Di a l o g u e a c a d e m i q u e e t s c i e n t i f i q u e

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Di a l o g u e a c a d e m i q u e e t s c i e n t i f i q u e"

Transcription

1 Di a l o g u e a c a d e m i q u e e t s c i e n t i f i q u e Belgique, Amerique latine et Caraibes

2 Revue n 1 / 2006 Ce n t r e d Et u d e d e s Re l a t i o n s e n t r e l Union Europeenne et l Amerique Latine Numéro coordonné par : Christiane DAEM et Christine STEVENS r e m e r c i e m e n t s

3 So m m a i r e Centre d Etude des Relations entre l Union Européenne et l Amérique Latine: Un projet au cœur de l actualité Christiane DAEM... 7 Pourquoi éditer une nouvelle revue? Jean-Jacques DROESBEKE... 9 Avant-propos Mario TELÓ Le dialogue académique entre la Belgique et la région Amérique latine et Caraïbes et les objectifs du millénaire Armand DE DECKER La Belgique et la relance d un partenariat avec les pays d Amérique latine et les Caraïbes (ALC) Christine STEVENS Coopération universitaire, académique et scientifique entre la Belgique et les pays d Amérique latine et les Caraïbes Christine STEVENS La pensée de Bello sur l enseignement : Toujours d actualité Marcelo OSSANDON L éducation supérieure au cœur des relations entre la Belgique et l Amérique latine dans le cadre du processus de Bologne The 4 april 2003 Flemish Parliament act on restructuring higher education in the Flemish community of Belgium Noël VERCRUYSSE Descriptors of the bachelor s and master s programmes as laid down on the bill. Noël VERCRUYSSE

4 Harmonisation of Higher Education in Europe within the French speaking Community of Belgium and at UCL Michel MOLITOR Diálogo académico y científico entre Europa, America latina y el Caribe : El punto de vista latinoamericano Luis Eduardo GONZALEZ Academic alliances for health development : the post-graduate challenge Bruno GRYSEELS & Govert VAN HEUSDEN The role of the Commission in the Bologna process Philippe MOURAUX Une nouvelle vision de la coopération scientifique et ses applications Academic and Scientific Dialogue at the KU Leuven Guido LANGOUCHE Les politiques de la Commission Universitaire pour le Développement (CUD) Monique GOYENS Programa de Estudios sobre la Transición Asistida : Europa y el Mercosur Tomás KROYER Plant biotechnolgy capacity building in Brazil the Belgian role Dulce E. de OLIVEIRA

5

6

7 CERCAL Centre d Etude des Relations entre l Union Europeenne e t l Am e r i q u e La t i n e : Un p r o j e t a u cœu r d e l ac t ua l i t e Christiane DAEM 1 En 2006, le CERCAL fête ses 25 ans. Situé à l Université Libre de Bruxelles, il se consacre à l analyse des relations entre l Union Européenne et la région «Amérique latine et Caraïbes», aux processus d intégration régionale et à la situation de chaque pays en particulier. Transdisciplinaire et interuniversitaire, il offre au monde académique, aux instances européennes, aux milieux associatifs et politiques, un forum de réflexion et d échanges d informations sur l Amérique latine. Il entretient des relations étroites avec des centres d enseignement et de recherche, tant en Europe qu en Amérique latine. Il héberge aussi les bureaux de représentation européens des réseaux CEISAL (Conseil européen de recherches sociales sur l Amérique latine) et REDIAL (Réseau européen d information et de documentation sur l Amérique latine). C est ainsi qu il est chargé de l organisation du cinquième congrès des latino-américanistes du réseau CEISAL qui aura lieu à Bruxelles en avril Activités Créé autour de son centre de documentation CEDOCIAL (Centre Européen de Documentation et d Informations sur l Amérique Latine), le CERCAL organise depuis 1991, un séminaire annuel sur un thème lié aux objectifs cités plus haut. Cette démarche éducative (une série de 5 à 8 conférences) est destinée aux étudiants du niveau du Master et du Doctorat en études européennes, en relations internationales, en commerce international et en coopération. Elle est également accessible à un public extérieur. Chaque année, il réunit des spécialistes européens et latino-américains lors de rencontres internationales - colloques ou tables rondes - sur des thèmes spécifiques (relations interuniversitaires, université citoyenne, investissements en Amérique Latine, littérature,...). De plus, il organise des conférences sur des sujets tels que les traités bilatéraux avec l UE ou, selon l actualité, la situation particulière d un pays. En matière 1 Secrétaire générale du CERCAL 7

8 de recherche, le CERCAL a participé à un projet européen du réseau RECAL sur «La coopération des sociétés civiles de l Union Européenne avec l Amérique latine» (résultats publiés à Madrid en 1998). Le CERCAL participe actuellement au projet européen «LAC-ACCESS» de promotion de la Science, de la Technologie et de l Innovation en Amérique latine.. A partir de cette année, le CERCAL édite la revue EUROPA & AMERICA LATINA dont vous avez en main le premier numéro. Les publications du CERCAL sont éditées en plusieurs langues (français, espagnol, anglais, portugais), selon les nécessités et les circonstances. Les Cahiers CERCAL sont, pour leur part, publiés sur le site Internet du CERCAL riche en informations et que je vous invite à consulter régulièrement. 8

9 Pourquoi editer une nouvelle revue? Jean-Jacques DROESBEKE 1 Le Centre d Etude des Relations entre l Union Européenne et l Amérique Latine (CERCAL) est une association qui, selon ses statuts, a pour intérêt «l étude et la promotion des relations entre les pays et les peuples de l Union Européenne et de l Amérique Latine dans tous les domaines de la vie en société». Créé en 1981, le CERCAL a modifié ses statuts en 2004, dans le but d accroître son action et de la rendre plus performante. C est dans ce contexte, qu il a décidé de développer sa politique de publication dans deux directions. La première et c est d elle dont nous parlons ici consiste à publier périodiquement une revue scientifique sous le titre Europa & America Latina. Cette publication est placée sous la responsabilité d un comité scientifique international dont la présidence est assurée par Mario Teló, professeur ordinaire à l Université Libre de Bruxelles. Quatre langues sont admises pour proposer les articles : l anglais, l espagnol, le français et le portugais. L origine des articles proposés est diversifiée. Ils peuvent provenir des séminaires, colloques ou conférences organisés par le CERCAL. Ils peuvent aussi émaner de propositions individuelles. Dans la mesure où les activités du CERCAL sont pluridisciplinaires, il n y a pas de domaine de recherche exclus, du moment que les propositions d articles contribuent aux objectifs de l association rappelés ci-dessus. Le premier numéro de cette revue nouvelle est consacré au dialogue académique et scientifique entre la Belgique, l Amérique Latine et les Caraïbes ; il est coordonné par Christiane Daem et Christine Stevens que nous remercions vivement pour tout le travail accompli à cette occasion. La seconde publication concerne les Cahiers du CERCAL. Réalisée sur support électronique, elle doit permettre la diffusion des informations, les dialogues entre continents, les réflexions sur l amélioration de nos coopérations, nos partenariats. Tout ceci sera disponible sur le site du CERCAL : ww.ulb.ac.be/soco/cercal/accueil.html Mais revenons à Europa & América Latina. Editer une nouvelle revue n a de sens que si cette opération contribue à améliorer réellement la collaboration entre chercheurs, responsables des institutions gouvernementales ou privées et acteurs des projets de coopération, ainsi que la qualité des échanges entre scientifiques européens et latino-américains. C est le pari que nous formulons. Dans ce domaine comme dans tant d autres, nous savons cependant que le succès est lié au dynamisme des auteurs actuels et potentiels et au travail du Comité scientifique. Qu ils soient tous remerciés de leur participation! 1 Président du CERCAL 9

10

11 Ava n t -p r o p o s Mario TELÓ 1 Ce livre de qualité est publié au bon moment, pour deux raisons principales. Tout d abord parce qu il met l accent sur l importance des relations interrégionales entre l Amérique latine et l Europe et, deuxièmement, parce qu il attire l attention sur la coopération au niveau des universités et de la recherche. Pourquoi est-ce le moment pour les relations interrégionales UE - Amérique latine de faire un bond en avant? Parce que leur développement ne peut être que bénéfique, tant pour les deux régions que pour une meilleure gouvernance globale. Qu on l aime ou non, le monde est entré dans une phase d instabilité et d incertitude accrues - et pas uniquement sur le plan politique - suite à l émergence de nouvelles menaces violentes, à l impuissance de l unipolarisme et des stratégies unilatérales. Sur le plan commercial, la crise grave du «Doha Round» de l Organisation Mondiale du Commerce marque l arrêt de ce qui avait été considéré par plusieurs comme le pilier numéro un de la gouvernance de la globalisation. En son nom, on a souvent sacrifié les relations interrégionales, y compris euro-latino-américaines. Ces dernières se sont développées certes, depuis les sommets euro - latino-américains de Rio de Janeiro (1999), Madrid (2002), Guadalajara (2004) et notamment celui de Vienne en mai Malgré l importance de ces sommets ayant donné lieu à un agenda bi-régional multidimensionnel, incluant le dialogue politique et la coopération économique et culturelle, le moteur commercial a fait défaut. Les échecs multiples des négociations pour une grande zone de libre-échange entre UE et MERCOSUR ont laissé une certaine amertume et méfiance. Après la faillite du cycle de Doha de l OMC et les déceptions au niveau du global, la primauté reviendra à l interrégional. L accord entre UE et MERCOSUR est bien possible, et ce ne sera qu une partie d une dynamisation générale des relations entre l Europe et chaque pays de l Amérique latine : la Communauté andine - dont l UE a fortement soutenu la survie malgré le départ du Venezuela - la Communauté de libre commerce d Amérique centrale (CAFTA) et des pays comme le Chili et le Mexique qui ont établi individuellement des partenariats avec l Europe. L essentiel sera d orienter le contenu des accords vers une voie originale, qui évite deux erreurs : d un part, la simple subordination à des principes et règles décidés ailleurs (comme s il existait un seul modèle de mondialisation, celui prôné par les USA) et de l autre, la création de forteresses contre les autres pays et entités régionales et contre la gouvernance globale, dont au contraire il faut renforcer la légitimité et l efficacité. La deuxième raison pour laquelle ce livre est important et de grande actualité est directement liée au dernier point évoqué : la qualification des relations interrégionales. La spécialisation de ce livre est à ce propos essentielle : la coopération interuniversitaire. 1 Président de l Institut d Etudes Européennes de l ULB et Président du Conseil scientifique du CERCAL 11

12 Les deux régions, l Europe et l Amérique latine sont de plus en plus conscientes, particulièrement depuis cinq ou six ans, qu il n y a pas d avenir dans le monde globalisé sans la qualification continue des ressources humaines à tout niveau, a savoir la formation professionnelle tout au long de la vie, la réforme des parcours et des programmes universitaires et le renforcement de la recherche. En Europe, ce sont les deux projets qui ont pris le nom des villes où ils ont été lancés et précisés : le «processus de Bologne» pour l harmonisation des études universitaires et la mobilité des étudiants et la «stratégie de Lisbonne» pour «la construction d une société européenne de la connaissance qui soit en harmonie avec nos valeurs». Ils avancent entre mille difficultés, mais ils avancent et prouvent que la globalisation est pluraliste, ses parcours sont multiples et elle ne se réduit pas à l importation du modèle des USA. L Amérique latine, par de multiples colloques, livres et projets nationaux, prouve qu elle veut partager cette idée pluraliste de la mondialisation, de la priorité de la formation, de la qualification des universités et de la construction d une société latino-américaine de la connaissance. Le défi essentiel, afin de réussir sur chaque continent, est de concevoir ce processus comme ouvert à la coopération interrégionale. Ce livre a le grand mérite d apporter des idées et des projets concrets allant dans cette direction. 12

13

14

15 Le dialogue académique entre la Belgique et la région Amérique latine et Caraïbes et les objectifs du millénaire Le d i a l o g u e a c a d e m i q u e e n t r e l a Be l g iqu e e t l a r e g i o n Am e r i q u e latine et Caraibes et les objectifs du millenaire Armand DE DECKER 1 En avril 2004, une conférence réunissant des diplomates et des représentants du monde académique belge et sud-américain s est tenue à Bruxelles. Ce dialogue académique et scientifique Belgique, Amérique latine, Caraïbes s intégrait dans un projet plus large dont Louis Michel, Ministre belge des Affaires étrangères à l époque, avait été l initiateur. Le Colloque Belgique-Amérique latine-caraïbes ouvert en avril 2003 avait été conçu pour renforcer les relations bilatérales entre les pays en question. Parmi les événements organisés, le dialogue académique répondait à l actualité de nos universités européennes, lancées depuis 1998 dans le processus de réforme de l enseignement supérieur et d harmonisation connu en Belgique comme le processus de Bologne. Ce processus européen de convergence au niveau de l enseignement supérieur, entamé en 1998, a permis de dépasser certains obstacles qui entravaient jusqu alors la mobilité des étudiants. Il offre également de nouvelles opportunités en facilitant la coopération entre universités, ce qui concerne directement les pays avec lesquels nos échanges sont anciens et réguliers. En effet, la transformation structurelle dans laquelle les universités européennes se sont lancées a ouvert de nouvelles perspectives pour les étudiants, les chercheurs, les professeurs des universités de par le monde. Ces changements structurels affectent évidemment les relations entre les universités européennes et les universités étrangères avec lesquelles elles mènent des projets sur le long terme. En tant que Ministre de la Coopération au développement, je me dois de rappeler que l éducation est primordiale pour un développement durable. De nombreuses études ont montré l impact que peut avoir l éducation sur la croissance économique, sur la productivité et sur les revenus. On concentre souvent l attention sur l enseignement primaire dans la lutte contre la pauvreté. Mais cela ne doit pas faire oublier que les universités y ont, en tant que lieu de formation supérieure et de recherche, également un rôle capital à jouer. Plus particulièrement, les universités et les institutions scientifiques belges et européennes occupent déjà une place sur la scène internationale dans la promotion du développement durable. Les relations qu elles développent avec diverses universités et institutions scientifiques des pays en développement leur permet de mieux tenir leur rôle de «pôle de développement». En Belgique, les conseils interuniversitaires et plus particulièrement les organes de coopération de ces conseils le Conseil interuniversitaire de la communauté française de Belgique (CIUF) et sa Commission Universitaire pour le développement (CUD), le Vlaamse Interuniversitaire Raad (Vlir / Flemish University Council) via son programme de coopération universitaire (Universitaire Ontwikkelingssamenwerking / UOS) ainsi que les instituts de recherche 1 Ministre belge de la Coopération au développement 15

16 Armand DE DECKER tels que l Institut de médecine tropicale d Anvers développent des programmes de coopération avec des institutions de formation supérieure et de recherche à l étranger. L objectif en est le renforcement des institutions partenaires. Le processus d harmonisation des études universitaires en Europe évoque aussi un autre processus en élaboration : l harmonisation des procédures au sein de la communauté des bailleurs. C est une des préoccupations actuelles majeures au sein du comité d aide au développement de l OCDE. Sur le terrain, la diversité des procédures complique la mise en œuvre des programmes et de l aide dans les pays récipiendaires. L enjeu essentiel des débats sur l harmonisation est l amélioration de l efficacité de l aide apportée. L harmonisation devrait aussi permettre de renforcer les systèmes de gestion des partenaires. Dans cette perspective, la voie d une politique de développement plus européenne impliquant une harmonisation des procédures telle qu elle est préconisée dans diverses enceintes, notamment à l OCDE, doit être ouverte et promue. Une plus grande coordination dans l action, d une part entre les Etats membres de l Union et d autre part, entre les Etats membres et la Commission Européenne, est nécessaire. Aujourd hui le fil rouge de notre politique de la coopération au développement est constitué par les Objectifs de développement du Millénaire tels qu ils ont été définis par les 187 Chefs d Etats et de gouvernements réunis lors de l Assemblée Générale des Nations Unies de Les chefs d Etat y ont défini les principaux objectifs d action dont la réalisation permettrait une amélioration considérable du développement humain dans les pays du Sud. Ce cadre de partenariat a fixé des responsabilités partagées pour les pays en développement et les pays développés. Les universités ont également un rôle à jouer et peuvent contribuer directement à la réalisation de ces objectifs de développement. Le dialogue dont est issue cette publication est certainement un moment important dans la réflexion sur l harmonisation et les échanges universitaires. Je souhaite que cette publication, qui signe également le renouveau de la revue du CERCAL, connaisse une large diffusion et illustre concrètement les efforts que fait la Belgique en matière de coopération académique et scientifique avec ses partenaires latino-américains. 16

17 Europa & America Latina, n 1, 2006, pp ABSTRACT Christine STEVENS La Belgique et la relance d un partenariat av e c l e s pa y s d Am e r i q u e l a t i n e e t l e s Ca r a i b e s (ALC) - a b s t r a c t Christine STEVENS Selon l auteur, la politique étrangère belge vis-à-vis des pays d Amérique latine et des Caraïbes connaît un élan nouveau ces dernières années, élan qui s explique en grande partie par les liens que la Belgique a tissé au cours des années 60 et 70 avec des étudiants d Amérique latine devenus aujourd hui des décideurs politiques et économiques importants dans leur pays respectif. En outre, la Belgique, en tant qu état membre de l Union Européenne, contribue à la détermination et à la mise en pratique de la politique extérieure commune de l U.E., laquelle a également évolué depuis la création du Marché commun en La mise en place de ce dernier porte un coup dur aux relations avec l Amérique latine, la priorité étant accordée aux anciennes colonies des six membres fondateurs. Dès le milieu des années 90, cependant, la politique extérieure de l UE à l égard des pays de l ALC connaît un nouvel élan sous l impulsion de l Espagne et du Portugal. La négociation et la signature d accords de 4 e génération de l UE a pour objectif de créer des zones de libre échange avec le Mexique, le Chili, le Mercosur. Le partenariat stratégique découlant de la nouvelle politique de l UE en Amérique latine, s articule autour de 3 axes : dialogue politique, relations commerciales et coopération scientifique et sociale. Ce partenariat se voit renforcé par la tenue régulière de sommets de chefs d état : le sommet de Rio de Janeiro en 1999, de Madrid en 2002, de Guadalajara en 2004 et de Vienne en Le sommet de Guadalajara a traité deux thématiques : la cohésion sociale, qui fait cruellement défaut à ce jour, et le multilatéralisme. Les questions commerciales constituent un point important du partenariat UE/ALC et de nombreux problèmes doivent encore être résolus. De même, l UE soutient et encourage les différents processus d intégration régionale. Según el autor, la política extranjera belga hacia los países de América Latina y de los Caribes conoce un impulso nuevo estos ultimos años, impulso que se explica en gran parte por los lazos que Bélgica ha tejido durante los años 60 y 70 con los estudiantes de América Latina hoy convertidos en decidores políticos y económicos importantes en sus países respectivos. Además, Bélgica en tanto que estado miembro de la Unión Europea contribuye a la determinación y a la puesta en práctica de la política exterior común de la UE, la cual también ha evolucionado desde la creación del Mercado Común en La puesta en marcha de este último perjudico duramente las relaciones con América Latina, la prioridad siendo otorgada a las viejas colonias de los miembros fundadores. Desde la mitad de los años 90, no obstante, la política exterior de la UE hacia los países de América Latina y el Caribe conoce un nuevo impulso bajo el sostén de España y Portugal. La negociación y la firma de los acuerdos de la IVta generación de la UE tiene como objetivo crear zonas de libre intercambio con México, Chile, MERCOSUR. 17

18 Europa & America Latina, n 1, 2006, pp ABSTRACT Christine STEVENS La asociación estratégica que viene de la nueva política de la UE en América Latina se articula alrededor de tres ejes : diálogo político, relaciones comerciales y cooperación científica y social. Esta asociación se ve reesforzada por la celebración regular de cumbres de jefes de estado : la cumbre de Rió de Janeiro en 1999, de Madrid en 2002, de Guadalajara en 2004 y de Viena en La Cumbre de Guadalajara ha tratado de dos temáticas: la cohesión social, que falta cruelmente hoy día, y el multilateralismo. Las cuestiones comerciales constituyen un punto importante de la asociación UE/ALC y numerosos problemas todavía esperan una solución. Igual, la UE sostiene y fomenta los diferentes procesos de integración regional. According to the author, the Belgian foreign policy towards the Latin American countries and the Caribbean experimented a new impulse these last years. This was mainly due to the bonds Belgium weaved during the years 60 and 70 with students of Latin America, grown now as important political and economical actors in their country. Moreover, Belgium in so far as member state of the European Union, contributes to the determination and the implementation of the common foreign policy of the EU, which also evolved since the creation of the Common Market in The implementation of the Common Market jeopardized the relations with Latin America, the priority been given to the old colonies of the six funding members. However, since the middle of the 90 s, the foreign policy of the EU towards the countries of the LAC experimented a new impulse due to Spain and Portugal. The negotiation and the signature of the agreements of the 4th generation with the EU aims at creating areas of free trade with Mexico, Chile and Mercocur. The strategic partnership proceeded from the new EU in Latin America articulates on three axes: political dialogue, commercial relation and scientific and social cooperation. This partnership is enhanced by the regular organization of chiefs states summits: the Rio Summit in 1999, of Madrid in 2002, of Guadalajara in 2004 and of Vienna in The Summit of Guadalajara dealt with two topics : the social cohesion, which is lacking cruelly, and the multilateralism. The commercial questions have a great importance in the partnership EU/LAC and numerous problems are still to be resolved. Similarly, the EU sustains and promotes the different regional integration processes. 18

19 La Belgique et la relance d un partenariat avec les pays d Amérique latine et les Caraïbes (ALC) La Belgique et la relance d un partenariat avec les pays d Amerique latine et les Caraibes (ALC) Christine STEVENS 1 1. La politique belge en Amérique latine La politique étrangère de la Belgique à l égard des pays d Amérique latine et des Caraïbes a connu une impulsion nouvelle ces dernières années. On a assisté à une relance de ces relations, relance justifiée par les liens anciens que ces pays entretenaient avec la Belgique et imposée par la nouvelle donne internationale. Tous les domaines sont concernés dans ce resserrement de la vieille amitié : économique, commercial et financier, culturel, social et académique. Le retour à la démocratie, que l on espère irréversible, réalisé durant les années 80 et le redressement économique qu a connu la région durant les années 90 rendent cette évolution indispensable et inévitable. La Belgique est favorisée par la position privilégiée qu elle avait acquise dans les années 60 et 70 et qui consistait à avoir façonné des liens avec la génération des jeunes diplômés qui avaient étudié en Belgique. Ceux-ci avaient bénéficié d une politique de bourses permettant à nos universités de former des étudiants dont plusieurs sont devenus des décideurs politiques et des acteurs économiques importants dans leur pays respectif. Ces jeunes diplômés, une fois de retour dans leur terre d origine, y ont constitué des partis politiques, participant à leurs retrouvailles avec la démocratie et engagés profondément dans son renforcement et sa stabilisation. Dans le contexte du renforcement de nos relations, un colloque s est tenu en avril 2003 au Palais d Egmont à Bruxelles organisé par le Service Public Fédéral Affaires Etrangères (Ministère des Affaires Etrangères). Ce colloque avait réuni tous les ambassadeurs des pays latino-américains, des représentants des régions et de la société civile et des hommes d affaires en Belgique. Plusieurs dialogues ont suivi ce premier contact pour permettre d approfondir les questions politiques : contacts renforcés avec les ambassadeurs sud-américains en Belgique académiques : dans le domaine de la coopération universitaire et scientifique économiques : touchant les investissements et la grande exportation Pour concrétiser politiquement ses intentions, le Ministre des Affaires étrangères, M. Louis Michel, avait effectué une mission dans les Caraïbes où il a visité la Jamaïque et le Costa Rica en novembre Ces visites ministérielles témoignent de l intérêt que porte la Belgique à cette région et de notre désir d inaugurer un avenir commun sous de bons auspices. 1 Ambassadeur de Belgique à Caracas 19

20 Christine STEVENS Il faut aussi bien garder à l esprit que, comme pays membre de l UE, la Belgique contribue par son action diplomatique et politique à la formulation et l exécution de la politique extérieure commune de l Union Européenne, cadre dans lequel s inscrit son action bilatérale. 2. Historique de nos relations avec l Amérique latine Les relations entre la Belgique et les pays d Amérique latine et des Caraïbes sont très anciennes et remontent au XV e siècle, époque à laquelle de nombreux Flamands et Wallons traversèrent l océan Atlantique pour chercher fortune et aventure sur les terres américaines. Elles ont été intenses pendant la première moitié du XX e siècle tant au niveau des échanges humains et culturels que dans le domaine économique et commercial. Des influences mutuelles et réciproques ont touché les deux rives de l océan. Avec la création du Marché Commun en 1957, les relations entre l Amérique du Sud et l Europe prirent une nouvelle tournure, précisément dans le domaine commercial car l Europe des Six allait mettre sur pied un marché commun agricole protégé et établir des relations privilégiées avec ses anciennes colonies d Afrique dans les accords de Lomé. Coup dur pour l Amérique latine qui proposa aux Européens en 1970 de mettre en place le SPG, ou système de préférences généralisées, non réciproque et destiné aux produits manufacturés et semi-manufacturés mais excluant les produits agricoles et de la pêche. Le SPG n a pas réussi à développer entre les deux régions un commerce équilibré et mutuellement satisfaisant. Au contraire, les échanges commerciaux ont décru depuis les années 70. Parmi les causes de cet échec, on peut citer l inégalité de développement entre les deux régions, la dissimilitude entre une région dont le commerce s est fortement concentré en son sein et l autre région dépendant de l évolution du marché mondial et non-intégrée. Les réformes économiques mises en route durant les années quatre-vingt, dans la foulée de la crise de la dette, avaient attiré les investissements européens mais n avaient pas réussi à activer les échanges commerciaux. La donne change durant les années 90 : la vague démocratique est passée, les négociations de paix en Amérique centrale se sont achevées, le conflit bipolaire de la guerre froide s est évanoui. De nouveaux intérêts économiques sont apparus, alors que les exportations des pays d Amérique latine connaissent une augmentation et que les investissements européens affluent vers le continent. Des politiques de privatisations ont été lancées dans le cadre des politiques néo-libérales en application du Consensus de Washington. Les schémas d intégration régionale ont un pouvoir d attraction sur les investissements et créent un nouveau courant d affaires. 20

21 La Belgique et la relance d un partenariat avec les pays d Amérique latine et les Caraïbes (ALC) En ce début de XXI e siècle, on assiste cependant à de nouvelles remises en question en Amérique latine, les privatisations n ont pas donné les résultats escomptés, la pauvreté et la misère se sont encore aggravées, les institutions défaillantes ne résistent pas aux assauts de la corruption, l instabilité politique fragilise les acquis de la démocratie. 3. Le partenariat birégional Ayant renforcé sa capacité d action extérieure en 1994, après le Traité de Maastricht, l Union Européenne décida de lancer une nouvelle stratégie pour l Amérique latine, reconnaissant notamment les risques des traités de libre commerce bilatéraux entre les Etats-Unis et ses partenaires latino-américains pour les investissements européens et en termes de «détournement commercial» qui réduirait la part européenne du marché au profit des USA. A cette époque, le changement de stratégie de l UE en faveur des pays de l ALC devait beaucoup à la diplomatie espagnole. L adhésion de l Espagne et du Portugal à l Union Européenne a été un catalyseur de ce processus par leur sensibilité latino-américaine permettant aux pays de l ALC de diversifier leurs relations internationales, avec d autres partenaires que les USA. Le contexte politique et de sécurité des années 70 et 80 avait favorisé cette dynamique : lutte contre les dictatures, transition démocratique, recherche de solutions négociées aux conflits centraméricains. Cette nouvelle politique se voulait une stratégie régionale destinée à créer une structure dans laquelle se développeraient des relations préférentielles entre l UE et les pays de l ALC en dehors des contraintes imposées par les engagements pris au GATT et à l OMC. Des relations différenciées selon le niveau de développement étaient prévues de manière à réserver un traitement favorable à certains marchés émergents du Mercosur, au Mexique et au Chili. L objectif principal des accords de la quatrième génération de l UE conclus avec le Mercosur, le Mexique et le Chili était de construire des zones de libre échange. Ces accords suscitèrent des attentes en Amérique latine : accès au marché européen, esquivant le protectionnisme, abandon du schéma de relations de type «assistantiel». La nouvelle politique de l Union Européenne en Amérique latine et aux Caraïbes prit la forme d un partenariat stratégique entre deux parties, deux régions Ce partenariat serait ponctué par des sommets de chefs d état et de gouvernement et devait s articuler autour de trois éléments stratégiques : Un dialogue politique Des relations économiques et financières Une coopération dans les domaines de l éducation, de la science, de la technologie et dans les domaines culturel, humain et social. 21

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE

PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE La mobilité constitue une des priorités de l Europe que nous construisons : - elle contribue, pour toute personne en mobilité, à un sentiment d appartenance à l Europe, à

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS»

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» MASTER POLITICAL STUDIES AND INTERNATIONAL COOPERATION ETUDES POLITIQUES ET COOPERATION INTERNATIONALE entre : L Université des West

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Masters en Sciences politiques - 6 - Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Programme(s) de Bachelier Mineure Prérequis Accès direct moyennant Mineure Mineure et Prérequis Bachelier

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Date : Jeudi 29 Mars 2012 Time:

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus Séminaire inaugural AUF Bureau Maghreb, Rabat, 25 26 juin 2012 Philippe Ruffio, Agence

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE

INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE RAPPORT DU PRESIDENT EN EXERCICE AU SOMMET DE

Plus en détail

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/54/68 11 février 2000 Cinquante-quatrième session Point 87 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

VII. VOYAGES DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ET DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT

VII. VOYAGES DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ET DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT VII. VOYAGES DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ET DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT Voyages du Secrétaire général Visite officielle en Espagne et participation au cycle de conférences de la Casa de América intitulé Iberoamérica:

Plus en détail

Sommaire. Présentation générale 2. Objectifs 2. Public 2. Procedures de candidature et criteres de recevabilite 2

Sommaire. Présentation générale 2. Objectifs 2. Public 2. Procedures de candidature et criteres de recevabilite 2 Le programme ALBAN Centro Franco- Brasileiro de Documentação Técnica e Científica ALBAN - Programme Communautaire de bourses d études pour les ressortissants de l Amérique Latine en Europe Sommaire Présentation

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Quel enseignement supérieur demain?

Quel enseignement supérieur demain? Quel enseignement supérieur demain? C. Conti Calogero.Conti@umons.ac.be Forum financier, le 25/11/2010 Processus de Bologne Déclaration de la Sorbonne en 1998 «Harmonisation de l architecture du système

Plus en détail

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003

Charte de l aide publique au développement du Japon. Le 29 Août 2003 Charte de l aide publique au développement du Japon Le 29 Août 2003 Révision de la Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon La Charte de l Aide Publique au Développement (APD) du Japon,

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

INSTRUMENTS MULTILATÉRAUX ET BILATÉRAUX SOUSCRITS PAR LA COLOMBIE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION JUDICIAIRE MUTUELLE

INSTRUMENTS MULTILATÉRAUX ET BILATÉRAUX SOUSCRITS PAR LA COLOMBIE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION JUDICIAIRE MUTUELLE Annexe N 3 INSTRUMENTS MULTILATÉRAUX ET BILATÉRAUX SOUSCRITS PAR LA COLOMBIE EN MATIÈRE DE COOPÉRATION JUDICIAIRE MUTUELLE (Référence spéciale aux pays membres de la communauté ibéro-américaine) 1. Conventions

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction

Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, France Email : contact@a-vse.org Web : www.a-vse.org Compte- rendu de la table

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Administration électronique : quelle gouvernance? M. Abdellatif MOUATADID Instance Centrale de Prévention de la Corruption «Simplification & Dématérialisation :

Plus en détail

Déclaration franco-grecque. Partenariat stratégique pour l avenir

Déclaration franco-grecque. Partenariat stratégique pour l avenir Déclaration franco-grecque Partenariat stratégique pour l avenir A l invitation du Président de la République hellénique, le Président de la République française a effectué une visite officielle en Grèce

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)] Nations Unies A/RES/68/304 Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2014 Soixante-huitième session Point 14 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014 [sans

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/404 4 juin 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Onzième session São Paulo, 13-18 juin 2004 La nouvelle géographie

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail