La ritualisation de la féminité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La ritualisation de la féminité"

Transcription

1 Monsieur Erving Goffman La ritualisation de la féminité In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 14, avril pp Citer ce document / Cite this document : Goffman Erving. La ritualisation de la féminité. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 14, avril pp doi : /arss

2 Zusammenfassung Die Ritualisierung der Weiblichkeit Die nach Themen geordnete Zusammenstellung von Werbefotos aus Zeitschriften und Magazinen erlaubt es, in einer hervorgehobenen Form die wichtigsten Züge des sozial herrschenden Images der Weiblichkeit zu erkennen. Die Darstellung der Frau durch die Werbefachleute ist das Ergebnis einer Standardisierung und Verstärkung von Ausdrucks- und Verhaltensarten, die schon in der Realität stark ritualisiert sind. Die Arbeit des Werbefachmanns, durch die er den Wert seines Produkts hervorheben muss, gleicht einer Gesellschaft, die stark durch Zeremonien und Rituale geprägt ist. Sicher sind die Werbefotos in erster Linie nur «Bilder», bestenfalls «realistische Bilder», aber die Realität, die sie angeblich deformieren, ist selbst in vielen Aspekten, und nicht gerade in den unbedeutendsten, erkünstelt. Aus der doppelt dargestellten Mimik, Haltung, Gestik und Körperstellung kann man die dominierte Stellung der Frau ablesen. Davon zeugen auch die Eigenschaften, die der Frau zugeschrieben werden und die auch oft zur Charakterisierung der Kindheit verwendet werden : Unterwurfigkeit, Gehor-sam, Freundlichkeit, Mutwilligkeit, Verspieltheit, Schüchternheit. Abstract The Ritualization of Femininity The author has grouped together by themes a number of photographs appearing in advertisements in newspapers and magazines. This material enables him to illustrate, in a particularly striking manner, the basic traits of the dominant social image of femininity. The view of women projected by advertisers derives from the standardization and exaggeration of expressions and behavior which, actually, are already highly ritualized. The work of the advertiser who is obliged to show his product in the best possible light is not all that different from the task of a society which impregnates situations occuring in it with ceremonies and ritual signs. To be sure, commercial pictures are in the main «mere pictures», at best «realistic», but the reality they presumably reflect distortedly is itself artificial in many respects -and not the least important ones. In facial expressions, postures, and body attitudes, which are, so to speak, twice removed from reality, we can clearly discern the subordinate position of women. We are, moreover, made aware that the qualities associated with that position are often the same as those used to characterize childhood : submissiveness, docility, kindness, mischievousness, playfulness, shyness. Résumé Le regroupement, par séries thématiques, d'un ensemble de photographies de publicité extraites de journaux et de revues permet de saisir, sous une forme accentuée, les principaux traits de l'image sociale dominante de la féminité. La représentation que les publicitaires donnent de la femme procède en effet par standardisation et exagération d'expressions et de comportements qui, dans la réalité, sont déjà fortement ritualisés. Le travail du publicitaire qui doit mettre en scène la valeur de son produit n'est pas tellement éloigné de la tâche d'une société qui imprègne ses situations de cérémonial et de signes rituels. Certes, dans leur majorité, les photographies commerciales ne sont que des «images», tout au plus «réalistes», mais la réalité qu'elles sont censées déformer est elle-même, par bien des aspects et non des moindres, artificielle. A travers des mimiques, des postures, des attitudes corporelles deux fois représentées, on peut lire la position dominée de la femme, témoin les qualités qui lui sont associées et qui coïncident souvent avec celles qui servent à caractériser l'enfance : soumission, docilité, gentillesse, espièglerie, enjouement, timidité.

3 34 erving goffman RITUAUSÀTION Cet article enferme un certain nombre de photogra DE LÀ phies sujets commerciales humains. Ces -publicitaires- photographies représentant ont été arbitra des irement choisies dans des quotidiens et des magazi FEMINITE nes à gros tirage, aisément accessibles, du moins que je Etant peux choisir donné qu'il d'appeler n'est un guère thème, de limites ni aux à gen ce pour moi, de telle sorte qu'elles s'assemblent en sé ries permettant, grâce à une disposition non dé res de photographies que je peux rassembler afin pourvue de malice, d'exposer, de délimiter ou d'es d'exposer ce que j'ai d'abord identifié, ni aux a quisser un thème précis ayant trait au sexe, féminin rrangements possibles au sein des séries, on pourrait en particulier. Chaque série est accompagnée d'un croire que rien ne m'interdit de démontrer ce qu'il commentaire simple. me plaît, à partir de quelques points apparemment Quelques mots, tout d'abord, sur la façon communs. En cette matière, le succès ne requiert dont l'analyse sociale peut utiliser les photograp qu'un peu de perversité et d'astuce, et un lot im hies. Je prétends que les thèmes qui se laissent portant de photographies. Car, plus vaste est la col dégager par la photographie possèdent un statut lection dont dispose le chercheur, plus grande est ontologique très mêlé, et que toute tentative pour sa certitude de trouver confirmation de ce qu'il légiférer quant à l'ordre de réalité ainsi repré pense avoir découvert dans tel exemplaire, voire de senté risque fort de se voir déçue. ce qu'il a de toute façon envie de démontrer -preuve Pour qui veut étudier les photographies comm que la représentativité décroît parfois à mesure que erciales, il existe une méthode qui consiste à tirer les données se multiplient. Il s'ensuit que, par elleun échantillon au hasard d'un ou plusieurs numéros même, l'illustration efficace d'un thème ne prouve d'un ou plusieurs magazines, en précisant les titres rien quant à ce qui se laisse découvrir sur des images et les périodes et en refusant de s'intéresser à tout ou, encore moins, dans le monde. Et le fait est que ce qui sort de l'échantillon : la représentativité dé- c'est une méthode assez semblable à la mienne terminable est donc l'une des conditions auxquelles qu'emploient les compilateurs d'albums comiques devrait satisfaire toute collection de photographies et les photographes farceurs qui accouplent l'image ( 1 ) -et à laquelle ne satisfont pas celles que nous al de telle ou telle célébrité en pleine gesticulation lons analyser (soit dit en passant, les résultats ainsi avec celle d'un animal pris dans une pose apparem obtenus à partir d'un échantillonnage systématique ment semblable, ou qui lui superposent des bulles n'ont bien souvent de poids que pour autant qu'on dont le contenu modifie radicalement la situation peut attendre du lecteur qu'il les généralise au-delà et prête aux protagonistes des réactions inconve du domaine présenté, opération dont la garantie nantes. statistique exigerait une nouvelle étude qui, à son Les sujets que j'entends examiner soulèvent tour, conduirait à une sur-généralisation encore trois questions de méthodologie générale qu'il con plus étendue, et ainsi de suite. Mais cela est une au vient de ne pas confondre : la découverte, l'exposi tre question). Remarquons toutefois que ce type tion et la preuve. Seules les deux premières m'im de représentativité appartient aux images en tant portent ici, en tant que prétextes à exploiter, sans que telles et ne nous révèle rien de ce que nous grand investissement, les avantages très particuliers désirons bien souvent connaître, à savoir de quels qu'offre la photographie, qui sont les suivants. aspects de la vie réelle ces photographies sont l'ima Il est une classe de pratiques comportement ge honnête, et quel effet social elles exercent sur la ales -que l'on pourrait baptiser «petits comporte réalité censément dépeinte -limitation dont souf ments»- dont la forme matérielle apparaît assez frent aussi, du reste, nos photographies. bien codifiée alors même que les implications socia les ou la signification des actes en cause demeurent 1 Pour un exemple récent, voir D.E. Robinson, Fashions in en partie vagues, et qui, en outre, s'accomplissent Shaving and Trimming of the Beard : The Men of the Illu intégralement, du début à la fin, en un temps très strated London News, , American Journal of So bref et dans un espace restreint. Elles constituent ciology, 81 (5). des événements comportementaux, enregistrables

4 La ritualisation de la féminité 35 et reproductibles au moyen de magnétophones, de magnétoscopes et de caméras. (La bande magnéti que et le film, à la différence de la photographie, fournissent, non pas une seule image d'une occur rence réelle de l'activité considérée, mais toute une collection d'enregistrements de cette sorte. Mieux encore, l'emploi du magnétophone et du magnétos cope pour l'examen des très petits comportements facilite l'étude microfonctionnelle, c'est-à-dire du rôle de tel élément comportemental dans le flux de ce qui précède, coïncide et suit ). Il y a là une ren contre entre un objet d'étude et une technologie qui place le chercheur dans une relation entièr ement nouvelle à ses données et constitue le fon dement pratique de la micro-analyse. Les photographies de toutes provenances sont désormais bon marché et faciles à reproduire sous forme de diapositives. Dès lors qu'on s'en est constitué une collection, rien n'est plus aisé que de les trier, les arranger et les réarranger, bref, se livrer avec elles à une jonglerie faite d'essais et d'erreurs qui contribue merveilleusement à révéler des sche mes et à apporter des exemples, simples illustra tions ou relevés de cas réels. La compétence sociale de l'oeil est énorme et l'accord de ses utilisateurs impressionnant, deux facteurs que le chercheur peut exploiter. Grâce à eux, en effet, la possibilité lui est ouverte d'envisa ger clairement des figures comportementales qu'un talent littéraire insuffisant ne lui permettrait pas d'évoquer au moyen des seuls mots. Ceux-ci, n'ayant plus à restituer la totalité du problème, peuvent alors se limiter à diriger le regard vers ce qu'il faut voir. Du même coup, la notion de «réac tion purement subjective» dévient susceptible d'une promotion académique, car il est bien clair qu'une partie au moins de ce que l'on s'abstient d'étudier par crainte de tomber dans le bavardage possède une réalité spécifique, et se laisse précis ément percevoir, l'errance étant due à l'incapacité littéraire du chercheur et non à la nature des données (2). Dans une collection d'exemples en images 1 qu'il s'agisse d'illustrations ou de représentations de cas réels) sur un thème commun, il y a plus qu'un simple procédé permettant de s'assurer que le phénomène étudié apparaît clairement à la vue du spectateur. Pour cela, il suffirait le plus souvent d'un ou deux exemples. En outre, à la différence 2 L'oreille possède tout autant que l'oeil une compétence impressionnante, et, en cette matière, les phonéticiens (sui vis dernièrement par tous ceux qui s'intéressent à l'analyse du discours) ont fait un effort exemplaire pour élaborer des systèmes de notation qui, tout en étant imprimables, évi tent les limitations de l'orthographe courante et tendent ainsi un pont entre le domaine des sons et celui des publicat ions. Il y a néanmoins un problème : alors même que des chercheurs entraînés sont parfaitement capables de produir e tous une transcription identique pour une séquence so nore donnée, leur formulation écrite peut également bien s'appliquer à des expressions qu'ils entendraient par ailleurs comme significativement différentes. Autrement dit, si l'on dispose d'un enregistrement à écouter, la transcription du linguiste peut s'avérer très utile pour diriger l'attention au ditive vers tel son et exploiter ainsi à des fins savantes toute la compétence de l'oreille. Mais, en l'absence d'enregistre ment, une transcription ne résout rien. Quant à la transcrip tion écrite des analyses des enregistrements au magnétos cope, elle pose des problèmes encore plus graves. des conceptions traditionnelles en matière d'échant illonnage, la taille de la collection n'a nullement pour but de démontrer la prédominance de tels ou tels cas au sein de l'échantillon et (par extension) au sein du domaine d'où celui-ci est tiré. Il s'agit de tout autre chose. Car l'intérêt d'avoir divers exemples en images d'un thème unique, c'est qu'ils apportent un éventail d'arrière-plans contextuels différents, qui viennent éclairer des disparités encore inédites, alors même qu'ils manifestent un dessein identique. Or, d'une certaine façon, la pro fondeur et l'étendue de ces différences contextuell es sont ce qui donne le sentiment d'une structure, d'une organisation unique sous-jacente aux écarts superficiels. Tandis que pour les méthodes tradi tionnelles, les différences entre items à comptabil iser en tant que représentants d'une même chose sont une source d'embarras, et cela en proportion du degré de la différence, c'est le contraire qui est vrai de l'analyse par images qui consiste précis ément à fondre en un tout ces écarts apparents. Et il n'est pas jusqu'à l'inversion dans les faits de cette analyse qui ne demeure intéressante et instructive, ainsi lorsqu'un publicitaire, partant de tels modèles et de tel argument de vente, se met à rechercher di verses scènes possibles où les faire figurer, dans l'espoir de relancer le client par un mélange de ré pétition et de nouveauté. Car, quel que soit son dé sir d'entourer de changements un thème donné, il n'en doit pas moins satisfaire aux exigences de l'i nvention scénique -convenance, intelligibilité, etcmontrant ainsi nécessairement la possibilité et la manière de chorégraphier divers ingrédients pour leur faire «exprimer» la même chose. Le fait qu'un ensemble de publicités puisse manifester une struc ture sous-jacente commune est donc un artefact en tièrement produit par la conception publicitaire elle-même, et le chercheur ne fait que découvrir ce qui a été d'emblée agencé de propos délibéré. Mais il reste que la connaissance des moyens grâce aux quels le publicitaire réussit à trouver divers déguise ments à ses stéréotypes nous renseigne sur les man ières possibles de choisir et de modeler des maté riaux tirés de scènes réelles afin de provoquer 'i nterprétation désirée. Les photographies illustrant le comportement lié au sexe (social) que j'ai ainsi collectées de façon non-aléatoire peuvent d'autre part avoir pour utilité de nous rafraîchir les idées sur trois points : les sty les de comportement lié au sexe, la façon dont la publicité en présente une vision éventuellement biaisée et les règles de production scénîque particul ières à la forme photographique. Quoique mon in térêt porte avant tout sur le premier point, les tex tes qui accompagnent mes photographies abordent toutes les questions qu'elles peuvent soulever. Je précise toutefois que le point essentiel de la discus sion demeure la conception des publicitaires sur la façon de représenter les femmes avec profit. Il me faudra donc me hasarder à des généralisations peu fondées, qui n'ont pour elles que le mérite de por ter principalement sur la manière dont le sexe est représenté, et non sur sa mise en scène réelle. D'une façon générale, je n'ai pas retenu les photographies montrant ce qui, à mon avis, est commun aux deux sexes, au plan de l'image seule-

5 36 Erving Goffrnan ment ou bien également dans la réalité ; ni celles cesse d'être une «infirmière», mais continue d'être qui font état de différences que j'ai supposé con une «femme». nues de tous. Il s'ensuit que toute la partie banale Quelques mots pour finir à propos des pho -ou qui du moins me paraît telle- de la publicité tographies elles-mêmes. Remarquons tout d'abord est nettement sous-représentée. (Gauchissement qu'on y voit des femmes prendre des attitudes «f qui, du reste, se retrouve partout en ethnographie : éminines» non seulement face à des hommes, mais ce sont les différences et les ressemblances inatten aussi face à une autre femme, ce qui nous incite dues avec son propre monde que l'on enregistre). fortement à penser que les stéréotypes liés au sexe En outre, quoique la profession publicitaire (aux -en photographie du moins- reposent sur la notion Etats-Unis) soit concentrée à New York, et bien d'un espace à deux cases, l'important étant de remp que les modèles et les photographes constituent lir ces cases au moyen de sujets différenciés quant une population très particulière, ce qu'ils produi au rôle, mais pas nécessairement opposés quant à sent n'a rien d'extraordinaire aux yeux de ceux qui leur identité sexuelle. le regardent, c'est quelque chose de «tout naturel». Maintenant qu'il est assez clair que ma col En d'autres termes, même si les documents ici pré lection de photographies n'est pas nécessairement sentés ne peuvent être tenus pour représentatifs du à prendre au sérieux, j'aimerais expliquer rapide.comportement lié au sexe dans la réalité, ni même ment pourquoi elle l'est néanmoins. La tâche du de la publicité en général ou de telle publication en publicitaire est de disposer favorablement le spec particulier, on peut néanmoins, me semble-t-il, tateur à l'égard du produit qu'il vante, et son pro émettre à leur propos un jugement négatif de quel cédé consiste, en gros, à en montrer un exemplaire que importance, à savoir qu'en tant qu'images, on éclatant dans un cadre enchanteur, le message im ne les perçoit pas comme quelque chose d'excep plicite étant que, si vous achetez l'un, vous serez en tionnel ou d'anormal. Cela étant, il suffit, pour bonne voie pour vous retrouver dans l'autre -ce que prendre aussitôt conscience du stéréotype, d'imagi vous souhaitez. Il est d'ailleurs intéressant de noter ner pour chaque photographie ce qui résulterait si que l'élément enchanteur est en général assuré pai les sexes étaient échangés. Avec cette possibilité à la présence; dans le tableau, d'une élégante jeune l'esprit, le lecteur sera en mesure de produire ses femme venue apporter au produit son approbation propres commentaires et pourra se faire une idée et l'éclat de sa personne, que le dit produit soit un des mérites éventuels des miens. balai, un insecticide, un siège orthopédique, des Une dernière mise en garde : dans leur imatériaux de couverture, une carte de crédit ou mense majorité, les publicités présentent innocem une pompe à vide. Mais tout cela, bien sûr, n'est ment des scènes fictives dont les sujets, les person que de la publicité et n'a pas grand'chose à voir nages, n'ont rien de commun avec les modèles pro avec la vie réelle. Ainsi parlent les critiques de cet fessionnels qui posent pour l'occasion. Il est donc art d'exploitation. Critiques, il faut bien le dire, bien évident que lorsqu'on dit, par exemple, que naïfs, qui ne comprennent pas vraiment de quoi il les infirmières sont présentées de telle ou telle fa retourne dans cette vie réelle. çon par la publicité, il s'agit d'un raccourci : l'ima Le publicitaire, de quelque façon qu'il veuil ge donnée st en fait celle des modèles habillés en le vanter son produit, est forcé de se soumettre aux infirmières et posant dans une reproduction d'env contraintes du support qu'il utilise. Car, étant tenu ironnement médical. (Sans doute suffirait-il d'une de présenter quelque chose de sensé et d'aisément honnête rétribution pour persuader une vraie infi compréhensible, il ne dispose pour ce faire que de rmière de poser ou de se laisser photographier à son caractères d'imprimerie et d'une ou deux photogra travail ; mais le fait est que les agences de publicité phies dont les personnages, lorsqu'ils ont l'air de estiment d'ordinaire que les véritables infirmières parler, n'en sont pas moins muets. Remarquons dans de véritables hôpitaux n'ont pas l'air assez d'ailleurs que le texte, qui explique plus ou moins «typique»). Il m'arrivera d'user d'une telle simplifi «ce qui se passe», est le plus souvent quelque peu cation et de parler des sujets d'une photographie superfétatoire, l'image racontant à elle seule sa pe comme s'il s'agissait d'exemplifications, d'images tite histoire. enregistrées de la réalité. Mais la complication vient Comment donc des photographies peuventdu fait que poser pour une publicité implique pres elles représenter le monde, monde où des personnes que invariablement un report de sexe, les modèles (mouvantes et jamais fixées dans une position) se féminins apparaissant comme des personnages livrent à des activités étalées dans le temps, où le féminins, et les modèles masculins comme des per son compte presque autant que la vue, sans parler sonnages masculins (Le même report s'observe des odeurs et du toucher, où, en outre, il nous arri pour les tranches d'âge). Il s'ensuit que toute di ve de connaître personnellement les individus que scussion à propos du sexe dans la publicité finit par nous rencontrons, aventure bien improbable s'agistomber sur le point où, en un sens, modèle et per sant des personnages des publicités? sonnage ne font qu'un. Voilà qui justifie de façon particulière la simplification dont nous parlions. Car, s'il est vrai que le publicitaire qui met en scè ne une «infirmière» ne nous présente pas l'enr egistrement photographique d'un tel personnage, au trement dit, ne nous montre pas l'image authenti que d'une véritable infirmière, il reste qu'il nous fait voir une vraie femme, du moins au sens cou rant du mot «vrai» (3). Sorti du studio, le modèle Il y a à ce problème quelques solutions évi dentes. Ainsi, il est possible de monter une scène dont les personnages ont été saisis au beau milieu d'actes capables de résumer aux yeux de tous la s équence d'où ils sont extraits, cela, sans doute, 3 On trouvera des précisions quant à l'expression «vraie femme» chez H. Goffman, Frame analysis, New York, Har per and Row, 1974, pp

6 La ritualisation de la féminité 37 parce qu'on ne les estime possibles que dans le cours d'une action prolongée dont ils constituent un moment et que le spectateur est amené à r econstituer (4). Une deuxième solution consiste à utiliser des scènes déjà silencieuses et statiques dans la réalité : sommeil, réflexion, lèche-vitrines et, sur tout, ce regard de côté qui nous sert à communiq uer notre attitude globale envers ce qu'une autre personne -qui ne nous regarde pas directement- dit ou fait. Ou encore, il est possible de disposer les personnages selon une micro-configuration spatiale, en sorte que leurs positions relatives dans î'espace soient l'indice de leurs positions sociales relatives. Et, bien entendu, il y a la solution qui consiste à utiliser des scènes et des personnages stéréotypés que la grande majorité des spectateurs a depuis longtemps identifiés à telle ou telle activité, si bien que la compréhension immédiate est assurée. A ce propos, notons en passant que les publicitaires choisissent presque toujours des types positifs, approuvés de tous (peut-être parce qu'ils préfèrent voir leurs produits associés au bon plutôt que dis sociés du mauvais) en sorte qu'ils nous font voir des personnages idéalisés se servant d'instruments idéaux pour des buts qui ne le sont pas moins -et unis, naturellement, par des relations elles aussi idéales, comme l'indique la micro-écologie de leur disposition. Enfin, il reste la ressource de faire poser des célébrités, personnages que, certes, on ne connaît pas personnellement, mais dont on sait toujours quelque chose. Il est intéressant de noter que les publicitai res ne sont pas seuls à avoir recours à ce genre de méthodes. Les gouvernements et les organismes à but non lucratif les emploient également pour faire passer leurs messages dans la presse ou par voie d'af fiches ; et les groupes d'extrême-gauche et les per sonnes privées dont la photographie est le passetemps ou bien la vocation ne font pas autrement. (En fait, il est assez faux, hélas, de preteridle que seuls les publicitaires font de la publicité. Même les adversaires de la commercialisation du monde se voient contraints de concrétiser leurs arguments au moyen d'images qu'ils choisissent selon des critères finalement très semblables à ceux de l'ennemi). Mais le point essentiel auquel je veux en ve nir, c'est que, tous comptes faits, le travail du pu blicitaire qui doit mettre en scène la valeur de son produit n'est pas tellement éloigné de la tâche d'une société qui imprègne ses situations de céré monial et de signes rituels destinés à faciliter l'orientation mutuelle des participants. Ils ont l'un et l'autre à raconter une histoire au moyen des res sources «visuelles» limitées qu'offrent les situations sociales. Ils doivent tous deux traduire des événe ments obscurs sous une forme aisément interpréta ble ; et tous deux usent pour ce faire des mêmes procédés fondamentaux : parades d'intentions, or ganisation micro-écologique de la structure sociale, idéalisation approuvée, extériorisation gestuelle de ce qui peut sembler une réaction intime. (Ainsi, de 4 Point qui m'a été suggéré il y a quelques années par David Sudnow. Cf. D. Sudnow, Temporal Parameters of Interpersonal Observation, in D. Sudnow ed., Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, 1972, pp même qu'une publicité pour Coca-Cola va nous montrer une famille, l'air heureux, les vêtements cossus, dans une station balnéaire chic, on peut voir des familles modestes, réelles celles-ci et habil lées de façon ordinaire, se permettre une petite fo lie en venant passer dix jours de leurs vacances dans un tel endroit, et prendre bien soin, s'étant chang ées, de se photographier dans leur nouveau rôle, comme pour nous confirmer, s'il en était besoin, qu'elles se livrent bien à une parade d'autopromotion). Cela dit, il n'est bien sûr pas question de nier que les parades effectuées par les photogra phies publicitaires constituent un sous-ensemble particulier des parades en général. En gros, le publi citaire doit se contenter de présenter dans l'instan tané des apparences muettes et inodores, limitation que ne connaissent pas les rites de la vie réelle. Voilà qui soulève le problème des «situa tions sociales», définies comme des arrangements au sein desquels les personnes sont matériellement en présence les unes des autres. Il arrive, et même fréquemment, que les photographies publicitaires nous présentent des personnages solitaires, mani festement en dehors de toute situation sociale. Néanmoins, pour que la scène soit interprétable, il est nécessaire que le sujet présente des apparenc es et se livre à des actes qui aient valeur informat ive, procédé qui est précisément celui que nous employons dans les situations sociales réelles pour monter nos propres histoires et nous instruire de celles des autres. Donc, solitaires ou non, les per sonnages des publicités s'adressent implicitement à nous, les spectateurs, qui nous retrouvons logés dans leur entourage par la permission qui nous est donnée de voir d'eux ce que nous pouvons en voir, avec pour effet la production d'une situation qu'on peut dire sociale. Bien mieux, il est fréquent que le photographe ôte d'avance toute ambiguité en d emandant à son sujet de simuler une réponse ges tuelle à quelque fantôme rôdant du côté de l'appar eil, c'est-à-dire, en fait, dans l'espace que nous, spectateurs, sommes censés habiter. Et remarquons en outre que le personnage solitaire, non content d'«extérioriser» l'information destinée à nous don ner une idée de ce qu'on veut nous montrer, s'abs tient de façon tout à fait systématique de se livrer à des comportements tabous ou peu flatteurs, qui sont pourtant bien ceux qu'on peut attendre d'une personne assurée de sa solitude. (Qui sait si l'un des sous-produits du réalisme commercial ne sera pas un renforcement de la censure sur les comporte ments solitaires?). Par suite, l'attention de qui s'intéresse à la présentation des sexes dans la publicité ne devrait pas se limiter à dévoiler les stéréotypes entretenus par les publicitaires, pour significatifs qu'ils puis sent être ; non plus, d'ailleurs, qu'à rechercher dans ces stéréotypes ce qu'ils peuvent nous révéler des modèles dominants, sous-jacents à la distribution des rôles sexuels dans notre société. Il faudrait auss i examiner de quelle façon ceux qui composent (et posent pour) les publicités assemblent les divers matériaux disponibles dans les situations sociales pour parvenir à leurs fins, à savoir présenter une scène signifiante et lisible en un clin d'oeil. Ce fai sant, nous réussirons peut-être à discerner par-delà

7 38 Erving Goffman les efforts artistiques comment, à partir de corps en présence les uns des autres et entourés d'él éments non humains, on peut façonner de l'expres sion. Et, ayant vu ce que les fabricants d'images savent faire des matériaux situationnels3 nous pour rons commencer à envisager ce à quoi nous nous livrons nous-mêmes. Alors, derrière une infinie va riété de configurations scéniques, nous parvien drons peut-être à discerner un idiome rituel unique et, derrière une multitude de différences superfic ielles, un petit nombre de formes structurelles. Maintenant, j'admets volontiers qu'avec tout cela je peux donner l'impression de vouloir faire beaucoup avec pas grand'chose, en l'occurrence : utiliser des matériaux publicitaires aisément acces sibles pour parler du comportement lié au sexe. Mais ce qui m'intéresse ici, ce n'est pas le compor tement en général, mais seulement les parades que les individus injectent dans les situations sociales, parades qui participent sans nul doute de ce que les publicitaires s'efforcent eux-mêmes de mettre dans les scènes qu'ils montent autour de leurs produits pour les photographier. Certes, dans leur majorité, les photographies commerciales ne sont que des «images», tout au plus «réalistes», mais il va de soi que la réalité qu'elles sont censées déformer est elle-même, par bien des aspects et non des moind res, artificielle. Car la face du réel qui est ici en cause, c'est la manière dont les situations sociales nous servent de ressources scéniques pour élaborer dans l'instant le portrait visible de la nature humai ne que nous revendiquons. Par là, les photographies de composition se révéleront peut-être plus riches de substance qu'on ne le pensait, équivalent en quelque sorte, pour qui étudie l'idiome rituel d'une communauté, de ce qu'est un texte écrit pour qui en étudie la langue (5). Masculin/féminin La scène plupart des hommes des publicités et des mettant femmes' en évoquent plus ou moins ouvertement la division et la hiérarchie traditionnell entre les sexes. Ainsi la femme ap paraît le plus souvent dans des posi tions de subalterne ou d'assistée. I nversement l'homme, dont la taille plus élevée symbolise le statut supérieur, est représenté dans une posture protect rice qui varie suivant le lien social qu'il entretient avec ses partenaires : familial, professionnel, amoureux. 5 -Les thèmes abordés ici ont été développés plus longue ment dans E. Goffman, Gender Advertisements, Studies in the Anthropology of Visual Communication, 3 (2), 1976.

8 La riíualisation de la féminité 39

9 40 Erving Goffman Le tact Les femmes, plus souvent que les homlorsque c'est au contraire elle-même mes, nous sont montrées alors qu'elles que la femme touche, c'est, semble-t-il, effleurent du doigt ou de la main les pour faire sentir à quel point son corps contours d'un objet, qu'elles le serrent est une chose délicate et précieuse. contre leur sein ou qu'elles en cares sent la surface (parfois sous prétexte d'en diriger l'action). On les voit encor le toucher à peine, comme de peur que de lui à elles ne passe un courant électrique. Il y a là un attouchement ritualisé, qu'il convient de distinguer de la variété utilitaire, celle qui saisit, manipule et retient : La femme cachée On peut observer une situation sociale de loin ou de derrière une sépara tion -un «écran à la participation»- de façon à n'être pas ou peu vu, auquel cas il devient possible de prendre effe ctivement part aux événements sans s'exposer à être surveillé ou apostro phé par les autres. Il en résulte une scission entre certains des avantages et certains des inconvénients des interac tions face à face. En outre la présence d'un tel écran permet de s'engager s imultanément dans plusieurs interac tions secondaires dissociées les unes des autres sans paraître indisponible à aucun des participants.

10 La ritualisation de la féminité 4 1 II existe une version ritualisée de ce comportement qui consiste à se pré senter en quelque sorte à l'extrême bord de la situation ou bien à l'abri d'une protection quelconque, alors même qu'en réalité, on est tout à fait accessible aux participants. Cachée derrière un objet : La femme lointaine La femme des publicités paraît sou On regard de communication, peut équivaut considérer à se cela retirer que afin détourner du de courant rega le vent détachée de ce qui l'entoure («l'esprit ailleurs») alors qu'elle est gner, à l'abri de toute surveillance di aux côtés d'un homme, comme si la recte, la* maîtrise de ses émotions. vigilance de celui-ci, prêt à affronter Comme d'autre part il n'est pas ques tout ce qui pourrait arriver, suffisait tion de fuite dans un tel comporte pour deux. (Parfois, d'ailleurs, l'hom ment, celui-ci paraît impliquer une cer me a l'air sur ses gardes). «Dérive», taine soumission, une certaine condonc, mais «à l'ancre». Quant aux ob fiance en la personne source du stimu jets sur lesquels la femme fixe alors lus (6). son regard, ils sont divers. Les mains constituent un objet inté ressant auquel attacher le regard que l'on a détourné, car cette pose, outre qu'elle peut suggérer un certain re nfermement, demande le plus souvent de baisser la tête, d'où la possibilité d'y voir une attitude de soumission : Derrière une personne (avec alors la possibilité d'exprimer quelque chose en plus de la simple prise de distance, pouvant aller jusqu'à la trahison collu soire de la personne derrière qui l'on s'abrite) : ï.stc CROW LIGHT x < ' V. ' i'u > f^l h'- v tin \incrici. fastest-growing Ce peut être, par exemple, une pièce du vêtement de l'homme, qu'elle tor tille distraitement : m. 6 Cf. M.R.A. Chance, An Interpretation of Some Agonistic Postures : the Role of «Cut- Off» Acts and Postures, Symposium of the Zoological Society of London, 8, pp

11 42 Erving Go ff man Parler au téléphone entraîne nécessa irement une certaine distraction par rapport à l'environnement immédiat, d'où une impréparation aux événe ments qui pourraient y survenir. On y remédie en général en limitant la durée de rappel et en ne s'engageant pas trop dans la conversation. Les publicités, au contraire, nous montrent des femmes rêveuses, plongées avec délice dans des communications qu'on peut présumer fort longues. La femme soumise Les lits et les planchers constituent en Les femmes fréquemment, les hommes situation sociale des lieux tels que qutrès rarement, posent «le genou tim iconque s'y étend se trouve plus bas que les personnes assises ou debout. Le plancher correspond aussi aux parties les moins propres, les moins pures, les qui renonce à se préparer tout à fait moins nobles d'une pièce : c'est l'en aux aléas de la situation sociale, car droit que l'on réserve au chien, où l'on elle ne peut que retarder légèrement range les paniers de linge sale, les tout mouvement pour se battre ou chaussures de ville, etc. D'autre part, s'enfuir. C'est donc là encore une att la position couchée est celle où l'on itude qui paraît présupposer le bonpeut le moins se défendre et qui, donc, vouloir de quiconque pourrait s'avérer nous rend le plus dépendants de la dangereux dans l'entourage. Mais r bienveillance de l'environnement. (Et emarquons qu'il s'agit plus ici de bâtir il va de soi qu'être étendu sur le plan une scène que de typer sexuellement cher, sur un canapé ou sur un lit cons titue aussi, semble-t-il, une façon con ventionnelle d'exprimer une disponibil ité sexuelle). L'important pour nous est que, apparemment, les enfants et les femmes nous sont montrés couchés plus souvent que les hommes. idement fléchi». Quoi qu'il en soit par ailleurs, cette flexion du genou pourr ait s'interpréter comme la position de un sujet. Ainsi, l'image peut fort bien représenter deux femmes, dont l'une fléchit le genou, tandis que l'autre lui sert de support scénique. En d'autres termes, il y a répartition de deux rôles, qui ne correspondent pas nécessair ement à deux sexes :

12 La riíualísation de la féminité 43 D'une distribution assez identique à la précédente est la position penchée. Bien qu'on puisse distinguer entre pen cher le corps et pencher la tête, les conséquences ne diffèrent guère. Dans les deux cas, le niveau de la tête se trouve abaissé par rapport aux autres, dont, indirectement, le spectateur de l'image. Il s'ensuit une attitude qu'on peut lire comme l'acceptation d'une subordination, comme une expres sion insinuante, soumise et conciliante. On peut admettre que le sourire fait souvent fonction d'adoucisseur rituel, signalant qu'aucune hostilité, voulue ou provoquée, n'est à craindre, que la signification des actes d'autrui a été comprise et acceptée, que sa personne même a été jugée digne d'approbation. Et il n'est pas jusqu'à la personne qui suit d'un oeil soupçonneux un agres seur potentiel qui ne se surprenne à sourire de façon automatique lorsque son regard se trouve surpris par celui qui en est la cible, lequel, de son côté, n'est pas toujours tenté de sourire en retour. D'autre part, répondre aussi tôt par un sourire (ou, mieux encore, par un rire approbatif) à une boutade peut vouloir dire que l'on appartient, au moins pour le connaître, à l'entou rage de celui qui l'a lancée. Toutes ces variétés de sourires paraissent donc constituer l'offrande d'un inférieur à un supérieur, plutôt que 'inverse. Quoi qu'il en soit, on constate que, dans la société américaine, au cours des rencontres mixtes, les femmes sou rient plus et de manière plus expansive que les hommes, situation que la publi cité reproduit, peut-être sans inten tion bien consciente (7). 7-Voir les commentaires de N. Weisstein, in N. Weisstein, Why We Aren't Laughing Any More, MS, 2, 1973, pp

13 44 Erving Goffman Jeux de mains Plus que les hommes, les femmes nous sont montrées dans des dispositions qui les éloignent mentalement de la situation sociale environnante, les y laissant inorientées et désorientées, et donc, semble-t-il, à la merci de ia pro tection et du bon-vouloir éventuels des autres participants (présents ou possi bles). D'autre part, lorsqu'une person ne perd le contrôle de ses traits, lorsque son émotion «déborde», elle a, pour dissimuler en partie sa défaillance, la ressource de se détourner des autres ou bien de se couvrir le visage, la bouche en particulier, de ses mains. Il s'agit là de la ritualisation d'un geste associé à l'enfance : un tel acte ne saurait diss imuler que quelque chose se dissimule et entraîne en outre une cécité mo mentanée à l'environnement, ce qui en fait une réaction particulièrement vaine et désadaptée lorsqu'elle répond à une menace réelle. La timidité : Le rire \ Who's 30 and who's 20* ome a s Ions wa- IM De peut cher porter son même tour lg être un vjsag^ une doigt que version Qn façon à se peut ses couvrir atténuée affaiblie lèvres admettre constitue la de bouche que la se pre ca- de à mière action. Toutefois, il semble qu'on ait affaire là plus communément à une autre sorte de ritualisation : une manière atténuée de se sucer ou de se mordre le doigt. Ce geste donne en ef fet l'impression qu'un certain courant d'anxiété, ou une certaine rumination, ou quelque chose de ce genre s'est vu détacher du foyer d'attention et se maintient à part, dissocié et plus ou moins inconscient. Une chose est sûre : la face se trouve en partie couverte, et tout se passe comme si, pouvant voir sans être vu, l'on était libre de sous traire son visage et l'une de ses mains à l'engagement né dû face à face : True Confessions or. changed in How typewriters a my chango ufe ]

14 La ritualisation de la féminité 45 Quant aux doigts joints, ils expriment, semble-t-il, le même retour sur soi dis socié que le geste précédent, mais sous une forme encore plus atténuée. On peut d'ailleurs imaginer un mouvement à partir de la bouche.

15 46 Erving Goffman La femme docile Toute instruction paraît impliquer une Lorsque, par nécessité ou par courtois certaine subordination de l'élève, qui ie, un adulte reçoit l'aide d'autrui fait preuve de déférence envers son ins pour accomplir une action corporelle, tructeur. Ces traits expressifs propres à c'est rarement sans collaboration de sa la situation d'apprentissage sont enpart : il guide l'exécution et/ou reprend core renforcés par le lien qui, pour la l'initiative pour les derniers mouvem plupart des gens et à tous les stades, ents. (Deux exemples de cette situa unit cet apprentissage à la hiérarchie tion : passer le sel ; aider quelqu'un à des âges. Il existe en outre dans notre enfiler son manteau). De cette façon, société une forme d'apprentissage par le bénéficiaire peut conserver le sent ticulièrement associée, semble-t-il, au iment de son autonomie. Et il le peut statut infantile : l'apprentissage kines- encore mieux, naturellement, en ac thésique, où il s'agit pour l'élève de quérant l'habileté qui lui permettra de mouler son action sur celle de l'ins'occuper lui-même et efficacement de structeur qui le guide physiquement (8). ses propres besoins. Cela étant, les jeu Or, il est plus fréquent de voir un homnes enfants, eux, doivent supporter de me instruire une femme de cette façon que l'inverse : voir leur collaboration dédaignée par l'adulte qui s'affaire à prendre soin d'eux (9). On conçoit donc qu'une photographie qui nous montre, par exemple, un adulte nourri à la cuiller s'efforce de donner à la scène un tour caricaturai, sans doute pour éviter que le moi projeté par le fait d'être ainsi nourri ne soit pris pour un reflet du moi réel. Mais il faut constater que les femmes, qui nous sont montrées plus souvent que les hommes dans une telle position, ne sont pas pour autant dépeintes comme donnant à leur ac tion un aspect particulièrement comi que :," * 8-Cette notion d'apprentissage kinesthésique est tirée de G. Bateson, M. Mead, The Balinese Character, New York, New York Academy of Science, 1942, pp Leur ouvrage innovait brillamment quant à l'em ploi des photographies pour l'étude de ce dont on peut avoir une image claire. Il a en couragé toute une génération d'anthropolo gues à prendre des photographies. Pourtant, l'analyse des documents ainsi rassemblés 9 11 convient en outre de tenir compte de n'a guère été faite -et peut-être ne pouvait- l'idée généralement admise selon laquelle les il en être autrement. D'une certaine façon, il membres des classes à tendances aristocrati y a eu une confusion entre l'intérêt humain ques avaient pour tradition d'engager des et l'intérêt analytique. D'admirables films serviteurs auxquels ils demandaient des ser et photographies ont été rapportés, nous vices intimes que les bourgeois ont toujours montrant des gens merveilleux et des événe préféré assumer eux-mêmes, la pudeur ser ments fascinants, mais sans grand profit. On vant ici de support à la démocratie. Natu a montré beaucoup de respect et d'affection rellement, le corrélat de ces services int pour les autochtones, mais fort peu pour imes était le statut de non-personne de ceux l'exploitation analytique des images. qui les rendaient.

16 La ritualisation de la féminité 47 La femme enfant Etant donnée la position subordonnée des enfants, soumise à la seule indul gence des adultes, il paraît évident que «faire le bébé», c'est appeler sur soi un traitement semblable au leur. Dans quelle mesure cette conduite se rencontre-t-elle réellement dans la vie? On peut se le demander. Ce qui est sûr, c'est qu'elle se rencontre dans les pu blicités.

17 48 Erving Goffman La femme jouet «Attends-que-je-t'attrape» est un jeu couramment pratiqué entre adultes et enfants. Ceux-ci se voient traités, pour rire, comme s'ils étaient des proies as saillies par un prédateur. Au cours du jeu, certains objets (oreillers, jets d'eau, ballons de plage) servent de projectiles qui frappent mais ne blessent pas. D'autres (lits, couches de neige, étangs, bras) constituent autant d'endroits où jeter sans danger le corps du petit capt if. Or, il s'avère que les hommes jouent à de tels jeux avec les femmes, qui y collaborent en faisant mine de s'enfuir, en poussant de faux cris d'alarme, d'effroi ou d'apaisement. (La danse en est une occasion institution nalisée où le partenaire arraché du sol n'est jamais l'homme). Il se peut fort bien, en outre, que, par en-dessous, l'homme se livre à une démonstration plus profonde, qui entend suggérer ce qu'il serait capable de faire si jamais il devenait sérieux. La femme joueuse La note comique apportée par les a ttitudes infantiles peut l'être encore par un autre déguisement du moi, limité, peut-être, au domaine publicitaire' qui consiste à faire de tout son corps un instrument de gesticulation amus ante, une sorte de marionnette clow nesque : Welcome tothebettless, lmsless vour i>jinh ho-

18 La ritualisation de la féminité 49 Bonheur de femme Nous avons déjà remarqué que les femmes des publicités, plus que les hommes, ont tendance à se retirer de la situation sociale qui les entoure, du fait, entre autres, de leurs réactions émotionnelles. Parmi celles-ci, il y a celles qui traduisent le plaisir, l'e nchantement, la joie, l'allégresse -autant de façons d'être transporté de bonheur. Leur sens est peut-être que la femme -pareille à l'enfant qui mange une glace- est capable de trouver une sorte de satisfaction ultime et définitive dans des objectifs pleinement réalisa bles dans l'instant présent (10). Une exultation consommante, en quelque sorte. AKh II WITH 10-Ko ordre in Moran, York, pp. télévision, Advertising, in misar eds., New L. la Ko Woman développe A plupart misar, American en in croire V. in des The Sexist une Gornick Américaines les Image Library, idée publicités Society, of du and Woman même 1972, tom B.K. New de la bent dans d'incontrôlables extases à la vue et au sentir de tables ou de commodes, qu'elles ont amoureusement imprégnées de la caresse des cires vaporisables, durables, sa tinées et parfumées au citron. Elles sont saisies de ravissement devant la blancheur étincelante de leur linge -et l'envie noire de HARPE leurs voisines. La ménagère que nous mont re la publicité pour la cire Johnson serre dans ses bras la table de salle à manger qui brille si merveilleusement ; puis elle cire son plancher jusqu'à ce que, s'étant emprison née dans le dernier coin, elle doive sauter par-dessus les meubles pour sortir. Et telle lessive nous fait voir une femme profondé ment déprimée parce que son linge ne brille pas autant que celui de la voisine. Remarquons en outre que certaines publicités, au lieu de nous montrer le ravi ssement d'une femme recevant un cadeau d'un homme, nous font voir la scène qui précède parfois, je veux dire celle du «de vine!», où l'homme tient quelque chose que la femme (qu'il a parfois obligée à fe rmer les yeux) ne peut voir, et taquine celleci pour qu'elle devine ce qui va enrichir son existence et qui la plonge dès maintenant dans un si heureux tourment. Dans une au tre version, le donateur fait jaillir son cadeau sans avertir, à la suite de quoi la bénéficiaire perd provisoirement tout contrôle d'ellemême et se pâme de plaisir. Cette taquinerie dans la générosité est, du reste, couramment pratiquée par les parents à l'égard de leurs enfants, et il convient de la rapprocher de cette autre atteinte à l'équilibre qu'est l'as saut pour rire dont nous avons parlé.

19 50 Erving Goffman Rituel et sur-ritualisation Nous venons donc de découvrir un rémonies brèves, expressions de symp certain nombre d'expressions «natur athie, rencontres d'amis, etc., répartis elles» de la féminité et de la masculin tout au long de notre ronde journalière ité, pour autant qu'elles se laissent selon un plan qui nous est encore mal représenter dans les images publicitai connu. Bref, que ce soit dans les publi res par le truchement de styles de com cités ou dans la vie, nous voulons des portements visuellement perceptibles. poses brillantes, nous voulons nous ex A l'examen, me semble-t-il, ces expres sions apparaissent comme autant d'i llustrations d'unités comportementales de type rituel, portraits d'une concep tion idéale des deux sexes et de leurs relations structurelles, réalisés en part ie grâce à l'indication, là encore idéal e, de l'attitude des acteurs au sein de la situation sociale. Certes, les photographies publi citaires sont faites de poses soigneu sement étudiées pour apparaître «toutes naturelles». Mais je soutiens que les expressions réelles de la féminit é et de la masculinité procèdent, elles aussi, de poses artificielles, au sens étymologique de ce terme. Quelle est donc, du point de vue des rites, la différence entre les scènes que nous dépeignent les publicités et celles de la réalité? La notion d'«hyper-ritualisation» constitue une pre mière réponse. En effet, la standardi sation, l'exagération et la simplifica tion qui caractérisent les rites en général se retrouvent dans les poses publicitaires, mais portées à un degré supérieur et souvent mises au diapason de l'infantilisme, de la dérision, etc. D'autre part, il y a les procédés de montage. Une photographie publicitai re constitue une ritualisation d'idéaux sociaux, telle que tout ce qui empêche l'idéal de se manifester a été coupé, supprimé. Dans la vie courante, en r evanche, nous avons beau travailler sans cesse à produire de semblables expressions «naturelles», nous n'y par venons qu'au moyen de certains styles de comportement, ou en certains points particuliers de nos activités : térioriser ; mais, dans la vie, une bonne partie de la pellicule est sans intérêt. Cela dit, il reste que, dans les deux cas, que nous posions pour une photogra phie ou que nous exécutions une véri table action rituelle, nous nous livrons à une même représentation idéale à ca ractère commercial, censée décrire la réalité des choses. Chaque fois qu'un homme réel allume la cigarette d'une femme réelle, son geste présuppose que les femmes sont des objets de va leur, quelque peu limités physique ment et qu'il convient d'aider à cha que pas. Il y a bien là, dans ce petit rite interpersonnel, une expression «naturelle» de la relation entre les sexes, mais qui, peut-être, n'est pas plus le reflet réel de cette relation que le couple d'une publicité pour des ciga rettes n'est un couple représentatif. Les expressions naturelles ne sont au tres que des scènes commerciales, jouées dans le but de vendre une cer taine version du monde, et cela dans des conditions au moins aussi douteus es et périlleuses que celles que con naissent les publicitaires. D'une façon générale, donc, les publicitaires ne créent pas les expres sions ritualisées qu'ils emploient. Ils exploitent le même corpus de parades, le même idiome rituel que nous tous qui prenons part aux situations sociales, et dans le même but : rendre lisible une action entrevue. Au plus, ils ne font que conventionnaliser nos conventions, styliser ce qui l'est déjà, faire un usage frivole d'images décontextualisées, bref leur camelote, si l'on peut dire, c'est l'hyper-ritualisation. Traduction A. Kihm

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Rendez-vous avec un nez!

Rendez-vous avec un nez! Rendez-vous avec un nez! Dans de nombreux esprits, le monde du parfum est une spécialité française. Mais qui sont donc les magiciens qui créent ces élixirs qui nous enivrent? Cette fiche dresse le portrait

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie Je suis contente de vous voir ici Vous êtes beaux Vous me faîtes du bien Vous avez la FORCE vous êtes distingué Vous m accueillez avec bienveillance Vous êtes souriants Votre présence est merveilleuse

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Le Seven Card Stud. Club Poker 78

Le Seven Card Stud. Club Poker 78 Club Poker 78 Juin 2013 Introduction Le Seven Card Stud est une variante de poker née aux USA, au milieu du XIXe siècle. À partir des années 1930, ce jeu devient la variante la plus populaire dans les

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Dossier table tactile - 11/04/2010

Dossier table tactile - 11/04/2010 Dossier table tactile - 11/04/2010 Intro Je vais brièvement exposer dans ce document: Ce que j'ai fait, comment je l'ai fait, combien ça m'a couté, et combien de temps j'ai mis à fabriquer, dans le cadre

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Chiens mordeurs : Etes-vous sûr de votre compagnon à 4 pattes?

Chiens mordeurs : Etes-vous sûr de votre compagnon à 4 pattes? Chiens mordeurs : Etes-vous sûr de votre compagnon à 4 pattes? Chaque nouveau cas de morsure de chien appelle la même incompréhension : comment est-ce possible, comment ce chien d ordinaire si paisible,

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI Par ALO VAN DER BEEK Docteur Vétérinaire Clinique Vétérinaire Beaulieu 15 rue des Frères Lumière F-86000 POITIERS

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Fiche de l'awt La newsletter ou lettre d'information

Fiche de l'awt La newsletter ou lettre d'information Fiche de l'awt La newsletter ou lettre d'information La newsletter (ou lettre d'information) est sans conteste l'un des outils de promotion de sites web les plus en vue. Encore faut-il en faire le meilleur

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents?

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Questions courantes sur la cognition sociale et les capacités des personnes atteintes du SVCF Par le Dr

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

Débuter avec un ordinateur

Débuter avec un ordinateur Débuter avec un ordinateur 1) L'ordinateur En fonction de l'ordinateur que vous avez il y a plusieurs petites choses à savoir : 1.1) L'ordinateur fixe Deux choses à allumer quand vous voulez allumer un

Plus en détail

Accordez-vous le nombre de points correspondant à chaque réponse. Sauf avis contraire, pour chaque question, vous pouvez cumuler les réponses.

Accordez-vous le nombre de points correspondant à chaque réponse. Sauf avis contraire, pour chaque question, vous pouvez cumuler les réponses. Évaluez votre qualité de vie Source : LORTIE, MICHELINE. Évaluez votre qualité de vie, (Reportages, Coup de pouce), 1997. La santé mentale est un bien que tous, consciemment ou non, nous désirons posséder.

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

1) Il n'y a pas d'apprentissage sans projet

1) Il n'y a pas d'apprentissage sans projet HISTOIRE DES DOCTRINES PÉDAGOGIQUES SÉANCE N 6 : La "ruse" avec le désir de l'autre... ou... la pédagogie aux prises avec le "projet" PLAN Introduction : "comment faire aimer les mathématiques à une jeune

Plus en détail

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches.

«la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation au travers des affiches. Oui, mais c'est l œuvre de quelqu'un d'autre 1 «On parle souvent des cinéastes qui, à Hollywood, déforment l œuvre originale. Mon intention est de ne jamais faire cela»¹ «la mouche» : 1958 / 1987, l'adaptation

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

3 Les périphériques: les disques

3 Les périphériques: les disques 3 Les périphériques: les disques Tu dois devenir capable de : Savoir 1. Comparer un disque d'ordinateur et une cassette audio ou vidéo en montrant les ressemblances et les différences ; 2. Expliquer ce

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

GRAPHISME SUR ORDINATEUR

GRAPHISME SUR ORDINATEUR LE GRAPHISME SUR ORDINATEUR UNE HISTOIRE DE POINTS... 1 ) L'information : Sa «dimension» : le pixel Sa profondeur 2 ) La représentation de l'information : Sur écran, sur papier Le dpi 3 ) L'acquisition

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

Une proposition de séquence relative à l étude des sons /an/, /on/ et de leurs graphies. Cadre général

Une proposition de séquence relative à l étude des sons /an/, /on/ et de leurs graphies. Cadre général Une proposition de séquence relative à l étude des sons /an/, /on/ et de leurs graphies Cadre général Analyse des difficultés : Ces phonèmes présentent une double difficulté : - au niveau de leur discrimination

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

CLASSIFICATION DES JEUX AVEC DES FLASHCARDS

CLASSIFICATION DES JEUX AVEC DES FLASHCARDS A l oral CLASSIFICATION DES JEUX AVEC DES FLASHCARDS Jeux basés sur la compréhension orale : P1: Présentation : Point to : Coller un jeu de flashcards sur les murs autour de la salle de classe. Les élèves

Plus en détail

Un film à partir de photos avec windows movie maker

Un film à partir de photos avec windows movie maker Un film à partir de photos avec windows movie maker -Windows movie maker est un logiciel de montage vidéo gratuit qui est normalement déjà installé sur les ordinateurs sous windows (xp, vista et 7). Il

Plus en détail

Utilisations du TBI en Histoire Géographie et Éducation Civique

Utilisations du TBI en Histoire Géographie et Éducation Civique Retour au site académique Aix-Marseille Histoire et Géographie Utilisations du TBI en Histoire Géographie et Éducation Civique Gilles Chamayou Le 5 septembre 2010 Collège Jean-Marc Gaspard Itard ORAISON

Plus en détail

REGLES DU TOURNOI POKER TEXAS HOLD EM GRAND CASINO BASEL. Airport Casino Basel AG Tournoi Poker. Version 2.0

REGLES DU TOURNOI POKER TEXAS HOLD EM GRAND CASINO BASEL. Airport Casino Basel AG Tournoi Poker. Version 2.0 REGLES DU TOURNOI POKER TEXAS HOLD EM GRAND CASINO BASEL Version 2.0 Poker_Grand Casino Basel_F 30.06.2008 / MI page 1 / 8 1 Mise Sans annonce verbale, un enjeu est réputé misé à partir du moment où le

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Association SHANTIDAS 9 Grand Rue 34700 Lodève

Association SHANTIDAS 9 Grand Rue 34700 Lodève REGLEMENT INTERIEUR du CoVoiturage Lodévois Larzac «L Auto Rie Gagnante» Le CoVoiturage en bref : Le covoiturage est une solution de transport alternative à «l autosolisme» qui permet d'augmenter les taux

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple

Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Impact de la vie professionnelle sur la vie de couple Merci de prendre le temps de remplir ce questionnaire. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il s'agit seulement de s'exprimer au plus près

Plus en détail

1. Introduction... 2. 2. Création d'une macro autonome... 2. 3. Exécuter la macro pas à pas... 5. 4. Modifier une macro... 5

1. Introduction... 2. 2. Création d'une macro autonome... 2. 3. Exécuter la macro pas à pas... 5. 4. Modifier une macro... 5 1. Introduction... 2 2. Création d'une macro autonome... 2 3. Exécuter la macro pas à pas... 5 4. Modifier une macro... 5 5. Création d'une macro associée à un formulaire... 6 6. Exécuter des actions en

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Guide de l'acheteur. Jean-Philippe Loiselle inc. Courtier immobilier. Tél : 514-766-1000. www.venduparloiselle.com www.remax-quebec.

Guide de l'acheteur. Jean-Philippe Loiselle inc. Courtier immobilier. Tél : 514-766-1000. www.venduparloiselle.com www.remax-quebec. Guide de l'acheteur www.venduparloiselle.com www.remax-quebec.com Tél : 514-766-1000 Merci de me faire confiance! «Dans tout type de marché, la stratégie adaptée à la réalité d'aujourd'hui me permet toujours

Plus en détail

Nos forfaits Mariage en un clin d œil

Nos forfaits Mariage en un clin d œil Forfait «Standard» Forfait «Plus» Forfait «La Totale» Forfait «Platinium» Durée du reportage 4 heures Durée du reportage 7 heures Durée du reportage 13 heures Durée du reportage 17 heures Tarif 1'490.-

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

TABLE DES MATIERES MENTIONS LEGALES QUI SUIS-JE? INTRODUCTION LES INDICATEURS DE LA STRATEGIE REGLES D ENTREE EN POSITION

TABLE DES MATIERES MENTIONS LEGALES QUI SUIS-JE? INTRODUCTION LES INDICATEURS DE LA STRATEGIE REGLES D ENTREE EN POSITION TABLE DES MATIERES MENTIONS LEGALES QUI SUIS-JE? INTRODUCTION LES INDICATEURS DE LA STRATEGIE REGLES D ENTREE EN POSITION STOP LOSS & TAKE PROFIT MONEY MANAGEMENT VARIANTES CONCLUSION MENTIONS LEGALES

Plus en détail

L homme versus machine

L homme versus machine L homme versus machine 15. Juin 2015, Cedres réflexions Espaces des Terreaux Défense de l homme, par Wulfram Gerstner (EPFL) Je pense donc je suis! Cela me plait de commencer ma défense de l homme avec

Plus en détail

Transcription Sciences et technologie 1 re à la 8 e année

Transcription Sciences et technologie 1 re à la 8 e année Transcription Sciences et technologie 1 re à la 8 e année Comment faisons nous pour alimenter la curiosité naturelle des élèves, l'émerveillement pour de nouvelles découvertes ou un grand respect pour

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail