INTRODUCTION. Le miracle Internet : Internet a démocratisé la Bourse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. Le miracle Internet : Internet a démocratisé la Bourse"

Transcription

1 INTRODUCTION Le miracle Internet : Internet a démocratisé la Bourse Internet a facilité la vie de nombreux investisseurs individuels. Ils peuvent aujourd hui gérer leurs portefeuilles boursiers en toute simplicité et disposent d une quantité importante d informations et d outils d aide à la décision. Dès les années 1990 en France, Internet était présenté comme un outil de communication aux possibilités extraordinaires. Ce média a réellement démocratisé la Bourse en permettant aux investisseurs individuels d accéder à des informations jusque-là réservées aux professionnels ou à quelques privilégiés. Reconnaissons-le, l investisseur individuel de 2010 a plus de moyens que n avaient certains professionnels par le passé. Grâce à Internet, le mythe d un monde boursier élitiste et mystérieux s effondrait et investir en bourse devenait accessible à tous. Mais la réalité n est toutefois pas aussi simple et les nombreux freins à l investissement n ont pas tous été levés. L avènement d Internet a permis un développement sans précédent de la Bourse en l ouvrant à un plus large public moins averti. Cette démocratisation de la Bourse a contribué au rajeunissement de la population d investisseur boursier. Désormais, la Bourse 13

2 L a b o u r s e e n L i g n e n est plus réservée à une élite d initiés fortunés. Le profil type des internautes, un homme de moins de 35 ans, résidant en Province, CSP+ ou étudiant, est bien différent de celui des investisseurs boursiers d antan. Et même aujourd hui, il reste bien éloigné du profil type de l actionnaire individuel lambda. Nous avons admis l importance du Web et son impact sur nos modes d investissement, nos habitudes de consommation et notre mobilité. Investir en bourse sur Internet est devenu facile et convivial. Pourtant, la quantité d informations et plus particulièrement la diversité de choix qu offre le Net peuvent paraître déroutantes. Là où le Web assure une multiplicité d informations et d offres, un investisseur particulier peut rapidement se sentir submerger et renoncer faute de temps. N avez-vous jamais surfé sur le Web plusieurs heures durant, afin de rechercher une information? Ne vous êtes-vous pas finalement retrouvé submergé par un afflux de données, qu il vous était impossible de traiter? N oublions pas que la quantité ne présume pas de la qualité et que, comme le dit l adage, «trop d information tue l information» ; aussi, l investisseur averti doit également être un internaute averti. Il doit être capable de sélectionner ses sources d information, de juger de leur fiabilité et de leur qualité afin de pouvoir les utiliser pour optimiser ses investissements boursiers. Devant ce phénomène et afin de pouvoir tirer le meilleur parti de ce formidable outil qu est le Web, il convient de respecter certaines règles. Vous pourrez ensuite profiter pleinement de ce média. Vous accéderez à une grande quantité de produits, de services et d outils d aide à l investissement. En sachant mieux utiliser Internet et en évitant les pièges du Web et de la Bourse, vous pourrez profiter de ses formidables opportunités et même sélectionner votre courtier en ligne. L investisseur néophyte doit relever un double challenge : découvrir le Web, ce média, fournisseur d outils et de contenu, mais aussi s initier aux marchés et produits financiers. Sans accompagnement sérieux, peu de chance de succès! L investisseur aguerri devra simplement éviter les trop nombreux pièges de l investissement en bourse sur Internet. 14

3 introduction La Bourse sur Internet dans quel but? Consulter les cours de bourse en direct et en temps réel. Recevoir les flux d informations économiques et financières. Consulter les sites des sociétés cotées, leur rapport annuel, leurs communiqués financiers, leur guide de l actionnaire. Gérer son portefeuille en ligne et transmettre ses ordres de bourse en direct et en temps réel. Se former en ligne aux produits et aux techniques de gestion avec l e-learning et les Webinaires. Découvrir de nouveaux produits et services financiers afin de diversifier son portefeuille. Optimiser sa gestion de portefeuille à l aide d outils d analyse et d aide à la décision. Consulter les sites de conseils, d analyses financières, d analyses techniques et les comparateurs de courtage. Prendre connaissance de la presse économique et patrimoniale. Suivre les performances des sociétés de gestion via leurs comptes rendus de gestion. Échanger avec la communauté des investisseurs individuels et chatter sur les forums boursiers. Prendre connaissance des résolutions des assemblées générales des sociétés cotées afin de voter pour participer pleinement à la vie de la société. Défendre ses droits d actionnaires via les associations de défense et le site de l AMF 1. Découvrir la Bourse par la pratique en intégrant un club d investissement. Le tout, en bénéficiant bien sûr des tarifs très attractifs pratiqués par les courtiers en ligne. 1. Autorité des marchés financiers, anciennement dénommée la COB, le gendarme de la Bourse. 15

4 L a b o u r s e e n L i g n e 1. Internet, un outil simple pour investir en bourse mais simplement un outil Bien utiliser un outil comme le Web pour intervenir en bourse nécessite d être rigoureux et surtout réaliste. Oubliez donc vos rêves de fortune rapide. La richesse ne vient pas en dormant, mais en travaillant activement à l optimisation de la gestion de votre portefeuille boursier. N écoutez pas les sirènes de la Bourse qui vous vendent des performances annuelles surréalistes de plus de 300 %. Si c était vrai, ces charlatans ne seraient pas là à tenter de vous vendre leurs méthodes magiques. N oubliez jamais qu il n existe pas de produit sans risques aux rendements miracles. Le risque et le rendement sont un couple fortement corrélé qui n est pas prêt de divorcer. La crise des subprimes nous l a encore rappelé il y a peu. Enfin, considérez que si Internet vous fournit des outils d aide à l investissement, il n en reste pas moins lui-même un simple outil pour vous aider à mieux gérer votre portefeuille et non une solution miracle sur laquelle vous devez vous reposer. Tout au long de cet ouvrage, je tenterais de vous accompagner afin que vous puissiez mieux comprendre ce microcosme qu est la Bourse en ligne et profiter au mieux de ses opportunités sans en subir les déconvenues habituelles. Il est coutume de dire qu en bourse, on doit payer pour apprendre, c'est-à-dire subir des pertes pour devenir un investisseur averti. Je ne pense pas que cela soit une fatalité. Comme toute activité à risque, la Bourse sur Internet doit se pratiquer en respectant les conditions maximales de sécurité. Votre objectif doit être simple : optimisez vos résultats tout en minimisant les risques encourus. À travers cet ouvrage, vous pourrez découvrir la Bourse en ligne et l ensemble des outils disponibles sur le Web afin de pouvoir mieux investir en bourse sur Internet. Sachez respecter certaines règles afin d éviter les écueils du Web et de l investissement en bourse. Lorsque, dans cet ouvrage, j utiliserais les termes «investisseurs internautes», «actionnaires individuels internautes», ils s appliqueront à 16

5 introduction l ensemble des particuliers qui investissent en bouse en utilisant le média Internet pour passer leurs ordres de bourse. De même, les vocables «courtiers en ligne», «brokers on ligne», «cybercourtiers» ou «e-brokers» désigneront les intermédiaires financiers proposant à une clientèle de particuliers des services d intermédiation, réception et transmission d ordres de bourse par Internet. 2. Le Web, une révolution informatique qui fait évoluer les modes d investissement boursier Pour comprendre la Bourse sur Internet, il convient de comprendre l arrivée de cet outil dans notre vie quotidienne. L ancêtre d Internet, le réseau Arpanet 2, un outil destiné au département de la défense américain, a donné naissance à Internet dans les années 1960 aux États-Unis. Pourtant, la percée d Internet en France a mis presque 30 ans et son avènement dans les années 1990 n a pas été très rapide. Plusieurs facteurs ont fortement freiné l implantation d Internet dans les foyers français. En premier lieu, le Minitel, ce système télématique franco-français qui n a pas su conquérir le monde, avait déjà une place prépondérante dans les foyers français. Ce service vidéotex Télétel et son célèbre terminal, le Minitel, ont été lancés en Dès 1992, certains investisseurs particuliers pouvaient déjà intervenir par le biais du Minitel sur un marché aussi spécifique que le MATIF 3 grâce au département clientèle privé du courtier FIMAT. Déjà en 1995, services étaient accessibles sur 2. Advanced Research Project Agency. 3. MATIF : Marché à terme international de France, un des premiers marchés mondiaux de produits dérivés, créé le 20/02/

6 L a b o u r s e e n L i g n e Minitel. En 2000, plus de 5 millions de Minitel étaient installés dans les foyers et entreprises françaises, auxquels il fallait ajouter 3 millions d ordinateurs équipés de logiciel d émulation. En 2001, on dénombrait plus de 15 millions d utilisateurs en France 4 dont 3,2 millions qui l utilisaient uniquement pour gérer leur compte bancaire 5. Alors pourquoi les Français auraient-ils dû adopter un nouveau système? Aujourd hui toutefois, nous pouvons annoncer la mort de ce média et le Web est à présent très fortement implanté en France. Il a même été adopté par une grande partie de la communauté des actionnaires individuels et ce malgré l âge avancé de certains. Le second frein a certainement été le faible taux d équipement informatique des ménages dans les années Le matériel informatique était cher et plutôt réservé au milieu professionnel et à quelques privilégiés. Mais cette situation a rapidement évolué et, ainsi, en 2004, un ménage sur deux disposait d un ordinateur à domicile 6 soit 3 fois plus qu en En 2008, 67 % des adultes disposaient d un ordinateur à leur domicile 7 et l arrivée des portables et ultra-portables contribue à faire tomber ce frein. Malgré tout, la vitesse de propagation d Internet a été phénoménale et mérite d être soulignée. Ainsi, selon l Étude IPSOS Profiling 2009, plus de 32,6 millions de personnes se sont connectées à Internet au cours du mois de juin 2009 (contre 25 millions en 2005), soit 64 % de la population française de 15 ans et plus (contre 49,9 % en 2005). Le débit est, lui aussi, passé à la vitesse supérieure puisque l ARCEP 8 dénombrait 18,675 millions d abonnements haut débit et très haut débit au 30 juin Source : site du magazine 01net.com, le 16/03/ Source : Institut Forrester Research. 6. Source : Magazine INSEE Première n 1011, mars Source : étude du Credoc «La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française.», décembre Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. 18

7 introduction Là ou la télévision avait mis 50 ans pour toucher 50 millions de personnes dans le monde, Internet n en a mis que 5. Les années Internet n auraient-elles pas la même valeur? Voici comment un outil de sauvegarde et d échange de données initialement prévu pour un usage militaire puis scientifique a bouleversé notre conception de l espace et du temps. Dans le secteur de la finance, cette nouvelle technologie a changé la vision de la relation client. Ainsi, les relations entre les investisseurs boursiers internautes et leurs courtiers en ligne, leurs banquiers et même les sociétés cotées se sont métamorphosées. Les internautes sont devenus des consommateurs avertis. Ils sont de plus en plus exigeants en termes de services (accompagnement à la vente, qualité de l exécution des ordres et des services clients ). La sensibilité au prix devient parfois secondaire, sauf pour les daytraders. 3. Naissance de l actionnaire individuel moderne : du boursicoteur à l investisseur averti L internaute, un investisseur actif sur le Web Avant d être un moyen d échange, Internet est d abord une fabuleuse source d information pour 63 % des actionnaires actifs, largement devant la radio et la télévision 9. Si, selon l enquête Ipsos Profiling 2009, 64 % des internautes avaient effectué des opérations et consultations bancaires au cours des 30 derniers jours et 7 % déclaraient avoir réalisé des transactions boursières, Internet a ouvert la voix vers la Bourse puisqu il 9. Source : étude Opinionway Investisseurs Décideurs Actifs, novembre

8 L a b o u r s e e n L i g n e donne accès à la première information fondamentale pour effectuer des transactions : les cours. Depuis ces deux dernières années, l un des usages du Net qui a connu la plus forte progression est la réalisation de transactions boursières. Selon le baromètre Banque, Finance, Assurance et Crédit en Ligne de Médiamétrie//NetRatings, la gestion des comptes en ligne est en forte progression puisque 85 % des internautes gèrent aujourd hui leurs comptes en ligne. Ceci laisse présager un bel avenir pour la Bourse en ligne. Les actionnaires internautes ne se contentent plus de consulter leurs comptes-titres et les cours de bourse, ils passent aussi à l action et n hésitent plus à effectuer des transactions boursières et bancaires sur Internet. Le Web n est plus seulement un média fournisseur de contenu économique et boursier. Il devient un vrai canal de transmission des ordres de bourse pour les particuliers. Mais ils utilisent surtout Internet pour trouver de l information sur les produits financiers, comparer leurs caractéristiques et leurs prix et ainsi choisir ceux qui répondent le mieux à leurs besoins, tout ceci en gagnant un temps précieux. La croissance de l actionnariat individuel Depuis les années 1990, on constate une nette progression du nombre d actionnaires individuels français, avec un pic historique à 7,2 millions d actionnaires individuels en En 2007, il y avait en France 6,7 millions d actionnaires individuels 10 contre seulement 5 millions dans les années Internet a contribué à ce développement après, bien sûr, les vagues de privatisation et le développement de l actionnariat salarié. Rappelons que si, depuis 1992, les vagues de privatisation ont participé à la démo ,5 % de la population française âgées de 15 ans et plus. Source : étude TN Sofres, décembre Source : étude TN Sofres / Banque de France / Euronext, mars

9 introduction cratisation de la Bourse, elles n ont jamais toutefois réussi à établir un actionnariat durable et étendu. Ainsi, en novembre 2005, la seule privatisation d EDF a ramené plus de 5 millions de souscripteurs particuliers vers la Bourse. Mais un détenteur d action privatisée deviendra-til effectivement un actionnaire fidèle? Le développement de l actionnariat individuel est aussi fortement corrélé au contexte boursier et nous l avons maintes fois constaté, les particuliers ne s intéressent à la Bourse que lorsque celle-ci est en forte hausse. Le cumul des crises ces dernières années éclatement de la bulle Internet, subprimes, crise économique a fortement pénalisé les actionnaires individuels et n a pas contribué à accroître le nombre d actionnaires individuels. Dès le début des années 2000, les particuliers étaient portés par un élan quasi-passionnel vers la Bourse. Cet engouement du grand public pour les marchés boursiers se traduisait par des comportements parfois très étonnants. Il n était pas rare de voir quelques investisseurs passionnés s équiper de matériel quasi-professionnel, acquérir des outils d aide à l investissement, s abonner à des services d information et surtout aménager leur emploi du temps pour «jouer en bourse» 12. Ils se dotaient ainsi d une mini-salle des marchés qui n avait rien de virtuelle. Certains renonçaient même à leur activité professionnelle afin de tenter la grande aventure de la Bourse. Ainsi, ces investisseurs se rêvaient trader, celui qui peut tout gagner ou tout perdre en quelques clics, en quelques secondes. Ce mythe a fait rêver des milliers d investisseurs privés, et cela, durant de longues années. Mais disposer de nombreux outils est loin d être suffisant pour réussir à survivre en bourse. Durant cette période d euphorie boursière, et même durant la crise, le développement du nombre de courtiers en ligne a permis à de nombreux particuliers internautes de découvrir la Bourse. Ainsi, le nombre de comptes actifs répertoriés par l ACSEL, l association pour le commerce et les services en ligne, a-t-il connu une croissance phénoménale ces 12. Jouer en Bourse : terme familièrement utilisé pour désigner le fait d effectuer des transactions boursières. 21

10 L a b o u r s e e n L i g n e dernières années, pour atteindre comptes actifs en janvier Les actionnaires individuels internautes sont plus actifs que la moyenne. En mars 2000, ils réalisaient en moyenne 6,51 ordres par mois, contre seulement 1,01 en janvier Le montant du portefeuille moyen consacré à cette activité a, lui, connu une croissance importante, passant de au premier trimestre 2001 à au quatrième trimestre La part de marché des courtiers en ligne 13 a atteint un point culminant jamais égalé en avril 2000 ; les investisseurs particuliers avaient alors réalisé, par le biais de leurs courtiers en ligne, un quart du volume total de transaction du marché boursier français. Au dernier trimestre 2009, ce chiffre est retombé à 11,16 %. En mars 2005, un actionnaire individuel français sur quatre utilisait le Web pour gérer son portefeuille boursier 14. Chez les investisseurs les plus actifs, cette proportion s élevait à 41 %. Les internautes qui passent leurs ordres par Internet soulignent le sentiment d indépendance que cela leur apporte. Pouvoir passer ses ordres rapidement, à tout moment, à un coût attractif, tel est le principal atout de la Bourse en ligne. 13. Le pourcentage d ordres réalisés par les courtiers en ligne en proportion au nombre d ordre total. 14. Source : étude TN Sofres / Banque de France / Euronext, mars

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

Investisseur Tortue. Retrouvez les 3 Outils Utilisés Pour Relever le Défi 2% / Mois

Investisseur Tortue. Retrouvez les 3 Outils Utilisés Pour Relever le Défi 2% / Mois Investisseur Tortue LES OUTILS DU DEFI Retrouvez les 3 Outils Utilisés Pour Relever le Défi 2% / Mois P a g e 1 SOMMAIRE I. Le Défi 2% / Mois II. La Plateforme Interactive Brokers III. Le Site PowerOpt

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

B*capital. Accompagner chacun de vos investissements. Partager notre passion

B*capital. Accompagner chacun de vos investissements. Partager notre passion B*capital Accompagner chacun de vos investissements Partager notre passion 02 Édito 03 Investir en Bourse bien accompagné Vous prenez chaque jour des décisions importantes pour votre argent et recherchez

Plus en détail

SOMMAIRE INTRODUCTION 9 CHAPITRE 1. LES MÉCANISMES DE BASE 11 CHAPITRE 2. LES PRODUITS NÉGOCIABLES EN BOURSE 31. 1. Les actions 31

SOMMAIRE INTRODUCTION 9 CHAPITRE 1. LES MÉCANISMES DE BASE 11 CHAPITRE 2. LES PRODUITS NÉGOCIABLES EN BOURSE 31. 1. Les actions 31 SOMMAIRE INTRODUCTION 9 CHAPITRE 1. LES MÉCANISMES DE BASE 11 1. Le rôle de la Bourse 11 2. Les acteurs de la Bourse 13 La société Euronext 14 L Autorité des marchés financiers (AMF) 14 3. L organisation

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

Comprendre la Bourse sans prise de tête!

Comprendre la Bourse sans prise de tête! Comprendre la Bourse sans prise de tête! Anton Reuter Editions Men3 M3 Editions Numériques SAS au capital de 30 000 Route de Combovin 26120 Chabeuil - France Tél. 04 75 58 97 55 Fax. 04 75 58 97 56 www.men3.fr

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

EURONEXT.LIFFE. Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels. Principaux résultats. Département Finance EURONEXT.

EURONEXT.LIFFE. Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels. Principaux résultats. Département Finance EURONEXT. EURONEXT.LIFFE Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels Principaux résultats EURONEXT.LIFFE Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER / Véronique

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

25/01/2015. Intermédiaires et Marchés Financiers. Objectif du cours. Sites internet. Bibliographie succinte. Plan du cours

25/01/2015. Intermédiaires et Marchés Financiers. Objectif du cours. Sites internet. Bibliographie succinte. Plan du cours Objectif du cours Intermédiaires et Marchés Financiers Culture financière générale pour tout étudiant en économie : L2 : ce cours L3 : Introduction à la finance Découvrir les grandes institutions de la

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

VOTRE GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE, TENEZ LE A L OEIL!

VOTRE GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE, TENEZ LE A L OEIL! VOTRE GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE, TENEZ LE A L OEIL! Que vous réserve la Bourse? Stremersch, Van Broekhoven & Partners (SVBP) ne disposent pas d une boule de cristal, mais ils ont développé Portefeuille

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Dossier de Presse Février 2011 1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Etude IFOP pour DIRECT ASSURANCE menée du 22 au 30 décembre 2010 auprès d un échantillon national de 1035 Français

Plus en détail

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext

Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Réunion F2iC CLIFF NYSE Euronext Paris - 11 juin 2015 CONSTRUIRE L AVENIR, C EST NOTRE PLUS BELLE AVENTURE I - Présentation du Groupe 2 Profil Un groupe industriel diversifié Le groupe Bouygues propose

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Votre partenaire en gestion privée

Votre partenaire en gestion privée Votre partenaire en gestion privée Société Générale Private Banking 2 800 collaborateurs Une présence dans 22 pays 75,4 milliards d euros d actifs sous gestion, au 31 décembre 2009 Nos récompenses 2010

Plus en détail

Formulaire d ouverture

Formulaire d ouverture Formulaire d ouverture Instructions pour l ouverture DÉBUT Merci d avoir choisi LYNX. Pour ouvrir un compte rapidement, nous vous prions de suivre les étapes suivantes : 1 Remplissez toutes les données

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2010

DOSSIER DE PRESSE 2010 DOSSIER DE PRESSE 2010 CONTACT PRESSE Virginie DEBUISSON v.debuisson@valeurdimage.com 04.76.70.93.54 Caroline MARTIN c.martin@valeurdimage.com 06.76.81.20.21 www.mootwin.com SOMMAIRE 3. MOOTWIN, lance

Plus en détail

Newsletter Harris Interactive

Newsletter Harris Interactive Newsletter Harris Interactive Numéro 9 SOMMAIRE EDITO ACTUALITE Quand Novatris devient Harris Interactive Les dirigeants répondent à toutes vos questions sur le groupe, son histoire et ses ambitions. p.2

Plus en détail

Les indices customisés

Les indices customisés Les indices customisés d IEM Finance Indices boursiers, l expertise spécialisée d IEM Finance 2 Les indices boursiers sont au cœur de l innovation financière car ils sont une synthèse d informations multiples.

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ACTIONNAIRE RENAULT ÉDITION AVRIL 2015 GROUPE RENAULT

GUIDE PRATIQUE DE L ACTIONNAIRE RENAULT ÉDITION AVRIL 2015 GROUPE RENAULT GUIDE PRATIQUE DE L ACTIONNAIRE RENAULT ÉDITION AVRIL 2015 GROUPE RENAULT GROUPE RENAULT GUIDE PRATIQUE DE L ACTIONNAIRE RENAULT 2 / 3 LE MOT DU PRÉSIDENT SOMMAIRE 03 LE MOT DU PRÉSIDENT 04 LES 3 FORMES

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans?

L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Texte originel de Adam Hamilton (Zeal Intelligence) Publié le 13 janvier 2006 http://www.zealllc.com/essays.htm traduit et résumé par LS L or est-il réellement à un plus haut niveau depuis 25 ans? Les

Plus en détail

Turkcell Global Bilgi améliore son service client grâce à la solution de routage en langage naturel de Nuance.

Turkcell Global Bilgi améliore son service client grâce à la solution de routage en langage naturel de Nuance. Solutions pour le service client Solution de routage d appels en langage naturel de Nuance ebook Turkcell Global Bilgi améliore son service client grâce à la solution de routage en langage naturel de Nuance.

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

Les nouvelles attentes des clients face aux nouvelles technologies ont été mises en évidence par diverses études :

Les nouvelles attentes des clients face aux nouvelles technologies ont été mises en évidence par diverses études : La banque à distance I - DEFINITION La banque à distance peut être définie comme «toute activité bancaire destinée à un client ou à un prospect, se déroulant à partir d un point de service électronique

Plus en détail

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014 Les internautes français et la confiance numérique Lundi 7 avril 2014 Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1007 individus âgés de 15 ans et plus. La représentativité de l échantillon

Plus en détail

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape S informer sur Investir votre épargne : étape par étape Autorité des marchés financiers Investir votre épargne : étape par étape Sommaire Se poser les bonnes questions avant d investir 03 Prendre contact

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Page 1 sur 8 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Les usages du mobile Banking en France et son impact sur les attentes des clients

Les usages du mobile Banking en France et son impact sur les attentes des clients Les usages du mobile Banking en France et son impact sur les attentes des clients Conférence Publi-News I 8 avril 2014 Présenté par Cyril Massin - TNS Sofres De plus en plus d équipés en smartphones à

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Hauts rendements, convivialité et une sécurité par excellence : Voici OptionWeb

Hauts rendements, convivialité et une sécurité par excellence : Voici OptionWeb Première plateforme d'options Binaires régulée d'europe, OptionWeb allie rendement et sécurité. Détenteur de la licence CySec, OptionWeb vous permettra de profiter pleinement de votre expérience de trading.

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

Recueil Client. Personne Morale

Recueil Client. Personne Morale Recueil Client Personne Morale CJMQRC02 Recueil Client Personne Morale Conformément à l article L533-13 du Code monétaire et financier, SwissLife Banque Privée et/ou SwissLife Gestion Privée ont l obligation

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack

Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack Cap sur les trackers négociés sur NextTrack 1 Cap sur la performance indicielle! 4 2 Que sont les trackers? 5 3 Les trackers, de nouveaux produits financiers?

Plus en détail

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012

HERMÈS. Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 29 mai 2012 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 à 242-7

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Recueil client. Personne physique

Recueil client. Personne physique Recueil client Personne physique Recueil Client - Personne Physique IDENTITÉ DU CLIENT Madame Mademoiselle Monsieur Nom : Nom de naissance : Nom d usage (pseudonyme) : Prénoms (dans l ordre de l état civil)

Plus en détail

QUESTIONNAIRE MIFID RELATIF AU CARACTÈRE APPROPRIÉ

QUESTIONNAIRE MIFID RELATIF AU CARACTÈRE APPROPRIÉ QUESTIONNAIRE MIFID RELATIF AU CARACTÈRE APPROPRIÉ Nom et Prénom du Client / Nom et Prénom du représentant du Client Numéro du Contrat du Client 1. La règlementation applicable (telle que résultant de

Plus en détail

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 premium banking Conseil Anlageberatung, financier global Vermögensverwaltung, Finanzierung Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 Se poser en partenaire solide

Plus en détail

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication

COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL. Une publication COMMENT INVESTIR EN 2015 AVEC LE TRADING SOCIAL Une publication P. 2 Comment investir en 2015 : Le Trading Social En 2015 vous souhaitez investir et générer des profits mais vous ne savez pas vraiment

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail

Contexte de la présentation

Contexte de la présentation L épargne des ménages québécois au service de la démocratie actionnariale Une présentation du Contexte de la présentation «Le capital accumulé par les travailleurs, que ce soit dans les régimes de retraite

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers LES SECRETS DE L'OR Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers AVERTISSEMENT INVESTISSEMENT À HAUT RISQUE : Le trading de forex et de contrats de différence (CFDs)

Plus en détail

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille!

GUIDE DES WARRANTS. Donnez du levier à votre portefeuille! GUIDE DES WARRANTS Donnez du levier à votre portefeuille! Instrument dérivé au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Produits non garantis en capital à effet de levier EN SAVOIR PLUS? www.listedproducts.cib.bnpparibas.be

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Planification stratégique

Planification stratégique Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage LEÇON 3 Planification stratégique Objectif: Présenter la logique de la segmentation du marché et expliquer de quelle façon la décision relative

Plus en détail

Une nouvelle dimension pour le Groupe

Une nouvelle dimension pour le Groupe + Une nouvelle dimension pour le Groupe Plan Les atouts du rapprochement - Un changement de dimension - Des synergies importantes - De fortes complémentarités Les modalités de l opération Plan d action

Plus en détail

Le placement, ou comment faire fructifier votre argent

Le placement, ou comment faire fructifier votre argent Chapitre 12 Le placement, ou comment faire fructifier votre argent Comme l a dit J.H. Morley : Lorsque vous placez de l argent, le montant de l intérêt dépendra de votre préférence : voulez-vous bien manger,

Plus en détail

HIMALIA. Orchestrez votre vie avec assurance

HIMALIA. Orchestrez votre vie avec assurance HIMALIA Orchestrez votre vie avec assurance Generali, la solidité d un leader mondial Créé à Trieste en 1831, le Groupe s est developpé dans toutes les branches de l assurance. Il se positionne comme 1

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com

Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse. Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com E-BOOK LOBOURSE Tout ce qu il faut savoir pour débuter en bourse Tutorial crée par le webmaster du site www.lobourse.com Il est interdit de proposer cet e-book à la vente sans l'autorisation du Webmaster

Plus en détail

FIMATEX. Vincent Taupin, Jean-Philippe Huguet

FIMATEX. Vincent Taupin, Jean-Philippe Huguet FIMATEX Vincent Taupin, Jean-Philippe Huguet Plan Un marché concurrentiel : l explosion du marché européen du courtage online Fimatex aujourd hui : un leader en France, une position forte en Allemagne

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES Société anonyme au capital de 232 741 851 euros Siège social : 43, rue Bayen - 75017 Paris R.C.S. Paris 552 030 967 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES QUI SERA SOUMIS À L'APPROBATION DE

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat?

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? A PLUS FINANCE A Plus Finance A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? 26 septembre 2006 Philippe TABOUIS :

Plus en détail

DOSSIER. Fund Research. Pour une sélection de fonds de qualité

DOSSIER. Fund Research. Pour une sélection de fonds de qualité DOSSIER Fund Research Pour une sélection de fonds de qualité Même si «le meilleur» fonds * de placement n existe pas, il est possible d identifier les fonds générant un bon rendement grâce à une analyse

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 L épargnant français est-il cigale ou fourmi? Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Le 26 octobre 2012 Communiqué de presse INSEAD OEE Data Services annonce le lancement du premier indice patrimonial : IODS Patrimonial, qui mesure la performance de l épargne financière des ménages français.

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Huitième édition 3 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région

Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région Comment être reconnue comme la meilleure entreprise de votre région SOYEZ LES LEADERS DE VOTRE RÉGION Après la période estivale, le retour à la vie normale est parfois difficile. Tout le monde aimerait

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Mode d emploi. Introduction. Dans ce mode d emploi concis nous vous donnons un aperçu des possibilités de Bolero.

Mode d emploi. Introduction. Dans ce mode d emploi concis nous vous donnons un aperçu des possibilités de Bolero. Mode d emploi Introduction Dans ce mode d emploi concis nous vous donnons un aperçu des possibilités de Bolero. 1. Quelle est l offre d information sur Bolero? 2. Comment chercher un titre? 3. Comment

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail