LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ AU CANADA. PETIT GUIDE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ AU CANADA. www.canelect.ca PETIT GUIDE"

Transcription

1 LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ AU CANADA PETIT GUIDE

2 Association canadienne de l électricité, Tous droits réservés. Aucune partie de ce document protégé par le droit d auteur ne peut être reproduite ou utilisée sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit sans autorisation préalable écrite. T ABLE DES MATIÈRES Association canadienne de l électricité 350, rue Sparks, bureau 907 Ottawa (Ontario) K1R 7S8 Tél.: (613) Téléc.: (613) This document is also available in English. L ACÉ tient à remercier Martin Tampier, de la société EMVINT Consulting, pour le travail de recherche et la rédaction technique. L ACÉ est l unique responsable du contenu de cette publication. INTRODUCTION SITUATION DU CANADA ET PERSPECTIVE NOTIONS DE BASE DE LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ EXPOSÉ COMPARATIF DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ...11 PERSPECTIVES RÉFÉRENCES Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec: Brigitte Hébert Conseillère en communications 1

3 I N T R O D U C T I O N Les Canadiens s attendent à ce que leurs besoins croissants en électricité soient comblés dans le respect de l environnement. Une électricité à faible coût et fiable qui ne nuit pas indûment à l environnement constitue un élément clé d une économie prospère. Les gouvernements mettent en œuvre un éventail de plus en plus large d exigences environnementales à l égard du secteur par le biais de régimes législatifs et d engagements internationaux (comme ceux relatifs au protocole de Kyoto). C est dans le cadre de cette évolution que la performance environnementale de l industrie continue de s améliorer: l intensité en électricité diminue, tout comme les émissions atmosphériques liées à la production fossile (charbon, pétrole et gaz); la production de déchets et de matières dangereuses est réduite ou gérée plus efficacement; enfin, la gestion des espèces et des habitats occupe une place de plus en plus importante dans le processus décisionnel entourant les aménagements nouveaux et existants. Mesurer et consigner cette performance constitue souvent un défi. C est pourquoi l Association canadienne de l électricité (ACÉ), dont les membres exploitent la majorité des actifs de production, de transport et de distribution du pays, a lancé un certain nombre d initiatives en ce sens. Son Programme d engagement et de responsabilité en environnement, ses initiatives entourant les enjeux des changements climatiques, du mercure et des pêches ainsi que ses récentes études sur la mesure de la performance environnementale 1 en sont quelques exemples. Toutefois, avant d assurer la mesure et la consignation de la performance de l industrie, il faut s assurer que le public comprend ce qu implique la production d électricité. À cette fin, l ACÉ a préparé La production d électricité au Canada Petit guide, qui a pour but d expliquer les enjeux financiers, technologiques, sociaux et environnementaux liés à toutes les sources d électricité classiques et nouvelles. On y fait un tour d horizon des enjeux se rapportant à chaque technologie ainsi qu une évaluation de son potentiel sur un horizon de production de 20 ans au Canada. Le Petit guide s efforce de fournir un point de vue impartial sans désigner de gagnants ou de perdants, et ce, tout en ne perdant pas de vue le but premier de l industrie: faire en sorte que les Canadiens bénéficient d une énergie électrique abordable et fiable tout en respectant l environnement. On peut consulter La production d électricité au Canada Petit guide ainsi que d autres renseignements sur les options de production d électricité au Canada en visitant le site Web de l ACÉ au 1. Récemment, l ACÉ a réalisé une série de projets pilotes cofinancés par Ressources naturelles Canada qui, ensemble, ont mené à l établissement d une mesure objective de la performance environnementale de cinq technologies de production (gaz naturel, nucléaire, hydroélectricité, éolien et charbon). Bien que de nature hautement technique et analytique, les résultats de l étude aideront l industrie, les décideurs gouvernementaux et, à terme, les consommateurs à mieux comprendre comment les diverses technologies de production peuvent répondre à une norme environnementale clairement établie. Voir à ce sujet le document intitulé «An Environmental Assessment of Selected Canadian Electric Power Generation Systems Using a Site-Dependent Life-Cycle Impact Assessment Approach», Scientific Certification Systems, Emeryville, CA, 2004, 3

4 SITUATION DU CANADA ET PERSPECTIVE Depuis la construction de la première centrale hydroélectrique, à la chute des Chaudières, en 1886, le Canada a, de manière constante, effectué des percées technologiques au chapitre de l aménagement et de l utilisation de ses ressources naturelles pour la production d électricité. L hydroélectricité, le charbon, le pétrole, le gaz, l uranium, l éolien et la biomasse font partie de son portefeuille de production selon la disponibilité de ces ressources dans chaque région et la technologie qu il est possible d y appliquer. En outre, les recherches se poursuivent sur des moyens d appliquer les nouvelles ressources ou les nouvelles technologies utilisant les ressources existantes. Le Canada dispose d un portefeuille de production d électricité diversifié, qui comporte une gamme élargie de technologies éprouvées et nouvelles (voir la figure 1). L hydroélectricité y occupe la part la plus importante, assurant environ 60% de cette production, suivie des combustibles fossiles (charbon, gaz naturel et mazout), à 28%, et du nucléaire, à 12% (cette part est en progression compte tenu des remises à neuf prévues). L éolien, la bioénergie et d autres sources font désormais partie de ce portefeuille même si, ensemble, ils ne représentent qu environ 2% de la production canadienne d électricité. La croissance démographique, l expansion de l économie et le recours accru à de l équipement électrique feront que la demande d électricité continuera de croître à un taux moyen de 1,5 à 2%. Les initiatives d efficacité énergétique et de gestion de la demande des entreprises d électricité contribuent à atténuer les pressions sur le réseau tout en permettant aux consommateurs de mieux gérer leurs frais d énergie. Toutefois, dans un rapport présenté en 2003 [ONE 2003], l Office national de l énergie (ONE) a souligné l envergure des nouvelles installations de production qui seront nécessaires pour combler cette croissance. Si l on s appuie sur la moyenne de deux scénarios de l ONE, l offre d électricité devra atteindre 814 TWh en 2020 pour répondre aux besoins. L ACÉ estime que l application de mesures d efficacité énergétique permettrait de réduire ce chiffre à environ 779 TWh. Par ailleurs, compte tenu de la mise au rancart prévue, d ici 2020, d environ 20% des installations qui étaient en service en Figure 1 Production d électricité nette au Canada, 2003 Total = 567 TWh Autres 2 % Gaz naturel 6 % Mazout 3 % Nucléaire 12 % 2000, la croissance nécessaire de l offre devra également répondre à ce manque à produire. C est ainsi qu en 2020, les nouvelles installations devront produire au total 314 TWh. Compte tenu d une puissance de production de MW en 2000 (dont on devra soustraire 20% d ici 2020 à cause des mises au rancart), l ACÉ prévoit qu il faudra ajouter MW à la production d ici 2020 pour combler la croissance de la demande ainsi que les besoins liés aux remplacements de centrales. Charbon 19 % Hydro 58 % 5

5 NOTIONS DE BASE DE LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ Comment produit-on de l électricité? La façon la plus courante de produire de l électricité consiste à faire tourner un champ magnétique dans des bobines de fil (l électricité photovoltaïque est produite sans pièces mécaniques). Le dispositif utilisé pour transformer le mouvement de rotation (énergie cinétique) en énergie électrique est appelé génératrice ou alternateur. La conception et le fonctionnement de la génératrice détermineront la tension, la fréquence et la phase de l électricité. La fréquence électrique de chaque génératrice doit correspondre à celle du réseau électrique (60 cycles par seconde [hertz ou Hz] dans la plus grande partie de l Amérique du Nord) pour que le réseau reste stable. La tension électrique est commandée de manière à assurer l efficacité maximum du réseau et est adaptée aux diverses pièces d équipement du réseau et, à terme, aux besoins de l utilisateur final. Pour produire du courant alternatif, il est nécessaire d introduire de l énergie dans la génératrice par un mouvement de rotation. Il existe différentes manières de produire ce mouvement de rotation à partir de sources d énergie disponibles: l énergie cinétique du vent ou de l eau courante peut actionner un aérogénérateur ou une roue hydraulique. Par ailleurs, on utilise des cycles de chaleur pour convertir l énergie stockée dans un combustible en un mouvement de rotation d une génératrice (voir l illustration d un cycle de chaleur type à la figure 2). Figure 2 Cycle de vapeur classique Température Réchauffeur/ chaudière Eau/vapeur Surchauffeur Générateur Comment fonctionne le réseau électrique? Après que l électricité a été produite, sa tension est augmentée par des transformateurs; elle est ensuite acheminée vers le client par le truchement du réseau électrique, qui comprend des lignes de transport en bloc et des lignes de distribution locale. Les lignes de transport à haute tension (c.c. ou c.a.) (voir la figure 3) acheminent l électricité des centrales aux postes de transformation, à proximité des points de consommation. Le courant est alors porté à un niveau de tension plus bas pour être acheminé sur les réseaux de distribution locaux et être livré à chaque consommateur. La demande d électricité est très variable d un moment à l autre de la journée et d une période à l autre de l année. Le bon fonctionnement des réseaux électriques exige qu il y ait un équilibre entre la production d électricité et la demande. Actuellement, il n existe pas de technologies permettant de stocker l électricité pour équilibrer la demande ou le cycle de charge; en d autres mots, l électricité doit être produite sur demande et consommée immédiatement. Si la production est plus élevée ou plus faible que la demande, la fréquence et la tension changent, ce qui peut causer des problèmes techniques ou même des pannes. En général, il est nécessaire de disposer d un ensemble de ressources pour faire correspondre la production et la demande d électricité (figure 4). En général, les exploitants de réseaux électriques «mobilisent» les groupes de production en fonction, principalement, du coût d exploitation ou du prix du marché, cherchant d abord à recourir aux groupes les plus économiques pour le profil de charge prévu. C est pourquoi les centrales les moins coûteuses à exploiter fonctionnent à pleine capacité la plupart du temps (dans la figure 4, ce sont les centrales au charbon, nucléaires et hydroélectriques). Le parc de production particulier d une entreprise ou d un groupe d entreprises de production varie en fonction des ressources disponibles, des différentes caractéristiques et des économies liées aux choix de sources d énergie disponibles ainsi que des restrictions imposées, comme l interdiction d utiliser certaines sources d électricité durant les jours de smog. Pompe à pression Condensateur Turbine Figure 3 L électricité est acheminée par des lignes à haute tension des centrales aux postes de transformation. 6 7

6 Charge (MW) Figure 4 La courbe charge-offre de l Ontario illustre comment la demande fluctue dans la journée (les pointes de demande se produisent dans la matinée et le soir) et comment les différentes ressources comblent cette charge. Les courbes charge-offre diffèrent dans chaque province, selon la demande régionale et la composition du parc de production. (Source: ECSTF 2004) Trois qualités principales décrivent chaque mode de production et le rôle qu il peut jouer dans le portefeuille de production d électricité: 1) La puissance garantie: Capacité d une installation de production de répondre à la demande à n importe quel moment. La plupart des centrales à énergie fossile, par exemple, peuvent fonctionner à pleine capacité environ 85% du temps. Cela signifie qu elles sont très fiables et qu elles peuvent servir à combler les besoins de base et de pointe (selon la technologie utilisée). Les sources d énergie intermittentes, telles l éolien, ne sont pas fiables quand il s agit d assurer une puissance garantie. 2) Capacité de mobilisation: Capacité de réagir à une modification de la demande (ou charge) lorsque les clients mettent différentes charges électriques sous tension ou hors tension. Certaines technologies, comme les centrales au gaz naturel (si elles fonctionnent à faible régime en tant que réserve tournante) ou les centrales hydroélectriques à réservoir, sont en mesure de réagir très rapidement aux fluctuations de charge, ce qui leur permet de répondre à la demande de pointe. Les centrales au charbon peuvent, elles aussi, adapter leur production aux cycles des charges et aux cycles marche-arrêt quotidiens. Les centrales nucléaires conviennent davantage à la charge de base, leur production ne pouvant être modifiée rapidement. Les technologies axées sur les énergies renouvelables à fonctionnement intermittent ne peuvent répondre de manière fiable aux demandes de pointe. Toutefois, la plupart des installations de production axées sur la biomasse peuvent réduire ou augmenter leur production en fonction de la charge. 3) Production annuelle: Quantité totale d électricité produite par une installation durant un an. La planification à long terme de la production, à des fins d assurance de l approvisionnement, exige de faire en sorte qu il y ait suffisamment de groupes de production disponibles pour combler la demande actuelle et future, y compris pour faire face aux événements imprévus. Il est possible d évaluer la puissance de production annuelle avec un certain niveau d assurance peu importe la technologie utilisée. On peut utiliser la production annuelle prévue de concert avec les deux critères mentionnés précédemment et avec la demande de puissance et d énergie prévue pour déterminer la nécessité d aménager de nouvelles centrales Hydroél. Nucléaire Charbon Mazout Gaz Hydroél. de pointe Les installations de production d électricité renouvelable autres que les barrages hydroélectriques sont en général conçues pour produire au maximum; en d autres mots, l énergie qu elles peuvent produire à toute heure du jour est entièrement acheminée sur le réseau d électricité, ce qui change la manière dont la production des autres sources doit être acheminée. Cela peut réduire ou changer de façon importante la nécessité de faire fonctionner des centrales de pointe et, dans certains réseaux, cela peut modifier la façon d utiliser une partie de la capacité de charge de base. Les énergies renouvelables à caractère hautement intermittent, comme l éolien, ont des incidences sur l ensemble des autres modes de production du réseau. Celles-ci doivent en outre réagir rapidement aux fluctuations de production des centrales axées sur les énergies renouvelables, notamment, par exemple, lorsque le vent cesse de souffler. 8 9

7 EXPOSÉ COMPARATIF DES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ Nous vous présentons un exposé comparatif sommaire des options de production d énergie. Les décisions entourant le choix des sources d énergie à exploiter dans l avenir sont liées à plusieurs critères. Parmi les plus importants, mentionnons le prix de l électricité, les entreprises de production s efforçant de garder les factures de leurs clients au niveau le plus bas possible. Les critères environnementaux jouent également un rôle important, les projets susceptibles d avoir des incidences indues sur le milieu étant souvent rejetés par le public. Certaines technologies abordées n ont pas atteint un niveau de perfectionnement encore suffisant, de sorte qu on ne peut s attendre à ce qu elles jouent un rôle important dans la planification énergétique à moyen terme (soit au cours des cinq à dix prochaines années). Enfin, le potentiel de ressources de chaque technologie est important et détermine dans quelle mesure et dans quelles régions du pays il peut contribuer à combler nos futurs besoins en matière de production d électricité. Potentiel de ressources La figure 5 donne un bref aperçu du potentiel de ressources de chaque technologie. Les potentiels techniques qui y sont mentionnés sont ceux que l industrie considère réalisables dans le contexte socioéconomique du Canada. Les chiffres indiqués sont préliminaires et les potentiels de développement réels dépendront de plusieurs facteurs, dont les coûts futurs, les politiques énergétiques et environnementales adoptées ainsi que l acceptation par le public de chaque technologie. En 2003, la demande d électricité s est élevée à environ 530 TWh au Canada. Selon la moyenne de deux scénarios de l ONE établis en 2003, la demande atteindra 730 TWh d ici 2020, pour un taux de croissance de 1,8 % par an. L ACÉ s attend quant à elle à ce qu elle augmente à un rythme de 1,5 à 2% par an. L écart entre la demande actuelle et celle de 2020, puis de 2050, doit être comblé par de nouvelles installations de production. Il est facile de constater qu il faudra compter sur tous les modes de production et de réduction de la demande pour combler la demande à long terme si les taux de croissance actuels se maintiennent. Si la demande canadienne d électricité continue de croître à son rythme actuel, il faudra recourir à un ensemble de technologies classiques et nouvelles de production pour la combler. Le potentiel de production future de la plupart des technologies n a pas été évalué avec précision pour le Canada et les chiffres mentionnés ici sont encore préliminaires. L hydroélectricité comble déjà environ 60% des besoins en électricité du Canada. On estime que le potentiel écologiquement et socialement acceptable d aménagement de nouvelles installations permettrait de doubler la puissance installée actuelle à ce chapitre. On a établi des évaluations assez conservatrices du potentiel de production d électricité du charbon, du gaz naturel et du nucléaire, soit un ajout de MW à la puissance actuelle pour chacune de ces technologies. Même si on prévoit qu il serait possible de recourir à l énergie nucléaire durant environ 130 années au taux actuel de consommation de l uranium, ce combustible pourrait être utilisé durant au moins ans si on recourait au retraitement du combustible usé. La technologie de réacteur CANDU permet de prolonger l utilisation du combustible nucléaire, puisque 11

8 12 ce type de réacteur peut utiliser du combustible irradié d autres types de réacteur. On prévoit que la puissance de production des installations au gaz naturel augmentera au cours des prochaines années, mais la hausse des prix de ce combustible, la stagnation de sa production et la baisse des réserves pourraient limiter cette progression. Le rôle joué par les approvisionnements mondiaux de gaz naturel liquéfié (GNL) et par le prix de ce combustible aura un impact important sur le recours futur à la production axée sur le gaz naturel. On estime par ailleurs que l accroissement de la production axée sur le mazout sera minime. La Clean Air Renewable Energy Coalition (CARE 2004) évalue la puissance liée à la biomasse à entre 49 et 154 TWh, ce qui est considéré comme élevé par plusieurs intervenants ; une partie importante de la biomasse résiduelle du secteur des forêts est déjà en cours d utilisation et même s il existe un fort potentiel non encore exploité dans le tapis forestier à la suite des opérations de récolte de bois, les ressources supplémentaires ne peuvent pas être transportées économiquement aux installations utilisant la biomasse. Il est possible d obtenir davantage de biomasse des plantations, mais cela augmenterait les coûts de l électricité. La production possible à partir de toutes les autres sources a été établie en fonction des valeurs potentielles, selon la puissance et les facteurs de puissance liés à chaque technologie. Cependant, certaines sources, comme l éolien au large des côtes et l énergie des vagues (houlomotrice), n ont pas été évaluées avec suffisamment de précision pour être illustrées. Figure 5 Demande d électricité et potentiel technique des nouvelles technologies de production au Canada (Source: ACÉ 2005) TWh par an Gestion actuelle (2003) Hydroél. - Réservoirs Centrales au fil de l eau Nucléaire Croissance de la demande de 1,5% par an dans un scénario de statu quo Avec retraitement de l'uranium Gaz naturel Prévision de l'office national de l'énergie Mazout Charbon Récupération de chaleur Bioénergie Géothermique Évaluation élevée Éolien Solaire - PV Marées Vagues Gestion de la demande Demande en 2020 Demande en 2050 Le potentiel de réduction de la consommation d électricité lié à la gestion de la demande a été extrapolé, à partir du potentiel de MW (puissance de pointe hivernale sûre) établi pour la Colombie-Britannique, à environ MW pour tout le Canada. Il importe de souligner que l évaluation sur laquelle s appuie le graphique a été établie pour jusqu en 2025 et qu on pourra mettre en œuvre d autres initiatives de gestion de la demande par la suite, ce qui augmente le potentiel global. BC Hydro estime que son programme Power Smart peut lui permettre d économiser le tiers de l augmentation de la demande prévue, soit GWh d ici Compte tenu du fait qu il n est pas assuré qu il sera possible de réaliser avec succès davantage de gains d efficacité énergétique, l entreprise fonde sa stratégie sur les nouvelles sources d énergie pour les deux autres tiers de la demande supplémentaire d électricité. On vise le même pourcentage pour les mesures de gestion de la demande liées au programme Power Smart de Manitoba Hydro. TWh Répartition des ressources Le Canada, qui est le deuxième plus grand pays au monde pour sa superficie, offre une topographie, une économie et un bassin de ressources très diversifiés. Cette situation se reflète dans le secteur de l électricité ainsi, la Colombie- Britannique, le Manitoba et le Québec recourent principalement à l hydroélectricité pour assurer leur production, alors que la Nouvelle-Écosse, la Saskatchewan et l Alberta misent principalement sur le charbon (voir la figure 6). Ces différences résultent principalement du bassin de ressources énergétiques dont dispose chaque province. De la même manière, les énergies renouvelables nouvelles, telles l éolien, ne sont pas également disponibles partout au Canada: les ressources éoliennes de la Colombie-Britannique, par exemple, sont situées le long de ses côtes. Par ailleurs, l Alberta dispose de très bonnes ressources éoliennes, mais la C.-B., le Manitoba et le Québec ont en général des ressources hydroélectriques plus abondantes. On trouve aussi d importantes ressources éoliennes dans les autres provinces des Prairies de même que le long des rives des Grands Lacs, en Ontario, et sur toutes les zones côtières du Québec et des Maritimes. La qualité de ces ressources peut aussi varier, l énergie éolienne pouvant être plus ou moins intermittente d une région géographique à l autre. Ces différences signifient qu on ne peut recourir à un ensemble prédéterminé de sources d énergie classiques ou nouvelles dans une région donnée. La planification énergétique intégrée doit plutôt être fondée sur l utilisation des ressources disponibles localement. Figure 6 Sources de production d électricité actuelles par province/région (Source: ACÉ 2004) Atlantique 164 1,8 5 Québec 0,2 Ontario * Centrales thermiques à vapeur (principalement axées sur le charbon) ,7 33 0,5 2,3 Manitoba 13 Hydroélectricité. Thermique classique* Nucléaire Turbine à combustion 1,5 Saskatchewan 1,5 50 Alberta 7,7 43 2,5 0,3 C.-B. Enquête d industrie Canada 2151 Source : Statistique Canada 13

9 Figure 7 Principaux liens de transport interprovinciaux du Canada (Source: ONE 2003) Bien qu il y ait certains échanges d électricité entre les provinces, plusieurs d entre elles disposent d interconnexions plus importantes sur l axe nord-sud (voir la figure 7, qui illustre les liens de transport à l intérieur du Canada et entre le Canada et les États-Unis) pour le lucratif commerce de l électricité avec les États- Unis plutôt que sur l axe est-ouest, ce qui permettrait l émergence d un marché pancanadien de l électricité. Les interconnexions entre les réseaux provinciaux ayant souvent une moindre capacité de transfert, elles ne permettent pas l envoi de suffisamment d électricité («transit») par delà les frontières provinciales pour combler les importants déficits de provinces voisines. Par exemple, la puissance de transport de l interconnexion actuelle entre l Ontario et le Manitoba n est que de 200 MW ce qui équivaut à la puissance d une petite centrale. Par contre, L éventail de production d électricité est fonction des ressources dont dipose chaque province. l interconnexion entre le Manitoba et les États-Unis a une puissance de MW (soit l équivalent de celle d une très grande installation hydroélectrique); par ailleurs, jusqu à MW de puissance peut transiter entre l Ontario et les États- Unis. Néanmoins, l ensemble des interconnexions ne peut assurer que 10% à 15% des besoins de cette province au chapitre de la production de pointe. Des propositions ont été présentées afin d atténuer ce problème, notamment la construction d une importante ligne de transport qui permettrait d acheminer de l hydroélectricité à grande échelle de Terre-Neuve et du Québec ou du Manitoba vers l Ontario. Certaines initiatives ont pour objet de cartographier les ressources renouvelables nouvelles, comme l éolien, l hydroélectricité au fil de l eau et autres. La figure 8 illustre le fruit d une démarche fédérale en ce sens. On constate que la C.-B. dispose de faibles ressources éoliennes, alors que dans les Prairies, dans l est du Québec et dans un certain nombre de provinces maritimes, le vent atteint des vitesses assez élevées. Certaines entreprises d électricité du Canada sont de propriété publique, alors que d autres sont des sociétés privées évoluant dans un marché déréglementé. Le fait que certaines d entre elles exportent également de l électricité aux États- Unis a aussi des incidences sur le portefeuille de production qu elles veulent constituer: par exemple, Hydro-Québec a pour stratégie d aménager de grandes installations hydroélectriques pour exporter de l énergie aux États-Unis; Manitoba Hydro songe actuellement à y exporter de l énergie éolienne. Outre les facteurs liés aux coûts, des préférences historiques, politiques et autres peuvent dicter le choix des technologies de production d électricité dans plusieurs provinces. Même si l électricité peut être acheminée sur de longues distances par le truchement de lignes d énergie, les facteurs économiques des projets ne permettent pas, souvent, la mise en place de lignes de transport pour une nouvelle installation ne pouvant être construite près de celles déjà en place. C est pourquoi il n est possible d exploiter certaines ressources qu à proximité de lignes de transport disposant d une puissance non encore utilisée. Certains gouvernements essaient d éliminer certains obstacles en ayant recours à des partenariats public-privé. Parfois, il est possible de partager les coûts entre plusieurs projets pour financer les nouvelles lignes de transport ou pour mettre à niveau des lignes déjà en place. Figure 8 Vitesse des vents au Canada bleu: faible, jaune: modérée, rouge: élevée (Source: Atlas canadien du vent, 2004) Le tableau 1 démontre que plusieurs technologies de production ne peuvent être mises en œuvre que si la ressource est disponible localement. Chacune des provinces, quelle qu elle soit, peut n utiliser de manière économique que quelques technologies; par exemple, le charbon peut être transporté par chemin de fer à faible coût et peut donc être utilisé à n importe quel endroit desservi par ce mode de transport au Canada. Par contre, les centrales géothermiques ne sont économiques qu à certains lieux de la Colombie-Britannique où on retrouve des réservoirs géothermiques près de la surface du sol

10 16 Développement technologique Toutes les technologies n en sont pas au même stade de développement. Toutes continuent cependant de faire l objet de travaux de recherche-développement et certaines peuvent être considérées «éprouvées» et commerciales, alors que d autres sont encore en émergence et au stade précommercial. Le tableau 1 offre un tour d horizon de l état de développement de chaque type de technologie. La plupart de celles qui y sont présentées sont au stade commercial ou devraient atteindre ce niveau d ici la prochaine décennie. Cela signifie qu elles devraient toutes être disponibles pour répondre aux besoins en électricité à moyen terme du Canada. Tableau 1 Comparaison technologique des technologies de production et dépendance à l égard de la ressource locale TECHNOLOGIE STADE DÉPENDANCE VIS-À-VIS DE LA RESSOURCE LOCALE ÉLEVÉE MOYENNE FAIBLE Gestion de la demande Commercial Hydroélectricité Réservoir Au fil de l eau Turbines immergées Commercial Commercial Précommercial Nucléaire Commercial Gaz naturel Cycle unique Cycle combiné Commercial Commercial Mazout Commercial Charbon Classique Commercial «Charbon épuré» avec capture En démonstration et séquestration du CO 2 et en conception Récupération d énergie Commercial Bioénergie Chaudières-biomasse Petits systèmes de cogénération Incinérateurs de déchets Bio-huile Digesteur Commercial Précommercial Commercial Précommercial Commercial Énergie géothermique Commercial Énergie éolienne Commercial Solaire-PV Commercial Énergie marémotrice Expérimental Énergie houlomotrice Précommercial Incidences environnementales Le tableau 2 présente une comparaison qualitative des différentes options de production d électricité pour ce qui est de leurs impacts environnementaux potentiels (cycle de vie). Tableau 2 Impacts environnementaux des technologies de production d électricité Technologie Polluants atmos- GES 1 Impacts sur l utilisation Extraction Déchets Autres phériques courants de l eau 2 Gestion Aucun Aucun Aucun Non Élimination de Réduction de la demande = de la demande l équipement réduction des émissions remplacé Hydroél. à réservoir Aucun Faibles Modification de la courbe de débit Non Non Migration des poissons; inondation Hydroélectricité au Aucun Aucun Minimes Non Non Peut nuire aux fil de l eau activités récréatives Nucléaire Aucun Aucun Décharge thermique Oui Radioactifs Besoin élevé d eau de refroidissement Gaz naturel Faibles Moyens Décharge thermique Oui Non Besoin d eau de refroidissement modéré Mazout Élevés Élevés Décharge thermique Oui Oui 3 Besoin d eau de refroidissement modéré Charbon classique Élevés Élevés Décharge thermique Oui Oui 3 Besoin d eau de refroidissement mod./élevé «Charbon épuré» Faibles Moyens Décharge thermique Oui Oui 3 Consommation de avec captage et séquestration du C0 2 charbon accrue par MWh Récupération Aucun Aucun Faibles Non Non d énergie Bioénergie Faibles Aucun Faibles Non Oui 3 Fertilisant pour cultures énergétiques Énergie géothermique Aucun Faibles Faibles Non Oui Odeur Énergie éolienne Aucun Aucun Aucun Non Non Destruction d oiseaux/de chauves-souris Solaire-PV Aucun Aucun Faibles Pour la Non Forte consommation fabrication d énergie durant la seulement fabrication Énergie marémotrice Aucun Aucun Sans consommation Non Non Autres impacts inconnus Énergie houlomotrice Aucun Aucun Sans consommation Non Non Autres impacts inconnus Codes de couleurs: VERT impact très faible ou nul; ORANGE: faible impact; OCRE: impact moyen; BLEU: impact important 1 Émissions de gaz à effet de serre résultant du processus de conversion de l énergie seulement, et non de la fabrication ou de la construction. 2 Il est difficile de comparer la consommation d eau pour les différentes technologies. Dans les centrales hydroélectriques et dans les centrales thermiques classiques et nucléaires, l eau est utilisée en grande partie sans être consommée. Les centrales thermiques classiques peuvent produire certaines pertes d eau par évaporation ainsi que des décharges thermiques dans les bassins hydrographiques à l intérieur de limites maximums. Les barrages hydroélectriques ne causent pas de décharges thermiques, mais ont des incidences sur les courbes de débit. 3 À partir de la gestion des cendres et (ou) du traitement des gaz de combustion. 17

11 En ce qui concerne les émissions atmosphériques, le tableau est quelque peu simplifié, ne tenant compte que des émissions pendant le fonctionnement du système énergétique, et non des émissions liées au transport du combustible ou pendant la fabrication. L extraction (pour les mines ou la production pétrolière et gazière) peut avoir des impacts environnementaux négatifs (pollution de l eau, détérioration des paysages et perturbation de la faune). Même si l activité agricole liée à la culture énergétique n est pas la même que pour les mines, elle augmentera les impacts environnementaux liés à la production axée sur la biomasse à cause de l utilisation de fertilisants, de pesticides et d autres apports agricoles. Dans le cas de la production axée sur les combustibles fossiles, les déchets sont principalement produits par la manipulation des cendres et l élimination des gaz de combustion. Pour ce qui est de l énergie nucléaire, les déchets sont produits par le combustible irradié; leur quantité est moins grande que dans le cas de la production axée sur les combustibles fossiles, mais ils sont radioactifs et exigent une Toutes les technologies de production produisent des émissions atmosphériques pendant leur cycle de vie. Certaines technologies nouvelles, comme la séquestration du CO 2, pourraient faire en sorte que certaines technologies fossiles présentent des niveaux d émissions semblables à ceux des technologies axées sur les énergies renouvelables nouvelles. gestion à long terme. On pourrait mentionner plus d aspects qu on n en présente dans la dernière colonne, mais, pour des besoins de concision, on n a mentionné que les principaux impacts mentionnés dans les débats publics. Il importe de souligner que, non seulement l éolien, mais toutes les technologies ont des impacts visuels: les éoliennes réparties sur un grand secteur sont très visibles et il en est de même des tours de refroidissement des grandes centrales au charbon et nucléaires, même si on a tendance à mettre en place des groupes à tirage mécanique plus petits qui permettent de réduire leur visibilité. Les ressources renouvelables comme l énergie éolienne et solaire ne produisent aucune émission atmosphérique au stade de la production de l énergie. Cependant, l évaluation des cycles de vie démontre que tous les systèmes de production d électricité produisent des émissions et des déchets parce que la fabrication de leurs composants et leur construction exigent de l énergie et des matériaux. Ainsi, le béton nécessaire à la construction d une centrale nucléaire produit une certaine quantité d émissions de GES. Toute centrale électrique doit fonctionner durant un certain nombre de semaines ou de mois pour produire la quantité d électricité qu a nécessité la fabrication de ses composants. Des quantités importantes de sources d énergie renouvelable intermittentes sur le réseau peuvent aussi mener à une augmentation des émissions produites par les combustibles fossiles si ceux-ci sont utilisés comme énergie de réserve pour équilibrer la production fluctuante liée aux énergies renouvelables. La figure 9 illustre les émissions représentatives de dioxyde de carbone, d oxyde d azote et de dioxyde de soufre liées à la plupart des sources d énergie qui sont potentiellement viables au Canada. Étant donné que toutes les technologies font l objet d améliorations constantes, le graphique ne donne qu un instantané de la situation et n illustre pas nécessairement les émissions particulières d une nouvelle centrale au Canada aujourd hui. On peut s attendre à ce que les centrales modernes soient plus performantes au plan environnemental que les centrales plus vieilles à plusieurs égards, y compris au plan des émissions atmosphériques. Par exemple, les émissions atmosphériques liées aux panneaux solaires photovoltaïques sont causées par des émissions indirectes durant la fabrication Figure 9 Émissions atmosphériques liées à la production d électricité sur un cycle de vie (fondées sur les données de 1998 de l AIE) Émissions de GES (grammes par KWh) Petites centrales hydroél. Grandes centrales hydroél. Nucléaire Gaz naturel Mazout Diesel CO 2 SO 2 NOx Charbon (DES) Charbon-DGC et NOx faibles Charbon épuré Cultures énergétiques, biomasse Géothermique des cellules solaires. Étant donné que ces cellules sont de moins en moins coûteuses et que leur fabrication exige moins de matériaux et d énergie, on peut s attendre à ce que les émissions liées à leur fabrication diminuent. De même, les émissions relatives au «charbon épuré» mentionnées dans le tableau ne tiennent pas compte de la possibilité de séquestration du dioxyde de carbone, qui pourrait devenir économique dans l avenir et dont on s attend à ce qu elle entraîne une baisse des émissions de CO 2 jusqu à un niveau de 130 à 300 g par kwh. Dans l ensemble, les sources d énergie renouvelables et nucléaires produisent peu d émissions atmosphériques, alors que les combustibles fossiles en produisent au moins deux fois plus par unité d électricité produite. Éolien Solaire, PV Des : Dépoussiéreurs électrostatiques (contrôle de la poussière seulement) ; Dgc : Désulfuration des gaz de combustion Émissions de NOx et de SOx (grammes par KWh) 18 19

12 20 Capacité des technologies de répondre aux fluctuations de la demande d électricité Les exploitants de réseaux électriques doivent voir à ce que la demande d électricité soit comblée en tout temps. Pour assurer un bon équilibre entre la production et la demande, on a recours à une combinaison de centrales de base et de centrales de pointe. Certaines technologies peuvent, mieux que d autres, répondre à l un ou l autre de ces deux types de besoin. Les technologies fonctionnant par intermittence permettent d assurer une production de base limitée et on ne peut pleinement compter sur elles pour combler la demande de pointe. Toutefois, plus leur production est prévisible, plus elles peuvent être prises en compte dans la planification à long terme et à court terme. Le tableau 3 classe les différentes technologies selon leur capacité respective de combler les besoins de base ou de pointe. Pour assurer la fiabilité du réseau, il est nécessaire de combiner des centrales de base et de pointe de manière à pouvoir répondre aux fluctuations de la demande à tout moment de l année. Si on compare les caractéristiques des diverses sources d énergie, on constate que les centrales de pointe sont principalement des centrales thermiques fonctionnant au gaz et au mazout ainsi qu au charbon ou des centrales hydroélectriques à réservoir. Aux endroits où on dispose de ces ressources en grande quantité, il est techniquement possible d intégrer au réseau un nombre limité de centrales à énergie renouvelable à production intermittente. Si la puissance de pointe doit être accrue durant les périodes où les sources intermittentes offrent une faible production, il faut ajouter des centrales de pointe ou utiliser des installations permettant le stockage (comme des centrales à réserve pompée, des batteries ou de l hydrogène) pour garantir un approvisionnement adéquat et fiable en tout temps. Il est nécessaire de disposer d une combinaison de centrales de base et de pointe pour répondre aux fluctuations de la consommation d électricité. Les grandes centrales hydroélectriques et les centrales thermiques sont en mesure de répondre à la demande de pointe, contrairement aux sources d énergie renouvelables nouvelles, dont la production est souvent intermittente. Les mêmes conditions s appliquent dans le cas des variations saisonnières de la disponibilité des sources d énergie: le prix ou la disponibilité de certaines d entre elles peut varier selon les saisons. Ainsi, la biomasse provenant de plantations ne peut pas être récoltée en hiver et doit à ce moment être entreposée ou remplacée par un autre combustible (fossile) si elle n est pas disponible. De même, la production éolienne est deux fois plus élevée en hiver qu en été. Le tableau 4 résume ces aspects pour chaque source d électricité. La variabilité de certaines sources d énergie laisse croire qu on devrait les combiner à d autres sources pour compenser toute fluctuation de l ensemble du parc de production. Tableau 3 Capacité des technologies de fournir l électricité de base et de pointe TECHNOLOGIE CARACTÉRISTIQUES COMMENTAIRES Gestion de la demande Charge de pointe et de base Réduit la demande de pointe ou déplace la charge. Certaines mesures permettent d abaisser la consommation sur toute l année (charge de base). Hydroélectricité Réservoir Charge de base et de pointe La production peut changer rapidement. Au fil de l eau Charge intermittente et de base Selon le cas; soumise aux changements dans les débits Turbines immergées Charge de base saisonniers, qui peuvent être importants dans le cas de très petites installations, mais plus accessoires dans celui de grandes installations sur les grands cours d eau. Nucléaire Charge de base Possibilité limitée de changer la production Gaz naturel Turbine à cycle unique Charge de pointe Possibilité de modifier rapidement la production, même dans le cas de fluctuation brusque de la demande (pointes extrêmes). Trop coûteuse pour la charge de base. Turbine à cycle combiné Charge intermédiaire et de base Possibilité limitée de modifier la production. Mazout Charge de pointe Possibilité de modifier rapidement la production Charbon Charge de base, intermédiaire Utilisé principalement pour la charge de base, mais possibilité et de pointe (mais non de modifier la production en cas de pointe. les pointes extrêmes) Récupération d énergie Charge de base En général, fonctionnement selon des facteurs d utilisation élevés Bioénergie Chaudières-biomasse Charge de base/pointe Il est possible de modifier quelque peu la production des Petit systèmes de cogénération Charge de base/pointe systèmes axés sur la biomasse, mais ceux-ci ne sont pas aussi Incinérateur de déchets Charge de base/pointe souples que les centrales au pétrole et au gaz naturel. Bio-huile Charge de base/pointe La bio-huile est un combustible dispendieux. Digesteur Charge de base Énergie géothermique Charge de base Exige une production continue, c.-à-d. en mode charge de base, en raison du coût en capital élevé. Éolien Intermittent Permet de réduire la production des centrales de pointe lorsque les éoliennes fonctionnent, mais exige de l énergie de réserve durant les périodes de faible production. Solaire, PV Durant le jour. Charge de base Répond principalement à la demande de pointe durant le jour. et de pointe. Intermittent Énergie marémotrice Intermédiaire La production est très régulière et peut être planifiée avec beaucoup de précision pour être adaptée à celle des centrales de base et de pointe. Énergie houlomotrice Intermittente Voir les commentaires relatifs à l éolien. 21

13 Tableau 4 Disponibilité saisonnière de l électricité selon la technologie de production TECHNOLOGIE VARIATION SAISONNIÈRE COMMENTAIRES Gestion de la demande faible Certaines mesures d éfficacité énergétique permettent d économiser plus d énergie en été ou en hiver. Hydroélectricité Centrales à réservoir faible Les réservoirs permettent d atténuer la variabilité saisonnière, mais le ruissellement printanier peut réduire la capacité de pointe. Centrales au fil de l eau élevée Production faible ou nulle en hiver. Turbines immergées nulle Nucléaire Gaz naturel nulle nulle Pétrole faible La production peut être limitée durant les jours de smog; plus coûteuse en été là où il y a échanges de droits d émission de NO x. Charbon faible La production peut être limitée durant les jours de smog; plus coûteuse en été là où il y a échanges de droits d émission de NO x. Récupération d énergie nulle Selon les fluctuations de la source de chaleur. Bioénergie Chaudière-biomasse faible La disponibilité de ce combustible ne fluctue pas dans le cas Petits systèmes de cogénération faible des déchets domestiques et animaux, mais est faible dans Incinérateurs de déchets nulle le cas des résidus végétaux et des grandes productions Bio-huile faible végétales énergétiques durant les mois d hiver. Toutefois, Digesteur nulle le stockage de la biomasse permet souvent de compenser les périodes de faible approvisionnement. Géothermique nulle Éolien élevée Les facteurs de puissance saisonniers moyens varient de 20% (été) à 40% (hiver). Solaire, PV élevée Lorsqu il y a moins de lumière en hiver, la production solaire photovaltïque est plus faible. Énergie marémotrice nulle La production est très régulière et peut être prévue avec beaucoup de précision, ce qui permet d adapter la production des centrales à charge de base et des centrales de pointe. Énergie houlomotrice élevée Voir les commentaires relatifs à l éolien. Coûts de production Le coût de l électricité 2 représente un facteur critique des décisions entourant la manière de gérer un portefeuille de production d électricité. Le facteur qui distingue les combustibles fossiles du nucléaire ou de l énergie renouvelable pour la production d électricité est la volatilité des prix, en particulier ceux du pétrole et du gaz naturel. On prévoit une tendance à long terme à la hausse des prix des combustibles fossiles, mais une tendance à la baisse de ceux de la production nucléaire et de la plupart des sources d énergie renouvelables, sauf la biomasse, où le coût du combustible constitue un facteur plus crucial. Par contre, les prix de l électricité dans le cas des options exigeant des investissements en capital initiaux élevés sont tributaires des taux d intérêt. Si les taux augmentent, ces options à forte densité de capital deviendront moins économiques et moins concurrentielles. La figure 10 présente les échelles de coûts de production d installations nouvelles représentatives pour la plupart des technologies disponibles au Canada. On y mentionne les coûts de production durant le cycle de vie, ce qui comprend les dépenses d équipement, les frais de combustible, d exploitation et d entretien, mais non les coûts externes, comme les coûts liés aux impacts environnementaux et aux effets sur la santé. Nous vous prions de noter que les coûts de certaines technologies nouvelles, comme l énergie des marées et des vagues, sont fondés sur des prévisions, alors que ceux des sources d énergie classiques sont les coûts réels observés à des installations de production canadiennes. La montée des prix des combustibles fossiles et les efforts accrus en vue de réduire les émissions, combinés au niveau peu élevé des taux d intérêt, ont entraîné une convergence des prix de l électricité produite à partir de sources classiques et nouvelles. Pour comparer le coût de la production nouvelle avec les prix actuels de l électricité, on affiche le prix moyen de l électricité en gros au Canada qui varie de 4,7 cents le kwh à plus de 7 cents dans certaines provinces. En cas de pointe de consommation (par exemple, durant les chauds après-midi d été ou durant les jours froids de l hiver), les prix de gros de l électricité peuvent augmenter rapidement au-delà de ces valeurs. Le graphique semble démontrer que la production d électricité liée à des augmentations de puissance à la suite du réaménagement de grandes installations hydroélectriques déjà en place, de la mise en œuvre de mesures de gestion de la demande et de la réalisation de certains petits projets hydroélectriques fait actuellement partie des options les moins coûteuses. Les coûts mentionnés en ce qui concerne l hydroélectricité sont représentatifs d un ensemble d aménagements choisis en Colombie-Britannique et peuvent différer dans d autres 2. Tous les prix et les coûts mentionnés sont en dollars canadiens de La conversion de la devise US a été faite à un taux de 80 cents par dollar canadien; la conversion de l euro a été faite à un taux de 1,6 dollar canadien par euro

14 Figure 10 Comparaison des coûts de gros de production d électricité (adaptée de BCH 2004) Hydroél. à réservoir Augmentations de puissance Hydroél. au fil de l'eau Nucléaire Gaz naturel Mazout Diesel Charbon Récupération d'énergie Biomasse Géothermique Éolien Solaire, PV Marées Vagues Gestion de la demande PV intégré Coûts de production en cents par KWh Lignes rouges pointillées : gamme actuelle des prix de gros de l'électricité au Canada Peut être au-dessus de 1 $ dans les collectivités éloignées (générateurs au diesel) Modules PV montés sur le toit (modernisation) 25 à 69 cents provinces. Les coûts en ce qui concerne les centrales à réservoir ou au fil de l eau au Canada sont particuliers aux sites, mais concernent une gamme de prix semblables. Il convient de souligner qu une partie importante des coûts des mesures de gestion de la demande est assumée par le consommateur, de sorte que le coût réel pour les entreprises de production d électricité peut être 50% plus bas que celui indiqué dans le graphique. Évidemment, la gestion de la demande pourrait être élargie de manière à comprendre de plus en plus de mesures coûteuses, ce qui augmenterait son potentiel global; c est pourquoi le graphique présente un éventail extensible de coûts. À un coût maximum de 5 cents le kwh, BC Hydro espère réduire la demande annuelle de GWh entre 2005 et En général, les échelles de coûts dépendent du potentiel global théorique de chaque technologie il est presque toujours possible d obtenir un potentiel plus élevé à des coûts plus élevés. La plupart des technologies permettent de produire de l électricité à des coûts se situant entre cinq et dix cents par kilowattheure, même si les coûts relatifs aux technologies nouvelles, comme l énergie houlomotrice et Les entreprises membres de l ACÉ continuent de réduire les impacts de la production d électricité sur le milieu naturel. marémotrice, ne reposent que sur des évaluations préliminaires. La production à partir de mazout peut être très coûteuse, en particulier dans le cas des installations diesel servant à alimenter les collectivités éloignées, où les coûts peuvent atteindre 1,30 $ le kilowattheure. L énergie solaire photovoltaïque est beaucoup plus coûteuse que les autres technologies, mais on prévoit une baisse importante des coûts au cours de la prochaine décennie. Certaines applications de l énergie photovoltaïque intégrées aux bâtiments peuvent être relativement peu coûteuses, selon leur efficacité, l ensoleillement local et les autres matériaux ou fonctions dont elles exigent le déplacement dans le bâtiment. En donnant une valeur aux avantages environnementaux liés à la production d électricité, par exemple, par l échange de droits d émission, on peut réduire l écart qui sépare certaines technologies nouvelles axées sur les sources renouvelables nouvelles et les technologies de production classiques

15 P E R S P E C T I V E S Les incidences financières, environnementales et sociales que comportera la nécessité de répondre à l augmentation prévue des besoins en production au cours des vingt prochaines années seront importantes. Pour relever ce défi, l ACÉ favorise le maintien de la diversité et la recherche de possibilités qui permettront de fournir une électricité abordable tout en répondant aux objectifs de plus en plus exigeants liés à la sécurité, à la qualité de l onde électrique, à la fiabilité et à l environnement. Le tableau comparatif ci-dessus vise à dresser un portrait impartial sans gagnants ni perdants tout en gardant le cap sur l objectif fondamental de l industrie: voir à fournir aux Canadiens un approvisionnement abordable et fiable en électricité tout en respectant l environnement. Le Canada dispose de ressources énergétiques internes abondantes et diversifiées pour la production d électricité. Ces ressources varient selon leur disponibilité et leur potentiel de développement dans les diverses régions du Canada de même qu en fonction des saisons. L utilisation de chacune d elles pour produire de l électricité comporte des impacts environnementaux, des coûts et des caractéristiques d exploitation différents pendant son cycle de vie. Il est nécessaire de bien étudier et d équilibrer chacun de ces facteurs dans l élaboration des projets de production futurs au Canada. Les changements technologiques et les pratiques d aménagement auront des incidences importantes sur le maintien de l utilisation des technologies classiques et sur la faisabilité du recours aux technologies nouvelles. Pour faire face à la croissance dynamique de la demande d électricité au cours des prochaines décennies et pour répondre à l évolution des attentes des organismes de réglementation, des consommateurs et de la société en général, le Canada devra s appuyer sur un ensemble de technologies de production ainsi que sur la gestion de la demande s il désire assurer un avenir énergétique durable à tous les Canadiens. L ACÉ considère le présent guide comme un moyen important de susciter un débat à l échelle de la société sur l avenir du Canada au chapitre de l électricité. Même s il exigera un dialogue permanent entre l industrie et tous les paliers de gouvernement, ce débat devra à terme atteindre le grand public. Ce n est qu en ayant une bonne connaissance des technologies et de leurs incidences que les intervenants pourront travailler efficacement ensemble pour relever ces défis importants au chapitre de l offre et pour créer les conditions favorables à un avenir énergétique durable pour tous les Canadiens. 27

16 R É F É R E N C E S BCH 2004 CARE 2004 ECSTF 2004 IEA Integrated Electricity Plan (Part 1-7). BC Hydro, Vision for a Low-Impact Renewable Energy Future for Canada: Recommendations for Government Policy, Clean Air Renewable Energy Coalition, 2004 Tough Choices: Addressing Ontario s Power Needs, Electricity Conservation and Supply Task Force, janvier 2004 Benign Energy? The Environmental Implications of Renewables, Agence internationale de l énergie, OCDE, Paris 1998 Navigant 2003 The Changing Face of Renewable Energy, Navigant Consulting, 19 juin 2003 ONE 2003 Exportations et importations canadiennes d électricité Évaluation du marché de l énergie, Office national de l énergie, janvier 2003 Pembina 2003 Whitmore, Johanne, et Bramley, Matthew, Green Power Programs in Canada The Pembina Institute for Appropriate Development, Drayton Valley, septembre 2004 Probe 2003 Primer on the Technologies of Renewable Energy, Pollution Probe, Toronto, septembre 2003 Suzuki 2004 Smart Generation: Powering Ontario with Renewable Energy, The David Suzuki Foundation, Vancouver,

HYDRO-QUÉBEC EN BREF Octobre 2014

HYDRO-QUÉBEC EN BREF Octobre 2014 HYDRO-QUÉBEC EN BREF Octobre 2014 Hydro-Québec - 1 Plan de la présentation Production d électricité aux États-Unis, au Canada et au Québec Survol historique Bilan financier Structure d Hydro-Québec Orientations

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Lumière sur l énergie électrique du Québec

Lumière sur l énergie électrique du Québec Plan de la présentation Lumière sur l énergie électrique du Québec Le 14 novembre 2013 Production d électricité Structure d Hydro-Québec Préoccupations environnementales L électricité du Québec et ses

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet 3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet Table des matières 07 3CB : une centrale nouvelle génération développée et exploitée par Alpiq 09 Historique du projet 11 Le cycle combiné : une technologie moderne,

Plus en détail

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Présenté par: Catherine-Anne Renaud, ing., CEM Associée écologique LEED Vice-présidente R+O Énergie Plan de la présentation 1. Mise en contexte

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments

Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Comité consultatif sur la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Colloque BOMA Québec présenté par Mario Canuel, TP

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario

Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Au service des consommateurs d électricité de l Ontario Message du président et chef de la direction Le début d une nouvelle année offre l occasion d envisager la voie à suivre dans une nouvelle perspective.

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

Canadian Solar Industries Association

Canadian Solar Industries Association Comparution devant le Comité sénatorial permanent de l énergie, de l environnement et des ressources naturelles Le jeudi 29 septembre 2011 Témoins Patrick Bateman, Conseiller, politiques et recherche,

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE BOUILLOT Nicolas Novembre 2008 Le développement durable Le développement durable est un modèle de développement qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromettre

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Séance de travail intensif sur la question de l énergie. Solutions énergétiques aux Territoires du Nord-Ouest

RAPPORT FINAL. Séance de travail intensif sur la question de l énergie. Solutions énergétiques aux Territoires du Nord-Ouest Séance de travail intensif sur la question de l énergie aux TERRITOIRES DU NORD-OUEST 2014 RAPPORT FINAL SUR LA SÉANCE DE TRAVAIL INTENSIF 3 NOVEMBRE HÔTEL EXPLORER, YELLOWKNIFE 4 NOVEMBRE CENTRE CHIEF

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

L HYDROÉLECTRICITÉ EN 5 POINTS LA PREMIÈRE SOURCE D ÉLECTRICITÉ AU CANADA

L HYDROÉLECTRICITÉ EN 5 POINTS LA PREMIÈRE SOURCE D ÉLECTRICITÉ AU CANADA L HYDROÉLECTRICITÉ EN 5 POINTS LA PREMIÈRE SOURCE D ÉLECTRICITÉ AU CANADA www.canadahydro.ca info@canadahydro.ca Twitter @CanadaHydro 1. L HYDROÉLECTRICITÉ EST UNE ÉNERGIE PROPRE ET RENOUVELABLE. Une centrale

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Volume 12, n o 2, octobre 1998

Volume 12, n o 2, octobre 1998 Volume 12, n o 2, octobre 1998 L engagement de Kyoto Sur le plan environnemental, notre siècle prend fin sur de graves inquiétudes. Face à la dégradation de la qualité de l air, il devient de plus en plus

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique

Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Thermopompes et systèmes de chauffage à résistance électrique Les objectifs d'apprentissage : Être familiarisés avec les différents types de systèmes de chauffage à l électricité, Comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé RÉSUMÉ À l automne 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la loi

Plus en détail

Conférence Régionale de l Energie

Conférence Régionale de l Energie Conférence Régionale de l Energie 19/11/2014 En Guyane, la Transition Energétique est en marche GENERG- Groupement des Entreprises en Energies Renouvelables et Efficacité Energétique de Guyane www.generg.fr

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Tendances 2014 Tendances 2014

Tendances 2014 Tendances 2014 1 Pour plus d informations : oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Tendances 2014 Tendances 2014 Consommation

Plus en détail

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES : impacts, adaptation, mitigation MODULE 4 Combien d énergie une maison doit-elle consommer? par Sebastian Weissenberger SOMMAIRE Introduction 1. Les normes dans le secteur

Plus en détail

LE RESEAU ELECTRIQUE

LE RESEAU ELECTRIQUE I) LA PRODUCTION EN FRANCE. Quand elle est n est pas d origine chimique (batteries et accumulateurs), ou photovoltaïques (énergie solaire), l électricité «industrielle» est toujours produite selon le même

Plus en détail

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC T*T Environment Canada Environnement Canada Mme Christiana Figueres Secrétaire exécut ve Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques P.O. Box 260L24 D-53153 Bonn Le 22 septembre

Plus en détail

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Introduction aux eau solaires chauffe- eau Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Chauffe-eau solaires L énergie solaire est une source d énergie propre et abondante qui peut nous aider

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Les composantes de la tarification. novembre 2013

Les composantes de la tarification. novembre 2013 Les composantes de la tarification novembre 2013 Le service de fourniture de gaz EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture du gaz naturel

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Position de la France en matière d énergies renouvelables au sein de l Europe des Vingt-Cinq

Position de la France en matière d énergies renouvelables au sein de l Europe des Vingt-Cinq Position de la France en matière d énergies renouvelables au sein de l Europe des Vingt-Cinq http://www.ifen.fr/fileadmin/publications/les_syntheses/pdf/industrie_ree2006.pdf Part des énergies renouvelables

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Réseau de Transport d Electricité Quel rôle aujourd hui et demain?

Réseau de Transport d Electricité Quel rôle aujourd hui et demain? Gestionnaire du Réseau de Transport d'electricité Réseau de Transport d Electricité Quel rôle aujourd hui et demain? 2 Le menu Quelques caractéristiques de l électricité Le réseau de transport européen

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

L Ontario, le Québec, l électricité et les changements climatiques

L Ontario, le Québec, l électricité et les changements climatiques HEC Montréal York University L Ontario, le Québec, l électricité et les changements climatiques Comment passer à l action? Résumé à l intention des décideurs Auteur : James Gaede, Ph.D Traductrice : Pascale

Plus en détail

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises

État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises État et perspectives énergétiques mondiales et québécoises Rendez-vous de l énergie Agents socio-économiques, Côte-Nord 23 février 2011 Patrick Déry, B.Sc., M.Sc. physicien, spécialiste en énergétique

Plus en détail

Trading Update. 3 ème trimestre 2008. Information règlementée

Trading Update. 3 ème trimestre 2008. Information règlementée Trading Update 3 ème trimestre 2008 Information règlementée Bruxelles - 3 Novembre 2008 A. Performance financière durant le 3 ème trimestre 2008 1. La performance opérationnelle des unités de cogénération

Plus en détail

Les éoliennes. Synthèse du travail des élèves de 4 ème

Les éoliennes. Synthèse du travail des élèves de 4 ème Les éoliennes Synthèse du travail des élèves de 4 ème Année 2013 Collège du Chinchon Sommaire I. Introduction II. Développement 1) Principe de fonctionnement & définition 2) Les différentes éoliennes 3)

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Et les «réserves» en énergies renouvelables?

Et les «réserves» en énergies renouvelables? Et les «réserves» en énergies renouvelables? La principale énergie renouvelable utilisée aujourd hui dans le monde est la biomasse, et plus principalement le bois. Ce dernier représente 10% de la production

Plus en détail

ÉLIMINATION PROGRESSIVE DE L'ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA

ÉLIMINATION PROGRESSIVE DE L'ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA SOMMAIRE ÉLIMINATION PROGRESSIVE DE L'ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA VERS DES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES DURABLES POUR L'AVENIR Ralph D. Torrie et Richard Parfett Torrie Smith Associates Préparé pour la Campagne

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

L ENERGIE Quebec. Édition 2002

L ENERGIE Quebec. Édition 2002 Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE Conductivité thermique réduite......isolation améliorée de 20% Superwool Plus Insulating fibre Plus la conductivité thermique d un matériau est faible,

Plus en détail

Projet de GNL marin du Canada Résultats de la côte Ouest Présentation au Comité permanent sur la surveillance réglementaire des bâtiments canadiens

Projet de GNL marin du Canada Résultats de la côte Ouest Présentation au Comité permanent sur la surveillance réglementaire des bâtiments canadiens Projet de GNL marin du Canada Résultats de la côte Ouest Présentation au Comité permanent sur la surveillance réglementaire des bâtiments canadiens Le 30 avril 2014 Ottawa (Ontario) Aperçu du projet conjoint

Plus en détail

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion française É VALUATION DE R EADING, DE LA LECTURE ET

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS

COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS COMPÉTITIVITÉ ÉCOLOGIQUE DU MUR EN MADRIERS Repose sur l étude : «Calcul des impacts environnementaux d un au moyen de l analyse du cycle de vie» Oulu, le 11 février 29 Matti Alasaarela Cabinet d architectes

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

Bilan énergétique des bâtiments

Bilan énergétique des bâtiments Bilan énergétique des bâtiments Résultats et synthèse de l enquête Plan de la présentation 1. CONTEXTE GENERAL: SITUATION ENERGETIQUE SUISSE - Evolution de la consommation - Secteurs de consommation -

Plus en détail

VISION de l AVENIR DE L ÉNERGIE RENOUVELABLE À FAIBLE INCIDENCE POUR LE CANADA

VISION de l AVENIR DE L ÉNERGIE RENOUVELABLE À FAIBLE INCIDENCE POUR LE CANADA VISION de l AVENIR DE L ÉNERGIE RENOUVELABLE À FAIBLE INCIDENCE POUR LE CANADA RECOMMANDATIONS VISANT LA POLITIQUE GOUVERNEMENTALE : 2004-2005 Au Canada, la production d énergie est sur le point d entrer

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES FABRIQUÉ Lyon EN FRANCE eco 6 Solutions de compensation d énergie réactive Ensemble nous pouvons faire la différence eco 6 TECHNOLOGIES Vous cherchez à réduire votre facture d électricité sans changer

Plus en détail

Schéma directeur des ENR

Schéma directeur des ENR Schéma directeur des ENR Présentation en Conseil des Ministres 18/01/2012 Contacts: Jean-Marc JANCOVICI jean-marc.jancovici@carbone4.com Julien BLANC julien.blanc@carbone4.com Stéphane BITOT stephane.bitot@carbone4.com

Plus en détail

Bons aujourd hui, meilleurs demain

Bons aujourd hui, meilleurs demain Fonds d investissement BMO Portefeuilles de retraite Bons aujourd hui, meilleurs demain Vous le savez, une saine alimentation et la pratique de l exercice physique vous aideront à vivre plus longtemps

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013

Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013 Projet éolien Lampiris à Engis Réunion d information du public, lundi 24 juin 2013 Vous connaissez Lampiris en tant que fournisseur d électricité verte et de gaz naturel. Non content d avoir relevé le

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion

Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion Transition énergétique: quels défis pour un service industriel? Smart energy 5 ème édition HES-SO Valais, Sion 4 septembre 2015 Gilles Garazi Directeur Transition énergétique, SIG Nécessité de décorréler

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

l évaluation de la consommation d énergie à l école

l évaluation de la consommation d énergie à l école l évaluation de la consommation comprendre la consommation d énergie de notre école Adapté de EcoSpark, Wattwize: Teacher Guide, document 1, accessible sous ecospark.ca. L évaluation de la consommation

Plus en détail

L OBJECTIF FRANÇAIS POUR LA CONSOMMATION ENERGETIQUE FINALE EN 2020 1

L OBJECTIF FRANÇAIS POUR LA CONSOMMATION ENERGETIQUE FINALE EN 2020 1 L OBJECTIF FRANÇAIS POUR LA CONSOMMATION ENERGETIQUE FINALE EN 2020 1 BERNARD LAPONCHE 25 AVRIL 2012 Le 16 décembre 2011, Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l écologie, du développement durable,

Plus en détail