Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction"

Transcription

1 ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, Paris, France Web : Compte- rendu de la table ronde 2 «L autonomie des universités au Vietnam» 1. Introduction Cette deuxième table ronde «L autonomie de l université» s inscrit dans la continuité d une série des échanges sur l éducation au Vietnam initié par l AVSE et organisé en partenariat avec VOV Bureau en France et le Comité en France des Consultants pour le Vietnam (CFCV). La liste complète des thèmes qui ont été abordés ou seront abordés inclut : Les principes fondamentaux de l'éducation L autonomie de l université L université scientifique Les universités internationales au Vietnam L environnement de l enseignement supérieur L enseignement professionnel et la main d œuvre Les intervenants des tables rondes sont présidents d université, professeurs, chercheurs, inspecteurs, experts ou consultants vietnamiens, français ou étrangers. 2. Les principaux questionnements pour la 2 ème table ronde Qu est-ce que l autonomie des universités? Quelles sont les mesures d application et de réalisation des lois en vue d une meilleure autonomie des universités en Europe et en France? Pourquoi l autonomie des universités est-elle nécessaire : intérêts, enjeux et difficultés? L autonomie des universités est-elle indispensable au Vietnam? Quel est le degré de faisabilité de l autonomie des universités vietnamiennes? Quelles sont les solutions pour rendre autonomes les universités au Vietnam? 3. Débats 3.1. Quelles sont les mesures d application et de réalisation des lois en vue d une meilleure autonomie des universités en Europe et en France? 1

2 Un grand nombre de meilleures universités sont autonomes et développées de manière indépendante, en particulier aux Etats-Unis avec Harvard et Berkeley. D après plusieurs experts, l autonomie constitue l un des facteurs les plus importants pour que les universités américaines se développent. Les universités mondiales se distinguent par leur niveau d autonomie. En général, les systèmes d enseignement anglais et américains sont considérés comme les meilleurs au niveau d autonomie. En Europe, à partir de 2000, l Union Européenne a demandé à ses pays membres d étudier la possibilité d accorder l autonomie à leurs universités pour augmenter la compétitivité au niveau international, notamment rénover leur enseignement et jouer un rôle plus important dans l économie. En France, en 2007, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a été adoptée la loi Libertés et responsabilités des universités (LRU), appelée encore sous le nom «la Loi Pécresse» (nom du Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche). Les autorités de Sarkozy l ont considérée comme une victoire. Cette loi a pour objectif : Rendre les universités plus attirantes Sortir de l inertie dans la gestion, encourager les innovations. Augmenter la compétitivité au niveau international, en se basant en particulier sur les tableaux de classement, comme celui de Shanghai Qu est-ce que l autonomie des universités? Le terme «university» relève déjà sa définition d autonomie. L origine du mot, «universitas», signifie une association autonome, comme l association des commerçants. La déclaration «Magna Charta Univeritatum» de l Association des universités européennes commence par cette phrase : «The university is an autonomous institution at the heart of societies L autonomie signifie ainsi l auto-gestion, la prise en charge des problèmes. Plus les universités réussissent à s auto-gérer ou être responsable de diverses questions, plus elles se montrent autonomes. D une manière générale, il s agit de l autonomie sur la stratégie, les grandes politiques pour le développement de l université tout en respectant la réglementation générale du gouvernement. Pourtant, cette définition est interprétée différemment par les universités et leurs administrateurs. Un rapport de l EAU indique que l autonomie des universités comprend l autonomie sur 4 domaines, subdivisés en plusieurs cibles. Il s agit ainsi : L autonomie scientifique (Academic autonomy). 2

3 L autonomie financière (Financial autonomy) ou l autonomie matérielle. Le gouvernement finance une partie du budget général. (Aux Etats-Unis, cette participation est insignifiante, mais elle est très importante en France, qui pourrait atteindre à 90% du budget de l université). Les autres sources financières proviennent de l apport des individuels et entreprises ou des programmes de formation des entreprises. L autonomie d organisation, y compris l autonomie de direction. L autonomie de personnel. L autonomie juridique (avec le statut judiciaire indépendant) Pourquoi faut-il l autonomie des universités? Luc Weber, l ex-président de l Association des universités européennes, a dit : «L autonomie des universités est nécessaire mais insuffisante pour que l université puisse accomplir sa mission accordée par la société. L université doit satisfaire 3 fonctions suivantes : La recherche (des nouvelles connaissances et découvertes) L enseignement (transmission de connaissances) La critique sociale (analyse scientifique des problèmes sociaux) Dans l histoire, quelques grands pouvoirs (politiques, religieux, capitalistes) ont eu la tendance d «intervenir violemment» à l université. A chaque intervention, l université a perdu son autonomie et s est dégradée. Elle est devenue un établissement fausse-scientifique ou un outil aux ordres des autorités. Nous pouvons prendre quelques exemples de la dégradation des universités au XX e siècle due à l intervention des pouvoirs : Le nazi allemand a brûlé les livres et a rendu l université en un moyen de propagande du fascisme. L union soviétique a exécuté les professeurs de génétique, d économie car ceux-ci étaient contre au marxisme-léninisme. Mao Zedong a envoyé les enseignants en rééducation pendant la révolution culturelle en Chine. Au Viet Nam, comme a dit un scientifique connu, «il n existe pas encore la science sociale». En effet, la raison évidente qui peut l expliquer est qu il n y a pas d autonomie idéologique. Il est normal que les sciences sociales et humaines se développent disproportionnellement et manquent de critères scientifiques. En France, plusieurs syndicats des étudiants et professeurs sont contre l autonomie des universités. D après eux, l autonomie restreint les dépenses, réduit les subventions à la recherche ou le recrutement du personnel. Pourtant, il est évident de reconnaître les intérêts de l autonomie des universités, comme les suivants : Réduction des dépenses 3

4 Amélioration de la capacité du travail Meilleure sélection du recrutement. Dans l ère de la mondialisation, les universités se concurrencent pour attirer les étudiants, les enseignants, et aussi les sujets de recherches, etc. Pour pouvoir rivaliser au niveau international, il est nécessaire que les universités soient autonomes. Ce qui leur permettrait de mettre en œuvre les initiatives, de mener l innovation indispensable à l amélioration de la qualité, d apporter leur aide à l'économie et à la société, et de devenir plus attrayantes et plus utiles L autonomie des universités est-elle indispensable au Vietnam? L autonomie des universités est déjà la situation irréversible au Vietnam. Au Vietnam, quelques grandes universités publiques sont mises en expérimentation : l Université nationale, l Ecole polytechnique à Hà Nôi et à Hô Chi Minh-ville. Au Vietnam, le chemin vers l autonomie des universités est encore très long. Le statut «autonomie» ne sera accordé aux universités qu une fois que ces problèmes soient réglés : Réduire le contrôle des connaissances et des dirigeants universitaires. Les enseignants forts en qualifications et dévouement sont déjà peu nombreux, ils ne trouvent pourtant pas leur poste fixe. Contrôler la corruption, la malhonnêteté, le manque de transparence et les faux diplômes de plusieurs cadre et dirigeants universitaires. Si les dirigeants ne possèdent pas de capacité, ni honnêteté, les conséquences seront beaucoup plus importantes. La transparence judiciaire. La capacité de gestion de finance et d organisation. 4. Propositions à l autonomie des universités au Vietnam Pour que l autonomie des universités au Vietnam soit efficace, il est nécessaire d accorder de l attention aux points suivants : 1. Déterminer l objectif de l autonomie, c'est-à-dire se poser la question : pourquoi l autonomie? Il faut reconnaître que l autonomie ne consiste pas en l auto-gestion de comptabilité, en diminution des frais du gouvernement. L autonomie comporte divers aspects : l organisation, la recherche scientifique, le programme d enseignement, etc. 2. Evaluer les résultats des universités en expérimentation, avant et après l autonomie, avec les critères définis : a. La capacité de concurrence au niveau national, régional et international (en se basant sur les classements). 4

5 b. La qualité de formations destinées aux des étudiants. c. La compétence de recherche des enseignants (par leurs projets de recherche scientifiques). d. Le résultat de l emploi du budget (% d économie, % d investissement aux projets clés, etc.) 3. A partir des évaluations, il est indispensable d établir les démarches d autonomie, étape par étape, avec les périodes tracées. Si l expérimentation de l autonomie d une université donne de mauvais résultats, il faudrait l arrêter pour pouvoir préparer les conditions nécessaires. Pour certaines universités, ces conditions sont évidentes auxquelles elles satisfont. Pour la plupart de cas, elles doivent faire de longs chemins pour y parvenir. Celles-ci ne sont pas capables d assurer leurs connaissances et leur gestion pour devenir autonomes. Ou bien encore, elles le sont devenues mais ne réussissent pas à donner la bonne qualité. 4. Il faut préparer les règlements judiciaires : les droits et les devoirs de l université, de son dirigeant et la surveillance appropriée du gouvernement, etc. Il arrive même qu il soit écrit dans la constitution de plusieurs pays, comme en Pologne. Cet acte garantit l indépendance de l université et que les autorités ne peuvent pas intervenir. 5. Préparer un système de gestion transparent, efficace pour assurer l auto-gestion. Organiser des formations en gestion, personnel, finance aux dirigeants de l université et cadres d enseignement. Les envoyer étudier, ou suivre les programmes d échanges à l étranger. Lutter contre la corruption. 6. Améliorer le niveau des enseignants et chercheurs. Mettre en place les rémunérations appropriées, y compris les subventions. 7. L autonomie financière ne signifie pas la réduction des budgets réservés à l enseignement qui nécessite toujours des investissements adéquats. 8. «Responsabiliser» la société civile dans le sens où des individus, des organisations ou des entreprises investissent dans l enseignement, dans l'éducation et dans la formation. 5

ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS

ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS ASSOCIATION OF VIETNAMESE SCIENTISTS AND EXPERTS Hội Khoa học và Chuyên gia Việt Nam 60 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris, France Email : contact@a-vse.org Web : www.a-vse.org STATUTS Article 1 er

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

RESPECT DES VALEURS DU SPORT

RESPECT DES VALEURS DU SPORT LOIS LOI n o 2012-158 du 1 er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les droits des sportifs (1) NOR : SPOX1115082L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République

Plus en détail

L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises

L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises L Institut de l entreprise encourage les entreprises à participer au financement des universités et de la recherche françaises Paris, le 5 octobre 2011 L Institut de l entreprise publie un rapport sur

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

Par. Simon Mamosi LELO. CAFRAD - Tanger (Maroc)

Par. Simon Mamosi LELO. CAFRAD - Tanger (Maroc) SESSION 7 DISCUSSION PAPER 1 Liens de collaboration, de partenariat et de travail en réseau pour promouvoir le professionnalisme dans le secteur public et la mise en œuvre de la Charte Africaine des valeurs

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 16 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 10 mars 1997 CA-97-39-336

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

Titularisation d un maître de conférences (MCF)

Titularisation d un maître de conférences (MCF) Fiche n 24 Titularisation d un maître de conférences (MCF) Référence : Décret n 84-431 du 6 juin 1984 modifié (article 32) par le décret n 2009-460 du 23 avril 2009 (article 20) - A l issue du stage d

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Les clés d une formation à distance réussie La formation universitaire à distance en questions Un diplôme étranger à portée de clic

Les clés d une formation à distance réussie La formation universitaire à distance en questions Un diplôme étranger à portée de clic Les clés d une formation à distance réussie La formation universitaire à distance en questions Un diplôme étranger à portée de clic pp.30-31 pp.32-33 DOSSIER La formation universitaire Décryptage. Lancée

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

La mondialisation qu on évoque souvent après

La mondialisation qu on évoque souvent après 089-093 Bobe 13/10/06 11:14 Page 89 Formation des élites mondiales et écoles d ingénieurs françaises La spécificité du système français d enseignement supérieur et de recherche français le rend illisible

Plus en détail

FICHE METHODOLOGIQUE CV CITOYEN MODE D EMPLOI. Refonder le recrutement

FICHE METHODOLOGIQUE CV CITOYEN MODE D EMPLOI. Refonder le recrutement FICHE METHODOLOGIQUE CV CITOYEN MODE D EMPLOI Refonder le recrutement INTRODUCTION UN JEUNE, UNE MERE DE FAMIILE, UN MEMBRE DE THINK TANK, ET TANT D AUTRES... Un jeune qui s'est engagé dans son quartier

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE Article 1: Cadre normatif Le présent Manuel contient les dispositions appliquées

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE

23 juin 2006 Polytech Lille. Forum i-trans SYNTHESE 23 juin 2006 Polytech Lille Forum i-trans SYNTHESE Forum i-trans 2 Sommaire Table ronde/ Le financement de l innovation... 3 Débat...5 Conclusion d Yves Ravalard...5 Sigles... 6 Intervenants Yves RAVALARD...

Plus en détail

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du Canada

Plus en détail

La loi vietnamienne sur la nationalité

La loi vietnamienne sur la nationalité La loi vietnamienne sur la nationalité Le moins que l on puisse dire est que les problèmes afférents à la nationalité, lorsque c est le cas des anciens élèves du lycée Chasseloup-Laubat/Jean-Jacques Rousseau,

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité?

Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité? Recrutement des étudiants sur les nouveaux canaux, mobile et réseaux sociaux : mythe ou réalité? NewGen TALENT CENTRE En partenariat avec ÉTUDE JUIN 2013 Emmanuel Delamarre Emmanuel Delamarre participe,

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

BASI Programme d études (50 crédits ECTS) Langue et littérature anglaises. Plan d études / Février 2015

BASI Programme d études (50 crédits ECTS) Langue et littérature anglaises. Plan d études / Février 2015 Université de Fribourg Faculté des Lettres Département des langues et littératures Domaine Anglais en collaboration avec le Domaine du Plurilinguisme et didactique des langues étrangères BASI Programme

Plus en détail

Le Centre de traduction des organes de l Union européenne recherche un administrateur.

Le Centre de traduction des organes de l Union européenne recherche un administrateur. RÉF. : CDT-AD 8-2008/08 ADMINISTRATEUR «BUSINESS ANALYST»(H/F) GRADE : AD 8 DÉPARTEMENT : DÉPARTEMENT AFFAIRES GÉNÉRALES LIEU D AFFECTATION : LUXEMBOURG Le Centre de traduction des organes de l'union européenne

Plus en détail

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social

De l Economie sociale à l entrepreneuriat social De l Economie sociale à l entrepreneuriat social Des enjeux d actualité Un Paradoxe Très présente dans notre vie quotidienne. Méconnue du grand public. Un Regain d actualité Le chômage de masse La mondialisation

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Pack d information courtier en formation

Pack d information courtier en formation Pack d information courtier en formation 1 EFFICOURS GLOBAL Réseau de courtier en formation Le réseau EFFICOURS vous permet de développer votre activité de conseiller en formation indépendant. Tel un franchisé,

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION ET D INSCRIPTION

DOSSIER D INFORMATION ET D INSCRIPTION DOSSIER D INFORMATION ET D INSCRIPTION Enseignement secondaire et secondaire technique Admission au stage pour les lycées et lycées techniques pour l année scolaire 2015/2016 Tous les postulants aux fonctions

Plus en détail

Le rôle de la recherche dans les formations initiale et continue

Le rôle de la recherche dans les formations initiale et continue Le rôle de la recherche dans les formations initiale et continue Gérard Cliquet Professeur à l IGR-IAE, Université de Rennes 1 Directeur général du CREM UMR CNRS 6211 Colloque international: Innovations

Plus en détail

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat

ERASMUS+ 2014-2020. ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation. 12 février 2015 UM5 Rabat ERASMUS+ 2014-2020 ACTION CLE 1: Mobilité des individus à des fins d éducation et de formation 12 février 2015 UM5 Rabat INTRODUCTION Le programme Erasmus + soutient les EES afin de réaliser des projets

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N Personnels PERSONNELS ENSEIGNANTS Attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés relevant du MEN d

Plus en détail

LES LAUREATES DU PRIX DE THESE SUR LA VILLE. Propos recueillis pour Premier Plan n 33-2015, journal d information du PUCA

LES LAUREATES DU PRIX DE THESE SUR LA VILLE. Propos recueillis pour Premier Plan n 33-2015, journal d information du PUCA LES LAUREATES DU PRIX DE THESE SUR LA VILLE 2015 Propos recueillis pour Premier Plan n 33-2015, journal d information du PUCA Grand prix du jury de thèse sur la ville 2015 Marie Gibert, chercheuse post-doctorante

Plus en détail

Pourquoi choisir Sciences Po?

Pourquoi choisir Sciences Po? BIENVENUE Pourquoi choisir Sciences Po? Un projet éducatif fondé sur les sciences sociales, qui donne des outils pour comprendre le monde contemporain, et développe l esprit critique. Une forte ouverture

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police Page 1 RESOLUTION Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 71 ème session

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE

PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE La mobilité constitue une des priorités de l Europe que nous construisons : - elle contribue, pour toute personne en mobilité, à un sentiment d appartenance à l Europe, à

Plus en détail

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne www.unibe.ch Charte de l Université de Berne Vision et valeurs L Université de Berne se veut une université généraliste de tradition européenne. Ses facultés comprennent la théologie, les sciences humaines

Plus en détail

L évaluation des institutions de l enseignement supérieur : Un retour d expériences sur trois projets pilotes (HEC, QHE, AQRM)

L évaluation des institutions de l enseignement supérieur : Un retour d expériences sur trois projets pilotes (HEC, QHE, AQRM) L évaluation des institutions de l enseignement supérieur : Un retour d expériences sur trois projets pilotes (HEC, QHE, AQRM) Abdelali Kaaouachi Université Mohammed Premier Oujda - Maroc Plan Evaluation

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES. Oui, si vous êtes ressortissant de l un des États membres de la Communauté européenne ou de l espace économique européen.

QUESTIONS/REPONSES. Oui, si vous êtes ressortissant de l un des États membres de la Communauté européenne ou de l espace économique européen. QUESTIONS/REPONSES SUR LES CONCOURS DE RECRUTEMENT 1. Diplômes requis pour les concours de recrutement 2012? Au moment de l inscription aux concours de recrutement : M1 acquis et inscription en M2 ou possession

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services. Jeudi 27 Janvier 2011

Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services. Jeudi 27 Janvier 2011 Dossier de Presse INSEAD OEE Data Services Jeudi 27 Janvier 2011 Prélude en économie. De nombreuses initiatives associant entreprises et institutions académiques ont été déficit persistant d Celleci comparable

Plus en détail

l orientation halshs-00371255, version 1-27 Mar 2009

l orientation halshs-00371255, version 1-27 Mar 2009 de Colloque Bordeaux l éducation : 24 Unis et septembre, de dans l orientation. la diversité, 14ème? Université Enjeux et de défis la Formation, d une Europe de l éducation de la formation, et de 1 l orientation

Plus en détail

La formation des interprètes judiciaires en Pologne. Prof. Małgorzata Tryuk Institut de Linguistique appliquée Université de Varsovie

La formation des interprètes judiciaires en Pologne. Prof. Małgorzata Tryuk Institut de Linguistique appliquée Université de Varsovie La formation des interprètes judiciaires en Pologne Prof. Małgorzata Tryuk Institut de Linguistique appliquée Université de Varsovie La loi du 25 novembre 2005 sur le métier du traducteur assermenté Art.

Plus en détail

GUIDE DE FONCTIONNEMENT DES COMITES DE SELECTION

GUIDE DE FONCTIONNEMENT DES COMITES DE SELECTION DRH - Service du personnel enseignant 31 Mars 2009 GUIDE DE FONCTIONNEMENT DES COMITES DE SELECTION Avec la loi LRU, les modalités de recrutement des enseignants-chercheurs changent. Les commissions de

Plus en détail

La gestion des ressources humaines (GRH)

La gestion des ressources humaines (GRH) La gestion des ressources humaines (GRH) Défis clés et préconisations Marie-Françoise Bechtel CEPA, 8ème Session, New York, le 30 mars 2009 Sommaire Définitions de la GRH Enjeu principal de la GRH Priorités

Plus en détail

RECOMMANDATIONS. 1. Préliminaire. 2. Formation

RECOMMANDATIONS. 1. Préliminaire. 2. Formation RECOMMANDATIONS 1. Préliminaire La coopération en mathématiques, informatique et mécanique entre le Vietnam et la France a une longue et riche histoire. Les acteurs présents de cette coopération se sont

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

Séminaire de formation

Séminaire de formation Séminaire de formation Méthodes appliquées d audit et contrôle des comptes publics Fairmont Le Reine Elizabeth de Montréal du 18 au 22 avril 2011 5475 suite 253 Paré Ville Mont-Royal, Québec) H4P 1P7 Canada

Plus en détail

Brève présentation de la Charte européenne du chercheur et du Code de conduite pour le recrutement du chercheur

Brève présentation de la Charte européenne du chercheur et du Code de conduite pour le recrutement du chercheur 1 PLAN DE L EXPOSÉ Brève présentation de la Charte européenne du chercheur et du Code de conduite pour le recrutement du chercheur Principaux enjeux au regard de la mobilité des chercheurs Application

Plus en détail

un investissement dans les compétences de votre personnel

un investissement dans les compétences de votre personnel EMPLOI-QUÉBEC La qualification obligatoire un investissement dans les compétences de votre personnel LA QUALIFICATION OBLIGATOIRE avant-propos La compétence de la main-d œuvre constitue un des facteurs

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* * Professeur d économie et de gestion - Faculté de Droit de Tanger * Responsable de l équipe de Recherche

Plus en détail

LA POLITIQUE NUMERIQUE

LA POLITIQUE NUMERIQUE N 14 Infos Thématiques LA POLITIQUE NUMERIQUE Face à la révolution numérique, qui bouleverse l économie mais aussi la société et le quotidien des Français, le gouvernement a engagé depuis 18 mois une action

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec «L éthique pour guider la réflexion et influencer l élaboration

Plus en détail

Management des Ressources Humaines Source : http//mc3rh.unblog.fr/tag/documents/ Management et Gestion des Ressources Humaines : stratégies, acteurs et pratiques Etudiant : Romain Desnos Enseignant : Jacques

Plus en détail

GESTION des RESSOURCES HUMAINES

GESTION des RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Grands axes du cours (Approche par les processus GRH) Support de Cours GESTION des RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* I - II - III - IV - V - VI - VII - Définitions - Système

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

La non transmission du savoir passé : Un mémoire

La non transmission du savoir passé : Un mémoire La non transmission du savoir passé : Un mémoire Présenté à : Ministère de la culture, des communications et de la condition féminine Présenté par : Thomas Belot Février 2008 La protection et la restauration

Plus en détail

Les DEFIS de L INTERNATIONAL POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANCAIS

Les DEFIS de L INTERNATIONAL POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANCAIS Les DEFIS de L INTERNATIONAL POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANCAIS - Quelques défis chiffrés - Une France pauvre ou confortable? - La France attire-t-elle? - Les défis sociaux sont-ils nationaux? - Quelle

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES 1. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE La présente politique a pour but de définir le cadre général relatif au processus de recrutement et d embauche du personnel

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE >>>

LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE >>> >>> LE VIE VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INSERTION ET D ORIENTATION Campus centre-ville Site Ste Marthe 74 rue Louis Pasteur 84029 AVIGNON CEDEX 1 Tél. + 33 (0)4

Plus en détail

Analyse de proposition

Analyse de proposition Analyse de proposition Conseil Académique du 3 juin 2013 : CAC-420-03 Rédaction : Maxence Lenoir Président, 2013-2014 Version : 3 juin 2013 Adoption : 9 juin 2013 Association des Étudiants de Polytechnique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

Note de synthèse de l OCDE sur la gestion publique Impliquer les citoyens : L information, la consultation et la participation du public dans le processus de prise de décision Retirer les bénéfices Investir

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

11 FEVRIER 2014. Conférence conjointe des Maires sur l impact de la mobilité intraeuropéenne des citoyens européens au niveau local

11 FEVRIER 2014. Conférence conjointe des Maires sur l impact de la mobilité intraeuropéenne des citoyens européens au niveau local 11 FEVRIER 2014 Conférence conjointe des Maires sur l impact de la mobilité intraeuropéenne des citoyens européens au niveau local Co-organisée par la Commission européenne et le Comité des régions Mardi

Plus en détail

Règlement Coopérations et Mobilités Internationales Rhône-Alpes (CMIRA)

Règlement Coopérations et Mobilités Internationales Rhône-Alpes (CMIRA) Règlement Coopérations et Mobilités Internationales Rhône-Alpes (CMIRA) Principes approuvés par délibération du Conseil régional n 11.03.437 du 1er juillet 2011. Forte des principes adoptés et rappelés

Plus en détail

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide?

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? 1. Doc. 1. Que représente le personnage? Le personnage représente les Etats-Unis. Doc. 1. Affiche pour le Plan Marshall,

Plus en détail

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Document produit par le Foire aux questions Comité consultatif ou conseil d administration? L'expérience montre que les

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

GESTION ADMINISTRATIVE, COMPTABLE ET COMMERCIALE. Session 2003 PROTECTION PLUS CORRIGÉ L INTRODUCTION

GESTION ADMINISTRATIVE, COMPTABLE ET COMMERCIALE. Session 2003 PROTECTION PLUS CORRIGÉ L INTRODUCTION GESTION ADMINISTRATIVE, COMPTABLE ET COMMERCIALE Session 2003 PROTECTION PLUS CORRIGÉ INTRODUCTION ET CONCLUSION, FORME GÉNÉRALE Pour l introduction et la conclusion, tout plan peut être admis dès lors

Plus en détail

Note à l attention de Madame la Ministre déléguée et de Monsieur le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative

Note à l attention de Madame la Ministre déléguée et de Monsieur le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative Réf. : mfpra Note à l attention de Madame la Ministre déléguée et de Monsieur le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative -------------------------- Objet : L évolution de la rémunération

Plus en détail

CYRINE HAMIDA (PhD STUDENT, GRENOBLE)

CYRINE HAMIDA (PhD STUDENT, GRENOBLE) COLLOQUE EUROPEEN ET INTERDISCIPLINAIRE, 23-25 FEVRIER 2011 UNIVERSITE DE GRENOBLE-FRANCE IMMIGRATION ET INTEGRATION EN EUROPE: BILAN ET PERSPECTIVES ROUNDTABLE IMMIGRANTS LIVING BETWEEN SEVERAL WORDLS

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international des affaires de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

REGLEMENTS DE LA FCI POUR LES JUGES D EXPOSITIONS

REGLEMENTS DE LA FCI POUR LES JUGES D EXPOSITIONS FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE Place Albert 1 er, 13, B 6530 Thuin (Belgique), tel : +32.71.59.12.38, fax : +32.71.59.22.29, email : info@fci.be REGLEMENTS DE LA FCI POUR LES JUGES D EXPOSITIONS

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail