2.2 Conditions d utilisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2.2 Conditions d utilisation"

Transcription

1 PERFORMANCE ET RESISTANCE AU FEU DES TRANSFORMATEURS DE DISTRIBUTION Dr.Ir. Jan DECLERCQ, Pauwels International, (Belgium), Ing. Raymond VAN SCHEVENSTEEN, Pauwels International, (Belgium) Ing. François LANDAIS, Pauwels France, (France), RESUME Cet article étudie les transformateurs de type sec et les unités immergées, soit conventionnelles avec système isolant cellulose-huile minérale, soit utilisant le nouveau système isolant haute température utilisé pour les transformateurs compacts. Il présente la performance et les spécifications fonctionnelles des transformateurs immergés. La sécurité et le comportement au feu des transformateurs de type sec par rapport aux unités immergées avec isolant haute température sont présentés dans un test grandeur nature lors duquel deux transformateurs complets ont été exposés au feu. Il s agit là d informations utiles car le comportement au feu des composants fait l objet d une attention particulière et constitue un facteur important dans les coûts d assurance. 1. INTRODUCTION Aujourd hui, le marché des transformateurs de distribution peut être divisé en 2 familles de technologies : les transformateurs secs et les transformateurs immergés. De manière générale, on peut considérer que plus que 90 % du marché est dédié aux transformateurs immergés, et en particulier aux transformateurs avec un système d isolation conventionnel : cellulose ( papier et bois) et huile minérale. Les deux raisons principales justifiant ce choix de cette technologie sont : le coût d achat moindre et la grande expérience de ce type d appareils. Avant les années 1970, les transformateurs immergés étaient aussi disponibles avec un liquide qui ne brûlait pas : les transformateurs immergé dans le pyralène (Askarel ou PCB). Mais pour des raisons de santé et risque pour l environnement, ces produits ont par la suite été interdits. Cela permis de laisser la place aux transformateurs avec technologie sèche, avec des enroulements enrobés. Le système d isolation électrique est remplacé par une résine (époxyde) et l air. Des résines ont été devélopées pour résister aux tensions électriques et aux contraintes mécaniques, thermiques et chimiques qui apparaissent dans un transformateur en service. Les premières années de cette technologie ont été marquées par plusieurs petits problèmes essentiellement dus au manque d optimisation du système d isolation sec par les constructeurs. L aspect favorable restait le comportement au feu, car l huile minérale d un transformateur immergé a une valeur calorifique plus haute et un point de feu plus bas que le transformateur sec. Dans beaucoup d applications type bâtiments ou tunnels, les stations électriques ont ainsi été équipées de transformateurs secs pour leurs bon comportement au feu et leurs dimensions réduites. Toutefois, durant les années 1980, des transformateurs immergés, utilisant un fluide ignifuge, ont été développés comme solution alternative aux transformateurs secs. Ces transformateurs offrent un degré de protection inhérent au minimum IP43, quand le transformateur sec (IP00) a besoin d une enveloppe volumineuse. Le transformateur à remplissage intégral n a pas besoin d entretien, résiste mieux aux surcharges et surtensions et présente un refroidissement plus efficace (dans plusieurs cas sans ventilateurs). Plus récemment une nouvelle génération de transformateurs immergés est née : les transformateurs compacts à haute température pour des applications très spécifiques (voir 2.2). Ils présentent une performance et une fiabilité qui conviennent tout particulièrement à ces applications spéciales. Même avec tous ces avantages, reconnus dans la plus grande partie de l industrie mondiale, il reste toujours des non-initiés qui y voient un risque d incendie élevé, et jugent parfaits les transformateurs de type sec. Mais tout n est pas blanc ou noir d où cette étude, réalisée surtout afin d étudier le comportement au feu des deux technologies. 2. PERFORMANCE DES DIFFERENTES TECHNOLOGIES 2.1 Spécifications électriques La différence fondamentale entre un transformateur immergé et une unité de type sec enrobé réside dans leurs isolants électriques, respectivement papier/fluide et air/résine. Cette structure du système d isolation contribue également à assurer la gestion de la chaleur et l intégrité mécanique. Un transformateur immergé conventionnel utilise la cellulose et une huile minérale, tandis que la technologie avancée SLIM de Pauwels fait appel à l isolant aramide haute température DuPont NOMEX associé à un fluide silicone. Dans un Bio-SLIM (voir Fig. 1) qui est encore plus compact qu un SLIM, le silicone est remplacé par le MIDEL 7131, un ester synthétique. Ces deux liquides sont de la Classe K3 suivant CEI (classification de comportement au feu), mais un ester est complètement biodégradable ce qui représente un point fort dans des applications marine ou dans des zones publiques ou des stations de captage d eau [1].

2 Fig. 1 Transformateur 2.5MVA Bio-SLIM avec ester MIDEL 7131 pour éolienne. En général, les spécifications électriques fonctionnelles sont les mêmes et les différentes technologies peuvent répondre aux exigences de base de la plupart des applications en termes de basse tension, haute tension, puissance, impédance, pertes en charge, pertes à vide. Mais les transformateurs immergés offrent en moyenne moitié moins de pertes à vide, d où des économies substantielles puisque celles-ci s appliquent aux 8760 heures de fonctionnement par an, pendant toute la durée de vie du transformateur. Les transformateurs immergés tendent cependant à être plus volumineux que les unités de type sec (en IP00 sans enveloppe), en raison de leur structure de refroidissement (cuve à ailettes). Toutefois, avec les isolants haute température, les nouveaux transformateurs immergés SLIM et Bio-SLIM sont bien plus compacts tout en offrant une meilleure fiabilité thermique et une optimisation de l utilisation des matières premières. Quelques comparaisons sont fournies dans l article cité en référence [2]. 2.2 Conditions d utilisation Dans certaines applications, le transformateur doit opérer dans un environnement très contraignant, soit au niveau électrique, thermique, agressif et/ou mécanique. Toutefois, une fiabilité plus élevée peut être obtenue si ces facteurs sont pris en compte dès la conception, ainsi qu au niveau des procédés de production et du choix du système isolant. Exemples : les transformateurs liés aux convertisseurs sont soumis à un grand nombre de commutations qui provoquent des à-coups accompagnés de brèves surtensions dans les enroulements, une plus haute teneur en harmoniques et une saturation du noyau. les transformateurs installés dans des environnements agressifs, salins et humides comme bord-de-mer, ambiance marine ou installations chimiques, sont de préférence du type immergé hermétique. Pour les transformateurs à système d isolation ouvert (unités de type sec), une attention particulière doit être prêtée à la qualité de l air de refroidissement et au système isolant. Dans la plupart des cas, un habillage spécial avec ventilateurs et atmosphère conditionnée devient essentiel, tandis que filtrage, séchage et entretien régulier sont largement recommandés. Les transformateurs installés dans des nacelles d éoliennes sont soumis à des vibrations, surtout sur la plage basse fréquence située entre 5 Hz et 250 Hz. Leur conception doit donc assurer qu ils résisteront à ces vibrations durant toute leur durée de vie. La fixation de la partie active (noyau et enroulements) et les connexions haute et basse tensions, doivent faire l objet d une attention toute particulière. Les transformateurs élévateurs et de traction subissent des charges instables et variables. La conception mécanique doit être conçue pour résister aux fréquentes surcharges de courte durée qui agissent sur les enroulements comme des vrais court-circuits avec des forces mécaniques élevées. Les transformateurs installés dans des zones avec un niveau isoceraunique haut sont soumis à beaucoup de coups de foudre. Le système d isolation doit être résistant à ces crêtes de tension. Un système sec est plus susceptible aux surtensions et aux décharges partielles. Pour une ou plusieurs des raisons susdites, les transformateurs (Bio)-SLIM de Pauwels ont été choisis (liste non exhaustive): pour être installés dans plus de 3500 éoliennes jusqu à 6.5MVA (situation mi-2007), on-shore, near-shore et off-shore [8][9]; comme transformateurs de traction stationnaires pour alimenter les lignes RER et Métro de la RATP (Fig. 2) [10]; par les pompiers de Monaco pour des postes de distribution (tout comme les coureurs F1, les sapeurs connaissent la résistance au feu de leurs vêtements en Nomex ); en altitude dans les Alpes, pour remplacer des transformateurs secs défectueux de l Aiguille-du-Midi près de Chamonix et dans le tunnel de Fréjus [11]; pour remplacer des transformateurs aux PCB; pour augmenter la puissance des sous-stations industrielles existantes; comme transformateur élévateur dans des projets d énergie renouvelable sous-marines. Fig. 2 Transformateur SLIM 4 MVA pour RATP

3 (exploitation Métro et RER de Paris). La plus grande partie des (Bio)-SLIM est conçue suivant les particularités des spécifications de chaque client qui reconnaît les nombreux avantages comme valeurs ajoutées pour son projet. Mais, en parallèle, Pauwels Trafo présente aussi une gamme standardisée de SLIM pour transformateurs de distribution de 100kVA à 2500kVA suivant les normes françaises, qui est spécifiquement dédiée au remplacement des transformateurs aux PCB, à l augmentation de puissance en stations existantes, aux les bâtiments publiques et à d autres applications où les paramètres sécurité, fiabilité et encombrement sont considérés comme très important. 3. COMPORTEMENT AU «FEU» 3.1 Evaluation des risques et normes L évaluation des risques étudie toutes les causes possibles de défaillances et leurs conséquences. Les précautions pouvant être prises pour limiter les risques comprennent des dispositifs protecteurs, des mesures particulières lors de la conception et des tests périodiques. Les défaillances les plus graves sont liées à des phénomènes extérieurs pouvant être dangereux pour les hommes comme pour les installations, notamment une explosion déclenchant un incendie. Fort heureusement, ce type d accident est extrêmement rare. Dans la plupart des scénarios de défaillance, le transformateur s arrêtera de fonctionner et sera déconnecté du réseau. La probabilité d'une panne de transformateur est extrêmement faible constat justifié par notre propre expérience, et corroboré par des données générales et émanant d'utilisateurs du monde entier. Le MTBF (Mean Time Between Failures Temps moyen entre pannes) des transformateurs immergés est supérieur à 500 ans. La norme internationale CEI ("Essais relatifs aux risques feu : guide pour l'évaluation des risques feu des produits électrotechniques Fluides isolants") illustre et confirme la bonne sécurité incendie des transformateurs immergés ainsi que la très grande rareté de tels incidents. Les transformateurs conventionnels contiennent une huile minérale de Classe O1 (fluide avec point feu inférieur à 300 C et pouvoir calorifique net supérieur à 42 MJ/kg). Les transformateurs SLIM et Bio-SLIM contiennent pour leur part soit un fluide silicone soit un ester appartenant à la Classe K3 (fluide avec point feu supérieur à 300 C et pouvoir calorifique net inférieur à 32 MJ/kg). Selon le guide CEI, aucun incendie imputable à un transformateur immergé de Classe K3 n a été enregistré à ce jour, alors que quelque de ces transformateurs ont été mis en service depuis la fin des années 70 [3]. Ces transformateurs immergés sont par conséquent largement acceptés dans les bâtiments, les applications ferroviaires, les éoliennes, les tunnels et les sous-stations dans des villes telles que Monaco (Fig. 3) et Hong Kong. Fig. 3 Transformateur SLIM 630kVA type NF pour Monaco Deux scénarios de risque feu doivent être considérés : Scénario origine interne Des surcharges peuvent chauffer le fluide jusqu à son point feu, d où un risque d incendie en cas d exposition à une source d inflammation extérieure. Ou bien, l incendie peut être provoqué par un arc intérieur de grande intensité non maîtrisé. Cette situation pourrait créer une pression interne suffisante pour faire éclater la cuve. Dans ce cas, le fluide serait éjecté sous la forme d un spray susceptible d être enflammé par l arc. Le spray brûle intensément pendant une courte période, mais forme rapidement une nappe qui pourrait, ou non, brûler à la base de l équipement. L expérience a montré qu avec des fluides de Classe O1, un tel feu de nappe provoque des dégâts extrêmement importants. Toutefois, aucun feu de nappe n a à ce jour été enregistré pour des fluides de Classe K. Les tests effectués sur des fluides de classe K ont montré que, même si le spray est enflammé de cette manière, la nappe qui en résulte cesse rapidement de brûler en raison du point feu élevé des fluides de classe K qui requièrent donc des mesures de protection moins draconiennes que les fluides de Classe O Scénario origine externe L équipement est impliqué de manière interactive dans un incendie d origine extérieure, ou provoqué par l écroulement du bâtiment et l endommagement subséquent de la cuve. Dans le scénario «Origine Externe», les fluides de Classe K doivent être chauffés à une température plus élevée que ceux de Classe O pour s enflammer au contact d une flamme extérieure et continuer à brûler. Une analyse théorique [4] a été menée sur les effets des défaillances électriques survenant dans des transformateurs installés dans des espaces confinés, comme par exemple les tours d éoliennes. Celle-ci a montré qu un transformateur contenant un fluide silicone et doté d une cuve à ailettes suffisamment flexible, avec ou sans matelas de gaz, résistera généralement à la hausse de pression résultant d un arc interne si le temps de déclenchement est compris entre 0,1 à 0,2 seconde.

4 Si, pour une raison quelconque, la pression continue d augmenter et que la cuve éclate, un nuage d acétylène et d hydrogène sera libéré dans le local ; si ce nuage s enflamme, il s ensuivra une onde de choc. A proximité du transformateur, la pression sera élevée, mais l impulsion restera faible. A une distance d un mètre, aucun dommage structurel ne devrait se produire, de telle sorte qu un bâtiment de conception normale et des structures d acier standard suffisent pour assurer la sécurité. Le compartiment du transformateur constituant une boîte à feu est cependant préférable afin d éviter toute propagation de l incendie aux autres niveaux [6]. Dans le cas d un transformateur de type sec, le comportement feu est de Classe F0 ou F1 selon la norme Cenelec HD 464, dont le test porte sur une série d enroulements haute et basse tension. Étant donné qu il est très difficile de comparer et d expliquer les caractéristiques feu d un fluide silicone par rapport à une résine solide, nous avons décidé d effectuer ce test Cenelec sur 2 transformateurs triphasés grandeur nature. Fig. 2 Transformateur sec : vue de face après 2 minutes d exposition au feu et aux panneaux de rayonnement. 3.2 Tests au feu sur transformateurs Deux transformateurs élévateurs complets ont été sélectionnés au hasard : un transformateur sec enrobé de 1 MVA 20 kv 400 V offrant des propriétés feu F1, et un transformateur SLIM de 1,1 MVA 10 kv 400 V. Les transformateurs ont été placés dans un environnement thermiquement agressif, avec un feu d'alcool brûlant pendant 20 minutes sous les transformateurs et deux panneaux de rayonnement placés latéralement, assurant un apport de chaleur de 30 kw/m² pendant 40 minutes. Ces conditions sont les mêmes que celles de la norme HD 464, à l exception près que celle-ci porte seulement sur un enroulement de transformateur sec. Toutefois, dans la vie réelle, c est le transformateur complet qui est soumis au feu, et ce test est le premier à chercher à évaluer ce comportement à un point de référence mentionné dans la norme HD 464. Les tests ont été effectués à l Ineris, France, en Le test portant sur deux transformateurs complets, la configuration diffère de celle indiquée dans la norme HD464. La chambre de test est un tunnel horizontal de 50 m de long offrant une section de 10 m². Fig.3 Vue latérale du transformateur sec après 2 minutes Transformateur de type sec Le transformateur s'est enflammé avec combustion et fumée 6 minutes après l'allumage du feu et l'activation des panneaux de rayonnement (Fig. 2 et 3). Le feu extérieur présentait une température de 400 C ; au bout de 8 minutes, celle de l enroulement central se situait entre 800 et 870 C. Cette température a lentement diminué jusqu'à 700 C après la désactivation des panneaux de rayonnement, puis après jusqu'à 400 C, le transformateur brûlant de lui-même pendant plus d'une heure (Fig. 4 et 5). Sur les enroulements extérieurs, la température atteignait 300 C. Celle du bâti supérieur dépassait 800 C, même après interruption de l apport de chaleur extérieure. Les émissions de gaz (essentiellement CO) ont atteint 720 ppm après 9 minutes et ont lentement diminué jusqu à ppm. Figure 10 montre le résultat final du test de résistance au feu. Fig.4 Vue de face après 23 minutes. Le feu extérieur s éteint lentement. Le transformateur brûle.

5 Fig.5 Vue latérale après 40 minutes. Aucun apport de chaleur extérieure. Le transformateur sec continue de brûler pendant plus d une heure. Fig. 7 Vue latérale du transformateur immergé avec isolant haute température après 2min Transformateur SLIM Le transformateur immergé à isolant haute température a été soumis aux mêmes conditions de feu extérieur et de flux thermique (Fig. 6 à 9). L apport de chaleur a généré des températures externes de 500 à 600 C et une température interne de 260 C. En raison de l'expansion thermique du fluide isolant, la pression est montée jusqu'à 1,6 bar. Néanmoins, cette hausse de pression était insuffisante pour faire éclater la cuve. Aucun dommage notoire n a été observé à l extérieur du transformateur. Ce dernier n a pas contribué au feu extérieur. Figure 11 montre le résultat final du test de résistance au feu. Un feu plus intense serait requis pour faire éclater la cuve. De petites fuites sont cependant à prévoir, même si la cuve n éclate pas, mais sans engendrer pour autant une perte massive de fluide isolant. Fig. 8 Vue de face après 6 minutes. Les hautes flammes sont celles de l alcool qui brûle au-dessus des ailettes de refroidissement, en raison de l absence d air entre ces dernières. Fig. 6 Transformateur immergé avec isolant haute température après 2 minutes : vue avant. Fig. 9 Vue latérale après 15 minutes.

6 4. MESURES DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES Voici quelques suggestions de mesures préventives générales, aussi bien pour les transformateurs de type immergé que sec: Confiner le fluide dans un équipement doté d une haute résistance à l éclatement, mais permettant une certaine dilatation thermique (par ex. cuves ondulées ou équipées d un matelas d azote). Utiliser des dispositifs d évacuation de la pression interne. Confiner toute évacuation de fluide dans un bac de rétention ou derrière un mur. Utiliser des fluides dotés d un point feu élevé et respectant une haute tension de tenue diélectrique. Assurer une distance suffisante entre le transformateur et les autres installations. Utiliser des barrières coupe-feu. Installer des extincteurs à proximité. Assurer le contrôle de la température (alarme/ coupecircuit). Installer une cellule disjoncteur activée par la détection d une surpression. Assurer une protection contre les surintensités (par ex. fusibles). Assurer une protection rapide contre les courts-circuits. Mettre en place une maintenance régulière (inspection visuelle, tests électriques et chimiques du fluide, et analyse des gaz dissous). Il convient cependant de noter que les incendies d un transformateur sont très rares. Une récente étude par l industrie éolienne [7] indique que ce genre de dommages représente entre 9% et 20% des déclarations d accidents. En règle générale, les causes principales des incendies d éoliennes sont la foudre, des problèmes techniques et l erreur humaine. L hélice, la nacelle, les câbles, le liquide de la boîte de vitesses (à base d huile minérale à point feu de 150 C) ou les composants en résine des générateurs sont eux aussi sujets à l inflammation, et détiennent une charge feu qui peut même déclencher un incendie à des températures bien plus basses. 5. CONCLUSIONS Cette étude porte sur la performance des transformateurs compacts installés à l intérieur, dans des bâtiments, des postes et sous-stations, des éoliennes, des tunnels, etc. Le transformateur de type sec y est évalué par rapport à un transformateur immergé de haute température SLIM dont l isolant liquide est un fluide silicone. Les pertes à vide réduites, le bruit bas, le haut degré de protection, la fiabilité dans toutes les conditions, la résistance contre les surcharges et surtensions et les atmosphères agressives, l entretien réduit et les dimensions compactes offertes par ce nouveau transformateur immergé sont avantageuses. Le comportement au feu en cas d incendie extérieur est présenté selon la norme Cenelec HD464. Le transformateur sec a activement contribué à l incendie, alors que le transformateur immergé a conservé son intégrité pendant toute la durée du test. Pour provoquer une fuite et pouvoir ainsi évaluer la réaction du fluide, il aurait fallu soumettre le transformateur SLIM à un feu extérieur plus intense. Enfin, de solides mesures préventives sont toujours recommandées pour les transformateurs, ainsi que pour de nombreux autres composants des postes électriques. 6. REMERCIEMENTS Cette étude a pu être menée grâce à la coopération de l équipe NOMEX de Du Pont de Nemours, Suisse, et de Dow Corning, Espagne. Éditeur technique : Mario Desmit, Pauwels International N.V. 7. REFERENCES [1] Transformers for offshore multi-megawatt turbines, Dr.Ir.J.Declercq and Ing.Raymond Van Schevensteen. Offshore conference, Copenhagen 05. [2] Transformers for Wind Turbines as Vital Component: need for new designs or business as usual, J. Declercq, AWEA Conference, Chicago 04. [3] Norme CEI : Essais relatifs aux risques feu : guide pour l'évaluation des risques feu des produits électrotechniques Fluides isolants. [4] Étude DuPont (confidentiel veuillez contacter l auteur principal). [5] Installing and working with transformers inside wind turbine towers safety issues, National Wind Power. [6] Wind and fire, reducing the risk of fire damage in wind turbines, N. Smith and E. de Vries, Renewable Energy world, septembre [7] Transformers for offshore multimegawatt turbines, J.Declercq & Raymond VanSchevensteen. Offshore conference, Copenhagen 05. [8] Les transformateurs SLIM de Pauwels ouvrent la voie à l énergie éolienne en France, Application profile, 11/04, [9] Double First for Pauwels SLIM transformer in Danish offshore wind farm, Application profile, 10/04, [10] RATP chooses Pauwels SLIM transformers for Paris Métro and RER, Application profile, 05/04, [11] Performance au sommet grâce à un transformateur SLIM de Pauwels, Application profile, 04/05,

Les fusibles moyenne tension européens CEI 60282

Les fusibles moyenne tension européens CEI 60282 Les fusibles moyenne tension européens CEI 60282 Domaine des fusibles moyenne tension européens Les systèmes moyenne tension sont maintenant classés HTA Tension maximum: 72500V Nos fusibles: jusqu à 40500V

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

déclenche un incendie.

déclenche un incendie. 48 revue ABB 2 12 Conversion verte L huile végétale d ABB diminue les risques d incendie et d écotoxicité des transformateurs GEORGE FRIMPONG, STEPHANE PAGE, KJELL CARRANDER, DON CHERRY Chaque année, un

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

Sécurité électrique bloc opératoire

Sécurité électrique bloc opératoire Sécurité électrique bloc opératoire Intervenant : Thierry CAUCHARD thierry.cauchard@socotec.fr Diaporama n 1 Sommaire Risques liés à l électricité Normes de référence Règles à respecter Diaporama n 2 Risques

Plus en détail

06/2015. 06/2015, Amo/Ba 1/6

06/2015. 06/2015, Amo/Ba 1/6 06/2015 Courants de court-circuit, temps de coupure, énergie passante, risque de blessures: Quelle est l importance du temps de coupure? Nous connaissons les temps de coupure de 0,3 / 0,4 / 5 et 120 secondes

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE.

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 1 2 LE SAVIEZ-VOUS? UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 3 SOURCE INRS 4 Identification des atmosphères explosives Faire l inventaire

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers

SCDC- Bissy. Résumé non technique de l étude de dangers Eras Metal Calais / Note d information du Préfet / Présentation des modifications SCDC- Bissy Résumé non technique de l étude de dangers Réf. Entime 3302-006-007 / Rév. A /16.07.2013 DOC. ICPE / 2211-006-008

Plus en détail

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures

PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures PPRT Les principes généraux Les effets d un phénomène dangereux et leur incidence sur les structures Journée PPRT - CNFPT Marseille - 19 juin 2014 INERIS Benjamin Le Roux Effets d un phénomène dangereux

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

Poste compact 24 kv ECOS-C

Poste compact 24 kv ECOS-C Poste compact 24 kv ECOS-C Installation compacte la plus étroite de sa catégorie Respectueuse de l'environnement Protection numérique intégrable Simple d'utilisation Jeu de barres unipolaire isolé 20 ka,

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

1 Description de l'arc électrique.

1 Description de l'arc électrique. Ceci est un cours naguère distribué en accompagnement de celui sur les sur intensités et moyens pour les éliminer : fusibles et disjoncteurs. Il y était aussi fait référence dans le cadre de celui sur

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Tableaux de distribution d énergie basse tension SIVACON S4

Tableaux de distribution d énergie basse tension SIVACON S4 Tableaux de distribution d énergie basse tension SIVACON S4 / Introduction /3 Généralités /6 Caractéristiques techniques /7 Déclaration de conformité 009 010 Introduction Vue d ensemble SIVACON S4 est

Plus en détail

Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV

Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV L objectif du présent document est de traiter les problèmes de sécurité des systèmes PV pour les pompiers. Il expose comment la solution SolarEdge

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Le feu et ses conséquences

Le feu et ses conséquences Formation SSIAP 1 Le feu et ses conséquences Le triangle du feu Les trois éléments indispensables à l incendie Le Combustible Le Comburant (Solide, liquide, gazeux) l air: L énergie d activation (Thermique,

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

Charge de sortie applicable. 30 A de 180 à 528 Vc.a. G3PA-430B 10 A de 24 à 240 Vc.a. G3PA-210B-VD* 20 A de 24 à 240 Vc.a.

Charge de sortie applicable. 30 A de 180 à 528 Vc.a. G3PA-430B 10 A de 24 à 240 Vc.a. G3PA-210B-VD* 20 A de 24 à 240 Vc.a. RELAIS STATIQUE I Relais compact avec radiateur intégré Réduction de la taille du relais grâce à une conception optimale du radiateur Montage par vis ou sur rail DIN Réduction du câblage lors du montage

Plus en détail

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière L état d avancement des travaux au 20 juin 2011 Le véhicule électrique, une des priorités de la politique de

Plus en détail

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3.

Dangers des gaz NATURE : TEMPERATURE : PRESSION : Transport de gaz dans des véhicules non ADR (Qté transportée < Qté définies par le 1.1.3. Dangers des gaz NATURE : Gaz inerte : Azote, Argon, CO2, Hélium Gaz comburant : Oxygène, Protoxyde d azote Gaz inflammable : Hydrogène, Acétylène, Propane Gaz toxique : Ammoniac, Chlore, Fluor, SO2 Risque

Plus en détail

SENSIBILISATION A LA SECURITE MACHINES

SENSIBILISATION A LA SECURITE MACHINES SENSIBILISATION A LA SECURITE MACHINES NOUVELLE DIRECTIVE et NOUVELLES NORMES EUROPEENNES Applicables fin 2009. Guide d interprétation et d application (produits celduc relais) celduc 2009 1 DIRECTIVES

Plus en détail

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009)

Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar. Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 2086 Décembre 2012 Tiré à part gratuit pour membres institutionnels Swissolar Contrôle des systèmes photovoltaïques raccordés au réseau (norme EN 62446-1:2009) 1 Introduction Photo 1 : Installation PV

Plus en détail

Porte à haute performance Albany RR300 Plus Alu. ASSA ABLOY Entrance Systems

Porte à haute performance Albany RR300 Plus Alu. ASSA ABLOY Entrance Systems Porte à haute performance Albany RR300 Plus Alu ASSA ABLOY Entrance Systems Albany RR300 Plus Alu Porte à grande vitesse, légère et compacte pour usage interne Équipement supplémentaire disponible pour

Plus en détail

Refroidisseurs air/huile

Refroidisseurs air/huile REFROIDISSEURS AIR / HUILE MOBILES HAUTE PERFORMANCE NOUVEAU DESIGN COMPACT AVEC VENTILATEURS DC Applications Ces refroidisseurs sont spécialement conçus pour des applications dans le mobile où puissance,

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ASA/LF/BOURGOIS/GUILLAC/EDD/2013.372 Déchetterie de GUILLAC (56) Résumé page 1 PRESENTATION DU SITE La déchetterie de Guillac est localisée sur le territoire

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation Série FP400 Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur Manuel d utilisation Version 2.3 / Juin 2004 Aritech est une marque de GE Interlogix. http://www.geindustrial.com/ge-interlogix/emea

Plus en détail

Fiche commerciale. Chauffage. Efficacité et confort optimal pour le chauffage des bâtiments de grands volumes. www.france-air.com

Fiche commerciale. Chauffage. Efficacité et confort optimal pour le chauffage des bâtiments de grands volumes. www.france-air.com Fiche commerciale Chauffage Efficacité et confort optimal pour le chauffage des bâtiments de grands volumes Chauffage Direct @ccess gaine radiante avec brûleur gaz à l extérieur avantages Esthétique. 250

Plus en détail

CHAUDIÈRE À GAZÉIFICATION DU BOIS ATTACK DPX PROFI

CHAUDIÈRE À GAZÉIFICATION DU BOIS ATTACK DPX PROFI CHAUDIÈRE À GAZÉIFICATION DU BOIS ATTACK DPX PROFI W W W. A T T A C K. S K CHAUDIÈRE À GAZÉIFICA- TION DU BOIS ATTACK DPX Chaudière à gazéification ATTACK DPX est disponible en trois versions: STRANDARD,

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Pompes d Assainissement Submersibles Type ABS XFP

Pompes d Assainissement Submersibles Type ABS XFP Pompes d Assainissement Submersibles Type ABS XFP Principales applications La pompe d assainissement submersible type ABS XFP est conçue pour les eaux usées industrielles et municipales et est équipée

Plus en détail

EXPLOITATION D UN PARC ÉOLIEN DOSSIER TECHNIQUE

EXPLOITATION D UN PARC ÉOLIEN DOSSIER TECHNIQUE BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR ELECTROTECHNIQUE SESSION 2014 ÉPREUVE E4.2 EXPLOITATION D UN PARC ÉOLIEN DOSSIER TECHNIQUE Sommaire 1. Présentation générale 2. Raccordement du parc éolien 3. Problématique

Plus en détail

Protection contre la foudre et les surtensions Note technique

Protection contre la foudre et les surtensions Note technique Protection contre la foudre et les surtensions Note technique December 2014 Dans l antiquité, les personnes croyaient que la foudre était la conséquence de la colère des dieux ; plus tard, la croyance

Plus en détail

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos.

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. entreposage Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. Un détecteur de gaz contribue à déterminer les mesures de prévention et l équipement de protection nécessaires dans le

Plus en détail

VariTrans P 43000 TRMS

VariTrans P 43000 TRMS Convertisseur haute tension CA/CC pour la mesure de valeurs true RMS des courants d'entrée de IE = 100 ma CA à IE = 5 A CA 160 Application Dans les installations électriques, il est nécessaire d'enregistrer

Plus en détail

MULTIMETRE DIGITAL DE POCHE A JAUGEAGE AUTOMATIQUE NOTICE D UTILISATION MODELE M320

MULTIMETRE DIGITAL DE POCHE A JAUGEAGE AUTOMATIQUE NOTICE D UTILISATION MODELE M320 MULTIMETRE DIGITAL DE POCHE A JAUGEAGE AUTOMATIQUE NOTICE D UTILISATION MODELE M320 M320 AUTO-RANGE DMM ma Hz V OFF M320 AUTO-RANGE DMM ma Hz V OFF 1. Bouton SELECT 2.Bouton HOLD 3.Commutateur de fonction

Plus en détail

Centrales Photovoltaïques. Poste photovoltaïque intégré CFI 1000F La solution intégrée de 1 MWc

Centrales Photovoltaïques. Poste photovoltaïque intégré CFI 1000F La solution intégrée de 1 MWc Présentation ORMAZABAL est l un des premiers fabricants mondiaux d équipements Moyenne Tension pour les réseaux de distribution électrique et pour l industrie. ORMAZABAL a développé une gamme de produits

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Les ATmosphères EXplosives. Prévention des Risques et Protection des Salariés. R. REVALOR INERIS Méditerranée

Les ATmosphères EXplosives. Prévention des Risques et Protection des Salariés. R. REVALOR INERIS Méditerranée Les ATmosphères EXplosives («ATEX») Prévention des Risques et Protection des Salariés R. REVALOR INERIS Méditerranée 1 ATEX : Les produits concernés ATMOSPHERE EXPLOSIVE Mélange avec l air, dans les conditions

Plus en détail

C O N D U I T S D E F U M É E F O N C T I O N N A N T E N S U R P R E S S I O N

C O N D U I T S D E F U M É E F O N C T I O N N A N T E N S U R P R E S S I O N Berne, Buchs, Zurich, avril 2012 C O N D U I T S D E F U M É E F O N C T I O N N A N T E N S U R P R E S S I O N Mesdames, Messieurs, 1. Situation initiale Les températures extrêmement froides de l'hiver

Plus en détail

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox

Ventilateurs centrifuges pour cuisines collectives non classées et nombreux autres domaines d application. Ventilateurs centrifuges MegaBox Ventilateurs centrifuges Points forts de la gamme Ventilateur centrifuge insonorisé Groupe moto-turbine monté sur porte avec charnières pour un nettoyage et un entretien facilités Moteur à vitesse variable,

Plus en détail

Exemple de document unique

Exemple de document unique Exemple de document unique Tableau 1 Identification, par unité de travail, des risques professionnels (des dangers liés à un équipement, une substance, une méthode de travail susceptible de causer un dommage

Plus en détail

REFRIGÉRATEUR ET CONGÉLATEUR COMMERCIAL

REFRIGÉRATEUR ET CONGÉLATEUR COMMERCIAL REFRIGÉRATEUR ET CONGÉLATEUR COMMERCIAL MANUEL D UTILISATION Modèles des réfrigérateurs : CFD-1RR, CFD-2RR, CFD-3RR Modèles des congélateurs : CFD-1FF, CFD-2FF, CFD-3FF VEUILLEZ LIRE LE MANUEL ATTENTIVEMENT

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN Lisez attentivement ce mode d'emploi avant d'utiliser l'appareil et conservez-le pour un usage ultérieur. POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

Amélioration du rendement...

Amélioration du rendement... Amélioration du rendement...... grâce à des moteurs à vitesse variable avec variateurs de fréquence Tomi Ristimäki Responsable produit 08 I 2008 Compte tenu de l augmentation continue des prix de l énergie,

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME

CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME CENTRE DE GESTION DE LA CHARENTE-MARITIME Dispositions générales Risque chimique Dans tous les cas, se reporter à la Fiche de Données de Sécurité de chaque produit (fournie à l utilisateur par le fabricant

Plus en détail

CONSIGNES EN CAS D INCENDIE.

CONSIGNES EN CAS D INCENDIE. CONSIGNES EN CAS D INCENDIE. En cas de découverte (feu, fumée suspecte, ) : Quittez le local où il y a le feu Déclenchez l alarme et avertissez l accueil, le secrétariat ou la conciergerie Évacuez le bâtiment

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ Date d édition : 15/09/2011 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ ASPHALTE COULÉ 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Désignation : Asphalte coulé Utilisation commerciale : Produits pour revêtements

Plus en détail

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale

Système ASC unitaire triphasé. PowerScale 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec PowerScale Système ASC unitaire triphasé 10 50 kva Maximisez votre disponibilité avec Protection de première qualité est un système ASC triphasé de taille moyenne qui offre une protection électrique remarquable pour

Plus en détail

Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums

Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums Directives d installation des Chauffe-Air d adjonction électriques montés dans les plénums Août 2008 VERSION 4 CES INSTRUCTIONS D INSTALLATIONS COUVRENT: MODÈLES T-4 à T-30 (4Kw à 30 Kw) NOTES GÉNÉRALES

Plus en détail

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Livre blanc Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Renforcement de la sécurité des cuisines par le biais de la surveillance stratégique des gaz Les cuisines

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

AquaMobil. Systèmes mobiles de décontamination, de douches et de chauffage SWINGTEC

AquaMobil. Systèmes mobiles de décontamination, de douches et de chauffage SWINGTEC AquaMobil Systèmes mobiles de décontamination, de douches et de chauffage SWINGTEC Le premier chauffe-eau instantané mobile type DH1 a été développé dès 1962, puis construit et fabriqué en série un peu

Plus en détail

Swissi SA. La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire

Swissi SA. La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire Norme 2015 - généralités Les objectifs de protection définis aujourd hui ont été repris sans modification. Les nouvelles PI favorisent, pour les nouvelles

Plus en détail

Paratonnerre. Le paratonnerre Saint Elme Active. Principe et fonctionnement

Paratonnerre. Le paratonnerre Saint Elme Active. Principe et fonctionnement Paratonnerre Amorçage à Contrôle Temporel par Impulsion et Vitesse de propagation Entretenue Paratonnerre à dispositif d amorçage Conforme à la norme NF C 17-102 - Brevet Franklin France Le paratonnerre

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté.

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles sont un moyen pratique et rentable d améliorer un poste de travail en un rien de temps. Les unités correspondent

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

Réglementation selon les arrêtés du 26/02/2003, du 07/03/2008 et du 14/12/2011 et le Code du travail. Effectif des locaux Évacuation Ambiance

Réglementation selon les arrêtés du 26/02/2003, du 07/03/2008 et du 14/12/2011 et le Code du travail. Effectif des locaux Évacuation Ambiance RÉGLEMENTATION L éclairage de sécurité et l alarme incendie (suite) 2. Les établissements recevant des travailleurs (ERT) Pour les Établissements Recevant des Travailleurs (ERT), l effectif théorique des

Plus en détail

Chauffage radiant électrique Heatstrip

Chauffage radiant électrique Heatstrip Chauffage radiant électrique Heatstrip Le Heatstrip Le Heatstrip est un chauffage radiant à forte intensité qui est la solution efficace et rentable pour un chauffage en extérieur tout comme en intérieur.

Plus en détail

applications puissantes pour le thermomètre infrarouge visuel Fluke Note d'application Détectez les problèmes instantanément CONÇU POUR TOUT VOIR

applications puissantes pour le thermomètre infrarouge visuel Fluke Note d'application Détectez les problèmes instantanément CONÇU POUR TOUT VOIR 15 applications puissantes pour le thermomètre infrarouge visuel Fluke Note d'application Détectez les problèmes instantanément Les thermomètres infrarouges visuels Fluke associent les bénéfices d'un pyromètre

Plus en détail

Manuel d installation KIT NUR

Manuel d installation KIT NUR Veuillez lire attentivement ces consignes de sécurité qui s adressent uniquement à un installateur photovoltaïque qualifié : Manuel d installation KIT NUR Ce présent document contient des informations

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

Volcane II Récupérateur de Chaleur Notice d Installation d Utilisation de Maintenance

Volcane II Récupérateur de Chaleur Notice d Installation d Utilisation de Maintenance NT 1166 C 1 /16 20/11/2008 MANUEL D INSTALLATION NORMES DE SECURITE ET MARQUAGE CE Nos techniciens sont régulièrement engagés dans la recherche et le développement de produits de plus en plus efficace

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Pat de la Vatine BP 108 76134 MONT SAINT AIGNAN PROJET : EXTENSION D UN SITE DE STOCKAGE DE CEREALES ET OLEOPROTEAGINEUX ET D APPROVISIONNEMENT D541 «Le Chemin sec» 60360 DOMELIERS RESUME NON TECHNIQUE

Plus en détail

STOCKAGE DE PRODUITS INFLAMMABLES

STOCKAGE DE PRODUITS INFLAMMABLES R.D. 379/2001 RÈGLEMENT DU STOCKAGE DE PRODUITS CHIMI- QUES Règlement de stockage de produits chimiques et instructions techniques complémentaires dirigées aux produits spécifiques ou à leurs catégories.

Plus en détail

chauffage Harmony Vertical

chauffage Harmony Vertical chauffage Harmony Vertical FTE 402 212 B Septembre 2013 Harmony Vertical rideau d air chaud vertical tertiaire Énergie Électrique Eau chaude Sans chauffage u Avantages Silencieux. Portée jusqu à 7.5 m.

Plus en détail

GALAXY - VM solutions pour la location

GALAXY - VM solutions pour la location GALAXY - VM solutions pour la location Visa présente une nouvelle gamme de groupes électrogènes destinée à l usage mobile conçue grâce à notre expérience spécifique acquise en trente années d activités,

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation

GE Security. KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle. Manuel d utilisation GE Security KILSEN série NK700 Centrale de détection et d alarme Incendie conventionelle Manuel d utilisation g ination imag at work Kilsen is a brand name of GE Security. www.gesecurity.net COPYRIGHT

Plus en détail

Présentation Datacenter Lausanne

Présentation Datacenter Lausanne Présentation Datacenter Lausanne Datacenter Iron Cloud dispose de plusieurs suites privatives dans un Datacenter indépendant de dernière génération. Ce dernier est situé en Suisse près de Lausanne. L infrastructure

Plus en détail

Refroidisseurs air/huile

Refroidisseurs air/huile REFROIDISSEURS AIR/HUILE NOUVEAU DESIGN COMPACT AVEC VENTILATEURS ELECTRIQUES AC ET PERFORMANCES DE REFROIDISSEMENT ELEVEES Applications Ces refroidisseurs ont été conçus spécialement pour des applications

Plus en détail

Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3. Choix du matériel par utilisation 4. Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6

Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3. Choix du matériel par utilisation 4. Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6 SOMMAIRE Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3 Choix du matériel par utilisation 4 Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6 Poste MT/BT compartimenté: ALTO L4 8 Poste MT/BT bas de poteau: ALTO

Plus en détail

SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE POUR PROTÉGER VOTRE FAMILLE ET VOTRE MAISON

SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE POUR PROTÉGER VOTRE FAMILLE ET VOTRE MAISON SÉCURITÉ LES SOLUTIONS DE SÉCURITÉ POUR PROTÉGER VOTRE FAMILLE ET VOTRE MAISON INSTALLATION É VA L U E Z V OT R E N I V E A U D E PROTECTION ET LA SÉCURITÉ D E V OT R E I N S TA L L AT I O N Logement neuf,

Plus en détail

Manuel d utilisation Parasol électrique Pise

Manuel d utilisation Parasol électrique Pise Manuel d utilisation Parasol électrique Pise Modèle : 852.2075 (ZHQ1821SH-ADCA) UTILISER À L EXTÉRIEUR OU À L INTÉRIEUR DES LOCAUX OU DANS UN ESPACE BIEN AÉRÉ. LIRE LA NOTICE AVANT L UTILISATION DE L APPAREIL

Plus en détail

INERIS PKu 19 février 2004-46059/entrepôts_compartimentage_v2 TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...6 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS...

INERIS PKu 19 février 2004-46059/entrepôts_compartimentage_v2 TABLE DES MATIERES 2. EXIGENCES TECHNIQUES...6 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS... TABLE DES MATIERES 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF...2 1.1 Les murs coupe-feu...3 1.2 Les portes coupe-feu automatiques - Principes de fonctionnement...4 1.3 Le calfeutrement de penetration de

Plus en détail

LA FILIATION et la SELECTIVITE

LA FILIATION et la SELECTIVITE 1 Définition de la filiation C est l utilisation du pouvoir de limitation des disjoncteurs, lequel permet d installer en aval des disjoncteurs moins performants. Le disjoncteur A joue alors un rôle de

Plus en détail

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles técnicos La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles // Il y a 50 ans personne ne pouvait prévoir l extension et l intensification que prendrait la production avicole

Plus en détail

Laboratoire CEM SCLE SFE. L engagement pour une performance durable

Laboratoire CEM SCLE SFE. L engagement pour une performance durable Laboratoire CEM SCLE SFE L engagement pour une performance durable Un laboratoire d Expertise en Compatibilité Électromagnétique (CEM) accrédité COFRAC Depuis plus de 40 ans, SCLE SFE réalise des équipements

Plus en détail

Guide du monteur Thermostats

Guide du monteur Thermostats Refrigeration and Air Conditioning Controls Guide du monteur R E F R I G E R A T I O N A N D A I R C O N D I T I O N I N G Contenu Page Montage... 3 Thermostat KP avec sonde d ambiance... 4 Thermostat

Plus en détail

ISOVOLTINE. Huile isolante pour transformateurs

ISOVOLTINE. Huile isolante pour transformateurs ISOVOLTINE Huile isolante pour transformateurs HUILE ISOVOLTINE pour TRANSFORMATEURs Sécurité et longévité Un transformateur sous tension est soumis à des températures très élevées. Le lubrifiant empêche

Plus en détail

Les régimes du neutre

Les régimes du neutre Chapitre 1 Les régimes du neutre Dans tout système triphasé Haute ou Basse Tension existent trois tensions simples, mesurées entre chacune des phases et un point commun appelé "point neutre". Physiquement,

Plus en détail

OPERATIONS D INSTALLATION, DE REPARATION ET ENTRETIEN

OPERATIONS D INSTALLATION, DE REPARATION ET ENTRETIEN OPERATIONS D INSTALLATION, DE REPARATION ET ENTRETIEN UNITÉ CLIMATISÉE HORIZONTALE EHW 518, 725, 830, 1036, 1042, 1250, 1657, 2069, 2476, 3097, 35110 SOMMAIRE Consignes de Sécurité... 3 Réception de l

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

Protection contre les incendies d une installation électrique

Protection contre les incendies d une installation électrique Protection contre les incendies d une installation électrique La protection des bâtiments contre les incendies fait partie des obligations incontournables lors de constructions, les mesures anti-feu sont

Plus en détail