Dossier pédagogique à l attention des enseignants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier pédagogique à l attention des enseignants"

Transcription

1

2 Dossier pédagogique à l attention des enseignants Sommaire: quelques mots sur l artiste: Olivier Blanckart l exposition, adresses et contacts le dossier propose 3 entrées: les quasi-objets les photographies les sculptures et pour chaque entrée... une page: analyse une page: croisements possibles avec les programmes de collège et lycée une page: jalons pour une exploration

3 Olivier Blanckart Artiste autodidacte,né à Bruxelles en 1959, Olivier Blanckart occupe dans le paysage de l art contemporain français une place originale. Il s est d abord révélé dans le domaine de la photographie, de la performance, puis celui de la sculpture. Au moyen de matériaux d emballage détournés (carton, papier kraft et scotch), il conçoit des œuvres singulières, réinterprétant sur le mode tantôt burlesque, tantôt grave, des icônes de la photographie d art ou du reportage, revendiquant simultanément une filiation pop très affirmée, l influence d un certain réalisme hérité du XIX e siècle et la dimension narrative de la statuaire monumentale. L exposition rassemble un ensemble représentatif d œuvres de sa production: les premiers quasi-objets, les portraits photographiques et les sculptures, du début des années quatre-vingt-dix jusqu aux œuvres les plus récentes. Autour de l exposition Apérimusées les mercredis à 18h30-9 novembre : rencontre avec l artiste novembre: regard sur les œuvres d Olivier Blanckart avec Sylvie Gatto, professeur d arts plastiques. - 4 janvier: regards croisés autour de l exposition, Art et philosophie, avec Michel Louis, professeur de philosophie janvier: visite commentée de l exposition par Laurence Collombier, responsable du service de publics. Visites guidées les dimanches à 15h (16 et 30 octobre, 13 et 27 novembre, 4 et 18 décembre, 15 et 29 janvier) Visites guidées, pour les scolaires, organisées par le service éducatif Atelier d arts plastiques pour les classes de 6 e autour de l objet Publication d une monographie à paraître en décembre 2011 Adresses et contacts Musée des Beaux Arts de Dole: Service éducatif: prendre contact avec Laurence Collombier Chargée de mission, relation collèges, lycées et musée: Sylvie Gatto

4 quasi-objets

5 quasi-objets Place de la référence : Analyse Ce sont des objets du quotidien, fonctionnels (lampes, verres, ustensiles de cuisine, canettes, ciseaux outils, ordinateurs...), décoratifs (miroirs, cadres), ou périssables (fruits..). Certains objets sont reconstitués, découpés à plat ou en volume D autres sont détournés (cadres avec calembours, volailles en tissu...) Matérialité: Les «quasi-objets» sont réalisés en matériaux de rebut (carton, calque, papier kraft, scotch) parfois avec quelques traces de peinture. Les matériaux restent bruts ou sont percés, troués, découpés. Quelques détails de l objets peuvent être collés donnant ainsi l illusion des boutons par exemple pour l accordéon. Les objets détournés peuvent être utilisés tels quels et le décalage se produit par l apport de détails («sirop d orgie» sur l étiquette de la bouteille de sirop d orgeat par exemple) Notions à repérer: forme, échelle, dimensions, silhouette, matérialité des objets, volume... Présentation: Les objets sont accumulés, mis en scène sur des étagères, ou posés par terre pouvant ainsi faire référence à un butin, un inventaire restitué, un bric et broc ou une brocante. Sens de l œuvre: L objet ainsi exposé change de statut: il passe de l objet, rebut de la société de consommation, à un objet exposé dans un musée et devient donc objet d art. C est un acte «anti-naturel» car toute chose est vouée à disparaître... Olivier Blanckart, en détournant des matériaux d emballage considérés comme rebuts de la marchandise, en faisant «de l exceptionnel avec du rien», dénonce le triomphe de la consommation boulimique. Les objets deviennent de véritables emblèmes: «la pertinence des quasi-objets tient à ce qu ils constituent un ensemble d images réinterprétées. Ce n est pas leur puissance d objet qui leur confère leur réalisme ils sont dérisoires-, c est leur capacité à être de fortes images qui en fait des objets redoutablement efficaces. Il suffit par exemple de s être promené en ville avec une minable Kalachnikov de carton en bandoulière, ou d avoir présidé à la crémation d un bonze en scotch au carrefour d une rue de Paris pour s en convaincre.» (O.Blanckart)

6 quasi-objets Croisements possibles avec les programmes Au collège L objet étant au cœur des programmes de 6 e, il est possible de retrouver de résonances à partir des 3 entrées du programme: L objet et les réalisations plastiques (fabrication, détournements, représentation 2D ou 3D) L objet et son environnement : - l objet du quotidien présenté dans un musée - le mode de présentation de l objet (étagère, bric à brac...) L objet dans la culture artistique: - repérant le changement de statut de l objet - repérant la place de l objet non artistique dans l art En classe de 3 e, l entrée: l expérience sensible du monde et des autres peut être choisie en travaillant la question du corps du spectateur et l œuvre (être devant, déambuler...) Au lycée Classe de seconde, option facultative: la matérialité des quasi-objets permet de travailler la question : réalité matérielle de l œuvre d art : matérialité / matériau. Le matériau induisant plusieurs registres à exploiter ( de l objet réel à la fabrication, le registre expressif...) En 1 ere option facultative, la question de la représentation interroge sur - Les procédés de représentation (de l objet réel aux quasi-objets ) - le cheminement de l idée à la réalisation (la démarche d O.Blanckart) En Terminale option facultative, reprenant l entrée: Mise en scène et mise en espace, le dispositif de présentation des Quasi- Objets,les jeux de mots visuels, les calembours et autres écrits d Olivier Blanckart font écho à l œuvre du programme limitatif: Série Fauna de Joan Fontcuberta.

7 quasi-objets Quelques dates repères dans l histoire de l art: Jalons pour une exploration : Marcel Duchamp et le ready-made: Roue de bicyclette : Tristan Tzara fonde la revue Dada. Grande exposition Dada à Zurich : Alberto Giacometti intègre des objets à ses sculptures. Le Surréalisme succède au Dadaïsme : Premiers assemblages en fer soudé de Picasso et Gonzalez Calder réalise le Cirque : le critique anglais L.Alloway invente le terme de Pop Art : Jasper Johns réalise des sculptures d assemblage et Rauschenberg ses Combine-paintings : Premières accumulations d objets et Poubelles d Arman. Tinguely présente le Méta Matic 17, sa machine à peindre : le «Manifeste du Nouveau Réalisme» réunit un certain nombre d artistes de générations différentes sur les principes «d une nouvelle approche et d une nouvelle perception du réel de l objet». Arman, César Christo, Deschamps, Dufrêne, Hains, Klein, Niki de Saint-Phalle, Raysse, Spoerri, Rotella, Tinguely Villeglé : Johns réalise ses bronzes peints (série de boîtes de bière en bronze) Arman détruit en public des objets et assemble les éclats en tableaux: ses Colères Warhol réalise ses Campbell s Soup : J.Beuys se lie à Fluxux mouvement de musique expérimentale fondé par Maciunas et qui regroupe à Cologne, Cage, Spoerri, Paik, Vostel autour de Happenings : première exposition d Art Vidéo par Paik : l objet est mis en scène et relève d une mythologie personnelle, Chaise de graisse de Beuys : Joseph Kosuth réalise One and Three Chairs et jette les bases de l Art conceptuel: «l idée d art comme idée» jusqu à 1971: les artistes de l Arte Povera en Italie (Anselmo, Boetti, Mario Merz, Penone, Pistoletto..) utilisent un langage métaphorique qui renvoie à la nature, à l histoire ou à la vie contemporaine et utilisent des matériaux et objets du quotidien souvent aculturels : Schnabel réalise ses plates paintings, mosaïques faites avec des assiettes cassées. Tony Cragg réalise ses installations de déchets urbains. - années 1980: Lavier résout le dilemme entre art et non art en appliquant une épaisse couche de peinture sur les objets du quotidien.l objet est à la fois objet et peinture.

8 quasi-objets Jalons pour une exploration Quelques œuvres au Musee de Dole: - Les objets présentés des Nouveaux Réalistes: Spoerri, César, les Affichistes, Arman - Sur le registre de la récupération, de l objet re-fabriqué: Eric Dietman «Quelques mètres et centimètres de sparadrap» 1965 Quelques références bibliographiques: - TRONCHE Anne, La dérive de l objet - GUITTON Michèle, Arts visuels et objets, CRDP Poitou Charentes, Scérén, TDC, L art et la vie artistique de l objet n 767 Entrées possibles: - le ready-made, objet trouvé, objet symbolique, objet critique - l objet et son image (de la silhouette au volume), exécution rapide ou très minutieuse et détaillée - l objet réalisé dans des matériaux d emballage (carton d emballage, papier kraft d emballage, scotch d emballage) - «recycler, fabriquer, présenter, conserver»: l objet passe de l état d objet usé à celui de pratiquement neuf - représentation / présentation

9 photographies I & Other portraits, I & Elton John I & Jean Paul Sartre I & Guy Debord I & Kadhafi I & Chuck Norris I & Courbet I & Yves Klein

10 photographies Place de la référence : Analyse: portraits et autoportraits Cette galerie de photographies est constituée d autoportraits et de portraits d amis d Olivier Blanckart posant en tel ou tel personnage. De Jean Paul Sartre à Bruce Willis, de Spielberg à Coluche, de Marcel Duchamp à Frieda Kahlo...toutes ces personnalités ont en commun de s être créé une image publique (par l attitude, la posture, les accessoires..) et être devenues des icônes dans les domaines historique, politique ou culturel. Matérialité: Ce sont des tirages photographiques en noir / blanc ou en couleurs selon les clichés d origine. Recherche de mimétisme tant par la posture, l expression, les accessoires que par le cadrage, la lumière, le rapport figure/fond Présentation: Idée de collection, de galerie de portraits, avec ou sans cadre. Accumulation sur un même mur...autant de facettes d un même personnage. Référence au cinéma et à son industrie avec 2 «totems» (personnages grandeur nature montés sur carton et présentés verticalement) Elton John et Yves Klein Sens de l oeuvre: La série pose la question du portrait photographique comme vérité ou mensonge ou vérité et mensonge simultanés Tous ces personnages, artisans de leur propre image publique, frappent l imaginaire d Olivier Blanckart, engageant un processus d identification qui aboutit à la recréation de leurs portraits. Le mimétisme déployé par l artiste dans cette galerie de portraits pleins d humour et de cocasserie est saisissant. Photographe - modèle - acteur... Olivier Blanckart aborde très tôt, en autodidacte la photographie. Dans ses autoportraits il reprend le thème du travestissement déjà exploité en 1991 dans ses performances en Jean Michel (le SDF de l art). L artiste se transforme en SDF repoussant de crasse et parasitant vernissages et autres manifestations artistiques. Jean Michel était une «re-présentation de l invisibilité de la scène ordinaire du sans abri.» Cliché, stéréotype du SDF? O.Blanckart utilise carton, texte au stylo bic, voix ânonnant un texte stéréotypé, visage crasseux... pour renforcer l image de son personnage et pointer l anonymat de la détresse des SDF ou la réalité dérangeante de l exclusion sociale..

11 photographies Croisements avec les programmes Au collège En 5 e, l entrée : l image et son référent peut exploiter les notions de ressemblance et de vraisemblance, de citation En 3 e, l entrée: l expérience sensible de l espace peut s orienter autour de la posture d O.Blanckart la question de la mimésis, le rapport entre le corps de l artiste et son œuvre. En 3 e, l entrée: l espace, l œuvre et le spectateur dans la culture artistique peut ouvrir sur l œuvre dans ses dimensions culturelles, sociales et politiques avec l engagement de l artiste ( à travers ses photographies, ses choix de «modèles» mais aussi à travers ses performances) En enseignement d histoire des arts, selon les 3 piliers de l enseignement - Les périodes historiques pointent la classe de 3 e ( le XX e siècle et notre époque) - Les domaines artistiques visent les Arts visuels (arts plastiques, photographies, sculptures..) - La liste thématique peut, entre autres, aborder Arts, ruptures, continuités (citation, réécriture, canons, reprise et adaptation) Au lycée En 1 e option facultative, la question de la représentation interroge sur - les procédés de représentation (des quasi-objets aux sculptures en passant par la photographie) - le cheminement de l idée à la réalisation (la démarche d O.Blanckart) - les codes de représentation (la notion d écart, de mimèsis...) En 1 e option de spécialité, la question de l image photographique est au cœur du programme, elle se conjugue avec l orientation générale de la classe : la figuration. - l entrée: figuration et image aborde la distance de l image à son référent (citation, réalité/fiction, codes...) En Terminale option de spécialité, le portrait photographique est une des 3 questions du programme - la notion d identité, l implication de l artiste dans le portrait, identité / altérité, l artiste comme acteur, la perte d identité, le corps déguisé...sont autant de notions repérées dans les photographies de O.Blanckart. - la réappropriation de codes, le détournement de figures médiatiques sont également des notions à développer.

12 photographies Jalons pour une exploration Pierre et Gilles Autoportrait en présidents, Autoportrait en présidents, 2007, modèle : Pierre 2007, modèle : Gilles Photographies peintes, pièces uniques, 92x 73 cm Entrées possibles Yasumasa Morimura, Portrait FUGATO, 1988, tirage photo + peinture acrylique, 210 x 299 cm Autoportrait L emprunt, la référence, la citation, la parodie La série, de l unique au multiple La notion de mise en scène Cadrage, lumière, posture Rapport peinture/ photographie Mythologie personnelle L histoire de l art revisitée Cindy Sherman Jacques Fournel Untitled n 225 de la série «série Jumping Jack Flash History portraits / Old Masters»

13 sculptures Matérialité Les sculptures sont construites en papier kraft qui est chiffonné. Avant l habillage, Olivier Blanckart les leste de mousse polyuréthane qu il injecte dans les vides et ajoute parfois des broches métalliques pour une meilleure stabilité.; «Il s agit en quelque sorte d un post-squelette». La technique peut être comparée à celle de la terre glaise, le papier kraft est chiffonnée, aggloméré au scotch, lissé, découpé, recollé...autant de manipulations qui peuvent être mises en parallèle avec l activité de modelage. Fidèle à son rapport à l écriture, à ses jeux de mots, Blanckart invente un slogan pour résumer cette technique «NEW - CLAY ART POWER». Le scotch d emballage est un matériau adhésif et il est pensé comme une interface, créant une liaison entre les matériaux hétérogènes. A sa puissance esthétique, «épine dorsale de tout l art du XX siècle», référence au collage dadaïste puis pop, Blanckart associe une autre référence, plus historique, celle de l invention du pansement adhésif, durant la Première Guerre Mondiale. Ce même matériau a cependant une précision limitée: «A un certain niveau de détails, on est obligé de s arrêter et donc de styliser». D où cet «effet particulier, fait de «mélange de stylisation réaliste» et «de précision limitée».

14 sculptures Matérialité La réalité est aussi directement perceptible par l introduction de matériaux associés au scotch, Olivier Blanckart introduit des objets, restes omniprésents de la société contemporaine: - draps d examen hospitalier et alèses en papier jetable transformés en drapeau algérien et utilisés comme couverture pour les épaules de Femmes déviolées. - bouteilles plastiques, masques, plaques de plexiglas pour Giotto/ G8 - ou objets plus ciblés: les tickets de manifestations artistiques, badges du MOMA et des conservateurs et commissaires d exposition pour évoquer le monde de l art dans The Curator ou les treillis militaires, armes, miroirs et paillettes pour l ambiance de The Remix Babylon.

15 sculptures Œuvre: N.A.S.D.A.Q ( Now Art Seemingly Deserves A Quotation) 2007 Place de la référence : Cette sculpture a été réalisée à partir d une photographie de Seth Siegelaub représentant 4 artistes de l art conceptuel américain, Robert Barry, Douglas Huebler, Joseph Kosuth et Laurence Weiner, lors de l exposition «January 5Ŕ 31» en 1969 à New York. Olivier Blanckart associe ces personnages à un graphique reproduisant l évolution de 1971 à 2007 de l indice NASDAQ, grand marché électronique d actions. L assertion «It is only art & art» évoque la puissance de l art en tant qu entité indépendante et présente, ce qu avait souligné par exemple Ad Reinhardt: «l art est art en tant qu art» Présentation: Plus grands que nature, les quatre personnages ont la même posture que sur la photographie: adossés à un mur sur lequel s inscrit le graphique du NASDAQ (lignes matérialisées en scotch gris et peinture grise) L assertion «It is only art & art» est, elle, matérialisée en néons clignotant et fluorescents, et fait référence à l œuvre de Kosuth. Sens de l œuvre: - Ce rapprochement n est pas fortuit. L indice NASDAQ cotait à ses débuts des sociétés économiques, informatiques et électroniques. De même l art conceptuel, en marge de la création contemporaine dans les années 1960, occupe désormais une grande place dans les manifestations artistiques. Par ailleurs, l art conceptuel, comme aujourd hui le marché des actions, peut n avoir qu une réalité virtuelle. - L humour agit dans le travail d Olivier Blanckart comme un véritable moteur de création. Le titre de l œuvre procède d un jeu de mot (Now Art Seemingly Deserves A Quotation signifie «Aujourd hui, l art mérite vraisemblablement d être coté») qui éclaire sur la relation de l économie de l art, ce dernier étant devenu un objet d investissement.

16 sculptures Œuvre: Les Femmes déviolées, Place de la référence : Ces sculptures reprennent une série de photographies d identités prises dans les camps de regroupement par le photographe et cinéaste Marc Garanger durant la Guerre d Algérie, Alors qu il faisait son service militaire. Plus de 2000 portraits de femmes algériennes sont réalisés et édités en 1982 aux éditions Contrejour. Dans le titre, Olivier Blanckart évoque le fait que ces Algériennes furent contraintes de se dévoiler devant un homme inconnu pour la prise du cliché. Présentation: La frontalité des clichés pris par Garanger est ici transposée en sculptures alignées contre un mur blanc, espace sans issu, dans une salle du musée aux dimensions réduites. Le dispositif de présentation rassemble ces femmes prises en photo séparément. Ces 9 femmes aux dimensions légèrement supérieures à la taille humaine, sont assises sur un tabouret, le regard souvent fixe et lointain, dans une posture semblable à celle du cliché + ( voir fiche «matérialité» du dossier) Sens de l œuvre: L artiste réinterroge ces portraits féminins sur tous les plans, historique, politique, esthétique et humain. En effet, les photographies originales «esthétisent» le réel instantané, gommant ce qu il a pu avoir de cruel, d humiliant pour ces femmes. Ces portraits sont devenus des objets d art, de beauté déshumanisée, plaçant le spectateur dans la position d un voyeur complaisant fasciné par le tragique. Bien qu il s agisse d une autre forme d esthétisation, la sculpture entend rendre à ces femmes une présence et faire du drame un en-dehors» de l esthétique. Là réside toute la «puissance critique» de la ronde bosse qui, traditionnellement, s impose au spectateur en partageant sa spatialité.

17 sculptures Œuvre: Giotto / G8, 2003 Place de la référence : L œuvre s inspire du drame survenu en 2001, à Gênes, lors d une manifestation contre le G8 ( partenariat économique de huit pays parmi les plus puissants du monde), alors que Silvio Berlusconi était Président du conseil depuis quelques semaines. Cette manifestation rassemblait plus de participants. Carlo Giuliani, étudiant activiste, est abattu à bout portant d une balle dans la tête par des policiers, avant que son corps ne soit écrasé à deux reprises par une Jeep. L affaire demeurant trouble, une enquête a été ouverte, mais elle a abouti à un non-lieu par manque de preuves. Présentation: Robots, soldats de fortune ou militants... L installation présente une douzaine de personnages alignés dans un couloir. Ils portent boucliers, casques et gilets de protection confectionnés avec des matériaux récupérés: plaques de mousse, matelas de mousse, bouteilles plastiques, carton, masque à oxygène... Olivier Blanckart précise que ce choix de présentation fait référence au dispositif muséographique des musées de l armée pour la présentation des uniformes. Au fond du couloir, une photographie représente la sculpture de Carlo Giuliani mort, baignant dans une mare de sang. + ( voir fiche «matérialité» du dossier) Sens de l œuvre: Le titre de l œuvre est un rapprochement phonétique entre le G8 (en italien: G-otto) et le célèbre peintre du Trecento. L artiste choisit de revenir sur cet incident car les tutti bianchi (militants antimondialistes) détournent des matériaux de récupération semblables aux siens pour se confectionner des armures défensives. De plus, Carlo Guiliani portait un rouleau de scotch marron au moment de sa mort, symbole d affiliation aux tutti bianchi et matériau de prédilection d Olivier Blanckart.

18 sculptures Œuvre: E Che Homo, 1999 Place de la référence : Sur la photographie originale de Freddy Alborta, des militaires boliviens entourent le corps d Ernesto Che Guevara, mort le 9 octobre 1967 au village de la Higuera. Le corps, transporté à l hôpital de Villagrande, est exposé devant la population locale et la presse internationale. De nombreuses photographies sont réalisées à cette occasion. Les religieuses de l hôpital, en lavant le corps, lui donnent involontairement une apparence christique qui ne manquera pas de frapper les visiteurs. Des mèches de ses cheveux sont coupées en guise de talismans. Très vite, des légendes circulent en Amérique latine sur le St Ernesto de La Higuera ou le Christ de Villagrande. Un culte catholique du Che s instaure dans la région de son exécution au début des années La mise en scène de la dépouille, qui évoque tant la Lamentation sur le Christ mort, d Andréa Mantegna que la Leçon d Anatomie de Rembrandt, a nourri le mythe du guérillero sacrifié à sa cause et a contribué à sa popularisation. Présentation: L œuvre est présentée dans un angle de salle, ne proposant au spectateur qu un seul point de vue, tel un photographe témoin de la scène. Les corps du Che et de son compagnon sont allongés sur une stèle de fortune et par terre, jeu de lignes horizontales qui contraste avec la verticalité des policiers et soldats qui les entourent. L ensemble est dans un camaïeu de bruns, gris, verts (uniformes et espace peint) qui lui aussi met en valeur les chairs maculées de sang et d impacts de balles des 2 protagonistes. (voir fiche «matérialité» du dossier) Sens de l œuvre: Le titre E Che Homo, est un jeu de mot, sur la formule «Ecce Homo» prononcée de Ponce Pilate ( Jean, 19,5) livrant Jésus au supplice. Olivier Blanckart dénonce le pouvoir de l image et décode les mécanismes de notre adhésion à une cause (politique, religieuse) au travers de figures emblématique. Le phénomène d hyper-médiatisation contribue à faire d un homme une icône historique mais également commerciale, en attestent les produits dérivés à l effigie du Che comme les badges et les T- shirts.

19 sculptures Œuvre: The Remix - Babylon, 2008 Place de la référence : Ce groupe sculpté est inspiré de la pochette du 2 e album du groupe jamaïco antillais Boney M., Love for Sale, et fait référence au titre du morceau «Rivers of Babylon». Cette chanson est un hymne des communautés Rasta. Boney M. en fait une reprise disco en Le texte de cette chanson reprend le Psaume 137 de l Ancien Testament: «Sur les bords des fleuves de Babylone, nous étions assis et nous pleurions, en nous souvenant de Sion (Jérusalem)». Babylone, ancienne cité mésopotamienne située sur l Euphrate dans l Irak actuel, occupe une place à part dans les écrits bibliques, la mythologie, la littérature et les représentations artistiques. Elle incarne la confusion (épisode de la Tour de Babel), le péché, l oppression (avec la déportation des Judéens) et la corruptionŕ une incarnation que lui prêtent encore aujourd hui les textes de certains Styles musicaux, notamment le reggae et le rap. Présentation: A l ambiance boîte de nuit (lumière stromboscopique, clignotante, spots de couleurs, guirlandes électriques) s ajoutent des filets de camouflage militaires qui tapissent les murs. Le tout crée un environnement au milieu duquel trônent les corps de 4 soldats mis en scène sur un podium en miroir. Gestuelle de combat, rivières de perles déferlant comme des gouttes de sang, pistolet recouvert de paillettes...sont autant d accessoires qui ont une signification négative et qui deviennent des éléments décalés et burlesques. Le clin d œil au groupe Boney M est signifié par des pancartes clignotantes sur lesquelles on peut lire les textes de la chanson de référence: «Rivers of Babylon» ( voir fiche «matérialité» du dossier) Sens de l œuvre: L œuvre d Olivier Blanckart transpose cette symbolique dans le contexte de la guerre d Irak. Initiée par les Etats-Unis en mars 2003 pour renverser le régime de Saddam Hussein, la guerre d Irak est, dans l imaginaire américain, une «guerre sainte», une guerre contre le mal et la perversion. Les trois soldats sont les malheureuses victimes. Les couleurs vives et la gestuelle violente des personnages illustrent le climat de mensonge et de confusion induit par les idéologies des puissances affrontées.

20 sculptures Œuvre: The Curator, 2003 Place de la référence : Olivier Blanckart offre ici une réinterprétation ironique du portrait d un colporteur ( The Peddler) d Auguste Sander, tiré de son projet de représentation photographique des «Hommes du XX siècle». Au colporteur se substitue le conservateur de musée, présentant dans sa boîte ouverte non les tickets et les confiseries du cliché original, mais des badges d institutions (MoMa), de manifestations artistiques (Fiac) et des portraits de conservateurs et de commissaires d expositions internationales célèbres. Présentation: L absence de socle place cette sculpture dans la spatialité du spectateur et paradoxalement, elle reste isolée et dans une gestuelle très statique. La physionomie du personnage le resitue directement dans la mode (vestimentaire et coupe de cheveux ) de l Allemagne de l Entre-Deux Guerre. Les accessoires, en revanche, jouent le décalage et transforment en marchandise les différents acteurs de la vie artistique contemporaine. Sens de l œuvre: Olivier Blanckart semble pointer du doigt une certaine banalisation du spectacle de l art. Des manifestations comme les biennales ou les foires ont pour objectifs la promotion des créations contemporaines mais aussi leur vente. En outre, les conservateurs, aux cotés des galeristes et des mécènes, participent à la hausse ou à l abaissement de la cote d un artiste en choisissant de les exposer ou, au contraire, en les négligeant. Musées et manifestations d art contemporain sont désormais des sphères adjacentes à l industrie du tourisme et du divertissement, dictant leur vision de l art au public et décidant de la valeur du travail d un artiste. Plus positivement, le colporteur est celui qui va d un point à l autre pour proposer sa marchandise, un être en perpétuels recherches et déplacements. L attitude du conservateur ou du critique d art est similaire, tous deux ne cessant de glaner de nouveaux talents.

21 sculptures Croisements avec les programmes Au collège Classe de 4 e : les images et leurs relations au réel, le dialogue entre l image et son référent «réel» met en regard matérialité et virtualité (réinterprétation stylisée d image, mise à distance...) Les images dans la culture artistique, la place de l art, acteur et témoin de son temps les relations entre les images et le pouvoir (politique, religieux, médiatique) Classe de 3 e : la prise en compte et la compréhension de l espace de l œuvre - les dimensions de l espace et du temps (installation, environnement) - l espace de présentation de l œuvre (l échelle du lieu / échelle de l œuvre) - l espace scénique et ses composants: dimension théâtrale (ambiance, lumières, couleurs..) et parcours imposé (couloir, salle obscurcie, modification de l espace muséal...) l expérience sensible de l espace, approche de l œuvre par le spectateur, échelle des personnages, confrontation avec la matérialité des sculptures. L espace, l œuvre et le spectateur dans la culture artistique, l œuvre dans ses dimensions culturelles, sociales et politiques. En enseignement d histoire des arts, selon les 3 piliers de l enseignement - Les périodes historiques pointent la classe de 3 e ( le XX e et notre époque) - Les domaines artistiques visent les Arts visuels (arts plastiques, photographies, sculptures..) - La liste thématique peut,entre autre, aborder Arts, ruptures, continuités (citation, réécriture, canons, reprise et adaptation) Au lycée En 1 e option facultative, la question de la représentation interroge sur - Les procédés de représentation (des quasi-objets aux sculptures en passant par la photographie) - le cheminement de l idée à la réalisation (la démarche d O.Blanckart) - les codes de représentation (la notion d écart, de mimésie..) En 1 e option de spécialité, la question de l image photographique est au coeur du programme, elle se conjugue avec l orientation générale de la classe : la figuration. - l entrée: figuration et image aborde la distance de l image à son référent (citation, réalité/fiction, codes...) En Terminale option facultative, le dispositif de présentation des sculptures d Olivier Blanckart, le rapport entre l oeuvre et sa référence sont des notions pouvant faire référence à l entrée du programme mise en scène et mise en espace.

huile sur bois 67 x 49 cm Origine : Renaissance

huile sur bois 67 x 49 cm Origine : Renaissance L'autoportrait Un autoportrait est une représentation d'un artiste, dessinée, peinte, photographiée ou sculptée par l'artiste lui-même. Bien que l'exercice de l'autoportrait ait été pratiqué depuis les

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Dossier Histoire des arts

Dossier Histoire des arts Nguon Léa 3 5 Dossier Histoire des arts LE POP ART Sommaire 1. Introduction...p.2-3 2. Biographie...p.4-5 3. Présentation de l'oeuvre...p.6-7 a. Spécificité de l'oeuvre b. Contexte sociologique c. Analyse

Plus en détail

La Nature Morte ou l éveil des sens

La Nature Morte ou l éveil des sens Isabelle Asmussen-Bonah Agrégée Arts-plastiques Collège de Mutzig Séquence mobilisant une ressource artistique de proximité. Niveau 6ème La Nature Morte ou l éveil des sens A partir d une œuvre de proximité

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait Fiche de préparation Cycle III Niveau de classe : CM Intitulé de séquence : le portrait Domaines étudiés : arts du langage, arts visuels Champs disciplinaires : français/ langage oral, lecture, écriture

Plus en détail

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre)

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) Autoportraits photographiques Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) 1-pratique photographique : en se montrant jouer sur les notions propres à la photographie

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Un artiste, trois lieux: Le corps érotique Galerie Ligne treize à Carouge. Le corps intérieur Galerie la Ferme de la Chapelle

Un artiste, trois lieux: Le corps érotique Galerie Ligne treize à Carouge. Le corps intérieur Galerie la Ferme de la Chapelle communiqué de presse Exposition Francis-Olivier BRUNET La diagonale du corps 22 avril 17 mai 2009 Un artiste, trois lieux: Le corps érotique Galerie Ligne treize à Carouge Le corps intérieur Galerie la

Plus en détail

RUÉ AMANDINE FORMATION PARCOURS EXPOSITIONS COLLECTIVES EXPOSITION PERSONNELLE RÉSIDENCES PUBLICATIONS

RUÉ AMANDINE FORMATION PARCOURS EXPOSITIONS COLLECTIVES EXPOSITION PERSONNELLE RÉSIDENCES PUBLICATIONS RUÉ AMANDINE 5, place des Capucins 69001 Lyon, France 06 88 86 03 52 amand.rue@gmail.com amandine-rue.tumblr.com SÉCURITÉ SOCIALE: 279036914903192 MDA: R528212 SIRET: 503 717 373 00016 FORMATION Dnsep

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Sabine Collé-Balp formateur arts plastiques IUFM Célestin Freinet La Seyne sur mer Académie de NICE

Sabine Collé-Balp formateur arts plastiques IUFM Célestin Freinet La Seyne sur mer Académie de NICE L objet et l oeuvre 6 Statut de l objet Entrée Référence Caractéristiques Vocabulaire Illustration L objet comme constituant de l œuvre en 2D Schwitters Relief 1923 Centre G Pompidou Collage Collage L

Plus en détail

Jérôme Devimes Never been to Tahiti

Jérôme Devimes Never been to Tahiti Jérôme Devimes Never been to Tahiti Exposition présentée du 09 mai au 07 juin 2015 Le Radar, Espace d art actuel Vernissage le samedi 9 mai 2015 à 14h30 au Radar Jérôme Devimes, Never been to Tahiti, Omaha

Plus en détail

HANS SEGERS LA VIGIE ART CONTEMPORAIN

HANS SEGERS LA VIGIE ART CONTEMPORAIN HANS SEGERS DOSSIER SUR «LES RENCONTRES 40» AVEC CAROLE MANARANCHE ET MARIE-PIERRE BUFFLIER LA VIGIE ART CONTEMPORAIN NÎMES NOVEMBRE 2012 photo M.P.Bufflier Vue d installation dans «les Rencontres 40»

Plus en détail

S e r g e B e n o i t

S e r g e B e n o i t S e r g e B e n o i t peintures - sculptures 1 Octobre 1980 J ai fait la connaissance de Serge Benoit, il y a six ans, lorsqu il s est installé à la «Cité Fleurie». Quand j ai eu l occasion de voir son

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche.

En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche. HOPE Photographe : Mannie Garcia Graphiste : Shepard Fairey Sujet : Barrack Obama En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche. Shepard Fairey est un jeune

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

L OBJET A TRAVERS L ŒUVRE D ART

L OBJET A TRAVERS L ŒUVRE D ART Parcours L œuvre d art et l objet > Musée d Art Moderne et d Art Contemporain > Fiche scientifique rencontre avec les œuvres CP CE1 CE2 CM1 CM2 Collège Lycée Université Durée 1h L OBJET A TRAVERS L ŒUVRE

Plus en détail

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com 7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com Notre approche Riofluo, studio de création visuelle et d événementiel artistique, spécialisé en Street Art, développe une démarche

Plus en détail

JOSEPH CORNELL ET LES SURRÉALISTES À NEW YORK : DALÍ, DUCHAMP, ERNST, MAN RAY...

JOSEPH CORNELL ET LES SURRÉALISTES À NEW YORK : DALÍ, DUCHAMP, ERNST, MAN RAY... Un parcours à l attention des enfants et de leurs parents pour découvrir l exposition en s amusant BIENVENUE AU MUSÉE! JOSEPH CORNELL ET LES SURRÉALISTES À NEW YORK : DALÍ, DUCHAMP, ERNST, MAN RAY... DU

Plus en détail

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise

Bibliothèque nationale de France L Oréal Fondation d entreprise L Oréal Fondation d entreprise Bourse de recherche sur l art de l être et du paraître 2011-2012 Date limite de dépôt de dossier de candidature : le 30 mars 2011 Pour toutes informations complémentaires

Plus en détail

FÊTE DE LA SCIENCE 2005 (Village des Sciences)

FÊTE DE LA SCIENCE 2005 (Village des Sciences) FÊTE DE LA SCIENCE 2005 (Village des Sciences) Présentation des applications de réalité virtuelle et augmentée présentées par le Laboratoire LISA les samedi 15 et dimanche 16 octobre 2005 à l Ecole Supérieure

Plus en détail

créteil, maubeuge, mons

créteil, maubeuge, mons REVUE DE PRESSE Samedi 10 mars 2012 44 AVENUE GEORGE V 75008 PARIS - 01 49 52 14 00 MARS/AVR 12 Bimestriel Surface approx. (cm!) : 1110 créteil, maubeuge, mons Page 1/2 LILLE3 3822341300505/CLA/OTO/2

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Atelier photo * au lycée Léonard de Vinci

Atelier photo * au lycée Léonard de Vinci Atelier photo * au lycée Léonard de Vinci Enseignantes : Emilie Crouzet, Anna Desbouvries Intervenant photographe : Bastien Defives Classes concernées : 2 TISC Grâce au soutien renouvelé de la DRAAC, de

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Du cinéma plein les yeux affiches de façade peintes par André Azaïs L EXPOSITION 1 er février > 27 avril 2014 Espace EDF Bazacle

Du cinéma plein les yeux affiches de façade peintes par André Azaïs L EXPOSITION 1 er février > 27 avril 2014 Espace EDF Bazacle Du cinéma plein les yeux affiches de façade peintes par André Azaïs L EXPOSITION 1 er février > 27 avril 2014 Espace EDF Bazacle À l occasion des 50 ans de la Cinémathèque de Toulouse, la Cinémathèque

Plus en détail

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO Présentation œuvre et artiste : Le musée Guggenheim de Bilbao (Espagne) est un musée d art moderne et contemporain. Comme son frère de New York, bâti sur les plans de Frank Lloyd

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1 Pourquoi? Pour enrichir l'imaginaire et la créativité C'est le moyen privilégié pour que l'enfant ne reste pas au niveau d'images mentales stéréotypées mais aille vers d'autres modes originaux de représentation.

Plus en détail

BEAUTY. Ilhwa Hong. Communiqué de presse. Colombier. Exposition du 01 octobre au 02 novembre 2007. Centre Culturel

BEAUTY. Ilhwa Hong. Communiqué de presse. Colombier. Exposition du 01 octobre au 02 novembre 2007. Centre Culturel Communiqué de presse Centre Culturel Contact Responsable des expositions Richard Guilbert téléphone 02 99 65 19 70 télécopie 02 99 31 94 71 mél (e-mail) richard.guilbert@centrecolombier.org Ilhwa Hong

Plus en détail

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau HAGUENAU LA F RÊT VIVANTE Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau Chambre à part, le territoire en photo Le Collectif photographique Chambre à Part, créé en 1991 à Strasbourg, fait

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/ Le STU organise des cours de photographie donnés par un photographe professionnel. Ces cours seront organisés par groupe de 6 personnes maximum. Les cours sont en français et anglais (suivant les participants).

Plus en détail

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software 1. Informations générales sur le logiciel Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software Version : 0.9.13 Licence : GPL Date de parution : octobre 2004 Environnement requis :

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS

Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS Alexandre GRIVEAU Mathieu GROLEAU IUP 2 Analyse comparative d un corpus de sites web : Les musées historiques 2) LE CORPUS 2.1) brève présentation- description des trois sites 2.1.1) musée de la révolution

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Ateliers pratiques d Arts Visuels Gouache Encre Papier. Philippe Virmoux Conseiller Pédagogique en Arts Visuels 76. La gouache

Ateliers pratiques d Arts Visuels Gouache Encre Papier. Philippe Virmoux Conseiller Pédagogique en Arts Visuels 76. La gouache Ateliers pratiques d Arts Visuels Gouache Encre Papier Philippe Virmoux Conseiller Pédagogique en Arts Visuels 76 Ce document présente la synthèse des animations pédagogiques «Atelier pratique d Arts Visuels»

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Propositions de pistes à partir du cycle 1

Propositions de pistes à partir du cycle 1 Des clés Des clés pour ouvrir l armoire aux confitures, des clés pour ouvrir la boîte des friandises et le coffret à bijoux des clés pour ouvrir le tiroir des images des clés pour ouvrir la malle aux secrets

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

La caméra Embarquée et subjective

La caméra Embarquée et subjective La caméra Embarquée et subjective La caméra embarquée et subjective L utilisation de la caméra subjective permet une très forte identification du spectateur aux personnages et par conséquent des sensations

Plus en détail

INTRO. Comment isoler des combles aménageables? NIVEAU DE DIFFICULTÉ CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES ÉQUIPEMENT

INTRO. Comment isoler des combles aménageables? NIVEAU DE DIFFICULTÉ CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES ÉQUIPEMENT Comment isoler des combles aménageables? NIVEAU DE DIFFICULTÉ DÉBUTANT CONFIRMÉ EXPERT CAISSE À OUTILS MATÉRIAUX NÉCESSAIRES Crayon Mètre Niveau à bulle Règle de maçon Visseuse Cordeau nylon Equerre Grignoteuse

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

Vous prendrez bien... une chaise?

Vous prendrez bien... une chaise? Dossier Pédagogique Vous prendrez bien... une chaise? " Vous prendrez bien une chaise? " Que l on feuillette des ouvrages sur l art du mobilier à travers les siècles ou tout simplement des catalogues de

Plus en détail

PRISE DE VUE 2. Approche de la photographie. Extrait de cours : S. Helmbacher - UER Arts - UMBL Strasbourg - 2006

PRISE DE VUE 2. Approche de la photographie. Extrait de cours : S. Helmbacher - UER Arts - UMBL Strasbourg - 2006 PRISE DE VUE 2 Approche de la photographie Extrait de cours : S. Helmbacher - UER Arts - UMBL Strasbourg - 2006 Deuxième séance Lumière artificielle Explorer les principales problématiques photographiques

Plus en détail

DEFINITION DE LA STRATEGIE DE PROMOTION TOURISTIQUE. Séance de travail sur la posture graphique Réunion 17 novembre 2014

DEFINITION DE LA STRATEGIE DE PROMOTION TOURISTIQUE. Séance de travail sur la posture graphique Réunion 17 novembre 2014 DEFINITION DE LA STRATEGIE DE PROMOTION TOURISTIQUE Séance de travail sur la posture graphique Réunion 17 novembre 2014 Déroulé de la mission Positionnement Choix et hiérarchie clientèles Formalisation

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

Recherche Artistique

Recherche Artistique "La plus haute pensée exprimée par la forme la plus grandiose, tel doit être le guide infatigable de l'artiste". Recherche Artistique Art de plaire, art de convaincre ou art d'exister Il faut que l'art

Plus en détail

DO SSI ER PED A GO GIQ UE

DO SSI ER PED A GO GIQ UE DO SSI ER PED A GO GIQ UE Sophie Talabot / Gérard Bonnaud Théâtre de la Cheminée Lire Lire Chateauneuf de Gadagne Salle l Arbousière Lundi 14 Mai 14h30 scolaire Lundi 14 Mai 19h00 Tout public Cavaillon

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966

Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 Jean Dubuffet AUTOPORTRAIT II - 1966 MON VISAGE A LA MANIERE DE JEAN DUBUFFET OBJECTIFS - utiliser son expérience sensorielle visuelle pour produire une œuvre picturale. - réaliser une œuvre s'inspirant

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg!

Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg! Communiqué de presse Printemps 2015 Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg! En cette saison printanière, accompagnés par une douce chaleur et de légères brises, les visiteurs

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre?

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? Médiation traduction De la matière aux langages 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 3/ La rencontre avec une œuvre : une «enquête» en 3 étapes 4/ Et maintenant

Plus en détail

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille P R O G R A M M E Un musée qui dialogue avec des bibliothèques et des médiathèques. Des visiteurs qui deviennent lecteurs Les 27 et 28 juin 2015, venez découvrir au LaM une nouvelle façon d explorer les

Plus en détail

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy XTRA LARGE Junior! COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 27 ancienne Route de Malmedy - 4700

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Extraits de l excellent blog du célèbre tailleur BYRAUD rue d Alger à Paris -1. Site : http://bespoke.blog.lemonde.fr/ «Si

Plus en détail

DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DES PARTENARIATS DOSSIER DE PRESSE E-GUIDEZ VOUS! LA NOUVELLE APPLICATION DU CENTRE POMPIDOU

DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DES PARTENARIATS DOSSIER DE PRESSE E-GUIDEZ VOUS! LA NOUVELLE APPLICATION DU CENTRE POMPIDOU DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DES PARTENARIATS DOSSIER DE PRESSE E-GUIDEZ VOUS! LA NOUVELLE APPLICATION DU CENTRE POMPIDOU LA NOUVELLE APPLICATION DU CENTRE POMPIDOU 1 er avril 2015 SOMMAIRE direction

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

LE PREMIER STUDIO 3D. Recherche de Partenariat. Mai 2015

LE PREMIER STUDIO 3D. Recherche de Partenariat. Mai 2015 LE PREMIER STUDIO 3D Recherche de Partenariat Mai 2015 SOMMAIRE 1. THE VIBRANT PROJECT 1 2. MOÏMEE, PREMIER STUDIO 3D EN FRANCE 2-3 2.1. Concept 2 réinvention de la photo 2 nouveaux santons 2 2.2. Conmment

Plus en détail

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble A MORTAGNE-SUR-SÈVRE (85 - VENDÉE) AUTOUR DE TROIS PEINTRES CONTEMPORAINS AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble des classes des écoles maternelle et primaire qui est concerné par la création artistique.

Plus en détail

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE

Gildas Malassinet-Tannou www.icarart.com PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE = PEINTURE DE LUMIÈRE INSTALLATION INTERACTIVE Pablo Picasso à l origine Pablo Picasso est l un des premiers artistes à réaliser, dans les années 1950, des œuvres de peintures de lumière, avec le photographe

Plus en détail

Réunion de présentation. Avril 2015

Réunion de présentation. Avril 2015 Réunion de présentation Avril 2015 Points abordés 1. L environnement 2. L équipe 3. La pédagogie et le fonctionnement de l établissement 4. Après la 3 ème? 5. Questions L environnement 12, chaussée Jules

Plus en détail

ATELIER PÉDAGOGIQUE 2 LUTTER CONTRE LES IDÉES REÇUES SUR LES PILES AVEC L ÉLECTRO-QUIZ

ATELIER PÉDAGOGIQUE 2 LUTTER CONTRE LES IDÉES REÇUES SUR LES PILES AVEC L ÉLECTRO-QUIZ RECYCLER SES PILES, C EST FACILE ET C EST UTILE! ATELIER PÉDAGOGIQUE 2 LUTTER CONTRE LES IDÉES REÇUES SUR LES PILES AVEC L ÉLECTRO-QUIZ 1. OBJECTIF Lutter contre quelques idées reçues sur les piles et

Plus en détail

La micro be. Image Sébastien PLASSARD, Baigneuse 2014

La micro be. Image Sébastien PLASSARD, Baigneuse 2014 h c a La micro be DROITE Image Sébastien PLASSARD, Baigneuse 2014 PAR L I G N E 26 JUIN - 31 JUILLET 2015 La micro beach Achetez de l art les pieds dans le sable! Pour fêter sa première année d existence

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

«La Fuite en Egypte» Nicolas POUSSIN 1594-1665. «Les Saints préservant le monde de la colère du Christ» Pierre Paul RUBENS 1577-1640

«La Fuite en Egypte» Nicolas POUSSIN 1594-1665. «Les Saints préservant le monde de la colère du Christ» Pierre Paul RUBENS 1577-1640 Cinq artistes qui vivent et travaillent à Lyon visitent régulièrement le Musée des Beaux Arts de la ville. Sur leurs parcours, ils s arrêtent devant une ou plusieurs oeuvres... «La Fuite en Egypte» Nicolas

Plus en détail

Dossier pédagogique. Games reflexions. Le jeu vidéo comme reflet du réel.

Dossier pédagogique. Games reflexions. Le jeu vidéo comme reflet du réel. Dossier pédagogique Games reflexions. Le jeu vidéo comme reflet du réel. 19 octobre > 30 novembre 2013 Vernissage vendredi 18 octobre 2013 à 18h30 Ouvert à tous. Gratuit. Réservation conseillée 1 Sommaire

Plus en détail

MoMO galerie x alban le henry = mfc 2

MoMO galerie x alban le henry = mfc 2 DOSSIER DE PRESSE MoMO galerie x alban le henry = mfc 2 L exposition se déroulera du 21 mars au 23 avril Le vernissage se tiendra le jeudi 20 mars, de 18h à 21h en présence de et alban le henry SOMMAIRE

Plus en détail

COMMUNICATION A28. Les visuels sont décrits en annexe 1 du présent document.

COMMUNICATION A28. Les visuels sont décrits en annexe 1 du présent document. 2 SOLUTION PROPOSÉE 2.1 LE CONCEPT DE PRESENTATION A PARTIR DE 1ERS VISUELS 2.1.1 VISUELS GLOBAUX Les visuels sont décrits en annexe 1 du présent document. L objet graphique «A28» situé en haut de ces

Plus en détail

VOCABULAIRE DES ARTS PLASTIQUES

VOCABULAIRE DES ARTS PLASTIQUES VOCABULAIRE DES ARTS PLASTIQUES TERMES GÉNÉRAUX CARTEL : Désigne la carte d identité d une œuvre dans un musée. Il comporte nécessairement le nom de l artiste, le titre de l œuvre, l année de réalisation,

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

Étienne-Martin. 25 juin 16 septembre 2014. www.mba-lyon.fr

Étienne-Martin. 25 juin 16 septembre 2014. www.mba-lyon.fr Étienne-Martin 25 juin 16 septembre 2014 www.mba-lyon.fr DOSSIER DE PRESSE En couverture Étienne-Martin (Loriol, 1913 Paris, 1919) Hommage à Brown, 1988-1990 Bois (frêne) peint Cet hommage monumental à

Plus en détail

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce?

Devantures commerciales et enseignes. Comment mettre en valeur votre commerce? Devantures commerciales et enseignes Comment mettre en valeur votre commerce? t Votre enseigne est la signature de votre commerce L enseigne est une inscription, une forme, une image ou un signe apposé

Plus en détail

Étudier l histoire des arts

Étudier l histoire des arts Étudier l histoire des arts Une option de détermination en seconde Puis soit une option de spécialité en filière littéraire Soit une option facultative dans toutes les autres filières. Au lycée Fulbert

Plus en détail

Salon PAYSALIA 2015. Règles d architecture

Salon PAYSALIA 2015. Règles d architecture Salon PAYSALIA 2015 Règles d architecture Sommaire Paragraphe 1 Paragraphe 2 Informations générales - dont les obligations de l exposant et/ou de son standiste sur la gestion des déchets Les règles particulières

Plus en détail

Séance 5 : La peinture au temps de Maupassant

Séance 5 : La peinture au temps de Maupassant CHAPITRE 1 : QUE DISENT LES NOUVELLES? Séance 5 : La peinture au temps de Maupassant Du réalisme à l impressionnisme Document 1. Léon-Matthieu Cochereau, Intérieur de l atelier de David au collège des

Plus en détail

Thématique : Arts, ruptures et continuités

Thématique : Arts, ruptures et continuités Thématique : Arts, ruptures et continuités Sujet : En t appuyant sur l analyse et la mise en relation des œuvres ci-dessous, tu devras, dans ton exposé oral, répondre à la problématique suivante : Pourquoi

Plus en détail

Sensibilisation à l Histoire des Arts en Maternelle à travers l évolution de la Ligne

Sensibilisation à l Histoire des Arts en Maternelle à travers l évolution de la Ligne STAGE FOAD 2009-2010 Sensibilisation à l Histoire des Arts en Maternelle à travers l évolution de la Ligne Nathalie GIRO Moyenne section de Maternelle Ecole Maternelle du Colombier à MOUZON Circonscription

Plus en détail

Les 5 sens Maternelle et cycle 2

Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Objectifs Exemples de visites Propositions d exploitation en arts visuels Service Educatif du Musée de Saint-Lô Dany Jeanne Pourquoi un projet sur les sens? L approche

Plus en détail