LA ZIPRASIDONE (ZELDOX MD ) :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA ZIPRASIDONE (ZELDOX MD ) :"

Transcription

1 Bulletin d information Volume 12, n o 3 Département de pharmacie du CSSS de Laval Mars 2009 LA ZIPRASIDONE (ZELDOX MD ) : UN NOUVEL ANTIPSYCHOTIQUE DE DEUXIÈME GÉNÉRATION Rédigé par : Josée Filiatrault, résidente en pharmacie Révisé par : Nathalie Gadbois B.pharm, M.Sc, BCPP INTRODUCTION En février 2008, la ziprasidone (Zeldox MD ) a fait son apparition sur le marché canadien dans la catégorie des antipsychotiques. 1 Cette molécule, qui a préalablement été approuvée aux États-Unis en 2001, s est longtemps fait attendre au Canada. En effet, un si long délai entre les mises en marché américaine et canadienne s explique par le fait que les canadiens désiraient davantage d informations quant à l innocuité de la ziprasidone par rapport à son impact sur l allongement de l intervalle QT. Ayant désormais des données rassurantes sur le sujet, les professionnels de la santé devront apprivoiser cette nouvelle molécule afin d en optimiser son utilisation. QUELLE EST L INDICATION? La ziprasidone est un antipsychotique de deuxième génération indiqué dans le traitement de la schizophrénie et des troubles psychotiques apparentés. 2 Bien que non officiellement indiquée, elle est aussi intégrée dans les lignes directrices du Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT) 2007 pour le traitement des troubles bipolaires dans les manies et les épisodes mixtes. 3 LA SCHIZOPHRÉNIE : RAPPELS SUR LA PATHOLOGIE La schizophrénie est un trouble psychotique chronique qui touche environ 1 % de la population. La cause de cette maladie n est pas encore clairement établie, mais elle semble multifactorielle. 4 Les principaux symptômes se divisent en trois groupes distincts : les symptômes positifs (ex. : hallucinations, délires, agressivité), les symptômes négatifs (ex. : diminution de l expression des émotions, diminution de la spontanéité de la pensée, détérioration des habiletés sociales, perte d énergie) puis les troubles cognitifs (ex. : troubles d attention, de mémoire, de fonction d exécution). 4,5 PREMIÈRE OU DEUXIÈME GÉNÉRATION? Les antipsychotiques classiques ou de première génération (ex. : chlorpromazine, halopéridol) ont été les premiers médicaments utilisés, au cours des années 50 et 60, pour traiter la schizophrénie. Ceux-ci agissent principalement au niveau des récepteurs dopaminergiques de type 2 (D 2 ) et sont efficaces pour atténuer les symptômes positifs de la maladie. Malheureusement, ces médicaments n ont que peu d impact sur les symptômes négatifs et présentent plusieurs effets indésirables importants tels les troubles extrapyramidaux (présents sous forme d akathisie, de dystonie ou de dyskinésie) et l hyperprolactinémie (caractérisée par des symptômes d aménorrhée, de galactorrhée, de gynécomastie et d impuissance). 5,6,7 Au cours des années 90, de nouveaux antipsychotiques se sont ajoutés à l arsenal thérapeutique. Ainsi, la clozapine (Clozaril MD ), la rispéridone (Risperdal MD ), l olanzapine (Zyprexa MD ) et la quétiapine (Seroquel MD ) sont venus former une nouvelle classe : les antipsychotiques atypiques ou de deuxième génération. Puisqu ils agissent sur plusieurs récepteurs, ils ont un effet bénéfique à la fois sur les symptômes positifs et négatifs de la maladie et risquent moins d entraîner les effets indésirables rencontrés avec les antipsychotiques de première génération. 5,6 Après l avènement de ces molécules, il aura fallu attendre presque dix ans avant de voir arriver de nouvelles options de traitement en schizophrénie. La palipéridone (Invega MD ) et la ziprasidone (Zeldox MD ), maintenant disponibles au Canada, sont alors venues s ajouter à cette classe d antipsychotiques. COMMENT AGIT-ELLE? De façon générale, les effets pharmacologiques des antipsychotiques s exercent principalement via les récepteurs sérotoninergiques (5-HT), dopaminergiques (D) et adrénergiques (α) du cerveau. 5,7 Chaque antipsychotique - 1 -

2 présente des affinités différentes pour ces récepteurs, créant par le fait même des différences tant au niveau de l efficacité que des effets indésirables. Le tableau I présente un résumé des affinités comparatives des antipsychotiques aux différents récepteurs ainsi que les effets pharmacologiques et indésirables étant associés à ces récepteurs. En observant ce tableau, on constate que la ziprasidone présente une affinité pour les récepteurs sérotoninergiques supérieure aux autres antipsychotiques. Cette propriété procure à la ziprasidone des effets pharmacologiques diversifiés non négligeables. En effet, en plus d avoir des effets antipsychotiques, la ziprasidone présente des effets antidépresseurs et anxiolytiques. 5,8 En outre, on constate que la ziprasidone présente une plus faible affinité pour les récepteurs histaminiques, muscariniques et adrénergiques. Cette propriété permet d expliquer le fait que la ziprasidone présente un profil d effets indésirables très avantageux. 5 QU EN EST-IL DE LA PHARMACOCINÉTIQUE? Parmi les éléments les plus importants de la pharmacocinétique de la ziprasidone, on note le fait qu en présence d aliments, la biodisponibilité de la ziprasidone augmente de près du double, passant de 30 à 60 %. Il est donc recommandé de prendre le médicament avec de la nourriture. Par ailleurs, en considérant la faible demi-vie d élimination, soit environ 7 heures, la ziprasidone doit être prise deux fois par jour. Pour ce qui est du métabolisme, on note que le deux tiers de celui-ci est effectué par l enzyme aldéhyde oxydase alors que le tiers restant est effectué par le cytochrome P450 3A4. Enfin, concernant l élimination, la monographie indique qu il n est pas nécessaire de faire des ajustements posologiques en fonction de l âge, du sexe, de la race ou de la présence d une atteinte rénale ou hépatique modérée. Toutefois, peu de données sont disponibles dans les cas d atteinte rénale ou hépatique sévère. 2,4,5 QUE DISENT LES ÉTUDES CLINIQUES À PROPOS DE L EFFICACITÉ? Dans les principales études avec placebo, la ziprasidone s est révélée supérieure pour améliorer la psychopathologie globale et atténuer les symptômes positifs et négatifs de schizophrénie, une semaine après le début du traitement. La ziprasidone s est aussi révélée significativement supérieure tant sur le temps écoulé avant la rechute que sur le taux de rechute après un an. 12,13,14 Différents essais cliniques ont aussi comparé l efficacité de la ziprasidone à celle des autres antipsychotiques de deuxième génération. La ziprasidone s est alors révélée d une efficacité sensiblement équivalente à celle de l olanzapine, de la rispéridone et de la quétiapine dans le traitement de patients en phase aiguë de schizophrénie ainsi que dans le traitement d entretien prolongé de la schizophrénie. 15,16,17,18,19 QU EN EST-IL DES EFFETS INDÉSIRABLES? De façon générale, la ziprasidone est bien tolérée par les patients. Au cours des études cliniques à court terme, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été les suivants : somnolence (14 %), symptômes extrapyramidaux (14 %), nausées (10 %), constipation (9 %), étourdissement (8 %), dyspepsie (9 %), akathisie (8 %), infection des voies respiratoires (8 %), asthénie (5 %), diarrhée (5 %). 2 De plus, dans les essais de précommercialisation, environ 5 % des sujets sous ziprasidone ont présenté un rash ou de l urticaire, nécessitant alors l arrêt du médicament. Pour la plupart des effets indésirables, la fréquence semble augmenter avec l augmentation de la dose. 2,20 En outre, plusieurs effets indésirables sont associés à la classe des antipsychotiques de deuxième génération. Évidemment, la ziprasidone n y échappe pas. Le tableau II présente les effets indésirables les plus fréquemment associés aux antipsychotiques de deuxième génération et permet de comparer les différentes molécules. Enfin, les antipsychotiques de deuxième génération sont souvent associés à des effets indésirables métaboliques très incommodants pour le patient. L un des avantages majeurs de la ziprasidone par rapport aux autres molécules concerne justement ces effets indésirables. Effectivement, selon plusieurs études dont CATIE (n = 1493), il a été démontré que, contrairement à la majorité des autres agents, la ziprasidone entraînait une diminution du poids, de l hémoglobine glyquée, du taux de cholestérol et de la concentration des triglycérides. 15 Le tableau III démontre bien ces résultats et permet une comparaison précise des différents agents antipsychotiques. QUELLES SONT LES PRÉCAUTIONS À PRENDRE? Lors des études de commercialisation, il a été démontré que la ziprasidone était associée à des changements à l électrocardiogramme et à un allongement de l intervalle QT. Un tel allongement peut entraîner des arythmies mortelles telles les torsades de pointe. Celles-ci peuvent être asymptomatiques tout comme elles peuvent entraîner des étourdissements, des palpitations, des syncopes ou des convulsions. Des torsades de pointes soutenues peuvent évoluer vers la fibrillation ventriculaire pour aboutir à la mort subite par arrêt cardiaque

3 Selon une étude, avec la ziprasidone à raison de 160 mg/jour, l allongement moyen par rapport à la durée initiale corrigée a atteint 15,9 ms, soit environ 9 à 14 ms de plus qu avec quatre des agents de comparaison (15 mg/jour d halopéridol [7,1 ms], 750 mg/jour de quétiapine [5,7 ms], 16 mg/jour de rispéridone [3,6 ms] et 20 mg/jour d olanzapine [1,7 ms]), mais environ 14 ms de moins qu avec 300 mg/jour de thioridazine (30,1 ms) qui lui, a reçu un avis de Santé Canada. 2,21 Par ailleurs, dans cette même étude, on a démontré que l effet de la ziprasidone sur le QTc n a pas augmenté en présence d un inhibiteur enzymatique. 2,21 Enfin, une autre étude a démontré que l augmentation de la dose à 320 mg/jour (le double de la dose maximale recommandée) a entraîné un allongement de QTc de 22,5 ms, soit seulement 3 ms de plus qu à la dose de 160 mg/jour, ce qui indiquerait l existence d un plateau. 2,22 Ces données semblent très rassurantes puisque aucun sujet n a présenté d intervalle QTc 450 ms ni d allongement 75 ms par rapport à la durée initiale. 2 Malgré le fait que les données cliniques semblent très rassurantes par rapport au danger associé à l intervalle QT, la prudence est de mise. D ailleurs, par mesure de précaution, la compagnie a émis une contre-indication chez les patients ayant récemment eu un infarctus du myocarde, présentant une insuffisance cardiaque non compensée ou des antécédents d allongement du QT. Une mise en garde a aussi été émise quant à l administration concomitante de la ziprasidone avec des médicaments qui accroissent, eux aussi, l intervalle QT (ex. : quinidine, sotalol, moxifloxacine, clarithromycine, venlafaxine, cocaïne, ). 2,6,20 Par ailleurs, il est important de considérer le fait que certains facteurs peuvent faire augmenter le risque de torsades de pointe. Ceux-ci sont présentés au tableau IV. Le prescripteur devrait tenir compte de ces différents facteurs de risque et ajuster sa conduite en conséquence. En considérant le fait que l intervalle QT varie continuellement chez un même individu selon une différence pouvant aller jusqu à ms, un suivi avec ECG effectués à intervalles réguliers ne constitue pas une procédure cliniquement efficace pour détecter un allongement du QT secondaire à la médication. 7,8 Néanmoins, en présence de signes ou de symptômes de troubles cardiaques, tels que palpitations, vertige, syncope ou convulsions, on devrait procéder à une évaluation de la fonction cardiaque avec ECG. On conseille de cesser le traitement si le QTc > 420 ms chez un patient symptomatique ou si le QTc > 500 ms chez un patient asymptomatique. 2 Enfin, en dehors des conditions cliniques présentant des facteurs de risque significatifs, il ne semble pas nécessaire d effectuer un ECG avant de débuter la ziprasidone. 23 DOIT-ON SURVEILLER DES INTERACTIONS? Interactions pharmacodynamiques En raison de son effet sur l intervalle QT (voir section sur les précautions), la ziprasidone ne devrait pas être associée à un autre médicament qui allonge le QT. De plus, comme la ziprasidone tend à provoquer de l hypotension, il est possible que les effets des antihypertenseurs soient accentués. Par ailleurs, de par son mécanisme d action, il est possible que la ziprasidone s oppose aux effets de la lévodopa et des agonistes de la dopamine. Enfin, puisque la ziprasidone agit principalement sur le SNC, la prudence s impose en cas d association avec d autres agents agissants sur le SNC (ex. : alcool). 2,20 Interactions pharmacocinétiques Les deux tiers de la clairance métabolique de la ziprasidone sont assurés par l enzyme aldéhyde oxydase. Celleci fonctionne indépendamment des cytochromes et n a aucun inducteur ni inhibiteur. 2 Cette propriété pharmacocinétique permet d éviter plusieurs interactions. Toutefois, le tiers de la clairance métabolique restante est assurée par le cytochrome P450 3A4. Ainsi, l administration concomitante d inhibiteurs puissants du CYP3A4 (ex. : kétoconazole) peut faire augmenter significativement la concentration sérique de la ziprasidone. D autre part, l administration concomitante d inducteurs puissants du CYP3A4 (ex. : carbamazépine) peut faire diminuer significativement la concentration sérique de la ziprasidone. La portée clinique de ces deux types d interactions n a pas été clairement établie, ce qui justifie par le fait même un suivi médical plus étroit. 2 Par ailleurs, n étant métabolisée que partiellement par le CYP3A4, des études ont démontré que la ziprasidone n influençait pas de façon significative le métabolisme des autres médicaments substrats du CYP3A4. 2 Enfin, la ziprasidone est un substrat mineur du CYP1A2. Toutefois, comme la contribution de cette voie métabolique est mineure, la cigarette (un inducteur du CYP1A2) ne semble pas influencer la pharmacocinétique de la ziprasidone. 2,5,6 ET LES PERSONNES ÂGÉES? La grande majorité des études sur la ziprasidone exclut ce type de clientèle. Néanmoins, la monographie recommande de prescrire une dose initiale plus faible, d ajuster la posologie plus lentement et de faire une surveillance plus étroite durant la période d administration initiale puis

4 que les personnes âgées sont généralement plus sensibles aux effets indésirables. De plus, comme elles ont souvent une fonction cardiaque réduite, le prescripteur devrait toujours considérer les précautions à prendre en fonction du risque d allongement du QT. 2,5,20 En outre, la ziprasidone n est pas indiquée chez les personnes âgées atteintes de démence. En fait, une métaanalyse de 13 essais comparatifs avec placebo chez une telle population a mis en évidence un taux de mortalité 1,6 fois plus élevé chez les patients traités avec la ziprasidone. Bien que les causes variaient, la plupart des décès étaient d origine cardiovasculaire (ex. : insuffisance cardiaque ou mort subite) ou infectieuse (ex. : pneumonie). 2 POSOLOGIE La monographie recommande d amorcer un traitement de ziprasidone à une dose de 40 mg bid en mangeant. Toutefois, une dose initiale de 20 mg bid pourrait être préférable chez certaines personnes ou certains contextes cliniques. La posologie quotidienne devra être ajustée par la suite jusqu à 80 mg bid selon la réponse au traitement. D ailleurs, seules les doses variant entre 120 et 160 mg/jour ont été démontrées supérieures au placebo lors des études cliniques. 11 Les ajustements posologiques doivent être espacés d au moins deux jours, puisqu il faut de un à trois jours pour atteindre l état d équilibre. Toutefois, en pratique, les augmentations peuvent être espacées davantage ou ajustées selon la tolérance et la condition clinique du patient. Il est généralement déconseillé d augmenter la dose au-delà de 160 mg/jour par manque d études. 2,5,20 Si l arrêt de la ziprasidone est souhaité, il est important de procéder à un sevrage graduel, particulièrement si la médication a été administrée sur une longue période. Si un tel sevrage n est pas effectué, le patient est à risque de subir les symptômes suivants : gastrite, nausée, vomissements, somnolence, tremblements, bouffées de chaleur, sudation, tachycardie, céphalée et insomnie. Ces symptômes apparaissent généralement 24 à 48 heures après l arrêt subit ou après une diminution importante de la dose de ziprasidone et peuvent durer jusqu à 14 jours. 5 PEUT-ON OUVRIR LA CAPSULE? Pfizer Canada recommande de ne pas ouvrir les capsules car aucun essai clinique n a pu confirmer l efficacité, l innocuité et la stabilité du médicament dans un tel contexte. Toutefois, puisque Zeldox MD n est pas libéré selon une cinétique particulière, il est peu probable qu une telle pratique cause problème. POUR PASSER D UN ANTIPSYCHOTIQUE À UN AUTRE Si l on désire passer d un antipsychotique de deuxième génération à un autre, aucune procédure spécifique n est favorisée. Ainsi, il est possible de cesser brusquement le 1 er médicament pour débuter immédiatement le 2 e tout comme il est possible de cesser graduellement le 1 er agent tout en débutant graduellement le 2 e. Chacune de ces procédures comporte ses avantages et ses inconvénients. Quelques études ont comparé ces différentes procédures, mais aucune n a démontré d avantages sur l autre. 8,24 Le choix d utiliser l une ou l autre dépendra donc des molécules en cause, de la tolérance du patient et de sa condition clinique. 5 PRIX La ziprasidone est disponible sous forme de capsule de gélatine dure opaque contenant 20, 40, 60 ou 80 mg. Un traitement avec une dose moyenne de ziprasidone coûte environ 115 $ par mois. 25 Pour comparer les prix associés aux autres molécules utilisées en schizophrénie, référezvous au tableau V. Enfin, notons que ziprasidone fait partie de la liste des médicaments assurés par le régime d assurance médicament du Québec. AVANTAGES ET DÉSAVANTAGES APPLIQUÉS À UN CONTEXTE CLINIQUE Lorsqu on compare la ziprasidone aux autres antipsychotiques de deuxième génération, plusieurs avantages apparaissent évidents. Le tout premier constitue indubitablement le profil d effets indésirables métaboliques qu on peut considérer comme étant avantageux. Ensuite, l effet pharmacologique diversifié de la ziprasidone constitue un avantage considérable par rapport aux autres agents. Enfin, contrairement aux autres agents, elle présente peu d interactions. Toutefois, plusieurs inconvénients doivent être pris en considération. Le plus important est certainement la prise biquotidienne avec nourriture. Lorsqu on considère le fait que la non-adhérence au traitement est fréquente en psychiatrie, ces éléments peuvent constituer un obstacle majeur. Par ailleurs, bien que la ziprasidone ait été démontrée équivalente à l olanzapine, à la rispéridone et à la quétiapine en terme d efficacité, aucune étude n a été effectuée dans un contexte de schizophrénie réfractaire. 8,26 Enfin, bien que les données cliniques semblent très rassurantes par rapport au danger associé au prolongement de l intervalle QT, la prudence est de mise. PLACE DANS LA THÉRAPIE Tous les antipsychotiques de deuxième génération, soit la rispéridone, l olanzapine, la quétiapine et la ziprasidone, - 4 -

5 ont démontré une efficacité sensiblement équivalente. Ainsi, les experts suggèrent de considérer la ziprasidone en première ligne de traitement au même titre que toutes les autres molécules de deuxième génération. Actuellement, dû au manque d expérience avec la molécule, les médecins québécois tardent à insérer la ziprasidone dans leurs premiers choix de traitement. Néanmoins, plusieurs situations cliniques bénéficieraient avantageusement des propriétés de cette molécule. C est le cas, par exemple, des patients avec trouble métabolique chez qui l on voudrait débuter un traitement ou des patients présentant des effets indésirables métaboliques significatifs secondaires à la prise d un antipsychotique. Comme ces effets indésirables peuvent miner considérablement l adhérence au traitement et éventuellement mener à un échec thérapeutique, la ziprasidone constitue une bonne alternative, surtout si la prise biquotidienne avec nourriture ne constitue pas un obstacle pour le patient. 8,26 De plus, en considérant le fait que chaque individu peut réagir différemment à un agent versus un autre et que la ziprasidone a un effet pharmacologique diversifié, celle-ci pourrait être essayée chez les patients ne répondant pas aux autres antipsychotiques de deuxième génération. La ziprasidone pourrait donc constituer une autre alternative avant le passage à la clozapine. Cependant, par manque d information, il serait prématuré de suggérer la ziprasidone chez les patients stabilisés par la clozapine. Cette dernière demeure donc le traitement de référence dans les cas de schizophrénie réfractaire. 8,26 Conclusion Enfin, la ziprasidone offre aux patients une efficacité équivalente à celle des autres agents et un profil d effets indésirables très avantageux lorsque comparé aux agents actuellement sur le marché. Ces caractéristiques font de la ziprasidone une molécule intéressante. Elle constitue d ailleurs un ajout important à l arsenal thérapeutique de la schizophrénie. Enfin, une formulation intramusculaire pour le traitement à court terme des épisodes d agitation aiguë est actuellement disponible sur le marché américain. Il ne serait donc pas surprenant de voir arriver une telle formulation sur le marché canadien et ce, à court ou à moyen terme. RÉFÉRENCES 1. Santé Canada. Avis de décision portant sur Zeldox. Internet Formats. [En ligne, fichier pdf]. Février 2008 [cité le 17 septembre 2008]. [2 p.] Disponible : ca/dhp-mps/prodpharma/sbd-smd/phase1-decision/drugmed/nd_ad_2008_zeldox_ fra.php 2. Pfizer Canada Inc. Zeldox. Monographie de produit. Août Yatham LN, Kennedy SH, O'Donovan C, et al. «Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT)» guidelines for the management of patients with bipolar disorder : update Bipolar Disord 2006;8(6): Crismon ML, Buckley PF. «Schizophrenia.» Dans : DiPiro JT, Talbert RL, Yee GC, Matzke GR, Wells BG, Posey LM, rédacteurs. Pharmacotherapy : A Pathophysiologic Approach. 6 e éd. New York : The McGraw-Hill Companies Inc; p Bezchlibnyk-Butler KZ, Jeffries JJ, Virani AS. «Clinical handbook of psychotropic drugs.» 17 e rév. éd. Ashland, OH : Hogrefe & Huber Publishers; Joncas M. «La ziprasidone (Geodon TM ).» Québec Pharmacie 2001; 48(8) : Stahl SM. Psychopharmacology of antipsychotics. 1 re éd. London : Martin Dunitz Ltd ; Kutcher S, Brooks SJ, Gardner DM, et al. «Expert Canadian consensus suggestions on the rational, clinical use of ziprasidone in the treatment of schizophrenia and related psychotic disorders.» Neuropsychiatr Dis Treat 2005;1(2): Schmidt AW, Lebel LA, Howard HR Jr, et al. Ziprasidone: a novel antipsychotic agent with a unique human receptor binding profile. Eur J Pharmacol 2001;425 : Stahl SM, Shayegan DK. «The psychopharmacology of ziprasidone: receptor-binding properties and real-world psychiatric practice.» J Clin Psychiatry 2003; 64 (suppl.19) : Caley CF, Cooper CK. «Ziprasidone : The Fifth Atypical Antipsychotic.» Ann Pharmacother. 2002; 36(5): Daniel DG, Zimbroff DL, Potkin SG, et al. «Ziprasidone 80 mg/day and 160 mg/day in the Acute Wxacerbation of Schizophrenia and Schizoaffective Disorder : A 6-week Placebo-Controlled Trial. Ziprasidone Study Group.» Neuropsychopharmacology 1999; 20 : Arato M, O'Connor R, Meltzer HY, et al. «A 1-Year, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial of Ziprasidone 40, 80 and 160 mg/day in Chronic Schizophrenia : The Ziprasidone Extended Use in Schizophrenia (ZEUS) Study.» Int Clin Psychopharmacol 2002; 17 : Daniel DG, Zimbroff DL, Potkin SG, et al. «Ziprasidone 80 mg/day and 160 mg/day in the Acute Exacerbation of Schizophrenia and Schizoaffective Disorder : a 6-Week - 5 -

6 Placebo-Controlled Trial. Ziprasidone Study Group.» Neuropsychopharmacology 1999 : 20(5) : Lieberman JA, Stroup TS, McEvoy JP, et al. «Effectiveness of Antipsychotic Drugs in Patients with Chronic Schizophrenia.» N Engl J Med 2005; 353 : Addington DE, Pantelis C, Dineen M, et al. «Efficacy and Tolerability of Ziprasidone Versus Risperidone in Patients With Acute Exacerbation of Schizophrenia or Schizoaffective Disorder : An 8-Week, Double-Blind, Multicenter Trial.» J Clin Psychiatry 2004; 65 : Simpson GM, Glick ID, Weiden PJ, et al. «Randomized, Controlled, Double-Blind Multicenter Comparison of the Efficacy and Tolerability of Ziprasidone and Olanzapine in Acutely ill inpatients with Schizophrenia or Schizoaffective Disorder.» Am J Psychiatry 2004;161 : Simpson GM, Weiden P, Pigott T, et al. «Six-Month, Blinded, Multicenter Continuation Study of Ziprasidone Versus Olanzapine in Schizophrenia.» Am J Psychiatry 2005; 162 : Stroup TS, Lieberman JA, McEvoy JP, et al. «Effectiveness of Olanzapine, Quetiapine, Risperidone, and Ziprasidone in Patients With Chronic Schizophrenia Following Discontinuation of a Previous Atypical Antipsychotic.» Am J Psychiatry 2006;163 : Lacy CF, Armstrong LL, Goldman MP, et al. Drug information handbook: A Comprehensive Resource for all Clinicians and Healthcare Professionals. 15 e éd. Hudson, OH : Lexi-comp; Harrigan EP, Miceli JJ, Anziano R, et al. «A Randomized Evaluation of the Effets of Six Antipsychotic Agents on QTc, in the Absence and Presence of Metabolic Inhibition.» J Clin Psychopharmacol 2004; 24 : Miceli J, et al. «Effets of Oral Ziprasidone and Haloperidol on QTc at Clinical and High Doses.» Schizophr Res 2003; 60 (Suppl.1) : 314 [abstract]. 23. Greenberg WM, Citrome L. «Ziprasidone for Schizophrenia and Bipolar Disorder : A Review of the Clinical Trials.» CNS Drug Rev 2007; 13(2) : Weiden PJ, Simpson GM, Potkin SG, et al. «Effectiveness of Switching to Ziprasidone for Stable But Symptomatic Outpatients With Schizophrenia.» J Clin Psychiatry 2003; 64 : Service des relations avec la clientèle. Liste de médicaments publiée par la Régie de l assurance maladie du Québec. Bibliothèque et Archives nationales du Québec; 21 juin Lalonde P. «La ziprasidone Un nouvel antipsychotique n entraînant pas de prise de poids.» Le médecin du Québec 2008; 43(4) :

7 TABLEAU I : AFFINITÉS COMPARATIVES DES ANTIPSYCHOTIQUES AUX DIFFÉRENTS RÉCEPTEURS ET LES EFFETS PHARMACOLOGIQUES ET INDÉSIRABLES Y ÉTANT ASSOCIÉS 5,8,9,10,11 Récepteur Clozapine Rispéridone Olanzapine Quétiapine Ziprasidone Effets pharmacologiques Effets indésirables D H Effet antipsychotique (Sx positifs) Effets extrapyramidaux, hyperprolactinémie Sédation, gain de poids, hyperglycémie, dyslipidémie M / Bouche sèche, constipation, vision brouillée, rétention urinaire, somnolence, troubles cognitifs α Hypotension orthostatique, étourdissements, tachycardie réflexe, somnolence, hypersalivation α /- Dysfonction sexuelle 5-HT1A Effet anxiolytique, antidépresseur et antipsychotique Hypotension, somnolence, gain de poids 5-HT Effet antipsychotique (Sx négatifs) Légende : D2 = Récepteur dopaminergique de type 2, H1 = récepteur histaminique de type 1, M1 = récepteur muscarinique de type 1, α1 = récepteur alpha-adrénergique de type 1, α2 = récepteur alpha-adrénergique de type 2, 5-HT1A = récepteur sérotoninergique de type 1A, 5- HT2 = récepteur sérotoninergique de type 2, Sx = symptômes. TABLEAU II : COMPARAISON DES ANTIPSYCHOTIQUES DE DEUXIÈME GÉNÉRATION PAR RAPPORT AUX EFFETS INDÉSIRABLES ASSOCIÉS À LA CLASSE 5 Effets extrapyramidaux Hyperprolactinémie Effets indésirables Effets anticholinergiques Hypotension orthostatique Sédation Gain de poids Dyslipidémies Hyperglycémie Allongement du QT Comparaison des molécules Risp > Olan = Zip > Quét = Cloz Risp > Olan = Quét = Cloz = Zip Cloz > Olan > Quét > Risp = Zip Cloz > Risp = Quét > Olan = Zip Cloz > Olan = Quét > Risp = Zip Cloz = Olan > Quét = Risp > Zip Cloz = Olan > Quét > Risp > Zip Cloz = Olan > Quét = Risp > Zip Zip > Quét = Risp = Olan - 7 -

8 TABLEAU III : VARIATION MOYENNE DES PARAMÈTRES MÉTABOLIQUES RAPPORTÉE POUR CHAQUE ANTIPSYCHOTIQUE DE DEUXIÈME GÉNÉRATION SELON L ÉTUDE CATIE 15 Effets indésirables métaboliques Rispéridone Olanzapine Quétiapine Ziprasidone Variation moyenne du gain de poids (kg) 0,4 4,3 0,5-0,7 Variation moyenne de la glycémie (mmol/l) 0,4 0,8 0,4 0,1 Variation moyenne de Hba1c (%) 0,08 0,41 0,05-0,10 Variation moyenne du taux de cholestérol (mmol/l) ,25 0,14-0,24 Variation moyenne des triglycérides (mmol/l) - 0,03 0,48 0,22-0,20 TABLEAU IV : FACTEURS DE RISQUE DE TORSADE DE POINTE ET CONDUITE SUGGÉRÉE PAR RAPPORT À LA ZIPRASIDONE 2,5,8,20 Facteurs de risque Conduite suggérée Présence d un allongement congénital de l intervalle QT Éviter la ziprasidone si QTc > 450 ms. Cesser si QTc > 420 ms chez un patient symptomatique ou si QTc > 500 ms chez patient asymptomatique Antécédents personnels de maladie ou d arythmie cardiaques Antécédents familiaux de mort subite avant l âge de 50 ans Bradycardie Lésions du système nerveux central (ex. : AVC, infection, trauma, maladie de Parkinson) Usage concomitant d autres médicaments qui allongent l intervalle QT/QTc * Déséquilibre électrolytique (ex. : hypokaliémie, hypomagnésémie, hypocalcémie) Utilisation de diurétiques ou présence de dysfonction rénale Éviter la ziprasidone Éviter la ziprasidone Éviter la ziprasidone Éviter la ziprasidone Cesser l usage de ces médicaments ou éviter la ziprasidone Corriger avant d introduire la ziprasidone Effectuer un suivi régulier des électrolytes Sexe féminin, âge > 65 ans, diabète, obésité, carence alimentaire, trouble thyroïdien Aucune conduite particulière suggérée * Une liste complète des médicaments pouvant prolonger l intervalle QT est disponible via le site TABLEAU V : COMPARAISON DES PRIX MENSUELS ASSOCIÉS AUX DIFFÉRENTES OPTIONS DE TRAITEMENT 25 Traitement* CSSSL RAMQ Clozapine 300 mg die 81,50 $ 238,00 $ Rispéridone 2 mg die 9,50 $ 28,80 $ Olanzapine 15 mg die 89,10 $ 164,10 $ Quétiapine 800 mg die 311,20 $ 311,20 $ Ziprasidone 40 mg bid 113,40 $ 113,40 $ *Les prix correspondent à la formulation générique, lorsque celle-ci est disponible

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 16 novembre 2011 a fait l objet d une audition le 1 février 2012 XEPLION 25 mg, suspension

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit!

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Les triptans quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Les triptans, des agonistes sélectifs

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

La dépression qui ne répond pas au traitement

La dépression qui ne répond pas au traitement La dépression qui ne répond pas au traitement Mise à j our Wilfrid Boisvert, MD Présenté dans le cadre de la conférence : À la rencontre de l humain, Collège québécois des médecins de famille, novembre

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Comprimés orangé-brun en forme de gélule de 11 mm de longueur sur 5 mm de diamètre, constitués de trois couches portant l inscription «PAL 1.5».

Comprimés orangé-brun en forme de gélule de 11 mm de longueur sur 5 mm de diamètre, constitués de trois couches portant l inscription «PAL 1.5». 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT 1,5 mg, comprimé à libération prolongée 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé à libération prolongée contient 1,5 mg de palipéridone. Pour la liste complète

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail

Les années difficiles à domicile

Les années difficiles à domicile L E P A TIENT ATTEINT DE DÉMENCE, UN DÉFI POUR LE MÉDECIN DE FAMILLE Les années difficiles à domicile par Francine Vézina, Guy Frenette et Céline Lefebvre Le temps a passé, vous continuez à voir M. Légaré

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT. Comprimés de citalopram. 30 mg de citalopram sous forme de bromhydrate de citalopram USP. Antidépresseur

MONOGRAPHIE DE PRODUIT. Comprimés de citalopram. 30 mg de citalopram sous forme de bromhydrate de citalopram USP. Antidépresseur MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr CTP 30 MD Comprimés de citalopram 30 mg de citalopram sous forme de bromhydrate de citalopram USP Antidépresseur Sunovion Pharmaceuticals Canada Inc. 6790 Century Ave., Suite

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Printemps 2014 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices? Lignes directrices

Plus en détail

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 (Mise à jour juillet 2015) 426569-15 guidelines.diabetes.ca DÉPISTAGE ET DIAGNOSTIC Chez quelles personnes faut-il faire un dépistage

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR. APO-CITALOPRAM Comprimés de citalopram USP

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR. APO-CITALOPRAM Comprimés de citalopram USP PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr APO-CITALOPRAM Comprimés de citalopram USP Cette notice est la troisième partie de la monographie du produit APO-CITALOPRAM, publiée lorsque le médicament

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie

Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie Programme de prise en charge et de suivi en anticoagulothérapie (PEACE) Médecins réviseurs : Dr Steve Brulotte, cardiologue, CSSSAD-Lévis Dr Daniel D Amours, cardiologue, CHU Dr Guy Boucher, cardiologue,

Plus en détail

Suivi du syndrome métabolique induit par les antipsychotiques atypiques : recommandations et perspectives pharmacogénétiques

Suivi du syndrome métabolique induit par les antipsychotiques atypiques : recommandations et perspectives pharmacogénétiques Suivi du syndrome métabolique induit par les antipsychotiques atypiques : recommandations et perspectives pharmacogénétiques pratique Rev Med Suisse 2008 ; 4 : 1994-9 E. Choong A. Solida C. Lechaire P.

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Mise à jour dans le traitement des troubles anxieux Jean-Pierre Bernier, Isabelle Simard

Mise à jour dans le traitement des troubles anxieux Jean-Pierre Bernier, Isabelle Simard PHARMACOTHÉRAPIE Mise à jour dans le traitement des troubles anxieux Jean-Pierre Bernier, Isabelle Simard Résumé Objectif : Discuter de la place des traitements pharmacologiques dans les troubles anxieux

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse. Série : 2000 N 2097. Date de mise en vigueur: Mai 2012

ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse. Série : 2000 N 2097. Date de mise en vigueur: Mai 2012 ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse Sommaire : Initier et assurer la prise en charge de la pharmacothérapie hypolipémiante chez un usager évalué

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE UN NOUVEAU TRAITEMENT À ADMINISTRATION MENSUELLE CONTRE LA SCHIZOPHRÉNIE, ABILIFY MAINTENA MC (aripiprazole à libération prolongée pour suspension injectable), EST MAINTENANT OFFERT

Plus en détail

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang!

Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le dabigatran (Pradax) une question de bon sang! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire le dabigatran? Lisez ce qui suit! Un intervalle thérapeutique

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Traiter la goutte sans être débordé

Traiter la goutte sans être débordé Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Traiter la goutte sans être débordé Hélène Demers et Michel Lapierre Vous voulez traiter et prévenir la goutte? Lisez ce qui suit! Les différentes phases

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR REMERON RD (mirtazapine) Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la monographie du produit publiée à la suite de l approbation

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Interactions médicamenteuses des médicaments psychotropes. Florence Chapelle

Interactions médicamenteuses des médicaments psychotropes. Florence Chapelle Interactions médicamenteuses des médicaments psychotropes Florence Chapelle Adopter une démarche méthodique pour : Décider au mieux dans l intérêt du patient Faire face à la complexité des mécanismes Mieux

Plus en détail

CYMBALTA (duloxétine) CYMBALTA 30 mg, gélule gastro-résistante : Corps blanc opaque imprimé 30 mg et coiffe bleu opaque imprimée 9543.

CYMBALTA (duloxétine) CYMBALTA 30 mg, gélule gastro-résistante : Corps blanc opaque imprimé 30 mg et coiffe bleu opaque imprimée 9543. CYMBALTA (duloxétine) FORMES ET PRESENTATIONS CYMBALTA 30 mg, gélule gastro-résistante : Corps blanc opaque imprimé 30 mg et coiffe bleu opaque imprimée 9543. CYMBALTA 60 mg, gélule gastro-résistante :

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

(54) Utilisation de l agomélatine pour l obtention de médicaments destinés au traitement du Trouble Anxiété Généralisée

(54) Utilisation de l agomélatine pour l obtention de médicaments destinés au traitement du Trouble Anxiété Généralisée (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 842 535 A1 (43) Date de publication: 10.10.2007 Bulletin 2007/41 (51) Int Cl.: A61K 31/165 (2006.01) A61P 25/22 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 07290420.4

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

LAMÉDICATION. L Association américaine de psychiatrie (2000, citée dans. Délirium à l Unité des soins intensifs PHARMACOVIGILANCE

LAMÉDICATION. L Association américaine de psychiatrie (2000, citée dans. Délirium à l Unité des soins intensifs PHARMACOVIGILANCE PHARMACOVIGILANCE Délirium à l Unité des soins intensifs LAMÉDICATION Un facteur de risque sous-estimé. PAR Suzanne Durand, inf., M.Sc.inf., DESS (Bioéthique) Quels sont les médicaments fréquemment administrés

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 janvier 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 janvier 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 janvier 2007 NEUPRO 2 mg/24 h dispositif transdermique Sachet-dose, B/30 : 377 209-7 Sachet-dose, B/90 : 570 143-4 NEUPRO 4 mg/24 h dispositif transdermique Sachet-dose,

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr AMERGE (naratriptan sous forme de chlorhydrate de naratriptan) Comprimés à 1 mg et à 2,5 mg Agoniste des récepteurs 5-HT 1 Antimigraineux GlaxoSmithKline Inc. 7333 Mississauga

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr Xtandi MD Capsules d enzalutamide 40 mg Antiandrogène (L02BB04) Astellas Pharma Canada, Inc. Markham (ON) L3R 0B8 N o de contrôle : 177983 Date d approbation initiale : 28 mai

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

PROGRAF MC Toutes indications

PROGRAF MC Toutes indications PROGRAF MC Toutes indications AVRIL 2015 Marque de commerce : Prograf Dénomination commune : Tacrolimus Fabricant : Astellas Forme : Capsule Teneurs : 0,5 mg, 1 mg et 5 mg Exemption de l application de

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Pr JAKAVI MD, LE PREMIER MÉDICAMENT À RECEVOIR UNE AUTORISATION DE COMMERCIALISATION DE SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE La myélofibrose est

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Notes sur les technologies de la santé en émergence

Notes sur les technologies de la santé en émergence Notes sur les technologies de la santé en émergence Timbres transdermiques de rotigotine (Neupro ) dans le traitement de la maladie de Parkinson numéro 112 février 2008 Sommaire Les timbres transdermiques

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

Monographie de produit

Monographie de produit Monographie de produit Pr FROVA MD Comprimés de succinate de frovatriptan frovatriptan à 2,5 mg Agoniste des récepteurs de sous-type 5-HT 1 Antimigraineux Endo Pharmaceuticals, Inc. 100 Endo Boulevard

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr AXERT comprimés de malate d almotriptan 6,25 mg et 12,5 mg d almotriptan Agoniste des récepteurs 5-HT 1 Traitement antimigraineux Cette monographie de produit est la propriété

Plus en détail

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie

La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie La fibrillation auriculaire chez l adulte : le choix de l anticoagulothérapie Webinaire de l INESSS présenté par Mélanie Tardif,

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT. (mésylate de dolasétron) Comprimé dosé à 100 mg. Antiémétique. (antagoniste des récepteurs 5-HT 3 )

MONOGRAPHIE DE PRODUIT. (mésylate de dolasétron) Comprimé dosé à 100 mg. Antiémétique. (antagoniste des récepteurs 5-HT 3 ) MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr ANZEMET (mésylate de dolasétron) Comprimé dosé à 100 mg Antiémétique (antagoniste des récepteurs 5-HT 3 ) sanofi-aventis Canada Inc. 2150, boul. Saint-Elzéar Ouest Laval (Québec)

Plus en détail

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE

PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE PROJETS DE RECHERCHE EN CARDIOLOGIE ANNÉE 2006-2007 B PROJET UT CLIENTÈLE CIBLE MÉDICATION ECG/ ACTIVE (29 S ÉTUDE EN COURS) 14/05/2003 Active W : 02/12/2004 Évaluer si le Clopidogrel plus AAS est supérieur

Plus en détail

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle. Du nouveau et des rappels importants

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle. Du nouveau et des rappels importants 2011 Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle Du nouveau et des rappels importants Du nouveau et des rappels importants Est-ce que vous et vos patients avez accès aux

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail