AUDIT 2009 des UCPC de Lorraine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUDIT 2009 des UCPC de Lorraine"

Transcription

1 AUDIT 2009 des UCPC de Lorraine Nom de l'établissement Date Nombre de préparations / an : Date d'installation: Personnes présentes Nom / Prénom Fonction Signature Réseau Oncolor

2 SOMMAIRE Page I PLAN DE GESTION DES RISQUES 4 II LA PRESCRIPTION 5 II.1. Les ordonnances 5 II.2. La liste des prescripteurs 7 II.3. Les protocoles de référence 7 II.4. La validation de l ordonnance de chimiothérapie 8 III. LES PROCEDURES DE PREPARATION 9 III.1. La fiche de fabrication 9 III.2. Le système informatique 12 III.3. La préparation proprement dite 14 III.4. Contrôles avant dispensation 15 III.5. Documents d enregistrement de la préparation 16 IV. LES PROCEDURES D ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS (ANTICANCEREUX ET ADJUVANTS) 17 V. LE PERSONNEL 18 V.1. Les effectifs 18 V.2. La formation 19 V.3. Protection du personnel 19 VI. LES LOCAUX ET L EQUIPEMENT 20 VI.1. Unité centralisée équipée d une hotte à flux laminaire 24 VI.1.1. Le local de travail externe 25 VI.1.2. Le local de stockage 25 Réseau Oncolor

3 VI.1.3. Le SAS des matières 26 VI.1.4. Le SAS des déchets 26 VI.1.5. Le SAS du personnel 27 VI.1.6. Le local de préparation 27 VI.1.7. La hotte à flux d air laminaire vertical 28 VI.2. Unité centralisée équipée d un isolateur 29 VI.2.1. Le local de travail externe 30 VI.2.2. Le local de stockage 31 VI.2.3. Le SAS des matières 31 VI.2.4. Le SAS des déchets 32 VI.2.5. Le SAS du personnel 32 VI.2.6. Le local de préparation 33 VI.2.7. L isolateur 34 VI.3. Qualification, Validation, Entretien, Maintenance 35 VII. LES DECHETS 36 VIII. LOGISTIQUE ET TRANSPORT 36 IX. LA GESTION DE LA QUALITE DES UCPC 37 IX.1. Gestion documentaire 37 IX.2. Contrôles 38 IX.3. Evaluation 39 Réseau Oncolor

4 I PLAN DE GESTION DES RISQUES Un plan de gestion des risques est formalisé au sein de l UCPC intégrant les risques d iatrogénie, Il existe un document décrivant le de contamination chimique et de contamination plan de gestion des risques microbiologique. Les incidents sont relevés, analysés, enregistrés et les mesures correctives apportées sont tracées, et évaluées. Le choix des installations, équipements et des procédures fait l objet d une analyse de risques préalable et documentée. La maîtrise des flux de personnel, de produits et d information participe à cette gestion des risques. Il existe un document d enregistrement des incidents et des mesures correctives Celui-ci intègre l évaluation planifiée de ces mesures Présence des données justificatives dans le plan de gestion des risques Circuit du personnel (fiches de poste, formation validée et évaluée, surveillance, remplacements) Circuit des produits (procédures de la commande à la dispensation) Circuit d information (réseaux de communication au sein de l UCPC, entre l UCPC et des services de soins, logiciel informatique, marches dégradées définies et évaluées) Les conduites à tenir en cas d incident et les Liste exhaustive de diffusion signée procédures de marche dégradée sont connues des agents concernés des agents concernés. Réseau Oncolor

5 II LA PRESCRIPTION La prescription est informatisée avec un logiciel intégré, en réseau entre les unités de soins et l UCPC. Nom du logiciel : Le logiciel fonctionne en réseau : Complet, entre les services de soins et l UCPC : Partiel, à préciser Pourcentage de prescriptions informatisées par rapport au total des prescriptions de chimiothérapie de l établissement = Chaque ordonnance doit comporter : Identification établissement et service de soins Identification du prescripteur II.1. Les ordonnances Les mentions légales de l arrêté du 31 mars 1999 et notamment : Date de la prescription Identification du patient (nom prénom, âge ou date de naissance) DCI produit A vérifier sur modèle d ordonnance Posologie Jours d administration Renouvellement/ cure Réseau Oncolor

6 Poids, taille et surface corporelle Données propres à une ordonnance de chimiothérapie Dose prescrite Contenant, solvant Le diagnostic A vérifier sur modèle d ordonnance Le protocole de référence L accès au dossier patient est possible : Accès au dossier papier Accès au dossier informatique Le contrôle pharmaceutique porte sur la stratégie thérapeutique : Le contrôle pharmaceutique porte sur le bon usage des médicaments : Validation de l indication AMM Validation du respect des référentiels nationaux A défaut de référentiels nationaux, validation du respect des référentiels régionaux Accès aux comptesrendus RCP Accès aux données physiopathologiques du patient Accès à l historique médicamenteux Validation des interactions médicamenteuses Accès aux effets indésirables rencontrés Préciser documents sources Préciser documents sources Préciser documents sources Validation par le pharmacien Réseau Oncolor

7 Il existe une liste des prescripteurs et de leurs signatures ou de leurs identifiants (codes d'accès) informatique. II.2. La liste des prescripteurs Présentation de la liste La liste des prescripteurs ou des profils utilisateurs informatiques précise le degré d habilitation du prescripteur à la validation d une chimiothérapie. Elle est validée par le chef de service de chaque secteur. Elle est validée par le pharmacien référent de l'ucpc. Les protocoles de référence* sont déposés à la pharmacie et sont à jour : Sous forme papier Sous forme informatique, et sauvegardés II.3. Les protocoles de référence Exemples de protocole qui doivent être datés, version numérotée, enregistement chronologique Ils doivent être référencés dans le logiciel informatique après validation pharmaceutique : Il existe une procédure de mise en ligne d un protocole La validation pharmaceutique est enregistrée pour tous les protocoles Mise à disposition de la procédure comme élément de preuve * Les protocoles de référence s appuient sur les référentiels nationaux, sur les référentiels régionaux, sur les travaux des sociétés savantes ou sur les publications des revues nationales et internationales à comité de lecture. Réseau Oncolor

8 La validation des ordonnances est réalisée par un pharmacien habilité. II.4. La validation de l ordonnance de chimiothérapie Les données légales et spécifiques d une ordonnance de chimiothérapie Cf paragraphe II.2 La validation de l ordonnance de chimiothérapie porte sur les éléments suivants : Le contrôle des doses (Suivi des doses cumulées) L adéquation de l indication aux protocoles de référence Enregistrement des doses Vérification du protocole de référence Leur adéquation aux Si possible, accès aux paramètres paramètres biologiques du biologiques et la connaissance des patient et à son dossier traitements en cours pharmaceutique Les informations des RCP sont accessibles au pharmacien pour la validation des ordonnances : Par la présence du pharmacien aux RCP Par l accès aux comptesrendus des RCP Taux de participation Réseau Oncolor

9 III. LES PROCEDURES DE PREPARATION La fiche de fabrication est éditée à partir d un système informatique en réseau, en lien direct avec la prescription, sans saisie manuelle des données. III.1. La fiche de fabrication Démonstration sur site La fiche de fabrication est éditée à partir d un modèle validé intégré au système informatique. Exemple d'une fiche de fabrication complétée nom du médicament (DCI) et dose nom du solvant et volume nature du contenant forme pharmaceutique Une fiche de fabrication doit comporter tous les éléments décrits dans l annexe A des BPP A.9. Présence des éléments suivants : n de préparation date de préparation date de péremption n de lot des produits quantité préparée conditionnement Exemple de fiche de fabrication remplie (n d'enregistrement) étiquettes intervenants mode opératoire Réseau Oncolor

10 Les étiquettes respectent les mentions légales. (Bonnes Pratiques de Préparation - Annexe A.5. Etiquetage des préparations terminées). Présence des éléments suivants sur l étiquette : Les étiquettes respectent les mentions réglementaires selon l'article R du CSP - l'article R du CSP (essai clinique) La fiche de fabrication est validée par le pharmacien. la dénomination de la préparation le nom et l adresse de la pharmacie à usage intérieur la désignation du médicament son dosage en substance(s) active(s) sa forme pharmaceutique sa voie d administration le numéro d'ordonnancier la date limite d'utilisation le mode de conservation spécifique le cas échéant autres indications éventuelles (posologie, mode d'utilisation, précautions d'emploi, présence d excipient à effet notoire ) Mention : "Respecter les doses prescrites" en caractères noirs sur fond rouge Etiquetage en français, identification du produit et de l'essai, traçabilité, faciliter l'usage adéquat Liste des pharmaciens habilités à valider une fiche de fabrication et signature correspondante Exemple d'étiquette (lisibilité, voie d'administration précisée, ) Réseau Oncolor

11 Les spécialités réceptionnées sont La traçabilité des enregistrées (numéro de produits utilisés dans lot et péremption) dans le une préparation est logiciel de gestion de assurée de la réception l UCPC. des spécialités par la PUI jusqu à leur administration au patient. Inscription des numéros de lot lors de la préparation sur la fiche de fabrication. si le logiciel gère le stock des spécialités pharmaceutiques Mode d enregistrement : informatique ou manuel Mode d enregistrement : informatique ou manuel Réseau Oncolor

12 L informatisation du circuit de la chimiothérapie existe à toutes les étapes, sans saisie ou recopiage des données. III.2. Le système informatique Nom du logiciel + fabricant : Homologation du logiciel, n d homologation : En cas de réponse partielle, préciser les étapes du circuit qui sont informatisées et celles qui ne le sont pas (voir détails critère suivant) Niveau d informatisation : Prescription Le protocole thérapeutique Le calcul automatique de la surface corporelle et des doses Les doses maximales par injection Le calcul des doses cumulatives réellement administrées au patient Préparation La fiche de fabrication L édition des étiquettes Administration Plan de soins informatisé Compte-rendus de réunions avec La conception, la mise en place et l évolution du service informatique (cahier des système informatique doit impliquer le pharmacien. charges, évolutions ) La configuration du système est documentée ainsi que chacune de ses modifications. Enregistrement des modifications L accès au système informatisé est protégé par codes d accès et mots de passe. Liste des utilisateurs Réseau Oncolor

13 L attribution des codes d accès s effectue par profils utilisateurs. Répartition par profils utilisateurs La sauvegarde des données est assurée et automatisée. Modalités de sauvegarde N de version Le système doit être évolutif. Le matériel informatique est de capacité suffisante, pour éviter tout risque d erreur dû à une insuffisance technique. Un contrat d assistance et de maintenance du système informatisé est conclu avec un organisme qualifié. Date de dernière mise à jour L historique des mises à jour est disponible Enregistrement des pannes informatiques, de leurs conséquences et des mesures correctives prises Copie du contrat d assistance et de maintenance du logiciel Réseau Oncolor

14 Les techniques de préparation sont conformes à celles décrites dans le manuel d autoévaluation Oncolor. III.3. La préparation proprement dite Présentation de la dernière autoévaluation (manuel Oncolor) : score obtenu au chapitre 3.2 Manipulations : réalisation des gestes élémentaires Les procédures de préparation doivent intégrer toutes les mesures nécessaires destinées à assurer la protection vis-à-vis de la contamination chimique des personnes et de l environnement sur l ensemble du circuit d une chimiothérapie, de la préparation à l administration. Enumération des mesures prises (par exemple : utilisation de prises d air ou d aiguilles prises d air, utilisation de compresses, changement régulier des gants des manipulateurs, purge des tubulures avec le véhicule de perfusion, procédures de conduite à tenir en cas de projections, de casse, contrôle de la contamination des surfaces ) Limites acceptables (habillage, gants, prises d'air, monte et purge des tubulures, kit de casse) et indicateurs (contrôles de la contamination chimique des surfaces) Vérification de leur connaissance par le personnel Les procédures de préparation doivent intégrer toutes les mesures nécessaires destinées à assurer la protection vis-à-vis de la contamination croisée entre les préparations. Enumération des mesures prises (par exemple : respect du flux d air, espacement des objets sur le plan de travail, procédures strictes de nettoyage, préparation par campagnes ) Les procédures de préparation doivent intégrer toutes les mesures nécessaires destinées à assurer la protection des préparations vis-à-vis de toute contamination microbiologique. Une procédure permettant de réaliser une chimiothérapie en urgence est formalisée par écrit. Enumération des mesures prises (par exemple : respect des règles d hygiène, des procédures de nettoyage/désinfection validées par le CLIN, vérification de la qualité microbiologique par des prélèvements d air et de surfaces ) Présentation de la procédure comme élément de preuve Préparation dans l'ucpc ou dans le service de soins (mode de diffusion de la procédure) Réseau Oncolor

15 La dispensation d une préparation intervient après contrôle pharmaceutique avec le dossier de préparation. Le cas échéant, les préparations terminées en attente de libération/dispensation sont mises en quarantaine dans une zone isolée, et selon un circuit approprié. III.4. Contrôles avant dispensation Observation ou fourniture de la procédure correspondante (selon activité du jour) Observation ou fourniture de la procédure correspondante (selon activité du jour) Interrogation du personnel sur la connaissance de la procédure Les contrôles sont qualitatifs. Ils sont réalisés par une personne différente de celle ayant réalisé la préparation. Exemple de contrôles effectués : visuels, lecture des volumes, caractères organoleptiques Les contrôles sont quantitatifs. Ils sont réalisés par une personne différente de celle ayant réalisé la préparation. Exemple de contrôles effectués : visuels, lecture des volumes, caractères organoleptiques Méthode de dosage, % de la production contrôlée A chaque étape de la préparation, les agents sont clairement définis et identifiables (signature). Les numéros de lots (médicaments et solvants) sont inscrits sur la fiche de fabrication. Planification hebdomadaire des tâches du personnel si l identification des intervenants (manipulateur, contrôle) figure sur les fiches de fabrication si l inscription des numéros de lots figure sur les fiches de fabrication Réseau Oncolor

16 Un registre d enregistrement des préparations est tenu conformément à l annexe A des Bonnes Pratiques de Préparation - Annexe A.8. Registre des préparations. Chaque préparation se voit attribuer un numéro d ordre servant de numéro de lot. III.5. Documents d enregistrement de la préparation Présentation du registre des préparations Lors de leur dispensation, les préparations sont enregistrées sur un ordonnancier, qui reprend le numéro d ordre du registre des préparations, conformément au des BPP. Vérification de l ordonnancier de dispensation La gestion des anomalies, des retours, des réclamations et des rappels de lot est organisée. Présentation de la procédure correspondante L archivage est organisé. Les archives sont facilement consultables. Présentation de la procédure correspondante Réseau Oncolor

17 IV. LES PROCEDURES D ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS (ANTICANCEREUX ET ADJUVANTS) Un plan d administration des médicaments anticancéreux et des adjuvants est disponible. Les noms des produits en DCI, Les doses à administrer, Le plan d administration comporte : La nature et le volume des véhicules de perfusion à administrer, La chronologie et la durée d administration, Les consignes de surveillance. Il comporte les conduites à tenir en cas de complications. Le plan d administration est édité, autant que possible, informatiquement en lien direct avec la prescription et le protocole thérapeutique. Présentation d un modèle sur site Un kit d extravasation est mis à disposition dans les services de soins. Liste récapitulative des services concernés Réseau Oncolor

18 V. LE PERSONNEL Les préparations sont réalisées par du personnel pharmaceutique uniquement, spécifiquement formé et sous la responsabilité effective du pharmacien habilité. Organigramme de l UCPC (avec les qualifications du personnel, et les responsabilités de chacun) L effectif affecté à l'unité Centralisée doit être qualifié et en nombre suffisant afin d assurer les préparations proprement dites ainsi que toutes les opérations d entretien, de maintenance et de contrôles de la qualité : Nombre de préparations réalisées par an V.1. Les effectifs Nombre (en ETP) de préparateurs et pharmaciens affectés à l UCPC 2500 préparations par an : 1 pharmacien temps-partiel et un préparateur mi-temps. De 2500 à 5000 préparations par an : 1 ETP pharmacien et 1 ETP préparateur. > 5000 préparations par an : 1 ETP préparateur par tranche de 5000 et 1 ETP pharmacien par tranche de préparations. Tout le personnel est surveillé régulièrement par le service de santé au travail qui assure une traçabilité de ce suivi. Eléments de preuve de l organisation de cette surveillance : procédure, calendrier des visites, etc L éviction des personnels de l unité est envisagée en cas de grossesse, d allaitement ou en cas de toute affection pouvant constituer un risque de contamination. Eléments de preuve de l organisation de cette éviction Réseau Oncolor

19 Tout le personnel des Unités Centralisées doit bénéficier d une formation initiale spécifique et d une formation continue. Programme de formation et enregistrement des formations suivies par le personnel de l'unité V.2. La formation Le personnel doit être régulièrement réévalué. Rapports d évaluation Cette démarche concerne à la fois le personnel affecté à la gestion de l unité ainsi que le personnel extérieur intervenant pour le transport, le nettoyage, la maintenance, l élimination des déchets. Enregistrement des formations données aux divers agents La protection du personnel est basée sur la mise à disposition de mesures de protection individuelles et collectives ainsi que sur la formation continue des agents. V.3. Protection du personnel Affichage des tenues vestimentaires de protection Contrôle d intégrité des équipements (enregistrements divers) Vérification des connaissances des procédures d urgence Une douche d urgence est installée à proximité de l UCPC. L accès à un dispositif de type rince-œil est accessible au sein de l UCPC et la prise en charge ophtalmologique est organisée, y compris dans les situations d urgence. Consultation en ophtalmologie y compris en situation d urgence (cf procédure) Réseau Oncolor

20 En cas d incident, de type coupure, piqûre ou projection, un kit de réparation est disponible pour l équipement et un kit de soins est disponible pour le personnel. La consultation auprès des médecins du travail est organisée en cas d incident intervenant au niveau de l UCPC ; les incidents sont tracés dans le dossier individuel des agents. Existence d une procédure de prise en charge en cas d incidents divers Un kit de casse est disponible dans les zones à risque : local de réception, stockage, préparation, services de soins. : s'assurer de sa présence et de sa composition VI. LES LOCAUX ET L EQUIPEMENT La préparation est centralisée sous contrôle effectif du pharmacien au sein de la PUI. Organigramme de la pharmacie L aménagement des locaux en différentes zones de caractéristiques définies intervient en complément des procédures de préparation évoquées précédemment pour contribuer à prévenir toute contamination croisée entre les préparations. Plan des locaux avec identification des zones de pression Circuit des matières (cf. I Plan de gestion des risques) Réseau Oncolor

21 Une qualification physique et bactériologique doit être effectuée à réception de l équipement par un organisme indépendant du fabricant ou de l installateur. Rapports de qualification Une qualification de performance a complété la qualification de réception (elle prend en compte l organisation de chaque unité en fonction de son niveau d activité et de son aménagement). Rapport de qualification de performance Le schéma aéraulique de la pièce de préparation n augmente pas le risque de contamination pour la préparation, pour le manipulateur, et pour l environnement. Plan des locaux avec identification des zones de pression Dans des locaux différents Les préparations dangereuses sont séparées des préparations non dangereuses : Sur des appareils différents En fonctionnant par campagne de préparation. (Bonnes Pratiques de Préparation Chapitre 7.3. Locaux) Seules les chimiothérapies anticancéreuses sont reconstituées dans l UCPC. Les locaux sont identifiés par une signalétique appropriée. Réseau Oncolor

22 La communication entre les locaux se fait par des sas adaptés avec des procédures d asservissement et des dispositifs audio/visuels permettant le contact visuel. Toutes les surfaces (murs et sols, plans de travail, etc.) sont conçues pour une parfaite inertie chimique évitant les risques d adsorption ou de fixation des produits à risque et sont faciles à nettoyer. Fiche technique des revêtements murs, sols, plans de travail Absence de recoin difficile d accès Les zones de travail sont ergonomiques. La température des locaux est contrôlée. L hygrométrie des locaux est contrôlée. Enregistreur de température (+ traçabilité enregistrement) Mesure régulière de l hygrométrie (+ traçabilité des mesures) Les contaminations microbiennes et particulaires sont contrôlées (ISO , BPP- BO 2007 / 7 bis) Prélèvements de surface (+ traçabilité prélèvements) Prélèvements d air : microbiologique et particulaire Sur le traitement d air Sur la hotte ou l isolateur Des systèmes d alarme sont installés : Sur le réfrigérateur Et sont reliés à un poste central de surveillance et la transmission des informations est organisée Alarme d avertissement sur équipements : hotte, isolateur, réfrigérateur, cascade de pression Réseau Oncolor

23 Les locaux sont équipés d un indicateur de gradient de pression. Il est relié si possible à un système d alarme. Enregistrements ou feuilles de relevés manuels Les informations données par cet indicateur sont régulièrement relevées ou enregistrées. Fréquence de relevé, mode de transmission au pharmacien Réseau Oncolor

24 VI.1. Unité centralisée équipée d une hotte à flux laminaire Local de travail externe, L activité de l unité est regroupée au minimum en 6 locaux contigus, par exemple : Local de stockage, Local de préparation, SAS du personnel, SAS des matières, SAS des déchets. Un espace est réservé à l équipement de nettoyage des locaux. (matériel différent selon la zone, équipement dédié, ) La cascade de pression entre ces différents locaux est de 12,5 à 15 Pa. par lecture de l indicateur de gradient de pression L évacuation active de l air permet de ne pas contaminer les autres locaux de travail. Evacuation active de l air hors des zones de l UCPC Entre chaque local, des procédures d asservissement des portes sont mises en place. La surface réservée à l activité de l unité est fonction du nombre de préparations. Portes asservies, à défaut : dispositifs pour empêcher l'ouverture simultanée des portes Plan des locaux avec indications des surfaces des différentes zones de l UCPC Surface : une hotte (51m²) deux hottes (71m²) Si plusieurs hottes : placées de telle sorte que les flux ne se contrarient pas (à vérifier par contrôles physiques lors de l'installation et/ou qualifications). Réseau Oncolor

25 VI.1.1. Le local de travail externe Il est réservé à l acte pharmaceutique et comprend entre autres la documentation (thésaurus de protocole, bibliographie, manuel assurance qualité ), le dossier patient, le système informatique. La zone de travail du pharmacien comporte tous les éléments nécessaires à son activité de validation L atmosphère du local de travail externe n est pas contrôlée. Un sas de communication est aménagé entre le local des préparations et le local de travail externe permettant le transfert (des fiches de fabrication et) des produits finis tout en évitant la contamination des locaux. Présence d un sas de communication Contact visuel et audio avec la zone de préparation VI.1.2. Le local de stockage Ce local sert au stockage des matières, il est contigu aux autres locaux. Stockage isolé du stock général de la PUI Le local est en dépression par rapport aux autres locaux et l évacuation active de l air permet de ne pas contaminer les autres locaux de travail de la PUI. Indicateur de pression Extraction de l air vers l extérieur de l'établissement Les procédures de manipulation des produits (protection, incident) sont connues par le personnel. Affichage de la procédure et interrogation des agents Réseau Oncolor

26 VI.1.3. Le SAS des matières Ce local est dédié au transfert des produits vers le local de préparation et à l évacuation des déchets du local de préparation vers l extérieur du secteur. Sas dédié au transfert des produits Son atmosphère contrôlée est de classe C et en dépression (par rapport à l extérieur). Indicateur de pression VI.1.4. Le SAS des déchets Ce local est dédié à l évacuation des déchets du local de préparation vers l extérieur du secteur. Sas dédié à l évacuation des déchets Son atmosphère contrôlée est de classe C et en dépression (par rapport à l extérieur). Indicateur de pression Réseau Oncolor

27 VI.1.5. Le SAS du personnel Il est divisé en 2 zones et sert pour la zone «sale» au déshabillage et au lavage des mains et pour la zone «propre» à l habillage stérile. Observation de la délimitation des 2 zones et garantie du respect de celles-ci Son atmosphère contrôlée est de classe C et en surpression par rapport à l'extérieur. Le SAS est équipé d un point de lavage avec alimentation par commande fémorale ou coude voire à déclenchement automatique. Indicateur de pression Préciser le type de système existant et sa localisation (zone propre ou sale) Il est réservé à la préparation stérile proprement dite. VI.1.6. Le local de préparation Son atmosphère contrôlée est au moins de classe C avec 20 renouvellements d air par heure et en surpression. Rapport de qualification ou de maintenance du local La surpression est mesurée en continu. Indicateur de pression Son aménagement est conforme aux lignes directrices des bonnes pratiques en vigueur et comprend notamment : Des surfaces lisses, inertes chimiquement, Des angles arrondis, Un éclairage intégré, Une paroi vitrée afin de permettre le contrôle des différentes étapes de préparation. Réseau Oncolor

28 Elle est au minimum de type II b. VI.1.7. La hotte à flux d air laminaire vertical Référence et documentation Le plan de travail est de préférence d un seul tenant et la grille de répartition de l air en acier inoxydable. L évacuation de l air s effectue à l extérieur du bâtiment. L atmosphère contrôlée est de classe A sous la hotte. Rapport de qualification ou de maintenance de la hotte Réseau Oncolor

29 L activité de l unité est regroupée au minimum en 6 locaux contigus, par exemple : Local de travail externe, Local de stockage, Local de préparation, SAS du personnel, SAS des matières, SAS des déchets. VI.2. Unité centralisée équipée d un isolateur Un espace est réservé à l équipement de nettoyage des locaux. (matériel différent selon la zone, équipement dédié, ) La cascade de pression entre les différents locaux est de 12,5 à 15 Pa. par lecture de l indicateur de gradient de pression L évacuation active de l air permet de ne pas contaminer les autres locaux de travail. Evacuation active de l air hors des zones de l UCPC Entre chaque local, des procédures d asservissement des portes sont mises en place. Portes asservies, à défaut : dispositifs pour empêcher l'ouverture simultanée des portes La surface réservée à l activité de l unité est fonction du nombre de préparations. Plan des locaux avec indications des surfaces des différentes zones de l UCPC Surface : un isolateur (61m²) deux isolateurs (81m²) Réseau Oncolor

30 VI.2.1. Le local de travail externe Il est réservé à l acte pharmaceutique et comprend entre autres la documentation (thésaurus de protocole, bibliographie, manuel assurance qualité ), le dossier patient, le système informatique. La zone de travail du pharmacien comporte tous les éléments nécessaires à son activité de validation Un sas de communication est aménagé entre le local des préparations et le local de travail externe permettant le transfert (des fiches de fabrication et) des produits finis tout en évitant la contamination des locaux. L atmosphère du local de travail externe n est pas contrôlée. Présence d un sas de communication Contact visuel et audio avec la zone de préparation Réseau Oncolor

31 VI.2.2. Le local de stockage Ce local sert au stockage des matières, il est contigu aux autres locaux. Stockage isolé du stock général de la PUI Le local est en dépression par rapport aux autres locaux et l évacuation active de l air permet de ne pas contaminer les autres locaux de travail de la PUI. Indicateur de pression Extraction de l air vers l extérieur de la PUI Les procédures de manipulation des produits sont connues par le personnel. Affichage de la procédure et interrogation des agents VI.2.3. Le SAS des matières Ce local est dédié au transfert des produits vers le local de préparation et à l évacuation des déchets du local de préparation vers l extérieur du secteur. Sas dédié au transfert des produits Son atmosphère contrôlée est de classe D et en dépression (par rapport à l extérieur). Indicateur de pression Réseau Oncolor

32 VI.2.4. Le SAS des déchets Ce local est dédié à l évacuation des déchets du local de préparation vers l extérieur du secteur. Sas dédié à l évacuation des déchets Son atmosphère contrôlée est de classe D et en dépression (par rapport à l extérieur). Indicateur de pression VI.2.5. Le SAS du personnel Il est divisé en 2 zones : zone «sale» pour le déshabillage et le lavage des mains et zone "propre" pour l habillage. Son atmosphère contrôlée est de classe D et en surpression. Indicateur de pression Le SAS est équipé d un point de lavage avec alimentation par commande fémorale ou coude voire à déclenchement automatique. Préciser le type de système existant Réseau Oncolor

évaluation des Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien CHR Metz-Thionville COPOB 14 avril 2011

évaluation des Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien CHR Metz-Thionville COPOB 14 avril 2011 Les démarches d d éd évaluation des Unités s Centralisées es de Préparation des Chimiothérapies anticancéreuses au sein du réseau r Oncolor Nathalie FABIE Pharmacien réseau ONCOLOR Véronique NOIREZ Pharmacien

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

Gestion des incidents dans l UCPC

Gestion des incidents dans l UCPC Pharmacie Réseau Oncolor Gestion des incidents dans l UCPC Version 0-7 32.03.01 / Proc_gestion_incidents_v0.7 Réseau Oncolor 2013 1/14 Historique des modifications Date Version Description Auteurs 17/03/2010

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS Capacités COMPÉTENCES C1 Préparation des activités Réalisation d activités Relations avec les clients, avec

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE 1 ACTIVITES TECHNIQUES AIDE DENTAIRE / GESTION DU RISQUE INFECTIEUX Préparer et entretenir la salle de soins Entretenir la salle de stérilisation

Plus en détail

Conduite des Essais Cliniques en Pharmacie Hospitalière Organisation du circuit du médicament

Conduite des Essais Cliniques en Pharmacie Hospitalière Organisation du circuit du médicament Conduite des Essais Cliniques en Pharmacie Hospitalière Organisation du circuit du médicament Anne Daguenel-Nguyen Pharmacien Hôpital Saint-Antoine FARC 1 PREMIERE PARTIE: Quel est le rôle du pharmacien

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie et les CQP des industries chimiques @ COPYRIGHT LEEM - Page 1 sur 51 Sommaire 1 - Finalités des passerelles... 3 2 - Principes

Plus en détail

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED République du Mali Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED Mars 2006 Elaboration d un guide concernant les grossistes sur

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Poitou-Charentes. Commission Sécurisation du circuit du médicament Groupe informatisation du circuit

Poitou-Charentes. Commission Sécurisation du circuit du médicament Groupe informatisation du circuit Observatoire Régional du MEdicament et des Dspositifs Médicaux Stériles Page 1 sur 17 Ce document a été élaboré par le groupe (informatisation du circuit du médicament) travaillant dans le cadre de l ORMEDMS.

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS Références juridiques : Articles L.5125-33 à L.5125-41, article L.5122-6-1 et article

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

REPOBIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

REPOBIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana REPOBIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana CONTEXTE 2 INTRODUCTION... 2 I. QUELQUES DEFINITIONS ET CONCEPTS... 2 I.1. Qu est ce que les archives?... 2 I.2. Pourquoi archiver?... 2 I.3.

Plus en détail

chaine du froid 31 janvier 2013

chaine du froid 31 janvier 2013 Médicaments et chaine du froid 31 janvier 2013 Plan 1 ère partie: les bonnes pratiques en référence au recommandations du conseil de l Ordre 2 ème partie: Expérience du centre hospitalier 2 partie: Expérience

Plus en détail

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS EQUIPEMENT MESURE AUTOMATE MAINTENANCE Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS Nom Fonction Date et Signature Référent Métrologie Maintenance Examens Rédaction Gilles LE MAILLOT de

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DE PHARMACIE HOSPITALIERE

BONNES PRATIQUES DE PHARMACIE HOSPITALIERE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE MINISTERE DELEGUE A LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS BONNES PRATIQUES DE PHARMACIE HOSPITALIERE 1 ère édition juin 2001 SOMMAIRE

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX . MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX NOMENCLATURE : 81-17 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25 Tableau comparatif Décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis à autorisation de mise sur le marché et à

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Guide méthodologique pour les EVALUATIONS Demandées au Contrat de Bon usage 2009-2011 PACA Corse

Guide méthodologique pour les EVALUATIONS Demandées au Contrat de Bon usage 2009-2011 PACA Corse OMIT PACA CORSE Agence Régionale de l Hospitalisation de Provence Alpes Côte d Azur Guide méthodologique pour les EVALUATIONS Demandées au Contrat de Bon usage 2009-2011 PACA Corse OMIT ARH PACA CORSE

Plus en détail

Compact Monitoring Technology de Siemens : votre solution de suivi de vos conditions environnementales

Compact Monitoring Technology de Siemens : votre solution de suivi de vos conditions environnementales *Des réponses pour les infrastructures. Compact Monitoring Technology de Siemens : votre solution de suivi de vos conditions environnementales Surveillez vos paramètres environnementaux et réduisez vos

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 Introduction Les principales nuisances susceptibles d être rencontrées sur un chantier proviennent de la gestion des déchets, du bruit et des

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Sommaire 1 Domaine d application... 1 1.1 Généralités... 1 1.2 Périmètre d application... 1 2 Management de la Qualité et responsabilité

Plus en détail

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE SUJET DE CONCOURS COMMUN AUX CENTRES DE GESTION : CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ENVIRONNEMENT, HYGIENE» Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE Académies : Martinique Guadeloupe Session : ETABLISSEMENT... EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE NOM Prénom EVALUATION EN CENTRE Situation Pratique (45 min maximum) DATE. SITUATION SE DEROULANT

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur

Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur Repères pour votre pratique Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur Mars 2012 Mise à jour en

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

La maîtrise de la contamination qu elle SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT

La maîtrise de la contamination qu elle SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT CVC N 868 MARS/AVRIL 2011 SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT SALLES PROPRES ET MAÎTRISE DE LEUR ENVIRONNEMENT Le concept et la réalisation d installations dans les salles dites propres ou

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

GESTION DE STOCK. July 2009. Hilde De Boeck

GESTION DE STOCK. July 2009. Hilde De Boeck GESTION DE STOCK July 2009 Hilde De Boeck Table des matières Introduction Organisation du stock centrale 1. Gestionnaire de stock 2. Stockage: - Les Conditions - Rangement des produits 3. Les outils de

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Formation en e-learning des professionnels pharmaceutiques hospitaliers La plateforme Onco-TICE

Formation en e-learning des professionnels pharmaceutiques hospitaliers La plateforme Onco-TICE 1 Formation en e-learning des professionnels pharmaceutiques hospitaliers La plateforme Onco-TICE Sophie Henn-Ménétré, pharmacien, CHU NANCY 2 Introduction/Historique 1998 : convention constitutive réseau

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

traçabilité en milieu médical

traçabilité en milieu médical traçabilité en milieu médical SOLUTIONS - EFFICACITÉ - SÉCURITÉ la traçabilité, pourquoi? Améliorer la sécurité du patient et la qualité des soins Améliorer la qualité des soins de santé est un enjeu majeur

Plus en détail

Assurance de la qualité Initiation

Assurance de la qualité Initiation Assurance de la qualité Initiation Définition et principe La qualité, c est : L aptitude d un ensemble de caractéristiques intrinsèques à satisfaire des exigences ISO 9000 2000 3.1.1 Série des normes ayant

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

Contexte de la chimiothérapie à domicile

Contexte de la chimiothérapie à domicile Marie LAFFETAS / Stéphanie COUDERT Toulouse Le 05 octobre 2012 Contexte de la chimiothérapie à domicile Problématique et objectifs Méthode et résultats de l étude Discussion et conclusion 2 1 Développement

Plus en détail

NOTICE. MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/digluconate de chlorhexidine

NOTICE. MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/digluconate de chlorhexidine NOTICE Dénomination du médicament Encadré MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/diluconate de chlorhexidine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament.

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

B. REGLEMENTS D EXECUTION

B. REGLEMENTS D EXECUTION MEDICAMENTS - B. REGLEMENTS D EXECUTION 1 B. REGLEMENTS D EXECUTION Sommaire Règlement grand-ducal du 29 avril 1983 fixant la composition et le fonctionnement de la commission d experts chargée de donner

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

MANUEL QUALITE. Laboratoire de Biologie Médicale QUALI-BIO UNILABS

MANUEL QUALITE. Laboratoire de Biologie Médicale QUALI-BIO UNILABS MANUEL QUALITE Laboratoire de Biologie Médicale QUALI-BIO - Page 1 sur 12 Sommaire a) Introduction. b) Description du laboratoire. c) Qualification et formation du personnel. d) Assurance Qualité. e) Maîtrise

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa éminaire pour les onsultants Francophones - estion des Approvisionments et des Stocks pour VIH, la TB et le Paludisme Assurance Qualité des Médicament s Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006 Dr Joël Keravec MSH/RPM

Plus en détail

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19

JORF n 0266 du 17 novembre 2010. Texte n 19 Le 6 juillet 2011 JORF n 0266 du 17 novembre 2010 Texte n 19 ARRETE Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides d orientation diagnostique de l infection à virus de

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE)

CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE) ANNEXE A CONTRAT DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX (B2 ET TOXIQUES) ISSUS D ACTIVITES DE SOINS DE SANTE VETERINAIRES (COLLECTE PAR PASSAGE A DOMICILE) ENTRE Nom de l établissement :... Nom du responsable

Plus en détail

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM Incidence dans les établissements de santé Dominique THIVEAUD Pharmacien CHU Toulouse Président Europharmat Le contexte 2 La refonte de la directive: Points clés: Evaluation

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail