Revue Synthese. Tome e série n

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue Synthese. Tome 133 6 e série n 4 2012"

Transcription

1 Revue Synthese de Tome e série n Esthétique de la technique Liliane Hilaire-Pérez, Sophie A. de Beaune, Estelle Thibault, Fabienne Brugère Revues critiques Jean-Hugues Barthélémy Entrer dans l époque techno-esthétique Thierry Bonnot Une esthétique des objets ordinaires Chronique de la recherche Vincent Beaubois Des techniques au design Varia Mathias Thura Une réévaluation de la métaphore théâtrale chez Goffman

2 Revue Synthese de Revue trimestrielle Tome 133, 6 e série N 4, 2012 Publiée avec le concours de l Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, du Centre national du livre, de l École normale supérieure, de l École des hautes études en sciences sociales. Revue répertoriée notamment dans Arts and Humanities Citation Index (Web of Science), dans International Bibliography of Book Reviews (IBR), International Bibliography of Periodical Literature in the Humanities and Social Sciences (IBZ), ISIS Current Bibliography of the History of Science, The Philosopher s Index, sur Google Scholar, Scopus, Francis et par la Modern Language Association Index européen de référence pour les humanités (ERIH-ESF 2011) Histoire : INT1 («rang international et haute visibilité») Philosophie des sciences : INT2 («rang international et visibilité significative») Disponible dans 6840 institutions dans le monde FONDATION POUR LA SCIENCE

3 Fondation «Pour la science» Centre international de synthèse Revue Synthese de Revue fondée en 1900 par Henri Berr Direction et rédaction Fondation «Pour la science» Centre international de synthèse 45, rue d Ulm, F Paris Tél. +33(0) Fax +33(0) Site : Directeur de la publication et rédacteur en chef : Éric Brian Équipe rédactionnelle : Laurie Catteeuw (responsable éditoriale), Vincent Bontems, Joël Chandelier, Caroline Ehrhardt, Valérie Tesnière (corédacteurs) Tél. : +33(0) Comité de rédaction : Charles Alunni, Étienne Anheim, Mathieu Arnoux, Claude Blanckaert, Michel Blay, Dominique Bourel, Jean-Pierre Cléro, Liliane Hilaire-Pérez, Jochen Hoock, Dominique Margairaz, Pierre-François Moreau, Jean-Claude Perrot, Olivier Remaud, Dinah Ribard, Jean-Marc Rohrbasser Comité scientifique : Philippe Boutry, Paolo Casini, Roger Chartier, Joël Cornette, Robert Darnton, Robert Fox, Dominique Julia, Everett Mendelsohn, Stéphane Michaud, Jean Mosconi, Mona Ozouf, Pierre Pellegrin, Roshdi Rashed, Daniel Roche, Jean-Claude Schmitt Soutiens à la rédaction : Naoko Abe (japonais), Dafne Muntanyola-Saura (espagnol), agence de traduction Soziotext, sous la dir. de Mirjam Miethling et Eddie Hartmann (allemand), atelier de traduction de l ENS sous la dir. de Houda Ayoub et Ziad Bou Akl (arabe), Huayan Wang (chinois), Jean-Christian Vinel (anglais) Publication et diffusion Springer-Verlag France, 22, rue de Palestro, F Paris, site : Édition et secrétariat de rédaction : Nathalie Huilleret, assistée de Marie-Elia Come-Garry Tél. : +33(0) Production : Calliope Sevrin Tél. : +33(0) Publicité et partenariats : Karine Pech Tél. : +33(0) Abonnements : Springer-Verlag France, NPAI Service abonnement 26 bis, rue Kléber, Montreuil cedex, France Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) Numéro de revue : Impression : Jouve DL : Z décembre 2012 ISSN version papier : ISSN version électronique : ISBN : Fondation «Pour la science» 2012 Springer-Verlag France Les textes publiés n engagent que leurs auteurs

4 Esthétique de la technique Présentation Liliane Hilaire-Pérez et Sophie A. de Beaune Esthétique de la technique Articles Estelle Thibault Motifs utilitaires et autonomie artistique. La forme architecturale et ses fonctions Liliane Hilaire-Pérez «Techno-esthétique» de l économie smithienne. Valeur et fonctionnalité des objets dans l Angleterre des Lumières Fabienne Brugère L invention du spectateur au xviii e siècle. L art est usage Revues critiques Jean-Hugues Barthélémy Entrer dans l époque techno-esthétique Thierry Bonnot Une esthétique des objets ordinaires Chronique de la recherche Vincent Beaubois Des techniques au design Varia Mathias Thura Une réévaluation de la métaphore théâtrale chez Goffman Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p. i-ii.

5 ii REVUE DE SYNTHÈSE : tome 133, 6 e série, n 4, 2012 Comptes rendus Le beau et l utile Denis Dutton, The Art Instinct. Beauty, Pleasure and Human Evolution (Henri-Paul Francfort) Armand Hurel et Noël Coye, dir., Dans l épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire (Sophie A. de Beaune) Harald Witthöft, Die Lüneburger Saline. Salz in Nordeuropa und der Hanse vom Jahrhundert (Jochen Hoock) Estelle Thibault, La Géométrie des émotions. Les esthétiques scientifiques de l architecture en France, (Laurent Baridon) Jean-Marie Schaeffer, Théorie des signaux coûteux, esthétique et art, présentation de Suzanne Foisy (Henri-Paul Francfort) Jean-Michel Salanskis, Le Monde du computationnel (Vincent Bontems) Robots étrangement humains, dossier thématique de Gradhiva, revue d anthropologie et d histoire des arts, coordonné par Denis Vidal et Emmanuel Grimaud, n 15, 2012 (Vincent Bontems) Tables du tome 133, année

6 PRÉSENTATION Esthétique de la technique Sophie A. d e Be a u n e et Liliane Hilaire-Pé r e z Aristote se posait déjà la question des rapports entre le beau, l utile et le nécessaire : la beauté a-t-elle à voir avec la technique? La technique est-elle forcément laide? La beauté est-elle nécessairement inutile? Il reprenait là le dialogue engagé à ce sujet dans le Grand Hippias de Platon. Socrate y pose tour à tour la plupart des questions qui agitent les théoriciens de l art jusqu à aujourd hui : peut-on dire que «ce qui sied est plus beau que ce qui ne sied pas»? Est-ce que «ce qui pour nous est beau [serait] ce qui éventuellement est utilisable»? Cette question, une tradition philosophique qui court depuis l Antiquité, et qu on voit s exprimer encore chez Kant, Hegel ou Heidegger, l a tranchée en dissociant nettement esthétique et technique. Une dissociation qui ne va cependant pas toujours de soi. Pendant des siècles, la richesse sémantique du terme «art» et le rôle unificateur qu il a joué dans l espace académique et savant à l époque moderne a porté des innovations, telles les sociétés des arts, animée d un idéal de conception unitaire des objets et d un rêve d harmonie entre les sciences et les arts, unis au nom d une compréhension synthétique de l invention et finalement de tout acte opératoire comme relevant d un art des liaisons selon Diderot 1. Insistons sur cet art des rapports. Au milieu du siècle, William Hogarth conçoit le plaisir esthétique comme goût des correspondances ( exactness of counterparts ). Dans les années 1790, Joshua Reynolds, chantre de la beauté néo-classique, définit l originalité comme la combinaison de modèles connus 2. Entre-temps, comme on le reprécisera, Adam Smith, dans l Essai sur la nature de l imitation dans les arts, voit dans «l écart entre l objet qui imite et l objet imité le fondement de la beauté de l imitation» et de l art, érigeant la «maîtrise de la disparité» en * Sophie Archambault de Beaune est professeur à l université Lyon 3 et chercheur à l UMR 7041 «Archéologies et sciences de l Antiquité». Ses recherches portent sur les comportements techniques et les aptitudes cognitives de l homme préhistorique. Elle a notamment publié L Homme et l outil (Paris, CNRS Éditions, 2008). Adresse : UMR 7041 ArScAn, 21, allée de l université, F Nanterre cedex Liliane Hilaire-Pérez est professeur à l université Paris 7 (laboratoire «Identités, cultures, territoires», EA 337) et directrice d études à l EHESS (Centre Alexandre-Koyré). Ses travaux concernent l histoire de l invention et des cultures opératoires en Europe à l époque moderne. Elle a notamment publié L Invention technique au siècle des Lumières (Paris, Albin Michel, 2000). Adresse : Université Paris 7, ICT, 5, rue Thomas Mann, F Paris 1. Hilaire-Pé r e z, Re y n o l d s, Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s z

