Couleur. Sommaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Couleur. Sommaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre."

Transcription

1 Couleur Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On nomme couleur la perception par l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s)s donné(s)e. Il importe de ne jamais confondre couleur, notion perceptive, et longueur d'onde, notion physique. Ainsi, l'œil humain est le plus souvent incapable de distinguer un jaune monochromatique (une seule longueur d'onde) d'une composition correspondante de vert et de rouge. Cette illusion permet d'afficher du jaune sur nos écrans d'ordinateur, et, plus généralement, la synthèse trichrome. Mélange de couleur par soustraction Mélange de couleur par addition L'arc-en-ciel ne comporte qu'un faible sous-ensemble des couleurs visibles. Le marron, par exemple, n'y figure pas : il s'agit d'un panachage que ne peut restituer à l'œil aucune longueur d'onde monochromatique. Le seul procédé connu de restitution intégrale des couleurs, c'est-à-dire fixant le panachage réel des longueurs d'onde de départ et non sa simple projection sur trois axes de teinte, est la photographie interférentielle de Lippmann (1891), onéreux et de mise en œuvre aussi contraignante que l'holographie, car fonctionnant lui aussi sur le principe des interférences. Les procédés trichromes lui sont donc préférés. Sommaire 1 Définition 2 Lumières de couleur primaire et synthèse additive (addition de lumières colorées) 3 La synthèse dite soustractive 3.1 Problèmes en peinture 4 Principe physiologique de la couleur 4.1 Méthodes soustractive et additive 5 Tableau de teintes 6 Différence de couleurs 6.1 Généralement 6.2 Bizarrerie 6.3 Le langage des couleurs 6.4 Solution proposée 7 Symbolique des couleurs 8 Voir aussi 8.1 Liens internes 8.2 Liens externes 8.3 Bibliographie

2 Définition L'ensemble des couleurs est défini, actuellement, par ses trois caractéristiques de teinte, valeur et saturation. L'ensemble des fréquences des ondes lumineuses forme le spectre des teintes (souvent appelé spectre des couleurs) allant des infrarouges aux ultraviolets. On nomme «teinte» la ou les fréquences engendrant la couleur. On nomme «valeur» l'amplitude lumineuse définissant la couleur. Plus elle est proche du noir, plus la valeur est basse. On nomme «saturation» la vivacité (la pureté) d'une couleur, et par opposition, on appelle désaturation, son mélange, plus ou moins important, avec un gris de même valeur. On nomme «gris» les couleurs intermédiaires entre le blanc et le noir. Il s'agit toujours d'un mélange (en synthèse additive) en égales proportions et avec la même valeur des trois couleurs primaires rouge, vert et bleu. Chacun des gris peut être considéré comme une teinte dépourvue de couleur ; le noir et le blanc sont des gris extrêmes. Le noir est un gris de valeur nulle et correspond à l'absence de toute lumière (aucune lumière n'est reçue par l'œil). Le blanc est un gris de valeur maximale et peut être considéré comme une plénitude de couleurs (l'ensemble des fréquences d'onde lumineuse est reçu l'œil avec une valeur maximale). Notons qu'en toute rigueur, il n'existe pas un blanc, mais une infinité de blancs, dont chacun se caractérise par sa température de couleur : en photographie-couleurs et en vidéo, on distingue couramment le blanc à environ K [degrés kelvins] d'une lampe à incandescence typique, le K d'une lampe photoflood au tungstène, le K d'une lampe à arc et le 6000 K d'un flash électronique ou du Soleil. Lumières de couleur primaire et synthèse additive (addition de lumières colorées) Le principe de la synthèse additive des couleurs consiste à s'efforcer de reconstituer, pour un œil humain, l'équivalent (l'apparence) de toute couleur visible, par l'addition, selon des proportions bien choisies, de lumières provenant de trois sources monochromatiques (par exemple des spots) dont les longueurs d'onde sont choisies une fois pour toutes pour répondre au mieux à cet objectif. En observant l'arc-en-ciel, on peut voir que les goutelettes de pluie, dans le lointain, décomposent la lumière en six couleurs, comme le feraient des prismes. Newton reproduisit ce phénomène en décomposant la lumière solaire grâce a un prisme optique (un prisme droit en verre à base triangulaire). Il réussit à décomposer la lumière blanche en toutes les différentes couleurs du spectre. Le physicien Young fit le contraire de Newton. Il recomposa la lumière. Il fit converger les six couleurs du spectre et obtint la lumière blanche. Il alla même plus loin en démontrant que les six couleurs du spectre pouvaient être réduites à trois. C'est-à-dire qu'avec ces trois couleurs il pouvait recomposer la lumière blanche. Il démontra aussi qu'en mélangeant ces trois couleurs deux par deux, il obtenait les trois autres. Et c'est ainsi qu'on différencia les couleurs primaires des secondaires. Ce système de mélange de lumières signifie que plus on ajoute de couleurs plus on obtient de clarté. Par exemple, le vert et le rouge-orangé donnent le jaune indéniablement plus clair. On parle dans ce cas de système additif. En théorie, ces trois longueurs d'onde optimales, que l'on appelle couleurs primaires, sont celles,

3 complètement saturées, dont les teintes correspondent aux maxima de sensibilité des trois types de cellules en forme de cône qui tapissent la rétine d'un œil humain normal (donc non atteint de daltonisme ou autre dyschromatopsie). Les trois lumières primaires sont les suivantes : rouge primaire ; verte primaire ; bleue primaire. Tout ceci correspond à ce qu'on appelle en français le système RVB ou en anglais RGB (Red, Green, Blue). Il est à noter qu'il existe bien d'autres systèmes liés au RVB qui sont issus des travaux de la Commission Internationale de l'éclairage. Le système de base est le CIE XYZ, d'où l'on déduit le CIE xyy qui sépare la luminance et la chrominance. Ce dernier a donné naissance à de nombreux systèmes pratiques dont le plus utilisé est sans doute le CIE Lab qui comporte le jaune en plus du rouge, du vert et du bleu. Le système RVB (ou RGB) peut aussi, de façon équivalente, être exprimé selon trois autres composantes qui sont la teinte, la valeur et la saturation et correspondent en français au système TSL (Teinte, Saturation et Luminosité ou valeur) et en anglais au système HSL (d'après les trois mots anglais Hue, Saturation et Lightness). Il existe des formules mathématiques permettant de passer des trois composantes RVB aux trois composantes TSL (et inversement). On nomme lumières de couleurs fondamentales (parfois appelées couleurs secondaires) les lumières de couleurs saturées obtenues en mélangeant deux à deux et en parts égales les lumières de couleurs primaires. Les couleurs complémentaires sont les couleurs qui, combinées, contiennent toutes les couleurs du spectre et aucune en commun. Les trois couleurs secondaires dans la système additif sont : cyan (lumières verte et bleue, complémentaire de la rouge) ; magenta (lumières rouge et bleue, complémentaire de la verte) ; jaune (lumières verte et rouge, complémentaire de la bleue). qui sont en fait les couleurs primaires du système soustractif et donne le système CMJ (en anglais CMY ou YMC ). Lorsqu'on mélange plus de deux primaires, on désature la couleur. Elle perd donc en teinte et gagne en valeur, pour se rapprocher du blanc. La synthèse dite soustractive En imprimerie-couleurs, en peinture et dans l'art du vitrail, il ne peut être question d'additionner des couleurs par mélange de lumière, mais plutôt de couleurs pigments. Tous les corps opaques, quand ils sont éclairés, réfléchissent une partie ou toute la lumière qu'ils reçoivent et absorbent le reste. On peut donc obtenir les couleurs du spectre soit en mélangeant des pigments soit en filtrant une partie du spectre qui éclaire l'objet. Les pigments qui se mélangent absorbe de plus en plus de lumière et deviennent de plus en plus sombre. Par

4 exemple le jaune et le magenta donnent le rouge-orangé. On parle dans ce cas de synthèse soustractive. Et dans ce cas les couleurs primaires, appelées aussi couleurs fondamentales associées pour les différencier des couleurs primaires du système additif car elles correspondent aux couleurs secondaires du système additif. cyan fondamentale ; magenta fondamentale ; jaune fondamentale. donne le système CMJ (en anglais CMY ou YMC). En théorie, et si nous disposions de pigments parfaits, l'utilisation des trois fondamentales permettrait d'obtenir : le bleu en mélangeant le cyan et le magenta ; le vert en mélangeant lecyan et le jaune ; le rouge en mélangeant lemagenta et le jaune. Dans la pratique, la synthèse soustractive à partir des colorants courants ne permet pas d'obtenir l'ensemble des couleurs visibles par l'œil humain. De plus, même des colorants parfaits continueraient à poser problème car ils s'additionnent souvent en une réaction chimique qui altère la couleur finale. En effet, lorsque l'on mélange deux matériaux colorés, on en obtient bien la teinte désirée, mais celle-ci perd en vivacité, et l'ajout de blanc pour compenser cette perte n'est pas satisfaisant car le blanc désature la teinte et ne permet donc pas d'obtenir la valeur recherchée. C'est pour cette raison que plusieurs imprimantes à jet d'encre ajoutent deux teintes pastel aux trois fondamentales afin d'obtenir un meilleur rendu. Enfin, un noir obtenu par le mélange des trois fondamentales serait à la fois coûteux (mélange de trois encres chères) et de qualité douteuse (car la superposition n'en est jamais parfaite, ni l'opacité). En imprimerie, on utilise donc toujours au moins le noir comme quatrième couleur, ce qui correspond à la quadrichromie, utilisée pour tout ce qui s'imprime en couleur. Ajoutons qu'en impression de grandes surfaces (affiches, par exemple), la technique des trames d'impression permet de contourner la question : en effet, si on examine une affiche de près, on se rend compte que les couleurs s'y juxtaposent bien plus souvent qu'elles ne s'y superposent. On retrouve alors quelque chose de très semblable... à de la synthèse additive. Toutefois, ce procédé n'est généralement pas utilisable pour des illustrations courantes comme celle d'un magazine. Problèmes en peinture En peinture, on préférera prendre plus de couleurs de base, car même si les cyans, magentas et jaunes utilisés sont très vifs (valeur très importante), ils perdent de leur vivacité en se mélangeant, ce qui pourrait limiter la palette de l'artiste. Retenons qu'en synthèse soustractive (utilisant des pigments), contrairement à la synthèse additive, le mélange de plus de deux couleurs ne désature pas celle-ci, et le mélange de plusieurs couleurs lui fait systématiquement perdre en valeur. Principe physiologique de la couleur La décomposition de couleur par les systèmes humains rouge, vert et bleu, est surtout due au fait que ce sont

5 les 3 couleurs auxquelles sont le mieux adaptés les 3 types de cônes qui servent à la réception de la couleur dans l'œil humain (les bâtonnets sont plutôt sensibles à l'intensité de la lumière) : Les cônes L, sensibles aux ondes longues (580 nm), donc les rouges Les cônes M, sensibles aux ondes moyennes (545 nm), donc les verts Les cônes S, sensibles aux ondes courtes (440 nm), donc les bleus Méthodes soustractive et additive Le calcul soustractif des couleurs (ou synthèse soustractive) est le calcul fait par retrait de certaines longueurs d'onde de la lumière, et donc sur ce qui n'est pas source de lumière. Par exemple, l'herbe ou les feuilles des arbres nous paraissent vertes, car elles absorbent la complémentaire du vert, c'est-à-dire les violets et ultraviolets. Ce sont ces ondes qu'elles utilisent dans la photosynthèse. Le calcul additif des couleurs (ou synthèse additive) est le calcul fait par addition des longueurs d'onde de sources lumineuses. Par exemple, Si les deux composantes verte et rouge d'un moniteur d'ordinateur sont allumées, les couleurs des phosphores associés (juxtaposés) se superposent en raison de la mauvaise résolution de l'œil, et on obtient une couleur jaune, qui se résout à nouveau en vert et rouge si on regarde cette zone de l'écran à travers un compte-fils ou par réflexion sur un cédérom. Il est facile d'expérimenter cela avec les réglages des couleurs du bureau de votre ordinateur (s'il n'est pas monochrome). La synthèse du marron demande sensiblement plus d'essais (conseil : expérimentez en partant du violet, aussi contre-intuitif que cela paraisse). Tableau de teintes Compte-fils couleur longueur d'onde (nm) fréquence (THz) rouge ~ ~ orange ~ ~ jaune ~ ~ vert ~ ~ cyan ~ ~ bleu ~ ~ indigo ~ ~ violet ~ ~ Différence de couleurs

