Dossier de presse Conférence sur le don d'organes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier de presse Conférence sur le don d'organes"

Transcription

1 Dossier de presse Conférence sur le don d'organes 5 septembre 2012

2 Sommaire 1. Invitation 2. Communiqué de presse 3. Chiffres-clés 4. Document de presse «Transplant» 5. Sondage

3 INVITATION CONFÉRENCE DE PRESSE Résultats du sondage concernant le don d organes Etat des lieux sur le don d organes en Suisse Présentation d un documentaire au sujet du don d organes ****** En présence de Luc Schenker, administrateur d Assura SA, de Jean-Paul Diserens, président d Assura et vice-président des Fondations Assura et Divesa, et de Xavier Derigo, producteur du documentaire Faisons mieux que la carte de donneur! A ce jour, un don d organe doit être confirmé par la présentation de la carte du donneur ou par le consentement des proches. Afin de sensibiliser le grand public à ce thème et d amorcer un changement de la loi sur la transplantation, Assura et Assura SA ont adressé un sondage à près de 200'000 assurés. Lors de cette conférence de presse, elles vous présenteront les résultats de cette démarche, ainsi qu un film en cours de réalisation, soutenu par les Fondations Assura et Divesa. A cet effet, Assura SA a le plaisir de vous inviter à sa Conférence de presse Mercredi 5 septembre 2012, à 10h00 Hôtel Alpha-Palmiers Rue du Petit-Chêne 34, Lausanne Un café vous est cordialement offert dès 9h30. Afin de faciliter l organisation de cet événement, merci d annoncer votre présence par avant le lundi 3 septembre Contact: Xavier Studer Catia Luperto

4 Conférence de presse Assura SA Mercredi 5 septembre 2012, 10h00 Hôtel Alpha-Palmiers, Lausanne PROGRAMME Intervenants Thèmes 9h30 10h00 Xavier Studer Chargé de communication Assura et Assura SA Café, croissants Accueil Présentation des intervenants Jean-Paul Diserens Vice-président Fondation Assura et Fondation Divesa Xavier Derigo Producteur Présentation des résultats du sondage Etat des lieux sur le don d organes en Suisse Présentation du projet du documentaire «Transplant» Questions / réponses* 11h00 Fin * Pour les questions médicales, présence du Dr. Méd. Fredi Bacchetto, Directeur des prestations suisses alémaniques, Assura et Assura SA

5 Communiqué de presse Pully, le 5 septembre 2012 Don d organes: les assurés d Assura favorables au changement Les assurés d Assura et Assura SA sont très favorables à une modification du système actuel pour faciliter les dons d organes. Tel est le résultat d un sondage effectué auprès des 200'000 clients qui utilisent les services en ligne de l assureur basé à Pully. Plus de assurés ont répondu aux trois questions qui leur étaient posées dans un sondage effectué sur internet entre la fin juillet et fin août. La création d un fichier centralisé est plébiscitée par 96.8% des personnes qui ont répondu volontairement à ce sondage. Consentement présumé Plus de 85% des assurés sont favorables à tout prélèvement d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Près de 15% des personnes interrogées seraient prêtes à autoriser le prélèvement de certains organes, tissus ou cellules. Les assurés, dans leur écrasante majorité, seraient aussi disposés à soutenir une modification de la législation actuelle afin de favoriser le consentement présumé du don d organes en cas de décès. Une mesure qui a déjà été introduite dans plusieurs pays, dont la France et l Espagne. Film-documentaire Pour sensibiliser encore davantage la population suisse à la problématique du don d organes, les fondations à but philanthropique Assura et Divesa soutiennent le projet de long-métrage documentaire «Transplant» réalisé par Christophe Chiesa et produit par Idip Films. Diffusé en 2013, ce documentaire racontera les enjeux médicaux et humains qui jalonnent les parcours des greffes d organes. Le réalisateur proposera concrètement une immersion de deux mois dans le service spécialisé des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Sur le seul marché de l assurance de base, en dehors des effectifs cumulés des groupes d assureurs, Assura est la 2 ème caisse-maladie de Suisse. En tenant compte de ces regroupements, la caisse de Pully se classe au 4 ème rang des assureurs maladie. Assura et Assura SA, cette dernière commercialisant les assurances complémentaires, totalisent plus de 700'000 assurés.

6 Contact Xavier Studer & Catia Luperto Chargés de communication Dossier de presse complet Par respect pour l environnement et pour suivre l exemple de nos 200'000 assurés ayant déjà choisi de ne plus recevoir de papier, le dossier de presse complet sera publié aujourd hui dès 10h00 à l adresse suivante : Ce dossier comprend: - le communiqué de presse - les graphiques présentant les résultats du sondage - quelques données clefs sur le don d organes en Suisse - la présentation du film de Christophe Chiesa

7 Chiffres-clés Les résultats du sondage Nombre total d assurés ayant répondu au sondage : 5394 Souhaiteriez-vous que la législation suisse soit modifiée dans le sens où le consentement de donneur d'organes sera présumé en cas de décès (donneur d'office, sauf en cas de refus exprimé)? 9.5% Oui Non 90.5% Seriez-vous prêt à vous inscrire sur un fichier centralisé comme donneur d'organes? 3.2% Oui Non 96.8%

8 Si oui, seriez-vous prêt à autoriser: 14.7% Tout prélèvement d'organes, de tissus et de cellules et les mesures médicales préliminaires qui en découlent, en cas de décès? Le prélèvement de certains organes, tissus et cellules et les mesures médicales préliminaires qui en découlent en cas de décès? 85.3%

9 Quelques données de base sur le don d organes Source: Indicateurs sur la transplantation d organes en Suisse, Swisstransplant Source: Indicateurs sur la transplantation d organes en Suisse, Swisstransplant

10 Source :

11 Synopsis - Extrait du dossier de presse de «Transplant» A travers le travail et l approche complémentaire de différents membres de l équipe du département de transplantation des Hôpitaux Universitaires de Genève : le directeur du département, la psychiatre, deux chirurgiens et deux coordinatrices, ce film raconte les enjeux médicaux et humains qui jalonnent les parcours de greffe d organe. Dans leurs regards complémentaires, on suit l accompagnement des transformations profondes, tant physiologiques que psychologiques, qu implique la transplantation pour les patients receveurs. Des propositions de mise en liste d attente à la gestion des immunosuppresseurs, en passant par l opération, nous assistons au déroulement pluriel d une médecine qui permet de sauver des vies grâce à d autres et qui, de ce fait, s accompagne la plupart du temps d un processus de deuil, puis de reconstruction pour les patients receveurs. Au-delà de la métamorphose physique qui les fait souvent se considérer comme des miraculés, c est une véritable «renaissance à soi-même» qu évoquent les greffés pour parler de ce que cette expérience a changé dans leur rapport à eux-mêmes et aux autres. Encore faut-il qu ils soient capables d une telle renaissance, et dans un temps bien souvent compté, car leur pronostique vital est généralement en jeu à court ou moyen terme. En effet, pour que tout se passe bien, ce cheminement personnel des patients sur la voie d une meilleure acceptation d euxmêmes est indissociable de la transformation corporelle. L équipe du département de transplantation des HUG a su mettre en place un dispositif et une approche singulière afin d intégrer cette évolution personnelle des patients au processus médical, pour que les greffes offrent une issue la plus favorable possible. Ces aventures médicales aux frontières de la vie conduisent à des questionnements existentiels profonds et universels, que l équipe du département de transplantation doit aussi accompagner, donnant une dimension humaniste, sinon inhabituelle, du moins méconnue dans l univers hospitalier. Durant cette immersion de deux mois dans ce petit service atypique et pluriel des HUG, nous découvrirons les différentes étapes de ce processus à travers quatre patients, à différents stades de leur parcours de greffe. Leurs trajectoires, leurs questionnements, leurs évolutions, se croiseront, s imbriqueront, se répondront. Ils se révèleront à travers le travail quotidien des membres de l équipe que nous accompagnerons dans leurs interventions avec eux.

12 L équipe de ce service est composée de personnalités fortes et la notion de vocation médicale est très présente, ici. Il s agit d accompagner des voyages médicaux aux frontières de la mort et de la vie, qui confrontent les patients au plus profond d euxmêmes. Selon qu ils soient chirurgien, coordinatrice ou psychiatre, leurs enjeux, autant que leur approche, se révèlent à la fois complémentaires et contradictoires, parfois conflictuels. Mais ils savent aussi qu ils doivent toujours, in fine, trouver moyen de s accorder pour atteindre leur objectif commun : sauver des vies. Ce petit département de 11 lits, chrysalide improbable, isolé entre les Urgences et les Soins Intensifs des HUG est un espace entre parenthèses où le temps semble suspendu. Un lieu improbable et méconnu du public, où la vie et la mort tentent de trouver, au cas par cas et avec l aide de toutes les connaissances actuelles, une façon de se réconcilier. Ces parcours de greffe explorent d une façon concrète les rapports que nous entretenons aujourd hui avec notre corps, avec la mort et avec les autres.

13 Sondage

14

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014. Association pour le Don d Organes et de Tissus humains

DOSSIER DE PRESSE 2014. Association pour le Don d Organes et de Tissus humains DOSSIER DE PRESSE 2014 22 juin Journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs France ADOT 60 Association pour le Don d Organes et de Tissus humains I

Plus en détail

Journée nationale du don d organes. Conférence de presse vendredi 11 septembre 2009

Journée nationale du don d organes. Conférence de presse vendredi 11 septembre 2009 Journée nationale du don d organes Conférence de presse vendredi 11 septembre 2009 Programme de la conférence Accueil et présentation des intervenants Muriel Desaulles, secrétaire générale HNE Cadre général

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons?

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Anne Joosten Coordination de dons-chu Charleroi SIZ 30 mai 2012 Les coordinations en Belgique Les donneurs de tissus Procédures

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Dossier de presse Grande enquête : Les Français et le don d organes

Dossier de presse Grande enquête : Les Français et le don d organes Juin 2011 Dossier de presse Grande enquête : Les Français et le don d organes Seuls 13% des Français connaissent la loi sur le don d organes Contacts presse : Saran SIDIBE- saran@greffedevie.fr Marine

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la L association Demain est souscriptrice de la plupart des contrats d assurance santé, prévoyance et retraite assurés par Groupama Gan Vie et distribués par Gan Assurances. Gan Evolution Santé, Gan Alterego

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité. Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011

Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité. Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011 Espace éthique Alzheimer - Bilan des premiers mois d activité Présentation au Comité de Suivi du Plan Alzheimer - 30 juin 2011 Constitution d un réseau national RNREMA : Mise en place du Réseau national

Plus en détail

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique

Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique Communiqué de presse Paris, le 2 décembre 2014 Etude MAAF IFOP «Les Français et l urgence médicale» : un enjeu de santé publique MAAF lance «Grave Pas Grave?», le premier service mobile expert d analyse

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS. 1 er semestre

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS. 1 er semestre PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS 1 er semestre Culture du documentaire, connaissance du milieu, initiation aux techniques et aux savoir-faire professionnels UE.1 Histoire des courants et des formes

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes

Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Enquête auprès des personnes favorables au don d organes Cécile BAZIN - Jacques MALET Centre d étude et de recherche sur la Philanthropie Objectifs de l enquête L enquête s adresse exclusivement aux personnes

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013. Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 Fondation Muse pour la créativité entrepreneuriale Table des matières Au service de la créativité entrepreneuriale Documenter les pratiques de la Génération Co Objectifs 2013 Raconter

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch 316.728.f Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à

Plus en détail

Trois structures de crise pour adolescents. Présentation de l unité de crise

Trois structures de crise pour adolescents. Présentation de l unité de crise Trois structures de crise pour adolescents Présentation de l unité de crise Ambulatoire CEPS Le Centre d Etude et de Prévention du Suicide est un lieu de consultation et d information à disposition des

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec

Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Caroline John, Sophie Kamel, Vincent Dombre, Joao Da Costa Rodrigues, Yann Coattrenec Plan de l exposé 1. Introduction 2. Déséquilibre offre demande 3. Donneur 4. Receveur 5. Liste d attente 6. Aspect

Plus en détail

Les Français et le don d organes

Les Français et le don d organes Les Français et le don d organes Rapport Version n 2 Date : 8 Février 2011 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A: Jean-Pierre SCOTTI et Saran SIDIBE OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

Sécurité des patients Suisse

Sécurité des patients Suisse Elle est organisée par la fondation Sécurité des patients Suisse Semaine d action la sécurité des patients Dialogue avec les patientes et les patients Présentation De quoi s agit-il? 3 Public cible et

Plus en détail

MJPM. La santé du majeur protégé AVRIL 2015. www.cemea-npdc.org

MJPM. La santé du majeur protégé AVRIL 2015. www.cemea-npdc.org AVRIL 2015 MJPM La santé Soucieux d accompagner au mieux les différentes évolutions de l aide aux majeurs protégés, les CEMÉA Nord - Pas de Calais rééditent un Rendez-vous Juridiques sur la thématique

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Droits et responsabilités du patient

Droits et responsabilités du patient Droits et responsabilités du patient Vos droits Quel objectif? Le but de ce dépliant est de vous présenter brièvement vos droits et responsabilités. Nous vous invitons également à poser toutes vos questions

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien

APPEL A CANDIDATURE. Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien APPEL A CANDIDATURE Hôtel Hospitalier : Préparation à l expérimentation prévue par la loi de financement 2015 sur le territoire francilien LE MODELE THEORIQUE Sommaire APPEL A CANDIDATURE... 2 1- Contexte...2

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

Carte de donneur d organes

Carte de donneur d organes Carte de donneur d organes Déclaration pour ou contre le prélèvement d organes, de tissus et de cellules à des fins de transplantation Carte à remplir au verso. Le don d organes sauve des vies. Décidez-vous.

Plus en détail

Consultation travail et souffrance Suisse romande (IST Lausanne) Place et enjeux

Consultation travail et souffrance Suisse romande (IST Lausanne) Place et enjeux 1 04.06.2015 Consultation travail et souffrance Suisse romande (IST Lausanne) Place et enjeux C Barlet-Ghaleb 1, D Grolimund Berset 1, P Krief 1, F Schneeberger 2, Ch Besse 2, S Quarroz 3, R Studer 3,

Plus en détail

NEWSLETTER OCTOBRE 2015

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 Cliquez ici si cette page ne s affiche pas correctement. NEWSLETTER OCTOBRE 2015 Chère lectrice, cher lecteur, Au cours du troisième trimestre également, le nombre de donneurs post-mortem s est élevé à

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Etablissement français des Greffes

Etablissement français des Greffes PLAN DE FORMATION de l 2003 à l attention des personnels des Etablissements de Santé, des personnels des Banques de Tissus, des personnels des Unités de Cytaphérèse THEMES Prélèvements et greffes d'organes

Plus en détail

"UNE STRATÉGIE DE COMMUNICATION ADAPTÉE" Dr R. Ben Slama Dr H. Mestiri

UNE STRATÉGIE DE COMMUNICATION ADAPTÉE Dr R. Ben Slama Dr H. Mestiri "UNE STRATÉGIE DE COMMUNICATION ADAPTÉE" Dr R. Ben Slama Dr H. Mestiri Introduction Juin 1986: 1 ère greffe rénale en tunisie 25 mars 1991: promulgation de la loi 91-22. Expansion du prélèvement et la

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports

Direction Régionale Caisse d Allocations. des Sports Direction Régionale Caisse d Allocations et Départementale Familiales de la Jeunesse et du Calvados des Sports CAHIER DES CHARGES POUR LES LOISIRS DES PRÉADOLESCENT(E)S ET ADOLESCENT(E)S SOMMAIRE INTRODUCTION...

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Jeunesse / Services thérapeutiques. Kannerhaus Jean. Centre thérapeutique pour enfants et familles

Jeunesse / Services thérapeutiques. Kannerhaus Jean. Centre thérapeutique pour enfants et familles Jeunesse / Services thérapeutiques Kannerhaus Jean Centre thérapeutique pour enfants et familles Le centre thérapeutique Kannerhaus Jean Centre Thérapeutique Kannerhaus Jean 15a, rue du Château, L-6922

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE NOM DE LA STRUCTURE : Fondation d entreprise Bouygues Telecom ADRESSE : 82, rue H. Farman 92130 Issy-les-Moulineaux TITRE DE L EVENEMENT : Les

Plus en détail

Le Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il

Le Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il Le Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il Réseau Social Rue-Hôpital De quoi s agit-il Créé en novembre 2000, le Réseau Social Rue-Hôpital (RSRH) a vocation à faciliter l accès aux soins des personnes

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux?

Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux? Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux? 30 septembre au 1 er octobre 2013 INSET d Angers quand les talents grandissent, les collectivités progressent Lundi 30 septembre 2013 8 h 30 Accueil

Plus en détail

Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques

Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques Qui sommes-nous? Deux médiatrices artistiques Corinne Mathieu et Béatrice Pedraza alliant pratiques artistiques et expériences dans les domaines du médico-social, de la formation et de l insertion depuis

Plus en détail

du 1er au 11 mars 2011 Marseille - FRANCE www.lestetesdelart.fr

du 1er au 11 mars 2011 Marseille - FRANCE www.lestetesdelart.fr du 1er au 11 mars 2011 Marseille - FRANCE www.lestetesdelart.fr PRESENTATION DES ATELIERS «L homme est un animal social» Présentation Générale L homme est un animal social. Avant le verbe, il y a le corps.

Plus en détail

LE PREMIER STUDIO 3D. Recherche de Partenariat. Mai 2015

LE PREMIER STUDIO 3D. Recherche de Partenariat. Mai 2015 LE PREMIER STUDIO 3D Recherche de Partenariat Mai 2015 SOMMAIRE 1. THE VIBRANT PROJECT 1 2. MOÏMEE, PREMIER STUDIO 3D EN FRANCE 2-3 2.1. Concept 2 réinvention de la photo 2 nouveaux santons 2 2.2. Conmment

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

L exercice libéral de la médecine en EHPAD

L exercice libéral de la médecine en EHPAD Sandor Kacso - Fotolia.com Reproduction interdite DOSSIER DE PRESSE L exercice libéral de la médecine en EHPAD Deux études de l URPS Médecins Libéraux des Pays de la Loire dressent l état des lieux de

Plus en détail

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

Organisme de formation de la Fédération Française du sport adapté Pour un engagement éthique dans sa pratique

Organisme de formation de la Fédération Française du sport adapté Pour un engagement éthique dans sa pratique Organisme de formation de la Fédération Française du sport adapté Pour un engagement éthique dans sa pratique Mesdames, Messieurs les Président(e)s des Ligues et Comités Régionaux du Sport Adapté, Mesdames,

Plus en détail

le réseau des systèmes locaux de déclaration des erreurs

le réseau des systèmes locaux de déclaration des erreurs > Critical Incident Reporting & Reacting NETwork le réseau des systèmes locaux de déclaration des erreurs www.patientensicherheit.ch www.cirrnet.ch Objectifs est le réseau des systèmes locaux de déclaration

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce

Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce Service des assurances sociales et de l hébergement (SASH) Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce Fabrice Ghelfi, Chef du SASH Congrès intercantonal

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

FICHE DE POSTE INFIRMIERE SANTE AU TRAVAIL

FICHE DE POSTE INFIRMIERE SANTE AU TRAVAIL FICHE DE POSTE Intitulé du poste INFIRMIERE SANTE AU TRAVAIL Identification du service Localisation : Le service de Santé au travail se situe au pavillon 6 dans le parc de la Fondation Sabatié. Le service

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Scénario n 4 : RÉALISER UNE INFOGRAPHIE SUR LES MÉTIERS DE L IMAGE

Scénario n 4 : RÉALISER UNE INFOGRAPHIE SUR LES MÉTIERS DE L IMAGE Scénario n 4 : RÉALISER UNE INFOGRAPHIE SUR LES MÉTIERS DE L IMAGE SUJET(S) : Production par les élèves de ressources numériques / Former à la veille et à la diffusion de l information / Collaborer avec

Plus en détail

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015

RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 RÉDUCTION DE L ATTENTE AUX URGENCES : OÙ EN EST-ON? Dossier de presse 30 octobre 2015 Table des matières L engagement des HUG : réduire par deux le délai de prise en charge aux urgences... 3 Contexte général

Plus en détail

FORMATION. La fonction de responsable de Centre Social (Directeur, Coordinateur) mobilise des compétences variées et complémentaires :

FORMATION. La fonction de responsable de Centre Social (Directeur, Coordinateur) mobilise des compétences variées et complémentaires : FORMATION Adaptation à la fonction des nouveaux responsables de Centres Sociaux Session d automne 2010 du 4 au 7 octobre et du 22 au 25 novembre A PARIS 18 ème arrondissement 1) Enjeux de la formation

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent

Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et. différent Emmanuelle Corson Janvier 2007 Année universitaire 2006/2007 Le collectif jeune cinéma : un acteur de la vie du cinéma expérimental et différent Cours de Production et diffusion audiovisuelle et cinématographique

Plus en détail

Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007. Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse

Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007. Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse Conférence de presse du 11.09.2007 sondage santé 2007 Conséquences politiques tirées du sondage Revendications de santésuisse Fritz Britt Directeur de santésuisse Projet: sondage santé 2007 Date: 11.09.2007

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.

Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: la création d un salon de sortie au Centre Hospitalier de MARTIGUES N. Ateliers «Retours d expériences» REGULATIONDESFLUXDEPATIENTS: au Centre Hospitalier de MARTIGUES N.BOURBON N.ESTIENNE S.LUIGI M.ROBIN Le contexte au Centre Hospitalier de Martigues: Augmentation continue

Plus en détail

Règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur personne décédée en état de mort encéphalique Alain ATINAULT

Règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur personne décédée en état de mort encéphalique Alain ATINAULT Règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur personne décédée en état de mort encéphalique Alain ATINAULT Directeur Direction opérationnelle du prélèvement et de la greffe organes-tissus

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS-DIDEROT UFR LETTRES ARTS CINEMA. 1 er semestre

UNIVERSITE PARIS-DIDEROT UFR LETTRES ARTS CINEMA. 1 er semestre LE DOCUMENTAIRE : ÉCRITURES DES MONDES CONTEMPORAINS Master 2 Professionnel DEMC (2013-2014) PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS 1 er semestre Bloc 1 : Culture du documentaire, connaissance du milieu,

Plus en détail

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR)

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Objet Le Registre canadien de greffe (Registre CTR) comprend la liste nationale des patients

Plus en détail

Dossier de presse Défibrillateurs. Conférence de presse lundi 7 juin 2010. Salle des Commissions Hôtel de Ville - Cahors

Dossier de presse Défibrillateurs. Conférence de presse lundi 7 juin 2010. Salle des Commissions Hôtel de Ville - Cahors Dossier de presse Défibrillateurs Conférence de presse lundi 7 juin 2010 Salle des Commissions Hôtel de Ville - Cahors Sommaire P3 : P4 : P5 : P6 : Communiqué de presse Présentation des défibrillateurs

Plus en détail

Code éthique et déontologique des logopèdes

Code éthique et déontologique des logopèdes Code éthique et déontologique des logopèdes Responsabilité personnelle 1.1. Les logopèdes doivent respecter les dispositions de l arrêté royal du 20 octobre 1994 relatif au titre professionnel et aux conditions

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Le Label. «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique

Le Label. «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique Le Label «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique Le Label «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» Pour faciliter, encourager et soutenir l organisation

Plus en détail

Orphelin et inconnu, ça fait beaucoup... La Fondation d entreprise OCIRP a trouvé que ça faisait trop!

Orphelin et inconnu, ça fait beaucoup... La Fondation d entreprise OCIRP a trouvé que ça faisait trop! Orphelin et inconnu, ça fait beaucoup... La Fondation d entreprise OCIRP a trouvé que ça faisait trop! La Fondation d entreprise OCIRP «Au cœur de la famille» Dans le prolongement de sa mission, l OCIRP

Plus en détail

Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf

Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf > >SOMMAIRE Pré des >l of Prévention et traitement des impayés de loyers : l offre de service de la Caf > La place de la Caf

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS DE GESTION DE CRISE

MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS DE GESTION DE CRISE Direction Enseignement Catholique 5 rue des Capucins - CS 30222 22002 SAINT BRIEUC Cedex 01 Tél : 02.96.68.32.68 SERVICE DE PSYCHOLOGIE Tél : 02.96.68.21.25 MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS

Plus en détail

ACCUEIL DE LOISIRS PERISCOLAIRE ET/OU ETUDES. Dossier à retourner jusqu au 22 juillet 2015

ACCUEIL DE LOISIRS PERISCOLAIRE ET/OU ETUDES. Dossier à retourner jusqu au 22 juillet 2015 DOSSIER D INSCRIPTION 2015-2016 ACCUEIL DE LOISIRS PERISCOLAIRE ET/OU ETUDES Nom, prénom : Fille Garçon Date de naissance : Classe fréquentée à la rentrée 2015 : Dossier à retourner jusqu au 22 juillet

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

ReSanté-Vous. le groupe. Accompagnement

ReSanté-Vous. le groupe. Accompagnement ReSanté-Vous le groupe Accompagnement Edito En 2007, suite à deux études cliniques sur l effet des approches non médicamenteuses chez les personnes atteintes d une démence de type Alzheimer, nous avons

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Participez à l appel à projet «Banc d essai» Biennale Internationale Design 2015

Participez à l appel à projet «Banc d essai» Biennale Internationale Design 2015 Participez à l appel à projet «Banc d essai» Biennale Internationale Design Dans le cadre de la neuvième édition de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne, qui se déroulera du 12 mars au 12 avril,

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave.

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave. CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES EN SOINS PALLIATIFS DE LA REGION CENTRE DREUX CHARTRES LA LOUPE 28 45 MONTARGIS ORLEANS SULLY/LOIRE VENDÔME BLOIS TOURS LUYNES 41 CHINON VIERZON 37 BOURGES LIVRET D INFORMATIONS

Plus en détail