AMMPPU : CYCLE MÉDECINS PHARMACIENS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AMMPPU : CYCLE MÉDECINS PHARMACIENS"

Transcription

1 1 AMMPPU : CYCLE MÉDECINS PHARMACIENS Les génériques

2 Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre du comité de validation des recommandations de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect, avec des entreprises ou établissements produisant ou exploitant des produits de santé non plus qu'avec des organismes de conseil intervenant sur ces produits* * Mention obligatoire selon l'article L du Code de la Santé Publique (inséré par la Loi n du 4 mars 2002, art. 26 du Journal Officiel du 5 mars 2002)

3 Le cycle médecins pharmaciens 3 Une initiative de l AMMPPU, une idée ancienne Pour améliorer la qualité des soins Pour se former mutuellement Encourager l observance Partager des informations au bénéfice du patient Encourager l opinion pharmaceutique Recueillir les doléances des patients Une EPP partagée (par ex : la substitution)

4 Les génériques : pourquoi? 4 Parce qu ils existent (raison économique) Qu ils posent des problèmes Au médecin Au pharmacien Au patient Pas d idéologie (être «pour» ou «contre») Pragmatisme et évaluation : pas si simple

5 5

6 6

7 Les génériques : programme 7 AMM, aspects réglementaires et efficacité : J.Birgé (d après JD.De Korwin et F.Paille) Le point de vue du pharmacien : J.Callanquin Le point de vue du généraliste : E. Steyer

8 Mes sources documentaires 8 Les diaporamas des Pr JD. De Korwin et F.Paille Présentés lors de la semaine médicale de Lorraine le 24 nov Et Prescrire.. Remerciements.

9 9

10 10

11 La parole 11 Au Pr. De Korwin Et à l AFSSAPS

12 12 «A l instar des médicaments de référence (ou princeps), les médicaments génériques sont évalués et doivent répondre à des exigences d efficacité, de sécurité et de qualité avant d obtenir leur autorisation de mise sur le marché. Une fois commercialisés, ils sont soumis aux mêmes règles de surveillance et font l objet d inspections sur site et de contrôles dans les laboratoires de l agence.»

13

14 AMM des génériques 14 AFSSAPS 28 mai 2005 Différences de libellés entre génériques et médicaments de référence : Différences entre notice ainsi que RCP d un générique et celle de son princeps: si générique dans le cadre d une procédure européenne de reconnaissance mutuelle, pas possible de modifier termes de l autorisation et notamment, le contenu de la notice et du RCP différences minimes acceptées sans modifier sensiblement l information du prescripteur ou du patient propriétés de sécurité et d efficacité identiques

15

16 Répertoires des groupes génériques AFSSAPS

17 Répertoires des groupes génériques AFSSAPS

18 Difficultés AMM génériques (Mme Anne Dunand, AFSSAPS) 18 Produits inhalés ou topiques ou action locale digestive: Définir la bioéquivalence? Importance qualité chimique (module 3) Cas particulier des laxatifs Pas de bioéquivalence démontrée: Rejet de la demande d AMM Ou arguments par le génériqueur à l appui de l équivalence au princeps (sécurité, efficacité) Les procédés de fabrications, les formules, restent confidentielles

19 Evaluation des génériques post- AMM 19 Surveillance par plusieurs actions de l AFSSAPS: 1. la réalisation d inspections, 2. de contrôles en laboratoire et 3. les obligations de pharmacovigilance

20

21 Utilisation des génériques Les «7 règles d or» du médicament générique (brochure patients): Informations sur la boîte Règles de bon usage Conduite à tenir pour prévenir les erreurs médicamenteuses ou signaler les effets indésirables Support de dialogue: aide pharmacien et médecin AFSSAPS

22

23 Et maintenant : la parole 23 Au Pr.Paille L efficacité thérapeutique des génériques

24 24 Un générique est un médicament qui présente la même composition qualitative et quantitative en substances actives, la même forme pharmaceutique dont la bioéquivalence avec la spécialité de référence (princeps) est démontrée par des études appropriées de biodisponibilité n est pas la copie conforme du médicament de référence car certaines différences sont tolérées à condition qu elles n affectent pas la bioéquivalence.

25 Les principes actifs : 25 Les différents sels, esters, éthers, isomères, complexes ou dérivés d un principe actif sont considérés comme un même principe actif, sauf s ils présentent des propriétés sensiblement différentes au regard de la sécurité ou de l efficacité. Dans ce cas, apporter des informations supplémentaires fournissant la preuve de la sécurité ou de l efficacité.

26 Les formes pharmaceutiques 26 Le CSP considère les différentes formes pharmaceutiques à libération immédiate comme une même forme. Un médicament sous forme comprimé peut avoir un générique sous forme gélule.

27 Les excipients 27 La composition en excipient peut-être différente, à condition que ceci n affecte pas la bioéquivalence. Lorsque des excipients à effet notoire (EEN) peuvent différer, ceci doit être mentionné au prescripteur et au patient (des excipients à effet notoire peuvent aussi exister dans les spécialités de référence). EEN : excipient dont la présence peut nécessiter des précautions d emploi chez certains patients

28 L évaluation des génériques 28 Le médicament de référence ayant déjà fait la preuve de son efficacité lors des essais thérapeutiques, les laboratoires qui veulent déposer une demande d AMM pour un générique peuvent s appuyer sur les résultats des études déjà menées Il n est pas demandé de refaire des études cliniques. Il faut démontrer la bioéquivalence des 2 molécules.

29 La bioéquivalence (1) 29 On considère que 2 médicaments sont bioéquivalents d un point de vue thérapeutique si leur profil d efficacité et de sécurité sont identiques. Cette démonstration nécessiterait en principe des essais cliniques chez de nombreux patients.

30 La bioéquivalence (2) 30 En pratique, on considère qu elle peut être faite indirectement par des études de bioéquivalence des 2 spécialités, ellemême établie par des études de biodisponibilité : fraction de principe actif qui atteint la circulation générale après son administration vitesse avec laquelle il y parvient.

31 La bioéquivalence (3) 31 Quantité de principe actif passant dans la circulation = aire sous la courbe de la relation concentration / temps (AUC). Vitesse d absorption = Cmax et Tmax

32 32 Etudes chez des volontaires sains (24 à 48 sujets). Administration du générique puis du princeps. Mesure des paramètres : AUC Cmax Calcul de la moyenne et intervalle de confiance à 90 % de AUC et Cmax.

33 Bio équivalence. 33 Comparaison avec le princeps : ces valeurs doivent se situer dans la zone de bioéquivalence comprise entre 80 et 125 % des valeurs moyennes* déterminées pour le princeps (EMEA) * Cet intervalle peut être réduit si le médicament a une marge thérapeutique étroite ou si son maniement est complexe

34 C Etude de bioéquivalence Cmax Générique Princeps T0 Tmax Ti Ingestion Aire sous la courbe Temps

35 Cependant, depuis plusieurs années sont discutées 2 questions : - Les génériques ont-ils réellement la même efficacité que les molécules de références? - La substitution peut-elle poser des problèmes dans certains cas?

36 36 Les génériques ont-ils réellement la même efficacité que les molécules de référence(1)? Médicaments cardio-vasculaires Méta-analyse essais cliniques inclus Equivalence clinique dans : 7 essais / 7 pour les β 10 essais / 11 pour les diurétiques 5 essais / 7 pour les I. calciques 3 essais / 3 pour les antiagrégants 2 essais / 2 pour les statines 1 essai / 1 pour les IEC 1 essai / 1 pour les α

37 37 Les génériques ont-ils réellement la même efficacité que les molécules de référence (2)? Médicaments antiépileptiques Les études observationnelles ont montré une tendance à la modification de l utilisation des médicaments ou du système de soins que les auteurs attribuent à des modifications dans le contrôle de l épilepsie. Une des explications pourrait être que les médecins proposent un suivi plus serré en cas de substitution chez les patients à risque.

38 La substitution, peut-elle poser des problèmes dans 38 certains cas? - La bioéquivalence, déterminée chez des volontaires sains, est-elle toujours valable dans d autres populations de malades à risques? - L équivalence clinique démontrée dans les méta-analyses chez des sujets en relativement bon état de santé est-elle toujours valable dans des populations plus complexes et à risques? Ex. : sujets âgés, polypathologiques, polymédicamentés

39 La lévothyroxine 39 bioéquivalence entre ces spécialités génériques à base de lévothyroxine sodique et la spécialité de référence a été démontrée sur la base d un intervalle d équivalence resserré à % pour l aire sous la courbe des concentrations plasmatiques mesurées entre 0 et 48 heures après la prise. Cependant, la lévothyroxine est une substance à marge thérapeutique étroite. En effet, l ajustement de la posologie nécessite chez certains patients des paliers d adaptation de 12,5 µg. Ainsi, chez certains patients, une variation de l exposition, même très faible, éventuellement occasionnée par le changement de formulation à base de lévothyroxine sodique, peut perturber l équilibre thérapeutique

40 40 La substitution, en particulier par plusieurs génériques différents peut-elle modifier le résultat thérapeutique? Cas des médicaments à index thérapeutique étroit. Ex. : antiépileptiques La dose réellement disponible pour l organisme peut varier, entre 2 génériques différents, jusqu à 40 %. Retentissement sur le taux plasmatique des AE et sur l équilibre de la maladie épileptique?

41 La conclusion du Pr.Paille (que je partage avec Prescrire..) 41 Comme les spécialités de référence, les médicaments génériques nécessitent une évaluation et une AMM pour pouvoir être commercialisés. Leur efficacité, démontrée par des études appropriées de bioéquivalence, est globalement similaire à celle du médicament de référence. Leur rapport bénéfice / risque est globalement très proche de celui du princeps. Quelques problèmes sont à préciser : - Les effets secondaires dus à certains excipients chez des patients fragiles, - la substitution de molécules à index thérapeutique étroit / dans des populations particulières.

42 Et le point de vue de Prescrire 42 Rev Prescrire 2005;25(257) : 76 Génériques autorisés et contrôlés : pas d accidents majeurs publiés en pharmacovigilance. Il n y a pas eu, depuis plus de 10 ans, de modification majeure des exigences en matière de bioéquivalence entre médicaments génériques et médicaments de référence. Notre recherche documentaire,régulièrement actualisée, des accidents liés à la substitution par des médicaments génériques ne fait pas apparaître d incidents ayant eu des conséquences cliniques majeures, avec les médicaments génériques, ceux qui sont dûment autorisés et contrôlés. Les exigences actuelles de bioéquivalence paraissent donc suffisantes.

43 Et le CAPI/génériques vu par 43 Prescrire Les anti HTA : et l hydrochlorothiazide (Esidrex )?? Statines et IPP : Un objectif de réduction des coûts cohérent, car compatible avec la prescription en dénomination commune internationale (DCI) moyennant les précautions habituelles lors de la prescription et de la dispensation. Mais : La balance bénéfices-risques des antidépresseurs n est pas équivalente, y compris entre substances d une même classe thérapeutique Rev Prescrire 2010 ; 30 (326) : 937-

44 Une piste (qui ne résout pas 44 tout) La prescription en DCI Et patient et pharmacien se débrouillent Sauf exception

45 45 MERCI

Génériques et bioéquivalence

Génériques et bioéquivalence Génériques et bioéquivalence Généralités AMM : Principes règlementaires AMM délivrée : par la Commission européenne (AMM communautaire, procédure centralisée) ou par les autorités nationales. France :

Plus en détail

Génériques aspects réglementaires. Pr Claire LE JEUNNE Chef du Service de Médecine interne Hôtel Dieu Ex vice présidente de la CT

Génériques aspects réglementaires. Pr Claire LE JEUNNE Chef du Service de Médecine interne Hôtel Dieu Ex vice présidente de la CT Génériques aspects réglementaires Pr Claire LE JEUNNE Chef du Service de Médecine interne Hôtel Dieu Ex vice présidente de la CT Des dépenses de santé en progression constante Dans la plupart des pays

Plus en détail

L essentiel sur les génériques.

L essentiel sur les génériques. L essentiel sur les génériques. Pr Milou-Daniel DRICI, Chef de Service Pharmacologie-Toxicologie Hôpital Pasteur CHU de NICE Dr Cyril BORONAD, Pharmacien, Centre hospitalier de CANNES Les médicaments génériques

Plus en détail

PEUT-ON FAIRE CONFI ANCE AUX MEDICAMENTS GENERIQUES?

PEUT-ON FAIRE CONFI ANCE AUX MEDICAMENTS GENERIQUES? PEUT-ON FAIRE CONFI ANCE AUX MEDICAMENTS GENERIQUES? OUI? BOF!!! NON?. Sabrina BEDHOMME : Maître de conférence associé filière officine Maurice TEISSONNIERE : Chargé d enseignement au DMG Les auteurs de

Plus en détail

Cours 14 Médicaments génériques et biosimilaires, bioéquivalence

Cours 14 Médicaments génériques et biosimilaires, bioéquivalence UE3 Bases moléculaires et tissulaires des traitements Pr Lechat Le 19/04/2017 Ronéotypeur : Lehrmann Thomas Ronéoficheur : Lingas Guillaume Cours 14 Médicaments génériques et biosimilaires, bioéquivalence

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les génériques!

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les génériques! Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les génériques! FMC des médecins généralistes Le 30 janvier 2014 Docteur Pascale Lainé-Cessac CRPV Angers Définition d'un générique "Un médicament générique

Plus en détail

Médicaments génériques : Rôle et actions de l ANSM

Médicaments génériques : Rôle et actions de l ANSM Médicaments génériques : Rôle et actions de l ANSM Philippe Vella Directeur Direction des médicaments génériques, homéopathiques, à base de plantes et des préparations 19 décembre 2012 Rôle de l ANSM Médicaments

Plus en détail

Rapport public d évaluation. COPRIMVAR 80 mg/12,5 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : NUCLEUS ehf

Rapport public d évaluation. COPRIMVAR 80 mg/12,5 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : NUCLEUS ehf Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation COPRIMVAR 80 mg/12,5 mg, comprimé pelliculé VALSARTAN + HYDROCHLOROTHIAZIDE Titulaire d AMM : NUCLEUS ehf

Plus en détail

Les médicaments génériques en santé animale K. Id Sidi Yahia et M. DRHIMER Division de la Pharmacie et des Intrants Vétérinaires

Les médicaments génériques en santé animale K. Id Sidi Yahia et M. DRHIMER Division de la Pharmacie et des Intrants Vétérinaires Les Produits Phytopharmaceutiques Situation et Perspectives 04 juin 2010 IAV Hassan II Rabat Les médicaments génériques en santé animale K. Id Sidi Yahia et M. DRHIMER Division de la Pharmacie et des Intrants

Plus en détail

Item 167. Thérapeutique médicamenteuse. réglementaire de la prescription. thérapeutique et recommandations

Item 167. Thérapeutique médicamenteuse. réglementaire de la prescription. thérapeutique et recommandations Item 167. Thérapeutique médicamenteuse et non médicamenteuse. Cadre réglementaire de la prescription thérapeutique et recommandations Item 167 : Objectifs Argumenter une prescription thérapeutique en tenant

Plus en détail

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE RATIOPHARM LP 75 mg, gélule à libération prolongée

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE RATIOPHARM LP 75 mg, gélule à libération prolongée Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation VENLAFAXINE RATIOPHARM LP 75 mg, gélule à libération prolongée VENLAFAXINE (CHLORHYDRATE DE) Titulaire

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (Décembre 2005) COTRIATEC, comprimé INTRODUCTION Une Autorisation de Mise sur le Marché a été octroyée aux laboratoires Aventis le 8 août 2005 pour la spécialité pharmaceutique

Plus en détail

MEDICAMENTS GENERIQUES. par Najia NAAS Pharmacien

MEDICAMENTS GENERIQUES. par Najia NAAS Pharmacien MEDICAMENTS GENERIQUES par Najia NAAS Pharmacien 1 Pourquoi les génériques? Médicament moins cher donc: 1- Economie de santé Pour le gouvernement : diminuer coûts et déficit de la Sécurité Sociale 2- Accès

Plus en détail

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE PHARMATHEN LP 75 mg, gélule à libération prolongée

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE PHARMATHEN LP 75 mg, gélule à libération prolongée Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation VENLAFAXINE PHARMATHEN LP 75 mg, gélule à libération prolongée VENLAFAXINE (CHORHYDRATE DE) Titulaire d

Plus en détail

REGLES DE PRESCRIPTION

REGLES DE PRESCRIPTION REGLES DE PRESCRIPTION I - Introduction Un médicament n'est pas anodin. Pour prescrire un médicament il va falloir évaluer la balance bénéfices/risques. Le but est avant tout de prescrire le traitement

Plus en détail

AFSSAPS, HAS, AMM, DCI et fiches de transparence

AFSSAPS, HAS, AMM, DCI et fiches de transparence AFSSAPS, HAS, AMM, DCI et fiches de transparence Pierre-Marie Roger Infectiologie, Centre Hospitalier Universitaire de Nice Formation Médicale Continue Toulon, Mai 2010 Dénomination Commune Internationale

Plus en détail

Rapport public d évaluation. PRAMIPEXOLE MITHRIDATUM 0,18 mg, comprimé sécable

Rapport public d évaluation. PRAMIPEXOLE MITHRIDATUM 0,18 mg, comprimé sécable Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation PRAMIPEXOLE MITHRIDATUM 0,18 mg, comprimé sécable PRAMIPEXOLE (DICHLORHYDRATE DE) MONOHYDRATE Titulaire

Plus en détail

Rapport public d évaluation

Rapport public d évaluation Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation PERINDOPRIL WINTHROP 4 mg, comprimé sécable PERINDOPRIL TERT-BUTYLAMINE Titulaire d AMM : SANOFI AVENTIS

Plus en détail

Item 167 : Thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses

Item 167 : Thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses Item 167 : Thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuses COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

Pharmacocinétique. Jean-Marie Poirier

Pharmacocinétique. Jean-Marie Poirier Pharmacocinétique Jean-Marie Poirier Service de Pharmacologie - Université Pierre et Marie Curie Unité Fonctionnelle de Suivi Thérapeutique Pharmacologique - Hôpital Saint-Antoine le 17/02/16 Pharmacocinétique

Plus en détail

Rapport public d évaluation. PANTOPRAZOLE ARROW 20 mg, comprimé gastro-résistant

Rapport public d évaluation. PANTOPRAZOLE ARROW 20 mg, comprimé gastro-résistant Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation PANTOPRAZOLE ARROW 20 mg, comprimé gastro-résistant PANTOPRAZOLE SODIQUE SESQUIHYDRATE Titulaire d AMM

Plus en détail

Rapport public d évaluation. ATORVATATINE PHARMAKI GENERICS 10 mg, comprimé pelliculé

Rapport public d évaluation. ATORVATATINE PHARMAKI GENERICS 10 mg, comprimé pelliculé Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation ATORVATATINE PHARMAKI GENERICS 10 mg, comprimé pelliculé ATORVASTATINE MAGNESIUM TRIHYDRATE Titulaire d

Plus en détail

Législation et réglementation pharmaceutiques. IFSI 1ère année

Législation et réglementation pharmaceutiques. IFSI 1ère année Législation et réglementation pharmaceutiques IFSI 1ère année 1 Propriétés -effets -Propriétés pharmacocinétiques Médicament Définition Dénomination Classe Code Présentation - formes pharmaceutiques Caractéristiques

Plus en détail

RAPPE OSELTAMIVIR PG 30 mg, comprimé sécable

RAPPE OSELTAMIVIR PG 30 mg, comprimé sécable RAPPE OSELTAMIVIR PG 30 mg, comprimé sécable CONTEXTE DE L AMM : Dans le cadre du plan de préparation à une pandémie grippale, l Ėtat a demandé à la Pharmacie Centrale des Armées (PCA) de développer la

Plus en détail

Biosimilaires. Emile-Dorian CHENOT. Réunion Groupe Qualité ONCOLOR 19 novembre

Biosimilaires. Emile-Dorian CHENOT. Réunion Groupe Qualité ONCOLOR 19 novembre Biosimilaires Emile-Dorian CHENOT Réunion Groupe Qualité ONCOLOR 19 novembre 2009 www.alexisvautrin.fr Terminologie Tour du monde UE et Australie : «médicament biologique similaire» ou «biosimilaire» USA

Plus en détail

Rapport public d évaluation. PANTOPRAZOLE ARROW 40 mg, comprimé gastro-résistant

Rapport public d évaluation. PANTOPRAZOLE ARROW 40 mg, comprimé gastro-résistant Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation PANTOPRAZOLE ARROW 40 mg, comprimé gastro-résistant PANTOPRAZOLE SODIQUE SESQUIHYDRATE Titulaire d AMM

Plus en détail

La place des études de bioéquivalence dans le processus d obtention d AMM Dr Abdelhakim ZALIM Chef de division de la pharmacie Direction du

La place des études de bioéquivalence dans le processus d obtention d AMM Dr Abdelhakim ZALIM Chef de division de la pharmacie Direction du La place des études de bioéquivalence dans le processus d obtention d AMM Dr Abdelhakim ZALIM Chef de division de la pharmacie Direction du Médicament et de la Pharmacie Ministère de la Santé 6 décembre

Plus en détail

Les IPP. La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts

Les IPP. La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts Les IPP La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect, avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Rapport public d évaluation. OMEPRAZOLE IPRAD 20 mg, gélule gastro-résistante

Rapport public d évaluation. OMEPRAZOLE IPRAD 20 mg, gélule gastro-résistante Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation OMEPRAZOLE IPRAD 20 mg, gélule gastro-résistante OMEPRAZOLE Titulaire d AMM : LABORATOIRES IPRAD Date du

Plus en détail

Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters

Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters Questions/Réponses Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters Version 2 - Mise à jour de Août 2017 1. A quoi sert la lévothyroxine? 2. Mon médecin m a dit que la formule de

Plus en détail

Enquête officielle relative aux médicaments génériques des antiépileptiques

Enquête officielle relative aux médicaments génériques des antiépileptiques REPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE PHARMACOVIGILANCE Réunion du 29 janvier 2008 (extrait du projet de compte-rendu) Ce compte-rendu sera définitivement adopté au cours de la Commission nationale

Plus en détail

SEANCE 2 - TYPOLOGIE DES MEDICAMENTS

SEANCE 2 - TYPOLOGIE DES MEDICAMENTS SEANCE 2 - TYPOLOGIE DES MEDICAMENTS Marine Aulois-Griot Catherine Maurain Université Bordeaux Segalen - IFSI 2011 SEANCE 2 Typologie des médicaments OBJECTIFS DE LA SEANCE 2 Identifier les différentes

Plus en détail

SEANCE 2 - TYPOLOGIE DES MEDICAMENTS

SEANCE 2 - TYPOLOGIE DES MEDICAMENTS SEANCE 2 - TYPOLOGIE DES MEDICAMENTS Marine Aulois-Griot Catherine Maurain Université Bordeaux Segalen - IFSI 2011 SEANCE 2 Typologie des médicaments OBJECTIFS DE LA SEANCE 2 Identifier les différentes

Plus en détail

Les médicaments génériques : C est «presque» automatique. Dr A.P. Jonville-Béra Centre Régional de Pharmacovigilance Centre Val de Loire

Les médicaments génériques : C est «presque» automatique. Dr A.P. Jonville-Béra Centre Régional de Pharmacovigilance Centre Val de Loire Les médicaments génériques : C est «presque» automatique Dr A.P. Jonville-Béra Centre Régional de Pharmacovigilance Centre Val de Loire Femme de 65 ans Stagid* 700 mg : 2 cp/j depuis 5 ans avril 2014 :

Plus en détail

Rapport public d évaluation. FLUCONAZOLE PANPHARMA 200 mg, gélule. Titulaire d AMM : PANPHARMA SA

Rapport public d évaluation. FLUCONAZOLE PANPHARMA 200 mg, gélule. Titulaire d AMM : PANPHARMA SA Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation FLUCONAZOLE PANPHARMA 200 mg, gélule FLUCONAZOLE Titulaire d AMM : PANPHARMA SA Date du RAPPE : 07 janvier

Plus en détail

Rapport public d évaluation. SIMVASTATINE ZYDUS FRANCE 40 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : ZYDUS FRANCE

Rapport public d évaluation. SIMVASTATINE ZYDUS FRANCE 40 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : ZYDUS FRANCE Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation SIMVASTATINE ZYDUS FRANCE 40 mg, comprimé pelliculé SIMVASTATINE Titulaire d AMM : ZYDUS FRANCE Date du

Plus en détail

1 sur 7 07/05/ :38

1 sur 7 07/05/ :38 1 sur 7 07/05/2014 09:38 Chemin : Code de la santé publique Partie législative Cinquième partie : Produits de santé Livre Ier : Produits pharmaceutiques Titre II : Médicaments à usage humain Chapitre Ier

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

Titulaire d AMM : BIOGARAN

Titulaire d AMM : BIOGARAN Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation BISOPROLOL/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN 5 mg/6,25 mg, comprimé pelliculé BISOPROLOL (FUMARATE DE)/HYDROCHLOROTHIAZIDE

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE

ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE Le Pharmacien Responsable de l établissement exploitant : L acteur majeur de la sécurité du médicament Alain Saint-Pierre, le 6 octobre 2010 La sécurité du médicament dépend

Plus en détail

Biodisponibilité Bioéquivalence - Étude in-vitro

Biodisponibilité Bioéquivalence - Étude in-vitro Biodisponibilité Bioéquivalence - Étude in-vitro Dr. I. LIMAYEM BLOUZA Pr. Ag. Ph. Galénique 1 Plan A. Biodisponibilité-bioéquivalence 1. Historique 2. Définition 3. Bioéquivalence et équivalence thérapeutique

Plus en détail

FORMAT DU DOSSIER D ENREGISTREMENT

FORMAT DU DOSSIER D ENREGISTREMENT FORMAT DU DOSSIER D ENREGISTREMENT COMMON TECHNICAL DOCUMENT (CTD) Document accepté par ICH (International Conférence of Harmonization) Novembre 2000. Application 1er Juillet 2003. NON CTD Module 1 : Regional

Plus en détail

CONSTANTINE LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE DÉPARTEMENT DE PHARMACIE DE

CONSTANTINE LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE DÉPARTEMENT DE PHARMACIE DE CONSTANTINE LABORATOIRE DE PHARMACIE GALENIQUE DÉPARTEMENT DE PHARMACIE DE Demande d Autorisation de mise sur le marché La fabrication des produits pharmaceutiques passe par plusieurs étapes dont leur

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE

SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE DEFINITION : «Une spécialité clinique pluridisciplinaire visant à améliorer la prise en charge du patient en ajustant individuellement la dose de médicament pour lesquels

Plus en détail

Avis 6 mars Laboratoire BAILLEUL-BIORGA. Isotrétinoïne. D10BA01 (Préparations antiacnéiques à usage systémique) Renouvellement de l inscription

Avis 6 mars Laboratoire BAILLEUL-BIORGA. Isotrétinoïne. D10BA01 (Préparations antiacnéiques à usage systémique) Renouvellement de l inscription COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 mars 2013 CONTRACNE 5 Gé mg, capsule molle B/ 30 capsules (CIP : 34009 382 601-9 9) CONTRACNE Gé 10 mg, capsule molle B/ 30 capsules (CIP : 34009 358 120-4 9) CONTRACNE

Plus en détail

Rapport public d évaluation

Rapport public d évaluation Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation FLUCONAZOLE CRISTERS 100 mg, gélule FLUCONAZOLE Titulaire d AMM : CRISTERS Date du RAPPE : 07 janvier 2010

Plus en détail

Comprendre les médicaments et leurs impacts

Comprendre les médicaments et leurs impacts Comprendre les médicaments et leurs impacts Présentéà AQDER- Conseil des présidents Par Yen Nguyen, B.Pharm, DESS pharmacoéconomie Le 25 octobre 2016 Ce document a été élaboré à des fins d information

Plus en détail

LES GÉNÉRIQUES. Dr. Guy ROUGIER Professeur Guy BALANSARD. Laboratoire de Pharmacognosie

LES GÉNÉRIQUES. Dr. Guy ROUGIER Professeur Guy BALANSARD. Laboratoire de Pharmacognosie LES GÉNÉRIQUES Dr. Guy ROUGIER Professeur Guy BALANSARD Laboratoire de Pharmacognosie Les génériques = le princeps? Dossier princeps Dossier générique Dossier pharmaceutique Dossier pharmacotoxicologique

Plus en détail

Optimiser la prescription des examens biologiques HTA

Optimiser la prescription des examens biologiques HTA 1 Séminaire DPC AMMPPU 27&28 /09/2013 Optimiser la prescription des examens biologiques HTA Dr J.Birgé (j autorise l AMMPPU à publier ce diaporama sur son site WEB) Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L UNPF AUX ASSISES DU MEDICAMENT

CONTRIBUTION DE L UNPF AUX ASSISES DU MEDICAMENT CONTRIBUTION DE L UNPF AUX ASSISES DU MEDICAMENT En 2011, la seule étude d un médicament à l appui des essais cliniques préalables à sa commercialisation ne suffit plus à son évaluation pharmacologique.

Plus en détail

L importance des essais cliniques dans le développement des médicaments

L importance des essais cliniques dans le développement des médicaments L importance des essais cliniques dans le développement des médicaments Marine Berro- Chef de Projets JIP MaRIH- Paris / 30 janvier 2016 Comment une substance chimique devient un médicament Source: fondation

Plus en détail

médicaments génériques

médicaments génériques Plan national d action de promotion des médicaments génériques Charte d adhésion aux objectifs du plan national de promotion des médicaments génériques Objet de la charte 2 L utilisation des médicaments

Plus en détail

ETP dans l Insuffisance cardiaque. Atelier «médicaments»

ETP dans l Insuffisance cardiaque. Atelier «médicaments» ETP dans l Insuffisance cardiaque Atelier «médicaments» 1 Sommaire Eléments de législation Education préventive, dispensation et ETP Génériques Présentation de l atelier «médicaments» Icarlim 2 Eléments

Plus en détail

Sommaire. Grille d évaluation du livret d informations sur les médicaments génériques en page volante

Sommaire. Grille d évaluation du livret d informations sur les médicaments génériques en page volante février 2011 Sommaire Introduction......................................................................... 3 Questions / Réponses............................................................. 5 Pourquoi

Plus en détail

DIU FIEC. M Lièvre, Service de Pharmacologie Clinique de Lyon. Essais de supériorité, essais d équivalence ou de non- infériorité

DIU FIEC. M Lièvre, Service de Pharmacologie Clinique de Lyon. Essais de supériorité, essais d équivalence ou de non- infériorité DIU FIEC M Lièvre, Service de Pharmacologie Clinique de Lyon Essais de supériorité, essais d équivalence ou de non- infériorité Objectifs Comprendre la problématique de l équivalence et de la non-infériorité

Plus en détail

Biomédicaments. Biosimilaires. Réalisé avec le soutien institutionnel de

Biomédicaments. Biosimilaires. Réalisé avec le soutien institutionnel de Biomédicaments & Biosimilaires Réalisé avec le soutien institutionnel de Biomédicaments & Biosimilaires Grâce à l arrivée des biomédicaments, notamment des anti-tnf alpha dans la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

QUIZZ REGLEMENTAIRE POUR LES VISITEURS MEDICAUX

QUIZZ REGLEMENTAIRE POUR LES VISITEURS MEDICAUX QUIZZ REGLEMENTAIRE POUR LES VISITEURS MEDICAUX QUIZZ 1 : QUALITE DE L INFORMATION (Documents promotionnels) 1.1 Un médecin vous demande si les documents promotionnels que vous lui présentez doivent être

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR L-THYROXINE 0,2 mg/ ml, solution injectable Lévothyroxine sodique Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice

Plus en détail

TUTORAT UE Droit Séance n 2 Semaine du 21/02/2011

TUTORAT UE Droit Séance n 2 Semaine du 21/02/2011 TUTORAT UE6 2010-2011 Droit Séance n 2 Semaine du 21/02/2011 Initiation à la connaissance du médicament Mme LE GAL- FONTES Séance préparée par les tuteurs de santé de l UFR de pharmacie de Montpellier

Plus en détail

PHARMACIE GALENIQUE. Pharmacie Galénique. Pharmacie Galénique. Pharmacie Galénique 05/04/2016. la Pharmacie Galénique :

PHARMACIE GALENIQUE. Pharmacie Galénique. Pharmacie Galénique. Pharmacie Galénique 05/04/2016. la Pharmacie Galénique : la : PHARMACIE GALENIQUE C est une discipline fondamentale Elle tire son nom de GALIEN (médecin grec) 1 2 GALIEN considéré comme le «père de la Pharmacie» il vécut au deuxième siècle de notre ère il s

Plus en détail

Guide destiné aux professionnels de la santé

Guide destiné aux professionnels de la santé Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Toujeo de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT: SÉCURISER PAR L AMÉLIORATION DE LA PRESCRIPTION INTRODUCTION DE LA PRESCRIPTION EN DCI AU CENTRE BOIS-GIBERT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT: SÉCURISER PAR L AMÉLIORATION DE LA PRESCRIPTION INTRODUCTION DE LA PRESCRIPTION EN DCI AU CENTRE BOIS-GIBERT CIRCUIT DU MÉDICAMENT: SÉCURISER PAR L AMÉLIORATION DE LA PRESCRIPTION INTRODUCTION DE LA PRESCRIPTION EN DCI AU CENTRE BOIS-GIBERT Dr O.LAVEZZI, Cardiologue Mme S. JOUET, Infirmière Dr J-P. BRISARD, Pharmacien

Plus en détail

Colle en ligne UE6 n 1 :

Colle en ligne UE6 n 1 : Colle en ligne UE6 n 1 : Question 1 : Parmi les propositions suivantes, laquelle ou lesquelles est ou sont exacte(s)? A. Les produits de santé disposent d une législation très riche. B. Un médicament désigne

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 COPEGUS 200 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 362 003 9 5) B/42 (CIP : 34009 361 590 8 2) B/112 (CIP : 34009 362 004 5 6) B/168 (CIP : 34009 361

Plus en détail

15 ème Journée plénière OMéDIT région Centre Val de Loire 17 novembre 2016

15 ème Journée plénière OMéDIT région Centre Val de Loire 17 novembre 2016 15 ème Journée plénière OMéDIT région Centre Val de Loire 17 novembre 2016 Plan 2 Plan 3 Cibles et thèmes du plan : Cible : professionnels de santé et grand public. 5 thèmes : Antériorité : 20 ans de recul

Plus en détail

Essais cliniques. Substances psychoactives

Essais cliniques. Substances psychoactives Le 17 décembre 2009 DIRECTION DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES, PHARMACEUTIQUES ET MEDICALES Circulaire N 09-0617 Index de la table des matières : Essais cliniques Claire Sibenaler : 01.45.03.88.24 E-mail :

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE Séances du jeudi 11 janvier 2007

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE Séances du jeudi 11 janvier 2007 Année 2007. N o 3 bis A.N. (C.R.) ISSN 0242-6765 CPPAP 0503 B 05115 Vendredi 12 janvier 2007 ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 Articles, amendements

Plus en détail

Médicaments originaux, génériques et copies

Médicaments originaux, génériques et copies Médicaments originaux, génériques et copies Docteur Nicole Delépine Oncologie pédiatrique APHP www.nicoledelepine.fr Définition du médicament par la directive Européenne 65/65/CEE du 25 janvier 1965 Le

Plus en détail

Règles de prescription Rapport bénéfice / risque

Règles de prescription Rapport bénéfice / risque Règles de prescription Rapport bénéfice / risque Une prescription ne concerne pas qu un médicament, elle est faite par un médecin et est délivré par un pharmacien. La prescription serra contrôlé par la

Plus en détail

L impression de l immunologiste et prescripteur

L impression de l immunologiste et prescripteur L impression de l immunologiste et prescripteur Frédéric Berard, D, PhD Université Claude Bernard Lyon UFR de édecine Lyon Sud Charles erieux Service d mmunologie Clinique et Allergologie - CHU Lyon Sud

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 décembre 1998 (J.O. du 3 janvier 1999) MODOPAR

Plus en détail

Traitement symptomatique des manifestations fonctionnelles intestinales, notamment avec météorisme.

Traitement symptomatique des manifestations fonctionnelles intestinales, notamment avec météorisme. ANSM - Mis à jour le : 27/03/2017 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT CARBOLEVURE ADULTES, gélule 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Levure déshydratée vivante contenant au minimum 10 8 cellules de Saccharomyces

Plus en détail

02/10/2013 INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS

02/10/2013 INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR LES MÉDICAMENTS DROIT PHARMACEUTIQUE INFORMATION ET PUBLICITÉ SUR IFSI UE 2-11 : PHARMACOLOGIE ET THÉRAPEUTIQUE Pr. Marine AULOIS-GRIOT 2013 Laboratoire de Droit et Économie Pharmaceutiques Unité INSERM 657 INFORMATION

Plus en détail

Prévenir la iatrogénie médicamenteuse

Prévenir la iatrogénie médicamenteuse Sommaire: Prévenir la iatrogénie médicamenteuse Généralités sur la consommation médicamenteuse Prescription inappropriée en gériatrie Iatrogénie Comment mieux faire? (ex: AMI-Alzheimer/ fiche MON TRAITEMENT))

Plus en détail

2/ Introduction au médicament et règles de prescription

2/ Introduction au médicament et règles de prescription SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques 2/ Introduction au médicament et règles de prescription I. Introduction au médicament Qu'est-ce qu'un médicament? Toute substance ou composition présentée

Plus en détail

Elusanes Prêle des champs

Elusanes Prêle des champs Elusanes Prêle des champs RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES PRELE DES CHAMPS, gélule 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE PRÊLE DES CHAMPS (Equisetum arvense

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté

AVIS DE LA COMMISSION. 20 février Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 février 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 29 octobre 1998 (J.O. du 6

Plus en détail

vie du médicament Alger le 20 Avril 2011 Madame S. Faidi

vie du médicament Alger le 20 Avril 2011 Madame S. Faidi La Pharmacovigilance dans la vie du médicament Alger le 20 Avril 2011 Madame S. Faidi Introduction La Pharmacovigilance: Pourquoi? Affaire de la thalidomide 1957: commercialisation du Contergan en Allemagne

Plus en détail

PRESCRIPTION MEDICALE ET DISPENSATION DES MÉDICAMENTS. Dr. AOUATI Maitre assistante en Pharmacologie

PRESCRIPTION MEDICALE ET DISPENSATION DES MÉDICAMENTS. Dr. AOUATI Maitre assistante en Pharmacologie PRESCRIPTION MEDICALE ET DISPENSATION DES MÉDICAMENTS Dr. AOUATI Maitre assistante en Pharmacologie Plan I. La prescription médicale II. L ordonnance III. Classification réglementaire des médicaments IV.

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 2 : LE MÉDICAMENT : DÉFINITIONS, PARCOURS MÉDICO-ADMINISTRATIF, STRUCTURES DE RÉGULATION ET SÉCURITÉ SANITAIRE...

Sommaire CHAPITRE 2 : LE MÉDICAMENT : DÉFINITIONS, PARCOURS MÉDICO-ADMINISTRATIF, STRUCTURES DE RÉGULATION ET SÉCURITÉ SANITAIRE... Sommaire CHAPITRE 1 : HISTOIRE DU MÉDICAMENT... 1 Préhistoire... 1 Antiquité... 1 Moyen Âge... 2 Renaissance... 3 XVII e et XVIII e siècles... 3 XIX e siècle... 4 XX e siècle à nos jours... 5 CHAPITRE

Plus en détail

REGLEMENT N 06/2010/ CM/ UEMOA RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES A USAGE HUMAIN DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

REGLEMENT N 06/2010/ CM/ UEMOA RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES A USAGE HUMAIN DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 06/2010/ CM/ UEMOA RELATIF AUX PROCEDURES D HOMOLOGATION DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES A USAGE HUMAIN

Plus en détail

Génériques ; le point de vue du médecin traitant Docteur A. De Gouvello, médecin généraliste, Paris

Génériques ; le point de vue du médecin traitant Docteur A. De Gouvello, médecin généraliste, Paris Génériques ; le point de vue du médecin traitant Docteur A. De Gouvello, médecin généraliste, Paris Traiter des génériques est assez délicat et il s agit ici de donner un le point de vue d un médecin généraliste

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT QUADRAMET CARACTERISTIQUES

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A DENOMINATION DU MEDICAMENT QUADRAMET CARACTERISTIQUES DENOMINATION DU MEDICAMENT QUADRAMET CARACTERISTIQUES Prix unitaire : 1082,77 Coût moyen de traitement (par cure) :1082,77 Dénomination commune : samarium 153Sm lexidronam pentasodique Composition qualitative

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 avril 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 avril 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 avril 2015 STEOVESS 70 mg, comprimé effervescent B/4 (CIP : 34009 266 831 1 5) B/12 (CIP : 34009 266 832 8 3) Laboratoire EXPANSCIENCE DCI Code ATC (2014) Motif de

Plus en détail

Conditionnement de médicaments expérimentaux dans les lieux de recherches L

Conditionnement de médicaments expérimentaux dans les lieux de recherches L Conditionnement de médicaments expérimentaux dans les lieux de recherches L.1121-13 Club Phase I 22 novembre 2006 Joëlle HATTCHOUEL Unité inspection des essais cliniques 1. Définition et objectifs de la

Plus en détail

NOTICE ASCOFER 33 mg, gélule

NOTICE ASCOFER 33 mg, gélule NOTICE ANSM - Mis à jour le : 18/06/2014 Dénomination du médicament Fer ASCOFER 33 mg, gélule Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations

Plus en détail

Surveillance du médicament en France

Surveillance du médicament en France Surveillance du médicament en France Marion SASSIER Pharmacien Assistant CRPV Caen DESC PHARMACOLOGIE Novembre 2014 2 Pharmacovigilance Surveillance du médicament en France Pharmacoépidémiologie Suivi

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 30 mai 2001 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté

Plus en détail

Il vaut mieux répéter les doses qu augmenter leur valeur

Il vaut mieux répéter les doses qu augmenter leur valeur Il vaut mieux répéter les doses qu augmenter leur valeur 1. Représentation graphique de la concentration plasmatique C Max Concentration plasmatique fig 1 Concentration plasmatique C Max/2 T ½ La concentration

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 19 décembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 26 Février 1999 (J.O du 04 mars 1999) KARDEGIC

Plus en détail

Structure de régulation du médicament

Structure de régulation du médicament Structure de régulation du médicament A. L ANSM (Agence Nationale de Sécurité du médicament et des produits de santé) Ex Affsaps (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) I. Présentation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 19 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 19 décembre 2001 ZYPREXA VELOTAB 5 mg, comprimé orodispersible ZYPREXA VELOTAB 10 mg, comprimé orodispersible ZYPREXA VELOTAB 15 mg, comprimé orodispersible

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 16 novembre 1998 - (J.O. du 22 novembre 1998) TOPALGIC L.P.

Plus en détail

Pr Pierre-Louis Druais Président

Pr Pierre-Louis Druais Président Pr Pierre-Louis Druais Président Facteurs intervenant dans la décision de prescrire un médicament Introduction Dans la plupart des discours médicaux théoriques, la décision thérapeutique est centrée sur

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A OCTAPLEX

FICHE DE BON USAGE D UN MEDICAMENT FACTURABLE EN SUS DE LA T2A OCTAPLEX DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE OCTAPLEX CARACTERISTIQUES Dénomination commune : Complexe prothrombique humain ou PPSB Composition qualitative et quantitative : Facteur II de la coagulation

Plus en détail