6 Généralement La différence entre deux couleurs pour l'œil humain, peut varier en fonction des gens, et parfois même très légèrement entre les deux yeux d'une même personne (on peut alors s'en rendre compte par clignement). Une différence, qui ne paraît pas évidente pour la majorité des gens pourra paraître nulle pour quelqu'un atteint de daltonisme ou au contraire énorme pour quelqu'un qui est habitué à composer des couleurs tous les jours, comme un peintre ou un imprimeur. À titre indicatif, les tapissiers distinguent cinq cents nuances de rouge. En synthèse soustractive, des couleurs paraissant identiques à deux personnes sous un blanc d'une température donnée (par exemple lumière du jour) pourront leur paraître différentes sous un blanc d'une autre température. Pour cette raison, le système que l'on espérait universel du cube de Hicketier, et qui aurait associé à chaque couleur un numéro unique, n'a pas eu de suite. Bizarrerie L'un des 500 brevets déposés par le docteur Edwin Land, créateur de la photographie instantanée (Polaroïd) concerne un procédé allégé de restitution de tout le spectre à partir de seulement deux couleurs de base, ce qui va à l'encontre de nos connaissances actuelles sur le mécanisme de la vision. Il est à noter que ce brevet, à la différence de beaucoup d'autres inventions de Land, n'a débouché en pratique sur aucune réalisation. Le langage des couleurs Le langage de la couleur est également important. Dans certaines langues on donnera plusieurs noms à une même couleur en fonction du contexte, dans d'autres, comme en français, on symbolisera couramment un ensemble de couleurs par un nom générique. Exemples : Le rouge est-il rouge, est-il orangé, vermillon, carmin ou magenta? Le bleu est-il bleu marine, outremer, de cobalt, clair ou cyan? Par ailleurs, la symbolique des couleurs varient selon les cultures. Par exemple, le blanc représente la pureté en Occident et le deuil en Asie (le blanc fut longtemps la couleur du deuil en Europe également; c'est une reine blonde qui estima un jour que le noir était plus seyant pour elle, et fut imitée) Solution proposée Cela pose donc des problèmes de référence, qui servirait à vérifier une certaine équivalence, entre deux couleurs différenciées par leur support et médium. La colorimétrie tente donc de résoudre ces différents problèmes. Symbolique des couleurs La symbolique des couleurs Voir aussi Liens internes Chromodynamique quantique (le mot couleur désigne aussi une propriété des quarks, qui peut être

7 rouge, verte ou bleue; il s'agit bien sûr là de simples noms arbitraires, mnémotechniques!). Articles relatifs à la couleur et aux différentes couleurs Couleurs primaires Couleur complémentaire Disque de Newton Noms et adjectifs de couleurs Petite introduction à la couleur Codage informatique des couleurs Couleurs du blason Nuancier dont Nuancier de Munsell Gamut Liens externes [1] (http://fr.wiktionary.org/wiki/couleur) article couleur dans le Wiktionnaire multi-lingue Dictionnaire de Couleurs (http://www.flinx.lv) approche linguistique de la couleur dans le français actuel. pourpre.com (http://www.pourpre.com) site consacré à la couleur, sous ses différents aspects. Article sur la couleur des minéraux (http://www.geopolis-fr.com/doss2.html) Bibliographie Michel Pastoureau, Bleu, histoire d'une couleur, Éditions du Seuil, La perception et l'utilisation du bleu dans le monde européen depuis la Grèce antique est le prétexte à présenter l'histoire des couleurs. Récupérée de «http://fr.wikipedia.org/wiki/couleur» Catégories: Couleur Colorimétrie Dernière modification de cette page le 13 février 2006 à 09:59. Texte disponible sous GNU Free Documentation License. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements

8 Les espaces de couleur RVB et Lab La suite: Principe de la Quantification. retour à la page précédente. 1-Représentation des couleurs Une couleur est généralement représentée par trois composantes. Ces composantes définissent un espace des couleurs. On peut citer l'espace RVB, l'espace CIE XYZ ou Yxy, ou encore l'espace Lab. Selon l'espace de couleurs choisi pour représenter une image couleur, le nuage des couleurs (c'est à dire l'ensemble des couleurs de l'image) n'aura pas la même répartition dans l'espace 3D. Les espaces de couleurs classiques, tels que le RVB, CIE XYZ, etc..., sont issus d'une approche purement physique, sans prise en compte de données psychophysiques. Dans le cas d'autre espaces de couleur, tels que l'espace Lab, l'approche physique est corrigée selon des données de la vision humaine. 2-L'espace RVB L'espace RVB est sous doute l'espace de couleurs le plus utilisé. Les systèmes de télévision s'y appuient fortement. La représentation des couleurs dans cet espace donne un cube appelé cube de Maxwel.

9 3-L'espace CIE Lab Le système Lab est issu du CIE XYZ. Il essaye de prendre en compte la réponse logarithmique de l'oeil. Il possède le grand avantage d'être uniforme. Il est très utile dans le cas de mélanges de pigments, par exemple, pour l'industrie graphique ou du textile. Une des difficultés majeures de ce système est qu'il utilise un système mixte de repérage des points de couleur. La saturation est mesurée de manière cartésienne, alors que la teinte et la luminosité sont mesurèes de manière angulaire.

10 4-Opérations de passage des espaces RVB et Lab. L'espace CIE XYZ est une étape intermédiaire obligée de la conversion. L'espace Lab est en effet défini par rapport à l'espace XYZ. 4-1 De l'espace RVB à l'espace Lab La première étape consiste à passer des composantes RVB aux composantes XYZ. On utilise pour cela une matrice de conversion. Ensuite, il s'agit de passer de l'espace XYZ à l'espace Lab. On utilise alors les formules de conversion suivantes:

11 où Xn, Yn et Zn correspondent au blanc décrit dans l'espace XYZ. On les obtient pour RGB=(255,255,255). 4-2 De l'espace Lab à l'espace RVB On convertit les composantes Lab dans l'espace XYZ. Pour cela, on inverse les formules précédentes: où Xn, Yn, Zn sont les composantes du blanc. Ensuite, par application de la matrice inverse (RVB->XYZ), on obtient les composantes RVB: 5-Ecart de couleur Lorsqu'il s'agit de travailler sur les couleurs d'une image, comme dans le cas d'une quantification, deux couleurs qui sont proches dans l'espace de couleur (au sens de la distance euclidienne le plus souvent),

12 peuvent paraître assez différentes pour l'oeil, ce qui est le cas pour l'espace des couleurs RGB. Par contre, dans l'espace LAB qui est uniforme, deux couleurs proches en distance le sont aussi pour l'oeil. C'est ici que réside l'interêt de l'étude que nous présentons.

13 Codage informatique des couleurs Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sommaire 1 Codage informatique des couleurs 2 Détails 3 Outils de sélection de couleur 4 Dégradé de teintes 5 Formules mathématiques de changement de système de codage Formules mathématiques de changement de système de codage Généralisation du modèle de couleur 8 Voir aussi 8.1 Liens externes Codage informatique des couleurs Les cartes graphiques qui permettent de distinguer le plus grand nombre de couleurs sont généralement des écrans cartes dites à 32 bits ; parmi ces 32 bits, 24 bits sont utilisés pour coder la couleur de chaque pixel d'une image, les 8 bits restants étant Détails soit inutilisés (c'est le cas le plus fréquent), soit (avec les représentations (OpenGL, DirectX) et/ou formats d'image qui le permettent, comme le PNG) à coder une information de transparence dite alpha channel. A travers ce pixel de l'image "percera" en partie la couleur d'un pixel d'une autre image placée dans la même fenêtre, mais «derrière» la première image (technique dite alpha blending en anglais). Dans la suite de l'article, nous ne nous intéresserons qu'aux 24 bits de codage des couleurs. Les explications données correspondront donc non seulement à la représentation des couleurs sur 32 bits mais aussi à celle sur 24 bits. Les 24 bits d'une couleur se décomposent en 3 fois 8 bits : - 8 bits sont consacrés à la teinte primaire rouge - 8 bits sont consacrés à la teinte primaire vert - 8 bits sont consacrés à la teinte primaire bleu. Une séquence de 8 bits permet de coder un nombre entier compris entre 0 et = 255 : en effet 2 8 vaut 256. Par conséquent, la valeur de la composante rouge d'un pixel peut être représentée selon 256 niveaux différents (allant du 0, absence de rouge, à 255, rouge d'intensité maximum). Et il en est de même pour les 2 autres composantes primaires, le vert et le bleu. Donnons un exemple :

14 Le carré ci-contre est formé de pixels d'une couleur uniforme (appelée carnation en héraldique) dont les caractéristiques RVB sont les suivantes : - composante Rouge : 251, soit en codage binaire (sur 8 bits) composante Vert : 208, soit composante Bleu : 151, soit Le codage binaire sur 24 bits de cette couleur est donc le suivant : Or il existe deux grandes familles de représentation des couleurs, telles qu'elles peuvent apparaître dans une image présentée sur un écran d'ordinateur : le codage RVB (ou RGB en anglais), dont les principes viennent d'être décrits, et le codage TSL (ou HSL en anglais). Voyons donc à présent quelles sont les valeurs des 3 composantes du codage TSL de la couleur choisie précédemment, exprimées (comme c'est assez souvent le cas) selon une échelle allant de 0 à 240 : - composante Teinte : 23 - composante Saturation : composante Luminance : 189. Ici, on se rapportera utilement aux explications fournies dans l'article Teinte saturation lumière, dans lequel d'autres valeurs maximales sont choisies pour la teinte (de 0 à 360 ), la saturation (de 0 à 100%) et la luminance (de 0 à 100%). Le codage RVB est celui qui est mis en œuvre dans de nombreux périphériques : en entrée (scanner-couleurs, appareil photo numérique, caméscope...) comme en sortie (écran en couleurs, imprimante, quadrichromie, photocopieuse-couleurs...). Le codage TSL, destiné aux opérateurs humains, est adapté à la caractéristique de leurs rétines : une personne entraînée peut d'ailleurs donner avec une approximation satisfaisante les valeurs TSL d'une couleur qu'on lui présente (la plus difficile à retrouver étant réputée être le marron); elle peut aussi, même si elle est novice, trouver assez rapidement, en s'aidant par exemple des outils de Sélection de couleur offerts dans de nombreux logiciels de dessin ou de retouche, les composantes TSL d'une couleur qu'elle n'a pas sous les yeux mais qu'elle imagine ; enfin, le langage TSL de définition des couleurs permet de définir facilement certains des dégradés de teinte que la représentation RVB ne permet pas de définir aussi facilement. En revanche, la très grande majorité des langages de développement exige d'utiliser le codage RVB pour la définition de la couleur d'un tracé, d'un fond de fenêtre, d'un texte, etc. ; c'est pourquoi il peut être utile de disposer de moyens permettant de passer d'un codage TSL à un codage RVB, et réciproquement. La notion de couleur est parfois généralisée en ajoutant un indice de transparence appelé Alpha. Voir RGBA. Avant de présenter ces moyens, nous allons d'abord présenter et commenter un outil de sélection de couleurs, ainsi que des exemples de dégradé entre 2 teintes. Outils de sélection de couleur Un outil de sélection de couleur comporte en général au minimum 4 parties :

15 2 parties visuelles de choix dont l'une est un carré et l'autre un rectangle étroit dressé sur son petit côté, 1 partie visuelle d'affichage (petit rectangle rempli de la couleur choisie), et enfin 1 partie purement numérique donnant à la fois les composantes TSL et RVB de la couleur choisie par l'opérateur. Outil Adobe Outil Microsoft Voici (à gauche) comment se présente l'outil généralement présent dans les applications Microsoft, et (à droite), à titre de comparaison, l'outil équivalent du logiciel PhotoShop d'adobe. Pour comprendre comment fonctionne un sélecteur de couleurs, il est commode de se représenter l'ensemble des couleurs disponibles sous la forme suivante : imaginons un axe vertical sur lequel sont placés un point N de couleur noire, un point O de couleur blanche ; entre ces 2 points extrêmes, les points intermédiaires seront coloriés dans une teinte grise de la luminance intermédiaire qui convient (échelle régulière linéaire) : par exemple, le point G de la figure correspond au gris moyen (de luminance ) ; dans le plan horizontal passant par O, on trace ensuite un cercle portant toute la gamme des teintes pures, c'est-à-dire de luminance maximale et de saturation Cône des couleurs

16 maximale. Toutes les autres couleurs disponibles sur les écrans d'ordinateur sont intermédiaires entre les teintes qui viennent d'être décrites (noir, blanc, gamme des gris et gamme des teintes pures). Elles seront donc toutes situées à l'intérieur du cône d'axe NO qui passe par, ce qui correspond au coloriage en trois étapes représenté sur la figure suivante (cliquer sur cette figure pour avoir des explications géométriques supplémentaires) : Le choix d'une couleur consiste donc à définir un point situé à l'intérieur de (ou sur) ce cône des couleurs. Dans tous les cas, la définition d'une couleur par ses composantes TSL exige un triple choix qui doit nécessairement être réalisé par l'opérateur en 2 temps : Dans le cas du premier sélecteur de couleurs : l'opérateur doit savoir que le carré de choix représente le choix des 2 composantes T et S alors que le rectangle de choix représente le choix de la composante L. Deux méthodes s'offrent à lui : il peut d'abord choisir dans l'espace à 2 dimensions du carré un point de couleur (ce qui définit les composantes T et S de la couleur recherchée), puis choisir ensuite dans le rectangle le niveau de la composante L de la couleur choisie. L'opérateur peut aussi procéder en sens inverse : choisir d'abord une luminance L dans le rectangle de choix, puis choisir dans le carré de choix les composantes T et S. Dans les 2 méthodes, le carré présente des couleurs qui sont toujours les mêmes, quelle que soit la luminance L choisie dans le rectangle ; quant au rectangle, il est en réalité formé par la superposition de deux demi-rectangles de même hauteur : le rectangle supérieur contient les couleurs d'un certain segment OP 0 tandis que le rectangle inférieur contient celles du segment NP 0 ; le point P 0 dont il s'agit est le même pour ces deux demi-rectangles et il a des composantes S et L qui sont identiques et sont les mêmes que celles des couleurs présentes dans le carré de choix. Dans la première méthode, le point P 0 est choisi immédiatement en cliquant dans le carré de choix, et la couleur définitive désignée après le second choix (dans le rectangle) correspond à un point P qui a nécessairement les mêmes composantes S et L que le point P 0, car le clic dans le carré (donc le choix de P 0 ) modifie immédiatement les couleurs qui apparaissent dans le rectangle, celles-ci ayant toutes les mêmes composantes S et L que le point P 0. Dans la seconde méthode, le premier choix ne désigne par un point P 0 du cône des couleurs mais une certaine luminance L qui est celle d'un point de couleur grise située sur l'axe NO ; quant aux couleurs qui apparaissent dans le carré après le premier clic (dans le rectangle), elles ont toutes la même luminance L que ce point R, et le choix représenté par le second clic (dans le carré de choix) fixe les composantes S et L qui associées à la composante L déjà choisie achèvent de définir la couleur recherchée. Dans les 2 méthodes, les couleurs représentées dans le carré de choix sont indépendantes des choix de l'utilisateur car elles correspondent toujours aux couleurs du cône d'axe GO et de sommet, passant par (C), et le carré de choix n'est que la déformation de la surface de ce cône : le bord inférieur du carré correspond à une couleur unique qui est celle du point G (gris à 50% de luminance), et le bord supérieur du carré correspond aux couleurs (de saturation ) du cercle situé à l'intersection de ce cône et du cône des couleurs. Dans le cas du second sélecteur de couleurs, les principes sont plus simples (mais l'utilisation n'est pas nécessairement plus pratique...). Le rectangle de choix, dont les couleurs, invariables et saturées, sont celles du bord du cercle (C), est en général utilisé en premier et fixe la valeur de la teinte T. Ce premier clic modifie immédiatement les couleurs disponibles dans le carré de choix qui présente alors toutes les couleurs dont la teinte vaut T. Le choix d'un point dans ce carré fixe les valeurs des composantes S et L. Si l'opérateur n'est pas complètement satisfait de son choix, il peut l'affiner en cliquant à nouveau dans le rectangle, etc. Remarquons que les points du cône de couleurs qui correspondent aux couleurs disponibles dans le carré sont celles d'un certain triangle NOQ, Q étant un point situé sur le cercle (C). Le carré de choix est donc la déformation de ce triangle : le bord inférieur du carré correspond à une couleur unique qui est celle du point N (point noir), et le bord supérieur du carré correspond aux couleurs (de saturation ) du cercle (C). Habituellement, l'opérateur ne parvient pas du premier coup à choisir la bonne couleur et, quel que soit le sélecteur dont il dispose (Microsoft ou PhotoShop ou autre), il utilise donc en général successivement et en alternance, un clic dans le rectangle et un clic dans le carré. Quant aux valeurs numériques (TSL ou RVB), elles sont mises à jour comme il convient à l'occasion de chacun des clics

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009 Traitement numérique de l'image 1/ L'IMAGE NUMÉRIQUE : COMPOSITION ET CARACTÉRISTIQUES 1.1 - Le pixel: Une image numérique est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (abréviation de PICture

Plus en détail

TP SIN Traitement d image

TP SIN Traitement d image TP SIN Traitement d image Pré requis (l élève doit savoir): - Utiliser un ordinateur Objectif terminale : L élève doit être capable de reconnaître un format d image et d expliquer les différents types

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Courriel : {prenom.nom}@univ-lorraine.fr .. Lecture La perception humaine. . Lecture La perception humaine.. Partie 1. 1. La et les espaces

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

COLORSOURCE COLORIMETRIE ET ARTS GRAPHIQUES

COLORSOURCE COLORIMETRIE ET ARTS GRAPHIQUES 27 rue Pierre-Brossolette 91430 IGNY Tél. / Fax : +33 (0) 1 69 41 01 62 Mobile : +33 (0) 6 24 54 10 13 Email :info@color-source.net http://www.colorsource.fr COLORIMETRIE ET ARTS GRAPHIQUES Article publié

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

COLORSOURCE I.C.C. ET LA REDEFINITION DES RELATIONS CONTRACTUELLES DANS LES INDUSTRIES GRAPHIQUES

COLORSOURCE I.C.C. ET LA REDEFINITION DES RELATIONS CONTRACTUELLES DANS LES INDUSTRIES GRAPHIQUES 27 rue Pierre-Brossolette 91430 IGNY Tél. / Fax : +33 (0) 1 69 41 01 62 Mobile : +33 (0) 6 24 54 10 13 Email : info@color-source.net http://www.colorsource.fr I.C.C. ET LA REDEFINITION DES RELATIONS CONTRACTUELLES

Plus en détail

COPY. Picture Style Editor Ver. 1.4 MODE D EMPLOI. Logiciel de création de fichiers de style d image. Contenu de ce mode d emploi

COPY. Picture Style Editor Ver. 1.4 MODE D EMPLOI. Logiciel de création de fichiers de style d image. Contenu de ce mode d emploi Logiciel de création de fichiers de style d image Picture Style Editor Ver..4 MODE D EMPLOI Contenu de ce mode d emploi Picture Style Editor est abrégé en PSE. Dans ce mode d emploi, les fenêtres utilisées

Plus en détail

3.5.1 Introduction: image bitmap versus image vectorielle

3.5.1 Introduction: image bitmap versus image vectorielle 3.5.1 Introduction 3.5.2 Principe 3.5.3 Avantages et Inconvénients 3.5.4 Applications 3.5.5 Logiciels sur Internet PLAN 3.5.1 Introduction: image bitmap versus image vectorielle Lorsque l'on affiche une

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

JPEG, PNG, PDF, CMJN, HTML, Préparez-vous à communiquer!

JPEG, PNG, PDF, CMJN, HTML, Préparez-vous à communiquer! JPEG, PNG, PDF, CMJN, HTML, Préparez-vous à communiquer! 1 / Contexte L ordinateur La loi du nombre La numérisation = codage d une information en chiffres binaire : 0 1 («bit») 8 bits = 1 octet 1ko = 1024

Plus en détail

Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur

Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur Adobe Illustrator Logiciel de dessin vectoriel et de Cartographie Assistée par Ordinateur I- Ouverture d une nouvelle feuille de travail Fichier / Nouveau (ou ctrl + N) Indiquer dans la fenêtre qui s ouvre

Plus en détail

Fête de la science Initiation au traitement des images

Fête de la science Initiation au traitement des images Fête de la science Initiation au traitement des images Détection automatique de plaques minéralogiques à partir d'un téléphone portable et atelier propose de créer un programme informatique pour un téléphone

Plus en détail

Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Proposé par Monique Saint-Georges et Claudine Comte, IUFM Limousin

Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Proposé par Monique Saint-Georges et Claudine Comte, IUFM Limousin Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Résumé : En proposant aux élèves de tester différents stylos feutres, cette première séquence leur permet de découvrir que les couleurs peuvent être

Plus en détail

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX Objectif : Indiquer les règles de base de colorimétrie en coiffure (échelle de tons, reflets) LA COLORIMETRIE Du soleil nous parvient la lumière du

Plus en détail

Exporter (2) Ouvrir/Enregistrer Importer/Exporter (3)

Exporter (2) Ouvrir/Enregistrer Importer/Exporter (3) Formats de fichier Une des choses la plus difficile est de passer d'un logiciel à l'autre. Ils sont parfois plus ou moins compatibles. Certains logiciels «préfèrent» certains formats de fichier. Le tableau

Plus en détail

LES COULEURS DE LA LUMIERE

LES COULEURS DE LA LUMIERE LES COULEURS DE LA LUMIERE Répertoire de questions et de représentations mentales erronées d étudiants normaliens sur le thème de la lumière. Questions - réponses. Références livresques et électroniques.

Plus en détail

TD : Codage des images

TD : Codage des images TD : Codage des images Les navigateurs Web (Netscape, IE, Mozilla ) prennent en charge les contenus textuels (au format HTML) ainsi que les images fixes (GIF, JPG, PNG) ou animée (GIF animée). Comment

Plus en détail

GIMP 2 : ouvrir et enregistrer une image

GIMP 2 : ouvrir et enregistrer une image GIMP 2 : ouvrir et enregistrer une image 11-2012 Ouvrir une nouvelle image Aller dans «Fichier/Nouvelle image» La fenêtre ci-dessous s ouvre (1) (2) Choisir les dimensions de l image (1), l unité (2) Choisir

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

CST-RT021-part 3:2013

CST-RT021-part 3:2013 CST-RT021-part 3:2013 Annexe sur les transformations couleur Groupe de travail CST-RT-021-MFFW Nom Version Auteur Date de publication CST-RT021-part3:2013 1 François Helt 24 mars 2014 CST-RT021-MFFW 1.1

Plus en détail

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches.

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. QUEL CHOIX D OUTILS ET QUELLE METHODE, POUR QUEL OBJECTIF? Il existe différentes techniques de détourage. De la plus simple à la plus délicate,

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Sur trois couches, on obtient donc 2563 = 16 777 216 de couleurs, soit 24bpp (Bit Per Pixel).

Sur trois couches, on obtient donc 2563 = 16 777 216 de couleurs, soit 24bpp (Bit Per Pixel). Camera raw La fonction Camera Raw d'adobe Photoshop permet d'accéder facilement et rapidement aux images au format «raw» (brut), utilisé par de nombreux appareils photo numériques professionnels et milieu

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop

Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop par Rémi BORNET le 29/12/2009 Beaucoup de personnes n'arrivent pas à obtenir de bons résultats en photos sous UV et ne trouvent pas de conseils. Cet

Plus en détail

GRAPHISME SUR ORDINATEUR

GRAPHISME SUR ORDINATEUR LE GRAPHISME SUR ORDINATEUR UNE HISTOIRE DE POINTS... 1 ) L'information : Sa «dimension» : le pixel Sa profondeur 2 ) La représentation de l'information : Sur écran, sur papier Le dpi 3 ) L'acquisition

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Opérations de base sur ImageJ

Opérations de base sur ImageJ Opérations de base sur ImageJ TPs d hydrodynamique de l ESPCI, J. Bico, M. Reyssat, M. Fermigier ImageJ est un logiciel libre, qui fonctionne aussi bien sous plate-forme Windows, Mac ou Linux. Initialement

Plus en détail

5.1.1 Histogrammes : définition et utilité

5.1.1 Histogrammes : définition et utilité PLAN 5.1.1 Histogrammes : définition et utilité 5.1.2 Histogrammes des images en niveaux de gris 5.1.3 Histogramme des images couleurs 5.1.4 Courbes de modification des histogrammes 5.1.5 Applications

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

INFO 2 : Traitement des images

INFO 2 : Traitement des images INFO 2 : Traitement des images Objectifs : Comprendre la différence entre image vectorielle et bipmap. Comprendre les caractéristiques d'une image : résolution, définition, nombre de couleurs, poids Etre

Plus en détail

DÉCOUVERTE DE CAPTURE ONE

DÉCOUVERTE DE CAPTURE ONE Page 1/12 DÉCOUVERTE DE CAPTURE ONE PREMIERS PAS Lorsqu'on a l'habitude ce logiciel on effectue toutes les opérations ( ou presque avec lui ), y compris le transfert des fichiers depuis l'apn vers le disque

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Point, ligne oblique, cercle, contraste

Plus en détail

Les bases de l étalonnage avec Adobe Premiere Pro Formation de Duduf http://www.duduf.training

Les bases de l étalonnage avec Adobe Premiere Pro Formation de Duduf http://www.duduf.training Les bases de l étalonnage Formation de Duduf http://www.duduf.training I - Régler les contrastes Luminosité, niveaux, gamma... Forme d onde Y/C, Correcteur de luminance II - Régler la saturation Vivacité

Plus en détail

2012/2013 Le codage en informatique

2012/2013 Le codage en informatique 2012/2013 Le codage en informatique Stéphane Fossé/ Marc Gyr Lycée Felix Faure Beauvais 2012/2013 INTRODUCTION Les appareils numériques que nous utilisons tous les jours ont tous un point commun : 2 chiffres

Plus en détail

Création de maquette web

Création de maquette web Création de maquette web avec Fireworks Il faut travailler en 72dpi et en pixels, en RVB Fireworks étant un logiciel dédié à la création de maquettes pour le web il ne propose que les pixels pour le texte

Plus en détail

Mathématiques/Sciences Physiques Séance N 8 Codage d une image numérique

Mathématiques/Sciences Physiques Séance N 8 Codage d une image numérique Mathématiques/Sciences Physiques Séance N 8 Codage d une image numérique INTRODUCTION Une image numérique est un ensemble discret de points appelés PIXELS (contraction de PICTure ELements). Elle a pour

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Formats d images. 1 Introduction

Formats d images. 1 Introduction Formats d images 1 Introduction Lorsque nous utilisons un ordinateur ou un smartphone l écran constitue un élément principal de l interaction avec la machine. Les images sont donc au cœur de l utilisation

Plus en détail

L ARPENTEUR DU WEB : PIGMENTS, COLORANTS, SYNTHÈSE DES COULEURS

L ARPENTEUR DU WEB : PIGMENTS, COLORANTS, SYNTHÈSE DES COULEURS L ARPENTEUR DU WEB : Le thème «couleur des objets» est récurrent dans les programmes de sciences physiques de collège et de lycée. Les parties abordées sont d une extrême richesse et diversité, et permettent

Plus en détail

On représente le modèle RGBspatialement par un cube.

On représente le modèle RGBspatialement par un cube. Chapitre 5 : modèles et espaces perceptuels, modèles et espaces physiques corrigés 1 Modèle RGB et modèles perceptuels 1.1CubeRGB Dans le modèle RGB, une couleur est représentée par un triplet de nombres

Plus en détail

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable Spectrocolorimètre d'imagerie portable X-Rite RM200QC Le spectrocolorimètre d'imagerie RM200QC d X-Rite permet d'établir un lien entre l'apparence de la couleur et la couleur des matériaux des lots entrants

Plus en détail

Projet Matlab/Octave : segmentation d'un ballon de couleur dans une image couleur et insertion d'un logo

Projet Matlab/Octave : segmentation d'un ballon de couleur dans une image couleur et insertion d'un logo Projet Matlab/Octave : segmentation d'un ballon de couleur dans une image couleur et insertion d'un logo Dans ce projet, nous allons réaliser le code qui permet d'insérer sur une image, un logo sur un

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Calibrage du moniteur avec Monitor Profiler de Little CMS

Calibrage du moniteur avec Monitor Profiler de Little CMS Calibrage du moniteur avec Monitor Profiler de Little CMS Introduction : Ce petit utilitaire permet donc de créer un profil dédié au moniteur afin d'améliorer le rendu des couleurs. On verra comment charger

Plus en détail

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB Ce document, écrit par des animateurs de l IREM de Besançon, a pour objectif de présenter quelques unes des fonctions du logiciel Scilab, celles qui sont spécifiques

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

RETOUCHE D IMAGES AVEC PHOTOFILTRE (V. 6)

RETOUCHE D IMAGES AVEC PHOTOFILTRE (V. 6) RETOUCHE D IMAGES AVEC PHOTOFILTRE (V. 6) PhotoFiltre est un logiciel gratuit qui permet d effectuer quelques retouches de base aux photos venant d appareils photo numériques ou scannées. On peut le télécharger

Plus en détail

Interface PC Vivago Ultra. Pro. Guide d'utilisation

Interface PC Vivago Ultra. Pro. Guide d'utilisation Interface PC Vivago Ultra Pro Guide d'utilisation Version 1.03 Configuration de l'interface PC Vivago Ultra Configuration requise Avant d'installer Vivago Ultra sur votre ordinateur assurez-vous que celui-ci

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS LOGIQUE COMBINATOIRE. SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 07 DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS 43 SIMPLIFICATION DES EQUATIONS BOOLEENNES Leçon 7 Le rôle de la logique combinatoire est de faciliter la simplification des circuits électriques. La simplification

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Couleur : de la perception au traitement

Couleur : de la perception au traitement Couleur : de la perception au traitement Title background : Rotating snakes illusion, by Akiyoshi KITAOKA Antoine Manzanera ENSTA-ParisTech / U2IS Introduction à la Couleur Couleur : perception, formalismes,

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Document 3 : QUESTIONS :

Document 3 : QUESTIONS : Ex 1 : Nouvelle Calédonie 2012 Document 1 : Une opération ordinaire Nathalie a 28 ans. Elle est myope. Rien de bien méchant, le défaut est évalué à 3 dioptries à droite et 4 à gauche. Mais cela suffit

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

TITRE PARTIE TITRE SECTION. Faire des anaglyphes avec CatiaV5

TITRE PARTIE TITRE SECTION. Faire des anaglyphes avec CatiaV5 TITRE PARTIE TITRE SECTION Faire des anaglyphes avec CatiaV5 1 SOMMAIRE SOMMAIRE 1. QU'EST-CE QU'UN ANAGLYPHE? 3 2. LES LOGICIELS A INSTALLER 5 3. CREATION D'UN ANAGLYPHE FIXE 6 4. CREATION D'UN ANAGLYPHE

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

Tp_chemins..doc. Dans la barre "arche 2" couleur claire 1/5 21/01/13

Tp_chemins..doc. Dans la barre arche 2 couleur claire 1/5 21/01/13 TP de création : utilisation des chemins vectoriels Finis les mauvais rêves : vous aurez enfin votre dreamcatcher (Indienss des Grands Lacs) 1 ) Créez une nouvelle image de 300 pixels sur 600 pixels en

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Initiation à linfographie

Initiation à linfographie Ce support de cours de l Agence universitaire de la Francophonie est distribué sous licence GNU FDL. Permission vous est donnée de copier, distribuer et/ou modifier ce document selon les termes de la Licence

Plus en détail

Guide et règles de la signature

Guide et règles de la signature Guide et règles de la signature Guide et règles de la signature de Bravo Location Rentals Inc. Introductions Le logo reste la propriété de Bravo Location Rentals Inc. L identité graphique de Bravo Location

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Les images numériques. 1. Le dessin vectoriel

Les images numériques. 1. Le dessin vectoriel Les images numériques 1 Le dessin vectoriel 2 Les images bitmap 3 Image en noir et blanc 4 Les codages de la couleurs 5 La synthèse additive (RVB) 6 La synthèse soustractive 7 Les couleurs indexées 8 Comment

Plus en détail

COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs

COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs COLORIMÉTRIE : Caractéristiques de l œil humain spectre des couleurs I Caractéristiques physiques et physiologiques de la vision Avant d examiner les caractéristiques et phénomènes de la vision, il est

Plus en détail

IMAGE NUMERIQUE : NUMERISATION-TRAITEMENT- RETOUCHES

IMAGE NUMERIQUE : NUMERISATION-TRAITEMENT- RETOUCHES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION IMAGE

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

PREMIERS PAS SUR INTERNET AVEC INTERNET EXPLORER 7

PREMIERS PAS SUR INTERNET AVEC INTERNET EXPLORER 7 BIEN VIVRE A SAINT ALBAN LEYSSE PREMIERS PAS SUR INTERNET AVEC INTERNET EXPLORER 7 Les Réseaux Un réseau est constitué de plusieurs ordinateurs pouvant communiquer ensemble. Un réseau commence avec 2 ordinateurs

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Chapitre 22 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web

Chapitre 22 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web 1 1 9 9 7 7 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web Diffusion pour le web........................ 31 Les paramètres avant l exportation................. 31 Optimisation pour le web......................

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Guide de l'utilisateur de l'utilitaire d'installation de caméra Avigilon

Guide de l'utilisateur de l'utilitaire d'installation de caméra Avigilon Guide de l'utilisateur de l'utilitaire d'installation de caméra Avigilon Version 4.10 PDF-CIT-D-Rev1_FR Copyright 2011 Avigilon. Tous droits réservés. Les informations présentées sont sujettes à modification

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Immersion - Vision 3D dans la RV.

Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours RVS Master II IVA Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours de Réalité Virtuelle et Simulation Master II - IVA A. Mebarki - Maître de Conférences Département d'informatique Faculté des Mathématiques

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Tutorial Photoshop : Retouche Photo: Découvrir les calques

Tutorial Photoshop : Retouche Photo: Découvrir les calques Tutorial Photoshop 7.0 / Photoshop CS / Photoshop Elements 2.0 : Découvrir les calques Photoshop 7.0 et Photoshop Elements 2.0 permettent de travailler avec des calques. Une fonction très pratique et très

Plus en détail

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*)

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Dans nos classes 645 Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Jean-Jacques Dahan(**) Historiquement, la géométrie dynamique plane trouve ses racines chez les grands géomètres de

Plus en détail

Pop-Art façon Roy Liechtenstein

Pop-Art façon Roy Liechtenstein 1 sur 6 22/01/2010 22:35 Pop-Art façon Roy Liechtenstein Ce tutoriel peut paraître loin de la photographie, mais il contient des techniques très utiles, voire indispensables en matière de retouche. 1 -

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

Question 1 : Sur votre compte-rendu, indiquer les réponses pour les positions a et b des interrupteurs.

Question 1 : Sur votre compte-rendu, indiquer les réponses pour les positions a et b des interrupteurs. 2 nde MPI Le Binaire 1 / 8 I) Le codage 1) Présentation du L informatique utilise des courants électriques, des aimantations, des rayons lumineux... Chacun de ces phénomènes met en jeu deux états possibles

Plus en détail

5.3 Comment déplacer le repère?...27 5.4 Comment décaler le repère?...28 5.5 Comment centrer le repère?...28 5.6 Comment masquer ou afficher le

5.3 Comment déplacer le repère?...27 5.4 Comment décaler le repère?...28 5.5 Comment centrer le repère?...28 5.6 Comment masquer ou afficher le Table des matières 1 Présentation...6 1.1 À qui s'adresse le logiciel?...6 1.2 Quelle est la configuration requise?...6 2 Mes premiers pas...7 2.1 Comment se procurer la documentation et le logiciel?...7

Plus en détail

Modules Multimédia PAO (Adobe)

Modules Multimédia PAO (Adobe) Modules Multimédia PAO (Adobe) Pré-requis : Bonne maîtrise de la manipulation d'un PC (environnement Windows ou Mac) et de la navigation Internet. Disposition pour le graphisme recommandée. Mémoire visuelle,

Plus en détail

Usage des photos pour Internet et pour la presse

Usage des photos pour Internet et pour la presse Usage des photos pour Internet et pour la presse Que ce soit sur Internet ou dans la presse, l'usage de photographies a la même fonction qui est d illustrer le propos. Pour bien jouer son rôle d information

Plus en détail

Tune Sweeper Manuel de l'utilisateur

Tune Sweeper Manuel de l'utilisateur Tune Sweeper Manuel de l'utilisateur www.wideanglesoftware.com Table des matières Introduction 2 Démarrage rapide 5 Recherche de doublons 9 Sélection des pistes à conserver 12 Éliminer les doublons 15

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

fiche m mo technique

fiche m mo technique fiche m mo technique les lois de la colorimétrie Les lois DE LA COLORIMétrie... Les lois de la colorimétrie s appliquent pour tous les supports du papier, à la toile aux cheveux en passant par l objet

Plus en détail

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE Les étapes essentielles: Œuvre > Numérisation > Film > Ecran > Impression - 1 : NUMERISATION DE L OEUVRE A IMPRIMER: Soit l image a été créée directement sur un ordinateur

Plus en détail

Leçon 1 : PRESENTATION ET PRISE EN MAIN DE PHOTOSHOP

Leçon 1 : PRESENTATION ET PRISE EN MAIN DE PHOTOSHOP I. CONTENU DU COURS THÉORIQUE ET PRATIQUE CHAPITREIV : CREATION DE BOUTONS Leçon 1 : PRESENTATION ET PRISE EN MAIN DE PHOTOSHOP OBJECTIF PEDAGOGIQUE OPERATIONNEL : A la fin de cette leçon, l élève doit

Plus en détail