Notre patrimoine religieux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notre patrimoine religieux"

Transcription

1 Notre patrimoine religieux Témoins du passé Le Conseil du patrimoine religieux du Québec, nommé auparavant Fondation du patrimoine religieux du Québec ( ), en collaboration avec le Ministère de la Culture et des Communications du Québec a procédé, en 2003, à un vaste inventaire du patrimoine religieux de la province. Cet exercice s'est donné comme objectif premier «d'approfondir la connaissance et de se donner une vision globale de ce patrimoine». Une première phase du projet a constitué en l'inventaire proprement dit des lieux de culte construits avant Au cours d une 2 e phase, la Fondation a conduit une évaluation patrimoniale et procédé à la hiérarchisation des édifices patrimoniaux. En ce qui concerne Le diocèse de Saint-Jérôme, la 2 e phase de l'inventaire qui attribue une cote aux édifices a permis de pointer un certain nombre d'églises à valeur patrimoniale reconnue. Cela signifie que ces églises doivent être conservées, protégées et mises en valeur. Cette section du site internet du diocèse de Saint-Jérôme présente les églises qui ont obtenu l'une des cotes A, B ou C (A étant la meilleure cote attribuée). L'information qui y figure ici est une gracieuseté du Conseil du patrimoine religieux du Québec. ÉGLISES DIOCÉSAINES À VALEUR PATRIMONIALE Cote A : L'Annonciation (Oka) Cote C : Sainte-Anastasie, Sainte-Anne, Saint-Eustache, Saint-Hippolyte, Saint-Philippe, Saint-Placide, Sainte-Thérèse-d'Avila

2 Adresse civique: 181, rue des Anges, Oka, Québec J0N 1E0 ÉGLISE DE L'ANNONCIATION (OKA) Début de la construction d origine: en 1879 Fin des travaux d origine: vers 1883 Hiérarchisation régionale : Statut juridique: Incontournable (A) œuvre d'art classé Concepteurs : Perrault et Mesnard, architectes Frappier et Boucher, maçons Louis Trépanier, Hyacinthe Trépanier, G. Ducharme, menuisiers Orgue : Casavant 1900, opus Une soufflerie électrique fut ajoutée en Vitraux : Maison Raymond Beullac de Montréal - XIX e siècle Décor peint : Guido Nincheri 1932

3 SOMMAIRE HISTORIQUE Le site de l'église l'annonciation à Oka est historiquement relié à la première mission amérindienne établie par les Sulpiciens à Montréal. En 1671, ces derniers fondaient une première mission au pied du Mont- Royal. Elle fut déménagée entre 1696 et 1704 au Sault-au-Récollet afin d'éloigner les amérindiens de la ville naissante. Le peuplement progressif du secteur près de la rivière des Prairies par des colons français amène un second déménagement de la mission plus au nord, aux abords du lac des Deux- Montagnes. C'est d'ailleurs en 1718 que les Sulpiciens obtiennent du roi de France la concession de la seigneurie des Deux-Montagnes qui correspond aux territoires actuels des paroisses d'oka, de Saint- Placide, de Saint-Benoît, Sainte-Scholastique, Saint-Canut, Saint-Colomban et Sainte-Monique. En ce sens, l'annonciation d'oka constitue une des plus anciennes fondations dans ce secteur. L'église de l'annonciation prend aussi une importance symbolique supplémentaire lorsque l'on considère qu'elle abrite des œuvres qui faisaient autrefois partie du calvaire d'oka, classé site historique par le gouvernement du Québec depuis D'abord conçu comme lieu de conversion des Amérindiens puis devenu lieu de pèlerinage historique d'importance majeur pour l'histoire régionale, ce site remonterait à 1750 et le sulpicien Hamon Le Guen constituerait l'instigateur de sa mise sur pieds. La première chapelle à Oka aurait été érigée en 1720 sur un site se trouvant à un peu plus d'un kilomètre à l'est de l'église actuelle, près de l'embouchure de la rivière aux Serpents. On appela d'abord le lieu Mission sulpicienne des Deux-Montagnes, mais on lui donna rapidement le nom de Notre-Dame de Lorette. Mohawks, Algonquins et Nipissingues du secteur sont alors forcés à se regrouper dans cette nouvelle mission. Une nouvelle église de pierres aurait été construite en 1732 sur l'emplacement de l'église actuelle et une palissade rapidement érigée afin de répondre à la demande des autorités métropolitaines qui désiraient faire du lieu une place forte dans la stratégie de défense du territoire. La première église mesurait 96 pieds par 42 et servait à une population d'origine française et amérindienne. L'interprétation de de Pagès diffère un peu: selon cet auteur, la première chapelle de bois aurait été déménagée du Sault-au- Récollet pour être établie sur un site à Oka près de la rivière aux Serpents. Le bâtiment aurait par la suite été déménagé sur le site actuel sur la pointe en bordure du lac des Deux-Montagnes, puis recouvert de pierres en Nous n'avons pu vérifier l'exactitude de ces informations. Le 14 novembre 1874, la mission est érigée canoniquement et est placée sous le vocable de l'annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie. «En 1957, la paroisse, qui a été jusque-là une paroisse sulpicienne, fut versée au diocèse de Saint-Jérôme fondé quelques années auparavant (1951). L'église a été vendue au diocèse en 1960 et devint alors propriété de l'évêque diocésain.» Au XIX e siècle, des troubles surviennent entre les différentes communautés, les Mohawks s'étant historiquement alliés aux Britanniques alors que les Algonquins avaient plutôt pris le côté des Français. L'église, le presbytère et les dépendances d'oka sont incendiés le 15 juin L'église actuelle est réalisée entre 1879 et 1883 selon les plans des architectes Perrault et Mesnard. Le clocher ne sera complété qu'en OBSERVATIONS GÉNÉRALES Extérieur Le lieu de culte apparaît précurseur dans l'œuvre commune des architectes Perrault et Mesnard puisqu'il survient tôt dans l'association des deux hommes. La composition de la façade aurait d'ailleurs été reprise à quelques occasions dans la couronne nord de Montréal dans les années qui ont suivi sa construction (Saint-Lin, Sainte-Thérèse-d'Avila, Saint-Charles-Borromée à Joliette). L'utilisation de puits de lumière sur les versants du toit constitue un élément original et unique dans le corpus. L'astuce des architectes consistait à éclairer par leur biais des rosaces qui donnent l'impression de constituer des fenêtres hautes de l'intérieur. La composition du bâtiment est homogène et montre une utilisation judicieuse du contraste entre la pierre locale rosâtre et une pierre de taille plus pâle utilisée aux angles et pour les détails architecturaux, caractéristique du courant de l'éclectisme qui s'amorce à cette époque. La chapelle ajoutée entre 1907 et 1909 et qui aurait été érigée selon un dessin d'arthur Guindon est très bien intégrée au reste du bâtiment puisqu'elle a été réalisée avec les mêmes matériaux et amène une symétrie nouvelle au bâtiment qui ne comportait à l'origine qu'une sacristie du côté est du bâtiment. Le clocher dont la

4 conception du plan est tantôt attribuée à J. Omer Marchand, tantôt à Perrault et Venne a été construit en 1907 par les entrepreneurs Paquet et Godbout de Saint-Hyacinthe en remplacement de la petite structure de bois d'origine. Intérieur Le nom Beaulieu serait mentionné au livre de caisse relativement à la réalisation du premier décor. Les rosaces «... ne reçoivent pas la lumière directe du soleil; c'est par le truchement de puits de lumière installés sur le toit et vis-à-vis des rosaces que celles-ci sont éclairées durant le jour». Des modifications au décor intérieur d'origine sont apportées au XX e siècle: un orgue Casavant, opus numéro 113 est installé en 1900 et une soufflerie électrique rajoutée en En 1932, la nef est redécorée par Guido Nincheri qui ne conserve de l'ancien décor qu'une bande comportant des prophètes tenant des parchemins qui encadre une nouvelle toile de l'annonciation réalisée par Sœur Jérôme-de-la-Croix remplaçant un tableau de Nicolas Lefebvre qui datait de Les bancs de bois polychromes seraient probablement d'origine mais une rangée qui prenait place dans l'allée centrale a été retirée à une date inconnue au cours du XX e siècle. Les stalles, la balustrade ainsi que la chaire auraient été retirées du décor probablement lors de réaménagements dans la foulée du renouveau liturgique de Vatican II. L'auteur de Pagès mentionne également que la tribune arrière aurait été modifiée à une date inconnue par un allongement qui permit à cette structure de rejoindre de part et d'autre les murs latéraux. Les tableaux de Nicolas Lefebvre auraient probablement fait partie du décor intérieur d'origine alors que les bas-reliefs de François Guernon dit Belleville ont été rapatriés du Calvaire vers la chapelle de l'église vers La Madone à l'enfant en argent qui trônait sous une cloche de verre dans la chapelle se trouve maintenant au musée des Sulpiciens à Montréal. Une importante bannière historique brodée restaurée en 1991 se trouve également dans la chapelle ainsi que plusieurs pièces d'orfèvrerie de qualité datant du XVIII e siècle. La bannière a été prêtée au Musée des Beaux-Arts de Montréal pour figurer dans une exposition prochaine visant à retracer les 350 ans de présence des Sulpiciens à Montréal.

5 Adresse civique: 174, avenue Bethany Lachute, Québec J8H 2M1 ÉGLISE SAINTE-ANASTASIE Début de la construction d origine: en 1936 Fin des travaux d origine: vers 1937 Hiérarchisation régionale: Concepteurs: J.-Eugène Perron, architecte Alcidas Laurin, entrepreneur Orgue: Casavant et Frères; 1939 (installation); Opus 1614 Vitraux: Oui Remarque s.n; s.d. Supérieure (C) SOMMAIRE HISTORIQUE La première chapelle en bois aurait été construite en Incendiée peu de temps après sa construction, elle fut remplacée par une église de brique en Cette église fut démolie au printemps 1937 après la construction de l'église actuelle.

6 Historique: 1879: Construction du premier presbytère. 1883: Érection canonique de la paroisse que M gr Fabre, évêque de Montréal, place sous le vocable de Sainte-Anastasie 1936: Construction de l'église actuelle d'après les plans et devis de l'architecte J.-Eugène Perron. L'entrepreneur Alcidas Laurin effectue les travaux 1937: Fin des travaux reliés à la construction de l'église Après 1937: Démolition de l'ancien presbytère et construction de l'actuel avec chemin couvert qui le relie à l'église. Une photo d'époque datant de 1937 nous permet de visualiser l'ancien presbytère. 1962: Travaux de restauration intérieure. Les motifs créés par une utilisation polychromique de la brique auraient alors disparu probablement par l'application d'une peinture sur le revêtement. Un aspect important du style Dom Bellot aurait ainsi été supprimé. On remarque aussi sur des photos prises avant cette restauration une chaire qui aurait été enlevée probablement à la même époque. Vers 1999: travaux de restauration intérieure et extérieure sous la direction de l'architecte Jean-Marc Coursol. À l'intérieur, on procède aux travaux de nettoyage et de peinture des murs et de la voûte. À l'extérieur, on remplace partiellement les fenêtres de bois par d'autres en pin de première qualité et on remplace également le verre. On rénove de plus le clocher et on procède à la réfection de la toiture. Le bardeau d'asphalte est ainsi changé tout comme la gargouille. OBSERVATIONS GÉNÉRALES Extérieur Revêtement dominant des murs: Pierre Style dominant: Dom Bellotiste Remarque: Pierre granitique. Cette pierre rosâtre est semblable à celle rencontrée à l'église Margaret Rodger Memorial construite à la même époque dans la même ville de Lachute et qui provenait d'une carrière de Brownsburg, ville voisine de Lachute. Il s'agit selon Claude Bergeron d'une des premières églises construites selon le style Dom Bellot au Québec, avec Sainte-Thérèse de Lisieux à Beauport. L'église Sainte-Anastasie rappelle par sa tour jouxtant le volume principale et sa rosace en façade l'église Immaculée Conception d'audincourt en France, érigée en 1931 d'après les plans et devis de Paul Dom Bellot. Cet exemple précoce de l'influence de Dom Bellot au Québec doit cependant être remis en contexte puisque dans la même ville de Lachute, en 1932, avait été construit un lieu de culte presbytérien, l'église Margaret Rodger Memorial, qui semble, par ses formes et ses matériaux, avoir grandement influencé la conception de cette église de J.-Eugène Perron. Cet exemple renforce l'idée de la nécessité de regarder du côté des traditions protestantes pour comprendre d'autres dimensions du renouveau de l'architecture religieuse au Québec. L'architecte J.-Eugène Perron semble avoir œuvré principalement dans les années 1950 dans la région montréalaise. Il travailla auparavant avec l'architecte Henri S. Labelle sur les plans de la Cathédrale Sainte-Cécile à Salaberry-de-Valleyfield ( ), église érigée dans un style qui ne laissait pas encore paraître l'influence de Dom Bellot sur l'architecte. Cette inspiration semble davantage se concrétiser chez Perron avec l'église Sainte-Anastasie. Elle constitue probablement l'œuvre la plus achevée de l'architecte. Bâtiment à plan rectangulaire, l'église Sainte-Anastasie est entièrement revêtue de granit rose provenant de Brownsburg. Sa particularité réside en partie dans sa tour octogonale élevée tel un campanile à la droite de l'édifice. La chambre des cloches est ici délimitée par des ouvertures polygonales avec persiennes. Ornées de modillons et d'un fronton, quatre des huit faces saillissent au niveau de la chambre des cloches, procurant à la tour une allure quelque peu médiévale, caractéristique du courant architectural inspiré par Dom Bellot. Moins élaborée, la façade de l'église trouve son ornementation dans sa rosace et son portail dont la pente du toit est tronquée par la présence d'une niche abritant une statue. Si les différentes ouvertures démontrent une forme polygonale en façade, on note la présence d'arcs en mitre au niveau des murs latéraux.

7 À l'arrière, l'abside laisse paraître le même registre d'ouvertures qu'en façade, soit la rosace et les quatre fenêtres à arc polygonal. Une sacristie et une chapelle se logent à l'intérieur des murs qui ceinturent le bâtiment sur les côtés et à l'arrière. Intérieur Les arcs polygonaux dominent ce décor à la Dom Bellot. Plancher de «terrazzo» et de tuiles de céramique agencées de façon à créer une répétition de motifs. Une restauration survenue en 1962 aurait fait disparaître une partie des effets de l'utilisation polychrome de la brique. On remarque l'utilisation du verre coloré jaune dans les fenêtres de la nef. Les fenêtres que l'on retrouve dans la façade répondent à celles qui se trouvent dans le mur au fond du chœur. Le mobilier du chœur est en bois. Les fonts baptismaux sont signés Jean-Julien Bourgault et les anges situés de part et d'autre du maître autel seraient l'œuvre de Médard Bourgault. On note la présence de deux tribunes à l'arrière de la nef et de deux tribunes latérales dans le chœur.

8 Adresse civique: 129 boulevard Sainte-Anne Ste-Anne-des-Plaines, Québec J0N 1H0 ÉGLISE SAINTE-ANNE Début de la construction d origine: En 1899 Fin des travaux d origine: Vers 1902 Hiérarchisation régionale : Exceptionnelle (B) Concepteurs : Joseph Venne, architecte réalisation du décor intérieur par Toussaint-Xénophon Renaud, peintre Personnage historique associé : M gr Conrad Chaumont Événement historique : En 1877 arrivée du chemin de fer Ste-Anne-des-Plaines Orgue : Casavant frères; opus 172 SOMMAIRE HISTORIQUE La paroisse a été érigée en La même année est construit un presbytère qui servit de chapelle jusqu'en 1805, alors qu'on achevait la construction de la première église. On dit que la plupart des colons provenaient de Sainte-Anne-de-Beaupré, tout comme le curé du temps, d'où la prédilection pour une dévotion à Sainte-Anne. L'église de pierres des champs devenue trop petite est détruite pour faire place au lieu de culte actuel en Sainte-Anne-des-Plaines, comme son nom l'indique, se trouve dans les plaines du Saint-Laurent, au nord de Montréal, non loin des Laurentides. Au centre d'une vaste plaine, faisant face au soleil levant, rue Principale, un groupe de bâtiments institutionnels crée un véritable impact visuel sur le paysage environnant. La volumétrie monumentale de ces édifices est d'une grande qualité architecturale.

9 Leur disposition est justifiée par le rôle que jouaient socialement ces derniers. L'église est située sur un promontoire naturel entouré d'un presbytère (Perrault & Mesnard, 1886), d'un ancien couvent que les Sœurs de Sainte-Anne utilisèrent de 1882 à 1972 et d'un cimetière où se trouvent une chapelle, un charnier et plusieurs monuments. Joseph Venne conçoit les devis du lieu en tenant compte des normes sur l'orientation des églises. Il réalise aussi les plans du maître-autel, des autels latéraux, de la chaire, des confessionnaux, du vestiaire et de l'armoire chapier. On peut lire dans un document de «La requête au don pour l'élévation d'un temple», en 1899, qu'on espérait attirer à Sainte-Anne-des-Plaines, les pèlerins qui ne pouvaient se rendre à Sainte-Anne-de- Beaupré. «Cette église de Sainte-Anne a été bâtie en prévision d'en faire un lieu de pèlerinage de facile accès, pour les paroisses du nord. Elle peut contenir personnes» (L'Avenir du Nord, 20 septembre 1900). OBSERVATIONS GÉNÉRALES Extérieur «La Renaissance Allemande qui a été tant admirée tout récemment à l'exposition de 1900, à cause de la surabondance de la libre allure de ses détails a été choisi comme style. (...) Ce style lui a fourni des ressources par ses détails gras et abondants, ses crochets, ses écussons sculptés aux armes du pape régnant et de l'archevêque du diocèse ses plaques commémoratives rappelant la fondation de la paroisse et l'érection de la nouvelle église, ses inscriptions enguirlandées de feuilles dans l'archivolte de la grande entrée. Le pignon de la façade est fini en degrés destinés à supporter des obélisques, des consoles ou des statues.» Selon le même article, on apprend que la statue de Sainte-Anne en façade serait l'œuvre de M.T. Carli de Montréal. (L'Avenir du Nord, 18 juillet 1901) Si selon cet article, on peut relier l'église de Sainte-Anne-des-Plaines à la «Renaissance Allemande», on peut surtout la situer dans la province, dans la foulée de l'éclectisme qui a primé depuis la fin de la deuxième moitié du XIX e siècle jusqu'en 1910 environ et dont elle possède l'abondance de l'ornementation en façade et la pierre à bosses sur ses murs latéraux et arrière. Or elle présente une ornementation qui lui est propre et qui ne peut être comparée à ce qu'a fait, par exemple, la firme Perrault & Mesnard à la même époque dans la région. Venne a d'ailleurs été associé à cette firme jusqu'en 1896 et Sainte-Anne-des- Plaines serait un des premiers lieux de culte qu'il réalisera seul. Il la concevra avant son départ pour Rome et l'europe en 1900 où il compte faire une «mise à jour» de ses connaissances et bien qu'on y remarque certains traits qui seront récurrents, on constate que l'église de Sainte-Anne-des-Plaines n'a pas son pareil dans sa production d'après Seule peut-être l'église Saint-Enfant-Jésus-du Mile-End, dont il referait la façade en , partage certains points tels que l'organisation pyramidale et l'ornementation qui s'y superpose. Il n'est d'ailleurs pas possible de savoir si la façade de Sainte-Anne-des-Plaines n'a jamais reçu les statues qu'on prétend qu'elle accueillera sur son pignon dans l'article cité plus haut. Comme détails récurrents dans sa production ultérieure on peut sinon mentionner la largeur des fenêtres et les meneaux qui les quadrilleront ou encore les portiques latéraux et les escaliers qui seront insérés dans des absidioles à pan coupés. Mis à part des bulbes qui ornent ses clochers et clochetons, l'église de Sainte-Anne-des-Plaines se caractérise par la largeur de son transept qui n'a d'égal que la longueur de son chœur. Venne fait ici une utilisation judicieuse de l'acier pour la charpente qui lui permet l'ouverture d'immenses baies en hémicycle à chaque extrémité des bras du transept ou encerclant l'abside du chœur. La grandeur de ces fenêtres compense pour la largeur des volumes et le bâtiment ainsi composé ne paraît probablement pas aussi monumental à l'œil qu'il ne l'est vraiment. Intérieur L'intérieur de cette église porte les stigmates des différentes restaurations au niveau de sa voûte. On remarque qu'à mi-hauteur, à partir des chapiteaux des colonnes jusqu'au plancher, moins de changements

10 ont été apportés. La chaire autrefois située du côté droit de la nef a aujourd'hui été réutilisée en ambon. Le maître-autel a été dépouillé d'une partie de son ornementation qui s'est vue distribuée afin de garnir le chœur. Les éléments architecturaux sont néanmoins toujours en place. Les tribunes courbées qui permettent d'accueillir un plus grand nombre de fidèles modulent l'espace du lieu dont la décoration est dominée par les anges et les dorures qui ornent les colonnades. Les bancs d'origine sont en place et le plancher toujours en lattes sous les bancs et dans le chœur. On remarque le jeu des arcs: tandis que les ouvertures sont en plein cintre elles sont prolongées par des arcades ogivales dans la voûte. De même des arcs doubleaux en plein cintre dans la travée centrale sont substitués par une croisée d'arcs ogivaux au niveau du transept: les segments partant de chacun des quatre coins de la croisée du transept vont se rejoindre en son centre, au-dessus de la nef, sous une moulure rayonnante datant du décor d'origine. Cet agencement d'arcs était particulièrement mis en valeur par la décoration de la voûte tel qu'on peut le remarquer sur une photographie d'époque. Un premier décor peint aurait effectivement été réalisé lors de la construction de l'église. On sait que Toussain-Xénophon Renaud aurait travaillé à l'église de Sainte-Anne-des-Plaines, on ne sait s'il avait réalisé le décor de la voûte à l'époque. Ce qui nous est permis de voir présentement est cependant l'œuvre exécutée par Georges Chalifoux en On aurait procédé à des travaux de peinture en 1986, mais tel qu'on peut l'apercevoir sur des photographies de l'époque, il ne s'agissait pas de retrouver le décor d'origine. Un premier orgue est acheté en 1836 au coût de 1000 $. Il est cependant détruit dans l'incendie de On rachète un second en 1870 qui sera donné en échange à Casavant Frères lors de l'acquisition d'un de leurs orgues pour la nouvelle église en On achève l'installation du nouvel orgue le 25 janvier 1903.

11 Adresse civique: 123, rue Saint-Louis Saint-Eustache, Québec J7R 1X9 ÉGLISE SAINT-EUSTACHE Début de la construction d origine: En 1780 Fin des travaux d origine: Vers 1783 Hiérarchisation régionale : Supérieure (C) Statut juridique: Monument et lieu historique classé, aire de protection (décret ministériel) Concepteurs : Augustin Grégoire, maçon Joseph Dufour dit Latour, charpentier Personnages historiques associés : les Patriotes de 1837, le seigneur Globensky, Paul Sauvé Événement historique : La rébellion des Patriotes en Orgue : à l'origine, un orgue Brodeur 1867, modifié à deux reprises par Casavant & Frères: 1910, opus 404 et 1954, opus SOMMAIRE HISTORIQUE En 1774, un presbytère est érigé sur un terrain offert quatre ans auparavant par le seigneur Louis- Eustache Lambert Dumont. Ce petit bâtiment servant également de chapelle pour l'office divin sera utilisé jusqu'en 1783 à titre de lieu de culte, mais 1818 comme presbytère. En 1779, les syndics sont élus pour la construction de la nouvelle église. Des contrats sont passés l'année suivante avec Augustin Grégoire, maçon de Montréal et Joseph Dufour dit Latour, maître-charpentier de Lavaltrie.

12 Les travaux s'échelonneront ainsi de 1780 à L'église construite en 1780 fut érigée selon un plan traditionnel, communément appelé à la jésuite ou croix latine et se terminant par une abside en hémicycle. Faute de source, l'identité de l'architecte demeure inconnue. Selon la conservatrice Agatha Lopez, l'hypothèse qu'il puisse s'agir d'une interprétation par un entrepreneur du plan jésuite déjà largement diffusé est également à considérer. Le clocher, à double lanterne, était situé au faîte du toit et trois portes permettaient l'accès par la façade principale. À noter également la présence de deux fenêtres et d'un œil-de-bœuf au-dessus du portail. Dès 1790, des travaux de réfection sont nécessaires au niveau du plancher et en 1797, c'est le revêtement de bardeau du toit qui fait l'objet d'une réfection. En 1819, Pierre Poitras, maître-charpentier et couvreur et Nicoleurs Kinsleur, maître-charpentier vont s'employer à ériger une tour et un nouveau clocher sur le coin gauche de la façade, remplaçant l'ancien situé au faîte du toit. Ses artisans vont également œuvrer à la construction du nouveau presbytère. En 1820, Louis-Amable Quévillon et René Saint-James sont sollicités afin d'orner l'intérieur de l'église. Les travaux qui s'échelonneront jusqu'en 1824 comprennent la réalisation d'un nouveau plancher dans le sanctuaire, d'une balustrade, de la voûte et de son ornementation, de nouveaux retables pour le chœur et les chapelles, de sculptures, de l'ornementation de la chaire et du banc d'œuvre, la consolidation des tribunes et les doter de bancs et d'escaliers, la finition avec une corniche tout autour de l'église et finalement, la dorure et l'argenture de différents ouvrages. En se fiant à un plan reconstitué, on peut y voir qu'un chemin couvert est aménagé en 1820 sur le côté latéral droit, le long de l'abside. L'église peut ainsi être le foyer de célébrations en vue de l'érection canonique de la paroisse de Saint-Eustache en Devant une population grandissante et des travaux antérieurs effectués de façon maladroite, le curé Jacques Paquin voit la nécessité d'allonger son église par l'avant. Les travaux s'effectuent donc de 1831 à En échange de ce sacrifice onéreux effectué par les paroissiens, le curé promet la construction à ses frais d'un couvent, ce qui sera fait en On démolit ainsi le clocher érigé quelques années auparavant pour agrandir l'église de 28 pieds par l'avant. La façade est du coup complètement refaite. Deux tours sont érigées aux extrémités de la façade, lesquelles se voient surmontées de clochers à double lanterne recouverts de fer blanc. Sur cette façade en pierres de taille, deux entablements, d'ordre dorique et ionique, semblent soutenus par douze pilastres. À noter également que la toiture aurait pu être recouverte de fer blanc à la même époque. Le contrat d'abord accordé à François Labelle, maître-maçon, sera par la suite attribué à Joseph Robillard, maître maçon. François Parizeau, maître charpentier œuvrera également aux rénovations de Aucun architecte n'a officiellement exécuté les plans de ces travaux, mais l'historienne Raymonde Gauthier y voit peut-être la marque de John Wells par la composition monolithique de sa façade. OBSERVATIONS GÉNÉRALES Extérieur Suite aux incidents de 1837, les dommages subis sont considérables pour le patrimoine bâti de la paroisse. Victimes des flammes, le presbytère est une perte totale et le couvent est lourdement endommagé. Quant à l'église, seuls la façade et les murs sont toujours en place. En 1841, un contrat est accordé à Moyse Olier pour les travaux de charpente, de couverture, des portes et fenêtres. L'année suivante, un contrat de maçonnerie est établi avec Joseph Robillard pour réparer le portail et les tours de l'église. Selon Raymonde Gauthier, l'architecte John Ostell pourrait avoir dressé les plans de restauration. En 1845, on procède à la reconstruction du presbytère.

13 En 1852, le crépi des murs extérieurs de l'église fait l'objet d'une réfection. En 1895, la fabrique juge qu'il faut à nouveau reconstruire le presbytère. Trois ans plus tard, en 1898, le nouveau couvent est à son tour inauguré. D'autres travaux majeurs ont lieu en D'après les plans de l'architecte Joseph Sawyer, on agrandit les murs latéraux, joignant ainsi les tours aux bras du transept. À la jonction de la maçonnerie ancienne du transept et des murs nouveaux, on élève deux contreforts. La sacristie datant de 1783 est démolie pour en reconstruire une nouvelle. On aménage également à la droite de l'abside, la chapelle Sainte-Anne et procède à la reconstruction des lanternes des clochers. Un fronton est placé au sommet de la corniche en façade afin de masquer le toit qui vient d'être haussé. On pose également sur le socle triangulaire une statue de saint Eustache, œuvre d'olindo Gratton. Le contrat pour ces travaux est accordé à l'entrepreneur Boileau et frères. En 1930, M. Hormisdas Pilon se voit octroyer un contrat pour des travaux de peinture au niveau de la toiture et des clochers. En 1948, on procède à la construction d'une salle paroissiale attenante à la sacristie et à l'abside. L'année suivante, on procède à l'installation d'un nouveau carillon comprenant quatre cloches fondues par la maison Cornille de Villedieu en Normandie. Le bourdon s'écrasant avec fracas au sol lors de son installation, il fallut attendre 1951, une fois le bourdon refait pour entendre le son de l'ensemble du carillon. En 1957, on refait la peinture de la toiture «en aluminium». Par le fait même, on effectue des travaux à la toiture de la sacristie en l'ajustant au niveau du toit de la salle paroissiale. Quelques travaux de réfection et d'entretien eurent lieu depuis quelques années. En 1997, des travaux de peinture sont effectués au niveau de la fenestration et des clochers. En 2000, on procède à la réfection du bourdon qui est fissuré et au système électrique du carillon. D'autres travaux de réfection surviennent en 2002, au niveau de la maçonnerie, de la toiture et des clochers. L'église a été classée comme monument et lieu historique en 1970, d'après la résolution de la Commission des monuments historiques du Québec (réf: Ministère de la Culture et des Communications, Direction Laval, Lanaudière, Laurentides, dossier ). En 1977, une aire de protection a été délimitée autour de l'église de Saint-Eustache par l'ancien Ministère des Affaires culturelles, conformément à la loi sur les Biens culturels (réf: Ministère de la Culture et des Communications, Direction Laval, Lanaudière, Laurentides, dossier ). Intérieur Suite aux événements du 14 décembre 1837, rien ne subsiste de l'héritage artisanal de Quévillon et Saint- James. On refait alors l'ornementation de l'intérieur de façon progressive. Vers 1838, l'église se dote de quelques éléments décoratifs. Un chandelier pascal, œuvre de Vital Desrochers et six chandeliers d'autels, dont deux sont l'œuvre d'un don de Dame Dorion, sont intégrés au décor intérieur. Il est par contre difficile de dater le reste du mobilier liturgique, mais aussi, de leur attribuer un concepteur. On pourrait croire tout de même qu'il serait l'œuvre d'urbain Desrochers, le père de Vital Desrochers. S'apparentant au mobilier de l'église Sainte-Geneviève de Pierrefonds par leur style, on peut présumer que le maître-autel, les autels latéraux et la chaire actuels ont été conçus à la même époque, vers En 1845, on inaugure un nouvel orgue. Le curé Moreau, successeur du curé Paquin, fait ériger en 1852 un baldaquin au-dessus du maître-autel. Selon Claude-Henri Grignon, on procède également, la même année, à la construction de deux tribunes au-dessus des chapelles, probablement situées au niveau des extrémités du transept, tel qu'il est possible de l'observer sur une photo de La voûte est également refaite avec sa corniche ainsi que l'intérieur de la sacristie. En 1867, on installe une nouvelle tribune afin d'accueillir un nouvel orgue provenant de la maison Brodeur. En 1874, on obtient deux toiles, œuvres de l'italien Ippolito Zapponi. En 1890, on acquiert deux toiles de Louis Vandandaigue Gadbois, peintre de Saint-Eustache. Ces toiles sont accrochées dans le chœur depuis 1898 environ. Quatre autres toiles viendront se joindre aux autres après les travaux de Deux

14 sont d'auteur inconnu et les deux dernières, commandées à T.-X. Renaud, sont l'œuvre de Georges Delfosse et Narcisse Poirier, deux peintres ayant travaillé avec Renaud. Une grande partie du décor intérieur prend ses formes actuelles avec les travaux de 1905, d'après les plans de Joseph Sawyer. L'entrepreneur Boileau et Frères obtient le contrat. Ainsi, avec l'agrandissement des murs latéraux, un réaménagement de l'intérieur est nécessaire. Séparant dorénavant les bas-côtés du vaisseau central, une colonnade est installée à l'endroit où trônaient les anciens murs. Par le fait même, ces colonnes supportent la nouvelle voûte à caissons. Les tribunes arrière vont être agrandies et de nouveaux bancs seront installés. En 1910, la fabrique fait appel à Casavant Frères pour ajouter deux nouveaux jeux à l'orgue datant de En 1929, surviennent d'autres travaux d'importance. L'architecte consulté est une fois de plus Joseph Sawyer. Pour l'intérieur, on accorde tout d'abord un contrat à l'entrepreneur Eugène Duquette. Ce dernier se voit attribuer la tâche de réparer les autels, d'agrandir la tribune de l'orgue, d'effectuer la réfection des bancs et des boiseries et d'installer un système électrique. Parallèlement à ces travaux, la soumission de Toussaint-Xénophon Renaud est retenue pour effectuer un nouveau décor peint. Ce dernier s'emploiera à orner la voûte, le chœur, la sacristie et la chapelle Sainte-Anne. Une partie de ce décor serait disparu à une date inconnue, du moins dans la nef et le chœur, sous une peinture monochrome beige. En 1948, un ménage est effectué au niveau de la sacristie et de la chapelle Sainte-Anne. En 1954, d'autres améliorations sont apportées à l'orgue. La maison Casavant Frères y ajoute d'autres jeux et une nouvelle console. Selon Béatrice Chassé, d'autres travaux de décoration intérieure ont eu lieu en Gérard Morisset, conservateur du Musée de la Province, présenta un devis pour la décoration intérieure. M. Georges Chalifoux, de Sainte-Scholastique, fut l'entrepreneur associé à ces travaux. On ne connaît pas malheureusement la nature de ceux-ci.

15 Adresse civique: 2259, chemin des Hauteurs Saint-Hippolyte, Québec J8A 3B8 ÉGLISE SAINT-HIPPOLYTE Début de la construction d origine: En 1933 Fin des travaux d origine: En 1933 Hiérarchisation régionale : Concepteur : Ludger Lemieux, architecte Orgue : Non Vitraux: John Patrick O'Shea; date inconnue Supérieure (C) SOMMAIRE HISTORIQUE Une première chapelle aurait été construite l'année suivant la création de la mission, en 1865, mais bâtie sans main-d œuvre qualifiée, on n'osa pas même y laisser entrer quelqu'un de peur qu'elle ne s'écroule. En 1866, on en construisait donc une nouvelle. La première église suivit en 1877, mais brûla en 1933, dans un incendie qui emporta aussi la salle paroissiale et le presbytère. C'est donc en 1933 qu'a été construite l'église actuelle selon les plans de l'architecte Ludger Lemieux et sous la direction des entrepreneurs Héroux et Robert. Cette réalisation de Lemieux contraste de l'église de la paroisse de Saint-Esprit, dans la municipalité du même nom, sise dans Lanaudière, non loin de Saint-Hippolyte. La nécessité d'explorer de nouvelles formes et de nouveaux principes semble désormais primer sur le désir de construire dans un esprit monumental comme il l'avait fait quelques années auparavant dans plusieurs paroisses ouvrières de Montréal, entre autres, pour les églises Saint-Vincent-Ferrier et Saint-Vincent-de-Paul. Des travaux d'entretien seraient survenus entre 1991 et 2001.

16 - le perron de l'église aurait été refait - le système de protection des incendies aurait été installé - le presbytère aurait aussi été restauré - vers 1997, on aurait remplacé les fenêtres (répondant) - vers 2001, on aurait remplacé le revêtement de la toiture ainsi que restauré les boiseries extérieures (fasces, cadres des fenêtres, soffites,...) Ces travaux ont été exécutés, en partie, grâce au financement de la fondation du patrimoine religieux du Québec. OBSERVATIONS GÉNÉRALES Extérieur Claude Bergeron mentionne que, vers 1926, dans une optique rationaliste, Gérard Morisset avait formulé le principe suivant: «la façade d'un édifice doit découler de l'organisation interne, en être le reflet, et que toute décoration doit être subordonnée à la construction». L'architecte Ludger Lemieux appliquera ce principe lors de sa conception de l'église Saint-Hipolyte en Ainsi, «le couronnement de la façade de Saint-Hippolyte reproduit même la forme du volume interne qui, lui, est engendré par la structure». La forme ogivale soulignée par une ornementation créée par l'alternance de briques en saillie se trouve donc mise de l'avant en façade, alors que deux fenêtres en arc brisé éclairent le chœur par la droite. Le traitement simple du portail caractérisé par le travail de la brique montrant des croix en saillie annonce lui aussi un certain renouveau par le rassemblement des trois portes rectangulaires en position centrale qui accentue l'horizontalité du lieu néanmoins contrebalancée par la présence de la tour du côté gauche. On peut observer les portes de bois massif dont les pentures se terminent par un arc de cercle presque complet. La tour carrée en brique ne comporte que deux petites ouvertures de forme rectangulaire. Elle est surmontée d'une chambre carrée des cloches, dont les ouvertures ogivales aujourd'hui cloisonnées par la présence de persiennes sont surmontées de motifs trilobés. Sa flèche pyramidale recouverte de tôle avec de petits pinacles aux quatre coins s'inscrit dans un vocabulaire néogothique qui pourrait être un rappel de l'ancien lieu de culte. Au niveau des murs gouttereaux et qui paraissent répondre aux différents registres de la fenestration. À l'avant et à l'arrière du lieu, les surfaces intérieures définies par les arcs ogivaux semblent recouvertes de crépi d'un ton de beige qui contraste avec la brique rouge. Les longs pans se caractérisent par la présence de larges fenêtres rectangulaires qui rappellent celles de certains établissements scolaires. La fenestration a cependant été modifiée et le verre double, s'il protège les vitraux, renvoie des reflets bleutés à l'extérieur. L'arrière du bâtiment est caractérisé par un jeu des volumes et des pentes de toit qui démontre une géométrisation évidente des formes. Un changement dans la couleur de la brique laisse cependant croire qu'une annexe a pu être enlevée et qu'une ancienne porte lui donnant accès de l'intérieur a pu être transformée en fenêtre. On retrouve à la façade arrière, une rosace semblable à celle de la façade mais cerclée d'un voussoir de brique simple. Intérieur À propos des églises Saint Brendan à Montréal et Saint-Hippolyte dans les Laurentides, utilisant toutes deux au niveau de la voûte un système de «mailles losangiques formées par [des] lamelles assemblées au moyen de boulons constituant une structure légère et rigide qui est aussi décorative», Claude Bergeron écrira que «malgré leur caractère modeste, ces deux églises sont celles qui s'affranchissent le plus des formes du passé et qui obéissent le mieux aux règles de la doctrine rationaliste. Le couronnement de la façade de Saint-Hippolyte reproduit même la forme du volume interne qui, lui, est engendré par la structure». Même s'il ne s'agit pas d'un décor peint au sens de l'inventaire, des toiles marouflées ornent les murs du chœur ainsi que l'espace au-dessus des confessionnaux à l'entrée de la nef. On peut constater que dans le lieu de culte sont utilisés deux types d'arcs: arc en accolade et arc brisé. Seules la voûte au-dessus de la travée centrale et les ouvertures donnant sur le chœur, montrent

17 des arcs ogivaux. La balustrade de bois reprend pour sa part la forme en accolade visible au niveau des arches des bas-côtés.

18 Adresse civique: 231, Route du Canton Brownsburg-Chatham, Québec J8G 1R5 ÉGLISE SAINT-PHILIPPE Début de la construction d origine: En 1888 Fin des travaux d origine: En 1889 Hiérarchisation régionale : Concepteurs : Perrault et Mesnard, architectes Athanase Lauzon, entrepreneur P.H. Boileau et Frères, menuisiers Orgue : Casavant Frères; 1942; no Vitraux: Oui Supérieure (C) Décor peint: Tout l'intérieur a été peint dès l'origine par l'artiste-peintre François-Édouard Meloche assisté de T.X. Renaud. Les décors peints semblent encore en bon état. SOMMAIRE HISTORIQUE La célébration du culte aurait commencé à Saint-Philippe en Une chapelle de brique aurait été construite par l'entrepreneur Renaldo Fuller en Elle a été utilisée jusqu'en Le bâtiment situé à un coin de rue de l'église, existe toujours mais est aujourd'hui transformé en commerce de détail. Le terrain pour l'église actuelle a été vendu à la fabrique en L'ordre pour la construction n'a cependant été donné qu'en 1881 et on a dû attendre encore sept années avant les débuts de la construction. Jusqu'à la formation du diocèse de Saint-Jérôme, Saint-Philippe faisait partie du diocèse d'ottawa. Il s'agit d'un village situé en bordure de la rivière des Outaouais, entre Grenville et Lachute, aux limites des régions Laurentides et de l'outaouais à la frontière de l'ontario.

19 L'église de la firme Perrault et Mesnard détonne de son environnement de par son ornementation à l'extérieur et son clocher qui ne sont pas sans rappeler le style roman. Elle se situe en bordure de la route 148 au cœur de l'ancien noyau villageois qui demeure assez modeste. S'élèvent immédiatement à droite, un presbytère de granit rose construit en 1901 puis une ancienne écurie, derrière se trouve, le cimetière et ses monuments et à gauche, une école primaire, datant probablement des années L'environnement constitué de terres agricoles contribue à faire ressortir l'église apparaissant monumentale. Historique des modifications: Un Sacré-Coeur a été érigé devant l'église en On trouve aussi non loin de là une croix d'acier dont on ne connaît la date d'érection. Il est mentionné qu'en 1940, le sommet du clocher aurait été modifié de sorte que la croix qui s'y tient est moins élevée aujourd'hui. Selon le répondant, on aurait entièrement refait la toiture d'ardoise en 2000 en remplaçant les tuiles d'origine. La pierre des murs extérieurs aurait pour sa part été complètement restaurée en OBSERVATIONS GÉNÉRALES Extérieur Revêtement dominant des murs: Pierre Remarque: Pierres à bosses; seraient à restaurer, particulièrement derrière la sacristie et le mur latéral droit où les joints sont évidés; il y a aussi des fissures au haut des murs. L'église de Saint-Philippe se distingue au sein du corpus des architectes Perrault et Mesnard et pour les mêmes raisons qu'elle se distingue aussi au sein des églises des régions de Laval, Laurentides et Lanaudière. Sa façade est composée d'une tour très large flanquée de tourelles arrondies au-dessus desquelles est postée une balustrade à ouvertures carrées. La tour centrale est aussi ornementée de deux clochetons flanqués en son sommet. D'autres tourelles parachèvent cette déclinaison de superpositions, à chacun des angles de la chambre des cloches. Ces dernières sont cependant carrées. Elles sont coiffées, tout comme la chambre des cloches, d'une toiture qui pourrait être qualifiée d'ogivale à base carrée. Le portail impressionne par sa largeur et son ornementation. Deux portes doubles sont séparées par un trumeau auquel est superposé un linteau où l'on peut lire: Hic Domus Dei et Porta Coeli. À ce linteau succède un autre où se trouve l'inscription «A.1888.D». Cet ensemble est encadré par un voussoir en plein cintre double, lui-même cintré par un cordon de pierre qui se prolonge horizontalement à partir du bas de l'arc vers les angles de la façade. De la tour centrale partent vers le bas les pentes du toit qui se terminent par deux lucarnes aveugles. À ces portions de mur que l'on pourrait croire abriter des portiques latéraux, sont plutôt accolés des contreforts. Les ouvertures du lieu sont pour la plupart en forme d'hémicycle, sauf pour les meurtrières de la façade. Les fenêtres des murs latéraux sont étonnamment petites et peu nombreuses, ce qui devait cependant accentuer l'effet dramatique du décor peint à l'intérieur. On peut remarquer la présence de fenêtres logées dans la partie supérieure du mur pignon derrière la sacristie. Le toit du lieu, tout comme la base carrée de la tour, est entièrement recouvert d'ardoise. Si le répondant affirme que le toit aurait été refait en 2000, nous sommes d'avis que la tour n'a pas alors été touchée puisque ses ardoises donnent des signes d'érosion par le vent et la pluie. Les murs sont constitués de pierres à bosses que l'on suppose être de la pierre locale ou du moins, du granit de Brownsburg. Le rejointement de la pierre aurait été complètement refait en Cependant on peut supposer qu'en fait seule la façade aurait été restaurée puisque les murs latéraux présentent l'évidement de certains joints ainsi que des fissures au haut des murs.

20 Le parvis de ciment serait à refaire: les marches sont fissurées et les rampes se détachent de leur point d'ancrage. Les cheminées, une de pierres et l'autre de briques, seraient à consolider. Les boiseries (soffites, corniches...) seraient à restaurer, particulièrement derrière la sacristie. Le portique du côté droit n'est pas d'origine. Intérieur L'intérieur du lieu est dominé par le décor peint réalisé par François-Édouard Meloche entre 1888 et 1891 environ. Ce décor avant tout géométrique plutôt qu'historié, couvre l'entièreté du lieu. De tels motifs se marient parfaitement aux formes circulaires des ouvertures et des modillons qui rappellent davantage la mosquée ou les temples byzantins. L'église de Saint-Philippe figure au sein des lieux de culte les mieux conservés et les plus achevés de F.-E. Meloche. Probablement suite au concile, le mobilier du lieu a été modifié; le plancher est présentement recouvert de tuiles de vinyle, les bancs sont de facture moderne tout comme le tombeau de l'autel.

LA CATHEDRALE DE METZ

LA CATHEDRALE DE METZ LA CATHEDRALE DE METZ UNE VUE GENERALE DEPUIS LA PLACE DE LA COMEDIE 1) Complétez le croquis ci-dessous en dessinant la silhouette de la cathédrale : 2) Répondez aux questions : a) Combien de tours peut-on

Plus en détail

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire

Les arc-boutant Un peu de vocabulaire La cathédrale d Amiens Classée au patrimoine mondial de l'unesco depuis 1981, la cathédrale gothique d'amiens s'élève en plein centre de la ville. Sa flèche s'élève à 112 mètres du sol. Pour une longueur

Plus en détail

VILLE DE SHAWINIGAN Base de données patrimoniales

VILLE DE SHAWINIGAN Base de données patrimoniales 1041-37e Avenue DONNÉES ADMINISTRATIVES LOCALISATION ET OCCUPATION DE LA PROPRIÉTÉ Secteur Sous-secteur Lac-à-la-Tortue - Adresse 1041 37e Avenue Matricule 7164-10-8324 Dénomination Église de Saint-Théophile

Plus en détail

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :...

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :... LA CATHÉDRALE DE REIMS NOM :... Prénom :... Classe :... Sur les traces des constructeurs de la cathédrale : Vers 400 : l évêque Nicaise transfert la première cathédrale de Reims à l emplacement actuel

Plus en détail

Eglise paroissiale Saint-Martin

Eglise paroissiale Saint-Martin Eglise paroissiale Saint-Martin place de la Mairie Armbouts-Cappel Dossier IA59002570 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général Frémaux Céline Rédacteur

Plus en détail

MILLAU. Rue du Temple (AVEYRON) TEMPLE PROTESTANT. Étude complémentaire

MILLAU. Rue du Temple (AVEYRON) TEMPLE PROTESTANT. Étude complémentaire MILLAU. Rue du Temple (AVEYRON) TEMPLE PROTESTANT Étude complémentaire Le temple protestant se situe dans le centre de la ville, à l ancien emplacement du couvent des dominicains (probablement achevé vers

Plus en détail

Lexique. -- Lycée GABRIEL -- Architecture et habitat - Argentan - Orne - L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE

Lexique. -- Lycée GABRIEL -- Architecture et habitat - Argentan - Orne - L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE ACADÉMIE DE CAEN L Y C É E POLYVALENT GABRIEL ARGENTAN Lexique Abside Extrémité d'une église, en demi-cercle ou polygonale, entourant le chœur, où se plaçait le clergé.

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA77000414

Département : 77 Référence : IA77000414 Département : 77 Référence : IA77000414 Aire d'étude Commune Adresse : Melun : Melun : Notre-Dame (place) Titre courant Dénomination : église paroissiale Saint-Etienne : église paroissiale Cartographie

Plus en détail

ACADÉMIE BOURGET 094 / 094 1914 G. A. Monette Université Concordia, Maîtrise en Beaux-Arts 1230, rue de la Montagne Montréal, H3G 1Z2 (514) 848-4608

ACADÉMIE BOURGET 094 / 094 1914 G. A. Monette Université Concordia, Maîtrise en Beaux-Arts 1230, rue de la Montagne Montréal, H3G 1Z2 (514) 848-4608 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle IGNACE-BOURGET Autre(s) appellation(s) ACADÉMIE BOURGET 2. No. dossier 13 3. No. réf. Archives CSDM 094 / 094 4. ANNÉE de construction 1914 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

Vu le périmètre restreint du cœur historique de Bruges et la configuration des rues, la visite se fait à pied.

Vu le périmètre restreint du cœur historique de Bruges et la configuration des rues, la visite se fait à pied. Fl 01 Clochers des villes Clochers des champs Circuit découvertes Les églises historiques de Bruges FLANDRE OCCIDENTALE Le présent document présente un guide à destination des principales églises situées

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 20 DISPOSITIONS CONCERNANT LE CONTRÔLE ARCHITECTURAL

TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 20 DISPOSITIONS CONCERNANT LE CONTRÔLE ARCHITECTURAL TITRE IV ZONAGE CHAPITRE 20 DISPOSITIONS CONCERNANT LE CONTRÔLE ARCHITECTURAL 20-1 TABLE DES MATIÈRES ZONAGE CHAPITRE 20 DISPOSITIONS CONCERNANT LE CONTRÔLE ARCHITECTURAL 20.1 PAREMENT EXTÉRIEUR DES BÂTIMENTS

Plus en détail

EGLISE SAINT SATURNIN CHAUCONIN - NEUFMONTIERS

EGLISE SAINT SATURNIN CHAUCONIN - NEUFMONTIERS EGLISE SAINT SATURNIN CHAUCONIN - NEUFMONTIERS Septembre 2006 L exception dans le contexte géographique Le contexte Un riche patrimoine des édifices réligieux dans le pays de Meaux Période de construction

Plus en détail

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE)

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) Cadastre de 1981, section F, parcelle 141 Cadastre de 1841, section F, parcelle 200 Coordonnées : Lambert zone 3, x = 982,63 y = 178,21 DESCRIPTION DESCRIPTION GENERALE EXTERIEURE

Plus en détail

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS L «Unicum» se justifie globalement par : - son intérêt architectural (volumes, matériaux, accessoires ) - son état de conservation (il va de soit qu un édifice

Plus en détail

Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades

Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades 1. Une prime? Il existe sur l entité montoise de nombreux bâtiments de qualité faisant partie

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Centre-Lartigue Autre(s) appellation(s) École Sainte-Marguerite-Marie 2. No. dossier 47 3. No. réf. Archives CSDM 234 / 234 4. ANNÉE de construction 1954 5. ARCHITECTE

Plus en détail

Grisaille décorative (baie 25)

Grisaille décorative (baie 25) Grisaille décorative (baie 25) Cathédrale Saint-Gervais-Saint-Protais place Cardinal-Binet Soissons Dossier IM02005331 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

GUIDE TOURISTIQUE SAINT-PIERRE LO

GUIDE TOURISTIQUE SAINT-PIERRE LO GUIDE TOURISTIQUE SAINT-PIERRE LO L église Saint-Pierre est un bel édifice gothique à l architecture très sobre. La partie la plus ancienne, le chœur où est situé le maître-autel, date du XIIe siècle.

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Internationale primaire Autre(s) appellation(s) Saint-Dominique / Saint-Antonin 2. No. dossier 54 3. No. réf. Archives CSDM Q591 / 108 4. ANNÉE de construction

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC MATAWINIE MUNICIPALITE DE SAINT-DONAT RÈGLEMENT NUMÉRO 12-850

PROVINCE DE QUÉBEC MRC MATAWINIE MUNICIPALITE DE SAINT-DONAT RÈGLEMENT NUMÉRO 12-850 PROVINCE DE QUÉBEC MRC MATAWINIE MUNICIPALITE DE SAINT-DONAT RÈGLEMENT NUMÉRO 12-850 Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales ATTENDU que, dans le cadre de

Plus en détail

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par Commune Guebwiller 6 8 (aire d étude : Guebwiller) Référence : IA00054860 Adresse : Titre de l œuvre : Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron Cartographie : Cadastre : Dossier : Inventaire général

Plus en détail

RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION

RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION RESTAURATION DE L ÉGLISE NOTRE DAME DE LA PURIFICATION 1982 : travaux d urgence ; vitraux cassés remplacés par des vitres. Pose d une serrure à la porte latérale. Branchement électrique pour éclairage

Plus en détail

Maison dite Hôtel de voyageurs Notre-Dame

Maison dite Hôtel de voyageurs Notre-Dame Commune : Lieu-dit : Adresse : Titre de l œuvre : Haguenau 67 (aire d étude : Haguenau) Marienthal Basilique (rue de la) 6 Maison dite Hôtel de voyageurs Notre-Dame Référence: IA00062025 Cartographie :

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Parcelle : AR 11 5 boulevard Bara Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : m² Meulière, rocaille,

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION

L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION L'ÉGLISE SAINT-BENOIT DE THOIRES PROJETS ET RÉALISATION par M lle Marie-Hélène DEGROISE Thoires, petite commune à l'écart de la route nationale de Châtillon à Chaumont, fait partie du canton de Montigny-sur-Aube.

Plus en détail

Venerque Eglise Saint-Pierre

Venerque Eglise Saint-Pierre Venerque Eglise Saint-Pierre Observations faites à l occasion d un nettoyage partiel sur l extrados de la voûte de l abside Mars 2010 Diane Joy Maurice Scellès Service de la connaissance du patrimoine

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Aurelio GIANORA L'église Sainte-Thérèse de Kalimpong Dans Echos de Saint-Maurice, 1964, tome 62, p. 172-178 Abbaye de Saint-Maurice 2013 L'église Sainte-Thérèse

Plus en détail

Hôpital Sainte-Eugénie, puis Hôpital de la Charité, actuellement Lycée Montebello

Hôpital Sainte-Eugénie, puis Hôpital de la Charité, actuellement Lycée Montebello Hôpital Sainte-Eugénie, puis Hôpital de la Charité, actuellement Lycée Montebello 196 boulevard Montebello Lille Dossier IA59000339 réalisé en 1994 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Isabelle Bouchard et Gabriel Malo février 2001

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Isabelle Bouchard et Gabriel Malo février 2001 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle NOTRE-DAME-DE-LA-DÉFENSE Autre(s) appellation(s) 2. No. dossier 25 3. No. réf. Archives CSDM 211 / 211 4. ANNÉE de construction 1933 5. ARCHITECTE concepteur Eugène

Plus en détail

VILLE DE SAINT-PASCAL FICHE DESCRIPTIVE DE PROPRIÉTÉ FICHE NO - 46

VILLE DE SAINT-PASCAL FICHE DESCRIPTIVE DE PROPRIÉTÉ FICHE NO - 46 VILLE DE SAINT-PASCAL FICHE DESCRIPTIVE DE PROPRIÉTÉ FICHE NO - 46 ADRESSE: 608-612 RUE TACHÉ STYLE DE BÂTIMENT: NÉO-COLONIAL NO DE NÉGATIF: 2000-02-16 COMPOSANTES ARCHITECTURALES Élévation 2 étages Forme

Plus en détail

Vitriolerie puis garage de réparation automobile dite succursale Citroën, garage Citroën

Vitriolerie puis garage de réparation automobile dite succursale Citroën, garage Citroën Vitriolerie puis garage de réparation automobile dite succursale Citroën, garage Citroën 35 rue de Marseille rue Salomon-Reinach rue Béchevelin rue Université Lyon 7e Dossier IA69000930 réalisé en 2002

Plus en détail

Immeuble : Hôtel de Magnieu

Immeuble : Hôtel de Magnieu Immeuble : Hôtel de Magnieu 22 rue Martin-Bernard 4 rue Pasteur Montbrison Dossier IA42001987 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Plus en détail

Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne

Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne 123 rue Blaise Pascal Poitiers Dossier IA86007075 réalisé en 2009 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Parcelle : AZ 275 9 rue Collet Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : 78 m² Meulière jointoyée Maison

Plus en détail

Les églises et chapelles anciennes en voiture

Les églises et chapelles anciennes en voiture I D E E D E V I S I T E VILLE ET CULTURE Les églises et chapelles anciennes en voiture Niederbronn les Bains Reichshoffen Uttenhoffen avec la plus petite église à colombages d Alsace Pfaffenhoffen Bouxwiller

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

Demande d aide Conditions d attribution

Demande d aide Conditions d attribution Disponible sur www.sauvegardeartfrancais.fr Demande d aide Conditions d attribution Les aides que nous apportons proviennent des dons et legs qui nous ont été consentis. La plus grande part des aides accordées

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA77000473

Département : 77 Référence : IA77000473 Département : 77 Référence : IA77000473 Aire d'étude Commune : Melun : Melun Adresse : Bancel (rue) 30 Titre courant Dénomination : institution Sainte Jeanne d'arc : école Cartographie : Lambert1 0624011

Plus en détail

Église paroissiale Sainte-Jeanne-d'Arc

Église paroissiale Sainte-Jeanne-d'Arc Champagne-Ardenne, Ardennes Lucquy Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 2011 Date(s) de rédaction : 2013 Cadre de l'étude : enquête thématique départementale recensement

Plus en détail

Inauguration des nouvelles

Inauguration des nouvelles Dossier de presse - N 44 Lourdes, le 18 août 2005 Inauguration des nouvelles salles du Musée-Trésor. Dans les Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes, le Musée-Trésor est situé à côté du départ du chemin de

Plus en détail

Le mobilier de l'église Saint-Eloi de Poeuilly

Le mobilier de l'église Saint-Eloi de Poeuilly Le mobilier de l'église Saint-Eloi de Poeuilly église paroissiale Saint-Eloi rue Saint-Eloi Pœuilly Dossier IM80001975 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

Ecole primaire protestante, actuellement maison

Ecole primaire protestante, actuellement maison Ecole primaire protestante, actuellement maison 3 impasse du Puits Morisset Saint-Dizant-du-Gua Dossier IA17043976 réalisé en 2010 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire

Plus en détail

Galerie marchande ; établissement administratif : Centre administratif et commercial le Forum

Galerie marchande ; établissement administratif : Centre administratif et commercial le Forum Galerie marchande ; établissement administratif : Centre administratif et commercial le Forum Plan des Colonnes Montricher-Albanne Dossier IA73003066 réalisé en 2009 Copyrights Copyrights Auteurs Région

Plus en détail

Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales

Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales PROVINCE DE QUÉBEC MRC MATAWINIE MUNICIPALITE DE SAINT-DONAT RÈGLEMENT NUMÉRO 12-850 Concernant un programme d aide à la rénovation des bâtiments et enseignes commerciales ATTENDU que, dans le cadre de

Plus en détail

PRE-EXPERTISE DE L'EGLISE DE ST MAREINS

PRE-EXPERTISE DE L'EGLISE DE ST MAREINS PRE-EXPERTISE DE L'EGLISE DE ST MAREINS I - Etude visuelle de l'extérieur a) En périphérie du volume: Nous notons un semblant de drain (?) autour de certaines façades par une bande gravier; néanmoins,

Plus en détail

ANNEXE D-3. Complément d information sur le patrimoine bâti

ANNEXE D-3. Complément d information sur le patrimoine bâti ANNEXE D-3 Complément d information sur le patrimoine bâti Projet Rabaska Étude d impact sur l environnement PATRIMOINE BÂTI À la demande de SNC-Lavalin Environnement inc. nous avons procédé à l inventaire

Plus en détail

NOUVELLES DE LA VIEILLE EGLISE DE THAON F A S C I C U L E J U I N B ULLETIN DE L ASSOCIATION DES AMIS DE LA VIEILLE EGLISE DE THAON

NOUVELLES DE LA VIEILLE EGLISE DE THAON F A S C I C U L E J U I N B ULLETIN DE L ASSOCIATION DES AMIS DE LA VIEILLE EGLISE DE THAON NOUVELLES DE LA VIEILLE EGLISE DE THAON B ULLETIN DE L ASSOCIATION DES AMIS DE LA VIEILLE EGLISE DE THAON Siège social : Mairie de Thaon 14610 THAON Tél : 02 31 08 03 07 F A S C I C U L E 3 * J U I N 2

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

La maison dite Le Pigeonnier

La maison dite Le Pigeonnier Patrimoine architectural CONSEIL GÉNÉRAL DU LOT Inventaire de l architecture médiévale du Lot SAINT- PIERRE-TOIRAC La maison dite Le Pigeonnier Étude monumentale GILLES SÉRAPHIN - MARS 2008 SAINT-PIERRE-TOIRAC

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010 Règlement modifiant le règlement relatif aux plans d'implantation et d'intégration architecturale (P.I.A.) et portant le numéro 972 pour: - assujettir

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

l entrepôt - 2985 rue saint-patrick

l entrepôt - 2985 rue saint-patrick l entrepôt - 2985 rue saint-patrick évaluation de la valeur patrimoniale - août 2009 Jean-Pierre Bart architecte TABLE DES MATIÈRES Introduction 3 Description générale du site et de l entrepôt 4 Évaluation

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73 SITE : brasserie Mehl, puis Joly & Cie LOCALISATION : 100, r. De Lattre de Tassigny ; parcelles 978 et 2654

Plus en détail

Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012. Quatrième article sur cinq

Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012. Quatrième article sur cinq Cinquantenaire de la Maison mère et de l Administration générale des Sœurs de la Providence à Cartierville 1962-2012 Quatrième article sur cinq Dans ce quatrième et avant dernier article sur le 50 e anniversaire

Plus en détail

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 L objectif est de préserver l intégrité des caractéristiques architecturales de la typologie maison cité-jardin qui se trouve dans les secteurs de la phase 1. La

Plus en détail

Fiche - Patrimoine Les portes et les fenêtres

Fiche - Patrimoine Les portes et les fenêtres Fiche - Patrimoine Les portes et les fenêtres Réalisé par Stéphanie Lavigne, agente technique en architecture Collaboration de Vladimir Ulman, architecte ** Le contenu de cette fiche ne peut en aucun cas

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Hôtel de ville place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Bardisa Marie Désignation Dénominations

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

CAHIER DE PRECONISATIONS

CAHIER DE PRECONISATIONS CAHIER DE PRECONISATIONS Le caractère du centre ancien de Caudiès-de- Fenouillèdes ainsi que celui des extensions du 19 ème siècle sont à préserver au titre d un patrimoine commun à transmettre aux générations

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

MRC de La Côte-de-Beaupré. Royale

MRC de La Côte-de-Beaupré. Royale Catégorie de bâtiment IDENTIFICATION bâtiment principal d'intérêt patrimonial NOM ou RAISON SOCIALE: avenue Royale Maison du Parc des Chutes Montmorency Boischatel No de fiche: 4 NO DE CADASTRE ACTUEL

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

Chapelle de l'assomption, actuellement maison

Chapelle de l'assomption, actuellement maison Chapelle de l'assomption, actuellement maison 13 bis boulevard de la Falaise Pontaillac Vaux-sur-Mer Dossier IA17046411 réalisé en 2015 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire

Plus en détail

Histoire de charpente

Histoire de charpente Histoire de charpente Le 15 juin 2012 la restauration de la toiture de l église de Murtin a débuté. Malgré sa hauteur honorable, la grue installée sur la place s est retrouvée bloquée par le coq dominant

Plus en détail

Dépôt de tramways et station d'air comprimé, puis entrepôt commercial, actuellement

Dépôt de tramways et station d'air comprimé, puis entrepôt commercial, actuellement Dépôt de tramways et station d'air comprimé, puis entrepôt commercial, actuellement ateliers municipaux 63 avenue de Saint-Simond Franklin Roosevelt-Lafin Aix-les-Bains Dossier IA73001367 réalisé en 2005

Plus en détail

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures Rénover et construire à Westmount Page 1 3. Toitures Conserver tout trait distinctif d importance d une toiture existante ou d un élément de cette toiture. Conserver la toiture aussi longtemps que possible

Plus en détail

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE :

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : ETAT DE CONSERVATION 1- Situation Vue aérienne de l'est du quartier de Trinquetaille avec localisation du site L'ancienne verrerie est inscrite dans un enclos irrégulier

Plus en détail

04. RÉPERTOIRE DES COURANTS ET STYLES ARCHITECTURAUX

04. RÉPERTOIRE DES COURANTS ET STYLES ARCHITECTURAUX 0. RÉPERTOIRE DES COURANTS ET STYLES ARCHITECTURAUX Ce répertoire permet d identifier les principaux courants et styles architecturaux propres aux maisons anciennes de la MRC de L Assomption. Les caractéristiques

Plus en détail

rue Jean-Richepin rue Colette rue Albert-Daltroff faubourg d' Isle Saint-Quentin Dossier IA02002916 réalisé en 2005

rue Jean-Richepin rue Colette rue Albert-Daltroff faubourg d' Isle Saint-Quentin Dossier IA02002916 réalisé en 2005 Cité ouvrière Ducret rue Jean-Richepin rue Colette rue Albert-Daltroff faubourg d' Isle Saint-Quentin Dossier IA02002916 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Picardie - Inventaire général

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAUX

PROGRAMME DE TRAVAUX MAIRIE DE CUGES LES PINS Place Stanislas FABRE 13 780 CUGES LES PINS Tél : 04.42.73.83.57 - Fax : 04.42.73.81.10 MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE RENOVATION DE LA SALLE DES FETES TRAVAUX D AMENAGEMENT ET D EQUIPEMENTS

Plus en détail

EGLISE St SERNIN DE MONS

EGLISE St SERNIN DE MONS EGLISE St SERNIN DE MONS La première église de Mons aurait été construite par les Moran (ou Maurand), seigneurs de Mons, vers le 13ème siècle. Au cours des guerres de religion, elle fut pillée et incendiée

Plus en détail

FDP. Haute-Marne, un patrimoine remarquable Livret des élèves

FDP. Haute-Marne, un patrimoine remarquable Livret des élèves FDP Haute-Marne, un patrimoine remarquable Livret des élèves Carte des projets présentés dans l'exposition J'entoure le nom des villes les plus proches de mon école : Pour m'aider, je scanne ce code :

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE HOTEL DU DEPARTEMENT RESTAURATION DE LA TOITURE

DOSSIER DE PRESSE HOTEL DU DEPARTEMENT RESTAURATION DE LA TOITURE DOSSIER DE PRESSE HOTEL DU DEPARTEMENT RESTAURATION DE LA TOITURE Jeudi 8 septembre 2011 2 DOSSIER DE PRESSE - HOTEL DU DEPARTEMENT RESTAURATION DE LA TOITURE Historique Deux dénominations, une histoire

Plus en détail

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager Schéma de restaurationvalorisation du petit patrimoine des communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager SOMMAIRE 1) ÉDIFICE PRÉSENTE... 3 A) DÉNOMINATION ET POSITION GÉOGRAPHIQUE...

Plus en détail

Ecole des soeurs de Saint Joseph puis Hôtel de voyageurs Notre-Dame des Eaux

Ecole des soeurs de Saint Joseph puis Hôtel de voyageurs Notre-Dame des Eaux Ecole des soeurs de Saint Joseph puis Hôtel de voyageurs Notre-Dame des Eaux boulevard des Côtes Centre historique Aix-les-Bains Dossier IA731138 réalisé en 24 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE

DEMANDE DE PERMIS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE LE PROCESSUS Consultez nos lignes directrices utiles à la conservation du patrimoine. Communiquez avec le personnel responsable du programme de conservation du patrimoine au 506-658-2835 et prenez rendez-vous

Plus en détail

Ornementation extérieure

Ornementation extérieure FICHE TECHNIQUE Ornementation extérieure 2 5 CONNAÎTRE ET REGARDER > Ornements en toiture > Sculptures et décors en pierres > Ornements en stuc > Fresques et décors peints > Vitraux > Balcons > Ferronneries

Plus en détail

L'architecture d'une maison de plaisance

L'architecture d'une maison de plaisance OUTIL D EXPLOITATION L'architecture d'une maison de plaisance 1. COMMENTAIRE DES DEUX FACADES L histoire du château commence pour nous entre 1696 et 1698 lorsque Charles Renouard de la Touanne, trésorier

Plus en détail

Etude technique et historique. Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET

Etude technique et historique. Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET Le Pallet Comprendre la chapelle Sainte-Anne Etude technique et historique Association Culturelle Pierre Abélard -2006 LE PALLET SOMMAIRE - Page 2 - La chapelle aujourd hui. Introduction Rappel historique

Plus en détail

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général entrepôts agricoles Dossier IA04000610 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général Laurent Alexeï Désignation Dénominations Aires d'études Localisations

Plus en détail

De l'hôtel particulier au muséum

De l'hôtel particulier au muséum Service éducatif De l'hôtel particulier au muséum Fiche enseignant 4ème - Objectifs - Décrire une architecture, acquérir du vocabulaire spécifique - Connaître la définition et la fonction d'un hôtel particulier

Plus en détail

La Porterie du palais ducal 1511/1512

La Porterie du palais ducal 1511/1512 La Porterie du palais ducal 1511/1512 Construite sous le règne du duc Antoine, la Porterie était l unique entrée du palais. D après les registres de compte de l époque, elle fut achevée vers 1511-1512.

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Comité d éducation aux adultes de la Petite-Bourgogne et de Saint-Henri (CEDA) Autre(s) appellation(s) 2. No. dossier 51 Sainte-Cunégonde filles 3. No. réf. Archives

Plus en détail

ÉGLISE SAINT- FRÉDÉRIC

ÉGLISE SAINT- FRÉDÉRIC ÉGLISE SAINT- FRÉDÉRIC HISTOIRE EXTÉRIEUR DE L ÉGLISE Construite en 1822 sur un lot offert par le fondateur de Drummondville, Frederick George Heriot, la première église est démolie en 1879 pour faire

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 10/2013 le 26 juin 2013 Concerne : Demande de crédit complémentaire de Fr. 181'868.70 pour les travaux de rénovation de l Eglise

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Isabelle Bouchard et Gabriel Malo février 2001

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Isabelle Bouchard et Gabriel Malo février 2001 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle SAINTE-JEANNE-D'ARC Autre(s) appellation(s) ACADÉMIE LAURIER 2. No. dossier 42 3. No. réf. Archives CSDM 105 / 105 4. ANNÉE de construction 1914 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Si le quartier de la Place Royale était le lieu privilégié des commerçants, la haute-ville était quant à elle le refuge des religieux. Ursulines,

Plus en détail

Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction

Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction GENERALITES Maisons de villégiature Maisons de bourg Le centre village s est construit par étapes successives autour de

Plus en détail

Gare de Bischheim (voie ferrée Strasbourg - Lauterbourg)

Gare de Bischheim (voie ferrée Strasbourg - Lauterbourg) Gare de Bischheim (voie ferrée Strasbourg - Lauterbourg) 1 place de la Gare quartier du centre ville Schiltigheim Dossier IA67018060 réalisé en 2007 Auteurs (c) Inventaire général Paillard Elisabeth Haegel

Plus en détail

d u V a l b o n n a i s N 96 Décembre 2015

d u V a l b o n n a i s N 96 Décembre 2015 La g@zette d u V a l b o n n a i s N 96 Décembre 2015 Un tour par le quartier historique des Nicolos En montant le chemin qui nous rappelle le nom du quartier (quartier des Palets), nous continuons notre

Plus en détail