Le Concept «BIG DATA»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Concept «BIG DATA»"

Transcription

1 Le Concept «BIG DATA» Nouveaux enjeux technologiques par Jean-François Marcotorchino 8 Big Data : quelques questions à se poser Big Data : révolution ou évolution naturelle? L Le phénomène Big Data, par son intitulé simple et porteur, facilement englobant, génère un intérêt manifeste et a droit à une couverture médiatique tout à fait exceptionnelle surtout depuis 3 ou 4 ans. Ce buzz médiatique est encore plus fort que celui qui s est produit auparavant pour le Data Mining et le Cloud Computing, qui l ont précédé chronologiquement tout en lui étant collatéralement associés. Le Cloud Computing, par exemple, a été facilement considéré par les spécialistes des Systèmes d Information comme une rupture dans la façon dont ils allaient fonctionner désormais. Pourtant il repose sur un substrat technologique et technique paradoxalement plus facilement assimilable que celui qui caractérise l ensemble des approches Big Data, lesquelles sont complexes, multiformes et en voie de stabilisation au moins pour certaines d entre elles. Ceci augure-t-il une acceptation plus délicate pour le Big Data? Le Data Mining quant à lui, qui préexistait au Big Data, et peut donc y être associé plus directement encore, ne bénéficiait pas jusqu ici de structures d accès et de distribution des données suffisamment rapides et souples pour pouvoir donner pleinement la mesure de ses potentialités. Nous allons essayer de présenter, quelques indications sur ce qui caractérise ce phénomène Big Data et sur ce qui relève ou non de son appellation. Nous déclinerons ensuite quelques-uns de ses impacts et caractéristiques. Big Data : un nouveau phénomène de mode? Top 10 Strategic(*) Technologies (2012) (Source Gartner Group 2012) Media Tablets Mobile Centric Applications and Interfaces Contextual and Social User Experience Internet of Things Apps Stores and Marketplaces Next Generation Analytics Big Data In-Memory Computing Extreme low Energy Servers Cloud Computing (*)Strategic Technology: one with a significant impact in the next Three years Worldwide Data Collections: 7,9 ZETTABYTES by 2015 EQUIVALENT to 18 MILLION Libraries of Congress Le Big Data est-il un nouveau phénomène de mode? le besoin de ces approches est-il vraiment incontournable? Ces questions ont été abordées dès Juin 2011 par Mac Kinsey Global Institute (MKGI)» au travers d une étude Consulting détaillée sur le phénomène Big Data, ce document à visée marketing a été très largement diffusé, nous allons brièvement réinterpréter les conséquences qu il induit en essayant de sérier les problèmes qui en découlent. D autres instituts de conjonctures économiques comme le Gartner Group par exemple, (dont nous donnons ci-après la vision des 10 technologies les plus stratégiques pour 2012) ou IDC, ainsi que des laboratoires académiques d universités américaines et européennes célèbres (MIT, Stanford, Berkeley, Imperial College, Paris VI UPMC ainsi que de nombreux journaux d information professionnelle ou spécialisée ont publié des articles dédiés à cette thématique ou consacré des numéros spéciaux à ce nouveau paradigme (comme la Harvard Business Review). Même des journaux grand public comme le New York Times, ont largement contribué à la célébrité actuelle du phénomène Big Data par des articles et des rapports repris par la presse informatique spécialisée ou généraliste. Après lecture de ces articles, il apparait qu il en va du phénomène Big Data comme de beaucoup d autres phénomènes de nouvelles tendances technologiques qui l ont précédé : il y a de facto du progrès réel à attendre mais il y a aussi quelques exagérations qu il convient de modérer. Nous allons essayer de montrer les axes où nous pensons que ces progrès auront un impact sérieux sur notre façon de fournir des solutions à nos clients, tout en démystifiant, si nécessaire, certaines fausses bonnes idées. Avant d aller plus loin, revenons sur quelques définitions comme celles données ci-dessous qui sont traduites et extraites du rapport du Mac Kinsey Global Institute à propos des concepts reliés au Big Data, à commencer d ailleurs par la définition de ce que pourrait être la frontière des tailles relatives au Big Data. TELECOM n 169 / BIG DATA

2 1 Big data fait référence à des ensembles de données dont la taille va au-delà de la capacité actuelle des logiciels de gestion de base de données pour capturer / stocker / gérer et analyser. 1 Les problèmes liés au Big data ne sont pas seulement liés aux questions de volume des données, mais aussi aux questions de complexité de gestion de celles-ci (ex. grands graphes connectés dans le champs sémantique) (source: Mac Kinsey Global Institute) Le rapport du Mac Kinsey Global Institute (voir alinéa n 2 de l encart précédent) et le tableau des 10 Technologies clefs de 2012 du Gartner Group, insistent bien sur le fait que le Big Data et l Advanced Analytics (nouvelle génération d outils scalables, que certains appellent déjà le Big Analytics ) sont étroitement liés. Il s avère que le fait de manipuler de grandes quantités de données ne suffit pas à caractériser une application ou un traitement de Big Data, encore faut-il montrer que l on a besoin d être à la fois quasi exhaustif sur le traitement des données et que l on a réellement besoin de l analyse de toutes ces collections à la fois. Il est important de comprendre dans ce contexte nouveau, la dualité existante entre : les avancées réelles qu apportent le Big Data, au niveau du traitement d applications qui étaient totalement limitées et contraintes par des problématiques de scalabilité ou de possibilité de stockage, et qui deviennent, de ce fait, accessibles à l analyse. Et l extension de certains processus d analyse des données actuellement très répandus, qui utilisent des techniques anciennes ou éprouvées, mais qui bénéficieront à terme des nouvelles capacités, offertes par le contexte Big Data, ce qui permettra de les améliorer de façon très significative. Comment faisait-on avant l arrivée du concept Big Data? Voici d autres questions connexes : le besoin de ces approches est-il vraiment si crucial et si incontournable que cela? pourquoi ne pas pratiquer des sondages par échantillonnages 1 pour éviter d analyser de trop grands volumes de données? la notion de big sample (c est-à-dire un panel contenant jusqu à exemples extraits des bases de données globales 2 ) n est-il pas la panacée? Pourquoi les méthodes existantes issues du Business Intelligence ont-elles atteint leurs limites, même si elles sont utilisées de façon intensive aujourd hui, en particulier dans le secteur du Customer Relationship Management (CRM)? En fait, la vraie question qui les résume toutes pourrait être la suivante : en quoi l afflux massif de données nécessite-t-il une adaptation de rupture pour les méthodologies d analyse des données usuelles (data mining & data clustering, advanced & visual analytics)? Aboutissant de-facto à une prédéfinition du concept de Big Data partagée par la plupart des acteurs du domaine à savoir : 1 Le paradigme Big Data c est l association de collections extrêmement volumineuses de données à des algorithmes totalement dédiés permettant des exploitations allant bien au-delà de l application classique des processus et des méthodologies usuelles de l Analyse des données. Calcul Intensif (HPC) vs Big Data? On n a pas attendu les années actuelles pour manipuler des masses considérables de données dans des Centres dédiés et équipés de machines très puissantes. Il est opportun de bien différencier ce qui relève du Calcul Intensif ou ( HPC High Performance Computing), proprement dit, de ce qui relève de l appellation Big Data. En effet en France, par exemple, sous la houlette du GENCI (Grand Equipement National de Calcul Intensif), un certain nombre de Centres équipés de machines hyperpuissantes œuvrent pour l Etat au bénéfice d utilisateurs provenant essentiellement du milieu Scientifique et Recherche à vocation plutôt académiques et universitaires. Ainsi en est-t-il de l IDRIS (Institut du Développement et des Ressources en Informatique Scientifique) du CNRS, du CINES (Centre Informatique National de l Enseignement Supérieur) de Montpellier, du CCRT du CEA localisé sur le site de Bruyères-le-Châtel, et du CERFACS de Toulouse (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en calcul Scientifique). Ces moyens de calcul servent à relever de grands défis scientifiques. Total (pour la sismique), EADS (pour l aérodynamique), EDF (pour ses plans de charge réseau électrique), METEO France (pour les modèles d analyses de prévision climatique) etc., utilisent ces grands centres de calcul dont l objectif est de développer des méthodes de simulation numérique avancées ainsi que les solutions algorithmiques qui adressent de grands problèmes scientifiques et techniques. Sur l ensemble de ces Centres on constate que la puissance de calcul est essentiellement dédiée à de grandes simulations dans le domaine de la physique ou dans les sciences de la vie (simulations moléculaires in vitro), plus rarement aux modèles financiers et quasiment pas aux modèles liés à l exploitation de données à valeur marchande. En conclusion ce qui différencie le HPC et l actuel phénomène Big Data c est d une part le type de problématiques (et donc de données) qui sont exploitées dans les quatre centres cités (données extrêmement spécialisées, adressés par des équipes multidisciplinaires sous forme de défis techniques), d autre part le fait que c est plus la difficulté des calculs que la masse des données à analyser qui, pose problème dans le cas du HPC (aspect combinatoire versus faisabilité calculatoire 2 ). En effet ce qui fait l intérêt du Big Data, c est une exploitation systématique de grandes bases de données, devenues accessibles à des acteurs qui ne pensaient pas possible leur exploitation, ou encore qui 9 [1] Un palliatif classique au couple Big Data /Big Analytics est le recours aux sondages. Ceci permet éviter l aspect «Big» du problème. Malheureusement pour pratiquer d excellents sondages encore faut-il bien sûr connaître à l avance (c est rarement le cas) la population mère sur laquelle on travaille (du fait du redressement par quota et stratifications comme pratiqué par l IFOP, le CSA, Gallup, Opinion Way, etc. qui s appuient eux sur le recensement INSEE pour faire leurs prévisions et c est pour cela qu elles sont bonnes). Enfin et c est souvent plus grave, dans des domaines comme le diagnostic médical, la détection de la fraude, l octroi de crédits etc. on passe à côté des «niches» au sein de la population dans l approche par sondages, or une niche c est souvent une «pépite» en tout cas une structure à comportement hors normes et à fort potentiel interprétatif et décisionnel (tant au niveau financier que des risques générés). [2] A titre d exemple, de cet aspect hautement combinatoire, non lié à la taille des données : le partionnement optimal de structures à N éléments est un problème hautement combinatoire, ainsi pour N=10000 Objets (ce qui n est pas un très grand nombre en soi), le nombre total de solutions possibles est de l ordre de (estimation obtenue grâce aux bornes de de Bruijn et Berendt-Tassa(2010), du nombre de Bell), nombre monstrueux par ailleurs. Même s agissant d heuristiques ad hoc (la solution exacte étant inenvisageable ici), l adéquation d une algorithmique puissante et de capacités de parallélisme permet d éviter l exploration systématique de toutes les solutions possibles. C est du «calcul intensif» mais pas de l analyse «Big Data». BIG DATA / TELECOM n 169

3 10 n avaient pas perçu le tropisme Data Driven Analytics (laisser parler les données) qui leur est associé. HPC n est donc pas synonyme de Big Data mais peut en faire partie si l on considère que la puissance des machines de traitement des données et les procédures de parallélisation des codes sont des composantes clés du processus. Ceci dit la taille importante des données ne caractérise pas forcément un projet Big Data. Désambigüisons cette idée en précisant ce que nous entendons par : Big Data par extension vs Big Data intrinsèque a) Le Big data par extension Il consiste à gérer pratiquement et concrètement les applications métier dont on a besoin sans être obligé, tout au moins à l heure actuelle, de faire de l exploitation exhaustive de toutes les données dont on dispose, même si celles-ci sont en très grand nombre. L apport des méthodologies Big Data pouvant être un facteur d amélioration considérable d un processus d analyse qui donne néanmoins déjà une certaine satisfaction. Pour illustrer ce point, considérons le cas du service Marketing d un grand opérateur du B2C qui veut segmenter sa clientèle pour adapter ses offres à des clients divers et qui désire les fidéliser dans un contexte de concurrence exacerbée et de guerre des prix. Pour se faire on ne travaille pas exhaustivement sur la base des profils de plusieurs millions de clients (pour certains opérateurs connus) que l on a renseignée mais sur un big sample représentatif des clients que l on possède. Sur ce big sample (qui peut aller jusqu à individus) on possède des renseignements traditionnellement présents dans les bases, plus des informations particulières sur ces clients tests, ce qui peut représenter des centaines de variables comportementales, biométriques et sociologiques. Parmi les exploitations basiques et très classiques de ces bases de données sample deux résultats sont attendus : une segmentation de clientèle gérable par les business lines (agences commerciales) et des programmes de cross selling 3 raffinés et efficaces. La segmentation de clientèle en CRM consiste à découper la population globale en segments typés dans lesquels les clients ont des profils (au sens de la base de données) voisins ou similaires. Cette segmentation globale consiste donc en un clustering (ou partionnement) de la base big sample en un nombre de classes que l on doit estimer et dont on cherche la pertinence (en l occurrence, dans ce cas, un compromis entre le fait d avoir des classes différenciées en nombre raisonnable et le fait d avoir des classes suffisamment homogènes). On aboutit, en général, à des segmentations 4 à une quarantaine de classes maximum, (information fondamentale sur la structure de la population étudiée), que l on va exploiter partiellement ou totalement. En effet, une fois validé un nombre de classes adéquat pour des objectifs fixés, on réaffecte l ensemble des clients de la base mère (celle des millions de clients) sur les segments trouvés, cette fonction de réaffectation par comparaison vectorielle aux profils représentatifs des classes est typiquement une opération Big Data, car elle porte sur l exhaustivité de la base. En effet, nous venons de le voir, on peut extraire par sondages simulés big sample, toutes les informations dont on a besoin. Nous sommes alors typiquement dans du Big Data par extension», puisque la taille certes monstrueuse des données ne conditionne nullement les traitements et l exploitation qui en est faite. Le Big Data par extension c est donc l existence d un potentiel d amélioration très conséquent au niveau de processus d analyse qui utilisent aujourd hui un certain nombre d artefacts méthodologiques comme palliatifs des incapacités ou limitations calculatoires. b) Le Big Data intrinsèque» Dans ce cas, contrairement au cas précédent, où il existe des échappatoires, on est confronté dès le départ à une complexité de la problématique à résoudre qui se situe simultanément au niveau de la taille des données à manipuler et au niveau de la combinatoire des calculs à effectuer. On ne peut gérer cet environnement sans faire appel à des algorithmes d exploitation ou de stockage qui tirent parti de la structure même des données qu on analyse. Pour comprendre pourquoi les méthodes actuelles d exploitation et d analyse des grandes bases de données sont limitées quant à leur potentialité d application sur ces très grands volumes de données spécifiques, prenons le cas, (exemple pratiquement d école), relatif à la recherche de communautés dans les réseaux sociaux. Ceci sert à plusieurs types d applications certaines relevant par exemple du Marketing ( ereputation, propagation de rumeurs, social marketing ) ou de la Sécurité du territoire (recherche de communautés de hackers en Cyber Sécurité, recherche de communautés de fraudeurs (aux paiements par carte en e-business, ou aux remboursements ou aux prestations étatiques : Sécurité Sociale, CNAV, CNAM etc.) ou encore recherche de communautés agissantes dans le domaine du COIN (Counter Insurrection), etc.). Posons alors clairement le problème : pour analyser les communautés qui pourraient éventuellement nous intéresser, encore faudrait-il les identifier, avant même d analyser le contenu de ce que ces communautés ont échangé ou sont en train d échanger entre leurs membres (par des techniques de traitement et d extraction sémantique de type TAL (Traitement Automatique du Langage) ce qui est l étape ultérieure du traitement et qui n est pas simple non plus. Donnons quelques chiffres sur quelques réseaux sociaux pour nous rendre compte de l immensité du champ d observation: Facebook (1,260 Billion Noeuds, 93 Billion liens, Twitter (0,400 Billion Noeuds), LinkedIn (0,205 Billion Noeuds) etc. Dans ce cas, nous sommes vraiment dans du Big Data à proprement parler ou Big Data intrinsèque, et la problématique consistant à délimiter les communautés les unes par rapport aux autres est un challenge si complexe que de nombreuses universités prestigieuses s y sont attaqué et continue à le faire (il s agit ici, côté américain : du MIT, de Stanford, de Cornell, etc. côté européen encore une fois : de l Imperial College de Londres, de l Université d Helsinski de l Université [3] Le «Cross Selling», recouvre le concept de la «vente croisée», outil fondamental du CRM en B2C, il se déroule en 3 étapes et consiste 1) à segmenter une grosse sous-population de clientèle puis 2) à qualifier chaque segment de clientèle trouvé, enfin, 3) à rechercher dans la population mère totale des individus ayant un profil voisin de celui des membres des segments qui ont déjà acheté un certain nombre des produits de cette compagnie. [4] Sur un échantillon de taille non négligeable, la segmentation de clientèles devient un problème non trivial si elle est pratiquée dans les règles de l art (voir la remarque de la note de bas de page n 3). C est la raison pour laquelle, certains utilisent la méthode des K-means (où l on fixe a l avance le nombre de classes) pour pratiquer la segmentation de clientèle sans complexe. Bien qu erronée cette approche est pourtant très largement pratiquée TELECOM n 169 / BIG DATA

4 de Louvain, du Laboratoire Complex Networks de l université Paris VI etc.). Le problème est tout à fait identifié et porte un nom très précis : il s agit de la modularisation de très grand graphes, dont nous donnons ci dessous une représentation illustrée : Modulariser un graphe c est faire apparaître automatiquement les clusters latents du graphes (en l occurrence dans le cas des réseaux sociaux : les communautés cachées). L analyse exhaustive devient une nécessité ici, car on ne connaît pas a priori le nombre et la nature des communautés. La découverte de ces clusters peut paraître un problème simple (quand il n y a que quelques centaines de sommets) mais il devient quasi insurmontable quand on s adresse au graphe du réseau de Twitter par exemple (avec ses 400 millions de nœuds et ses milliards de liens un lien [i,j] étant simplement le fait qu au moins une fois le nœud i et le nœud j se sont envoyé un tweet ). On voit tout de suite le challenge, il faut pouvoir stocker les données (et l on verra aux paragraphes suivants que ceci n est pas un challenge trivial, mais qu il existe déjà des architectures et des technologies de stockage qui tiennent compte de l aspect réticulaire des données positionnées sur les nœuds du réseau, exemple : InfinityGraph ou Neo4j). Mais il faut en même temps pouvoir découvrir les communautés (cliques du graphe) de façon automatique : pour cela il faut un critère de partitionnement en modules ou clusters qui soit efficace (en l occurrence il est impératif qu il soit linéaire à la fois globalement et localement à tous les niveaux du graphe, pour que l algorithme adéquat (forcément dans ce cas une heuristique ad hoc) puisse bénéficier de cette propriété de linéarité locale. Un tel critère existe, il a été introduit il y à 8 ans par deux physiciens américains : Mark Newman et Michelle Girvan. Une fois les communautés détectées, il importe si nécessaire de les analyser communauté par communauté, au niveau du contenu des échanges entre les membres de ces communautés. Pour se faire, on utilise des outils d analyse sémantique d extraction d entités nommées. Cet exemple montre ce qu est une vraie procédure d exploitation Big Data intrinsèque. Pourquoi l avènement du concept Big Data maintenant? Parmi les causes totalement intuitives de la montée en puissance du concept de Big Data ces toutes dernières années, l augmentation des collections de données, accessibles par de nombreuses industries qui ne pouvaient ou ne pensaient pas pensable le stockage de l information massive, est certainement l un des facteurs majeurs. Une seconde cause est fondamentalement l aspect de plus en plus multimodal et multiforme des données transmises, adressables ou échangées, (vidéos, images, sons etc. en plus du texte et des données numériques structurées). Les données de type images, vidéos sons et textes nécessitent des capacités de stockage beaucoup plus importantes que celles requises jadis par les données numériques structurées. Enfin bien entendu le développement du Cloud Computing, qui est intrinsèquement un générateur de problématiques Big Data. Le transfert d information multimodales extrêmement massives via les smart phones, les réseaux sociaux, mais aussi au travers des opérateurs du e-commerce est également à l origine du phénomène Big Data, ne serait ce que par rapport à la question cruciale mais évidente : comment stocker toute ces informations?. Toujours est-t-il que la tendance aux transmissions de données mobiles et dynamiques a coïncidé avec le démarrage des premiers articles consacrés au concept de Big Data, prônant d ailleurs au départ une rupture dans la façon de stocker les données. Une dépendance à la technologie? En effet, au départ des ruptures importantes se sont produites dans la façon de stocker l information, du fait du passage à l échelle internet. Ces ruptures ont été poussées par les acteurs fondamentaux du Net que sont Google, Yahoo, Amazon, Facebook, et, dans une moindre mesure, LinkedIn, Twitter, e-bay. Le contexte industriel particulier à ces entreprises est souvent sous-estimé. Elles ont comme point commun une culture d entreprise guidée par l innovation et n ont aucun état d âme à mettre en œuvre les transformations technologiques et organisationnelles nécessaires à la réussite de leur modèle. Ces ruptures se sont bâties en tenant compte de résultats de chercheurs éminents comme Eric Brewer de Berkeley (Théorème CAP 5 ) ou Jon Kleinberg de Cornell (Théorème CIA) qui ont été associés aux équipes de recherche de Google, Yahoo, Facebook et Amazon et qui tous, ont contribué à l essor, sous le vocable de NoSQL (Not Only SQL) d une nouvelle philosophie de stockage intelligent des données. Bref générant une plus grande souplesse de stockage des informations, permettant des requêtages accélérés, avec une capacité adaptation et une flexibilité fortes, liées aux structures de données elles mêmes: le contraire de la pensée unique SQL/MySQL imposée par le modèle des bases de données relationnelles. En résumé : une simplification des procédures d indexation associée à une affectation claire du type d architecture par grands domaines d activité (ainsi les approches massivement distribuées adossées aux structures fondées sur les bases de données orientées colonnes type Cassandra ou HBase sont-elles adaptées aux métiers des sites marchands du Web comme Amazon par exemple, d autres plutôt liées aux propagations arborescentes que l on rencontre dans les réseaux sociaux sont adaptées à l exploration des grands graphes du Net, telles : InfinityGraph, Neo4j etc.). Enfin des compromis entre disponibilité, Tolérance au Partitionnement des données et Consistency sont à trouver pour ne pas perdre les bonnes fonctionnalités des approches SQL (type 11 [5] En effet le «Théorème CAP» (Consistancy, Availability (disponibilité), Partition Tolerance (tolérance au Partitionnement), propose un cadre théorique structurant au domaine des grandes architectures de bases de données massivement partagées au travers des 3 propriétés suivantes dont seules 2 sont possiblement vérifiables en simultanéité : 1)Consistance (Consistency /C) : Tous les clients voient la même vue même lorsqu il y a des mises-à-jour, en fait il s agit du Atomicity des propriétés ACID des bases relationnelles. 2)Disponibilité (Availability /A) : L ensemble des clients peuvent trouver des données répliquées, même lorsqu une avarie survient quelque part. 3)Tolérance au Partitionnement (Partition-tolerance /P) : Le système est tolérant au partitionnement, c est-à-dire au découpage pré-établi des index. BIG DATA / TELECOM n 169

5 12 HIVE au dessus de Hadoop, permettant d utiliser Hadoop avec une syntaxe proche de SQL) vont sans doute se développer de façon plus intensive, dans une optique appelée BASE ( Basically Available, Soft state and Eventually consistant ). Le besoin initial est effectivement venu du Web Searching, via les des opérateurs du Net que sont Google, Amazon, Facebook pour faire de l exploration à partir d un mode de stockage plus adéquat que les approches par bases de données relationnelles, qui ne pouvaient satisfaire la contrainte de multi-colonnes non figées. Ces entreprises pionnières, fortement influencées par la culture Open Source Software (OSS), ont fini par mettre à disposition leurs bases de code : la base Cassandra a été transférée en 2008 par Facebook à la fondation Apache et a sans doute été le signal de départ d un mouvement d appropriation de ces outils par la communauté OSS et par ricochet a engendré un fort intérêt dans les domaines connexes tels que les bases orientées documents non-structurés et orientées graphe. Un exemple très simple et clair du principe d adéquation différenciant les approches par Web Search des stockages par Data Bases classiques (relationnelles, relevant de SQL) est celui donné par la liste de A. Deshpande de l Université du Maryland : 1 Databases Structures ensure ACID (Atomicity, Consistency, Isolation, Durability) 1 Web search engines don t care about most of those properties but must be aligned with the CAP Theorem constraints: 1 Brewer s CAP Theorem constraints==> Among Consistency, Availability, and tolerance to Partitions properties, you must choose Two. Verifying simultaneously those 3 constraints is impossible (ex: Databases structures choose essentially A &C whilst Web search engines choose essentially A & P or C&P 1 A compromise? the BASE concept: (Basically Available, Soft-state and Eventually consistent) ==> be flexible and accept not to fulfill entirely the explicit constraints Classification par catégorie de quelques architectures de stockage NoSQL : 1 BDD Orientées colonnes : (HBase, Hypertable ou Cassandra, etc.), elles sont fondées sur le concept de BigTable de Google 1 BDD fondées sur la théorie des graphes (Euler, implémentée par Neo4J, InfinityGraph, etc.). 1 BDD Orientées clé-valeur (Voldemort, Dynamo, Riak etc.). 1 BDD Orientées documents, comme (CouchDB. ou MongoDB.) Le besoin associé à la diversification du recueil de données Soit parce que la crainte de la non scalabilité de certains processus d analyse tend à disparaître, soit parce que certains types de données sont enfin recueillis et stockés en vue de futures exploitation, toujours est-il que l univers des possibles s agrandit du fait de la nouvelle capacité offerte d adresser des bases de données de tailles gigantesques en mode : Data driven (exploitation totale et exhaustive des bases) à l opposé de ce qui était pratiqué en général aujourd hui via des requêtages orientés, au travers de SQL ou de l OLAP ( On Line Analytical Process ) en mode : Hypothesis driven. Souvent, d ailleurs, au lieu d opposer ces deux approches devrait-on les considérer comme complémentaires. Un exemple du croisement du data driven mode et du hypothesis driven mode, est donné, par exemple, par la navigation dite par Intelligent Query (vous posez une question à une base de données et le système vous renvoie non seulement la réponse à votre requête mais également les réponses voisines en relaxant certaines contraintes de votre question). Une Complémentation de l offre logicielle classique par des extensions orientées Big Data Microsoft, Oracle et IBM ont investi au cours de la vague de rénovation IT démarrée en 2005 des milliards de dollars 6 en R&D, marketing, acquisitions et offres qu ils ont bien l intention de continuer à rentabiliser. L enjeu est pour eux double : continuer à supporter la base installée de leurs produits et prendre des parts de marché sur le segment en croissance du Big Data, quoi que cela veuille dire pour eux. Certaines d entre elles ont choisi de s appuyer sur Hadoop et MapReduce c est le cas d IBM et d Oracle. Mais elles doivent réagir vite et innover sous peine de lourdes déconvenues potentielles. Des technologies novatrices qui tirent le concept Big Data =>(le Big Analytics) Si l on s en réfère à la liste des techniques et technologies, telle qu elle apparaît dans le rapport MKGI, on est surpris de voir citées des approches qui ne sont pas directement associées de façon indiscutable avec le paradigme Big Data, et qui préexistaient avant son avènement. En passant en revue cette liste, qui a le mérite d exister et d être souvent citée par les consultants Big Data, nous en avons extrait quelquesunes qui relèvent intrinsèquement du paradigme Big Data, soit parce qu elles nécessitent des temps de calcul variant linéairement avec le nombre d items à analyser, soit parce qu elles sont assez facilement parallélisables. a) Les règles d association (affinity analysis) Cette technique est l une des rares de la liste MKGI qui relève vraiment du paradigme Big Data. Inventée par Rakesh Agrawal et Ramakrishnan Srikant en 1994, elle utilise le principe de matchings de listes vectoriels et de calculs de produits scalaires linéaires, elle produit des indices d affinité. Dans le cas où l on fait jouer le temps comme paramètre sous-jacent on appelle cette technique : Sequential Patterns discovery. En tout état de cause, elle relève tout à fait du processus Big Data en ce sens qu elle a été utilisée pour traiter des affinités dans l association d achat de produits à partir des bases de logs de magasins USA, sur plus de de tickets de caisse sur une nomenclature produits de items. Très rapide et efficace, elle permet des calculs optimisés en O(n). C est vraiment une solution algorithmique qui porte bien haut le label Big Analytics. b) Classification Le cas de la classification supervisée 7 (sauf dans la partie du processus où l on pro- [6] 16 Milliards de $ pour IBM par exemple TELECOM n 169 / BIG DATA

Synthèse d étude et projets d'intergiciels. Base NOSQL

Synthèse d étude et projets d'intergiciels. Base NOSQL Synthèse d étude et projets d'intergiciels Base NOSQL octera [AT] octera [DOT] info Résumé Devant le besoin grandissant en performance et en disponibilité des services/sites possédant un fort trafic, un

Plus en détail

Groupe de Discussion Big Data Aperçu des technologies et applications. Stéphane MOUTON stephane.mouton@cetic.be

Groupe de Discussion Big Data Aperçu des technologies et applications. Stéphane MOUTON stephane.mouton@cetic.be Groupe de Discussion Big Data Aperçu des technologies et applications Stéphane MOUTON stephane.mouton@cetic.be Recherche appliquée et transfert technologique q Agréé «Centre Collectif de Recherche» par

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

Module MLBDA Master Informatique Spécialité DAC. Cours 10 NoSQL

Module MLBDA Master Informatique Spécialité DAC. Cours 10 NoSQL Module MLBDA Master Informatique Spécialité DAC Cours 10 NoSQL Systèmes NoSQL (not only SQL) Systèmes qui abandonnent certaines propriétés des SGBDR (one size does not fit all): Le langage d interrogation

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

Titre : La BI vue par l intégrateur Orange

Titre : La BI vue par l intégrateur Orange Titre : La BI vue par l intégrateur Orange Résumé : L entité Orange IT&L@bs, partenaire privilégié des entreprises et des collectivités dans la conception et l implémentation de SI Décisionnels innovants,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée

Programmation parallèle et distribuée Programmation parallèle et distribuée (GIF-4104/7104) 5a - (hiver 2015) Marc Parizeau, Département de génie électrique et de génie informatique Plan Données massives («big data») Architecture Hadoop distribution

Plus en détail

Cartographie de mots : application à la visualisation de noms de marque

Cartographie de mots : application à la visualisation de noms de marque Université Montpellier II UFR Fac des Sciences Master 1 Informatique Université Montpellier II UFR Fac des Sciences Master 1 Informatique Cartographie de mots : application à la visualisation de noms de

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail

Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives

Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives Module 6 : Changement d échelle et cohérence Les bases de données relationnelles sont mûres : elles ont bientôt

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Panorama des solutions analytiques existantes

Panorama des solutions analytiques existantes Arnaud LAROCHE Julien DAMON Panorama des solutions analytiques existantes SFdS Méthodes et Logiciels - 16 janvier 2014 - Données Massives Ne sont ici considérés que les solutions autour de l environnement

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Les participants repartiront de cette formation en ayant une vision claire de la stratégie et de l éventuelle mise en œuvre d un Big Data.

Les participants repartiront de cette formation en ayant une vision claire de la stratégie et de l éventuelle mise en œuvre d un Big Data. Big Data De la stratégie à la mise en oeuvre Description : La formation a pour objet de brosser sans concession le tableau du Big Data. Les participants repartiront de cette formation en ayant une vision

Plus en détail

«La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web»

«La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web» «La visualisation de l information au service de la veille, la recherche et la découverte d information sur le web» Social Computing est spécialisé dans les domaines de l accès à l information, des réseaux

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise OBTENIR ENFIN UNE VUE FIABLE ET UNIFIÉE DE VOS DONNÉES, TOUT EN ALLIANT SÉCURITÉ ET AGILITÉ

Transformation IT de l entreprise OBTENIR ENFIN UNE VUE FIABLE ET UNIFIÉE DE VOS DONNÉES, TOUT EN ALLIANT SÉCURITÉ ET AGILITÉ Transformation IT de l entreprise OBTENIR ENFIN UNE VUE FIABLE ET UNIFIÉE DE VOS DONNÉES, TOUT EN ALLIANT SÉCURITÉ ET AGILITÉ L a multiplication des données représente une grande opportunité, encore faut-il

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

Stages 2015-2016 ISOFT : 25 ANS DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE DECISIONNELLE ET. Contact : Mme Lapedra, stage@isoft.fr ANALYSE DE DONNEES

Stages 2015-2016 ISOFT : 25 ANS DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE DECISIONNELLE ET. Contact : Mme Lapedra, stage@isoft.fr ANALYSE DE DONNEES Stages 2015-2016 Contact : Mme Lapedra, stage@isoft.fr ISOFT : 25 ANS DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE DECISIONNELLE ET ANALYSE DE DONNEES ISoft est un concepteur-éditeur de logiciels spécialisé dans la recherche

Plus en détail

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013

TOP. année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 0 Cette TOP 10 PRINCIPALES TENDANCES EN MATIÈRE DE SOLUTIONS DÉCISIONNELLES POUR 2013 année promet d être BIG (Business Intelligence Growth) Quel est le bilan de l année 2012 en matière de solutions décisionnelles?

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

NoSQL. Introduction 1/23. I NoSQL : Not Only SQL, ce n est pas du relationnel, et le contexte. I table d associations - Map - de couples (clef,valeur)

NoSQL. Introduction 1/23. I NoSQL : Not Only SQL, ce n est pas du relationnel, et le contexte. I table d associations - Map - de couples (clef,valeur) 1/23 2/23 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 I : Not Only SQL, ce n est pas du relationnel, et le contexte d utilisation n est donc pas celui des SGBDR. I Origine : recherche

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Dossier : Radarly Henry 2013-2014

Dossier : Radarly Henry 2013-2014 Dossier : Radarly Henry Antoine Président Cellie 2013-2014 Comme l'a annoncé Cellie, un partenariat a été signé entre l'iae de Poitiers et la société Linkfluence. Il se traduit notamment par la mise à

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ?

Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? Transformation IT de l entreprise COMMENT PROTÉGER VOS DONNÉES ET APPLICATIONS À L ÈRE DE LA MOBILITÉ? L a montée en puissance des fuites de données en tout genre et l explosion des volumes de données

Plus en détail

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance CUSTOMER SUCCESS STORY Août 2013 Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance PROFIL CLIENT Secteur: Société de services informatiques Société: Lexmark Effectifs: 12,000

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Hamamache Kheddouci Laboratoire d'informatique en Image et Systèmes d'information LIRIS UMR 5205 CNRS/INSA de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1/Université

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée

Programmation parallèle et distribuée Programmation parallèle et distribuée (GIF-4104/7104) 5a - (hiver 2014) Marc Parizeau, Département de génie électrique et de génie informatique Plan Mégadonnées («big data») Architecture Hadoop distribution

Plus en détail

Analyse des réseaux sociaux et apprentissage

Analyse des réseaux sociaux et apprentissage Analyse des réseaux sociaux et apprentissage Emmanuel Viennet Laboratoire de Traitement et Transport de l Information Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité Réseaux sociaux? Réseaux sociaux? Analyse

Plus en détail

De la donnée à la décision. Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1

De la donnée à la décision. Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1 De la donnée à la décision Sofian MAABOUT LaBRI. Université Bordeaux 1 1 Décider c est choisir, parmi plusieurs actes possibles, celui qui apparaît comme le plus pertinent pour atteindre un résultat envisagé,

Plus en détail

BIG DATA. Veille technologique. Malek Hamouda Nina Lachia Léo Valette. Commanditaire : Thomas Milon. Encadré: Philippe Vismara

BIG DATA. Veille technologique. Malek Hamouda Nina Lachia Léo Valette. Commanditaire : Thomas Milon. Encadré: Philippe Vismara BIG DATA Veille technologique Malek Hamouda Nina Lachia Léo Valette Commanditaire : Thomas Milon Encadré: Philippe Vismara 1 2 Introduction Historique des bases de données : méthodes de stockage et d analyse

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Hamamache Kheddouci http://liris.cnrs.fr/hamamache.kheddouci Laboratoire d'informatique en Image et Systèmes d'information LIRIS UMR 5205 CNRS/INSA de

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

La rencontre du Big Data et du Cloud

La rencontre du Big Data et du Cloud La rencontre du Big Data et du Cloud Libérez le potentiel de toutes vos données Visualisez et exploitez plus rapidement les données de tous types, quelle que soit leur taille et indépendamment de leur

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives

Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives Module 7 : Familles de bases de données NoSQL Les bases de données relationnelles mises au point dans les

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Customer success story Juillet 2015 Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Profil Client Secteur : Services informatiques Société : Lexmark Effectifs : 12 000 Chiffre

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 SAS Cost and Profitability Management, également appelé CPM (ou C&P), est le nouveau nom de la solution SAS Activity-Based Management. Cette version

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Quel logiciel DE CRM choisir pour votre force de vente terrain?

Quel logiciel DE CRM choisir pour votre force de vente terrain? Quel logiciel DE CRM choisir pour votre force de vente terrain? plusieurs études démontrent que les projets CRM sont des échecs dans 40 à 80% des cas. Les principales causes d échec sont : Le rejet par

Plus en détail

CNAM 2010-2011. Déploiement d une application avec EC2 ( Cloud Amazon ) Auteur : Thierry Kauffmann Paris, Décembre 2010

CNAM 2010-2011. Déploiement d une application avec EC2 ( Cloud Amazon ) Auteur : Thierry Kauffmann Paris, Décembre 2010 CNAM 2010-2011 Déploiement d une application avec EC2 ( Cloud Amazon ) Auteur : Thierry Kauffmann Paris, Décembre 2010 Déploiement d une application dans le cloud. 1. Cloud Computing en 2010 2. Offre EC2

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Panorama des outils de veille. Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009

Panorama des outils de veille. Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009 Panorama des outils de veille Myriel Brouland I-Expo 17 Juin 2009 1 La veille s est affirmée en tant que discipline : Elle s inscrit dans un démarche d optimisation du management de l information au sein

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise BIG DATA, MÉTIERS ET ÉVOLUTION DES BASES DE DONNÉES

Transformation IT de l entreprise BIG DATA, MÉTIERS ET ÉVOLUTION DES BASES DE DONNÉES Transformation IT de l entreprise BIG DATA, MÉTIERS ET ÉVOLUTION DES BASES DE DONNÉES M a l g r é s o n ca r act è r e en apparence multiforme un enjeu central s est progressivement affirmé en matière

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Présentation des. MicroStrategy 10.

Présentation des. MicroStrategy 10. Présentation des nouveautés de MicroStrategy 10. microstrategy.com/analytics 1 M MicroStrategy 10. Une véritable révolution. MicroStrategy 10 représente une étape majeure dans l évolution de la suite MicroStrategy

Plus en détail

LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM

LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM LIVRE BLANC GÉREZ LE CONTENU ET LES DOCUMENTS DE VOTRE ENTREPRISE GRÂCE À VOTRE CRM 2 À PROPOS Il existe deux grands

Plus en détail

NoSQL : en Quête de Performances Extrêmes

NoSQL : en Quête de Performances Extrêmes NoSQL : en Quête de Performances Extrêmes Alors que l audience du web croît sans cesse, les applications Internet à succès ont été confrontées aux mêmes problèmes de base de données : si les serveurs web

Plus en détail

Big Data et Marketing : les competences attendues

Big Data et Marketing : les competences attendues Big Data et Marketing : les competences attendues Laurence Fiévet Responsable Marketing Corporate Oney Banque Accord LA DYNAMIQUE DU MARKETING Selon la définition de Kotler et Dubois, «Le marketing est

Plus en détail

L informatique des entrepôts de données

L informatique des entrepôts de données L informatique des entrepôts de données Daniel Lemire SEMAINE 13 L exploration des données 13.1. Présentation de la semaine L exploration de données (ou data mining) est souvent associée à l intelligence

Plus en détail

Communiqué de lancement

Communiqué de lancement Communiqué de lancement Sage CRM Génération i7 Version 8.00 1 SAGE CRM V. 8.00 Compatibilité technique Page 2 Page 3 Page 4 L intégration Sage 100 CRM (Standard / Avancée / Express) 8.0 est compatible

Plus en détail

Le BigData, aussi par et pour les PMEs

Le BigData, aussi par et pour les PMEs Parole d expert Le BigData, aussi par et pour les PMEs Stéphane MOUTON, CETIC Département Software and Services Technologies Avec le soutien de : LIEGE CREATIVE Le Big Data, aussi par et pour les PMEs

Plus en détail

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson Travaux pratiques avec WordPress Karine Warbesson Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Mise en pages réalisée par ARCLEMAX Illustration

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Le Data Mining, Outil d aide à la prise de décision dans l action commerciale

Le Data Mining, Outil d aide à la prise de décision dans l action commerciale Université Ibn Zohr Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales Exposé sous le thème : Le Data Mining, Outil d aide à la prise de décision dans l action commerciale Plan : Introduction : L

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Le CRM Simplicité

Plus en détail

Organisé par StatSoft France et animé par Dr Diego Kuonen, expert en techniques de data mining.

Organisé par StatSoft France et animé par Dr Diego Kuonen, expert en techniques de data mining. 2 jours : Mardi 15 et mercredi 16 novembre 2005 de 9 heures 30 à 17 heures 30 Organisé par StatSoft France et animé par Dr Diego Kuonen, expert en techniques de data mining. Madame, Monsieur, On parle

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet.

Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet. Online Intelligence Solutions Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet. Case study Case study INTRODUCTION

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT L API MANAGEMENT RENOUVELLE L APPROCHE SOA

Transformation IT de l entreprise COMMENT L API MANAGEMENT RENOUVELLE L APPROCHE SOA Transformation IT de l entreprise COMMENT L API MANAGEMENT RENOUVELLE L APPROCHE COMMENT L API MANAGEMENT RENOUVELLE L APPROCHE P our répondre efficacement aux nouveaux usages, notamment ceux liés à la

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 Société anonyme au capital de 538 668 euros. Siege social: 5-9, rue Mousset Robert 75012 Paris. RCS Bobigny 440 014 678 Activité : Services de Télécommunication

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

Big Data par l exemple

Big Data par l exemple #PARTAGE Big Data par l exemple Alexandre Chauvin Hameau Directeur de la production Malakoff Médéric @achauvin CT BIG DATA 10/12/2015 Soyons pragmatiques BIG DATA beaucoup de bruit pour des choses finalement

Plus en détail

Dossier Spécial DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UNE BUSINESS INTELLIGENCE AGILE

Dossier Spécial DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UNE BUSINESS INTELLIGENCE AGILE Dossier Spécial DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR UNE BUSINESS INTELLIGENCE AGILE L es utilisateurs du décisionnel réclament plus de souplesse. Les approches mixtes, classiques et liées aux Big Data, répondent

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Acteos Points de Vente Acteos PPS

Acteos Points de Vente Acteos PPS Acteos Points de Vente Acteos PPS Christian Zelle Directeur R&D, Acteos 06.05.2010 1 Agenda Motivation ACTEOS PPS La solution ACTEOS PPS ACTEOS PPS dans le contexte du «Flowcasting» 2 Motivation Les problématiques

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

AVRIL 2014. Au delà de Hadoop. Panorama des solutions NoSQL

AVRIL 2014. Au delà de Hadoop. Panorama des solutions NoSQL AVRIL 2014 Panorama des solutions NoSQL QUI SOMMES NOUS? Avril 2014 2 SMILE, EN QUELQUES CHIFFRES 1er INTÉGRATEUR EUROPÉEN DE SOLUTIONS OPEN SOURCE 3 4 NOS EXPERTISES ET NOS CONVICTIONS DANS NOS LIVRES

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise COMMENT L EDISCOVERY CHANGE LA GESTION DES DONNÉES

Transformation IT de l entreprise COMMENT L EDISCOVERY CHANGE LA GESTION DES DONNÉES Transformation IT de l entreprise COMMENT L EDISCOVERY CHANGE LA GESTION DES DONNÉES C omment améliorer l efficacité et réduire des coûts de stockage en croissance permanente? Comment mettre en place un

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Guide Reseller Onbile

Guide Reseller Onbile Guide Reseller Onbile Cher Revendeur, Avez-vous un doute en ce qui concerne le fonctionnement du Panneau d Administration du Plan Reseller de Onbile? Le guide Reseller Onbile est ce dont vous avez besoin!

Plus en détail

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7 Communiqué de Pré-Lancement Sage CRM.com Version 5.7 Nouvelle offre produit Présent sur le marché de la Gestion de la Relation Client (CRM) depuis 3 ans en France, Sage compte environ 7000 clients qui

Plus en détail

Le Big Data s invite dans nos vies, faut-il en avoir peur?

Le Big Data s invite dans nos vies, faut-il en avoir peur? Le Big Data s invite dans nos vies, faut-il en avoir peur? Du Big Data au Smart Data Fernando IAFRATE, Sr Manager BI & Data Architecture Disneyland Paris 1 L EVOLUTION DU DIGITAL Notre monde se transforme

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Enjeux mathématiques et Statistiques du Big Data

Enjeux mathématiques et Statistiques du Big Data Enjeux mathématiques et Statistiques du Big Data Mathilde Mougeot LPMA/Université Paris Diderot, mathilde.mougeot@univ-paris-diderot.fr Mathématique en Mouvements, Paris, IHP, 6 Juin 2015 M. Mougeot (Paris

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Entreprise et Big Data

Entreprise et Big Data Entreprise et Big Data Christophe Favart Chef Architecte, SAP Advanced Development, Business Information Technology Public Juin 2013 Agenda SAP Données d Entreprise Big Data en entreprise Solutions SAP

Plus en détail

Introduction MOSS 2007

Introduction MOSS 2007 Introduction MOSS 2007 Z 2 Chapitre 01 Introduction à MOSS 2007 v. 1.0 Sommaire 1 SharePoint : Découverte... 3 1.1 Introduction... 3 1.2 Ce que vous gagnez à utiliser SharePoint... 3 1.3 Dans quel cas

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

I. COMPREHENSION DU CONTEXTE

I. COMPREHENSION DU CONTEXTE I. COMPREHENSION DU CONTEXTE L informatisation du système de gestion des activités hôtelières constitue un facteur majeur de réussite pout tout projet d implantation et de gestion des établissements hôteliers.

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data

LE BIG DATA. TRANSFORME LE BUSINESS Solution EMC Big Data LE BIG DATA Solution EMC Big Data TRANSITION VERS LE BIG DATA En tirant profit du Big Data pour améliorer leur stratégie et son exécution, les entreprises se démarquent de la concurrence. La solution EMC

Plus en détail

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Université de Perpignan - IUT de Carcassonne Vivien ROSSI Année 2006/2007 IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Ce document est tiré du site : http ://www.stat.ucl.ac.be/ispersonnel/lecoutre/stats/spad/

Plus en détail