SOMMAIRE. 1.1 Définition de la beauté (p.7 à 11) 1.2 Les évolutions de la beauté dans la littérature et l art occidental (p.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. 1.1 Définition de la beauté (p.7 à 11) 1.2 Les évolutions de la beauté dans la littérature et l art occidental (p."

Transcription

1 1

2 2

3 3

4 SOMMAIRE Introduction (p.5 à 6) I. La beauté : une notion ambiguë (p.7 à 16) 1.1 Définition de la beauté (p.7 à 11) 1.2 Les évolutions de la beauté dans la littérature et l art occidental (p.12 à 16) II. La beauté, une clé sociale (p.17 à 24) 2.1 Clé du succès scolaire (p.17 à 19) 2.2 La beauté favorise l estime de soi (p.20 à 24) III. L apparence physique à l origine de distinctions sociales (p.25 à 33) 3.1 Vie professionnelle : un sujet tabou (p.25 à 29) 3.2 Beauté et amour vont de paire (p.29 à 33) Conclusion (p.34-35) Annexe A (p.36 à 50) Annexe B (p.51 à 52) Annexe C (p.53) Webographie (p.54) 4

5 INTRODUCTION Pamela, 27 ans, 110 kg, 1,64 m, vient de finir son doctorat en médecine dans la même promotion que son amie, Anne-Sophie, 27 ans, 50 kg, 1,70 m. Ces dernières, en ce mardi 12 janvier, ont reçu les réponses à leur précédente postulation pour le poste de médecin généraliste au N.H.C. (Nouvel Hôpital Civil). Pamela n a pas reçu de réponse favorable à sa demande d emploi tandis que son amie, ayant le même cursus professionnel, a eu suite à sa demande. Très vite, Pamela s est rendu compte qu elle aurait du mal à s intégrer dans la vie professionnelle à cause de son apparence physique. Le peu d auteurs (sociologues, économistes et psychologues) qui se sont interrogés sur ce sujet, ont été vivement critiqués car l apparence physique n est pas considérée comme un marqueur social au même titre que l origine raciale ou encore le niveau d étude. De nos jours, nous admirons et aimons des personnes dont l apparence physique est très dissemblable. Nos amis sont tous différents les uns des autres et nous les aimons pour des raisons variées qui n ont le plus souvent aucun rapport avec leur physique. De plus, la majorité des couples ne sont pas des standards de beauté, ce qui n empêche pas pour autant l attirance en leur sein. L expérience quotidienne laisse donc à penser que la beauté n obéit pas à des modèles très stricts. Néanmoins, certaines personnes sont belles et le savent ; cela n est pas seulement le fruit du hasard, car depuis l enfance, on ne cesse de le leur répéter. En outre, quand il s agit de trouver un consensus à propos d une personne extrêmement belle ou extrêmement laide, les individus ont vite fait de se mettre d accord. L attirance pour un visage, un corps, une personne, n est donc pas aléatoire. On peut ainsi parler d un point de vue objectif et affirmer que des normes sociales existent et qu elles ont des conséquences majeures, même si celles-ci sont inconnues. Mais nous, élèves de 1 ère ES au lycée Marcel Rudloff (DILLENSEGER Laëtitia, YILDIRIM Hakan, STEINER Sophie et MATZ Mélanie), pensons 5

6 qu il faut enlever tout tabou sur ce sujet. Le moment est venu d informer les individus sur l un des facteurs le plus méconnu et incompris de la discrimination sociale. Nous voulions traiter ce sujet car il nous concerne tous, nous-mêmes sommes peut-être des victimes inconscientes de normes auxquelles personne ne nous contraints, mais qui semblent s imposer à nous. De plus, ce sujet peut nous apporter une certaine ouverture d esprit et une meilleure compréhension de la société dans laquelle nous vivons. Nous nous sommes donc demandé dans quelles mesures l apparence physique peut-elle être une clé sociale et un facteur de reproduction des inégalités qui s introduisent dans le thème «l homme et la nature»? Dans un premier temps, nous allons démontrer que la beauté est une notion ambiguë. Puis, nous prouverons qu il s agit d une clé sociale. Et dans un troisième temps, nous allons étudier les distinctions sociales qu entraîne l apparence physique. 6

7 I. La beauté : une notion ambiguë 1.1 définitions de la beauté La beauté au pluriel Avant de parler de la beauté qui est l élément fondamental de notre TPE, il faut la définir. D après le dictionnaire Larousse, la beauté est le «caractère de ce qui est beau, conforme à un idéal esthétique». Dans un deuxième temps, le dictionnaire détermine la beauté comme étant «le caractère de ce qui est intellectuellement ou moralement digne d admiration». Dans nos enquêtes (lycéen, vie professionnelle cf. annexe), nous avons demandé à plusieurs personnes de définir ce qu était la beauté. Beaucoup de réponses convergent, nous les étudierons au cours de notre analyse. D après une déléguée à la tutelle, la beauté serait «un ensemble de critères esthétiques qui varient suivant les époques (ex : Rembrandt peignait des femmes callipyges alors qu aujourd hui, on nous vend des mannequins squelettiques). Mais la beauté est aussi culturelle (critère en vigueur à une époque) et parfois intemporelle. C est pourquoi, certaines œuvres d art traversent les siècles avec toujours autant de succès (ex : la vénus de Milo)». Dans un premier temps, nous allons montrer que la beauté a une facette multiculturelle. a) Définition de la beauté au Japon. Le japon est ancré dans une culture machiste depuis des décennies. Cette civilisation ainsi que sa façon de pensée a de multiples conséquences sur la définition même de la beauté. L archétype de la beauté japonaise est resté figé dans le temps : teint d'albâtre, lèvres rouges et sourcils haut perchés sur un petit visage ovale. La figure emblématique de la beauté japonaise est la geisha. Au Xème siècle, apparaît la recherche du visage blanc qui est une couleur sacrée, symbole de pureté, mais aussi le signe de l'aristocratie. Pendant cette période, les femmes se poncent la peau avec de la fiente de rossignol, blanchissent leur visage avec de la céruse ou de la poudre de riz, et, pour se distinguer des animaux, se laquent les dents en noir, au pinceau, avec de l émail de métal délayé dans du thé ou du saké. D après Dominique Buisson, professeur d'arts plastiques et auteur du Corps japonais (Hazan) «Au 7

8 Japon, le maquillage n'est pas qu'une esthétique ; il masque les sentiments et symbolise une disparition, celle de la femme qui se cache derrière son rôle social.» Cette phrase résume bien les années phallocentriques de la culture japonaise se traduisant par «un masque» qui gomme toutes traces de personnalité propre au nippone. De nos jours, on compte encore de à geishas à Kyoto. «Les japonaises d aujourd hui dépensent en moyenne 300 par mois en produits de beauté et passent environ une heure chaque matin devant leur miroir», affirme Nathalie OMORI, fondatrice du site Parissmooz.com, consacré au marché nippon. Petit à petit, la vision esthétique nippone s est diffusée dans tous les pays occidentaux : en 2003, l Oréal rachète Shu Uemura. En outre, Kanebo Cosmétiques France a importé plusieurs concepts nippons en France, tels que les lignes Double Nettoyage et Double Hydratation. De plus, les japonaises nous ont transmis les techniques de maquillage les plus récentes dans les pays occidentaux : le fond de teint, des petits papiers poudrés qui enlèvent l'excès de sébum et un compact œil sourcils, avec eye-liner, poudre et brosse. Par conséquent, on peut donc parler d une «mondialisation» des normes de beauté. 8

9 b) La définition de la beauté en Afrique Au Sénégal, Bénin, Togo, Cameroun, en Côte-d'Ivoire et Afrique du Sud, l idéal féminin contraste beaucoup avec le stéréotype occidental. Une femme est un canon de beauté lorsqu elle a des formes généreuses au niveau de la poitrine, du bassin et des hanches. La femme moyenne doit avoir les mensurations suivantes: 111 cm de tour de poitrine, 92 cm de tour de taille et 143 cm de tour de hanche. L expansion des concours de beauté à femmes rondes n a cessé de croître ces dernières années. Prenons l exemple d Amélie Sorgho qui a gagné le concours national en décembre 2004, elle pesait 110 kg pour 1,72m. Car, contrairement aux concours de miss en occident, le but n est ni de mesurer, ni de peser, car tout est subjectif. Comme on le sait, l Afrique fait partie de l un des continents les plus pauvres et donc des moins urbanisés. Paradoxalement, la France à l époque où le pays était encore rural, possédait les mêmes normes de beauté qu en Afrique. Cela s explique en partie par les mentalités qui convergent. Car en Afrique, être mince est signe de mal nutrition, tout comme à l époque du romantisme. Pour conclure, on peut donc se demander si l évolution de la beauté ne rejoint pas l évolution du niveau de vie. 9

10 La beauté, une notion universelle De nos jours, la théorie qui définirait un «beau» visage serait l harmonie, l équilibre et la symétrie des proportions et des formes dans un visage ou un corps. Selon des études récentes, un visage homogène serait synonyme de jeunesse, car les visages d enfants sont plus symétriques que ceux des adultes. De plus, si l on fait un rapport avec l espèce animale, on constate que la concordance va de paire avec la bonne santé, la croissance, la fécondité et la survie. La femme belle entre toutes serait une femme moyenne, non pas désespérément moyenne, mais remarquablement moyenne. Récemment, le professeur J.C Polard de l Université de Canterbury en Nouvelle-Zélande a réalisé un visage de femme à partir de six visages féminins d origine ethnique différente. Par la suite, il a créé un échantillon de la population en se basant sur des étudiants nigérians, chinois, indiens et néozélandais et leur a demandé de choisir leur visage préféré. Au final, l image de synthèse a été majoritairement choisie. On peut donc en conclure que certaines personnes détiennent un capital de beauté supérieur, plus ils s approchent de la moyenne. De plus, cet avantage est fortement reconnu et envié par la plupart des individus quels que soit leur ethnie. D après une seconde étude britannique de l université de St. Andrews, Jean-François AMADIEU a conclu que : «le visage considéré comme le plus beau n était pas la moyenne de tous les visages, mais plutôt la moyenne des visages eux-mêmes considérés comme les plus beaux». Il est vrai qu un physique moyen est farouchement agréable à regarder. Néanmoins, nous avons pour coutume de préférer les hommes et les femmes qui se distinguent par des caractéristiques peu communes les écartant de la moyenne. Malgré les différences de normes en fonction des cultures, des évolutions temporelles, certains standards de beauté outrepassent les frontières géographiques, les cultures et les milieux sociaux. L archétype occidental s est donc étendu jusqu en Afrique par le biais des magazines, de la télévision et du cinéma. Pour conclure avec une citation de Marilou Bruchon-Schweitzer : «on pourrait penser, à première vu, que nos préférences esthétiques vis-à-vis des corps et visages que nous côtoyons sont originales et individuelles. De très nombreuses études réalisées dans divers pays et sur des sujets fort différents, 10

11 montrent en réalité l uniformité frappante de jugements de beauté que nous émettons, quels que soient nos caractéristiques personnelles (l âge, le sexe, la catégorie sociale et l ethnie) et celles des sujets que nous évaluons». Il s est avéré qu un enfant, dès l âge de trois ans, commence à s adapter aux normes de beauté. A partir de 6 ans (un peu plutôt chez les filles), il classe les individus qui l environnent du plus laid au plus beau, au même titre que les adultes. Ainsi, nous avons demandé aux élèves du Lycée Marcel Rudloff ainsi qu à un échantillon de la population strasbourgeoise d actifs occupés, de mettre une note sur 5 à leur physique, nous avons donc obtenu le tableau suivant : Beaux et laids : la répartition 1 : apparence très inférieure à la moyenne : 3 % 2 : apparence plutôt inférieure à la moyenne : 13 % 3 : apparence moyenne : 49 % 4 : apparence supérieure à la moyenne : 25 % 5 : extrêmement belle apparence : 10 % Beaux et laids : la répartition 1 : apparence très inférieure à la moyenne : 7 % 2 : apparence plutôt inférieure à la moyenne : 13 % 3 : apparence moyenne : 52 % 4 : apparence supérieure à la moyenne : 18 % 5 : extrêmement belle apparence : 10 % Sondage effectué sur 80 étudiants du Lycée Marcel Rudloff. En 2010, 52 % des actifs occupés jugent avoir une apparence moyenne. Ces tableaux nous permettent donc d affirmer que la beauté résulte d un double mouvement : Les individus intériorisent des normes de beauté depuis l âge de trois ans, puis ils l extériorisent en se plaçant eux-mêmes sur le graduant des apparences physiques qu ils ont établi. 11

12 1.2 Les évolutions de la beauté dans la littérature et l art occidental Comme le dit l'historien, Georges Vigarello, pendant longtemps, la beauté s'est conjuguée au féminin. Ne faudrait-il pas parler plutôt des beautés, tant celle-ci apparaît comme une valeur changeante, fonction de la subjectivité des hommes de son temps? D après l histoire de la beauté d Umberto Ecco, il existe quatre époques La période hellénique Cette période met en valeur la finesse d esprit de la femme et son tempérament : les aspects physique et moral sont étroitement liés. Ainsi, la femme s impose comme une séductrice invétérée dans le tableau de BOTTICELLI La naissance de Vénus vers 1485 (cf. image ). Par surcroît, John William Waterhouse, Undine 1872 (cf. annexe) décrit une nymphe au physique extraordinaire au point d en être presque parfait. Ainsi, les nymphes fréquentent des eaux courantes (rivières, étangs ). De même, les ondines, considérées au même rang que les divinités, étaient adulées par la population qui leur déposait diverses offrandes au bord des fontaines. Enfin, ROUSSEAU, Les Muses galantes, (cf. ci-dessous) nous décrit trois muses : Clio (histoire) Euterpe (musique) et Thalie (poésie pastorale). De ce fait, Les Muses sont les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne, elles représentent la beauté de l esprit ainsi que la beauté physique et sont le symbole de l inspiration des poètes, peintres de l époque. 12

13 ROUSSEAU, Les Muses galantes A l époque de la Renaissance A l époque de la Renaissance, l image de la femme et de son corps se modifie. L archétype de la belle jeune femme blonde aux cheveux longs, à la peau claire et aux mensurations proportionnées se développe. Le poète RONSARD, Odes, l.17 : «A Cassandre» - XVIème siècle, (cf. annexe) «Cueillez, cueillez votre jeunesse : Comme à cette fleur, la vieillesse Fera ternir votre beauté». Compare la beauté à une fleur. La femme est donc considérée comme fraîche, jeune et dont l apparence est éphémère. On peut donc en conclure que la beauté est idéalisée à l époque de la Renaissance. BOTTICELLI, «la naissance de la Vénus», est une allégorie de la Vénus mythologique (Aphrodite) au moment où elle sort des eaux. Aphrodite était considérée comme la plus belle femme de l antiquité grecque: les cheveux au vent, les fleurs volantes, tout pour accentuer cette impression de légèreté. Vénus représente la perfection de la beauté et appelle le spectateur à la regarder comme telle, beauté du corps, beauté de ce qu'elle représente, l'amour entre les hommes, mais aussi envers Dieu. Le tableau est donc porteur d'un message universel. Ce tableau est l allégorie même de la beauté au XVIème siècle. (cf. ci-dessous) BOTTICELLI La naissance de Vénus vers

14 1.2.3 L époque baroque A l époque baroque, la religion catholique base sa propagande sur l art. Elle représente la femme de manière misogyne en lui décernant comme seul attribut la maternité. Ainsi, la doctrine de la femme épouse et mère imprègne les mœurs de l époque. De cette façon, le tableau de VINCI, La Vierge et l'enfant avec Ste Anne (voir ci-dessous) est l exemple même de la diffusion des dogmes de la religion catholique. Les personnages sont représentés dans un ordre hiérarchique et Marie qui est censée être un être surhumain, est exposée comme anodine ressemblant au commun des mortels. C est bien là la représentation traditionnelle de la femme à l époque baroque. VINCI, La Vierge et l'enfant avec Ste Anne 14

15 A l époque romantique A l époque romantique, la grâce était valorisée, la représentation devenait moins allégorique et beaucoup plus réelle. On distinguait deux types de beauté. Dans un premier temps, les paysans et les artisans, qui la plupart du temps avaient un teint mat, la peau tannée et étaient musclés, dus aux activités physiques extérieures (travail dans les champs, travail manuel etc. ) qu ils exerçaient. Ce physique était considéré comme «bas» en opposition au physique «noble» qui lui se traduisait par un fort embonpoint dû à la sédentarité, c'est-à-dire l abondance de nourriture et au manque d activité physique. Car à cette époque, une forte corpulence était synonyme de richesse. Alexandre DUMAS représentait son idéal féminin comme «hardie de poitrine, cambrée de hanches, ardente de regard».la nouvelles de GUY DE MAUPASSANT, «boule de suif» nous décrit une prostituée de luxe considérée comme le stéréotype de la «femme fatale» du XIXème siècle. Elle est dépeinte à l instar des physiques «nobles», ayant une certaine adiposité, presque proche de l obésité et considérée comme «bonne mangeuse» (cf. annexe). De plus, RUBENS, Les trois grâces sont représentées avec des visages ronds et empâtés, des bras épais. Elles ont des poignées d amour, un ventre mou et sans muscle, des fesses et des cuisses envahies par une cellulite peinte avec un grand luxe de détails par l artiste. Et enfin, les mollets sont ronds et solides, ce qui paraît normal, en raison du poids à supporter. Ainsi, cette peinture est le symbole des standards de beauté au XIX ème siècle. RUBENS, Les trois grâces

16 1.2.5 A l époque contemporaine L étude de Marilou Bruchon-Schweizer, professeur de psychologie à la faculté de bordeaux et auteur de «Une psychologie du corps» prouve que même si les individus ont une vision subjective de la beauté qui converge en fonction de la culture, des normes de beauté existent. Elle a choisie au Louvre 12 silhouettes de femmes représentatives de toutes les périodes de l histoire et les a soumises à un échantillon représentatif de la population, comprenant divers ethnies de 240 personnes, leur but étant de les classer des plus attirantes au moins attirantes. Dans un premier temps, le stéréotype actuel est ressorti : Elancées, minces tout en gardant des proportions grecques. A la dernière place, se retrouvent les physiques ayant un fort embonpoint, tels que RUBENS, Les trois grâces (voir 1.1.4). Cette étude nous montre bien que l évolution de la beauté a eu des conséquences majeures sur le mode de vie des individus et leur perception de la société, et que la beauté n est pas fondée sur un «déterminisme» des ses normes, mais qu au contraire, elles peuvent changer du tout au tout en quelques siècles. L'histoire de la beauté rejoint celle des différentes visions que l on a des idéaux de beautés. Ces idéaux ne sont pas régis par une figure emblématique, mais comme le dit si bien le philosophe Yves Charles Zarka, «c est un maître anonyme, sans nom propre, qui par de nouvelles voies (processus, consensus, production d idéaux ou de croyance ), instaure une domination d un nouveau genre et de nouvelle servitude» Ceci varie en fonction d une époque donnée. Son histoire s accompagne aussi par l'assouplissement de la morale, des changements de mode de vie, sans oublier les évolutions du genre, ni la montée progressive de l'individu et de son autonomie. 16

17 II. La beauté, une clé sociale 2.1 Les clés du succès scolaire Lors de cette étude, nous allons démontrer que les beaux sont favorisés dans leurs études et réussissent plus facilement un parcours brillant. Cela aura donc des impacts sur leur habitus culturel Beaux et bien notés Nos recherches nous ont permis de constater que dès le plus jeune âge, la beauté joue un rôle social et entraîne un succès scolaire plus ou moins important. On peut voir que dès l école maternelle, les enfants ayant une apparence physique supérieure à la moyenne sont valorisés par les enseignants. Leur complaisance engendre une montée de l estime de soi chez l enfant. Ainsi, un processus d auto valorisation va leur permettre d accéder plus facilement aux grandes universités. Réciproquement, les enfants ayant un capital beauté très inférieur à la moyenne seront exclus et en permanence dévalorisés par les professeurs, ces derniers le faisant la plupart du temps inconsciemment. Très vite, les professeurs repèrent des «jeunes à potentiel», qui, selon eux, réussiront mieux leur parcours professionnel. D après le journal of personality and social psychology, les enseignants auront tendance à noter moins rigoureusement un élève qualifié de «beau» et à faire l impasse sur leur indiscipline. De plus, ils leur réserveront des attentions toutes particulières : sourire fréquent, encouragements, petits mots, bienveillance et soutien pédagogique. Ainsi, par tous ces mécanismes inconscients développés par les instituteurs, on comprend pourquoi les beaux sont meilleurs pendant toute leur période scolaire, et cela dès la maternelle. En outre, les personnes ayant un capital beauté supérieur à la moyenne se créent un réseau social entre eux, cela s explique par leurs points communs qui facilitent leur rapprochement, ils en tireront donc avantage et augmenteront leur capital social. Par conséquent, une dynamique de succès ou d échec scolaire se met en place. 17

18 2.1.2 L effet pygmalion Dans un premier temps, nous allons définir le terme «effet pygmalion». Il résulte d un double mouvement : l intériorisation établie par la socialisation primaire et secondaire dont les points de vue convergent, puis l extériorisation qui va se traduire par un brillant parcours ou un échec scolaire total. On peut lui attribuer comme synonyme «prédiction créatrice» et «prophétie autoréalisatrice». Pour illustrer ce terme, lors de notre enquête, nous avons demandé si les élèves se sont déjà sentis moins bien notés par rapport à l un de leur camarade : Les beaux et les laids se sentent-ils discriminés dans la notation par leur professeur? 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Apparence très inférieure à la moyenne Apparence inférieure à la moyenne Apparence moyenne Apparence supérieure à la moyenne Apparence extrêmement belle Sondage effectué sur 80 étudiants du Lycée Marcel Rudloff. Ainsi, on constate qu en 2010, 75 % des élèves du Lycée Marcel Rudloff de Strasbourg ayant une apparence très inférieure à la moyenne, se sont déjà sentis rabaissés par un professeur. Paradoxalement, à 70 %, des élèves ayant une apparence extrêmement belle, ne se sont jamais sentis moins bien notés par rapport à l un de leur camarade. On comprend donc mieux que les «laids» soit en déchéance scolaire. 18

19 Quels sentiments les professeurs prêtent-ils à leurs élèves? 60% 50% 40% 30% 20% apparence très inférieure à la moyenne apparence inférieure à la moyenne apparence moyenne apparence supérieure à la moyenne apparence très supérieure à la moyenne 10% 0% Sondage effectué sur 80 étudiants du Lycée Marcel Rudloff. De plus, on a pu remarquer qu en 2010, 50 % des élèves du Lycée Marcel Rudloff de Strasbourg qui ont une apparence très inférieure à la moyenne, ressentent un sentiment d injustice de la part de leurs professeurs. A l inverse, les élèves ayant un physique extrêmement beau, se sentent à 45% encouragés par les professeurs. Par conséquent, cette prophétie auto réalisatrice n est pas le fruit du hasard.. 19

20 2.2 La beauté favorise l estime de soi Tout d abord, nous allons étudier que la beauté est un talent qui se manifeste notamment par l estime de soi lors du cursus professionnel. Mais, nous verrons aussi que dans la vie réelle, les situations qui impliquent des interactions se comptent par centaines ou par milliers, et l effet cumulé de tous les petits avantages remportés à la faveur de ces petites coopérations finit par peser d un bon poids. De plus, ces dernières profitent aux personnes ayant un physique attrayant La beauté est un talent On a pu constater, d après l étude de J.Maisonneuve et M.Bruchon- Schweitzer, Le Corps et la beauté, que les capacités des élèves au lycée varient en fonction de leurs atouts de séduction. Ainsi, lors de notre enquête, nous avons essayé de démontrer que la réussite scolaire des plus beaux était en majeure partie due à leur aisance supérieure à l oral : Les beaux et les laids participent-ils beaucoup à l oral en classe? 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% participation orale très élevée participation orale élevée participation orale moyenne participation orale faible 0% apparence très inférieure à la moyenne apparence inférieure à la moyenne apparence moyenne apparence supérieure à la moyenne apparence très supérieure à la moyenne Sondage effectué sur 80 étudiants du Lycée Marcel Rudloff. 20

21 De ce fait, en 2010, 50 % des élèves du Lycée Marcel Rudloff de Strasbourg ayant une apparence physique extrêmement belle ont une participation très élevée en classe, contrairement aux 50% des élèves qui ont une apparence physique très inférieure à la moyenne et qui s investissent beaucoup moins en cours. A priori, ce problème parait irréversible. Malgré cela, le système éducatif français tente d enrayer la dictature de l apparence, même si celle-ci reste enracinée dans notre société. L anonymat des candidats à un concours ou à un examen est un élément essentiel en faveur de cette lutte. Par conséquent, le contrôle continu s est développé à l insu des épreuves écrites qui se sont avérées inégalitaires. De plus, à travers nos enquêtes, nous sommes arrivés à la constatation que la beauté, et par conséquent l estime de soi, se retrouvent au sein des familles aisées : Les différents milieux entraînent-ils une meilleure maitrise de soi? 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants et chefs d'entreprises Cadres et professions intellectuelles supérieurs Professions intermédiares Employés Ouvriers Sondage effectué sur 80 étudiants du Lycée Marcel Rudloff. Ainsi, en 2010, 73 % des filles de cadres et professions intellectuelles supérieurs du Lycée Marcel Rudloff de Strasbourg ont un miroir en permanence sur elles. Réciproquement, seulement 12% des filles d ouvriers en ont un sur elles. Cela nous démontre bel et bien que les cadres et professions intellectuelles supérieurs ont une maitrise d eux-mêmes poussée à l extrême, au point qu ils tentent de tout contrôler et de ne rien laisser échapper de leur apparence physique. Ces gestes sont ainsi réalisés de façon inconsciente. 21

22 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Aucunes pratiques sportives Sport individuel (tennis ) Sport collectif (football ) Sondage effectué sur 80 étudiants du Lycée Marcel Rudloff. De même, en 2010, 47 % des enfants d ouvriers, du Lycée Marcel Rudloff de Strasbourg, ne pratiquent aucune activité sportive. A l opposé, 75% des enfants de cadres et de professions intellectuelles supérieurs exercent une activité sportive individuelle, telle que le tennis. On peut conclure que les ouvriers, à l inverse des cadres, n accordent pas autant d importance à la maitrise de leur corps. Les cadres, eux, sont habitués dès l enfance à acquérir une certaine autonomie par la pratique massive de sport individuel. De ce fait, ils apprennent à ne compter que sur eux-mêmes. Cependant, les grandes écoles françaises gardent une façon de penser élitiste, telle que l ENA ou encore les écoles préparatoires au grands diplômes où l oral joue un rôle majeur lors du concours d entrée. Pour limiter les dégâts, il faudrait aider les étudiants à maîtriser les critères qui seront utilisés dans la vie professionnelle. Pour cela, l entrainement à la prise de parole est primordiale dés l enseignement primaire. Hélas, l école de la république pour maintenir ses principes a encore beaucoup d efforts à faire, l un d eux étant de mieux préparer à la présentation d idées et à la mise en scène de soi que supposent l entretien en face à face et la prise de parole en réunion ou en public. 22

23 2.2.2 Les beaux plaisent «Les privilèges de la beauté sont immenses, elle agit même sur ceux qui ne la constatent pas» Jean COCTEAU Ainsi, ce cercle vertueux que nous avons étudié précédemment se poursuit dans la vie active. Les compétences des plus beaux sont augmentées par la bienveillance dont ils bénéficient auprès de leurs collègues de travail. De ce fait, nous avons pu établir que les individus ayant un capital physique important, possèdent un atout majeur car les autres personnes cherchent leur compagnie ou leur partenariat : Réseaux sociaux, en dehors du travail, des beaux et des laids 100% 80% 60% 40% 20% 0% apparence physique très inférieure à la moyenne apparence physique inférieure à la moyenne apparence moyenne apparence supérieure à la moyenne apparence extrêmement belle Sondage effectué sur 70 actifs occupés. On remarque qu en 2010, 71 % des actifs occupés de Strasbourg ayant une apparence très inférieure à la moyenne n entretiennent pas de liens d amitiés avec leur(s) collègue(s) en dehors du travail, tandis que 83 % des individus extrêmement beaux côtoient leurs collègues en dehors du travail. On peut donc en conclure que les beaux sont beaucoup plus plébiscités par rapport aux personnes possédant un capital beauté faible. Ce sentiment de beauté qu ils développent est conforté par les autres. Au final, les occasions de succès et la confiance s en trouvent renforcées. 23

24 Avec cette affirmation, on comprend donc mieux pourquoi les hommes et les femmes dont le physique est agréable sont davantage recrutés pour des emplois supposant des contacts fréquents avec les collègues ou la clientèle : L'importance du physique et du style vestimentaire lors d'un entretien d'embauche 7% 2% 91% Sondage effectué sur 70 actifs occupés Pour conclure, en 2010, 91 % des actifs occupés de Strasbourg pensent que le physique et le style vestimentaire jouent un rôle important lors d un entretien d embauche. Les stéréotypes sont tels qu une apparence physique avantageuse est un critère implicite d embauche. Plus généralement, les personnes ayant un physique attrayant occupent en grande partie des postes qui impliquent des tâches de négociation, de formation, de supervision, de persuasion, de divertissement et de communication, en somme tous les postes en contact avec le client. 24

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Lucie. - Taille : 1 m 36 - Poids : 24, 5 kg - Cheveux : bruns - Yeux : verts - Caractère : têtue, mais gentille.

Lucie. - Taille : 1 m 36 - Poids : 24, 5 kg - Cheveux : bruns - Yeux : verts - Caractère : têtue, mais gentille. Description d Alban - taille : 1m 56 - poids : 36 kg - peau : bronzée - cheveux : noirs, bouclés - yeux : noirs - oreilles : grandes - visage : ovale - pieds : grands (39-40) - tache de naissance : blanche

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ / 9-13 ANS

Plus en détail

Société canadienne de psychologie

Société canadienne de psychologie Société canadienne de psychologie LIGNES DIRECTRICES CONCERNANT LA PRATIQUE NON DISCRIMINATOIRE Sharon Crozier, Ph.D., Susan Harris, B. Sc. O.T. Carolyn Larse, Ph.D., Jean Pettifor, Ph.D. Lynn Sloane,

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

«Construction de l identité sexuée de l enfant»

«Construction de l identité sexuée de l enfant» Transcription d extraits de la vidéo de la conférence de Véronique Rouyer, maître de conférences en psychologie du développement de l enfant et de la famille, UFR Psychologie, université de Toulouse. Site

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Les Français et les sites de rencontre

Les Français et les sites de rencontre 13 février 2012 Présentation des résultats N 110 080 Contacts : François Kraus francois.kraus@ifop.com 01 72 34 94 64 / 06 61 00 37 76 Les Français et les sites de rencontre Sondage réalisé à l occasion

Plus en détail

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Extraits de l excellent blog du célèbre tailleur BYRAUD rue d Alger à Paris -1. Site : http://bespoke.blog.lemonde.fr/ «Si

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Séance 1 : 1 ère séance concernant cet album.

Séance 1 : 1 ère séance concernant cet album. Séance 1 : 1 ère séance concernant cet album. Objectifs spécifiques : - Observation des illustrations de la 1 ère de couverture et mise en évidence de l inversion des valeurs (loup gentil et cochons méchants).

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Sexisme dans la littérature enfantine : quels effets pour le développement des enfants?

Sexisme dans la littérature enfantine : quels effets pour le développement des enfants? Sexisme dans la littérature enfantine : quels effets pour le développement des enfants? Synthèse des recherches examinant les représentations du masculin et du féminin véhiculées dans la littérature et

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Si j étais né ailleurs, seraisje différent?

Si j étais né ailleurs, seraisje différent? Si j étais né ailleurs, seraisje différent? Compétence ou problématique abordée : Identifier ce qui m a conditionné, ce qui m a construit : - au plan éducatif - au plan social - au plan culturel Concepts

Plus en détail

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante

Guide d exploration de métiers et de professions. Approche orientante Guide d exploration de métiers et de professions Approche orientante Document rédigé par Yves Jutras Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal, 2012 Exploration de métiers et de professions

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES

ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES FÉVRIER 2 Observatoire de la formation ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES 4 ème promotion de surveillants pénitentiaires Graphique : Evolution de la part des hommes et des femmes 4 ème 4 ème

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

AIDE À LA RÉUSSITE SE RÉALISER PLEINEMENT

AIDE À LA RÉUSSITE SE RÉALISER PLEINEMENT AIDE À LA RÉUSSITE SE RÉALISER PLEINEMENT «Un enseignant ou une culture ne créent pas un être humain. On n implante pas en lui la capacité d aimer, d être curieux, de philosopher, de symboliser ou d être

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER?

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? 1 PRÉPARATION GÉNÉRALE : Bien connaître son C.V. et en amener des copies supplémentaires (si plusieurs employeurs ou si celui-ci l a perdu). Ne pas plier son

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Le relooking de Sabrina

Le relooking de Sabrina Le relooking de Sabrina 29/01/2008 16:45 Sabrina a 27 ans, habite Genk avec son mari et ses 3 enfants (7 ans, 6 ans et 18 mois) et travaille pour les Magasins du monde. Physiquement, elle a les yeux verts,

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE

INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE INFLUENCE DE L APPARENCE DU CANDIDAT SUR LA DÉCISION D EMBAUCHE Etude menée début 2012 auprès de 80 personnes réalisant des entretiens de recrutement en France Propriété intellectuelle de Karine Averseng.

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE

ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE L Académie Annick Cayot, située à Bruxelles, forme et développe les talents des maquilleurs professionnels, des esthéticiennes, des coiffeurs et des passionnés

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail