Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction"

Transcription

1 ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, Paris, France Web : Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction Cette deuxième table ronde «L autonomie de l université» s inscrit dans la continuité d une série des échanges sur l éducation au Vietnam initié par l AVSE et organisé en partenariat avec VOV Bureau en France et le Comité en France des Consultants pour le Vietnam (CFCV). La liste complète des thèmes qui ont été abordés ou seront abordés inclut : Les principes fondamentaux de l'éducation L autonomie de l université L université scientifique Les universités internationales au Vietnam L environnement de l enseignement supérieur L enseignement professionnel et la main d œuvre Les intervenants des tables rondes sont présidents d université, professeurs, chercheurs, inspecteurs, experts ou consultants vietnamiens, français ou étrangers. 2. Les principaux questionnements pour la 2 ème table ronde Qu est-ce que l autonomie des universités? Quelles sont les mesures d application et de réalisation des lois en vue d une meilleure autonomie des universités en Europe et en France? Pourquoi l autonomie des universités est-elle nécessaire : intérêts, enjeux et difficultés? L autonomie des universités est-elle indispensable au Vietnam? Quel est le degré de faisabilité de l autonomie des universités vietnamiennes? Quelles sont les solutions pour rendre autonomes les universités au Vietnam? 3. Débats 3.1. Quelles sont les mesures d application et de réalisation des lois en vue d une meilleure autonomie des universités en Europe et en France? 1

2 Un grand nombre de meilleures universités sont autonomes et développées de manière indépendante, en particulier aux Etats-Unis avec Harvard et Berkeley. D après plusieurs experts, l autonomie constitue l un des facteurs les plus importants pour que les universités américaines se développent. Les universités mondiales se distinguent par leur niveau d autonomie. En général, les systèmes d enseignement anglais et américains sont considérés comme les meilleurs au niveau d autonomie. En Europe, à partir de 2000, l Union Européenne a demandé à ses pays membres d étudier la possibilité d accorder l autonomie à leurs universités pour augmenter la compétitivité au niveau international, notamment rénover leur enseignement et jouer un rôle plus important dans l économie. En France, en 2007, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a été adoptée la loi Libertés et responsabilités des universités (LRU), appelée encore sous le nom «la Loi Pécresse» (nom du Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche). Les autorités de Sarkozy l ont considérée comme une victoire. Cette loi a pour objectif : Rendre les universités plus attirantes Sortir de l inertie dans la gestion, encourager les innovations. Augmenter la compétitivité au niveau international, en se basant en particulier sur les tableaux de classement, comme celui de Shanghai Qu est-ce que l autonomie des universités? Le terme «university» relève déjà sa définition d autonomie. L origine du mot, «universitas», signifie une association autonome, comme l association des commerçants. La déclaration «Magna Charta Univeritatum» de l Association des universités européennes commence par cette phrase : «The university is an autonomous institution at the heart of societies L autonomie signifie ainsi l auto-gestion, la prise en charge des problèmes. Plus les universités réussissent à s auto-gérer ou être responsable de diverses questions, plus elles se montrent autonomes. D une manière générale, il s agit de l autonomie sur la stratégie, les grandes politiques pour le développement de l université tout en respectant la réglementation générale du gouvernement. Pourtant, cette définition est interprétée différemment par les universités et leurs administrateurs. Un rapport de l EAU indique que l autonomie des universités comprend l autonomie sur 4 domaines, subdivisés en plusieurs cibles. Il s agit ainsi : L autonomie scientifique (Academic autonomy). 2

3 L autonomie financière (Financial autonomy) ou l autonomie matérielle. Le gouvernement finance une partie du budget général. (Aux Etats-Unis, cette participation est insignifiante, mais elle est très importante en France, qui pourrait atteindre à 90% du budget de l université). Les autres sources financières proviennent de l apport des individuels et entreprises ou des programmes de formation des entreprises. L autonomie d organisation, y compris l autonomie de direction. L autonomie de personnel. L autonomie juridique (avec le statut judiciaire indépendant) Pourquoi faut-il l autonomie des universités? Luc Weber, l ex-président de l Association des universités européennes, a dit : «L autonomie des universités est nécessaire mais insuffisante pour que l université puisse accomplir sa mission accordée par la société. L université doit satisfaire 3 fonctions suivantes : La recherche (des nouvelles connaissances et découvertes) L enseignement (transmission de connaissances) La critique sociale (analyse scientifique des problèmes sociaux) Dans l histoire, quelques grands pouvoirs (politiques, religieux, capitalistes) ont eu la tendance d «intervenir violemment» à l université. A chaque intervention, l université a perdu son autonomie et s est dégradée. Elle est devenue un établissement fausse-scientifique ou un outil aux ordres des autorités. Nous pouvons prendre quelques exemples de la dégradation des universités au XX e siècle due à l intervention des pouvoirs : Le nazi allemand a brûlé les livres et a rendu l université en un moyen de propagande du fascisme. L union soviétique a exécuté les professeurs de génétique, d économie car ceux-ci étaient contre au marxisme-léninisme. Mao Zedong a envoyé les enseignants en rééducation pendant la révolution culturelle en Chine. Au Viet Nam, comme a dit un scientifique connu, «il n existe pas encore la science sociale». En effet, la raison évidente qui peut l expliquer est qu il n y a pas d autonomie idéologique. Il est normal que les sciences sociales et humaines se développent disproportionnellement et manquent de critères scientifiques. En France, plusieurs syndicats des étudiants et professeurs sont contre l autonomie des universités. D après eux, l autonomie restreint les dépenses, réduit les subventions à la recherche ou le recrutement du personnel. Pourtant, il est évident de reconnaître les intérêts de l autonomie des universités, comme les suivants : Réduction des dépenses 3

4 Amélioration de la capacité du travail Meilleure sélection du recrutement. Dans l ère de la mondialisation, les universités se concurrencent pour attirer les étudiants, les enseignants, et aussi les sujets de recherches, etc. Pour pouvoir rivaliser au niveau international, il est nécessaire que les universités soient autonomes. Ce qui leur permettrait de mettre en œuvre les initiatives, de mener l innovation indispensable à l amélioration de la qualité, d apporter leur aide à l'économie et à la société, et de devenir plus attrayantes et plus utiles L autonomie des universités est-elle indispensable au Vietnam? L autonomie des universités est déjà la situation irréversible au Vietnam. Au Vietnam, quelques grandes universités publiques sont mises en expérimentation : l Université nationale, l Ecole polytechnique à Hà Nôi et à Hô Chi Minh-ville. Au Vietnam, le chemin vers l autonomie des universités est encore très long. Le statut «autonomie» ne sera accordé aux universités qu une fois que ces problèmes soient réglés : Réduire le contrôle des connaissances et des dirigeants universitaires. Les enseignants forts en qualifications et dévouement sont déjà peu nombreux, ils ne trouvent pourtant pas leur poste fixe. Contrôler la corruption, la malhonnêteté, le manque de transparence et les faux diplômes de plusieurs cadre et dirigeants universitaires. Si les dirigeants ne possèdent pas de capacité, ni honnêteté, les conséquences seront beaucoup plus importantes. La transparence judiciaire. La capacité de gestion de finance et d organisation. 4. Propositions à l autonomie des universités au Vietnam Pour que l autonomie des universités au Vietnam soit efficace, il est nécessaire d accorder de l attention aux points suivants : 1. Déterminer l objectif de l autonomie, c'est-à-dire se poser la question : pourquoi l autonomie? Il faut reconnaître que l autonomie ne consiste pas en l auto-gestion de comptabilité, en diminution des frais du gouvernement. L autonomie comporte divers aspects : l organisation, la recherche scientifique, le programme d enseignement, etc. 2. Evaluer les résultats des universités en expérimentation, avant et après l autonomie, avec les critères définis : a. La capacité de concurrence au niveau national, régional et international (en se basant sur les classements). 4

5 b. La qualité de formations destinées aux des étudiants. c. La compétence de recherche des enseignants (par leurs projets de recherche scientifiques). d. Le résultat de l emploi du budget (% d économie, % d investissement aux projets clés, etc.) 3. A partir des évaluations, il est indispensable d établir les démarches d autonomie, étape par étape, avec les périodes tracées. Si l expérimentation de l autonomie d une université donne de mauvais résultats, il faudrait l arrêter pour pouvoir préparer les conditions nécessaires. Pour certaines universités, ces conditions sont évidentes auxquelles elles satisfont. Pour la plupart de cas, elles doivent faire de longs chemins pour y parvenir. Celles-ci ne sont pas capables d assurer leurs connaissances et leur gestion pour devenir autonomes. Ou bien encore, elles le sont devenues mais ne réussissent pas à donner la bonne qualité. 4. Il faut préparer les règlements judiciaires : les droits et les devoirs de l université, de son dirigeant et la surveillance appropriée du gouvernement, etc. Il arrive même qu il soit écrit dans la constitution de plusieurs pays, comme en Pologne. Cet acte garantit l indépendance de l université et que les autorités ne peuvent pas intervenir. 5. Préparer un système de gestion transparent, efficace pour assurer l auto-gestion. Organiser des formations en gestion, personnel, finance aux dirigeants de l université et cadres d enseignement. Les envoyer étudier, ou suivre les programmes d échanges à l étranger. Lutter contre la corruption. 6. Améliorer le niveau des enseignants et chercheurs. Mettre en place les rémunérations appropriées, y compris les subventions. 7. L autonomie financière ne signifie pas la réduction des budgets réservés à l enseignement qui nécessite toujours des investissements adéquats. 8. «Responsabiliser» la société civile dans le sens où des individus, des organisations ou des entreprises investissent dans l enseignement, dans l'éducation et dans la formation. 5

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS

ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, France Email : contact@a-vse.org Web : www.a-vse.org STATUTS Article 1 er

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT entre PARTENAIRE et la GSVC francophone pilotée par l Institut de l Innovation et de l Entrepreneuriat Social de l ESSEC

CHARTE DE PARTENARIAT entre PARTENAIRE et la GSVC francophone pilotée par l Institut de l Innovation et de l Entrepreneuriat Social de l ESSEC CHARTE DE PARTENARIAT entre PARTENAIRE et la GSVC francophone pilotée par l Institut de l Innovation et de l Entrepreneuriat Social de l ESSEC Année 2011-2012 PREAMBULE : PRESENTATION DE LA GSVC 1. La

Plus en détail

Les Masters Erasmus Mundus. Journées d information Erasmus + dimension internationale 16 et 17 novembre 2015

Les Masters Erasmus Mundus. Journées d information Erasmus + dimension internationale 16 et 17 novembre 2015 Les Masters Erasmus Mundus Journées d information Erasmus + dimension internationale 16 et 17 novembre 2015 Erasmus + enseignement supérieur Charte Erasmus Ens. Sup obligatoire AC1 - Organiser la mobilité

Plus en détail

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne www.unibe.ch Charte de l Université de Berne Vision et valeurs L Université de Berne se veut une université généraliste de tradition européenne. Ses facultés comprennent la théologie, les sciences humaines

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: Une composante essentielle à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté Présenté par Dominic Bourcier Chef, spécialistes

Plus en détail

L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises

L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises Paris, le 5 octobre 2011 L Institut de l entreprise publie un rapport sur

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE 1 CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE MASTER 2 «A.C.M.P.» «AUDIT CONTRÔLE ET MANAGEMENT PUBLIC» DIRECTEUR : Dr Farouk HEMICI E MAIL : farouk.hemici@univ-paris1.fr Madame Ilona GOBJILA Gestionnaire

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Le Centre de traduction des organes de l Union européenne recherche un administrateur.

Le Centre de traduction des organes de l Union européenne recherche un administrateur. RÉF. : CDT-AD 8-2008/08 ADMINISTRATEUR «BUSINESS ANALYST»(H/F) GRADE : AD 8 DÉPARTEMENT : DÉPARTEMENT AFFAIRES GÉNÉRALES LIEU D AFFECTATION : LUXEMBOURG Le Centre de traduction des organes de l'union européenne

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance

POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance POLOGNE : vers une économie basée sur la connaissance 1. Les lignes directrices de la politique scientifique La Stratégie nationale de développement pour les années 2007-2015 fait voir la Pologne en 2015

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Les Réseaux loco-régionaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection. Un outil nécessaire

Les Réseaux loco-régionaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection. Un outil nécessaire Les Réseaux loco-régionaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection Un outil nécessaire La PCR a une histoire (1) Décembre 1934 : premiers textes réglementaires en radioprotection Juin 1937 : circulaire

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI LES PRATIQUES des ENTREPRISES MULTINATIONALES en MATIÈRE D EMPLOI au CANADA : développer les capacités organisationnelles et les institutions pour favoriser l innovation Jacques Bélanger, Pierre-Antoine

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du Canada

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

La déontologie de l avocat fiduciaire

La déontologie de l avocat fiduciaire LA FIDUCIE: Retour sur des utilisations réussies et description de perspectives nouvelles 26 février 2013 La déontologie de l avocat fiduciaire Par Silvestre TANDEAU de MARSAC/ Hugues LETELLIER Avocats

Plus en détail

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS!

Campagne de Développement 2010-2012. Ensemble, développons RMS! Campagne de Développement 2010-2012 Ensemble, développons RMS! RMS : une stratégie de développement dans laquelle s inscrit la Fondation Les valeurs de RMS Innovation et esprit d entreprise Excellence

Plus en détail

Diligence raisonnable et partenariats internationaux : le cas de la Chine

Diligence raisonnable et partenariats internationaux : le cas de la Chine Diligence raisonnable et partenariats internationaux : le cas de la Chine Exposéprésentéau congrès de l ACPAU Ottawa, 15 juin 2009 Daniel J. Julius, vice-recteur àl enseignement et àla recherche, University

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ)

Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ) Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ) Questions d'ordre général Compétences requises pour l'emt La procédure de sélection EMT Aspects techniques Questions d ordre général 1. Qu

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.2/2014/1 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 11 juin 2014 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie du 15 mars 2001 Le Département fédéral de l économie, vu l art. 61, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER DROIT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES. Collectivités littorales. www.univ-littoral.fr

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER DROIT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES. Collectivités littorales. www.univ-littoral.fr DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER DROIT DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Collectivités littorales www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION Face à la complexification des règles et des procédures juridiques

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P.

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. «A U D I T & C O N T R Ô L E DES O R G A N I S A T I O N S P U B L I Q U E S» U N I V E R S I T E P A R I S 1 P A N T H E O N -

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Transparence en assurance

Transparence en assurance The European Federation of Insurance Intermediaries La Fédération européenne des intermédiaires d assurances PRINCIPES DU BIPAR Transparence en assurance Bruxelles, juin 2008 Le BIPAR, la Fédération européenne

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

REGLEMENTATIONS et PRECISIONS CONCERNANT L ENCADREMENT DES JEUNES (COACHING)

REGLEMENTATIONS et PRECISIONS CONCERNANT L ENCADREMENT DES JEUNES (COACHING) FEDERATION FRANÇAISE DE PETANQUE ET JEU PROVENÇAL DIRECTION TECHNIQUE NATIONALE 13 Rue Trigance, 13002 MARSEILLE REGLEMENTATIONS et PRECISIONS CONCERNANT L ENCADREMENT DES JEUNES (COACHING) A la demande

Plus en détail

La RSE (responsabilité sociale ou sociétale des entreprises) peut être réalisée en investissant dans l éducation

La RSE (responsabilité sociale ou sociétale des entreprises) peut être réalisée en investissant dans l éducation WS31 Entreprises Session 1 La vision chinoise La Chine est confrontée à 3 problèmes principaux : la pénurie de compétence et de fréquents changements de personnel, le défi de la gestion du territoire,

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document Congrès AGRH 2013 Conférences sur le thème de la connaissance praticable Nature du document Paris, le 28 novembre 2013 Document3/fmr Congrès AGRH 2013 Catherine VOYNNET FOURBOUL Directrice Master Executive

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation J1 RECRUTEMENTS DES ASSISTANTS INGENIEURS...2 J1.1 Assistant en gestion administrative...2 J1.2 Assistant en gestion des ressources humaines...3 J1.3 Assistant en ingénierie de formation continue...4 J1.4

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE MÉTIERS) Intitulé (cadre 1) Licence droit, économie, gestion, mention Licence d Administration Publique Autorité responsable de la certification

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail