TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ"

Transcription

1 TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

2 Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications de l Organisation mondiale de la Santé auprès de l équipe Marketing et diffusion, Organisation mondiale de la Santé, 20 avenue Appia, 1211 Genève 27 (Suisse) (téléphone : ; télécopie : ; adresse électronique : Les demandes relatives à la permission de reproduire ou de traduire des publications de l OMS que ce soit pour la vente ou une diffusion non commerciale doivent être envoyées à l unité Publications, à l adresse ci-dessus (télécopie : ; adresse électronique : Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n impliquent de la part de l Organisation mondiale de la Santé aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La mention de firmes et de produits commerciaux n implique pas que ces firmes et produits commerciaux sont agréés ou recommandés par l Organisation mondiale de la Santé ou l ONUSIDA, de préférence à d autres. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu il s agit d un nom déposé. L Organisation mondiale de la Santé, l ONUSIDA et l Institut de Médecine tropicale d Anvers (Belgique), n affirment ni ne garantissent que les évaluations réalisées avec le VIH mentionnées dans le présent document sont justes, exhaustives et/ou exemptes d erreur. L OMS, l ONUSIDA et l Institut de Médecine tropicale déclinent toute responsabilité concernant l usage des données présentées, y compris l indemnisation des préjudices subis à la suite de leur utilisation. Contact : Dr G. Vercauteren, Technologie essentielle de la santé OMS 20 avenue Appia 1211 Genève 27 Suisse Ce document peut être consulté sur Internet à l adresse :

3 NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 POUR LE VIH/SIDA La récente implantation de traitements antirétroviraux (ARV) abordables et génériques dans les régions à ressources limitées fut une étape importante dans la lutte contre le VIH/SIDA. A la fin de l année 2003, seulement personnes vivant dans les régions les plus touchées par l épidémie du VIH avaient bénéficié des ARV. L objectif de l OMS est d offrir les ARV à 3 millions de personnes d ici la fin de 2005 en ciblant les pays les plus affectés par l épidémie du VIH et dont les ressources sont limitées. Cette situation exige de toute urgence une mobilisation mondiale dans le but d accélérer l accessibilité aux traitements et aux soins liés au HIV. Pour y arriver, il faut que les traitements et les outils de suivi en laboratoire soient accessibles. La numération des lymphocytes T CD4 dans le sang périphérique est un outil de laboratoire essentiel au suivi des patients infectés par le VIH. Les lymphocytes T CD4, aussi appelés T auxiliaire «T helper», coordonnent la réponse immunitaire le mécanisme de défense de l organisme contre les microorganismes et certaines formes de cancer. Ce sont les cellules cibles du VIH. L infection par le VIH détruit les cellules T CD4, affaiblissant progressivement le système immunitaire menant ultimement au syndrome d immunodéficience acquise. Le taux de CD4 est un paramètre essentiel au suivi de l infection au HIV De très faibles taux de CD4 indiquent un stade avancé de la maladie et une immunodéficience du mécanisme de défense. Chez les patients infectés par le VIH, la surveillance du taux de lymphocytes T CD4 du sang périphérique permet : - D évaluer le degré de détérioration immunitaire et la rapidité de la progression vers le stade SIDA ; - De définir, à l aide des manifestations cliniques, le moment propice de l initiation de la thérapie antirétrovirale; - D envisager la mise en route de traitements préventifs des infections opportunistes; et - D évaluer l efficacité thérapeutique Chez les sujets adultes, on mesure le taux absolu de lymphocytes T CD4 alors que chez les jeunes enfants et les nourrissons la proportion de lymphocytes T CD4 (pourcentage par rapport aux lymphocytes totaux) est plus instructive. Différentes techniques de numération des lymphocytes T CD4 Actuellement, on trouve deux catégories de techniques de numération CD4 : méthodes manuelles et automatisées. Les méthodes automatisées comprennent la cytométrie en flux et les cytomètres spécialisés. Les méthodes manuelles regroupent les essais qui nécessitent l utilisation du microscope ou du lecteur ELISA. De nouvelles méthodes basées sur microréseau (micro-array) ou sur bandelettes réactives (dipstick) sont présentement en développement et seront probablement commercialisées dans quelques années. Un des défis lié aux techniques alternatives est de bien différencier les lymphocytes T CD4 des monocytes qui possèdent aussi en surface une molécule de CD4. L incapacité à distinguer ces deux populations 1

4 cellulaires contribuerait à surestimer le taux de CD4, influant sur l accessibilité au traitement de ceux qui peuvent en avoir besoin. Méthodes automatisées Cytométrie en flux En raison de la justesse, de la précision et de la reproductibilité de cette méthode, la cytométrie en flux est considérée comme la méthode de référence pour la mesure des taux de lymphocytes T CD4. Bien que les instruments du commerce proposés par différents fabricants soient coûteux ($US ) cette technologie permet d analyser rapidement un grand nombre d échantillons tout en offrant une grande polyvalence d utilisations dans le domaine biomédical, la numération des CD4 n est qu une utilisation parmi tant d autres. La numération des CD4 par cytométrie en flux est relativement complexe, techniquement exigeante et coûteuse. Cependant, de nouvelles techniques de traitement des échantillons ont rendu l utilisation de la cytométrie en flux possible pour les milieux à ressources limitées. Toutefois, la rentabilité de cette technologie demeure étroitement liée à un entretien soutenu. De plus, il est essentiel que les opérateurs de cytomètres en flux soient qualifiés dans tous les aspects techniques et biologiques de la numération CD4. Bien que le coût des instruments constitue un frein à l utilisation répandue de cette technique, la venue prochaine d instruments portatifs simples peut modifier cette situation. La cytométrie en flux présente plusieurs options pour la numération de lymphocytes T CD4 absolue (Tableau 1). Dans les essais à double plateforme, le taux absolu de CD4 est obtenu en combinant le pourcentage de lymphocytes T CD4 du cytomètre en flux à la mesure de lymphocytes totaux de l analyseur hématologique. Dans les essais à simple plateforme, on utilise uniquement le cytomètre en flux pour mesurer à la fois les valeurs relatives et absolues des lymphocytes T CD4. Il y a présentement deux techniques à simple plateforme : les instruments de type volumétrique et l utilisation de microfluorosphères. La complexité de la numération de CD4 par cytométrie en flux varie selon qu on utlilise un panel constitué d un seul tube ou de six, chacun pouvant contenir entre un et quatre réactifs (anticorps monoclonaux). Plusieurs facteurs peuvent influencer la sélection de la méthode appropriée : l âge du patient, les exigences du clinicien, le délai entre le prélèvement et son arrivée au laboratoire, le choix de la plateforme (simple ou double). Les cytomètres spécialisés Les cytomètres spécialisés sont des systèmes conçus exclusivement pour une seule application soit la numération des lymphocytes T CD4 et CD8, et ce, sans l aide des analyseurs hématologiques (Tableau 2). Ces instrument sont plus faciles à utiliser et moins chers que les cytomètres classiques. Cependant, ils n offrent aucune flexibilité dans les analyses ou le choix des réactifs. Leurs coûts d opération peuvent être élevés et la quantité d échantillons qui peut être analysée dans une journée est plus faible. Le FACSCount (Becton Dickinson Immunocytometry Systems, É.-U.), un système établi selon le principe de la 2

5 cytométrie en flux, est présentement le seul cytomètre spécialisé qui a été évalué et qui est largement répandu. Depuis peu, différents appareils spécialisés qui ne fonctionnent pas tous selon les principes de la cytométrie ont fait leur apparition sur le marché alors que d autres seront bientôt commercialisés. Méthodes manuelles Les méthodes présentement disponibles utilisent la microscopie optique ou à fluorescence. De plus, elles requièrent d autres équipements tels que les centrifugeuses et les dispositifs magnétiques. Ces tests sont conçus pour répondre aux exigences des laboratoires qui ont peu de ressources et qui ont une très faible quantité d échantillons à traiter. Toutefois, leurs coûts d opération ne sont pas toujours inférieurs aux méthodes automatisées. Le tableau 2 met en évidence la performance de deux méthodes présentement sur le marché. Ces méthodes sont Cyto-Spheres (Coulter Corporation, É.-U.) et Dynabeads (Dynal AS, Norvège). D autres méthodes telles que Capcellia (Bio-Rad, É.-U.), OPTI-CIM (CIMA, Cuba), TRAxELISA (Innogenetics, Belgique), Zymmune (Zynaxis Inc., É.-U.) et le dosage de la phosphatase immunoalcaline ne sont plus commercialisées et/ou sont obsolètes. Résumé En résumé, les technologies couramment offertes pour la numération des lymphocytes T CD4 reposent sur des principes distincts et des caractéristiques opérationnelles différentes. Les facteurs qui devraient guider un laboratoire dans le choix d une technologie appropriée sont la portée de l analyse (routine vs recherche), le groupe d âge des patients (le pourcentage des CD4 requis en pédiatrie), la quantité d échantillons à traiter et les ressources disponibles (financières, humaines et infrastructure). 3

6 Tableau 1. La cytométrie en flux pour la numération des lymphocytes T CD4 Fabricants Paramètre Plateforme double a Plateforme simple Principe Volumétrique b Principe Microfluorosphères c Partec GmbH (Munster, Allemagne) d Becton Dickinson Coulter Corporation (FL, É.-U.) Partec GmbH (Munster, Allemagne) d Guava Technologies Becton Dickinson Coulter Corporation (FL, É.-U.) Coût de l instrument ($US) Coût des réactifs/test ($US) Échantillon Sang total Sang total Sang total Résultats Taux absolu de CD4 Taux absolu de CD8 CD4% et CD8% rapport lymphocytaire Cellules B et NK possible Taux absolu de CD4 Taux absolu de CD8 CD4% et CD8% rapport lymphocytaire Cellules B et NK possible Taux absolu de CD4 Taux absolu de CD8 CD4% et CD8% rapport lymphocytaire Cellules B et NK possible Échantillons traités /jour Jusqu à 200 Jusqu à 50 Jusqu à 200 Avantages Désavantages Précision du pipettage non requise Analyse à un seul tube possible sans problème de CQ Analyseur hématologique requis Sujet aux erreurs de transcription ou de calcul Échantillons frais requis pour la numération absolue Microfluorosphères ou analyseur hématologique non requis Protocoles pour l analyse d échantillons>24hres disponible Précision du pipettage requise Le CQ interne du pipettage requiert deux tubes Instruments n ont pas encore été évalués dans une étude multicentrique indépendante Cellules B et NK sous-populations lymphocytaires; CQ Contrôle de la qualité; EQE Programme externe d évaluation de la qualité Analyseur hématologique non requis Protocoles pour l analyse d échantillons>24hres disponible Précision et exactitude du pipettage requis Le CQ interne du pipettage requiert deux tubes Microfluorosphères sont coûteuses et doivent être manipulées avec soin a Les cytomètres des trois fabricants peuvent utiliser cette plateforme pour mesurer les valeurs absolues puisque les résultats sont le produit du cytomètre et de l analyseur hématologique. b Les instruments volumétriques sont conçus pour mesurer le volume de l échantillon et évaluer directement le taux absolu sans l analyseur hématologique ou les microfluorosphères. c Cette plateforme est compatible avec les cytomètres des trois fabricants. d Les instruments de ce fabricant, incluant CyFlow, n ont pas encore été évalués en tant que plateforme volumétrique de numération de CD4 dans une étude multicentrique indépendante. 4

7 Fabricant Instrument Tableau 2. Méthodes manuelles et spécialisées pour la numération des lymphocytes T CD4 TECHNOLOGIES SPÉCIALISÉES TECHNIQUES MANUELLES FACSCount CyFlow Counter Cyto-Spheres Dynabeads Becton Dickinson Compteur conçu pour la numération CD4 Partec GmbH (Munster, Allemagne) Compteur conçu pour la numération CD4 Coulter Corporation (FL, É.-U.) Haemocytomètre Microscope optique Mode d opération Cytométrie en flux Cytométrie en flux Observation directe des lymphocytes rosettés par les Système de détection microsphères Dynal AS (Oslo, Norvège) Dispositif magnétique Haemocytomètre, Microscope optique ou à fluorescence Observation directe des lymphocytes immunocapturés Fluorochromes conjugués aux Fluorochrome conjugué à AcM Microsphères de latex conjuguées à Microsphères magnétiques AcM anti-cd3, CD4 et CD8 anti-cd4 AcM anti-cd4 conjuguées aux AcM CD4 et CD8 Échantillon Sang total Sang total Sang total Sang total Résultats Taux absolu de CD4 et CD8 %CD4 et %CD8 par rapport aux T (plusieurs études internationales) Taux absolu de CD4 Taux absolu de CD4 Taux absolu de CD4 et CD8 Corrélation avec la cytométrie en flux a (valeur r ) (quelques études) (plusieurs études internationales) Coût de l instrument ($US) b Coût des réactifs /test ($US) Avantages Simple et rapide Désavantages Automatisation, peu d étapes, moins sujet à l erreur humaine Taux absolu de CD4 et CD8 Résultats obtenus rapidement Coût des réactifs élevé Limité à 12 échantillons à la fois %CD4 lymphocytaire non disponible AMc anticorps monoclonal ; EQE Programme externe d évaluation de la qualité Coût des réactifs abordable Résultats obtenus rapidement %CD4 par rapport aux lymphocytes non disponible Instrument non évalué dans une étude multicentrique indépendante Limité à 10 échantillons à la fois Méthode de comptage subjective %CD4 lymphocytaire et taux de CD8 non disponible EQE non disponible 0.94 and 0.96 (plusieurs études internationales) Simple et rapide Taux absolu de CD4 et CD8 Limité à 6 échantillons à la fois Méthode de comptage subjective %CD4 lymphocytaire non disponible EQE non disponible a L analyse de la corrélation issue de la régression linéaire est inappropriée à l étude comparative de méthodologies. La méthode appropriée est l analyse de la concordance. Malheureusement, les études publiées ne font pas usage de cette méthode pour l évaluation comparative à la cytométrie en flux. C est pourquoi nous rapportons seulement les valeurs r b Selon qu un microscope optique ou à fluorescence a été utilisé. c Très prochainement, le coût des réactifs pourrait chuter de façon substantielle. 5

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens Résumé Avril 2015 Analyse mondiale de la situation dans les pays : Réponse à la résistance aux antimicrobiens

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Ligne de systèmes HumaCount

Ligne de systèmes HumaCount Ligne de systèmes Automates d hématologie et de comptage CD4 / %CD4 > Fiables > Économiques > A la pointe de la technologie Hématologie Analyseur automatisé d hématologie et cytomètre de flux Analyseurs

Plus en détail

COURS POUR EXPEDITEURS 2015-2016. Introduction Formation pour le transport des matières infectieuses. Capacités mondiales, alerte et action

COURS POUR EXPEDITEURS 2015-2016. Introduction Formation pour le transport des matières infectieuses. Capacités mondiales, alerte et action Formation pour le transport des matières infectieuses Remerciements Page 2 de 18 Les extraits des Recommandations relatives au transport des marchandises dangereuses, Règlement type, 18e édition révisée,

Plus en détail

RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL

RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL RÈGLEMENT SANITAIRE INTERNATIONAL Organisation mondiale de la Santé, 2008 WHO/CDS/EPR/IHR/2007.2 Bureau OMS de Lyon pour la préparation et la réponse des pays aux épidémies 58, avenue Debourg, 69007 Lyon,

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D. Module d Immunologie 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.Ait-Ali Annexe : Techniques utilisée en immunologie La majorité sont des

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Université de Ouagadougou à la vulgarisation de la technologie du CyFlow pour faciliter le suivi biologique des patients VIH+

Université de Ouagadougou à la vulgarisation de la technologie du CyFlow pour faciliter le suivi biologique des patients VIH+ Contribution de l Universitl Université de Ouagadougou à la vulgarisation de la technologie CyFlow pour faciliter le suivi biologique des patients VIH+ Pr Alfred S. TRAORE Dr Yves TRAORE BURKINA FASO service

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. Cytométrie en flux. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. Cytométrie en flux. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione Chloé Journo Jean-François Madre Informations

Plus en détail

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX120 Analyseur d hématologie 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX 120 Au cœur de l hématopoïèse Plate-forme complète de cytologie 120 échantillons

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Ce courrier a pour objet de vous informer d une action corrective urgente sur le produit suivant : produit

Ce courrier a pour objet de vous informer d une action corrective urgente sur le produit suivant : produit 20 mai 2015 NOTIFICATION ACTION CORRECTIVE URGENTE Apparition d artefacts dans la galerie d images pour CELLSEARCH Circulating Tumor Cell Kits (IVD), (Code produit 7900001) Cher client, Ce courrier a pour

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Caractérisation et différenciation des cellules souches hématopoïtiques

Caractérisation et différenciation des cellules souches hématopoïtiques Table of Contents 1. Caractérisation des cellules de la moelle osseuse... 1 1.1. Caractérisation microscopique... 1 1.2. Caractérisation cytométrique... 6 1.2.1. Les cellules différenciées de la moelle

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Rôle dans le système de gestion de la qualité Gérer les problèmes, ou traiter les erreurs est important pour que le laboratoire offre un

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01

RECUEIL DE GESTION TITRE : IDENTIFICATION MP-SCP-01 IDENTIFICATION MP-SCP-01 TITRE : PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG PRINCIPALEMENT LE VIH, LE SIDA ET L HÉPATITE B SECTEUR DE GESTION Services complémentaires et particuliers RÉSOLUTION

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing

Points forts : Amélioration de l efficacité des activités de marketing AUTOMATISATION DU MARKETING Le module d automatisation du marketing dans Microsoft Business Solutions Axapta vous offre une vue détaillée pour gérer des campagnes ciblées et personnalisées à travers tous

Plus en détail

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada CHAPITRE 9 Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada Rapport d audit de performance Le présent rapport fait état des résultats d un

Plus en détail

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015 Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi Monrovia, 22 juillet 2015 Principaux messages résumés Les participants ont reconnu que, pour les trois pays, la réunion

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Information sur la consultation/contrat de service Titre Projet Type de contrat Durée initiale Lieu d affectation CONSULTANT NATIONAL

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

PRÉSENTATION CORPORATIVE

PRÉSENTATION CORPORATIVE PRÉSENTATION CORPORATIVE 2015 Table des matières QUI SOMMES-NOUS?... 2 Notre modèle d affaires... 2 Notre positionnement... 2 Notre mission... 3 Nos valeurs commerciales... 3 NOS PRODUITS... 4 NOS SERVICES...

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Un centre sur les neurosciences

Un centre sur les neurosciences Sommaire Un centre sur les neurosciences Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 6 août 2014 Centre des sciences de la santé Sunnybrook L incidence des maladies du système

Plus en détail

Frais de déplacement et dépenses connexes

Frais de déplacement et dépenses connexes Chapitre 4 Section 4.12 Ministère des Services gouvernementaux Frais de déplacement et dépenses connexes Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.12 du Rapport annuel 2004 Contexte

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

-EPD LIGNES VERTES LIGNES TIR-EPD VERTES LIGNES VERTES TIR NES VERTES TIR-EPD TIR-EPD LIGNES VERTES TIR-EPD LI

-EPD LIGNES VERTES LIGNES TIR-EPD VERTES LIGNES VERTES TIR NES VERTES TIR-EPD TIR-EPD LIGNES VERTES TIR-EPD LI -EPD LIGNES VERTES LIGNES TIR-EPD VERTES LIGNES VERTES TIR NES VERTES TIR-EPD TIR-EPD LIGNES VERTES TIR-EPD LI EPD DOUANE ZOLL S TEMPS RÉDUIRE LES D ATTENTE TEMPS D ATTENTE AUX AUX FRONTIÈRES RÉDUIRE LES

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS

NORME 12 TABLEAU DE NOTATION DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 TABLEAU DE DES ÉLÉMENTS et FORMULAIRES D ÉVALUATION DES ÉLÉMENTS NORME 12 : SERVICES DE SANTÉ, DE CONSEILS PERSONNALISÉS ET D AIDE FINANCIÈRE À L INTENTION DES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE Une faculté

Plus en détail

GARANTIE LIMITÉE DU FABRICANT POUR LES TERMINAUX NOKIA AVEC WINDOWS PHONE

GARANTIE LIMITÉE DU FABRICANT POUR LES TERMINAUX NOKIA AVEC WINDOWS PHONE GARANTIE LIMITÉE DU FABRICANT POUR LES TERMINAUX NOKIA AVEC WINDOWS PHONE REMARQUE! La présente garantie limitée du fabricant («Garantie») ne s applique qu aux terminaux Nokia avec Windows Phone originaux

Plus en détail

Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr

Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr CNR Syphilis Service de Dermatologie Vénéréologie Hôpital Cochin Pavillon Gustave Roussy, Laboratoire de Dermatologie Etage 4, porte 405-8,

Plus en détail

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream

Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI. Document de présentation technique d Allstream Guide des réseaux convergents à lignes groupées SIP destiné aux responsables des TI Document de présentation technique d Allstream Table des matières Introduction 3 Architecture de réseau SIP 4 Avantages

Plus en détail

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3 Assurance et cautionnement de contrats (CIB) Octroi de crédit, souscription de prêts, facturation, recouvrement et surveillance Rapport de vérification final Rapport n o 12/13 17 février 2014 Diffusion

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE Les événements de l année en Médecine Microbiologie clinique 2012 Paris 27 janvier 2012 C.Cattoen - Valenciennes Préambule Vérification en continu du processus analytique

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Rôle dans le système de gestion de la qualité La gestion de l approvisionnement, la gestion des achats et des stocks est une composante

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement

GenoLyse VER 1.0. Notice d'utilisation IFU-51610-09. pour usage diagnostique in vitro uniquement GenoLyse VER 1.0 Notice d'utilisation IFU-51610-09 pour usage diagnostique in vitro uniquement 10/2012 GenoLyse Kit d Extraction d ADN Bactérien Veuillez lire attentivement la notice d utilisation dans

Plus en détail

Formation à la gestion de la qualité destinée aux services de transfusion sanguine

Formation à la gestion de la qualité destinée aux services de transfusion sanguine WHO/EHT/10.03 Formation à la gestion de la qualité destinée aux services de transfusion sanguine Modules 9 12 Organisation mondiale de la Santé 2010 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer

Plus en détail

Indicateurs de performance et méthodes de calcul

Indicateurs de performance et méthodes de calcul Indicateurs de performance et méthodes de calcul Le personnel des bibliothèques peut consulter dans StatBib des indicateurs de performance pour évaluer l utilisation des ressources et des services qu elles

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 La présente Instruction contient des dispositions générales pour le processus

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Fiche Contenu 1-1 : L importance de la qualité au laboratoire

Fiche Contenu 1-1 : L importance de la qualité au laboratoire Fiche Contenu 1-1 : L importance de la au laboratoire Définition de la Niveau de justesse exigé Les conséquences négatives d une erreur de laboratoire Minimiser les erreurs au laboratoire La au laboratoire

Plus en détail

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE Programmes de fidélisation : vous faites les règles Une solution entièrement configurable rend l expérience de fidélisation plus facile

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS

LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS FAITS ET CHIFFRES LE PREMIER VACCIN CANDIDAT CONTRE LA DENGUE POURRAIT CHANGER LA VIE DE MILLIONS D INDIVIDUS UN DEFI POUR LA SANTE PUBLIQUE MONDIALE La dengue, maladie transmise par les moustiques et

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste Compétences requises pour le technologiste de laboratoire médical généraliste au niveau d entrée Date d entrée en vigueur : examens

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Foire aux questions. Qu est-ce que le logiciel ChartMD? Pourquoi devrais-je utiliser le logiciel ChartMD?

Foire aux questions. Qu est-ce que le logiciel ChartMD? Pourquoi devrais-je utiliser le logiciel ChartMD? Ricoh Canada Inc. ChartMD Foire aux questions Foire aux questions Qu est-ce que le logiciel ChartMD? Conçu précisément pour l environnement des soins ambulatoires, ChartMD est une solution logicielle de

Plus en détail

Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne. Règles applicables à partir du 1 octobre 2004

Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne. Règles applicables à partir du 1 octobre 2004 Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne Règles applicables à partir du 1 octobre 2004 Les règles qui s appliquent pour les mouvements de chiens, de chats

Plus en détail

Guide OMS des normes relatives aux bonnes pratiques de fabrication (BPF)

Guide OMS des normes relatives aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) WHO/VSQ/97.02 ORIGINAL : ANGLAIS DISTR. : GÉNÉRALE Guide OMS des normes relatives aux bonnes pratiques de fabrication (BPF) Partie 2 : Validation OMS Vaccins et Produits Biologiques Organisation mondiale

Plus en détail

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS.

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. MENTIONS LEGALES Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. HALLOWEEN SAS, («La Société»), au capital de 95.000,

Plus en détail

Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires

Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires D après le Règlement sur les instruments médicaux Direction des produits thérapeutiques Santé Canada Rédigé par

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014)

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Les crédits de subventions octroyés par

Plus en détail

Mesure du rendement du capital investi (RCI) de Faronics Deep Freeze

Mesure du rendement du capital investi (RCI) de Faronics Deep Freeze Mesure du rendement du capital investi (RCI) de Faronics Analyse de l étude 27 août 2009 Des solutions intelligentes pour un contrôle ABSOLU www.faronics.com Téléphone : 1-800-943-6422 Télécopie : 1-800-943-6488

Plus en détail