Internet et les droits d exploitation des compétitions sportives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Internet et les droits d exploitation des compétitions sportives"

Transcription

1 U.F.R. 01 Droit Administration et Secteur Public Master II Droit du Numérique Administration Entreprises Directeur du Master : Monsieur William Gilles Année universitaire Internet et les droits d exploitation des compétitions sportives Mémoire soutenu par Eric Ollitrault Sous la direction de Monsieur Thomas Saint-Aubin

2 2

3 Remerciements Je tiens à remercier Monsieur Thomas Saint-Aubin pour m avoir confié ce travail de recherches, et pour m avoir encadré et orienté. Je remercie également Madame Irène Bouhadana et Monsieur William Gilles pour m avoir choisi comme étudiant dans ce Master 2, et pour m avoir permis de réaliser ce travail. Je remercie les professionnels du monde du sport et de l Internet que j ai eu la chance de rencontrer pour mener à bien ce travail, pour l aide précieuse qu ils m ont apportée : - Monsieur Jacques Lambert, président du comité de pilotage de l Euro Monsieur Jérôme Perlemuter, responsable juridique de la Ligue de Football Professionnel - Monsieur Bruno Belgodère, responsable financier de l Union des Clubs Professionnels de Football - Monsieur Victoriano Melero, directeur du cabinet du président de la Fédération Française de Football - Madame Cordelia Flourens, juriste chez Google - Et Monsieur Remi Leclancher, responsable de la chaîne sport et auto/moto chez Dailymotion Enfin, je remercie mes parents et mes amis, pour leurs conseils et leur soutient. 3

4 Résumé Si le monde sportif constitue un formidable facteur de croissance pour les nouveaux médias et les technologies numériques en particulier, certaines pratiques sur Internet semblent porter atteinte au sport. Elles semblent nuire aux détenteurs de droits d'exploitation audiovisuelle des compétitions sportives, avec le développement du piratage du contenu sportif. Il s'agit d'un problème rencontré également par l'industrie de la culture, mais s'intéresser plus spécialement au domaine du sport revêt un caractère différent. Principalement, parce que l'essence du sport repose sur le direct. Ainsi, à côté du piratage du contenu en différé (images des résumés de matchs, des actions de jeu...) s'est développé le piratage du direct (live), avec le streaming illégal. Par ailleurs, la spécificité du sport, contrairement au domaine culturel, repose sur la place, inédite, que celui-ci peut occuper pour les consommateurs de contenu sportifs, et surtout pour les supporters. Ces derniers sont attachés à leur club, une société de droit privé, comme à la prunelle de leurs yeux. Le développement des paris en ligne sur Internet semble également nuire aux compétitions sportives en affectant leur intégrité. Si le trucage des rencontres sportives a toujours existé, force est de constater que l'ampleur prise par les paris sportifs en ligne ces dernières années remet sérieusement en cause la sincérité des compétitions sportives; en témoigne la découverte récente, aussi bien florissante qu'inquiétante, des liens entre les paris sportifs et la criminalité organisée. La situation est schizophrénique pour les détenteurs des droits comme pour l'etat, tiraillés entre l'envie de voir ces paris sportifs se développer, en ne perdant pas de vue la manne financière conséquente qu'ils représentent, et la nécessité de préserver l'incertitude du résultat final, qui donne tout son sens à la compétition sportive. Après un état des lieux sur la question du piratage du contenu sportif sur Internet d'une part, et des liens entre les paris en ligne et la corruption dans le monde du sport d'autre part, la pertinence des solutions mises en place pour combattre ces fléaux est analysée, aussi bien dans les textes qu'en pratique, avant qu'une réflexion ne soit menée sur les solutions imaginables et envisagées. Le football, sport le plus populaire du monde, sert de ligne directrice pour appuyer cette démonstration. Mots-clés : spectacle sportif, droit d exploitation, streaming, paris en ligne 4

5 Summary Although the sports world constitutes a formidable growth venue for new media and digital technologies, some practices on the Internet, in particular, appear to be causing serious damage to it. These practices are causing prejudice to those who hold sports competition audiovisual rights, especially with the development of content pirating. This is problem is also encountered in the culture industry but sports, in particular, appears to be reeling from the heaviest blows. This is mainly due to the fact that sports rely so heavily on live broadcasts. Thus, alongside the pirating of delayed content (match summaries, game highlights etc.) live pirating is now being implemented in the form of illegal streaming. In addition, sports is distinct from the cultural domain in that it holds a unique place in the hearts of its consumers as well as its supporters who develop strong attachments to their clubs, essentially private societies, which often become the very apple of their eyes. The development of online betting also seems to be causing damage to sports competitions by undermining their overall integrity. Although the rigging of sports events has always existed, it is evident that the magnitude of online betting has, in these last few years, threatened the sincerity of sports competitions. This has been brought to light recently, as flourishing as it is disturbing, in the uncovering of links between sports gambling and organised crime. The situation is schizophrenic for rights owners as well as for the State, as they are pulled between the desire to see sports betting develop (due to the huge financial windfall they represent) and the need to preserve the uncertainty of the final results which is the main attraction of sports competitions. After a serious examination of the sports content pirating on the Internet, on one hand, and links between online betting and corruption in the sports realm, on the other hand, the pertinence of the solutions implemented to combat these plagues is analysed, in text and in practice, before considering possible solutions and we use football, the most popular sport in the world, as our prime example. Key words : sporting event, right of exploitation, streaming, online betting 5

6 Sommaire INTRODUCTION PARTIE I : INTERNET : UNE RÉELLE MISE A MAL DES COMPÉTITIONS SPORTIVES? Chapitre I : La mise à mal des droits d'exploitation audiovisuelle par le piratage du contenu sportif Chapitre II : La mise à mal de l'intégrité des compétitions sportives par le développement des paris en ligne PARTIE II : LES ÉVOLUTIONS ENVISAGÉES ET ENVISAGEABLES Chapitre I : Les solutions apportées Chapitre II : Les solutions proposées CONCLUSION 6

7 INTRODUCTION La médiatisation du sport en général, voir la surmédiatisation de certains sports en particulier est un fait acquis. Peu importe les continents ou les sociétés, le sport est pratiqué et regardé dans le monde entier, et l engouement qu il provoque est intemporel et universel. Comme dans la plupart des sphères de la société, Internet a bouleversé le monde du sport. Internet favorise la visibilité et la réputation des sociétés sportives, mais d un autre côté il paraît affecter les détenteurs de droit dans un sens défavorable (mais néanmoins positif pour les amateurs de sport). En effet, il est aujourd'hui devenu courant pour tout fan de sport de suivre en direct le match de son équipe favorite. Celui-ci peut se faire par le biais de l'écrit digital en direct, qui est légal, mais la pratique qui se révèle intéressante ici est celle du piratage du contenu audiovisuel en direct grâce au streaming et, dans une moindre mesure, le piratage du contenu en différé, avec des internautes qui déposent sur les plateformes de vidéo sur Internet telles YouTube ou Dailymotion des vidéos au contenu protégé (résumés des matchs, des buts, des actions de jeu importantes...), pratiques auxquelles il conviendra de s'intéresser également. Ces techniques sont vivement combattues par les détenteurs de droit, et il sera intéressant de voir quels sont les intérêts en jeu et comment le problème est traité, aussi bien du coté des détenteurs de droit, que du coté des diffuseurs. Dans cette optique, les problèmes de piratage rencontrés par les détenteurs de droits sportifs seront souvent rapprochés de ceux rencontrés par les industries culturelles, afin de disposer d'un point de comparaison, et aussi de distinction. Ainsi, il s'agit d'une problématique affectant la retransmission sportive, mais peu évoquée dans les médias par les détenteurs de droits et les organisateurs des compétitions. En revanche, s'il est un sujet à l'importance médiatique grandissante, c'est celui des paris sportifs. Ici, Internet affecte réellement le monde du sport dans un sens défavorable à tous ses acteurs, avec de nouvelles techniques de trucage de match et de corruption à l'aide des paris en ligne. De nombreux scandales ont éclaté sur ce sujet récemment. Ceci n'est certainement pas révélateur d'une augmentation de la corruption dans le milieu sportif, la corruption étant très certainement consubstantielle au sport, mais c'est en revanche révélateur de l'amélioration des techniques de détection de la corruption. En ce sens, les scandales qui ont pu être exposés 7

8 dans la presse ne constituent que la partie visible de l'iceberg. Il faudra donc se pencher sur les dernières évolutions législatives en la matière, sans écarter le traitement technique de cette question, qui permettra de révéler toutes les difficultés rencontrées à l'heure actuelle. Après un bref aperçu historique sur l'évolution de la définition du sport, et de l'emballement médiatique qui l'entoure (Section 1), il sera intéressant de constater que ces deux sujets correspondent aux deux droits principaux appartenant à l'organisateur de la compétition sportive, propriétaire du droit d'exploitation de la manifestation sportive: le droit d'exploitation audiovisuelle d'un coté, et le droit au pari de l'autre (Section 2). Section 1 : Le sport : définition, particularités «Le sport, notion dont il faut tenter de définir les contours ( 1), et l'attention au sport, se sont aujourd'hui mondialisés dans un premier temps grâce à la télévision ( 2). 1 : Définition du sport Il est difficile de donner au terme «sport» une définition précise. On pourrait résumer le sport à un ensemble d'exercices, le plus souvent physiques, se pratiquant sous forme de jeux individuels ou collectifs pouvant donner lieu à des compétitions, mais il parait évident qu il représente bien plus que cela. Malgré la rigueur dont doivent faire preuve les juristes dans les termes qu ils emploient, comme la plupart des Etats voisins, l Etat français n a pas pris le risque de le définir, dans aucun texte, et en particulier le Code du sport. «L analyse étymologique du terme reflète d ailleurs toute la difficulté à appréhender sa définition. Le mot sport provient du vocable «desport», qui désignait en ancien français des activités de loisir et d amusement. Ce terme traversera la Manche et s intégrera dans la langue anglaise en devenant d abord «disport», puis «sport», pour définir des pratiques où la brutalité l emporte sur l amusement. Il réapparaîtra en France au XIXe siècle, et son sens s élargira jusque dans les années 1960 pour couvrir toutes les activités physiques et sportives de loisirs et de compétitions 1. Au fil du temps et jusqu à la fin du XXe siècle, les définitions 1 V. R. Thomas, Histoire du sport, Que sais-je, PUF, 1999, p. 15 et s. 8

9 données intègrent l encadrement institutionnel du sport, tout en restant très générales 1, de sorte que de nos jours, le sport peut se définir comme une activité institutionnalisée mettant en œuvre une ou plusieurs qualités physiques, dont la pratique en compétition se fait sous la tutelle d une fédération 2.» 2 : De la médiatisation du sport Un des aspects les plus importants du sport est évidemment sa médiatisation. A l heure du développement de l Internet et des supports multiples et variés, il ne fait nul doute que les nouvelles technologies accentuent cette médiatisation, en étant tout à la fois source de visibilité et de développement. Avant d être diffusées dans le grand public, les nouvelles technologies (dont certaines n en sont parfois qu au stade de prototype) sont bien souvent adoptées en premier par le monde du sport. Semelles de chaussures imprimées sur ordinateur, vêtements en spray, fibres de carbone, nanomatériaux : les Jeux olympiques de 2012 constituent un formidable exemple en ce sens, et ceux de 2016 ne devraient pas déroger à la règle. Historiquement, le sport a d ailleurs toujours accompagné l essor des nouvelles technologies de l information et de la communication. Dés 1920, le sport fait son apparition à la radio avec les grands commentateurs. Cependant, la forte médiatisation du sport ces dernières années n est évidemment pas indifférente à l évolution des technologies de retransmission télévisée. «La télévision et le sport ne sont pas nés ensemble. Pourtant depuis un demi-siècle, ils grandissent côte à côte», avait d ailleurs déclaré dans les années 1960 Monique Berlioux, ancienne Directrice du Comité International Olympique. «L expérience française confirme en tous points le constat de cette ancienne championne de haut niveau. La télévision prend place officiellement dans nos sociétés le 27 janvier 1926, et les premières émissions de sport pénètrent le champ télévisuel en 1947, mais les caméras ne se rendent pas encore dans les stades. Dés 1948 est réalisé le premier tournage à l extérieur par voie hertzienne d une compétition sportive en direct, l arrivée du tour de France cycliste, la retransmission tentée l année précédente au Théâtre des Champs-Élysées ayant échouée (les techniciens avaient dû recourir à un câble joignant le studio, heureusement 1 Frédéric Buy, Jean-Michel Marmayou, Didier Proracchia, Fabrice Rizzo, Droit du Sport, 2012, p Romain Gambarelli, «L'influence de la télévision sur le sport et l'organisation d'évènements sportifs», Mémoire universitaire, Institut de Recherche et d'études en Droit de l'information et de la Communication,

10 peu éloigné) 1. D ailleurs, c est tout sauf un hasard si, lorsque le journal télévisé est créé en 1949, il débute la veille du départ du tour et s arrête le 24 juillet, jour de l arrivée à Paris, et suivra par la suite chacune de ses étapes. Cette épreuve représentait un engouement populaire énorme, et jusqu à présent les images étaient uniquement vues aux actualités cinématographiques. En 1952 est diffusée sur le petit écran la première rencontre de football (France Suède). La télévision deviendra vite indispensable au sport. C est au début des années 1960 avec la politique gaulliste et l apparition des médias, que le spectacle sportif va prendre son véritable envol dans la société mondiale industrielle. Les premières chaînes de télévision sportives, dont l objet est la diffusion d épreuves et d informations, apparaissent en Canal+ se crée en 1984 et reste depuis l un des principaux diffuseurs du sport. En 1992, les Jeux olympiques d Albertville furent l occasion d effectuer la première expérience en Europe de télévision haute définition. C est ainsi que, d années en années, la télévision s empare des différents lieux de rencontres sportives.» De nos jours, le sport, et pas seulement ses grands événements, est un formidable facteur de croissance pour les nouveaux médias et les technologies numériques en particulier, avec des consommateurs prêts à dépenser de plus en plus, en argent et en temps, pour ne rien rater de l'information sportive. À l heure du déploiement en France de la «télévision connectée» (télévision raccordée, directement ou indirectement, à Internet), ce phénomène est loin de s arrêter et prend au contraire beaucoup d ampleur, à la satisfaction des propriétaires de droits d'exploitation de spectacles sportifs. Section 2 : Le droit d'exploitation du spectacle sportif L'hypermédiatisation du sport est donc un phénomène à l'ampleur grandissante. Il convient de se demander dès lors à qui cela profite, autrement dit qui sont les titulaires du droit d exploitation du spectacle sportif ( 1), et quel est le contenu précis de ce droit d'exploitation ( 2). 1 Christian Brochand, «Le Sport Et La Télévision: Un Vieux Couple à Histoires», Communication et langages,

11 1 : Le monopole du droit d'exploitation du spectacle sportif La liste des acteurs pouvant prétendre ou ayant prétendu détenir ce droit est très longue. Il s'agit d'un sujet donnant lieu à de multiples débats et qui est sources de tensions entre ces acteurs. Il faut tout de suite admettre deux exclusions. La première semble évidente : si les joueurs (voir les arbitres) sont effectivement des acteurs sans qui la rencontre sportive n aurait pas lieu, pour autant ceux-ci ne sont pas titulaires de droit de propriété intellectuelle à proprement parler (c est-à-dire d un droit d auteur ou d un droit voisin du droit d auteur sur leurs prestations). Le sportif n est en effet pas qualifié d auteur d une œuvre de l esprit ou d artiste-interprète. Ce dernier doit, pour être qualifié comme tel, exécuter une œuvre de l esprit. Cela permet donc d exclure de cette qualification le sportif, pour lequel ni la jurisprudence, ni la doctrine ne reconnaissent l exécution d une telle œuvre 1. La seconde exclusion est beaucoup moins évidente. Le développement du mouvement sportif a été dépendant à l origine de la seule initiative privée, notamment lors de la création des premières fédérations sportives. Le gouvernement du Front populaire a posé les bases d une administration publique du sport traduisant l implication de l'etat dans le financement et la promotion d une activité considérée comme relevant de l'intérêt général. Par la suite, à la Libération, le sport est devenu une mission de service public dont l'etat déléguait l exercice aux fédérations sportives. Enfin, l'échec des athlètes français aux Jeux olympiques de Rome en 1960 a conduit à un renforcement du Ministère de la Jeunesse et des Sports, à la mise en place d une organisation de la préparation olympique, et à la création du cadre des conseillers techniques et sportifs 2. S'opposant à l'introduction dans le Code du sport du droit au pari des organisateurs et afin d'éviter de payer une redevance aux fédérations sportives organisatrices, certains opérateurs de paris en ligne (par opposition aux paris en «dur», vente physique) ont profité de cette gouvernance du sport par l'etat et du financement public pour émettre la théorie selon laquelle les manifestations sportives seraient des biens publics dont la propriété serait collective. Cette analyse n'a pas été suivie par le Conseil d'état 3. 1 Nadine Dermit-Richard, Johanna Guillaumé, Football et droit, Actes du colloque «Football et droit» organisé à la Faculté de droit de Rouen le 12 octobre 2011, Volume n 2, Décembre Cour des comptes, «l'etat et les fédérations sportives face aux mutations du sport», Rapport public annuel 2009, p CE, 5 e et 4 e sous-sections réunies, 30 mars 2011, n

12 Dans un article à valeur de référence sur le sujet 1, Messieurs Melero et Soiron expliquent que le propriétaire du droit d'exploitation est l organisateur de l événement, comme le dispose l article 18-1 de l ancienne loi du 16 juillet 1984, selon lequel «le droit d exploitation d une manifestation sportive appartient à l organisateur de cet événement, tel qu il est définir aux articles 17 et 18» 2. Ainsi, cet article 18-1 reconnaît, à travers l'affirmation d'un monopole d'exploitation, l'existence d'un droit de propriété sur la manifestation ou la compétition sportive 3. Le droit de propriété adopte la forme d'un monopole d'exploitation dans la mesure où il porte sur une chose incorporelle et qu'il relève de la volonté de conférer à celui qui s'investit dans la création et l'organisation de la manifestation la faculté d'en retirer tous les fruits. «On peut donc considérer qu'un tel monopole d'exploitation appartient à la catégorie des droits voisins du droit d'auteur, avec l'originalité de ne pas être inscrit au Code de la propriété intellectuelle 4. Certains estiment qu'il s'agit d'un droit «voisin des droits voisins» 5. Les droits voisins du droit d'auteur (droit des artistes-interprètes, droit des producteurs culturels) ont été introduits dans la législation française par la loi du 3 juillet et ont été inclus dans le code de propriété intellectuelle par la loi du 1 er juillet Ils ont pour objet la constitution de monopoles intellectuels en contrepartie de l existence positive d un investissement, à titre professionnel. Il s agit donc très précisément de protéger des investissements en accordant un monopole. Or, le droit des producteurs sportifs présente toutes les caractéristiques du droit voisin. Ils rémunèrent un investissement économique, il est organisé comme un véritable droit de propriété intellectuelle (avec des prérogatives particulières d'un côté). Certains se demandent même s'il n'est pas encore plus puissant qu'un droit de propriété réglementé dans le code. Néanmoins, ce sujet est l'objet de nombreux débats, et même si le droit en question ici est très proche d'un droit voisin et que certains auteurs le considèrent comme tel 8, il n'en est pas vraiment un au sens strict. On pourrait penser a priori qu il a pour titulaire le créateur de la compétition sportive, c est-à-dire celui qui a investi financièrement pour lui permettre d exister, et qui a besoin d en retirer des 1 Victoriano Melero, Romain Soiron, «Le Droit D exploitation Du Spectacle Sportif», Décembre Loi n du 16 juillet 2004 relative à l organisation et à la promotion des activités physiques et sportives 3 Frédéric Buy, Jean-Michel Marmayou, Didier Proracchia, Fabrice Rizzo, Droit du Sport, 2012, p C. Caron, Droit d'auteur et droits voisins, LexisNexis, 3e éd. 2013, n J-M. Bruguière, «Les droits voisins de la propriété littéraire et artistique», Propriété Intellectuelle, 2012, n 43, p Loi n du 3 juillet 1985 relative aux droits d'auteur et aux droits des artistes-interprètes, des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes et des entreprises de communication audiovisuelle 7 Loi n du 1 er juillet 1992 relative au Code de la propriété intellectuelle (partie législative) 8 Christophe Caron, Droit d'auteur et droits voisins, LexisNexis, 2013, p

13 bénéfices 1, donc le producteur. Cependant, il faut rappeler qu en droit de la propriété intellectuelle, seuls les producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes sont titulaires de droits voisins. Contrairement au domaine culturel, dans le monde du sport, les organisateurs peuvent être soit une fédération sportive bénéficiant d une délégation de service public octroyée par l Etat, soit une personne physique ou morale remplissant des conditions prévues par la loi, donc un organisateur privé. En effet, selon l article L du Code du sport, «Les fédérations sportives, ainsi que les organisateurs de manifestations sportives mentionnés à l article L , sont propriétaires du droit d'exploitation des manifestations ou compétitions sportives qu'ils organisent». Dès lors, on distingue plus précisément deux types de propriétaires. D un côté, les fédérations sportives, qui organisent les compétitions, et de l autre, les organisations de manifestations sportives définies à l article L du Code du sport». Les fédérations sportives, tout d abord, sont définies comme étant des unions d'associations sportives (régie par la loi de 1901), dont l'objet est de «rassembler les groupements sportifs qui y sont affiliés ainsi que les licenciés, dans le but d'organiser la pratique sportive à travers notamment les compétitions» 2. Certaines se voient octroyer par l Etat une délégation de service public, et sont donc chargées de l exécution d une mission de service public : l organisation de la pratique d une discipline sportive. On distingue au sein de ces fédérations les fédérations unisport (celles organisant la pratique d une seule discipline), multisports (celles permettant de pratiquer différents sports relevant pour leurs règles des fédérations unisports), et les fédérations «affinitaires» (comme l union française des œuvres laïques d éducation physique). Une précision s impose dès lors : ce droit de propriété reconnu aux fédérations a longtemps été discuté. En réalité, aujourd hui, la Fédération Française de Football est la seule Fédération sportive à avoir décidé de transférer ce droit de propriété aux clubs. En effet, la loi du 6 juillet 2000 modifiant la loi du 16 juillet 1984 relative à l organisation et à la promotion des activités physiques et sportives précisait en son article 9. III. qu «A l'exception des fédérations sportives agréées à la date du 16 juillet 1992, seules les fédérations délégataires peuvent utiliser l'appellation «Fédération française de» ou «Fédération nationale de» ainsi que décerner ou faire décerner celle d'«équipe de France de» et de «Champion de France», suivie du nom d'une ou plusieurs disciplines sportives et la faire figurer dans leurs statuts, 1 Fabrice Rizzo, Didier Proracchia, «Propriété Du Spectacle Sportif», Consulté le 09/06/

14 contrats, documents ou publicités» 1. La finalité de cet article à l époque était de s opposer à la volonté d appropriation par certains clubs de football professionnels des droits médias du Championnat de France de football professionnel 2, ceux-ci ne pouvant pas en être les titulaires originaires 3. Ce lobbying très intensif de certains clubs pour réclamer le droit d exploitation des matchs, consistait pour eux à mettre en avant toute la difficulté qu ils éprouvaient à attirer des investisseurs, n ayant aucun droit de propriété à leur actif. Ainsi, depuis la loi Lamour du 1 er août 2003, les clubs peuvent se voir céder à titre facultatif le droit d exploitation audiovisuelle 4. À l heure actuelle, seule la Fédération Française de Football en a usé. Il sera nécessaire d approfondir ce point plus loin dans les développements. L article L du Code du sport dispose ensuite que «Toute personne physique ou morale de droit privé, autre que les fédérations sportives, qui organise une manifestation ouverte aux licenciés d'une discipline qui a fait l'objet d'une délégation de pouvoir conformément à l article L et donnant lieu à remise de prix en argent ou en nature dont la valeur excède un montant fixé par arrêté du ministre chargé des sports, doit obtenir l'autorisation de la fédération délégataire concernée». Au final, les titulaires des droits d exploitation des manifestations sportives sont donc toutes des personnes morales, à savoir des fédérations et des ligues professionnelles, d une part, et les investisseurs, qualifiés de «sociétés sportives» par le Code du sport, d autre part. Dès lors, quels sont plus précisément les droits dont sont propriétaires ces personnes morales, qui sont affectés à l heure de l Internet? 2 : Le contenu du droit d'exploitation du spectacle sportif Si certains composants de la manifestation sportive peuvent être protégés au titre du Code de la propriété intellectuelle, et cela surtout par le droit des marques (il en va ainsi s agissant des noms des clubs, des logos, etc.), le spectacle sportif n a pour autant jamais été protégé par le droit d auteur en jurisprudence. 1 Loi n du 6 juillet 2000 modifiant la loi n du 16 juillet 1984 relative à l organisation et à la promotion des activités physiques et sportives 2 Victoriano Melero, Romain Soiron, «Le Droit D exploitation Du Spectacle Sportif», Décembre TGI Paris, 14 octobre 1987, CA Paris, 10 février Loi n du 1 er août 2003 relative à l organisation et à la promotion des activités physiques et sportives 14

15 La Cour de Justice de l Union Européenne a même expressément refusé cette protection dans une affaire de Elle reconnaît que les rencontres sportives ont un «caractère unique» et, qu'à ce titre, chaque État membre est en droit de leur accorder une protection spécifique qui pourrait, à l'instar d'un droit de propriété intellectuelle, justifier, dans son principe, une restriction territoriale. Cependant, la Cour dans son raisonnement apporte une affirmation, lourde de conséquences, selon laquelle «les rencontres sportives ne sauraient être considérées comme des créations intellectuelles qualifiables d'œuvres au sens de la directive sur le droit d'auteur». En effet, pour constituer une œuvre, l'objet en cause doit être original. Or, une rencontre de football est régie par des règles de jeu qui ne laissent selon la Cour «pas de place pour une liberté créative au sens du droit d'auteur», au motif que les règles du jeu excluraient toute liberté créative et donc toute création intellectuelle propre à son auteur. Malgré un arrêt plutôt surprenant rendu quelque temps plus tôt par la cour d appel de Paris (la cour d appel de Paris avait jugé que «la course «La Route du Rhum» doit être regardée comme une œuvre de l'esprit protégeable au titre du droit d auteur») 2, la solution, déjà défendue en droit d'auteur français 3, apparaît comme étant difficilement contestable. «Il en ressort dès lors qu aucun texte ne définit explicitement la nature et le contenu du droit d exploitation des compétitions et manifestations sportives. Le périmètre de ce droit demeure au cœur de toutes les préoccupations, de sorte que deux conceptions du monopole d exploitation s affrontent en jurisprudence 4. Pour les fédérations sportives, une conception extensive du monopole s impose, selon laquelle tous les produits tirés de l exploitation d une compétition, directe ou indirecte, entrent dans son périmètre et donnent lieu à paiement au profit de l organisateur. Autrement dit, ce périmètre devrait s étendre à toute création de valeur dont l un des supports au moins est l événement sportif. Il existe de l'autre côté une conception restrictive, majoritairement soutenue en doctrine, défendant une interprétation raisonnable de l article L du Code du sport, refusant d étendre exagérément le monopole d exploitation. Selon François Alaphilippe, professeur de droit et ancien secrétaire général du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), le droit d exploitation d une rencontre 1 CJUE 4 oct. 2011, Football Association Premier League LTD c/ QC Leisure et Karen Murphy c/ Media Protection Services LTD, C-403/08, AJDA , chron. M. Aubert, E. Broussy et F. Donnat 2 Cour d'appel de Paris. Pôle 5 Chambre 1 21 septembre No Rôle : 09/ C. Caron, Droit d'auteur et droits voisins, Litec, 2 e éd., n 53 et A. et H.-J. Lucas, Traité de propriété littéraire et artistique, 3 e éd., n 55 4 Pierre Dominique Cervetti, «Haro sur le monopole d'exploitation des organisateurs de compétition sportive», Lamy Droit de l'immatériel, n ,

16 sportive serait à rattacher à la catégorie des droits intellectuels, puisqu il y aurait derrière cette rencontre sportive une «création de valeur, laquelle doit profiter à celui ou à ceux qui en sont à l origine» 1. Ainsi, le contenu précis du droit d exploitation a été défini principalement par la jurisprudence». En laissant de côté certaines exploitations particulières telles que le parrainage, la billetterie et les services associés, la jurisprudence et la doctrine s'accordent aujourd'hui pour considérer que le droit d'exploitation recouvre le droit d'exploitation audiovisuelle d'un côté, et le droit au pari de l'autre. Il faut donc approfondir ces deux notions. Le premier droit d'exploitation vient tout de suite à l'esprit lorsqu'on pense aux compétitions sportives aujourd'hui, c'est le droit d'exploitation audiovisuelle de l'évènement. La Cour de Cassation, dans un arrêt du 17 mars 2004, avait rappelé que «L organisateur d une manifestation sportive est propriétaire des droits d exploitation de l image de cette manifestation, notamment par diffusion de clichés photographiques réalisés à cette occasion» 2. Cet arrêt rappelle donc le principe selon lequel l exploitant de la manifestation est le seul détenteur de droits. En matière audiovisuelle, il est indiqué que «Toute fédération sportive peut céder aux sociétés sportives, à titre gratuit, la propriété de tout ou partie des droits d'exploitation audiovisuelle des compétitions ou manifestations sportives organisées chaque saison par la ligue professionnelle qu'elle a créée, dès lors que ces sociétés participent à ces compétitions ou manifestations sportives. La cession bénéficie alors à chacune de ces sociétés» (article L alinéa 2). Ainsi, toute forme de diffusion, quel qu en soit le support, ne peut être réalisée qu après autorisation du détenteur de droits. «Il est important de noter que selon les débats parlementaires relatifs à l'article suscité, la notion de droit d'exploitation audiovisuelle doit s'entendre par référence à la définition de «communication au public par voie électronique», à savoir «toute mise à disposition du public ou de catégories de public, par un procédé de télécommunication, de signes, de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature qui n'ont pas le caractère d'une correspondance privée» d'après la loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) du 21juin L'organisateur est donc propriétaire de tous les éléments de sa manifestation (séquences filmées, photographies, sons, écrits...). Tous les médias sont en principe concernés par les droits d'exploitation audiovisuelle 4. Sont visés en effet les 1 François Alaphilippe, «Retransmission Télé Et Radio Des Événements Sportifs», 2002, p Cour de cassation, Ch. Com., 17 mars 2004, n Loi n o du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique 4 Gérald Simon, Droit du sport, Thémis droit, 2012, p

17 Le «services de communication au public par voie électronique» qui comprennent, selon l'article 2 de la loi du 30 septembre 1986, l'ensemble des services qui mettent «à disposition du public ou de catégories de public, par un procédé de communication électronique, de signes, de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature qui n'ont pas le caractère d'une correspondance privée» 1. La notion d exploitation audiovisuelle des manifestations ou compétitions sportives recouvre ainsi la diffusion télévisuelle (en intégralité ou par extraits, en direct ou en différé), radiophonique, par Internet, par la téléphonie mobile de troisième génération avec la technologie UMTS et par supports fixes (cassettes vidéo, DVD, ou encore CD-Rom) 2.» «différé» inclue également la notion de «léger différé», il s'agit ici du très léger différé engendré par les délais de transmission, désignant par exemple la seconde d'avance de la radio sur la télé. Le droit de propriété de l'organisateur sur toute forme d'exploitation audiovisuelle de sa compétition est donc absolu 3. Il existe néanmoins une limite, importante à préciser, qui porte sur les droits radiophoniques. En effet, une disposition spéciale du Code du sport adoptée en 2003 précisait que la réalisation et la diffusion par les radios du commentaire oral des manifestations et compétitions sportives échappent au droit d'exploitation audiovisuelle. L'exception est l'achat par la radio RMC des droits radiophoniques de la Coupe du monde de football en 2002 et le lancement la même année par la Ligue de football professionnel d'une procédure d'appel d'offres pour la commercialisation des droits radiophoniques liés aux compétitions qu'elle organise. Le Conseil d'etat, saisi en référé par Radio France et le GIE «Sport libre» constitué pour la circonstance entre les radios contestataires, a souligné l'ambiguïté de la loi, dans sa rédaction de l'époque, quant à la détermination des droits d'exploitation susceptibles d'être cédés et a refusé de se prononcer au fond. Le législateur est venu au secours des requérants et, avant que le juge administratif ait eu le temps de rendre une décision, a modifié le texte litigieux dans un sens leur convenant 4. Mais les autres médias ne bénéficient donc pas de cette exception. L'autre droit d'exploitation de l'organisateur de la manifestation sportive, moins évident, mais dont l'importance est grandissante ces dernières années, est le droit au pari. En effet, jusqu'à l'ouverture des jeux et paris en ligne en 2010, à laquelle il faudra s'intéresser 1 Loi n du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication (Loi Léotard) 2 Fabrice Rizzo, JurisClasseur Communication, Fasc : RÉGIME JURIDIQUE DES ÉVÉNEMENTS SPORTIFS, 1er février Victoriano Melero, Romain Soiron, «Le Droit D exploitation Du Spectacle Sportif», Décembre Gérald Simon, Droit du sport, Thémis droit, 2012, p

18 plus loin, l'article L du Code du sport n'englobait que les droits d'exploitation audiovisuelle. La loi du 12 mai 2010 a étendu le champ de ce droit en introduisant un article L , aux termes duquel «le droit d'exploitation défini au premier alinéa de l'article L inclut le droit de consentir à l'organisation de paris sur les manifestations ou compétitions sportives» 1. «Le droit au pari a été conçu par le législateur comme comprenant deux volets 2. D'une part, il se veut un instrument de responsabilisation juridique des organisateurs d'événements sportifs s'agissant de l'intégrité des compétitions. L'alinéa 5 de l'article L du Code du sport indique notamment que le contrat d'organisation de pari «précise les obligations à la charge des opérateurs de paris en ligne en matière de détection et de prévention de la fraude, notamment les modalités d'échange d'informations avec la fédération sportive ou l'organisateur de cette manifestation sportive». L'objectif est donc d'éviter de se retrouver avec des matchs truqués, ou des suspicions de matchs truqués. D'autre part, pour que cette responsabilisation soit concrète, il constitue un instrument de financement du sport et repose sur «une rémunération tenant compte notamment des frais exposés pour la détection et la prévention de la fraude» (Code du sport sport, art. L , al. 6). La commercialisation de ce droit par les fédérations sportives ou les organisateurs de manifestations sportives doit faire l'objet de conventions avec les opérateurs de paris en ligne. Tel que prévu par la loi, le droit au pari s'applique uniquement aux manifestations sportives organisées en France. La liste des sports concernés est disponible sur le site de l'autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL), le gendarme des paris virtuels, et inclut notamment le rugby, le tennis, le football, le baseball ou encore le basketball. Enfin, le droit au pari doit être commercialisé à titre non exclusif, selon une procédure de consultation non discriminatoire ouverte à tous les opérateurs ayant obtenu l'agrément d'opérateur de paris sportifs auprès de l'arjel. Les modalités de commercialisation du droit au pari se distinguent donc de celles des droits d'exploitation audiovisuelle, dont les pouvoirs publics ont autorisé la vente exclusive selon un système de lots et d'enchères.» Après avoir précisé les contours de ces deux droits d'exploitation, majeurs, il est intéressant de les remettre dans leur contexte, à l'heure du développement de l'internet. Le 1 Loi n du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne 2 Benoit Le Bret et Hugues Parmentier, «Le droit au pari - Un nouveau droit d'exploitation des événements sportifs ou un pari sur le droit?», La Semaine Juridique Edition Générale n 27, 4 Juillet 2011, p

19 sport et les nouvelles technologies s'avèrent très souvent être un couple gagnant. Il sera d'ailleurs intéressant de constater que par certains aspects Internet se révèle être très positif pour les détenteurs de droits sportifs, notamment en termes de visibilité de leurs compétitions. Cependant, se sont développées certaines pratiques qui paraissent pernicieuses pour l'environnement sportif, et qui affectent les deux principales composantes du droit d'exploitation de la manifestation sportive. Il s'agit d'une part, du piratage du contenu audiovisuel sportif sur Internet. Celui-ci peut être effectué de deux manières : par le dépôt de vidéos de matchs sur les plateformes d'hébergement de vidéo, dont il faudra analyser le traitement, et avec le streaming, piratage de ce qui fait toute la beauté du sport, le direct (live). D'autre part, si la corruption dans le sport, véritable fléau pour l'intégrité des compétitions sportives, a toujours existé, celle-ci a pris des dimensions inédites ces dernières années, du fait de la mondialisation et des possibilités qu offre Internet. Il en va ainsi également, il faut le reconnaître, du fait de la place inédite que le sport a prise dans nos vies. Mais cette place peut s'amoindrir fortement dès lors qu'est remise en cause l'incertitude pesant autour du résultat final. Ainsi, ces pratiques semblent «mette à mal», aussi bien les détenteurs de droits directement, par la dénaturation de leurs droits d'exploitation audiovisuelle, que les compétitions sportives elles-mêmes, avec le développement des paris sportifs en ligne. Pour mieux appréhender ce phénomène, il est nécessaire de se demander d'abord par quels aspects les compétitions sportives et les droits afférents sont mis à mal (Partie 1), avant de s'intéresser aux solutions mises en œuvre, en pratique ou dans les textes, et les solutions envisageables (Partie 2). 19

20 PARTIE I : INTERNET : UNE RÉELLE MISE A MAL DES COMPÉTITIONS SPORTIVES? Que l on n apprécie ou pas le sport et l environnement qui l entoure, force est de constater qu il s agit parfois, et notamment pour ce qui est du football, d un véritable phénomène de société, qui revêt une importance aussi bien pour les citoyens, qu une importance politique et économique majeure d une manière plus générale. De cette situation économique découlent des conséquences souvent dommageables au sport en général et au football en particulier, telles que le développement inégal des clubs, la focalisation autour de certaines «stars», le développement de valeurs nuisant à la vision et aux valeurs de ce sport, et surtout la disparition progressive du football des chaînes gratuites. Heureusement, Internet permet de mettre en valeur le sport, sous différents aspects, et notamment concernant le droit à l'information sportive (Chapitre 1). Cependant, il résulte de la situation économique particulière du sport de haut niveau, et des énormes sommes d'argent qui sont en jeu, que de nombreuses mafias se servent des paris en ligne pour gagner beaucoup d'argent, en mettant indéniablement à mal la sincérité de certains matchs (Chapitre 2). 20

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE

TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE TITRE IV - DROITS D EXPLOITATION AUDIOVISUELLE ET MARKETING SOMMAIRE 1) Droits d exploitation audiovisuelle des compétitions professionnelles... 185 2) Match télévisé... 185 3) Match des Champions... 185

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE source http://www.upp-auteurs.fr Droit d'auteur Le droit d'auteur constitue une branche de la propriété littéraire et artistique. Il a pour vocation de fixer un cadre juridique

Plus en détail

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Droits Syndicat français des artistes interprètes Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Les droits des artistes interprètes sont des droits de propriété littéraire et artistique,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY Marcoussis, le 29 mai 2013 AVIS HEBDOMADAIRE n 960 MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY La loi du 1er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les

Plus en détail

Liste ARJEL des catégories de compétitions et résultats

Liste ARJEL des catégories de compétitions et résultats Cadre légal des paris sportifs en France - Principes Loi n 2010-476 du 12 mai 2010 Encadrement de la forme des paris (mutuelle, à cote, live betting) Détermination des supports de paris par l ARJEL (compétitions

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Artlcle 1:...Règ,lement g,énéral

Artlcle 1:...Règ,lement g,énéral Amendement n Q 1: au Règlem;e,nt G;énéral des, concours die,pronostics, sportlfa dénommés «' Cate, et Sport» Article 11 Les dispositions des articles 1, 3 et 7 du Règlement général des concours de pronostics

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT, relatif au code de la propriété intellectuelle. (Partie législative.)

SÉNAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT, relatif au code de la propriété intellectuelle. (Partie législative.) PROJET DE LOI adopté le 15 mai 1992 N 130 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT, relatif au code de la propriété intellectuelle. (Partie législative.) Le Sénat

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE

ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE ACCORD PORTANT SUR LES CONDITIONS DE CESSION DES DROITS DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DES ARTISTES INTERPRETES AU SEIN DE RADIO FRANCE PREAMBULE Radio France est une société nationale de programme qui conçoit,

Plus en détail

PRESERVER L'INTEGRITE ET LA SINCERITE DES COMPETITIONS SPORTIVES FACE AU DEVELOPPEMENT DES PARIS SPORTIFS EN LIGNE

PRESERVER L'INTEGRITE ET LA SINCERITE DES COMPETITIONS SPORTIVES FACE AU DEVELOPPEMENT DES PARIS SPORTIFS EN LIGNE PRESERVER L'INTEGRITE ET LA SINCERITE DES COMPETITIONS SPORTIVES FACE AU DEVELOPPEMENT DES PARIS SPORTIFS EN LIGNE Prévention et lutte contre l'atteinte à l intégrité et à la sincérité des compétitions

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Le gouvernement a entériné, dans la loi de finances pour 2011, une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Droit au pari au profit des fédérations sportives : Théorie et pratique Paris, 18 février 2010 Perrine Pelletier www.ulys.net Avocat au

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Titre I - Les clubs SECTION I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX RELATIONS ENTRE LES CLUBS ET LA LIGUE DE FOOTBALL PROFESSIONNEL 2007 SAISON 2008

Titre I - Les clubs SECTION I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX RELATIONS ENTRE LES CLUBS ET LA LIGUE DE FOOTBALL PROFESSIONNEL 2007 SAISON 2008 Titre I - Les clubs SECTION I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX RELATIONS ENTRE LES CLUBS ET LA LIGUE DE FOOTBALL PROFESSIONNEL ARTICLE 101 2007 SAISON 2008 Les clubs participant aux championnats

Plus en détail

Consultation publique relative au suivi des règles encadrant la diffusion des brefs extraits de compétitions sportives

Consultation publique relative au suivi des règles encadrant la diffusion des brefs extraits de compétitions sportives Consultation publique relative au suivi des règles encadrant la diffusion des brefs extraits de compétitions sportives 2 Par un communiqué du 29 mai 2013, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a décidé

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

LA CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

LA CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU LA CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU PRÉSENTATION Elle est fondée charte du sport de haut niveau est fondée sur les principes déontologiques du sport. Elle fixe le cadre général des relations entre les sportifs

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Cas concernés Vous disposez d un abonnement Internet. Votre opérateur vous a informé que

Plus en détail

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Préambule Ce document est réalisé dans le cadre du PRAI (Programme régional d actions innovatrices)

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2012-238 QPC du 20 avril 2012 (Société anonyme Paris Saint-Germain football) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 21 février 2012 par la Cour de cassation (Chambre commerciale, arrêt n

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision)

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Commentaire Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 novembre 2013 par le

Plus en détail

POUR UN FINANCEMENT LOCAL

POUR UN FINANCEMENT LOCAL POUR UN FINANCEMENT LOCAL PLUS EQUITABLE DU SPORT Xavier Sautenuage 1 Le 11 janvier 2010 La publication le 10 décembre 2009 du rapport public de la Cour des comptes intitulé «les collectivités territoriales

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005 Secrétariat du Grand Conseil RD 643 Date de dépôt: 14 août 2006 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur le rapport annuel de la médiatrice pour l'année 2004-2005 Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Contre exemple de licence Open Data

Contre exemple de licence Open Data Contre exemple de licence Open Data La licence reproduite dans la suite de ce document est un exemple typique de licence incompatible avec les principes de l'open Data. Au vu de cette incompatibilité et

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Avis n 2014-1 relatif à l exception de copie privée des programmes télévisés.

Avis n 2014-1 relatif à l exception de copie privée des programmes télévisés. Avis n 2014-1 relatif à l exception de copie privée des programmes télévisés. Le Collège de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet, Vu la directive 2001/29/CE

Plus en détail

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé 1 1. Qu est-ce qu un PPP? 2. Principaux montages en PPP en droit français.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

CONTRAT D ENGAGEMENT EN QUALITE DE DOCTORANT CONTRACTUEL. Contrat doctoral n

CONTRAT D ENGAGEMENT EN QUALITE DE DOCTORANT CONTRACTUEL. Contrat doctoral n CONTRAT D ENGAGEMENT EN QUALITE DE DOCTORANT CONTRACTUEL Contrat doctoral n Vu le code de la recherche, et notamment son article L. 412-2 ; Vu le décret n 84-431 du 6 juin 1984 modifié fixant les dispositions

Plus en détail

Droit de la création publicitaire

Droit de la création publicitaire Christophe Bigot Avocat au Barreau de Paris Droit de la création publicitaire L.G.D.J Table des matières INTRODUCTION TITRE I LA PROTECTION DES CRÉATIONS PUBLICITAIRES Chapitre 1. Les conditions de protection

Plus en détail

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs DEFINITIONS : CONNAISSANCES PROPRES : Toutes les informations et connaissances techniques et/ou scientifiques,

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT DROIT DES MARQUES LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION Claire PEREZ Decembre 2011 Le droit des marques et le droit commercial doivent sans cesse s adapter et appréhender les nouvelles

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail DIVERS La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail INTRODUCTION De multiples créations sont réalisées dans le cadre des entreprises par leurs salariés. Il

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

Consulting Communication des organisations

Consulting Communication des organisations Nicolas Roux Master 2 Ingénierie des Médias Année 2006 / 2007 Consulting Communication des organisations Stage réalisé du 29 janvier au 30 juin 2007 Tuteur de stage : M. Christophe Queval Enseignante tutrice

Plus en détail

Les droits de propriété industrielle

Les droits de propriété industrielle Les droits de propriété industrielle Nathalie Wuylens Directrice des affaires juridiques SATT idfinnov nws@idfinnov.com 2015 - idfinnov Rappel : Propriété intellectuelle Propriété industrielle Droit des

Plus en détail

1 REGLEMENT INTERIEUR 10 MEMBRES

1 REGLEMENT INTERIEUR 10 MEMBRES 1 REGLEMENT INTERIEUR 10 MEMBRES 100 TITRES HONORIFIQUES Le titre de Président d Honneur, Vice-Président d Honneur ou Membre d'honneur est décerné par le Comité Directeur de la Fédération aux personnes

Plus en détail

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE TRIBUNAL D E GRANDE INSTANCE DE PARIS a 3ème chambre 2ème section N RG : 12/10772 N MINUTE 3 Assignation du : 18 Juillet 2012 JUGEMENT rendu le 18 Octobre 2013 DEMANDEUR Monsieur Dominique-Paul VINET 1326

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 53 - TABLEAU COMPARATIF Code de la propriété intellectuelle Proposition de loi relative à l exploitation numérique des livres indisponibles du XX e siècle Article 1 er Au titre III du livre I er du code

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du mercredi 30 mars 2011 Société Betclic Enterprises Limited M. Stirn, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe,

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

CONVENTION de PARTENARIAT entre

CONVENTION de PARTENARIAT entre CONVENTION de PARTENARIAT entre La Direction des services départementaux de l Education Nationale de Haute- Savoie L Union Sportive de l Enseignement du Premier degré de Haute-Savoie La Fédération des

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l État, de la décentralisation et de la fonction publique Décret n [xxx] du [xxx] modifiant le décret n 82-453 du 28 mai 1982 relatif à l'hygiène et à la

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002 Relatif au plan comptable des mutuelles relevant du code de la mutualité et n assumant aucun risque d assurance ni de réassurance,

Plus en détail

Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France

Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France Bilan 2011 du marché des jeux en ligne en France Présentation des données du 4 ème trimestre 2011 Mardi 7 février 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne Rappel A ce jour, 46 agréments ont été délivrés

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 10 La Sociiétté des autteurrs,, composiitteurrs ett édiitteurrs de musiique ((SACEM)) AVANT PROPOS Cette notice d information a pour

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail Publics concernés : fonctionnaires,

Plus en détail

Le court métrage. www.csa.fr

Le court métrage. www.csa.fr Le court métrage www.csa.fr I- Rappels juridiques et contexte 1. Définition du court métrage Le court métrage est une œuvre dont la définition apparaît en «creux» à travers les articles 2, 3 et 4 du décret

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 01 165 de l'autorité de régulation des télécommunications en date du 9 février 2001 sur les décisions tarifaires n 2000396 et n 2001423 relatives au prix des communications à destination de certains

Plus en détail

Règlement concernant l octroi d aides financières du 10 mai 2010

Règlement concernant l octroi d aides financières du 10 mai 2010 Fonds de production télévisuelle s.à.r.l. Zinggstrasse 16 CH-3007 Berne Tél. 031 370 10 60 Fax 031 370 10 61 www.tpf-fpt.ch info@tpf-fpt.ch Règlement concernant l octroi d aides financières du 10 mai 2010

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Le congé de représentation

Le congé de représentation MINISTERE DE LA JUSTICE Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse Le congé de représentation Guide du congé de représentation des fonctionnaires et des agents non titulaires de la direction

Plus en détail

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS Présentation, Points principaux, Analyse, Fiscalité Bruxelles, 18.11.2010 Thibault Verbiest www.ulys.net Avocat aux barreaux de Bruxelles et de

Plus en détail

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président,

N/Réf. : BO818802. Monsieur le Président, N/Réf. : BO818802 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de la SEMASCL (SEM pour la promotion et la gestion

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

Convention. entre. la Fédération Française et la Fédération Française

Convention. entre. la Fédération Française et la Fédération Française Convention entre la Fédération Française et la Fédération Française de Football du Sport Adapté (FFF) (FFSA) Saint-Denis, le 17 avril 2002 Convention entre la Fédération Française de Football et la Fédération

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi relative au retrait obligatoire et au rachat obligatoire portant sur les titres de sociétés anonymes admis ou ayant été admis à la négociation sur

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 05 71 Date : Le 13 juillet 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. SOCIÉTÉ FINANCIÈRE WELLS FARGO CANADA Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

SAISON 2010 / 2011 RESERVES ET RECLAMATIONS

SAISON 2010 / 2011 RESERVES ET RECLAMATIONS SAISON 2010 / 2011 RESERVES ET RECLAMATIONS Ce tableau de modèles doit prendre place de préférence dans le vestiaire de l arbitre. Il vous permettra de poser correctement vos réserves sans risquer d'encourir

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail