Immunologie de la transplantation et des greffes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Immunologie de la transplantation et des greffes"

Transcription

1 DELAMARE Chloé G.Thibault NORMAND Amélie Immunologie le 22/03/11 Immunologie de la transplantation et des greffes I-Introduction Les premières greffes et transplantations (années 40-50) nécessitaient une bonne connaissance anatomique. Même si l acte chirurgical était bien réalisé, il y avait quand même un rejet du greffon. Ce rejet était lié à la réponse immunitaire. Le receveur rejette l organe transplanté. Aujourd hui, on fait de la microchirurgie et on a compris la physiopathologie du rejet avec le typage HLA : on sait reconnaître l'histocompatibilité entre le receveur et le donneur. De plus, le problème du rejet est désormais maîtrisé grâce à l'arrivée des immunosuppresseurs (ciclosporine dans les années 80), Le problème en ce moment, c est qu'il n'y a pas assez de greffons. Tous les 1 er janvier, l Agence de Biomédecine donne le nombre de greffe par an. Le chiffre reste stable. En 2009, si on s intéresse aux greffes d organes 4428 ont été réalisées (greffes de rein : 2731 ; greffe de foie : 1037 ; greffe de cœur 358, 182 greffes de poumons, 90 greffes de pancréas, 22 greffes cœurpoumons). Pour chacun des organes, les listes d attente augmentent alors que le nombre de greffe reste constant (2730 personnes greffés pour le rein et 7000 attendent une greffe). Pourquoi le système immunitaire rejette -t-il l'organe d'un autre individu? On est dissemblable, d où le rejet de greffe. C est en raison de l existence de polymorphisme au sein de l espèce humaine qu il existe de l histocompatibilité. Nous ne sommes pas identiques au niveau moléculaire donc le système immunitaire détecte ces différences. On retrouve ce polymorphisme au niveau : des groupes sanguins du complexe majeur d histocompatibilité : énorme polymorphisme au niveau de ces locus ce qui entraîne un polyallélisme. 2 individus apparentés ont peu de chance d'avoir un CMH identique. Ag mineur d'histocompatibilité : avec le nombre d allèles différents on augmente le risque de rejet. Il en est de même pour le système du CMH. La notion de différence au sein de l espèce génère l allogénicité. Le système immunitaire d un individu X ne supporte pas les cellules et les tissus d un individu Y et va essayer de l éliminer. Pour limiter la réponse du système immunitaire, on met le patient en déficit immunitaire par des médicaments. Le patient devient alors plus sensible aux infections, cancers, etc. On parle de 1

2 déficit immunitaire iatrogène. Les différentes greffes possibles : La transplantation : greffe d organe. On rétablit une circulation sanguine (anastomose) entre l'organe greffé et le receveur. La greffe : concerne tout : organes, tissus, cellules (notamment les cellules souches hématopoïétiques). Autogreffe : lorsque l'on prend tissu ou greffon chez le receveur pour lui regreffer (ex : greffe de peau chez les grands brûlés ou de cellules souches hématopoïétiques dans le cadre des hémopathies). Pas de rejet pour les autogreffes. Isogreffe : lorsqu'on greffe un greffon qui est identique au receveur sur le plan génétique (des jumeaux venant d un même œuf). Pas d'allogénicité dans cette situation (pas de rejet). Allogreffe : situation standard et la plus fréquente. Le donneur et le receveur ne sont pas génétiquement identiques. Mais on fait en sorte que le degré d histocompatibilité soit le meilleur possible. Le donneur arrive souvent par accident, on établit alors sa carte HLA. Chaque personne susceptible de recevoir une greffe doit être parfaitement identifiée. Logistique relativement lourde. Xénogreffe : greffe d un organe d une espèce à un receveur d une autre espèce (ex : du porc à l homme). Rejet très important et non maîtrisé (problème de taille et d histocompatibilité). Les organes artificielles : quelques cœurs artificiels pendant des temps relativement courts mais pour le moment ne remplacent pas la greffe de donneur vivant. Les progrès en biomécanique vont permettre de remplacer les xénogreffes. Le SI, pour rejeter un organe, agit pareil que pour éliminer une bactérie ou un organisme pathogène. Le rejet se fait selon différentes phases : Expérience sur la souris : - phase de sensibilisation : l'organisme reconnaît le greffon - phase où les effecteurs sont générés - phase de destruction du greffon (ex : nécrose de la peau greffée). On lui regreffe le même morceau de peau après un rejet. Elle ne va mettre que 6 jours à la rejeter alors que la première fois elle avait mis 15 jours. On remarque donc qu il y a une mémoire due aux cellules spléniques. Elles transfèrent la capacité à rejeter le greffon car si on greffe le même greffon sur une autre souris jamais transplantée, elle rejette également le greffon en 6 jours. Les cellules 2

3 spléniques responsables du rejet sont les L T CD4 et CD8. Le SI est le système clé du rejet. Si on prend 2 souris : une AA et l autre BB. Greffe d une souris AA à une autre souris AA (idem avec BB) : pas de rejet de greffe Greffe de AA à AB (lignée F1): la greffe est acceptée car AB à le patrimoine génétique de A Greffe de BB à un individu AB : pas de rejet car AB a le patrimoine génétique de B Greffe de AB à un individu AA ou BB : rejet car AA n'a pas le patrimoine génétique B et BB n'a pas le A. => De AA (ou BB) vers AB histocompatibles => De AB vers AA (ou BB) histoincompatibles Ceci répond aux lois Mendéliennes mais n est pas vrai pour les greffes des cellules hématopoïétiques. Les L T de receveur reconnaissent les Ag de l'organe du donneur. 2 hypothèses vis-à-vis de ce mécanisme : Présentation directe des Ag du donneur : les Ag du donneur sont présentés aux L T du receveur par l'intermédiaire des molécules du CMH du donneur. Au niveau du thymus, tous les L T qui ne reconnaissent pas les molécules du CMH du soi son éliminés. Pourtant dans ce cas là les L T reconnaissent le CMH du donneur. On pense que les L T du receveur se «trompent» et reconnaissent les molécules du CMH allogénique comme des cellules du soi. Présentation indirecte : les molécules du CMH du donneur sont captées par les CpAg du receveur. Les CpAg vont alors les découper et présenter un peptide à leur surface. Les molécules du CMH sont traitées comme n'importe quel Ag. Que la présentation soit directe ou indirecte, la réponse est identique : après reconnaissance de l'ag, prolifération des L T puis différenciation en effecteurs pour détruire le greffon. Tous les éléments effecteurs du SI fonctionnent et les éléments du complément aussi. Pour maîtriser le rejet il faut maîtriser la phase de reconnaissance. Les immunosuppresseurs chimiques essaient de s'opposer à la génération d'effecteurs. II- Aspects clinique 1. Transplantation d organe >Donneurs : En France, les dons d organes sont récupérés chez des personnes en état de mort encéphalique. L an dernier, 1481 donneurs dont 250 à 300 donneurs étaient vivants (ex : situation de greffe intrafamiliale). 3

4 Le nombre de sujets recensés capables d être donneurs est de 3081 (1481 ont été prélevé) dû au refus de la part de la famille ou du sujet lui-même ou alors pour des raisons médicales (infections virales, éthyliques,etc). Sur un même donneur, on va prélever plusieurs organes. Il faut toute une organisation pour le prélèvement et la transplantation. Les donneurs sont le plus souvent les sujets ayant subit un AVC ou alors un accident. Les organes doivent voyager pour trouver le receveur potentiel. Le temps de survie d un organe est relativement court (de l ordre de qq heures), il faut donc prendre en compte le temps de transport de l organe et il faut que le receveur soit disponible à tout moment pour une éventuelle greffe. Au moment du prélèvement, on fait un typage HLA rapide ainsi qu'un prélèvement de sang qui voyage avec l organe sur lequel on fait des tests de compatibilité avec le receveur. > Receveur : Pénurie de greffons donc les receveurs sont sélectionnés selon l urgence médicale et le degré de compatibilité avec l organe. Au niveau national, le registre de l'agence de Biomédecine permet de connaitre le receveur dont le degré d urgence est le plus important. On regarde si le receveur n a pas d Ac anti HLA qu'il peut développé si précédente greffe, si transfusion ou si grossesse (la mère a des Ac contre le fœtus). 2. Forme du rejet > Rejet suraigu : se passent dans les heures qui suivent la greffe, on a une nécrose de l organe si le sujet a des Ac anti HLA préexistants. Ces Ac sont fixés à la surface des cellules endothéliales du greffon ce qui active la voie classique du complément (car immun-complexe), puis détruit le greffon. La prévention est de savoir si le receveur possède des Ac anti HLA pour cela on fait un cross-match (on prend les cellules du donneur que l'on met en présence du sérum du receveur et on regarde si le sérum a une activité lytique). Les immunosuppresseurs ne fonctionnent pas dans ce cas là. > Rejet aigu : quand SI reconnaît Ag de l'organe et monte une réponse immunitaire classique (prolifération, différenciation, effecteurs). Il faut qq jours avant que le réponse immunitaire se mettent en place (1semaine à une 10aine de jours jusqu à 6 mois après la transplantation). Le rejet aigu peut être cellulaire (L T ) ou humoral (Ac se fixent sur le greffon).les immunosuppresseurs agissent sur le rejet aigu cellulaire et humoral. La survie a fortement augmenté. On a cependant des problèmes d effets secondaires. > Rejet chronique : dans les mois ou années qui suivent la transplantation. On a une altération des vaisseaux qui irriguent le greffon (fibrose). Les immunosuppresseurs ne fonctionnent pas et ne préviennent pas ce rejet. Il n est pas impossible que certaines personnes reçoivent plusieurs greffes. Les receveurs sont de plus en plus âgés. 4

5 3. Greffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) > Donneurs : Le donneur est vivant. Il fait fréquemment parti de la famille du receveur (35 à 40% sont des greffes intrafamiliale). On peut trouver des compatibilités très élevé en extrafamiliale car les donneurs sont vivants. On peut soit : prélever les CSH dans la moelle osseuse. injecter des facteurs de croissance G-CSF chez le donneur pour que les cellules gagnent la circulation pendant qq heures. On peut alors prélever les CSH directement dans le sang du donneur. prélever le sang placentaire qui contient un peu de CSH. 5

Immun u i n t i é t d es G reff f es Objectifs

Immun u i n t i é t d es G reff f es Objectifs Objectifs Savoir définir ce qu est: une autogreffe, une greffe syngénique, une greffe allogénique, une greffe xénogénique Connaître les caractéristiques de la réaction Allogénique in vitro et in vivo Connaître

Plus en détail

Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016

Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016 Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016 L immunité L immunité est définie comme l ensemble des mécanismes biologiques permettant à un organisme d assurer son intégrité en éliminant ses propres

Plus en détail

Transplantation Aspects éthiques et légaux

Transplantation Aspects éthiques et légaux Transplantation Aspects éthiques et légaux Historique Greffes tissulaires : XIXe siècle Greffes d organe : XXe siècle En 1952, Dausset : système HLA En 1954, greffe réussie entre 2 vrais jumeaux En 1956,

Plus en détail

Le registre des donneurs de moelle

Le registre des donneurs de moelle Le registre des donneurs de moelle Présentation association 109 Dr Anne Parissiadis 9 février 2013 Histocompatibilité La moelle osseuse et les cellules souches La moelle osseuse le tissu à l intérieur

Plus en détail

ED05 Alloréactivité et transplantation

ED05 Alloréactivité et transplantation Enseignement d Immunologie Septembre 2009 ED05 Alloréactivité et transplantation DES de Biologie Médicale Universités des Sciences de la Santé CAMBODGE LAOS Avec la participation de l Université Pierre

Plus en détail

Partie 4: IMMUNOTHERAPIE : LES GREFFES

Partie 4: IMMUNOTHERAPIE : LES GREFFES Partie 4: IMMUNOTHERAPIE : LES GREFFES Les greffes existent depuis très longtemps, mais leur essor date de 1940 (=1ère greffe de peau chez les aviateurs brûlés pendant la guerre). 1956 : 1ère transplantation

Plus en détail

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION Pr J.L. TAUPIN Laboratoire d Immunologie et Immunogénétique, Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164, Université de Bordeaux 2 La compatibilité tissulaire,

Plus en détail

Gènes et Molécules du Complexe Majeur d Histocompatibilité de classe 1 (CMH1)

Gènes et Molécules du Complexe Majeur d Histocompatibilité de classe 1 (CMH1) Le 13 Novembre 2007 S Caillat-Zucman RT : Caroline PETISNE Gènes et Molécules du Complexe Majeur d Histocompatibilité de classe 1 (CMH1) Plan : I- Introduction II- Les gènes du Complexe Majeur d Histocompatibilité

Plus en détail

Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines.

Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines. Déterminants antigéniques sur les immunoglobulines. Une immunoglobuline est une protéine, elle peut donc être elle-même reconnue comme un antigène par des anticorps. Quand on utilise en immunothérapie,

Plus en détail

Complexe Majeur d Histocompatibilité

Complexe Majeur d Histocompatibilité Complexe Majeur d Histocompatibilité Hélène Moins-Teisserenc Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, INSERM U662 Hôpital Saint-Louis helene.moins@univ-paris-diderot.fr Reconnaissance antigénique

Plus en détail

Réponse allogénique et transplantation d'organes

Réponse allogénique et transplantation d'organes 26/11/2015 GUELORGET Alice L2 CR : CHEMLI Nyl TSSIBS Pr Olive 10 pages Réponse allogénique et transplantation d'organes Plan A. Historique B. Mécanisme immunologique de la greffe I. Différents types de

Plus en détail

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION jonathan.visentin@chu-bordeaux.fr J. VISENTIN Laboratoire d Immunologie et Immunogénétique, Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164, Université de Bordeaux

Plus en détail

Quiz initial Informations aux enseignants

Quiz initial Informations aux enseignants Informations aux enseignants 1/5 Tâche Objectif Les élèves essayent de répondre aux questions suivantes. Les lacunes de connaissances ainsi révélées peuvent être comblées dans le cadre du cours. Les élèves

Plus en détail

IMMUNOLOGIE Rejet de greffe et CMH

IMMUNOLOGIE Rejet de greffe et CMH IMMUNOLOGIE Rejet de greffe et CMH Le CMH constitue le principal problème lors de greffe d organes ou de tissus. I. Les gènes du CMH II 1. Expression L expression des gènes du CMH II est strictement régulée

Plus en détail

Complexe Majeur d Histocompatibilité

Complexe Majeur d Histocompatibilité Complexe Majeur d Histocompatibilité Hélène Moins-Teisserenc Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, INSERM 940 Hôpital Saint-Louis helene.moins@univ-paris-diderot.fr Bases Génétiques du Rejet

Plus en détail

LE DON D ORGANES LA GREFFE

LE DON D ORGANES LA GREFFE LE DON D ORGANES LA GREFFE ET Quelques dates clés : 1951 : 1 ère greffe rénale en France 1959 : Mise en évidence de la mort encéphalique 1968 : 1 ère greffe du cœur en France 1972 : 1 ère greffe hépatique

Plus en détail

LE DON D ORGANES. «Info Don d organes 26/07» avec l association. Références issues des données de l Agence de la Biomédecine

LE DON D ORGANES. «Info Don d organes 26/07» avec l association. Références issues des données de l Agence de la Biomédecine LE DON D ORGANES avec l association «Info Don d organes 26/07» Références issues des données de l Agence de la Biomédecine Année 2015 Repères historiques 1959 1ère transplantation de rein réalisée avec

Plus en détail

Transplantation Rénale

Transplantation Rénale Transplantation Rénale Maïté JAUREGUY 20/11/2013 Transplantation rénale Avantages * Moins de contraintes -Temps - Régime, restriction hydrique * Restauration fonction endocrine (possibilité de grossesse)

Plus en détail

France ADOT 86 Association pour le Don d Organes et de

France ADOT 86 Association pour le Don d Organes et de France ADOT 86 Association pour le Don d Organes et de Tissus humains de la Vienne EFS Centre Atlantique Site de Poitiers B.P. 482 86012 Poitiers cedex Mail adot86@france-adot.orgadot.org www. france-adot.orgadot.org

Plus en détail

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Allogreffes de CSH et transfusion Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Recommandations HAS novembre 2014 PSL irradiés: à partir de 7 jours avant un prélèvement de cellules souches hématopoïétiques. Si greffe:

Plus en détail

Chapitre 2 : L'immunité adaptative

Chapitre 2 : L'immunité adaptative Chapitre 2 : L'immunité adaptative Table des matières Introduction 3 I - I- Les anticorps 4 1. La production des anticorps... 4 2. La structure d'un anticorps.... 4 3. Le rôle des anticorps... 5 4. L'origine

Plus en détail

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Introduction Lors d une infection, l organisme réagit de différentes manières pour éliminer l agent pathogène : Une réaction immunitaire innée non spécifique qui

Plus en détail

Défense de l organisme

Défense de l organisme Module 1 Défense de l organisme Soit par Soit par Système de défense non spécifique Système de défense spécifique Première ligne -Barrières naturelles Deuxième ligne -Défenses cellulaires et chimiques

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Rechercher le greffon compatible en vue d une greffe allogénique de CSH

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Rechercher le greffon compatible en vue d une greffe allogénique de CSH Unité d onco-hématologie pédiatrique PO 3.1.5 version n 1 - page 1/6 Unité d onco-hématologie pédiatrique Rechercher le greffon compatible en vue d une greffe allogénique de CSH Codification du document

Plus en détail

Greffe de moelle pour Anémie Falciforme Quoi de neuf en 2016? Pierre Teira MD CHU Sainte Justine Symposium sur l Anémie Falciforme 6ème édition 2016

Greffe de moelle pour Anémie Falciforme Quoi de neuf en 2016? Pierre Teira MD CHU Sainte Justine Symposium sur l Anémie Falciforme 6ème édition 2016 Greffe de moelle pour Anémie Falciforme Quoi de neuf en 2016? Pierre Teira MD CHU Sainte Justine Symposium sur l Anémie Falciforme 6ème édition 2016 Principes de Greffe de moelle Seul traitement permettant

Plus en détail

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION jonathan.visentin@chu-bordeaux.fr J. VISENTIN Laboratoire d Immunologie et Immunogénétique, Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux ImmunoConcEpT, UMR CNRS 5164,

Plus en détail

I Présentation de l insuffisance cardiaque.

I Présentation de l insuffisance cardiaque. I Présentation de l insuffisance cardiaque. Définition : L'insuffisance cardiaque est une pathologie, un ensemble de symptômes qui font que le cœur n'assure pas le débit sanguin nécessaire aux besoins

Plus en détail

Éthique et Transplantation

Éthique et Transplantation Éthique et Transplantation Les différents types de greffes On en distingue trois types : L autogreffe consiste à transférer un greffon prélevé chez le receveur lui-même L allogreffe est une transplantation

Plus en détail

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Buts de la prise en charge après transplantation Prévention

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE 3éme ANNEE FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE [CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] Dans ce cahier vous trouverez les informations relatives au module

Plus en détail

Existence d antigènes membranaires érythrocytaires! Plus de 600 antigènes à la surface des globules rouges. Plus de 29 systèmes de groupes sanguins

Existence d antigènes membranaires érythrocytaires! Plus de 600 antigènes à la surface des globules rouges. Plus de 29 systèmes de groupes sanguins Chap.4 LES GROUPES SANGUINS O B B O A A AB A B AB O O A A O AB AB Qu est-ce qu un groupe sanguin? Milieu extracellulaire Bi-couche de phospholipides membranaires Existence d antigènes membranaires érythrocytaires!

Plus en détail

Aspects anatomo-pathologiques des greffes d organes

Aspects anatomo-pathologiques des greffes d organes Campan Anne-sophie Gélébart Clémentine 01/03/12 EC immunodepression aspect anatomo pathologique des greffes d organes, Dr. N. Rioux-Leclercq Le diaporama sera disponible sur le réseau pédagogique Aspects

Plus en détail

Qu est-ce qui constitue notre sang? Le PLASMA GLOBULES ROUGES GLOBULES BLANCS PLAQUETTES

Qu est-ce qui constitue notre sang? Le PLASMA GLOBULES ROUGES GLOBULES BLANCS PLAQUETTES Faits sur Qu est-ce qui constitue notre sang? Le PLASMA (55% du sang) La partie liquide, jaunâtre du sang qui contient des électrolytes, nutriments et vitamines, hormones, facteurs de coagulation, et des

Plus en détail

Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Restitution des acquis communiquer Les mécanismes de l immunité innée sont parfois insuffisants pour permettre l élimination

Plus en détail

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE I/ La réponse adaptative humorale La contamination de l organisme par un agent infectieux (ou une molécule étrangère) entraîne l apparition d anticorps dans le sérum : on

Plus en détail

La reconnaissance allogénique. Pierre Tiberghien EFS / UFC / Inserm U645 Besançon

La reconnaissance allogénique. Pierre Tiberghien EFS / UFC / Inserm U645 Besançon La reconnaissance allogénique Pierre Tiberghien EFS / UFC / Inserm U645 Besançon La reconnaissance allogénique L alloréactivité: une réponse immune parmi d autres les signaux dangers la présentation de

Plus en détail

Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités. Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes

Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités. Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes 1 Conception théorique des traitements GREFFE DE CSH nombre

Plus en détail

France ADOT 67 1a, place des Orphelins STRASBOURG

France ADOT 67 1a, place des Orphelins STRASBOURG ASSOCIATION POUR LE DON D'ORGANES ET DE TISSUS HUMAINS DU BAS-RHIN POURQUOI? ASSOCIATION POUR LE DON D'ORGANES ET DE TISSUS HUMAINS DU BAS-RHIN DES SITUATIONS HUMAINES SOUVENT DESESPEREES... DES SITUATIONS

Plus en détail

Présentation. Le don de moelle osseuse. Le contexte. Quels donneurs? Quelles étapes pour s inscrire? Pour quels malades?

Présentation. Le don de moelle osseuse. Le contexte. Quels donneurs? Quelles étapes pour s inscrire? Pour quels malades? Présentation Le contexte Quels donneurs? Le don de moelle osseuse Quelles étapes pour s inscrire? Pour quels malades? Le don : comment s effectue t-il? Après le prélèvement 01/04/2014 Union Nationale des

Plus en détail

TRANSPLANTATION HEPATIQUE

TRANSPLANTATION HEPATIQUE TRANSPLANTATION HEPATIQUE Dr Maryvonnick Carmagnat Laboratoire Régional d Histocompatibilité Hôpital Saint Louis, Paris Le 08/04/2015 Généralités Complexe Majeur d Histocompatibilité Découverte Propriétés

Plus en détail

K. Bentabak, A. Graba. Service de Chirurgie et de Transplantation Hépatique. EHS, Centre Pierre et Marie Curie, Alger Algérie

K. Bentabak, A. Graba. Service de Chirurgie et de Transplantation Hépatique. EHS, Centre Pierre et Marie Curie, Alger Algérie K. Bentabak, A. Graba Service de Chirurgie et de Transplantation Hépatique EHS, Centre Pierre et Marie Curie, Alger Algérie Encadrement juridique des greffes d organes, de tissus et de cellules La Loi

Plus en détail

Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE

Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE ahmed.hodroge@u-picardie.fr Pôle Santé - UFR de Médecine Laboratoire d Immunologie EA4666 - LNPC 18 FEVRIER 2014 Les différentes immunités Cellules (Mφ,

Plus en détail

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire.

Thème 3: Corps humain et santé. Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire. Thème 3: Corps humain et santé Thème 3A: Maintien de l intégrité de l organisme: quelques aspects de la réaction immunitaire. Chez les vertébrés, le système immunitaire comprend 2 grands ensembles de défense

Plus en détail

PROTECTION DE L'ORGANISME. Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir

PROTECTION DE L'ORGANISME. Notre organisme détecte et essaye de détruire les micro-organismes qui tentent de l'envahir Video : infection Quel micro-organisme attaque Holly? Quelles sont les premières défenses du corps qu il affronte? Classer par ordre chronologique les différentes cellules qui agissent contre l invasion

Plus en détail

Faculté de Médecine de Mostaganem Cours immunologie fondamentale 22/11/2015. Le Système HLA. Dr M.Messatfa

Faculté de Médecine de Mostaganem Cours immunologie fondamentale 22/11/2015. Le Système HLA. Dr M.Messatfa Faculté de Médecine de Mostaganem Cours immunologie fondamentale 22/11/2015 Le Système HLA Dr M.Messatfa m_immuno@yahoo.fr Introduction Les corps étrangers reconnus par le système immunitaire sont appelés

Plus en détail

APPEL POUR RECRUTEMENT DE VOLONTAIRES SAINS

APPEL POUR RECRUTEMENT DE VOLONTAIRES SAINS APPEL POUR RECRUTEMENT DE VOLONTAIRES SAINS Laboratoire de Thérapie Cellulaire (LTCG) Personne de contact Mlle L. Lambert Mme A. Briquet 04/366 8390 laura.lambert@chu.ulg.ac.be alexandra.briquet@chu.ulg.ac.be

Plus en détail

BIOTECHNOLOGIE Glossaire CELLULES SOUCHES

BIOTECHNOLOGIE Glossaire CELLULES SOUCHES Page 1/5 - GLOSSAIRE allogreffe de cellules souches : type de greffe de cellules souches selon lequel les cellules souches d un donneur compatible sont greffées chez un patient. antigène d histocompatibilité

Plus en détail

Hématopoïèse et Biothérapie

Hématopoïèse et Biothérapie Hématopoïèse et Biothérapie Spécificité de l hématologie Dr Etienne DAGUINDAU Service d hématologie CHRU Besançon Janvier 2017 Hématopoïèse Progéniteur erythroide Progéniteur mégacaryocytaire Cellule souche

Plus en détail

Invitation au don de sang de cordon. de sang de cordon

Invitation au don de sang de cordon. de sang de cordon le don Invitation au don de sang de cordon de sang de cordon Pourquoi le don de sang de cordon? Chaque année en France, plus de 2.000 patients développent une maladie grave de la moelle osseuse (leucémie,

Plus en détail

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu

Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Chapitre 14 : Les processus immunitaires mis en jeu Introduction : Pendant la phase asymptomatique du SIDA des mécanismes de défense immunitaire se mettent en place pour lutter contre le virus : - synthèse

Plus en détail

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte 2. Les espoirs pour un vaccin anti-vih. Pages 416/417. Dans le cas du virus du SIDA, il s'agit de trouver un vaccin contre un virus alors que naturellement ce virus n'est pas vaincu par les défenses immunitaires

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur l attribution d organes destinés à une transplantation

Ordonnance du DFI sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance du DFI sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance du DFI sur l attribution d organes) du 2 mai 2007 (Etat le 1 er juillet 2007) Le Département fédéral de l intérieur,

Plus en détail

LE DON DE SANG DE CORDON. est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies.

LE DON DE SANG DE CORDON. est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. LE DON DE SANG DE CORDON est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire) est le sang qui reste dans le placenta

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DU PRELEVEMENT ET DE LA GREFFE D ORGANES, DES TISSUS ET DES CELLULES

ETAT DES LIEUX DU PRELEVEMENT ET DE LA GREFFE D ORGANES, DES TISSUS ET DES CELLULES ETAT DES LIEUX DU PRELEVEMENT ET DE LA GREFFE D ORGANES, DES TISSUS ET DES CELLULES Tunisie Pr Taïeb Ben Abdallah 5 ème colloque France-Maghreb Nice 23-24 mars 2012 GREFFES D ORGANES 2010 2011 * Nbre de

Plus en détail

TRANSFUSION. IFSI SETE Promotion

TRANSFUSION. IFSI SETE Promotion TRANSFUSION IFSI SETE Promotion 2011-2014 Un peu d histoire d : 1492 : le pape Innocent VIII subit le premier traitement de cellules vivantes en buvant le sang de trois garçons de dix ans trois fois par

Plus en détail

Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise. Activité 1 : Les caractéristiques de l immunité adaptative (ou acquise)

Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise. Activité 1 : Les caractéristiques de l immunité adaptative (ou acquise) Chapitre 3: La réponse immunitaire adaptative ou acquise Connaissances La réponse immunitaire peut se poursuivre par une réaction acquise ou adaptative, spécifique de l'antigène présenté par une cellule

Plus en détail

Lymphocyte. Lymphocyte Activé

Lymphocyte. Lymphocyte Activé La réponse immunitaire humorale Substance étrangère La phagocytose Certains fragments, appelés ANTIGENES, sont sont présentés à la la surface membranaire du du macrophage Cellule présentatrice de l AG

Plus en détail

JACIE et l Organisation de la thérapie cellulaire

JACIE et l Organisation de la thérapie cellulaire JACIE et l Organisation de la thérapie cellulaire Plan 1 - JACIE 2 - Organisation de la thérapie cellulaire 1- JACIE Introduction Le centre de référence de cancérologie pédiatrique a entrepris une démarche

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Approfondir ses connaissances en hémato-oncologie et en greffe de cellules souches. Préparé par :

PLAN DE FORMATION Approfondir ses connaissances en hémato-oncologie et en greffe de cellules souches. Préparé par : PLAN DE FORMATION Approfondir ses connaissances en hémato-oncologie et en greffe de cellules souches Préparé par : Ann Longchamps, AIC hémato-oncologie HEJ, CSIO (C) ann.longchamps.cha@ssss.gouv.qc.ca

Plus en détail

Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2, 18, al. 3, 19, al. 4, 21,

Plus en détail

Principes de production et d utilisation des cellules souches hématopoïétiques

Principes de production et d utilisation des cellules souches hématopoïétiques Principes de production et d utilisation des cellules souches hématopoïétiques 1. Définition et caractérisation des cellules souches hématopoïétiques 1.1. Définition Les cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Aspects législatifs et réglementaires de la greffe de cellules souches hématopoïétiques

Aspects législatifs et réglementaires de la greffe de cellules souches hématopoïétiques Aspects législatifs et réglementaires de la greffe de cellules souches hématopoïétiques Hélène Espérou Direction Médicale et Scientifique Agence de la biomédecine St Denis La Plaine 93212 L activité de

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage - niveau 3

Contrôle de l apprentissage - niveau 3 Niveau 3 Contrôle de l apprentissage Information pour l enseignant 1/7 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves répondent au test. Matériel Fiche de travail Type de travail Travail

Plus en détail

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE

Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Partie 3A : IMMUNOLOGIE LA REACTION INFLAMMATOIRE Rappels du collège Dans notre environnement, de nombreux microorganismes sont en permanence au contact de l organisme. L entrée dans l organisme Certains

Plus en détail

ANTIGENES. I-Définitions. Haptène. Porteur. Pas d Ac anti haptène. Ac anti haptène et Acs anti porteur

ANTIGENES. I-Définitions. Haptène. Porteur. Pas d Ac anti haptène. Ac anti haptène et Acs anti porteur I-Définitions ANTIGENES -Antigène (Ag) : toute substance naturelle ou synthétique reconnue de manière spécifique par une molécule de reconnaissance du système immunitaire (anticorps ou récepteur cellulaire).

Plus en détail

Immunité et SIDA. 1.3 A. Anticorps B. Plasmocytes. auxiliaires D. Lymphocytes T cytotoxiques

Immunité et SIDA. 1.3 A. Anticorps B. Plasmocytes. auxiliaires D. Lymphocytes T cytotoxiques Immunité et SIDA 1. Éliminer l'intrus 1.1 A. Plasmocyte. B. Macrophage. C. Granulocyte neutrophile. D. Erythrocyte. E. Lymphocyte. 1.2 A. Lymphocyte T auxiliaire B. Lymphocyte B C. Lymphocyte T cytotoxique

Plus en détail

Introduction générale g. Immunité innée. Objectifs : 1. Présentation du système immunitaire : organes, cellules, molécules. 2. Les lignes de défensed

Introduction générale g. Immunité innée. Objectifs : 1. Présentation du système immunitaire : organes, cellules, molécules. 2. Les lignes de défensed Objectifs : Introduction générale g Immunité innée 1. Présentation du système immunitaire : organes, cellules, molécules 2. Les lignes de défensed : immunité innée et immunité adaptative 3. Notion de soi

Plus en détail

LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes)

LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes) LES GLOBULES BLANCS (ou leucocytes) Cellule du sang des mammifères contenant un noyau, appelée également leucocyte et jouant essentiellement un rôle dans la défense de l'organisme contre les agents étrangers.

Plus en détail

UE 605 : TD concepts de bases en immunologie

UE 605 : TD concepts de bases en immunologie UE 605 : TD concepts de bases en immunologie EXERCICE 1 Commentez les expériences du tableau suivant Expériences Résultats Ablation du thymus d'une Greffe de peau de rat La peau n'est pas rejetée jeune

Plus en détail

Chromosome 6: Région HLA

Chromosome 6: Région HLA Transplantation rénale Bilan d Histocompatibilité C Suberbielle Boissel Laboratoire Régional d Histocompatibilité PARIS Chromosome 6: Région HLA DP DQ DR 21oh C4 Bf C2 hsp TNF B C A HLA Classe II 32 gènes

Plus en détail

Les différents produits sanguins et leurs principales indications

Les différents produits sanguins et leurs principales indications Les différents produits sanguins et leurs principales indications Dr Frédéric JOYE Comité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance (CSTH) Produits Sanguins thérapeutiques Produits sanguins thérapeutiques

Plus en détail

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui Professeur Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique CHU de Nantes La transplantation rénale La transplantation rénale

Plus en détail

Les cellules souches de l embryon à l adulte : Intérêt scientifique, intérêt thérapeutique

Les cellules souches de l embryon à l adulte : Intérêt scientifique, intérêt thérapeutique Les cellules souches de l embryon à l adulte : Intérêt scientifique, intérêt thérapeutique Genie_Gen-7-CellulesSouches.pdf Rappels d embryologie : 3jours : Stade 8 cellules 5/6 jours : blastocyste (contient

Plus en détail

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique?

Évaluations formatives. Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Évaluations formatives Module 1 Défense spécifique 1 Comparer le système de défense spécifique et le non spécifique? Le système de défense non spécifique est constitué d un ensemble d éléments qui protègent

Plus en détail

Chapitre V. Les réponses immunitaires

Chapitre V. Les réponses immunitaires 30 Chapitre V Les réponses immunitaires I. Introduction : Le système immunitaire assure la défense de l organisme contre tout ce qui est étranger et contre le soi modifié. Il met en jeu des mécanismes

Plus en détail

Parcours : Médecine Personnalisée en Transplantation Humaine

Parcours : Médecine Personnalisée en Transplantation Humaine Mention Sciences du Vivant Spécialité de Master : Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Parcours : Médecine Personnalisée en Transplantation Humaine Responsables: Pr. Seiamak BAHRAM Dr. Raphael CARAPITO

Plus en détail

Exercice 2 : Test de recherche d'anticorps anti-hépatite (d'après Bac S Asie 2013)

Exercice 2 : Test de recherche d'anticorps anti-hépatite (d'après Bac S Asie 2013) TD5 Exercices «Immunité adaptative» Exercice 1 : Test de recherche de streptocoques (d'après Bac S Réunion 2006) Correction On cherche à déterminer quel patient A ou B a été infecté par des bactéries streptocoques.

Plus en détail

Complexe majeur d histocompatibilité

Complexe majeur d histocompatibilité Complexe majeur d histocompatibilité Luc Mouthon Pôle de Médecine Interne, Centre de référence pour les vascularites nécrosantes et la sclérodermie systémique, hôpital Cochin, Assistance publique-hôpitaux

Plus en détail

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE HAD IHOPe Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PATHOLOGIES HÉMATOLOGIQUES EN PÉDIATRIE GÉNÉRALITÉS SUR LES LEUCÉMIES Les leucémies

Plus en détail

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ROBIN 10 ans 14-15 mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ANTECEDENTS Né à terme 2003: Adénoidectomie avec paracentèse (bilan préoperatoire normal) sans complication Absence d antécédents familiaux

Plus en détail

GREFFE RENO-PANCREATIQUE DOSSIER DE PRESSE

GREFFE RENO-PANCREATIQUE DOSSIER DE PRESSE GREFFE RENO-PANCREATIQUE DOSSIER DE PRESSE 15 février 2011 Contact presse : Lorette Riez 03 22 66 80 22 riez.lorette@chu-amiens.fr Visuels disponibles sur demande 1 Le 11 mai 2010, l équipe du Professeur

Plus en détail

Les étapes de la réaction inflammatoire

Les étapes de la réaction inflammatoire Réaction inflammatoire 2. Détection par les cellules sentinelles PRR Motif moléculaire Agent (bactérie) Phagocytose des agents Macrophage Leucocyte (cellule dendritique) 3. Libération de messages chimiques

Plus en détail

La greffe d organe du présent au futur

La greffe d organe du présent au futur Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2006, 49 33 La greffe d organe du présent au futur Jean-Daniel SRAER * INTRODUCTION Depuis le début des années 60, la greffe d organes solides s est considérablement étendue.

Plus en détail

Cours n 10 Professeur :Mr LARGHERO Par Sandrine Meghira THERAPIE CELLULAIRE

Cours n 10 Professeur :Mr LARGHERO Par Sandrine Meghira THERAPIE CELLULAIRE Cours n 10 Professeur :Mr LARGHERO Par Sandrine Meghira THERAPIE CELLULAIRE Introduction I) Thérapie cellulaire et cellules souches hématopoiétiques a) Historique b) Principe c) Sources des CSH d) Méthodes

Plus en détail

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 09.10.2015 Le Le système immunitaire est est composé de de plusieurs éléments Cellules immunitaires -cell.phagocytaires

Plus en détail

THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE. Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire

THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE. Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire THEME 3 CORPS HUMAIN ET SANTE Partie A : Le maintien de l'intégrité de l'organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Chap 2. L'immunité adaptative, prolongement de l'immunité innée Constat

Plus en détail

Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+

Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+ Dérogations virales : utilisation des donneurs HBc+ + et VHC+ Décrets des 21 décembre 2005 et 11 mars 2006 Protocoles dérogatoires : Dérogations permettant le recours à des donneurs présentant un risque

Plus en détail

Partie 1. QCM (3 points)

Partie 1. QCM (3 points) DS IMMUNOLOGIE Partie 1 Question de synthèse (5 points) Rappels : Synthèse = on attend une réponse construite (intro, développement, conclusion) mais les exigences sont moindres que pour une ROC, la question

Plus en détail

LE SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SYSTEME IMMUNITAIRE LE SYSTEME IMMUNITAIRE I/ Définition Mécanismes physiologique ; défendre l'organisme contre : certains agents pathogènes les substances étrangères ou anormales (micro organismes = bactérie, parasite, virus,...)

Plus en détail

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

Les Groupes Sanguins Érythrocytaires. Rappels immunologiques. Rappels immunologiques. Dr. Jean-Pierre RAIDOT. EFS Grand-Est

Les Groupes Sanguins Érythrocytaires. Rappels immunologiques. Rappels immunologiques. Dr. Jean-Pierre RAIDOT. EFS Grand-Est Les Groupes Sanguins Érythrocytaires Dr. Jean-Pierre RAIDOT EFS Grand-Est Mars 2017 Rappels immunologiques 1. «L identité biologique du SOI» : Composé de molécules spécifiques Génétiquement déterminées

Plus en détail

Recherche et Néphropathie à IgA 23 février 2015

Recherche et Néphropathie à IgA 23 février 2015 Recherche et Néphropathie à IgA 23 février 2015 Introduction La Néphropathie à IgA a été décrite par Jean Berger en 1968. C est la plus fréquente des néphropathies glomérulaires. Son risque essentiel est

Plus en détail

Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T

Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T Exercice 1 : IMMUNITE Leçon 3 : Le rôle des lymphocytes T 1 Exercice 2 : Parmi les cellules immunitaires, les lymphocytes T4 ont un rôle essentiel dans le déroulement des réactions immunitaires. À partir

Plus en détail

Education civique, juridique et sociale

Education civique, juridique et sociale Education civique, juridique et sociale Thème : Bioéthique Sujet : Le don d organe Kenza Abarri Lison Pourchet David Storti Introduction Questions à vif : Parmi vous, qui possède sa carte de donneur? En

Plus en détail

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ

BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ BTS Blanc n 3-Juin 2017 TSOD1/2 BIOLOGIE-PHYSIOLOGIE CORRIGÉ Partie 1 : immunologie Exercice 1 : schéma de la phagocytose (3 points) Etapes : Mots-clés : 1) Adhésion (ou reconnaissance) cellule phagocytaire,

Plus en détail