En faveur du don d organes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En faveur du don d organes"

Transcription

1 En faveur du don d organes 1

2 2 3 Liège > Le 13 décembre 2011, un tueur de sinistre mémoire fait feu sur la foule présente sur la Place Saint-Lambert, à Liège. Parmi les très nombreuses personnes touchées, Laurent kremer (20 ans) décède des suites de ses blessures le 22 décembre. La mort de ce jeune homme, touché de plein fouet, fait la une des journaux et des médias, notamment parce que ses parents, Claudine et Thierry, ont choisi spontanément de donner les organes de leur fils, une manière de perpétuer sa bonté magnifique. Le don n est pas un artifice, mais un partage. Cette notion de partage qui était un des fondements de l éducation donnée à leurs enfants. Les citoyens Liégeois ont été très émus et admiratifs face à cette généreuse démarche, et un élan de solidarité s est créé autour de ce tragique évènement. Mais derrière cet engouement de la population, les parents ont pris pleinement conscience que le don d organes restait un acte trop rare et méconnu. Trop peu de gens étaient sensibilisés au problème du manque de «donneurs». Claudine et Thierry ont choisi de progresser dans une spirale positive. Donner, c est considérer les conséquences heureuses. Il fallait aller dans le sens de la vie. Le chemin était tracé. Quelques mois après la tragédie, ils s associent avec des professionnels du Service de Transplantation du CHU de Liège et fondent l A.S.B.L. CHAINE DE VIES avec pour objectif d informer et sensibiliser le plus large public possible au don d organes. Pouvoir en parler sereinement, sans tabou. Parce que le don d organes, c est le pouvoir de changer des vies. Pour ce faire, ils ont décidé d impliquer directement les personnes au moyen d évènements sportifs ou ludiques (randonnées cyclistes, marches familiales, ), ou de participer à des symposiums ou colloques d information. Autant d actions souvent relayées par les rédactions de journaux, radios ou télévisions locales de la région liégeoise. Mais ce dont ils sont le plus satisfaits, c est leur démarche au sein des écoles, en abordant directement les enfants et les adolescents, au moyen de supports didactiques conventionnels, de vidéos spécifiques ou de brochures adaptées. Les jeunes sont très réceptifs et très ouverts. C est par eux que les mentalités peuvent changer. Claudine et Thierry se sont engagés dans le plus beau des combats, celui de perpétuer la mémoire de leur fils, et entraîner la population dans une spirale positive pour sauver des vies.

3 4 5 > Quelques repaires de l évolution de la Transplantation Au 19e siècle : Expérimentation de premières greffes de peau sur des animaux puis sur les hommes 1902 : Alexis Carrel, par ses travaux sur les techniques de suture des vaisseaux, jette les bases de la transplantation 1951 : Premières greffes de reins en France ( issues de personnes guillotinées) / Premier prélèvement sur un donneur vivant 1952 : Découverte des compatibilités tissulaires entre donneur et receveur (système HLA responsable des mécanismes de rejet) par Dausset et Hamburger suite à une greffe rénale pratiquée entre jumeaux. Développement des traitements immunosuppresseurs, ce qui favorisera l expansion de la greffe à d autres organes 1963 : Développement du concept de mort cérébrale (Mollaret et Goulon) / Première greffe de foie, aux Etats-Unis (Professeur Thomas Starzl) 1967 : Première greffe cardiaque, en Afrique du Sud (Professeur Christian Barnard) 1968 : Première transplantation pancréatique aux Etats-Unis 1970 : Jean-François Borel (Suisse) découvre une substance issue d un champignon, la ciclosporine, qui se révèle un anti-rejet très efficace 1982 : Utilisation de la ciclosporine et essor de la transplantation 1986 : Double greffe de poumons (USA) 1987 : Première transplantation intestinale réussie 1988 : Scission du foie permettant deux transplantations (USA) 1989 : Prélèvement d une partie de foie sur donneur vivant 1990 : Prélèvement d un poumon sur donneur vivant <

4 6?? > Qui a besoin d organes ou de tissus? Tous les patients souffrant d une insuffisance organique terminale, c est-à-dire que l un de leurs organes ne fonctionne (presque) plus et que l on a épuisé pour eux toutes autres formes de traitement. 7? > Qu est-ce que le Don d Organes? Le don d organes est le premier acte qui mène à la transplantation. C est un des plus beaux gestes de solidarité qui soit, puisqu il va même au-delà de la mort. Le Don d Organes consiste à prélever un organe, ou une partie d organe, chez un donneur (vivant ou décédé) pour le transplanter chez un patient malade, le receveur. Chez le donneur vivant, le plus souvent apparenté génétiquement (parents, frère, sœur ) ou émotionnellement (conjoint), on peut prélever un rein (qui est un organe double) ou un morceau du foie (qui va se régénérer). Chez la personne décédée (en mort cérébrale et parfois en arrêt circulatoire), on peut prélever le cœur, les reins, les poumons, le pancréas, les intestins et le foie. > Qu est-ce que le Don de Tissus? > cœur : insuffisance cardiaque (maladies coronariennes, valvulaires, ) > foie : insuffisance hépatique (virus, alcool, maladie biliaire, cancer, ) > reins : insuffisance rénale (infections, toxicité médicamenteuse, anomalies urinaires, ) > pancréas : diabète de type I > poumons : mucoviscidose, emphysème, fibrose pulmonaire > intestins : nécrose intestinale Bien que la greffe de tissus ne possède pas de propriété vitale, elle intervient de manière certaine sur la qualité de vie et le devenir des patients qui en bénéficient. > greffe de cornée (permet de recouvrer la vue) > tissus osseux et ligaments : comblement de défects osseux, reconstruction articulaire, transplantation méniscale, > valves cardiaques (si cœur pas transplantable) et vaisseaux > peau : greffes de peau chez grands brûlés (diminution de douleur et du risque d infection, meilleure cicatrisation) >... Le Don de Tissus consiste à prélever un tissu pour l utiliser dans les mêmes conditions. On peut ainsi greffer la cornée, la peau, des vaisseaux sanguins, des valves cardiaques, des tendons, des cartilages ou encore des os En Belgique, on peut réaliser des prélèvements d organes et de tissus dans n importe quel hôpital du pays. Les transplantations, par contre, ne peuvent avoir lieu que dans un hôpital universitaire.

5 8 9 > Notion de mort cérébrale La mort cérébrale correspond à la destruction totale et irréversible de l ensemble du cerveau. Elle peut être causée par un traumatisme crânien (accident de la route, chute, ) ou par une hémorragie dans le cerveau (accident vasculaire cérébral). Ces différentes agressions du cerveau provoquent un «œdème» (gonflement des tissus cérébraux) et vont créer une augmentation de la pression dans la boîte crânienne, ce qui va empêcher le sang d apporter aux cellules cérébrales l oxygène et les nutriments dont elles ont besoin. Quand elles sont privées d oxygène, les cellules cérébrales sont détruites irrémédiablement. Le diagnostic de mort cérébrale repose sur un ensemble de critères précis, qui vont permettre d affirmer la disparition irréversible de toutes les fonctions cérébrales. L examen clinique permet de mettre en évidence la disparition de tous les réflexes, y compris la respiration spontanée. Des examens complémentaires peuvent également être effectués pour confirmer la mort cérébrale (électro-encéphalogramme, artériographie ) Après la survenue de la mort cérébrale, les organes peuvent encore fonctionner un certain temps, pour autant que l on puisse suppléer aux commandes, devenues déficientes. C est à ce niveau qu interviennent les médecins et les infirmièr(e)s des unités desoins intensifs. Ils savent que le «maintien» d un donneur conditionne la vie de quatre ou cinq receveurs. Quelle que soit la décision concernant un éventuel prélèvement d organes chez un sujet en état de mort cérébrale, la dignité du patient et la souffrance de ses proches seront toujours respectées. Surveillance du rythme cardiaque Apport d oxygène aux cellules (indispensable au maintien des organes) Hydratation des organes et maintien de la tension artérielle pour conserver la perméabilité au sang Surveillance de la fonction rénale Maintien de la température du donneur à 37 c > Les donneurs à cœur arrêté Ces donneurs sont, pour la plupart, des patients hospitalisés en unité de soins intensifs et chez qui un arrêt de maintien des fonctions vitales a été décidé par une équipe multi-disciplinaire, en raison du mauvais pronostic. Avec l accord de la famille, l arrêt thérapeutique peut être réalisé au bloc opératoire, et être suivi du prélèvement de certains organes (foie, reins, poumons, pancréas). A cœur battant ou à cœur arrêté, pour être Donneur d Organes, il est impératif de mourir dans un hôpital

6 10 11 > Eurotransplant Eurotransplant œuvre pour une utilisation optimale des organes disponibles en établissant la meilleure combinaison possible avec les receveurs. Tous les patients en attente d un organe dans l un de ces 8 pays sont répertoriés selon un certain nombre d informations les concernant : identité, poids et taille, groupe sanguin et phénotype HLA (compatibilité des tissus), immunisation anti- HLA, ainsi que diverses informations médicales (cause de transplantation, degré d urgence, ). Chaque fois qu un organe est disponible, le programme informatique, dans lequel sont inscrits tous les candidats, sélectionne le receveur le plus compatible. La compatibilité varie en fonction de l organe : > Pour le cœur, les poumons et le foie, on tient compte de la compatibilité du groupe sanguin et du paramètre poids / taille. La fondation Eurotransplant (créée en 1967 par le Professeur J.J. Van Rood, aux Pays-Bas) est un organisme de services qui centralise les offres et les demandes d organes pour la Belgique, les Pays-Bas, le Grand-Duché de Luxembourg, l Allemagne, la Slovénie, l Autriche, la Croatie et la Hongrie, soit plus de 70 centres de transplantations qui gèrent une population totale de +/- 135 millions de personnes. Les avantages de cette collaboration découlent de l utilisation d un système unique de collecte des paramètres des donneurs et d une seule liste d attente centrale. > Pour les reins et le pancréas, il faut absolument respecter, à côté du groupe sanguin, la compatibilité tissulaire (système HLA). En plus de ces règles de compatibilité interviennent des critères médicaux pour sélectionner les receveurs (urgence, aspect géographique). Dès l identification d un receveur, Eurotransplant prévient le coordinateur de transplantation du centre duquel dépend ce patient en lui communiquant toutes les données utiles à l organisation de la transplantation.

7 12 Chaîne de vies > Organisation des prélèvements multi-organes > Dès que la mort cérébrale du donneur est confirmée, le coordinateur de transplantation s assure que celui-ci n est pas inscrit au Registre National comme opposé au don d organes. > Il entreprend toutes les démarches médico-légales nécessaires (en cas de mort violente ou suspecte). > Il centralise les analyses sanguines et les examens complémentaires qui s imposent, en collaboration avec le médecin-réanimateur qui a la charge du patient. > Il complète le dossier du donneur et en communique toutes les informations utiles à Eurotransplant. > Dès l attribution connue des organes, on peut fixer un horaire de prélèvement. 13 > Du donneur au receveur : une véritable chaîne de solidarité Dès qu un patient est en condition d être donneur d organes, le coordinateur de transplantation va organiser toute la procédure, qui implique un nombre très important d intervenants : infirmiers et médecins des soins intensifs et des blocs opératoires, techniciens de laboratoire, personnes assurant le transport d organes Depuis 2012, une fonction de Coordination Locale de Don a également été installée dans les Unités de Soins Intensifs afin d optimaliser la détection des donneurs potentiels. > Combien de temps peut-on garder les organes avant la transplantation? L. A.S.B. Cela dépend de l organe. Les organes abdominaux (foie, pancréas, reins) doivent être transplantés dans un délai de 6 à 24 heures. Pour le cœur et les poumons, le délai est plus court : ils doivent être greffés dans les 4 à 5 heures. > Le donneur est conduit au bloc opératoire pour le prélèvement d organes. > Les organes qui ne sont pas transplantés localement sont expédiés, en fonction des directives d Eurotransplant. > Quand le prélèvement et les soins au donneur sont terminés, la famille a l opportunité de revoir l être cher. > Un courrier sera envoyé à la famille du donneur en reconnaissance du geste de solidarité qui a été posé. > Une lettre sera également adressée au personnel médical et infirmier qui s est occupé du patient (soins intensifs et bloc opératoire) pour les informer de l évolution des transplantations. > Comment les organes sont-ils conservés en attendant d être greffés? En salle d opération, dès le prélèvement, les organes sont rincés avec des liquides stériles spécifiques à 4 C, puis sont emballés dans des sachets, contenant ces mêmes liquides, et placés dans des boîtes remplies de glace pilée, ce qui permet de maintenir cette température jusqu au moment de la transplantation, supportant ainsi le voyage en taxi, ambulance ou en avion.

8 14 15 > Aspect légal du prélèvement d organes? > Que prévoit en outre la loi? «Principe de consentement présumé!» Depuis le 13 juin 1986, le don d organes en Belgique est régi par la loi. La loi prévoit que toute personne n ayant pas, de son vivant, exprimé sa volonté explicite d être ou de ne pas être donneur, est censée avoir accepté tacitement de faire don de ses organes en cas de décès. Cette loi est basée sur la notion de respect de la volonté de chaque individu qui peut être exprimée dans le sens de l acceptation ou du refus par une démarche personnelle à l Administration Communale (inscription au Registre National du Ministère de la Santé Publique). > Les organes (et tissus) ne peuvent être prélevés qu après la constatation du décès par trois médecins au moyen des critères diagnostiques les plus récents dont la médecine dispose. Ces trois médecins doivent être indépendants des équipes de transplantation (pour éviter les conflits d intérêt). > Principe de l anonymat : l identité du receveur ne peut être révélée à la famille du donneur et vice-versa. > Principe de la gratuité : l achat et la vente d organes sont interdits. Tous les soins qui sont prodigués au donneur en vue du prélèvement sont facturés aux mutuelles des différents receveurs. > La loi préconise le respect de la dépouille mortelle après le prélèvement. En cas de refus explicite, aucun prélèvement ne peut être réalisé, même si la famille donne son accord après le décès. En cas de don explicite, personne ne peut s opposer à ce consentement et empêcher le prélèvement. Outre la démarche à l Administration Communale, toute autre forme d expression de la volonté de la personne (carte de Donneur, déclaration orale, ) doit être prise en compte. Il y a donc présomption de solidarité, par laquelle on considère que sans opposition de son vivant, chacun accepte de faire don de ses organes après la mort. En pratique, lorsqu une personne est en état de mort cérébrale, les proches en sont avertis. Si aucun enregistrement au Registre National n existe, les médecins informent les proches de la possibilité de réaliser un prélèvement d organes et recueillent leur témoignage par rapport à sa volonté.?

9 > Comment vivre après une greffe? La transplantation d organes constitue, dans la plupart des cas, un «mieux-être» pour les patients : «nouvelle vie» pour les greffés cardiaques et hépatiques, plus grande autonomie pour les transplantés rénaux, qui ne dépendent plus d une machine pour vivre. Les restrictions imposées par les traitements antérieurs (dialyse, médicaments, ) sont ainsi oubliées, parce que le patient se sent physiquement beaucoup mieux. Cependant, les patients greffés doivent se soumettre à des contrôles médicaux réguliers et devront, toute leur vie, prendre des médicaments anti-rejet, pour que l organe greffé soit bien accepté par leur organisme. Malgré toutes les complications possibles, la transplantation reste donc l espoir le plus évident d une parfaite réinsertion familiale, sociale, voire professionnelle. Un effort des employeurs, des compagnies d assurance, des médecins-conseils des mutuelles et des médecins du travail doit donc être entrepris, afin de démystifier la transplantation et de favoriser cette réinsertion. A cet égard, le rôle des associations de patients est important, car il permet de dédramatiser la greffe, de sensibiliser et d informer le public et les instances ministérielles, mais aussi les futurs transplantés et leur famille. > Pénurie d organes, comment y remédier? Actuellement, la pénurie d organes constitue le frein majeur à la transplantation. Chaque année, il y a de plus en plus d organes transplantés, mais il y a aussi de plus en plus de patients qui attendent une greffe, à cause notamment du vieillissement de la population et de l amélioration des prises en charge médicales. A l heure actuelle, il y a toujours plus de patients en attente que d organes disponibles, ce qui explique que certains d entre eux meurent sur la liste d attente, faute d avoir reçu un greffon à temps. Les équipes médicales s efforcent de trouver des solutions à cette pénurie : prélèvements après arrêt cardiaque, partage du foie en deux pour greffer deux receveurs différents, recherche d alternatives (cellules souches, utilisation d organes artificiels ) Cependant, le plus important reste d améliorer l information sur le don d organes, par des campagnes de sensibilisation, des mesures politiques adaptées, afin que chacun puisse y réfléchir de son vivant et manifester son opinion, soit en remplissant le formulaire à l Administration Communale, soit en communiquant sa volonté à ses proches. La probabilité d avoir un jour besoin d un organe est 8 fois plus grande que celle de pouvoir faire don de ses organes! > Que pensent les différentes religions du Don d Organes? La plupart des religions assurent que, dès l instant où le prélèvement sur un mort permet de sauver la vie d un autre être humain, ce prélèvement est permis. Pour certains cependant, le prélèvement d organes ne laisse pas le corps intègre et porte atteinte au culte des morts. En pratique, l autorisation de prélèvement dépendra généralement des convictions de l autorité religieuse (prêtre, imam, pasteur ) à laquelle la famille se réfère. > La RELIGION CATHOLIQUE s en remet au corps médical pour donner une définition claire et précise de la mort et du moment de la mort (cérébrale). > Pour la RELIGION PROTESTANTE, la mort cérébrale n est pas reconnue comme une certitude absolue, mais elle est admise. Chaque fidèle est libre et responsable de ses choix. > Le JUDAÏSME est en faveur du don, car la Torah atteste que le devoir de sauver une vie passe avant le respect des interdits religieux. > L ISLAM peut émettre quelques réticences au sujet des critères de la mort cérébrale. Selon le Coran, il faut l arrêt des fonctions respiratoires, cérébrales et circulatoires pour que la mort soit reconnue. Selon un verset du Coran, celui qui sauve un être humain sauve l humanité toute entière.

10 18 19 En pensées > La transplantation à Liège Je n ai plus qu à attendre mon greffon, la mort d un autre pour continuer de vivre. La situation est abstraite et pourtant si concrète. La vie, la mort, se mêlent, se succèdent indissociables : 1 ère greffe rénale cadavérique (Prof. Lejeune) Je nais une autre fois, j ai une deuxième chance, je suis greffée d un bout d un autre, je continue sa vie et la mienne, je recolle les morceaux, je suis un patchwork vivant (Charlotte Valandrey greffée cœur) Il faut garder l espoir, croire en quelque chose, même si on ne le voit pas 1983 : 1 ère greffe cardiaque (Prof. Limet) Hier est passé et demain n est pas encore arrivé, alors l instant présent est le seul qui existe La vie tient à un fil, savourez chaque instant 1984 : 1 ère greffe pancréatique (Prof. Meurisse) Si la nuit, les étoiles relayent le soleil, c est pour ne pas laisser s éteindre l espérance Le don d organes, c est ce que pense votre cœur (Jean Marais) Tout le monde peut se retrouver comme receveur ou comme donneur 1986 : 1 ère greffe hépatique (Prof. Honoré) C est la mort qui donne la vie D un côté, une vie qui s en va, de l autre, plusieurs vies sauvées 2004 : 1 ère greffe intestinale (Dr A. De Roover) 2012 : transplantation multivicérale (5 organes sur un enfant de 9 ans) Le don d organes, un relais pour la vie, comme la flamme olympique qui passe d une main à l autre et qui donne une chance de vie et d espoir La mesure du don, c est de donner sans mesure Un magnifique geste qui peut faire de la mort, une éclosion à la vie

11 20 21 > Poumons > Coeur > Organes > Foie > Reins > Pancréas > Intestins A chacun de réfléchir sur le don d organes, à se considérer, ou non, comme un maillon de cette chaîne de solidarité pour la Vie. > Cornées > Peau > Tissus > Valves cardiaques > Os > Tendons > Veines > Ligaments

12 23 Chaîne de Vies A.S.B.L. N entr BE BIC: GKCCBEBB Notes T \ +32(0)495 / E \ W \ > Docteur Didier LEDOUX, Président CHU Liège, Chef de Clinique aux Soins Intensifs Tél : 04/ > Claudine et Thierry KREMER, Trésorier Les parents de Laurent Tél : 0495/ > Virginie DESCHAMPS, Secrétaire CHU Liège, Psychologue Tél : 04/ > Marie-Hélène DELBOUILLE Josée MONARD CHU Liège, Coordinatrices de Transplantation Tél : 04/ Liens utiles / / Avec le soutien de la ville de Liège

13 24 Le Don d Organes : pensez-y et faites passer le message!

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Alain est. alors qu il attendait un organe. Informations au sujet du don d organes. www.swisstransplant.org

Alain est. alors qu il attendait un organe. Informations au sujet du don d organes. www.swisstransplant.org Alain est alors qu il attendait un organe Informations au sujet du don d organes www.swisstransplant.org Impressum Editeur: Swisstransplant Rédaction: Franziska Beyeler et Christine Riggenbach Traduction:

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus Le don d organes et de tissus Information du public GENERALITES Le don d organes et la greffe représentent une priorité de santé publique.

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Plan de l exposé 1. Introduction 2. Déséquilibre offre demande 3. Donneur 4. Receveur 5. Liste d attente 6. Aspect

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

LE DON D ORGANES LUC DE PAUW ISABELLE SENEPART AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION BELGE DES COORDINATEURS DE TRANSPLANTATION

LE DON D ORGANES LUC DE PAUW ISABELLE SENEPART AVEC LE SOUTIEN DE LA SECTION BELGE DES COORDINATEURS DE TRANSPLANTATION Dorgane_08_01c:Mise en page 1 20/05/08 17:21 Page 1 La transplantation permet de sauver des patients qui sont atteints d une maladie très grave. Cette maladie ne peut être guérie que par le remplacement

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS!

LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! LA FONDATION REPOND A VOS QUESTIONS! I. JE M INFORME 1. Qu est-ce qu une greffe? 2. Quels sont les tissus et les organes que l on greffe? 3. Qui peut greffer? 4. Chacun peut-il être donneur? 5. Pourquoi

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.

Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm. Le don dans les pratiques médicales: Symbolique du don et exemple du don d organe Dr Grégoire Moutel Laboratoire d Ethique Médicale et de Médecine Légale Faculté de Médecine Université Paris 5 www.ethique.inserm.fr

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Greffes d organes, don de vie DOSSIER. + de 42 % d augmentation du nombre de personnes greffées en 21 ans.

Greffes d organes, don de vie DOSSIER. + de 42 % d augmentation du nombre de personnes greffées en 21 ans. 20 DOSSIER Greffes d organes, don de vie Cœur, rein, poumon, foie Lorsque l un de ces organes a perdu sa fonction, la greffe devient souvent la seule issue thérapeutique. Ces cinquante dernières années,

Plus en détail

Enquête sur le don de moelle osseuse

Enquête sur le don de moelle osseuse Enquête sur le don de moelle osseuse Réalisée auprès des étudiants de première année à l Université de Poitiers en septembre 2012 En France, pour que leur vie continue, 2 400 malades ont besoin d un don

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

Guide Classes CM1-CM2

Guide Classes CM1-CM2 Guide Classes CM1-CM2 Vous souhaitez monter un projet d information, un événement, une action en soutien à une association? L association Laurette Fugain a besoin de vous! SOMMAIRE Présentation de l association

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 29 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON Le Premier ministre a fait de l année 29, l année du don. En déclarant «grande cause nationale

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé Paris le 3 septembre 2009 Dossier de presse Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé En 2004, l équipe de recherche dirigée par François Pattou (Unité Inserm

Plus en détail

LA CHAINE DU PRELEVEMENT

LA CHAINE DU PRELEVEMENT LA CHAINE DU PRELEVEMENT et de la greffe Prélèvements et greffes Une volonté collective de qualité La pratique des prélèvements et des greffes représente pour un établissement de santé une mission exigeante.

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques 07/01/2015 LLORCA Clémence L2 CR : BRASSIER Julia SSH Véronique DELAPORTE 10 pages Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques Plan A. L'insuffisance rénale chronique terminale I. Généralités

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE. Coordination de transplantation 02 477 60 99

Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE. Coordination de transplantation 02 477 60 99 Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE Coordination de transplantation 02 477 60 99 Transplantation Rénale 1. Introduction Pour le patient qui présente un stade avancé d insuffisance rénale, la

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

INSUFFISANCE HÉPATIQUE

INSUFFISANCE HÉPATIQUE INSUFFISANCE HÉPATIQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE HÉPATIQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance hépatique ne soit approuvé

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Comprendre la mort cérébrale

Comprendre la mort cérébrale Comprendre la mort cérébrale Imprimeur de la Reine pour l Ontario, 2010. Adaptation et reproduction autorisées. 1 Comprendre la mort cérébrale Il est difficile d imaginer une expérience plus douloureuse

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

Polices Prestation du vivant

Polices Prestation du vivant Polices Prestation du vivant En quoi consiste l assurance contre la maladie grave? L assurance contre la maladie grave prévoit le versement d une prestation forfaitaire dès que la personne assurée reçoit

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Déclaration d Istanbul contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Préambule La transplantation d organes, l un des miracles médicaux du vingtième siècle, permet de prolonger et d améliorer

Plus en détail

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat

AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS. Docteur Renaud Gruat AMIFORM PRÉLÈVEMENTS D ORGANES ET DE TISSUS Docteur Renaud Gruat Activité de greffe en France Origine des greffons Donneur Vivant Organes «doubles» Rein/ Foie/Pm Tissus Résidus op Peau/ os Cellules souches

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE 1. Ainsi que le Directeur général l a fait observer dans son rapport à la soixante-dix-neuvième

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012

Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012 Assurance voyage et soins médicaux Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012 Nom : Date de naissance : JJ / MM / AAAA Numéro de membre : Numéro de police : DIRECTIVES POUR LE PROPOSANT IL

Plus en détail

Le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules

Le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules Le prélèvement et la greffe d organes, de tissus et de cellules Introduction Le prélèvement et la greffe d'organes, de tissus* et de cellules* permettent de soigner des malades et blessés (comme les greffes

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Proposition Assurance voyage Travel Choice 1

Proposition Assurance voyage Travel Choice 1 Proposition Assurance voyage Travel Choice 1 Cette assurance est établie par La Compagnie d Assurance Vie Manufacturers (Financière Manuvie) et La Nord américaine, première compagnie d assurance (filiale

Plus en détail

Journée nationale du don d organes. Conférence de presse vendredi 11 septembre 2009

Journée nationale du don d organes. Conférence de presse vendredi 11 septembre 2009 Journée nationale du don d organes Conférence de presse vendredi 11 septembre 2009 Programme de la conférence Accueil et présentation des intervenants Muriel Desaulles, secrétaire générale HNE Cadre général

Plus en détail