7 472 Revue de synthèse : TOME 133, 6 e SÉRIE, N 4, 2012 canon artistique 3. Cette conception structuraliste de la beauté fait écho au principe de réduction, comme le soulignait Didier Deleule : «L artifice du créateur, comme celui du technicien, du savant, du philosophe, effectue le système comme œuvre de l art : une réduction de la diversité à certains principes d intelligibilité qui ont pour mission de respecter l hétérogénéité tout en surmontant [ ] la difficulté inhérente à la disparité des objets considérés 4.» Ainsi, «tout système a valeur esthétique 5». Cette utopie ne résiste pas à la dissociation entre les arts et les beaux-arts à partir du x v i i i e siècle. La conception du dessin longtemps associé au dessein, à l art du projet, à l ingenium en est transformée. Comme l a montré Frédéric Morvan 6, alors que l enseignement du dessin progresse dans des écoles où se forme un milieu artisanal et technicien rôdé à la copie, à la transposition, au dimensionnement clés de voûte d une recomposition technologique des métiers, en termes de compétences transverses et sectorielles, en même temps s affirme le prestige des Beaux-Arts et d une création artistique dégagée des conditions techniques et matérielles de production des œuvres d art dans les ateliers 7. Les historiens et les sociologues de l art ont souligné les enjeux sociaux culturels et politiques que recouvrent cette émancipation de l artiste, alors que les interférences avec le monde des métiers, avec le milieu des experts et des marchands étaient encore très fortes au siècle des Lumières et jusque sous la Révolution. Un témoin de ces tensions est l architecture. Dans De architectura, Vitruve plaçait cet art au sens d artifice à l articulation entre commodité, solidité et beauté. Mais du fait de son utilité, l architecture a été considérée bien souvent comme un art mineur. Estelle Thibault nous fait ainsi découvrir les réflexions qui se tissent à la fin du x i x e siècle entre architectes et philosophes sur la place que l architecture doit prendre parmi les arts : alors qu en 1860 les membres de l Institut, pour qui le Beau était un idéal détaché des nécessités matérielles, rejetaient hautainement l architecture du côté de l industriel, elle commence au début du x x e siècle à revendiquer sans honte un statut d art appliqué visant à une «beauté rationnelle». C est qu entretemps les relations entre le beau et l utile se sont quasiment inversées. Les travaux récents sur les expositions universelles 3. Le texte d Adam Sm i th, On the Nature of that Imitation which takes Place in what are called the Imitative Arts, commencé en 1777 et paru dans l édition posthume de son œuvre établie par Dugald St e wa rt (1795), a été republié dans Th i e r ry, dir., 1997 (ici p. 50 et 53). Le thème participe de l esthétique de la machine et de l œuvre d art comme assemblage et système : voir Be c q, 1983 ; Dé m o r i s, 1983 ; Da m i s ch, 1983 ; Sc o t t, De l e u l e, 1997, p. 31. Le verbe «surmonter» fait écho à la citation de l abbé Jean-Baptiste Dubos en 1733, s insurgeant contre la formalisation excessive des règles de l art en poésie : «rien n aide un poete françois à surmonter les difficultez, que son genie, son oreille et sa perseverance. Aucune methode reduite en art ne vient à son secours», dans Du b o u r g Gl at i g n y et Vé r i n, 2008, p On rapprochera cette formule de celle d Hélène Vérin commentant le sens que revêt l œuvre d art pour Herbert Simon, et l ancienneté de cette vision, qui place l économie au cœur de l esthétique : «En quelque sorte l œuvre d art est réussie dans la mesure où, entre les résultats et le processus qui y a conduit, on découvre une relation réussie» (Vé r i n, 1998, p. 127). 6. Mo rva n, Voir également Mi l l e t, 2011 et les travaux à paraître dans Le m b r é (Stéphane) et Mi l l e t (Audrey), L Enseignement du dessin entre art et industrie (x v i i i e -x i x e siècles). Renouvellements historiographiques et pistes de recherche. On peut aussi faire référence à la journée d étude organisée par Le m b r é et Mi l l e t, Entre art et industrie : les enjeux de la formation technique (x v i i i e -x i x e siècles), 11 juin 2012, IDHE, UMR-8533, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis.

8 PRÉSENTATION 473 mettent en valeur les revendications esthétiques et non pas techniques des fabricants dans bien des domaines, au nom de la qualité des produits 8. Eugénie Briot, dans son analyse des mises en scène de la parfumerie aux expositions de 1889 et de 1900, révèle que «la dimension technique des produits de parfumerie est presque entièrement absente 9». De même pour les papiers peints, Bernard Jacqué explique que «les papiers peints imprimés mécaniquement [ ] ne retiennent l intérêt ni des manufacturiers, ni des jurys, encore moins des publics, sinon pour les dénigrer, brièvement, jusqu aux années 1870», non sans nationalisme. La création d une catégorie des beaux-arts, en 1855, a été l occasion de rivaliser par l exposition de «tableaux» (réalisés à la planche), dessinés par des artistes. Les exemples foisonnent. Citons encore les tensions autour de la classification des vitraux 10 (certains peintres-verriers réclamant le statut de beaux-arts pour leurs œuvres) ou encore les conflits autour de la photographie après 1878, à l heure de l instantané au gélatino-bromure d argent : «L instantané [ ] est accusé de tous les maux, mais d abord comme une pratique inesthétique, la nouveauté technique et le progrès n étant pas synonymes de beauté 11.» Plus généralement, dès 1855, l utopie technologique encyclopédique, héritière de l union des arts mais aussi de l ample mouvement de commercialisation du goût porté en Angleterre par la Society of Arts (instigatrice du Crystal Palace), vole en éclat : le «secours mutuel des arts» et «l artialisation» des produits et des objets techniques, encensés par Maxime Du Camp, ne résistent pas aux critiques de Charles Baudelaire et d Ernest Renan 12. On prend donc la mesure de ce qui se joue pour l architecture au début du x x e siècle, et plus globalement pour la reconnaissance de l esthétique industrielle. On perçoit également, à rebours, l originalité de la période qui précède, sur laquelle on est de mieux en mieux informé. Comme Fabienne Brugère le rappelle ici dans sa relecture de la Théorie des sentiments moraux, Adam Smith avait suggéré dès 1759 que l utilité, lorsqu elle se donnait à voir, était en elle-même porteuse d une certaine beauté 13. Et il donnait précisément l exemple de la maison dont la commodité et la régularité manifestent de façon visible cette utilité : la belle maison, c est la maison qui s offre à nos yeux comme commode et confortable (nous ne sommes pas très loin du Grand Hippias). Impartial et doué d empathie, le spectateur idéal dont la figure lui sert à fonder en raison sa théorie du jugement moral est susceptible, même si ce n est 8. Hilaire-Pé r e z (Liliane), «Les expositions universelles en France au x i x e siècle : lignes de tension et lignes d horizon dans le champ technologique à l ère de l industrialisation», dans Ca r r é et al., 2012, p Br i o t (Eugénie), «Un autel de Flore au temple de l Industrie. La parfumerie française aux expositions universelles de 1889 et 1900», dans Ca r r é et al., dir., 2012, p Lu n e a u (Jean-François), «Les peintres-verriers dans les expositions universelles : histoire d un désamour», dans Ca r r é et al., dir., 2012, p Pe r c e va l (Marion), «Un instantané des expositions universelles : les amateurs de photographies et les expositions de 1878 à 1900», dans Ca r r é et al., dir., 2012, p Ca r a i o n (Marta), «L exposition universelle de 1855 : une réception biaisée», Wa n l i n (Nicolas), «Du rêve condensé en fait. L exposition universelle mise en vers, par delà matérialisme et idéalisme», 2012 ; Ja r r i g e (François), «Machines en mouvement. Les ambivalences du spectacle technique dans les expositions universelles du Second Empire». Les trois articles sont parus dans Ca r r é et al., dir, 2012, p , et «De la beauté que l apparence de l utilité confère à toutes les productions de l art», Sm i th, 1999 (cité par Br u g è r e, infra, p. 536).

9 474 Revue de synthèse : TOME 133, 6 e SÉRIE, N 4, 2012 pas lui qui l habite, d apprécier la beauté d une maison cossue sans pour autant en éprouver du ressentiment. En ce sens, on peut dire que la beauté des objets, en même temps qu elle est la manifestation visible de leur utilité, a une véritable utilité sociale. Et cette utilité est même double puisqu à cette fonction de régulation des passions dangereuses, on peut ajouter l avantage social qu en retire le riche propriétaire qui peut ainsi se faire connaître et admirer. Adam Smith s adressait certes à des contemporains censément capables de percevoir la beauté inhérente à l utilité du luxe, mais, eût-il connu les tombes princières de l âge du Fer, où bijoux, vases et armes de prestige ont laissé l éclatant témoignage du prix accordé à la puissance et à la gloire, qu il s en fût trouvé conforté dans ses convictions. L idée selon laquelle l art ne joue aucun rôle fonctionnel, au contraire de la technique qui, elle, est utile est si communément admise que certains artistes en jouent. Il en est ainsi de Jean Tinguely dont les sculptures, faites de matériaux de récupération qu il anime à l aide de moteurs, n ont d autre rôle que de nous enchanter. Il s amuse à détourner de leur usage des mécanismes familiers, et si ses machines fonctionnent merveilleusement bien, elles ne produisent rien. On a voulu y voir les vecteurs d une critique de l hyperconsommation, mais ils n avaient cette possible utilité que dans la mesure où, comme machines, ils étaient inutiles. La machine inutile est devenu un genre sculptural en soi, et on en trouve même une étonnante illustration «brute» dans le musée de la Fabuloserie de Dicy (Yonne), due à un artiste connu seulement sous le nom de «Petit Pierre». Point de message ici, sauf peut-être de la dérision mêlée de mélancolie. Et nous ne croyons pas qu il y avait un message critique dans ce que Fred Vargas fait dire à l un de ses personnages : «Construire, mécaniser l inutile. Je voulais faire un monument à la gloire de la mécanique! Et pour célébrer la beauté de la mécanique, je voulais que la machine ne serve à rien, son seul intérêt étant de marcher, de fonctionner, et qu on puisse dire en la contemplant : Ça marche! Gloire au fonctionnement, et gloire au dérisoire et à l inutile! Gloire au levier qui pousse, à la roue qui tourne, au piston qui pistonne, au rouleau qui roule! Et pour quoi faire? Pour pousser, pour tourner, pour pistonner, pour rouler 14!» Cela nous ramène au x v i i i e siècle, mais cette fois au monde de la bimbeloterie, du toyware anglais où nous entraîne Liliane Hilaire-Pérez. Objets inutiles mais conformes à ce qu on attend d eux le jeu des apparences, le plaisir de l artifice, le goût de la technicité, ils témoignent d une esthétique technique, d une «techno-esthétique» au sens simondonien. En dissociant la technique de l utilité, Simondon nous propose une autre vision de l art, où toute œuvre d art se structure à travers une individuation technique qui fait d elle un objet inséparablement esthético-technique et technoesthétique 15. «L œuvre est simultanément technique et esthétique, esthétique parce que technique, technique parce qu esthétique 16.» 14. Va r g a s, 1996, p Du h e m, Voir l article de Liliane Hilaire-Pé r e z, publié infra, p

10 PRÉSENTATION 475 Comme Fabienne Brugère, Liliane Hilaire-Pérez aborde la conception de l esthétique chez Adam Smith. Et sans que les deux auteurs se soient concertées, leurs deux articles se font écho l un l autre. Alors que Fabienne Brugère, en philosophe, aborde la mise en place de cette «techno-esthétique» dans l Angleterre au x v i i i e siècle à partir du spectateur impartial imaginé par Adam Smith, Liliane Hilaire-Pérez, en historienne des techniques, voit dans cette mise en place une conception de l esthétique où la beauté des objets est liée à leur aptitude à être utiles (aptness). Si les produits du toyware sont bien des frivolités «inutiles» et des emblèmes du jeu, ils promeuvent une certaine idée de l efficacité des procédés et des moyens, de l adaptation des objets aux usages pour lesquels ils ont été conçus. Et c est précisément la parfaite adéquation de leur forme à leur destination qui fait leur valeur. De plus, si dépourvus qu ils soient d intérêt pratique, ils ont l intérêt de témoigner de la variété des talents et des compétences qui ont permis leur fabrication. Mais cet intérêt n est perceptible que pour nous et rétrospectivement, grâce à ce que nous savons de la suite de l histoire des techniques. Ainsi, un objet, quel qu il soit, n a de fonction et de valeur esthétique que celle que nous lui attribuons à un moment donné et son statut peut changer par le jeu de l interaction avec un acteur. Un fétiche africain sera considéré en objet d art ou en fétiche selon qu il se trouve dans un musée ou dans son contexte d origine 17. Cet objet très utilitaire qu est le fer à repasser de Marcel Duchamp devient un objet d art du seul fait qu il est placé dans la vitrine d un musée 18. Au point que Alfred Gell en vient à juger vain de s interroger sur le beau et l utile, sur l esthétique et la fonction, une œuvre d art n existant que pour autant qu elle est interprétée comme telle dans un monde de l art historiquement déterminé 19. Est-il sûr cependant que seuls les objets estampillés comme «artistiques» soient susceptibles d un jugement esthétique? Tout au plus peut-on dire que le jugement esthétique est parfois mis en suspens. Mais c est moins alors les objets sur lesquels il s exerce qui sont en cause, que les sujets qui, selon les circonstances, jugent opportun ou non de l exercer. Liste des références Ba z i n (Jean), 1996, «Des clous dans la Joconde», rééd. dans Id. Des clous dans la Joconde. L anthropologie autrement, Toulouse, Anacharsis (Essais), 2008, p Becq (Annie), 1983, «La métaphore de la machine dans le discours esthétique de l Âge classique», Revue des sciences humaines, p Ca r r é (Anne-Laure), Co r c y (Marie-Sophie), De m e u l e n a e r e-do u y è r e (Christiane) et Hilaire- Pé r e z (Liliane), dir., 2012, Les Expositions universelles à Paris au x i x e siècle. Techniques, publics, patrimoine, Paris, CNRS Éditions (Alpha). Da m i s ch (Hubert), 1983, «De la manufacture comme œuvre d art économique à l œuvre d art comme machine», Revue des sciences humaines, p De l e u l e (Didier), 1997, «Préface. Adam Smith et la difficulté surmontée», dans Th i e r ry, dir., 1997, p Ba z i n, Ba z i n, 1996, ici 2008, p Ge l l, 1998.

11 476 Revue de synthèse : TOME 133, 6 e SÉRIE, N 4, 2012 Dé m o r i s (René), 1983, «Chardin, la machine et l oiseau», Revue des sciences humaines, p Du b o u r g Gl at i g n y (Pascal) et Vé r i n (Hélène), 2008, «La réduction en art, un phénomène culturel», dans Id., Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l Homme, p Du h e m (Ludovic), 2012, «Le milieu technique de l art», dans To u l o u s e (Ivan), dir., Technique et création, Paris, L Harmattan (Eurêka et C ie ), p Ge l l (Alfred), 1998, Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press. Hilaire-Pé r e z (Liliane), 2002, «Diderot s Views on Artists and Inventors Rights. Invention, Imitation and Reputation», British Journal for the History of Science, vol. 35, p Mi l l e t (Audrey), 2011, «Penser la formation du dessinateur de fabrique à Tours : acteurs et réseaux ( )», dans Fo n t e n e a u (Virginie) et d En f e rt (Renaud), éd., Espaces de l enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, x v i i e - x x e siècles, Paris, Hermann, p Mo rva n (Frédéric), 2011, «L école gratuite de dessin de Rouen ou la formation des techniciens au x v i i i e siècle», doctorat de l université Paris 8, Vincennes/Saint-Denis. Reynolds (Joshua), 1797, Discourses on Art, rééd. Robert R. Wark, New Haven, Yale University Press, Sc o t t (Kate), 1999, «Chardin multiplié», dans Chardin, catalogue d exposition, Paris, Réunion des musées nationaux, p Sm i th (Adam), 1795, «De la nature de l imitation dans les arts que l on appelle imitatifs», dans Th i e r ry, dir., 1997, p Sm i th (A.), 1999, Théorie des sentiments moraux, trad. fr. Michaël Biziou, Claude Ga u t i e r et Jean-François Pr a d e a u, Paris, Presses universitaires de France. Th i e r ry (Patrick), dir., 1997, Essais esthétiques, Paris, Vrin. Va r g a s (Fred), 1996, Un peu plus loin sur la droite, Paris, Viviane Hamy. Vé r i n (Hélène), 1998, «La réduction en art et la science pratique au x v i e siècle», dans Sa l a i s (Robert), Ch at e l (Elisabeth) et Ri b a u d-da n s e t (Dorothée), éd., Institutions et conventions. La réflexivité de l action économique, dossier thématique de Raisons Pratiques, n 9, p Ce numéro est dédié à la mémoire de François Sigaut (10 novembre novembre 2012), directeur d études à l EHESS, dont nous avons appris la disparition au moment de la mise sous presse. Spécialiste de la pensée technique et défenseur de la technologie comme science de l homme, il venait de publier Comment Homo devint faber, aux éditions du CNRS. Son parcours, ses travaux et ses publications feront l objet d un article dans un prochain numéro de la Revue.

12 Articles Motifs utilitaires et autonomie artistique La forme architecturale et ses fonctions Estelle Th i b a u lt * Ré s u m é : Dans les théories esthétiques de la fin du x i x e siècle, l exemple de l architecture appuie une inversion progressive des hiérarchies entre le beau et l utile, confortée par la montée des approches sociologiques et anthropologiques de l art. Du côté des architectes, les débats sur l origine et l évolution des styles, depuis leurs manifestations primitives dans les industries d art vers les formes plus évoluées de l art monumental, infléchissent la compréhension des relations entre détermination matérielle et expression artistique. Mo t s-c l é s : architecture, ornement, esthétique, anthropologie de l art. Utilitarian goals and artistic autonomy Architectural forms and their functions Ab s t r a c t : In the late 19 th century, authors writing on aesthetics often referred to architecture to justify establishing a new hierarchy between things beautiful and things useful, a change underwritten by the rising sociological and anthropological perspectives on art. Meanwhile, architects debated the origins and evolution of artistic styles from the earliest forms of art to the most advanced monumental art works, a debate that fundamentally transformed the relationship between artistic expression and material determinism. Ke y w o r d s : architecture, ornament, aesthetics, anthropology of art. الدوافع النفعي ة واالستقاللي ة الفني ة. الشكل الهندسي المعماري وأدواره. ايستيل تيبو ملخ ص: يدعم المثال الهندسي المعماري تبديال تدريجي ا في تراتبي ة الجميل والمفيد في النظريات الجمالي ة في نهاية القرن التاسع عشر. وقد عز ز ذلك صعود المقاربات السوسيولوجي ة واالنتروبولوجي ة للفن. من جهة المهندسين تحو ر النقاشات حول أصول وتطو ر األساليب منذ ظهورها البدائي في الصناعات الفن ي ة وحتى أشكالها األكثر تطو ر ا في الفن النصبي فهم العالقات ما بين التعيين المادي والتعبير الفني. كلمات البحث: هندسة معماري ة زخرفة جمالي ة أنتروبولوجيا الفن. * Estelle Thibault, née en 1968, est architecte et maître de conférences à l École d architecture de Paris-Belleville. Ses travaux portent sur les échanges entre les théories architecturales et les sciences de l esthétique. Elle a récemment publié La Géométrie des émotions : les esthétiques scientifiques de l architecture en France, (Wavre, Mardaga, 2010). Adresse : IPRAUS (UMR AUSSER 3329), ENSAPB, 60, bd de la Villette, F Paris Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s

13 478 Revue de synthèse : TOME 133, 6 e SÉRIE, N 4, 2012 ZweckmäSSigkeit und künstlerische Autonomie. Die architektonische Form und ihre Funktionen Zusammenfassung : In der ästhetischen Theorie beförderte das Beispiel der Architektur Ende des 19. Jahrhunderts unter dem Einfluss aufkommender kunstanthropologischer und kunstsoziologischer Ansätze eine allmähliche Umkehr der Hierarchie zwischen dem Schönen und dem Nützlichen. Auf Seiten der Architekten waren die Debatten über Ursprung und Entwicklung der Stile von ihren primitiven Zeugnissen in der Kunstindustrie bis hin zu den elaboriertesten Formen der Monumentalkunst wegweisend für das Verständnis des Verhältnisses von materiellem Zweck und künstlerischem Ausdruck. Sc h l a g w o r t e : Architektur, Ornament, Ästhetik, Kunstanthropologie. Motivos utilitarios y autonomia artística La forma arquitectónica y sus funciones Re s u m e n : En las teorías estéticas de finales del siglo XIX, el ejemplo de la arquitectura se basa en una inversión progresiva de las jerarquías entre lo bello y lo útil, reforzado por el auge de las aproximaciones sociológicas y antropológicas del arte. Entre los arquitectos, los debates sobre el origen y la evolución de los estilos, desde sus primitivas manifestaciones en la industria del arte, hasta las formas más evolucionadas del arte monumental, modelan la comprensión de las relaciones entre determinación material y expresión artística. Pa l a b r a s c l av e : arquitectura, ornamentación, estética, antropología del arte. 實 用 圖 樣 和 藝 術 自 主 : 建 築 形 式 及 其 功 能 艾 斯 黛 勒 緹 波 摘 要 : 在 19 世 紀 末 期 的 美 學 理 論 中, 尤 以 建 築 為 例, 美 觀 和 實 用 的 重 要 性 漸 成 反 比, 而 藝 術 研 究 的 社 會 學 和 人 類 學 方 法 又 鞏 固 了 這 一 趨 勢 建 築 學 家 們 對 藝 術 風 格 的 淵 源 和 變 遷 展 開 了 討 論 : 從 它 們 在 藝 術 工 業 中 的 初 始 表 現, 到 紀 念 性 藝 術 品 中 更 完 善 的 形 式 ; 這 一 過 程 逐 漸 改 變 了 對 材 料 選 擇 和 藝 術 表 達 之 間 關 係 的 理 解 關 鍵 詞 : 建 築, 裝 飾, 美 學, 藝 術 人 類 學 利 用 目 的 と 芸 術 的 自 主 性 建 築 の 形 とその 機 能 エステル チボー 要 約 :19 世 紀 後 半 の 美 学 理 論 に おいて 建 築 の 例 は 社 会 学 や 芸 術 人 類 学 のアプローチの 発 展 にも かかわらず 美 とユーティリティ ー 間 の 階 層 構 造 の 逆 転 というもの を 支 持 してきた 建 築 家 側 では アート 産 業 において 原 始 的 な 表 現 から 記 念 建 造 物 芸 術 のようによ り 進 化 した 形 へと 変 化 するスタ イルの 起 源 と 発 展 についての 議 論 は 物 質 による 制 限 と 芸 術 表 現 に 関 する 関 係 の 理 解 に 変 化 を 与 え た キーワード: 建 築 装 飾 美 学 芸 術 人 類 学

14 «Techno-esthétique» de l économie smithienne Valeur et fonctionnalité des objets dans l Angleterre des Lumières Liliane Hilaire-Pé r e z * Ré s u m é : De La Théorie des sentiments moraux à l Essai sur la nature de l imitation dans les arts, Adam Smith a déployé une conception de l esthétique comme art des liaisons. Il a fondé sa définition de la beauté des objets comme aptitude à être utiles (aptness), non sans écho avec la valeur d échange comme «faculté d acheter d autres marchandises», «pouvoir» d agencer et de réaliser des desseins. Composition, adaptation, réduction et mise en scène des moyens : une «techno-esthétique» naît en Angleterre au x v i i i e siècle, portée par l économie du produit. Mo t s-c l é s : technique, produit, Adam Smith, composition, opération. The «techno-aesthetics» of Smithian Economy The value and function of objects in 18 th Century England Ab s t r a c t : From The Theory of Moral Sentiments to his essay on The Nature of that Imitation Which Takes Place in What Are Called the Imitative Arts, Adam Smith offered a vision of aesthetics combining beauty and utility. An echo of exchange value as the ability to buy other goods the power to organize and achieve one s goals his definition of beauty was premised on the aptness of things, that is, the fact that they were also useful. Sustained by the commodification of products, a kind of technoaesthetics thus emerged in England in the 18 th century, one that implied designing, adapting, reducing and showcasing the means of production. Ke y w o r d s : technology, products, Adam Smith, designing, operation. التقني ة الجمالي ة لالقتصاد السميثي. قيمة ووظائفي ة األشياء في انكلترا التنوير. ليليان هيالر بيريز ملخ ص: من "نظري ة المشاعر األخالقي ة" إلى "رسالة في طبيعة التقليد في الفنون" طو ر آدم سميث مفهوم ا للجمالي ة كفن العالقات. بنى تعريفه لجمال األشياء على أهلي تها لإلفادة مذك ر ا بقيمة التبادل "كإمكاني ة شراء بضائع أخرى" و"قدرة" ترتيب وتحقيق أهداف م ا : ولدت تقني ة جمالي ة في انكلترا في القرن الثامن عشر وقد حملها اقتصاد السلع. كلمات البحث : تقني ة سلعة آدم سميث تشكيل عملي ة. * Liliane Hilaire-Pérez, née en 1960, est professeur d histoire moderne à l université de Paris 7 (laboratoire «Identités, cultures, territoires», EA 337) et directrice d études à l EHESS (Centre Alexandre-Koyré). Elle travaille sur les cultures artisanales et sur l histoire de la technologie entendue comme science des opérations. Elle a récemment coédité Les Techniques et la technologie entre France et Grande-Bretagne (xvi e -xix e siècle), dossier thématique des Documents pour l histoire des techniques, n 19, Adresse : Université Paris 7, ICT, 5, rue Thomas Mann, F Paris Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s

15 496 Revue de synthèse : TOME 133, 6 e SÉRIE, N 4, 2012 Techno-Ästhetik der Smith schen Ökonomie Wert und Funktionalität der Objekte im England der Aufklärung Zu s a m m e n fa s s u n g : Von seiner Theorie der ethischen Gefühle bis hin zu seinem Essay of the Nature of That Imitation Which Takes Place in What Are Called the Imitative Arts begreift Adam Smith die Ästhetik als Kunst der Verbindungen. Seine Definition von der Schönheit der Objekte basiert auf deren Fähigkeit, nützlich zu sein (aptness), und zwar in Anspielung auf den Tauschwert im Sinne einer Fähigkeit, andere Güter zu erwerben, einer Macht zur Gestaltung und Umsetzung von Absichten. Komposition, Anpassung, Reduzierung und Inszenierung der Mittel : Ende des 18. Jahrhunderts entsteht in England eine Techno-Ästhetik, getragen von der Produktökonomie. Sc h l a g w o r t e : Technik, Produkt, Adam Smith, Komposition, Tauschhandlung. «Tecno-estética» de la economía smithiana Valor y funcionalidad de los objetos en la Inglaterra de las Luces Re s u m e n : De la Teoría de los sentimientos morales al Ensayo sobre la naturaleza de la imitación en las artes, Adam Smith desplegó una concepción de la estética como arte de relaciones. Basó su definición de la belleza de los objetos en su aptitud para ser útiles (aptness), haciéndose eco de su valor de cambio como «facultad para comprar otras mercancías», el «poder» de agenciar y de realizar proyectos. Composición, adaptación, reducción y puesta en escena de los medios : una «tecno-estética» nace en Inglaterra en el XVIII, a partir de la economía del producto. Pa l a b r a s c l av e : técnica, producto, Adam Smith, composición, operación. 斯 密 經 濟 的 技 術 美 學 : 英 國 啓 蒙 時 代 物 體 的 價 值 和 功 利 性 黎 麗 阿 訥 依 萊 荷 倍 赫 摘 要 : 從 道 德 情 操 論 到 論 藝 術 中 模 仿 的 本 質, 亞 當 斯 密 發 展 了 一 個 概 念 : 美 學 即 聯 繫 的 藝 術 他 將 物 體 的 美 定 義 為 天 賦 的 有 用 性, 與 交 換 價 值 作 為 購 買 其 他 商 品 的 特 性 安 排 和 實 現 計 劃 的 能 力 交 相 輝 映 各 種 手 段 的 組 成 適 應 縮 減 展 現 : 在 產 品 經 濟 的 支 撐 下, 一 種 技 術 美 學 在 18 世 紀 的 英 國 誕 生 了 關 鍵 詞 : 技 術, 產 品, 亞 當 斯 密, 組 成, 運 作 スミス 学 派 経 済 の 技 術 美 学 啓 蒙 のイギリスにおける 物 の 価 値 と 機 能 性 リリアン イレール=ペレーズ 要 約 :アダム スミスは 道 徳 情 操 論 から 模 倣 芸 術 の 本 質 につ いてのエッセー のなかで 関 連 の 芸 術 としての 美 の 概 念 を 展 開 し ている 彼 は 物 の 美 しさの 定 義 を 有 益 な 素 質 があるものとし 他 の 商 品 を 購 入 する 能 力 もしくは 構 成 力 や デッサン 能 力 と はしなかった 構 成 適 応 削 減 そして 手 段 の 演 出 という い わゆる 技 術 美 学 は 生 産 経 済 の 影 響 を 受 け 18 世 紀 のイギリス で 生 まれる キーワード: 技 術 生 産 アダ ム スミス 構 成 操 作

16 L invention du spectateur au XVIII e siècle L art est usage Fabienne Br u g è r e * Ré s u m é : La philosophie du x v i i i e siècle analyse l art à partir de la référence à un spectateur esthétique. En même temps, avec Adam Smith, elle s intéresse aux jugements moraux que peut formuler un spectateur impartial. Comment l art et la morale, le beau et le bien, peuvent-ils être pensés ensemble? Ces deux domaines portent des valeurs hors de toute transcendance, rapportées à l expérience humaine. Avec le spectateur esthétique, l art devient usage. Il s incarne dans les manières par lesquelles les humains se rapportent aux œuvres et au beau. Mo t s-c l é s : beau, bien, sympathie, impartialité. Inventing the audience in the 18 th century. Art and Its Use Ab s t r a c t : 18 th century philosophers analyzed art through the aesthetic experience of the audience. By contrast, Adam Smith was interested in the moral judgment that an impartial audience may formulate. How can art and morality, the beautiful and the good, be combined into one analytical framework? Art and morality convey nontranscendental values that are intrinsic to human experience. With the aesthetic experience of the audience, art is used, and ultimately depends on the ways that humans relate to works or art and to the beautiful. Ke y w o r d s : beautiful, good, approval, impartiality. اختراع المشاهد في القرن الثامن عشر. الفن هو استعمال. فابيان بورجير ملخ ص: تحل ل فلسفة القرن الثامن عشر الفن انطالقا من مرجعي ة المشاهد الجمالي. في الوقت ذاته بدأت تعير اهتمامها مع آدم سميث لألحكام األخالقي ة التي يصدرها مشاهد حيادي. كيف يمكننا في آن مع ا تعق ل الفن واألخالق الجميل والحسن. إن هذان المجاالن يحمالن قيم ا خارجة عن أي سمو وعائدة للتجربة اإلنساني ة. مع المشاهد الجمالي يصبح الفن استعمال ويتجس د في الطرق التي يتعاطى بها الناس مع األعمال الفني ة والجمال. كلمات البحث: الجميل والحسن تعاطف حيادي ة. * Fabienne Brugère, née en 1965, est professeure de philosophie à l université de Bordeaux 3. Ses travaux portent sur l esthétique à partir des Lumières et sur la philosophie morale et politique contemporaine de langue anglaise. Elle a notamment publié L Expérience de la beauté, Paris, Vrin, Adresse : Université Michel de Montaigne, Domaine universitaire, F Pessac cedex Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s y

17 526 Revue de synthèse : TOME 133, 6 e SÉRIE, N 4, 2012 Die Erfindung des Zuschauers im 18. Jahrhundert. Kunst als Gebrauch Zu s a m m e n fa s s u n g : Die Philosophie des 18. Jahrhunderts analysiert Kunst ausgehend von dem Verweis auf einen ästhetischen Betrachter. Gleichzeitig entwickelt sich mit Adam Smith ein Interesse für das moralische Urteilsvermögen eines unparteiischen Zuschauers. Wie können Kunst und Moral, das Schöne und das Gute zusammen gedacht werden? In beiden Bereichen kommen Werte zum Tragen, die sich fernab jeglicher Transzendenz bewegen und mit der menschlichen Erfahrungswelt zusammenhängen. Mit dem ästhetischen Zuschauer wird Kunst zum Gebrauch, der sich in dem Verhältnis des Menschen zum Kunstwerk und zum Schönen manifestiert. Sc h l a g w o r t e : Schöne, Gute, Sympathie, Unparteilichkeit. La invención del espectador en el siglo XVIII. El arte es uso Re s u m e n : La filosofía del siglo XVIII analiza el arte a partir de la referencia a un espectador estético. Al mismo tiempo, con Adam Smith, se interesa por los juicios morales que puede formular un espectador imparcial. Cómo el arte y la moral, lo bello y lo bueno, pueden pensarse conjuntamente? Estas dos áreas comportan valores fuera de toda transcendencia, ligados a la experiencia humana. Con el espectador estético, el arte se convierte en uso. Se encarna en la manera cómo los humanos se relaciona con las obras y con lo bello. Pa l a b r a s c l av e : bello, bueno, simpatía, imparcialidad. 在 18 世 紀 塑 造 觀 眾 : 藝 術 即 運 用 法 卞 安 娜 布 爾 哲 爾 摘 要 :18 世 紀 的 哲 學 站 在 一 個 具 有 審 美 力 的 觀 眾 的 立 場 來 分 析 藝 術 而 亞 當 斯 密 的 理 論 提 出 後, 哲 學 也 同 時 關 注 一 個 不 偏 不 倚 的 觀 眾 所 能 做 出 的 道 德 評 價 藝 術 和 道 德 美 與 善, 如 何 能 被 一 起 考 慮? 這 兩 個 領 域 承 載 了 超 越 所 有 超 驗 性 的 價 值, 這 些 價 值 又 與 人 類 經 驗 相 聯 繫 有 審 美 力 的 觀 眾 的 誕 生 使 藝 術 成 為 運 用 它 以 某 些 方 式 體 現 出 來, 人 類 通 過 這 些 方 式 與 藝 術 品 和 美 產 生 聯 繫 關 鍵 詞 : 美 與 善, 好 感, 不 偏 袒 18 世 紀 における 観 客 というもの の 発 明 芸 術 は 用 途 である ファビエンヌ ブルジェール 要 約 :18 世 紀 の 哲 学 は 審 美 観 客 を 参 照 しながら 芸 術 というものを 分 析 していた また 同 時 期 アダ ム スミスと 同 様 に 公 平 な 観 客 が 示 す 道 徳 的 判 断 にも 関 心 を 向 けた どのように 芸 術 と 道 徳 美 と 善 は 一 緒 に 考 えられたのであろうか?こ の 二 つの 領 域 は 人 間 の 経 験 に 関 連 づ けられる 超 越 性 以 外 の 価 値 を 持 って いる 審 美 観 客 とともに 芸 術 は 用 途 となる またそれは 人 間 が 作 品 と 美 に 関 連 している 方 法 によって 具 現 化 される キーワード: 美 と 善 好 感 公 正

18 REVUES CRITIQUES Entrer dans l époque techno-esthétique Jean-Hugues Ba rt h é l é m y * imposant article de Ludovic Duhem, «Introduction à la techno-esthétique», offre L le texte intégral du séminaire qui s est tenu en octobre 2009 à l université du Québec à Montréal (UQAM) et qui comportait deux séances. 1) La hantise de la technique : l esthétique de Kant, Hegel et Heidegger. 2) Technique et individuation : vers une techno-esthétique à travers la pensée de Simondon. Le texte a conservé la formulation orale du séminaire, seules les notes de bas de page et quelques corrections dans le corps du texte ont été ajoutées par l auteur pour la publication. Nombre de points ont été précisés, développés, illustrés durant les séances à partir d une série d images à chaque fois qu un exemple était donné, ce qui explique l allusion à la «Sainte Cécile» de Raphaël dans l introduction, et depuis dans d autres textes 1. Cette publication est à la fois programmatique et ambitieuse. Comme son titre l indique, il s agit d une «introduction», car la «techno-esthétique» concept repris à Simondon est chez Ludovic Duhem, jeune philosophe-artiste, un programme de recherche et non une doctrine déjà constituée. Un ouvrage en cours sera entièrement consacré par notre auteur à une analyse de ce qu il nomme la «hantise de la technique» en esthétique, et approfondira donc ce qui n a été qu esquissé dans la première partie du texte ici présenté. Cette première partie permet déjà à elle seule de saisir l ambition de la «technoesthétique» envisagée : cette invention théorique, prolongement de certaines intuitions de Simondon, se présente comme ce qui permet de révéler ce que l on pourrait nommer, en élargissant un concept freudien, le «refoulé» des grandes théories esthétiques modernes et contemporaines que sont les esthétiques fondamentales de Kant, Hegel et Heidegger. Un tel refoulé étant, bien sûr, la technique, dont ce maître à distance * À propos de Ludovic Du h e m, «Introduction à la techno-esthétique», Archée, 10 février 2010 (http://archee.qc.ca/). Jean-Hugues Barthélémy, né en 1967, est chercheur associé au laboratoire d «Histoire des arts et des représentations», de l Université Paris Ouest Nanterre, et directeur de séminaire à la Maison des sciences de l homme de Paris-Nord. Ses recherches portent sur le lien entre théorie réflexive de l individuation du sens et théorie phénoménotechnique de la connaissance. Il a notamment publié Simondon ou l Encyclopédisme génétique (Paris, Presses universitaires de France, 2008). Adresse : MSH Paris-Nord, 4, rue de la croix Faron, F Saint-Denis La Plaine 1. Ludovic Du h e m, «Thinking Aesthetic Reality», Substance, et «Entrer dans le moule. Poïétique et individuation», La Part de l œil. Les deux articles sont à paraître. Nous remercions Ludovic Duhem pour ces informations sur le cours de ses travaux, que nous suivons avec intérêt depuis des années. Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s

19 Une esthétique des objets ordinaires Thierry Bo n n o t * En sciences sociales, les relations entre sujets et objets matériels constituent un champ de recherche important, surtout dans les pays anglo-saxons où on le désigne par la formule Material Culture Studies 1. Les recherches qui s interrogent en Occident sur la société de consommation essaient de mettre en cause l idée largement répandue qui voudrait que les habitants des pays développés soient aujourd hui pris dans un tourbillon frénétique de consommation, submergés par un flot d artefacts souvent superflus qui les rendrait toujours plus matérialistes. Les objets peuplant nos vies quotidiennes en seraient devenus des acteurs de premier plan et les relations aux choses matérielles se développeraient au détriment des relations humaines. Ces clichés sont mis à l épreuve des faits par des enquêtes empiriques menées au plus près de la relation entre les individus et les objets. Esthétique et fonctionnalité ne sont que deux composantes parmi d autres de cette relation, deux pôles entre lesquels existent de nombreuses passerelles et articulations en perpétuel mouvement. En Europe, le Journal of Material Culture et le centre de l UCL (University College London), animé par Daniel Miller, sont à l initiative de nombreuses recherches sur la culture matérielle en sciences sociales. Par-delà la variété des travaux et la diversité des approches proposées, qu on limite parfois à tort à une sociologie de la consommation, cette constellation de chercheurs se retrouve autour d une démarche ethnographique et sociologique scrupuleuse, attentive au quotidien, aux pratiques et à l insignifiant, aux choses sans importance et qui, pourtant, nous importent. Les travaux effectués ou dirigés par Daniel Miller 2 et ses collaborateurs ou étudiants ont mis en évidence le fait que le matérialisme consumériste si souvent dénoncé n est pas contradictoire avec un renforcement des relations interpersonnelles : plus nos relations aux objets sont étroites, plus nos relations aux gens sont profondes. C est encore la conviction affichée par Miller dans un ouvrage original, The Comfort of Things, * À propos de Daniel Mi l l e r, The Comfort of Things, 2008, Cambridge, Polity Press, 302 p. ; et Alfred Ge l l, L Art et ses agents, une théorie anthropologique, trad. Sophie et Olivier Re n a u t, Dijon, Les Presses du Réel, 2009, 328 p. (traduction de Art and Agency, 1998, New York, Oxford University Press). Thierry Bonnot, né en 1970, est chargé de recherche au CNRS (IRIS, Paris). Ses travaux portent sur le statut social et les trajectoires biographiques des objets, la construction et la mise en scène des patrimoines, les théories de la culture matérielle en anthropologie. Il a notamment publié La Vie des objets, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l homme/mission du patrimoine ethnologique, Adresse : EHESS, 96, boulevard Raspail, F Paris 1. Pour une synthèse, voir Christopher Ti l l e y et al., éd., Handbook of Material Culture, Londres, Sage, Étonnamment, au regard de la notoriété de cet auteur et de la reconnaissance incontestable de sa valeur scientifique, aucun des livres de Miller n est à ce jour traduit en langue française. Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s

20 Chronique de la recherche DES TECHNIQUES AU DESIGN Vincent Be a u b o i s * Les Cahiers Simondon Tous les ans, depuis 2009, paraissent aux éditions L Harmattan, sous la direction de Jean-Hugues Barthélémy, les Cahiers Simondon, lieu d expression privilégié d une communauté simondonienne grandissante. Produits d une dynamique appuyée par les séminaires de l Atelier Simondon, organisés par Jean-Hugues Barthélémy et Vincent Bontems, à l École normale supérieure de Paris, ces Cahiers marquent d un seuil la progression des études simondoniennes en France et à l étranger. La pensée de Gilbert Simondon, connue pour sa thèse principale, L Individuation à la lumière des notions de forme et d information, et sa thèse complémentaire, Du mode d existence des objets techniques (toutes deux soutenues en 1958), trouve ici un écho collectif rassemblant chercheurs confirmés et doctorants français ou étrangers. Les trois premiers numéros des Cahiers Simondon ouvrent ainsi un travail «d exégèse polémique» comme le défend Jean-Hugues Barthélémy éprouvant la force des concepts simondoniens tout en instaurant un dialogue critique avec le philosophe. Le premier numéro aborde différentes grandes thématiques de la pensée simondonienne, comme la mécanologie et l invention. Giovanni Carrozzini interroge ainsi les liens possibles entre Gilbert Simondon et Jacques Lafitte, pionnier de la mécanologie et tenant d une science normative des machines. Ronan Le Roux replace la question de l invention, entendue comme résolution de problème, selon sa source bergsonienne et son influence cybernétique (Wiener). Ce numéro prolonge également certains questionnements simondoniens au-delà de leur développement propre. Jean-Hugues Barthélémy poursuit ainsi la réflexion éthique de Simondon, reconstruisant de manière inventive l opposition kantienne entre autonomie et hétéronomie. Victor Petit rejoue la critique de l hylémorphisme simondonien dans le champ de la biologie, renonçant au dualisme extériorité/intériorité pour redéfinir le vivant comme un «milieu-intérieuren-relation-avec-un-milieu-extérieur». Ludovic Duhem rend compte d un double «faux départ» de l esthétique de Simondon à la fois dans sa thèse principale les * Vincent Beaubois, né en 1980, est doctorant en philosophie à l université Paris-Ouest Nanterre, au laboratoire d «Histoire des arts et des représentations». Il travaille sur des questions de philosophie de la technique, de design et d esthétique en dialogue avec la philosophie contemporaine. Adresse : Université Paris Ouest, 200, avenue de la République, F Nanterre cedex u-paris10.fr). Revue de synthèse : tome 133, 6 e série, n 4, 2012, p DOI /s

Leçon 12 : Nouvelles expressions verbales et cas particuliers

Leçon 12 : Nouvelles expressions verbales et cas particuliers Leçon 12 : Nouvelles expressions verbales et cas particuliers I. Introduction Nous avons précédemment étudié la conjugaison des adjectifs en japonais ainsi que les équivalences de nos formes comparatives

Plus en détail

Directives relatives aux procédures de paiement des frais et d ouverture de comptes bancaires

Directives relatives aux procédures de paiement des frais et d ouverture de comptes bancaires DIRECTIVES DE L'EXPO 2005 A L'INTENTION DES PARTICIPANTS OFFICIELS GL 9-2 Directives relatives aux procédures de paiement des frais et d ouverture de comptes bancaires (novembre 2004) Association japonaise

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Le répertoire de l Opéra de Paris (1671 2009) Analyse et interprétation

Le répertoire de l Opéra de Paris (1671 2009) Analyse et interprétation Le répertoire de l Opéra de Paris (1671 2009) Analyse et interprétation!"#$%&'()&'(('*+'(,'-./*01#*',))2' 3!.#"'1"%+$44*'5%+6-$3'1"%+$44*7 Le répertoire de l Opéra de Paris (1671 2009) Analyse et interprétation!"#$%&'()&'(('*+'(,'-./*01#*',))2'

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

Les formes verbales du français : constatation d un certain type d erreurs dans une classe de niveau supérieur

Les formes verbales du français : constatation d un certain type d erreurs dans une classe de niveau supérieur Les formes verbales du français : constatation d un certain type d erreurs dans une classe de niveau supérieur Franck DELBARRE 1. Introduction: Comme cela a été maintes fois relevé à l occasion de divers

Plus en détail

CONTRAT ENTRE (NOM DE L AGENCE D EXECUTION) (NOM DU PAYS BENEFICIAIRE) (NOM DU FOURNISSEUR) JAPON POUR (NOM DU PROJET)

CONTRAT ENTRE (NOM DE L AGENCE D EXECUTION) (NOM DU PAYS BENEFICIAIRE) (NOM DU FOURNISSEUR) JAPON POUR (NOM DU PROJET) 2010 年 6 月 改 訂 業 者 契 約 書 フォーム( 機 材 案 件 : 据 付 あり 技 術 指 導 あり)( 仏 語 ) CONTRAT ENTRE (NOM DE L AGENCE D EXECUTION) (NOM DU PAYS BENEFICIAIRE) ET (NOM DU FOURNISSEUR) JAPON POUR (NOM DU PROJET) TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Formation Doctorale. Fiche Technique

Formation Doctorale. Fiche Technique Formation Doctorale Fiche Technique Intitulé : «Philosophie Appliquée et Problèmes de l Homme» Responsable de la Formation : Pr. Abdessalam BEN MAISSA, Université Mohammed V-Agdal, Département de Philosophie,

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Institut des Humanités de Paris «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Humanités/Sciences «Humanités scientifiques» (Enregistrement sur le site (provisoire) de l

Plus en détail

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Keynote Item Original citation: Originally presented at UNESCO DKN project steering group meeting, 29 June 2006, Paris, France [Name of

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

La bibliothèque de Paris 8 : des collections originales

La bibliothèque de Paris 8 : des collections originales Partitions de la collection Ruggiero Gerlin, Bibliothèque universitaire de Paris 8 La bibliothèque de Paris 8 : des collections originales Bibliothèque Université Paris 8 Vincennes > Saint - Denis Depuis

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015

UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015 UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015 Numéro dans le SI local : 0828 Référence GESUP : 0828 Corps : Professeur des universités Article : 46-1 Chaire : Non Section 1 : 20-Anthropologie biologique,

Plus en détail

Perspective Historique: La Déclaration sur la Liberté d'expression Intellectuelle dans les Bibliothèques Japonaises

Perspective Historique: La Déclaration sur la Liberté d'expression Intellectuelle dans les Bibliothèques Japonaises Submitted on: August 18, 2013 Perspective Historique: La Déclaration sur la Liberté d'expression Intellectuelle dans les Bibliothèques Japonaises Traduction du texte original en Anglais: Historical Perspective;

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise L Oréal Fondation d entreprise Bourse de recherche sur l art de l être et du paraître 2011-2012 Date limite de dépôt de dossier de candidature : le 30 mars 2011 Pour toutes informations complémentaires

Plus en détail

Collections et dépôts techniques aux XVIIIe et XIXe siècles

Collections et dépôts techniques aux XVIIIe et XIXe siècles Collections et dépôts techniques aux XVIIIe et XIXe siècles INTRODUCTION * Soraya BOUDIA: tension chez les scientifiques : entre légitimation par le patrimoine / hantise de l obsolescence des représentations

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Master Théorie et pratiques des arts interactifs

Master Théorie et pratiques des arts interactifs Master Théorie et pratiques des arts interactifs Co-directeurs du Master Université de Poitiers Bertrand Augereau augerau@sic.univ-poitiers.fr École Européenne Supérieure de l Image Sabrina GRASSI-FOSSIER

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Cyril HÉDOIN 12bis Grande Rue 51430 TINQUEUX 28 ans

Cyril HÉDOIN 12bis Grande Rue 51430 TINQUEUX 28 ans cyril.hedoin@univreims.fr www.rationalitelimitee. wordpress.com Cyril HÉDOIN 12bis Grande Rue 51430 TINQUEUX 28 ans Tel : 03 26 91 87 20 Port : 06 26 96 75 28 Maître de conférences en sciences économiques

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Die Fotografie als Lebensgefühl, mit all ihren Facetten und Ausdrucksmöglichkeiten,

Die Fotografie als Lebensgefühl, mit all ihren Facetten und Ausdrucksmöglichkeiten, PORTFOLIO Claus Rose Photography as a way of living, with all its aspects and opportunities for expression, became my passion at an early stage. In particular the magic of nude photography, which lends

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d'évaluation. Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087. de l'université Paris 4

Section des Unités de recherche. Rapport d'évaluation. Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087. de l'université Paris 4 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Patrimoines et Langage Musicaux (PLM) EA 4087 de l'université Paris 4 Avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

numéro 247 mars 2015 social et la routinisation Cécile Belmondo, François Deltour, Caroline Sargis-Roussel

numéro 247 mars 2015 social et la routinisation Cécile Belmondo, François Deltour, Caroline Sargis-Roussel numéro 247 mars 2015 SOMMAIRE 7 Ont contribué à ce numéro 11 La performance des groupes de travail. Une analyse par le capital social et la routinisation Cécile Belmondo, François Deltour, Caroline Sargis-Roussel

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V : Concepts et Langages EA 4509 Sens Textes Informatique Histoire T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : Linguistique

Plus en détail

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015 Appel à candidature Admission au programme doctoral SACRe 2015 pour l École nationale supérieure des Arts Décoratifs Le programme doctoral Sciences, Arts, Création, Recherche (SACRe) est ouvert à tous

Plus en détail

Table des matières. Comment utiliser le Petit Guide de Conversation Bienvenue au Japon.

Table des matières. Comment utiliser le Petit Guide de Conversation Bienvenue au Japon. Comment utiliser le Petit Guide de Conversation Bienvenue au Japon. Ce petit guide est conçu pour vous aider à mieux c o m m u n i q u e r a v e c l e s J a p o n a i s. P o u r l u t i l i s e r, consultez

Plus en détail

Leçon 2 PRONOMS DEMONSTRATIFS ET POSSESSIF これ それ あれ どれ (kore.sore.are.dore)

Leçon 2 PRONOMS DEMONSTRATIFS ET POSSESSIF これ それ あれ どれ (kore.sore.are.dore) Leçon 2 PRONOMS DEMONSTRTIFS ET POSSESSIF これ それ あれ どれ (kore.sore.are.dore) Objectif 1 : Grammaire kore: ceci Kore wa watashi no keitai desu (Ceci, c est mon portable) Kore wa watashi no keitai desu. Sujet

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

RETHINKING JACQUES ELLUL AND THE TECHNOLOGICAL SOCIETY IN THE 21ST CENTURY REPENSER JACQUES ELLUL ET LA SOCIETE TECHNICIENNE AU 21EME SIECLE

RETHINKING JACQUES ELLUL AND THE TECHNOLOGICAL SOCIETY IN THE 21ST CENTURY REPENSER JACQUES ELLUL ET LA SOCIETE TECHNICIENNE AU 21EME SIECLE CALL FOR PAPERS / APPEL A COMMUNICATIONS RETHINKING JACQUES ELLUL AND THE TECHNOLOGICAL SOCIETY IN THE 21ST CENTURY REPENSER JACQUES ELLUL ET LA SOCIETE TECHNICIENNE AU 21EME SIECLE The Conference Rethinking

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Centrale de Fukushima, bactérie E.Coli, crise des

Centrale de Fukushima, bactérie E.Coli, crise des GR 2P6R ON 2ME AM Centrale de Fukushima, bactérie E.Coli, crise des dettes souveraines... Que ce soit en physique, en biologie ou en sciences économiques, l actualité de ces derniers mois témoigne du besoin

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

Thématique : Arts, ruptures et continuités

Thématique : Arts, ruptures et continuités Thématique : Arts, ruptures et continuités Sujet : En t appuyant sur l analyse et la mise en relation des œuvres ci-dessous, tu devras, dans ton exposé oral, répondre à la problématique suivante : Pourquoi

Plus en détail

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES)

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Arts, Lettres, Langues Présentation Structure de la formation : * 4

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature Duo@Work 2 ème édition 1 Excellence partagée entre architecte et industriel Appel à candidature Un prix créé par l Unsfa Ile-de-France, en partenariat avec ARCHITECT@WORK Paris Excellence partagée entre

Plus en détail

Conclusion : -30- 41 Voir Annexe p.33

Conclusion : -30- 41 Voir Annexe p.33 Conclusion : Les trois collections universitaires qui viennent d être évoquées sont les seules des universités françaises que l on peut toujours visiter. Toutes les autres collections universitaires comme

Plus en détail

75 007 Paris Bâtiment F, Bureau 101 B

75 007 Paris Bâtiment F, Bureau 101 B FROUTÉ PHILIPPE Né le 13/04/1980 27 ans Célibataire Adresse Personnelle Adresse Professionnelle 29, rue Rousselet Université de Paris X Nanterre 75 007 Paris Bâtiment F, Bureau 101 B Tél : + 33 (0)1.56.58.29.23

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE

ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE Professeur : Dominique Boullier Année universitaire 2015/2016 : Formation Commune des Masters - Semestre d automne DESCRIPTIF DU COURS Notre environnement quotidien

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES

DIPLOMES UNIVERSITAIRES ALEXANDRE DESRAMEAUX MAÎTRE DE CONFERENCES EN DROIT PUBLIC (depuis 2009) Titulaire du Certificat d Aptitude à la Profession d Avocat (CAPA) DIPLOMES UNIVERSITAIRES 2006 Doctorat en droit de l Université

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Un lieu de débats privilégié

Un lieu de débats privilégié Un lieu de débats privilégié Créé en 2009 par La Rechercheet Le Monde, le Forum Science, Recherche Sociétéattire chaque année près de 900 personnesvenant s informer, réfléchir, débattre autour de multiples

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 1: Intelligence artificielle

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 1: Intelligence artificielle GIND5439 Systèmes Intelligents Chapitre 1: Intelligence artificielle Contenu du chapitre Approches vs Intelligence artificielle Définition de l intelligence Historique Le test de Turing 2 Approches Science

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Formations et diplômes

Formations et diplômes Yann CANTIN Email : yann.cantin@ehess.fr http://cernach.free.fr Formations et diplômes Doctorat d Histoire, depuis octobre 2010, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, sous la direction du M. Gérard

Plus en détail

LES RELATIONS PUBLIQUES

LES RELATIONS PUBLIQUES Andrea Catellani, Caroline Sauvajol-Rialland LES RELATIONS PUBLIQUES Préfaces Jean-Luc Letouzé Thierry Libaert DES MÊMES AUTEURS Caroline Sauvajol-Rialland, Infobésité, Vuibert, 2013. Caroline Sauvajol-Rialland,

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

INDEX DES SUJETS ET DES AUTEURS

INDEX DES SUJETS ET DES AUTEURS Assurances, volume 69, numéro 1, avril 2001, 171-180 INDEX DES SUJETS ET DES AUTEURS AVRIL 2000 À JANVIER 2001 par Rémi Moreau Index des sujets Assurance histoire Le développement des assurances en Europe

Plus en détail

guide du doctorat discipline architecture

guide du doctorat discipline architecture 2015 2016 guide du doctorat discipline architecture Sommaire Présentation de l école doctorale "Ville, Transports et Territoires" de la COMUE Université de Paris-Est... 1 Parcours doctoral...2 La procédure

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL

MASTER PROFESSIONNEL Année 2010/2011 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER PROFESSIONNEL (cohabilitation des Universités BORDEAUX 1, BORDEAUX 2, BORDEAUX 3 et Sciences-Po Bordeaux) Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Université d Automne en Economie Autrichienne - 2ème édition à Troyes du 5 au 7 octobre 2012 -

Université d Automne en Economie Autrichienne - 2ème édition à Troyes du 5 au 7 octobre 2012 - Université d Automne en Economie Autrichienne - 2ème édition à Troyes du 5 au 7 octobre 2012 - Comme lors de la 1ère édition, l Université d Automne en Economie Autrichienne vise à expliquer les raisons

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Docteur en Sciences de Gestion, Université Toulouse I, février 1998, mention Très Honorable avec Félicitations.

CURRICULUM VITAE. Docteur en Sciences de Gestion, Université Toulouse I, février 1998, mention Très Honorable avec Félicitations. Erwan QUEINNEC Maître de Conférences en Sciences de Gestion UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin 93.017 BOBIGNY CEDEX CURRICULUM VITAE e.mail : erwan.queinnec@freesbee.fr FORMATION Docteur en Sciences de Gestion,

Plus en détail

N 175 - JANVIER 2015

N 175 - JANVIER 2015 N 175 - JANVIER 2015 Sommaire E-SANTÉ LA REVOLUTION EN MARCHE 07. ÉDITORIAL par Michel Barth (1984), Drs Daniel Legendre & Claude Meisel 08. L e-santé au service de la Démocratie en santé Jean-Luc Plavis

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

ACADEMIE DE VERSAILLES Année scolaire 2010-2011 GROUPE DE TRAVAIL ACADEMIQUE : Entraîner, évaluer l expression écrite

ACADEMIE DE VERSAILLES Année scolaire 2010-2011 GROUPE DE TRAVAIL ACADEMIQUE : Entraîner, évaluer l expression écrite COMPTE RENDU D EXPERIMENTATION Domaine de travail : Entraînement à l expression écrite à la maison à partir de notes recueillies en classe. Révision et remédiation individualisée de chaque production écrite

Plus en détail

OPERATION MANUAL MODE D EMPLOI MANUAL DE INSTRUCCIONES

OPERATION MANUAL MODE D EMPLOI MANUAL DE INSTRUCCIONES SHARPペンソフト SHARP Pen Software バージョン 2.0 Version 2.0 取 扱 説 明 書 OPERATION MANUAL MODE D EMPLOI MANUAL DE INSTRUCCIONES 日 本 語... J1 ENGLISH... E1 FRANÇAIS... F1 ESPAÑOL... S1 もくじ はじめに 2 起 動 から 終 了 の 流 れ 3

Plus en détail

La diversité culturelle en question (s)

La diversité culturelle en question (s) 1 Université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines Colloque international organisé par la Chaire Jean Monnet et le service culturel de l Université La diversité culturelle en question (s) 14 et 15 novembre

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

LICENCE Lettres, Langues et Civilisations Etrangères SPECIALITE Anglais

LICENCE Lettres, Langues et Civilisations Etrangères SPECIALITE Anglais LICENCE Lettres, Langues et Civilisations Etrangères SPECIALITE Anglais Présentation Nature Site(s) géographique(s) : Accessible en : Formation diplômante Tours Formation initiale Formation continue Type

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ingénierie de projets culturels et interculturels Le master Ingénierie de Projets culturels et interculturels (IPCI), conçu en partenariat avec Sciences-Po Bordeaux,

Plus en détail

numéro 244 octobre 2014

numéro 244 octobre 2014 numéro 244 octobre 2014 SOMMAIRE 7 Ont contribué à ce numéro 11 Le choix d une stratégie RSE. Quelles variables privilégier selon les contextes? Jean Biwolé Fouda 33 Influence sociale et attitude à l égard

Plus en détail

Aucun territoire n est désespéré

Aucun territoire n est désespéré Aucun territoire n est désespéré Yves Lion Grand Prix de l urbanisme 2007 Nominés François Grether, David Mangin, Nicolas Michelin et Laurent Théry Sous la direction d Ariella Masboungi Parenthèses Le

Plus en détail

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I,

D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, Introduction D après le décret n 93/086 du 29 janvier 1993 n 1 p ortant organisation administrative et académique de l Université de Yaoundé I, L Université de Yaoundé I a pour missions : - d élaborer

Plus en détail