Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)"

Transcription

1 Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) pour un cahier des charges des bases de données des produits de santé exigeant Rappelons pour mémoire que le législateur avait anticipé le risque d'accident thérapeutique lié à l information, puisque il avait, dès 1992, défini l'information thérapeutique comme l'un des trois grands axes de la Pharmacie hospitalière ("la Pharmacie à Usage Intérieur (PUI) est chargée de mener ou de participer à toute action d'information sur les médicaments, de contribuer à leur évaluation et de concourir à la pharmacovigilance" CSP Art. L 5126). Ceci n était pas lié au hasard! Depuis la fin des années 70, non satisfaits par l information thérapeutique existante essentiellement produite par les industries du médicament et par une société liée à ces dernières, des pharmaciens hospitaliers s étaient investis dans des centres hospitaliers d information (Limoges, Lyon, Marseille, Paris, Rennes,..), couplés avec un Comité du médicament, un bulletin d information, un livret thérapeutique,. Leurs syndicats créèrent une association non lucrative et exclusivement financée par ses clients hospitaliers, dénommée le Centre National Hospitalier d'information sur le Médicament (CNHIM). Le CNHIM fut, chargé de mutualiser les moyens pour réaliser une revue (Dossier du CNHIM ) publiant depuis cette époque des articles review sur les grandes classes de médicaments rédigés par les experts de la spécialité ainsi qu une base de données (Thériaque ) couvrant tous les médicaments hospitalier et de ville, les ATU ainsi que les préparations hospitalières, que ces produits soient disponibles sur le marché ou qu ils en soient retirés (NSFP). Afin d ouvrir le plus largement possible l accès à cette information indépendante, Thériaque fut le premier site web mis gratuitement à disposition des professionnels de santé, mais surtout accessible aux nombreux étudiants en médecine, en pharmacie et en soin infirmier. Notre cahier des charges a été le suivant : La base de données sur le médicament doit être complète et exhaustive, toutes les informations contenues doivent être «codées», c est-à-dire référencée quant à leur origine et permettant des requêtes, mise à jour fréquemment, téléchargeable hebdomadairement, voire quotidiennement, intégrant non seulement les données du RCP mais aussi les avis de la transparence et les dernières données validées de la science médicale, toutes les interactions,.. soit près de 600 items pour chaque médicament. Sur le plan informatique, nous souhaitons disposer de bases de données sous les différents formats existants, accessibles via des outils sécurisés type API ou WEB services sur les différents supports existants ou à venir, permettant une diffusion individuelle ou collective (intranet), intégrable dans tous les logiciels d aide à la prescription, à la dispensation et à l administration (problème des génériques). La nature de l information doit recouvrir tous les aspects, tant scientifique qu administratif : pharmaceutique, clinique, thérapeutique, toxicologique, codifications, économique,.. mais aussi enrichie par les différents référentiels produits par les sociétés savantes ou les institutions nationales et internationales. Le contenu de la base de données doit être soumis à une instance interne (Comité d orientation, de développement et d évaluation) qui est le gage d une entreprise éthique et de qualité. Page 1 sur 6

2 L'histoire récente du Médiator rappelle l'importance d'un accès à une information exhaustive et indépendante. A titre d'exemple les utilisateurs de la Base Thériaque peuvent hier comme aujourd'hui, consulter les avis de la commission de transparence du 19 novembre 1999, du 07 juin 2001 et du 10 mai 2006 sur le Médiator qui précisent "SMR insuffisant". La lecture de ces avis pouvant les inciter à ne pas prescrire ou dispenser ce médicament. (annexe 1) Enfin, Ils peuvent là aussi sur cette base, hier comme aujourd'hui s'apercevoir que le Médiator Benfluorex Chlorhydrate appartient à la classe chimique de la PHENYLETHYLAMINE dont les amphétamines sont une sous famille... (annexe 2) Un professionnel de santé s'interrogeant sur l'origine de cette molécule mais n'ayant pas les connaissances suffisantes pour faire le lien entre la structure chimique, la classe et l'action pharmacologique trouvera même sur Wikipédia les réponses à ses questions. (annexe 3) "Les amphétamines sont des substances psychotropes, de structure dérivé des phényléthylamines qui portent un groupe alpha-methyl. Elles exercent un effet psychostimulant majeur et un effet anorexigène." Sur le plan du modèle économique, nous avions souhaité qu une telle base de données relève de la Haute Autorité de Santé. La Cour des Comptes et l IGASS ont appuyé cette proposition. N ayant pas été entendus, nous exigeons, en revanche, qu elle dispose d un financement propre, indépendant des entreprises du médicament et des organismes payeurs (organismes de sécurité sociale, mutuelles et assurances), et donc commanditée par ses seules utilisateurs (comme la revue Prescrire). Il est en effet essentiel que la base de données sur le médicament dispose d une totale liberté éditoriale et que son contenu ne soit pas dicté par un risque de conflits d intérêt. Nous pensons qu'une société proposant une base de données sur les produits de santé à destination des professionnels de santé ne doit pas être rémunérée par l'industrie du médicament : - pour le référencement des médicaments dans sa base - ou par la vente aux industriels de prestations annexes tels que des études de marchés... En effet les risques liés à des conflits d'intérêt sont majeurs et peuvent être à l'origine : - d'une omission volontaire de certains médicaments ou d'une partie de l'information d'un médicament appartenant à un laboratoire ne souhaitant pas payer pour le référencement de ses médicaments dans la base de données de la société. - d'un affichage préférentiel favorisant les médicaments appartenant aux industriels "partenaires" au détriment des autres médicaments de la même classe pharmacologique et utilisables dans la même indication. Ces pratiques condamnables sont favorisées par l'intégration des bases de données aux logiciels d'aide à la prescription qui facilite des affichages préférentiels. Reste un dernier point, celui de la liberté de choix de la base par les professionnels de santé. Les pressions sont multiples : elles proviennent de certains éditeurs de logiciels qui parfois imposent une base pour des raisons inavouables, des certaines directions informatiques hospitalières, des modèles économiques des producteurs de bases de données, La certification des bases de données sur le médicament par l HAS a constitué un grand progrès pour homogénéiser, par le haut, les produits actuellement disponibles, mais certaines bases ne correspondent pas encore à notre cahier des charges, comportant un risque pour l utilisateur qui ne dispose pas de toute l information utile pour assurer une sécurité thérapeutique optimale à nos malades. Page 2 sur 6

3 Annexe 1 : Page 3 sur 6

4 Page 4 sur 6

5 Annexe 2 Page 5 sur 6

6 Annexe 3 Page 6 sur 6

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale Prescription, Dispensation et indications hors AMM François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale AMM Autorisation, nationale ou communautaire par laquelle l autoritécompétente donne son aval pour l

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

SALMI AHMED CURRICULUM VITAE. «Plaies et cicatrisation» Lille II 1 an

SALMI AHMED CURRICULUM VITAE. «Plaies et cicatrisation» Lille II 1 an CURRICULUM VITAE SALMI AHMED ETAT CIVIL ADRESSE PROFESSIONNELLE Centre hospitalier de la Fère, Service Pharmacie 2,avenue Dupuis 02800 La Fère 03.23.56.67.12 03.23.56.67.27 FORMATION DIPLOMANTE 2009 Diplôme

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Aide pratique à la veille réglementaire Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. GLOSSAIRE JURIDIQUE... 2 3. PRINCIPAUX TEXTES DE REFERENCE... 4 4. MISE A NIVEAU... 4 1 1. Préambule

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS MISSION «EVALUATION REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES PRATIQUES D INVESTIGATION CLINIQUE» FINANCEE PAR LE FONDS D ACTIONS CIBLEES 2011 GIP CENGEPS FICHES PRATIQUES : LOT 5 CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

Plus en détail

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008

EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 EXIGENCES NORMES ISO 9001 /2008 La pharmacie d officine norme ISO 9001-2008 D après X50-131 1. Sommaire 0. Intérêt d un manuel qualité... 3 1. Généralités... 3 1.1 Fournir un produit ou service conforme...

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

Doc. Qualité émis par : Pharmacie. Indice : 2 Date de mise en appli : Dispensation nominative

Doc. Qualité émis par : Pharmacie. Indice : 2 Date de mise en appli : Dispensation nominative PL-DQT0059 Page : 1/7 SMMAIRE : Page de Garde :... 1 Logigramme principal (Logigramme) :... 2-3 Référencement d'un nouveau médicament (Logigramme) :... 4 Facturation simple (Logigramme) :... 5 Annexe :...

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

10 PROPOSITIONS de l AQIM. pour. l amélioration de la qualité de l information. médicale délivrée aux professionnels de santé

10 PROPOSITIONS de l AQIM. pour. l amélioration de la qualité de l information. médicale délivrée aux professionnels de santé 10 PROPOSITIONS de l AQIM pour l amélioration de la qualité de l information médicale délivrée aux professionnels de santé 25 Mars 2011 Marie Noëlle NAYEL, Présidente de l Association Qualité Information

Plus en détail

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM Incidence dans les établissements de santé Dominique THIVEAUD Pharmacien CHU Toulouse Président Europharmat Le contexte 2 La refonte de la directive: Points clés: Evaluation

Plus en détail

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations

Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations Le contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations 1 ASPECTS RÉGLEMENTAIRES ET IMPACTS Elise Remy Pharmacien coordonnateur Aspects réglementaires 2 S inscrit dans la réforme de la T2A, accès

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2EME PROCÉDURE HOP LOCAL & CENTRE D'HEBERGEMENT - DU PAYS D'HORTE ET TARDOIRE PLACE DU CHAMP DE FOIRE 16110 La Rochefoucauld France Démarche

Plus en détail

Rappels : Les structures d HAD sont soumises aux mêmes règles et obligations que les établissements de santé «classiques» en matière de qualité et de sécurité des soins, notamment dans le domaine pharmaceutique.

Plus en détail

Développement Professionnel Continu

Développement Professionnel Continu Développement Professionnel Continu 1 Formation professionnelle continue Loi du 4 mars 2002 (Kouchner) Obligation de formation professionnelle continue pour les pharmaciens Conseil national de la formation

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE METIERS DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE

LICENCE PROFESSIONNELLE METIERS DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE LICENCE PROFESSIONNELLE METIERS DE LA PROMOTION DES PRODUITS DE SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence professionnelle Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Licence

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE 1 CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE Préambule Conformément à la mesure 29 du premier Plan Cancer et à la mesure 18 du second plan, la pratique de la cancérologie,

Plus en détail

Code de déontologie des pharmaciens

Code de déontologie des pharmaciens Code de déontologie des pharmaciens AFEF HAMMAMI MARRAKCHI MAITRE ASSISTANTE UNIVERSITE DE SFAX I- Présentation La déontologie fournit un cadre au pharmacien tout au long de son activité professionnelle.

Plus en détail

www. www.pharmacie.univ-mrs.fr/ pharmacie.univ-mrs.fr

www. www.pharmacie.univ-mrs.fr/ pharmacie.univ-mrs.fr www. www.pharmacie.univ-mrs.fr/ pharmacie.univ-mrs.fr Pharmacie c est quoi? Une formation multidisciplinaire Des études professionnalisantes De très nombreux métiers UNE FORMATION PLURIDISCIPLINAIRE Des

Plus en détail

Certification des LAD

Certification des LAD Certification des LAD Service Qualité de l Information Médicale de la HAS Mirojane Mohammad Certification des LAD 1. Réglementation 2. Objectifs 3. Méthodes 4. Exigences techniques 5. Eléments de calendrier

Plus en détail

Informatisation des circuits du médicament et DMS Guide méthodologique et scénario de migration

Informatisation des circuits du médicament et DMS Guide méthodologique et scénario de migration Informatisation des circuits du médicament et DMS 109 GUI V1.0 Page 1/24 V1.0 mise à jour le 27/03/2008 Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Contexte et objectif du guide... 3 1.2 Organisation du document...

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Article L5126-1. (Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 55 Journal Officiel du 5 mars 2002)

Article L5126-1. (Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 55 Journal Officiel du 5 mars 2002) Article L5126-1 (Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 55 Journal Officiel du 5 mars 2002) (Ordonnance nº 2003-850 du 4 septembre 2003 art. 19 Journal Officiel du 6 septembre 2003) (Loi nº 2004-806 du 9

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité

Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité EA SIS 4128 V. Siranyan Docteur en pharmacie 1 M. Chanelière Docteur en médecine La relation Médecin- Pharmacien Au quotidien

Plus en détail

Master transrégional en Sciences Pharmaceutiques

Master transrégional en Sciences Pharmaceutiques Préparation du consortium d appui aux formations francophones Université de Médecine de Hanoi 3 octobre 2012 Master transrégional en Sciences Pharmaceutiques Présentation du projet: Sébastien Clavel Fondation

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La politique du médicament Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale du Vaucluse CRESS PACA Date & Lieu : Avignon, lundi 11 avril

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

N 23 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. (Urgence déclarée.)

N 23 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. (Urgence déclarée.) PROJET DE LOI adopté le 27 octobre 1982 N 23 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1982-1983 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif aux études médicales et pharmaceutiques. (Urgence déclarée.) Le Sénat

Plus en détail

Fiche n 8 : le médicament

Fiche n 8 : le médicament mars 2004 Fiche n 8 : le médicament La France est le pays européen qui consomme le plus de médicaments; la dépense moyenne par habitant est égale à près de 1,5 fois celle de l Allemagne ou de l Espagne.

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Université Saint-Joseph

Université Saint-Joseph Université Saint-Joseph Faculté de pharmacie Actuellement, le métier de pharmacien est un métier polyvalent, ouvert à plusieurs activités dans le domaine de la santé individuelle et publique. Mis à part

Plus en détail

Fiche Information des professionnels de santé et du public Etat des lieux de la législation et de la réglementation en vigueur

Fiche Information des professionnels de santé et du public Etat des lieux de la législation et de la réglementation en vigueur Fiche Information des professionnels de santé et du public Etat des lieux de la législation et de la réglementation en vigueur 1. Le médicament à usage humain Les documents produits par l Afssaps L Afssaps,

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard

La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard La surveillance de la thérapie médicamenteuse Jusqu où va la responsabilité professionnelle? MÉNARD, MARTIN, AVOCATS Par M e Jean-Pierre Ménard PLAN DE LA PRÉSENTATION Les conditions de la responsabilité

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

Les outils d aide à la décision A propos de VidalRecos. JF. Forget, S. Pereira

Les outils d aide à la décision A propos de VidalRecos. JF. Forget, S. Pereira Les outils d aide à la décision A propos de VidalRecos JF. Forget, S. Pereira A propos de VIDAL Filiale du groupe CMPMedica, leader mondial de l information sur le médicament Une équipe de 140 collaborateurs

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. ministre de l économie, des finances et de l industrie du 17 avril 2012 enregistrées,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. ministre de l économie, des finances et de l industrie du 17 avril 2012 enregistrées, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-11 du 26 avril 2012 relatif à trois projets de décret concernant la publicité des médicaments à usage humain, des dispositifs médicaux et des dispositifs médicaux de diagnostic

Plus en détail

Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification. Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS

Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification. Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS 1 Généralités Contexte Continuité de la circulaire instituant le C2i niveau 1 d avril 2005 Objectifs

Plus en détail

D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS EN RIM

D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS EN RIM PROCEDURE D ENREGISTREMENT DES MEDICAMENTS EN RIM CENTRE D'INFORMATION PHARMACOTHERAPEUTIQUE NOUAKCHOTT SEPTEMBRE 2014 DR. BRAHIM ABAD DPL PLAN INTRODUCTION LES NOUVELLES DISPOSITIONS DE LA LOI 2210/2010

Plus en détail

Liste des masters de santé publique et apparentés 2011

Liste des masters de santé publique et apparentés 2011 1. Université Aix-Marseille II... 2 2. Université Amiens... 2 3. Université Angers... 3 4. Université Bordeaux II... 3 5. Université de Clermont-Ferrand... 4 6. Université de Dijon... 4 7. Université Grenoble

Plus en détail

Projet de loi relatif à la santé

Projet de loi relatif à la santé Projet de loi relatif à la santé Synthèse des dispositions du projet de loi Le projet de loi de santé déposé le 15 octobre 2014 sur le bureau de l Assemblée nationale comporte 5 titres et 57 articles.

Plus en détail

PHARMACIE - NIVEAU 2

PHARMACIE - NIVEAU 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION PHARMACIE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale. Asurances, soins, biens médicaux

Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale. Asurances, soins, biens médicaux Présentation à la Direction des Santé Achats de la Société Générale 2003 Asurances, soins, biens médicaux Une culture globale et entrepreneuriale orientée client Innovation et fonctionnement en réseau

Plus en détail

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1ER JANVIER 2015

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1ER JANVIER 2015 PANORAMA RÉGION NORDPAS-DE-CALAIS ÉLÉMENTS DÉMOGRAPHIQUES LES PANORAMA AU 1ER JANVIER 2015 A B C D E G H DONNÉES GÉNÉRALES Nombre d inscrits physiques 4 470 (4 445 en 2013, +0,6%) Inscriptions nouvelles

Plus en détail

Les Assises du Médicament MAI 2011

Les Assises du Médicament MAI 2011 Propositions Pour Les Assises du Médicament MAI 2011 1 OBJECTIFS Être force de proposition pour la consolidation du statut de Visiteur Médical (VM) Informer le grand public des missions du VM. 2 Visite

Plus en détail

Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon. (21 novembre 2013) Université Claude Bernard. ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon

Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon. (21 novembre 2013) Université Claude Bernard. ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon Soirée e scientifique de la Société de Pharmacie de Lyon «La chimiothérapie anticancéreuse ambulatoire et à domicile» (21 novembre 2013) Université Claude Bernard ISPB Faculté de Pharmacie de Lyon La chimiothérapie

Plus en détail

L évolution de l acte pharmaceutique: réflexions à partir du modèle québécois

L évolution de l acte pharmaceutique: réflexions à partir du modèle québécois ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE L évolution de l acte pharmaceutique: réflexions à partir du modèle québécois Pour information, pharmacien B.Sc., M.Sc., FCSHP Conseiller en Gestion Pharmaceutique et de

Plus en détail

Code des bonnes pratiques de promotion des médicaments 1 EFPIA

Code des bonnes pratiques de promotion des médicaments 1 EFPIA CODE DES PRATIQUES DE L EFPIA Code des bonnes pratiques de promotion des médicaments 1 EFPIA Version adoptée par l EFPIA en novembre 2004 2 Traduit de la version originale adoptée en anglais 1 titre original

Plus en détail

DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006

DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Catherine Nelken Avocat Associée BMH AVOCATS La délégation de pouvoir Mode d organisation de l entreprise Mode de répartition des

Plus en détail

Fiches métiers. Fiches métiers

Fiches métiers. Fiches métiers Fiches métiers Fiches métiers Septembre 2010 EDITO Chers Confrères, Chères Consœurs, La Pharmacie occupe une place primordiale dans le système de santé et le public a besoin de pharmaciens. Attirer les

Plus en détail

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1 ER JANVIER 2015

LES PHARMACIENS PANORAMA AU 1 ER JANVIER 2015 RÉGION ALSACE PANORAMA ÉLÉMENTS DÉMOGRAPHIQUES LES PANORAMA AU 1 ER JANVIER 2015 A B C D E G H DONNÉES GÉNÉRALES Nombre d inscrits physiques 1 954 (1 941 en 2013, +0,7%) Inscriptions nouvelles 61 (65 en

Plus en détail

CHARTE DE L INFORMATION PAR DEMARCHAGE OU PROSPECTION VISANT A LA PROMOTION DES MEDICAMENTS

CHARTE DE L INFORMATION PAR DEMARCHAGE OU PROSPECTION VISANT A LA PROMOTION DES MEDICAMENTS COMITE ECONOMIQUE DES PRODUITS DE SANTE CHARTE DE L INFORMATION PAR DEMARCHAGE OU PROSPECTION VISANT A LA PROMOTION DES MEDICAMENTS La présente charte a pour objet de fixer, en tout lieu, les conditions

Plus en détail

CQP Vente et promotion de produits pharmaceutiques en officine. Référentiel d évaluation

CQP Vente et promotion de produits pharmaceutiques en officine. Référentiel d évaluation CQP Vente et promotion de produits pharmaceutiques en officine Référentiel d évaluation - 1 - Copyright CPNEIS juin 2007 La démarche CQP 1. Entretien de repérage préalable 2. Parcours de formation pour

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

POSER LA PROBLÉMATIQUE

POSER LA PROBLÉMATIQUE Dans le cadre de l'observatoire régional des prescriptions et du médicament, les Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie de Franche-Comté et de Bourgogne ainsi que les Facultés de Médecine et

Plus en détail

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens

Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens UE 6 INITIATION À LA CONNAISSANCE DU MÉDICAMENT Sophie LIABEUF Pharmacologie Amiens Règles de prescription Informations médicales concernant le patient (ATCD, âge, ) / situation socio-économique / situation

Plus en détail

Pharmacien industriel - Elaboration du référentiel de compétences - Travaux en cours. 1 Préambule

Pharmacien industriel - Elaboration du référentiel de compétences - Travaux en cours. 1 Préambule Pharmacien industriel - Elaboration du référentiel de compétences - Travaux en cours 1 Préambule En ce qui concerne l industrie, de très nombreux métiers sont accessibles au pharmacien. En fonction de

Plus en détail

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament

Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année. Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament Pharmacologie et thérapeutiques UE 2.11 IFSI 1 ère année Pharmacologie : Introduction - Généralités autour du médicament F. Bengeloun sept. 2015 Qu est ce que la pharmacologie? = Science des effets et

Plus en détail

Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes 180, boulevard Haussmann 75389 PARIS CEDEX 08 Tél. 01 53 89 32 00 Fax. 01 53 89 32 01 http : //www.conseil-national.medecin.fr Modèle de contrat de médecin coordonnateur en établissement d hébergement

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SECTION G CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SITES INTERNET Recommandations du Conseil central de la section G ONP/CCG Janvier 2012 A l heure où les

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION Séance n 3 Semaine du 23/02/2015

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION Séance n 3 Semaine du 23/02/2015 TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION Séance n 3 Semaine du 23/02/2015 Droit Le Gal-Fontès QCM n 1 : A B. Faux. Elles regardent toutes les étapes du processus : de

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de la santé _ Sous-direction de

Plus en détail

Annexe 1 : les 101 propositions émises par les groupes

Annexe 1 : les 101 propositions émises par les groupes Annexe 1 : les 101 s émises par les groupes Les décideurs de Propositions 5 Rendre accessible le traitement du domicile (via le pharmacie d'officine ou le médecin traitant, le carnet, le dossier, le Conserver

Plus en détail

JANVIER 2012. De quoi s agit-il? Pour qui? Combien ça rapporte?

JANVIER 2012. De quoi s agit-il? Pour qui? Combien ça rapporte? : LE PAIEMENT À LA PERFORMANCE JANVIER 2012 La convention médicale signée en juillet 2011 met en place un dispositif facultatif de paiement sur objectifs de santé publique. Chaque médecin choisit les indicateurs

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-31 du 9 janvier 2013 fixant les conditions de l expérimentation relative à la consultation du

Plus en détail

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant p les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant les interactions avec les professionnels de la santé P fizer est résolu à collaborer avec

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

Dr M. CHANELIERE Collège Lyonnais des Généralistes Enseignants Lyon 1 EA4129

Dr M. CHANELIERE Collège Lyonnais des Généralistes Enseignants Lyon 1 EA4129 Internet, télémédecine et soins de premier recours: utopie ou réalité? Dr M. CHANELIERE Collège Lyonnais des Généralistes Enseignants Lyon 1 EA4129 Dr V. SIRANYAN Institut des Sciences Pharmaceutiques

Plus en détail

Informatisation et pharmacie hospitalière

Informatisation et pharmacie hospitalière Systèmes d information Éléments de l informatisation du lieu d activité professionnelle Informatisation et pharmacie hospitalière Petit Abir CHU Amiens - Université de Picardie mai 2007 Quelques chiffres

Plus en détail

KOL Management. - Séminaires de Réflexion et de Formation - - Extraits du «Book» de Référence - Confidentiel 2014. Smart Pharma Consulting

KOL Management. - Séminaires de Réflexion et de Formation - - Extraits du «Book» de Référence - Confidentiel 2014. Smart Pharma Consulting KOL Management - Séminaires de Réflexion et de Formation - - Extraits du «Book» de Référence - Smart Pharma Institute of Management A division of Smart Pharma Consulting 1, rue Houdart de Lamotte 75015

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT Chloë Bezel HL Le Vigan Armelle Develay-Rambourg CHU Nîmes Eric Jobard CH St Brieuc Claire Pollet EPSM Armentières Edgar Tissot CHS Novillars Définition «L ETP vise à

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier Les métiers de la pharmacovigilance Des métiers en évolution dans une industrie de haute technologie et d'innovation Une mission d'évaluation et de gestion des risques liés à l'utilisation des médicaments

Plus en détail

EPP : quelle mise en œuvre pour les professionnels de santé autres que médecins? Ensemble, améliorons la qualité en santé 1

EPP : quelle mise en œuvre pour les professionnels de santé autres que médecins? Ensemble, améliorons la qualité en santé 1 EPP : quelle mise en œuvre pour les professionnels de santé autres que médecins? Ensemble, améliorons la qualité en santé 1 EPP : Quelle mise en œuvre pour les pharmaciens? 2 Sylvère QUILLEROU Membre du

Plus en détail

EFERENTIEL DES BONNES PRATIQUES DE LA VISITE MEDICALE DES ENTREPRISES DU MEDICAMENT 2004... La recherche avance, la vie progresse

EFERENTIEL DES BONNES PRATIQUES DE LA VISITE MEDICALE DES ENTREPRISES DU MEDICAMENT 2004... La recherche avance, la vie progresse R EFERENTIEL DES BONNES PRATIQUES DE LA VISITE MEDICALE DES ENTREPRISES DU MEDICAMENT 2004... La recherche avance, la vie progresse Préambule «La vocation des Entreprises du Médicament, est de contribuer

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Informatisation de la prescription

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Informatisation de la prescription Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Informatisation de la prescription J.P. Genillon Pharmacien hygiéniste Contexte (1) Bon usage des antibiotiques

Plus en détail

1. Contexte... 2. 2. Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement... 2

1. Contexte... 2. 2. Modalités d évaluation et fixation du taux de remboursement... 2 Guide méthodologique d accompagnement à l annexe du contrat de bon usage des médicaments, produits et prestations (CBUMPP3) portant «rapport d étape annuel» - 2015 Table des matières 1 ère PARTIE : modalités

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS Charte Régionale PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament

Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Gestion des risques a priori sur le circuit du médicament Expérience de la Clinique du Parc de Charleville-Mézières Hélène Vanoverberghe Pharmacien Responsable Assurance Qualité Contexte institutionnel

Plus en détail

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments 144 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 4 : Renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation

Plus en détail

Coordination Ville Hôpital

Coordination Ville Hôpital Coordination Ville Hôpital Lien entre pharmaciens et utilisation d une banque de données Bassin sanitaire alésien 2 juin 2015 Jean-Pierre CORNUT, Pharmacien d officine, URPS Pharmaciens LR Vincent BOUIX,

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

GRANDE CONFERENCE DE SANTE

GRANDE CONFERENCE DE SANTE Le 17 septembre 2015 GRANDE CONFERENCE DE SANTE GROUPE DE TRAVAIL FORMATION CONTRIBUTION DE LA FSPF SUR LA FORMATION DES PHARMACIENS ET DES PREPARATEURS EN PHARMACIE Philippe GAERTNER Président Philippe

Plus en détail