Pour une responsabilité civile environnementale mesurée et équitable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour une responsabilité civile environnementale mesurée et équitable"

Transcription

1 Pour une responsabilité civile environnementale mesurée et équitable Réaction à la proposition de directive européenne sur la responsabilité environnementale en vue de la prévention et de la réparation des dommages environnementaux Rapport présenté par M. Guy PALLARUELO au nom de la commission juridique après avis de la commission de l aménagement régional, de l environnement, du tourisme et des transports et adopté par l Assemblée générale du 11 juillet 2002

2 2 Synthèse des prises de position Faisant suite au Livre blanc du 9 février 2000, la Commission européenne a adopté une proposition de directive sur la responsabilité environnementale en vue de la prévention et de la réparation des dommages environnementaux, en date du 23 janvier Dans le prolongement de ses précédents rapports, la Chambre de commerce et d industrie de Paris entend formuler ses observations et propositions sur cette nouvelle initiative européenne. 1) Sur l applicabilité temporelle du dispositif Le principe étant la non-rétroactivité, établir une présomption de pollution passée pour les dommages environnementaux dont le fait générateur ne peut être situé dans le temps avec certitude ; supposés survenus avant l entrée en vigueur de la directive, ces dommages relèveraient des législations nationales. Il s agirait d une présomption simple, dont la preuve contraire pourrait être rapportée par l autorité compétente. 2) Sur l applicabilité matérielle du dispositif Parmi les conditions de mise en jeu de la responsabilité civile des exploitants, qui suppose un dommage réalisé, supprimer toute référence à la menace imminente de dommages environnementaux ; cela n exclurait pas, bien entendu, la mise en œuvre de dispositifs d injonction et, le cas échéant, des poursuites pénales si une infraction est constituée, ou un comportement dangereux décelé. Restreindre le champ d application du projet de texte de la Commission aux seules activités d ores et déjà réglementées au niveau communautaire, y compris en cas d atteinte à la biodiversité.

3 3 3) Sur le rôle accru des autorités publiques nationales Au niveau national, encadrer strictement les conditions d exercice du droit de communication par les autorités compétentes, notamment par la restriction aux seules données à caractère professionnel et, le cas échéant, par la protection du secret des affaires avec possibilité de formuler une demande de confidentialité. Plus généralement, veiller au respect des droits de la défense. 4) Sur le développement de la prévention Consacrer juridiquement les démarches d auto-contrôle liées au management environnemental, qui pourraient emporter présomption de respect de la réglementation par les entreprises qui se sont engagées dans cette voie. Limiter, en conséquence, les procédures et investigations des administrations, comme cela a été formulé au niveau communautaire. 5) Sur la désignation du responsable Revenir à la définition de l exploitant, telle que proposée dans le Livre blanc du 9 février 2000, en précisant davantage la notion de contrôle. Ainsi, il s agirait de toute personne qui exerce effectivement le contrôle opérationnel de l activité par laquelle les dommages ont été causés. Si l activité est exercée par une société ayant la personnalité juridique, faire reposer la responsabilité civile sur la seule personne morale et non pas sur les dirigeants, sauf si une faute personnelle peut leur être imputée. Même en cas de responsabilités multiples, exiger la preuve effective d un lien de causalité entre l activité de chacun des exploitants mis en cause et le dommage survenu.

4 4 Par souci d équité, lorsque le dommage environnemental est imputable à plusieurs exploitants, retenir le principe de leur responsabilité conjointe, et non pas solidaire. Mettre à la charge de l autorité compétente la preuve de la part de responsabilité de chacun d eux. 6) Sur la réparation des dommages Clarifier le dispositif de réparation des dommages environnementaux, sur le modèle suivant : - évaluation des dommages par l autorité compétente, en fonction de critères quantitatifs à définir au niveau communautaire et sur le fondement du coût de la remise en état ; en cas de contestation de cette évaluation, possibilité de recours ouverte aux exploitants ; - versement à cette autorité, par l exploitant responsable, d une somme à titre de dommages et intérêts, d un montant strictement égal à l estimation monétaire du préjudice ; - détermination, par l autorité, de l action réparatrice à entreprendre et affectation immédiate des dommages et intérêts versés par l exploitant à cette utilisation ; - lorsque la remise en état n est pas envisageable, évaluation des dommages sur le fondement du coût des solutions de substitution et consignation, auprès de l autorité compétente, des fonds correspondant aux dommages et intérêts en attendant la mise en œuvre de ces projets de remplacement. 7) Sur les exclusions de responsabilité Dans tous les cas et sans aucune référence à la négligence, reconnaître comme causes exonératoires de responsabilité, d une part, le respect par un exploitant d un permis ou d une autorisation délivré par l administration et, d autre part, l impossibilité de prévoir les effets néfastes d une activité au regard des connaissances scientifiques et techniques du moment.

5 5 Admettre le fait d un tiers comme cause exonératoire de responsabilité pour les exploitants, que ce fait soit intentionnel ou non. 8) Sur les demandes d action et recours En s inspirant des dispositions de la Convention du Conseil de l Europe sur la responsabilité civile des dommages résultant d activités dangereuses pour l'environnement, prévoir que les actions en réparation ne sont plus recevables après un délai de trois ans à partir de la date à laquelle le demandeur a eu connaissance, ou aurait raisonnablement dû avoir connaissance, du dommage et de l identité de l exploitant. 9) Sur la garantie financière Afin d améliorer l assurabilité des dommages environnementaux, introduire des limitations légales de responsabilité, par la fixation au niveau national de plafonds d indemnisation. En revanche, pour inciter à la prévention, faire tomber le bénéfice de ces plafonds en cas de faute grave des exploitants. En matière de responsabilité environnementale, valoriser au niveau de l Union européenne le rôle de conseil des assureurs, aussi bien en amont qu en aval de l opération de souscription.

6 6 SOMMAIRE I Sur l applicabilité du dispositif de responsabilité environnementale 8 1 Applicabilité temporelle 8 A) Les dispositions de la proposition de directive 8 B) Analyse critique et propositions de la CCIP 9 2 Applicabilité matérielle 11 A) Les dispositions de la proposition de directive 11 B) Analyse critique et propositions de la CCIP 12 II Sur le contenu du dispositif de responsabilité environnementale 16 1 Rôle accru des autorités publiques nationales 16 A) Les dispositions de la proposition de directive 16 B) Analyse critique et proposition de la CCIP 17 2 Développement de la prévention 17 A) Les dispositions de la proposition de directive 17 B) Analyse critique et proposition de la CCIP 18 3 Détermination du responsable en cas de dommage 21 A) Les dispositions de la proposition de directive 21 B) Analyse critique et propositions de la CCIP 22 4 Réparation en cas de dommage 25 A) Les dispositions de la proposition de directive 25 B) Analyse critique et proposition de la CCIP 27 5 Exclusions de responsabilité 28 A) Les dispositions de la proposition de directive 28 B) Analyse critique et propositions de la CCIP 29 6 Demande d action et recours 31 A) Les dispositions de la proposition de directive 31 B) Analyse critique et proposition de la CCIP 32 7 Garantie financière 33 A) Les dispositions de la proposition de directive 33 B) Analyse critique et propositions de la CCIP 33 Annexe 36

7 7 Faisant suite au Livre vert de mai 1993 sur la réparation des dommages causés à l'environnement, la Commission européenne a publié, le 9 février 2000, un Livre blanc relatif à la responsabilité environnementale, en vue d une large consultation des autorités des pays membres et des acteurs économiques intéressés. En réponse à ce document, la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris (CCIP) a adopté un rapport du 22 juin 2000, faisant état de ses réserves et de ses propositions 1. Après examen des différentes contributions qui lui ont été adressées, la Commission européenne a rendu publique une proposition de directive sur la responsabilité environnementale en vue de la prévention et de la réparation des dommages environnementaux 2, en date du 23 janvier Son objectif est de définir un nouveau cadre juridique communautaire selon lequel, en vertu du principe du pollueur-payeur, tout dommage à l'environnement doit être prévenu ou réparé, à charge pour l exploitant concerné d en supporter les coûts financiers. Eu égard à cette nouvelle initiative européenne et dans le prolongement de ses précédents travaux en la matière 3, la CCIP prend position sur la proposition de directive de la Commission de Bruxelles, tout d abord quant à son applicabilité (I), puis quant à son contenu (II). 1 Rapport de M. Pallaruelo, La responsabilité civile environnementale des entreprises Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne, 22 juin Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil sur la responsabilité environnementale en vue de la prévention et de la réparation des dommages environnementaux, COM/2002/0017 final, JOCE n C 151 E du 25 juin 2002, p Rapports de M. Pallaruelo, Pour une rationalisation de la responsabilité pénale du chef d entreprise L exemple du droit de l'environnement, 7 décembre 2000 ; Mieux maîtriser le risque pénal en matière d environnement, 7 mars 2002.

8 8 I Sur l applicabilité du dispositif de responsabilité environnementale 1 Applicabilité temporelle A) Les dispositions de la proposition de directive Deux catégories de dommages sont distingués, selon qu ils peuvent être datés avec certitude ou pas. Tout d abord, d après l article 19 de la proposition de directive, ne seraient pas visés les dommages dont la cause se situe avant sa date d entrée en vigueur, fixée au 30 juin En particulier, elle ne s appliquerait pas aux dommages causés par des déchets dont l élimination est intervenue en toute légalité dans les installations d élimination agréées ( ), ni par les substances rejetées dans l'environnement par des installations, dès lors que ces éliminations ou rejets sont intervenus avant cette même date. Ensuite, il est prévu, dans ce même article, que lorsque l autorité compétente est en mesure d établir de manière suffisamment plausible et probable que le dommage environnemental a été causé par une activité qui s est déroulée avant la date d entrée en vigueur, la présente directive s applique à moins que l exploitant puisse établir que l activité qui a causé le dommage en question s est déroulée avant cette date. Enfin, cette dernière disposition ne vaudrait pas pour les exploitants qui ont déposé, dans l année suivant la date d entrée en vigueur, auprès de l autorité compétente, une déclaration d impact sur l'environnement identifiant tout dommage environnemental susceptible d avoir été causé par leurs activités. Il 4 Article 21 de la proposition de directive.

9 9 appartiendrait aux Etats membres de prendre les mesures permettant de s assurer de la fiabilité d une telle déclaration, quant à sa qualité et à sa véracité. B) Analyse critique et propositions de la CCIP Déjà dans le Livre blanc, la Commission européenne suggérait que le système de responsabilité communautaire ne soit applicable qu aux dommages à venir, c'està-dire survenus après son entrée en vigueur ; les pollutions passées restant du ressort des législations nationales. Elle a maintenu cette position dans la proposition de directive et ce principe de non-rétroactivité, qui apparaît comme une nécessité tant juridique qu économique, ne peut qu être approuvé. Dans son rapport du 22 juin 2000, la CCIP avait soulevé le problème des dommages qui ne peuvent être situés dans le temps. Pour répondre à l exigence de sécurité juridique, elle avait alors proposé d établir, dans cette hypothèse, une présomption de pollution passée, exclue du dispositif communautaire et relevant des systèmes nationaux de responsabilité. Mais, la Commission adopte aujourd hui une position radicalement contraire puisqu elle entend poser une présomption de postériorité de la pollution, doublée d un renversement de la charge de la preuve. En effet, selon elle, lorsque l autorité compétente serait en mesure d établir de manière suffisamment plausible et probable que l activité visée s est déroulée avant l entrée en vigueur de la directive, celle-ci trouverait à s appliquer. Or, le principe étant la nonrétroactivité, ce dispositif semble dénué de toute logique et comporte vraisemblablement une erreur L autorité compétente aurait plutôt à démontrer, de manière certaine, que l activité en cause s est tenue après l entrée en vigueur de la directive De surcroît, selon le projet de texte, il appartiendrait à l exploitant de prouver que l activité qui a causé le dommage s est déroulée avant la date d entrée en vigueur de

10 10 la directive. Là encore, il ne saurait être admis de mettre à la charge des entreprises la preuve que le dispositif communautaire n est pas applicable. Bien au contraire, il devrait appartenir à l autorité compétente d en démontrer l applicabilité. Proposition n 1 Pour les dommages environnementaux dont le fait générateur ne peut être situé avec certitude dans le temps, établir une présomption de pollution passée, c'est-à-dire une présomption que le dommage est survenu avant la date d entrée en vigueur de la directive et relève donc de la compétence des législations nationales. Il s agirait d une présomption simple, dont la preuve contraire pourrait être rapportée par l autorité compétente. S agissant de l exception liée au dépôt d une déclaration d impact sur l'environnement, identifiant tout dommage susceptible d avoir été causé par leurs activités avant cette même date, l objectif est ici ouvertement d encourager la réalisation d audits environnementaux 5. Si une telle incitation est opportune, il est toutefois regrettable qu elle soit faite sous la menace d un renversement de la charge de la preuve au détriment des exploitants! 5 Cf. infra II 2.

11 11 2 Applicabilité matérielle A) Les dispositions de la proposition de directive a) Les dommages visés Conformément aux articles 2-18 et 3 de la proposition de directive, les dommages environnementaux couvriraient trois catégories, à savoir : - tout dommage qui affecte gravement et de manière négative l état de conservation de la biodiversité, c'est-à-dire la faune et la flore protégées aux niveaux communautaire et national ; - tout dommage qui affecte négativement l état écologique, le potentiel écologique et/ou l état chimique des eaux concernées 6 ( ) ; - tout dommage qui nuit potentiellement ou effectivement à la santé publique du fait de la contamination du sol et du sous-sol. La menace imminente de la survenue de tels dommages 7 serait également susceptible de mettre en jeu la responsabilité civile des exploitants. a) Les activités concernées Tout d abord, la proposition de directive vaudrait pour les dommages environnementaux causés par l exercice d une des activités professionnelles énumérées dans son annexe I, et à la menace imminente de la survenue de tels dommages du fait d une de ces activités. Ces activités 8 sont déterminées en référence à la législation communautaire prévoyant des obligations réglementaires, notamment des procédures spécifiques 6 Par référence à la directive cadre sur l eau, n 2000/60/C.

12 12 d enregistrement et d autorisation, en relation avec certaines pratiques considérées comme présentant un risque potentiel ou effectif pour la santé publique et l'environnement. Ensuite, le projet de texte aurait également vocation à s appliquer aux dommages à la biodiversité causés par l exercice d une des activités professionnelles autres que celles énumérées à l annexe I, et à la menace imminente de la survenue de tels dommages du fait d une de ces activités. Enfin, elle ne régirait pas les pollutions par hydrocarbures 9, ni les incidents nucléaires 10, qui relèvent d ores et déjà d accords internationaux. B) Analyse critique et propositions de la CCIP a) Quant aux dommages visés Il faut rappeler que le Livre blanc du 9 février 2000 concernait, d une part, les dommages environnementaux c'est-à-dire ceux à la biodiversité et ceux se traduisant par la contamination de sites et, d autre part, les dommages traditionnels causés aux personnes et aux biens. Ces derniers ont été écartés du champ d application de la proposition de directive ; ce qui est opportun car ils sont d ores et déjà régis par les systèmes traditionnels de responsabilité civile des 7 Cf. infra. 8 Cf. annexe. 9 Convention internationale du 27 novembre 1992 sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par hydrocarbures ; convention internationale du 27 novembre 1992 portant création d un Fonds international d indemnisation pour les dommages dus à la pollution par hydrocarbures ; convention internationale du 23 mars 2001 sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par hydrocarbures de soute ; convention internationale du 3 mai 1996 sur la responsabilité et l indemnisation pour les dommages liés au transport par mer de substances nocives et potentiellement dangereuses ; convention du 10 octobre 1989 sur le responsabilité civile pour les dommages causés au cours du transport de marchandises dangereuses par route, rail et bateaux de navigation intérieure. 10 Convention de Paris du 29 juillet 1960 sur la responsabilité civile dans le domaine de l énergie nucléaire et la convention complémentaire de Bruxelles du 31 janvier 1963 ; convention de Vienne du 21 mai 1963 sur la responsabilité civile dans le domaine de l énergie nucléaire, modifiée par la convention de Vienne du 12 septembre 1997 sur le financement complémentaire en relation avec les dommages nucléaires ; convention de Bruxelles de 1971 relative à la responsabilité civile dans le domaine du transport maritime des matières nucléaires.

13 13 législations nationales. En revanche, cela n est pas toujours le cas ou du moins de manière inégale pour les dommages environnementaux. A l inverse, une nouveauté a été introduite depuis le Livre blanc : on l a vu, seraient désormais susceptibles d entraîner une mise en jeu de responsabilité civile, non seulement les dommages environnementaux, mais également la menace imminente de la survenue de tels dommages. Cette nouvelle disposition est fortement critiquable au regard des composants traditionnels de la responsabilité civile : une faute, un dommage et un lien de causalité. Déjà, au stade du Livre blanc, la Commission de Bruxelles avait envisagé la possibilité d un allègement, en faveur des plaignants, de la charge de la preuve du lien de causalité. Cela revenait à dire que, pour se dégager de sa responsabilité dès lors présumée, l exploitant devait prouver l absence de causalité entre son activité et le dommage invoqué. La CCIP s était vivement opposée 11 à cette adjonction d une présomption de causalité à un système de responsabilité sans faute, en dénonçant le risque d une dénaturation complète de la responsabilité civile et d un accroissement excessif des charges pesant sur les entreprises. Elle a été entendue sur ce point puisque l article 3-6 de la proposition de directive précise qu elle ne s appliquera pas aux dommages environnementaux ni à la menace imminente de tels dommages lorsqu il est impossible d établir un lien de causalité entre les dommages et les activités de tel ou tel exploitant. Mais le problème s est aujourd hui déplacé de la notion de causalité vers celle de dommage. En se référant à la notion de menace imminente, la Commission entend ouvrir la possibilité d une mise en jeu de la responsabilité civile des exploitants en cas de probabilité suffisante de survenance d un dommage environnemental dans un avenir proche Cf. rapport précité du 22 juin Selon sa propre définition, article 2 de la proposition de directive.

14 14 Sur ce point, il convient de rappeler que le principe est l exigence d un préjudice certain. Néanmoins, en France, la jurisprudence a admis, en se référant à l appréciation souveraine des juges du fond, l indemnisation de préjudices futurs qu elle qualifie de virtuels : il s agit de ceux qui apparaissent comme la prolongation directe et probable d un état de chose actuel et susceptibles d une évaluation immédiate. Or, justement, la référence à la notion de menace imminente est exempte de critères d évaluation objectifs. Par là même, elle doit être combattue en ce qu elle élargirait considérablement - voire sans limites- les cas de mise en jeu de la responsabilité civile des exploitants. Pour autant, on ne saurait ignorer ce risque : tout d abord, il conviendrait de recourir aux dispositifs d injonction, éventuellement sous astreinte, pour favoriser la régularisation ; ensuite des poursuites pénales resteraient possibles si une infraction est constituée. Proposition n 2 Parmi les conditions de mise en jeu de la responsabilité civile des exploitants, supprimer la référence à la menace imminente de tels dommages ; cela n exclurait pas, bien entendu, la mise en œuvre de dispositifs d injonction et, le cas échéant, des poursuites pénales si une infraction est constituée, ou un comportement dangereux décelé. b) Quant aux activités concernées Dans le Livre blanc du 9 février 2000, la Commission européenne avait opportunément circonscrit le domaine d application de son dispositif aux seules législations et réglementations communautaires existantes en matière environnementale. Or, ce champ a été considérablement étendu. En effet, d après l exposé des motifs et l article 3-2 de la proposition de directive, elle aurait vocation à s appliquer, en ce qui concerne les dommages importants affectant la

15 15 biodiversité, à toutes les activités professionnelles autres que celles déjà visées directement ou indirectement en référence à la législation communautaire comme présentant un risque effectif ou potentiel pour l homme ou l'environnement 13. En d autres termes, s agissant des atteintes à la biodiversité, toutes les activités professionnelles seraient susceptibles de tomber sous l emprise de ces dispositions, mettant ainsi les entreprises face au risque omniprésent de mise en jeu de leur responsabilité. Un tel accroissement, source d insécurité juridique, doit donc être, là encore, combattu. Proposition n 3 Restreindre le champ d application de la proposition de directive aux seules activités d ores et déjà réglementées au niveau communautaire, cela y compris pour les dommages à la biodiversité, par référence - comme dans le Livre blanc - aux directives Oiseaux sauvages 14 et Habitats 15, qui mettent à la charge des Etats membres une obligation de réparation des dommages importants causés aux ressources naturelles protégées. 13 Cf. exposé des motifs, p Directive n 79/409 du 2 avril Directive n 92/43 du 21 mai 1992.

16 16 II Sur le contenu du dispositif de responsabilité environnementale 1 Rôle accru des autorités publiques nationales A) Les dispositions de la proposition de directive Aux termes de l article 13, les Etats membres devraient désigner une autorité compétente ou des autorités compétentes chargées de remplir les obligations prévues dans la présente directive, notamment la prise de décisions contraignantes ou leur exécution. Ainsi, les pouvoirs nécessaires pour la mise en œuvre du régime proposé pourraient être confiés à des tribunaux, à des institutions juridictionnelles ou à des autorités administratives. Selon l exposé des motifs, l identification de l exploitant qui a causé le dommage ou la menace imminente de dommage, l évaluation de l importance des dommages et la détermination des mesures de réparation à mettre en œuvre devraient néanmoins revenir, en tous cas, à des autorités administratives ou à des tiers agissant en leur nom 16, car ces missions exigent des compétences particulières et des modes opératoires qui ne sont pas toujours entièrement compatibles avec la façon dont travaillent les organes judiciaires. Chaque autorité compétente pourrait demander à l exploitant concerné de lui communiquer toute information et donnée nécessaire aux fins de l enquête. Les modalités pratiques de ce droit de communication seraient déterminées par les Etats membres. 16 L autorité compétente pourra déléguer ou imposer à des tiers l exécution des mesures nécessaires de prévention ou de réparation, art. 3-4 de la proposition de directive.

17 17 Enfin, toute décision imposant des mesures de prévention ou de réparation devrait être motivée et notifiée sans délai à l exploitant concerné, celui-ci étant également informé des voies de recours dont il dispose et des délais applicables. B) Analyse critique et proposition de la CCIP La responsabilisation des autorités administratives nationales est une évolution à encourager, dans un sens de plus en plus partenarial avec les entreprises. En effet, comme le précise l exposé des motifs de la proposition de directive, l exploitant concerné devra être associé à la procédure, car sa connaissance de l activité qui a causé le dommage est en général précieuse. Proposition n 4 Au niveau national, encadrer strictement les conditions d exercice du droit de communication par les autorités compétentes : notamment, restriction aux seules données à caractère professionnel et, le cas échéant, protection du secret des affaires avec possibilité de formuler une demande de confidentialité. Plus largement, veiller au respect des droits de la défense. 2 Développement de la prévention A) Les dispositions de la proposition de directive Selon l article 4, lorsqu un dommage environnemental n est pas encore survenu mais qu il existe une menace imminente qu un tel dommage survienne, l autorité compétente oblige l exploitant à prendre les mesures préventives nécessaires ou prend elle-même ces mesures, soit immédiatement, soit lorsque l exploitant ne se conforme pas à sa demande.

18 18 Par ailleurs, les Etats membres devraient veiller à ce que les opérateurs, ayant connaissance ou devant avoir connaissance d une telle menace, soient tenus de prendre, de leur propre chef, toutes les dispositions requises pour éviter la survenue du dommage, sans attendre une demande en ce sens de l autorité compétente. Et, si ces mesures préventives ne suffisaient pas à faire disparaître le risque, les exploitants seraient tenus d en informer l autorité. En vertu de l article 6, les Etats membres devraient veiller à ce que les mesures nécessaires de prévention soient prises lorsque : - il n est pas possible d identifier l exploitant qui a causé le dommage ou la menace de dommage ; - l exploitant peut être identifié, mais n a pas les moyens financiers de prendre tout ou partie des mesures requises ; - l exploitant n est pas tenu de supporter le coût de ces mesures. Enfin, aux termes de l article 10, les exploitants devraient assumer, dans tous les cas, l intégralité des coûts liés aux mesures préventives qu ils sont tenus de prendre afin de se conformer aux dispositions législatives, réglementaires et administratives, y compris les permis ou autorisations. B) Analyse critique et proposition de la CCIP En réaction au Livre blanc, qui visait exclusivement le principe du pollueur-payeur, la CCIP avait souligné l importance d attirer l attention des chefs d entreprise sur l anticipation des dommages et le management environnemental. En ce sens, elle avait souhaité une référence plus explicite à l action préventive. Elle a été entendue sur ce point puisque le titre même de la proposition de directive fait référence à la prévention et plusieurs articles lui sont consacrés. Mais il faut remarquer que la prévention est ici entendue comme la réponse à une menace de dommage environnemental. Or, il serait préférable qu elle soit intégrée dans la gestion quotidienne des entreprises, quelle que soit leur taille, avant la survenance de tout risque.

19 19 Ainsi, pour réduire les risques environnementaux, les démarches d écomanagement doivent s inscrire dans une logique volontariste de responsabilisation des entreprises. Dans cet esprit, le Conseil des Communautés Européennes a adopté, le 19 mars 2001, une première révision 17 du système global de management environnemental et d audit, désigné EMAS 18, garantissant que les entreprises maîtrisent correctement leur environnement. Pour celles qui s engagent dans cette voie, la politique environnementale définie au plus haut niveau hiérarchique comporte, outre le respect de la réglementation, des engagements visant à améliorer de manière constante et raisonnable les résultats en la matière. Le dernier règlement du Conseil admet la possibilité de tenir compte de l enregistrement dans le cadre de l EMAS ( ) lors du contrôle du respect de la législation environnementale, afin d éviter toute duplication d efforts. Plus encore, dans le 6 e programme communautaire d action pour l'environnement présenté le 24 janvier 2001, il est clairement reconnu que la participation au système EMAS pourrait se traduire par une réduction de la fréquence des formalités de contrôle environnemental, les procédures de notification et d autorisation étant assouplies. Néanmoins, le succès de ce système reste mitigé en France, en comparaison avec nos partenaires européens Le dispositif originaire datait du 29 juin La principale innovation du règlement n 761/2001 est d étendre le système à toute organisation quelle qu en soit la nature ou la forme juridique, publique ou privée, alors que le règlement antérieur visait seulement les activités industrielles, la production d électricité, de gaz, de vapeur et d eau chaude et le traitement des déchets. 18 Environmental Management and Audit System. 19 Au sein de l Union européenne, au mois de novembre 2001, 3900 sites étaient enregistrés EMAS, dont 2600 en Allemagne, 366 en Autriche, 234 en Suède et seulement 40 en France.

20 20 Proposition n 5 Consacrer juridiquement les démarches d auto-contrôle liées au management environnemental, qui pourraient emporter présomption de respect de la réglementation par les entreprises qui se sont engagées dans cette voie. Limiter, en conséquence, les procédures et investigations des administrations 20, comme cela a été formulé au niveau communautaire. Au-delà, on constate que les plus grandes sociétés se sont dotées, pour la plupart, d une direction de l'environnement ; mais tel n est pas le cas des PME, qui manquent encore de moyens financiers et humains pour répondre à cette évolution structurelle. Une réflexion pourrait donc être menée afin de faciliter la mise en place d actions de prévention, le plus en amont possible, avant toute survenance de menace de dommage environnemental. A l image des Centres de Gestion Agréés, notre Compagnie avait préconisé, en 1997, la création de Centres de Prévention Volontaire Agréés (CPVA), chargés d une mission d appui en matière d écomanagement, voire de délivrance de labels. Bien entendu, plusieurs questions restent encore en suspens. Tout d abord, par souci d efficacité, il conviendrait de définir la compétence géographique de ces centres : devraient-ils être nationaux ou régionaux? Ensuite, pour inciter les entreprises à y recourir, leur adhésion ne pourrait-elle pas ouvrir droit à certains avantages, notamment fiscaux, dont la nature devrait être définie en étroite collaboration entre les représentants des entreprises et les pouvoirs publics? 20 Bien entendu, il ne s agit pas de priver les administrations de leurs pouvoirs, mais d opter pour une démarche plus partenariale.

La responsabilité civile environnementale des entreprises. Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne

La responsabilité civile environnementale des entreprises. Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne La responsabilité civile environnementale des entreprises Réactions de la CCIP au Livre blanc de la Commission européenne Rapport présenté par M. Guy PALLARUELO au nom de la commission juridique, après

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

Avant-propos. bruylant

Avant-propos. bruylant Avant-propos Éric Savaux Professeur à la Faculté de droit et des sciences sociales de l Université de Poitiers, Directeur de l équipe de recherche en droit privé Les 13 et 14 décembre 2013, s est tenu,

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S VERSION GLOBALE 13 novembre 20142 mai 2014 C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E S E R V I C E 1. INTRODUCTION VOLVO souhaite vous offrir les meilleurs Services disponibles (tels que définis au bas

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D INSCRIPTIONS INDIVIDUELLES

CONDITIONS GENERALES D INSCRIPTIONS INDIVIDUELLES CONDITIONS GENERALES D INSCRIPTIONS INDIVIDUELLES Par «Colloquium», on entend la société en charge de l organisation de l Evènement, dans la cadre d un mandat préalable consenti par son mandant ou donneur,

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale obligatoire.

La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale obligatoire. Titre : Référence : IP-Bât 05 008 REFORME DE L ASSURANCE CONSTRUCTION Date : 08.2005 La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale

Plus en détail

La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation

La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation TREVES IV La quatrième directive vécue par les organismes d indemnisation Introduction Rappel des textes L existence des organismes d indemnisation découle directement de la 4 ème directive sur l assurance

Plus en détail

1892 L Inspection du travail est créée et les premiers éléments d une protection globale de la santé et de la sécurité au travail sont posés.

1892 L Inspection du travail est créée et les premiers éléments d une protection globale de la santé et de la sécurité au travail sont posés. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 24 JANV-FEVR 2012 La Faute inexcusable 1 de l employeur :Deux siècles d évolution A. AUBRY Directeur Technique Responsabilité Civile

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Conditions générales vente en ligne

Conditions générales vente en ligne Page 1 de 6 Conditions générales vente en ligne Article 1 Introduction 1.1. D une part, les présentes conditions générales règlent l utilisation du site de vente ayant pour url www.jungheinrich.be/webshop

Plus en détail

Assurance construction obligatoire. Arrêté du 19 novembre 2009 portant actualisation des clauses-types

Assurance construction obligatoire. Arrêté du 19 novembre 2009 portant actualisation des clauses-types Assurance construction obligatoire Arrêté du 19 novembre 2009 portant actualisation des clauses-types Les clauses-types, figurant en annexes de l'article A 243-1 du Code des assurances, énumèrent l objet

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES

AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES Ce document s adresse aux nouveaux arrivants dans le domaine de l affrètement et aux affréteurs occasionnels. Il a pour but de leur fournir

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus»

CONDITIONs GéNéRALEs PROTECTION juridique «PLus» CONDITIONs GéNéRALEs Protection juridique «PLUS» Protection Juridique «Plus» Table des matières Article 1 : Dispositions préliminaires 5 Article 2 : Définitions 5 Article 3 : étendue territoriale de l'assurance

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59

27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59 RÈGLEMENT (UE) N o 655/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 portant création d une procédure d ordonnance européenne de saisie

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES POUR LA FOURNITURE ET LE MONTAGE D UN ENSEMBLE INDUSTRIEL MECANIQUE, ELECTRIQUE ET/ OU METALLIQUE

CONDITIONS GENERALES POUR LA FOURNITURE ET LE MONTAGE D UN ENSEMBLE INDUSTRIEL MECANIQUE, ELECTRIQUE ET/ OU METALLIQUE CONDITIONS GENERALES POUR LA FOURNITURE ET LE MONTAGE D UN ENSEMBLE INDUSTRIEL MECANIQUE, ELECTRIQUE ET/ OU METALLIQUE sa 1. Préambule On entend par matériel, les machines, appareils, matériaux, et autres

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 15 décembre 2011 N de pourvoi: 10-10585 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Bouthors, Me Le Prado, SCP Blanc et Rousseau,

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques

TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE. Une réglementation pour les remorques TREVES VII VERS UNE SIXIEME DIRECTIVE ASSURANCE AUTOMOBILE Une réglementation pour les remorques Convient-il d envisager l adoption de dispositions particulières traitant des remorques dans le cadre d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest

Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest Rapport roumain Les assurances de responsabilité : étendue des garanties Razvan Dinca Maitre des conférences Faculté de Droit de l Université de Bucarest 1. Notion L opération d assurance est définie par

Plus en détail

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen FR Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen http://ec.europa.eu/civiljustice/ Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Préface Les particuliers

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Proposition de directive sur les droits des consommateurs Premières réactions de la CCIP

Proposition de directive sur les droits des consommateurs Premières réactions de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Proposition de directive sur les droits des consommateurs Premières réactions de la CCIP Rapport de Monsieur

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Référencement des clients réguliers

Référencement des clients réguliers Référencement des clients réguliers Madame, Monsieur, Le Fichier Central des Dispositions de Dernières Volontés (FCDDV) propose l interrogation du fichier via internet depuis le site www.notaires.fr rubrique

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail