INFORMATION PRESSE Août 2011 POINT SUR LA RT 2012 : LE BIG BANG DES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES DU BÂTIMENT QU EST-CE QUE LA RT 2012?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFORMATION PRESSE Août 2011 POINT SUR LA RT 2012 : LE BIG BANG DES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES DU BÂTIMENT QU EST-CE QUE LA RT 2012?"

Transcription

1 du 7 au 10 février Paris Porte de Versailles F I C H E T H É M A T I Q U E N 1 INFORMATION PRESSE Août 2011 POINT SUR LA RT 2012 : LE BIG BANG DES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES DU BÂTIMENT Interclima+Elec, le salon de l efficacité énergétique des bâtiments (du 7 au 10 février 2012), a fait de la RT 2012 un de ses thèmes majeurs. En effet, au moment de l entrée en vigueur de la Réglementation Thermique 2012, Interclima+elec est l occasion pour tous les acteurs d une filière dynamique en pleine mutation de faire le point sur les solutions les plus innovantes en matière de génie climatique, génie électrique et gestion technique du bâtiment. Le salon est également l opportunité pour tous les professionnels de mieux connaître et appréhender les enjeux de la nouvelle Réglementation Thermique : celle-ci s annonce d ores et déjà comme le Big Bang de la décennie, tant pour les occupants des bâtiments que pour les industriels qui vont concevoir, construire, équiper et gérer dans la durée ces bâtiments et leur consommation énergétique En avant-première du salon, un décryptage des principaux points de la RT 2012 : 1 QU EST-CE QUE LA RT 2012? A l instar des précédentes versions, la RT 2012 vise à réduire les consommations énergétiques des bâtiments neufs aussi bien résidentiels que tertiaires. Mises en place en 1975 après les deux premiers chocs pétroliers, les versions successives de la RT ont imposé tous les 5 ans une amélioration de la performance thermique de 15 % à 20 %. Résultat : la consommation énergétique des constructions neuves a déjà été divisée par 2 en 30 ans. Ambition historique : diviser par 3 la consommation moyenne d énergie primaire Dans le cadre du Grenelle de l environnement, la RT 2012, qui va remplacer la RT 2005, compte aller beaucoup plus loin puisqu il s agit de diviser par 3 la consommation moyenne d énergie primaire (avant transformation et transport) des constructions neuves. Laquelle devrait ainsi passer de 150 kwhep/m 2 /an* aujourd hui à 50 kwh/m 2 /an, selon les objectifs fixés à l article 4 de la loi Grenelle 1 du 3 août Toutefois, cette valeur de 50 kwhep/m²/an est modulée en fonction de la zone climatique, du type et de la taille du bâtiment et du recours à une énergie à faible contenu en CO2. *kilo Watt heure d énergie primaire par mètre carré et par an. On emploie plus généralement la mesure suivante : kwh/m 2 /an. Généralisation des BBC (Bâtiments basse consommation) Point fort de la RT 2012, également appelée RT Grenelle Environnement 2012, les BBC (Bâtiments basse consommation) vont se généraliser à tous les permis de construire dès le 1 er juillet 2011 pour les bâtiments publics et tertiaires ainsi que pour les bâtiments construits en zone ANRU, à savoir en zones de rénovation urbaine - définies par l Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Dès le 1 er janvier 2013, la RT 2012 s appliquera à toutes les demandes de permis de construire concernant les bâtiments d habitation. L objectif de la RT 2012 reprend le niveau de performance énergétique défini par le label BBC-Effinergie. En attendant la RT 2020 La RT 2012 prévoit que, dans sa prochaine version (la RT 2020), les bâtiments neufs seront non seulement auto-suffisants en énergie, mais surtout, pourront produire plus d énergie qu ils n en consomment. En attendant cette date qui marquera un profond changement de paradigme pour le secteur de la construction, la RT 2012 représente une révolution sans précédent.

2 2 LES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX Conformément à l article 4 de la loi Grenelle 1, l Office parlementaire d évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a réalisé une étude sur différents paramètres de modulation et sur l impact économique de la nouvelle réglementation qui a été Avec 42,5 % de l énergie finale totale, le secteur du bâtiment est, avec celui des transports, l un des deux plus gros consommateurs d énergie en France. Soit environ 68 millions de tep (tonnes d équivalent pétrole). Ce qui génère 123 millions de tonnes de CO2, soit 23 % des émissions nationales qui, par ailleurs, ont augmenté d environ 15 % depuis Concrètement, chaque Français consomme plus de 1 tep par an, ce qui correspond à 2 tonnes de CO2 libérées ainsi dans l atmosphère. rendue publique le 4 décembre L OPECST a formulé 27 recommandations relatives à la modulation de la norme thermique, à la mise en œuvre de la nouvelle réglementation, aux paramètres du calcul réglementaire et à la recherche. La facture annuelle de chauffage représente environ 900 euros en moyenne par ménage, avec de grandes disparités, qui tendent à augmenter avec la hausse du prix des énergies. Les dépenses annuelles peuvent ainsi varier de 250 euros pour une maison basse consommation à plus de euros pour une maison mal isolée. 3 UNE RÉGLEMENTATION BASÉE SUR LA PERFORMANCE GLOBALE A la différence de la RT 2005, la nouvelle réglementation abandonne la multitude de garde-fous techniques pour se concentrer sur la performance globale du bâtiment, ce qui la rend à la fois plus simple et plus lisible que les précédentes. A cet égard, les exigences sont désormais exprimées en valeur absolue et non plus en valeur relative - ce qui, par le passé, nécessitait de comparer chaque bâtiment à un bâtiment de référence théorique, difficile à appréhender. Résultat, la RT 2012 est une réglementation par objectif, autrement dit une réglementation performantielle. Trois objectifs de performance thermique globale constituent le cœur de la RT Premier objectif : le besoin bioclimatique ou Bbiomax Remplaçant Ubat (coefficient de transmission surfacique moyenne de l enveloppe présent dans la RT 2005 qui prenait en compte uniquement le niveau d isolation du bâti), le calcul du besoin climatique impose d optimiser la conception du bâti afin de limiter les futurs besoins énergétiques liés aux équipements de chauffage, de refroidissement et d éclairage. Ce besoin est traduit par le coefficient appelé Bbiomax, également appelé Bbio, qui met l accent sur le niveau d isolation thermique, la mitoyenneté et la conception bioclimatique du bâti en valorisant l accès à l éclairage naturel, les apports solaires (grâce, notamment, à un maximum de surfaces vitrées orientées au sud). Le coefficient Bbiomax dépasse le label BBC (Bâtiment basse consommation), le label allemand Passiv Haus ou encore le label suisse Minergie, lesquels fixent des exigences spécifiques sur l isolation ou sur les besoins liés au seul chauffage. Avec Bbiomax, la RT 2012 offre un indicateur unique qui mesure la qualité intrinsèque de la conception du bâtiment. Reste que la valeur moyenne du Bbiomax est modulée selon la localisation géographique, l altitude, le type d usage du bâtiment, et, pour les maisons individuelles, la surface habitable. Second objectif : la consommation d énergie primaire ou Cmax Le Cmax est le coefficient phare de la RT Il concerne les consommations de chauffage, de refroidissement, d éclairage, de production d eau chaude sanitaire et d auxiliaires (pompes et ventilateurs). Conformément à l article 4 de la loi Grenelle 1, ce coefficient est de 50 kwh/m 2 /an d énergie primaire consommée. Cependant, le Cmax est modulé selon la localisation géographique, l altitude, le type d usage du bâtiment, la surface moyenne des logements et les émissions de gaz à effet de serre. A cet égard, le bois-énergie, dont le contenu en CO2 est quasi nul (13 g de CO2/kWh), ainsi que les réseaux de chaleur les moins émetteurs de CO2, font l objet d une modulation particulière de cette exigence, limitée à 30 % au maximum. Par ailleurs, certains postes de consommation d énergie, comme la ventilation ou l eau chaude sanitaire, ne sont pas directement liés à la surface des locaux. Ce qui, mathématiquement, conduirait le Cmax à défavoriser les logements inférieurs à 120 m 2 puisque son exigence s exprime par rapport à une surface d habitation en m². C est pourquoi le coefficient Cmax est modulé à la hausse ou à la baisse en fonction de la surface du logement. De même, le rapport investissement/économies d énergie se révèle pour l heure, moins favorable au logement collectif car la durée d amortissement est plus longue qu en maison individuelle. Pour cette raison, l exigence de consommation Cmax est augmentée, temporairement jusqu au 1 er janvier 2015 de 7,5 kwhep/m 2 /an dans le logement collectif. De quoi laisser aux filières industrielles le temps de s adapter en proposant des équipements plus performants et à moindre coût, à l image des pompes à chaleur adaptées au collectif.

3 Énergie primaire et énergie finale : Pour lutter plus efficacement contre les émissions de CO2, l Office parlementaire d évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a confirmé la pertinence de l objectif du Cmax de 50 kwh/m 2 /an d énergie primaire consommée. La raison est simple : pour disposer de 1 kwh d énergie finale, (par exemple pour une chaudière ou un ballon d eau chaude), la chaîne énergétique doit en produire beaucoup plus. En ce qui concerne l électricité, il faut ainsi 2,58 kw d énergie primaire pour pouvoir consommer 1 kwh. Cette différence entre l énergie finale (consommée) et l énergie produite, soit 1,58, provient des pertes en amont du compteur électrique au niveau des étapes de production, transformation, transport, distribution, stockage de l énergie... Troisième objectif : le confort d été A l instar de la précédente réglementation thermique, la RT 2012 définit des catégories de bâtiments dans lesquels il est possible d assurer un bon niveau de confort en été sans avoir à recourir à un système actif de refroidissement. Ces catégories (CE1 et CE2) dépendent du type d occupation et de la localisation (zone climatique, altitude, proximité de zones de bruit). Pour ces bâtiments, la réglementation impose que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d une séquence de 5 jours très chauds d été, n excède pas un certain seuil. Outre le fait que cette exigence améliorera le confort des occupants des futurs bâtiments en période de forte chaleur, et participera donc à la limitation des impacts des canicules, elle constitue également une mesure importante de limitation du développement de la climatisation. L exception des bâtiments du secteur tertiaire : La réglementation thermique actuelle ainsi que le label BBC expriment tous deux leurs exigences en valeur relative. L actuel label BBC impose un minimum de gain de consommation de 50 % par rapport à la RT2005. Cette exigence représente les meilleures pratiques dans chaque secteur. Or, la diversité des modes d occupation de ce secteur (densité, horaires, activités des occupants, température de consigne, fermeture hebdomadaire, usage d eau chaude sanitaire ) a conduit à découper le secteur tertiaire en une trentaine de sous-secteurs : bureaux, enseignement, commerce, hôtellerie... Pour chaque sous-secteur, un scénario d occupation et d utilisation réelles et constatées a été défini et introduit dans le moteur de calcul de la RT Pour ce faire, des bureaux d études spécialisés ont ainsi réalisé - et réalisent encore - des milliers d analyses et de simulations afin de déterminer, en valeur absolue, les exigences de résultats en Bbiomax et en Cmax. Par exemple, pour le secteur des bureaux, lorsque le recours à la climatisation ne s impose pas pour garantir le confort en été, la valeur moyenne du Cmax est de 60 kwhep/m 2 /an. En ce qui concerne les bureaux qui sont dans l obligation d utiliser un système actif de refroidissement (interdiction d ouvrir les baies vitrées ), la valeur moyenne du Cmax est de 120 kwhep/m 2 /an. 4 DES EXIGENCES DE MOYENS Par rapport aux réglementations antérieures, la RT 2012 comporte de très nombreuses exigences de moyens. Il s agit principalement de : Garantir la qualité de mise en œuvre en traitant efficacement les ponts thermiques afin d améliorer l isolation thermique et en assurant l étanchéité à l air de l enveloppe des logements au niveau du seuil de l actuel label BBC. Cette démarche induit de vérifier la qualité de la finition. A ce titre, le test de la porte soufflante sera obligatoire dans le logement collectif, le temps que les professionnels acquièrent l expérience et les compétences leur permettant de maîtriser les processus de réalisation des chantiers par une démarche qualité. Garantir le confort d habitation. Une surface minimale de baies vitrées sera assortie d un pourcentage minimal obligatoire de baies ouvrantes. De même, les protections solaires devront garantir le bénéfice des apports solaires et de l éclairage naturel sans induire une architecture de bâtiments munis de meurtrières. Accélérer le développement des énergies renouvelables et des systèmes énergétiques performants. Le recours aux énergies renouvelables, ou aux systèmes très performants comme l eau chaude sanitaire thermodynamique voire la micro-cogénération en maison individuelle, va entraîner la généralisation de systèmes très performants dans le domaine de l eau chaude sanitaire. Néanmoins, la mesure ou, au moins, l estimation des besoins d énergie calculés en fonction des principaux usages et des informations fournies par les occupants du logement seront précieuses, de même que l information, dans un but pédagogique, des consommations délivrée à l occupant. Concernant les énergies renouvelables, la RT 2012 n est pas particulièrement volontariste. Certes, elle cherche à atteindre une bien meilleure qualité énergétique globale. Mais la production locale d énergie n est pas prise en compte au-delà d une autoconsommation de l ordre de 12 kwhep/m 2 /an, à l image du label BBC actuel. La priorité est accordée aux économies d énergie et donc à la performance du bâti et des équipements. La justification est la suivante : les systèmes de production d énergie renouvelable ne doivent pas justifier une moindre performance énergétique globale du bâtiment.

4 5 UNE APPLICATION ET UN CONTRÔLE RENFORCÉS Le maître d ouvrage à l origine du projet, l architecte qui conçoit, les bureaux d études qui calculent le Bbiomax et le Cmax, le maître d œuvre qui orchestre le chantier et sous-traite aux entrepreneurs réalisant les travaux, le contrôleur technique, l assureur, les industriels qui fabriquent les éléments de construction... chacun de ces acteurs fait partie de la chaîne des responsabilités pour assurer la qualité de la construction, de la commande jusqu à la réalisation du bâtiment, en passant par la conception. Tout au long du processus de construction, différents dispositifs sont prévus pour vérifier la bonne application des règles de construction, notamment les contrôles réalisés par l Administration (l État ou les collectivités publiques). L application de la Réglementation Thermique et son contrôle seront améliorés grâce aux dispositions suivantes : 1 - La loi portant engagement national pour l environnement ( Grenelle 2 ) prévoit l établissement d une attestation qui prend en compte la réglementation thermique à deux étapes clés du processus de construction : lors de la demande de permis de construire et lors de l achèvement du bâtiment. 2 - Les logiciels servant aux calculs des indicateurs réglementaires (besoin bioclimatique, consommation ) devront s appuyer sur le moteur de calcul élaboré par le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) et avoir fait l objet d une procédure d évaluation dont les résultats seront rendus publics sur le site du Ministère. 3 - Ces logiciels, utilisés par les thermiciens, devront offrir la capacité d éditer un récapitulatif standardisé de l étude thermique, lequel pourra être exploité par les différents intervenants en charge du contrôle de l application de la RT Ce document unique servira aussi bien au professionnel du diagnostic thermique qui établit le DPE (Diagnostic de performance énergétique) qu à la personne en charge d attester que la réglementation thermique a été prise en compte. Du fait de ces améliorations, la tolérance de 5 % aujourd hui admise ne le sera plus dès le 1 er janvier 2013 pour le logement collectif et le 1 er janvier 2015 pour les maisons individuelles. Le DPE se généralise : Le DPE (Diagnostic de performance énergétique) est d ores et déjà obligatoire pour valider la transaction de vente d un bien immobilier. Et, dans le cadre de la construction neuve, le Grenelle 2 impose de le produire à la fin des travaux. Depuis le 1er janvier 2011, il faut aussi l afficher sur les annonces immobilières - tant à la vente qu à la location. Le bien est alors doublement noté de A (pour une consommation de 50 kwh/m 2 /an) à G (450 kwh/m 2 /an) pour la consommation énergétique. Et de A (5 kg de CO2/m 2 /an) à G (80 kg de CO2/m 2 /an) pour les émissions de gaz à effet de serre. LES GRANDES ÉTAPES DE LA RT 2012 Juin 2010 Finalisation du décret et des arrêtés pour la méthode de calcul et des exigences de la RT Juillet 2010 Notification à la Commission européenne. 26 octobre 2010 Publication officielle des textes de la RT 2012 au Journal Officiel. Novembre 2010 Logiciels d application de la RT 2012 disponibles. 1 er juillet 2011 Application de la RT 2012 aux bâtiments tertiaires neufs, aux bâtiments publics (bureaux, bâtiments d enseignement et établissements d accueil de la petite enfance) et à certains logements (maisons individuelles, immeubles collectifs, foyers de jeunes travailleurs et cités universitaires...) situés en zones de rénovation urbaine définies par l Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Septembre 2011 Fin 2011 Publication d un arrêté décrivant la méthode de calcul applicable et les conventions d application de cette méthode. Publication d un deuxième décret et d un deuxième arrêté concernant d autres bâtiments tertiaires, notamment les commerces et l hôtellerie. 1 er janvier 2013 Application de la réglementation aux bâtiments résidentiels. Service de presse : CLC Communications - 6, rue de Rome Paris Tél. : Fax : Jérôme SACZEWSKI, Elisabeth MESTON, Stéphanie TAILLIBERT -

5 du 7 au 10 février Paris Porte de Versailles F I C H E I D E N T I T É NOM : INTERCLIMA+ELEC 2012 DATES & LIEU : Du mardi 7 au vendredi 10 février 2012 Paris, Porte de Versailles Halls HORAIRES : LIEU : EXPOSANTS : VISITEURS : OFFRE DU SALON : 9h00 à 19h00 Paris Porte de Versailles 580 exposants attendus Près de visiteurs attendus 5 secteurs Génie climatique/produits et systèmes pour la production d ECS et de chauffage à partir d énergie renouvelable Produits et systèmes d installation électrique/automatisme et contrôle Équipements et services pour l installation, l exploitation et la maintenance Commercialisateurs d énergie Organisations professionnelles DEUX SALONS DANS LE SALON : Le salon du photovoltaïque au cœur d Interclima+elec Le salon de la domotique et du multimédia au cœur d Interclima+elec SECTEURS : Hall 7.1 : Climatisation/Pompe à chaleur/ventilation et traitement de l air/froid Hall 7.2 : PV Energy/Solaire Thermique/Smarthome/IRVE/Cabling/GTB et régulation/outillage/espace Conférences Hall 7.3 : Chauffage et ECS/ Radiateurs/ Pompes/Robinetterie et traitement de l eau Service de presse : CLC Communications - 6, rue de Rome Paris Tél. : Fax : Jérôme SACZEWSKI, Elisabeth MESTON, Stéphanie TAILLIBERT -

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement énergétique QUESTIONNAIRE: «RT2012»

CI 4 : DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES ET CHOIX DES MATÉRIAUX Comportement énergétique QUESTIONNAIRE: «RT2012» QUESTIONNAIRE: «RT2012» http://www.rt-batiment.fr/batiments-neufs/reglementation-thermique-2012/presentation.html 1. QUE SIGNIFIE «RT»? Résistance Thermique Règlementation Thermique Régulation Thermique

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012»

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» Conférence Consultative Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 20 octobre 2010 Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM

Plus en détail

COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS

COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS ECOBAT - MARS 2010 1 ECOBAT Retour d experiences sur le label BBC-Effinergie Catherine BONDUAU Assises de l'énergie - Janvier 2010 2 Le niveau d exigence à atteindre

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

La RÉglementation. Thermique L essentiel

La RÉglementation. Thermique L essentiel La RÉglementation Thermique 2012 L essentiel RT 2012 RT 2012 & isolation La Réglementation Thermique Un outil indispensable pour réduire la consommation énergétique des bâtiments Ce qu il faut retenir

Plus en détail

Président d EnR Concept Vice-président d ENERPLAN

Président d EnR Concept Vice-président d ENERPLAN RT2012 Jérôme Alba Président d EnR Concept Vice-président d ENERPLAN 100 Evolution des consommations d'énergie chauffage et ECS en résidentiel 90 80 EnR Gaz Nat. 70 Electricité 60 50 40 30 20 10 0 1950

Plus en détail

«TOUT SUR LA RT 2012 ET

«TOUT SUR LA RT 2012 ET «TOUT SUR LA RT 2012 ET LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Commission QEB - Jeudi 26 avril 2012 Avec le soutien des membres du Club BTP Var : Artisans & Entrepreneurs du BTP 83, tournés Vert demain!

Plus en détail

LA RENCONTRE DE LA TECHNIQUE ET DU DROIT

LA RENCONTRE DE LA TECHNIQUE ET DU DROIT LA RENCONTRE DE LA TECHNIQUE ET DU DROIT TABLE RONDE SUR LA «RT 2012» AIX-EN-PROVENCE le 2 décembre 2015 ICHD 1 Issue de l Art 4 de la loi de Grenelle 1 s impose aux bâtiments neufs et extensions de bâtiments

Plus en détail

La maison B C D E F. Une construction respectueuse de notre environnement. Une facture énergétique allégée. Basse Consommation

La maison B C D E F. Une construction respectueuse de notre environnement. Une facture énergétique allégée. Basse Consommation LE BON SENS ÉCONOMIQUE ET ÉCOLOGIQUE La maison Pourquoi construire une maison BBC aujourd hui? Le bon sens c est de construire aujourd hui une maison répondant aux objectifs du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

Point sur la nouvelle réglementation thermique, la RT2012 et sur les nouveaux labels de performance énergétique associés

Point sur la nouvelle réglementation thermique, la RT2012 et sur les nouveaux labels de performance énergétique associés Point sur la nouvelle réglementation thermique, la RT2012 et sur les nouveaux labels de performance énergétique associés La réglementation thermique 2012 est entrée en vigueur pour immeubles neufs dont

Plus en détail

Les trois exigences fondamentales de la RT 2012

Les trois exigences fondamentales de la RT 2012 Les trois exigences fondamentales de la RT 2012 La RT 2012 comporte trois exigences de résultats définies par trois coefficients : 1. le Bbio, ou Besoin bioclimatique conventionnel, exprime les besoins

Plus en détail

La RT2005. Pourquoi? Pour qui? Quand? Comment?

La RT2005. Pourquoi? Pour qui? Quand? Comment? La RT2005 Pourquoi? Pour qui? Quand? Comment? «L idéal de la performance énergétique est une maison passive qui ne consomme pas d autres énergies que celles qu elle produit. Tel est l objectif vers lequel

Plus en détail

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement... P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Plus en détail

Réglementation thermique CAPEB de la Savoie. 23 juin septembre 2010

Réglementation thermique CAPEB de la Savoie. 23 juin septembre 2010 Réglementation thermique 2012 CAPEB de la Savoie 27 septembre 2010 23 juin 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr La feuille

Plus en détail

Pierre RAYNAUD Responsable du pôle Performance Environnementale et Aménagement Durable ALTO Ingénierie

Pierre RAYNAUD Responsable du pôle Performance Environnementale et Aménagement Durable ALTO Ingénierie Pierre RAYNAUD Responsable du pôle Performance Environnementale et Aménagement Durable ALTO Ingénierie ALTO Ingénierie : 50 collaborateurs Introduction 4 localisations (Paris, Bordeaux, Lyon, Nice) 2 activités

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

30/03/2012. Document : Olivier LESNIEWSKI FFB-DAT Présentation / Mise à jour : Sandrine CASTANIE- b.e. azimut

30/03/2012. Document : Olivier LESNIEWSKI FFB-DAT Présentation / Mise à jour : Sandrine CASTANIE- b.e. azimut Document : Olivier LESNIEWSKI FFB-DAT Présentation / Mise à jour : Sandrine CASTANIE- b.e. azimut MDE ST-CHRISTOL 30 mars 2012 1 Le contexte La réglementation en cours RT 2005 Le niveau BBC RT 2012 et

Plus en détail

Marché des micro et mini-cogénération Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de

Marché des micro et mini-cogénération Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de Produits @Regis_Contreau En route vers les bâtiments à énergie positive avec la RE 2020 GRDF, acteur de la transition énergétique, agit à

Plus en détail

Labels de performances énergétiques

Labels de performances énergétiques Labels de performances énergétiques 12 mai 2009 Conférence : Construire et rénover : quel coût pour l énergie durable? Sylvain AVRIL - Aduhme Construire et rénover : quel coût pour l énergie durable? D

Plus en détail

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE Evaluation thermique réalisée avec PROJET Mr M 31000 TOULOUSE Date de l'étude : ENTREPRISE 25.02.2013 CLIENT sarl l'avis du menuisier Mr MULLER Richard TESSIER 8 impasse du petit bois 31140 ST LOUP CAMMAS

Plus en détail

FORMATIONS. en efficacité énergétique et bâtiments durables. Un avenir durable se forme... Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A.

FORMATIONS. en efficacité énergétique et bâtiments durables. Un avenir durable se forme... Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A. FORMATIONS en efficacité énergétique et bâtiments durables Un avenir durable se forme... Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A. Enjeux du Développement durable: objectifs 2017/2020 L Union Européenne

Plus en détail

Un contexte général favorable au changement

Un contexte général favorable au changement Un contexte général favorable au changement De par sa situation au cœur de la mégalopole européenne, l Alsace est une région dynamique sur le plan économique. L activité de service y est très représentée,

Plus en détail

Bétons isolants structurels (B.I.S)

Bétons isolants structurels (B.I.S) Bétons isolants structurels (B.I.S) NORME NF EN 206-1/ CN Présentation UMGO 11 Juillet 2014 SNBPE Rhône Alpes 1 Le Béton en France: 39 millions de m3 4 100 millions HT de Chiffre d Affaires 1 816 Centrales

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable

Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable GAMME EAU CHAUDE SANITAIRE 1 kw CONSOMMÉ 3 kw DE CHAUFFAGE jusqu à 70% d économie

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012»

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» Conférence Consultative Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 20 octobre 2010 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique MEEDDM DGALN DHUP David JUIN Chef de projet réglementation

Plus en détail

MPM / JT ALE St-Brieuc Appel à Projets Prébat BBC

MPM / JT ALE St-Brieuc Appel à Projets Prébat BBC Appel à Projets Prébat BBC 2008-2014 Bilan chiffré : AAP Bâtiments Basse Consommation 277 projets reçus, 252 éligibles, 177 lauréats 113 projets tertiaires et 64 résidentiels 77 projets neufs, 100 réhabilitations

Plus en détail

LABEL: Haute Performances Energétiques HPE 2005

LABEL: Haute Performances Energétiques HPE 2005 LABEL: Haute Performances Energétiques HPE 2005 Le label HPE à été mis en place dans le cadre de la Réglementation Thermique RT 2005 et est défini par l'arrêté du 8 mai 2007 relatif au contenu et aux conditions

Plus en détail

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA 1 Sommaire - La profession au sein d UNICLIMA - La ventilation en France - Concilier efficacité énergétique

Plus en détail

Surfaces vitrées et RT 2012

Surfaces vitrées et RT 2012 Surfaces vitrées et RT 2012 Comment choisir les caractéristiques des fenêtres en fonction du contexte et pour quelles performances? Jean-Luc Marchand, Délégué Général SNFA Hervé Lamy, Directeur technique

Plus en détail

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique Le contexte Le cahier SIA 2031: principes Méthodes Le certificat Applications et perspectives

Plus en détail

LES BÂTIMENTS MÉDITERRANÉENS PERFORMANTS JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES

LES BÂTIMENTS MÉDITERRANÉENS PERFORMANTS JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES Hybris Power L Eco-générateur 2 Modéles 1.24 / 2.24 28 MI L écogénérateur La production combinée de chaleur et d électricité à domicile - Intégration d une micro-cogénération

Plus en détail

la rénovation énergétique de l habitat ancien :

la rénovation énergétique de l habitat ancien : la rénovation énergétique de l habitat ancien : 1. Quelques chiffres et quelques dates 2. Objectifs du Grenelle de l environnement 3. L approche globale et l évolution de la réglementation thermique du

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

La géothermie, chauffage et rafraîchissement inf à 50 kwh/m2.an. Coefficient de Performance (COP) et coefficient d'efficacité frigorifique (EER)

La géothermie, chauffage et rafraîchissement inf à 50 kwh/m2.an. Coefficient de Performance (COP) et coefficient d'efficacité frigorifique (EER) La géothermie, chauffage et rafraîchissement inf à 50 kwh/m2.an Une pompe à chaleur est un équipement frigorifique qui fournit chaud côté condenseur et froid côté évaporateur. Par inversion de cycle, la

Plus en détail

Vers 100% Bepos 2020 : réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive Projet Habitat Social Positif

Vers 100% Bepos 2020 : réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive Projet Habitat Social Positif Vers 100% Bepos 2020 : réussir la généralisation du bâtiment à énergie positive Projet Habitat Social Positif 01 juillet 2014 Bernard CARON : Directeur Marketing Couverture TERREAL Armand CATHALA : Directeur

Plus en détail

La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation

La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation Charles-Emile HUBERT GDF SUEZ - Direction de la Recherche et de l'innovation - CRIGEN Février

Plus en détail

Pompes à chaleur haute température Production eau chaude sanitaire

Pompes à chaleur haute température Production eau chaude sanitaire CLIMATISATION ET CHAUFFAGE Pompes à chaleur haute température Production eau chaude sanitaire CERTIFIÉ PAR CERTITA POMPES À CHALEUR Chauffage (30/35 C) www.marque-nf.com CLIMATISATION ET CHAUFFAGE Une

Plus en détail

Septembre 2007 Document non contractuel

Septembre 2007 Document non contractuel Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES DU NOUVEAU LABEL EFFINERGIE ASSOCIÉ À L EXPÉRIMENTATION E+C- Version 1 10 janvier 2017

REGLES TECHNIQUES DU NOUVEAU LABEL EFFINERGIE ASSOCIÉ À L EXPÉRIMENTATION E+C- Version 1 10 janvier 2017 REGLES TECHNIQUES DU NOUVEAU LABEL EFFINERGIE ASSOCIÉ À L EXPÉRIENTATION E+C- Version 1 10 janvier 2017 1.Objet Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif effinergie, prises en

Plus en détail

Rénovation Passive d'un Immeuble des années 1970

Rénovation Passive d'un Immeuble des années 1970 Rénovation Passive d'un Immeuble des années 1970 Relevées de mesures et retour d expériences Vincent COLIATTI Bet TERRANERGIE Contexte Raon L'Etape 88 Vosges Construction 1974 - qualification FPA Composition

Plus en détail

Selon les prescriptions de l article L du code de la construction et de l habitation, au moment du dépôt de permis de construire :

Selon les prescriptions de l article L du code de la construction et de l habitation, au moment du dépôt de permis de construire : RAPPORT Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique au dépôt de la demande de permis de construire et, pour les bâtiments de plus de 1000 m2, de la réalisation de l étude

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Département de l Hérault AUDIT ACCESSIBILITE POUR TOUS CONSEIL D ORIENTATION ENERGETIQUE. Novembre 2009

Département de l Hérault AUDIT ACCESSIBILITE POUR TOUS CONSEIL D ORIENTATION ENERGETIQUE. Novembre 2009 AUDIT ACCESSIBILITE POUR TOUS & CONSEIL D ORIENTATION ENERGETIQUE Novembre 2009 Le patrimoine immobilier du CG34 695 000 m² de SHON 79 collèges et 282 bâtiments administratifs et techniques 2 Le contexte

Plus en détail

Labels. d efficacité. énergétique. HQE, BBC-Effinergie, Maison Passive, RT 2 005/2 012, QualiTEl

Labels. d efficacité. énergétique. HQE, BBC-Effinergie, Maison Passive, RT 2 005/2 012, QualiTEl P a s c a l e M a e s Labels d efficacité énergétique HQE, BBC-Effinergie, Maison Passive, RT 2 005/2 012, QualiTEl P a s c a l e M a e s Les certifications et labels appliqués au bâtiment et à l immobilier

Plus en détail

La Thermique et l Energétique du bâtiment. La Recherche&Développement dans le domaine de la rationalisation énergétique

La Thermique et l Energétique du bâtiment. La Recherche&Développement dans le domaine de la rationalisation énergétique . L optimisation énergétique au service de l environnement La Thermique et l Energétique du bâtiment. La Recherche&Développement dans le domaine de la rationalisation énergétique La Formation 1 Notre philosophie

Plus en détail

La gamme de régulateurs Sigmagyr RVP, votre alliée pour plus d économies d énergie

La gamme de régulateurs Sigmagyr RVP, votre alliée pour plus d économies d énergie Efficacité énergétique La gamme de régulateurs Sigmagyr RVP, votre alliée pour plus d économies d énergie Siemens, 35 ans d expérience dans la régulation des habitations individuelles. www.siemens.fr/cps

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 EDF Direction Commerce Origine

Plus en détail

Fiche n 2 : Chaudière à condensation + CESI Optimisé

Fiche n 2 : Chaudière à condensation + CESI Optimisé Fiche n : Chaudière à condensation + CESI Optimisé Fiche d intégration dans le logiciel RT 01 : Uwin de PERRENOUD /09/01 Version.0.1 du 17/09/01 La procédure suivante décrit la saisie et la prise en compte

Plus en détail

Selon les prescriptions de l article L du code de la construction et de l habitation, au moment du dépôt de permis de construire :

Selon les prescriptions de l article L du code de la construction et de l habitation, au moment du dépôt de permis de construire : RAPPORT Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique au dépôt de la demande de permis de construire et, pour les bâtiments de plus de 1000 m2, de la réalisation de l étude

Plus en détail

Référentiel «Energie-Carbone» pour les bâtiments neufs

Référentiel «Energie-Carbone» pour les bâtiments neufs MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT, DE l ENERGIE ET DE LA MER MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT DURABLE Référentiel «Energie-Carbone» pour les bâtiments neufs Niveaux de performance «Energie Carbone» pour

Plus en détail

Colloque DDT novembre Bruno Duplessis Centre Énergétique et Procédés - Mines ParisTech

Colloque DDT novembre Bruno Duplessis Centre Énergétique et Procédés - Mines ParisTech Colloque DDT 77 22 novembre 2012 Bruno Duplessis Centre Énergétique et Procédés - Mines ParisTech France = 0,9 % de la population mondiale Réserves fossiles : 23 Mtep soit 0,01 % des réserves mondiales

Plus en détail

FRARU. Atelier 4. Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments. Mulhouse - 24 juin Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE

FRARU. Atelier 4. Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments. Mulhouse - 24 juin Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE FRARU Atelier 4 Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments Mulhouse - 24 juin 2008 Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE 206, rue de Belleville 75020 PARIS 1980 22 juin 2008 Gaz de France

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 Votre Empreinte Carbone Energétique

Plus en détail

CHAUFFER LE SOLEIL AVEC. Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie Profitez des aides de l Agglo en neuf et rénovation

CHAUFFER LE SOLEIL AVEC. Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie Profitez des aides de l Agglo en neuf et rénovation SON EAU CHAUFFER ET SA MAISON AVEC LE SOLEIL Devenez producteur d énergie renouvelable Baissez vos factures d énergie Profitez des aides de l Agglo en neuf et rénovation 1/ Répartition des consommations

Plus en détail

ALEC du Pays de Rennes Maîtrise des consommations dans les commerces. Intervention CCI Rennes 1 er décembre 2014

ALEC du Pays de Rennes Maîtrise des consommations dans les commerces. Intervention CCI Rennes 1 er décembre 2014 ALEC du Pays de Rennes Maîtrise des consommations dans les commerces Intervention CCI Rennes 1 er décembre 2014 Sommaire L ALEC du Pays de Rennes Espace Info Energie du Pays de Rennes : la rénovation thermique

Plus en détail

AMÉNAGER AVEC LE CLIMAT POUR MAITRISER L'ÉNERGIE

AMÉNAGER AVEC LE CLIMAT POUR MAITRISER L'ÉNERGIE AMÉNAGER AVEC LE CLIMAT POUR MAITRISER L'ÉNERGIE pour un aménagement DURABLE Syndicat Départemental d'energie et d'equipement de la Vendée Avril I 2009 HABITAT ET CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Le contexte La

Plus en détail

Richard LOYEN ENERPLAN

Richard LOYEN ENERPLAN L EAU CHAUDE SOLAIRE POUR LES COPROPRIETES Richard LOYEN ENERPLAN Délégué Général ENERPLAN Association loi 1901 créée en 1983, + 250 membres L ensemble offre industrielle, technique et commerciale solaire

Plus en détail

Journée du Confort et de. l Eau Atelier 1 Labels et certifications

Journée du Confort et de. l Eau Atelier 1 Labels et certifications Journée du Confort et de l Eau 2012 Atelier 1 Labels et certifications Jean Pascal Roche (Adret) Qu est ce qu un label? Les labels, dans le neuf, sont définis par l arrêté de mai 2007; ils sont liés à

Plus en détail

LABEL BBCA LABEL BBCA PAR CERTIVEA MARS

LABEL BBCA LABEL BBCA PAR CERTIVEA MARS LABEL BBCA LABEL BBCA PAR CERTIVEA MARS 2016 1 Qui est Certivéa? Filiale du CSTB créée en 2006, Certivéa est dédiée à la certification des acteurs de l immobilier, des bâtiments non résidentiels et des

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Programme : Connaître son patrimoine : suivi des consommations,

Plus en détail

Les solutions éco-efficaces Hager. en réponse à la RT 2012

Les solutions éco-efficaces Hager. en réponse à la RT 2012 Les solutions éco-efficaces Hager en réponse à la RT 2012 Consommer mieux avec moins d énergie La réglementation RT2012 s articule autour de cinq usages énergétiques : chauffage, climatisation, production

Plus en détail

Conférence CEMATER. Contexte réglementation et financier

Conférence CEMATER. Contexte réglementation et financier Conférence CEMATER Les clefs du financement et du montage des opérations de rénovation énergétique des copropriétés Contexte réglementation et financier Catherine BONDUAU-FLAMENT Montpellier, le 15 octobre

Plus en détail

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 La RT2012 impose le recoure aux EnR en maison individuelle, le solaire est un des moyens de répondre à cette exigence pour

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

AVEC LE FONDS CHALEUR PASSEZ AU SOLAIRE THERMIQUE!

AVEC LE FONDS CHALEUR PASSEZ AU SOLAIRE THERMIQUE! AVEC LE FONDS CHALEUR PASSEZ AU SOLAIRE THERMIQUE! CFA ANTIBES 31 mars 2016 1 Pourquoi le Fonds Chaleur? Les engagements nationaux et européens suite à la COP 21 2050 : Facteur 4 / réduction par 4 des

Plus en détail

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel»

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» 26 octobre 2012 L association Énergies et Avenir Énergies

Plus en détail

PASSIVHAUS, MINERGIE, BREEAM, LEED, HQE, BIODIVERCITY, WELL BUILDING STANDARD, COMMENT S Y RETROUVER DANS LES LABELS ENERGETIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX?

PASSIVHAUS, MINERGIE, BREEAM, LEED, HQE, BIODIVERCITY, WELL BUILDING STANDARD, COMMENT S Y RETROUVER DANS LES LABELS ENERGETIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX? PASSIVHAUS, MINERGIE, BREEAM, LEED, HQE, BIODIVERCITY, WELL BUILDING STANDARD, COMMENT S Y RETROUVER DANS LES LABELS ENERGETIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX? Jean Carassus FRICS Professeur Ecole des Ponts ParisTech

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENT(S) DURABLE(S)

NOTICE DESCRIPTIVE DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENT(S) DURABLE(S) APPEL A PROJETS PERMANENT Documents à produire Les candidats constitueront un dossier comprenant : _ une copie du dossier de demande de permis de construire (la qualité du volet paysager sera déterminante)

Plus en détail

Labels. d efficacité. énergétique. HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rt 2005/2012, QualiTEl. Groupe Eyrolles, 2010, ISBN :

Labels. d efficacité. énergétique. HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rt 2005/2012, QualiTEl. Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : P a s c a l e M a e s Labels d efficacité énergétique HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rt 2005/2012, QualiTEl Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12644-0 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 3 1. Les

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Novembre 2016 CHAPPEE ET DE DIETRICH LANCENT «LE HUB EXPERTISE & SOLUTIONS» Chappée et De Dietrich, marques leaders sur le marché du génie climatique, lancent le hub expertise & solutions,

Plus en détail

LES DIAGNOSTICS ENERGETIQUES

LES DIAGNOSTICS ENERGETIQUES 1. Meuse Energies Nouvelles LES DIAGNOSTICS ENERGETIQUES DES BATIMENTS PUBLICS Assistance Technique du Conseil Général CG55 Diagnostics Hôtel du département énergétiques - des BP 514 bâtiments - Place

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Les critères de choix entre les différentes alternatives de production et de distribution ECS. Séminaire Bâtiment Durable

EAU CHAUDE SANITAIRE. Les critères de choix entre les différentes alternatives de production et de distribution ECS. Séminaire Bâtiment Durable Séminaire Bâtiment Durable EAU CHAUDE SANITAIRE 10 février 2017 Les critères de choix entre les différentes alternatives de production et de distribution ECS Thomas LECLERCQ Matriciel OBJECTIF(S) DE LA

Plus en détail

RAPPORT. «Se chauffer au bois dans le logement neuf performant» Association Abibois 4 bis allée du bâtiment 35000 RENNES.

RAPPORT. «Se chauffer au bois dans le logement neuf performant» Association Abibois 4 bis allée du bâtiment 35000 RENNES. RAPPORT «Se chauffer au bois dans le logement neuf performant» Association Abibois 4 bis allée du bâtiment 35000 RENNES 12, rue Jean-Marie David - 35740 Pacé Tél. : 02.22.51.24.30 contact@polenn.com Sarl

Plus en détail

L'énergie solaire thermique dans les opérations neuves chez un promoteur privé

L'énergie solaire thermique dans les opérations neuves chez un promoteur privé Eden Promotion / atmosphère L'énergie solaire thermique dans les opérations neuves chez un promoteur privé Florent Castets Ingénieur atmosphère Le groupe EDEN Recherche du meilleur rapport coût/performance

Plus en détail

L enquête «Performance de l Habitat, Equipements, Besoins et USages de l énergie» (PHEBUS)

L enquête «Performance de l Habitat, Equipements, Besoins et USages de l énergie» (PHEBUS) Commission Environnement et Développement Durable du CNIS du 12 avril 2012 (SOeS) L enquête «Performance de l Habitat, Equipements, Besoins et USages de l énergie» (PHEBUS) Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL

Plus en détail

milliards milliards milliard

milliards milliards milliard 2050 9 milliards 2000 6 milliards 1800 1 milliard Des solutions pour la planète Une O.N.G. sous statut associatif depuis 25 ans 23 personnes Notre mission Introduire le changement pour préserver les ressources

Plus en détail

Le Bâtiment à Energie Positive du Centre Hospitalier de NIORT 1 er Bâtiment de santé à Energie Positive en Poitou-Charentes

Le Bâtiment à Energie Positive du Centre Hospitalier de NIORT 1 er Bâtiment de santé à Energie Positive en Poitou-Charentes Le Bâtiment à Energie Positive du Centre Hospitalier de NIORT 1 er Bâtiment de santé à Energie Positive en Poitou-Charentes - Ce nouveau bâtiment est un hôpital de jour, composé de bureaux de consultations,

Plus en détail

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 2. d un immeuble à appartements. Bâtiment :.

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 2. d un immeuble à appartements. Bâtiment :. CARNET DE BORD Système de chauffage de type 2 d un immeuble à appartements Bâtiment :. CONTEXTE Le carnet de bord est la base documentaire de "référence" des systèmes de chauffage. La tenue d un carnet

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS Technicien principal territorial de 2 ème classe Examen professionnel de promotion interne Examen professionnel d avancement de grade

Plus en détail

87 rue de Bonnetable LE MANS

87 rue de Bonnetable LE MANS 87 rue de Bonnetable 72 000 LE MANS 02 43 82 14 14 kit-tradi-plus@wanadoo.fr LES ÉTAPES DE VOTRE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE PROPOSITION GLOBALE DE RÉNOVATION Réalisée par nos techniciens, elle vise à :. Améliorer

Plus en détail

RENOV COPRO. des ménages :

RENOV COPRO. des ménages : RENOV COPRO L énergie, un enjeu majeur pour notre territoire Un tiers des habitants dépensent aujourd hui plus de 10 % de leurs revenus pour leurs factures d énergie. Les prix de l énergie ont augmenté

Plus en détail

Les émissions de CO2 dans les projets de construction : comment mettre en place une stratégie carbone?

Les émissions de CO2 dans les projets de construction : comment mettre en place une stratégie carbone? Les émissions de CO2 dans les projets de construction : comment mettre en place une stratégie carbone? Sommaire I. Introduction. Cédric le Forestier (consultant sénior) / Utopies II. Les émissions de CO2

Plus en détail

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label MINERGIE en Suisse www.minergie.ch Aperçu général Qu est-ce que c est Minergie produits, histoire, resultats Les different standards

Plus en détail

Le Contrat de Performance Energétique de la Région Alsace Quels outils pour financer les objectifs «Grenelle» pour les bâtiments publics?

Le Contrat de Performance Energétique de la Région Alsace Quels outils pour financer les objectifs «Grenelle» pour les bâtiments publics? Le Contrat de Performance Energétique de la Région Alsace Quels outils pour financer les objectifs «Grenelle» pour les bâtiments publics? RÉGION ALSACE Direction de la Construction Arnaud CLEMENS 2 LA

Plus en détail

Le contentieux : Un outil efficace pour contrôler la pollution atmosphérique? Maître Carl ENCKELL Avocat Associé Cabinet ADAMAS

Le contentieux : Un outil efficace pour contrôler la pollution atmosphérique? Maître Carl ENCKELL Avocat Associé Cabinet ADAMAS Le contentieux : Un outil efficace pour contrôler la pollution atmosphérique? Maître Carl ENCKELL Avocat Associé Cabinet ADAMAS I. LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE ET LE SYSTÈME NORMATIF TRADITIONNEL DU DROIT

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-8 : UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-8 : UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-8 : BATIMENTS PUBLICS LIES A L ENSEIGNEMENT Version adoptée à la CE du 07/12/15

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

Le déploiement en France d'une première offre de micro-cogénérations sous la supervision d'un énergéticien

Le déploiement en France d'une première offre de micro-cogénérations sous la supervision d'un énergéticien Le déploiement en France d'une première offre de micro-cogénérations sous la supervision d'un énergéticien Charles-Emile HUBERT, Direction de la Recherche et de l Innovation Journées micro-cogénérations

Plus en détail

Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire

Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire EQUIPEMENTS DE CHAUFFAGE ET/OU DE PRODUCTION D EAU CHAUDE Chaudières à haute performance - Lorsque la puissance est

Plus en détail

La RT2005 en ventilation et en climatisation. Par Anne-Marie Bernard, Consultant, Uniclima

La RT2005 en ventilation et en climatisation. Par Anne-Marie Bernard, Consultant, Uniclima La RT2005 en ventilation et en climatisation Par Anne-Marie Bernard, Consultant, Uniclima RAPPELS SUR LA RT2005 Décret publication textes réglementaires prévue 1 er trimestre 2006? date d'application prévue

Plus en détail

Dispositif régional d aide à la rénovation énergétique des petites copropriétés : «Expérimentation AGIR et Rénover +»

Dispositif régional d aide à la rénovation énergétique des petites copropriétés : «Expérimentation AGIR et Rénover +» Service de l Energie, du Climat et de l Air (SECA) & Service Habitat Foncier Urbanisme (SHFU) Dispositif régional d aide à la rénovation énergétique des petites copropriétés : «Expérimentation AGIR et

Plus en détail

EMBRUN : Un dispositif innovant de pilotage de chauffage électrique à distance inauguré par EDF et l'oph

EMBRUN : Un dispositif innovant de pilotage de chauffage électrique à distance inauguré par EDF et l'oph EMBRUN : Un dispositif innovant de pilotage de chauffage électrique à distance inauguré par EDF et l'oph EMBRUN : EDF et l Office Public de l Habitat des Hautes-Alpes en Provence Alpes Côte d Azur (OPH

Plus en détail

Référentiel «Haute Performance Energétique»

Référentiel «Haute Performance Energétique» 1 Référentiel «Haute Performance Energétique» (HPE 2005, HPE EnR 2005, THPE 2005, THPE EnR 2005, BBC Effinergie) Applicable aux opérations de construction faisant l objet des certifications NF Logement

Plus en détail

Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016

Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016 Applications avec les accumulateurs thermiques et technologies pour aider à réduire la consommation de combustibles fossiles Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire

Plus en détail

État de la réglementation sur la chaleur fatale

État de la réglementation sur la chaleur fatale État de la réglementation sur la chaleur fatale Sophie Dehayes Direction Générale de l énergie et du climat Ministère de l environnement, de l énergie et de la mer Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail