L'ASSEMBLEUR SUR SIMULATEUR. L'assembleur sur Simulateur 1 M. DALMAU IUT de Bayonne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ASSEMBLEUR SUR SIMULATEUR. L'assembleur sur Simulateur 1 M. DALMAU IUT de Bayonne"

Transcription

1 L'ASSEMBLEUR SUR SIMULATEUR L'assembleur sur Simulateur 1 M. DALMAU IUT de Bayonne

2 LE PROCESSEUR Les registres Le processeur possède 8 registres de 32 bits : R0 à R6 registres de 32 bits pouvant être utilisés comme opérandes dans toutes les instructions ou comme pointeurs pour désigner un opérande en mémoire par son adresse. SP pointeur de pile utilisé par les procédures et les instructions relatives à la pile (PULL, PUSH). La mémoire est constituée de 1K mots de 32 bits. Les opérandes Le processeur traite les opérandes suivants : - Entiers naturels sur 32 bits - Entiers relatifs sur 32 bits en complément à 2 - Caractères en code ASCII - Chaînes de caractères de codes ASCII - Pointeurs constitués d'une adresse sur 10 bits. JEU D'INSTRUCTIONS Notation : pour simplifier les descriptions ci-dessous on choisira de désigner par : RG un registre quelconque (R0 à R6 ou SP) [RG] un registre quelconque (R0 à R6 ou SP) utilisé pour désigner un opérande en mémoire par son adresse (pointeur). Seuls les 10 bits de faible poids de RG sont utilisés comme adresse. [RG+d] un registre quelconque (R0 à R6 ou SP) utilisé pour désigner un opérande en mémoire par son adresse (pointeur). La valeur d (de 0 à 1023) désigne le déplacement par rapport à cette adresse. L'opérande est donc le mot de la mémoire dont l'adresse est obtenue en faisant: contenu des 10 bits de faible poids de RG + d. RG n'est pas modifié. Var un opérande en mémoire désigné par son nom (adresse) Val une valeur sur 16 bits ( à ). Instructions de déplacements de données LD dest, source opération : dest source dest peut être RG ou [RG] source peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var ou Val ST source, Var opération : Var source source peut être RG ou [RG] LEA dest, Var opération : dest adresse en mémoire de la variable désignée. dest peut être RG ou [RG] Remarque : cette instruction permet d'initialiser un registre comme pointeur sur une variable. Elle sera, en particulier utilisée pour initialiser le pointeur de pile (SP) sur le sommet de pile en début de programme (voir plus loin). SWAP oper opération : échange les 16 bits de fort poids et les 16 bits de faible poids de l'opérande qui peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. L'assembleur sur Simulateur 2 M. DALMAU IUT de Bayonne

3 Instructions arithmétiques ADD op1, op2 opération : op1 op1 + op2 SUB op1, op2 opération : op1 op1 - op2 MUL op1, op2 opération : op1 op1 * op2 : Multiplication d'entiers relatifs MULU op1, op2 opération : op1 op1 * op2 : Multiplication d'entiers naturels DIV op1, op2 opération : op1 op1 / op2 : Division d'entiers relatifs DIVU op1, op2 opération : op1 op1 / op2 : Division d'entiers naturels Dans les 6 instructions précédentes op1 peut être RG ou [RG] op2 peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var ou Val INC oper opération: oper oper + 1 L'opérande peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. DEC oper opération: oper oper - 1 L'opérande peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. NEG oper opération: oper - (oper) L'opérande peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. Remarque : les instructions arithmétiques, à l'exception de NEG, positionnent les indicateurs de débordement des entiers naturels et relatifs du registre d'état de l'unité de traitement. Instructions logiques OR op1, op2 opération : op1 op1 OU op2 AND op1, op2 opération : op1 op1 ET op2 Dans ces deux opérations op1 peut être RG ou [RG] op2 peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var ou Val NOT oper opération: oper COMPLEMENT oper L'opérande peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. Instruction de comparaison CMP op1, op2 opération : compare op1 à op2 op1 peut être RG ou [RG] op2 peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var ou Val Ne produit aucun résultat autre que celui de positionner les indicateurs du registre d'état de l'unité de traitement utilisés par les instructions de branchement. Instructions de décalage SHR oper SHL oper opération : oper est décalé à droite (décalage logique). opération : oper est décalé à gauche (décalage logique). 0 DEBER DEBER 0 SAR oper opération : oper est décalé à droite (décalage arithmétique). DEBER SAL oper opération : oper est décalé à gauche (décalage arithmétique). DEBER 0 ROR oper opération : oper est décalé à droite (décalage cyclique). DEBER ROL oper cyclique). opération : oper est décalé à gauche (décalage DEBER Dans ces instructions l'opérande peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. DEBER est l'indicateur de débordement des entiers naturels du registre d'état de l'unité de traitement. L'assembleur sur Simulateur 3 M. DALMAU IUT de Bayonne

4 Instructions de branchement (rupture de séquence) JMP etiq opération : branchement inconditionnel. Bxx etiq opération : branchement conditionnel. Dans ces instructions etiq doit être une étiquette (instruction où aller). Se référer à la table ci-dessous pour les différentes conditions de branchement : condition égal différent inférieur inférieur ou égal supérieur supérieur ou égal débordement comparaison d'entiers naturels BEQ BNE BLTU BLEU BGTU BGEU BDEBU comparaison d'entiers relatifs BEQ BNE BLT BLE BGT BGE BDEB Instructions relatives à la pile PUSH oper opération : empile oper. (SP SP-1 puis Mem(SP) oper) PULL oper opération : dépile oper. (oper Mem(SP) puis SP SP+1) Dans ces instructions l'opérande peut être RG ou [RG] ou [RG+d] ou Var. Instructions d'appel et retour de sous programmes CALL etiq opération: appel du sous-programme référencé par etiq. etiq doit être une étiquette (instruction de début de la procédure) RET opération : retour de sous-programme. RET Val opération : retour de sous-programme avec vidage de la pile. La valeur en opérande indique le nombre de mots en sommet de pile à enlever (ignorer) après le retour. Ces mots correspondent à des paramètres mis dans la pile avant l'appel du sous-programme et que l'on désire enlever à la fin. Instruction de contrôle HLT opération : arrêt du processeur Instructions relatives à l'unité d'échange (Entrées / Sorties) IN oper, port opération : oper octet du registre de l'unité d'échange désigné par son n. OUT oper, port opération : octet du registre de l'unité d'échange désigné par son n oper. Dans ces instructions oper peut être RG ou [RG], port est un entier naturel désignant le n de port de l'unité d'échange. Seuls les 8 bits de faible poids de oper sont utilisés. L'assembleur sur Simulateur 4 M. DALMAU IUT de Bayonne

5 L'ASSEMBLEUR DU SIMULATEUR La syntaxe d'une ligne d'assembleur est : [etiquette:] [COP [operande1 [, operande2]]] [; commentaire] Où un terme noté entre crochets est facultatif. Une étiquette est un mot qui ne doit comporter aucun caractère défini comme délimiteur par le langage ( ' " ;, [ ] ) ni d'espaces. Elle peut contenir des caractères accentués et elle doit être terminée par : Le COP est l'un des codes définis précédemment il peut indifféremment être écrit en minuscules ou en majuscules. Un commentaire débute au ; et se termine à la fin de la ligne. Il peut contenir tous les caractères sauf des guillemets ( " ). Désignation des opérandes dans les instructions autres que celles de rupture de séquence : Registre : On met le nom du registre qui contient l'opérande (en majuscules ou minuscules) exemple : LD R0,r1 ; R0 R1 Valeur immédiate : On met la valeur de l'opérande selon la forme : décimal 123 ou 4 valeur de 0 à ou à hexadécimal $1a ou $ffa3 valeur sur 16 bits (4 digits hexadécimaux au maximum) binaire % valeur sur 16 bits (16 chiffres binaires au maximum) ASCII 'a' code ASCII d'un caractère ATTENTION : Le caractère placé entre ' ne peut être " ni ; car ce sont des délimiteurs définis dans le langage (délimiteurs de chaîne de caractères et de commentaire) exemples : LD R1,$ff03 ; R1 FF03 en hexadécimal LD R2,'A' ; R2 code ASCII de 'A' Direct : On met le nom de la variable exemples : LD R0,var1 ; R0 contenu de var1 ST R2,var2 ; var2 contenu de R2 ATTENTION : Un nom de variable doit commencer par une lettre et ne comporter aucun caractère défini comme délimiteur par le langage ( ' " ;, [ ] ). Le compilateur distingue les majuscules et les minuscules et accepte les caractères accentués. De plus un nom de variable ne doit pas pouvoir être confondu avec un nom de registre ni être le mot clé STACK. Indirect : Le registre désigné contient l'adresse de l'opérande (seuls les 10 bits de faible poids du registre sont pris en compte). On met le nom du registre entre crochets. exemples : LD R0,[SP] ; R0 contenu de la mémoire à l'adresse contenue dans SP LD [R1],12 ; mémoire à l'adresse contenue dans R1 12 LD [R1],r3 ; mémoire à l'adresse contenue dans R1 contenu de R3 LD [r1],var ; mémoire à l'adresse contenue dans R1 contenu de var ST [R2],var2 LD [sp],[r1] ; var2 contenu de la mémoire à l'adresse contenue dans R2 ; mémoire à l'adresse contenue dans SP contenu de la mémoire à l'adresse contenue dans R1 Désignation des opérandes dans les instructions de rupture de séquence : On met l'étiquette qui désigne l'instruction à laquelle on doit aller (le nom seul de l'étiquette sans les :). exemple : BNE début L'assembleur sur Simulateur 5 M. DALMAU IUT de Bayonne

6 Les zones du programme : Un programme possède 3 zones : Une zone réservée aux déclarations de variables Une zone réservée aux instructions Une zone réservée à la pile La zone de pile est définie par la directive.stack taille où taille indique le nombre de mots de la mémoire réservés pour la pile. On définit les autres zones comme suit : code :.CODE données :.DATA Lors du chargement du programme le registre CO est initialisé sur la première instruction qui suit la directive.code. Les autres registres ne sont pas modifiés. Par contre, le registre SP doit être initialisé par le programme pour désigner le sommet de pile, ceci se fait grâce à l'instruction : LEA SP,STACK ; attention le mot clé STACK doit être en majuscules Déclaration des variables : 1. Variables non initialisées : nom DSW taille Déclare une variable appelée nom occupant taille mots en mémoire. Remarque : nom peut être omis, dans ce cas il y a réservation de place en mémoire sans nom de variable associé. 2. Variables initialisées : nom DW valeur Déclare une variable appelée nom initialisée à valeur. Les possibilités pour valeur sont : Un entier décimal: ou -4 de 0 à ou de à Un entier hexadécimal: $1a ou $ffa3 valeur sur 32 bits (8 digits hexadécimaux maximum) Une valeur binaire: % valeur sur 32 bits (32 chiffres binaire maximum) Un caractère: 'a' code ASCII du caractère étendu à 32 bits Une chaîne de caractères "Bonjour" un code ASCII étendu à 32 bits par mot Une variable initialisée occupe un mot de la mémoire sauf dans le cas d'une initialisation par une chaîne où la variable occupe un mot par caractère de la chaîne. ATTENTION : Le caractère placé entre ' ne peut être " ni ; car ce sont des délimiteurs définis dans le langage (chaîne de caractères et commentaire). Les caractères sont représentés par leur code ASCII étendu à 32 bits en complétant par des 0 à gauche. Remarque : pour déclarer une variable initialisée contenant plusieurs valeurs, il faut reproduire le mot clé DW pour chaque valeur sans mettre de nouveau nom de variable. exemples : var1 DW 12 var1 occupe un mot qui contient 12 car DW '!' car occupe un mot qui contient le code ASCII de '!' var2 DW -1 var2 occupe un mot qui contient -1 var3 DSW 12 var3 occupe 12 mots non initialisés var4 DW "ABC" var4 occupe 3 mots dont le 1 er contient le code ASCII de 'A', le deuxième celui de 'B' et le dernier celui de 'C'. var5 DW 11 DW 22 var5 occupe 2 mots initialisés à 11 pour le premier et 22 pour le second var6 DW "je" var6 occupe 3 mots dont le 1 er contient le code ASCII de 'j', DW 0 le deuxième celui de 'e' et le dernier la valeur 0. L'assembleur sur Simulateur 6 M. DALMAU IUT de Bayonne

7 Squelette d'un programme en assembleur : truc: machin:.data définition des variables et constantes.code LEA SP,STACK... suite du code dernière instruction (en général HLT)... corps de la procédure truc (1 ere procédure) ret x... autres procédures... corps de la procédure machin (dernière procédure) RET x.stack taille Le programme démarre à la première instruction qui suit la directive.code. L'instruction HLT est utilisée pour arrêter le processeur à la fin du programme. L'assembleur sur Simulateur 7 M. DALMAU IUT de Bayonne

8 UTILISATION DU SIMULATEUR POUR COMPILER ET EXECUTER UN PROGRAMME Présentation : Le simulateur se présente sous la forme des fenêtres suivantes : Le panneau de contrôle qui permet de compiler des programmes et des exécuter. Le processeur qui contient les registres, l'unité de traitement et l'unité de contrôle. La mémoire. L'unité d'échange. Un périphérique constitué d'une écran graphique de 256x256 et d'un clavier à 6 touches. Le Panneau de contrôle : Réglage de la vitesse de l'horloge du processeur Exécuter un programme résidant en Choix du mode d'exécution des programmes (en pas à pas ou en continu) Arrêter un programme en cours Charger un programme en mémoire Compiler un programme Terminer le programme de Témoin de programme en cours d'exécution Le Processeur : Les registres L'unité de traitement Le registre d'état de l'ual Activité en cours L'unité de contrôle Le processeur possède 6 registres d'usage général (R0 à R6) plus un registre de sommet de pile SP. L'assembleur sur Simulateur 8 M. DALMAU IUT de Bayonne

9 L'unité de contrôle contient : Le compteur ordinal CO Le registre d'instructions RI Une ligne d'état indiquant l'activité en cours: recherche d'instruction, décodage d'instruction, exécution d'instruction ou arrêt. L'unité de traitement contient une UAL avec ses registres d'entrée (RA et RB), de sortie (RS) et son registre d'état. Le registre d'état a la structure suivante : Indicateur d'égalité Indicateur d'infériorité entre entiers naturels Indicateur d'infériorité entre entiers relatifs Indicateur de débordement d'opération entre entiers naturels Indicateur de débordement d'opération entre entiers relatifs L'indicateur d'égalité est mis à 1 par une instruction de comparaison (CMP) lorsque les 2 opérandes sont égaux. L'indicateur d'infériorité entre entiers naturels est mis à 1 par une instruction de comparaison (CMP) lorsque le 1er opérande considéré comme un EN est inférieur au second opérande considéré lui aussi comme un EN. L'indicateur d'infériorité entre entiers relatifs est mis à 1 par une instruction de comparaison (CMP) lorsque le 1er opérande considéré comme un ER est inférieur au second opérande considéré lui aussi comme un ER. L'indicateur de débordement d'opération entre entiers naturels est mis à 1 par une instruction arithmétique lorsque le résultat considéré comme un EN déborde. L'indicateur de débordement d'opération entre entiers relatifs est mis à 1 par une instruction arithmétique lorsque le résultat considéré comme un ER déborde. Remarque : lorsque l'on clique sur un registre, une fenêtre de dialogue permettant de choisir le mode selon lequel le contenu de ce registre sera affiché à l'écran (voir ci-contre) apparaît. Bien entendu cela ne modifie pas le contenu du registre mais seulement son mode d'affichage. La Mémoire : Elle est constitué de 1024 mots de 32 bits. Un ascenseur permet de faire défiler l'ensemble de son contenu. Remarque : lorsque l'on clique sur un mot de la mémoire une fenêtre de dialogue permettant de choisir le mode selon lequel le contenu de ce mot sera affiché à l'écran (voir ci-dessus) apparaît. Bien entendu cela ne modifie pas le contenu du mot mémoire mais seulement son mode d'affichage. La ligne de menu "Mode d'affichage" permet d'appliquer un mode d'affichage à une zone de mémoire comprise entre deux adresses. Lorsque l'on clique sur ce menu, on voit apparaître une fenêtre permettant de choisir l'adresse de début et celle de fin de la zone de mémoire à laquelle va s'appliquer le mode d'affichage choisi. Afin d'en faciliter la lecture, lorsqu'un programme est chargé dans la mémoire le mode d'affichage de chaque mot est adapté L'assembleur sur Simulateur 9 M. DALMAU IUT de Bayonne

10 selon le type de son contenu. Il peut être modifié par la suite en cliquant dessus. L'unité d'échange : Elle contient 8 registres de 8 bits correspondant aux numéros de port 0 à 7. Elle permet de connaître l'état des touches et de dessiner ou écrire dans le fenêtre graphique du périphérique. Elle permet aussi de détecter les mouvements et les clics de la souris dans la zone graphique de l'écran du périphérique. Son fonctionnement est le suivant : 1 ) Entrées Le clavier Les touches du clavier positionnent des valeurs dans le Port0 selon le principe suivant : Etat du clavier Numéro de la touche bit 7 bit 6 bit 5 bit 4 bit 3 bit 2 bit 1 bit 0 Etat du clavier indique les actions qui ont eu lieu sur le clavier depuis la dernière fois que le Port0 a été lu : 00 rien ne s'est produit Le bit 7 permet donc de savoir si un événement 11 une touche a été appuyée s'est produit, tandis que le bit 6 précise lequel. 10 une touche a été lâchée Remarque : Ces deux bits sont automatiquement remis à 0 lorsque le processeur lit le contenu du Port0. Numéro de la touche indique le numéro de la touche appuyée ou lâchée. Les numéros des touches sont les suivants : 1 pour la touche 2 pour la touche 3 pour la touche 4 pour la touche 5 pour la touche A 6 pour la touche B Remarque : Ces 6 bits sont automatiquement remis à 0 lorsque le processeur lit le contenu du Port0. L'écran Lorsque la souris survole l'écran, ses coordonnées sont écrites dans Port6 (coordonnée en x) et Port7 (coordonnée en y). Un programme peut donc en permanence savoir où se trouve la souris sur l'écran en lisant ces 2 ports de l'ue. Lorsque l'on clique avec la souris sur l'écran, ses coordonnées sont écrites dans Port6 (coordonnée en x) et Port7 (coordonnée en y) et le Port 0 est positionné de la même façon que si l'on avait appuyé la touche de numéro 7 (valeur : ). Remarque : Le Port0 est automatiquement remis à 0 lorsque le processeur en lit le contenu. 2 ) Sorties Les registres Port1 à Port5 pilotent l'écran graphique. Le registre Port5 indique l'opération graphique à exécuter tandis que les registres Port1 à Port4 en constituent les paramètres. Dès qu'une valeur est écrite dans Port5, la commande est exécutée en utilisant les registres Port1 à Port4 comme paramètres (il faut donc les avoir préparés avant). Le Port5 est divisé en 2 demi-registres de 4 bits chacun, les 4 bits de gauche indiquent la couleur dans laquelle doit se faire le tracé (si la commande est une commande de dessin ou d'écriture). Les 4 bits de droite indiquent la commande à exécuter : Couleur de tracé Commande graphique bit 7 bit 6 bit 5 bit 4 bit 3 bit 2 bit 1 bit 0 L'assembleur sur Simulateur 10 M. DALMAU IUT de Bayonne

11 Les Commandes graphiques sont les suivantes : 0000 : effacer l'écran, les 4 bits Couleur de tracé sont ignorés : tracer le point dont les coordonnées sont dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y). La couleur de tracé est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé : tracer la ligne dont les coordonnées du point de départ sont dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y) celles du point d'arrivée sont dans Port3 (coordonnée en x) et Port4 (coordonnée en y). La couleur de tracé est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé : tracer le rectangle dont les coordonnées du coin supérieur gauche sont dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y), la largeur est dans Port3 et la hauteur dans Port4. La couleur de tracé est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé : tracer l'ovale inscrit dans le rectangle dont les coordonnées du coin supérieur gauche sont dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y), la largeur est dans Port3 et la hauteur dans Port4. La couleur de tracé est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé : tracer le rectangle plein dont les coordonnées du coin supérieur gauche sont dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y), la largeur est dans Port3 et la hauteur dans Port4. La couleur de remplissage est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé : tracer l'ovale plein inscrit dans le rectangle dont les coordonnées du coin supérieur gauche sont dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y), la largeur est dans Port3 et la hauteur dans Port4. La couleur de remplissage est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé : écrire aux coordonnées placées dans Port1 (coordonnée en x) et Port2 (coordonnée en y) le caractère dont le code ASCII est placé dans Port3. La couleur d'écriture est celle indiqué par les 4 bits Couleur de tracé. La valeur des coordonnées en x (Port1) et en y (Port2) sont automatiquement mises à jour pour pouvoir écrire le caractère suivant sur la même ligne ou, si elle est pleine, sur la ligne suivante. Les Couleurs de tracé sont les suivantes : 0000 : noir 0100 : bleu foncé 1000 : vert clair 1100 : rouge vif 0001 : gris foncé 0101 : bleu clair 1001 : magenta 1101 : rouge clair 0010 : gris moyen 0110 : cyan 1010 : orange 1110 : jaune 0011 : gris clair 0111 : vert 1011 : rose 1111 : blanc Le périphérique : 1 ) L'écran L'écran est graphique d'une définition de 256 pixels par 256 pixels. Les coordonnées (0,0) correspondent au coin supérieur gauche. Les coordonnées en x (horizontalement) augmentent quand on se déplace vers la droite, les coordonnées en y (verticalement) augmentent quand on se déplace vers le bas. L'écran détecte les mouvements et les clics de la souris sur sa surface. 2 ) Les touches Le périphérique comporte 6 touches (comme une gameboy simple): 4 touches de direction et 2 touches de commande (A et B). Les touches peuvent être activées à la souris ou en utilisant le clavier. Pour pouvoir utiliser le clavier la fenêtre du périphérique doit être la fenêtre active. Les touches correspondantes du clavier sont les flèches pour les touches de direction, la touche Espace pour la touche de commande A et la touche Entrée pour la touche de commande B. L'assembleur sur Simulateur 11 M. DALMAU IUT de Bayonne

12 Utiliser le simulateur : Le simulateur est contenu dans un fichier d'archives Java (simulateur.jar). Le programme peut être lancé en double cliquant sur le fichier jar ou par la commande : java jar simulateur.jar Pour exécuter un programme : 1 ) Taper le programme source à l'aide d'un éditeur de textes quelconque en mode txt et l'enregistrer sous un nom de la forme : xxxx.asm 2 ) Appeler le compilateur par le bouton approprié du simulateur. Après avoir choisi un fichier.asm à compiler, une fenêtre s'ouvre pour indiquer l'état de la compilation (et les erreurs éventuelles). Si la compilation ne génère pas d'erreurs, un fichier exécutable xxxx.mpc est obtenu et placé dans le même répertoire que xxxx.asm. On peut alors fermer la fenêtre du compilateur. Remarque : Au moment de la compilation le réglage de vitesse d'horloge et l'état de la case à cocher "pas à pas" du simulateur sont mémorisés. Ainsi, lorsque le fichier sera chargé en mémoire, la case à cocher et l'horloge retrouveront les valeurs qu'elles avaient au moment de la compilation du fichier. 3 ) Charger le programme ainsi obtenu par le bouton approprié du simulateur qui permet de choisir le fichier.mpc à exécuter. Le programme est maintenant visible en mémoire et le CO est initialisé sur la première instruction. En outre, la case à cocher et l'horloge ont retrouvé les valeurs qu'elles avaient au moment de la compilation de ce fichier. Elles peuvent, bien évidemment, être modifiées. 4 ) Lancer le programme par le bouton Exécuter. Le curseur du haut permet de régler la vitesse de l'horloge du processeur. Ainsi les instructions s'exécuteront plus ou moins vite selon ce réglage. Ceci permet en particulier de suivre l'exécution d'un programme et de vérifier que tout se passe bien. Chaque fois qu'un registre est modifié il apparaît un bref instant en rouge. Chaque fois qu'un registre est lu il apparaît un bref instant en vert. Lorsque l'horloge est mise à sa vitesse maximale, les changements de couleurs des registres ne sont plus visibles. La case à cocher permet de choisir un fonctionnement en pas à pas ou en continu. En mode pas à pas le processeur s'arrête à la fin de chaque instruction. Pour qu'il effectue l'instruction suivante du programme il faut ré-activer le bouton Exécuter. En mode continu il exécute les instructions l'une après l'autre jusqu'à rencontrer une instruction HLT. On peut toutefois l'arrêter en utilisant le bouton Stop. Toutefois ce bouton n'arrête l'exécution qu'après que l'instruction en cours soit terminée. L'assembleur sur Simulateur 12 M. DALMAU IUT de Bayonne

Spécification MAP32. II. L unité centrale Les registres de l unité centrale sont des registres de 32 bits. On distingue :

Spécification MAP32. II. L unité centrale Les registres de l unité centrale sont des registres de 32 bits. On distingue : 1 Spécification MAP32 I. La mémoire Elle est constituée de mots de 32 bits. La mémoire est accédée par le biais de deux registres processeur, le registre RAD (Registre Adresse) et le registre RDO (Registre

Plus en détail

Compilation. TP 0.0 : L architecture cible: Digmips. C. Alias & G. Iooss

Compilation. TP 0.0 : L architecture cible: Digmips. C. Alias & G. Iooss Compilation TP 0.0 : L architecture cible: Digmips C. Alias & G. Iooss Le but de ces TPs est de construire un compilateur C pour Digmips, un petit processeur MIPS implémenté dans le logiciel de simulation

Plus en détail

Couche des langages d application. Couche du langage d assemblage. Couche du système d exploitation

Couche des langages d application. Couche du langage d assemblage. Couche du système d exploitation Jeu d instructions Niveau 5 Niveau 4 Niveau 3 Niveau 2 Niveau 1 Niveau 0 Couche des langages d application Traduction (compilateur) Couche du langage d assemblage Traduction (assembleur) Couche du système

Plus en détail

Cours Chapitre: Architecture de Base

Cours Chapitre: Architecture de Base UUniversité de Bouira Cours Chapitre: Architecture de Base Faculté des sciences Module Structure Machine Filière MI 1 ère Année S2 Architecture de base d'un ordinateur Objectifs Comprendre l architecture

Plus en détail

} } } } Introduction. Les indicateurs. 2. Format d une instruction. Chapitre 9 : La machine MIASM. 1. Structure générale de MIASM

} } } } Introduction. Les indicateurs. 2. Format d une instruction. Chapitre 9 : La machine MIASM. 1. Structure générale de MIASM Chapitre 9 : La machine MIASM Introduction. Architecture générale de MIASM. Format d une instruction et modes d adressage de MIASM Jeu d instructions de MIASM. Programmation en langage MIASM. Introduction

Plus en détail

TD/TP2 (semestre1, période 2) : Fonctionnement de l ordinateur, langage assembleur

TD/TP2 (semestre1, période 2) : Fonctionnement de l ordinateur, langage assembleur IUT Orléans, Département Informatique 2007-2008 ASR : Architectures des Ordinateurs UF2 : Fonctionnement de l ordinateur TD/TP2 (semestre1, période 2) : Fonctionnement de l ordinateur, langage assembleur

Plus en détail

Chapitre VI. Programmation de l Ordinateur de Base

Chapitre VI. Programmation de l Ordinateur de Base Chapitre VI Programmation de l Ordinateur de Base Le langage machine Le langage machine Les programmes pour un ordinateur peuvent être écrits dans multiples langages. Les langages de programmation peuvent

Plus en détail

LA PROGRAMMATION du 8086

LA PROGRAMMATION du 8086 LA PROGRAMMATION du 8086 1. Introduction : Chaque microprocesseur reconnait un ensemble d instructions appelé jeu d instructions (Instruction Set) fixé par le constructeur. Pour les microprocesseurs classiques,

Plus en détail

Objectifs. Chapitre 8 : L architecture de base des ordinateurs. Introduction. 1. Introduction. 1. Introduction

Objectifs. Chapitre 8 : L architecture de base des ordinateurs. Introduction. 1. Introduction. 1. Introduction Chapitre 8 : L architecture de base des ordinateurs Objectifs Introduction Architecture de base d une machine La Mémoire Centrale UAL ( unité arithmétique et logique ) UC ( unité de contrôle ou de commande

Plus en détail

Exécuter les paramétrages pour les opérations de base

Exécuter les paramétrages pour les opérations de base Enregistreur numérique réseau No. de modèle WJ-NX00K, WJ-NX00K/G Guide de référence rapide Exécuter les paramétrages pour les opérations de base L'enregistreur est commandé avec la souris (accessoire)

Plus en détail

STRUCTURE DU PROCESSEUR

STRUCTURE DU PROCESSEUR FONCTION D EXECUTION Fonctionnement du processeur : exécution des instructions machine STRUCTURE DU PROCESSEUR Joëlle Delacroix - NFA004 1 Processeur (Unité Centrale) Unité Arithmétique et Logique Z Y1

Plus en détail

Examen nal (rattrapage)

Examen nal (rattrapage) Examen nal (rattrapage) Clément Jonquet {jonquet@lirmm.fr} 30 mars 2011 Instructions L'examen dure 2h. Il y a 12 questions pour 20 points. 1 point supplémentaire de lisibilité et clarté pourra être ajouté.

Plus en détail

Chap. II : Initiation au Langage Machine

Chap. II : Initiation au Langage Machine UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Dans cette partie du cours, nous allons étudier la programmation en langage machine d un microprocesseur. L étude complète

Plus en détail

L ordinateur en papier

L ordinateur en papier Chapitre L ordinateur en papier Voici un ordinateur qui fonctionne sans électricité ; il suffit d un papier, d un crayon et d une gomme (et d un peu de patience) pour le faire fonctionner. (Ce chapitre

Plus en détail

Quelques symboles utilisés pour construire un algorigramme SYMBOLE DESIGNATION SYMBOLE DESIGNATION

Quelques symboles utilisés pour construire un algorigramme SYMBOLE DESIGNATION SYMBOLE DESIGNATION 1. DEFINITIONS Algorithme : Description en langage naturel de la suite des actions effectuées par un programme structuré. Un algorithme est écrit en utilisant un langage de description d algorithme (LDA).

Plus en détail

Codage Types en C Paramètres en C. Patrick FULCONIS

Codage Types en C Paramètres en C. Patrick FULCONIS Codage Types en C Paramètres en C Patrick FULCONIS 1 Codage - bases Conversion décimal - binaire Convertissons 01001101 en décimal à l'aide du schéma ci-dessous: 2 7 2 6 2 5 2 4 2 3 2 2 2 1 2 0 0 1 0 0

Plus en détail

Le Langage Assembleur (80 86)

Le Langage Assembleur (80 86) Introduction Le Langage Assembleur (80 86) L Assembleur Le langage machine se compose d instructions binaire tel qu on les trouve en mémoire au moment de l exécution d un programme. En effet, les premiers

Plus en détail

Registre de code conditionnel (CCR-Code Condition Register)

Registre de code conditionnel (CCR-Code Condition Register) 3. Chemin des données, cycle machine, microcommandes; parallélisme des opérations. Architecture et fonctions des unités (UAL, module de contrôle, registres, etc.) (suite) 3.2. Architecture et fonctions

Plus en détail

TD N 3 : LE MICROPROCESSEUR

TD N 3 : LE MICROPROCESSEUR Ministère de l enseignement Supérieur Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Sfax Département informatique A. U. 2007-2008 1 er semestre : Classes : INFO 12 Date : 26/11/2007 Matière : Architecture

Plus en détail

CHAPITRE 1 SYSTEMES MICRO-PROGRAMMES A BASE DE MICROPROCESSEUR

CHAPITRE 1 SYSTEMES MICRO-PROGRAMMES A BASE DE MICROPROCESSEUR CHAPITRE 1 SYSTEMES MICRO-PROGRAMMES A BASE DE MICROPROCESSEUR 1. Introduction aux systèmes micro-programmés Le développement de l'électronique numérique a suscité l'apparition de plusieurs types de composants

Plus en détail

Constitution interne. Introduction aux architectures matérielles. Mémoire interne. Les ports

Constitution interne. Introduction aux architectures matérielles. Mémoire interne. Les ports Constitution interne Introduction aux architectures matérielles Sylvain Chevallier sylvain.chevallier@uvsq.fr IUT de Vélizy Université de Versailles Saint-Quentin janvier 2016 Voir feuille jointe Le 68HC11

Plus en détail

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Cours n 4 Le langage assembleur : Introduction et Présentation de l assembleur du 8086 3ème année Niveaux de programmation (rappel) MUX... 0/1 Unité

Plus en détail

II. - Les Fondamentaux de Java

II. - Les Fondamentaux de Java II. - Les Fondamentaux de Java Gérald Monard Chimie et Physique informatiques L3 Physique et Chimie Concepts fondamentaux Un programme Java se compose d éléments de base comme : les expressions les instructions

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DE GÉNÉRIS 5+

NOTICE D UTILISATION DE GÉNÉRIS 5+ NOTICE D UTILISATION DE GÉNÉRIS 5+ 1. Acquisition...2 2. Acquisitions multiples...4 3. Traitement d une vidéo...5 4. Graphique...6 4.1. Changement de grandeur en abscisse...6 4.2. Changement des courbes

Plus en détail

ANALYSE DE DONNÉES AVEC EXCEL. M.H Février

ANALYSE DE DONNÉES AVEC EXCEL. M.H Février ANALYSE DE DONNÉES AVEC EXCEL M.H Février 2016 1 Partie 1 : Prise en main d'excel M.H Février 2016 2 Présentation d'excel Menu Démarrer de l'ordinateur Tous les programmes Microsoft Excel Interface MS

Plus en détail

Objectifs: Problème > Pseudocode > Programme. La bonne Méthode. Introduction: la mauvaise méthode. Problème >... > Programme

Objectifs: Problème > Pseudocode > Programme. La bonne Méthode. Introduction: la mauvaise méthode. Problème >... > Programme Objectifs: Delannoy chap2 (très partiellement) Le Pseudocode d'abord, le programme ensuite savoir décrypter un code source en C Qui fait quoi? Du code source au code exécutable Quelles sont les étapes?

Plus en détail

Le langage de l ordinateur Le langage du processeur Les instructions machine. Joëlle Delacroix - NFA004 1

Le langage de l ordinateur Le langage du processeur Les instructions machine. Joëlle Delacroix - NFA004 1 Le langage de l ordinateur Le langage du processeur Les instructions machine Joëlle Delacroix - NFA004 1 Les différents niveaux de la machine informatique On distingue généralement trois couches dans la

Plus en détail

1. Lancer FLOWCODE. 2. Créer un nouveau fichier

1. Lancer FLOWCODE. 2. Créer un nouveau fichier DEVELOPPER UN ALGORIGRAMME POUR UN COMPOSANT PIC 1. Lancer FLOWCODE Pour lancer FLOWCODE, cliquer sur l icône : Raccourci vers flowcode.exe Flowcode vous permet de créer des applications pour des microcontrôleurs

Plus en détail

PILE ENTREES / SORTIES INTERRUPTIONS

PILE ENTREES / SORTIES INTERRUPTIONS PILE ENTREES / SORTIES INTERRUPTIONS Rappels de cours Le processeur dialogue avec les unités d'échanges via un circuit d'interface ou unité d'échange. A. Constitution et adressage des unités d'échanges

Plus en détail

Présentation 2 Compilation 3 Instructions 4 Adressage 6 Instructions arithmétiques et logiques 7 Affectation 10 Branchements 10 Pile 13 Procédures 14

Présentation 2 Compilation 3 Instructions 4 Adressage 6 Instructions arithmétiques et logiques 7 Affectation 10 Branchements 10 Pile 13 Procédures 14 1 Sommaire Présentation 2 Compilation 3 Instructions 4 Adressage 6 Instructions arithmétiques et logiques 7 Affectation 10 Branchements 10 Pile 13 Procédures 14 Segmentation de la mémoire 16 Liste des

Plus en détail

Définition de l Informatique

Définition de l Informatique Informatique de base Initiation et Bureautique Définition de l Informatique INFORMAtion automatique Science du traitement automatique de l information Ensemble des applications de cette science, mettant

Plus en détail

Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde

Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Plan Cette semaine: Déclarer des variables et leur affecter

Plus en détail

LittleThinker Version 0.11

LittleThinker Version 0.11 LittleThinker Version 0.11 I. Introduction Ce logiciel permet de simuler un processeur C est une vision simplifiée, avec 5 registres (numérotés de #0 à #4), un accumulateur (pour récupérer le résultat

Plus en détail

Matériel : Structure des Ordinateurs

Matériel : Structure des Ordinateurs Matériel : Structure des Ordinateurs Objectifs : - S approprier les principes de fonctionnement d un ordinateur - Décrire un ordinateur Compétences visées : C1 : Décrire et expliquer une situation, un

Plus en détail

CHAPITRE 4. Tour rapide d un premier programme SPARC v9

CHAPITRE 4. Tour rapide d un premier programme SPARC v9 1 CHAPITRE 4 Tour rapide d un premier programme SPARC v9 2 Problème Dans le plan cartésien, trouver le périmètre et la surface d un rectangle connu par l intermédiaire des coordonnées de deux de ses sommets

Plus en détail

Leçon 01 : premiers pas avec Scratch

Leçon 01 : premiers pas avec Scratch Leçon 01 : premiers pas avec Scratch 11 Leçon 01 : premiers pas avec Scratch Scratch est un langage informatique original qui permet d'écrire des programmes en transportant les instructions nécessaires

Plus en détail

Fiche 1 : Le langage machine

Fiche 1 : Le langage machine ² Polytech Marseille/Dépt Informatique A3 2016/2017² ² TD Interface Matériel Logiciel² Fiche 1 : Le langage machine Léon Mugwaneza 1/ Sur la représentation des nombres entiers Entiers positifs : notation

Plus en détail

Jeu d instructions et modes d adressage MIPS

Jeu d instructions et modes d adressage MIPS Jeu d instructions et modes d adressage MIPS Vincent Risch, mai 2008, révision mai 2014 I.U.T., Aix-Marseille Université Jeu d instructions et modes d adressage MIPS p. 1 MIPS : Introduction Architecture

Plus en détail

Les processeurs à plusieurs niveaux de langage Eduardo Sanchez Laboratoire de Systèmes Logiques. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Les processeurs à plusieurs niveaux de langage Eduardo Sanchez Laboratoire de Systèmes Logiques. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Les processeurs à plusieurs niveaux de langage Laboratoire de Systèmes Logiques Processeurs à plusieurs niveaux de langage Si l on veut avoir un processeur non spécialisé, capable d exécuter plusieurs

Plus en détail

Manipulation des bits

Manipulation des bits Chapitre 20 Manipulation des bits Nous avons vu comment accéder aux octets, qui est la plus petite unité adressable. Cependant la plus petite quantité d information est le bit. On a rarement intérêt à

Plus en détail

ARCHITECTURE DES ORDINATEURS Corrigé PARTIEL Octobre 2011 Tous documents autorisés 2H

ARCHITECTURE DES ORDINATEURS Corrigé PARTIEL Octobre 2011 Tous documents autorisés 2H ARCHITECTURE DES ORDINATEURS Corrigé PARTIEL Octobre 2011 Tous documents autorisés 2H Pour toutes les questions, on utilise le jeu d instructions NIOS-II. Les différentes parties sont indépendantes PARTIE

Plus en détail

LES BASES EXCEL versions 2007/2010

LES BASES EXCEL versions 2007/2010 LES BASES EXCEL versions 2007/2010 TABLE DES MATIERES ENVIRONNEMENT EXCEL... 2 Formes du pointeur de la souris... 3 CONTENU des CELLULES... 4 CLASSEUR et FEUILLES... 5 LARGEUR COLONNES... 6 INSERTION/SUPPRESSION

Plus en détail

Chapitre 1 : Prise en main d Excel

Chapitre 1 : Prise en main d Excel Chapitre 1 : Prise en main d Excel I. Qu'est-ce qu'un tableur? Un tableur permet de saisir des données, de faire des traitements sur ces données et de les afficher. Les originalités du tableur sont l'organisation

Plus en détail

Que peut faire le BIOS?

Que peut faire le BIOS? Que peut faire le BIOS? Rappel: Le BIOS de l'ordinateur est une puce électronique qui est capable de retenir des informations, même quand l'ordinateur est éteint. Son rôle est de permettre à l'ordinateur

Plus en détail

SUPPORT DE COURS EXCEL PARTIE 3

SUPPORT DE COURS EXCEL PARTIE 3 III. PARTIE 3 A.. LES FORMULES Les formules sont des types de données particulières. Elles prennent le plus souvent en compte les valeurs enregistrées dans d'autres cellules de la feuille de travail. La

Plus en détail

Fonctionnement du processeur : exécution des instructions

Fonctionnement du processeur : exécution des instructions Fonctionnement du processeur : exécution des instructions Rappels : structure du processeur et interfaçage avec la mémoire Exécution des instructions machines. Notion de séquenceur. rchitecture des machines

Plus en détail

Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2017 Jean-François Lalonde

Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire. GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2017 Jean-François Lalonde Introduction à l assembleur ARM: variables et accès mémoire GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2017 Jean-François Lalonde Plan Cette semaine: Déclarer des variables et leur affecter

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L INFORMATION

TECHNOLOGIE DE L INFORMATION Les FICHES-GUIDE du tableur-grapheur OpenOffice pour WINDOWS TECHNOLOGIE DE L INFORMATION PRÉSENTATION de L ÉCRAN du TABLEUR de OpenOffice pour WINDOWS Barre de titre Zone de référence de cellule (colonne

Plus en détail

NFP Architecture des ordinateurs

NFP Architecture des ordinateurs NFP 136 - Architecture des ordinateurs Amélie Lambert 2015-2016 Amélie Lambert 2015-2016 1 / 35 Plan du cours 1 Rôle d un ordinateur 2 Les composants de l ordinateurs 3 Principe d exécution des instructions

Plus en détail

Microsoft Excel Novembre 2009

Microsoft Excel Novembre 2009 Microsoft Excel Novembre 2009 TABLE DES MATIÈRES CONCEPTS IMPORTANTS DANS MICROSOFT EXCEL... 4 Le classeur... 4 La feuille de calcul... 4 La cellule... 4 La cellule active... 5 La plage de cellules...

Plus en détail

COURS EXCEL LEA 3. Ruban Onglets Zone de formules Groupe commandes. Tableau de 15 colonnes et 8 lignes

COURS EXCEL LEA 3. Ruban Onglets Zone de formules Groupe commandes. Tableau de 15 colonnes et 8 lignes COURS EXCEL LEA 3 Ruban Onglets Zone de formules Groupe commandes Tableau de 15 colonnes et 8 lignes cellule Définition : une cellule en Excel c est la coordonnée (colonne, ligne) dans une feuille Excel.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : OpenOffice.org «CALC»

FICHE TECHNIQUE : OpenOffice.org «CALC» FICHE TECHNIQUE : OpenOffice.org «CALC» 1 Sommaire I /LE TABLEUR...3 1.1.Qu'est-ce qu'un tableur?...3 1.2.Prise en main...3 1.2.1.Saisir des informations...4 1.2.2. Modifier le contenu d'une cellule...5

Plus en détail

Chap V : Jeu d instruction

Chap V : Jeu d instruction Chap V : Jeu d instruction Dans cette partie du cours, nous allons étudier la programmation en langage machine et en assembleur d un microprocesseur. L étude complète d un processeur réel, comme le 80486

Plus en détail

Cours architectures des ordinateurs

Cours architectures des ordinateurs Université KASDI MERBAH Ouargla Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Département d Informatique et Technologie de l information Cours architectures des ordinateurs

Plus en détail

Utiliser la souris et le Clavier

Utiliser la souris et le Clavier Utiliser la souris et le Clavier La souris 1 Le clic gauche : a) Un seul clic gauche permet de : - sélectionner une icône sur le Bureau ou dans une fenêtre de Windows (l'icône apparaît en bleu) - dérouler

Plus en détail

La maintenance. des équipements avec Servicentre

La maintenance. des équipements avec Servicentre 6075 Corbeil, Trois-Rivières (Québec) G8Z 4S6 : 819-378-1799 : 819-378-8763 La maintenance des équipements avec Servicentre (Version Acomba & Avantage) Ce document est destiné aux utilisateurs qui désirent

Plus en détail

Codage : notions élémentaires. Les codes utilisés depuis toujours.

Codage : notions élémentaires. Les codes utilisés depuis toujours. Codage : notions élémentaires Les codes utilisés depuis toujours. I. La mémoire Le schéma matériel Processeur Mémoire vive Carte Bus Carte afficher Écran Disque sauver Que fait le processeur Il exécute

Plus en détail

Initiation à la programmation

Initiation à la programmation - Activité 1 Les automatismes Un peu de programmation Initiation à la programmation Exercice 1 - Les premiers pas du robot : "Le robot avance - tourne à droite - avance - s'arrête" : vous voyez deux fenêtres

Plus en détail

1) OUVERTURE DU LOGICIEL AUTOMGEN...2

1) OUVERTURE DU LOGICIEL AUTOMGEN...2 Découverte du logiciel Automgen Page 1/8 Automgen 1) OUVERTURE DU LOGICIEL AUTOMGEN 2 11) LANCEMENT DU LOGICIEL 2 12) CREATION D UN NOUVEAU PROJET 2 2) PROGRAMMATION3 21) PRESENTATION DES DIFFERENTS LANGAGES

Plus en détail

Le langage de programmation Logo.

Le langage de programmation Logo. Le langage de programmation Logo. Réalisé par Mr Youssef Nejjari Site : Ininfo2009 Le langage de programmation Logo. 1. Définition : Logo est un langage destiné aux plus jeunes et qui permet d'apprendre

Plus en détail

Arborescence du disque dur

Arborescence du disque dur I Terminologie Les données utilisées sont stockées sous forme de fichiers rangés dans des dossiers. Chaque dossier peut lui-même contenir d autres dossiers. On parle alors de sous-dossiers. L ensemble

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L INFORMATION

TECHNOLOGIE DE L INFORMATION Les FICHES-GUIDE du tableur-grapheur LibreOffice pour WINDOWS re TECHNOLOGIE DE L INFORMATION PRÉSENTATION de L ÉCRAN du TABLEUR de LibreOffice pour WINDOWS Barre de titre Barre de menus Zone de référence

Plus en détail

Support de cours : informatique 1 (Algorithmique + Pascal)

Support de cours : informatique 1 (Algorithmique + Pascal) Université Ferhat Abbas - Sétif 1 Institut d Optique et Mécanique de Précision Support de cours : informatique 1 (Algorithmique + Pascal) 1ère année Licence Optique Année : 2013-2014 Enseignant : Semchedine

Plus en détail

I2 - Partie 1 : Architecture matérielle Langage machine

I2 - Partie 1 : Architecture matérielle Langage machine I2 - Partie 1 : Architecture matérielle Langage machine N. Prcovic 04.91.28.89.51 nicolas.prcovic@univ-cezanne.fr I2 - Partie 1 :Architecture matériellelangage machine p.1/40 L ordinateur en tant que machine

Plus en détail

1 Créer et/ou modifier un curseur 2 Animer un curseur 3 Animer un curseur à partir d'un bouton

1 Créer et/ou modifier un curseur 2 Animer un curseur 3 Animer un curseur à partir d'un bouton Fiche technique 08 Les curseurs 1 Créer et/ou modifier un curseur 2 Animer un curseur 3 Animer un curseur à partir d'un bouton http://url.univ-irem.fr/ft10 QR Code Le curseur est un objet de GeoGebra permettant

Plus en détail

Photoshop : base pour le carré de neuf

Photoshop : base pour le carré de neuf Photoshop : base pour le carré de neuf Ouvrir Photoshop Dans Fichier > Ouvrir, ouvrir la grille du carré de neuf L image s ouvre au centre de l espace de travail. Conseil pratique : utiliser la totalité

Plus en détail

Fichiers : ouvrir, enregistrer, copier

Fichiers : ouvrir, enregistrer, copier Fichiers : ouvrir, enregistrer, copier Édition au 26-déc.-15 ATTENTION CETTE VERSION EST EN TRAVAUX!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Organisation des fichiers Types de fichiers On distingue couramment deux types de

Plus en détail

Embird Point de croix Créer un simple motif

Embird Point de croix Créer un simple motif Embird Point de croix Créer un simple motif ********************************************************************** Tutoriel traduit par Lamamie à partir du lien : http://www.embird.com/sw/embird/tutorial/xwork/xwork.htm

Plus en détail

Chapitre 6 Instructions Pep/8, factorisation et refactorisation

Chapitre 6 Instructions Pep/8, factorisation et refactorisation Chapitre 6 Instructions Pep/8, factorisation et refactorisation Jean Privat Université du Québec à Montréal INF2170 Organisation des ordinateurs et assembleur Automne 2013 Jean Privat (UQAM) 06 Instructions

Plus en détail

AC.T.I.V. formations ACcueil Télémarketing Informatique Vente

AC.T.I.V. formations ACcueil Télémarketing Informatique Vente AC.T.I.V. formations ACcueil Télémarketing Informatique Vente PRESENTATION DE MICROSOFT EXCEL...2 GESTION DE LA FENETRE EXCEL...2 GESTION DES LIGNES ET DES COLONNES...3 GESTION D'UN CLASSEUR...4 GESTION

Plus en détail

Cours 7 : Représentation de l information : les fichiers

Cours 7 : Représentation de l information : les fichiers 1) Définition: a) Les fichiers texte : Ils sont constitués d'une suite de caractères formant un texte (chaîne de caractères). On les utilise pour enregistrer des textes mais également des valeurs numériques

Plus en détail

A l ouverture du classeur, la cellule active par défaut est la cellule A1.

A l ouverture du classeur, la cellule active par défaut est la cellule A1. Choisir la cellule active Principe La cellule active est la cellule dans laquelle va s inscrire la saisie. Il y a toujours une et une seule cellule active par feuille (pas de feuille sans cellule active,

Plus en détail

5)44 Z.314 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT

5)44 Z.314 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS 5)44 Z.314 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT,!.'!'% (/--%-!#().% *%5 $% #!2!#4ˆ2%3 %4, -%.43 $% "!3% 2ECOMMANDATION 5)44À : (Extrait

Plus en détail

Créer, initialiser, exécuter un programme

Créer, initialiser, exécuter un programme Fiche n 1: Créer, initialiser, exécuter un programme Voir Aide > Documentation : chapitre Exécution Lancez RobotProg en double-cliquant sur l icône Avec ou sans liaison Liste des blocs : D: Début, F: Fin,?:

Plus en détail

La couche ISA (Instruction Set Architecture)

La couche ISA (Instruction Set Architecture) Architecture des ordinateurs Cours 5 La couche ISA (Instruction Set Architecture) 19 novembre 2012 Rappel : architecture en couches Archi 1/21 RISC vs. CISC Archi 2/21 5. Langages haut niveau Compilation

Plus en détail

Utilisation des tableaux

Utilisation des tableaux Utilisation des tableaux Mettre en forme un tableau à l aide d un format automatique Les formats automatiques permettent de gagner un temps appréciable car leur mise en œuvre est instantanée. Placer le

Plus en détail

Pentium 4 fréquence de 3 Ghz 3 milliards de micro instructions par seconde!!!

Pentium 4 fréquence de 3 Ghz 3 milliards de micro instructions par seconde!!! registre instruction IR MEMOIRE registre compteur PC ensemble de registres + unité de calcul PROGRAMME DONNEES contrôle La partie contrôle est une machine d états finis qui séquence les micro instructions

Plus en détail

CHAPITRE 3. Conception d algorithme

CHAPITRE 3. Conception d algorithme 1 CHAPITRE 3 Conception d algorithme 1. Processus de résolution d un problème : Pour résoudre un problème, il est vivement conseillé de réfléchir d'abord à l'algorithme avant de programmer proprement dit,

Plus en détail

CHAPITRE 1 Mise en forme du graphique...1

CHAPITRE 1 Mise en forme du graphique...1 Table des matières CHAPITRE 1 Mise en forme du graphique...1 Sélection...1 Assistant graphique...1 Étape 1 - Type de graphique...2 Étape 2 - Données source du graphique...2 Étape 3 - Option de graphiques...4

Plus en détail

COURS PRATIQUE D INFORMATIQUE. Module I. PC et Windows. Chapitre 2. Les caractéristiques de Windows

COURS PRATIQUE D INFORMATIQUE. Module I. PC et Windows. Chapitre 2. Les caractéristiques de Windows COURS PRATIQUE D INFORMATIQUE Module I PC et Windows Chapitre 2 Les caractéristiques de Windows Pierre-Henri Badel, Genolier, 12 novembre 2016 1 Pourquoi Windows? En français: fenêtres On peut ouvrir des

Plus en détail

Adressage des opérandes

Adressage des opérandes Organisation des ordinateurs et assembleur Chapitre 6 Bien que nous ayons parlé d'adressage des opérandes et que nous ayons utilisé des opérandes dans ce qui précède, la question de l'adressage et des

Plus en détail

DSDEN 78, Xavier Fontanges CDP TICE et Jérôme Landuyt ATICE Saint-Germain-en-Laye. FICHE BUREAU

DSDEN 78, Xavier Fontanges CDP TICE et Jérôme Landuyt ATICE Saint-Germain-en-Laye. FICHE BUREAU FICHE BUREAU Le bureau de Windows est le point de départ de l utilisation de l ordinateur. Il est équivalent à un bureau ou une table de travail sur lequel prennent place et s organisent un certains nombres

Plus en détail

PREMIERS PROGRAMMES I) Écrire un code

PREMIERS PROGRAMMES I) Écrire un code II-Machines de traitement de données I) Écrire un code I) Écrire un code Jusqu'à présent, nous avons toujours utilisé Python en mode interactif (c'est-à-dire que nous avons à chaque fois entré les commandes

Plus en détail

zone d une feuille de calcul où les données sont entrées sous forme de texte, chiffre ou formule Cellule :

zone d une feuille de calcul où les données sont entrées sous forme de texte, chiffre ou formule Cellule : 1 Présentation du logiciel Tableur-Grapheur générant des fichiers (classeurs) avec extension.xlsx et.xls contenant des données entrées dans les cellules présentées dans une feuille de calcul. Cellule :

Plus en détail

LES MODES D ADRESSAGE. Séance no. 2 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIQUE INDUSTRIELLE IUT1 DGEII JE GOMEZ-BALDERAS

LES MODES D ADRESSAGE. Séance no. 2 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIQUE INDUSTRIELLE IUT1 DGEII JE GOMEZ-BALDERAS LES MODES D ADRESSAGE Séance no. 2 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIQUE INDUSTRIELLE IUT1 DGEII JE GOMEZ-BALDERAS SOMMAIRE 1. LES FORMATS DE MANIPULATION DES DONNÉES 2. ACCÈS AUX DONNÉES PAR LES REGISTRES

Plus en détail

Architecture des systèmes à processeurs IUT GEII (ISI II2) 2

Architecture des systèmes à processeurs IUT GEII (ISI II2) 2 Architecture des systèmes à processeurs IUT GEII (ISI II2) 2 Christophe BLANC www.christophe blanc.info IUT de Montluçon Département Génie Electrique et Informatique Industrielle Architecture des systèmes

Plus en détail

Unité A7 : La pile. Unité A7 : La pile

Unité A7 : La pile. Unité A7 : La pile Objectifs À la fin de cette unité vous saurez comment la pile est utilisée pour passer les paramètres aux sous-programmes, effectuer l'allocation dynamique des variables locales de ces sous-programmes

Plus en détail

Cours Introduction aux microprocesseurs

Cours Introduction aux microprocesseurs Cours Introduction aux microprocesseurs Par : E. AGOURIANE Dans nos ordinateurs, l un des composants fondamentaux est le microprocesseur. Depuis son invention en 1971 par INTEL, ce composant n a cessé

Plus en détail

COURS STIEN µc68hc11 1/11 SOMMAIRE. 1 ) GENERALITES SUR LES MICROCONTRÔLEURS page2. 2 ) FONCTIONS D UN MICROCONTRÔLEUR page2

COURS STIEN µc68hc11 1/11 SOMMAIRE. 1 ) GENERALITES SUR LES MICROCONTRÔLEURS page2. 2 ) FONCTIONS D UN MICROCONTRÔLEUR page2 1/11 SOMMAIRE 1 ) GENERALITES SUR LES MICROCONTRÔLEURS page2 2 ) FONCTIONS D UN MICROCONTRÔLEUR page2 3 ) LE MICROCONTROLEUR 68HC11 page2 3.1 ) CARACTÉRISTIQUE page2 3.2 ) ORGANISATION INTERNE page3 3.3

Plus en détail

Introduction au langage C

Introduction au langage C Introduction au langage C Objectif: acquérir les bases d un langage de programmation évolué Les éléments abordés seront: - Organisation d un programme - Les variables - Les opérations sur les variables

Plus en détail

Lancer le Logiciel Commencer une nouvelle pièce...2. Tracer une pièce pliée...3. Donner des dimensions à une esquisse...4

Lancer le Logiciel Commencer une nouvelle pièce...2. Tracer une pièce pliée...3. Donner des dimensions à une esquisse...4 Fiches d apprentissage Sommaire Dessiner une pièce de tôlerie Lancer le Logiciel Commencer une nouvelle pièce...2 Tracer une pièce pliée...3 Donner des dimensions à une esquisse...4 Finir la cotation -

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L INFORMATION

TECHNOLOGIE DE L INFORMATION TECHNOLOGIE DE L INFORMATION Le tableur-grapheur Activité 5 FICHE PÉDAGOGIQUE Utilisation du tableur-grapheur TECHNOLOGIE au collège, classe de me OBJECTIFS DE LA SEQUENCE À l'issue de la séquence, l'élève

Plus en détail

Kit Tangara «3D» - Séance n 1 -

Kit Tangara «3D» - Séance n 1 - Kit Tangara «3D» - Séance n 1 - Objectifs - Découvrir Tangara - Apprendre les notions d'objet, de commandes, d'actions, de paramètres - Créer un personnage et interagir avec lui - Apprendre à taper les

Plus en détail

PhotoFiltre 7 : compléments ( )

PhotoFiltre 7 : compléments ( ) PhotoFiltre 7 : compléments (10-2014) 1 Correction yeux rouges Ouvrir et zoomer sur les yeux. Avec le lasso, entourer la partie rouge de l œil (rappel la touche «ctrl» permet d ajouter à la sélection et

Plus en détail

Créer un bouton pour le Web

Créer un bouton pour le Web Lorsqu'un internaute place le pointeur de sa souris sur un dessin dans une page Web, ce pointeur entre physiquement dans la zone de l'écran occupée par le graphique. L'internaute peut alors soit cliquer

Plus en détail

Cours architectures des ordinateurs

Cours architectures des ordinateurs Université KASDI MERBAH Ouargla Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Département d Informatique et Technologie de l information Cours architectures des ordinateurs

Plus en détail

Traduction des structures algorithmiques en langage d assemblage. Rappel. Exemple. Calcul de la condition

Traduction des structures algorithmiques en langage d assemblage. Rappel. Exemple. Calcul de la condition Traduction des structures algorithmiques en langage d assemblage Introduction Comment traduire un programme en langage de haut niveau possédant des structures de contrôle : si alors sinon, tant que faire...

Plus en détail

1 Présentation de l environnement

1 Présentation de l environnement Dans son répertoire personnel (partage réseau U, cliquer sur Ordinateur pour le faire apparaître), créer un répertoire MPS. Dans ce répertoire créer un répertoire Rurple et dans ce répertoire créer deux

Plus en détail

Automatisation par les Macros. Pour Excel 2007

Automatisation par les Macros. Pour Excel 2007 Automatisation par les Macros Pour Excel 2007 Organisme de formation 42 Rue de Clichy 75009 Paris tel : 01 40 82 78 00 Fax : 01 42 80 61 92 Site Web : www.slti.fr - Email : info@slti.fr Page 1 /21 SOMMAIRE

Plus en détail

Anne Tasso. Apprendre à. programmer en. ActionScript 3. 2 e édition. Groupe Eyrolles, 2007, 2009, ISBN :

Anne Tasso. Apprendre à. programmer en. ActionScript 3. 2 e édition. Groupe Eyrolles, 2007, 2009, ISBN : Anne Tasso Apprendre à programmer en ActionScript 3 2 e édition Groupe Eyrolles, 2007, 2009, ISBN : 978-2-212-12550-4 134 Apprendre à programmer en ActionScript 3 Les techniques de programmation incontournables

Plus en détail