Séminaire sur le bâtiment durale en Haute- Normandie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séminaire sur le bâtiment durale en Haute- Normandie"

Transcription

1 Séminaire sur le bâtiment durale en Haute- Synthèse de l étude prospective sur les besoins d adaptation structurelle de la filière du bâtiment à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement à l Horizon 2020 en Haute- Mardi 15 septembre 2009

2 Contexte et objectifs Contexte et objectifs de l étude Point national - évolution de la filière du bâtiment & exemples d initiatives phare Portrait régional - forces & faiblesses & opportunités sur le plan économique Enjeux & pistes d actions structurantes 15/06/2009 2

3 Contexte Contexte et objectifs Le pôle QE-BTP a engagé une réflexion sur les besoins d évolution de sa filière du bâtiment en vue des objectifs fixés par le Grenelle de l Environnement. Sur le plan national Le Grenelle de l Environnement fixe des objectifs ambitieux, d amélioration de la performance énergétique des constructions neuves et des bâtiments existants, notamment la généralisation de la production de bâtiments basse consommation en 2012 et les bâtiments à énergie positive à l'horizon Le plan de relance de l économie a pour ambition d agir comme levier permettant d atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l Environnement. Sur le plan régional L année 2008 a vu la naissance du pôle QE BTP, visant à rassembler tous les acteurs de la filière du bâtiment pour développer une offre environnementale globale, cohérente et efficace. Ensemble, l ADEME, la CAPEB, la FFB, la FRTP, la DREAL, le conseil régional, les conseils Généraux de Seine-Maritime et de l Eure ont exprimé le besoin d analyser dans quelle mesure les ambitions du Grenelle de l Environnement pourront être concrétisées en Haute-. Ainsi, il a été proposé d effectuer une étude permettant de mieux connaître qualitativement le tissu économique régional, à la fois dans sa structure et son positionnement, ainsi que son évolution, notamment en matière de formation, d'innovation et d'investissement des champs de la qualité environnementale et de la haute performance énergétique. 15/06/2009 3

4 Objectifs Contexte et objectifs Notre objectif est donc d élaborer un état des lieux des conséquences du Grenelle de l Environnement et des évolutions à atteindre pour les professionnels de la région. Enjeu Mener une réflexion globale sur l appareil de production du secteur du bâtiment pour identifier les pistes d actions locales permettant l amélioration des performances énergétiques des bâtiments : Sensibiliser, informer, et dialoguer avec les acteurs locaux de la construction Aider à la programmation des formations et des actions d'information Aider à la définition de nouvelles offres de service. L objectif d ALCIMED : Réaliser un état des lieux fin des conséquences du Grenelle de l Environnement et des évolutions à atteindre sur l ensemble du secteur de la construction, Elaborer une cartographie du positionnement actuel et projeté des professionnels de la construction en Haute-, Impliquer fortement dans la démarche les professionnels régionaux, Proposer des pistes d actions à mettre en oeuvre à l échelle régionale. 15/06/2009 4

5 Point national Contexte et objectifs de l étude Point national - évolution de la filière du bâtiment & exemples d initiatives phare Portrait régional - forces & faiblesses & opportunités sur le plan économique Enjeux & pistes d actions structurantes 15/06/2009 5

6 Une accélération nette des référentiels de performance Point national Les objectifs quantitatifs fixés par le Grenelle sont des objectifs de RESULTATS impliquant une remise en question rapide des pratiques actuelles fondée sur des engagements de moyens. Le Grenelle est basé sur l évolution des réglementations, l exemplarité des bâtiments publics, la mise en place d incitations financières et d accompagnements en vue de la généralisation des bâtiments à énergie neutre ou positive La performance énergétique des bâtiments n a cessé d évoluer, mais le Grenelle accélère l amélioration des constructions (amélioration x2 entre RT 1982 et 2005 ; x3 en 7 ans entre RT 2005 et 2012). Energie positive Objectif «Facteur 4» + BEPOS * : 2020 Consommateur d énergie BBC Amélioration X3 en 7 ans Amélioration X2 en 23 ans Un secteur qui évolue donc fortement sous l égide du Grenelle, de nombreux labels, systèmes de qualification et certifications voyant le jour depuis quelques années ; une évolution de projet bouleversé. 15/06/2009 6

7 Des métiers qui se transforment Point national Le profil des métiers évolue, tant pour la construction neuve que pour la rénovation, les modifications étant de nature comportementale. Des évolutions significatives concernant la conduite des projets de construction et de rénovation : Pour la maîtrise de nouveaux systèmes constructifs autour de nouvelles normes et règlements. Pour l adaptation aux nouvelles techniques et/ou technologies et l accès à de nouveaux modes de faire. Pour la mise en œuvre de contrats de performance énergétique permettant de garantir la réalisation des économies affichées. Groupes de métiers Conception / Programmation Enveloppe Equipements Fournisseurs de matériaux & d énergie Métiers concernés Architectes, BET, MOE Maçons, Couvreurs, Charpentiers, Menuisiers, Plaquistes, Peintres Chauffagistes, Plombiers, Electriciens, Génie climatique Fournisseurs, fabricants industriels, fabricants artisanaux 15/06/2009 7

8 Conception / programmation (1/2) Point national Une évolution majeure de l amont des projets, la planification passant d un modèle séquentiel à un modèle intégré caractérisé par les très nombreux échanges Modèle traditionnel / séquentiel Modèle souhaitable / intégrée Acteurs Responsabilités Acteurs Responsabilités Cabinets d architectes ou MOE BET Entreprise A Entreprise B Esthétique et fonctionnel Stabilité et sécurité Enveloppe Finition Cabinets d architectes ou MOE BET Entreprise A Entreprise B Planification intégrée Bâtiment à faible impact environnemental & performant sur le plan énergétique Des échanges à concevoir par l organisation de réseaux locaux et dans le cadre d une approche globale bâtiment/système/exploitation. Les experts insistent sur l implication de l architecte du point de vue de la programmation et de la coordination, en particulier pour la construction neuve. 15/06/2009 8

9 Conception / programmation (2/2) Point national qui reposera sur plusieurs types de métiers, le diagnostic technique amont pour les particuliers et le commissionnement pour les chantiers publics et ceux de large ampleur. En rénovation : une fonction à renforcer pour les chantiers de particuliers, celle du diagnostic et/ou d assistance à maîtrise d ouvrage spécialisée HQE et une fonction à créer véritablement : celle du commissionnement pour le suivi qualité de chantiers de taille importante, notamment dans le cadre des commandes publiques. Le commissionnement veille à l ensemble bâtiment/système/exploitation. Il vise à définir les procédures, réaliser les essais, vérifier et contrôler les équipements et systèmes, vérifier les performances, former les personnels d exploitation et de maintenance, audit de l exploitation, En d autres termes, il vise à matérialiser les gains potentiels puis à en contrôler la performance énergétique, une fois le chantier achevé. Une implication de l architecte clé sur le plan de la programmation : un rôle de tête de réseau, un positionnement à changer. 15/06/2009 9

10 Enveloppe (1/2) Point national L isolation, la couverture et les finitions sont clés pour une suppression totale des ponts thermiques et l étanchéité à l air. Evolutions à échéance 2012 Evolutions à échéance 2020 Déperditions thermiques d une maison non-isolée Isolation thermique intérieure Isolation thermique extérieure Couverture et finitions Suppression totale des ponts thermiques Maîtrise de l étanchéité à l air Maîtrise des techniques de pose Utilisation de nouveaux matériaux, notamment d origine renouvelable Toitures végétalisées Photovoltaïque Systèmes de collecte des eaux de pluie 15/06/

11 Enveloppe (2/2) Point national... nécessitant une évolution forte des modes de faire autour d offres globales ainsi qu une meilleure maîtrise des techniques de pose. La maîtrise des postes suivants est nécessaire à horizon 2012 : L isolation par l extérieur par le plus grand nombre d entreprises, notamment en rénovation ; De même pour l isolation par l intérieur, ou répartie, des constructions neuves ; L isolation des combles à généraliser de manière prioritaire, comme pour les finitions (planchers, fenêtres et protections solaires) où l utilisation de matériaux préfabriqués constituent une évolution technique forte. Un passage obligé à anticiper pour 2020 : le regroupement d entreprises capables de coordonner leurs actions pour combiner une enveloppe performante avec des équipements producteurs d énergies renouvelables. Les entreprises doivent apprendre à travailler en réseau afin de fournir des solutions efficaces qui dynamiseront le marché. autour de la promotion de bouquets de travaux énergétiquement performants ce qui passera par une industrialisation et professionnalisation de la filière des artisans et des installateurs. 15/06/

12 Equipements et services (1/2) Point national Trois catégories d équipements sont en phase d évolution rapide, l essor des équipements de ventilation puis des systèmes à base d EnR étant clés à l échéance Échéance d utilisation 2012 Ventilation Indispensable à l hygiène et au confort des bâtiments bien isolés ; source majeure de déperdition thermique si non maîtrisée. Un nouveau standard : la VMC double flux permettant de récupérer les calories de l air extrait. Systèmes d EnR et de chauffage performants Un passage obligé à l horizon du bâtiment BEPOS : la génération d énergies renouvelables à l échelle de chaque construction. Un enjeu prioritaire : l amélioration de la performance des chaudières à bois existantes, ainsi que l intégration de solutions plus performantes (chaudières gaz à condensation, chaudières bois à haut rendement, pompes à chaleur air/eau et eau/eau, micro-cogénération bois, gaz) Domotique et accompagnement de l utilisateur Les systèmes gérant le confort intérieur de manière automatisée ou à distance constituent à l horizon 2020 une évolution souhaitable pour les maison individuelles, mais obligatoire pour les logements collectifs et tertiaires. La gestion active de la performance énergétique pour que l amélioration de l efficacité énergétique soit vérifiable et mesurable ou encore estimable dans les cas où un comptage n est pas adapté ; une nouvelle offre de service à développer. 15/06/

13 Equipements et services (2/2) Point national Ils engendrent de nouvelles offres / marchés d installation d équipements, de fourniture de matériaux et de gestion active de la performance énergétique. Installateurs d équipements performants (de ventilation et de chauffage) Evolution des modes de faire : être force de proposition de travaux, prendre la responsabilité de leur coordination, rôle de prestataire de services capable d assurer la performance optimale des équipements dans le temps Nouvelles offres / marchés de services pour le collectif et le tertiaire avec l apparition de contrats de maintenance ou d engagements sur le niveau de confort Fournisseurs de matériaux Evolution des modes de faire : rôle de transmission de la performance de nouveaux matériaux et équipements et de l offre globale Nouvelles offres / marchés de services : évolution du métier de fournisseur à celui garantissant un service ; pour l énergie, évolution vers un métier d énergéticiens Gestion active de la performance énergétique Evolution des modes de faire : l'enjeu réside dans la promotion des solutions et des services de gestion active des équipements, notamment des contrats de performance énergétique avec des objectifs quantifiés de réduction de la consommation finale d'énergie et de suivi/contrôle Nouvelles offres / marchés de services : offres multi-fluides avec un degré d automatisation fort, au moins sur l eau, le gaz et l électricité 15/06/

14 Régions pilotes Point national Quelques régions françaises se distinguent de par leurs initiatives, notamment PACA et la Région Alsace. PACA Doté d outils propres tenant compte des spécificités locales/régionales, telles que le centre de ressources ENVIROBAT MEDITERRANEE. Elaboration d une charte régionale aboutissant au label «Bâtiment Durable Méditerranéen» (BDM) «simple et exigeant. Le pôle à l initiative de ce label fournit une aide technique à la conception, la réalisation et l auto-évaluation et permet d obtenir des financements régionaux. ALSACE Mise en place du programme ENERGIVIE traitant de l efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Dans ce cadre, mise à disposition d accompagnateurs de projet depuis 2000 : déployés sur le terrain, il accompagnent les professionnels dans les filières bois-énergie, photovoltaïque et guident les maîtres d ouvrage collectifs. Parallèlement, mise en place d actions de formation, de communication et réalisation d études prospectibes. 15/06/

15 Portrait régional Contexte et objectifs de l étude Point national - évolution de la filière du bâtiment & exemples d initiatives phare Portrait régional - forces & faiblesses & opportunités sur le plan économique Enjeux & pistes d actions structurantes 15/06/

16 Dynamique régionale Contexte et objectifs de l étude Point national - évolution de la filière du bâtiment & exemples d initiatives phare Dynamique régionale actuelle Portrait régional - forces & faiblesses & opportunités sur le plan économique Réceptivité / positionnement des acteurs régionaux Opportunités économiques : chiffrage prospectif Enjeux & pistes d actions structurantes 15/06/

17 Poids économique du bâtiment en HN Dynamique régionale Chiffres clés Le bâtiment représente 8% du PIB régional avec près de 4Md de CA, 17% des créations d entreprises et 6,5% des salariés de la région, dont un tiers par des TPE qui représentent 90% des entreprises du bâtiment. Le secteur du bâtiment représente une part importante du PIB régional, le CA généré par les entreprises du bâtiment étant de 3,95Md en 2007, soit environ 8% du PIB régional. Ce marché est en évolution positive forte depuis quelques années, de + 7 à 8% de croissance annuelle environ, l année 2007 ayant été une année exceptionnelle. Il contribue significativement à la dynamique de créations d entreprises dans la région, avec créations d entreprises en 2007, soit 17% des entreprises créées. Emplois et typologie d entreprises Part du bâtiment dans le bassin d emplois régional salariés, soit environ 6,5% des emplois Part du bâtiment dans le tissu des entreprises régionales Typologie des entreprises établissements, soit 9,3% du nombre total des établissements régionaux (et 2,5% des entreprises nationales du bâtiment) Une grande majorité (90%) de TPE employant le tiers des salariés : 50% des entreprises ont entre 1 à 9 salariés 40% des établissements sont des artisans travaillant seuls 15/06/

18 Evolution actuelle du bâtiment en HN Dynamique régionale Le situation actuelle de crise affecte la construction neuve et présente surtout le risque de limiter la demande en logements performants. La construction neuve en baisse depuis en 2008, l exceptionnalité de l année 2007 l explicitant en grande partie : le marché se stabilise, la crise actuelle le ramenant à son niveau de Dégradation nette du nombre de construction neuve en Haute- : - 42% en 2008 vs. 2007, la plus forte baisse en France. Au niveau national, cette baisse est de -18% et semble davantage impacter les logements collectifs (- 21 %) que les logements individuels (- 15 %). Le CERHN évalue le marché 2000 proche de 3,75Mds soit un marché légèrement supérieur à celui de 2006 de 3,657Mds. Le marché des maisons individuelles baisse également en volume, le risque étant par ailleurs de favoriser les constructions d entrée de gamme. Au niveau national, on constate une baisse de 36% des ventes de maisons individuelles en janvier 2009 vs. janvier 2008 et de 12% des ventes en janvier 2009 vs. décembre /06/

19 Niveaux actuels de performance Dynamique régionale La majorité des constructions neuves est encore de faible exigence, la Haute- se situant dans une phase d amorçage, d où un retard. Un niveau d exigence encore faible Le niveau de performance de construction de maisons individuelles est majoritairement de RT2005 malgré une demande croissance pour des niveaux plus élevés. Pour les logements collectifs et le tertiaire, les MOA publics se distinguent du secteur privé en commandant des bâtiments plus performants ou de meilleur QE. Sur les 330 opérations certifiées NF bâtiment tertiaire démarche HQE au niveau national, 12 sont en HN (soit 3,6%), dont 10 pour le CG76 pour des collèges et les deux autres par des entreprises. Mais une dynamique Les candidatures au PREBAT 2009 montrent une tendance au BBC avec 84 projets déposés par les particuliers et les pouvoirs publics 60 de construction et 24 de rénovation, soit des propositions concernant 784 logements et m2 de bâtiment non résidentiel. Projets de maisons individuelles groupées (116 logements) Bâtiments communaux ( m 2 ) Bâtiments tertiaires ( m 2 ) Typologie des projets candidats 14% 18% 10% 26% 32% Maisons individuelles Projets de logements collectifs (641 logements) 15/06/

20 Opérations à venir Dynamique régionale Notons que la déclinaison régionale de l ANRU devrait avoir un effet de levier important sur la construction et la rénovation de logements. Objectif : 14 quartiers en chantiers dans la région (dont 9 en Seine-Maritime) Budget : 1,6Mds Projets ANRU Etat d avancement : 27% des constructions et 56% des travaux rénovations sont complétés Reste à entreprendre : logements à construire et logements à rénover Electricité Plan de relance de l Economie de l Etat Rénovation des bâtiments appartenant à l Etat, 5,7M de travaux de performance énergétique étant prévus en Haute- Menuiserie & Métallerie 8% 18% 18% 59% Chauffage Types d intervention prévus sur les bâtiments d Etat : Couverture Total = 5,7M 15/06/

21 Niveau de sensibilisation et labellisation des entreprises (1/2) Dynamique régionale Le niveau de sensibilisation des entreprises confirme cette position : la HN légèrement en deçà de la moyenne nationale, les derniers mois montrant néanmoins une dynamique forte des inscriptions. Prioritaire Corps de métiers Part des entreprises sensibilisées 1 Typologie des entreprises par corps de métier 2 Total entreprises régionales 2 Plomberie chauffage 6,5% Couverture 3,4% Electriciens & génie climatique Charpentrie Menuiserie 3,3% 2,2% Gros Oeuvre 1,9% Peinture Aménagement 1,6% Serrurie Métallerie 1,1% TOTAL et LEGENDE TOTAL : 218 MOYENNE : ~ 2.7% Sans salariés 1 à 10 salariés NIVEAU NATIONAL TOTAL 3 : ~ MOYENNE : ~ 3.1% 11 à 49 salariés Plus de 50 salariés /06/

22 Niveau de sensibilisation et labellisation des entreprises (2/2) Dynamique régionale De même, le nombre d entreprises labellisées confirme que la Haute- se situe dans une moyenne nationale. Installations Nombre d installateurs agrées en HN Part des installeurs HN au niveau national Qualisol Solaire thermique 236 1,7% QualiPV Photovoltaïque 59 1,7% QualiBois Chaudières bois énergie 52 2,9% QualiBois Pompes à Chaleur (en période probatoire) 3,3% Avec ses entreprises du bâtiment, les entreprises du bâtiment régionales représentent 2,5% des entreprises du bâtiment au niveau national. Le niveau de labellisation des entreprises à l installation d ENR est donc conforme à la place des entreprises de HN au niveau national, il convient juste de conserver une dynamique dans ces labellisations. Notons que la part des installateurs Qualibois et QualiPV de HN vis-à-vis du national a légèrement baissé dans les derniers mois, indiquant que le nombre d installateurs agréés dans la région croît moins vite que le nombre d installateurs au niveau national. 15/06/

23 Niveau d installation des ENR Dynamique régionale Les installations d équipements ENR prioritaires sont en deçà des objectifs, malgré une dynamique, notamment sur le collectif et tertiaire. Equipements ENR installés Bois individuel Bois collectif Solaire thermique (individuel) Nombre d installations ENR en HN logements tep/an 200 logements Dynamique régionale +66% (2008 vs. 2007) +35% (2009 vs. 2007) -27% (2008 vs. 2007) Objectifs d installations Surface installée / prévue de capteurs solaire thermique (logements collectifs et tertiaire) (m 2 ) Puissance de chaudières bois (logements collectifs et tertiaires) (kw) ~ ND /06/

24 Réceptivité / positionnement Contexte et objectifs de l étude Point national - évolution de la filière du bâtiment & exemples d initiatives phare Dynamique régionale actuelle Portrait régional - forces & faiblesses & opportunités sur le plan économique Réceptivité / positionnement des acteurs régionaux Opportunités économiques : chiffrage prospectif Enjeux & pistes d actions structurantes 15/06/

25 Réceptivité Réceptivité / positionnement Un tissu encore peu enclin à concrétiser les évolutions en pratiques, malgré un rôle moteur des fédérations. Des entreprises sensibles au besoin d évolution, notamment au regard du rôle moteur de sensibilisation des fédérations professionnelles, néanmoins sans remise en cause fondamentale de leurs pratiques et modes de faire De nombreuses entreprises qui manquent de compréhension sur ce qu elles doivent faire pour changer ou qui souhaitent repousser au maximum l échéance du changement, en comptant sur les initiatives d autres entreprises ou corps de métiers Une grande partie des petites entreprises de la construction de maisons individuelles encore très accrochés à leur méthodes «traditionnelles», certains n étant pas au courant des évolutions en cours. Le changement concret ne semble pas encore affecter le tissu des TPE et de PME de la région, le manque de temps et de moyens en étant notamment responsable même si le tissu est tiré par quelques TPE récemment créées au positionnement original et avec comme objectif de se différentier des entreprises aux offres conventionnelles Des acteurs de plus grande taille plus avancés dans leur réflexion que les TPE/PME, mais pas encore au stade d une mise en œuvre performante. Un tissu en phase d adoption précoce 15/06/

26 Freins rencontrés (1/4) Réceptivité / positionnement Plusieurs freins ont ainsi été identifiés et ont servi de socle pour la suite de l étude et l identification d actions prioritaires. Un manque d opportunités concrètes de réalisations BBC et de projets démonstratifs visibles ; une formation qui évolue lentement et qui soufre du manque de réalisations BBC. Un tissu peu sensibilisé, y compris les MOA qui manquent de compétences techniques. Pas de réseau ni d offre globale ou interprofessionnelle structurée ; pas de leadership. Un offre régionale de diagnostic / audits thermiques avant travaux non développée. Pas de visibilité des «sachants» et de leurs réalisations ; un manque d exemplarité. Une pléthore de sources d informations non qualifiées et émanant de multiples sources ; pas de lieux d échanges. 15/06/

27 Freins rencontrés (2/4) Réceptivité / positionnement Le manque de réalisation D où une faible prise de conscience de l importance de l offre globale. Les chantiers sont les outils essentiels pour sensibiliser concrètement les professionnels aux nouveaux modes de faire et pour démystifier les opérations de rénovation énergétique L absence de réalisations BBC n incite pas à une prise de conscience de l importance d une mise en réseau inter-métiers. D où une évolution freinée du tissu de formations et un risque de décalage entre les contenus et la réalité des chantiers, beaucoup ayant évoqué la nécessité d associer les stages à des projets réels, voire dans le cadre d opérations de démonstration BBC. Une MOA pas suffisamment motrice Une majorité des marchés restant conventionnels du fait d une MOA qui manque d outils de management performantiels et de repères pour la conception des cahiers des charges et l évaluation des offres. Des moyens financiers et de temps alloués aux entreprises, notamment aux MOE, rarement en adéquation avec les objectifs fixés. Etant donné le manque d importance octroyé aux critères de performance, il peut être risqué pour une entreprise de proposer une solution allant au-delà des objectifs de performance fixés par le MOA. Une majorité des acquéreurs de logements neufs disant ne pas être prêts à payer un surcoût pour un logement de plus haute QE, notamment en raison du décalage entre le versement des aides fiscales et le paiement des particuliers. 15/06/

28 Freins rencontrés (3/4) Réceptivité / positionnement Des têtes de réseaux non identifiées alors qu il est indispensable que les chefs d entreprises, MOE et directeurs d établissements moteurs stimulent le changement. Un manque de leadership Une nécessité pour que les chefs d entreprises et les MOE jouent un rôle clé au sein de leurs sociétés, sur les chantiers et dans le cadre de réseaux d entreprises Une nécessité que les directeurs d établissements scolaires et de centres de formation initient une dynamique. Des architectes et artisans sensibilisés qui soulignent le manque d offre indépendante de conseil avant travaux, le financement de cette activité restant par ailleurs problématique. Un manque de conseils avant travaux De nombreuses constructions ne se préoccupant pas de la démarche bioclimatique et le peu d acteurs proposant des services de conseils spécialisés n étant pas valorisés. Une activité de conseiller en rénovation indépendant de la réalisation quasi-inexistante, ce qui pourrait nuire à l efficacité des travaux financés par l éco PTZ. 15/06/

29 Freins rencontrés (4/4) Réceptivité / positionnement Pas de visibilité des réalisations Des acteurs de la QE qui sont souvent des TPE sans visibilité, alors qu elles se distinguent par la qualité de leur travail. D où la nécessité que soient suivies et évaluées les pratiques sur les chantiers et la performance énergétique des réalisations afin de labelliser les entreprises performantes. Une difficulté d accès à l information qualifiée Une multitude d informations de qualité hétérogène, les acteurs étant inondés d informations non qualifiées, parfois même contradictoires et peinant à suivre les évolutions, particulièrement les artisans. Un risque d amener à des mises en œuvre de mauvaise qualité et à de mauvais résultats, comme c est parfois le cas d équipements et de matériaux peu performants ou installés dans de mauvaises conditions, nuisant à l image de la filière. Un manque de plateforme participative et de retours d expérience sur des techniques et formations. 15/06/

30 Réceptivité / positionnement Contexte et objectifs de l étude Point national - évolution de la filière du bâtiment & exemples d initiatives phare Dynamique régionale actuelle Portrait régional - forces & faiblesses & opportunités sur le plan économique Réceptivité / positionnement des acteurs régionaux Opportunités économiques : chiffrage prospectif Enjeux & pistes d actions structurantes 15/06/

31 Précision méthodologique Chiffrage prospectif Les marchés régionaux prospectifs de la construction ET de la rénovation ont été chiffrés à partir des données régionales disponibles, à l exception du marché de la rénovation de bâtiments non résidentiels. Approche méthodologique ALCIMED a évalué un marché théorique annuel lissé de manière linéaire pour quatre marchés : Rénovation du parc résidentiel(logements) Rénovation du parc non résidentiel Construction du parc résidentiel (logements) Construction du parc non résidentiel Le chiffrage de marché est fondée sur des données régionales dans la mesure du possible : Pour l estimation des marchés de la construction et la rénovation thermique de logements Pour le marché de la construction du bâtiment non-résidentiel. Néanmoins et en l absence de données régionales concernant la rénovation du parc non-résidentiel, seule nous avons dû partir des données nationales. Des excédents générés par le Grenelle très importants, pourvoyeurs d emplois et de richesses 15/06/

32 Rénovation (1/2) Chiffrage prospectif Pour la rénovation, c est l excédent du marché lié aux opérations de rénovation thermique qui a été évalué pour estimer le marché annuel moyen global d entretien/rénovation sur Excédent annuel en travaux de rénovation thermique induits par le Grenelle + Marché annuel moyen sur Marché annuel moyen sur Le Grenelle de l Environnement fixe des objectifs ambitieux de rénovations thermiques approfondies des bâtiments, qui n existaient jusqu à présent pas. Il convient donc de quantifier ce nouveau marché de la rénovation thermique qui viendra s ajouter au marché existant de l entretien rénovation Le marché de la rénovation est dès aujourd'hui en évolution en conséquence du Grenelle. Des incitations fiscales et des formations destinées aux entreprises sont déjà en place, il convient donc d estimer le marché de l entretien rénovation sur la période L augmentation du marché annuel moyen entre la période et la période peut ainsi être estimée 15/06/

33 Rénovation (2/2) Chiffrage prospectif Ainsi, le marché de l entretien rénovation annuel sur la période est évalué à 2,7 Md, soit 760M de plus que l entretien-rénovation annuel moyen sur Résidentiel Non-résidentiel TOTAL Marché moyen de l entretien rénovation s ur Excédent annuel en travaux de rénovation thermique induits par le Grenelle M 1 020M M ~400 M + ~360M ~760M Marché régional annuel moyen de l entretien rénovation sur ~1 300 M ~1 400 M ~2 700 M soit soit soit soit Croissance du marché annuel moyen de l entretien vs ~ 45% ~ +35% ~ +40% 15/06/

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Efficacité énergétique : les emplois de demain. ÉTUDE PROSPECTIVE SUR LES BESOINS EN COMPéTENCES et formations DANS LE DOMAINE

Efficacité énergétique : les emplois de demain. ÉTUDE PROSPECTIVE SUR LES BESOINS EN COMPéTENCES et formations DANS LE DOMAINE LA FRANCHE-COMTÉ, UNE RÉGION GRANDE PAR SES TALENTS Mobiliser et accompagner les acteurs du bâtiment www.pole-energie-franche-comte.fr Efficacité énergétique : les emplois de demain ÉTUDE PROSPECTIVE SUR

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL Ceelium 2014 CONFIDENTIEL Formation ARC 6 mai 2014 Copropriétés Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie Intervenant : Jérémy LAUER-STUMM, responsable marketing,

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

!"#$%& % ' ( ) * ( " ) ( +, ) -" - $)+ ) ). ) /"& ) 1

!#$%& % ' ( ) * (  ) ( +, ) - - $)+ ) ). ) /& ) 1 !"#$%& '( ) * ( ")( +, ) -"$)+). /"&) 1 "$)+) Mission : mise en œuvre de la politique environnementale et recherche Champs : Energie et climat, Air et bruit, Déchets et sols, Consommation et production

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012 Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation Octobre 2012 Messages clés Ciblage et diagnostic Incitations, aides, financement Organisation des filières Maîtrise

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME udition DEME au Conseil d Orientation pour l Emploi 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l DEME Plan de la présentation Connaître et préparer l évolution des

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE

L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE L ISOLATION EN POLYSTYRÈNE EXPANSÉ DANS LE BÂTIMENT UNE FILIÈRE ACTIVE POUR UNE ISOLATION DURABLE Association française de l isolation en polystyrène expansé dans le bâtiment dossier de presse - 2014 L

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Bâtiment TECHNOLOGIES CLÉS

Bâtiment TECHNOLOGIES CLÉS Bâtiment 232 Bâtiment 70. Systèmes d enveloppe du bâtiment 71. Systèmes constructifs 72. Matériaux biosourcés, composites et recyclés 73. Maquette numérique 74. Comptage intelligent 75. Technologies d

Plus en détail

COMITE DU MASSIF DES ALPES

COMITE DU MASSIF DES ALPES COMITE DU MASSIF DES ALPES Efficacité énergétique et promotion des énergies renouvelables Sous-axe II.3 du Programme Opérationnel Interrégional de massif des Alpes Appel à projets / Volet bâtiments 1.

Plus en détail

logements rénovés par an d ici à 2017, selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement durable

logements rénovés par an d ici à 2017, selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement durable N 70 - Novembre 2013 Repères C est le moment d agir 07 > 500000 logements rénovés par an d ici à 2017 selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES FORMATIONS 100% PRO TOUTE L ANNÉE. TROUVEZ VOTRE FORMATION QUALIFIANTE. -10% SUR CERTAINES FORMATIONS DU CATALOGUE. î à Cher client, Le

Plus en détail

Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI

Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI Sommaire 1. ANALYSE DES RECHERCHES... 2 2. RECOMMANDATIONS...11 2.1. ELEMENTS DETERMINANTS...11 2.2. SELECTION DE MOTS CLES...11 Page 2 sur

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment Les signes de qualité entreprises du bâtiment Partie 1 : Les Qualifications, les Appellations Les signes de reconnaissance de la qualité acteurs sont repères (marques de certification, de, appellations,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009)

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Marché de l entretien-amélioration des bâtiments en 2007 Commissariat général au développement durable - Service

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Reconnu Garant de l Environnement 2014

Reconnu Garant de l Environnement 2014 Reconnu Garant de l Environnement 2014 Chambre de Métiers et de l'artisanat du Cher Régis Mautré 40 rue Moyenne BP249 18005 BOURGES CEDEX Tél : 02.48.69.70.78 Fax : 02.48.69.70.69 Mail : r.mautre@cm-bourges.fr

Plus en détail

Etude du marché de la fenêtre en France

Etude du marché de la fenêtre en France Etude du marché de la fenêtre en France Les études Les chiffres clés du marché» - Edition : Décembre 2014 - Un marché tendu Malgré des incitations gouvernementales en faveur des travaux de rénovation énergétique,

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

Mars 2011 LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010. Diagnostic sectoriel. Diagnostic. à l accès à l emploi

Mars 2011 LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010. Diagnostic sectoriel. Diagnostic. à l accès à l emploi Diagnostic Mars 2011 Diagnostic sectoriel LE BTP DANS LE SUD ALSACE EN 2010 RÉDUIRE les freins culturels et sociaux à l accès à l emploi ACCUEILLIR et accompagner des personnes à la recherche d un emploi

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

Je découvre. La Réglementation Thermique (RT) Règlementation thermique des bâtiments existants RT existant

Je découvre. La Réglementation Thermique (RT) Règlementation thermique des bâtiments existants RT existant La Réglementation Thermique (RT) De quoi s agit-il? La réglementation thermique définit les niveaux obligatoires de performance énergétique à atteindre pour la globalité d un bâtiment, en termes de consommations

Plus en détail

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION

RÉUNION D INFORMATION RÉUNION D INFORMATION LES CERTIFICATS D'ECONOMIE D'ENERGIE : UNE AIDE POUR FAIRE BAISSER LES COÛTS DES PROJETS DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE 25 septembre 2012 Financement de travaux d économies d énergie par

Plus en détail

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013 Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013 REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr

livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr www.hdgdev.com 1 PROVAIR POUR EN SAVOIR PLUS! CODEVair : Livret d éd épargne monétaire rémunr munéré. Fonctionnement identique à celui d un d livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr munération indexé

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Jean-Michel Desoutter 18 juin 2014 Les prestations connexes au contrôle technique

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures

Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures Le marché de l isolation thermique des murs et des toitures Les études Les chiffres clés du marché» - Edition Juillet 2014 - Un marché morose Impacté par les tensions sur les indicateurs économiques et

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr MAISON www.c-3-p.fr VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) MAISON Construire avec C3P MAISON c est choisir la tranquillité et un interlocuteur unique pour mener à bien

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

La rénovation énergétique du parc social

La rénovation énergétique du parc social La rénovation énergétique du parc social Vers la transition énergétique La coopération entre les acteurs du logement et la DDT 1 Des objectifs renforcés du Grenelle de l environnement et de la stratégie

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

IV- La formation sur le territoire de la MDEF

IV- La formation sur le territoire de la MDEF IV- La formation sur le territoire de la MDEF IV- La formation sur le territoire de la A- L offre de formations initiales BTP IV- La formation sur le territoire de la A- L offre de formations initiales

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

Guide technique 10 e arrêté

Guide technique 10 e arrêté Guide technique 10 e arrêté Juillet 2013 Critères d éligibilité des prêts DolceVita et prêts fabricants Les prêts fabricants éligibles - préambule OBJET PRINCIPAL de financement : chaudière à condensation

Plus en détail

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P )

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) de Treize immeubles d habitation Pour la Société Coopérative d Habitation 10.03.2014 1. INTRODUCTION 1.1Présentation de la société candidate

Plus en détail

Programme Effilogis. une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment

Programme Effilogis. une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment Programme Effilogis La performance énergétique : une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment Atelier d échange régional Bois Construction 19 mars 2012 1 Sommaire :

Plus en détail

www.conte-habitat.com Maisons individuelles Performance énergétique Rénovation Professionnels

www.conte-habitat.com Maisons individuelles Performance énergétique Rénovation Professionnels Maisons individuelles Performance énergétique Rénovation Professionnels C A R C A S S O N N E N A R B O N N E A U D E SOMMAIRE n MAISONS INDIVIDUELLES 2 / 6 n PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE 7 / 8 n RÉNOVATION

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Horia Bali Bruxelles, le 7 octobre 2009 Aperçu des aides disponibles en RBC Les services

Plus en détail

AU SOMMAIRE DU DOSSIER DE PRESSE

AU SOMMAIRE DU DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE Collectif RGE pas comme ça! Lundi 1 er décembre 2014, le Collectif «RGE Pas comme ça!» a demandé au juge des référés auprès du Conseil d État de prononcer la suspension de la mise en

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

III L impact sur l emploi Bâtiment et ENR

III L impact sur l emploi Bâtiment et ENR III L impact sur l emploi Bâtiment et ENR Dans un contexte de crise économique, le secteur du Bâtiment doit s adapter rapidement à la modification de la demande et aux nouvelles réglementations et objectifs

Plus en détail

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE FÉVRIER 2012 DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE ANALYSE DES MODES CONSTRUCTIFS PRINCIPAUX POUR LES OPÉRATIONS EN COURS DE CERTIFICATION 2 SOMMAIRE Introduction I. Périmètre de l étude II. Le bâti 2.1.

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Métiers du bâtiment : Signe de qualité RGE et éco-conditionnalité

Métiers du bâtiment : Signe de qualité RGE et éco-conditionnalité SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2014 Métiers du bâtiment : Signe de qualité RGE et éco-conditionnalité Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 29/01/2014 Introduction Les aides publiques

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT ET BATIMENT. Mythe ou réalité?

GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT ET BATIMENT. Mythe ou réalité? GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT ET BATIMENT Mythe ou réalité? Analyse de l impact du Grenelle de l Environnement sur l activité du bâtiment en Ile-de-France et ses conséquences en terme d emplois Février 2011

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS

Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS Bâtiment actualité LE JOURNAL DES ARTISANS ET DES ENTREPRENEURS DOSSIER 21 JANVIER N 1 FÉDÉRATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT Loi de finances pour ATTENTION! Version actualisée le 23 janvier à la suite des dernières

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Développement durable, gestion de l énergie

Développement durable, gestion de l énergie Développement durable, gestion de l énergie Évolutions et conséquences sur l offre de formation CPC études - 2010 n 1 c o m m i s s i o n s p r o f e s s i o n n e l l e s c o n s u l t a t i v e s Thématique

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail