La ville de Grenade comme espace allégorique dans Quelqu un dit ton nom 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La ville de Grenade comme espace allégorique dans Quelqu un dit ton nom 1"

Transcription

1 1 La ville de Grenade comme espace allégorique dans Quelqu un dit ton nom 1 Anne LENQUETTE Université de Limoges EHIC «Émergences de l allégorie dans la littérature contemporaine», «Le retour de l allégorie» 2, ces titres d articles montrent que les auteurs qui s interrogent aujourd hui à propos de cette notion ne manquent pas. Pourtant, à plus d un titre, cela constitue une gageure. En effet, en dépit de son utilisation plus ou moins récente par des écrivains et poètes tels Baudelaire, Claude Simon, Eric Chevillard, René Char et d autres, l «allégorie» est en prise étroite avec le Moyen Âge. Elle paraît donc indéfectiblement inactuelle, voire obsolète. De surcroît, en raison de sa polysémie, ce concept est difficile à bien cerner. Sa proximité avec d autres figures comme la métaphore ou le mythe prête, le cas échéant, à confusion. Ainsi, je me propose d examiner le prisme sémantique de ce concept afin de définir au plus près son sens dans le domaine du littéraire. Publié en 2014, l œuvre intitulée Quelqu un dit ton nom, du poète et romancier Luis García Montero, me servira de champ d exploration. Mon hypothèse de travail est que ce roman peut être lu à la lumière de deux allégories qui permettent d en appréhender le sens : l allégorie de la caverne de Platon et l allégorie baudelairienne. Nous verrons donc comment celles ci s inscrivent implicitement ou explicitement dans une œuvre qui peut être lue comme leur forme contemporaine. 1 Luis García Montero, Alguien dice tu nombre, Madrid, Alfaguara, Toutes les traductions sont de nous. 2 Bernard Vouilloux, «Le retour de l allégorie», Modernités. Déclins de l allégorie?, n 22, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006, p ; André Bellatorre, «Émergences de l allégorie dans la littérature contemporaine (Claude Simon, Francis Ponge)», in L allégorie corps et âme. Entre personnification et double sens, Joëlle Gardes Tamine (coord.), Université de Provence, 2002, p ; Michèle Monte, «L allégorie chez trois poètes du XX e siècle. Yves Bonnefoy, Philippe Jacottet, René Char», ibidem, p

2 2 L allégorie : une figure à multiples facettes La surface sémantique du terme «allégorie» s avère relativement étendue. Les dictionnaires et les critiques s accordent à dégager trois sens. Je commencerai par évoquer le sens le moins pertinent dans le cadre de cet exposé (à savoir le sens religieux) puis j évoquerai rapidement le sens esthétique. En dernier lieu, je me concentrerai sur le sens rhétorique, susceptible de s appliquer au texte littéraire et d en faciliter l exégèse. Dans son acception religieuse, l allégorie n est pas une figure mais bien une modalité de lecture et d interprétation du texte. Elle ne relève pas de la rhétorique mais de l herméneutique. Elle se présente ainsi comme une interprétation transcendante des rapports entre l Ancien et le Nouveau Testament permettant de découvrir, sous le sens littéral véhiculé par le texte, un sens caché. Cette lecture allégorisante qui s est développée avec l essor de la religion chrétienne voit, par exemple, dans le Cantique des cantiques l union de l Église avec le Christ ou dans la ville de Jérusalem l Église du Christ. En langue, l allégorie désigne une figure de rhétorique qui, pour le TLF, se fonde sur la représentation «d une idée abstraite, [d ]une notion morale par une image ou un récit où souvent [ ] les éléments représentants correspondent trait pour trait aux éléments de l idée représentée». Toutefois, l allégorie désigne, par extension, l œuvre littéraire ou plastique ayant recours à cette figure. C est au Moyen Âge que la notion est passée aux arts plastiques 3. L engouement pour les livres d emblèmes des Italiens André Alciat et César Ripa va contribuer au développement de l allégorie en Europe, aux XVI e et XVII e siècles. Les Emblèmes d André Alciat paraissent en France en 1534 tandis que l Iconologie de Cesar Ripa voit le jour en Italie en Ces deux ouvrages seront réédités pendant plusieurs siècles en Italie, en France, en Hollande, en Angleterre, en Espagne 4 etc. On parlerait, si l on n était conscient de l anachronisme, de «best seller» européen. Les figures allégoriques représentées dans l Iconologie concernent les vices et les vertus mais aussi les saisons ou les mois de l année. L allégorie «plastique» (sculpture ou tableau) et l allégorie littéraire ne constituent pas nécessairement des formes de 3 L. M. Morfaux, «Allégorie [esth.]», Les notions philosophiques (I), Paris, Presses Universitaires de France, p On dénombrerait ainsi plus de 100 rééditions du livre d emblèmes d Alciat avant 1620, Daniel Russel, The Emblem and Device in Ancient France, Lexington, 1985, 245 p.,cité par wikipedia, mot clef «André Alciat». Pour les emblèmes de Ripa, Georges Couton recense de manière non exhaustive 15 rééditions, in Georges Couton, Écritures codées. Essais sur l allégorie au XVII e siècle, Paris, Aux Amateurs de Livres, 1990, p. 74.

3 3 représentation étanches, dépourvues de lien. Ainsi, le poème de Baudelaire «L amour et le crâne» (Les Fleurs du Mal) doit il son existence à une gravure de l artiste néerlandais Hendrick Goltzius, intitulé «Quis evadet» [Qui en réchappera?] datant de Dans un article de 1999 portant sur les allégories de langage, Christian Vandendorpe établit un distinguo entre l allégorie classique et l allégoriepersonnification 5. Pour les hispanistes, l allégorie personnification la plus connue demeure attachée à la pièce de théâtre Le Grand Théâtre du monde (1635) de Pedro Calderón de la Barca, qualifiée par l auteur de «auto sacramental allégorique». Cette pièce à consonance religieuse se compose de personnages allégoriques qui ne sont autres que le Monde, l Auteur, la Beauté, ou la Sagesse. La présence d une majuscule pour désigner les différents personnages fonctionne «comme un marqueur [ ] qui indique au lecteur qu il entre dans l espace allégorique» 6. Il va sans dire que certaines des allégoriespersonnifications présentes dans les textes sont ancrées dans l imaginaire collectif, notamment grâce aux allégories picturales. Ainsi, l évocation dans un récit d un personnage ou d un squelette vêtu de noir, doté d un attribut tel que la faux fait immédiatement songer à l allégorie de la Mort. L allégorie classique, pour sa part, ne repose pas nécessairement sur une personnification. En revanche, elle doit renvoyer à «un jeu d analogie entre deux isotopies textuelles» 7. Cette relation analogique joue donc sur la coexistence de deux sens, un sens premier évident pour tout le monde (le sens littéral ou dénotatif) et un sens second (le sens figuré) qu il appartient à chacun de découvrir sous le sens premier. Joëlle Gardes Tamine et Marie Antoinette Pelizza précisent toutefois que «l allégorie exclut toute forme de contact entre le thème et le phore» 8, c est à dire entre ce qui est illustré (isotopie textuelle figurée) et ce qui sert à illustrer (isotopie textuelle littérale). Autrement dit, l allégorie littéraire fonctionne sur une chaîne lexicale unique qui privilégie le sens littéral. Le sens second (sens figuré, moral ou symbolique) n est pas censé apparaître. En tout état de cause, si l auteur choisit de fournir au lecteur le sens second, cela s apparente à un «dévoilement» ultime qui ne peut survenir qu en dernier lieu (dernière ligne, strophe ou page). Partant, plusieurs spécialistes de 5 Christian Vandendorpe, «Allégorie et interprétation», Poétique, n 117, février 1999, p Pascal Maillard, «Homo bulla : pour une poétique de l allégorie», L année Baudelaire, n 1, 1995, p [p. 34 citée]. 7 Christian Vandendorpe, art. cit., p Joëlle Gardes Tamine et Marie Antoinette Pelizza, «Pour une définition restreinte de l allégorie», L allégorie corps et âme. Entre personnification et double sens, Aix en Provence, Université de Provence, 2002, p [p. 17 citée].

4 4 l allégorie ont mis en relief le lien entre allégorie et énigme 9. C. Vandendorpe souligne que ce qui fait, selon lui, la particularité de l allégorie serait sa «plusvalue cognitive» 10. D une part, le lecteur prend plaisir à repérer le caractère «voilé» du texte et, de l autre, son plaisir se trouve accru s il parvient à lever le voile du texte, c est à dire à expliciter les deux termes (littéral et figuré) sur lesquels se fonde l analogie mise en œuvre dans le texte. C est donc à cette expérience de «plus value cognitive» que nous convie l analyse du roman de García Montero. Dans la mesure où l allégorie fonctionne essentiellement sur un sens littéral, le lecteur peut tout à fait passer à côté du sens second ou, au contraire, surinterpréter le texte et voir du second degré partout. Pour éviter cet écueil, un élément doit faire «naître la conviction que le texte recèle un sens caché» 11, qu il y ait «soupçon» d allégorie. Dans le cas présent, la possibilité d une lecture allégorique m est suggérée à la fois par une accumulation diffuse de détails et par une citation qui, selon le principe énoncé précédemment, surgit dans les dernières pages du roman pour annoncer au lecteur que tout n est qu allégorie. Ces deux éléments nous convient à une lecture de type allégorique du roman. La caverne de Platon : une allégorisation implicite de la ville franquiste Je postule donc pour commencer qu il existe dans ce roman une analogie implicite entre deux univers sémantiques, a priori sans aucun lien : celui de la ville de Grenade, dans l Espagne franquiste de 1963, et celui de la caverne platonicienne. En effet, le roman se situe entre juillet et septembre 1963, c est àdire en pleine dictature franquiste. Par l entremise de son professeur de littérature, le jeune protagoniste (León Egea), âgé de 19 ans, va travailler pour la maison d édition Univers pendant trois mois d été. Ses deux collègues de travail, Consuelo et Vicente, vont lui faire découvrir l une l amour et la sexualité, l autre une praxis de l engagement. Finalement, tous deux vont permettre à León de passer du stade des apparences et des tromperies, construit 9 Jean Pépin, Mythe et allégorie. Les origines grecques et les contestations judéo chrétiennes, Paris, Études augustiniennes, 1976, p ; Bernard Dupriez, «énigme», Gradus. Les procédés littéraires, Paris, Union générale d éditions, 1984 ; Pour Joëlle Gardes Tamine et Marie Antoinette Pelizza, «toutes les allégories, bien qu à des degrés divers, sont énigmatiques», art. cit., p. 23 ; Christian Vandendorpe, art. cit., p Christian Vandendorpe, art. cit., p Joëlle Gardes Tamine et Marie Antoinette Pelizza, art. cit., p. 25.

5 5 et cultivé par la dictature, à celui de la connaissance du réel (c est à dire à la prise en compte de la réalité de la dictature), prônée par les résistants. Les spécialistes s accordent aujourd hui pour qualifier la caverne platonicienne d allégorie ou de «mythe allégorique» 12. Pour bien comprendre le lien entre le roman de García Montero et l allégorie platonicienne, il convient d en rappeler rapidement la teneur. Le récit de la caverne se déroule en quatre temps 13. Tout d abord, Platon décrit une caverne où sont enchaînés des hommes qui n entendent que des échos de voix et qui ne perçoivent du monde que des ombres projetées sur la paroi du fond de la grotte. Ils confondent donc, sans le savoir, le réel et le simulacre du réel. Ces hommes captifs et ignorants nous renvoient à notre condition humaine, soumise la plupart du temps aux apparences et à la doxa. Ensuite a lieu la «conversion» : un prisonnier, libéré de ses chaînes, va être confronté à la réalité, et donc à la lumière plutôt qu aux ombres. Ce passage s avère difficile : «C est que la sortie de la caverne de l opinion est un véritable arrachement. [ ]. Comme peuvent être éprouvants l effort de réflexion, l apprentissage des savoirs, [ ] le passage du on dit au je pense» 14. Le cheminement du sujet vers le savoir et la connaissance prend, dans un troisième temps, la forme d une ascension sur une côte escarpée qui monte vers la lumière et le soleil. En dernier lieu, l homme doit redescendre vers la caverne pour faire prendre conscience à ceux qui y sont restés qu ils vivent dans le monde des illusions. Ce faisant, il doit être prêt à affronter l incrédulité de ses congénères et leur éventuel désir de continuer à séjourner dans l ombre de la caverne (et donc dans l ignorance). On peut d ores et déjà indiquer que tant l allégorie de la caverne que le roman de G. Montero se fondent sur une tension dialectique et sur un parcours qui vont des apparences à la réalité, de l ignorance à la connaissance. Au demeurant, une analyse serrée du roman nous permettra de corroborer ce lien entre l espace de Grenade sous le franquisme et l espace de la caverne. Tout d abord, il est significatif que le roman cite, dès les premières lignes, un vers du poète Blas de Otero extrait du recueil Ange farouchement humain (Ángel fieramente humano). On notera que ce recueil daté de 1950 correspond à peu près au temps diégètique (1963) du roman. Néanmoins, la présence de ce vers, tiré du poème «Homme», se justifie surtout par sa charge sémantique. Il y est question d un «Ange ayant pour chaînes de grandes ailes» («Ángel con grandes alas por cadenas»). Comme son titre le suggère, ce poème très connu 12 Perceval Frutiger, Les mythes de Platon, Paris, Félix Alcan, 1930, p ; Geneviève Droz, Les mythes platoniciens, Paris, Seuil, 1992, p Geneviève Droz, op. cit. Les lignes qui suivent synthétisent son propos. 14 Geneviève Droz, op. cit., p

6 6 tente en fait de définir la condition humaine. Il est clair que, à l instar des prisonniers platoniciens, l homme ange du poème de Blas de Otero ne peut se déprendre des chaînes qui le relient à la terre et au monde matériel. En plaçant ce vers dans l incipit du roman, le narrateur suggère implicitement qu il en va de même pour le ou les personnages du récit à venir. De plus, les personnages du roman évoluent en un lieu, Grenade, et plus globalement l Espagne, posé dès le départ comme le royaume de l ignorance. C est ce que souligne Léon, le narrateur autodiégétique du récit : «Dans ce pays, opinai je, nous sommes tous comme des enfants en âge scolaire, y compris les personnes de plus de cinquante ans. Personne ne sait rien. Nous sommes dominés par l ignorance» 15. Le personnage stigmatise, à notre sens, une double forme d ignorance. En mentionnant l école, le personnage laisse entendre qu il s agit de l ignorance de celui à qui fait défaut le bagage scolaire. Il s agit d une ignorance liée à un défaut de connaissances et à un manque de culture. Pourtant, les paroles de León renvoient également, sur un mode plus implicite, à une autre forme d ignorance répandue dans les pays totalitaires, celle liée à un défaut d information véritable. D ailleurs, quelques pages plus loin, à la lecture d un article de presse lié à l arrestation de dirigeants communistes, le personnage s insurge contre cette désinformation : «Ils les arrêtent, ils les rouent de coups au commissariat, ils font un simulacre de procès [ ]. Nous, à l Université, on le sait. [ ] Est ce que tu sais qu en Espagne on pratique la torture?» 16. En réalité, l ignorance «informative» n est pas toujours imposée par le régime. Se refuser à savoir, rester volontairement dans l ignorance peut constituer une stratégie de survie en milieu dictatorial. Une phrase leitmotiv résume bien cette ignorance revendiquée et assumée par l Espagnol lambda de cette époque : «Ça, je n ai pas besoin de le savoir» 17. Brandie telle une devise par Vicente, le collègue de travail de León, elle souligne le confort de l ignorance. Ne pas vouloir savoir, c est accepter à son corps défendant l imposition du discours dominant mais c est aussi vouloir demeurer à tout prix dans la caverne sombre mais commode de l ignorance feinte ou réelle. D ailleurs si la caverne platonicienne associe ignorance et obscurité, cette dernière n est pas absente du décor romanesque et a partie liée avec l espace et la psyché du sujet. En effet, plusieurs scènes ont lieu de nuit, ce qui permet à 15 «En este país, opiné yo, todos somos como niños en edad escolar, hasta las personas de más de cincuenta años. Nadie sabe nada. Estamos dominados por la ignorancia», Alguien dice, p «Los detienen, les pegan palizas en la comisaría, hacen una farsa de juicios [ ]. En la Universidad lo sabemos. [ ] Tú sabes que en España se tortura?», Alguien dice, p «Eso no necesito saberlo». Nous avons recensé, de manière non exhaustive, une dizaine d occurrences de cette phrase, parfois déclinée avec de légères variations (p. 15, p. 16, p. 21, p. 38, p. 41, p. 60, p. 74, p. 87, p. 97, p. 177, p. 206, p. 220). Autrement dit, elle apparaît en moyenne toutes les 20 pages.

7 7 León d évoquer les «ombres de la ville» («las sombras de la ciudad», p. 154). En outre, le protagoniste lui même se déclare habité par «les ombres de [son] abyme intérieur» («las sombras de mi abismo interior», p. 149). Si les hommes dont parle le roman de García Montero sont métaphoriquement enchaînés et plongés dans l obscurité des ombres et de l ignorance, ils sont aussi soumis, comme leurs doubles de la caverne, à une lecture du monde fondée sur les apparences. Dès le début de sa relation sentimentale avec sa collègue Consuelo, León est confronté à l importance des apparences dans le monde qui l entoure. Leur relation devient immédiatement clandestine. Consuelo craint le qu en dira t on, qu il émane de ses voisins ou de son milieu professionnel, car elle est consciente d avoir commis une double transgression sociale. Elle consent à une relation qui ne se déroule pas dans le cadre normé et catholique du mariage et, de surcroît, elle accepte une différence d âge que tous les préjugés de l époque condamnent. Il convient donc de cacher la relation pour «sauvegarder les apparences» 18. Si les apparences constituent en aval un carcan social, elles sont aussi en amont un regard sur le monde. León, le jeune narrateur et protagoniste, apparaît d abord comme un être qui juge autrui en fonction des apparences. Il ne voit dans Vicente son collègue qu un être falot, «ni gros ni mince, ni grand ni petit, ni jeune ni vieux». Il est l archétype de l homme médiocre «qui fait son travail sans chercher les problèmes» 19, «un bon employé de bureau [ ], le camarade timoré et médiocre qui ne veut rien savoir sur rien [ ]» 20. Par la suite, découvrant une visite nocturne inopinée de Vicente chez Consuelo, León se méprendra sur ses intentions et verra en lui un possible mari licencieux 21. Ce n est qu à la fin du roman qu il dépassera le stade des apparences pour découvrir qui est réellement ce personnage. Il en sera de même pour Consuelo. León voit d abord en elle une «personne conventionnelle, aux manières de secrétaire et à la coiffure de dame [ ]. Ni belle, ni laide [ ]» 22. Conformément aux idées reçues de l époque, León envisagera ensuite que Consuelo puisse être la maîtresse du patron de la 18 «guardar las apariencias», Alguien dice, p «[Sospecho que Vicente forma parte de ese tipo de personas] que cumplen con su trabajo sin meterse en problemas», Alguien dice, p «El buen oficinista [ ] el compañero acobardado y mediocre que no quiere enterarse de nada [ ]», Alguien dice, p Il est question plus loin de «la imagen de oficinista mediocre que yo he dibujado para colgársela a Vicente» [«l image d employé de bureau que j ai esquissée pour la coller à Vicente»], Alguien dice, p Alguien dice, p «una persona convencional, con modales de secretaria y peinado de señora [ ]. Ni guapa, ni fea [ ].», Alguien dice, p. 23.

8 8 maison d édition 23. À l instar des captifs de la caverne, León est prisonnier des apparences. Il n est d ailleurs pas le seul. Un autre personnage, Elena, «ne sait pas faire la distinction entre les voix et leurs échos, entre les sages et ceux qui se font passer pour tels» 24. Là où les captifs platoniciens ne voient qu ombres projetées, León et Elena ne voient que la surface des êtres, que ce que chacun veut bien laisser paraître. Dans cette ville où règnent en maîtres ignorance et apparence, un objet semble pourtant incarner le savoir : l Encyclopédie Univers, fleuron de la maison d édition pour laquelle travaillent Vicente et León. Les nombreuses ventes réalisées par ces derniers attestent du succès de ce type d ouvrage dans les années 60 («los momentos estelares de la enciclopedia», p. 99 [«l encyclopédie est à son zénith»]). Le lecteur peut légitimement avoir l impression que l espace romanesque est dominé par un savoir partagé, et ce d autant plus que l Encyclopédie symbolise depuis le Siècle des Lumières une conception totalisante et exhaustive du savoir. Dans le récit, les acheteurs réels ou potentiels sont autant les institutions officielles en faveur du régime (ministères, mairies, écoles, église) que les classes populaires (le paysan Pablo Aguayo, le vendeur de billets de loterie Juan Benavides ou le cheminot Ramiro Martin). En réalité, plusieurs éléments permettent au lecteur de comprendre que, dans cette Grenade allégorique, l Encyclopédie renvoie à une illusion de savoir. En effet, l Encyclopédie serait, aux dires de la publicité, «un résumé hiérarchisé de tout le savoir ancien et moderne» 25. Toutefois, l énumération hétéroclite et non hiérarchisée qui s ensuit met bout à bout «Jean d Autriche, la capitale de la Norvège, les maladies de la betterave, les techniques de chasse, l élevage des chardonnerets et les saines pratiques de la sexualité conjugale» 26. Cette seule énumération vient contredire et invalider la promesse d organisation du savoir vantée par la publicité. De même, la technique de vente de l encyclopédie utilisée par Vicente repose sur une lettre de l alphabet, choisie en fonction du prénom du futur acquéreur. À partir d une seule et même lettre, Vicente déroule la pelote du savoir. Le «C» de Carlos permet ainsi de passer du Cid à Charles III, puis à la notion de couleur, au nom propre Colorado et, enfin, au nom d un parti politique paraguayen conservateur, réactionnaire et anti communiste. Le savoir prend donc ici la forme d un inventaire à la Prévert, d un bric à brac pseudo savant soumis aux aléas de l alphabet. Ces informations éparses ne sauraient se substituer au savoir réel ni 23 Alguien dice, p. 26, p Alguien dice, p «un resumen jerarquizado de toda la sabiduría antigua y moderna», Alguien dice, p «[contiene muchos datos sobre] don Juan de Austria, la capital de Noruega, las enfermedades de la remolacha, las técnicas de caza, la cría de jilgueros y hasta sobre las buenas prácticas de una sexualidad familiar sana», Alguien dice, p. 21.

9 9 même constituer un socle de promotion sociale. C est ce décalage entre une aspiration sincère des classes populaires à l élévation par le savoir et le rêve trompeur de réussite sociale vendu avec l encyclopédie qui est dénoncé par le narrateur : L Encyclopédie Univers introduisait une promesse d avenir dans les foyers de la ville par le biais de commodes échéances. Elle offrait le savoir, l éducation, la culture et les rêves capables d ouvrir une porte vers l espérance à bon prix [ ]. Qu un fils ait sous la main les informations sur les îles Carolines, la capitale de la Suède [ ] supposait un motif de confiance en la vie. Je n eus pas la force de rire devant tant d ingénuité 27. L Encyclopédie n échappe pas non plus à la règle. Le savoir qu elle propose est illusion plus que réalité. Elle ne se donne pas à voir comme véritable objet de savoir mais plutôt comme lieu de mystification culturel et idéologique. L allégorisation de l espace diégétique se construit donc à partir de la mise en évidence de faux semblants et de leurres, sous toutes leurs formes. Pour autant, la référence implicite à la caverne platonicienne n est que le premier volet de ce processus. La citation baudelairienne : une allégorisation explicite de la ville En effet, un passage des Fleurs du Mal de Baudelaire, extrait du poème intitulé «Le Cygne» va venir parachever ce processus d allégorisation de l espace urbain. Dans les dernières pages du roman, León retrouve son professeur de littérature et lui raconte les temps forts de cet été initiatique. Ce récit va susciter chez son professeur la citation en français de la strophe baudelairienne : «Paris change! Mais rien dans ma mélancolie/ N a bougé! Palais neufs, échafaudages, blocs,/ Vieux faubourgs, tout pour moi devient 27 «La Enciclopedia Universo introducía en cómodos plazos una promesa de futuro en los hogares de la ciudad. Ofrecía el saber, la educación, la cultura y los sueños capaces de abrir una puerta a la esperanza por poco dinero [ ]. Que un hijo tuviese a mano los datos sobre las Islas Carolinas, la capital de Suecia [ ] suponía un motivo de confianza en la vida. No me encontré con fuerzas para reírme de tanta ingenuidad», Alguien dice, p

10 10 allégorie,/ Et mes chers souvenirs sont plus lourds que des rocs» 28. L apparition et la prise de parole de ce personnage prennent un relief tout particulier compte tenu de ce que la narration a généré chez le lecteur une attente croissante en faisant de ce personnage une sorte d Arlésienne évoqué pendant tout le roman mais jamais présent. On ajoutera que le professeur de littérature ne se contente pas de citer le passage, il le glose quelques lignes plus loin : «La réalité est une allégorie pour la mémoire. Tout ce qui nous touche demeure en nous, même si cela se perd dans le temps» 29. Dans le contexte du roman, la référence à Baudelaire vise donc pour le professeur à souligner le pouvoir de la mémoire, imperméable aux outrages du temps. Ainsi, contrairement aux objets matériels et aux êtres humains voués au vieillissement et à la disparition, Consuelo et Vicente continueront de vivre dans le souvenir de León. Ils deviendront une «allégorie», autant dire une image immuable susceptible d être décryptée par lui seul. L allégorie aurait donc à voir avec une forme d immuabilité temporelle. En tout état de cause, le lecteur de Quelqu un dit ton nom a le sentiment de frayer avec une ville plus allégorique que réelle car l un des lieux récurrents de la diégèse, le bar Lepanto, constitue une enclave où la dimension temporelle n a plus cours. Dans ce bar, le calendrier s est figé à la date du 19 avril 1960, à l image du serveur qui vit dans le souvenir de sa défunte épouse. Les nombreuses allusions au temps arrêté 30 confèrent à l espace urbain du texte une achronie qui montre à quel point celui ci excède largement sa charge référentielle «réaliste». Pour tenter de comprendre le sens de la citation de Baudelaire dans le roman, il faut rappeler que le sens et la portée d une citation change dès qu on la déplace dans un autre texte. Comme l a montré Antoine Compagnon : «La citation est un énoncé répété et une énonciation répétante : en tant qu énoncé, elle a un sens, [ ] en tant qu énoncé répété elle a également un sens [ ]. Rien ne permet d affirmer que ces sens sont les mêmes ; au contraire, tout laisse supposer qu ils sont différents [ ]» 31. Il nous faut nous demander quelles implications comportent le changement d énonciation (ce n est plus Baudelaire mais un professeur de littérature qui parle), l hybridité générique (le vers cité ne fait plus partie intégrante d un poème mais d un roman) et le transfert spatiotemporel (nous ne sommes plus dans le Paris de la fin du XIX e mais dans la Grenade du milieu du XX e ) liés à cette citation intertextuelle. 28 Luis García Montero, op. cit., p Luis García Montero, op. cit., p. 201 : «La realidad es una alegoría para la memoria. Todo lo que nos afecta permanece en nosotros, aunque se pierda en el tiempo». 30 Alguien dice, p. 12, p. 18, p. 37, p. 88, p. 96, p. 98, p , p. 165, p. 189, p Antoine Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, p. 68.

11 11 Au niveau temporel, le vers baudelairien rend sensible tant dans Les Fleurs du Mal que dans le roman la subjectivisation du temps propres à la mémoire et sa conséquence éventuelle, la mélancolie. En revanche, le jeu spatial Paris/Grenade, induit par la citation, produit un glissement. Par ce biais, Paris transmet ses attributs allégoriques à Grenade. Autrement dit, la référence à un Paris allégorique oriente la lecture du roman et incite le lecteur à envisager l espace urbain du texte à travers cet intertexte. Pour bien comprendre, il faut rappeler que «Le Cygne» de Baudelaire est publié aux environs de 1860 et que la toile de fond du poème renvoie à un Paris en chantier que les travaux du plan Haussmann commencent à rendre méconnaissable. Ainsi, à cause de ces transformations urbanistiques, le promeneur du poème peine à reconnaître le Paris qu il a toujours connu. Gérard Gazarian commente en ces termes la strophe citée : [ ] Baudelaire se montre surtout sensible [ ] à la transition entre l ancien et le nouveau. Ce spectacle toujours changeant lui apparaît [ ] en tant que «tableau» allégorique de la confusion où son écriture plonge un sujet lui aussi en transition, [ ] à cheval entre le passé et l avenir. En s exclamant que «Paris change!», Baudelaire fait l éloge d une dynamique urbaine dans laquelle il voudrait être pris mais à laquelle sa mélancolie l empêche de participer pleinement. À la différence du poète, la capitale ne craint pas la modernité. [ ] Par son dynamisme, la cité moderne exhorte le poète à «tout» voir désormais dans une nouvelle lumière [ ]. Au regard mélancolique exclusivement tourné vers le passé, la ville oppose et propose ici une perspective allégorique où l ancien et le nouveau apparaissent pêle mêle. [ ] Au regard de cette nouvelle vision, «Paris change» : les «vieux faubourgs» deviennent des «palais neufs» comme si tout apparaissait désormais non dans son être mais dans son devenir, comme une allégorie du changement même 32. Ce commentaire rend sensible un jeu dialectique entre passé et avenir à la fois en ce qui concerne le moi poétique et l espace urbain. Or, on retrouve cette même tension dialectique à l œuvre dans le roman. Si le moi du poème baudelairien est partagé entre une modernité qui l attire et un passé qui le rassure, de même León, le narrateur, est précisément un sujet en transition. Son 32 Gérard Gazarian, «Diptyque parisien», L année Baudelaire. Baudelaire, Paris, l Allégorie, Paris, Klincksieck, 1995, p [p citées].

12 12 présent le rattache à un milieu terre à terre en prise avec le travail et l argent (la maison d édition) tandis que son avenir le pousse du côté des idées et des idéaux à travers l écriture (il souhaite devenir écrivain) et la politique (il va s engager aux côtés de la Résistance antifranquiste). Ce sujet en devenir évolue dans une ville, Grenade, associée à la fois à l enfermement 33 et à un double immobilisme : le flux du temps qui semble s être figé mais aussi le flux d une eau qui semble s être tarie. L évocation récurrente de la sécheresse constitue tout autant une référence métaphorique à l autarcie et à la dictature franquistes qu une allusion à la phraséologie obsessionnelle d un Franco hanté dans tous ses discours par la «sécheresse persistante» 34. Cependant, derrière cet immobilisme aussi réel que métaphorique, Grenade nous est présentée comme un lieu en secrète mutation. Comme le Paris haussmannien de Baudelaire, la Grenade de García Montero se transforme, non pas en montrant ostensiblement son nouveau visage mais bien plutôt de manière souterraine. C est ce que découvre León, à la fin du roman : «Maintenant, je connaissais bien mieux la ville palpitante, qui se faisait et se défaisait au delà du monde de l Université» 35. Grenade s avère être un lieu où s agitent des forces clandestines, communistes et antifranquistes, qui oeuvrent à un changement politique. La citation baudelairienne autorise le lecteur à voir dans cette Grenade franquiste mais aussi résistante une «allégorie du changement». On signalera enfin que le poème cité se termine par ces mots : «Je pense aux matelots oubliés dans une île,/ aux captifs, aux vaincus!...à bien d autres encor!». Bien que ces vers n apparaissent pas dans le roman, on peut imaginer qu ils sont inscrits en creux dans le texte. En tout état de cause, les «vaincus» et les «captifs» baudelairiens nous font songer à ces êtres situés du mauvais côté de l histoire 36 décrits par García Montero. De même, l insularité qu évoque Baudelaire pourrait s appliquer autant à la péninsularité géographique de l Espagne qu à son autarcie politique (Grenade renvoyant par métonymie à l Espagne). 33 L image récurrente des chaussures qui enferment le pied au prix d une douleur constante a évidemment valeur métaphorique. 34 La «pertinaz sequía» constitua, essentiellement au lendemain de la Guerre Civile, un élément de langage omniprésent dans tous les discours franquistes. Voir à ce sujet Joaquín Bardavío et Justino Sinova, «Pertinaz sequía», Todo Franco. Franquismo y antifranquismo de la A a la Z, Barcelone, Plaza & Janés, 2001, p Alguien dice, p En tant que vaincu, le père de León dit à son fils que l histoire n est pas de leur côté [ «la historia no está de nuestra parte»], Alguien dice, p. 87.

13 13 En guise de conclusion, on peut d une part, s interroger sur le lien entre les deux allégories étudiées et, de l autre, sur la pertinence et la modernité de la figure de l allégorie. Pour répondre à la première question, il importe de souligner que les allégories platonicienne et baudelairienne se fondent toutes deux sur la primauté du voir. Dans l allégorie platonicienne, le voir est corrélé au savoir. La singularité de León réside, dès les premières pages, dans son désir d «apprendre à voir» 37. Le cheminement du personnage vers l engagement politique aide le lecteur à mieux comprendre la nature de ce voir et de ce savoir. Dans l allégorie baudelairienne, l exclamation «Paris change!», ou son doublet implicite «Grenade change!», constitue une invite à voir l invisible, le dessous des apparences. C est dans cette injonction à dépasser les apparences que ces deux allégories se rejoignent et qu elles transcendent leur cadre, philosophique ou poétique, pour proposer plus largement au lecteur par le biais du littéraire un cadre axiologique fondé sur les notions de connaissance, de résistance et de liberté. Avant de répondre à la question plus globale de la résurgence de l allégorie, il faut préciser que le recours à une figure cryptée en période dictatoriale semble justifié voire nécessaire, compte tenu de la censure. En revanche, cela semble quelque peu paradoxal en 2014, dans une Espagne démocratique. Plusieurs raisons peuvent expliquer, à mon sens, l utilisation de cette figure par García Montero. Tout d abord, il faut rappeler que la carrière littéraire de ce dernier repose essentiellement sur son œuvre poétique et non sur son œuvre romanesque qui est encore balbutiante. Soulignons, d ailleurs, que le titre espagnol du roman est un octosyllabe. Or, l écriture poétique, beaucoup plus que la prose, affectionne un régime d écriture habité par les images et par une forme d opacité du dire. En outre, Michèle Monte avance, à juste titre ce me semble, que «les récits de quête sont propices à une interprétation allégorique, où la quête obvie renvoie à une dimension cachée» 38. Or, à travers la littérature et l engagement dans la Résistance, la quête de León ne renvoie pas à autre chose qu à une lutte émancipatrice pour le savoir, c est à dire à une démarche de libération qui comporte un danger, comme l attestent la mort de Socrate, de Jésus Christ et de nombre de résistants. Tant la figure de l allégorie que l interprétation allégorique recèlent ou dévoilent une part d énigme et de secret. 37 Alguien dice, p. 18. Cette importance du voir sera d ailleurs réaffirmée par le personnage principal au terme de son parcours initiatique : «J avais un rapport bien différent à la ville. J avais appris à regarder [ ]», Alguien dice, p Michèle Monte, art. cit., p. 218.

14 14 Partant, mieux que d autres types de figures ou d interprétations, elles s adaptent à un texte décrivant un parcours individuel et collectif d où ne sont exclus ni le secret, ni la duplicité. Bibliographie BARDAVÍO, Joaquín, et SINOVA, Justino, «Pertinaz sequía», Todo Franco. Franquismo y antifranquismo de la A a la Z, Barcelone, Plaza & Janés, BAUDELAIRE, Charles, Les Fleurs du Mal, Paris, Flammarion, COMPAGNON, Antoine, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, COUTON, Georges, Écritures codées. Essais sur l allégorie au XVII e siècle, Paris, Aux amateurs de livres, DROZ, Geneviève, Les mythes platoniciens, Paris, Seuil, DUPRIEZ, Bernard, «Énigme», Gradus. Les procédés littéraires, Paris, Union générale d éditions, 1984 FRUTIGER, Perceval, Les mythes de Platon, Paris, Félix Alcan, GARCÍA MONTERO, Luis, Alguien dice tu nombre, Madrid, Alfaguara, GARDES TAMINE, Joëlle (coord.), L allégorie corps et âme. Entre personnification et double sens, Université de Provence, GAZARIAN, Gérard, «Diptyque parisien», L année Baudelaire. Baudelaire, Paris, l Allégorie, Paris, Klincksieck, MAILLARD, Pascal, «Homo bulla : pour une poétique de l allégorie», L année Baudelaire, n 1, MORFAUX, L. M., «Allégorie [esth.]», Les notions philosophiques (I), Paris, Presses Universitaires de France, 1990.

15 15 OTERO, Blas de, Ángel fieramente humano, Madrid, Ínsula, PEPIN, Jean, Mythe et allégorie. Les origines grecques et les contestations judéochrétiennes, Paris, Études augustiniennes, RIPA, Cesare, Iconologie où les principales choses qui peuvent tomber dans la pensée touchant les vices sont représentées (ed. 1643), Paris, Aux Amateurs de Livres, VANDENDORPE, Christian, «Allégorie et interprétation», Poétique, n 117, février VOUILLOUX, Bernard, «Le retour de l allégorie», Modernités. Déclins de l allégorie?, n 22, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006.

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

L étude de paysage en géographie

L étude de paysage en géographie L étude de paysage en géographie Par Stéphane Chauvin, Christophe Desquesnes INTRODUCTION : RESITUER L ÉTUDE DU PAYSAGE DANS LA DISCIPLINE L étude de paysage constitue un des thèmes majeurs à développer

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

BAT-Calderon Prince Constant 15/09/2005 17:08 Page 1 LE PRINCE CONSTANT 1

BAT-Calderon Prince Constant 15/09/2005 17:08 Page 1 LE PRINCE CONSTANT 1 LE PRINCE CONSTANT 1 LE THÉÂTRE DE CALDERÓN AUX ÉDITIONS THÉÂTRALES En coédition avec la Maison Antoine Vitez édité sous la direction de Denise Laroutis le peintre de son déshonneur suivi de le magicien

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Qualités techniques et expressives de la production du candidat

Qualités techniques et expressives de la production du candidat ARTS PLASTIQUES L évolution des modalités de passation des épreuves d Arts plastiques du CRPE offrait, cette année, un cadre d évaluation quelque peu différent de celui jusqu à lors mis en œuvre. S il

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES. Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage

DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES. Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage DES APPRENTISSAGES EN MATERNELLE/ QUELQUES PISTES Des pistes sur une séquence de graphisme Des pistes sur une séquence sur le langage Apprentissage en graphisme Introduction Recherche Activités motrices

Plus en détail

LA LANGUE DE LA PUBLICITÉ FRANÇAISE. Tri Indri Hardini (Indonésie)

LA LANGUE DE LA PUBLICITÉ FRANÇAISE. Tri Indri Hardini (Indonésie) LA LANGUE DE LA PUBLICITÉ FRANÇAISE Tri Indri Hardini (Indonésie) Les buts de la publicité vendre les produits établir une image positive de la compagnie et ses produits attirer, et amuser les consommateurs

Plus en détail

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique

Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons. Dossier Pédagogique Ma Mamie m a dit Conte de Papier et de Sons Dossier Pédagogique 1 Le Petit Chaperon Rouge 2 Le Kamishibaï 3 Créer un Kamishibaï d après le Petit Chaperon Rouge Le Petit Chaperon Rouge, un conte oral et

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Paternités imposées Aucune voix raisonnable n oserait s élever contre le droit de la femme à renoncer à être mère. Les lois vont en ce sens, autorisant l IVG ou l abandon de l enfant. Mais qu en est-il

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

FRANCAIS. Introduction. II - Démarches. I - Finalités. Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 1/11. Ministère de l'éducation nationale

FRANCAIS. Introduction. II - Démarches. I - Finalités. Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 1/11. Ministère de l'éducation nationale FRANCAIS Bulletin officiel spécial n 2 du 19 février 2009 Introduction L enseignement du français dans les classes préparatoires au baccalauréat professionnel poursuit les exigences de l enseignement du

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveaux B2/C1 : en bref trouble Thème : quand le cœur tressaille et que naît le Après une entrée dans le film par le titre et la scène

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE

LA DICTÉE À L ADULTE LA DICTÉE À L ADULTE «L enfant qui ne peut ni écrire, ni orthographier de manière suffisamment autonome peut toutefois développer ses capacités de production de textes écrits en les dictant à l adulte

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

DOCUMENT PEDAGOGIQUE

DOCUMENT PEDAGOGIQUE Musée national Marc Chagall Avenue Docteur Ménard 06000 Nice www.musee-chagall.fr Direction du développement culturel Service des visites-conférences Dossier suivi par : Cédric Scherer Tel.04 93 53 87

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy 1 Ecrire pour mieux lire : ce qu en comprennent les collègues, rapide tour de table En général : - Prendre une posture d écrivain

Plus en détail

Sommaire. introduction. chapitre 1. chapitre 2. chapitre 3. chapitre 4. chapitre 5

Sommaire. introduction. chapitre 1. chapitre 2. chapitre 3. chapitre 4. chapitre 5 Sommaire introduction 6 «Tu connais cette nature-là, des arbres superbes pleins de majesté et de sérénité [ ].» chapitre 1 12 Une passion pour les arbres chapitre 2 32 Les arbres des Pays-Bas chapitre

Plus en détail

Enseigner la compréhension au cycle 3

Enseigner la compréhension au cycle 3 Enseigner la compréhension au cycle 3 Les compétences visées chez les élèves : Programmes 2008 : La lecture et l écriture sont systématiquement liées : elles font l objet d exercices quotidiens, non seulement

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

SPECTACLES PETITE ENFANCE :

SPECTACLES PETITE ENFANCE : SPECTACLES PETITE ENFANCE : PHENOMENE DE MODE OU PROJET DE SOCIETE? Mémoire présenté pour l obtention du : DESS Management du Spectacle Vivant Promotion 2003-2004 Directeur de mémoire : René LAFITE Dominique

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants

Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Fiche Collection Le monde d aujourd hui expliqué aux enfants Une collection de livres concrets et amusants pour se repérer dans le monde des grands. SOMMAIRE Introduction p. 1 Fiche 1 L Europe p. 2 Fiche

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING Fiche d appréciation littéraire AUTEUR: SUSIE MORGENSTERN Tout le monde le dit, écouter parler Susie Morgenstern est un vrai bonheur tant son verbe est chaleureux et sa joie de vivre communicative. S ils

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

Collaborer à l écriture d un récit policier

Collaborer à l écriture d un récit policier Collaborer à l écriture d un récit policier Hélène Lentieul, Collège Albert Ball d Annoeullin, Académie de Lille Niveaux et entrées du programme Numérique et projet d enseignement Supports exploités Objectifs

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible,

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, Introduction Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, d apporter une réponse exhaustive. Il s agit d un concept vague, imprécis, et le terme de folie est facilement

Plus en détail

LES DESSOUS DE TABLE. François Mazabraud

LES DESSOUS DE TABLE. François Mazabraud LES DESSOUS DE TABLE François Mazabraud SOMMAIRE Source d inspiration : Le musée des plan-reliefs 2 Fonction et histoire du plan-relief 5 Namur : gloire et défaite d un siège 9 Ce qui entoure et soutient

Plus en détail

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE CHAPITRE 1 Le cadre général du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE Cinq intervenants ou groupe d intervenants peuvent être distingués. A Le maître de l ouvrage Le maître de l ouvrage (ou maître d ouvrage)

Plus en détail

COMPTE-RENDU d une SÉANCE de TRAVAIL en FORMATION INITIALE

COMPTE-RENDU d une SÉANCE de TRAVAIL en FORMATION INITIALE COMPTE-RENDU d une SÉANCE de TRAVAIL en FORMATION INITIALE La séance de travail proposée aux stagiaires se situe début mars après la période du stage en pratique accompagnée, les stagiaires ont déjà acquis

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

L'ART COMME OUTIL PEDAGOGIQUE. FORMATION IUFM DU 8 DECEMBRE 2008 Isabelle Sinigaglia

L'ART COMME OUTIL PEDAGOGIQUE. FORMATION IUFM DU 8 DECEMBRE 2008 Isabelle Sinigaglia L'ART COMME OUTIL PEDAGOGIQUE. FORMATION IUFM DU 8 DECEMBRE 2008 Isabelle Sinigaglia Le point sur le programme thème 3 : PARCOURS DE PERSONNAGES. CAPACITÉS : Champs linguistique : Analyser comment le personnage

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin.

cœur ; les objets que je distingue mal dans l ombre du soir me donnent une envie folle de me sauver. J ai peur la nuit, enfin. Réécriture Réécriture Réécriture La nouvelle fantastique Au XIX ème siècle, un genre nouveau naît et se développe : la nouvelle fantastique. La nouvelle est un récit bref, présentant des personnages peu

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

L égalité scientifique dans les programmes de 1925

L égalité scientifique dans les programmes de 1925 la ruine de la culture générale scientifique 1 Eric Barbazo 2 ENSEIGNEMENT L égalité scientifique dans les programmes de 1925 Le projet ministériel, qui confond tous les élèves dans les mêmes classes,

Plus en détail

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème )

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Titre : Comme le Petit Chaperon Rouge de Perrault, apprenons à nous méfier des apparences... Pré requis de

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom :

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom : R Projet d écoute Texte ludique : Fais ton ménage! FLA 10-2 Cahier de l élève Nom : Fais ton ménage! DESCRIPTION DU PROJET Tu écouteras un extrait intitulé : Les petits pouvoirs de Suzanne Lebeau. L extrait

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

EXPOSITION UNE PETITE FILLE DE 50 ANS. Une exposition produite par le Festival international de la bande dessinée

EXPOSITION UNE PETITE FILLE DE 50 ANS. Une exposition produite par le Festival international de la bande dessinée EXPOSITION UNE PETITE FILLE DE 50 ANS Une exposition produite par le Festival international de la bande dessinée «Puisque nos fils vont devenir de notre fait autant de Mafalda, la plus élémentaire prudence

Plus en détail

Quelques remarques sur l usage du téléphone portable en cours d arts plastiques

Quelques remarques sur l usage du téléphone portable en cours d arts plastiques Quelques remarques sur l usage du téléphone portable en cours d arts plastiques Les notes qui suivent ont vocation à vous faire partager des pistes de réflexion quant à la production d images par les élèves

Plus en détail

Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5

Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5 Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5 HISTOIRE DES ARTS - 3e LES JOUEURS DE SKAT 1 : IDENTIFICATION : Artiste : Otto DIX (Allemagne, 1891-1969) Titre : Les

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE DANS LES PORTFOLIOS EUROPEENS DES LANGUES Francis Goullier Portfolio européen des langues Maquettes et ressources 1 Comment prendre

Plus en détail

MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com TEST ESPAGNOL NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE :

MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com TEST ESPAGNOL NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE : MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com SOCIETE : RESPONSABLE FORMATION : TEST ESPAGNOL TELEPHONE : FAX : NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE : TELEPHONE : FAX : DATE DU TEST ECRIT

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Le tableau fascinant d un savant fou

Le tableau fascinant d un savant fou Le tableau fascinant d un savant fou 6 ème Piste de travail explorée : Utiliser un outil de sondage en ligne pour créer un questionnaire d évaluation à destination des élèves. Le traitement informatique

Plus en détail

LITTÉRATURE DE JEUNESSE AU PRÉSENT

LITTÉRATURE DE JEUNESSE AU PRÉSENT www.pub.u-bordeaux3.fr DISPONIBLE EN LIBRAIRIE COURANT JUIN 2015 Sous la direction de Christiane CONNAN-PINTADO et Gilles BÉHOTÉGUY LITTÉRATURE DE JEUNESSE AU PRÉSENT Genres littéraires en question(s)

Plus en détail

Indications pour les références dans un mémoire

Indications pour les références dans un mémoire J.C. Bologne, Iconographie - Iconologie Indications pour les références dans un mémoire I. Comment référencer en bibliographie? Le nom de l auteur apparaît toujours en premier. La bibliographie est classée

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 Thème : adolescence : vie révée / vie réelle Après une mise en route sur les motivations qui poussent un jeune à quitter son

Plus en détail

Spectacle pour acteurs et marionnettes. Mise en scène collective. 6, place du Terrail Tél : 06 10 16 43 55 83440 Tourrettes

Spectacle pour acteurs et marionnettes. Mise en scène collective. 6, place du Terrail Tél : 06 10 16 43 55 83440 Tourrettes Spectacle pour acteurs et marionnettes Mise en scène collective Administration Contact Théâtre des 4 Vents Philip Ségura 6, place du Terrail Tél : 06 10 16 43 55 83440 Tourrettes Tél : 04 94 84 78 86 e-mail

Plus en détail

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image

Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Le rapport avec le texte : les différentes fonctions de l image Une fonction descriptive Par la redondance avec le texte, elle apporte des précisions quand à la description des lieux et de personnages,

Plus en détail

NOTE FINALE : / 60 FRANÇAIS LIVRET DES TÂCHES. 9 e théorique 9 e PROCI niveau avancé EPREUVE COMMUNE 2013 / 2014 NOM ET PRÉNOM : LYCÉE ET CLASSE :

NOTE FINALE : / 60 FRANÇAIS LIVRET DES TÂCHES. 9 e théorique 9 e PROCI niveau avancé EPREUVE COMMUNE 2013 / 2014 NOM ET PRÉNOM : LYCÉE ET CLASSE : EPREUVE COMMUNE 2013 / 2014 NOTE FINALE : / 60 FRANÇAIS LIVRET DES TÂCHES 9 e théorique 9 e PROCI niveau avancé DATE : Mardi 3 juin 2014 DURÉE : 2 leçons NOM ET PRÉNOM : LYCÉE ET CLASSE : A. COMPRÉHENSION

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

Nouvelle Lumière sur La Sagesse ancienne Le quatrième Chemin.

Nouvelle Lumière sur La Sagesse ancienne Le quatrième Chemin. Nouvelle Lumière sur La Sagesse ancienne Le quatrième Chemin. Le caractéristique le plus flagrante du cycle prochain sera une émanation de la psychologie. Vu de l avis du psychologue moderne un nouveau

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement. http://www.reseaueval.org

Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement. http://www.reseaueval.org article Etudier valoriser organiser L évaluation dans les pratiques professionnelles LES REFERENCES DE L INTERVENANT Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement http://www.reseaueval.org

Plus en détail