Les probables enjeux de la France à Madagascar

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les probables enjeux de la France à Madagascar"

Transcription

1 Les probables enjeux de la France à Madagascar Patrick Rakotomalala. Avril 2010 La crise malgache reflète des rivalités exogènes L insolubilité apparente de la crise malgache, au-delà des «rivalités» obstinées de ses hommes politiques, reflète des conflits d intérêts exogènes qui s affrontent violemment : à l intransigeance d un bloc soutenant strictement une position légaliste, s oppose l implication d une diplomatie française qui supporte, bien qu elle s en défende, le pouvoir mis en place en Mars Cette implication, qui irrite le secrétariat d Etat américain, qui dérange les chancelleries européennes et à laquelle s oppose farouchement le bloc africain, caractérise, des enjeux économiques, culturels, politiques et géostratégiques que la grande majorité des malgaches eux-mêmes ne mesure peut être pas pleinement. Pas d intérêts français, dites vous?... «Madagascar est prioritaire» déclarait récemment en commission parlementaire un député français quant au financement de l Aide Publique au Développement. Le 4 février, le «point pays Madagascar» tenu à Ubifrance autour notamment de Jean Marc Chataignier, Ambassadeur de France, et de Lionel Levha, Directeur général de Total Exploration Production Madagascar, faisait la promotion de l Ile Rouge auprès des investisseurs. Le discours y a été clair Madagascar est un pays en phase de pré-décollage. Malgré ses difficultés actuelles et sa corruption généralisée ( «harcèlement» et «systèmes de dérogation en hausse», dit-on pudiquement), ses ressources, ses réserves et la QUALITE DE SES HABITANTS lui prédisent à moyen terme à 2, 5, ou 10 ans, selon l évolution des institutions et des acteurs, un décollage économique et social qui devrait en faire le nouveau «tigre» de l Océan Indien. Eh oui le discours est : l Ile Rouge sera le futur pays émergent de la zone comme le sont aujourd hui l Indonésie, Singapour, la Corée ou le Vietnam. Alors, Messieurs les investisseurs, préparez vous à prendre place, parce que le potentiel du pays est ENORME sur le plan agricole, minier et nouvelles technologies 1. Comment entendre dès lors les déclarations de l ambassadeur de France quand il affirme, la main sur le cœur que l intérêt de la France se résume à sa communauté et aux quelques centaines d entreprises installées dans l ïle Et se fonde sur l attachement «affectif» mutuel? Il évoquera aussi pêle-mêle des enjeux géostratégiques, sécuritaires, culturels, environnementaux Mais d enjeux économiques, point ou si peu Si on ne devait en effet s en tenir qu aux chiffres, Madagascar ne serait selon lui que «quantité négligeable». En 2008, le volume des échanges France Madagascar rapporté aux volumes globaux de 1 Avec 2,4 M d abonnés, Orange Madagascar, filiale de France Telecom occupe le premier rang. Son réseau couvre plus de 400 villes et localités(taux de pénétration de la téléphonie mobile en 2007 :19%) Les probables enjeux de la France à Madagascar page 1/9

2 l économie française représenterait moins de 0,1% des échanges français 2. Ridicule cela, parait-il ne mériterait pas plus d attention que cela. En réalité, à la mesure des potentialités du pays, donc de son potentiel de croissance, donc des enjeux d investissement et de profit des uns et des autres, les enjeux économiques sont probablement bien plus réels que les représentants de la France ne le prétendent. Ce que l on peut taxer «d acharnement» de la France est d autant plus plausible que d autres enjeux évoqués, sont non moins essentiels à défendre : enjeux politiques, géopolitiques, géostratégiques, culturels. Il est dans ce sens hypocrite d énoncer que l engagement de la France relève avant tout de l affectif et de la préoccupation pour sa forte communauté et ses entreprises implantées Il est hypocrite de le dire, quand le discours de Joyandet assène la «diplomatie est désormais au service du Business» Quand même quelques intérêts affichés L attachement et l intérêt de la France pour Madagascar n ont jamais été démentis. Significatifs de cet intérêt, les effectifs de l ambassade de France à Madagascar mettent Antananarivo au 8ème rang 3 des représentations diplomatiques françaises dans le monde. Comment le justifier? Pour le plus grand nombre, y compris en métropole, les intérêts de la France à Madagascar seraient essentiellement caractérisés par sa présence. [ ] On recense plus de 650 entreprises dont 130 filiales et plus de 500 entreprises privées à capitaux français et environ ressortissants y compris les francomalgaches, ce qui en fait l une des plus importantes communautés françaises à l étranger. 4 Le Document Cadre de Partenariat (DCP) formalisait les coopérations économique, technique, culturelle et militaire. Rien n exigeait donc, a priori, une sécurisation particulière de ces seuls intérêts. Mais si cette présence immédiate n était pas menacée, la question essentielle reste : quels enjeux étaient ils si importants que M/car fasse l objet d un tel engagement de la part de Paris? Contexte : la France a-t-elle perdu son Afrique? En fait, depuis la chute du mur de Berlin qui a bouleversé les équilibres mondiaux, depuis le 11 septembre avec l érection des USA en gendarmes de la planète, et depuis la montée en puissance sur le continent africain des pays émergents Chine, Inde et Russie, la France semble avoir peu à peu perdu son pré carré en Afrique. La crise en Côte d Ivoire de 2004 en a été l expression ultime. On y a vu la France se retirer de manière humiliante et affronter l hostilité des africains de sa vitrine ivoirienne qu elle croyait jusque là ses amis 5. A l ère 2 Soit 1/1000 ème : 0,079% du volet exportations françaises pour 271 M, 0,062% pour 296 M pour les importations, et 0,09% du flux d IDE pour 122 M 3 dans l ordre : Etats-Unis, Royaume uni, Allemagne, Espagne, Italie, Maroc, Sénégal, Madagascar 4 Les intérêts français sont principalement dans les activités financières (Crédit Agricole-BNI, BFV- Société Générale, BNP-Paribas avec BMOI), distribution de produits pétroliers et énergie (Total, LP, Air Liquide, Rubisgaz/Vitogaz), BTP et immobilier (Colas, Sogea/Vinci, Guy Hoquet, Getim), transports et tourisme (Air France, Corsair/Nouvelles Frontières enregistrée comme filiale française malgré son actionnariat allemand, Accor avec un investisseur local, Caillé/Sicam, CMA-CGM, AGS, [ ]ingénierie et études (Socotec, Sofreco, Sogreah, Brl), grande distribution (Casino, Weldom/ Ravate). (4) Mission Economique de l Ambassade de France.TIC ettéléphonie avec Orange Madagascar 5 La Françafrique de Foccart «écheveau de liens occultes, privés et publics, entre une majorité de régimes africains dits francophones et le parrain français, caractéristique, de la Ve République», serait morte, d autant que ses réseaux et supports ont désormais disparu. voir au sujet de la mort de la françafrique : Antoine Glaser et Stephen Smith «Comment la France a perdu l Afrique» Les probables enjeux de la France à Madagascar page 2/9

3 chiraquienne, la politique française en Afrique empêtrée dans ses contradictions, dans ses scandales (Elf, Angolagate, ), dans son clientélisme et dans ses erreurs dramatiques et ses fautes d analyse (Rwanda) s est cherchée sans se trouver, enferrée dans ses anachronismes et son passé colonial. Elle y a aussi perdu ses positions industrielles au bénéfice des américains et des chinois, mais aussi ses positions pétrolières alors que le pétrole africain place le continent au cœur des enjeux stratégiques et énergétiques du XXIème siècle. La fermeture de ses bases militaires en Afrique occidentale et la renégociation de ses accords de coopération militaire, en raison de contraintes politiques et géopolitiques locales mais aussi de contraintes budgétaires purement françaises, redessine aussi les lignes de sa stratégie, quand il s agit en même temps 1) de faire face à la montée nouvelles puissances régionales (Afrique du Sud, Nigeria), 2) de résister à la mainmise de la Chine qui inquiète 3) de redonner à la France sa place, son influence politique, sa présence économique 4) de préserver les ressources et les marchés du futur Géopolitiques : le Canal du Mozambique est une possession française L Océan Indien, voie d approvisionnement obligée, s avère essentiel pour les pays émergents asiatiques. La présence française sur un arc Abou Dhabi, Djibouti, Mayotte, Iles Eparses, trace ainsi une ligne de défense symbolique entre l Asie et un continent Africain dont le développement est le futur de l occident. La géopolitique est une partie d échecs au cours de laquelle chaque position prise permettra de négocier un échange de pièces. Les Zones d Exclusivité Economique (ZEE), qui tracent autour de chacune des possessions françaises une bande exclusive de 200 miles, définissent à la France le deuxième territoire maritime au monde après les Etats-Unis 6. Ainsi, autour de Mayotte et des îles éparses 7, 6. Ses 10 millions de km² sont extensibles à 11 millions avec les demandes formulées à l ONU en Mai 2009 d extension du plateau continental. Ces demandes pourraient élargir ce territoire jusqu à 350 miles des cotes Les probables enjeux de la France à Madagascar page 3/9

4 possessions françaises que Madagascar revendique de longue date, est tracé un territoire couvrant les 2/3 du Canal de Mozambique. Ce qui fait quasiment du dit Canal une possession de la France. Ces zones écologiques à la biodiversité préservée, recèlent des richesses jalousées : en pêche (des accords de pêche ont été établis entre la France et M/car) mais aussi, en ressources minérales en eaux profondes. La France est donc LA GRANDE PUISSANCE EUROPEENNE riveraine de la zone. Elle défend là aussi sa place au sein de l Europe. Alors quand viennent se greffer dessus d autres enjeux économiques et commerciaux Des enjeux économiques : la France a perdu sa place de N 1 La France reste le 1er client à l exportation 8 de Madagascar. Mais elle a perdu sa place de premier fournisseur. La France n a pas de fait tiré avantage de la hausse des importations malgaches (+26%) dues aux grands chantiers. Elle passe ainsi de 14,6% en 2007 à 6,9% en 2008 du volume des importations malgaches derrière la Chine, 1 er fournisseur. Sur le volume des Investissements Directs Etrangers (IDE) 9, si au niveau régional, Madagascar s adjuge la 10ème place en Afrique parmi les pays qui auront capté le plus d IDE en 2007, la France est désormais reléguée au neuvième rang en flux (1%) 10. Au regard d énormes potentiels agricoles et miniers qui intéressent tout le monde La capacité agricole du pays est estimée à un potentiel de 36 millions d ha 11, surfaces que le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) juge exploitées à moins de 10%12. On n épiloguera pas sur les dossiers qui ont fait scandale quant à l accaparement 7 Europa, Bassas-da-India, Juan-de-Nova, les Glorieuses à l Ouest de Madagascar, Tromelin à l Est 8 Après un premier triplement en 2006, le flux d IDE a triplé de nouveau en 2007 pour atteindre 997 M$, ce qui situe Madagascar au 88ème rang mondial des pays récipiendaires d IDE. Cette performance est quasi exclusivement à imputer aux deux grands projets miniers1. En 2008, le flux devrait encore progresser (1, 3Md$. En novembre 2008 plus de 40% des travaux étaient réalisés et 70% des dépenses engagées) pour ralentir à partir de La France reste, de très loin, le premier pays client historique de Madagascar en absorbant 38% des exportations malgaches en 2008, avec même une légère tendance haussière au cours des dix dernières années.[ ] La France détient 6,9% de parts des importations malgaches en 2008 (14,6% en 2007) ce qui la situe au troisième rang des pays fournisseurs, après la Chine (22,2% contre 16,7% en 2007)[ ] qui s adjuge la place de premier fournisseur grâce à la fourniture de grands équipements : pipeline de 220 km, moteurs et turbines pour centrale hydroélectrique, équipements pour centrale thermique, équipements ferroviaires, etc. L analyse des importations malgaches confirme un tropisme asiatique croissant, en ligne avec la tendance mondiale. Désormais, l Asie de l Est détient 34,8% des importations malgaches (25% en 2007), essentiellement en provenance du monde chinois (23,2% pour Chine, HK, Taiwan), ASEAN (6%), Japon-Corée du Sud (5,5%). (source mission économique) 10 la France (y compris la Réunion) reste détentrice de l un des principaux stocks d investissements et sa présence est de loin la plus diversifiée. Les cinq premiers pays investisseurs en 2008 ont été le Royaume-Uni (les sociétés minières passent par des structures installées dans ce pays mais il ne s agit pas d investisseurs anglais), le Canada (mines), Bahreïn (essentiellement les télécoms), le Japon (mines), la Corée du Sud (mines). La France s adjuge la neuvième place en flux avec seulement 1%, et voit sa part du stock diluée à 5% (cinquième rang). 11 Le Rapport environnemental 2008 donne en termes de potentiel de surfaces agricoles exploitables de manière «facile» ha pou de surfeces exploitées (54, 11) %. Le chiffre de 37 millions d ha prend en compte les tanety et terres moins fertiles mais potentiellement valorisables 12 Et dans ce cadre on n a pas fini de s interroger sur un dossier Daewoo assassin et assassiné par manque de transparence. On se demandera aussi pourquoi les scandales Daewoo et Varun ont été levés, quand rien semble-t-il n a remis en question les superficies concernées par les projets miniers. Bizarreries de la politique et de la manipulation de l information. Il est vrai que le potentiel minier de l île engage des enjeux financiers sans commune mesure avec la sauvegarde des intérêts des paysans qu on prétendait défendre. Les probables enjeux de la France à Madagascar page 4/9

5 des terres. Ils sont là pour attester des enjeux et de l intérêt que les grands portent aux terres du pays. La politique foncière ne favorisant pas les investisseurs étrangers, les flux IDE sont restés relativement restreints. Par contre, sur le domaine minier par contre, ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du Sud de l Australie On se demande bien pourquoi Le développement de la Chine et des pays émergents a, on le sait, tiré vers le haut les cours mondiaux de l ensemble des matières premières nécessaires à leur développement. De fait les importantes ressources minières de Madagascar ont attisé les convoitises de toutes les grandes nations industrielles et de la Chine en premier lieu et attiré les investisseurs On ne citera ici que les ressources les plus significatives. Nickel et Cobalt, Ces minéraux, dont Madagascar représente aujourd hui, à travers le concessionnaire Sherritt, respectivement 5% et 10% de la production mondiale, ont connu en un an une hausse de 66% et 36% de leurs cours. Le site d Ambatovy sera en 2014 la plus grande mine de nickel latéritique du monde. En concurrence avec la Nouvelle Calédonie, territoire français, 4 ème producteur mondial de nickel. Ilménite et Bauxite Le métal de titane, transformation de l ilménite, a connu en un an une hausse de + 57% de son cours. Les tonnes/an d ilménite qui seront produites par QMM Rio Tinto représentent 10% de la production mondiale. Les chinois sur la côte Est, et les sud africains au Nord de Tuléar ont lancé ou négocient des projets d exploitation de ce minerai. La mise en exploitation d autres gisements d ilménite le long de la côte Est, entre Mananjary et Fénérive ont fait l objet d appels d offres. Le projet Ticcor des Sud Africains laissait, lui, envisager la production de tonnes/an d ilménite. Ici, point de compagnie française. L aluminium, lui, a augmenté de 71%. Il n est donc pas surprenant que Rio Tinto s intéresse dans le Sud aux ressources en bauxite à proximité des gisements qu ils exploitent. Ici, point de compagnie française sauf à considérer que Pechiney est présent à travers Rio Tinto Alcan. L uranium L explosion de la demande en énergie nucléaire laisse craindre à terme une pénurie des ressources en uranium 13. Les britanniques, canadiens, australiens et leurs compagnies minières 14 ont lancé des campagnes d exploration dans l Ouest, le Centre et le Sud. Dans ce contexte, Areva, qui a défini une stratégie de maîtrise de l ensemble de la chaîne nucléaire de la MINE à la centrale s est associée à Total pour assurer la logistique de ce dernier sur la zone d exploration pétrolière de Bemolanga. Il est bien évident que la logistique est le premier métier de Areva. Le charbon Les besoins sidérurgiques de la Chine et des pays émergents ont provoqué une envolée des cours du charbon. Ces cours ont pris 200% entre 2005 et Le gisement de la Sakoa «délaissé en raison d une rentabilité insuffisante, voit son intérêt renouvelé». Les réserves en charbon de la Sakoa sont à ce jour estimées à plus de 100 millions de tonnes en 13 Alors que «Depuis 2001, le prix spot de l U3O8 (yellow cake) est en progression constante, Il a ainsi augmenté de plus de 300 % en moins de cinq années. Cette hausse n est donc pas conjoncturelle et elle a de forte chance de perdurer. 14 ALM & Forex et ClineMining Corp, Pencari Mining Corp, Haddington, Uranium Star Les probables enjeux de la France à Madagascar page 5/9

6 hypothèse basse et jusqu à 1 Md de tonnes en hypothèse haute!!! Le groupe australien Straits 15 dispose d un champ d exploitation de 800km² sur la zone. Point de français visibles ici. Le fer Le gisement de fer de Soalala dont les réserves sont estimées à 562 Mt pour une production à ciel ouvert de près de 3,5 Mt annuelles intéresse bien évidemment les entreprises de la région asiatique, première productrice d acier et dont les besoins continuent de croître Et le reste Sans oublier le pétrole Le pétrole demeure la ressource éminemment stratégique des décennies à venir. Les sables bitumineux et les huiles lourdes ne sont rentables qu avec un cours du brut autour de 100 dollars le baril. Le gisement de Bemolanga est le plus vaste gisement d huiles lourdes inexploité au monde. Ses 16 milliards de barils estimés en réserve on shore sur ont certainement posé des enjeux de pérennisation de la ressource. Total a acquis 60% du contrat d exploration de Bemolanga 16. Lors du «point pays» Ubifrance évoqué plus haut, le patron de Total Exploration M/car. affichait à terme des objectifs de productions de l ordre de à barils de pétrole / jour Il est vrai qu à 100$ le baril, il y a des affections plus désintéressées. Et bien évidemment, derrière les énormes infrastructures à bâtir et les besoins de logistique, les intérêts des géants français du BTP (Colas) et du transport (Bolloré), ne sont pas très loin. Au-delà des potentiels pétroliers on shore de Madagascar, les potentialités offshore font l objet de convoitises que l on lit derrière les blocs de prospection négociés du Sud au Nord de l île. Or, il s avère que les zones d exclusivité économique des îles éparses, qui sont strictement accolées à la ZEE malgache et aux zones de prospection, recèlent aussi potentiellement des ressources pétrolières. Sur Juan de Nova, possession française, deux concessions de prospection 18 ont été accordées pour un montant d engagement de 47 millions de $. 15 coté à Singapour, à travers Red Island Mineral et Madagascar Consolidated Mining 16 Selon Afrique Energy Intelligence il a fallu, pour la conclusion de ce contrat, une intervention du président Sarkozy lui-même qui en aurait négocié en avril 2008 le dossier avec Ravalomanana. Ce dernier préférait en effet une solution en faveur des chinois de la China National Petroleum Corp. 17 SI l exploitation des grès de Bemolanga est lancée au delà de l échéance de 2015, il s agit de à baris / jours de pétrole à extraire. A 100$ (prix minimum pour une exploitation rentable) cela représenterait 7 MM$ de revenus annuels (dont +-50% reviendraient à M/car) 18 aux sociétés Marex Petroleum Corporation et Roc Oil Compagny Ltd, ont été accordées (arrêté du 22/12/2008 du ministère français de l écologie, de l énergie, du développement durable et de l aménagement du territoire) Les probables enjeux de la France à Madagascar page 6/9

7 Conclusion Nous ne nous étendrons pas sur les ressources et les potentiels réels en or, en pierres précieuses et semi-précieuses, ou en chromite et autres graphite. Les probables enjeux de la France à Madagascar page 7/9

8 Il est ainsi un fait que les besoins de flux financiers de M/Car ne devraient plus être un problème. Pour peu que les institutions fonctionnent et qu en particulier le système judiciaire, actuellement «en totale déliquescence», soit profondément rebâti 19 Nous ne nous sommes pas attardés sur le volet enjeu culturel, peut être plus prégnant qu on ne l imagine. Pays dont le Français est une langue officielle, la grande Ile, en raison à la fois de sa situation géographique à la lisière de l Afrique de l Est anglophone ou lusophone, mais aussi de l importance de sa population actuelle et A VENIR, s avère probablement essentielle à la défense de la francophonie et du rayonnement de la France. Alors, quand certains persistent affirmer de manière péremptoire «la France n a rien à préserver ni à gagner à M/car», on pourra juger leur position curieuse Si la France s intéresse à la Grande Ile, ce qui se passe actuellement ne relève donc pas de la seule nostalgie d un empire perdu. La prise en compte des enjeux de la France s avère essentielle. Parce que dans cette situation il faudra négocier en préservant nos propres intérêts et faire comprendre à «Reny Malala» qu elle ne trouvera satisfaction aux siens que dans une coopération réelle, respectueuse et non entachée de faux semblants. Au-delà de nos colères, on ne doit pas se tromper dans nos choix : on sait ce qu on aura de la France, on ne sait pas ce qu on aura de la Chine ou de l Inde qui, soyons en convaincus, ne s encombreront certainement pas de scrupules, ni d un quelconque attachement affectif et culturel tel celui qui nous lie, réellement, à la France. Un ami m interrogeait : «le processus de décolonisation a-t-il préparé l économie malgache a être indépendante, ou juste à rester un fournisseur de matières premières pour les grands?» Quelle que soit la réponse, nous devons nous débarrasser, nous, de notre passé colonial. Parce qu au bout du compte, au regard de ces éléments, il est malheureux de constater que les malgaches eux-mêmes ne soient pas eux aussi conscients et fiers de l énormité du potentiel de leur tanindrazana. Il n est pas là, le sentiment de fierté, d orgueil et d ambition, de responsabilité, de citoyenneté et d engagement qui pourrait porter l ensemble d une nation malgache pour en faire véritablement, au vu de ses moyens, une VRAIE PUISSANCE. Ceci est un autre débat Quant à celui-ci, il faut le reconnaître, ce ne sont que conjectures et supputations 19 voir à ce sujet :sur «le-petrole-a-madagascar :il-y-a-manne-et-manne» et «gouvernance-et-corruption : vous avez dit -fahamarinana et fihavanana» Les probables enjeux de la France à Madagascar page 8/9

9 Patrick Rakotomalala Avril madagoravox.wordpress.com. Les probables enjeux de la France à Madagascar page 9/9

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE 1 DKHISSI SAID PLAN I. Introduction 23/02/2011 II. Enjeux de la concurrence internationale en Afrique III. Internationalisation de la concurrence IV. Globalisation

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie?

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie? Sourcing en Asie Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie de Saint-Etienne / Montbrison Tél : 04.77.43.04.50

Plus en détail

Stratégies chinoises de financement et de pénétration des marchés africains

Stratégies chinoises de financement et de pénétration des marchés africains Stratégies chinoises de financement et de pénétration des marchés africains Ibrahim Magassa 1 La disparition du monde bipolaire à la fin des années 1980 s est traduite sur le plan de l économie géopolitique

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

NOUVELLE. Réunion. une LEBRETON. Une nouvelle ambition portuaire... Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015

NOUVELLE. Réunion. une LEBRETON. Une nouvelle ambition portuaire... Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015 Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015 avec Patrick Une nouvelle ambition portuaire... une Réunion NOUVELLE Contact : contact@patricklebreton.fr Patrick Lebreton 2015-2021 I - L activité portuaire

Plus en détail

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable

à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable Le Plan Nord à l horizon 2035 un projet exemplaire de développement nordique durable définitif) 2 Territoire du Plan Nord Baie d Ungava Tracé de 19 27 du Conseil priv é (non Baie d Hudson Mer du Labrador

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1 Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation Page 1 Documents de lancement Source : http://www.telleestmatele.com/article-36865965.html Page 2 Rio de Janeiro 2016 Page 3 Activité élèves : (analyses de

Plus en détail

La France et l Union européenne : influence mondiale, puissance incomplète

La France et l Union européenne : influence mondiale, puissance incomplète La France et l Union européenne : influence mondiale, puissance incomplète Capacités Localiser et situer : - le territoire français ultramarin sur un planisphère - les principaux espaces de la francophonie

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux

SOCOFE et FLUXYS. ou la stratégie des réseaux SOCOFE et FLUXYS ou la stratégie des réseaux Au centre de l Europe, la Belgique s affirme comme une véritable plaque tournante du gaz naturel. Le pays est dépourvu de cette précieuse ressource naturelle.

Plus en détail

1. La politique nucléaire au Japon avant Fukushima. NB : Compte tenu de la sismicité du pays, le combustible usagé est vitrifié.

1. La politique nucléaire au Japon avant Fukushima. NB : Compte tenu de la sismicité du pays, le combustible usagé est vitrifié. COMPTE-RENDU DE LA CONFERENCE «LE JAPON APRES FUKUSHIMA : QUELLES OPTIONS ENERGETIQUES?» MARDI 26 MARS 2013 Monsieur Armand Laferrère, Président d Areva Japon et Monsieur Hubert de Mestier, ancien délégué

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens

Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Le commerce extérieur du Canada en 2013 Balance des biens Résumé En 2013, la balance commerciale canadienne a enregistré un déficit réduit de 38% par rapport à 2012 à 7,4 MdCAD (0,4% du PIB), sous l effet

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

LE SAPHIR MALGACHE, UNE RESSOURCE POUR LA GRAND-ÎLE OU POUR LES ÉTRANGERS?

LE SAPHIR MALGACHE, UNE RESSOURCE POUR LA GRAND-ÎLE OU POUR LES ÉTRANGERS? 80 POSSIBLES, HIVER 2012 LE SAPHIR MALGACHE, UNE RESSOURCE POUR LA GRAND-ÎLE OU POUR LES ÉTRANGERS? Par Naina Rakoto, Voilà maintenant 22 ans que le saphir a été découvert à Madagascar, et plus précisément

Plus en détail

Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs

Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs Tourisme en bref Le point sur les marchés dans lesquels la CCT et ses partenaires sont actifs www.canada.travel/entreprise Octobre Volume 1, numéro 1 Points saillants Le nombre d arrivées en provenance

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES

N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES N 5 ZEE : ZONES ÉCONOMIQUES EXCLUSIVES INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES L Outre-mer, source de la puissance maritime française Les ZEE sont un principe récent : la Convention des Nations unies qui les a introduites

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale

Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale Antoine Maire [1] 09/2014 A l occasion du dernier Forum économique mondial de Davos en janvier 2014, les autorités mongoles

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

LA POMME DE TERRE LE PRODUIT LA PRODUCTION

LA POMME DE TERRE LE PRODUIT LA PRODUCTION LA POMME DE TERRE LE PRODUIT La pomme de terre est la quatrième culture vivrière du monde après le blé, le riz et le mais. Elle occupe une place importante dans les régimes alimentaires de plusieurs pays

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Les poivrons sont classés en deux groupes : le premier comprend les fruits de

Les poivrons sont classés en deux groupes : le premier comprend les fruits de ETABLISSEMENT AUTONOME DE CONTROLE ET DE COORDINATION DES EXPORTATIONS LE MARCHE MONDIAL DU POIVRON I- LE PRODUIT Les poivrons sont classés en deux groupes : le premier comprend les fruits de forme carrée

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI LE SECTEUR DES MINES: L UN DES MOTEURS DE LA STRATÉGIE ACTUELLE DE DÉVELOPPEMENT DU MALI PRÉSENTÉ PAR: M.Abdoulaye PONA, Président de la Chambre des Mines du Mali PLAN INTRODUCTION 1-APPORT DU SECTEUR

Plus en détail

La production d hydrocarbures au Ghana

La production d hydrocarbures au Ghana La production d hydrocarbures au Ghana Le Ghana est depuis fin 2010 un pays producteur de pétrole. Le début de l exploitation de nouveaux champs devrait entraîner un doublement sa production d ici la fin

Plus en détail

L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE

L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE Montpellier L énergie, enjeu national 2 Besoin d harmoniser les 3 piliers de l énergie : accès à l énergie, sécurité énergétique et lutte contre le changement climatique Lutte

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie»

Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie» Congrès 2012 SUD Energie : Résolution «quelle organisation du secteur énergétique et quel service public de l Energie» Objet : Le service public de l Energie et l organisation du secteur énergétique se

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Résumé En 2013, les échanges extérieurs du Mozambique se sont élevés à 12,6 Mds USD, en hausse de 7,4% par rapport à 2012. Les exportations sont principalement

Plus en détail

Les opportunités d affaires aux Comores

Les opportunités d affaires aux Comores Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ( ANPI) Les opportunités d affaires aux Comores Vendredi 24 Octobre 2014, MORONI Sommaire Les opportunités d affaires aux Comores 1. Fiche d identité

Plus en détail

GRANDS PROGRAMMES ET PROJETS MINIERS AU CAMEROUN

GRANDS PROGRAMMES ET PROJETS MINIERS AU CAMEROUN GRANDS PROGRAMMES ET PROJETS MINIERS AU CAMEROUN La Nature a doté le Cameroun d un potentiel minier riche et diversifié. A ce jour, quelques 52 types de substances minérales ont été inventoriés et classés

Plus en détail

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes au sujet de l accord de partenariat économique global (APEG) Canada-Inde Ailish Campbell, vice-présidente,

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

Areva, un groupe industriel intégré

Areva, un groupe industriel intégré Areva, un groupe industriel intégré Areva est un groupe industriel à l'histoire très récente : né en septembre 2001 de la fusion des entreprises Cogema, Framatome, CEA-Industrie et Technicatome, il est

Plus en détail

Présentation. Ses créateurs disposent d une expérience plurielle de haut niveau forgée au cours de longues carrières.

Présentation. Ses créateurs disposent d une expérience plurielle de haut niveau forgée au cours de longues carrières. Présentation Fabex Energy Sarl, ce veut être le creuset et l expression de compétences avérées au service du marché Algérien, en vue de lui offrir des solutions innovantes en matière de produits et services

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

RESULTATS 2009 et PERSPECTIVES 2010. Présentation Analystes/Presse Avril 2010

RESULTATS 2009 et PERSPECTIVES 2010. Présentation Analystes/Presse Avril 2010 RESULTATS 2009 et PERSPECTIVES 2010 Présentation Analystes/Presse Avril 2010 AGENDA Faits Marquants Résultats Financiers 2009 Perspectives 2010 FAITS MARQUANTS ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE Contexte économique

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

HAUT COMMISSARIAT DE L AUSTRALIE EN AFRIQUE DU SUD

HAUT COMMISSARIAT DE L AUSTRALIE EN AFRIQUE DU SUD HAUT COMMISSARIAT DE L AUSTRALIE EN AFRIQUE DU SUD Conférence sur l investissement dans le secteur minier africain Déjeuner de ministres et ambassadeurs mardi 7 Février 2012 Discours prononcé par Madame

Plus en détail

études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~

études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~ études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~ 1 QUELQUES préoccupations du consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) www.icafrica.org ; www.afdb.org La mission de l ICA:

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET MOT DE S.E.M. DANIEL KABLAN DUNCAN, PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Coffi Dieudonné ASSOUVI Vincent GAGNON-LEFEBVRE Josée-Anne LABRIE Victor SANCHEZ-LOPEZ ETI-7013 Séminaire pluridisciplinaire sur l Asie Plan de la présentation

Plus en détail

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES

PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRIX DES PRODUITS ENERGETIQUES PRODUITS PETROLIERS La facture pétrolière ne cesse de s alourdir et les consommateurs que sont les particuliers ou les entreprises voient leurs dépenses liées au poste carburant

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Biokala : une énergie verte pour la Côte d Ivoire

DOSSIER DE PRESSE Biokala : une énergie verte pour la Côte d Ivoire DOSSIER DE PRESSE Biokala : une énergie verte pour la Côte d Ivoire CONTACTS PRESSE : SIFCA Ibrahim OUATTARA : + 225 07 02 80 60 / ouattarai@sifca.ci 35 N Philippe PERDRIX : + 33 (0)6 84 24 62 96 / pp@35nord.com

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo ENRC est l un des plus gros groupes miniers au monde, avec un chiffre d affaires de 7,7 milliards de dollars rien que sur

Plus en détail

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Exportations de marchandises par région et par produit, 2013 (milliards de $EU) Augmentation

Plus en détail

L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT

L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT Stage nouveaux programmes de Terminales ES/L Florian NICOLAS L AFRIQUE : LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT Le redressement de l Afrique, auteur inconnu Source : www.cemcis.org (DR) Comment traiter la séquence?

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail