COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec - CSN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec - CSN"

Transcription

1 COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 7291 Québec, le : 1 er juin 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Carol Robertson, commissaire Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec - CSN Partie plaignante et Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. Partie mise en cause Résolution : CÉS DÉCISION OBJET DE LA DEMANDE [1] Les membres de la Commission de l équité salariale (la Commission) sont saisies d une plainte alléguant que l entreprise Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. n aurait pas respecté la Loi sur l équité salariale (la Loi) en réalisant un exercice d équité salariale qui n y serait pas conforme. LES FAITS [2] Le Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. est un service de garde créé le 1 er avril 2007 par la fusion du CPE Mon petit univers et du CPE

2 PAGE : 2 Mamuse et Méduque inc., constitués respectivement le 26 novembre 1998 et le 23 mai [3] Lors de la période de référence prévue à la Loi qui leur était alors applicable 1, soit du 21 novembre 1996 au 20 novembre 1997, le CPE Mamuse et Méduque inc. et le CPE Mon petit univers comptaient tous deux entre 10 et 49 personnes salariées. [4] Une association accréditée, le Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec-CSN, représentait des personnes salariées dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. [5] Au 21 novembre 2001, il n y avait aucune catégorie d emplois à prédominance masculine dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. Ainsi, en vertu de l article 38 de la Loi, l employeur CPE Mamuse et Méduque inc. avait jusqu au 5 mai 2007 pour compléter son exercice d équité salariale. [6] Le 16 janvier 2007, le CPE Mamuse et Méduque inc. a avisé la Commission, en vertu de l article 34, qu il choisissait d établir un programme d équité salariale aux mêmes conditions que celles applicables aux entreprises de 50 personnes salariées ou plus. [7] Le 22 janvier 2007, le CPE Mamuse et Méduque inc. a complété l exercice d équité salariale applicable à l ensemble des personnes salariées de son entreprise en procédant à l affichage des résultats. Cet affichage mentionne qu «une plainte peut être faite, en tout temps, à compter du premier jour de l affichage». [8] Dans le nouvel affichage daté du 20 avril 2007, produit à la suite de commentaires et de demande de renseignements supplémentaires de la part du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec-CSN, l employeur confirme que l affichage effectué le 22 janvier 2007 relativement à l exercice d équité salariale réalisé dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. était fondé sur l article 35 de la Loi sur l équité salariale. [9] L exercice d équité salariale réalisé dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. a donc été complété en vertu des articles 34 et 35 de la Loi. [10] Dans le cadre de son exercice d équité salariale et en se basant sur le modèle de la démarche type proposée par le ministère de la Famille et des Aînés, l employeur CPE Mamuse et Méduque inc. a regroupé les postes de [ ] dans la même catégorie d emplois soit [ ]. [11] Or, quoiqu une majorité de tâches aient été communes aux postes de [ ] et de [ ] comme, [ ] l employeur confirme à la Commission que certaines responsabilités 1 Art. 6 de la Loi sur l équité salariale

3 PAGE : 3 qui incombaient à [ ] du poste [ ] comme [ ] ainsi que [ ] n étaient pas assumées par [ ]. [12] De plus, il est admis par l employeur qu une formation spécifique en [ ] (DEC) était exigée pour le poste [ ] tandis que le poste de [ ] n exigeait aucun diplôme particulier et que l expérience était le seul critère demandé pour occuper un tel poste. [13] Par ailleurs, l enquête démontre que la rémunération du poste [ ] comportait une majoration de 5% du salaire de base comparativement à celui de [ ]. [14] Le 1 er avril 2007, les activités et le personnel des entreprises CPE Mon petit univers et CPE Mamuse et Méduque inc. sont transférés à la nouvelle entreprise Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. qui résulte de cette fusion. [15] Une plainte est déposée par le Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec-CSN concernant l exercice d équité salariale réalisé dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. [16] Un préavis de décision est acheminé aux parties dans le but d obtenir leurs commentaires, le 21 décembre Seule la partie mise en cause a fait parvenir des commentaires qui ont été reçus à la Commission le 11 janvier Ceux-ci ont été pris en compte aux fins de la présente décision. PRÉTENTIONS DES PARTIES La partie plaignante [17] La partie plaignante soumet que, pour les fins de l application de la Loi sur l équité salariale, la catégorie d emplois [ ] devrait être scindée en deux catégories afin d évaluer distinctement les postes de [ ] et de [ ]. [18] En fait, elle précise que l employeur aurait procédé à l évaluation de la catégorie d emplois [ ] alors que cette catégorie d emplois regrouperait deux postes, [ ] et [ ], qui comporteraient des différences au niveau de la formation, des responsabilités et de la rémunération. [19] Par conséquent, le Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec-CSN conclut que le Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. n a pas déterminé les ajustements salariaux requis par la Loi sur l équité salariale à l égard de la catégorie d emplois [ ]. [20] Pour terminer, l association accréditée ajoute que les affichages des résultats de l exercice d équité salariale réalisé, en janvier 2007, dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. n auraient pas été conformes à la Loi en ce qui concerne les délais, les recours, les lieux d affichage et leur nombre.

4 PAGE : 4 La partie mise en cause [21] L employeur, Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc., affirme que les outils développés par le Comité sectoriel d équité salariale du secteur des centres de la petite enfance (démarche type) proposés par le ministère de la Famille et des Aînés ont été utilisés pour réaliser le programme d équité salariale. [22] Toutefois, il admet que les postes de [ ] et de [ ] dans le CPE Mamuse et Méduque inc. n ont pas les mêmes qualifications, les mêmes responsabilités, ni la même rémunération. [23] Par ailleurs, le Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. précise que les affichages requis ont été effectués, dans des lieux différents, afin de préserver la confidentialité des échelles salariales attribuées aux postes-cadres. [24] En réponse au préavis de décision, l employeur confirme par lettre que le processus d équité salariale réalisé est un programme d équité salariale, en vertu de l article 34 de la Loi. L affichage du 20 avril 2007, joint à cette lettre précise le fait qu il s agit d un réaffichage et que les recours affichés le 22 janvier 2007, sont ceux prévus à l article 35 de la Loi. [25] L employeur soumet de plus deux grilles salariales faisant respectivement état des salaires versés aux catégories d emplois [ ] et [ ] à Mamuse et Méduque seulement. DROIT APPLICABLE [26] Les dispositions pertinentes de la Loi sur l équité salariale sont les articles 6 alors applicable, 34, 35, 38, 42 alors applicable, et 99 ainsi que l article 49 de la Loi modifiant la Loi sur l équité salariale. Ces dispositions législatives sont reproduites en annexe. ANALYSE [27] La Loi sur l équité salariale s applique à tout employeur dont l entreprise compte 10 personnes salariées ou plus au cours de la période de référence qui lui est applicable en vertu de l article 6 de la Loi. Elle module leurs obligations selon la taille de leur entreprise durant cette période de référence. [28] L article de la Loi, anciennement l article 42, prescrit que : «L'aliénation de l'entreprise ou la modification de sa structure juridique n'a aucun effet sur les obligations relatives aux ajustements salariaux, à un programme d'équité salariale ou à l évaluation du maintien. Le nouvel employeur est lié par ces ajustements ou ce programme.

5 PAGE : 5 Lorsque plusieurs entreprises sont affectées par une modification de structure juridique par fusion ou autrement, les modalités d'application de la présente loi qui tiennent compte de la taille de l'entreprise sont, pour l'entreprise qui résulte de cette modification, déterminées en fonction de l'entreprise qui comptait le plus grand nombre de salariés.». [29] Ainsi, en vertu de la Loi, l'employeur Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. a hérité des obligations du CPE Mamuse et Méduque inc. et du CPE Mon petit univers et ce, à compter de la fusion, soit le 1 er avril [30] Pour réaliser son exercice d équité salariale conformément à la Loi, l employeur CPE Mamuse et Méduque inc. devait identifier chaque emploi occupé par une ou des personnes salariées de son entreprise, le tout conformément aux critères définis à l article 54 de la Loi. [31] Cet article se lit comme ceci : «54. Aux fins d identifier les catégories d emplois à prédominance féminine et les catégories d emplois à prédominance masculine, doivent être regroupés les emplois, occupés par des salariés, qui ont les caractéristiques communes suivantes: 1 des fonctions ou des responsabilités semblables; 2 des qualifications semblables; 3 la même rémunération, soit un même taux ou une même échelle de salaire. La rémunération d une catégorie d emplois est le taux maximum de salaire ou le maximum de l échelle de salaire des emplois qui y sont regroupés. Une catégorie d emplois peut être constituée d un seul emploi.». [32] En l espèce, l employeur Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. admet que les postes de [ ] et de [ ] dans le CPE Mamuse et Méduque inc. n ont pas les mêmes qualifications, les mêmes responsabilités, ni la même rémunération. [33] De fait, l enquête démontre que l étape de l identification des catégories d emplois n a pas été faite conformément à la Loi puisque les emplois de [ ] et de [ ] ne possèdent pas les caractéristiques communes prescrites par l article 54 de la Loi pour permettre un regroupement dans une même catégorie d emplois. [34] Ainsi, la catégorie d emplois [ ] n a pas été identifiée conformément à la Loi lors de l exercice d équité salariale réalisé par le CPE Mamuse et Méduque inc. [35] En réponse au préavis de décision, l employeur soumet à la Commission deux grilles salariales intitulées respectivement [ ] et [ ] à Mamuse et Méduque seulement.

6 PAGE : 6 [36] Cependant aucune démonstration n est faite par l employeur à l effet que les deux catégories d emplois visées par la plainte ([ ] et [ ]) ont été identifiées, évaluées et comparées de façon distincte à la date où elles auraient du l être soit au 5 janvier [37] En conséquence, l employeur le Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. devra reprendre l étape de l identification des catégories d emplois réalisée lors de l exercice d équité salariale visant les personnes salariées de l entreprise le CPE Mamuse et Méduque inc. afin de scinder la catégorie d emplois [ ] en deux catégories distinctes, soit celle de [ ] et celle de [ ]. [38] L employeur devra également déterminer la prédominance sexuelle de ces catégories d emplois, conformément aux critères énoncés à l article 55 de la Loi et procéder à leur évaluation. [39] L employeur devra enfin reprendre l estimation des écarts salariaux, déterminer si des ajustements salariaux sont dus et en afficher les résultats conformément à l article 35 de la Loi. [40] L employeur devra donc démontrer qu il a rencontré les exigences prévues à la Loi, telles que stipulées dans la présente décision. [41] De plus, le Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du cœur du Québec-CSN soumet que l affichage des résultats de l exercice d équité salariale réalisé dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque ne respectait pas les exigences de la Loi. [42] De fait, l enquête démontre notamment que l affichage a été effectué en sélectionnant les renseignements relatifs aux différents groupes soit, les cadres et les non-cadres, et qu il a été affiché dans leur salle respective. [43] Ce faisant, seules les personnes salariées de chacun des groupes visés par l affichage pouvaient prendre connaissance des informations concernant leur catégorie d emplois. [44] L employeur a précisé avoir agi ainsi afin de préserver la confidentialité des salaires pour les cadres, car les échelles salariales faisaient partie de l affichage. [45] Cette façon de faire est incorrecte puisque la Loi précise que les résultats doivent être affichés dans des endroits visibles et facilement accessibles à l ensemble des personnes salariées visées par l exercice d équité salariale 2. [46] Par ailleurs, à la lumière des éléments fournis par l employeur en réponse au préavis de décision, la Commission ne peut conclure que l exercice d équité salariale réalisé est un programme d équité salariale. [47] L employeur précise avoir réalisé un programme d équité salariale, mais en vertu des dispositions et des recours applicables aux entreprises comptant 10 à 49 personnes salariées (art. 34 et 35 de la Loi). 2 Art. 35 de la Loi sur l équité salariale

7 PAGE : 7 [48] Étant donné que les droits et recours des personnes salariées diffèrent selon les dispositions applicables choisies par l employeur et que l affichage réalisé par l employeur spécifie que les recours applicables se retrouvent à l article 35 de la Loi, la Commission considère que les dispositions applicables à l exercice réalisé par l employeur sont les articles 34, 35 et 99 de la Loi. [49] Donc, l employeur devra reprendre l affichage des résultats de l exercice d équité salariale applicable aux personnes salariées de l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. conformément à l article 35 de la Loi sur l équité salariale en tenant compte des correctifs qu il doit effectuer à son exercice. En conséquence : [50] CONSIDÉRANT que le CPE Mamuse et Méduque inc. et le CPE Mon petit univers ont été fusionnés à l entreprise Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. le 1 er avril 2007; [51] CONSIDÉRANT que l employeur Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. a succédé aux obligations des employeurs CPE Mon petit univers et CPE Mamuse et Méduque inc. en vertu de l article de la Loi sur l équité salariale; Après étude et délibérations, la Commission, à l unanimité : [52] DÉCLARE que la plainte déposée contre l employeur Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. visant l exercice d équité salariale complété dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. est fondée; [53] CONSTATE que l employeur, lors de la réalisation de l exercice d équité salariale applicable aux personnes salariées de l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc., n a pas identifié les catégories d emplois [ ] et [ ] conformément aux critères de l article 54 de la Loi; [54] CONSTATE que l affichage des résultats de l exercice d équité salariale effectué dans l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. ne respectait pas les exigences de la Loi; [55] EXIGE que l employeur Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. se conforme à la Loi en corrigeant l exercice d équité salariale réalisé pour les personnes salariées de l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc. à laquelle elle succède; [56] EXIGE que l employeur Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc. reprenne l identification des catégories d emplois [ ] et [ ] et détermine les ajustements salariaux nécessaires afin d accorder, pour un travail équivalent, la même rémunération aux personnes salariées qui occupent des emplois dans des

8 PAGE : 8 catégories d emplois à prédominance féminine que celle accordée aux personnes salariées qui occupent des emplois dans des catégories d emplois à prédominance masculine; [57] EXIGE que l employeur affiche, dans des endroits visibles et facilement accessibles aux personnes salariées, le sommaire de la démarche suivie, la liste des catégories d emplois à prédominance féminine identifiées dans l entreprise, la liste des catégories d emplois à prédominance masculine ayant servi de comparateur, ainsi que pour chacune des catégories d emplois à prédominance féminine, le pourcentage ou le montant des ajustements à verser et les modalités de leur versement ou un avis qu aucun ajustement n est requis; [58] EXIGE que cet affichage soit daté et accompagné des renseignements sur les droits des personnes salariées de l entreprise de présenter par écrit des observations ou de demander des renseignements additionnels sur la démarche réalisée ainsi que sur leur recours, comme l exige l article 35 la Loi sur l équité salariale; [59] RAPPELLE à l employeur que cet affichage doit être d une durée de 60 jours; [60] EXIGE que l employeur informe les personnes salariées de son entreprise, qui sont ou ont été en poste depuis le 5 mai 2007, de l affichage, par un mode de communication susceptible de les joindre, en indiquant notamment la date de l affichage, sa durée et par quels moyens elles peuvent en prendre connaissance, conformément à l article 35 de la Loi sur l équité salariale; [61] RAPPELLE à l employeur que, dans un délai de 30 jours suivant le 60 e jour de l affichage, il doit procéder à un nouvel affichage d une durée de 60 jours afin de préciser les modifications apportées au premier affichage ou encore qu aucune modification n est nécessaire; [62] RAPPELLE à l employeur que ce nouvel affichage doit aussi être daté et accompagné des renseignements sur les recours prévus à la Loi et sur les délais pour les exercer; [63] EXIGE que l employeur prenne des mesures raisonnables afin que l affichage soit facilement accessible à toutes les personnes salariées de l entreprise qui sont ou ont été en poste depuis le 5 mai 2007; [64] RAPPELLE à l employeur que tous les affichages prévus par la loi peuvent être effectués au moyen d un support faisant appel aux technologies de l information comme le permet l article 14 tel que modifié par la Loi sur l équité salariale; [65] RAPPELLE à l employeur qu il doit conserver, pendant une période de cinq ans à compter de l affichage prévu au deuxième alinéa de l article 76 de la Loi, les

9 PAGE : 9 renseignements utilisés pour compléter la démarche d équité salariale réalisée et le contenu de tous les affichages effectués, comme l exige l article 14.1 de la Loi sur l équité salariale; [66] EXIGE que l employeur transmette à la Commission de l équité salariale un rapport faisant état des mesures qu il a prises pour se conformer à la décision dans les 90 jours de sa réception; [67] RAPPELLE à l employeur qu il devra utiliser les données existantes au 5 mai 2007 (catégories d emplois, rémunération, etc.); [68] RAPPELLE à l employeur que le paiement des ajustements salariaux, le cas échéant, est rétroactif au 5 mai 2007 et porte intérêt au taux légal à compter de cette date; [69] RAPPELLE à l employeur que les ajustements salariaux doivent être versés à toutes les personnes salariées pour la période où elles étaient en poste dans les catégories d emplois à prédominance féminine visées mêmes si elles ont maintenant quitté l entreprise ou qu elles y occupent un autre poste; [70] RAPPELLE à l employeur qu après avoir complété l exercice d équité salariale applicable aux personnes salariées de l entreprise CPE Mamuse et Méduque inc., il devra évaluer périodiquement le maintien de l équité salariale dans son entreprise, le Centre de la petite enfance L Univers de Mamuse et Méduque inc., conformément aux articles 76.1 à 76.9 de la Loi sur l équité salariale et que l affichage prévu à son article 76.3 devra avoir débuté au plus tard le 31 décembre 2010, comme l exige l article 49 de la Loi modifiant la Loi sur l équité salariale. Résolution prise à l unanimité par la Commission de l équité salariale à sa 243 e séance tenue le 1 er juin 2011 (résolution CÉS ). La secrétaire générale, Johanne Tremblay

10 Annexe Articles pertinents de la Loi sur l équité salariale Article 6 (alors applicable) Pour l'application de la présente loi, le nombre de salariés d'une entreprise est la moyenne du nombre de salariés de cette entreprise au cours des 12 mois qui précèdent le 21 novembre Cette moyenne est établie en fonction du nombre de salariés inscrits sur le registre de l'employeur par période de paie. Dans le cas d'une entreprise qui commence ses activités durant la période de 12 mois qui précèdent le 21 novembre 1997 ou après cette date, la période de référence est la période de 12 mois commençant à la date où le premier salarié est au service de l'employeur. Article 34 Un employeur dont l'entreprise compte moins de 50 salariés doit déterminer les ajustements salariaux nécessaires afin d'accorder, pour un travail équivalent, la même rémunération aux salariés qui occupent des emplois dans des catégories d'emplois à prédominance féminine que celle accordée aux salariés qui occupent des emplois dans des catégories d'emplois à prédominance masculine. À ces fins, l'employeur doit s'assurer que sa démarche est exempte de discrimination fondée sur le sexe. Il peut choisir d'établir un programme d'équité salariale aux mêmes conditions que celles applicables aux entreprises de 50 salariés ou plus. En ce cas, il doit aviser la Commission et afficher une copie de cet avis dans un endroit visible et accessible aux salariés. Article 35 Un employeur doit afficher, à l'expiration du délai prévu à l'article 37 et pendant 60 jours, dans des endroits visibles et facilement accessibles aux salariés: 1 un sommaire de la démarche suivie; 2 la liste des catégories d'emplois à prédominance féminine identifiées dans l'entreprise; 3 la liste des catégories d'emplois à prédominance masculine ayant servi de comparateur; 4 pour chacune des catégories d'emplois à prédominance féminine, le pourcentage ou le montant des ajustements à verser et les modalités de leur versement ou un avis qu'aucun ajustement salarial n'est requis. Cet affichage doit être daté et comprendre également des renseignements sur les droits prévus à l'article 76 et sur les recours prévus à l'article 99.

11 L'employeur informe les salariés de l'affichage, par un mode de communication susceptible de les joindre, en indiquant notamment la date de l'affichage, sa durée et par quels moyens ils peuvent en prendre connaissance. Article 38 Lorsque dans une entreprise il n existe pas de catégories d emplois à prédominance masculine, les ajustements salariaux doivent avoir été déterminés ou le programme d'équité salariale doit être complété soit dans le délai prévu à l article 37, soit dans un délai de deux ans de l entrée en vigueur du règlement de la Commission pris en vertu, selon le cas, des paragraphes 1 ou 2 du premier alinéa de l article 114, selon la plus éloignée de ces échéances. Article 42 (alors applicable) L'aliénation de l'entreprise ou la modification de sa structure juridique n'a aucun effet sur les obligations relatives aux ajustements salariaux ou à un programme d'équité salariale. Le nouvel employeur est lié par ces ajustements ou ce programme. Lorsque plusieurs entreprises sont affectées par une modification de structure juridique par fusion ou autrement, les modalités d'application de la présente loi qui tiennent compte de la taille de l'entreprise sont, pour l'entreprise qui résulte de cette modification, déterminées en fonction de l'entreprise qui comptait le plus grand nombre de salariés. Article L'aliénation de l'entreprise ou la modification de sa structure juridique n'a aucun effet sur les obligations relatives aux ajustements salariaux, à un programme d'équité salariale ou à l'évaluation du maintien de l'équité salariale. Le nouvel employeur est lié par ces ajustements, ce programme ou cette évaluation. Lorsque plusieurs entreprises sont affectées par une modification de structure juridique par fusion ou autrement, les modalités d'application de la présente loi qui tiennent compte de la taille de l'entreprise sont, pour l'entreprise qui résulte de cette modification, déterminées en fonction de l'entreprise qui comptait le plus grand nombre de salariés. Article 99 Un salarié ou une association accréditée représentant des salariés d'une entreprise qui compte moins de 50 salariés peut, après l'expiration du délai prévu à l'article 37, porter plainte à la Commission s'il est d'avis que l'employeur n'a pas déterminé les ajustements salariaux requis. Il appartient à l'employeur de démontrer que la rémunération qu'il accorde aux salariés faisant partie d'une catégorie d'emplois à prédominance féminine est au moins égale à celle qu'il

12 accorde, pour un travail équivalent, aux salariés faisant partie d'une catégorie d'emplois à prédominance masculine. Le cas échéant, la Commission détermine les mesures qui doivent être prises par l'employeur et fixe leur délai de réalisation. Le recours prévus au premier alinéa ne peut être exercé lorsque l employeur a procédé à l évaluation du maintien de l équité salariale dans son entreprise conformément au chapitre IV.1. Dans le cas où l'employeur a choisi d'établir un programme d'équité salariale, l'article 96.1 s'applique compte tenu des adaptations nécessaires. Article pertinent de la Loi modifiant la Loi sur l équité salariale Article 49 Dans une entreprise où des ajustements salariaux requis pour atteindre l équité salariale ont été déterminés ou encore où un programme d équité salariale a été complété avant le 12 mars 2009, une évaluation du maintien de l équité salariale doit être entreprise concernant les catégories d emplois qu ils visent et l affichage prévu à l article 76.3 de la Loi sur l équité salariale doit avoir débuté au plus tard le 31 décembre Une évaluation du maintien de l équité salariale doit aussi être entreprise concernant les catégories d emplois visées par un programme d équité salariale établi ou des ajustements salariaux déterminés conformément aux dispositions du troisième alinéa de l article 47 et l affichage prévu à l article 76.3 de la Loi sur l équité salariale doit avoir débuté au plus tard le 31 décembre Dans ce cas, les articles 52 à 54 de la présente loi doivent se lire en remplaçant«2011» par «2012». Malgré l article 76.5 de la Loi sur l équité salariale, les ajustements salariaux déterminés en application du présent article s appliquent à compter du31 décembre 2010.

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 30302 FRA Québec, le : 30 avril 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Personne salariée Partie plaignante

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37008 FRA Québec, le : 8 juin 2015 Membre : Lise Simard, commissaire Commission de l équité salariale et Garderie préparatoire le boulier inc. Partie mise

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16589 Québec, le : 24 août 2012 Membre : Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante La compagnie de téléphone Bell du Canada ou Bell

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 38247 FRA Date : 30 mai

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Regroupement des Centres de la petite enfance de l Île de Montréal DÉCISION

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE. Regroupement des Centres de la petite enfance de l Île de Montréal DÉCISION COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 11433 Québec, le : 15 décembre 2010 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire Carol Robertson, commissaire Regroupement des Centres

Plus en détail

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Dossier no : Membres : 400-01016 étudié aux 139 e et 140 e séances de la Commission de l équité salariale Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Loi : Loi sur

Plus en détail

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Dossier no : Membres : 400-01127 étudié aux 135 e et 137 e séances de la Commission de l équité salariale Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Loi : Loi sur

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 26734 FRA Québec, le : 8 juillet 2015 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Marc Rousseau Ltée

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 33615 FRA Québec, le : 4 février 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Groupe Nexio inc. Partie demanderesse

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossiers n os : 29148X (voir liste des dossiers étudiés à l annexe A) FRA Québec, le : 11 novembre 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Loi sur l équité salariale, RLRQ, chapitre E-12.001 Vice-présidence à l équité salariale Dossier n o : 41336 Date : 20 janvier

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16287 FRA Québec, le : 11 décembre 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Personne salariée Partie

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 40144 FRA Québec, le

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 41334 FRA Date : 20 janvier

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE DÉCISION

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE DÉCISION COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 9344 Québec, le : 28 juin 2010 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire Carol Robertson, commissaire Groupe Jean Coutu (PJC) inc.

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 20375X (voir liste des

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 24394 FRA Québec, le : 17 septembre 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Lise Simard, commissaire Association des cadres scolaires

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E

COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E COMMISSION DES NORMES, DE L ÉQUITÉ, DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE, RLRQ, CHAPITRE E-12.001 VICE-PRÉSIDENCE À L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 26282 FRA Québec, le

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L'ÉQUITÉ SALARIALE EFFECTUÉE EN 2015.

QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L'ÉQUITÉ SALARIALE EFFECTUÉE EN 2015. QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L'ÉQUITÉ SALARIALE EFFECTUÉE EN 2015. POUR LE PROGRAMME VISANT LES SALARIÉS DU SECTEUR PARAPUBLIC INFORMATIONS GÉNÉRALES A- QU EST-CE QUE LA

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 7861 FRA Québec, le : 30 septembre 2014 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Responsable de service de garde en milieu familial

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6658 Québec, le : 30 novembre 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personnes salariées syndiquées

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 5229 étudié à la 207 e séance de la Commission de l équité salariale Québec, le : 14 mai 2009 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire

Plus en détail

Projet de loi n o 25 (2009, chapitre 9) Loi modifiant la Loi sur l équité salariale

Projet de loi n o 25 (2009, chapitre 9) Loi modifiant la Loi sur l équité salariale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 25 (2009, chapitre 9) Loi modifiant la Loi sur l équité salariale Présenté le 12 mars 2009 Principe adopté le 2 avril 2009 Adopté le 27 mai

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 50 à 99 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Louise Marchand, avocate Présidente Commission de l équité salariale

Louise Marchand, avocate Présidente Commission de l équité salariale Barreau du Québec Commission de l équité salariale : Bilan et prochains défis 3 octobre 2008 Louise Marchand, avocate Présidente Commission de l équité salariale 1 LA LOI SUR L'ÉQUITÉ SALARIALE But de

Plus en détail

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire DÉCISION

Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire DÉCISION Dossier no : Membres : 400-00521 étudié aux 144 e et 146 e séances de la Commission de l équité salariale Rosette Côté, présidente Louise Marchand, commissaire Carol Robertson, commissaire Loi : Loi sur

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2014 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2014 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2014 Ce document a valeur officielle. chapitre E-12.001 LOI SUR L'ÉQUITÉ SALARIALE CHAPITRE I OBJET ET CHAMP D'APPLICATION 1. La présente loi a pour objet

Plus en détail

Faire respecter vos droits: les recours et les plaintes

Faire respecter vos droits: les recours et les plaintes Faire respecter vos droits: les recours et les plaintes Publié par la Confédération des syndicats nationaux Contribution Services des relations du travail Production Service des communications Impression

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 2645 Étudié à la 206 e séance de la Commission de l équité salariale Québec, le : 22 avril 2009 Membres : Louise Marchand, présidente Marie Rinfret, commissaire

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION SUR LE MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE POUR LES SYNDICATS DU SECTEUR PUBLIC

DOCUMENT D INFORMATION SUR LE MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE POUR LES SYNDICATS DU SECTEUR PUBLIC DOCUMENT D INFORMATION SUR LE MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE POUR LES SYNDICATS DU SECTEUR PUBLIC MARS 2016 2 Nous remercions la responsable politique de la FSSS de nous avoir transmis leur document afin

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37115 FRA Québec, le : 28 mai 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Bar L.M.P. inc. Partie mise en cause Résolution

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 9 CONDITIONS DE TRAVAIL V

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 9 CONDITIONS DE TRAVAIL V DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 9 CONDITIONS DE TRAVAIL SECTION 9 CONDITIONS DE TRAVAIL TABLE DES MATIÈRES PAGE SECTION 9 CONDITIONS DE TRAVAIL... 1 9.1 INTERPRÉTATION... 1 9.2 CLAUSE GÉNÉRALE DE JUSTES

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 16085 FRA Québec, le : 17 janvier 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Auberge du Portage

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6726 FRA Québec, le : 20 février 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Centre d accueil

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre I : Dispositions législatives et générales Chapitre II : Responsabilités...5

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre I : Dispositions législatives et générales Chapitre II : Responsabilités...5 Politique sur les normes et modalités de classement et de passage des élèves de l enseignements primaire à l enseignement secondaire et du premier au deuxième cycle du secondaire TABLE S MATIÈRES Chapitre

Plus en détail

1982, chapitre 12 LOI SUR L'ABOLITION DE LA RETRAITE OBLIGATOIRE ET MODIFIANT CERTAINES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES

1982, chapitre 12 LOI SUR L'ABOLITION DE LA RETRAITE OBLIGATOIRE ET MODIFIANT CERTAINES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC Trente-deuxième Législature, troisième session 1982, chapitre 12 LOI SUR L'ABOLITION DE LA RETRAITE OBLIGATOIRE ET MODIFIANT CERTAINES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Projet de

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les normes du travail en matière de disparités de traitement

Loi modifiant la Loi sur les normes du travail en matière de disparités de traitement PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 67 (1999, chapitre 85) Loi modifiant la Loi sur les normes du travail en matière de disparités de traitement Présenté le 4 juin 1999 Principe

Plus en détail

Projet de loi n o 24 (2006, chapitre 32)

Projet de loi n o 24 (2006, chapitre 32) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 24 (2006, chapitre 32) Loi modifiant la Loi sur le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation et la Loi sur le ministère

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 13981 Québec, le : 25 novembre 2011 Membre : Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante Nettoyage L K L inc. Partie mise en cause

Plus en détail

Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l emploi ainsi qu à favoriser l intégration en emploi

Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l emploi ainsi qu à favoriser l intégration en emploi PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 70 Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l emploi ainsi qu à favoriser l intégration en emploi Présentation

Plus en détail

VILLE DE SAINT-LAZARE MRC DE VAUDREUIL-SOULANGES PROVINCE DE QUÉBEC

VILLE DE SAINT-LAZARE MRC DE VAUDREUIL-SOULANGES PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-LAZARE MRC DE VAUDREUIL-SOULANGES PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 706 MODIFIANT LE RÈGLEMENT NUMÉRO 636 CONCERNANT LE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE ATTENDU

Plus en détail

Plaignante. Entreprise DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

Plaignante. Entreprise DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 101807 Date : Le 19 mars 2014 Membre: M e Lina Desbiens Plaignante c. LA SOURCE (BELL) ÉLECTRONIQUES INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu

Plus en détail

SOCIAL. 1 er mars 2000 N 25 - SOCIAL N 10 LE BULLETIN DE PAIE

SOCIAL. 1 er mars 2000 N 25 - SOCIAL N 10 LE BULLETIN DE PAIE SOCIAL 1 er mars 2000 N 25 - SOCIAL N 10 LE BULLETIN DE PAIE Après la décision du Conseil constitutionnel du 13 janvier 2000 et la publication de la loi du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée

Plus en détail

Projet de loi n o 135

Projet de loi n o 135 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 135 Loi modifiant la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre dans l industrie de la

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

c- s- 2.1/derniere/lrq- c- s- 2.1.html Loi sur la santé et la sécurité du travail

c- s- 2.1/derniere/lrq- c- s- 2.1.html Loi sur la santé et la sécurité du travail Québec Inspection des lieux de travail Il ne s agit pas d une source d information officielle. Cet assemblage a été réalisé pour que les étudiants puissent s y reporter et effectuer leurs travaux d études.

Plus en détail

Vu le code de la sécurité sociale, notamment le titre II du livre IX ; Vu la loi n du 21 août 2003 portant réforme des retraites ;

Vu le code de la sécurité sociale, notamment le titre II du livre IX ; Vu la loi n du 21 août 2003 portant réforme des retraites ; Décret du n 2005- du 2005 modifiant le décret n 70-1277 du 23 décembre 1970 portant création d un régime de retraites complémentaire des assurances sociales en faveur des agents non titulaires de l Etat

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL DE LA JUSTICE ADMINISTRATIVE TENUE AU SIÈGE DU CONSEIL 575, RUE SAINT-AMABLE BUREAU RC-01 QUÉBEC, QUÉBEC

PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL DE LA JUSTICE ADMINISTRATIVE TENUE AU SIÈGE DU CONSEIL 575, RUE SAINT-AMABLE BUREAU RC-01 QUÉBEC, QUÉBEC DE LA RÉUNION DU CONSEIL DE LA JUSTICE ADMINISTRATIVE TENUE AU SIÈGE DU CONSEIL 575, RUE SAINT-AMABLE BUREAU RC-01 QUÉBEC, QUÉBEC LE 20 SEPTEMBRE 2001 Adopté tel que rédigé à la séance du Conseil du 25

Plus en détail

Ensemble des articles du code du travail sur les temps partiels

Ensemble des articles du code du travail sur les temps partiels - Code du travail : les temps partiels Définition. Article L3123-1 Ensemble des articles du code du travail sur les temps partiels Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du

Plus en détail

RÈGLEMENT NO Intervenant Tout employé de la commission scolaire et de ses établissements.

RÈGLEMENT NO Intervenant Tout employé de la commission scolaire et de ses établissements. RÈGLEMENT NO 56-2011 RÈGLEMENT NO 56-2011 relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. PRÉAMBULE Ce règlement vise à faciliter la recherche d une solution satisfaisante,

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE PAR FINANCEMENT SALARIAL DES GROUPES COMMUNAUTAIRES ET DE FEMMES RRFS-GCF GUIDE D ADHÉSION

RÉGIME DE RETRAITE PAR FINANCEMENT SALARIAL DES GROUPES COMMUNAUTAIRES ET DE FEMMES RRFS-GCF GUIDE D ADHÉSION Janvier 2017 RÉGIME DE RETRAITE PAR FINANCEMENT SALARIAL DES GROUPES COMMUNAUTAIRES ET DE FEMMES RRFS-GCF GUIDE D ADHÉSION Un outil pour améliorer les conditions de travail dans nos organisations. Régime

Plus en détail

LES LICENCIEMENTS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS. d employés d étalement affectés

LES LICENCIEMENTS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS. d employés d étalement affectés Notes explicatives du tableau LES ET COLLECTIFS ET COLLECTIFS. Acte par lequel un employeur met fin au contrat individuel de travail pour des motifs d ordre économique ou technique.. Acte par lequel un

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 15085 Québec, le : 12 juillet 2012 Membre : Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante Fondation du Centre hospitalier de l Université

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Projet de Règlement modifiant le Règlement sur les associations sectorielles paritaires de santé et de sécurité du travail Commission des normes, de l équité, de la santé et de la sécurité du travail Juin

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

Technologies de l information POLITIQUE SUR LES MODALITÉS D ACCÈS ET DE RECTIFICATION AU DOSSIER SANTÉ QUÉBEC

Technologies de l information POLITIQUE SUR LES MODALITÉS D ACCÈS ET DE RECTIFICATION AU DOSSIER SANTÉ QUÉBEC Technologies de l information POLITIQUE SUR LES MODALITÉS D ACCÈS ET DE RECTIFICATION AU DOSSIER SANTÉ QUÉBEC ÉDITION La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Le

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 14.5.2014 L 139/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N o 492/2014 DE LA COMMISSION du 7 mars 2014 complétant le règlement (UE) n o 528/2012 du Parlement européen et du Conseil

Plus en détail

Projet de loi n o 35 (2009, chapitre 19)

Projet de loi n o 35 (2009, chapitre 19) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 35 (2009, chapitre 19) Loi modifiant le régime de santé et de sécurité du travail afin notamment de majorer certaines indemnités de décès

Plus en détail

ACCORD SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR RAPPORT RELATIF À LA DEMANDE PRÉSENTÉE PAR MONSIEUR X DU QUÉBEC QUÉBEC

ACCORD SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR RAPPORT RELATIF À LA DEMANDE PRÉSENTÉE PAR MONSIEUR X DU QUÉBEC QUÉBEC ACCORD SUR LE COMMERCE INTÉRIEUR RAPPORT RELATIF À LA DEMANDE PRÉSENTÉE PAR MONSIEUR X DU QUÉBEC QUÉBEC Examinateur : Ivan Bernier Date de la décision 15 février 2011 1 Introduction 1. Le plaignant, Monsieur

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2002, chapitre 30) Loi modifiant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic

Projet de loi n o 76 (2002, chapitre 30) Loi modifiant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2002, chapitre 30) Loi modifiant les régimes de retraite des secteurs public et parapublic Présenté le 19 décembre 2001 Principe adopté

Plus en détail

Projet de loi n o 102 (1997, chapitre 19)

Projet de loi n o 102 (1997, chapitre 19) Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 18 juin 1997, 129 e année, n o 24 3447 DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 102 (1997, chapitre 19) Loi modifiant la Loi sur le régime

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL D OUVRIERE TITRES-SERVICES A DUREE DETERMINEE.

CONTRAT DE TRAVAIL D OUVRIERE TITRES-SERVICES A DUREE DETERMINEE. CONTRAT DE TRAVAIL D OUVRIERE TITRES-SERVICES A DUREE DETERMINEE. Entre les soussignés, d'une part et appelé(e) ci-après l'employeur d autre part Inscrit au registre national sous le numéro : Nationalité

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents ϖϖϖϖϖ Service: Secrétariat général Code d'identification: R. CC. 12 Numéro de résolution: CC: 124/06/10

Plus en détail

LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Par Natalie Savard Colloque en santé et sécurité du travail du SCFP-Québec Le 18 novembre à l hôtel Delta de Trois-Rivières LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL PLAN DE LA PRÉSENTATION Articles

Plus en détail

Le congé de maternité offert aux salariées conventionnées du Québec

Le congé de maternité offert aux salariées conventionnées du Québec Le congé de maternité offert aux salariées conventionnées du Québec Patrick Bourassa * Ministère du Travail Août 2006 * Patrick Bourassa est responsable sectoriel à la Direction des données sur le travail

Plus en détail

Projet de loi n o 102

Projet de loi n o 102 DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 102 Loi modifiant la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite afin de favoriser la retraite

Plus en détail

Chapitre 6 Conditions préalables à une opération cadastrale

Chapitre 6 Conditions préalables à une opération cadastrale Chapitre 6 Conditions préalables à une opération cadastrale Table des matières 6 CONDITIONS PRÉALABLES À UNE OPÉRATION CADASTRALE... 6-3 6.1 PLAN DE L'OPÉRATION CADASTRALE... 6-3 6.2 PLAN DE MORCELLEMENT

Plus en détail

10 CESSATION D EMPLOI

10 CESSATION D EMPLOI PROGRAMME DU TRAVAIL Renseignements sur LES NORMES DU TRAVAIL 10 CESSATION D EMPLOI Partie III du Code canadien du travail (Normes du travail) La partie III du Code canadien du travail contient certaines

Plus en détail

12.04 Aux fins du présent article, les parties entendent par mesure de soutien des mesures telles que, mals non limitativement :

12.04 Aux fins du présent article, les parties entendent par mesure de soutien des mesures telles que, mals non limitativement : ARTICLE 12 : SOUTIEN, PÉRIODE PROBATOIRE ET ÉVALUATION 12.01 Aux fins d'application du présent article, l'université s'engage à privilégier des mesures favorisant l'amélioration de la qualité de l'enseignement

Plus en détail

EUROPEAN BUILDERS CONFEDERATION

EUROPEAN BUILDERS CONFEDERATION EUROPEAN BUILDERS CONFEDERATION www.eubuilders.org PRISE DE POSITION FR 12 janvier 2011 Proposition de directive «Conditions d'entrée et de séjour des ressortissants de pays tiers dans le cadre d'un détachement

Plus en détail

Guide pour procéder à l évaluation de rendement. Destiné aux organismes municipaux

Guide pour procéder à l évaluation de rendement. Destiné aux organismes municipaux Guide pour procéder à l évaluation de rendement Destiné aux organismes municipaux 13 juin 2013 Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire

Plus en détail

1.1 La présente politique s applique aux programmes conduisant à l obtention d un grade de premier cycle ou de cycles supérieurs.

1.1 La présente politique s applique aux programmes conduisant à l obtention d un grade de premier cycle ou de cycles supérieurs. Titre Évaluation périodique des programmes Entrée en vigueur 22 juin 1993 Approbation Modification Références Conseil d'administration : CA-014-099 Conseil d'administration : CA-052-381, CA-076-529, CA-121-815

Plus en détail

Le calcul de la taille de l entreprise...»version octobre 2003

Le calcul de la taille de l entreprise...»version octobre 2003 Le calcul de la taille de l entreprise...»version octobre 2003 Questions-Réponses (version octobre 2003) : Déterminer le nombre de personnes salariées. En regard de la Loi sur l équité salariale, les obligations

Plus en détail

Renseignements. Demande d admissibilité à la contribution réduite. concernant le formulaire

Renseignements. Demande d admissibilité à la contribution réduite. concernant le formulaire Renseignements concernant le formulaire Demande d admissibilité à la contribution réduite Un parent peut être admissible au paiement de la contribution réduite lorsque son enfant bénéficie de services

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES PAR LE CPE

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES PAR LE CPE POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES PAR LE CPE Présentée au conseil d administration le 18 avril 2012 Table des matières 1. PRÉAMBULE...3 2. LE BUT DE LA POLITIQUE...3 3. PRINCIPES DIRECTEURS...3 4. LE

Plus en détail

Politique de traitement des plaintes du bureau coordonnateur

Politique de traitement des plaintes du bureau coordonnateur Politique de traitement des plaintes du bureau coordonnateur Septembre 2015 Préambule L objet de la Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance, ci-après «LSGEE» est de promouvoir la qualité des

Plus en détail

Décision du juge de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL)

Décision du juge de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) Décision du juge de la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) rendue le 24 avril 2015, à Zurich, Suisse, par M. Philippe Diallo (France), juge de la CRL, au sujet d une plainte soumise par le joueur,

Plus en détail

Le présent règlement est désigné sous le titre de Règlement sur la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents.

Le présent règlement est désigné sous le titre de Règlement sur la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. TITRE : Règlement sur la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents ORIGINE Direction générale Page 1 de 9 Direction générale RÉPONDANT DESTINATAIRES : La direction des unités

Plus en détail

AVENANT DU 26 NOVEMBRE 2010 MODIFIANT LA CONVENTION

AVENANT DU 26 NOVEMBRE 2010 MODIFIANT LA CONVENTION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1604. INDUSTRIES MÉTALLURGIQUES (Rouen et Dieppe) (29 mai 1991) (Bulletin offi ciel n 1991-6 bis) (Etendue

Plus en détail

LA DÉTERMINATION DE LA RÉMUNÉRATION DES AGENTS CONTRACTUELS DE DROIT PUBLIC ET SA RÉÉVALUATION EU ÉGARD AUX NOUVELLES GRILLES INDICIAIRES

LA DÉTERMINATION DE LA RÉMUNÉRATION DES AGENTS CONTRACTUELS DE DROIT PUBLIC ET SA RÉÉVALUATION EU ÉGARD AUX NOUVELLES GRILLES INDICIAIRES Pôle Aide au Recrutement Emploi Rémunération du personnel contractuel de droit public LA DÉTERMINATION DE LA RÉMUNÉRATION DES AGENTS CONTRACTUELS DE DROIT PUBLIC ET SA RÉÉVALUATION EU ÉGARD AUX NOUVELLES

Plus en détail

Projet de loi n o 170 (1997, chapitre 90) Loi modifiant la Loi sur l aide financière aux étudiants

Projet de loi n o 170 (1997, chapitre 90) Loi modifiant la Loi sur l aide financière aux étudiants DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 170 (1997, chapitre 90) Loi modifiant la Loi sur l aide financière aux étudiants Présenté le 12 novembre 1997 Principe adopté le 4 décembre

Plus en détail

RÈGLES BUDGÉTAIRES VERSION APPROUVÉE LE 30 AOÛT 2012 GARDERIES SUBVENTIONNÉES FAITS SAILLANTS

RÈGLES BUDGÉTAIRES VERSION APPROUVÉE LE 30 AOÛT 2012 GARDERIES SUBVENTIONNÉES FAITS SAILLANTS Ce document présente de manière sommaire les principales modifications apportées aux règles budgétaires des garderies subventionnées 1. CYCLE BUDGETAIRE ET POLITIQUE DE VERSEMENT Le cycle budgétaire 2012-2013

Plus en détail

Elle propose une démarche à suivre et elle précise le rôle des intervenants concernés.

Elle propose une démarche à suivre et elle précise le rôle des intervenants concernés. 1. CHAMP D APPLICATION Cette directive vise l uniformité de traitement des réclamations par l ensemble des intervenants ainsi que la compréhension commune de l application des mesures prévues à l article

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR L ACCREDITATION DES ORGANISMES PROCEDANT A LA CERTIFICATION DES ORGANISMES DE FORMATION A LA PREVENTION DES RISQUES LIES A L AMIANTE CERT CPS REF 24 Révision 05 Section «Certifications»

Plus en détail

Politique de traitement des plaintes

Politique de traitement des plaintes Politique de traitement des plaintes Présentée et adoptée par le conseil d administration, le 12 juin 2002 Présentation de la mise à jour au CA du 27 février 2012 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 5

Plus en détail

LA POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS

LA POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS LA POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS Septembre 2011 Mise à jour de l Annexe I : octobre 2015 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 2 1. COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT... 2 1.1 SON

Plus en détail

Projet de loi n o 23 (2011, chapitre 24) Loi modifiant divers régimes de retraite du secteur public

Projet de loi n o 23 (2011, chapitre 24) Loi modifiant divers régimes de retraite du secteur public DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 23 (2011, chapitre 24) Loi modifiant divers régimes de retraite du secteur public Présenté le 8 juin 2011 Principe adopté le 29 septembre

Plus en détail

Publications. Communiqué spécial. Projet de loi visant la restructuration des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur universitaire

Publications. Communiqué spécial. Projet de loi visant la restructuration des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur universitaire Publications Communiqué spécial Projet de loi visant la restructuration des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur universitaire Le gouvernement du Québec a présenté le 11 novembre 2015

Plus en détail

Projet de loi n o 34. Présentation. Présenté par M. François Blais Ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale

Projet de loi n o 34. Présentation. Présenté par M. François Blais Ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration de certains régimes

Plus en détail

Ministère de l Éducation Bureau du sous-ministre adjoint Division des opérations et des finances 20 e étage, Édifice Mowat 900, rue Bay

Ministère de l Éducation Bureau du sous-ministre adjoint Division des opérations et des finances 20 e étage, Édifice Mowat 900, rue Bay Ministry of Education Office of the ADM Business & Finance Division 20th Floor, Mowat Block 900 Bay Street Queen's Park Toronto ON M7A 1L2 Ministère de l Éducation Bureau du sous-ministre adjoint Division

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2010, chapitre 10)

Projet de loi n o 58 (2010, chapitre 10) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 58 (2010, chapitre 10) Loi modifiant la Loi sur l aménagement et l urbanisme et d autres dispositions législatives concernant les communautés

Plus en détail

ENTRE. Le MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, représenté par L ORGANISME SCOLAIRE,

ENTRE. Le MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, représenté par L ORGANISME SCOLAIRE, Entente concernant l utilisation du système ADAN mis en place pour soutenir la gestion de l admissibilité à l enseignement en anglais dans les classes maternelles et les écoles primaires et secondaires

Plus en détail

Projet de loi n o 47. Présentation. Présenté par Madame Diane Lemieux Ministre du Travail

Projet de loi n o 47. Présentation. Présenté par Madame Diane Lemieux Ministre du Travail PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 47 Loi concernant les conditions de travail dans certains secteurs de l industrie du vêtement et modifiant la Loi sur les normes du travail

Plus en détail

RÈGLEMENT ÉDICTANT DES MESURES TRANSITOIRES POUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER

RÈGLEMENT ÉDICTANT DES MESURES TRANSITOIRES POUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER RÈGLEMENT ÉDICTANT DES MESURES TRANSITOIRES POUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER Loi sur le courtage immobilier (L.Q. 2008, c. 9, a. 157) 1. Une personne qui, le (indiquer ici la veille

Plus en détail

LOI SUR LES ÉLECTIONS ET LES RÉFÉRENDUMS DANS LES MUNICIPALITÉS SECTION VI.1 FINANCEMENT D'UNE CAMPAGNE À LA DIRECTION D'UN PARTI POLITIQUE

LOI SUR LES ÉLECTIONS ET LES RÉFÉRENDUMS DANS LES MUNICIPALITÉS SECTION VI.1 FINANCEMENT D'UNE CAMPAGNE À LA DIRECTION D'UN PARTI POLITIQUE Éditeur officiel du Québec chapitre E-2.2 LOI SUR LES ÉLECTIONS ET LES RÉFÉRENDUMS DANS LES MUNICIPALITÉS SECTION VI.1 FINANCEMENT D'UNE CAMPAGNE À LA DIRECTION D'UN PARTI POLITIQUE 1. Renseignements requis

Plus en détail

COMMUNICATION IMPORTANTE À TOUS LES SYNDICATS

COMMUNICATION IMPORTANTE À TOUS LES SYNDICATS OBJETS : RAPPEL DE L OBLIGATION DE S INSCRIRE À LA CNESST MODIFICATIONS RELATIVES À LA PROTECTION DE CERTAINS TYPES DE TRAVAILLEURS Bonjour, Comme nous vous l avions mentionné dans une communication antérieure,

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS DE GROUPE FINANCIER HORIZONS

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS DE GROUPE FINANCIER HORIZONS POLITIQUE DE TRAITEMENT DES PLAINTES ET DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS DE GROUPE FINANCIER HORIZONS 27 juillet 2014 TABLE DES MATIÈRES SECTION 1 : BUTS DE LA POLITIQUE 3 SECTION 2 : PERSONNE RESPONSABLE 4

Plus en détail

La Lettre express Régimes complémentaires de retraite

La Lettre express Régimes complémentaires de retraite Le 23 juillet 2008 Aperçu des modifications apportées par le projet de loi n o 68 En juin 2008, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi n o 68, la Loi modifiant la Loi sur les régimes

Plus en détail

Politique de traitement des plaintes par le bureau coordonnateur. Document à distribuer aux parents, RSG, membres du personnel, etc.

Politique de traitement des plaintes par le bureau coordonnateur. Document à distribuer aux parents, RSG, membres du personnel, etc. Politique de traitement des plaintes par le bureau coordonnateur Document à distribuer aux parents, RSG, membres du personnel, etc. CPE Au pied de l échelle 450 678-4812 Adoptée le 16 mars 2011 1 2 Table

Plus en détail