RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES"

Transcription

1 CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Servi ce émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 25 juin 1996 Dernière révision : Le 17 juin 2003 RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

2 DANS LE PRESENT DOCUMENT, LE GENRE MASCULIN DESIGNE, LORSQUE LE CONTEXTE S Y PRETE, AUSSI BIEN LES FEMMES QUE LES HOMMES.

3 TABLE DES MATIÈRES 1. LE PRÉAMBULE LES FINALITÉS DE L ÉVALUATION LES OBJECTIFS DE L ÉVALUATION DE PROGRAMME LES PRINCIPES LE CHAMP D APPLICATION DE LA POLITIQUE LES CRITÈRES D ÉVALUATION LE SYSTÈME D INFORMATION LA DÉTERMINATION DES PROGRAMMES À ÉVALUER LA DÉMARCHE D ÉVALUATION LA PLANIFICATION DE L EVALUATION LA REALISATION DE L EVALUATION LE SUIVI DE L EVALUATION LE PARTAGE DES RESPONSABILITÉS L APPLICATION ET LA RÉVISION DE LA POLITIQUE Cégep de Sept-Îles 1

4 1. LE PRÉAMBULE L appartenance des collèges à l enseignement supérieur va de pair avec des exigences de qualité et d autonomie. Le Cégep de Sept-Îles assure son développement dans le respect de ces exigences, notamment à travers la conception et la gestion de ses programmes d études. À cette fin, il met en place des mécanismes internes d évaluation qui assurent leur qualité. La présente Politique institutionnelle d évaluation des programmes d études vise à développer au Collège une culture d évaluation en faisant de celle-ci une activité continue. Le Règlement sur le régime des études collégiales (RRÉC) fait obligation à tout établissement d enseignement collégial de se doter d une politique institutionnelle d évaluation des programmes d études (PIEP) et de s assurer de son application. Pour sa part, la Loi sur les collèges d enseignement général et professionnel inclut, depuis 2002, des dispositions relatives à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi par les collèges d un plan d aide à la réussite, opérations directement en lien avec la gestion des programmes. La Politique institutionnelle d évaluation des programmes (PIEP) du Cégep de Sept-Îles a été adoptée en Depuis sa mise en application, le Collège a réalisé plusieurs évaluations de programme dont les résultats ont contribué au développement et à l amélioration de ces programmes. Ces exercices ont aussi mis en évidence la nécessité de réviser notre politique. C est en s appuyant sur l expérience acquise au fil des années dans la gestion et l évaluation de ses programmes d études et en tenant compte de la récente évolution de son environnement que le Collège a procédé à la mise à jour de sa PIEP. 2. LES FINALITÉS DE L ÉVALUATION Au-delà de ses obligations légales et réglementaires, le Collège considère l évaluation des programmes comme un outil privilégié pour s assurer qu il remplit adéquatement sa mission essentielle : offrir une formation de qualité, engagée, reconnue et transférable. L évaluation des programmes permet ainsi d examiner de quelle façon les valeurs suivantes du projet éducatif sont prises en compte dans leur mise en œuvre : le développement d attitudes personnelles et professionnelles essentielles ; le développement d habiletés intellectuelles transdisciplinaires ; la maîtrise d une langue juste et correcte ; le développement d une conscience sociale qui favorise l engagement personnel et professionnel ; l acquisition des compétences du programme d études. À travers sa PIEP, le Collège poursuit égal ement les finalités suivantes : assurer le développement continu de nos programmes d études par l amélioration de la qualité de la formation offerte aux étudiants ; encadrer les pratiques d évaluation des programmes d études. Cégep de Sept-Îles 2

5 3. LES OBJECTIFS DE L ÉVALUATION DE PROGRAMME Par l évaluation d un programme d études, le Cégep veut : apprécier la qualité d un programme par l examen de sa mise en œuvre ; prendre des décisions et en assurer le suivi afin de maintenir les lignes de force du programme et y apporter, s il y a lieu, les ajustements requis ; consolider l approche programme dans notre établissement. 4. LES PRINCIPES L exercice de l évaluation des programmes d études s effectue dans le cadre des dispositions légales et dans le respect des responsabilités de chacune des personnes et instances. Les travaux d évaluation se caractérisent par leur utilité, leur faisabilité et leur rigueur. La réalisation de travaux d évaluation de qualité exige également que les intervenants participent à la démarche d évaluation et respectent certains principes déontologiques. Cinq principes guideront la personne dans le processus d évaluation de programme : 1 er PRINCIPE L UTILITÉ Des travaux d évaluation utiles décrivent adéquatement l état du programme, consolident ses forces, apportent des réponses concrètes aux problèmes constatés et contribuent efficacement à l amélioration de la qualité de la formation. La politique doit générer des travaux d évaluation utiles. L évaluation des programmes doit être liée à l action. 2 e PRINCIPE LA FAISABILITÉ Des travaux d évaluation faisables renvoient au réalisme de l évaluation, à la simplicité et à l adéquation de l appareil méthodologique. Ils supposent que le processus d évaluation soit facilement applicable et qu il tende vers l efficience, que la conception des travaux d évaluation soit soucieuse de la contribution des personnes intéressées et que l opération tienne compte des ressources disponibles et des possibilités d actions subséquentes. Ils impliquent par conséquent que la politique génère des travaux réalisables compte tenu du temps, des ressources disponibles, des intérêts en présence et des possibilités d action. 3 e PRINCIPE LA RIGUEUR La rigueur des travaux d évaluation concerne la qualité de l information et la démarche suivie pour la produire. Cet te information doit être techniquement adéquate tout en contribuant à générer des jugements conséquents. Cégep de Sept-Îles 3

6 Pour être valides, fiables et crédibles, les recommandations s appuient sur une séquence logique qui va du devis d évaluation jusqu aux conclusions. Les objets d évaluation doivent être clairs et précis, les données valides et justes, les analyses explicites et les actions conséquentes. La rigueur de la démarche, des méthodes et des instruments d évaluation contribue à produire des évaluations qui inspirent le plan d action. 4 e PRINCIPE LA PARTICIPATION ET L ENGAGEMENT DES PERSONNES ET DES INSTANCES La volonté de participer transparaît lorsque les instances et les personnes touchées par l évaluation d un programme s engagent activement dans la réalisation des diverses phases du processus d évaluation. Cette participation est nécessaire non seulement pour que l évaluation conduise aux meilleurs résultats, mais également pour que les actions qui en découleront soient bien comprises et bien suivies. Il est également important que l évaluation d un programme soit réalisée par des personnes directement engagées dans la mise en œuvre du programme et qui ont la responsabilité de la mener à terme dans les meilleures conditions. En conséquence, il est essentiel que les autorités du Collège assument la mise en œuvre des travaux d évaluation, l intègrent dans leur processus de gestion, en facilitent la réalisation et lui donnent les suites nécessaires. 5 e PRINCIPE LE RESPECT DE PRINCIPES DÉONTOLOGIQUES L exercice de l évaluation de programme doit se faire dans le respect du droit à la vie privée et dans un climat de confiance. Pour cette raison, les résultats obtenus à l occasion de l évaluation d un programme ne pourront être utilisés à des fins d évaluation du personnel ni à d autres fins non prévues au moment où les données d évaluation ont été recueillies. Afin d encadrer le comportement des personnes impliquées dans l évaluation, le Cégep de Sept -Îles adopte et met en application des principes déontologiques 1 qui doivent être respectés en tout temps. 5. LE CHAMP D APPLICATION DE LA POLITIQUE La politique s applique aux programmes de diplôme d études collégiales (DEC) et aux programmes d attestation d études collégiales (AEC). La composante de formation générale qui vise l appropriation d un fonds culturel commun par tous les étudiants est aussi considérée comme un programme. 1 Voir le document «Éthique et principes déontologiques» déposé à l annexe 1. Cégep de Sept-Îles 4

7 6. LES CRITÈRES D ÉVALUATION L'évaluation porte à la fois sur les objectifs, les ressources, les processus et les résultats de la formation. Les critères et sous -critères d évaluation sont ceux proposés par la Commission de l évaluation de l enseignement collégial pour l évaluation des programmes 2 : CRITÈRE 1 LA PERTINENCE DU PROGRAMME Le critère de pertinence permet d établir le lien entre les objectifs poursuivis par le programme et les besoins éducatifs et socio-économiques à satisfaire, c est-à-dire les attentes et les besoins de la société, des universités, du marché du travail et des étudiants. Les liens ent re le programme, tel qu il est défini (objectifs, standards et contenu) et les besoins à satisfaire sont examinés, de même que la manière dont cela influence la réussite des diplômés sur le marché du travail et à l université. CRITÈRE 2 LA COHÉRENCE DU PROGRAMME Un programme de qualité présente des objectifs clairs et, pour les atteindre, des activités d apprentissage bien choisies et bien articulées entre elles. CRITÈRE 3 LA VALEUR DES MÉTHODES PÉDAGOGIQUES ET DE L ENCADREMENT DES ÉTUDIANTS Les méthodes pédagogiques réfèrent à un ensemble de modalités d enseignement agencées en vue de la réalisation des objectifs du programme ; de façon générale, les méthodes utilisées correspondent aux objectifs du programme, elles sont compatibles avec les caractéristiques de la population étudiante et elles misent sur un personnel qualifié. L encadrement des étudiantes et étudiants réfère aux pratiques d aide qui s ajoutent à l enseignement régulier en classe et qui contribuent à la réalisation des objectifs du programme. Au choix des méthodes pédagogiques s ajoute l aide plus individuelle que le collège et son personnel fournissent aux étudiants et qui, faisant souvent la différence entre le succès et l échec, constitue un autre facteur de qualité. CRITÈRE 4 L ADÉQUATION DES RESSOURCES HUMAINES, MATÉRIELLES ET FINANCIÈRES AUX BESOINS DE FORMATION La qualité d un programme d études dépend étroitement des ressources humaines, matérielles et financières affectées au programme. Sans professeurs compétents et motivés, sans personnel d appui efficace, sans ressources matérielles adéquates et de bonne qualité, il n est pas possible d offrir un enseignement de qualité. 2 Les critères et sous-critères d évaluation sont présentés en détail à l annexe 2. Cégep de Sept-Îles 5

8 CRITÈRE 5 L EFFICACITÉ DU PROGRAMME Le critère d efficacité porte sur le degré de réalisation des objectifs du programme. Il vérifie si le programme produit les résultats attendus à court terme, c est-à-dire si les étudiants ont atteint, au terme de leurs études collégiales, le degré souhaité de maîtrise des compétences visées par le programme. CRITÈRE 6 LA QUALITÉ DE LA GESTION DU PROGRAMME Le mode de gestion adopté conduit à concevoir, à planifier, à dispenser et à évaluer l enseignement en ayant toujours à l esprit la totalité du programme d études, celui-ci étant vu, selon l article 1 du Règlement sur le régime des études collégiales, comme un «ensemble intégré d activités d apprentissage visant l atteinte d objectifs de formation en fonction de standards déterminés». Le comité d évaluation choisit les critères et sous-critères d évaluation en fonction de la problématique du programme et des dimensions à examiner. Ces choix sont précisés dans le devis d évaluation. 7. LE SYSTÈME D INFORMATION Le Collège conserve et tient à jour un ensemble de données perceptuelles, statistiques et descriptives permettant de suivre l évolution de chaque programme d études et de produire au moment voulu un dossier synthèse sur le programme à évaluer. Ce dossier synthèse résume les principaux éléments des tableaux de bord relatifs aux cinq dernières cohortes d un programme de DEC. Le comité de programme tient à jour un document de description du programme comprenant les orientations privilégiées pour sa mise en œuvre, les liens entre les objectifs et contenus de cours et les objectifs du programme, le logigramme des cours, le profil de sortie des finissants et, dans le cas d un programme de DEC, le cadre spécifique de l épreuve synthèse de programme. À chaque année, le comité consulte les finissants du programme sur leur satisfaction envers la formation offerte et les services reçus. Au début de chaque session, la Direction des études et/ou la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises transmettent aux comités de programme et aux départements concernés les données sur la réussite dans les cours de la session précédente au collège. Pour les programmes de DEC, la Direction des études fournit, à la fin de l année, à chaque responsable de programme, un tableau de bord présentant les principales données qualitatives, quantitatives et factuelles relatives au programme. Les informations de ce tableau de bord portent sur les aspects suivants 3 : 3 Les informations contenues dans le tableau de bord sont précisées à l annexe 3. Cégep de Sept-Îles 6

9 le facteur d attraction du programme ; les caractéristiques générales des étudiants à l entrée ; le cheminement scolaire des étudiants ; le placement des diplômés ; la satisfaction des finissants envers la formation offerte et les services reçus 4 ; les perceptions des diplômés, des employeurs et/ou des universités en regard de la formation offerte (opération Relance effectuée aux 2 ans) ; Le tableau de bord comprend aussi des données comparatives telles que : des données des années antérieures sur le programme ; des données relatives au programme dans le réseau ; les standards ou cibles à atteindre préalablement fixés pour le programme ; des données relatives aux autres programmes du Collège. À la fin de chaque année, les comités de programme analysent les données du tableau de bord. Dans leur bilan annuel, ils informent la Direction des études des problèmes identifiés et suggèrent des ajustements susceptibles de consolider les forces et/ou de corriger les faiblesses du programme. Devant le caractère problématique de certains phénomènes, les comités peuvent aussi demander l évaluation partielle ou complète de leur programme. Pour les programmes d AEC, le tableau de bord joue le rôle de dossier synthèse. La Direction de la formation aux adultes et aux entreprises fournit ce tableau de bord à l équipe programme à la fin de la formation. Les informations du document portent sur les aspects suivants 3 : les caractéristiques générales des étudiants à l entrée ; les sources de financement ; le cheminement scolaire des étudiants ; le suivi des diplômés ; la satisfaction des diplômés et des employeurs en regard de la formation reçue ; la grille de cours du programme ; les ressources humaines associées au programme. Le tableau de bord comprend aussi des données comparatives sur la réussite et le cheminement des étudiants dans les éditions précédentes du programme ou dans d autres programmes d attestation d études collégiales. 4 Les objets de consultation des finissants sont précisés à l annexe 5. Cégep de Sept-Îles 7

10 8. LA DÉTERMINATION DES PROGRAMMES À ÉVALUER La Direction des études peut amorcer l évaluation partielle ou complète d un programme de DEC suite à l analyse d une problématique portée à son attention par les instances du Collège, par le comité de programme ou par un groupe concerné par le programme. Un an après le cycle complet d implantation d un nouveau programme de DEC ou d un programme redéfini par le ministère de l Éducation (MEQ) ou de changements importants dans sa mise en œuvre, la Direction des études procède à son évaluation. Dans les six mois suivant la date à laquelle ils ont pris fin, la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises évalue ses programmes d AEC à caractère répétitif. La Commission de l évaluation de l enseignement collégial peut demander l évaluation complète ou partielle d un ou de plusieurs programmes d études. Chaque programme de DEC est évalué à l expiration d un délai de dix ans depuis la dernière évaluation d un ou de plusieurs aspects de sa mise en œuvre. La Direction des études prépare un calendrier d évaluation des programmes pour une période de cinq ans. Ce calendrier est revu au début de chaque année à la lumière de l état des programmes, de leur évolution et des rapports annuels des comités de programme. La Direction des ét udes soumet ce calendrier à la commission des études et en informe le conseil d administration. 9. LA DÉMARCHE D ÉVALUATION L évaluation d un programme d études comporte trois étapes : la planification de l évaluation ; la réalisation de l évaluation ; le suivi de l évaluation. 9.1 LA PLANIFICATION DE L ÉVALUA TION L étape de planification de l évaluation comprend la formation du comité d évaluation, la préparation du devis d évaluation et son adoption par la commission des études. LE COM ITÉ D ÉVALUA TION Pour réaliser l évaluation du programme, la Direction des études ou la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises forme un comité composé des personnes suivantes : Pour les programmes de DEC : un représentant de la Direction des études ; une ressource professionnelle responsable de la coordination des travaux ; le responsable du programme ; un enseignant membre de la commission des études qui n est pas concerné par le programme à évaluer. Cégep de Sept-Îles 8

11 Pour les programmes d AEC : le directeur de la formation aux adultes et aux entreprises ; une ressource professionnelle responsable de la coordination des travaux ; deux professeurs du programme. Le comité d évaluation peut aussi s adjoindre de façon ponctuelle ou continue toute autre personne de l interne ou de l externe dont la collaboration est jugée utile pour la bonne marche des travaux. Le comité d évaluation a pour mandat de : 1. Produire un devis d évaluation conforme aux dispositions de la présente politique et le faire approuver par les instances du Collège. 2. Recueillir les données quantitatives, perceptuelles et factuelles pertinentes. 3. Analyser les données recueillies et formuler des observations. 4. Effectuer les consultations requises auprès des personnes et groupes concernés. 5. Produire le rapport d évaluation. LE DEVIS D ÉVALUA TION Le comité d évaluation élabore le devis d évaluation en fonction des caractéristiques et de la situation du programme. Le devis définit la problématique et cible un ou des objets particuliers d évaluation à partir du dossier synthèse du programme. Il fournit aussi les indications utiles sur la méthodologie retenue, les moyens requis et la démarche prévue. Les aspects plus directement liés à la gestion des programmes et à l acte pédagogique, notamment les méthodes pédagogiques et l évaluation des apprentissages, font toujours l objet d une attention particulière. Le devis d évaluation contient les éléments suivants 5 : 1. Un état de situation du programme. 2. La problématique et les aspects prioritaires à examiner. 3. Les critères et sous-critères choisis en lien avec les enjeux identifiés. 4. Des indications sur la collecte, l analyse et l interprétation des données. 5. Le partage des tâches entre les intervenants institutionnels. 6. Les ressources humaines, matérielles et financières nécessaires. 7. Le calendrier des travaux et l échéance pour la production du rapport final. Le comité d évaluation consulte le comité de programme ainsi que les départements, groupes et services concernés sur le projet de devis. À la lumière des commentaires recueillis, il révise le projet et le soumet à la Direction des études qui l achemine à la commission des études pour analyse et adoption. 9.2 LA RÉALISA TION DE L ÉVALUA TION La réalisation de l évaluation comprend la collecte et le traitement des données, l analyse et l appréciation des résultats obtenus et la production d un rapport d évaluation. 5 Les éléments du devis d évaluation sont précisés à l annexe 4. Cégep de Sept-Îles 9

12 LA COLLECTE DES DONNÉES Le comité d évaluation effectue auprès des groupes et personnes concernés la collecte des données identifiées dans le devis d évaluation. Cette collecte comprend toujours une consultation des étudiants et des enseignants sur leur satisfaction en regard des principales dimensions du programme évalué. L information saisie est structurée et ordonnée en vue de son analyse par le comité d évaluation. Le comité assure la confidentialité des données nominatives obtenues au cours de l opération. L ANALYSE DES DONNÉES ET L APPRÉCIA TION DES RÉS ULTA TS Le comité d évaluation fait une première lecture des données pour en ressortir les éléments significatifs et expliquer les résultats. Il interprète ensuite ces données en les mettant en relation les unes avec les autres pour en comprendre le sens. En fonction des résultats de l analyse, le comité identifie pour chacun des critères retenus les forces et les faiblesses du programme. Ces constats font l objet d un consensus au sein du comité d évaluation. LA PRODUCTION DU RAPPORT D ÉVALUA TION Durant l évaluation du programme, le comité d évaluation produit des rapports d étape qu il soumet aux groupes et personnes concernées pour entendre leurs commentaires sur les ajustements à apporter dans le rapport final. Ces consultations permettent d identifier des actions permettant d améliorer le programme. Le rapport d évaluation est rédigé sous la supervision de la Direction des études ou de la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises. Sa rédaction s effectue avec le souci de refléter fidèlement la situation observée dans le programme, les consensus établis lors de l analyse des données et les commentaires et suggestions reçus des différentes parties consultées. Le rapport d évaluation contient les éléments suivants : 1. L état de situation du programme au départ. 2. Les facteurs considérés dans la décision d évaluer le programme. 3. Les enjeux de l évaluation, les critères et la méthodologie retenus. 4. La démarche suivie et la collecte des données. 5. Pour chaque critère retenu : les faits saillants des données recueillies ; les consensus établis sur l interprétation des résultats ; les mesures suggérées pour améliorer le programme. 6. Les conclusions générales de l évaluation du programme. 7. Un tableau synthèse des forces et des faiblesses constatées dans le programme et des actions proposées pour son amélioration. Cégep de Sept-Îles 10

13 Sur la base des résultats d analyse, des pistes d actions suggérées dans le rapport et des différents avis reçus, la Direction des études ou la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises élabore, en collaboration avec le comité de programme, un plan d action comprenant les éléments suivants : les mesures retenues en priorité pour améliorer le programme ; les modalités de leur mise en œuvre ; les personnes et groupes responsables de leur application. Ce plan d action est soumis avec le rapport d évaluation au comité de programme et à la commission des études pour analyse et recommandation au conseil d administration qui en fait l adoption. 9.3 LE SUIV I DE L ÉVALUA TION Chaque groupe ou personne associé à la mise en œuvre du programme contribue au suivi de l évaluation à l intérieur du champ d action qui lui est propre. La Direction des études ou la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises assure la diffusion des résultats de l évaluation dans le respect des principes déontologiques définis dans la politique. Dans leur rapport annuel, les comités de programme et les départements font état de l application des mesures du plan d action confiées à leur responsabilité. Chaque année, la Direction des études fait rapport au conseil d administration sur l application de la PIEP. 10. LE PARTAGE DES RESPONSABILITÉS La réalisation des tâches liées à l évaluation de programme fait appel aux instances, personnes et groupes suivants : le conseil d administration ; la commission des études ; la Direction des études ; la Direction de la formation aux adultes et aux entreprises 6 ; les autres directions et services du collège ; le comité d évaluation ; le comité de programme 7 ; les départements concernés ; les enseignants ; les étudiants. Le partage des tâches est résumé dans la matrice de responsabilités suivante : Pour les programmes d AEC seulement. Ces responsabilités sont assumées par la D.F.A.E. dans le cas des programmes d AEC. Cégep de Sept-Îles 11

14 Tâches liées à l'évaluation de programme Conseil d'administration Commission des études Direction des études D.F.A.E. (6) Autres directions et services du Collège Comité d'évaluation Comité de programme (7) Départements concernés Enseignants Adoption et mise en œuvre de la politique 1 Adopter la politique et ses modifications 2 Diffuser, appliquer et mettre à jour de la politique 3 Faire rapport sur l'application de la politique 4 Suggérer les modifications à apporter à la politique Gestion des programmes 5 Tenir à jour le système d'information sur les programmes 6 Tenir à jour un document de description du programme 7 Consulter les finissants sur la formation offerte et les services reçus 8 Obtenir et diffuser les données de réussite et le tableau de bord 9 Analyser et interpréter le tableau de bord du programme 10 Suggérer des ajustements pour améliorer le programme 11 Déterminer annuellement la liste des programmes à évaluer 12 Approuver le calendrier d'évaluation des programmes d'études Évaluation des programmes 13 Former le comité d'évaluation 14 Produire un état de situation du programme 15 Déterminer les enjeux d'évaluation et les critères pertinents 16 Produire le devis d'évaluation du programme 17 Donner son avis sur le devis d'évaluation 18 Approuver le devis d'évaluation 19 Élaborer les instruments de cueillette des données 20 Consulter les instances, groupes et personnes concernés 21 Participer à la cueillette des données 22 Analyser et interpréter les données recueillies 23 Produire des rapports d'étape et consulter les groupes concernés 24 Donner son avis sur les rapports d'étape 25 Suggérer des mesures pour corriger les faiblesses du programme 26 Produire le rapport d'évaluation 27 Approuver le rapport d'évaluation Suivi de l'évaluation des programmes 28 Élaborer le plan d'action du programme évalué 29 Approuver le plan d'action du programme évalué 30 Assurer le suivi du plan d'action du programme évalué Cégep de Sept-Îles 12

15 11. L APPLICATION ET LA RÉVISION DE LA POLITIQUE La PIEP entre en application dès son adoption par le conseil d administration. À chaque période de cinq années, la Direction des études dresse un bilan global de l applicatio n de la PIEP et le soumet à la commission des études pour avis au conseil d administration. Le bilan peut prévoir des modifications à la politique. Le bilan sur l application de la PIEP est soumis au conseil d administration qui approuve, le cas échéant, les modifications recommandées par la commission des études. ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 25 JUIN 1996 RÉVISION ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 17 JUIN 2003 Cégep de Sept-Îles 13

16 ANNEXE 1 PRINCIPES DÉ ONTOLOGIQUES LIÉS À L ÉVALUA TION DE PROGRAMME Les principes déontologiques suivants encadrent le comportement des personnes impliquées dans l évaluation, l exploitation et la diffusion des données : 1. La confidentialité des informations est préservée tout au cours du processus d évaluation. Aucun nom n est inscrit dans les rapports d évaluation à moins qu il n en ait été décidé autrement de façon explicite. 2. Les personnes exercent leurs tâches d évaluation avec discrétion et dans le respect intégral des individus et des groupes participants. 3. Les conflits d intérêt sont discutés ouvertement et honnêtement afin qu ils ne compromettent pas le processus et les résultats de l évaluation. 4. Les résultats d évaluation font l objet d une divulgation complète et honnête. 5. Le droit du public à l information est assuré dans le respect du droit à la vie privée et de la sécurité du public. 6. Les évaluations sont conçues et dirigées de telle sorte que les droits des personnes soient respectés et protégés. 7. Les évaluateurs respectent la dignité et la valeur humaines dans leurs contacts et leurs échanges avec les personnes associées à une évaluation. Cégep de Sept-Îles 14

17 ANNEXE 2 CRITÈ RES ET SOUS-CRITÈ RES D ÉVALUA TION PROPOSÉS PAR LA COMM ISSION D ÉVALUA TION DE L ENSE IGNEMENT COLLÉGIAL 1. LA PERTINENCE DU PROGRAMME : CONFORMITÉ DES OBJECTIFS, DES STANDARDS ET DU CONTENU DU PROGRAMME AUX BESOINS SOCIO-ÉCONOMIQUES ET SOCIO-ÉDUCATIFS 1.1. Les objectifs et les standar ds du programme d'études, déterminés par le ministre ou l'établissement, sont en accord avec les attentes et les besoins Les objectifs, les standards et le contenu du programme tiennent compte de l'analyse continue des besoins du marché du travail et du devenir des diplômés Les objectifs, les standards et le contenu du programme tiennent compte de l'analyse continue des attentes des universités, de l'accès des diplômés à l'université ainsi que de leur performance et de leur satisfaction à l'égard de leurs études collégiales Les objectifs et le contenu du programme sont en accord avec le projet éducatif, les valeurs et les objectifs généraux de l'établissement, y compris sa mission de développement régional. 2. LA COHÉRENCE DU PROGRAMME : AGENCEMENT DE LA STRUCTURE DU PROGRAMME, DE SON CONTENU ET DES ACTIVITÉS D'APPRENTISSAGES EU ÉGARD AUX OBJECTIFS ET AUX STANDARDS QUI LUI SONT ASSIGNÉS 2.1. Les objectifs du programme, déterminés par le ministre ou l'établissement, décrivent clairement les compétences à développer, ainsi que les standards établissant les niveaux ou degrés auxquels ces compétences doivent être maîtrisées au collégial Le programme comprend un ensemble d'activités d'apprentissage, axées sur la formation générale et la formation spécialisée, dont les objectifs propres sont chaque fois bien définis et inscrits dans le prolongement des objectifs du programme Le contenu de chaque activité d'apprentissage contribue à la réalisation des objectifs du programme Les activités d'apprentissage sont ordonnées de façon logique, allant du plus simple au plus complexe, et les séquences d'activités d'apprentissage facilitent l'introduction, l'approfondissement et la synthèse des différents objectifs Les exigences propres à chaque activité d'apprentissage (cours, laboratoires, travaux personnels) sont établies de façon claire et réaliste; ces exigences sont fidèlement reflétées dans les plans de cours ainsi que dans la pondération et le calcul des unités. Cégep de Sept-Îles 15

18 3. LA VALEUR DES MÉTHODES PÉDAGOGIQUES ET DE L'ENCADREMENT DES ÉTUDIANTS : MOYENS UTILISÉS POUR LEUR PERMETTRE D'ATTEINDRE LES OBJECTIFS DU PROGRAMME ET DE CHAQUE ACTIVITÉ D'APPRENTISSAGE 3.1. Les méthodes pédagogiques sont adaptées aux objectifs du programme et de chacune des activités d'apprentissage Les méthodes pédagogiques tiennent aussi compte des caractéristiques des étudiants pour les aider à maîtriser les objectifs du programme et des activités d'apprentissage selon les standards établis Les mesures de dépistage des difficultés d'apprentissage ainsi que les activités de conseil, de soutien et de suivi permettent aux étudiants de surmonter leurs difficultés d'apprentissage La disponibilité des professeurs permet de répondre à la demande des étudiants Les méthodes pédagogiques font l'objet d'une évaluation continue en vue d'être améliorées et maintenues à jour. 4. L'ADÉQUATION DES RESSOURCES HUMAINES, MATÉRIELLES ET FINA NCIÈRES AUX BESOINS DE FORMATION : QUANTITÉ ET QUALITÉ DES RESSOURCES AFFECTÉES AU PROGRAMME PAR L'ÉTABLISSEMENT 4.1. Le nombre et la qualité des professeurs sont suffisants, et leurs compétences sont assez diversifiées pour rencontrer les objectifs du programme et des activités d'apprentissage La motivation et la compétence des professeurs et des autres catégories de personnel sont maintenues par le recours, entre autres choses, à des procédures bien définies d'évaluation et de perfectionnement Le personnel de soutien est en nombre suffisant et détient les qualifications requises pour répondre aux besoins du programme Les locaux, les équipements et les autres ressources physiques sont appropriés en quantité et en qualité; leurs normes d'accès, d'entretien et de renouvellement sont conformes aux besoins de formation Les ressources financières sont suffisantes pour assurer le bon fonctionnement du programme. 5. L'EFFICACITÉ DU PROGRA MME : LES RÉSULTATS DES APPRENTISSAGES DES ÉT UDIANTS PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS ET AUX STANDARDS VISÉS COMPTE TENU DES RESSOURCES AFFECTÉES AU PROGRAMME 5.1. Les mesures de recrutement, de sélection et d'intégration permettent de former des groupes d'étudiants capables de réussir le programme Les exigences propres à chaque activité d'apprentissage sont effectivement respectées Les diplômés satisfont aux standards convenus en ce qui regarde l'acquisition des diverses compétences établies pour le programme. Cégep de Sept-Îles 16

19 5.4. Une proportion suffisante des étudiants complète le programme dans les délais prévus, compte tenu de leur régime d'études (i.e. temps complet ou partiel, et nombre moyen d'unités par inscrit) et de leurs caractéristiques Le taux de réussite des cours est satisfaisant et se compare bien avec ce qui est observé ailleurs dans les autres programmes et dans les autres établissements Les apprentissages des étudiants sont évalués conformément à la PIEA de l'établissement, laquelle aura été jugée satisfaisante par la Commission, tant dans son contenu que dans son application. 6. LA QUALITÉ DE LA GEST ION DU PROGRAMME : LES STRUCTURES ET LES MÉTHODES DE GESTION, LE CONTEXTE ORGANISATIO NNEL, LA MISE EN OEUVRE ET L'ÉVALUATION DU PROGRA MME 6.1. Les structures et les méthodes de gestion, ainsi que les moyens de communication en place favorisent la coordination et le bon fonctionnement du programme, de même que l'approche programme Les responsabilités de planification, d'organisation, de direction et d'évaluation du programme sont clairement définies et pleinement opérationnelles Des procédures claires aident à évaluer régulièrement, à l'aide de données qualitatives et quantitatives, les forces et faiblesses du programme et de chacune de ses activités d'apprentissage La description du programme d'études est dûment distribuée et expliquée aux étudiants de même qu'aux professeurs concernés. Cégep de Sept-Îles 17

20 ANNEXE 3 LE TABLEAU DE BORD DU P ROGRAMME LE TABLEAU DE BORD DES PROGRAMMES COMPREND LES INFORMATION S SUIVANTES : 1. Pour les programmes de DEC : Le facteur d attraction du programme : les demandes d admission dans le programme ; le nombre d inscriptions réelles dans le programme ; les réorientations vers d autres programmes ; les inscriptions dans le même programme dans d autres collèges. Les caractéristiques générales des étudiants à l entrée : le dernier diplôme obtenu et la base d admission ; la moyenne générale au secondaire des cohortes ; les cotes de réussite au secondaire ; des données sociodémographiques (âge, sexe, provenance, etc.) ; l application de mesures d accueil particulières. Le cheminement scolaire des étudiants : la réussite par cours ; la réussite à la 1 re session ; les annulations de cours ; l abandon scolaire ; la persévérance dans le programme ; les changements de programme ; les étudiants touchés par l application du règlement 48 ; la réussite à l épreuve uniforme en langue d enseignement et littérature ; la réussite à l épreuve synthèse de programme ; le taux de diplomation dans le temps prévu et à la période maximale d observation. Le placement des diplômés : les taux de placement ; la nature des emplois occupés ; les taux d admission à l université ; le cheminement des étudiants à l université. La satisfaction des finissants en regard : de l information donnée dans les plans de cours ; de la charge de travail exigée par les enseignants ; des méthodes d enseignement utilisées dans les cours ; du caractère adéquat des évaluations ; de l efficacité des mesures d aide et de soutien ; de la disponibilité des professeurs. Cégep de Sept-Îles 18

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE Règlement Procédure Politique Directive CA CE CG Direction générale Résolution : CA-13-365-7.02.01 Direction : Nouveau document Remplace le document

Plus en détail

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE VALORISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE Service émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 20

Plus en détail

Annexe à la résolution 197-CE-1582. Évaluation périodique des programmes. Guide de référence

Annexe à la résolution 197-CE-1582. Évaluation périodique des programmes. Guide de référence Annexe à la résolution 197-CE-1582 Évaluation périodique des programmes Guide de référence 19 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1. CADRE GÉNÉRAL DE L ÉVALUATION... 2 1.1 Objectifs de l évaluation...

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS

RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS Adopté par le conseil d'administration lors de sa 224 e assemblée, le 11 décembre 2001 (résolution n o 1857)

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s)

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s) L'application de cette politique est sous la responsabilité et la coordination de la Direction générale en collaboration avec la Direction des études et la Direction de la formation continue (langue d

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION, L INSCRIPTION ET LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS (R 11) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION,

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation L évaluation d unités académiques à l Université de Genève Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation Programmes de formation de base, approfondie et continue Bureau qualité Guide pour la rédaction

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À LA FORMATION GÉNÉRALE COMPLÉMENTAIRE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015

CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 CONDITIONS D ADMISSION ET CHEMINEMENT SCOLAIRE ANNÉE SCOLAIRE 2014-2015 Dans le but d alléger le texte et d en faciliter la lecture, le masculin a été utilisé comme genre neutre pour désigner aussi bien

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN CAHIER DES CHARGES

GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN CAHIER DES CHARGES GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN CAHIER DES CHARGES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À L'INTERNATIONALISATION ET À L'ÉDUCATION INTERCULTURELLE ET CITOYENNE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec)

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Annexe E Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Pour une gestion orientée vers l'impact Guide pratique de S&E des projets Table des matières

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET

RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET Adoption et entrée en vigueur : 28 janvier 1999 Premier amendement : 25 septembre 2014 RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES

APPROCHE PAR COMPÉTENCES APPROCHE PAR COMPÉTENCES GUIDE D ÉLABORATION DES ACTIVITÉS D APPRENTISSAGE Phase I Élaboration du programme d études local Louise Savard Conseillère pédagogique Hiver 2004 Table des matières 1. PROCÉDURE

Plus en détail

COLLÈGE AHUNTSIC. PLAN STRATÉGIQUE 2008-2013 BILAN et PROSPECTIVE

COLLÈGE AHUNTSIC. PLAN STRATÉGIQUE 2008-2013 BILAN et PROSPECTIVE COLLÈGE AHUNTSIC PLAN STRATÉGIQUE 2008-2013 BILAN et PROSPECTIVE (consolidation des 4 derniers bilans annuels du plan stratégique par les directions du Collège) DOCUMENT DE TRAVAIL Vu au Comité de pilotage

Plus en détail

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES

DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES (PROGRAMME EN ATTENTE) AEC en ASSURANCE DE DOMMAGES DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE DES ACQUIS ET DES COMPÉTENCES Service de la reconnaissance des acquis et des compétences de Lanaudière T 1 888 758-3654 -

Plus en détail

Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM

Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM Plan de rédaction d un projet de programme d études UQAM Ce document est une version modifiée du Guide d'élaboration d'un projet de nouveau programme de 2e ou de 3e cycle de l Université du Québec, disponible

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

CAHIER DE PROGRAMME SOINS INFIRMIERS (180.A0)

CAHIER DE PROGRAMME SOINS INFIRMIERS (180.A0) CAHIER DE PROGRAMME SOINS INFIRMIERS (180.A0) DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes : 1. Avoir réussi

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 24 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 63 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 22 mai 2015

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE N o 11 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Adoptée le 14 juin 2005 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 14 juin 2005 (CA-05-06-14-19) Cégep de Drummondville 960,

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

Organiser ses ressources pour mieux apprendre : gérer son temps, son espace et ses outils de travail

Organiser ses ressources pour mieux apprendre : gérer son temps, son espace et ses outils de travail Introduction Auteur : François Ruph (Équipe de production) Organiser ses ressources pour mieux apprendre : gérer son temps, son espace et ses outils de travail Objectif : Comprendre le rôle de l organisation,

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE (À

NORME PROFESSIONNELLE (À NORME PROFESSIONNELLE (À utiliser pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Séance du 11 mars 2014 Point 5 de l ordre du jour Règles générales relatives aux modalités d évaluation des étudiants en Licence et en Master pour

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Attestation d études collégiales Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Le programme d attestation d études collégiales (AEC) Courtage immobilier résidentiel est d une durée de 570 heures L'objectif

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015 LICENCE Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : ARTS DU SPECTACLE Tronc commun : L1-L2-L3 Parcours : Spectacle et musique Numéro d accréditation : [20140588] Régime : formation initiale et formation

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE Adoptée le 24-avril 2013 CA-13-184-1536 L usage du genre masculin inclut le genre féminin;

Plus en détail

Règlement d études 2013 LL.M Banking & Finance 2 de 6

Règlement d études 2013 LL.M Banking & Finance 2 de 6 LL.M. Banque et Finance Maîtrise universitaire d études avancées en droit bancaire et financier LL.M. Banking and Finance Master of Advanced Studies in Banking and Financial Law Règlement d études 2013

Plus en détail

COURS COLLÉGIAL RÈGLEMENT D ADMISSION 1

COURS COLLÉGIAL RÈGLEMENT D ADMISSION 1 DI RECTIO N DE S ÉTUDE S COURS COLLÉGIAL RÈGLEMENT D ADMISSION 1 1. CHAMP D APPLICATION Tout en respectant la tradition du Collège quant à ses hauts standards de formation académique ainsi que sa vocation

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC Table des matières PRÉAMBULE ----------------------------------------------------------------------------------------------- 3 1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Adoption par le conseil d établissement : Résolution : CECL1109-21-09 Date : 21 septembre 2011 Résolution : Date :

Adoption par le conseil d établissement : Résolution : CECL1109-21-09 Date : 21 septembre 2011 Résolution : Date : TITRE : Règles d application du Cégep régional de Lanaudière à L Assomption relatives au Règlement n o 6 sur l admission des étudiants au Cégep régional de Lanaudière Adoption par le conseil d établissement

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION ET DE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

POLITIQUE DE PROMOTION ET DE CLASSEMENT DES ÉLÈVES POLITIQUE DE PROMOTION ET DE CLASSEMENT DES ÉLÈVES SERVICES ÉDUCATIFS Adoptée par l'ordonnance 92-068 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE.... 1 1.1 Objectif général.... 1 1.2 Objectifs spécifiques......

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE

AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE UNITED NATIONS NATIONS UNIES Réf : HRSS/15/09/1366 AVIS DE VACANCE DE POSTE TEMPORAIRE P-3 Assistant spécial du Directeur de la Division de l administration Classe du poste Titre fonctionnel Commission

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013)

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. OBJECTIFS Gérer efficacement

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts du spectacle - Cinéma de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Politique no 2 Politique de gestion des espaces Faculté des sciences humaines (Adoptée le 14 décembre 2012)

Politique no 2 Politique de gestion des espaces Faculté des sciences humaines (Adoptée le 14 décembre 2012) Politique no 2 Politique de gestion des espaces Faculté des sciences humaines (Adoptée le 14 décembre 2012) Article 1 Disposition générale L objet de la Politique de gestion des espaces à la Faculté des

Plus en détail

INSPECTION EN BÂTIMENT EEC.2W

INSPECTION EN BÂTIMENT EEC.2W Attestation d études collégiales (AEC) INSPECTION EN BÂTIMENT EEC.2W Formation en classe virtuelle Responsable de la formation : Hélène Martin : 418 723-1880, poste 2547 ou 418 629-4190, poste 5225 Type

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Transcription médicale

Transcription médicale Attestation d études collégiales (AEC) de perfectionnement Transcription médicale LCC.07 Formation en mode virtuel 2014 Transcription médicale LCC.07 (Formation en mode virtuel) Responsable du programme

Plus en détail

Bienvenue. au Collège Montmorency. Présentation destinée aux nouveaux admis

Bienvenue. au Collège Montmorency. Présentation destinée aux nouveaux admis Bienvenue au Collège Montmorency Présentation destinée aux nouveaux admis Document mis à jour le 3 avril 2015 Conditions d admission au collégial Conditions minimales pour être admis au cégep : Diplôme

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

INSPECTION EN BÂTIMENT - EEC.2W

INSPECTION EN BÂTIMENT - EEC.2W Attestation d études collégiales (AEC) INSPECTION EN BÂTIMENT - EEC.2W Formation en classe virtuelle à temps plein de soir INSPECTION EN BÂTIMENT EEC.2W Type de sanction : Titre du programme : Attestation

Plus en détail