OR NOIR, MISERE ET TRANSPARENCE EN ANGOLA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OR NOIR, MISERE ET TRANSPARENCE EN ANGOLA"

Transcription

1 TRAVAIL DE MATURITE LAETICIA BEZ 12 NOVEMBRE 2007 PETROLE ET GEOPOLITIQUE OR NOIR, MISERE ET TRANSPARENCE EN ANGOLA MAITRE RESPONSABLE: M. STEINER GYMNASE AUGUSTE PICCARD CLASSE 3M2

2 Résumé Nous vivons dans une époque où le pétrole est la source d énergie la plus utilisée. En effet, un habitant suisse consomme en moyenne 3,70 tonnes équivalent pétrole (tep) chaque année, selon l Office Fédéral de l Energie OFEN. L or noir est une richesse utilisée excessivement par l homme. Le pétrole devient à présent de plus en plus rare et précieux. Je me suis donc penchée sur le thème «géopolitique et pétrole», en choisissant d étudier l Angola, et les conséquences positives et négatives qu engendre la production pétrolière dans ce pays. Je me suis demandée si la corruption pétrolière qui règne en Angola avait une influence sur les conditions de vie des Angolais. Et quelles mesures étaient prises afin de les améliorer. Je me suis premièrement penchée sur l aspect historique du pays. J ai essayé de découvrir l histoire de ce pays, sa colonisation comme sa guerre civile qui dura près de trente ans, afin de mieux comprendre la situation actuelle de ce pays. Suite à cela, j ai axé mes recherches sur la géographie de l Angola : sa végétation, son climat, ses ressources naturelles et son économie. Ensuite, j ai fait quelques recherches plus particulières sur le pétrole en Angola : son histoire et sa production actuelle. Après cette découverte de l Angola, j ai défini la corruption : ses causes et ses conséquences. Je me suis aussi intéressée au scandale de l Angolagate, affaire du trafic d armes vers l Angola durant la guerre civile. Cet exemple illustre bien les problèmes de corruption qui règnent dans ce pays. Puis, j ai plutôt axé mes recherches sur les conditions de vie de la population locale. J ai eu la chance de pouvoir interviewer Christa Bez, Olivier Michaud et Serge Michel qui ont pu m éclairer sur les manières de vivre des Angolais, leur culture, leur histoire et leurs besoins. Ces interviews m ont permis d avoir une approche encore plus «vraie» sur les manières de vivre en Angola. La seconde grande partie de mon travail s est axée sur les perspectives d amélioration du pays. Je me suis premièrement centrée sur l aide humanitaire apportée à ce pays, par les Organisations non gouvernementales (ONG), telles que Médecins sans Frontières (MSF), la Croix-Rouge (CR) et la direction du développement et de la coopération (DDC). Je me suis demandée depuis quand ces quelques ONG interviennent en Angola, et quels projets ont-elles mis en place afin de subvenir aux besoins primordiaux des Angolais. Deuxièmement, je me suis penchée sur la transparence des compagnies pétrolières et du gouvernement, qui peut être une perspective d amélioration pour le pays. J ai défini ce qu est la politique de la transparence pour les sociétés pétrolières, les banques commerciales, les gouvernements nationaux et le gouvernement angolais. J ai aussi pris pour exemples, quelques ONG et coalitions qui luttent en faveur de la transparence, telles que Publish What You Pay (PWYP), Global Witness (GW) et l initiative pour la transparence des compagnies pétrolières (EITI). J ai essayé de définir les avantages et les inconvénients à jouer le jeu de la transparence pour la population locale, le gouvernement et les sociétés pétrolières. En conclusion de ce travail, je peux, en effet, dire que la corruption a une influence sur les conditions sociales en Angola. Un immense fossé existe entre la population riche, qui profite de l argent que rapport le pétrole, et les pauvres qui vivent dans des conditions misérables. Ce fossé est une des conséquences de la corruption. Chaque jour les plus pauvres luttent pour la survie, tandis que les riches jouissent de leurs privilèges. Ce fossé pourrait être réduit si les règles de la transparence sont adoptées par le gouvernement et les sociétés pétrolières. Pour que l avenir du pays s améliore, seul un changement de gouvernement ou un miracle peuvent être possibles. J ai découvert au travers de ce travail, une population meurtrie, oubliée, et méprisée, qui n a plus la force de lutter pour un avenir meilleur. Les Angolais ne souhaitent que subvenir à leurs besoins et vivre en paix.

3 Remerciements: Je remercie M. Etienne Steiner de m avoir suivie et soutenue tout au long de ce travail, ainsi que pour sa disponibilité et ses précieux conseils. Je remercie par ailleurs aussi Christa Bez, pour avoir mis de son temps à ma disposition pour me partager son vécu en Angola, ce fut une aide très précieuse et enrichissante. Merci aussi à MM. Serge Michel, Olivier Michaud et Aymeric Péguillan d avoir gentiment répondu à mes questions. Image du titre tirée du site

4 Table des matières 1. Introduction. page 1 2. Présentation du pays, l Angola...page Histoire Origine Arrivée des Européens Colonisation portugaise Témoignages de guerre L Angola Généralités Végétation et climat Population Santé Richesse et économie Le pétrole en Angola Histoire du pétrole angolais Vue d ensemble Production Transport Le gouvernement angolais et la corruption.. page La corruption Définition Les causes de la corruption Les conséquences de la corruption Cartes Exemple de corruption en Angola : l Angolagate Le scandale Les conséquences La population angolaise et la pauvreté page Santé Travail Perspectives d amélioration pour le pays...page L aide humanitaire Introduction Médecins sans frontières (MSF) Interview de M. Aymeric Péguillan Comité International de la Croix-Rouge (CICR) Direction du développement et de la coopération (DDC) Transparence des compagnies pétrolières et du gouvernement Introduction Publish What You pay Global Witness L EITI (Initiative pour la transparence des industries extractives) Adopter une politique de transparence Pour les sociétés pétrolières Pour les banques commerciales... 47

5 Pour les gouvernements nationaux Pour le gouvernement angolais Avantages et inconvénients de la transparence Exemple de la société pétrolière BP Conclusion locale Conclusion générale.....page Annexes page Interview Christa Bez Interview Olivier Michaud Interview Serge Michel Bibliographie. 58

6 1 Introduction Lorsque les thèmes des travaux de maturité de l année 2007 ont été proposés, un sujet m a de suite beaucoup interpellée. Il était proposé dans une branche qui m a toujours beaucoup intéressée, la géographie. De plus, je pouvais enfin lier une de mes passions, l Afrique, à mon travail. Depuis plusieurs années, je m intéresse à l Afrique, à sa culture au travers de sa cuisine et sa musique. Malheureusement, je n ai pas encore eu la possibilité de voyager sur ce continent. Ces neuf mois de travail m ont donné l occasion de m envoler fictivement en Angola. Afin de découvrir la culture, les racines, la population, le paysage, les grandes villes et les bidonvilles, ainsi que les richesses comme les besoins d un pays mystérieux, dont on n entend peu parler, comme s il était oublié, méprisé. J ai pu découvrir l immense fossé qui sépare le gouvernement de la population, les séquelles de la guerre civile qui a ravagé ce pays durant près de trente ans, ainsi que les conditions de vie insalubres des Angolais. L or noir, richesse de l Angola 1 Ce travail m a aussi permis d approfondir mes connaissances très faibles concernant le pétrole. Cette thématique touche un problème mondial : la consommation démesurée de cette énergie. Chaque an, un habitant suisse consomme en moyenne 3,70 tonnes équivalent pétrole (tep), selon l Office Fédéral de l Energie OFEN. Nous sommes tous concernés par le pétrole, et le futur de celui-ci. Nous avons donc aussi la responsabilité de se soucier des pays exportateurs de pétrole, comme l Angola, car nous sommes nous-mêmes importateurs de cette ressource naturelle. Ce travail m a permis de me rendre compte de l influence que les pays riches ont sur ces pays en voie de développement. La corruption pétrolière influence-t-elle la qualité de vie des Angolais? Voilà la première question que je me suis posée avant de débuter mon travail. J ai essayé au travers de mon travail de maturité, de répondre à cette question et de découvrir quelles étaient les conditions de vie des Angolais. Je me suis demandée quelles mesures étaient prises pour aider à la reconstruction et à la croissance de ce pays. Je me suis penchée sur les solutions possibles à l amélioration économique et sociale de l Angola, victime de la corruption. Afin de trouver des réponses à mes questions, j ai tout d abord recherché des informations au travers d articles de journaux, afin de découvrir de manière plus large l histoire et la situation du pays. Suite à cela, je me suis concentrée sur quelques ouvrages axés plutôt sur le pétrole en Afrique et en Angola, ainsi que la corruption liée au pétrole. J ai aussi puisé de nombreuses informations dont j avais besoin sur Internet, en particulier concernant l aide humanitaire apportée à ce pays. J ai eu la chance de rencontrer et d interviewer une parenté qui vit depuis une trentaine d année en Angola. Ceci m a permis de mieux découvrir et comprendre la mentalité angolaise. Serge Michel, journaliste, et Olivier Michaud, ingénieur géophysicien et photographe, ont aussi eu la gentillesse de répondre à quelques questions que je leur ai posées. Ces interviews m ont permis d avoir un regard plus «vrai» sur l Angola, ainsi que sur les conditions de vie de la population et leurs besoins. 1 Remi Benali/Corbis, {ffffffff-ffff-ffff-ffffffffffffffff}&qspageno=1&fdid=&area=search&totalcount=1272&currentpos=4&winid={a81e12d2-e79b-4a27-be bb} 1

7 Je me suis d abord intéressée à l histoire du pays, son passé, sa colonisation, ses conflits afin de mieux comprendre l état actuel du pays. Par la suite, j ai aussi étudié la géographie du pays, car il me semble important de découvrir les enjeux spatiaux de ce pays, afin de pouvoir s imaginer le pays de manière plus réelle. Cette découverte géographique m a permis de découvrir une région, une faune et une flore bien différentes de chez nous. J ai aussi retracé l histoire du pétrole en Angola, afin de bien comprendre les choses. Puis j ai tenté de définir la corruption et les conséquences qu elle a eu en Angola, en citant l exemple de l Angolagate. Suite à cela, je me suis demandée si la corruption pétrolière influençait la qualité de vie des Angolais? J ai essayé au travers de mon travail de maturité, de répondre à cette question, et de découvrir quelles étaient les conditions de vie des Angolais. Je me suis ensuite demandée quelles mesures étaient prises pour aider à la reconstruction et à la croissance de ce pays. Je me suis penchée sur l aide humanitaire apportée à ce pays, par Médecins sans Frontière (MSF), La Croix-Rouge (CR) et la Direction du développement et de la coopération (DDC). J ai aussi cherché quelques solutions possibles à l amélioration économique et sociale de l Angola, victime de la corruption : par exemple la transparence des compagnies pétrolières et du gouvernement. J ai pris pour exemple les ONG : Publish What You Pay, Global Witness, et l EITI (initiative pour la transparence des industries extractives). Ce travail m a permis de découvrir un nouveau pays, une culture et des manières de vivre différentes ; il m a rendue consciente des conséquences de la corruption, des injustices qui règnent dans ce pays, ainsi que des conditions misérables dans lesquelles vivent les Angolais. Ce travail a aussi intensifié mon désir d apporter de l aide aux gens qui en nécessitent, au travers de ma profession future. Je ne peux me sentir indifférente après avoir découvert ce pays et ses besoins. J espère qu un jour, je pourrais réellement m envoler en Angola, et découvrir de mes propres yeux la misère, l injustice, la richesse et la beauté de ce pays. Je vous invite à partir quelques instants, au travers de ce travail de maturité, à la découverte de l Angola. 2

8 2 Présentation du pays 2.1 Histoire Origine 2 Les premiers habitants de l Angola sont des khoisans vivant de chasse et de cueillette, ne connaissant ni le métal, ni l agriculture. Les peuples de langue bantoue (peuples de la partie australe de l Afrique) commencèrent à émigrer depuis le golfe de Guinée et atteignirent la région dans les premiers siècles de l ère chrétienne. Les Khoisans furent progressivement repoussés vers le Sud par les Bantous. Ces derniers se divisèrent en de nombreuses tribus. Les Bakongos arrivèrent cependant à créer une civilisation puissante, le royaume Kongo (le «pays de la panthère») qui finit par dominer l Ouest. Le souverain, le mani-kongo, vivait dans une vaste capitale, Mbanza Kongo (le fort des Kongos). Les Bakongos utilisaient les coquillages comme monnaie. Au centre du pays, sur les plateaux, habitaient une autre nation bantoue importante, les Wambundus. Leur roi porte le tire Ngola (d où le pays tirera plus tard son nom). Les civilisations de l Afrique noire sont des civilisations orales qui ne connaissaient pas l écriture, mais pratiquaient la peinture rupestre. Elles cultivent une riche tradition orale (légendes, contes) transmise de génération en génération et utilisent les rythmes du tam-tam pour communiquer au loin Arrivée des Européens 3 Vers 1482, l explorateur portugais Diogo Cão atteint le Cap du Loup à l embouchure du fleuve Congo. Les Portugais débarquent et tirent d abord profit de la stupeur des Africains voyant pour la première fois des hommes blancs ayant des armes à feu inconnues, le mani-kongo est alphabétisé et converti tandis que des collèges jésuites sont construits. Les Portugais forment aussi des tailleurs de pierres et Mbanza Kongo est rebaptisé Sao Salvador (Saint-Sauveur) de Kongo. Arrivée de Diogo Cão en Angola 4 2 Tiré de 3 Tiré de 4 Tiré de 3

9 La plupart de la population vit néanmoins le christianisme comme une magie supplémentaire des nobles. Une guerre civile entre pro et anti-portugais éclate en 1506 et se termine avec la victoire des pro-portugais. Les relations entre Portugais et Kongos d abord égalitaires échange d ivoire contre armes à feu - tournent vers une mainmise des Portugais qui désiraient s approprier les mines d or et se procuraient des esclaves pour leurs colonies du Brésil employèrent la force. Les Portugais poussent les Bakongos à faire la guerre contre les ethnies voisines afin de capturer des esclaves et les échanger contre des produits manufacturés. Invasion de l Angola par les Portugais 5 En 1568 les Bayakas razzieurs nomades arrivent à prendre Sao Salvador et les Portugais doivent intervenir avec les premiers canons. Après cet échec, les Bakongos et les Portugais se brouillent et les Portugais prennent même des sujets du mani-kongo comme esclaves. Les Portugais sont chassés d Angola, en 1618, mais dès 1630 les Bakongos doivent combattre les négriers espagnols (marchants d esclaves). Les Espagnoles cherchent des esclaves pour Cuba. Peu de temps après, les Hollandais prennent la place des Espagnols, les esclaves sont alors déportés vers des plantations brésiliennes. En 1650 les colons portugais du Brésil arrivent à chasser les Hollandais. La guerre entre Kongos et Portugais reprend et se termine en Colonisation portugaise (XVIe siècle) 6 L Angola est le premier pays africain à connaître le colonialisme européen. Le Portugal se limite à la région côtière et les rives du fleuve Congo. Le pays devient un vaste territoire de chasse aux esclaves à destination du Brésil et de Cuba. On estime que, du XVIe siècle au XIXe siècle, quelque seize millions d Africains auraient été déportés à bord de bateaux portugais, mais seulement quatre millions d entre eux auraient survécu au voyage et seraient devenus des esclaves au Brésil. Les colons portugais et brésiliens s installent sur les côtes et se mélangent à la population noire pour consolider l Angola comme possession portugaise, les Portugais y fondent des villes comme Luanda (1575) Tiré de 4

10 En 1836, les Portugais interdisent la traite des noirs (commerce d esclaves). L Angola aura été le pays le plus dépeuplé par la traite. Ce n est qu à la fin du XIXe siècle que les Portugais commencent à développer l intérieur du pays. Ils développent la culture du café, du sucre, l extraction du fer et du diamant. L extraction du pétrole commence en À partir de 1933, le régime colonial se durcit considérablement. Le Portugal instaure le «régime de l indigénat» (statut d infériorité). Trois catégories d individus sont instituées : Les civilizados, les Portugais Les assimilados regroupant les métis et quelques noirs qui ont accès à l instruction Les indígenas, les noirs (98 % de la population) soumis aux travaux forcés, à l interdiction de circuler la nuit, aux réquisitions et autres mesures comme les châtiments corporels. En 1951, les Angolais peuvent devenir des «citoyens portugais». Cependant les mouvements d opposition grandissent, des partis comme le MPLA (Mouvement populaire de libération de l Angola) un mouvement d orientation marxiste, et l UNPA sont créés en Le 4 février 1961, les membres de MPLA attaquent la prison de Luanda afin de libérer les prisonniers politiques et massacrent 2000 colons portugais. Les représailles de l armée portugaise font victimes dans la communauté noire et des centaines de milliers d Angolais doivent fuir vers le Congo. Cette «agitation de Luanda» déclanche la guerre civile. Le Portugal est présent avec environ hommes. Trois groupes armés se constituent en face, le MPLA (Mouvement populaire de libération de l Angola), le FNLA (Front National de Libération de l'angola) et l UNITA (Union pour l indépendance totale de l Angola). Le «régime de l indigénat» est aboli en Dès 1962 le FNLA forme un gouvernement angolais en exil à Léopoldville (Congo) et l ONU condamne les massacre portugais et reconnaît le droit du peuple angolais à l indépendance. En 1974 les militaires portugais, lassés par la guerre, renversent le dictateur Marcelo Caetano, transforment le Portugal en démocratie et quittent l Angola. Le 11 novembre 1975 le Portugal reconnaît l indépendance angolaise. Supporters du MPLA en

11 Dès 1975, les dirigeants de MPLA s emparent alors des vastes contrées du pays, mais ne parviennent pas à vaincre la guérilla de l UNITA. Le pays s enfonce alors aussitôt dans une guerre civile ethnique, entre le MPLA, soit les métis et les citadins soutenus par l URSS et Cuba, et d autre part, l UNITA. À la mort de Neto (premier président de l Angola et secrétaire général du MPLA) en 1979, Dos Santos prend le pouvoir à Luanda. Cependant la guerre civile continue toujours. Les accords de Bicesse en 1991 aboutissent à un cessez-le-feu et à l organisation d élections générales supervisées par les Nations Unies. Le MPLA remporte 19 % des suffrages contre 40 % à l UNITA. Jonas Savimbi, leader de l UNITA, dénonce des fraudes et reprend les armes, cette fois sans soutien international. Un second accord de paix est finalement signé le 20 novembre 1994 prévoyant l intégration de l UNITA dans l armée régulière. En 1995 l accord est rompu. En 1997, un gouvernement d union national est formé avec Jonas Savimbi, mais en 1998 les combats reprennent après que Savimbi a dénoncé, selon lui, le manquement de MPLA à ses obligations. Le 28 août 1997, le conseil de sécurité de Nations Unies impose des sanctions contre l UNITA. En 1999, le MPLA tente alors le coup de grâce de déclencher une offensive militaire massive contre le quartier général de l UNITA. Le 22 février 2002, Jonas Savimbi, est finalement abattu lors d un assaut de l armée gouvernementale. Le 4 avril 2002, un nouvel accord de cessez-le-feu est signé mettant fin officiellement à 27 ans de guerre civile, qui a fait demi-million de morts et entraîné le déplacement de quatre millions de personnes. Soldats angolais

12 Maison détruite par la guerre, Kuito, Angola 9 Enfants devant une maison pillée en Angola 10 Les Angolais ont, durant toute leur histoire, vécu sous la domination d un pays étranger ou d un parti Angolais. Premièrement, par les Portugais lors de la colonisation. Puis lorsque l indépendance fut déclarée en 1975, la guerre éclata et le parti angolais de l UNITA, en lutte contre le parti du MPLA, prit le pouvoir jusqu en 2002, suite à 27 ans de guerre civile. Après des années de conflit et de recherche d indépendance, la paix et la tranquillité ont pris place dans ce pays. L Angola est aujourd hui en pleine reconstruction et croissance économique. Le passé de ce pays est toujours gravée dans la mémoire des Angolais, et le chemin de reconstruction sera long

13 2.1.4 Témoignages de guerre 11 C est au travers de ces quelques témoignages recueillis par MSF France, que nous pouvons voir les horreurs que les Angolais ont vécues durant ces 27 ans de guerre civile. Il est parfois difficile pour nous Européens, vivant en paix, de nous imaginer les conséquences d une guerre. Nous ne pouvons pas nous rendre compte de tout ce que cette population innocente et oubliée a subi. De nombreuses personnes sont décédées sous les coups, ou encore sur les mines. Des vies ont été détruites, des familles dispersées, des membres amputés, des jeunes filles violées et torturées. Toutes ces horreurs ont duré près de trente ans. L Angola a retrouvé depuis quelques années la paix, mais les séquelles sont toujours présentes, il faut à présent tout reconstruire. «En 1990, elle est enlevée à l âge de 10 ans et emmenée à la «base 50» de l UNITA. Elle est affectée au service d un chef UNITA en tant que femme de ménage et employée au transport des récoltes du champ à la base militaire. Elle a eu deux enfants, à l âge de 13 ans et de 15 ans, puis s est mariée avec un soldat UNITA en 1998 qui a rejoint une unité de combat dans la province de Bié en Depuis elle n a plus de nouvelles de lui.» De nombreux enfants ont été séparés de leurs parents afin qu ils travaillent sur des bases de l UNITA par exemple. Enormément d enfants ont été par la suite violés ou battus. Leurs conditions de vies furent détestables. «J ai été violée plusieurs fois, j ai été obligée de coucher avec les soldats sinon ils m auraient tuée. J étais obligée de faire tout ce qu ils voulaient. J allais chercher du maïs, je faisais tous les travaux pour les chefs, j étais prisonnière et ma punition, c était de tout faire. Nous étions 30 femmes à subir le même sort.» «Elle ne connaît pas son âge, mais plutôt jeune, environ 17-18ans. Elle porte des habits sales et déchirés, comme la plupart des déplacés ici au centre de Kaala, et regarde constamment vers le sol. Elle ne parle pas portugais, seulement umbundu. Elle vient d arriver de Chipindo. Elle a une petite fille de 4 ans. S. a été enlevée très jeune, sans doute vers 6-7 ans, par les troupes de l UNITA. Elle ne se souvient pas de ses parents, ni des conditions de son enlèvement. Elle sait juste qu au début, elle était seule et qu ensuite d autres filles sont arrivées. Elle se souvient qu elle est originaire de Cusse, province d Huila, et que c est là qu elle a été enlevée. Elle a été utilisée pour le travail forcé dans la base UNITA : préparer la farine de maïs, de manioc, faire la cuisine, laver le linge, porter les bagages quand ils étaient attaqués et devaient battre en retrait. Elle est restée dans une base fixe pendant quelque temps, puis ils ont fui à de nombreuses reprises. Elle était nourrie, mais ne recevait pas d habits. Alors, pour s en acheter, elle devait travailler en plus sur des terres de civils quand ils restaient à un endroit fixe. Elle a été mariée très jeune à un soldat, «alors qu elle n avait pas encore de seins», et elle a eu un seul enfant de lui, cette fillette de 4 ans. Puis son mari l a laissée pour une autre, mais il venait la voir de temps en temps quand même. Elle est arrivée dans le centre MSF en avril Pour son futur, elle va essayer de retrouver sa famille à Cusse» Nombreux sont les gens qui essaient encore aujourd hui de retrouver leur famille dispersées suite à la guerre. Pour aider ces familles, le Comité International de la Croix-Rouge, en coopération avec la Croix-Rouge angolaise a ouvert des bureaux de recherches répartis sur tout le territoire angolais. Beaucoup d Angolais se sont réfugiés dans les pays voisins, ce qui pose beaucoup de problème à la recherche de ces personnes, et la plupart des Angolais enlevés à l âge de 7-8 ans ne se souviennent plus de leurs parents, cela complique aussi les recherches. 11 Témoignages tirés du rapport «Angola une population sacrifiée» de MSF France, octobre

14 Enfant soldat du MPLA L Angola Généralités L Angola est un pays du sud-ouest de l Afrique limitrophe à la République démocratique du Congo, la République du Congo, la Namibie et la Zambie. L Angola est bordé à l ouest par l océan Atlantique. Le pays est un immense quadrilatère reliant l Afrique centrale francophone à l Afrique australe anglophone. Le nom officiel de l Angola est République d Angola. Son président est José Eduardo Dos Santos (au pouvoir depuis 1979). L Angola, avec une superficie de km 2 (y compris l enclave de Cabinda, au nord-ouest du pays) est le septième pays d Afrique pour sa superficie. José Eduardo Dos Santos 12 9

15 2.2.2 Végétation et climat L Angola est constitué pour les deux tiers de son territoire d un plateau vaste et élevé allant jusqu à 1500m d altitude. Place appelée Chongoroi dans la province de Benguel 13 Savane Nelson Viegas

16 «the moon mirador», à 45km au sud de Luanda 15 A l'ouest de la Namibie, au bord du fleuve-frontière Kunene.Un regard sur les imposantes montagnes rocheuses de l'angola Steven Le Vourc'h 16 Maurice Chatelain 2007, 11

17 Le climat est de type tropical, car l Angola se situe entre l équateur et le tropique du Capricorne. Deux saisons se partagent l année : une saison sèche, cacimbo, de septembre à avril, et une saison humide, de mai à août. Orange : tropical humide Jaune clair : tropical sec Jaune foncé : tropical désertique Vert : modifié selon l altitude Tiré de Ministério da educação, Atlas Geográfico Volume 1, República Popular de Angola, 1982 Une grande forêt tropicale humide et dense recouvre le nord de l enclave de Cabinda. La partie sud est composée de savane, et des prairies remplissent la partie sud-est. L Angola est très riche au niveau de sa faune. On peut y retrouver des mammifères africains, tels que l éléphant, le rhinocéros, le lion, et plusieurs autres espèces. Neuf grandes réserves ont été créées afin de protéger ses espèces. 12

18 2.2.3 Population L Angola est divisé en 18 provinces : La population est aussi divisée en plusieurs groupes ethniques différents 17, tels que les : Ovimbundus (37% de la population) Kimbundu (25% de la population) Bakongo (13 % de la population) Lumbe (5 % de la population) Huambe (5 % de la population) Chokwe (4 % de la population) Luena (3 % de la population) Luchasi (2 % de la population) Ambo (2 % de la population) Lunda (1 % de la population) Mbunda (1 % de la population) Européens et autres (4 % de la population) 17 Tiré de : 13

19 La population angolaise est d environ habitants. La densité est de 13,7 hab./km 2. Le catholicisme est pratiqué par 38 % de la population, 15 % sont protestants et les 47% autres sont de croyances indigènes. 19 La langue officielle est le portugais, mais la plupart des angolais parlent des dialectes bantous ou d autres langages africains. La population est relativement jeune, comme beaucoup de pays africain, avec 47.6 % 20 de la population de moins de vingt ans. Et 68% 21 de la population totale vit en dessous du seuil de pauvreté. Les conditions de vie des Angolais restent précaires avec, en 2006, un taux d alphabétisation à 42 % 22, bien que l enseignement soit devenu gratuit et obligatoire en Tiré de : sous la direction de BONIFACE Pascal, l Année Stratégique 2008, analyse des enjeux internationaux, Irris, Dalloz, tiré du rapport Fast Update, n 2, mars à avril 2007, swisspeace 20 Tiré de : sous la direction de BONIFACE Pascal, op.cit. 21 tiré de : 22 Tiré de : sous la direction de BONIFACE Pascal, op.cit. 14

20 École à Cacuso 23 64% de la population dispose de moins de 1$ par jour pour vivre, 68 % n a pas d accès à l eau potable et 69 % 24 n a pas d accès aux soins de base Pompage de l eau du puits, dans le camp de déplacés de Cuemba, près de la ville de Camacupa Santé Le taux de natalité est de 50, et le taux de mortalité infantile de L espérance de vie, pour les hommes, est de 39 ans, et 41 ans 26 pour les femmes. En 2005, adultes (de 15 à 49 ans) étaient atteints du virus du Sida, femmes, et enfants (0-15 ans) 27. Il y avait 310 cas de tuberculose pour personnes en , et cas de malaria pour personnes en Environ 38 % de la population totale est sous- alimentée MICHAUD Olivier 24 Tirés de 25 Tiré de : sous la direction de BONIFACE Pascal, l Année Stratégique 2006, analyse des enjeux internationaux, Irris, Dalloz, Tiré de : sous la direction de BONIFACE Pascal, l Année Stratégique 2006, analyse des enjeux internationaux, Irris, Dalloz, tiré du rapport Fast Update, n 2, mars à avril 2007, swisspeace 28 tiré du rapport Fast Update, n 2, mars à avril 2007, swisspeace 29 tiré du rapport Fast Update, n 2, mars à avril 2007, swisspeace 30 tiré du rapport Fast Update, n 2, mars à avril 2007, swisspeace 15

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Evolution de la pauvreté au

Evolution de la pauvreté au Evolution de la pauvreté au Vietnam : quelques réflexions Mai Lan Phuong 1, Philippe Lebailly², Nguyen MauDung 1 (1) L Université d Agronomie de Hanoi (2) L université de Liège, Agro Biotech GemBloux Introduction

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche)

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Vie pratique Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Logement L université dans laquelle j ai effectué mon séjour d étude nous proposait au préalable un site sur les logements en résidence étudiante.

Plus en détail

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013

Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Les exportations de produits manufacturés de l Europe ont atteint près de 5 000 milliards de dollars EU en 2013 Exportations de marchandises par région et par produit, 2013 (milliards de $EU) Augmentation

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Stage à l Université de Sherbrooke Frédérique Vermare Table des matières Table des matières...2 1 Vie pratique...3 1.1 Logement :...3 1.2 Argent :...3 1.3 Santé :...3 1.4 Stage

Plus en détail

«Tout le problème avec la dette n est pas son niveau absolu. C est la capacité du pays à rembourser et avec quoi. Avec les programmes d ajustement structurel destinés à fournir des capitaux pour payer

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Portrait: GBALOU YAO Patrick Date de l entretien : 03/02/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Portrait: GBALOU YAO Patrick Date de l entretien : 03/02/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Portrait: GBALOU YAO Patrick Date de l entretien : 03/02/2009 Age 42 Ans Niveau d Etude CAPES Sciences Physiques, Ingénieur Informaticien Statut marital Marié,

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Age 33 Ans Niveau d Etude Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Statut marital Mariée, un enfant (4ans et demi)

Plus en détail

Investissements déraisonnables

Investissements déraisonnables Chapitre 47 Investissements déraisonnables Il y a quelques semaines, alors que j assistais au camp-meeting de San Jose [1905], certains de nos frères me présentèrent ce qu ils considéraient comme une occasion

Plus en détail

Le coton a donc fait un long voyage avant de devenir un tee-shirt et d'être vendu dans le magasin où Zoé l'a acheté avec son papa...

Le coton a donc fait un long voyage avant de devenir un tee-shirt et d'être vendu dans le magasin où Zoé l'a acheté avec son papa... Zoé au pays du coton Zoé s'habille pour aller à l'école. Sous sa veste, elle porte un teeshirt violet de sa marque préférée. Ce tee-shirt est en coton. Il lui raconte son histoire... Le coton est issu

Plus en détail

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation?

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation? Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre Cette activité pédagogique offre aux élèves un aperçu des 3 pays touchés par des crises alimentaires majeures de cette année : Le Pakistan, Haïti et le

Plus en détail

HAÏTI (Liste de surveillance de Catégorie 2)

HAÏTI (Liste de surveillance de Catégorie 2) HAÏTI (Liste de surveillance de Catégorie 2) Haïti est un pays d origine, de transit et de destination pour les hommes, les femmes et les enfants victimes de la traite des personnes à des fins de travail

Plus en détail

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin Conf Hôtel de Ville, Grand Salon Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin La Chine est un pays très étendu : 5 000 km du Nord au Sud,

Plus en détail

De la esquina sureste plaza Roosevelt, 300 metros Sur, 100 metros Oeste San Pedro San José

De la esquina sureste plaza Roosevelt, 300 metros Sur, 100 metros Oeste San Pedro San José Faculté de Droit de Grenoble Université Pierre Mendès France - Grenoble 2 BP 47 38040 GRENOBLE Cedex 9 FRANCE RAPPORT DE FIN DE SEJOUR WWF Central America Regional Programme Office De McDonald's Plaza

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

1 888 234-8533 devp.org

1 888 234-8533 devp.org 1 888 234-8533 devp.org À l occasion du carême, nous sommes appelés à semer la solidarité avec nos sœurs et nos frères des pays du Sud. Pour ce faire, il ne suffit pas de partager nos biens matériels avec

Plus en détail

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance. Noël KODIA - Le franc Cfa : un instrument de domination économique? LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.com/noelkodia

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

Projet de réaménagement

Projet de réaménagement Projet de réaménagement De Place L Acadie et de Place Henri-Bourassa Mémoire de Jocelyne Cyr commissaire scolaire Circonscription de Cartierville Commission scolaire de Montréal Déposé le 18 février 2009

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN PRÉSENTATION AU COMITÉ PERMANENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE DE LA CHAMBRE

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE Avec Domaine général de formation Compétences transversales Compétences disciplinaires Scénario pédagogique

Plus en détail

Rapport Bourse Explo RA Stage de fin d étude

Rapport Bourse Explo RA Stage de fin d étude 2011 Rapport Bourse Explo RA Stage de fin d étude Yohann BENSADOUN EDI, Davis, CA, USA 28/06/2010 1 Contenu Dates du stage:... 2 Finance :... 2 Budget mensuel :... 2 A compter aussi :... 2 Conditions de

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

L ONU EN ACTION LE TRAFIC ET L EXPLOITATION DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS EN THAÏLANDE

L ONU EN ACTION LE TRAFIC ET L EXPLOITATION DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS EN THAÏLANDE L ONU EN ACTION Date de programmation: décembre 2008 Programme n 1161 Durée: 4 34 Langues: anglais, français, espagnol et russe LE TRAFIC ET L EXPLOITATION DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS EN THAÏLANDE VIDEO

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Monnaie-papier : vous e tes en guerre!

Monnaie-papier : vous e tes en guerre! Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Monnaie-papier : vous e tes en guerre! Nous sommes entrés sans votre accord dans une guerre qui se joue directement dans votre portefeuille

Plus en détail

Country factsheet - Octobre 2015 Les États-Unis

Country factsheet - Octobre 2015 Les États-Unis Country factsheet - Octobre 2015 Les États-Unis Sommaire Introduction 3 Qu achètent les consommateurs en ligne américains? 4 Méthodes de paiement préférées 4 Commerce transfrontalier 5 L importance des

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite le PROJET DIGNITÉ Démystifier la pauvreté au Canada sommaire Vous n êtes peut-être pas témoin de la pauvreté tous les jours. Mais croyez-nous, elle existe. En fait, un Canadien sur onze vit dans la pauvreté.

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Coopération au développement :

Coopération au développement : PDC SUISSE Coopération au développement : défense des intérêts ou aide désintéressée? Adopté par la présidence le 25 mars 2011 Introduction Comme les dépendances réciproques entre les pays augmentent rapidement,

Plus en détail

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION Des outils pour la réflexion INTRODUCTION Les politiques d austérité du gouvernement ont des effets importants sur les groupes et sur les gens avec qui nous travaillons.

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar

Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur. UNHCR / S. Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR / S. Aguilar UNHCR / S.Aguilar Mots et dessins d enfants réfugiés Colombiens en Equateur UNHCR, Bureau pour l Europe, Bruxelles, Belgique

Plus en détail

Population et productivité vont de pair

Population et productivité vont de pair Population et productivité vont de pair Aperçu de la leçon Les élèves étudient les rapports qui unissent l accroissement démographique et le niveau d industrialisation. Niveau ciblé 6 e à 8 e année Durée

Plus en détail

Proposition de motion Sensibiliser ou assister? Pour une politique de sensibilisation aidant à lutter contre l endettement des jeunes

Proposition de motion Sensibiliser ou assister? Pour une politique de sensibilisation aidant à lutter contre l endettement des jeunes Secrétariat du Grand Conseil M 1678 Proposition présentée par les députés: M mes et MM. Guy Mettan, Anne-Marie von Arx-Vernon, Béatrice Hirsch-Aellen, Véronique Schmied, Luc Barthassat, Guillaume Barazzone,

Plus en détail

Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes

Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes La notion de puissance émergente n'a pas de définition précise. Elle est forgée dans les années 80 pour décrire le phénomène d'entrée progressive sur la scène

Plus en détail

D r Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources www.dani2989.com. Capitalisation totale des mines d'argent Lettre n 3-20 12 Décembre 2004

D r Thomas Chaize Analyse Stratégie Ressources www.dani2989.com. Capitalisation totale des mines d'argent Lettre n 3-20 12 Décembre 2004 Analyse Stratégie Ressources Capitalisation totale des mines d'argent Lettre n 3-20 12 Décembre 2004 Dr Thomas Chaize Site : Courriel & Mailing gratuit : http:///mailing%20list/mailinglistfr.htm L objectif

Plus en détail

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Initiative populaire fédérale * ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Déclaration de M. Cornelio Sommaruga Vi saluto nella

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage Remarques de S.E. Kaoru Ishikawa Gala / Assemblée générale annuelle de la Croix-Rouge canadienne Loews Le Concorde Hotel, Québec Le 18 juin 2011 19 h Dîner Gala I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

L Association France-Pologne : promouvoir la langue française et la culture francophone en Pologne

L Association France-Pologne : promouvoir la langue française et la culture francophone en Pologne L Association France-Pologne : promouvoir la langue française et la culture francophone en Pologne Mesdames, Messieurs, En 1995, nous étions dix-neuf jeunes Polonais à fonder l Association France-Pologne,

Plus en détail

Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie

Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie Bâtir. Protéger. Prospérer. Façonnez votre avenir financier avec VU Manuvie Un produit simple et commode, qui réunit protection d assurance vie et placements fiscalement avantageux Assurance vie universelle

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Bukavu (R. D. Congo) Comité de la Fédération de Solidarité avec l'afrique Noire http://www.umoya.org

Bukavu (R. D. Congo) Comité de la Fédération de Solidarité avec l'afrique Noire http://www.umoya.org Bukavu (R. D. Congo) Comité de la Fédération de Solidarité avec l'afrique Noire http://www.umoya.org Afrique, Congo, Guerre, COLTAN et TON PORTABLE Où se trouve la République Démocratique du Congo? Quel

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Les Ptits Historiens. Viens vite aider Mémory à faire connaissance avec de grands explorateurs

Les Ptits Historiens. Viens vite aider Mémory à faire connaissance avec de grands explorateurs Les Ptits Historiens Viens vite aider Mémory à faire connaissance avec de grands explorateurs Histoire Tu es mon ptit historien Voici ta mission : Objectif : Mieux connaître le temps des découvertes en

Plus en détail