La responsabilité civile environnementale des entreprises. Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La responsabilité civile environnementale des entreprises. Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne"

Transcription

1 La responsabilité civile environnementale des entreprises Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne Rapport présenté par M. Guy PALLARUELO au nom de la commission juridique, après avis de la commission de l aménagement régional, de l environnement, du tourisme et des transports et adopté au Bureau du 22 juin 2000 selon la procédure d urgence

2 SOMMAIRE I - SUR L ACTION COMMUNAUTAIRE EN MATIÈRE DE RESPONSABILITÉ ENVIRONNEMENTALE...8 A- SUR LE FONDEMENT D UNE ACTION COMMUNAUTAIRE...8 1) Les dispositions du Livre blanc...8 2) Observations et proposition de la CCIP...9 B - SUR LE MODE D ACTION COMMUNAUTAIRE...9 1) Les dispositions du Livre blanc...9 2) Position de la CCIP en faveur d une directive...11 II - SUR LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DU SYSTÈME DE RESPONSABILITÉ ENVIRONNEMENTALE COMMUNAUTAIRE...13 A - SUR LA NON-RÉTROACTIVITÉ ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et proposition de la CCIP...13 B - CHAMP D APPLICATION DU SYSTÈME ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations de la CCIP...15 C - NATURE DE LA RESPONSABILITÉ, DÉFENSES AUTORISÉES ET CHARGE DE LA PREUVE ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et propositions de la CCIP...18 D - QUI DOIT ÊTRE RECONNU RESPONSABLE? ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et propositions de la CCIP...20 E - LES CRITÈRES APPLIQUÉS AUX DIFFÉRENTS TYPES DE DOMMAGES ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et propositions de la CCIP

3 F - DÉCONTAMINATION ET RESTAURATION EFFECTIVES DE L'ENVIRONNEMENT ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et proposition de la CCIP...24 G - ACCÈS À LA JUSTICE ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et propositions de la CCIP...26 H - LIENS AVEC LES CONVENTIONS INTERNATIONALES ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations de la CCIP...28 I - ASSURABILITÉ DU RISQUE ENVIRONNEMENTAL ) Les dispositions du Livre blanc ) Observations et propositions de la CCIP

4 PRISES DE POSITION Après plusieurs années de réflexion, la Commission européenne a adopté, le 9 février 2000, un «Livre blanc sur la responsabilité environnementale». Saisie pour avis et compte tenu de l importance grandissante de cette question pour les entreprises, la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris souhaite formuler certaines observations et propositions sur ce document. 1) Sur le fondement d une action communautaire Il conviendrait d attirer l attention des entreprises sur l action préventive et le management environnemental, alors que le Livre blanc ne fait référence qu au seul principe du «pollueur-payeur». 2) Sur le mode d action communautaire Le choix d une directive-cadre paraît opportun au regard de la souplesse de ce mode d action, permettant aux Etats membres de maintenir ou d établir, si nécessaire, des mesures de protection renforcée. 3) Sur la non-rétroactivité La date du fait générateur de la pollution étant déterminante, notre Compagnie préconise d établir une «présomption de pollution passée», non couverte par le système de responsabilité au niveau communautaire, lorsque l origine de cette pollution ne peut être située dans le temps. 4) Sur le champ d application du système En raison de l accroissement des charges pour les entreprises, l approche limitative proposée par la Commission doit être approuvée en ce sens qu elle définit un champ d application restreint, couvrant les dommages environnementaux et traditionnels causés dans le cadre d activités d ores et déjà réglementées au niveau européen. 5) Sur la nature de la responsabilité, les défenses autorisées et la charge de la preuve Dans le souci de maintenir un certain équilibre des parties et de respecter les principes fondamentaux de la responsabilité civile, la CCIP s oppose fermement à l établissement d une présomption de causalité qui viendrait aggraver la responsabilité sans faute. En outre, elle considère que les exploitants devraient bénéficier d une exonération totale de responsabilité lorsqu ils ont respecté les autorisations et permis d émissions qui leur ont été attribués par les autorités administratives. 4

5 6) Sur la personne reconnue responsable La Commission canalise la responsabilité environnementale sur la personne de l exploitant, c'est-à-dire celle qui exerce le contrôle de l activité par laquelle les dommages sont causés. Dans ces conditions, il faut encourager les audits environnementaux dans les cas de succession d exploitants. 7) Sur les critères appliqués aux différents types de dommages Aucune méthode d évaluation des dommages ne peut être appliquée de manière systématique ; or, en matière de responsabilité civile, les préjudices doivent être réels et quantifiables. Au-delà de cette difficulté, le régime des sites contaminés devrait faire l objet d une démarche particulière, distincte du Livre blanc, sachant qu il n existe à ce jour aucune réglementation communautaire en ce domaine. 8) Sur la décontamination et la restauration effectives de l'environnement Dans les hypothèses où la remise en état de l'environnement n est pas envisageable, il conviendrait de consigner les dommages et intérêts versés par les pollueurs, dans l attente de la mise en oeuvre de projets de substitution. 9) Sur l accès à la justice Le droit d action subsidiaire ne devrait être attribué qu aux seuls groupes d intérêt et associations ayant pour objet la préservation de l'environnement et répondant à certains critères qualitatifs. De surcroît, une lacune du Livre blanc doit être comblée : il serait judicieux de déterminer les délais dans lesquels les différentes actions peuvent être introduites, tant sous l angle de la forclusion que sous celui de la prescription. 10) Sur l assurabilité du risque environnemental L intervention de l assureur, en amont et en aval de l opération de souscription, pourrait opportunément être systématisée et coordonnée au sein de l Union européenne, afin de garantir une meilleure assurabilité. Par ailleurs, la couverture des pollutions chroniques liées au fonctionnement normal des exploitations pourrait être assurée par les entreprises, au moyen de réserves financières fiscalement déductibles. 5

6 Le «risque environnemental» vise tous les dommages qui peuvent être causés par la pollution. Il concerne, d une part, les activités qui sont potentiellement dangereuses pour les tiers ou peuvent avoir des effets, directs ou indirects, sur l'environnement et, d autre part, celles qui ne sont certes pas potentiellement dangereuses mais qui utilisent des substances dangereuses. Malgré l'absence, dans le Traité de Rome du 25 mars 1957, de toute disposition relative à l environnement, les instances communautaires exécutives et juridictionnelles ont rapidement mis en oeuvre une action européenne en la matière. Cette politique «prétorienne» a ensuite été consacrée par l Acte unique européen de 1986, qui a intégré à l article 130 R du Traité les objectifs de préservation et d amélioration de la qualité de l environnement, de protection de la santé des personnes et d utilisation prudente et rationnelle des ressources naturelles. De surcroît, l article 100 A, relatif à l adoption de mesures d harmonisation législative ayant pour objet l établissement et le fonctionnement du Marché intérieur, prévoyait dès lors que de telles mesures pouvaient être prises en matière de protection de l environnement. Elevée au rang de «politique fondamentale» de l Union européenne par le Traité de Maastricht, la protection repose sur des principes directeurs énoncés à l article 174 2, notamment l action préventive et la règle du «pollueur-payeur». Le présent Livre blanc de la Commission européenne sur la responsabilité environnementale a été précédé d un certain nombre d initiatives qu il convient de rappeler : - en mai 1993, la Commission a publié un Livre vert sur la réparation des dommages causés à l environnement. Elle envisageait alors deux manières de réparer les atteintes à l environnement : d une part, l institution d une responsabilité objective (ou responsabilité sans faute) à l encontre des pollueurs identifiés dont l activité a porté préjudice aux biens, aux personnes ou à l environnement lui-même et, d autre part, l institution d un fonds d indemnisation collective, financé par tous les 6

7 pollueurs potentiels, dans l hypothèse où aucun pollueur déterminé n a pu être identifié ; - le 23 février 1994, le Comité économique et social a rendu un avis sur ce Livre vert, en se prononçant en faveur d une action communautaire via une directivecadre et en relevant la possibilité de retenir la responsabilité civile comme instrument de prévention et de réparation des dommages causés à l environnement ; - en avril 1994, le Parlement européen a adopté une résolution ayant pour objet d inviter la Commission à élaborer une proposition de directive concernant la réglementation pour les (futures) atteintes à l environnement. Il précisait dans ce texte que la responsabilité constituait l un des instruments envisageables pour assurer la prévention et la réparation des atteintes à l environnement, mais qu elle ne devait pas constituer un fardeau trop lourd pour les petites et moyennes entreprises. En réponse à cette résolution du Parlement européen, la Commission a entrepris d élaborer un Livre blanc sur la responsabilité environnementale. Ce document, adopté le 9 février 2000, intervient «opportunément» après le récent naufrage de l Erika qui a provoqué une importante pollution des côtes françaises. Il y est affirmé que «la responsabilité environnementale vise à faire en sorte qu une personne ayant occasionné des dommages verse une somme d argent pour remédier aux dommages qu elle a causés». Une telle responsabilité ne sera efficace que si le pollueur est identifié, si les préjudices sont réels et quantifiables et si un lien de causalité entre ceux-ci et le pollueur peut être démontré. La Commission ayant saisi, pour avis, les représentants des entreprises, la CCIP tient à formuler ses observations et réserves sur le Livre blanc, en particulier quant aux éléments constitutifs de la responsabilité environnementale (II). Néanmoins, avant d aborder ces questions, elle entend tout d abord se prononcer sur l action communautaire elle-même (I). 7

8 I - Sur l action communautaire en matière de responsabilité environnementale A- Sur le fondement d une action communautaire 1) Les dispositions du Livre blanc Le Livre blanc de la Commission énonce cinq motifs justifiant la mise en place d un système de responsabilité environnementale communautaire : - assurer une meilleure application des principes fondamentaux du Traité dans le domaine de l environnement (article 174 2), notamment du principe du «pollueur-payeur». A défaut, la Commission relève qu il appartiendrait aux contribuables de financer la remise en état des milieux naturels pollués. Pour éviter de faire peser cette charge sur la société en général, elle préconise une «internalisation des coûts environnementaux», c est-à-dire de faire supporter aux pollueurs eux-mêmes les frais de prévention et de réparation des dommages environnementaux ; - garantir la décontamination et la réhabilitation de l environnement : les Etats membres doivent veiller à ce que les dommages et intérêts versés par les pollueurs identifiés soient utilisés à cette fin ; - appliquer de manière plus stricte la législation environnementale communautaire existante, grâce au dispositif de responsabilité communautaire envisagé : la Commission mise sur l effet préventif de la responsabilité qui devrait inciter à respecter les réglementations environnementales, et notamment les directives «Oiseaux sauvages» et «Habitats» dans le cadre du réseau Natura Elle relève que la plupart des Etats membres ont introduit dans leur législation un système de responsabilité sans faute pour les dommages résultant d activités dangereuses pour l environnement, mais ces législations, dont le champ d application 1 Directive 79/409/CEE du Conseil concernant la conservation des oiseaux sauvages, JO L 103, p.1, et directive 92/43/CEE du Conseil concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages, JO L 206, p.7. 8

9 diffère selon les Etats, ne couvrent que les dommages traditionnels (aux personnes, aux biens ou aux sites) et non les atteintes aux ressources naturelles ; - améliorer l intégration : il résulte du Traité d Amsterdam que les questions environnementales doivent être intégrées dans les politiques et les actions de la Communauté ; l adoption d un système de responsabilité couvrant toutes les activités dangereuses et réglementées au niveau communautaire y contribuerait ; - améliorer le fonctionnement du marché intérieur : les échanges intracommunautaires ont une place prédominante au sein du marché intérieur et la couverture des dommages à la biodiversité par un système de responsabilité communautaire permettrait de préserver une certaine équité entre les Etats membres. 2) Observations et proposition de la CCIP La Commission met essentiellement l accent sur la mise en oeuvre du principe du pollueur-payeur, dans l optique de garantir la réparation des dommages à l environnement. Toutefois, compte tenu de l exigence d un niveau de protection élevé, il convient surtout d attirer l attention des chefs d entreprise sur l anticipation des dommages et le management environnemental. En ce sens, une référence plus explicite au principe d action préventive serait opportune. B - Sur le mode d action communautaire 1) Les dispositions du Livre blanc La Commission énumère et explicite les différentes options envisageables pour une action communautaire. 9

10 Adhésion de la Communauté à la Convention de Lugano Il s agit de la Convention du Conseil de l Europe sur la responsabilité civile des dommages résultant d activités dangereuses pour l'environnement, adoptée en Son champ d application est relativement large, car elle couvre aussi bien les dommages traditionnels (corporels et matériels) que les atteintes à l'environnement et reste ouverte à toute activité non mentionnée expressément, dès lors que celle-ci peut être classée parmi les activités dangereuses. Cette large couverture constitue l atout principal de la Convention allant plus loin que la plupart des législations nationales. Cependant, cet avantage est à double tranchant puisqu il est, par ailleurs, reproché à la Convention d avoir un champ d application trop large et d offrir trop peu de sécurité juridique : les dommages environnementaux n y étant pas définis de manière précise et aucun critère d évaluation ou de réparation envisagé, il conviendrait de remédier à ces lacunes par un acte communautaire. Un système applicable uniquement aux dommages transfrontaliers Sur le fondement du principe de subsidiarité, les partisans de ce système avancent que l intervention de la Communauté pour régir des questions de responsabilité environnementale propres aux Etats membres ne se justifie pas, mais qu en revanche, les dommages transfrontaliers peuvent être traités plus efficacement au niveau communautaire. Cependant, cette position ne prend pas en compte que la plupart des législations nationales ne régissent pas les dommages causés à la biodiversité et qu il est nécessaire d y remédier. De surcroît, la mise en place d un système applicable uniquement aux dommages transfrontaliers contreviendrait au principe d égalité de traitement élaboré par la Cour européenne de justice. En effet, pour des dommages similaires, des personnes d un même Etat membre pourraient, soit se trouver soumises au système de responsabilité communautaire en présence de dommages transfrontaliers, soit ne pas être inquiétées si le système national ne couvrait pas ce genre de cas. 10

11 Une action des Etats membres guidée par une recommandation de la Communauté Cette option satisferait les défenseurs du principe de subsidiarité qui pourraient dénier toute légitimité à une intervention contraignante de la Communauté en matière environnementale. Mais, une recommandation n ayant aucun caractère obligatoire et n étant suivie d aucun contrôle, partant, les avantages en termes de protection de l'environnement seraient plus limités. Une directive communautaire Par comparaison à la première option (adhésion à la Convention de Lugano), la directive présente une meilleure sécurité juridique : il serait possible de mieux délimiter le champ d application de l action communautaire et de régir les atteintes à la biodiversité conformément à la législation correspondante. Si la Convention de Lugano peut être une source d inspiration importante, le choix d une directive permet d assurer une meilleure application des principes environnementaux et une restauration efficace des milieux naturels. Responsabilité sectorielle dans le domaine de la biotechnologie La directive proposée dans l option précédente pourrait être axée sur la responsabilité liée à certains domaines particuliers, notamment celui de la biotechnologie, au lieu d une approche horizontale couvrant de manière identique toutes les activités (potentiellement) dangereuses. Cependant, une démarche sectorielle manquerait de cohérence et ne permettrait pas une application uniforme des principes environnementaux. 2) Position de la CCIP en faveur d une directive Aux termes de l article 5 alinéa 2 du Traité de Rome, modifié par le Traité d Amsterdam, «dans les domaines qui ne relèvent pas de sa compétence exclusive, 11

12 la Communauté n intervient, conformément au principe de subsidiarité, que si et dans la mesure où les objectifs de l action envisagée ne peuvent pas être réalisés de manière suffisante par les Etats membres et peuvent donc, en raison des dimensions ou des effets de l action envisagée, être mieux réalisés au niveau communautaire». Si l intervention de la Communauté doit respecter ce caractère subsidiaire, elle bénéficie néanmoins d une compétence d attribution en matière environnementale, les objectifs à suivre étant «la préservation, la protection et l amélioration de la qualité de l'environnement» 2. En outre, conformément à l article 95 3 du Traité, cette politique vise un niveau de protection élevé de l'environnement, en tenant compte de toute nouvelle évolution basée sur des faits scientifiques. L environnement ne constituant pas une compétence exclusive de la Communauté, les Etats membres conservent une compétence originaire en la matière. Toutefois, comme l a justement souligné la Commission dans son Livre blanc 3, les problèmes de pollutions transfrontalières ne peuvent être efficacement réglés qu au niveau communautaire et, surtout, les dommages causés à la biodiversité n étant généralement pas couverts par les législations nationales, la Communauté peut légitimement intervenir à titre subsidiaire dans ce domaine. Concernant le choix du mode d action, la directive semble être la meilleure option puisqu elle préserve une certaine souplesse dans la démarche communautaire. Est préconisée à juste titre une «approche progressive» par la mise en place d un «système-cadre énonçant des exigences minimales essentielles, qui seraient complétées par la suite par d autres éléments jugés nécessaires d après l expérience acquise au cours de la période d application initiale». Cette approche, à la fois prudente et évolutive, laisserait, en outre, aux Etats membres la possibilité, sur le fondement de l article 176 du Traité, de maintenir ou d établir, si nécessaire, des mesures de protection renforcée. 2 Article 174 1du Traité instituant la Communauté européenne, modifié par le Traité d Amsterdam. 3 Livre blanc, «subsidiarité et proportionnalité», p

13 II - Sur les éléments constitutifs du système de responsabilité environnementale communautaire A - Sur la non-rétroactivité 1) Les dispositions du Livre blanc La Commission suggère que le système de responsabilité environnementale communautaire ne soit applicable qu aux dommages à venir, c est-à-dire survenus après son entrée en vigueur. En revanche, les «pollutions passées» resteraient du ressort des législations nationales, à charge pour les Etats membres de définir leurs propres remèdes et financements selon les circonstances de pollution. 2) Observations et proposition de la CCIP La non-rétroactivité du système européen de responsabilité environnementale envisagé dans le Livre blanc apparaît effectivement comme une nécessité à la fois juridique et économique. A cet effet, il est indispensable de distinguer dans le temps quelles seront les pollutions couvertes par le dispositif communautaire et les autres restant sous l empire des législations nationales. Selon la Commission, «les dommages qui sont découverts après l entrée en vigueur du système communautaire devraient être couverts, à moins que l acte ou l omission ayant causé les dommages ne se soient produits avant cette entrée en vigueur». Elle considère donc que c est la date du fait générateur de la pollution qui est déterminante. Néanmoins, il convient d envisager l hypothèse où le fait générateur ne peut être identifié et donc, a fortiori, ne peut être situé dans le temps. Dans ce cas, pour 13

14 répondre à l exigence de sécurité juridique, il serait opportun d établir une «présomption de pollution passée», non couverte par le système communautaire de responsabilité environnementale. B - Champ d application du système 1) Les dispositions du Livre blanc a) Les dommages à couvrir Le système de responsabilité environnementale préconisé par la Commission couvrira deux types de dommages : - Les dommages environnementaux En couvrant ces dommages causés à l'environnement même, la Commission entend remédier aux lacunes des législations nationales. Celles-ci, soit ne régissent que les dommages traditionnels, c'est-à-dire corporels ou matériels, et ceux résultant d activités dangereuses, soit ne définissent pas la notion même d atteinte à l'environnement. L intitulé «dommages environnementaux» du Livre blanc regroupe à la fois les dommages causés à la biodiversité et les dommages se traduisant par la contamination de sites. - Les dommages traditionnels Par souci de cohérence et d égalité juridique, ces dommages corporels ou matériels, bien que d ores et déjà régis par les législations nationales, ne peuvent être écartés du champ d application du système communautaire. Leur couverture permet en outre de poursuivre l objectif de protection de la santé des personnes, prévu à l article de Traité CE. b) Les activités à couvrir La Commission propose de lier étroitement le champ d application du système de responsabilité environnementale avec les législations et réglementations communautaires existantes en matière de protection de l'environnement. 14

15 En premier lieu, concernant les dommages traditionnels et les sites contaminés, les activités à couvrir seraient celles régies, au niveau communautaire, par : - toutes les législations afférentes aux substances dangereuses, et notamment celles ayant pour objectif de prévenir et de contrôler les risques d accident et de pollution 4 ; - les diverses réglementations relatives aux déchets ; - la législation en matière de biotechnologie ; - les réglementations relatives aux organismes génétiquement modifiés (OGM). En second lieu, s agissant des dommages causés à la biodiversité, les activités à couvrir seraient celles soumises aux réglementations communautaires relatives à la protection et à la conservation de la biodiversité. Il s agit des directives «Oiseaux sauvages» 5 et «Habitats» 6 qui mettent à la charge des Etats membres une obligation de réparation des dommages importants causés aux ressources naturelles protégées. La Commission souligne que la mise en place du système de responsabilité environnementale permettrait de faire financer les réparations par les pollueurs eux-mêmes. Elle objecte enfin que les dommages aux ressources naturelles sont susceptibles d être causés par diverses activités, intrinsèquement dangereuses ou pas, ce qui implique deux types de responsabilité applicables. 2) Observations de la CCIP La Commission définit un champ d application restreint pour le système envisagé de responsabilité environnementale communautaire, par référence aux réglementations existantes. 4 Directive n 96/82 du 9 décembre 1996 concernant la maîtrise des dangers liés aux accidents majeurs impliquant des substances dangereuses ; directive n 96/61 du 24 septembre 1996 relative à la prévention et à la réduction intégrées de la pollution. 5 Directive n 79/409 du 2 avril Directive 92/43 du 21 mai

16 Compte tenu de l accroissement des charges pesant sur les entreprises, la CCIP ne peut que soutenir une telle approche limitative, sachant que, par ailleurs, d importantes réserves doivent être formulées en ce qui concerne la nature des responsabilités préconisées. C - Nature de la responsabilité, défenses autorisées et charge de la preuve 1) Les dispositions du Livre blanc La Commission plaide en faveur d un système de responsabilité environnementale essentiellement fondé sur la responsabilité sans faute : il ne serait pas nécessaire de prouver la faute d un auteur, mais seulement le fait ou l omission qui a causé les dommages. Elle justifie cette démarche en se référant à l adoption, dans ce sens, de récentes législations nationales 7, et en soulignant la difficulté rencontrée par les plaignants pour établir la faute du défendeur. Cette responsabilité sans faute s appliquerait à tous les types de dommages, c'est-à-dire les dommages traditionnels, les contaminations de sites et les atteintes à la biodiversité, dès lors qu ils ont été causés par une activité (potentiellement) dangereuse et réglementée par le droit communautaire de l'environnement. En revanche, les dommages à la biodiversité résultant d activités non dangereuses seraient soumis à un régime de responsabilité pour faute, leur réparation devant être assurée par l Etat concerné dans l hypothèse où aucune faute n a pu être caractérisée. Comme pour tout système de responsabilité, la Commission envisage, de façon très restrictive, les défenses (ou causes exonératoires) qui permettraient au défendeur de se libérer. 7 Par exemple, la loi allemande de 1990 relative à la responsabilité en matière d environnement, qui établit un régime étendu de responsabilité sans faute au titre de l exploitation d installations industrielles dangereuses pour l'environnement. 16

17 Les défenses préconisées dans le Livre blanc sont les défenses courantes : force majeure, contribution aux dommages ou consentement du plaignant, intervention d un tiers. La Commission rend compte de la volonté des agents économiques d introduire une nouvelle défense, applicable lorsque les dommages ont été causés par des rejets autorisés en vertu de réglementations communautaires. Elle ajoute toutefois que, d une manière générale, cette cause exonératoire n est pas admise dans les législations nationales en matière de responsabilité environnementale. Concernant la charge de la preuve, la Commission remarque qu «il peut s avérer plus difficile pour le plaignant et plus facile pour la partie défenderesse d établir les faits concernant le lien de causalité (ou son absence) entre une activité menée par le défendeur et les dommages occasionnés». A l image de certains droits nationaux de la responsabilité environnementale, elle préconise, en faveur du plaignant, un allègement de la charge de la preuve concernant l établissement de la faute ou du lien de causalité. Enfin, la Commission propose que, dans certaines circonstances, la responsabilité des dommages soit partagée entre le pollueur identifié et l autorité qui lui a délivré un permis d émissions polluantes. Ce partage de responsabilité resterait à la libre appréciation du tribunal saisi (ou de l arbitre, le cas échéant), sachant qu il conviendrait de définir certains critères d application, comme par exemple la circonstance que «l exploitant a fait tout son possible pour prévenir les dommages». 17

18 2) Observations et propositions de la CCIP Il résulte d une étude du droit comparé que la responsabilité sans faute (ou responsabilité objective) a pris une place de plus en plus importante en matière environnementale 8. Aussi, le dispositif préconisé par la Commission appelle d importantes réserves. En effet, dans le Livre blanc, le fondement de la responsabilité sans faute n est autre que le principe du «pollueur-payeur» : la Commission affirme que «les personnes qui pratiquent une activité intrinsèquement dangereuse devraient supporter le risque lié aux dommages occasionnés par cette activité, à la place de la victime ou de la société en général». Or ce principe n a d autre objet que de désigner un payeur, et non pas nécessairement un responsable 9. Mettre les frais de remise en état de l'environnement à la charge d un pollueur potentiel n équivaut pas à le désigner responsable de la pollution. Une telle assimilation reviendrait à dénaturer les conditions fondamentales de la responsabilité civile : une faute, un dommage et un lien de causalité. Si un pollueur est amené à verser une compensation à titre de réparation des dommages qu il a causés, ce n est que le résultat de l application d un principe de responsabilité et non pas du principe «pollueur-payeur» qui ne constitue qu une règle pratique d imputation des coûts. 8 - La loi britannique de 1990, relative à la lutte contre la pollution, prévoit la responsabilité sans faute des dommages résultant de l élimination illicite des déchets ; - la loi allemande de 1990, relative à la responsabilité en matière d environnement, établit un régime étendu de responsabilité sans faute au titre de l exploitation d installations industrielles dangéreuses pour l'environnement ; - la loi française du 15 juillet 1975 relative aux déchets prévoit que toute personne qui remet ou fait remettre certains déchets à tout autre que l exploitant d une installation agréée est responsable de plein droit des dégâts qu ils engendrent ; - aux Etats-Unis, la responsabilité civile des dommages causés à l'environnement est fondée à la fois sur la Common Law et sur la responsabilité sans faute. Une loi fédérale adoptée en 1990 (Comprehensive Environmental Response Compensation Liability Act) a créé un fonds de financement des nettoyages (le Superfund) et établi un régime de responsabilité objective permettant au gouvernement de récupérer les coûts de remise en état auprès des «parties potentiellement responsables». 9 «Le projet de Convention du Conseil de l Europe sur la responsabilité civile des dommages résultant de l exercice d activités dangereuses pour l'environnement», Christian LARROUMET et Charles FABRY, Gazette du Palais, 5 mai

19 Par ailleurs, le Livre blanc envisage la possibilité d un allègement, en faveur du plaignant, de la charge de la preuve du lien de causalité. Cela revient à dire que, pour se dégager de sa responsabilité dès lors présumée, l exploitant devrait prouver l absence de lien de causalité entre son activité et le dommage invoqué par le plaignant. Il importe de rappeler à nouveau les éléments fondamentaux de la responsabilité civile : une faute, un dommage et un lien de causalité. Or, le dispositif communautaire est essentiellement fondé sur la responsabilité sans faute, même si le fondement invoqué par la Commission est inapproprié. Il en résulte que, dans la majeure partie des cas, le plaignant est dispensé de rapporter la preuve de l existence d une faute commise par le pollueur. L adjonction à ce système d une présomption de causalité emporterait une dénaturation complète de la responsabilité civile et un accroissement excessif des charges pesant sur les entreprises exploitantes. La responsabilité sans faute facilitant déjà grandement la démarche des plaignants, il convient de maintenir avec force la nécessité, pour ces derniers, de prouver l existence d un lien de causalité entre l activité de l exploitant et le dommage. La CCIP s oppose donc fermement à l option retenue par le Livre blanc. Concernant les causes exonératoires, la CCIP considère que les exploitants devraient pouvoir bénéficier d une exonération totale de responsabilité lorsqu ils ont respecté les autorisations et permis d émissions qui leur ont été attribués par les autorités administratives. 19

20 D - Qui doit être reconnu responsable? 1) Les dispositions du Livre blanc La Commission focalise la responsabilité environnementale communautaire sur la personne de l exploitant. Elle propose que la partie responsable soit «la personne (ou les personnes) qui exerce le contrôle de l activité (relevant du champ d application défini) par laquelle les dommages sont causés». Elle précise toutefois que si l exploitant est une société, la responsabilité ne reposera que sur la seule personne morale, excluant ainsi toute responsabilité personnelle des dirigeants. 2) Observations et propositions de la CCIP Tout d abord, il conviendrait de préciser la notion de «contrôle» : il doit s agir du contrôle opérationnel de l exploitation, et non pas du contrôle décisionnel ou financier. Par ailleurs, l hypothèse de la succession d exploitants doit être envisagée. Selon la jurisprudence administrative française 10, «l obligation de remise en état pèse sur l exploitant, à moins qu il n ait cédé son installation et que le concessionnaire se soit régulièrement substitué à lui en qualité d exploitant». Il a par ailleurs été jugé qu à défaut d un exploitant présent et solvable, le propriétaire d un site pollué peut être recherché en qualité de détenteur de déchets, alors même qu il n a jamais exercé la moindre activité industrielle, et que le terrain a fait l objet de deux cessions successives Conseil d Etat, 8 septembre 1997, affaire Sarachrom, Le Moniteur, 21 novembre 1997, n 4904, p Cour administrative d appel de Lyon, 10 juin 1997, affaire Zoegger, Le Moniteur, 21 novembre 1997, n 4904, p

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques. Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille

La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques. Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille La responsabilité des Etats pour les dommages consécutifs aux changements climatiques Yann Kerbrat, Professeur à l Université Aix-Marseille o Dans un contexte où les troubles et dommages consécutifs aux

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.15/2001/17/Add.3 6 juillet 2001 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Livre blanc sur la responsabilité environnementale

Livre blanc sur la responsabilité environnementale Commission européenne Livre blanc sur la responsabilité environnementale COM(2000) 66 final du 9 février 2000 (présenté par la Commission) Direction générale de l environnement De nombreuses autres informations

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Pour une responsabilité civile environnementale mesurée et équitable

Pour une responsabilité civile environnementale mesurée et équitable Pour une responsabilité civile environnementale mesurée et équitable Réaction à la proposition de directive européenne sur la responsabilité environnementale en vue de la prévention et de la réparation

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Travaux d aménagement de la ligne 2

Travaux d aménagement de la ligne 2 Icône projet de la ligne N 2 du Grand Nancy - Quadri Travaux d aménagement de la ligne 2 Guide à l intention des professionnels riverains pour une indemnisation à l amiable 2 Préambule Dans le cadre de

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

5 L obligation d assurance : présentation générale L obligation d assurance de dommages-ouvrage L obligation d assurance de responsabilité décennale

5 L obligation d assurance : présentation générale L obligation d assurance de dommages-ouvrage L obligation d assurance de responsabilité décennale SOMMAIRE 5 L obligation d assurance : présentation générale 5 1. Principal objectif : la protection du maître de l ouvrage 6 2. Les moyens pour atteindre les objectifs 6 3. Un fonctionnement basé sur une

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Bulletin d information 2011-2

Bulletin d information 2011-2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information 2011-2 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 5 décembre 2005; CSSS/05/148 1 DELIBERATION N 05/053 DU 20 DECEMBRE 2005 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES EN VUE DE LA CONSTATATION

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS)

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) Dernière révision du document : juillet 2012 QUAND ET COMMENT DÉPOSER LE DOSSIER AUPRÈS DE L'ADMINISTRATION? Le projet d assainissement est à envoyer

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi

JORF n 0138 du 16 juin 2013. Texte n 1. LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi JORF n 0138 du 16 juin 2013 Texte n 1 LOI LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécur isation de l emploi L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Vu la décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Fiche technique 2 LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Références : Articles L. 6133-7 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-12 et suivants du CSP. Une innovation majeure

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

N 471 SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015. Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI

N 471 SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015. Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI N 471 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI relative à certaines recommandations de la Commission nationale des comptes de campagne

Plus en détail

SEMINAIRE RISQUES, ASSURANCES, RESPONSABILITES 2006-2007 LA REPARATION DES ATTEINTES A L ENVIRONNEMENT

SEMINAIRE RISQUES, ASSURANCES, RESPONSABILITES 2006-2007 LA REPARATION DES ATTEINTES A L ENVIRONNEMENT A S S U R P O L SEMINAIRE RISQUES, ASSURANCES, RESPONSABILITES 2006-2007 LA REPARATION DES ATTEINTES A L ENVIRONNEMENT Le rôle de l assurance dans le nouveau dispositif par Elisabeth ABRASSART Cour de

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche du juillet 006 la version allemande fait foi Le Conseil des écoles polytechniques fédérales (Conseil

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 Afférent au traitement comptable des plans d options d achat ou de souscription d actions et des plans d attribution d actions

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

L assurance française contre les catastrophes. Colloque HCFDC/FFSA du 2 juin 2010 1

L assurance française contre les catastrophes. Colloque HCFDC/FFSA du 2 juin 2010 1 L assurance française contre les catastrophes 1 Les différents périls et leurs victimes Catastrophes naturelles (hors vent) Tempêtes Terrorisme Catastrophes technologiques Catastrophes écologiques Dommages

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail