Série noire au Crédit Lyonnais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Série noire au Crédit Lyonnais"

Transcription

1 Série noire au Crédit Lyonnais Une enquête de Fabrizio Calvi et Jean-Michel Meurice en 6 épisodes Réalisation : Jean-Michel Meurice coproduction : La Sept ARTE / MK2 TV > du mardi 9 au vendredi 13 mars 1999 à Arnaque à Hollywood mardi 9 mars à Des trous dans le béton mercredi 10 mars à Jeunes loups et grands fauves jeudi 11 mars à La peur au ventre jeudi 11 mars à L heure des comptes vendredi 12 mars à Sauve qui peut samedi 13 mars à Contact presse : Céline Chevalier / Nadia Refsi / Rima Matta / 23 / 40

2 Pour la première fois, les Ministres des Finances, les Présidents et les Directeurs généraux du Crédit Lyonnais, des hauts fonctionnaires et des hommes d affaires, tous les acteurs ou témoins directs racontent un des plus grands désastres de l histoire financière. Sans fards et sans voiles, sans temps morts ni entraves, la vie quotidienne de la République des affaires. Un feuilleton documentaire en six épisodes. Episode 1 : Arnaque à Hollywood (60 mn) Au début des années 90, le Crédit Lyonnais est victime de deux escroqueries menées en parallèle. Pour la première fois, le film démonte les mécanismes qui ont conduit une des premières banques mondiales à tomber dans les griffes du «lion» de la Metro Goldwyn Meyer et à être entraîné dans la plus grosse faillite de l histoire financière suisse. En tout, 20 milliards de francs de pertes, qui plongent le Crédit Lyonnais dans un gouffre financier. C est le début du désastre pour la banque. > diffusion mardi 9 mars à 20h45 Episode 2 : Des trous dans le béton (60 mn) Au début des années 90, les prix flambent, la bulle immobilière se gonfle à coup de plusvalues fictives. Lorsqu après la Guerre du Golfe, la crise arrive, l addition est lourde : 50% de pertes. Le Crédit Lyonnais est depuis longtemps la banque la plus engagée dans les affaires de l immobilier, elle est plus touchée que les autres. Pour cette banque et ses filiales, la perte est de près de 25 milliards de francs. > diffusion mercredi 10 mars à 20h45 Episode 3 : Jeunes loups et grands fauves (60 mn) Dans le courant des années 80, une nouvelle race d industriels voit le jour : les re p re n e u r s. Ils ont pour modèle Bern a rd Tapie. Le Crédit Lyonnais et ses filiales favorisent l ascension de ces nouveaux condottieri qui s appellent aujourd hui François Pinault, Vincent Bolloré, B e rn a rd Arnault, Jean-Charles Nahouri. Pour certains comme pour Bern a rd Tapie, l aventure finit mal. D autres, comme François Pinault saisissent l occasion et bâtissent un empire. > diffusion jeudi 11 mars à 20h45

3 Episode 4 : La peur au ventre (60 mn) L épisode raconte la saga de la plus flamboyante des filiales du Crédit Lyonnais : Altus. A sa tête, Jean-François Hénin, surnommé «le Mozart de la finance», une personnalité exceptionnelle, qui se bat sur les marchés financiers ; Mais le Crédit Lyonnais demande à Altus de faire ce qu elle ne sait pas faire, et certaines affaires tournent à la catastrophe. D autres - comme le rachat de la FNAC ou la reprise d un fabuleux portefeuille de junkbonds (obligations à haut rendement ) font le bonheur de grands capitaines de l industrie > diffusion jeudi 11 mars à 21h40 Episode 5 : L heure des comptes (100 mn) La faillite du Crédit Lyonnais est aussi celle du système français. Banque publique, le Crédit Lyonnais est placé sous contrôle de l Etat. Mais à l heure des premiers bilans négatifs et des premières pertes, n a-t-on pas essayé de masquer les responsabilités? Aurait-on pu éviter la catastrophe financière? > diffusion vendredi 12 mars à 20h45 Episode 6 : Sauve qui peut (60 mn) La découverte de la catastrophe du Crédit Lyonnais en 1993 suscite incrédulité, tension et crainte au sein de l Etat français. Les échéances électorales posent un jeu d autant plus dangereux qu il se fait sous le contrôle de Bruxelles. Les solutions trouvées, de séparer une bonne banque et une mauvaise banque et la mise en place dans l urgence d une structure de «défaisance» (chargée de vendre au plus vite certains actifs) alourdissent la facture. > diffusion samedi 13 mars à 20h45

4 Jean-Michel Meurice Né à Lille le 6 décembre 1938, il mène depuis 1960 une double activité de peintre et de cinéaste. > de 1962 à 1965, il collabore aux revues Les Cahiers du Cinéma, Télérama, Le Nouvel Observateur. Réalisateur pour la télévision, il signe des grands reportages pour 5 colonnes à la Une, Panorama et XX ème siècle et en 1969 une fiction, Rendez-vous à Babenberg. > De 1970 à 1980, il travaille régulièrement avec Pierre Dumayet (Histoires des gens, Lire c est vivre) et réalise de nombreux documentaires (Crime aux USA; Albert Ayler, le dernier concert; John Cage, against order; P. Soulages; Zagorsk la Grande Pâque; L affaire Wallemberg). > De 1981 à 1983, il est responsable de l Unité Documentaire à Antenne 2. > En 1985, il est à l origine de la création de La Sept dont il exerce la direction, de 1986 à 1989, aux côtés de Georges Duby, comme Délégué du Président et Directeur des Programmes. > Depuis 1989, il est membre du Comité Consultatif des Programmes de La Sept ARTE. il conçoit et dirige une collection de films à caractère géopolitique : Histoires d actualité. Ses oeuvres les plus récentes sont : Apartheid (1992), Caucase, chaos d Empire (1993), La Parade des Seigneurs ( 1995), Familles macabres (1995), Georges Duby, le plaisir et le temps (1996), Europe, notre histoire, en collaboration avec François Féron (1996), deux soirées Théma La Mafia et Quand la justice se trompe sur ARTE (1997). Un doux rebelle, Julien Green (1997).

5 Fabrizio Calvi Auteur et journaliste Bibliographie 1997 Piazza Fontana (Editions Mondari) co-écrit avec Frédéric Laurent L oeil de Washington (Albin Michel) co-écrit avec Thierry Pfister 1996 Les égouts du Royaume (Albin Michel) 1995 Les nouveaux réseaux de la corruption (Albin Michel) 1993 L Europe des Parrains (Grasset) 1991 RG, 20 ans de police politique (Calmann Levy) OSS la guerre secrète en France (Hachette) 1987 Intelligences secrètes annales de l espionnage (Hachette) 1986 La vie quotidienne de la mafia (Hachette) 1982 Camarade P38 (Grasset) Filmographie 1997 Dernières nouvelles de la mafia, documentaire, 40mn 1996 Autopsie d un massacre, documentaire, 90mn La Justice en Europe, documentaire Dernières nouvelles de la Mafia, documentaire 1995 Familles macabres, documentaire, 90mn 1994 Soirée thématique : la mafia 1993 Rédacteur en chef du Transit : La révolution des juges en Italie Les secrets de la guerre secrète, 9 x 70mn Lettre de Milan pour Transit, 13mn 1992 Préparation d un 52 minute pour Canal plus sur la criminalité organisée 1991 L homme qui voulait s offrir Hollywood (enquête), 52mn,Fipa d or Carnets de route : La guerre à la drogue Divers films de 20 minutes pour La Marche du siècle, Reporters, Reportages... L affaire farewell (enquête) 1988 Mégalopoles : portrait d une ville, Milan 1987 Taxi VI Press, documentaire 1986 Film sur les repentis italiens (intervieww en prison des ravisseurs d Aldo Moro Responsable des dossiers et des Grandes Enquêtes du Matin de Paris 1983 La filière bulgare, documentaire, 15mn 1982 Film sur le terrorisme (Mercredis de l information, TF1) Journaliste à Libération

6 Fonctions et apparitions des interv e n a n t s Jean DEFLASSIEUX Président du Crédit Lyonnais de 1981 à 1986 épisodes 1, 3, 4 et 5 Giancarlo PARRETTI, homme d affaire italien épisode 1 André ROLLAND épisode 1 Directeur des engagements du Crédit Lyonnais pour l Ile-de-France Florio FIORINI, homme d affaire italien épisode 1 François d AUBERT, député de la Mayenne épisodes 1 et 5 André GAURON épisode 1 conseiller au cabinet du Ministre des Finances Pierre Bérégovoy Jean-Yves HABERER épisodes 1, 2, 3, 4 et 5 président du Crédit Lyonnais de 1988 à 1993 Jean-Louis BUTSCH épisodes 1,2,5 Secrétaire Général de la Commission bancaire de 1980 à 1993 François GILLE épisodes 1,2,3,4 et 5 Directeur financier du Crédit Lyonnais de 1982 à 1992 puis Directeur général du Crédit Lyonnais de 1992 à 1994 Bernard THIOLON épisodes 1, 2 et 5 Directeur général du Crédit Lyonnais de 1985 à 1992 Michel ROUGER épisodes 1, 2, 4 et 6 Président du CDR (Consortium de réalisation) de 1995 à 1997 Jean-Maxime LEVÊQUE épisodes 2 et 5 Président du Crédit Lyonnais de 1986 à 1988 et Président d IB Holding de 1983 à 1986 et de 1988 à 1991

7 Pierre DESPESSAILLES épisodes 2, 3 et 5 Directeur Général d IB.SA de 1985 à 1992 Claude RUBINOWICZ épisodes 2, 3, 5 Direction Générale de Crédit Lyonnais de 1990 à 1994 Jean-Paul AMIEL épisode 3 Directeur adjoint du Réseau France, Crédit Lyonnais, jusqu en 1989 Loïc DERAISON épisodes 3 et 4 Directeur Général de Clinvest (filiale du Crédit Lyonnais) jusqu en 1993 Jean-François HENIN épisodes 3 et 4 Directeur Général d Altus de 1990 à 1993 Franck ULLMANN, homme d affaire épisodes 3 et 4 Dominique BAZY épisodes 3, 4, 5 et 6 Comité exécutif du Crédit Lyonnais de 1993 à 1995 Henri FILHO épisode 3 Directeur Général de Clinvest Jacques BONNET épisodes 4, 5 et 6 Président de la première chambre de la Cour des Comptes Alain MINC, conseiller épisode 4 Claude-Eric PAQUIN épisode 4 Directeur général d Altus de 1993 à 1994 Edmond ALPHANDERY, Ministre des Finances de 1993/95 épisodes 4, 5 et 6 Jean ARTHUIS, Ministre des Finances 1995/1997 épisodes 4 et 6 Dominique STRAUSS-KAHN, Ministre des Finances depuis 97 épisodes 4 et 6 Michel SAPIN, Ministre des Finances 1992/93 épisode 5 Eric BLOT-LEFEVRE, Directeur de la Trésorerie du CL 1992/94 épisode 5 Jean PEYRELEVADE, Président du CL depuis 1993 épisodes 5 et 6 Karel VAN MIERT, Commissaire européen à la Concurrence épisode 6 Alain MADELIN, Ministre des Finances en 1995 épisode 6

8 Un travail civique et pédagogique Entretien avec le réalisateur Jean-Michel Meurice Quelle a été votre position de réalisateur face à une affaire aussi complexe? Le cadre de notre travail est resté celui de citoyens cherchant à comprendre les mécanismes qui ont abouti à cette catastrophe financière. Je pense que le travail d'investigation est nécessaire, c'est une recherche de transparence sur des affaires qui concernent tout le monde. Mais il faut rester extrêmement vigilant quant à la publication d'une telle enquête. En aucune manière nous avons voulu faire un travail policier ou judiciaire. Notre but n'a pas été de précéder la justice ni de désigner des coupables. Ni juges, ni policiers. Il fallait traiter tous les points du dossier, mais sans que cela arrive à des mises en cause personnelles. S'il y a faute, c'est à la justice de l'établir. C'est pourquoi le ton du film ne cherche en rien à condamner. Le commentaire ne prend pas position, il est là pour faciliter la compréhension. Ce qu'on nomme "le trou du Crédit Lyonnais" est le résultat de nombreuses affaires qui s'entrecroisent. Comment vous y êtes-vous pris pour dérouler cet écheveau? Notre méthode a d'abord consisté à reprendre tout ce qui était sorti dans la presse à propos du Crédit Lyonnais, à retrouver un certain ordre. Nous avons parcouru une période de dix-huit années, depuis 1980 avec l achat de la banque Slavenburg aux Pays-Bas, jusqu à aujourd hui, à la veille de la privatisation. Pendant ces dix-huit années, une série d affaires s enchaînent, se superposent, se croisent : la MGM, l'immobilier, Tapie, la Fnac, etc. À partir de ces grandes séparations, un scénario a été construit sur une base mi-chronologique, mi-thématique. Chronologique, parce que ces affaires évoluent et ne sont pas jouées dès le départ, qu il y a souvent la possibilité d en corriger le cours ; thématique, parce que c est le moyen le plus clair pour en dégager les grandes lignes. Il ne s agissait pas d aligner simplement les dates et les faits. Cette double construction nous a amené à nous poser un ensemble de questions concernant les outils de contrôle, les capacités de réaction, les prises de décision... questions qui nous ont permis de déterminer une première série d'interlocuteurs. La recherche des témoignages a-t-elle été longue, difficile? Oui. On a commencé par des personnages secondaires. Puis des rôles clés ont émergé au fur et à mesure. Un moment important pour nous a été la rencontre avec François Gilles, qui a été directeur financier et directeur général du Crédit Lyonnais : sa vision précise des événements sur une longue durée nous a beaucoup fait avancer dans la connaissance du dossier. Ensuite, d autres témoignages nous nous ont fait avancer encore davantage. À chaque fois, cela nous a obligé à réviser le plan initial et à repartir dans des directions nouvelles. Notre préparation pourtant très détaillée volait en éclat dès que l'on s'engageait plus en avant. Au final, nous avons rencontré une centaine de personnes, et retenu une quarantaine de témoignages filmés,

9 dont la quasi totalité n avait jamais parlé publiquement. Les témoins se sont-ils prêtés facilement à vos questions? En fait, nous sommes arrivés au bon moment pour démarrer cette enquête. Tout le monde avait pris un peu de recul par rapport à ce qui s'était passé. La plupart des acteurs de cette histoire était désormais dans une phase d'analyse, de compréhension et de justification. Les principales difficultés concernaient les personnalités haut placé. Jean-Yves Haberer, président du Crédit Lyonnais de 1988 à 1993, qui n avait jamais parlé publiquement. Il a mis un an avant d'accepter de parler devant une caméra. Mais il a fini par nous dire l'essentiel. D'une manière générale, les seuls refus auxquels nous nous sommes heurtés ont été ceux des responsables de la haute administration. Nous les avons tous rencontrés mais ils n ont pas accepter de s expliquer publiquement, hormis Jean-Louis Butsch, ancien secrétaire général de la Commission bancaire, aujourd'hui décédé. Avec ceux qui acceptaient de témoigner, nous avions passé un accord qui leur garantissait la maîtrise complète de leurs propos. On leur montrait l interview à la fin du montage et ils pouvaient la corriger, gardant une possibilité d'amendement jusqu'à l'accord final. C'était un pari très important pour nous, car le retrait d'un témoignage pouvait modifier toute la construction en cours. Finalement, il n'y a eu aucun problème majeur. Leurs interventions sont plutôt allées dans le sens de la précision. Il faut quand même dire que l un des éléments déterminants de leur accord a été l'image de la chaîne ARTE : une garantie de sérieux et de rigueur, mais aussi une garantie sur la durée de l'émission, sur le temps d'antenne. Chacun a compris qu'il aurait le temps de développer ce qu'il avait à dire. Près de six heures d émission sur un tel sujet, c est un format peu courant! Si au départ nous n'avions aucune idée du format final, compte tenu du volume et de la complexité de cette histoire, nous sommes rapidement arrivés à une proposition de diffusion en feuilleton, chaque épisode ayant un thème central. Notre préparation préalable et les premières expériences menées par d autres avant nous sur le même sujet nous ont imposé l évidence d un format long, de plusieurs heures. Avez-vous le sentiment d'avoir apporté des révélations? Beaucoup. Ce qui est raconté en détail dans le film ne l avait jamais été. C est en plus raconté de première main, par les acteurs eux-mêmes. Dans ce qui constitue le 5e épisode par exemple, rien n'avait été expliqué par la presse. Ce sont des éléments que nous avons découverts nous-mêmes. Cependant, notre but n'était pas la recherche du scoop. La presse écrite l'avait fait avant nous et plus vite. Mais celle-ci, de par sa nature, maintient un filtre entre les acteurs de première main et les spectateurs. Ce que la télé permet, c'est d'organiser le face à face, une confrontation qui apporte une autre part de vérité. C'était bien là notre objectif : raconter l'histoire en présence des acteurs eux-mêmes. Nous avons donc privilégié les points de vue contradictoires, en évitant la polémique. C était à nous de connaître suffisamment le dossier pour ne pas être embarqués sur une piste erronée.

10 Comment rendre une telle histoire accessible au public? Conscients d aborder une matière d une grande complexité, à priori hermétique et obscure à des non spécialistes, c est précisément en non spécialistes que nous avons voulu comprendre, reconstituer et restituer les mécanismes abstraits qui ont été la cause de cette faillite. Avant de parler de mise en scène, il fallait déjà se demander : que veut-on raconter? On peut accrocher les gens grâce à un récit précis des événements. C est pourquoi nous racontons des moments exemplaires comme la vente de la Fnac, caractéristique de certaines mœurs du monde des affaires, ou l épisode de la MGM, qui n avait jamais été éclairé de cette manière. Il fallait aussi expliquer un certain nombre de pratiques bancaires et de la haute finance, pour permettre de comprendre ce qu on appelle l ingénierie financière (le montage et le mécanisme des aff a i res). Pour cela, nous avons dû trouver des transcriptions visuelles. Les organigrammes, ça ne parle pas suffisamment. Je voulais trouver autre chose pour animer ça. Mon idée initiale était une sorte de jeu de Monopoly, manipulant des objets réels. Puis j ai rencontré Langevin, dessinateur dans la publicité, qui a mis au point un système de métaphores visuelles à l aide de maquettes, comme le jeu de bonneteau utilisé pour le rachat de la MGM. Même si ces séquences tiennent peu de place, elles ont un impact important : elles ont demandé beaucoup de moyen techniques, nous y avons apporté un grand soin. En même temps, il fallait que cela reste humain : les mains qui jouent (ce sont celles du prestidigitateur Gaëtan Blum), l argent qui circule, toutes ces scènes représentent des opérations bien réelles. Série noire au Crédit Lyonnais est une exploration du monde des affaires et du rôle de la banque dans l économie des années Cette histoire du Crédit Lyonnais nous conduit en effet à travers toutes les pratiques du métier bancaire et de la haute finance. C est donc l occasion d un parcours initiatique, avec un but, un terme, un cadre, une ligne générale établie par le Crédit Lyonnais vers ce fameux " trou ". C est donc aussi l histoire des années 80 : l argent roi, la mondialisation et le libéralisme économique, les OPA, les faillites, les sociétés off-shore, les prises de participation, la bulle immobilière, les commissions occultes, le ratio Cooke, etc. En plus de l explication de ce qui s était passé pour en arriver là, nous avons eu constamment un souci pédagogique. Ce travail à chaud était nécessaire avant la privatisation du Crédit Lyonnais : un bilan complet de cette histoire dramatique, qui concerne l ensemble de la société, devait être dressé. Nous avons ouvert la boîte de Pandore. C est un travail civique.

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr

formations 2015 http://lajoieparleslivres.bnf.fr formations 2015 Le Centre national de la littérature pour la jeunesse est un service du département Littérature et art de la Bibliothèque nationale de France. Dans le cadre de sa mission d encouragement

Plus en détail

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle Enquête au collège : le meurtre de Gertrude chapitre 1: La nouvelle Comme à son habitude Gertrude passait la serpillère. Or, le Mardi 17 Septembre personne ne l'avait vue! Toute l'école disait qu'elle

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité

Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité UPA-APCMA : 225 réponses au questionnaire (au 7 septembre 2015) Questions préliminaires

Plus en détail

Rapport de Stage. Statut juridique de l entreprise : Entreprise Conforme Légal Indépendante

Rapport de Stage. Statut juridique de l entreprise : Entreprise Conforme Légal Indépendante Koell-Keith Johan- Charles Rapport de Stage I-Description de l organisation Nom de l entreprise : Noticias SIN Statut juridique de l entreprise : Entreprise Conforme Légal Indépendante Situation géographique

Plus en détail

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS Dans le cadre de l élection présidentielle du 15 avril 2015, la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION. Avenir Retraite. Vous accompagner dans vos décisions

DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION. Avenir Retraite. Vous accompagner dans vos décisions DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION Avenir Retraite Vous accompagner dans vos décisions Accompagnement Visibilité Engagements Garanties Prévoyance 3 //// VOTRE RETRAITE Accompagnement Visibilité

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

C est un plaisir, Cher Pascal BOURBON, d honorer à travers vous tant de mérites en une seule personne. Vous êtes à la fois :

C est un plaisir, Cher Pascal BOURBON, d honorer à travers vous tant de mérites en une seule personne. Vous êtes à la fois : ALLOCUTION DE M. DOMINIQUE DE VILLEPIN A L OCCASION DE LA REMISE DES INSIGNES DE CHEVALIER DE L ORDRE NATIONAL DU MERITE A M. PASCAL BOURBON LE VENDREDI 12 AVRIL 2013 C est un honneur d être parmi vous

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR MARIE-ANGE CASALTA VENDREDI 6 FÉVRIER À 20.50

PRÉSENTÉ PAR MARIE-ANGE CASALTA VENDREDI 6 FÉVRIER À 20.50 PRÉSENTÉ PAR MARIE-ANGE CASALTA VENDREDI 6 FÉVRIER À 20.50 ENQUÊTE D'ACTION : LE LEADER DES MAGAZINES DE LA TNT Dixième saison pour ENQUÊTE D ACTION sur W9! Le magazine le plus regardé de la TNT a aussi

Plus en détail

La caméra dans la mise en scène

La caméra dans la mise en scène - 1 - CINÉ SYSTÈME - FORMATION CONTINUE La caméra dans la mise en scène Fondamentaux du langage filmé et de sa fabrication Session du 18 octobre au 2 novembre 2013 Atelier pour 4-5 personnes 55h sur 12

Plus en détail

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : DFA1 Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Personnel et législation sociale

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

La Banque et l Assurance

La Banque et l Assurance GACO 1 Groupe B La Banque et l Assurance Dossier Métier PPP Guillerm Floriane et Le Bail Emilie 04/11/2013 Nous partons de concepts assez larges, en effet la banque et l'assurance regroupent de nombreux

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : DFA1 Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Personnel et législation sociale

Plus en détail

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013 COMITÉ D ÉTABLISSEMENT DES CHEMINOTS DE LA RÉGION LORRAINE 5 rue Victor Jacob 57000 METZ Tél. : 03 87 50 66 18 / 77 29 14 2 rue du Lavoir St Jean 54000 NANCY Tél. : 03 83 90 89 90 / 73 00 15 Compte rendu

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Présentation de TV RENNES 35

Présentation de TV RENNES 35 Présentation de TV RENNES 35 TV Rennes 35, née en 1987, il y a 20 ans, est l une des premières télévisions locales à avoir défriché le paysage audiovisuel et démontré l intérêt et l attente du public mais

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

TCF : les différentes épreuves

TCF : les différentes épreuves TF : les différentes épreuves Les items du TF sont conçus par des équipes de rédaction habilitées par le IEP et expérimentés avant diffusion. Ils se présentent tous sous la forme de QM et sont au nombre

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

Chers parents. Divorce ou séparation: un cauchemar pour les parents et les enfants? Une lettre de la CPE Berne

Chers parents. Divorce ou séparation: un cauchemar pour les parents et les enfants? Une lettre de la CPE Berne Chers parents Divorce ou séparation: un cauchemar pour les parents et les enfants? la CPE Berne Chers parents, Bientôt, vous ne serez plus des conjoints, mais vous resterez pourtant les parents de vos

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

La vérité fait de nous des hommes libres

La vérité fait de nous des hommes libres Le Turbulent La vérité fait de nous des hommes libres Numéro Spécial consacré à l association du collectif pour un audit citoyen de la dette publique cac.dette09@laposte.net Date de parution et de mise

Plus en détail

Calcul de moyenne de portrait

Calcul de moyenne de portrait Calcul de moyenne de portrait Dupont Maurane & Bourriaud Typhaine TS2 Mon CV. 1 Présentation POURQUOI CE PROJET : Parmi la liste des projets proposés pour le bac, ce sujet m a semblé le plus attrayant.

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

GUIDE DU STAGE D OBSERVATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

GUIDE DU STAGE D OBSERVATION EN MILIEU PROFESSIONNEL GUIDE DU STAGE D OBSERVATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Vous représentez le collège dans l organisme qui a accepté de vous accueillir. La semaine que vous allez passer en milieu professionnel a pour but de

Plus en détail

Jalons pour l histoire du temps présent 17 mars 2006, réf. : 04690. Durée : 02 mn 24

Jalons pour l histoire du temps présent 17 mars 2006, réf. : 04690. Durée : 02 mn 24 La lutte contre le téléchargement illégal sur Internet Titre du document Emplacement Support Niveau Objectifs Compétences visées La lutte contre le téléchargement illégal sur Internet Jalons pour l histoire

Plus en détail

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique

Guide. pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Guide pour mieux comprendre ma mesure de protection juridique Je m appelle Christel Prado. Je suis présidente de l Unapei. L Unapei est une association nationale qui défend, les droits des personnes handicapées

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

AVANT TOUTE CHOSE : LES ATTENTES DE L ENTREPRISE

AVANT TOUTE CHOSE : LES ATTENTES DE L ENTREPRISE AVANT TOUTE CHOSE : LES ATTENTES DE L ENTREPRISE L'élève en séjour en entreprise est porteur de l'image de son collège : - soignez votre présentation ; - respectez les horaires du service qui vous accueille

Plus en détail

CAMPS CINEMA STUDIO41

CAMPS CINEMA STUDIO41 CAMPS CINEMA STUDIO41 La documentation complète Dates de la neuvième édition (2015) Dates de la huitième édition (2013) 6 au 11 avril 01 au 06 avril 6 au 11 juillet 08 au 13 juillet 13 22 au au 18 27 juillet

Plus en détail

Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram

Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram Résumé des échanges avec Alex Cousseau le 28/02/2014 Médiathèque de Bram L auteur se présente : «Les trois vies d Antoine Anacharsis» n est pas son premier livre. Il en a écrit une quarantaine, depuis

Plus en détail

21 JOURS au cœur de l illettrisme

21 JOURS au cœur de l illettrisme Mardi 25 novembre 2014 21 JOURS au cœur de l illettrisme INFRAROUGE Mardi 16 décembre 2014 A 22h40 52 Pour France 2 et 21 jours, la journaliste Alexandra Alévêque part expérimenter leur quotidien : hommes

Plus en détail

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe?

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe? Chapitre : Qui tient les ficelles en Europe?. Qui est qui? Tout comme une commune, une province ou un pays, l Union européenne est gouvernée par des politiciens. Ceux-ci travaillent au sein de différentes

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Chapitre X Préface. Une stratégie BYOD : quand? Comment?

Chapitre X Préface. Une stratégie BYOD : quand? Comment? Chapitre X Préface 1. Introduction Une stratégie BYOD : quand? Comment? Préface Quand Céline m a demandé de préfacer son ouvrage sur le BYOD, j ai accepté avec grand plaisir. Nous avions eu déjà plusieurs

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

PUBLICITÉ COMMERCIALE

PUBLICITÉ COMMERCIALE 2005 TARIFS 2005 PUBLICITÉ COMMERCIALE http://www.mondepub.fr Un Monde en 7 séquences 1 INTERNATIONAL Union Européenne 2 FRANCE 3 SOCIÉTÉ Régions Politique étrangère, questions stratégiques et problématique

Plus en détail

Oral de motivation ESC Brest

Oral de motivation ESC Brest Oral de motivation ESC Brest 30 minutes avant le début de l entretien, j ai été accompagné dans une pièce pour remplir mon portrait chinois dont les questions changent tous les jours. Le jour où je suis

Plus en détail

RAPPORT COMITÉ COTE 100

RAPPORT COMITÉ COTE 100 RAPPORT COMITÉ COTE 100 Mardi, le 17 février 2015, Réjean Thibeault, Michel Dorval et Karo Ouellet ont rencontré M. Borduas attaché politique du cabinet des ministres du MERN. Celui-ci gère l utilisation

Plus en détail

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS)

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS) LIBERTÉS ET JUSTICE CITOYENNETÉ FERROVIAIRE Activités élève JEU DE RÔLE Vous allez interpréter un jeu de rôle composé de 7 personnages appelés à s exprimer à l occasion d un procès. En vous mettant dans

Plus en détail

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H LA PRÉFECTURE DE POLICE Compétente sur Paris et les trois départements de la petite couronne, la préfecture de Police doit prévenir et agir contre une multiplicité de risques : délinquance, troubles à

Plus en détail

IMAGINASTUDIO PRÉSENTE LESTER AVEC CARLOS LEAL & FLORENCE RIVERO UN FILM COURT DE PASCAL FORNEY

IMAGINASTUDIO PRÉSENTE LESTER AVEC CARLOS LEAL & FLORENCE RIVERO UN FILM COURT DE PASCAL FORNEY IMAGINASTUDIO PRÉSENTE LESTER AVEC CARLOS LEAL & FLORENCE RIVERO UN FILM COURT DE PASCAL FORNEY DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2009 SYNOPSIS Une nuit, Lester, un vampire, s introduit chez une jeune femme.

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

La destruction des documents

La destruction des documents La destruction des documents La justice est une des valeurs fondamentale dans notre société. D ailleurs, dans son libellé, la Charte Canadienne des Droits et Libertés met beaucoup d emphase sur la protection

Plus en détail

Justine Ludi. HEAD Genève

Justine Ludi. HEAD Genève Justine Ludi HEAD Genève Laura Wohlgehaben HEAD Genève Karine Laurence EAVM Montréal Projet Évolution chronologique du projet. Nos projets étaient quasi identiques lors de la formation des groupes. Dans

Plus en détail

Les particuliers fortunés en région : Quelles attentes à l égard de la Banque Privée?

Les particuliers fortunés en région : Quelles attentes à l égard de la Banque Privée? Les particuliers fortunés en région : Quelles attentes à l égard de la Banque Privée? Une étude exclusive réalisée par TNS Sofres Daniel Truchi, Directeur de SG Private Banking Frédéric Chassagne, Directeur

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Dossier de presse Usine de méthanisation. Septembre 2012

Dossier de presse Usine de méthanisation. Septembre 2012 Dossier de presse Usine de méthanisation Septembre 2012 Projet d usine de méthanisation Le projet Depuis plus d un siècle, un centre de traitement de déchets est installé au bord du canal de l Ourcq, à

Plus en détail

Démarche du facile à lire et à comprendre

Démarche du facile à lire et à comprendre Rendre l information en santé accessible au plus grand nombre : un enjeu de santé publique Démarche du facile à lire et à comprendre Sandrine Paniez Responsable du service accessibilité Que dit la loi?

Plus en détail

CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris. 1.-2. Paris est la destination touristique au.

CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris. 1.-2. Paris est la destination touristique au. CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris NOM 1.-2. Paris est la destination touristique au. 3.-4. Les sont les premiers touristes à visiter la capitale. 5. Quel pourcentage des touristes

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B2 : en bref Thème : la jeunesse face à la justice Après avoir fait connaissance avec les personnages du film, les apprenants analyseront

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Mercredi 30 juin 2010, 17h30, salle audiovisuelle du public. L Assemblée nationale présente deux nouveaux films institutionnels

Mercredi 30 juin 2010, 17h30, salle audiovisuelle du public. L Assemblée nationale présente deux nouveaux films institutionnels Mercredi 30 juin 2010, 17h30, salle audiovisuelle du public L Assemblée nationale présente deux nouveaux films institutionnels Pourquoi deux nouveaux films? Une institution moderne, au service des citoyens,

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale

ACTIVITÉ 1 : compréhension orale 2 TÉLÉSIMULATION ÉCHO A2 - LEÇON 2 «TU AS DU BOULOT?» Objectifs : Présenter ses projets, demander des conseils, demander un prêt Points de langue : Le futur simple, le conditionnel présent Thèmes culturels

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Chronique Publicité La nouvelle recommandation du BVP Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Le BVP adopte des règles déontologiques pour encadrer les publicités. Au-delà

Plus en détail

ANNALES. OFFICIELLES 2011 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Chinois. www.ecricome.org

ANNALES. OFFICIELLES 2011 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Chinois. www.ecricome.org ANNALES OFFICIELLES 2011 concours ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE z Langue vivante 1 / Chinois www..org Esprit général Les épreuves de langues ont pour but de : - vérifier l existence des bases grammaticales

Plus en détail

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame,

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Lausanne, le XX yyyyy 2014 Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Le Centre de compétence suisse en sciences sociales (FORS) à l'université de Lausanne réalise l European

Plus en détail

avec les Travailleurs Handicapés

avec les Travailleurs Handicapés avec les Travailleurs Handicapés POUR LA PREMIÈRE FOIS LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS SONT PLEINEMENT ACTEURS DE L INTÉGRATION L expérience collective au service du handicap dans l entreprise SI VOUS CHERCHEZ

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

ARCHIVES DE LA TÉLÉ ET DE LA RADIO

ARCHIVES DE LA TÉLÉ ET DE LA RADIO LA MAIRIE DE PLOZEVET & PLOZARCH présentent sous le parrainage de l Institut National de l Audiovisuel (Ina) COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les Journées du Patrimoine à Plozévet / 17-18 septembre 2011 / salle Avel-Dro

Plus en détail

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom :

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom : E Projet d écoute Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage FLA 30-2 Cahier de l élève Nom : Le grand voyage DESCRIPTION DU PROJET Tu vas écouter un extrait d une pièce de théâtre. Tu seras invité

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

LA GRANDE ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L I.P.I. (Institut Professionnel des Agents Immobiliers)

LA GRANDE ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L I.P.I. (Institut Professionnel des Agents Immobiliers) LA GRANDE ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L I.P.I. (Institut Professionnel des Agents Immobiliers) INTRODUCTION Le CNIC lance une enquête chez les copropriétaires d appartements et les syndics professionnels au

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN

LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Préfecture du Tarn LA MEDIATION DU CREDIT AUX ENTREPRISES EN FRANCE ET DANS LE TARN Mise en place à l initiative du président de la République, le 27 octobre 2008, la médiation du crédit aux entreprises

Plus en détail

Offre de formation Afdas en région Centre

Offre de formation Afdas en région Centre Offre de formation Afdas en région Centre Stages de perfectionnement Courtes durées Accessibles en DIF. Financement Afdas Direction et gestion d entreprise culturelle Communication, relations avec le public

Plus en détail

UNE HISTOIRE P O U R LES PLUS PETITS À INVENTER PAR TES COÉQUIPIERS ET TOI

UNE HISTOIRE P O U R LES PLUS PETITS À INVENTER PAR TES COÉQUIPIERS ET TOI UNE HISTOIRE À INVENTER PAR TES COÉQUIPIERS ET TOI P O U R LES PLUS PETITS Un livre à éditer Projet en interdisciplinarité entre le français et les arts plastiques En équipe de quatre personnes, vous aurez

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600 DROUOT FORMATION CYCLES COURTS HIVER 2013 Les Grands Ateliers d art À travers la visite d une sélection de 10 ateliers parisiens parmi les plus prestigieux tels que Brazet, Féau ou Gohard, venez découvrir

Plus en détail

Chez les réparateurs de zém

Chez les réparateurs de zém Chez les réparateurs de zém Thèmes Questions de société, vie quotidienne Concept Le webdocumentaire Indépendances africaines, documentaire conçu spécifiquement pour le web, offre un voyage dans 16 pays

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés

Plus en détail