981, le conseil pontifical Cor unurn publie un document : < Quelques questions d'éthique relatives aux grands malades et aux mouranti > 6. La question des prélèvements d'organes y est notamment abordée : < L'Eglise est interrogée > 7 : étant donné la réticence 4e nombreuses familles à autoriser les prélèvements d'organes, les milreux médicaux souhaiteraient qle I'Eglise insiste publiquement sur la validité ilue, une fois la mort cérébrale dûment constatée, l'être humain est bien mort et guoaucun _ob-stacle_ ne. subsiste à l'éventualité de prélever un organe du corps du défunt. læ document du conseil pontificàl s'en tient à émettre I'hypothèse quoen effet l'eglise rappelle tout au plus les conditions dans lesquelles_il est légitime de donner crédit au jugement prudentiel de ceux qui ont la compétence spécifique de déterminer le- fait de la mort. L'Eglis,e, selon les conseillers théologiques du conseil pontifical, ne saurait reprendre à son compte une liste de critères de la mort cérébrale. Revenons aux embryons et aux fætus humains. Morts. ce sont des _cadavres ^gui doivent être respectés comme les dépouilles des autres êtres humains 8. II. - EMBRYON ET FCETUS HUMAINS VIVANTS, VIABLES OU I\{ORTS: LEURS UTILISATIONS L'Eglise ne peut que saluer les efforts entrepris tant par le Com.ité national consuhatif il'éthique pour les sciences àe Ia aie àt de In santé que par le Conseil d,e l'europe : 5. DC (Documentation catholique), 1978, n" o iti9g Vatican, n.biologie..., op. cit., p.442 eî s. t, tn.ëtoloqre.,., od. crt., D, Donum iitari, ià Biolôiie..., op. dt., p. 462.

4 tl4 BIoÉTHIQUE EÎ DRoIT - 22 mai 1984' Avis français sur res prérèvements de tissus d'em. bryons ou de fætus humains moris à des fins ihérapeutigues, diagnostiques et scientifiques. L'instruction Donum uitae en pùi."u'p.o, et"sans aller contre I'avis français ; - 9 octobre L984, Avis français sur le_s_ problèmes d'éthique posés par r les essais de nouveaux traitements chez I'hàmme : - 23 février l9-s], -.A.vig français sur les p"obièmes posés par le {éveloppement des méthodes d'utilisation de ceiluîes humaine's et dô leurs dérivés ; - 15 décembls 1986, Avis français reratif aux recherches sur res erylbry91s humains in vitro et à leur util.isarion à des fins médicales et scientifiques ; 22.,septembre 1986,, ; _Rapport Jâger de I'assemblée parlementaire du,uonserl de I'.tiurope sur loutilisation d'e-hryons et de fôtus humains a des trns_ diagnostiques, thérapeutiques, scientifiqueso industrielles et commerciales. Et nous relevons les recommandations de prudence exprimées au colloque _international de Rambouilret et plus' récemment '",,"or".o sommet de Venise 9. Réce-ment- loeglise. s'est elle-même prononcée sur les conditions qu'eue estime devoir demander de respecter à propos du corps humain, de ses produits et spécialement à propos d", et fætrà humains, p9:iti9" exprimée dans I'instruôtion Donurn ""À"yâos iitae d,e février Lggl. L'EsJi,rg constate gue les buts poursuivis pour mettre en ceuvre des procedés de fécondation artificielle rendant possi_ble diverses interven. les,.em-bryons et les fcetus lio_tt,..o" humainsl sont des buts de genres tort divers,: diagnostigues et thérapeutiques, scientifigues et commer-ciaux. un peut rrre dans cette instruction ceci : < puisqu'il doit être traité goryme -une personne, I'embryon devra aussi êtrà défendu dans son intégrité, soigné et guéri, dans la mesure du possible comme tout autre être humain dans le cadre de I'assistance médiôale > 10. A la -.. question de savoir si le diagnostic prénatal est moralement licite, I'instruction romaine répond que si-le d;ng^nostic prénatal respecte la vie et I'intégrité de- I'em-bryon et ïu fætus himainso'et s'il est Ërienté à sa o", rl guérison *"""qg,t 1 individuelle, la réponse est affirmative u. --Hour l'-uglise doit être--prohibée I'utilisation du diagnostic prénatal visant à perm^ettr.e. o prélèvement lo >> d'e-hryon qui s"ortirart'ce dernier du projet ramrllal' au profit d'une recherche (expérimentations sur embryons humains). -- Quant aux interventions thérapeutiques sur lembryon humaino sontelles licites? Elles le sonr si elies ïe'specrenr la vij "t i;t"tèg"ite a, ^ 9' colloque- ilternational de bioéthique, à Rambouillet, lg-22 avrll l9b5 et Sommet des chefs d'eta monde à Venise, iuin l9gi1 et (le gouvernement des sept pays les plus riches du 19. D.oltym vilae, in Biologie..., op. cit., p. 4SB. ll. Ibid., p.459.'

5 LE CORPS ET LES PRODUITS DU CORPS ll5 I'embryon et qu'elles ne comportent point pour lui de << risgues fispro. portionnés >r, mais gu'elles ont pour but la guérison, I'amélioration des conditions de sa santé ou sa survie individuelle 12. L'Eglise s'est rlemandé à cette occasion de quelle manière apprécier moralement la recherche et I'expérimentation sur les embryonj et sur les fcetus humains : I'instruction romaine Donum ritae déclare que la recherche médicale doit s'abstenir d'interventions sur les embryons vivants. sauf s'il existe une certitude morale suffisante de ne causer â" do-*"g" à la vie ni à I'intégrité de I'enfant à naître et de sa mère, et à conditiôn que les parents aient donné pour cette intervention sur I'embryon leur ptopr" consentement libre et informé. Selon I'instruction romaine, si les embryons sont_encore vivants, viables ou non, ils doivent être respectés comme toutes les personnes humaines ; < loexpérimentation non dilectement thérapeutique sur les em-bryons est illicite )) coynïne I'a aussi affirmé Jean-Paul II lui-même le 23 octobre l9b3 aux participants à un congrès de I'Académie pontificale des sciences 13. _ La fin ne peut justifier les moyens : aucune finalité, même la plus noble, ne peut en quelque manière justifier < I'expérimentation sur-des emlryons ou des fætus vivants viables ou non, dans le sein maternel ou en dehors de lui. Le consentement informé, normalement requis pour loexpérimentation clinique sur loadulte, ne peut être concédé pai les parents, qui ne peuvent disposer ni de lointégrité physigue ni de la vie de I'enfant à naître. Doautre part I'expérimentation sur les embryons ou fætus comporte toujours le risque - et même souvent la prévision certains - d'un dommage pour leur intégrité physique ou de lèur mort r> 14. L'instruction romaine de poursuivre en ces teimes : < I'utilisation de I'embryon humain ou d'un fætus comme objet ou instrument d'expéri. mentation représente un délit à l'égard de leur dignité doêtres humains ayant droit.au_ même respe.et que I'enfant déjà né et toute personne humaine (...). Lr pratigue de maintenir en vie des e-hryons humains, in vivo ou in vitro, à des fins expérimentales ou commerciales est absolument contraire à la dignité humaine > ls. Bien sûr est moralement licite selon l'eglise catholique I'expérimentation clairement thérapeutique. thérapie expérimentale utilisée au bénéfice de I'embryon lui-même comme étant une tentative extrême pour sauver la vie de cet embryon. Faute d'autres thérapies valables, cette utilisation de remèdes ou prôcédés non encore entièrement éprouvés peut être licite Maintenant que les développements scientifiques rendent Ia fécondation rrr vitro- possible techniqu_ement, il est immoral de vouloir produire ainsi des embryons humains destinés à être exploités comme rin < matériau biologigue > disponi-ble, les embryons non employés étant détruits, ce qui 12. Ibid.. o. t Ibid.-, -p. 461 et note Ibid.. o rbid.-.i Ibid.-,'p. 462.

6 tt6 BIOETHIQUE ET DROIT mérite d'être absolument dénoncér7. << Les procédures d'observation ou d'expérimentation qui causent un dommage ou imposent des risques graves et disproportionnés aux em-bryons obtenus in vitro sont, pour les mêmes raisonso moralement illicites. Tout être humain est à respecter pour lui-même ; il ne peut être purement et simplement réduit à sa valeur d'usage au bénéfice d'autrui. Il n'est donc pas conforme à la moralité d'exposer délibérément à la mort des embryons humains obtenus 'in vitro'>re. L'instruction rejette aussi la congélation des embryons qui les prive au moins pour un temps de I'accueil et de la gestation maternelleo I'enfant à naître devant - s1 s'ss1 sa liberté, son droit moral - pouvoir être conçu et naître dans le mariage et du mariage 19. Enfin I'instruction romaine déclare que < certaines tentatives d'intervention sur le patrimoine chromosomique ou génétique ne sont pas thérapeutiques mais tendent à la pro. duction d'êtres humains sélectionnés selon le sexe ou d'autres qualités préétablies. Ces manipulations sont contraires à la dignité personnelle de l'être humain, à son intégrité et à son identité > 20. Remar ques conclusioes : J- Les archevêques de Grande-Bretagne, à propos de I'avortement notamment, écrivaient en ceci : << Puisque les hommes et les femmes ont des droits sur leurs propres corps, les enfants eux aussi ont les mêmes droits (...). Les enfants avant leur naissance, ont des droits quant à leurs propres corps, même quand ils sont dans le ventre de leur mère, nourris par elle >. D'ailleurs, remarllue I'instruction Donurn oitae22, < I'enfant n'est pas un dû et il ne peut être considéré comme objet de propriété : il est plutôt un don - 'le plus grand' - et le plus gratuif du mariage, témoinage vivant de la donation réciproque de ses parents. A ce titre, loenfant a le droit - comme on I'a rappelé - d'i11s le fruit de loacte spécifique de loamour conjugal de ses païents. et aussi le droit d'être respecté comme personne dès le moment de sa conception >, Les droits du corps humain, les droits et devoirs de la personne à l'égard de son corps, sont des droits non écrits, des droits naturels, des enjeux pour la survie de I'espèce humaine, pour son affranchissement de tout nouveau servage. Le corps humaino fut-il à l'état em-bryonnaireo ne peut être aliéné, venduo asservi, non seulement parce qu'il est le su.bstratum de la personne elle-même comme I'affirment les juristes civils, mais parce que le corps n'est pas une chose ni un objet de propriété. En réponse au fameux rapport de la commission gouverne. 17. Ibid., p Ibîd., p Ibid., p Ibid.. o.464.?!. 2C,iggO,.n" 1783.p..339 et s., cf..in Biotogie..., op. cit., pp , Donum vitae,'tn Biologie..., op. cit., p. 475, -

7 LE CORPS ET LES PRODUITS DU CORPS II? mentale Warnock, le comité mixte de l'épiscopat anglais 23 a répondu fermement et longuement à propos de la vente et de I'achat de gamètes, d'embryons humains, de la substitution de mères. de toutes sortes d'usages, illicites moralemento d'embryons, du consentement pour I'usage et le rejet des < embryons en surplus >, à propos aussi de la recherche sur des embryons humain, etc. Comme l'écrit Dominique Thouvenino juriste, dans son article intitulé < La disponibilité du corps humain : corps sujet ou corps objet?,r21,le droit français lui-même, dans ses différentes branches, droit civil d'une part et droit public des libertés doautre part, soapplique à préciser ses catégories de manière à répondre plus entièrement à Ia question suivante: une personne peut-elle faire de son corps ce gue bon lui semble, et si cela n'est d'ailleurs pas possible, dans guelle mesure cette personne dispose tout de même d'une certaine liberté vis-à-vis de son corps? L. Richer juriste lui aussi, reconnaît qu'un certain flottement existe dans la doctrine juridique en ce qui concerne le statut du corps humain 2s. Il importe de souligner avec les juristes français quoil existe entre eux un accord, semble-t-il, ( aux termes duquel, comme loexplique D. Thouvenio (...) le corps en son entier ne peut être I'objet d'un contrat (...), l" corps coest la personne, cela signifie quoil ne peut pas être ravalé au rang de bien, de chose. De ce fait il est indisponible I n'étant pas un bien, il ne peut pas faire I'objet d'une appropriation et ne peut donc entrer dans la circulation des biens > %. Reste la guestion de la validité de certains actes juridigues avant en effet une partie du corps comme objet. Et D. Thouvenin de constater que dans ce cas, les juristes ne semblent plus se poser la question de savoir si une partie du corps humain peut constituer un objet licite : < ils se demandent si la cause du contrat est morale et licite et si la personne y a bien eonsenti; ce noest donc plus I'objet du contrat qrri est discuté mais sa finalité > 27. La gratuité apparaît alors comme rrn indice de la licéité de la cause de ce contrat. Et D. Thouvenin d'aiouter : des élé. ments de ce corps humain font I'objet de dons - pas de donation - ; ces éléments circulent et sont gérés. ]e cite : < Loerreur consiste à notre avis à proposer une analyse de ces différentes situations en termes purement contractuels, alors qu'elles ne sont pas liées à des initiatives privées, mais organisées (médiatisées) sur le moilèle classique de la santé publique ) 28. Il est en effet question de produits d'origine humaineo de don du sang, de sperme, d'ovule, de banque de sperme ou doem-bryon, de prêt d'utérus. Cette terminologie révèle- assurément une logique de gestion et non d'appropriation. L'enfant, lui, ne peut être assimilé à une partie d'un corps, fut-ce de sa mère qui le porte. Il importe selon nous? , cf. 2C,-1985, n:-!_893, p, 1126 et s., cf. Biologie..., op. cît., p. 184 et s. 24. Actes, n'49/50, juin 1985, p. 35 et s. 25. < Les droits de l'homme_ e_t_ du Citoy,en,, Economica, 1982, p. 224 et s., cité par D. Thouvenin, Actes, n- 49/50, iuin D. Thouvenin. ibid.. o D. Thouvenin', ibid.-,b D. Thouvenb, ibid., b. 39.

8 t18 BIOETHIQUE ET DROIT de demander à Ia société civ'e de protéger cet enfant en commençant par I'enfant à naitre $ui,..du point àe o,ri d", libertés prrunf,ro,. droits préexistants, au, qui nr*po'rent à ia,*rjii î;;""i"ïtliio" gation négarive: ouri nelien faire qui.., u r*"rta'a" g-a"r*'aë*.io Ia maîtrise de soi-même renvoieni à des norion, du rib"iij,.ià=j"]-po.rooi* "orp., de faire ) er non à des pouvoitt a'"*i!"" f dï, [b""ter, iàl-a"r*."uirr..rrr..ii:fi,j,i:lî:p:ï'"*.-1x,:::;-91*11.,".{'-t.iïîë^1ëff,îëë- ibid., p.39; **tr,r.?:l!h.";:t", Jacques Robent, Libertés pubtiques, Ed. Mont_ Or peut,liie arrssi: I:Fi:LYptrpieièn,..La moratiré._dev,ant fætaux I'intérêt,de et recherches oes recherches: scientiriquéj','i;;r';ot tissus n" l, :H.iblïi'8".r pp ,i" àeaiîiiri-îêààie,''rg8r,... Olivier -uuvler de_ Dinechin Dhechin SJ,. <Note sous.l'avis du Comité national consultatif $"d'#?ff éi" g.'or tï.i"ët' ïffiiiii :_sieq, < L'Urilisation tifiques-r,4c "i 5_aoûtSSa, p. S06. m mecucale des fætus humeins. >, Receuil 3t.:'id'"-;hî.Y rascare Boucaud. " Approl_hes juridiquos susci,tées par '"ii:'fr le collooue Gr :è:"i"ë:"*j:;i:ïtzfli}mlliëiràit:"ff"',f, ;:ffiff":rf,:iff;;

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

DONUM VITAE - Le Don de la Vie

DONUM VITAE - Le Don de la Vie DONUM VITAE - Le Don de la Vie INTRODUCTION 1. La recherche biomédicale et l'enseignement de I Église Le don de la vie que Dieu, Créateur et Père, a confié à l'homme, impose à celui-ci de prendre conscience

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

L état de mort cérébrale: approche transculturelle

L état de mort cérébrale: approche transculturelle L état de mort cérébrale: approche transculturelle JMPG, Nice, 27 mars 2008 Sadek Beloucif, CHU Avicenne, Bobigny Mort Encéphalique? Qu est-ce que la mort? concept métaphysique définition légale critères

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Avis relatif aux recherches et utilisation des embryons humains in vitro à des fins médicales et scientifiques. Rapport.

Avis relatif aux recherches et utilisation des embryons humains in vitro à des fins médicales et scientifiques. Rapport. Avis relatif aux recherches et utilisation des embryons humains in vitro à des fins médicales et scientifiques. Rapport. N 8-15 décembre 1986 Sommaire Avis Recommandations générales Recommandations relatives

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

LE MALADE EN FIN DE VIE

LE MALADE EN FIN DE VIE LE MALADE EN FIN DE VIE Un précepte, donc à suivre scrupuleusement, est celui de ne jamais abandonner un malade même en état de mort imminente et de tout mettre en œuvre pour relever les forces, et soulager

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm. Le don dans les pratiques médicales: Symbolique du don et exemple du don d organe Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.fr

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

BAPTÊME DES MINEURS ET EXERCICE DE L'AUTORITÉ PARENTALE

BAPTÊME DES MINEURS ET EXERCICE DE L'AUTORITÉ PARENTALE Conseil pour les Questions Canoniques FICHE CANONIQUE 25 mai 2010 BAPTÊME DES MINEURS ET EXERCICE DE L'AUTORITÉ PARENTALE Une note du Comité Permanent Canonique " aux chanceliers et ministres du baptême

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

MARIAGE. Adresse du futur foyer: En l église paroissiale: Date du mariage, A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE

MARIAGE. Adresse du futur foyer: En l église paroissiale: Date du mariage, A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE DOC. VI. MARIAGE Date du mariage, En l église paroissiale: A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE (Nom et prénoms du fiancé) (Nom et prénoms de la fiancée) Adresse actuelle: (localité et

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer Tribunal fédéral - 4A_227/2011 Newsletter mai 2012 Ire Cour de droit civil Arrêt du 10 janvier 2012 Résumé et analyse Proposition de citation : Manon Simeoni Le caractère provisoire de la sous-location

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Conseil d'état N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Lecture du 16 août 2002 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM

Plus en détail

ASSOCIATION HENRI CAPITANT JOURNEES SUISSES LE STATUT JURIDIQUE DU CORPS HUMAIN RAPPORT LUXEMBOURGEOIS. Rapporteur : Florence TURK, Avocat à la Cour

ASSOCIATION HENRI CAPITANT JOURNEES SUISSES LE STATUT JURIDIQUE DU CORPS HUMAIN RAPPORT LUXEMBOURGEOIS. Rapporteur : Florence TURK, Avocat à la Cour ASSOCIATION HENRI CAPITANT JOURNEES SUISSES LE STATUT JURIDIQUE DU CORPS HUMAIN RAPPORT LUXEMBOURGEOIS Rapporteur : Florence TURK, Avocat à la Cour Le présent rapport est rédigé dans le cadre des travaux

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

3- FONDEMENTS. Politique relat ve aux contributions financières exigées des parents ou des usagers

3- FONDEMENTS. Politique relat ve aux contributions financières exigées des parents ou des usagers Centre administratif 3644, rue Saint-Jules, C.P 1600, Jonquière (Québec) G7X 7X4 Téléphone : 41 8 542-7551. Télécopieur : 41 8 542-1 505 sgeneral@csjonquiere.qc.ca. www.csjonquiere.qc.ca Politique relat

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec

Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 8 ÉLARGISSANT LA VENTE D ASSURANCES FUNÉRAIRES AU QUÉBEC Mémoire Présenté au Ministère des Finances et au Ministère de la Famille et des Aînés du Québec Septembre 2007 15 avril

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

L'ACCOMPAGNEMENT DES MAJEURS PROTÉGÉS EN ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES SANITAIREs ET MÉDICO-SOCIAux

L'ACCOMPAGNEMENT DES MAJEURS PROTÉGÉS EN ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES SANITAIREs ET MÉDICO-SOCIAux L'ACCOMPAGNEMENT DES MAJEURS PROTÉGÉS EN ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES SANITAIREs ET MÉDICO-SOCIAux GUIDE DE BONNES PRATIQUES destiné aux professionnels des établissements et services sanitaires et médico-sociaux

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

Contraceptifs : Mode d action chimique

Contraceptifs : Mode d action chimique Pilule Modalité de mise en œuvre Un comprimé par jour à heure régulière Contraceptifs : Mode d action chimique > 99 % Voie orale, facile d utilisation Modification du mucus du Implant Inséré sous la peau

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA Remarque : Les termes désignant des personnes s appliquent indistinctement aux femmes et aux hommes. Art. 1 DENOMINATION ET SIEGE Sous la dénomination CARITAS JURA(ci-après

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

Protection juridique des inventions biotechnologiques

Protection juridique des inventions biotechnologiques BREVETS Protection juridique des inventions biotechnologiques Directive 98/44 CE du Parlement Européen et du Conseil du 6 Juillet 1998 Le Parlement Européen et le Conseil de l' Union Européenne ont arrêté

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL Approuvés par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements contractuels

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

PROGRAMME DES COURS DE LICENCE

PROGRAMME DES COURS DE LICENCE PROGRAMME DES COURS DE LICENCE DROIT PROCESSUEL (1 ère partie) ENSEIGNEMENTS ANNÉE C Abbé Bernard du PUY-MONTBRUN Ce cours sera consacré à l étude des procès canoniques. Après une introduction à l aide

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

LES DONNEES DE SANTE & LA LOI DE INFORMATIQUE, FICHIERS ET LIBERTEE

LES DONNEES DE SANTE & LA LOI DE INFORMATIQUE, FICHIERS ET LIBERTEE LES DONNEES DE SANTE & LA LOI DE INFORMATIQUE, FICHIERS ET LIBERTEE Introduction 1.- L article 1 er de la loi du 6 janvier 1978 (version modifiée, notamment par la loi du 7 aout 2004) expose que : «l'informatique

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Liberté Egalité Laïcité

Liberté Egalité Laïcité Liberté Egalité Laïcité «Si je voulais faire rire il y a 30 ans je parlais de religion, si je voulais intéresser je parlais de politique ; c'est l'inverse aujourd'hui» Michel Serres César et Dieu. Nombre

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 SOPHROLOGIE SUISSE Statuts du 09.05.15 1/12 Dénomination, siège Article 1 Buts Article 2 L Association dénommée Association

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie

CODE PROFESSIONNEL. déontologie déontologie Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis de la protection des données à caractère personnel 1 Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:21 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER ALGERIE Imprimer cette page Textes de référence : - Code de la famille du 9 juin 1984 1. Les formes de dissolution du mariage - La répudiation

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

Bulletin d adhésion Impatriés Assurance Schengen Conditions 2014 Conditions 2014

Bulletin d adhésion Impatriés Assurance Schengen Conditions 2014 Conditions 2014 Hot line : +33 (0)3 28 04 69 85 49, boulevard de Strasbourg 59000 LILLE Tél. +33 (0)3 20 34 67 48 Fax +33 (0)3 20 64 29 17 contact@assur-travel.fr www.assur-travel.fr Bulletin d adhésion Impatriés Assurance

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Le bien commun selon Jacques Maritain

Le bien commun selon Jacques Maritain ETAT ET BIEN COMMUN Colloque interdisciplinaire à la mémoire du Prof. Roger Berthouzoz O.P. 7 8 juin 2006 Le bien commun selon Jacques Maritain Conférence du Professeur Jean-Jacques Friboulet Département

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN

FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN ROUX-DEMARE François-Xavier Publication sur http://fxrd.blogspirit.com Janvier 2012 FICHE PEDAGOGIQUE DROIT CIVIL - DROIT PENAL SPECIAL DROIT EUROPEEN L embryon et le fœtus en droit Définitions. Il convient

Plus en détail

Les lois de bioéthique : cinq ans après

Les lois de bioéthique : cinq ans après Les lois de bioéthique : cinq ans après Sommaire Introduction... 4 Première partie Le clonage, la recherche sur l embryon et l assistance médicale à la procréation... 7 Faut-il interdire explicitement

Plus en détail

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Dans cette partie sont étudiés les dispositifs contractuels

Plus en détail

Approche philosophique et anthropologique du don et du prélèvement d organes et de tissus sur des personnes en mort encéphalique.

Approche philosophique et anthropologique du don et du prélèvement d organes et de tissus sur des personnes en mort encéphalique. Approche philosophique et anthropologique du don et du prélèvement d organes et de tissus sur des personnes en mort encéphalique. E. Lepresle, docteur en médecine, docteur en philosophie Nice 31 mai 2007

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI- AUTONOME

OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI- AUTONOME LE CENTRE JEUNESSE GASPÉSIE/LES ÎLES P OLITIQUE CONCERNANT LE PLACEMENT D'ADOLESCENTS EN APPARTEMENT SEMI AUTONOME DOCUMENT RÉVISÉ DIRECTION DES SERVICES D'HÉBERGEMENT NOVEMBRE 1995 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro

AVIS N 112. Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l embryon humain in vitro Comité Consultatif National d'éthique pour les Sciences de la Vie et de la Santé AVIS N 112 Une réflexion éthique sur la recherche sur les cellules d origine embryonnaire humaine, et la recherche sur l

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

QUI EST LA MÈRE DE CET ENFANT QUI VIENT DE NAÎTRE? ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET ACCOUCHEMENT DE MÈRES PORTEUSES

QUI EST LA MÈRE DE CET ENFANT QUI VIENT DE NAÎTRE? ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET ACCOUCHEMENT DE MÈRES PORTEUSES M e Marie-Nancy Paquet QUI EST LA MÈRE DE CET ENFANT QUI VIENT DE NAÎTRE? ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET ACCOUCHEMENT DE MÈRES PORTEUSES Résumé : La question de la gestation pour autrui fait régulièrement

Plus en détail