LE POINT DE YUE CATHOLIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE POINT DE YUE CATHOLIQUE"

Transcription

1 LE POINT DE YUE CATHOLIQUE PAR Jean-Paul DURAND O.P. Chargé d,e cours à la Faculté ile droit canonique de l'institut Catholique de Paris Directeur d,e la reuue << Le Supplétnent >> _ Du point de vue juridique mai! aussi de celui de l'éthiquv, il importe de se soucier du statut du corps humain - corps vivant ct corps mort ou cadavre - ainsi que de ce qu'on appelle les prôduits du eorps [umain. L'instruction romaine Donum oitae du 22 fiévtler 1987 a rappelé I'unité de la personne humaine, indissociablement corporelle et spirituelle, I'Eglise écartant ainsi toute appréhension dualiste. L'EgIise ôatholique iniiste à la fois sur cette unité de l'être humain et sur la place du crrrps. Pour la foi catholiqueo le corps et l'âme appartiennent à la création, à I'euvre de Dieu créateur. L'instruction Donum tsitae affirme que l'être humain doit être -respecté, comme une personne, dès le premièr instant de son existence l. Dans un- premier temps nous aborderons les questions ayant trait au corps du défunt ainsi quoaux prélèvements d'organes. Ensuitè, il sera fait _ J, Le don de la vie, l:r', lespeclt de la v.ie- humaine naissante et la dignité {e Ia procréation. Réponses â quelques questions d'actuatité. instructiôn EJià congrégation pour-ia loctri-ne- de la foi,22 février 1987; le texte français est p-u_blié notamment dans Ies éditions suivantes : I)ocumentation catholique,--* 1937, 1997, pp :. aux éditjons d.u Cerf, Le don de la vie, présentâtiôn=p# 1è pe# Gérard. lilror, mars^_1987,- 5f na.ces i {ans tes Cahiers ae faciiàlitë et sociale, 15. mars iewièuiè 19,Q7, tr 347 _(avec des notations de.la rédaction en marge du document) ;.?"ri.éditio.ns Le Oenturion, Biotogie,.médecine et éthique, textes ou MacrsteTe catholloue leufls t presenté_s par patrick verspieren sj, avril lgg7, pp Les citatioim de Donuti.vilae aâfijte pi&&t ârtilë;èierù=nt préseatarion â râ de P. Verspieren, Biotogie, médecinê à einlqiè-o.4sïi,-(é{;îôcie..; op. cit.).

2 TT2 BIOEÎHIQUE ET DROIT état du problème de_l'utilisation de I'embryon et du fcetus humains, qu'ils soient vivants, viables ou morts. Enfin nous proposerons qo"iquu. observations complémentaires. I. - LE CORPS DU DEFUNT ET LES PRELEVEMENTS D'ORGANES Toute pratique commerciale doit être considérée moralement comme illicite et doit être interdite, qu'il s'agisse du cadavre de personnes adultes ou de fcetus morts, tellà est la position de I'Eglise càtholigue exprimée dans I'instruction Donum oitae dé février L}BT 2:rl noor s"m-bl" important de- rappeler quelle conviction religieuse anime I'Eglise s'agissant du corps et de la vocation de celui-ci. Le corps, au moment de la mort, retourne à la terre, mais ne met point un lerm9 à la dimension corporell.e de la personne humaine puisgue la révélation chrétienne annonce li résurrection d"s corps, corps nouveaux, ( corps glorieux >> tout semblables au corps de Jésus-C-hrist r-essuscité des morts. Il n'est pas question en christiânisme de réincarnation. pour insister sur la vocation humaine à la résurrection des corps, I'Eglise a- longtemps r_ejusé_ aux fidèles la pratique de I'incinération. A-ujourdihui, I'Eglise en tolère la pratique dans la mesure où cette attitude n'entend pas manifester une opposition à la foi chrétienne en la résurrectron des cotfs. L'Eglise entoure le corps du défunt de respect et elle veille à ce qu'une sépulture lui soit donnée, signe éminent d,humanité comme le remarque I'historien Philippe_Ar-iès -dans toutes lee civilisations depuis que l'homme est sur terre. Si le cadavre est Lne chose, son respect s'impose néanmoins. Déjà le 13 mai 1956, le Pape Pie XII décrarait que 19 cadavre d'homme noest pas une chose quelcônque 3. Dans sa présentation récente des principaux textes du Magislère caiholique en éthique biomédicaleo Patrick -verrp-ier"n, jésuite, écrït que pie xir refusait -de considérer le cor-ps d'un i'dividu particulier ddédé comme appartenant 1u togl qu'est I'humanité. T:9 Papè avait accepté pleinement Ë principe du prélèvement de tiss's et d'organes sur un à des fins tëérapeutiques et même_ scientifiques, à la condition "âduo-"" de traiter le corps avec respect, que les droits et les sentiments de Ia famille du défunt n-e soient points violés..le Pape appr_ouve le don anticipé de tissus, d'organes et même du cadavre entier. Il invite alors à unie prudente éduca"tion du public, ce-qui aidera-les familles à consentir uu piélènr-ent sur re corps d'un proche parent décédé. Pie xii n'a pas abordé les problèm". por'ét par le prélèvement sur une peïsonne vivaite a.?. Dolrttf, ùtae, in Biologie..., op. cit., p , ( rrelev ment et transplantatio_n de tissus et d'organes,, DC, 1956, -u- lz2g, col. TI 3, cf- in B iolo gie..., o p. ^c^ij., p. 337 et s. 4. Biologie..., oi. cit., p.336.

3 LE CORPS ET LES PRODUITS DU CORPS rt3 Dans cette même présentation Patrick Verspieren fait état doune déclaration, le 16 avril 1978, de Mgr Roger Etchegaray, alors archevêque de Marseille et président de la conférence des évêques de France, déclaration intitulée < Prélèvements d'organes et liberté individuelle > : le sénateur Henri Cavaillet avait fait voter la loi du 22 décembre 7976 autorisant. le prélèvement d'organes sur tout adulte décédé n'y ayant pas fait opposition de son vivant. Le décret d'applicationo en date du 4 avril 1978 a rendu en partie la parole aux familles des défrrnts : celles.ci reçoivent la possibilité de se faire I'interprète des volepl5r du défunt, ainsi que des convictions de ce dernier. Mgr Etchegaray a publié dans le bulletin de son diocès_e une note pour inviter les chrétiens et la population dans son ensemble à consentir à de tels prélèvements, à y vbf aussi un véritable geste de solidarité. Encore fallait-il ne pas laisser se dévelo-pp_er,une_ application inhumaine de cette loi de 1976 qui pouvait faire fi de la liberté de I'homme et des sentiments des familles-en deuil s. En 1981, le conseil pontifical Cor unurn publie un document : < Quelques questions d'éthique relatives aux grands malades et aux mouranti > 6. La question des prélèvements d'organes y est notamment abordée : < L'Eglise est interrogée > 7 : étant donné la réticence 4e nombreuses familles à autoriser les prélèvements d'organes, les milreux médicaux souhaiteraient qle I'Eglise insiste publiquement sur la validité ilue, une fois la mort cérébrale dûment constatée, l'être humain est bien mort et guoaucun _ob-stacle_ ne. subsiste à l'éventualité de prélever un organe du corps du défunt. læ document du conseil pontificàl s'en tient à émettre I'hypothèse quoen effet l'eglise rappelle tout au plus les conditions dans lesquelles_il est légitime de donner crédit au jugement prudentiel de ceux qui ont la compétence spécifique de déterminer le- fait de la mort. L'Eglis,e, selon les conseillers théologiques du conseil pontifical, ne saurait reprendre à son compte une liste de critères de la mort cérébrale. Revenons aux embryons et aux fætus humains. Morts. ce sont des _cadavres ^gui doivent être respectés comme les dépouilles des autres êtres humains 8. II. - EMBRYON ET FCETUS HUMAINS VIVANTS, VIABLES OU I\{ORTS: LEURS UTILISATIONS L'Eglise ne peut que saluer les efforts entrepris tant par le Com.ité national consuhatif il'éthique pour les sciences àe Ia aie àt de In santé que par le Conseil d,e l'europe : 5. DC (Documentation catholique), 1978, n" o iti9g Vatican, n.biologie..., op. cit., p.442 eî s. t, tn.ëtoloqre.,., od. crt., D, Donum iitari, ià Biolôiie..., op. dt., p. 462.

4 tl4 BIoÉTHIQUE EÎ DRoIT - 22 mai 1984' Avis français sur res prérèvements de tissus d'em. bryons ou de fætus humains moris à des fins ihérapeutigues, diagnostiques et scientifiques. L'instruction Donum uitae en pùi."u'p.o, et"sans aller contre I'avis français ; - 9 octobre L984, Avis français sur le_s_ problèmes d'éthique posés par r les essais de nouveaux traitements chez I'hàmme : - 23 février l9-s], -.A.vig français sur les p"obièmes posés par le {éveloppement des méthodes d'utilisation de ceiluîes humaine's et dô leurs dérivés ; - 15 décembls 1986, Avis français reratif aux recherches sur res erylbry91s humains in vitro et à leur util.isarion à des fins médicales et scientifiques ; 22.,septembre 1986,, ; _Rapport Jâger de I'assemblée parlementaire du,uonserl de I'.tiurope sur loutilisation d'e-hryons et de fôtus humains a des trns_ diagnostiques, thérapeutiques, scientifiqueso industrielles et commerciales. Et nous relevons les recommandations de prudence exprimées au colloque _international de Rambouilret et plus' récemment '",,"or".o sommet de Venise 9. Réce-ment- loeglise. s'est elle-même prononcée sur les conditions qu'eue estime devoir demander de respecter à propos du corps humain, de ses produits et spécialement à propos d", et fætrà humains, p9:iti9" exprimée dans I'instruôtion Donurn ""À"yâos iitae d,e février Lggl. L'EsJi,rg constate gue les buts poursuivis pour mettre en ceuvre des procedés de fécondation artificielle rendant possi_ble diverses interven. les,.em-bryons et les fcetus lio_tt,..o" humainsl sont des buts de genres tort divers,: diagnostigues et thérapeutiques, scientifigues et commer-ciaux. un peut rrre dans cette instruction ceci : < puisqu'il doit être traité goryme -une personne, I'embryon devra aussi êtrà défendu dans son intégrité, soigné et guéri, dans la mesure du possible comme tout autre être humain dans le cadre de I'assistance médiôale > 10. A la -.. question de savoir si le diagnostic prénatal est moralement licite, I'instruction romaine répond que si-le d;ng^nostic prénatal respecte la vie et I'intégrité de- I'em-bryon et ïu fætus himainso'et s'il est Ërienté à sa o", rl guérison *"""qg,t 1 individuelle, la réponse est affirmative u. --Hour l'-uglise doit être--prohibée I'utilisation du diagnostic prénatal visant à perm^ettr.e. o prélèvement lo >> d'e-hryon qui s"ortirart'ce dernier du projet ramrllal' au profit d'une recherche (expérimentations sur embryons humains). -- Quant aux interventions thérapeutiques sur lembryon humaino sontelles licites? Elles le sonr si elies ïe'specrenr la vij "t i;t"tèg"ite a, ^ 9' colloque- ilternational de bioéthique, à Rambouillet, lg-22 avrll l9b5 et Sommet des chefs d'eta monde à Venise, iuin l9gi1 et (le gouvernement des sept pays les plus riches du 19. D.oltym vilae, in Biologie..., op. cit., p. 4SB. ll. Ibid., p.459.'

5 LE CORPS ET LES PRODUITS DU CORPS ll5 I'embryon et qu'elles ne comportent point pour lui de << risgues fispro. portionnés >r, mais gu'elles ont pour but la guérison, I'amélioration des conditions de sa santé ou sa survie individuelle 12. L'Eglise s'est rlemandé à cette occasion de quelle manière apprécier moralement la recherche et I'expérimentation sur les embryonj et sur les fcetus humains : I'instruction romaine Donum ritae déclare que la recherche médicale doit s'abstenir d'interventions sur les embryons vivants. sauf s'il existe une certitude morale suffisante de ne causer â" do-*"g" à la vie ni à I'intégrité de I'enfant à naître et de sa mère, et à conditiôn que les parents aient donné pour cette intervention sur I'embryon leur ptopr" consentement libre et informé. Selon I'instruction romaine, si les embryons sont_encore vivants, viables ou non, ils doivent être respectés comme toutes les personnes humaines ; < loexpérimentation non dilectement thérapeutique sur les em-bryons est illicite )) coynïne I'a aussi affirmé Jean-Paul II lui-même le 23 octobre l9b3 aux participants à un congrès de I'Académie pontificale des sciences 13. _ La fin ne peut justifier les moyens : aucune finalité, même la plus noble, ne peut en quelque manière justifier < I'expérimentation sur-des emlryons ou des fætus vivants viables ou non, dans le sein maternel ou en dehors de lui. Le consentement informé, normalement requis pour loexpérimentation clinique sur loadulte, ne peut être concédé pai les parents, qui ne peuvent disposer ni de lointégrité physigue ni de la vie de I'enfant à naître. Doautre part I'expérimentation sur les embryons ou fætus comporte toujours le risque - et même souvent la prévision certains - d'un dommage pour leur intégrité physique ou de lèur mort r> 14. L'instruction romaine de poursuivre en ces teimes : < I'utilisation de I'embryon humain ou d'un fætus comme objet ou instrument d'expéri. mentation représente un délit à l'égard de leur dignité doêtres humains ayant droit.au_ même respe.et que I'enfant déjà né et toute personne humaine (...). Lr pratigue de maintenir en vie des e-hryons humains, in vivo ou in vitro, à des fins expérimentales ou commerciales est absolument contraire à la dignité humaine > ls. Bien sûr est moralement licite selon l'eglise catholique I'expérimentation clairement thérapeutique. thérapie expérimentale utilisée au bénéfice de I'embryon lui-même comme étant une tentative extrême pour sauver la vie de cet embryon. Faute d'autres thérapies valables, cette utilisation de remèdes ou prôcédés non encore entièrement éprouvés peut être licite Maintenant que les développements scientifiques rendent Ia fécondation rrr vitro- possible techniqu_ement, il est immoral de vouloir produire ainsi des embryons humains destinés à être exploités comme rin < matériau biologigue > disponi-ble, les embryons non employés étant détruits, ce qui 12. Ibid.. o. t Ibid.-, -p. 461 et note Ibid.. o rbid.-.i Ibid.-,'p. 462.

6 tt6 BIOETHIQUE ET DROIT mérite d'être absolument dénoncér7. << Les procédures d'observation ou d'expérimentation qui causent un dommage ou imposent des risques graves et disproportionnés aux em-bryons obtenus in vitro sont, pour les mêmes raisonso moralement illicites. Tout être humain est à respecter pour lui-même ; il ne peut être purement et simplement réduit à sa valeur d'usage au bénéfice d'autrui. Il n'est donc pas conforme à la moralité d'exposer délibérément à la mort des embryons humains obtenus 'in vitro'>re. L'instruction rejette aussi la congélation des embryons qui les prive au moins pour un temps de I'accueil et de la gestation maternelleo I'enfant à naître devant - s1 s'ss1 sa liberté, son droit moral - pouvoir être conçu et naître dans le mariage et du mariage 19. Enfin I'instruction romaine déclare que < certaines tentatives d'intervention sur le patrimoine chromosomique ou génétique ne sont pas thérapeutiques mais tendent à la pro. duction d'êtres humains sélectionnés selon le sexe ou d'autres qualités préétablies. Ces manipulations sont contraires à la dignité personnelle de l'être humain, à son intégrité et à son identité > 20. Remar ques conclusioes : J- Les archevêques de Grande-Bretagne, à propos de I'avortement notamment, écrivaient en ceci : << Puisque les hommes et les femmes ont des droits sur leurs propres corps, les enfants eux aussi ont les mêmes droits (...). Les enfants avant leur naissance, ont des droits quant à leurs propres corps, même quand ils sont dans le ventre de leur mère, nourris par elle >. D'ailleurs, remarllue I'instruction Donurn oitae22, < I'enfant n'est pas un dû et il ne peut être considéré comme objet de propriété : il est plutôt un don - 'le plus grand' - et le plus gratuif du mariage, témoinage vivant de la donation réciproque de ses parents. A ce titre, loenfant a le droit - comme on I'a rappelé - d'i11s le fruit de loacte spécifique de loamour conjugal de ses païents. et aussi le droit d'être respecté comme personne dès le moment de sa conception >, Les droits du corps humain, les droits et devoirs de la personne à l'égard de son corps, sont des droits non écrits, des droits naturels, des enjeux pour la survie de I'espèce humaine, pour son affranchissement de tout nouveau servage. Le corps humaino fut-il à l'état em-bryonnaireo ne peut être aliéné, venduo asservi, non seulement parce qu'il est le su.bstratum de la personne elle-même comme I'affirment les juristes civils, mais parce que le corps n'est pas une chose ni un objet de propriété. En réponse au fameux rapport de la commission gouverne. 17. Ibid., p Ibîd., p Ibid., p Ibid.. o.464.?!. 2C,iggO,.n" 1783.p..339 et s., cf..in Biotogie..., op. cit., pp , Donum vitae,'tn Biologie..., op. cit., p. 475, -

7 LE CORPS ET LES PRODUITS DU CORPS II? mentale Warnock, le comité mixte de l'épiscopat anglais 23 a répondu fermement et longuement à propos de la vente et de I'achat de gamètes, d'embryons humains, de la substitution de mères. de toutes sortes d'usages, illicites moralemento d'embryons, du consentement pour I'usage et le rejet des < embryons en surplus >, à propos aussi de la recherche sur des embryons humain, etc. Comme l'écrit Dominique Thouvenino juriste, dans son article intitulé < La disponibilité du corps humain : corps sujet ou corps objet?,r21,le droit français lui-même, dans ses différentes branches, droit civil d'une part et droit public des libertés doautre part, soapplique à préciser ses catégories de manière à répondre plus entièrement à Ia question suivante: une personne peut-elle faire de son corps ce gue bon lui semble, et si cela n'est d'ailleurs pas possible, dans guelle mesure cette personne dispose tout de même d'une certaine liberté vis-à-vis de son corps? L. Richer juriste lui aussi, reconnaît qu'un certain flottement existe dans la doctrine juridique en ce qui concerne le statut du corps humain 2s. Il importe de souligner avec les juristes français quoil existe entre eux un accord, semble-t-il, ( aux termes duquel, comme loexplique D. Thouvenio (...) le corps en son entier ne peut être I'objet d'un contrat (...), l" corps coest la personne, cela signifie quoil ne peut pas être ravalé au rang de bien, de chose. De ce fait il est indisponible I n'étant pas un bien, il ne peut pas faire I'objet d'une appropriation et ne peut donc entrer dans la circulation des biens > %. Reste la guestion de la validité de certains actes juridigues avant en effet une partie du corps comme objet. Et D. Thouvenin de constater que dans ce cas, les juristes ne semblent plus se poser la question de savoir si une partie du corps humain peut constituer un objet licite : < ils se demandent si la cause du contrat est morale et licite et si la personne y a bien eonsenti; ce noest donc plus I'objet du contrat qrri est discuté mais sa finalité > 27. La gratuité apparaît alors comme rrn indice de la licéité de la cause de ce contrat. Et D. Thouvenin d'aiouter : des élé. ments de ce corps humain font I'objet de dons - pas de donation - ; ces éléments circulent et sont gérés. ]e cite : < Loerreur consiste à notre avis à proposer une analyse de ces différentes situations en termes purement contractuels, alors qu'elles ne sont pas liées à des initiatives privées, mais organisées (médiatisées) sur le moilèle classique de la santé publique ) 28. Il est en effet question de produits d'origine humaineo de don du sang, de sperme, d'ovule, de banque de sperme ou doem-bryon, de prêt d'utérus. Cette terminologie révèle- assurément une logique de gestion et non d'appropriation. L'enfant, lui, ne peut être assimilé à une partie d'un corps, fut-ce de sa mère qui le porte. Il importe selon nous? , cf. 2C,-1985, n:-!_893, p, 1126 et s., cf. Biologie..., op. cît., p. 184 et s. 24. Actes, n'49/50, juin 1985, p. 35 et s. 25. < Les droits de l'homme_ e_t_ du Citoy,en,, Economica, 1982, p. 224 et s., cité par D. Thouvenin, Actes, n- 49/50, iuin D. Thouvenin. ibid.. o D. Thouvenin', ibid.-,b D. Thouvenb, ibid., b. 39.

8 t18 BIOETHIQUE ET DROIT de demander à Ia société civ'e de protéger cet enfant en commençant par I'enfant à naitre $ui,..du point àe o,ri d", libertés prrunf,ro,. droits préexistants, au, qui nr*po'rent à ia,*rjii î;;""i"ïtliio" gation négarive: ouri nelien faire qui.., u r*"rta'a" g-a"r*'aë*.io Ia maîtrise de soi-même renvoieni à des norion, du rib"iij,.ià=j"]-po.rooi* "orp., de faire ) er non à des pouvoitt a'"*i!"" f dï, [b""ter, iàl-a"r*."uirr..rrr..ii:fi,j,i:lî:p:ï'"*.-1x,:::;-91*11.,".{'-t.iïîë^1ëff,îëë- ibid., p.39; **tr,r.?:l!h.";:t", Jacques Robent, Libertés pubtiques, Ed. Mont_ Or peut,liie arrssi: I:Fi:LYptrpieièn,..La moratiré._dev,ant fætaux I'intérêt,de et recherches oes recherches: scientiriquéj','i;;r';ot tissus n" l, :H.iblïi'8".r pp ,i" àeaiîiiri-îêààie,''rg8r,... Olivier -uuvler de_ Dinechin Dhechin SJ,. <Note sous.l'avis du Comité national consultatif $"d'#?ff éi" g.'or tï.i"ët' ïffiiiii :_sieq, < L'Urilisation tifiques-r,4c "i 5_aoûtSSa, p. S06. m mecucale des fætus humeins. >, Receuil 3t.:'id'"-;hî.Y rascare Boucaud. " Approl_hes juridiquos susci,tées par '"ii:'fr le collooue Gr :è:"i"ë:"*j:;i:ïtzfli}mlliëiràit:"ff"',f, ;:ffiff":rf,:iff;;

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

Les droits du patient face ä la biomedecine

Les droits du patient face ä la biomedecine Dominique Manai Professeure ä la Faculte de droh de l'universite de Geneve Les droits du patient face ä la biomedecine Stämpfli Editions SA Berne 2006 Bibliographie XIII Abreviations XVII Introduction

Plus en détail

Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010

Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010 Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010 Le transfert d'embryons post mortem en droit comparé Allemagne,

Plus en détail

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris I - Bilan de la GPA dans le monde II - La situation actuelle en France III - Les possibilités d évolution dans la perspective de la révision des lois de bioéthique

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

La transplantation d embryon post-mortem

La transplantation d embryon post-mortem Paris, le 6 janvier 2010 SECRETARIAT GENERAL SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES BUREAU DU DROIT COMPARE La transplantation d embryon post-mortem (Allemagne, Belgique, Espagne, Pays-Bas,

Plus en détail

Bioethique, droits de l'homme et biodroit

Bioethique, droits de l'homme et biodroit Marie-Luce DELFOSSE Catherine BERT Bioethique, droits de l'homme et biodroit Recueü de textes annotes internationaux, regionaux, beiges et fran

Plus en détail

Les incidences pratiques pour l'agent. Anne-France NOWICKI Juriste -Ville de Liège

Les incidences pratiques pour l'agent. Anne-France NOWICKI Juriste -Ville de Liège Les incidences pratiques pour l'agent Anne-France NOWICKI Juriste -Ville de Liège 1 Introduction : deux questions fondamentales pour l'agent 1. Où obtenir l'information selon laquelle quelqu'un est sous

Plus en détail

Presenté par : Robert Terenzio et Souad Dreyfus

Presenté par : Robert Terenzio et Souad Dreyfus Gestation Pour Autrui aux USA : panorama général Presenté par : Robert Terenzio et Souad Dreyfus 1 Qu'est-ce que la Gestation Pour Autrui? Il y a deux types de Gestation Pour Autrui permis aux États- Unis.

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

DONUM VITAE - Le Don de la Vie

DONUM VITAE - Le Don de la Vie DONUM VITAE - Le Don de la Vie INTRODUCTION 1. La recherche biomédicale et l'enseignement de I Église Le don de la vie que Dieu, Créateur et Père, a confié à l'homme, impose à celui-ci de prendre conscience

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Titre I. Introduction: les droits subjectifs civils 9 I. Notions: droit objectif droits subjectifs droit positif 10 II. Héritage du droit romain: la «summa divisio»

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) 8 ème réunion 1-4 décembre 2015 Strasbourg. Décisions prises par le Comité de Bioéthique lors de sa 8 ème réunion

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) 8 ème réunion 1-4 décembre 2015 Strasbourg. Décisions prises par le Comité de Bioéthique lors de sa 8 ème réunion Strasbourg, 4 décembre 2015 Décisions 8 ème DH-BIO Final COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) 8 ème réunion 1-4 décembre 2015 Strasbourg Décisions prises par le Comité de Bioéthique lors de sa 8 ème réunion Réexamen

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

«L adoption» des embryons

«L adoption» des embryons «L adoption» des embryons Introduction La problématique de l adoption de embryons est née de diverses causes. La principale provient du développement de la technique de la fécondation in vitro mise au

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE PUBLIÉ AU MONITEUR BELGE LE 16 MAI 2014 EN VIGUEUR A PARTIR DU 26 MAI 2014 Chapitre I er. - Dispositions générales Article 1er. Le présent code

Plus en détail

Avis rendus par l'assemblée générale du Conseil d'etat. N 346.893 - Mme LAROQUE, rapporteur (section de l'intérieur) séance du 27 novembre 1989

Avis rendus par l'assemblée générale du Conseil d'etat. N 346.893 - Mme LAROQUE, rapporteur (section de l'intérieur) séance du 27 novembre 1989 CULTES Aumônerie militaires. Création Port par les élèves de signes d appartenance à une communauté religieuse.- Principe de laïcité.- Organisation et fonctionnement de l école publique.- Sanctions DROITS

Plus en détail

Mariage pour tous à la française. Les véritables conséquences. www.mairespourlenfance.fr

Mariage pour tous à la française. Les véritables conséquences. www.mairespourlenfance.fr Mariage pour tous à la française Les véritables conséquences www.mairespourlenfance.fr Le projet de loi Contient : le mariage et l adoption pour les couples de même sexe Ne contient pas : la PMA pour les

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL FORCE FINANCIÈRE EXCEL SYNONYME D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE Depuis son avènement sur le marché de l assurance des personnes,

Plus en détail

Qu est-ce qu une donation?

Qu est-ce qu une donation? Qu est-ce qu une donation? Fiche 1 Une donation (*) est une convention par laquelle une personne (le donateur) transfère immédiatement et irrévocablement à une autre personne (le donataire), qui l accepte,

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

B) Concernant la situation matrimoniale et/ou testamentaire

B) Concernant la situation matrimoniale et/ou testamentaire FICHE I LE ROLE ET LA COMPETENCE D UN NOTAIRE FRANÇAIS DANS LE REGLEMENT D UNE SUCCESSION EN FRANCE Résumé : Cette fiche vous explique les démarches à accomplir après le décès d une personne proche, vous

Plus en détail

Réponses rédigées du QCM sur le transsexualisme

Réponses rédigées du QCM sur le transsexualisme Site juridique généraliste et gratuit www.juristudiant.com Contact : Faculté de droit de Nancy, 13 place Carnot, 54000 Nancy. Article rédigé par Mathou mathilde.calcio-gaudino@wanadoo.fr mathou@juristudiant.com

Plus en détail

Avis sur les prélèvements de tissus d'embryons et de foetus humains morts, à des fins thérapeutiques, diagnostiques et scientifiques. Rapport.

Avis sur les prélèvements de tissus d'embryons et de foetus humains morts, à des fins thérapeutiques, diagnostiques et scientifiques. Rapport. Avis sur les prélèvements de tissus d'embryons et de foetus humains morts, à des fins thérapeutiques, diagnostiques et scientifiques. Rapport. N 1-22 mai 1984 Sommaire Avis I. L'embryon ou le foetus doit

Plus en détail

Les mandats, l incapacité et le décès

Les mandats, l incapacité et le décès Les mandats, l incapacité et le décès UN MANDAT EST UN ACTE PAR LEQUEL UNE PERSONNE (LE MANDANT) DONNE LE POUVOIR À UNE AUTRE PERSONNE QU ELLE CHOISIT (LE MANDATAIRE), DE FAIRE QUELQUE CHOSE EN SON NOM.

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

LE DROIT A DEVENIR PARENT GENETIQUE ET L ACCES A L ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION AU BRESIL ET EN FRANCE

LE DROIT A DEVENIR PARENT GENETIQUE ET L ACCES A L ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION AU BRESIL ET EN FRANCE LE DROIT A DEVENIR PARENT GENETIQUE ET L ACCES A L ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION AU BRESIL ET EN FRANCE Taciana Cahu Beltrão * l es actuelles découvertes en matière d assistance médicale à la procreation

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

Le consommateur ne dispose pas du droit de renoncer à l'achat.

Le consommateur ne dispose pas du droit de renoncer à l'achat. CONVENTION DE PLACEMENT D ANNONCE Identification des parties D une part, la SPRL JSWR Consulting, inscrite à la Banque Carrefour des Entreprises de Belgique sous le numéro 0846.338.559 et sise à 4260 BRAIVES,

Plus en détail

Strasbourg, 30/08/13 CAHDI (2013) Inf 8 Français seulement (CAHDI)

Strasbourg, 30/08/13 CAHDI (2013) Inf 8 Français seulement (CAHDI) Strasbourg, 30/08/13 CAHDI (2013) Inf 8 Français seulement COMITE DES CONSEILLERS JURIDIQUES SUR LE DROIT INTERNATIONAL PUBLIC (CAHDI) Présentation de Mme Christina Olsen, Secrétaire du Comité des Conseillers

Plus en détail

La "Commission nationale d éthique" dans le

La Commission nationale d éthique dans le La "Commission nationale d éthique" dans le Message relatif à l'initiative populaire pour la protection de l'être humain contre les techniques de reproduction artificielle (Initiative pour une procréation

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle de la bancassurance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu

Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu Extraits des Statuts relatifs à la présentation d une candidature....p.2 Formulaire de Présentation d une candidature p.3

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières LE TRAITEMENT JUDICIAIRE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AUX PAYS-BAS Textes de référence :! Loi de 1893 sur la faillite! Loi du 16 mai 1925 sur le concordat! Articles 2-138 et 2-248 du Code civil Table

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Annexe P.1 : Bulletins de vote

Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.1 : Bulletins de vote Annexe P.2 : Grille de correction du travail écrit Critères d évaluation Note Introduction du sujet : /6 Définition du clonage Types de clonage Brève explication d une technique

Plus en détail

Liste des quêtes impérées dans le diocèse de Grenoble-Vienne 15 décembre 2015

Liste des quêtes impérées dans le diocèse de Grenoble-Vienne 15 décembre 2015 Liste des quêtes impérées dans le diocèse de Grenoble-Vienne 15 décembre 2015 Dates pour l'année 2016 Argumentaire à destination des équipes liturgiques, des personnes chargées de la communication et de

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE

Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE Le Parlement Jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 58 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur le don d organes et de tissus suite à un décès neurologique Présenté par Mme Catherine Chartrand

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES ET MM les Directeurs 23/06/94. des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR.

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on?

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? Annie MEINIEL Joelle VERGE Qu est-ce que la bioéthique? Bio = Vivant Éthique = Morale C'est la discipline qui étudie les problèmes moraux soulevés par la recherche biologique

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:21 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER ALGERIE Imprimer cette page Textes de référence : - Code de la famille du 9 juin 1984 1. Les formes de dissolution du mariage - La répudiation

Plus en détail

Statuts de L Église Réformée Française de Stockholm Adoptés à l unanimité par l A.G. ordinaire du 01 Juin 2008

Statuts de L Église Réformée Française de Stockholm Adoptés à l unanimité par l A.G. ordinaire du 01 Juin 2008 Préambule L Église Réformée Française de Stockholm, en abrégé ERF/S, souscrit à la Confession de foi de Stockholm. En effet, notre Église existe depuis que des émigrés calvinistes français fuyant la persécution

Plus en détail

La direction médicale d'un des sites de l'hôpital neuchâtelois (HNE) pose la question suivante:

La direction médicale d'un des sites de l'hôpital neuchâtelois (HNE) pose la question suivante: COMMISSION CANTONALE D'ETHIQUE SECRETARIAT Service de la santé publique D. Berner Rue Pourtalès 2 2000 NEUCHATEL Daphne.Berner@ne.ch Position de la commission d'éthique s'agissant de l'attitude de l'hôpital

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE

STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE STATUTS DU COMITE DIOCESAIN DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE DE VAUCLUSE Article 1 1.1 Entre toutes les personnes physiques désignées dans les conditions prévues aux articles 6 et 7 des présents statuts il

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Vies consacrées, 80 (2008-3), 210-218

Vies consacrées, 80 (2008-3), 210-218 Vies consacrées, 80 (2008-3), 210-218 «Tu aimeras ton prochain comme toi-même» Un résumé de la vie consacrée? Reprise de Lévitique 19, 18, la sentence «tu aimeras ton prochain comme toi-même» se trouve

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Conseil d'état N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Lecture du 16 août 2002 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Paul FLEURY. Notre attachement au pape. Quelques mots pour le Carême 1947

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Paul FLEURY. Notre attachement au pape. Quelques mots pour le Carême 1947 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Paul FLEURY Notre attachement au pape. Quelques mots pour le Carême 1947 Dans Echos de Saint-Maurice, 1947, tome 45, p. 41-44 Abbaye de Saint-Maurice 2012 Notre

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

Collège universitaire dominicain/ Dominican University College

Collège universitaire dominicain/ Dominican University College Collège universitaire dominicain/ Dominican University College Politique sur la soutenance des thèses Table des matières Préambule Partie 1 Thèse de maîtrise Partie 2 Thèse de doctorat Documents supplémentaires

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

En février 2011 est né le premier «bébé-médicament» Umut-Talha, a permis de guérir sa grande sœur d une maladie génétique grave du sang.

En février 2011 est né le premier «bébé-médicament» Umut-Talha, a permis de guérir sa grande sœur d une maladie génétique grave du sang. R20 = ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) R20 = ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) I) DEFINITION/ OBJECTIFS : Définition : AMP : Ensemble des pratiques biologiques et cliniques permettant

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

FONDATION SAINT JEAN DE DIEU

FONDATION SAINT JEAN DE DIEU STATUTS FONDATION SAINT JEAN DE DIEU PRÉAMBULE La Fondation Saint Jean de Dieu a pour objet de poursuivre une œuvre âgée de plus de quatre siècles en France, fondée sur l inspiration originelle de Saint

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE

REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ASSEMBLEE NATIONALE LOI N / du Sur la santé de la reproduction au Niger Vu la constitution du 09 août 1999. L ASSEMBLEE NATIONALE A DELIBERE ET ADOPTE, EN

Plus en détail

La position des Français sur les questions d homoparentalité

La position des Français sur les questions d homoparentalité 3 octobre 2014 N 112 512 Contacts : 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 Frédéric Dabi / François Kraus Francois.kraus@ifop.com La position des Français sur les questions d homoparentalité pour NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus

OIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus UN CHOIX EN COMMUN Exprimez votre intention à propos du don d organes et de tissus DEPLIANT-SCELTA-IN-COMUNE-FRANCESE.indd 1 27/04/15 15:49 INFORME TOI, DÉCIDE ET SIGNE À PARTIR D AUJOURD HUI, S EXPRIMER

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES

LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES VI LA FILIATION 3. PROPOSITIONS D AJOUT, DE MODIFICATION OU DE SUPPRES- SION D ARTICLES Chapitre premier Dispositions communes à la filiation légitime et à la filiation naturelle Section première Des présomptions

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN Suite au bilan dont elle a bénéficié, Mme Gerusa consulte le chirurgien qui lui a été conseillé, dans la clinique où celui-ci exerce. Elle sait qu elle a une tumeur qui doit

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC L R. Q., c. C-23.1 Résumé du Code Août 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité»

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» «Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» groupe : Nouvelles familles Décembre 2010 Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE

INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE INSTRUCTION DIGNITAS PERSONAE SUR CERTAINES QUESTIONS DE BIOETHIQUE INTRODUCTION 1. La dignité de la personne doit être reconnue à tout être humain depuis sa conception jusqu à sa mort naturelle. Ce principe

Plus en détail

L élocution : une vraie tâche d expression orale?

L élocution : une vraie tâche d expression orale? L élocution : une vraie tâche d expression orale? Quelques pistes pour développer la compétence «expression orale sans interaction» Un des premiers objectifs de tout professeur de langues modernes est

Plus en détail