Comportements et Gaz à Effets de Serre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comportements et Gaz à Effets de Serre"

Transcription

1 Comportements et Gaz à Effets de Serre Roman de Rafael Sciences Po Lille Junior Conseil Emmanuel Goh ENSAE Junior Etudes 1

2 2

3 Table des matières 1. L impact de nos comportements et modes sur l environnement : les grandes tendances Des évolutions sources de plus grandes pressions environnementales Ce qu il est possible de faire au quotidien dans les secteurs clés : transports, bâtiments, et consommation....7 Quelques chiffres et idées clés...7 Quelles économies possibles uniquement avec les comportements? Les expériences concrètes de réduction de la consommation par le changement de comportement...10 Expérience de la Ville d Onex ;...10 Les «ménages pilotes» à Bruxelles :...10 Paris et les foyers-témoins...10 Programme Energy Trophy...10 L état des sensibilisations et aspirations des populations vis-à-vis du changement climatique et des actes associés...12 a. Malgré une connaissance approximative du sujet, le réchauffement climatique est identifié comme principal danger environnemental...12 b. Dans l éventail des préoccupations quotidiennes, l impératif environnemental passe derrière les questions de confort et de pouvoir d achat...16 Les motivations et blocages communs pour changer les comportements : l apport de l expérience britannique «A framework for Pro-Environnemental Behaviours»...18 a. Les variables clés du rapport britannique...19 Les résultats sur la population globale...19 b. Les segmentations sociales et approches du développement durable...23 Gaz à effet de serre et provenance sociale...23 Segmentation de la population britannique...23 Recommandations du rapport britannique...26 c. Mise en place des recommandations préconisées par le rapport britannique...32 L exemple de «Act On C02» au Royaume-Uni...32 L exemple de «Every Action Counts» au Royaume-Uni...33 Retour au cas français et de l IDF : analogies entre les segmentations...35 a. Présentation de la typologie des consommateurs 2009 d Ethicity (adaptation du document de présentation publié sur le blog Ethicity)...35 a. Analogie entre les deux segmentations...38 b. Adaptation des recommandations aux segments français

4 Recommandations...46 a. Initier des comportements «égoïstes-éthiques»...46 b. Réorienter le fond des campagnes de sensibilisation pour le grand public...50 c. Pour éviter une dissociation entre sensibilisation et action : Inscrire les gestes individuels dans le social...58 Annexe 1 : Détails sur bâtiments et GES...63 I Que représente le bâtiment en termes de GES?...63 I.1: Aspect généraux autour du bâtiment...63 II. La place prépondérante du résidentiel :...67 IV Le cas du résidentiel...77 V. Quelle économie de GES possible?...79 V.2 Consommation d'énergie par usage - Secteur tertiaire...81 Annexe 2 : Comportement et transports...83 Annexe 3 : les segments britanniques...92 Annexe 4: les segments français...97 Annexe 5 : Les villes de l IDF de plus de 2000 habitants par segment...99 Quelles sont les modifications de comportement faisables sans changement structurel et de quel ordre de grandeur seraient les économies de GES induites par ces changements? Notre étude cherchera à percevoir quelle part des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) peut être réduite dans les secteurs du transport et du bâtiment, grâce à des modifications de comportement. Il sera intéressant de voir de combien la seule application de gestes plus respectueux de l environnement, et dont le consentement à payer parait acceptable, réduit nos émissions. Sachant que le facteur 4, -75% d émission de GES d ici 2050 par rapport aux émissions de 1990 est l objectif national1. Dans un premier temps, nous établirons un bilan des tendances de notre mode de vie et de leurs conséquences sur l environnement, puis nous tenterons de voir quelles sont les économies de GES possibles en appliquant une série d éco-gestes. Dans un deuxième temps, nous chercherons à voir quel est l état des sensibilisations des Français par rapport aux problématiques du changement climatique. Puis dans une troisième et une quatrième partie, nous reprendrons les segmentations qui ont été effectuées par le département «Comportements» du ministère de l environnement britannique et en France par le cabinet Ethicity en collaboration avec l Ademe. Enfin, nous établirons les pistes de recommandations qu il nous paraît être intéressant de développer afin de contribuer à rendre les comportements plus respectueux de l environnement. 1 Inscrit pour la première fois dans la Stratégie Nationale de Développement Durable de

5 1 L impact de nos comportements et modes sur l environnement : les grandes tendances 1. Des évolutions environnementales sources de plus grandes pressions Le tableau suivant, disponible sur le site du SOes (ex-ifen)2, permet de se rendre compte de l évolution des consommations et de nos modes de vies. Il s agit de la consommation finale en euros par poste par habitant. Elle permet de se faire une idée des nouvelles pratiques des individus en matière de consommation. A noter qu il faut prendre en compte l élévation du pouvoir d achat, qui fait qu aujourd hui on peut aller beaucoup plus loin avec un avion low-cost qu en rubrique ménage ou activité et environnement 5

6 Ces données permettent de constater que notre mode de vie, découlant du modèle de consommation érigé lors des 30 glorieuses, accroît la pression de l homme sur l environnement. En effet, le transport, le logement, les loisirs, les TIC (communications) sont des secteurs de consommation en pleine croissance. Ce sont ces mêmes secteurs que nous retrouvons dans ce tableau de l IFEN montrant les différentes sources de GES : 6

7 2. Ce qu il est possible de faire au quotidien dans les secteurs clés : transports, bâtiments, et consommation. Quelques chiffres et idées clés Le bâtiment est un secteur particulièrement important, à l origine de 23% des GES français3. Dans ce secteur, les comportements ont une influence sur la consommation énergétique. Il est possible d agir directement sur la demande énergétique par plusieurs biais : - Une meilleure optimisation de la consommation des appareils ménagers (éteindre les veilles, utiliser mieux les machines à laver etc.) - Une meilleure utilisation du chauffage (qui peut représenter jusqu à 70 % de la consommation énergétique d une habitation). - Un meilleur choix des appareils à l'achat, en choisissant les plus économes. Rappelons que depuis l étiquette européenne, le réfrigérateur moyen consomme 10 fois moins qu auparavant. Les transports sont un secteur fortement responsable de l'accroissement de la consommation d'énergie en France, ainsi que des émissions de polluants et de gaz à effet de serre. La part du 3 Chiffre avancé par l Ademe. 7

8 secteur est en 2006 de plus de 26 % et l'on observe un quasi doublement de sa consommation depuis C'est le transport routier qui domine de manière écrasante le bilan énergétique. Il représente 80 % de la consommation d'énergie, tous modes de transport confondus. En Ile de France, le transport est responsable de 31,8 % des émissions de CO2, et il est majoritairement responsable des émissions de NOX (52,2 %), de CO (76,9 %) ou de particules (36,2 %)4. Dans ce secteur, il est possible d adopter des comportements plus respectueux de plusieurs manières : - Utiliser des transports «doux» (Marche à pieds, vélo ) - Utiliser les transports en commun (Bus, Tramway et métro, train) - Utiliser une voiture à plusieurs (Autopartage, covoiturage) - Bien choisir son véhicule - Adopter l éco-conduite (Adapter sa vitesse, démarrer le moteur en douceur ) La consommation. Indirectement, nos choix de consommation ont des effets sur les GES. Une bouteille de lait d un produit Tetrapak pollue moins qu une bouteille en plastique5. Cumulés, ces choix peuvent être très importants, surtout lorsqu ils concernent de l'électroménager, une voiture, un type de chaudière ou encore une façon de conduire. Cela nécessite de réfléchir aux conséquences de nos actes les plus quotidiens. La partie suivante est un aperçu de ce qu il est possible de faire grâce à l étude sur le bâtiment du CREDOC ainsi que les résultats obtenus à partir d expériences concrètes. Nous avons par ailleurs consacré deux annexes (1 et 2) à aborder plus en profondeur les secteurs du bâtiment et des transports. Quelles économies possibles uniquement avec les comportements? Les comportements individuels ont des effets directs sur nos émissions de gaz à effet de serre. Plusieurs études ont cherché quelles pouvaient être concrètement les réductions possibles par l adoption d une série d éco-gestes. C est le cas notamment de l étude du CREDOC6 détaillée ci après. Sur le modèle de ce qu il avait fait à propos de la consommation d eau, le CREDOC a réalisé une simulation de deux familles composées de 4 personnes. L une est la famille Gaspi et l autre AntiGaspi. On observe grâce à cette simulation, que les consommations des deux familles en KWh par an passent de pour la famille gaspi à 2719 Kw/h pour l autre famille. Les chiffres paraissent impressionnants. D une famille à l autre, on constate 75 % de différence! Bien entendu, il s agit là de deux extrêmes. La deuxième partie de l étude nous montre l économie réalisée par rapport à la moyenne (sachant qu on suppose dans ce cas que les familles se chauffent à l électricité). On constate que par l adoption des quelques gestes dans la famille AntiGaspi, on arrive à une économie en équivalent CO2 de 4 : 6 Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vies 5 8

9 1481*0.09 = 133 kg de CO2, soit une réduction de 35% par rapport à la moyenne et 75% par rapport à l hypothèse «gaspi». Ainsi, si l on s en réfère au CREDOC, par l adoption de gestes simples dont le consentement à payer ne paraît pas insurmontable, une famille économe peut réduire sa facture énergétique et ses émissions de GES de 35% par rapport à la moyenne française. Document du CREDOC : Simulation de consommations d énergie annuelles de deux familles de 4 personnes et comparaison avec les consommations moyennes7. 7 A. Dujin, G Poquet, B. Maresca, La maitrise de la consommation dans les domaines de l eau et de l énergie, CREDOC, Novembre

10 3. Les expériences concrètes de réduction de la consommation par le changement de comportement L approche des ménages pilotes permet de mesurer les économies de GES possibles en modifiant les comportements. Expérience de la Ville d Onex ; La Ville d Onex, en Suisse, a mis en œuvre une expérimentation de «ménage pilote» dans le cadre de son agenda 21. L expérience consiste à inviter certains ménages à adopter une série d éco-gestes au quotidien et de suivre les économies réalisées de ce fait. Pour le moment, les ménages concernés ont réduit, en moyenne, leurs émissions de CO2 de 8% tous usages confondus. Les «ménages pilotes» à Bruxelles : Une expérience similaire en Belgique entre novembre 2005 et avril 2006, avait permis à 200 ménages Bruxellois de réduire leurs émissions de 13%, soit 850 kg de CO2 par an et par ménage. Ces deux exemples sont encore loin des 35% indiqués plus haut, mais il faut prendre en compte qu ils sont en cours de réalisation et n ont donc pas abouti aux objectifs finaux. De plus, une baisse de 13% de CO2 en une année est déjà une performance intéressante qui dépasser de loin les objectifs de Kyoto pour ces pays. Paris et les foyers-témoins La mairie de Paris a également mis en œuvre le même type d expérience avec des «foyers-témoins» dans le XIe arrondissement en L expérience portait sur la réduction des déchets uniquement. L expérience consistait à remettre un kit pour apprendre les éco-gestes quotidiens aux 40 familles de l expérience, ils faisaient également l objet du suivi d une animatrice. Au terme de l expérience, on constatait une diminution de 18% des déchets. Programme Energy Trophy On peut également citer une approche «concours» qui concerne la mise en place d une dynamique éco-responsable sur l ensemble d une structure. Ainsi le programme Energy Trophy a permis des avancées tout à fait remarquables. Le programme Energy Trophy aide à observer les tendances possibles pour le tertiaire. Le concours consiste en effet à faire réaliser des économies d énergie aux participants grâce au changement de comportements, c'est-à-dire à bâtiment constant et par le biais de sensibilisation interne. Il est coordonné par le Centre international de ressources et d innovation pour le développement durable (Ciridd). 10

11 Voici une liste des gagnants de l Energy Trophy et les économies réalisées En , c est l entreprise Britannique Centrica Business Services qui a remporté le prix. L entreprise a réduit sa consommation d énergie de 31%. Pour se faire, elle a diagnostiqué et optimisé l utilisation des appareils électriques en dehors des heures d ouverture et a mené une sensibilisation des employés à la maitrise de l énergie. Le prix allemand de cette année a été remporté par la Dresdner Bank AG à Berlin, qui a réduit sa consommation électrique de 19% et l utilisation du chauffage de 21%. Les autres gagnants du challenge européen «Energy Trophy» 2004/2005 sont : - Ducati Motor spa (Prix national italien avec 15,6% d'économie) Electricité de France (Prix national français avec 7 % d'économie) Biopetrol Kft (Prix national hongrois avec 13,4% d'économie) Książnica Beskidzka (Prix national polonais avec 11,9% d'économie) Catégorie 1: Meilleure conservation d énergie dans des bâtiments à «bas niveau de consommation» (< 219 kwh/m²/a) à travers l UE (en %): 1. Library Silistra (Bulgarie), 29 % d économie CA Puy-en-Velay (France), 27 % d économie Umweltamt Graz (Autriche), 25 % d économie Catégorie 2: Meilleure conservation d énergie dans des bâtiments à «haut niveau de consommation» (> 219 kwh/m²/a) à travers l UE (en %): CG de la loire à ROANNE (France), 42 % d économie Eesti Krediidipank (Estonie), 28 % d économie JSC Dzukija construction (Lituanie), 40 % d économie Classement France - Pour la catégorie : Meilleure réduction de consommation d énergie dans des bâtiments à niveau de consommation initial inférieur à 219 kwh/m²/an, le classement est le suivant : 1. Crédit Agricole de Vals-Près-Le Puy (Haute-Loire) : 27,23 % 2. Oxbow à Mérignac (Gironde) : 20,68 % 3. CDIS 42 à Saint-Etienne (Loire) : 17,22 % - Pour la catégorie : Meilleure réduction de consommation d énergie dans des bâtiments à niveau de consommation initial supérieur à 219 kwh/m²/an, le classement est le suivant : 1. Conseil Général de la Loire à Roanne (Loire): 40,46 2. Conseil Général de la Loire à Saint-Etienne (Loire) : 31,50 % 3. Direction Départementale de l'equipement de la Loire à Saint-Etienne (Loire) : 24,56% On constate bien que le biais «réduction par le comportement» peut être une source de réduction telle que prévue dans les modélisations précédentes! Woodstock Hydro Inc. L entreprise Canadienne : Woodstock Hydro Inc a équipé dans les années 1990 ses clients de compteurs intelligents et leur propose un système de paiement à l avance : «pay as you go». Ce 11

12 système optionnel propose aux clients d acheter par avance une carte à puce que l on insère dans un boitier une fois arrive chez soi. Cette carte dispose d un certain nombre de crédits qui correspondent à la consommation en électricité demandée. Aujourd hui environ 2500 clients de Woodstock Hydro ont adhéré a ce programme, soit 25% des clients résidentiels du distributeur. Chaque année, ce système séduit 3% de clients supplémentaires, pour un coût additionnel de 7.50$ par mois. Par cette information donnée aux consommateurs, assorti d un dispositif de paiement différents, l entreprise constate que la moyenne de consommation des clients utilisant les compteurs classiques et le système de paiement conventionnel est de 23% supérieure à celle des clients équipés de compteurs intelligents8. Au terme de ce passage en revue de quelques exemples, nous nous sommes interrogé sur l état actuel de l opinion française. Sommes-nous prêt à changer nos comportements? 2 L état des sensibilisations et aspirations des populations vis-à-vis du changement climatique et des actes associés Source : ADEME Etude «Les ménages apprivoisent la maitrise de l énergie à la maison» L ADEME a réalisé une série d études «Stratégie et Changement», qui ont particulièrement attiré notre attention car elles permettent de mieux comprendre comment les Français pensent le développement durable. On constate globalement une prise de conscience du changement climatique et des impératifs environnementaux, mais cette prise de conscience cède le pas devant les questions de confort. a. Malgré une connaissance approximative du sujet, le réchauffement climatique est identifié comme principal danger environnemental Une première constatation est le passage du réchauffement climatique comme première source de préoccupation environnementale : 8 12

13 Le réchauffement climatique passe de la troisième place en 2005 à la première en On peut également préciser que le réchauffement climatique est perçu comme une menace, puisque 61% des personnes interrogées estiment que le réchauffement climatique rendra les conditions de vie extrêmement difficiles. Il est intéressant de noter que l étude montre quelques nouvelles prises de conscience et quelques erreurs d appréciation persistantes. Par exemple, on constate une surévaluation du rôle des bombes aérosols dans les gaz à effet de serre, qui est en réalité due à la confusion entre la problématique du trou de la couche d ozone et les gaz à effet de serre. Les activités évaluées comme responsables de l effet de serre sont en grande partie des activités ayant été portées par les médias et les ONG (déforestation, industrie, nucléaire qui pourtant ne rejette pas de CO2). Cette logique répond également à une intuition, la cheminée d industrie crachant une fumée noire étant probablement un symbole répandu représentatif de la pollution. 13

14 En ce qui concerne les décisions à prendre, il est assez intéressant d observer que les premiers choix s orientent instinctivement vers les transports comme domaine où on pourrait être le plus efficace en matière de lutte contre les GES. L importance du bâti commence à être connue, puisque l on observe une nette évolution des questions d isolation du logement et d utilisation d appareils ménagers moins énergivores. 14

15 Ajoutons que les ménages ont une meilleure connaissance de leurs actes sur l environnement et agissent, pour peu qu ils soient informés. 15

16 b. Dans l éventail des préoccupations quotidiennes, l impératif environnemental passe derrière les questions de confort et de pouvoir d achat La préoccupation environnementale passe derrière les préoccupations sociale et économique. La préoccupation «environnement et pollution», reste citée en 5e ou 6e place, derrière les préoccupations citées dans le baromètre suivant. Les politiques doivent donc se saisir de cet état de fait pour intégrer économique, social, et environnement. De plus, il existe un décalage entre les craintes et les contraintes acceptées par les consommateurs pour des raisons environnementales. On constate ainsi que seulement 20% des interrogés accepteraient une augmentation modérée des prix des carburants. Pour l Ademe, beaucoup de gens subissent leurs modes de transport, le transport en commun n est possible que dans certaines agglomérations et en fonction des revenus ménagers, puisque habiter près de son lieu de travail reste parfois un luxe.

17 D une manière générale, on constate que plus la mesure défendue touche au portefeuille, moins elle est acceptée. En revanche, il semble que les mesures visant à interdire un comportement pour modifier les habitudes sont bien acceptées. Ainsi, les consommateurs changent difficilement leurs habitudes mais acceptent que des limites soient imposées. Par exemple, limiter la vitesse des automobiles ou interdire les 4X4 sont des mesures relativement bien acceptées. D'autre part, les mesures visant à déplacer certains modes de consommation plus polluants vers des consommations moins polluantes, sont bien acceptées. Probablement parce qu elles concernent une part moins importante de la population. Si l on s en tient à ces études de l Ademe, les décisions règlementaires sur le modèle de ce qui a été fait pour les ampoules à incandescence (progressivement retirées du marché), semblent être les mieux acceptées par le public. L Ademe conclut ainsi son document Stratégie et étude N 9 : «Dans le domaine du bâtiment et concernant l impact des consommations des ménages dans leur logement, les résultats montrent combien la prise de conscience est croissante, ce qui devrait aller de pair avec une acceptabilité grandissante des mesures réglementaires. D autant que dans le cadre du Grenelle, les dispositifs incitatifs tels que les éco-prêts à taux zéro ou le crédit d impôt sont en voie d être mis en place ou renforcés, autant d atouts pour transformer la sensibilité acquises en actes concrets.»

18 3 Les motivations et blocages communs pour changer les comportements : l apport de l expérience britannique «A framework for Pro-Environnemental Behaviours» DEFRA (Department for Environment, Food and Rural Affairs // l équivalent du ministère de l environnement au Royaume-Uni) a constitué un département (Behaviours unit) chargé de s occuper exclusivement des questions comportementales dans une logique de développement durable. Ses experts ont publié en janvier 2008 une étude sur les comportements pro-environnementaux des ménages : A Framework for Pro-Environmental Behaviours9. L objectif de l étude est de mettre en évidence l existence de différences entre les comportements désirés/envisagés des ménages et leurs actes concrets. Elle s interroge sur les déterminants des choix régissant les comportements des individus afin de pouvoir expliquer ces écarts. Une fois ce travail réalisé, l étude britannique se veut être force de proposition et étudie comment influencer nos comportements. Avant d entrer en détail dans le corps du rapport, il est important d expliquer en quoi cette étude comparative s intègre dans notre sujet, de nature bien plus spécifique puisqu il ne concerne que l Ile de France. Tout d abord, s agissant de l objet du problème, la mission du rapport britannique est très proche de celle qui nous a été confiée : «comment agir sur les comportements pour réduire les émissions de GES?». La behaviours unit de DEFRA, composée de nombreux experts, a disposé de deux années pour rendre ses conclusions. Elle a donc procédé à des analyses et à des calculs statistiques (par exemple sur les questions des moyens d action à la disposition des pouvoirs publics) que nous ne pouvions pas envisager et que nous souhaitons donc reprendre comme base de notre travail. Le rapport britannique répond dans un premier temps au sujet en considérant la population dans sa globalité. Cela permet de mettre en évidence un certain nombre de motivations et de barrières communes à la population sur lesquelles il faut communiquer. Ensuite, DEFRA met en évidence que les sensibilités de la population par rapport au développement durable sont très hétérogènes et qu il est nécessaire de la segmenter. Cette segmentation caractérisée par les variables de CSP, d âge et de niveau d étude a donc été construite sur la base de ces sensibilités. Cela permettait par la suite d énoncer des recommandations par segment, par définition beaucoup plus précises. Notre moyen est donc la suivante : nous étudions le rapport britannique afin de comprendre quels sont les déterminants d une communication réussie à l ensemble de la population. Nous établissons ensuite une analogie entre les segments de population identifiés par DEFRA et ceux du cabinet de conseil en développement durable ETHICITY10, qui font référence en France. Nous appliquons et adaptons alors les recommandations par segment du rapport britannique aux segments français. L étape finale de notre démarche consiste ensuite à déterminer les zones géographiques en Ile de France propres à chaque segment afin de savoir où il faut communiquer et sur quoi. Nous avons effectué cette dernière étape en travaillant sur les données de recensement de la population par commune de l INSEE

19 a. Les variables clés du rapport britannique Douze variables principales de comportement ont été sélectionnées et classées en fonction de leur impact sur l environnement et de leur difficulté d exécution. Parmi elles, celles relatives aux transports personnels et aux dépenses énergétiques des foyers à leur domicile nous intéressent particulièrement : Transports Utiliser des véhicules plus propres Eviter d utiliser la voiture pour les trajets courts Eviter de prendre l avion lorsque cela n est pas nécessaire (courtes distances) Habitats Installer des isolants Mieux gérer sa consommation d énergie Installer des micros générateurs d énergie (panneaux solaires, éoliennes ) Dans une première partie, nous abordons le problème de manière globale, c'est-à-dire en essayant de synthétiser ce que l on peut dire sur la population britannique prise dans sa globalité. Dans une seconde partie, nous traiterons de la question des spécificités par rapport au développement durable des différents segments de la population, ceci afin d obtenir un diagnostic plus fin de la situation actuelle en vue de recommandations. Les résultats sur la population globale Les différentes enquêtes menées par DEFRA (DEFRA Attitudes and Behaviour Survey 2007) fournissent l impact des ménages, l état de la situation actuelle, la volonté d agir ainsi que la capacité à agir. Le résultat de cette étude est retranscrit dans les deux représentations suivantes. La première figure croise l impact environnemental d une action avec sa récurrence dans les comportements actuels.

20 Figure - Croisement de l impact et de la mise en pratique actuelle des comportements On constate que les actions ayant le plus d impact négatif sur les émissions de GES (éviter de prendre l avion, acheter une voiture propre, moins utiliser sa voiture pour les courts trajets), sont aussi celles qui sont les moins d actualité car elles sont coûteuses en termes d efforts consentis. Cependant, l étude a montré qu il existait une possible évolution, c est l objet de la deuxième figure qui croise volonté et capacité à agir.

21 Figure Croisement de la volonté et de la capacité à agir On constate ici que la plupart des actions se sont déplacées, permettant ainsi d en déduire que des actions qui ne sont pas dans les mœurs aujourd hui ne le sont pas uniquement par refus mais sûrement par des contraintes de différentes natures. Acheter des voitures propres et moins utiliser sa voiture pour les courts trajets se déplacent sensiblement vers une volonté d agir «moyenne», alors qu ils constituaient des comportements «rares». D autre part, on remarque que les comportements «installer des isolants» et «installer des microgénérateurs», sont bloqués par une «faible capacité à agir», probablement pour des raisons financières. A partir de ces quelques constatations de bon sens, l étude établit les motivations et les barrières communes aux comportements cibles, c'est-à-dire aux comportements plus respectueux de l environnement. L identification des motivations et des barrières permet de mieux orienter les campagnes de communication et les actions publiques.

22 Motivations communes : -Sensation de bien-être, d effectuer une action bénéfique, altruiste, sociale. La moitié de la population considère que cela vaut la peine de faire des efforts, même si les autres ne le font pas. Prés de la moitié de la population considère les questions environnementales prioritaires. -Les comportements cibles sont adaptés à notre mode de vie actuel et/ou sont attendus par la société. Près de la moitié de la population considère qu il est important que les comportements cibles soient adaptés à notre mode de vie actuel. -Bénéfices individuels des comportements cibles adoptés (financiers, culpabilité amoindrie). Plus de la moitié de la population se sent parfois coupable de dégrader l environnement. -Certains comportements cibles sont faciles à atteindre. -La moitié de la population pense que beaucoup de gens font des efforts de nos jours et que les actions individuelles peuvent faire la différence. Barrières communes : -Externes, limites pratiques à l adoption d un comportement (contraintes financières, limite des infrastructures ) Une personne sur trois considère le temps comme une contrainte ; une personne sur cinq est prête à consentir des efforts à condition qu'ils entrainent une économie d argent tandis que la moitié de la population est prête à payer plus pour des produits sauvegardant l environnement. -Idée que l adoption de nouveaux comportements aura un impact négatif sur la qualité de vie et réduira notre liberté actuelle. -Difficulté éprouvée à changer nos habitudes : une personne sur trois considère que faire l effort de changer une habitude est une barrière. -Idée reçue et perception négative du mode de vie «écolo». Une personne sur trois considère le mode de vie «écolo» comme alternatif et impossible à adopter par la majorité de la population. -Scepticisme par rapport au changement climatique et manque de confiance accordée aux discours des gouvernements et acteurs du secteur privé. Un quart de la population croit que les actions entreprises dans la vie de tous les jours ne contribuent pas au changement climatique.

23 b. Les segmentations sociales et approches du développement durable Les conclusions de l expérience britannique permettent de cerner l état global de la population, de même que les sondages de l ADEME sont construits sur des échantillons représentatifs de l ensemble de la société française. Pourtant, nous ne pouvons nous contenter d'un niveau aussi global. En effet, au sein même de la population, les sensibilités et les attentes par rapport aux problématiques du développement durable sont très hétérogènes comme le montre l étude C. Brand ci-dessous. Il est donc nécessaire de segmenter la population en différentes tranches afin de mener des actions plus efficaces. Gaz à effet de serre et provenance sociale Une étude a été menée par C. Brand11 sur les transports dans le comté d Oxford. Il a recensé dans une base de données sur une année, les déplacements terrestres et aériens d un échantillon d individus. C. Brand constate que les émissions par personne liées aux transports aériens dominent (70.2%). Mais la distribution des émissions est inégale, 10% des émetteurs les plus importants sont responsables de 43% des émissions totales, alors que 10% des émetteurs les moins importants sont à l origine de 0.1% des émissions. Les 10% émettant le plus de GES ont entre 30 et 50 ans, travaillent à plein-temps et gagnent plus de livres par an. Ils prennent également 5 fois plus l avion que la moyenne, et font 2.4 fois plus de kilomètres que la moyenne nationale. L étude montre bien à quel point il est nécessaire de réfléchir par segment de population pour adapter les politiques en fonction de leurs habitudes. En l occurrence, encourager les plus aisés à adopter des comportements plus économes. Segmentation de la population britannique Les recherches de DEFRA permettent de mieux comprendre les valeurs, les comportements, les motivations et les freins au changement des différents segments de la population. Cela permet de définir des stratégies de communication différenciées. La population britannique s'élève à 59,9 millions d habitants. Les individus ont été regroupés en fonction de leur sensibilité par rapport aux comportements cibles identifiés plus haut. On obtient ainsi 7 segments que l on décrit en annexe 3 à l aide des variables CSP, âge, diplôme Segment 1 : Les sympathisants environnementaux, 18 % de la population «Je pense que nous devons faire les choses différemment afin de combattre le changement climatique. Je fais ce que je peux et je culpabilise pour le reste» 11 Segment 2 : Les attentifs au gaspillage, 12 % Christian Brand, Personnal air and car travel just don t do it!, ECEEE summer study proceedings, 2007, paper

24 «Ne pas gaspiller est important, nous devons vivre notre vie en faisant toujours attention à ce que nous faisons et ce que nous utilisons» Segment 3 : Les consommateurs inquiets, 14 % «Je pense faire plus que la plupart des gens. Cependant, voyager est important et j ai des difficultés à y renoncer. La compensation carbone me fait me sentir moins coupable» Segment 4 : Les acteurs à la marge, 14 % «Je pense que le changement climatique est un problème important. Je ne réfléchis pas trop à quelle quantité d eau ou d électricité j utilise et j oublie d éteindre les choses Je voudrais en faire un peu plus» Segment 5 : Les participants prudents, 14 % «Je fais plusieurs choses pour aider l environnement. J aimerais faire plus du moment que je vois les autres faire des efforts» Segment 6 : Les retardataires, 10 % «Je ne sais pas grand-chose du changement climatique. Je ne peux pas me payer une voiture donc j utilise les transports publics J aimerais une voiture pourtant» Segment 7 : Les non-concernés assumés, 18 % «Il y aura peut être un désastre écologique, peut être pas. Cela ne change rien pour moi, je souhaite vivre la vie que je veux» En croisant le potentiel pour faire plus et la volonté de faire plus de chaque segment, on obtient la marge de progression de chaque segment :

25 Potentiel pour faire plus Potentiel et volonté élevée Elevé 1 Sympathisants environnementaux (18%) 2 Attentifs au gaspillage (12%) «Je pense que nous devons faire les choses différemment afin de combattre le changement climatique. Je fais ce que je peux et je culpabilise pour le reste» «Ne pas gaspiller est important, nous devons vivre notre vie en faisant toujours attention à ce que nous faisons et ce que nous utilisons» 3 Consommateurs inquiets (14%) 7 Non concernés assumés (18%) «Il y aura peut être un désastre écologique, peut être pas. Cela ne change rien pour moi, je souhaite vivre la vie que je veux» Faible «Je pense faire plus que la plupart des gens. Cependant, voyager est important et j ai des difficultés à y renoncer. La compensation carbone me fait me sentir moins coupable» Volonté de faire plus 5 - Les participants prudents (14%) Elevé «Je fais plusieurs choses pour aider l environnement. J aimerais faire plus du moment que je vois les autres faire des efforts» 4 Acteurs à la marge (14%) 6 Les retardataires (10%) «Je ne sais pas grand-chose du changement climatique. Je ne peux pas me payer une voiture donc j utilise les transports publics J aimerais une voiture pourtant» Potentiel et volonté faible «Je pense que le changement climatique est un problème important. Je ne réfléchis pas trop à quelle quantité d eau ou d électricité j utilise et j oublie d éteindre les choses Je voudrais en faire un peu plus» Faible Voir rapport pour description complète des segments On peut calculer pour chaque segment et pour chaque comportement cible la capacité à agir ainsi que la volonté d agir. On peut ensuite croiser ces résultats dans un graphique comme effectué précédemment pour l ensemble de la population.

26 Figure - Projection de ces catégories sur le croisement capacité/volonté à agir Recommandations du rapport britannique A la lumière de la segmentation précédente, nous pouvons formuler des recommandations de champs d application différents : Sur la population prise dans sa globalité Le rapport britannique cerne très clairement les barrières et les motivations communes impactant la capacité aux changements de comportement des individus. On peut les regrouper en trois catégories que l on reprendra au moment de formuler nos propres recommandations.

27 Ce que font les autres est clé Je fais si tu fais, égalité des efforts consentis Normes sociales : faire évoluer les normes sociétales au-delà du recyclage Les entreprises et l Etat doivent montrer l exemple Importance du sentiment de faire personnellement la différence Manque d informations sur ce qu il est possible de faire Désirs d avoir des retours sur ses actions afin d observer que les efforts consentis sont payants Scepticisme sur le changement climatique et ses causes Déconnection entre le très faible impact des actions et l enjeu global Qu est ce que j y gagne? Sensation de bien-être par la disparition du sentiment de culpabilité Gains financiers (plutôt des économies) et mode de vie plus sain Forger son identité : faire partie d une dynamique de groupe

28 A chaque segment de population % de la population Segment 1 : Les sympathisants environnementaux, potentiel élevé 18% Recommandations Opportunités 1/ Volonté de faire plus élevée. Attitudes les plus positives et plus haut niveau de connaissances. Potentiel pour influencer les autres groupes en étant vu en train d'agir. 2/ Engagement dans les enjeux environnementaux très probable, en tant que volontaires. Engagement très probable également dans des groupes non environnementaux tels que les écoles et les groupes communautaires locaux. 3/ Grande proportion essayant de convaincre les amis ou la famille à être plus attentifs à l'environnement. Suggèrent les améliorations possibles à effectuer. 4/ Ne pensent pas que la négligence des autres groupes réduit l'impact de leurs efforts. 5/ Ils peuvent s'améliorer dans encore beaucoup de domaines, notamment les énergies renouvelables. Malgré leurs attitudes positives, ce groupe reste attaché à l'usage de la voiture et de l'avion. 6/ Ce sont de loin ceux qui sont prêts à payer le plus pour acheter des produits "propres". 7/ Pensent que le gouvernement ne fait pas assez pour combattre le changement climatique. 8/ Ils souhaitent que les gens payent à hauteur des dommages qu'ils causent à l'environnement (par exemple, une taxe proportionnelle aux kilomètres parcourus en voiture. 1/ Permettre à ce groupe d'être un leader d'opinion en s'assurant qu'ils possèdent l'information et les outils nécessaires à cette mission. Viser la majorité la moins active. 2/ Les campagnes de communication massives du gouvernement ne les touchent pas étant donné leur niveau de connaissances élevé au départ. Soutenir ce groupe lorsque qu'il s'investit dans des associations telles que celles de quartier ou des écoles. 3/ Potentiel pour renforcer l'influence de ces personnes dans les associations commerciales (par exemple plombiers ou cuisinistes) en tant que source de connaissances des comportements "propres". 4/ Possibilité de tester avec ce groupe de nouvelles initiatives. 5/ Ils sont susceptibles d'élargir le débat sur le recyclage pour l'emmener sur les comportements propres en général. 6/ Stimuler ce segment pour qu'il participe activement à la croissance des produits et services "verts". 7/ Démontrer l'impact positif sur l'environnement de leurs efforts et l'étendu des efforts du gouvernement. 28

29 % de la population Segment 2: les attentifs au gaspillage, potentiel moyen 12% Segment 3: les consommateurs inquiets, potentiel élevé 14% Recommandations Opportunités 1/ Ce segment se concentre essentiellement sur la chasse au gaspillage. 2/ Plus motivés par l'environnement local et national que l'environnement à l'échelle mondiale. 3/ Niveau de connaissances élevé (deuxième derrière segment 1) mais volonté de transmettre leurs connaissances faible. 4/ Satisfait de son degrés d'implication. 5/ Propension à soutenir le gouvernement faible lorsque les mesures sont considérées comme forçant les gens à changer leurs habitudes. 6/ Les efforts consentis par les autres segments n'est pas une barrière. Le niveau d'engagement des pays voisins en est cependant une. 7/ Resistance à conduire moins ou à moins utiliser d'avion. Cependant, il existe un potentiel pour utiliser des voitures plus "propres". 1/ Peu de chances qu'ils soient touchés par une communication directe sur les enjeux climatiques. Il faut utiliser des leviers non-environnementaux. Essayer de construire un message autour de l'éthique "pas de gâchis" et essayer de l'étendre à d'autres domaines. 2/ Cibler les comportements liés à leurs préoccupations par rapport à la modification du paysage britannique: par exemple la consommation d'eau pour le jardin. 3/ Reconnaître que même si ce groupe souhaite faire moins d'efforts que d'autres, il se situe tout de même au dessus de la moyenne nationale pour les efforts consentis. 4/ Possibilité d'utiliser une approche les encourageant à partager avec les autres segments cette aversion au gaspillage. 5/ S'engager avec ce groupe avant de mettre en place des mesures topdown. 6/ Inclure des informations sur ce que font les autres pays pour combattre le changement climatique. 7/ Informer sur l'efficacité énergétique des voitures pour modifier leurs comportements d'achat. 1/ Les inquiétudes de ce groupe portent sur le changement 1/ Opportunité réelle de motiver ce groupe à faire plus. climatique. Etre "vert" est adapté à l'identité de ce groupe et leurs Il faut peut être essayer de les convaincre par les sentiments, membres ne citent pas les barrières du manque de temps, des jouer sur l'émotion ; montrer que certains comportements efforts à consentir et l'impact sur le style de vie. 2/ Le niveau de actuels ne sont pas acceptables pour les amener à les modifier. connaissance est plus faible que ceux des groupes 1 et 2 mais la 2/ S'engager avec ce groupe avant de se lancer dans des plupart souhaite plus d'informations et faire plus. 3/Le revenu mesures "top-down" moyen de ce groupe est au-dessus de la moyenne nationale mais il se souhaite pas payer plus des produits propres dans la même mesure que le groupe 1. 4/ Le niveau d'activité du gouvernement ne va pas nécessairement les amener à changer leurs habitudes et ils ne vont vraisemblablement pas soutenir les mesures "topdown" du gouvernement. 29

30 % de la population Segment 4: les acteurs à la marge, potentiel élevé 14% Segment 5: les paticipants prudents, potentiel moyen 14% Segment 6: les retardataires, potentiel faible 10% Recommandations Opportunités 1/ Ce segment a une conception des enjeux environnementaux élevée, similaire au segment 1. Ils ne se considèrent pas comme faisant des efforts. C'est le segment où la différence entre les opinions et les comportements est la plus élevée. 2/ Ils se sentent coupables des dommages à l'environnement. Ils disent qu'ils veulent faire plus et demandent plus d'informations. Le besoin que les comportements cibles soient adaptés à leurs styles de vie est une barrière au changement. 1/ Il semblerait qu'ils aient des comportements plus propres qu'ils ne le pensent. Ils font plus d'efforts que le segment 4 mais ils réalisent moins d'actions conscientes que lui. Ils en savent un peu plus sur l'environnement que le segment 4 et souhaitent plus d'informations. 2/ Ils souhaitent faire plus mais sont pessimistes quant à l'impact de leurs actions. Ils ont besoin de voir les autres faire des efforts également. Le niveau d'action des gens les entourant, du gouvernement et des autres pays va réellement influer sur le niveau d'effort qu'ils seront prêts à consentir. Ils connaissent un certain nombre de comportements à mettre en place mais ne le font pas encore. 3/ Ils sont, et c'est surprenant, anti-voitures dans leurs comportements. Après le segment 1, c'est le groupe souhaitant le plus l'apparition d'une taxe proportionnelle aux dommages faits à l'environnement. 1/ Difficile de se faire une idée sur leurs comportements à travers un sondage étant donné leur éloignement personnel de ces enjeux. 2/ Ce segment, au niveau de vie global peu élevé, a de nombreuses priorités vitales à réaliser avant de songer à l'environnement. Leur vie quotidienne a un faible impact sur l'environnement pour des raisons essentiellement financières : voyagent peu et ne possèdent généralement pas de voitures mais souhaitent garder toute leur liberté sur ces questions. 3/ Ne reconnaissent pas le changement climatique en tant que menace crédible et n'ont pas conscience que leurs comportements y contribuent. 4/ Connaissances des enjeux très faibles et volonté d'information faible. 1/ Le défi consiste à les amener à penser simultanément à l'environnement et à leurs comportements actuels. Il faut adapter les comportements cibles pour qu'ils soient en adéquation avec leurs principes. 2/ La culpabilité par rapport au changement climatique est un enjeu important pour la plupart des segments. Il faut chercher à savoir dans quelle mesure ce sentiment de culpabilité peut devenir une motivation et communiquer dessus. 1/ Il faut des preuves tangibles de mouvement collectif: montrer que les autres segments font des efforts et que ces actions ont des impacts positifs, y compris d'un point de vue personnel. 2/ Construire des outils montrant que les autres segments font des efforts. Par exemple dans les supermarchés ou sur le lieu de travail. 3/ Communiquer sur ce que fait l'etat à tous les niveaux, gouvernement, département... 1/ Les motivations non-environnementales sont importantes. Ce groupe lit beaucoup les journaux à sensations ce qui peut représenter une opportunité. Possibilité d'adoption de la même démarche qu'avec la communication sur les problèmes de santé par le passé. 2/ Il semblerait que ce groupe soit ouvert à ce que d'autres groupes s'assurent que leur train de vies soit plus "propre". Par exemple, les propriétaires prenant les décisions pour les locataires. 30

31 % de la population Segment 7: les nonconcernés assumés 18% Recommandations Opportunités 1/ Un des plus grands segments mais aussi un des plus durs à toucher. Indifférence aux enjeux environnementaux très élevés/ Manque d'intérêt pour ces questions. 2/ Peu de chances qu'ils soutiennent les mesures gouvernementales forçant les gens à adopter des comportements plus propres. 3/ Pensent que cela ne sert à rien d'agir si les autres ne le font pas (ce n'est cependant pas une barrière contrairement au segment 5). 4/ Ne se sentent pas coupables du changement climatique et ne veulent pas payer plus pour des produits et services plus propres. Ne reconnaissent pas que leurs modes de vie possèdent un impact sur l'environnement. 1/ Les approches non environnementales et utilisant des leviers sans rapports explicites avec l'environnement sont celles qui offrent le plus de chances de succès. 31

32 c. Mise en place des recommandations préconisées par le rapport britannique L exemple de «Act On C02» au Royaume-Uni Le ministère britannique de l environnement, suite aux études de la «behavioural unit» a mis en place une campagne de communication globale autour de sa plateforme internet «Act on CO2». Cette campagne se décline sous des actions de natures différentes : Site internet : Ce site propose aux ménages d effectuer un audit énergétique de leurs habitats et plus globalement de leurs modes de vies et permet de comparer leurs résultats avec ceux des autres. Ce site interactif très facile à utiliser permet de donner des informations personnalisées aux personnes désireuses de se renseigner et enclenche une dynamique collective en comparant les résultats. Des spots publicitaires montrant quelques gestes simples à réaliser et appelant à l émotion/ la culpabilité du citoyen (recommandation pour le segment 3 particulièrement et les autres en général). Cela permet également de prouver l implication des pouvoirs publics et d appuyer une dynamique. v=pv9mzzccpf8 Des affiches qui sont mises dans des endroits spécifiquement étudiés pour toucher les segments de la population qui y sont réceptifs et qui renvoie à la plateforme internet. Tout comme les vidéos, ces affichent servent à sensibiliser la population mais surtout à déclencher l envie d aller sur le site internet, qui par son côté accueillant et interactif va réellement pouvoir former et sensibiliser la population de manière approfondie. Les affiches et les vidéos ont donc un rôle de catalyseur. 32

33 Résultats de la campagne Pour la campagne télévisée sur le spot en lien ci-dessus ayant eu lieu en juin et juillet 2007 : Une augmentation de 50 % de la connaissance de l empreinte carbone (de 54% à 82%) ; La moitié des personnes ayant vu le spot disent qu ils font ou vont faire des efforts suite au visionnement du clip ; La part de la population estimant que le gouvernement est impliqué dans la lutte contre le changement climatique est passée de 25 à 32 % ; L exemple de «Every Action Counts» au Royaume-Uni L idée du site est de regarder les efforts consentis de manière agrégée. Souvent, les gens sont découragés car le décalage entre le problème global et l impact des efforts consentis est trop élevé. Ici, on regarde l évolution des impacts au niveau de groupes. Cela peut être une équipe sur son lieu de travail, un quartier ou encore des amis. Ainsi, le site s occupe de prendre en charge ces groupes en leur procurant : Des rapports sur les changements à mettre en place en matière de transports, de bâtiment, de gestion de l eau ou de nourriture ; 33

34 Un tuteur volontaire («champions»), très au fait et impliqué dans ces questions, avec qui le groupe peut rentrer en contact pour obtenir des conseils et un suivi ; La possibilité grâce aux conseils prodigués de quantifier l impact des efforts du groupe et de suivre son évolution. Il est ensuite possible de se comparer aux autres groupes enregistrés sur le site et donc d alimenter une «compétition saine» entre eux. Cette plateforme répond donc aux recommandations préconisées par le rapport britannique suivantes : Informer la population de manière concrète ; Permettre aux plus impliqués de se faire connaitre des autres afin qu ils puissent amorcer une dynamique de groupe ; Echanger entre les différentes personnes afin de sentir que tout le monde est impliqué et que les efforts consentis personnellement ne sont pas inutiles. 34

35 4 Retour au cas français et de l IDF : analogies entre les segmentations L objet de cette partie est d effectuer une analogie entre les segmentations britanniques et françaises de référence, afin d appliquer la méthode, et donc les recommandations développées par DEFRA (notamment sur les six comportements cibles identifiés à la partie précédente) aux segments français. Il convient donc, dans un premier temps, de présenter la segmentation adoptée par Ethicity en partenariat avec l ADEME puis de justifier les analogies effectuées pour finalement appliquer les recommandations du rapport britannique au cas français. a. Présentation de la typologie12 des consommateurs 2009 d Ethicity (adaptation du document de présentation publié sur le blog Ethicity) Ethicity, cabinet de conseil en développement et marketing durable, avec la collaboration de l Ademe, publie la typologie des Français au regard de l intégration du Développement Durable dans leur comportement. L objectif de cette typologie est de mieux comprendre les leviers de mobilisation des Français afin d activer les bons messages et de mettre en place les outils adaptés pour inciter le plus grand nombre à passer à l action concrète dans sa consommation et son quotidien. Les principaux enseignements de la typologie 2009 On observe une plus forte intégration du Développement Durable dans les modes de vie, notamment par la prise en compte des enjeux environnementaux. Une préoccupation plus centrale pour les Français qui ont aussi davantage assimilé l aspect multidimensionnel du Développement Durable. Pour 74% d entre eux, le sujet n est plus de les convaincre mais de leur donner les moyens de l action : ils sont répartis en cinq groupes. Pour chacun des groupes, nous avons identifié des leviers de mobilisation spécifiques au regard de leur profil socio-démographique, de leur sensibilité et de leur comportement en matière de consommation responsable. Le quart restant est réparti en trois groupes très différents dont le point commun est de se marginaliser : ces trois populations à risque se radicalisent. Les protestataires qui appellent à la rupture totale du système, les rebelles dans une logique «no future» et les sans opinion, pas du tout concernés, assez peu critiques et inactifs. 12 Utilisation de l échantillon SIMM 2008 pour Access Panel. Passation d un questionnaire spécifique sur le développement durable, la RSE et la consommation responsable Univers interrogé : ré-interrogation d un échantillon de 6000 individus représentatifs de la population française, âgés de 15 à 70 ans, en autoadministré par voie postale (retour : 4519 individus). Période : du 23 Février au 22 Mars 2009 Enquête terrain réalisée par TNS Media Intelligence 35

36 Les variables à l origine des études Connaissance des composantes du Développement Durable La Responsabilité des entreprises / des collectivités / de l individu Comportement et motivations d achats vis-à-vis des produits respectueux de l environnement et du commerce équitable Comportement quotidien à l égard des composantes du développement durable Opinions sur les labels et les certifications Présentation des résultats de l étude Les axes explicatifs de l étude Les 9 types identifiés 36

37 Description des 9 segments identifiés : les critères sociodémographiques 37

38 a. Analogie entre les deux segmentations Les annexes 3 et 4 présentent respectivement les caractéristiques de chaque segmentation, en ce qui concerne les données socio démographiques et la sensibilité au développement durable. La segmentation Ethicity, composée de 9 segments est plus fournie que la Britannique, qui n'en comprend que 7. On retrouve de nombreuses analogies entre les deux segments et nous allons les identifier une par une dans cette partie. Les accomplis et les sympathisants environnementaux Comparaison sociodémographique Les sympathisants environnementaux, 18% - Catégorie la plus représentée chez les hauts revenus ( /an) - Milieu de vie (41-64 ans) - Diplôme du supérieur - Propriétaire Les accomplis, 14% - Seconde partie de vie (+ 40 ans) - Actif et retraités CSP+ - Diplôme du supérieur - Indicateur de pouvoir d'achat : Moyensup/aisé Comparaison des sensibilités Les sympathisants environnementaux, 18% - Ce groupe est le plus sensible aux enjeux environnementaux - C est le groupe ayant la plus grande volonté de changement de leurs habitudes - Ils ont la connaissance la plus précise des enjeux environnementaux - Ce sont les plus volontaires pour influencer la famille, les amis et les collaborateurs de travail dans l'adoption des comportements plus responsables Les accomplis, 14% - Leur réussite professionnelle et leurs moyens financiers leur permettent d'agir de façon responsable - Achètent régulièrement des produits durables - Confiance aux labels - Pour eux la recherche du profit est compatible avec le respect de l environnement et la qualité sociale de production Explication Ces deux segments présentent des profils socio démographiques équivalents. De plus, ils ont chacun les moyens nécessaires, en termes de force de conviction et de moyens financiers, de jouer le rôle de catalyseur d une dynamique globale. Les solidaires et (sympathisants environnementaux ou les consommateurs inquiets) 38

39 Comparaison sociodémographique Les sympathisants environnementaux, 18% - Catégorie la plus représentée chez les hauts revenus ( /an) - Milieu de vie (41-64 ans) - Diplôme du supérieur - Propriétaire Les consommateurs inquiets, 14% - Catégorie la plus riche (plus grande proportion gagnant /an) - Milieu de vie (30 à 40 ans) et faible représentation des personnes âgées - Propriétaire avec un emprunt et enfants à charge - Diplôme du supérieur Les solidaires, 11% ans - Actifs et retraités CSP+ - Diplôme: > Bac - IPA: Moyensup/aisé Comparaison des sensibilités Les sympathisants Les consommateurs inquiets, 14% environnementaux, 18% - Le segment 3 est particulièrement réceptif - Ce groupe est le plus sensible aux au concept de changement climatique, enjeux environnementaux reconnaissant que les comportements du - C est le groupe ayant la plus grande quotidien ont une influence néfaste et que volonté de changement de leurs quelques efforts s imposent habitudes - Leurs efforts se concentrent principalement - Ils sont ceux qui ont la connaissance sur l habitat en essayant d économiser la plus précise des enjeux l énergie consommée et l eau environnementaux - Ils citent moins en moyenne les barrières - Ce sont les plus volontaires pour communes à la population, ce qui leur donne influencer la famille, les amis et les un potentiel important d amélioration collaborateurs de travail à adopter des comportements plus responsables Les solidaires, 11% - Se sentent très concernés par l'éthique de la vie - Une vision assez holistique - Reconnaissent la nécessité d'agir ici dans leur périmètre de vie et là bas dans le monde Explications Le segment des solidaires n a pas vraiment d équivalent dans la segmentation britannique. Néanmoins, les personnes appartenant à ce segment sont soucieuses des enjeux climatiques, en deuxième partie de vie et appartiennent à une catégorie socioprofessionnelle dite «supérieure». On répartit donc les solidaires entre les sympathisants environnementaux et les consommateurs inquiets. Les libéraux et les consommateurs inquiets Comparaison sociodémographique 39

40 Les consommateurs inquiets, 14% - Catégorie la plus riche (plus grande proportion gagnant /an) - Milieu de vie (30-40 ans) et faible représentation des personnes âgées - Propriétaire avec un emprunt et enfants à charge - Diplôme du supérieur Les libéraux, 12% - 45/49 ans et > 65 ans - Actifs et retraités CSP+ - Sur représenté en région parisienne - Diplôme du supérieur - IPA: Moyensup/aisé Comparaison des sensibilités Les consommateurs inquiets, 14% - Le segment 3 est particulièrement réceptif au concept de changement climatique, reconnaissant que les comportements du quotidien ont une influence néfaste et que quelques efforts s imposent - Leurs efforts se concentrent principalement sur l habitat en essayant d économiser l énergie consommée et l eau - Ils citent moins en moyenne les barrières communes à a la population, ce qui leur donne un potentiel important d amélioration Les libéraux, 12% - Ils ont réussi dans la vie - Ils comprennent les ressorts de l'économie et ont bien intégré le potentiel d'une croissance verte - Très ouverts, ils sur-expriment leurs convictions Explications Ce sont les segments des plus riches. Ce sont des personnes ayant initialement peu d affinités avec le développement durable mais qui y ont déjà été sensibilisées. Pour illustrer, on pourrait renommer ces deux catégories «Cadres dynamiques». Les familiaux et les participants prudents Comparaison sociodémographique Les participants prudents, 14% - Jeunes (- 30 ans) surreprésentés (1/4 du segment) - Après 1 et 3, plus grande proportion de diplômes du supérieur - Enfants à charges Les familiaux, 8% ans - Actifs CSP+, employés, étudiants - Diplôme : > BAC - Sur représenté en IDF et notamment dans le bassin ouest - IPA: Moyeninf/aisé Comparaison des sensibilités Les participants prudents, 14% - Les efforts de comportement sont centrés sur l habitat : économie d énergie et d eau. - Le niveau d action des autres est très important pour ce groupe qui ressent le besoin d un véritable mouvement collectif pour passer à l action. - Les comportements propres ne sont pas particulièrement adaptés à leurs styles de vie, avec un sentiment plus fort que les groupes 1 à 4 qu un changement de comportements réduirait leur qualité de vie Les familiaux, 8% - Ils s'attachent aux enjeux environnementaux et aux questions de santé - Plutôt dans l'économie ménagère, ils favorisent le juste usage - Pour eux la crise économique actuelle est une vraie occasion de revoir nos modes de vies et de comportement 40

41 Explications Ce regroupement est celui des «jeunes cadres», souvent avec des enfants à charge. Ils possèdent un fort potentiel de pouvoir d achat mais doivent pour le moment être attentifs à la dépense. Ils se sentent concernés par les enjeux environnementaux mais sont caractérisés par leur prudence en raison d autres priorités par ailleurs très prenantes (enfants, emplois junior ). Les régionaux et les participants prudents Comparaison sociodémographique Les participants prudents, 14% - Jeunes (- 30 ans) surreprésentés (1/4 du segment) - Après 1 et 3, plus grande proportion de diplômes du supérieur - Enfants à charges Les régionaux, 16% - < 34 ans - Agriculteurs, employés, ouvriers, étudiants - Diplôme: Bac/BTS - Sur représenté en IDF Comparaison des sensibilités Les participants prudents, 14% - Les efforts de comportement sont centrés sur l habitat : économie d énergie et d eau. - Le niveau d action des autres est très important pour ce groupe qui ressent le besoin d un véritable mouvement collectif pour passer à l action. - Les comportements propres ne sont pas particulièrement adaptés à leurs styles de vie, avec un sentiment plus fort que les groupes 1 à 4 qu un changement de comportements réduirait leur qualité de vie Les régionaux, 16% - ils se rattachent à leurs valeurs, à leur "bon sens paysan" - Ils sont attentifs à la traçabilité humaine et environnementale des produits qu'ils consomment - sont sensibles aux problématiques de l'emploi Explications Assez proches du point de vue sociodémographique, ces deux segments sont caractérisés par leur côté prudent. Ils souhaitent tous deux participer au changement mais se méfient de nouvelles habitudes qui leurs sont souvent peu naturelles et contraignantes. Ils se fient à leur bon sens pour prendre des décisions. Les repliés et les acteurs à la marge Comparaison sociodémographique Les acteurs à la marge, 14% - Concerne toutes les tranches d'âge et de revenus - Sous représentation légère des diplômes du supérieur Les repliés, 14% ans - Ouvriers, étudiants, sans activité - Diplôme du secondaire et technique court - IPA: Moyeninf/modeste Comparaison des sensibilités 41

42 Les acteurs à la marge, 14% - Leurs opinions «vertes» ne se traduisent pas par des comportements «propres». C est le groupe où la différence entre idées et actions est la plus importante - Les membres de ce groupe sont plus sensibles aux barrières communes que ceux du groupe 3, notamment en ce qui concerne la difficulté de changer ses habitudes ou la nécessite d adopter de nouveaux comportements en adéquations avec leurs modes de vies. Un sentiment de culpabilité est assez largement répandu dans ce segment. - Ils reconnaissent les enjeux environnementaux, veulent en savoir plus et faire plus. Les repliés, 14% - Privilégient les produits français, et un bon rapport qualité prix - Pour eux consommer de manière responsable équivaut à consommer moins et local - Très pragmatiques Explications Cette analogie est assez logique. Les acteurs de ces deux segments n ont pour le moment qu un rôle résiduel et voudraient en faire plus, en ayant le souci de conserver le pragmatisme qui les caractérise dans leur choix de comportements. Les protestataires et les non-concernés assumés Comparaison sociodémographique Les non-concernés assumés, 18% - Toute catégorie d'âge avec légère sur représentation des - 30 ans - Niveau de revenu légèrement en dessous de la moyenne nationale - Idem pour la proportion de diplômé du supérieur - Travail à plein temps - Locataires Les protestataires, 8% - > 50 ans - Employés, ouvriers, retraités - Diplôme du secondaire et technique court - IPA: Moyen Comparaison des sensibilités Les non-concernés assumés, 18% - Ce groupe est caractérisé par un manque d intérêt et ne se sent pas concerné - Ils ne demandent pas d excuses pour leurs comportements et l assument totalement. Il n y a pas de sentiment de culpabilité % ne fait rien ou très peu pour l environnement Les protestataires, 8% - Ils n'ont pas confiance dans les grandes entreprises et ne croient plus aux politiques - Leur engagement est plutôt social, ils sont très sensibles aux inégalités - Ne veulent pas payer la crise et expriment un fort besoin de solidarité - Ils ne font pas confiance aux labels, et, pour eux, le Développement Durable n est qu'une mode Explications Les protestataires qui représentent 8% de la population française peuvent être inclus dans la catégorie des non-concernés assumés. En effet, les protestataires ainsi qu une partie des nonconcernés assumés ont en commun cette défiance envers les pouvoirs publics et les entreprises. 42

43 Les sans opinions et les retardataires Comparaison sociodémographique Les retardataires, 10% - Profil social le plus faible sur représentation des très faibles revenus (50% à /an) - Niveau de qualification le plus faible et probabilité d'être sans emploi la plus élevée Les sans opinions, 12% - > 55 ans, inactifs - Sur représenté en IDF - Diplôme du primaire ou technique court - IPA: Moyeninf/modeste Comparaison des sensibilités Les retardataires, 10% - Ce groupe présente des opinions sur l environnement confuses. La moitié pense que le débat actuel sur les enjeux environnementaux est exagéré - Ce groupe possède le niveau de connaissance des enjeux environnementaux le plus bas. - Leurs modes de vie ont relativement peu d impacts sur l environnement, notamment pour des questions de contraintes financières - Ils ont de nombreuses priorités vitales ce qui les amènent à ne pas se poser la question des enjeux environnementaux Les sans opinions, 12% - Ils sont peu impliqués - Peu critiques, ils sont très malléables - Ils ont tendance à faire confiance aux autres et s'intègrent facilement dans des actions collectives Explications C est le segment comprenant les personnes dans les situations les plus précaires avec un niveau de revenu généralement faible. Ces personnes doivent avant tout survivre et ne se soucient pas du développement durable et ne s en soucient donc pas. Cependant, la faiblesse de leur pouvoir d achat leur confère une empreinte carbone faible. Les rebelles et les non-concernés assumés Comparaison sociodémographique Les non-concernés assumés, 18% - Toute catégorie d'âge avec légère sur représentation des - 30 ans - Niveau de revenu légèrement en dessous de la moyenne nationale - Idem pour la proportion de diplômés du supérieur - Travail à plein temps - Locataires Les rebelles, 6% ans - Employés, étudiants, ouvriers, sans emplois - Diplôme secondaire et bac - IPA: Moyeninf/modeste Comparaison des sensibilités 43

44 Les non-concernés assumés, 18% - Ce groupe est caractérisé par un manque d intérêt : il ne se sent pas concerné - Ils ne demandent pas d excuses pour leurs comportements et l assument totalement. Aucun sentiment de culpabilité. - la moitié ne fait rien ou très peu pour l environnement Les rebelles, 6% - Ils ne sont pas satisfaits de leur situation professionnelle - Ils ont du mal à percevoir un futur meilleur et ne voient pas comment ils pourraient changer les choses - Ils ne sont pas encore sur le chemin du Développement Durable. Ne pas s impliquer les valorise Explications Ces deux segments très particuliers regroupent ceux qui se valorisent en assumant le fait de ne pas se préoccuper des enjeux environnementaux. b. Adaptation des recommandations aux segments français Nous avons donc effectué les rapprochements suivants : Segment français Le noyau dur, moteur de l'intégration Les accomplis Les solidaires Ceux qu'il faut aider davantage Ceux qui se marginalisent Les Les Les Les Les Les libéraux familiaux régionaux repliés protestataires sans opinions Les rebelles Segment britannique Les sympathisants environnementaux Les sympathisants environnementaux Les consommateurs inquiets Les consommateurs inquiets Les participants prudents Les participants prudents Les acteurs à la marge Les non concernés assumés Les retardataires Les non concernés assumés Nous appliquons à présent les recommandations du rapport britannique aux segments français. Segment français Les accomplis Les solidaires Les libéraux Recommandations 1/ Permettre à ce groupe d'être un leader d'opinions en s'assurant qu'il possède l'information et les outils nécessaires à cette mission. 2/ Soutenir ce groupe lorsque qu'il s'investit dans des associations telles que celles de quartier ou des écoles. 3/ Possibilité de tester avec ce groupe de nouvelles initiatives. 4/ Ils sont susceptibles d'élargir le débat sur le recyclage pour l'enmener sur les comportements propres en général. 5/ Stimuler ce segment pour qu'il participe activement à la croissance des produits et services "verts". 6/ Démontrer l'impact positif sur l'environnement de leurs efforts et l'étendu des efforts du gouvernement. Voir accomplis et libéraux 1/ Opportunité réelle de motiver ce groupe à faire plus. Il faut peut être essayer de les convaincre par les sentiments, jouer sur l'émotion ; montrer que certains comportements actuels ne sont pas acceptables pour les amener à les modifier. 44

45 Segment français Les familiaux Les régionaux Les repliés Les protestataires Les sans opinions Les rebelles Recommandations 1/ Il leur faut des preuves tangibles de mouvement collectif: montrer que les autres segments font des efforts et que ces actions ont des impacts positifs, y compris d'un point de vue personnel. 2/ Construire des outils montrant que les autres segments font des efforts. Par exemple dans les supermarchés ou sur le lieu de travail. 3/ Communiquer sur ce que fait l'etat à tous les niveaux, gouvernement, département, législatif... Idem familiaux 1/ Le défi est de les amener à penser simultanément à l'environnement et à leurs comportements actuels. Il faut adapter les comportements cibles pour qu'ils soient en adéquation avec leurs principes. 2/ La culpabilité par rapport au changement climatique est un enjeu important pour la plupart des segments. Il faut chercher à savoir dans quelle mesure ce sentiment de culpabilité peut devenir une motivation et communiquer dessus. 1/ Les approches non environnementales et utilisant des leviers sans rapports explicites avec l'environnement sont celles qui offrent le plus de chances de succès. 1/ Les motivations non-environnementales sont importantes. Ce groupe lit beaucoup les journaux à sensations ce qui peut représenter une opportunité. Possibilité d'adoption de la même démarche qu'avec la communication sur les problèmes de santé par le passé. 2/ Il semblerait que ce groupe soit ouvert à ce que d'autres groupes s'assurent que leur train de vie soit plus "propres". Par exemple, les propriétaires prenant les décisions pour les locataires. Idem protestataires 45

46 5 Recommandations a. Initier des comportements «égoïstes-éthiques» On constate grâce aux segmentations que d autres facteurs agissent dans le processus de décision et il faut les saisir pour mieux agir sur les principaux déterminants dans les modifications des comportements. Dans une contribution au groupe de travail "facteur 4"13, Véronique Lamblin de Futuribles, dans une intervention du 16 mai 2006, indique que les comportements individuels sont le croisement de valeurs : «préférences essentielles qui prédisposent les individus à agir dans un sens donné et qui structurent leurs représentations et leurs actions et du résultat d un calcul rationnel aspirations de l individu / opportunités et contraintes». Elle synthétise les relations entre valeurs, aspirations et contexte économique et social de la manière suivante : L auteur de cette étude insiste sur l importance qu il y a à distinguer entre registre des valeurs de celui des comportements. Il y a un compromis entre les aspirations des Français et les opportunités et contraintes du contexte socio-économique. Le lien entre valeurs et comportements n est donc pas direct. 13 Les travaux du groupe de travail facteur 4 sont disponibles sur ce site : 46

47 Selon cette approche, il peut être intéressant de jouer sur les valeurs clefs à l origine de comportements plus respectueux de l environnement. Deux valeurs motrices sont susceptibles d initier des comportements économiques : - L égoïsme : comportement que l'on rencontre surtout chez les personnes âgées ayant connu la privation. Il s agit de répondre à son besoin économique propre, et pour le faire on est particulièrement attentifs aux dépenses potentielles : chauffage etc. - L éthique : valeur qu on retrouve dans les catégories de population les plus jeunes et les plus cultivées. On la retrouve pour le moment surtout lors de l achat de biens de consommation : commerce équitable (qui ne représente encore que 2%). L idée est donc de provoquer des comportements égoïstes-éthiques. Cependant, si un produit, un service, s avère à la fois plus économique et éthiquement acceptable, alors les consommateurs se dirigeront vraisemblablement vers ce produit. C est ce qui s est produit avec les réfrigérateurs de type «A», plus économes pour soi, meilleurs pour la planète. En d autres termes, on allie les deux premières préoccupations des Français : économie et environnement-pollution. RECOMMANDATION 1 : Edition d un livret «Réchauffement climatique : comment agir?» Ce livret aurait pour objectif d expliquer les enjeux environnementaux. Mais il devrait donner des chiffres et des moyennes sur les gaz à effet de serre, conséquences des gestes quotidiens. Eventuellement, pourraient être intégrés des indicateurs plus parlants, tels que l empreinte écologique. L objectif est de permettre aux citoyens de se situer par rapport à des moyennes et de voir ce qu il peut faire dans un premier temps pour arriver à quels résultats. Ce livret serait distribué dans les lycées, les mairies, le métro et téléchargeable sur Internet. Une collaboration pourrait être trouvée pour que certaines parties soient diffusées dans les quotidiens gratuits. Il devrait comprendre une introduction claire et chiffrée sur les comportements des individus et leurs effets sur les gaz à effet de serre. Il sensibiliserait sur les écotechnologies et les solutions disponibles avec un chiffrage précis des gaz à effet de serre évités. Il reprendrait l ensemble des éco-gestes qu il est possible de mettre en place à l échelle individuelle. Il devrait chiffrer au maximum les économies que chaque geste permet, d un point de vue économique et énergétique. Le livret communiquerait ensuite sur les différents labels existants en expliquant ce qu ils signifient (Energy Star, Label européen, etc.) Enfin il renverrait au portail Internet régional de sensibilisation qui fait l objet de nos recommandations 2 et 3. 47

48 RECOMMANDATION 2 : Création d un portail Internet régional unique de sensibilisation Nous proposons la mise en place d un portail Internet unique d information et de sensibilisation réunissant toutes les initiatives ludiques et éparses que l on trouve sur la Toile. En effet, lors de nos recherches, nous avons été frappé par le nombre d outils de communication à la disposition du citoyen, mais difficiles d accès car épars et parfois mal valorisés. C est pourquoi un portail unique et facile d accès nous parait intéressant. Il réunirait : Des analyses de cycles de vie, sur lesquelles il serait possible de déplacer des curseurs afin de voir quelle action particulière a quel effet sur les émissions de CO2 dans l utilisation d une machine/ d un objet. (Exemple de l éco-jean14 de l Ademe, chaque curseur en bas de l image entraine une fluctuation des consommations énergétiques) Proposer, sur le modèle des sites comparateurs de prix, des comparaisons énergétiques et environnementales de l'électro-ménager et des véhicules. Les calculateurs de bilan carbone, simples et divisés par grands domaines. Avec proposition de mettre en place des éco-gestes, sur le modèle «du défi pour la terre» de la fondation Nicolas Hulot. Une rubrique média/sensibilisation : avec des liens vers des conférences, des épisodes «des z écolos», reportages divers. Développer des jeux ludiques sur le modèle de la «ville climatique». Les résultats des jeux pourraient être mis en ligne sur les sites de réseaux sociaux. Ce portail prévoirait une interface de conseil avec les espaces «info-énergie» de l'ademe

49 RECOMMANDATION 3 : Ajout d un espace personnalisé de suivi de la consommation Nous proposons d ajouter, sur ce portail unique, une fonctionnalité qui permettrait le suivi des consommations individuelles des citoyens ne disposant pas encore de leurs propres compteurs intelligents (dont on ne peut que souligner ici l urgence d un déploiement à grande échelle.) Pour ce faire, il nous paraît possible de fournir une interface individuelle aux personnes, après identification et mot de passe, sur laquelle elles pourraient régulièrement entrer les données kwh et eau de leurs compteurs. Parallèlement ces personnes pourraient spécifier les appareils qu elles utilisent, à quelle période de la journée etc. A partir de cela, il leur serait proposer une série de recommandations, d avis, afin qu elles fassent des économies d énergies. On peut également s inspirer du modèle d audit énergétique personnalisé d ACT ON CO2. RECOMMANDATION 4 : Création d une politique régionale de formation à l éco-conduite Mettre en place, avec les auto-écoles, des formations d éco-conduite sur une demi-journée qui pourraient bénéficier aux PME-individus à moindre frais. Mettre en place, un programme de formation à l éco-conduite pour les agents de l Etat. Pourquoi pas dans un premier temps au sein de la DREIF. Pour réaliser un tel programme, il semble nécessaire de procéder en plusieurs étapes : Acquérir une vingtaine de véhicule dotés d un dispositif permettant de mesurer la relation entre conduite et CO2 (Citons l exemple de la Poste des Renaults Kangoo ont été dotées de boitiers électroniques Siemens VDO permettant l affichage des données) Etablir un plan de formation, par demi-journée, des formateurs en auto-école sur ces véhicules. Etablir un plan de formation pour les agents de l Etat conduisant des véhicules dans le cadre professionnel Proposer dans ce plan de formation des plages horaires reposant sur le volontariat pour les fonctionnaires Elargir, si le nombre de véhicules et de formateurs le permet, le dispositif auprès des entreprises qui souhaiteront y participer. 49

50 b. Réorienter le fond des campagnes de sensibilisation pour le grand public L expérience britannique DEFRA a identifié une série de motivations et de barrières communes à la population que nous avons analysé en partie 1. Il faut donc communiquer sur les thèmes qui en ressortent en utilisant des outils visibles par le plus de personnes. On peut donc penser à une plateforme internet mais aussi à des affiches dans les transports en commun et dans les lieux publics en général ou encore aux journaux gratuits tels que Metro ou 20 minutes. Globalement, il est urgent de communiquer sur : Ce que font les autres est clé Information Démontrer qu un mouvement collectif existe et que les actions individuelles se sont jamais isolées et ont donc du sens. Démontrer l implication totale du gouvernement dans cette bataille. Fournir des gestes simples à réaliser pour ceux qui ne savent pas quoi faire Informer encore et toujours avec des données concrètes sur l ampleur du désastre climatique pour convaincre les encore nombreux retardataires. Norme sociale: faire Combattre les préjugés évaluer les normes au-delà sur les «écolos» du simple recyclage XX XX Importance du sentiment de faire personnellement la différence Combattre le sentiment que l'on ne peut rien faire tout seul en jouant sur l'effet "dynamique de groupe" Qu'est ce que j'y gagne? Montrer que la réussite sociale n est plus représentée par les biens matériels, mais par un «accomplissement» beaucoup moins perceptible. Démontrer les bénéfices personnels des efforts consentis. XX XX Jouer sur la culpabilité et l émotion provoquées par un sujet éminemment grave XX Jouer sur le fait que l on réalise quelque chose de bien et que cela est gratifiant. On doit noter que ces types de communication sont déjà d actualité, la campagne de communication de l Ademe «Faisons vite ça chauffe» (www.faisonsvite.fr) répond dans une certaine mesure à ces questions, en s appuyant sur les politiques publiques existantes (bonus-malus, prêt à taux zéro) et en insistant sur les éco-gestes possibles. On retrouve un schéma comparable à ce qui existe avec Act on CO2 au Royaume-Uni avec une plateforme internet, des films publicitaires et des campagnes d affichage. Cependant, à la lumière de ce que nous avons étudié avec l exemple britannique, la plateforme internet qui ne propose que des conseils sur la manière de modifier les comportements gagnerait à être renforcée en insistant sur les éléments rassemblés dans le tableau ci-dessus. En particulier, l aspect «informations personnalisées» sur le modèle de la plateforme Act On CO2 qui permet aux internautes d effectuer de manière intuitive un audit de leur consommation énergétique manque. De même, il manque l aspect «enclencher une dynamique de groupe» en permettant aux 50

51 internautes de comparer leur résultat (Act On CO2 et Eco Drive de Fiat), de se rassembler en groupe pour voir l impact de leurs efforts à l échelle d un quartier par exemple (Every action counts). Concernant les spots publicitaires, l approche française est de faire des films sur un ton bon enfant avec des dessins. L approche britannique à travers les spots Act On CO2 est totalement différente puisque le ton y est beaucoup plus grave, notamment avec la musique des clips. Nous ne disposons pas des outils nécessaires pour savoir quelle approche est la plus efficace mais nous posons tout de même la question de savoir si une approche résolument grave n aura pas plus d effets sur le sentiment de culpabilité du spectateur. Nous pensons notamment aux publicités sur la sécurité routière dont le ton a été sensiblement durci ces dernières années. Adapter nos messages en fonction de notre interlocuteur : localisation des segments en IDF Nous avons dans la partie précédente énoncé un certain nombre de recommandations concernant les différents segments de la population française. L enjeu est donc à présent de les localiser pour pouvoir mettre en œuvre un plan d action. Pour cela, nous avons utilisé les données du recensement 2006 disponibles sur le site de l INSEE. Ces données synthétisent les informations collectées par l Institut national de la statistique entre 2004 et Nous avons utilisé pour localiser les villes où vivent les différents segments le descriptif en termes de CSP, diplôme et âge dont nous disposions pour chaque segment. Nous avons regroupé certains segments entre eux en fonction de caractéristiques socio démographiques semblables. Les résultats suivants pour l Ile de France hors Paris intra-muros. Les accomplis, les libéraux et les solidaires (environ personnes) Variable Part CSP+ Part Diplôme supérieur Moyenne pondérée IDF hors Paris15 0,33 % 0,17 % Part 45+ dans les 15+ Critères retenus >0,35 % >0,21 % 0,45 % >0,45 % 20 premières villes retenues en nombre d habitants Département Libellé géographique Population en 2006 Département (princ) 92 BoulogneBillancourt Versailles Rueil-Malmaison Saint-Maur-desFossés Neuilly-sur-Seine Antony Libellé géographique Population en 2006 (princ) Châtillon Le Perreux-surMarne Nogent-surMarne Le Chesnay Chatou Saint-Cloud La moyenne pondérée est calculée comme le barycentre des parts respectives de chaque ville avec comme coefficient de pondération la part de la population de la ville dans la population totale. Nous avons choisi d exclure du calcul de ces moyennes la ville de Paris car cela aurait conduit à sur interpréter la part des habitants aisés en Ile de France et donc à une mauvaise répartition des villes hors Paris dans les différents segments. 51

52 Fontenay-sousBois Clamart Meudon Saint-Germain-enLaye Vanves Fontenay-auxRoses Sèvres Maisons-Laffitte Aperçu de la répartition géographique Ces trois segments sont majoritairement répartis entre les Yvelines et les Hauts-de-Seine. C est globalement la proche banlieue ouest de Paris. Les familiaux (environ personnes) Variable Part 45+ des 15+ Employés et CSP+ Part sup et Bac+2 Moyenne pondérée IDF hors Paris 0,45 % 0,52 % 0,29 % Critère retenu <0,44 % >0,54 % >0,32 % 20 premières villes retenues en nombre d habitants Département Libellé géographique Courbevoie Asnières-surSeine Population Libellé en 2006 Département géographique (princ) Guyancourt Élancourt Population en 2006 (princ)

53 Département Libellé géographique Population en 2006 Département (princ) Libellé géographique Levallois-Perret Issy-lesMoulineaux Vincennes Montrouge Suresnes Puteaux Massy Montigny-leBretonneux La GarenneColombes Le KremlinBicêtre Bussy-SaintGeorges Carrières-surSeine Saint-Maurice Courdimanche Serris Rungis Population en 2006 (princ) Aperçu de la répartition géographique On retrouve dans ce segment les villes des Hauts-de-Seine en bordure de Paris, ce qui correspond à la description imagée du segment que l on avait appelé «jeune cadre dynamique». Les régionaux (environ personnes) Variable Part ouvriers, employés agriculteurs Part BAC+BTS Part dans 15+ Moyenne pondérée IDF hors Paris 0,3% 0,28% 0,55% Critère retenu >0,3% >0,28% >0,55% 20 premières villes retenues en nombre d habitants 53

54 Département Libellé géographique 93 Créteil Colombes Noisy-leGrand Population Libellé en 2006 Département géographique (princ) Pontoise Guyancourt Cergy Évry Rosny-sousBois PontaultCombault Neuilly-surMarne Plaisir Villiers-surMarne Population en 2006 (princ) Élancourt Savigny-leTemple Champs-surMarne Brétigny-surOrge Torcy Combs-laVille Roissy-enBrie 91 Longjumeau Aperçu de la répartition géographique Par rapport aux deux premières localisations, on s est éloigné de Paris. On trouve des villes dans toutes les directions contrairement aux deux premiers cas où l on était majoritairement dans l ouest de Paris. Les repliés et les rebelles (environ habitants) Variable Part sans activités, ouvriers employés Moyenne pondérée Paris hors IDF 0,49% Critère retenu >0,51% 54

55 Part dans 15+ 0,55% >0,55% Part secondaire et bac 0,36% >0,37% 20 premières villes retenues en nombre d habitants Département Libellé géographique Population Libellé en 2006 Département géographique (princ) Pontault-Combault Neuilly-sur-Marne Argenteuil Cergy Évry Le BlancMesnil Sevran Meaux CorbeilEssonnes Bagneux Melun 93 Villepinte Population en 2006 (princ) Plaisir Villeneuve-SaintGeorges Goussainville Trappes Bezons Villiers-le-Bel Gonesse Montfermeil Aperçu de la répartition géographique Les sans opinions (environ habitants) Variable Parti diplôme primaire Part ouvriers employés Moyenne pondérée Paris hors IDF 0,35% 0,3% Critère >0,42% >0,37% 20 premières villes retenues en nombre d habitants 55

56 Département Libellé géographique Argenteuil Saint-Denis Aubervilliers 93 Drancy Sarcelles Bondy Épinay-surSeine Le BlancMesnil Sevran Meaux Population Libellé en 2006 Département géographique (princ) Bobigny Gennevilliers Saint-Ouen Corbeil Essonnes Garges-lès Gonesse Noisy-le-Sec Population en 2006 (princ) La Courneuve Villepinte Stains Les Mureaux Aperçu de la répartition géographique Ce segment est majoritairement établi dans la proche banlieue nord de Paris. Les protestataires ( personnes) Variable Part 45+ Part employés, ouvriers, retraités Moyenne pondérée Paris hors IDF 0,45% 0,49% Part cap BEP 0,19% Critère retenu >0,47% >0,52% >0,23% 20 premières villes retenues en nombre d habitants 56

57 Département Libellé géographique 77 Chelles 93 Gagny Vigneux-surSeine Dammarie-lesLys Mantes-la-Ville Les Clayessous-Bois Coulommiers Nemours Vaires-surMarne 91 Dourdan Population Libellé en 2006 Département géographique (princ) Ézanville La Ferté-sous Jouarre Population en 2006 (princ) Breuillet Quincy-sousSénart Nangis 8044 Paray-Vieille-Poste Ballancourt-surEssonne Gargenville 7198 Étréchy Saint-Pierre-lèsNemours Aperçu de la répartition géographique Ce segment comporte en Ile de France significativement moins de personnes que les autres. La répartition des communes est très éclatée. Ce sont majoritairement des petites villes d Ile de France. Les résultats pour la ville de Paris Comparativement à l Ile de France, Paris est en moyenne une ville où le niveau de vie est le plus élevé. Les différents arrondissements de Paris ont donc été réparti entre les accomplis, les solidaires et les libéraux d une part et les familiaux d autre part. Les accomplis, les solidaires et les libéraux 57

58 Variable Part CSP+ Part Diplôme supérieur Part 45+ dans les 15+ Moyenne pondéré IDF hors Paris 0,33% 0,17% 0,45% Critère retenu >0,35% >0,21% >0,45% Les arrondissements obtenus sont le 6ème, le 7ème, le 8ème, le 12ème, le 13ème et le 16ème. Les familiaux Variable Part 45+ des 15+ Employés et CSP+ Part sup et Bac+2 Moyenne pondérée IDF hors Paris 0,45% 0,52% 0,29% Critère retenu <0,44% >0,54% >0,32% Les arrondissements retenus sont le 1er, le 2ème, le 3ème, le 9ème, le 10ème, le 11ème, le 18ème, le 19ème, le 20ème. Conclusion Sur les zones géographiques identifiées, il faut essayer de communiquer en priorité en fonction de ce qui a été dit des divers segments (voir recommandations par segment plus haut). Il faut aussi penser à lancer auprès des autorités publiques locales compétentes dans ces zones des initiatives adaptées pour amorcer des dynamiques de groupe. c. Pour éviter une dissociation entre sensibilisation et action : Inscrire les gestes individuels dans le social Le CREDOC dans son étude «la maitrise des consommations d énergie dans les domaines de l eau et de l énergie», décrit l existence d une dissociation entre la sensibilisation et le comportement réel des individus. Pour le CREDOC, il ne s agit pas d'un cynisme généralisé, mais plutôt de la mise en avant d'un certain niveau de confort qui passe avant la maitrise de la consommation d énergie. Il est urgent selon le CREDOC de s interroger sur les mécanismes qui conditionnent la demande et sur les structures collectives qui influencent les comportements individuels. En effet, les auteurs de cette étude trouvent dans l adoption des gestes du recyclage une solution transposable à la maitrise et la dépense de l énergie. La poubelle jaune, l organisation de sa collecte, le fait de voir ses voisins trier leurs poubelles et le fait de voir les poubelles des voisins dans le cas de la ville péri urbaine à habitat individuel, a inscrit dans le social un acte individuel. Cette inscription dans le social a permis d instaurer une sorte de pression de la communauté sur un acte individuel, au départ consenti, et a contribué à changer les habitudes en matière de recyclage. Partant de ce constat, il nous apparaît effectivement essentiel par la communication, par certains outils tels que les compteurs électriques et les compteurs d eau, ou en agissant sur des structures intermédiaires tel que les syndics, d inscrire la consommation énergétique dans le social. 58

59 RECOMMANDATION 6 : Une fête régionale de l environnement L objectif est d intégrer la préoccupation du développement durable dans une logique collective, ce qui permet à chacun de se rendre compte que son geste individuel compte puisque l ensemble de ses voisins agira également. Nous avons pensé à l organisation d une «fête de l environnement». La fête est un élément de communion et de communication puissant. N est ce pas en partie grâce aux fêtes que la République a pu se construire et se diffuser sur l ensemble du territoire français? Nous pensons qu il est intéressant d étudier sérieusement une possible organisation à l échelle de l Ile de France, d un festival de l environnement ou d une fête de l environnement. Une première structure existe déjà, il s agit de la semaine du développement durable en avril. Comment orienter cette fête pour qu elle ne devienne pas une source de pollution plus qu autre chose? (On connait les résultats de la fête de la musique par exemple qui représente beaucoup de travail pour les éboueurs). Il nous semble possible de structurer une éventuelle fête autour de ces quelques idées. Il serait possible d organiser d une grande collecte pour le recyclage avec des points de collecte, inhabituels, dans toutes les places/marchés, dont les objectifs seraient : Collecter tout les déchets numériques : portables (dont la plupart sont au fond des tiroirs), TV, et autres matériels TIC. Proposer des «formations» poubelles jaunes : avec tests de recyclage où on pourrait former au bon recyclage : «faut-il mettre des yaourts?» ; «Des sacs en plastiques?» etc. Pour rendre ces points de collectes attractifs, des espaces de démonstration pourraient être mis en place. Ces espaces seraient l occasion de présenter des produits et des technologies plus respectueux de l environnement : Présentation des écotechnologies, explication de ce qu il est possible de faire, pourquoi pas démonstration? Présentation de produits locaux et biologiques Organisation de jeux de société/de rôle : la route du commerce équitable etc. Conférence/débat en plein air sur des thématiques fixées à l avance. Départ de groupe de nettoyage : nettoyage de parc, de bords de Seine qui permettent de se rendre compte du degré de nuisance d'un sac plastique ou d'un papier jeté par terre. Pourquoi ne pas également organiser pendant cette journée : Des opérations transports en commun gratuits. Des cycles de conférences dans les lieux de réflexion (universités) ouverts au public, etc. 59

60 L idée est donc réellement de mobiliser sur une journée ou deux : tous types d intervention/ sensibilisation, de telle sorte que le Francilien puisse difficilement passer à côté de la communication mise en place. RECOMMANDATION 7 : Création de ménages et entreprises pilotes D après le CREDOC, l Etat a eu tendance jusqu à aujourd hui à établir ses politiques publiques en considérant le citoyen uniquement sous un angle économique avec le parti pris qu il s agit d un agent économique rationnel. Or il convient dans le cadre des questions de maitrise de la consommation énergétique de chercher quels sont les autres déterminants dans les processus de consommation. Notamment il devient urgent de mettre à l œuvre les chercheurs en sciences sociales, sciences psychologique, sur ces questions, afin de mieux connaitre les déterminants sociaux et psychologique dans la consommation, et adapter les politiques publiques au fur et à mesure des résultats. Nous pensons que des programmes de ménages/entreprises-pilotes pourraient être menés en Ile de France pour mieux connaitre les réactions et les apprentissages possibles afin de faire des économies d énergie. Ces ménages pilotes, qui pourraient se compter autour d une centaine, auront pour objectif de nous permettre de mieux connaitre les diverses réactions aux programmes de sensibilisation et de connaitre réellement les économies d énergie qu il est possible d obtenir par la mise en place d une série de gestes, de la possibilité de suivre concrètement les consommations d énergies et d eau d un foyer (grâce à un compteur intelligent). Ils seraient régulièrement suivis par un chargé de mission qui serait leur contact régulier et serait chargé de réunir les informations de consommation. Les ménages ou entreprises se verront offrir une journée ou une demi-journée de formation pendant laquelle les gestes et les enjeux environnementaux leur seraient expliqués. Etant donné la nature de la demande, il nous est impossible de faire des recommandations supposant des modifications légales ou structurelles importantes. Néanmoins, nous tenons à défendre l importance de l implantion des TIC pour permettre aux consommateurs de suivre et de mesurer la consommation énergétique et donc le rejet de GES de leurs activités. Ainsi, il nous apparaît extrêmement important de donner la possibilité aux citoyens de s informer. C est pourquoi nous tenions à émettre une dernière recommandation, mais qui suppose un certain investissement légal et structurel. RECOMMANDATION 8 : Donner la possibilité aux consommateurs d êtres informés La mesure et l information permet d orienter ses choix. Nous pensons qu il est possible aux échelles locales de : 60

61 Promouvoir l installation de compteurs individuels «intelligents», dans les logements sociaux par exemple. Il est prouvé que le suivi en temps réel des consommations permet aux individus de réaliser entre 10 et 30% d énergie. Ces compteurs individuels seront installés pour l énergie dans une optique de lutte contre les gaz à effet de serre, mais également pour la consommation d eau. Ils pourraient être associés à des dispositifs de paiements alternatif, tel que le système de crédit «pas-as-you-go» développé par Woodstock Hydro. 61

62 Bibliographie - Stratégies et Etudes de l Ademe N 9 : le réchauffement climatique une prise de conscience grandissante du grand public, février Stratégie et Etudes de l Ademe N 7 : Economie d Energie, il suffit de le faire!,novembre Epad : étude Mobilité et transport à la défense, Décembre World business council for sustainable development, Energy Efficiency in Buildings: transforming the market. - CREDOC, Consommation et mode de vie: pour les ménages la recherche du confort prime encore sur les économies d énergies, mars CREDOC, Maitrise des consommations dans les domaines de l eau et de l énergie, Cahier de recherche N 237, Novembre Ministère de l économie, rapport du groupe de travail : «Division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France à l horizon 2050». - GIEC, Bilan 2007 des changements climatiques: Rapport de synthèse - OECD Conference on Household Behaviour and Environmental Policy : " Household behaviour and the environment : Reviewing the evidence", 2008 OECD Survey on Household Environmental Behaviour: transport behaviour (Alejandro Guevara-Sanginés & José Alberto Lara-Pulido, Universidad Iberoamericana, México), The Determinants of Car Ownership and Use (Nick Johnstone, Ysé Serret and Clotilde Bureau) - DEFRA framework for pro environmental behaviours, January INSEE: données du recensement "Oser le marketing durable", Christophe Sempels, Marc Vandercammen Site internet : - Site de l'ademe : espace eco-citoyens : - Défi pour la terre : - Eco Drive Fiat - Act on CO2 platform: - site de l Ifen (SOeS) : - Every Action counts: - Campagne Ademe, faisons vite ça chauffe - Ethicity : typologie 2009 des consommateurs 62

63 Annexe 1 : Détails sur bâtiments et GES. I Que représente le bâtiment en termes de GES? I.1: Aspect généraux autour du bâtiment En France, le bâtiment représente 23% des émissions de CO2, et consomme plus de 42% de l énergie finale totale. S il existe un décalage entre consommation énergétique et rejet en équivalent CO2, c est que la France dispose d un parc nucléaire et hydroélectrique rejetant peu de GES comparativement à d autres sources énergétiques. Au vu de l importance du secteur dans les émissions de GES nationaux, la France ne pourra pas faire l économie d une politique ambitieuse de maîtrise de l énergie dans le secteur du bâtiment si elle souhaite atteindre le facteur 4. Plusieurs facteurs influencent l émission de GES dans ce secteur : - La démographie, puisqu il y a un lien mécanique entre nombre d individus et rejet en GES, - Les tendances sociales et culturelles, La dimension sociale va influer sur la taille du logement, l espace nécessaire par individu, le partage familial éventuellement car certaines sociétés seront marquées par des familles nucléaires quand d autres sont des familles élargies. Cela influence la quantité d énergie utilisée par personne, la multiplication des foyers est plus énergivore. La dimension culturelle de son côté influence surtout le degré de confort acceptable pour un individu, et donc directement, une fois encore, la consommation d énergie par habitant. Par exemple si un Américain rejette en moyenne 19 tonnes de carbone et un Français 7, c est aussi parce que l un désire plus de confort que l autre : climatisation, taille de la voiture, du réfrigérateur etc. - L architecture même des bâtiments et de l équipement influence la consommation énergétique et les rejets de GES par le degré de luminosité des appartements ou des maisons, l isolation thermique. - Le climat, qui iconditionne l énergie nécessaire au chauffage notamment, mais qui peut également être mis à profit pour la maîtrise de l énergie, notamment par le biais de captation de la pluie, de l énergie solaire et éolien etc. Dans le cadre du bâtiment, il nous a été demandé de réunir les informations permettant de voir quel est le degré de maîtrise énergétique pouvant être obtenue par l application d une série «d écogestes» à «bâtiment constant». Autrement dit, nous cherchons à savoir ce qu il est possible d économiser suffisamment d énergie et de GES sans modification structurelle des bâtiments. Nous prendrons donc en compte les gestes quotidiens visant à économiser les ressources énergétiques. Précisons que nous intégrerons dans ces gestes quotidiens les habitudes de consommation de biens d équipement. En effet, le choix d un consommateur vers un équipement énergivore ou non et branché au réseau, ne sera pas considéré comme une modification du bâti mais bien comme un changement d habitude à finalité économique et écologique. I.2. Les pollutions émises par le secteur : quelles évolutions? Le bâtiment est un secteur particulièrement important : 23% des GES français. 63

64 Cette importance du bâtiment dans le bilan énergétique français se conjugue à une augmentation importante de la consommation du secteur. On estime ainsi que le bâtiment consomme 22% d énergie supplémentaire en 2005 par rapport à 1973, du fait de l'accroissement du parc des bâtiments (+ 41 % de logements en 30 ans). Contrairement à d autres secteurs qui ont pu diminuer leur consommation. C est également l un des deux secteurs, avec les transports, où la maîtrise de la consommation se révèle difficile, notamment du fait de la structure du parc, 60% des bâtiments français étant construits avant 1975 date des premières règlementations thermiques. Autre raison : la diminution des consommations des bâtiments suppose de lourds aménagements structurels couplés à un changement des pratiques et habitudes des consommateurs. La consommation énergétique et les GES liés au secteur sont inégalement répartis entre les différents secteurs constitutifs de ce que nous appelons «le bâtiment». Ainsi, en France, 2/3 de l énergie consommée est due au résidentiel, 1/3 du tertiaire. La problématique est à la fois structurelle et comportementale. Figure 1 : L évolution de la consommation énergétique des différents secteurs en France de 1975 à 2005 Consommations/secteurs Par des rejets en eq ; CO2 Evolution des rejets Part dans la consommation énergétique finale TW/h Energie (production et transformation 13% - 9% Non renseigné Transport 26% + 23% 32% Industrie 20% - 22% 23% Bâtiment 19% + 22% 24% Agriculture/sylivculture 19% - 10% 2% Traitement des déchets. 3% - 8% Non renseigné Cette difficulté à réduire la consommation dans le bâtiment s illustre avec la comparaison entre secteur industriel et bâtiments. Nous pouvons en effet nous poser la question pourquoi l industrie a-telle réussi là où le bâtiment échoue? La principale raison incombe à une évolution économique structurelle qui a réduit le nombre d industries consommatrices d énergie en France du fait des délocalisations et de la tertiarisation de l économie. D autre part, il est plus facile pour le politique d établir des règlementations drastiques sur les moyens de productions que d obliger le citoyen à changer ses habitudes. L exemple de l île de France est éloquent, le nombre d entreprise a chuté de 28 % pour la décennie , allégeant la facture énergétique régionale. En revanche, le secteur tertiaire a augmenté sur la même période. 64

65 Figure 2 : Tableau de l évolution de la consommation d énergie en IDF. Cette analyse sectorielle nous permet déjà de nous faire une idée de l immensité de la tâche à accomplir pour modifier les comportements des individus et améliorer l efficacité énergétique des bâtiments résidentiels et tertiaires. Il semble en effet extrêmement difficile de réussir à réduire la consommation énergétique d un secteur en hausse, conséquence d une démographique dynamique et d une croissance économique qui n incorporent pas encore totalement les exigences environnementales. Fort de se constat, les pouvoirs publics ont pris une série d engagements importants pour rénover et améliorer structurellement le secteur du bâtiment en France. 65

66 I.3. On ne pourra se faire l économie d un changement structurel des bâtiments Du point de vue structurel, la performance du bâti tend à s améliorer, passant en moyenne de 350kWh/m² an en 1973, 245 kwh/m² an en Mais malgré cela, la consommation finale a progressé en volume de 24% entre 1973 et 2004 dans le secteur. Or lorsqu on sait que 60% du stock français à été construit avant 1975, et que le taux de remplacement de ces bâtis est de 0.2% l année, on comprend qu améliorer l efficacité moyenne par la construction de nouveaux bâtiments plus performants ne solutionnera jamais le problème. C est pourquoi, le Grenelle de l Environnement a décidé de rénover le bâti existant mais également de doter les logements neufs d'une efficacité énergétique maximale. Ainsi, d après le WBCSD 16 la ventilation des logements de type maison individuelle par type de classifications devrait suivre cette évolution dans les prochaines années : Figure 3 : Evolution prévue des classifications des logements en France. Source : EEB project: Transforming the market, energy efficiency in buildings Ces améliorations ont pour objectif, fixés dans le cadre de la loi de programmation du Grenelle de l Environnement, de réduire de 38% la consommation énergétique du parc des bâtiments existants d ici Cela est tout à fait possible : plusieurs exemples de rénovation montrent que des bâtiments anciens peuvent devenir beaucoup plus efficaces. En revanche, l objectif final reste le facteur 4, une division par 4 (75%) des émissions de GES d ici Exemple : L agglomération de Lyon a mené à bien la rénovation d'un immeuble ancien situé en centre ville en bâtiment basse consommation. Cette opération a été retenue dans le cadre de l'appel à projet Région Rhône Alpes et de l'appel à projets PREBAT de l'ademe comme «bâtiments démonstrateurs». La rénovation a permis de transformer un immeuble préalablement classé G (+ de 450 kwh/m2/an), en un bâtiment de classe B (de 51 à 90 KWh/m2). Composé de 9 logements (5T1, 3 T3 et 1 T4) et d'un commerce (barrestaurant) situé en rez-de-chaussée, l'immeuble a bénéficié d'une isolation renforcée de toutes les parois (murs, caves, garage, toit) par l'intérieur ou par l'extérieur avec de la laine minérale (entre 15 et 30 cm). Les fenêtres existantes ont toutes été remplacées par des fenêtres munies de triples vitrages peu émissifs à lames d'argon et des systèmes performants pour le chauffage (chaudière gaz à condensation collective), la ventilation (double flux) et la régulation ont été installés. Résultats : selon les simulations thermiques du projet, le nouveau bâtiment consomme désormais 70 kwh/m2/an d'énergie primaire dont 26 kwh/m2/an pour le chauffage, 20 kwh/m2/an pour l'eau 16 World Business Council for Sustainable Development 66

67 chaude sanitaire, 18 kwh/m2/an pour la ventilation et 6 kwh/m2/an pour l'éclairage. Le facteur 4 est ainsi dépassé et l'ensemble des consommations est de près de 30% inférieur aux exigences du label Effinergie réhabilitation pour la zone climatique concernée. Seules les consommations liées à la production d'eau chaude sanitaire sont supérieures aux objectifs du cahier des charges de la Région Rhône-Alpes, car il est impossible d'utiliser des capteurs solaires. Au total, les travaux auront coûté un peu plus d'un million d'euros. Ils ont été financés par la Région, l'etat, l'ademe, la ville de Lyon et l'office HLM de Lyon. Le surinvestissement est estimé à HT, soit environ 10% du total des travaux (98 HT par m2 de surface habitable). 54 % de ces surinvestissements sont liés aux travaux sur l'enveloppe du bâtiment (isolation et menuiseries). Article issu d Actu-Environnement.com - 10/07/2009 F. ROUSSEL Pour atteindre le facteur 4, un mélange entre incitations structurelles et comportementales est nécessaire : un logement francilien consomme en moyenne 1,44 tep/an. Depuis 2000, la consommation moyenne des logements croît chaque année de 3%, résultat de l'amélioration du confort de vie et de l'émergence de besoins énergétiques nouveaux. Ainsi, les usages thermiques de l électricité, très énergivores s'amplifient et, comme la moyenne des Français, les Franciliens acquièrent de plus en plus des équipements électroménagers et technologiques. Les appartements consomment en moyenne 1,26 tep/an et les maisons individuelles 1,89 tep/an. On ne pourra donc pas faire l économie d une rénovation structurelle des bâtiments. Ce faisant, une approche de développement durable doit avoir une approche totale. S attaquer à la structure sans créer le marché en sensibilisant les individus revient à dédouaner les responsabilités de chacun vis-àvis de nos empreintes sur l environnement. De plus, l urgence du réchauffement climatique nous incite à dire qu il faut agir sur le court terme. Or les programmes de rénovation ne seront, s ils sont suivis et appliqués par l Etat, réellement efficaces qu'en Un levier que l on peut tenter de mobiliser tout de suite, pendant le temps des restructurations, est donc celui des comportements. II. La place prépondérante du résidentiel : II.1 La répartition de la consommation énergétique dans le résidentiel en France. A. Analyse de la consommation du résidentiel en France, l importance du résidentiel : Ce tableau, nous aide à comprendre l importance du secteur résidentiel dans le total de consommations énergétiques du secteur du bâtiment : 2/3 environ du total de la consommation TWH du secteur. Agir sur les maisons individuelles ou les immeubles collectifs semblent donc clairement être un impératif si l on souhaite baisser les GES émis par le secteur. Tableau 1 : répartition de la consommation énergétique en France 2002 climat normal Maisons Individuelles Nombre (millions de logements) Surface (millions de m²) Conso Electricité (TWh) Conso Gaz (TWh) Conso Autres (TWh) Total Conso (TWH) ,5 99,7 99,

68 Immeubles Collectifs 10, ,1 89,8 35,0 167 Total 24, ,6 189,5 134,9 452 Bat. Tertiaire ,4 68,6 55,2 208 Total ,0 190,1 660 Résidences principales Source : Ademe Le résidentiel et le tertiaire n'ont pas les mêmes fonctions, un individu agit donc différemment selon le secteur. C est pourquoi nous avons cherché à décrire les principaux postes de consommation énergétique dans le résidentiel et le tertiaire séparément, puis nous avons cherché les possibilités qui s offrent à un individu dans chacun des secteurs sans modification du bâtiment. B. La prépondérance du chauffage. (Source soes) Figure 4 : Diagramme des différents postes de consommation énergétique dans le résidentiel Le chauffage représente aujourd hui environ 70% des consommations du résidentiel. Cependant sa part diminue, le remplacement des chaudières des bâtiments anciens a permis des économies et la consommation unitaire moyenne de chauffage du parc existant diminue de 44% depuis Précisons que la part du chauffage varie de 80 % de l énergie finale consommée pour un logement ancien à 30% pour un logement de classe A. 68

69 C. Une électricité spécifique en très forte augmentation ; Parallèlement, la consommation unitaire de l électricité spécifique augmente de 89%. Ainsi, pour l électricité, les usages captifs constituent le premier poste de consommation (41 %), devançant le chauffage (36 %), l ECS (14 %) et la cuisson (8 %). Trois usages domestiques captifs recouvrent à eux seuls, sensiblement à parts équivalentes, plus de 70 % des besoins spécifiques : l éclairage (11,5 TWh), le froid (15,4 TWh) et le lavage (11,8 TWh). La consommation énergétique des produits bruns (TV, magnétoscope, Hi-Fi, décodeurs ) est en forte croissance et représente aujourd hui plus de 16 % des consommations, notamment dans la fonction veille. Figure 5 : Répartition des consommations d électricité spécifiques par usage Source Ademe Cette consommation est directement liée au taux d équipement des ménages, plus le pouvoir d achat augmente, plus le ménage s équipe en recherchant pour un confort maximal. Or, si les initiatives européennes tel que l affichage de la consommation électrique des appareils électroménagers semble avoir porté leurs fruits, concernant la consommation d électricité visée par l étiquetage énergétique, nous constatons une stabilisation de la consommation d électricité des ménages. En effet, la consommation moyenne des réfrigérateurs a diminué de 33% en 10 ans et celle des lave-linges de 28%, mais le développement des TIC compense ces baisses. En effet, l audiovisuel et l informatique sont des postes en nette augmentation et tendent à compenser les économies obtenues par ailleurs. Source : Rapport TIC et Développement Durable CGEDD. 69

70 II.2 Les changements de comportement qui permettraient des économies de GES : Dans cette partie, nous allons dresser une liste, non exhaustive mais qui se veut la plus développée possible, de toutes les modifications d habitudes et de consommation qui permettraient d obtenir des résultats en termes d économies de GES. Ces gestes figurent dans la plupart des guides à destination du grand public, nous les avons réunis ici. A. Baisser le chauffage (72 % de la consommation). Une première conclusion semble être qu il faut agir premièrement sur la consommation d eau chaude et sur le chauffage. Plusieurs pistes sont évoquées régulièrement dans les multiples guides existants. Maîtrise des dépenses de chauffage par une meilleure disposition des radiateurs dans la pièce, - Eteindre ou baisser le thermostat des chauffages des pièces non utilisées la journée ; Baisser le thermostat d 1, de 20 à 19 : cela permet d économiser 7% d énergie et autant de GES. Eventuellement se doter d équipements plus efficaces. Ce renouvellement est plus complexe car il nécessite un investissement important de la part des ménages, même si des crédits d impôts existent. Source Ademe : Les économies réalisées par les différents systèmes de chaudière. 70

71 B. Modifier ses habitudes de consommation en choisissant des appareils moins voraces Ce point nous paraît être l un des plus prometteurs, en effet d un produit à l autre on constate des différences notables qui permettent une réduction importante des GES sur chaque appareil. Ce volet doit être accompagné d une information complète sur les différences de consommation énergétique. En effet, l étiquette énergie a fait ses preuves puisqu aujourd hui la plupart des appareils électroménager sont vendus avec une notation A ou B. En France, le bonus malus automobile a permis la même chose en déplaçant le marché automobile de 40% vers des modèles moins émetteurs! Les appareils concernés par l étiquette énergie européenne ; Réfrigérateurs, congélateurs et appareils combinés: 94/2/CE, 2003/66/CE, Lave-linge, sèche-linge et appareils combinés : 95/12/CE, 95/13/CE, 96/60/CE, 96/89/CE, Lave-vaisselle domestiques : 97/17/CE, 1999/9/CE, Fours domestiques : 2002/40/CE. Climatiseurs domestiques : 2002/31/CE, Ampoules électriques : 98/11/CE. b.1 L éclairage : Utiliser des ampoules à basses consommations permet d utiliser moins d énergie qu une ampoule à incandescence. entre 4 à 6 fois 71

72 Le remplacement d une ampoule classique de 100 W par une ampoule basse consommation de 20 W permet, tout au long de la durée de vie de la lampe, une économie d énergie de 800 kwh, (à noter que les ampoules à incandescence seront retirées de la circulation dans les prochaines années). b 2. Les équipements du «froid» Un réfrigérateur classique consomme en moyenne 360 kwh par an. Un réfrigérateur efficace de 200 litres consommera seulement 140 kwh par an. On a un gisement d économie de 50% environ pour un poste responsable de 30% de la consommation en électricité spécifique. A noter également qu un appareil froid américain consomme toujours 4 à 5 fois plus qu un appareil classique, même lorsqu il reçoit une notification A. b.3 Congélateur : Un congélateur "coffre" classique (200 litres) consomme environ 600 kwh par an, un appareil équivalent efficace n'en consomme qu'environ 200. Soit une économie annuelle de près de 400 kwh. b.4 Les lave-linges et sèche-linges. Un lave-linge classique consomme en moyenne 240 kwh par an, soit un coût de fonctionnement d'environ 26 euros. Un lave-linge performant consommera seulement 195 kwh par an, son coût de fonctionnement sera donc de seulement 21 euros. 80% de l'énergie consommée par une machine à laver est utilisée pour chauffer l'eau. Le reste de l'énergie est utilisée pour sécher et essorer. Une faible consommation d'eau va donc souvent de pair avec une faible consommation d'énergie. C est notamment pour cela que l étiquette énergie européenne renseigne également sur la consommation d eau des modèles. Cet appareil très gourmand en énergie ne doit être acheté que quand il est réellement indispensable. Il est préférable d'opter pour une machine à laver avec une vitesse d'essorage élevée (supérieure à 900 tours/min) et un séchage à l'air libre. Si on ne peut pas faire autrement, on optera pour le séchage dans une pièce chaude du logement. 72

73 Les sèche-linge économes n'existent pas. Les seules économies réalisables viendront d'un meilleur essorage. On obtiendra ainsi une consommation de 320 kwh contre 370. Ils sont de plus en plus performants. L'étiquette énergie renseignera sur la consommation d'eau, d'énergie et l'efficacité de lavage. Les lave-vaisselle économes consomment environ 230 kwh par an contre 290 pour les appareils classiques. B.5 La cuisson : La cuisson représente environ 8% de la consommation totale d un ménage. Le changement des plaques, par des plaques à induction permet d économiser environ 30% d énergie par rapport aux surfaces vitrocéramiques «normales». B.6 La Télévison Le téléviseur est une source de consommation croissante dans les ménages, en effet les nouveaux écrans plasma et LCD sont des appareils énergivores. Cependant rien n empêchera le mouvement de fond qui s est engagé sur le marché du téléviseur. En 2006, ce sont 2,6 millions de ces téléviseurs qui se sont vendus, de plus la taille moyenne a augmenté de 19% cette même année, entrainant un surcroît de consommation. «La consommation d un téléviseur ordinaire est en moyenne de 160 kwh par an. Avec les écrans plasma ou les dalles LCD, on grimpe à 650 kwh/an. Soit une consommation multipliée par 4» C. Optimiser l utilisation des machines. C1. Les dépenses «invisibles», les veilles et les chargeurs : Une famille bien équipée en audiovisuel (graphique ci-dessous) peut consommer de moins de 100 à plus de 800 kwh/an, uniquement avec les appareils en veille. Ces veilles représentent une forte proportion de l énergie utilisée par les appareils, ainsi pour le cas d un magnétoscope : Si une TV consomme 10W en veille et 70W en activité, il faut la regarder plus de 3h par jour (voir équation ci dessous) pour qu'elle consomme plus en activité qu'en veille! 73

74 Les veilles peuvent être remplacées par des veilles plus sobres, il faudra alors orienter le consommateur vers l achat de ces produits. Moyennes des consommations d énergie par type d appareil Source : Enertech 2002 Il est également indispensable d encourager les fabricants à vendre des appareils munis de boutons «veille». Ainsi les nouveaux box internet restent constamment allumés même lorsqu on quitte le domicile pour travailler! Enfin encourager et informer les ménages pour éteindre les veilles des appareils, notamment par le biais de prises multiples facilement atteignables par un interrupteur. C2. L utilisation des appareils éléctro-ménagers : lave-linges, réfrigérateurs etc. Une importante part des dépenses énergétiques peut venir de la mauvaise utilisation des appareils dont dispose le ménage. Par exemple, la variété de modes d un lave-linge peut entrainer le mauvais choix en terme énergétique, pour un résultat quasiment identique. Or entre un cycle de lavage à moins de 30 C qui consomme 8.76 KWh et un à 60 C de KWh, nous constatons une différence importante de 32%, soit autant de GES évités. 74

75 L utilisation des lave-linges : On peut développer l idée avec le positionnement d un réfrigérateur par rapport aux plaques de cuisson, bien que parfois on ne puisse pas faire autrement (studio étudiant par exemple) on trouve nombre de cuisine avec le réfrigérateur positionné à côté des plaques de cuisson, source de chaleur. La cuisson Pour un ménage typique de quatre personnes, la consommation électrique dévolue à la cuisson et à la préparation des aliments avoisine les 450 kwh/an, soit un peu plus que la consommation d'un frigo. La moitié de cette consommation concerne les plaques de cuisson, un quart le four, et le reste est réparti entre les différents appareils spécifiques tels que machine à café, bouilloire électrique... Systématiquement mettre un couvercle sur la casserole, cela permet d économiser ¼ de l énergie dépensée pour la cuisson. Utiliser des marmites à vapeur qui cuisent les aliments plus vite avec 4 à 6 fois moins d énergie que les casseroles traditionnelles. Eteindre les plaques électriques 5 minutes avant la fin de cuisson, pour utiliser la chaleur résiduelle. Chauffer l eau avec une bouilloire électrique, c est plus rapide et économique qu avec la casserole. C3. Les déchets Les déchets représentent également une part non-négligeable des émissions de GES des ménages. Même si les ménages ne représentent que 4% du gisement total des déchets, cela représente tout de même 28 millions de tonnes en 2004, cela représente 354kg par habitant, par an. 75

76 On constate de plus, que le taux de recyclage reste «faible» comparé aux autres méthodes de traitement des déchets, en 2004 les déchets des ménages ont été traités de la sorte : - stockage : 38 % des quantités collectées - traitement thermique : 43 % des quantités collectées - tri pour recyclage : 13 % des quantités collectées - traitement biologique : 6 % des quantités collectées L idéal est donc d encourager les citoyens à - recycler plus et mieux. Composter les déchets organiques. A noter que bien que ceux-ci relâchent du méthane lors de leur décomposition, ils peuvent être ensuite utilisés en terreau ce qui permet une économie de GES par rapport au ramassage/incinération. Mais surtout insister sur un nouvel axe encore mal compris : consommer des produits moins polluants. L idée ici est de montrer qu une meilleure lutte contre les déchets consiste à ne pas les produire! D où l importance lors des achats de veiller aux choses suivantes : Acheter des produits labélisés par des organismes compétents, prouvant que le produit est conçu de manière écoresponsable - Veiller à acheter des produits au format familial Regarder les emballages des produits lors de l achat, faut-il acheter des dosettes à café chères et polluantes ou choisir un paquet? 76

77 IV Le cas du résidentiel IV.1 La consommation par branche en France : Consommations d'énergies par usage - Secteur tertiaire Pour l ensemble du secteur tertiaire, l usage chauffage représente encore, comme dans le résidentiel mais dans une moindre mesure, le premier poste de consommation avec 54 % de la consommation totale. Le second poste recouvre les usages spécifiques de l électricité (26 %). La climatisation représente environ 5 % de la consommation totale du secteur. Tertiaire : consommations énergétiques finales par usages en 2001 Consommations d énergie (TWh) Branches Chauffag e ECS Cuisson Electricité spécifique Climatisation Total Commerces 22,2 2,9 1,1 20,5 2,9 49,7 Bureaux 28,5 1,4 0,8 16,3 4,2 51,2 Enseignement 19,9 2,4 1,6 2,3 0,3 26,6 Santé, action sociale 14,9 3,7 1,2 5,3 1 26,6 Sports, loisirs 9,1 3,8 0,4 2,9 0,8 17 CAHORE 9,8 2,6 5,9 3,3 0,9 22,6 Habitat communautaire 7 2,1 1,3 1,9 0,1 12,3 Transports 4 0,5 0,2 3,8 0,1 8,7 Total 115,4 19,4 12,7 56,3 10,3 214,1 Parts en % 54 % 9% 6% 26 % 5%

78 Quels sont les changements de comportements possibles au travail? Nous nous intéresserons dans un premier temps aux éco-gestes au bureau, que l on retrouve dans la plupart des autres branches, notamment celles du commerce et de l enseignement. IV.2 Les éco-gestes possibles au bureau : La liste des éco-gestes au bureau visant à maitriser l énergie est moins développée que celle du résidentiel car la plupart des achats ne sont pas décidés par l individu mais par la direction responsable des achats. C est pourquoi on ne peut qu encourager les changements de comportement vis-à-vis de l utilisation de l environnement bureautique, de l éclairage ou encore du chauffage. Le chauffage : - Informer les techniciens si le chauffage semble trop élevé au lieu d ouvrir la fenêtre. Utiliser le moins possible les appareils de chauffage d appoint et les ventilateurs qu on a tendance à oublier. L éclairage : Utiliser au maximum la lumière naturelle, trop souvent l éclairage est allumé quasi automatiquement dans les bureaux. - Eteindre la lumière du couloir si celui-ci n est pas un lieu de passage fréquenté. Bureautique : Eteindre le poste de travail lorsqu on quitte son bureau pour une longue période. Pour des plus courtes périodes, au moins le mettre en veille. Déchets : Le papier est une source de pollution qui représente 80kg par employé de bureau en France. Cela représente 2 arbres, et c est donc potentiellement source de rejet en GES si le papier n est pas recyclé. Des gestes simples permettent de réduire de moitié la consommation de papier : - Imprimer en recto-verso - N imprimer qu en cas de réelle nécessité. - Recycler le papier. Encre : Les encres de couleurs sont plus polluantes que le noir et le blanc. Il convient donc d imprimer au maximum en noir et blanc. On retrouve tous ces exemples dans les autres secteurs, l Education nationale pour le papier, le chauffage et l éclairage par exemple, idem pour les centre commerciaux qui emploient la moitié de l énergie dans l'éclairage. 78

79 Figure 6 : Répartition de l utilisation classique d un «mall» américain, pouvant être comparé à un centre commercial classique : V. Quelle économie de GES possible? Après avoir constaté l ensemble des mesures et des gestes quotidiens qu il est possible d employer, relativement facilement, pour adopter des comportements plus sobres, nous devons nous poser la question de leurs effets sur les émissions de GES. Il n est pas évident de convertir les économies de Co2 constatées par ménage, en effet chaque ménage peut adopter une série de gestes différents en fonction de plusieurs variantes économiques, sociales, culturelles etc. Cependant, plusieurs organismes ont fait des études et permettent de prévoir un ordre de grandeur des GES «économisables» dans l idéal où les citoyens changeraient leur mode de consommation dans le secteur du bâtiment. 79

80 V.1 Les économies possibles dans le secteur résidentiel A. Selon le World Business Council for sustainable Development, l économie possible dans la transformation des comportements est résumée par le tableau suivant : Le World Business Council for Sustainable development dans son étude transforming the market, energy efficiency in buildings effectue une étude de la consommation énergétique par poste. Avec l évolution possible ( Conservation behavior) si les mesures du Grenelle sont prises en compte. (Modelisation EEB du WBCSD). B. Enfin le CREDOC a mené une étude et est arrivé au résultat suivant, repris par l ADEME. Sur le modèle de ce qu il avait fait à propos de la consommation d eau, le CREDOC a fait une simulation de deux familles composées de 4 personnes. L une est la famille Gaspi et l autre AntiGaspi. On observe grâce à cette simulation que lorsqu on compare les deux consommations en KWh Par an, on passe de à 2719 Kw/h. Les chiffres paraissent impressionnants. D une famille à l'autre, on constate 75 % de différence! Bien entendu, il s agit là de deux extrêmes. La deuxième partie de l étude nous montre l économie réalisée par rapport à la moyenne (sachant qu on suppose dans ce cas que les familles se chauffent à l électricité). On constate que par l adoption des quelques gestes de la famille AntiGaspi, on arrive à une économie en équivalent CO2 de : 1481*0.09 = 133 kg de CO2 économisé, soit une réduction de 35% par rapport à la moyenne et 75% par rapport à l hypothèse «gaspi». On en arrive avec le CREDOC aux mêmes résultats que dans le cas précédent. 80

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 412 Avril 2013 Baromètre d opinion sur l énergie et le climat en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE L énergie éolienne jouit d une image très positive,

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

Le plaisir de la simplicité!

Le plaisir de la simplicité! Les Français et la consommation responsable Le plaisir de la simplicité! Mars En collaboration avec Aegis Media Solutions Et avec le soutien de I ADEME Edito par Elizabeth Pastore-Reiss, Présidente d Ethicity

Plus en détail

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour

Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Une étude Ipsos / Logica Business Consulting pour Valeurs, identité et aspirations des jeunes avant l élection présidentielle Mars 2012 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Glamour

Plus en détail

Observatoire des familles

Observatoire des familles Observatoire des familles L Essentiel Novembre 2015 Pratiques actuelles d économie d énergie Equipement des logements et énergies utilisées Champagne- Ardenne L énergie dans les logements en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Bilan Carbone 2009-2010

Bilan Carbone 2009-2010 Bilan Carbone 2009-2010 Dauphin Subaquatique Club 6, rue Mansart 75009 PARIS dsc.asso.fr Introduction 1 Changement climatique : l'urgence d'un état des lieux 1 La méthode Bilan Carbone 1 Quels chiffres

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Baromètre 10 000 ménages : Les ménages français face à l efficacité énergétique de leur logement en 2013

Baromètre 10 000 ménages : Les ménages français face à l efficacité énergétique de leur logement en 2013 Baromètre 10 000 ménages : Les ménages français face à l efficacité énergétique de leur logement en 2013 Synthèse d enquête Septembre 2014 Résultats de l enquête barométrique «Les équipements et les comportements

Plus en détail

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010

ADEME. Les Français et les Energies Renouvelables. Baromètre 2010 ADEME Les Français et les Energies Renouvelables Baromètre Contexte de l étude La France mise sur le développement des énergies et matières renouvelables pour : Réduire sa dépendance à la fois sur le plan

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise

Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise Les leviers d une mobilité durable pour le grand public et les chefs d entreprise 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

Sondage - Les Rendez-vous de l énergie. Perception des Témiscabitibiens à l égard des questions énergétiques

Sondage - Les Rendez-vous de l énergie. Perception des Témiscabitibiens à l égard des questions énergétiques Sondage - Les Rendez-vous de l énergie Perception des Témiscabitibiens à l égard des questions énergétiques Réalisé en Abitibi-Témiscamingue à l automne 2010 Dans le but de susciter un débat ouvert dans

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail

Passons à l action! Pour aller plus loin, compensez! http://www.actioncarbone.org/calculateur

Passons à l action! Pour aller plus loin, compensez! http://www.actioncarbone.org/calculateur Le coût des énergies augmente et les ressources fossiles (gaz, pétrole) se font rares. Or dans la plupart de nos actions quotidiennes, nous utilisons de l énergie et émettons des gaz à effet de serre qui

Plus en détail

l argent et le crédit Étude sur les femmes,

l argent et le crédit Étude sur les femmes, Étude sur les femmes, l argent Ally McBeal,, Alice Nevers, Carrie Bradshaw, Clara Sheller qu ont donc en commun toutes ces femmes? Ces nouvelles héroïnes sont célibataires! Les femmes célibataires représentent

Plus en détail

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Vague 8 Principaux enseignements Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au 13 septembre 2014 auprès d un

Plus en détail

Camille DEMAZURE Mars 2014 1

Camille DEMAZURE Mars 2014 1 Camille DEMAZURE Mars 2014 1 Les principes guidant au projet CARBONUS Ville Neuve est une ville résolument tourné vers l avenir. Dynamique et moderne, elle attire de plus en plus de jeunes ménages par

Plus en détail

Les seniors et les réseaux sociaux. Rapport d étude. www.lh2.fr

Les seniors et les réseaux sociaux. Rapport d étude. www.lh2.fr Les seniors et les réseaux sociaux Anne-Laure GALLAY Directrice de clientèle Département Opinion Institutionnel 01 55 33 20 90 anne-laure.gallay@lh2.fr Rapport d étude Domitille HERMITE Chef de groupe

Plus en détail

Rencontres nationales du Transport Public

Rencontres nationales du Transport Public Rencontres nationales du Transport Public Présentation des résultats du sondage 7 NOVEMBRE 2007 Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d Opinion Brice TEINTURIER / Guénaëlle GAULT / Sarah BASSET

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Fiche technique Sondage réalisé pour : MALONGO Dates de réalisation : Les 22 et 23 mars 2006 Échantillon national de 1000 personnes, représentatif

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

MG/AM/AB N 110586 Contacts IFOP : Magalie GERARD / Adeline MERCERON / Alexandre BOURGINE Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com.

MG/AM/AB N 110586 Contacts IFOP : Magalie GERARD / Adeline MERCERON / Alexandre BOURGINE Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com. MG/AM/AB N 110586 Contacts IFOP : Magalie GERARD / Adeline MERCERON / Alexandre BOURGINE Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com pour Enquête d opinion des Finistériens Volet «énergie» Synthèse des principaux

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

THEME 4 : Eco-citoyenneté

THEME 4 : Eco-citoyenneté Saint-Chamond 2020, un projet de développement durable pour Saint-Chamond, construit avec tous les citoyens ATELIERS CITOYENS : Partageons nos points de vue sur Saint-Chamond! THEME 4 : Eco-citoyenneté

Plus en détail

Observatoire de l'éco-responsabilité du tertiaire

Observatoire de l'éco-responsabilité du tertiaire Observatoire de l'éco-responsabilité du tertiaire Riposte Verte publie les résultats de sa seconde enquête : «Quelles écopratiques dans le secteur tertiaire?». Alors que la première enquête portait sur

Plus en détail

DE L EFFICACITE ENERGETIQUE A L EFFICACITE CLIMATIQUE

DE L EFFICACITE ENERGETIQUE A L EFFICACITE CLIMATIQUE Novembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic DE L EFFICACITE ENERGETIQUE A L EFFICACITE CLIMATIQUE Note de conjoncture L efficacité énergétique est un axe fondamental de la stratégie

Plus en détail

Contribution climat-énergie

Contribution climat-énergie Contribution climat-énergie La comprendre, c'est l'adopter Pourquoi a-t-elle un rôle essentiel dans la protection du climat? En quoi êtes vous concerné? Est-ce une Contrainte ou une opportunité? 6 pages

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE

EFFICACITE ENERGETIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable EFFICACITE ENERGETIQUE 1 ère STI2D CI4 & CI5 : Efficacités énergétiques active & passive Cours ET 1. Problématique 1.1. Enjeux environnementaux

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Des changements dans les habitudes mais des investissements coûteux

Des changements dans les habitudes mais des investissements coûteux n o 11 - décembre 2010 RÉUNION Pratiques environnementales Des changements dans les habitudes mais des investissements coûteux Des pratiques emblématiques liées à l environnement comme le tri des déchets,

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Année de référence : 2014 Edition 2015 LE BILAN GES DE L ULCO Dans le cadre de la législation, le Pôle de Recherche et d Enseignement

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CHIFFRES CLÉ Étude quantitative sur le tourisme responsable

CHIFFRES CLÉ Étude quantitative sur le tourisme responsable CHIFFRES CLÉ Étude quantitative sur le tourisme responsable Informations générales : Les résultats présentés sont les conclusions d une étude réalisée par Dedicated Research et commandée par le Trade for

Plus en détail

ARF Association des Régions R

ARF Association des Régions R ARF Association des Régions R de France L opinion publique face au changement climatique et à ses effets sur les modes de transports -Enquête CECOP/CSA réalisée pour l ARF -Présentation dans le cadre du

Plus en détail

MOBILITE ELECTRIQUE : EDF ET CITIZ PRESENTENT LE 1 ER DISPOSITIF D AUTOPARTAGE DE VEHICULES ELECTRIQUES DE LA REGION CENTRE

MOBILITE ELECTRIQUE : EDF ET CITIZ PRESENTENT LE 1 ER DISPOSITIF D AUTOPARTAGE DE VEHICULES ELECTRIQUES DE LA REGION CENTRE MOBILITE ELECTRIQUE : EDF ET CITIZ PRESENTENT LE 1 ER DISPOSITIF D AUTOPARTAGE DE VEHICULES ELECTRIQUES DE LA REGION CENTRE Le 12 septembre prochain, EDF Commerce Grand Centre présentera en collaboration

Plus en détail

MOBILITÉ. n 4. ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par :

MOBILITÉ. n 4. ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par : dequestions Janvier 2010 MOBILITÉ n 4 Comment et pourquoi se déplacent les habitants? Des différences selon les communes? ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par : Comment

Plus en détail

DOSSIER P RESSE. Et c'est reparti!

DOSSIER P RESSE. Et c'est reparti! DOSSIER P RESSE 2015 Depuis 2008, ce sont plus de 23 000 familles en France, qui ont réussi à réduire de 12 % en moyenne leurs consommations d'énergie. Et c'est reparti! projet conçu par Sommaire 1 2 3

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Qui sont les usagers des transports en France?

Qui sont les usagers des transports en France? 1 Qui sont les usagers des transports en France? PANEL - Les usagers des transports en France - - novembre 2015 - LE PANEL Résultats d une enquête sur les aspirations et les pratiques de mobilité des Français

Plus en détail

ENA.4 Enquête nationale sur l autopartage entre particuliers

ENA.4 Enquête nationale sur l autopartage entre particuliers ENA.4 Enquête nationale sur l autopartage entre particuliers Septembre 2015 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par : 6t-bureau de recherche N de contrat : 1466C0031 Coordination technique : CHASSIGNET

Plus en détail

BILAN CARBONE 2009 SYNTHESE. cadet international groupe setec

BILAN CARBONE 2009 SYNTHESE. cadet international groupe setec BILAN CARBONE 2009 SYNTHESE cadet international groupe setec Juillet 2010 Sommaire I. Contexte et enjeux... 3 II. Périmètre du Bilan Carbone... 4 III. Résultats... 5 Déplacements... 6 Immobilisations /

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature

Plus en détail

Observatoire. de la Responsabilité Sociétale de l Entreprise (RSE) EDITION 2012

Observatoire. de la Responsabilité Sociétale de l Entreprise (RSE) EDITION 2012 Observatoire de la Responsabilité Sociétale de l Entreprise (RSE) EDITION 2012 ÉDITORIAL En 1987, la commission Bruntland donne la définition du développement durable «le développement durable répondrait

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

2011 MasterIndex. sur les femmes et la technologie

2011 MasterIndex. sur les femmes et la technologie 2011 MasterIndex MC sur les femmes et la technologie État de la situation MasterCard: Au premier plan de l évolution de la technologie mobile Du paiement sans contact aux paiements mobiles, MasterCard

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

Be Green. Vivez mieux, vivez sain. Pierre Burgy Lucas Fayolle Thibaut Haenlin Hugo Mingoia Samuel Renault

Be Green. Vivez mieux, vivez sain. Pierre Burgy Lucas Fayolle Thibaut Haenlin Hugo Mingoia Samuel Renault Be Green. Vivez mieux, vivez sain Pierre Burgy Lucas Fayolle Thibaut Haenlin Hugo Mingoia Samuel Renault Sommaire LA FING LE PROJET «MESINFOS» L ÉQUIPE L IDÉE BENCHMARK ANALYSE EXTERNE L APPLICATION ANALYSE

Plus en détail

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu Le baromètre de l opinion des Français sur la mobilité durable Prospective à 2030 - Vague 3 du baromètre de l'institut CSA dans le cadre des 5 ème Ateliers de la Terre, Forum International pour le Développement

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

Objet : Réponse des autorités françaises à la consultation publique «Soutien financier pour l énergie dans les bâtiments»

Objet : Réponse des autorités françaises à la consultation publique «Soutien financier pour l énergie dans les bâtiments» Mai 2012 NOTE DES AUTORITES FRANÇAISES Objet : Réponse des autorités françaises à la consultation publique «Soutien financier pour l énergie dans les bâtiments» Les autorités françaises souhaitent apporter

Plus en détail

Fiche action Petit déjeuner de la mobilité

Fiche action Petit déjeuner de la mobilité Fiche action Petit déjeuner de la mobilité Eco E Team Sommaire Le jour de cette opération, le personnel est invité à se rendre à l administration communale par un autre moyen que la voiture individuelle.

Plus en détail

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier 23/05/2013 Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier L université Joseph Fourier s est engagée dans la réalisation de son propre Bilan des Emissions de Gaz à Effet

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques»

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» * Bureau d études Néerlandais indépendant spécialisé dans les questions environnementales et la recherche

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Validation du bilan de GES et approbation des orientations stratégiques du programme d'actions Rapport n 404 au CONSEIL GENERAL du 21 décembre 2012 L'ENGAGEMENT DU CONSEIL

Plus en détail

BULLETIN TOUJOURSVERT

BULLETIN TOUJOURSVERT NUMÉRO 2 MAI À AOÛT 2014 TOUJOURSVERT BULLETIN NOTRE ENGAGEMENT + VOTRE PARTICIPATION = TOUJOURSVERT La liste des engagements ToujoursVert de Bentall Kennedy comprend l efficacité énergétique, la réduction

Plus en détail

Communiqué de presse - 1 -

Communiqué de presse - 1 - Communiqué de presse - 1 - Nouvelle étude internationale de Continental : Les véhicules hybrides et électriques sont de mieux en mieux considérés par les automobilistes du monde entier Continental, grand

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

les moteurs diesel modernes polluent grosso modo cinq fois moins que les anciens.

les moteurs diesel modernes polluent grosso modo cinq fois moins que les anciens. Qu y a-t-il de commun entre un vieux camion et une voiture diesel moderne? Pas grand-chose, sauf la guerre que leur livre la maire de Paris Anne Hidalgo dans sa lutte contre la pollution urbaine. En cette

Plus en détail

Enquête Déplacements du personnel de l Université Joseph Fourier

Enquête Déplacements du personnel de l Université Joseph Fourier Enquête Déplacements du personnel de l Université Joseph Fourier Présentation devant le CA de l UJF Pierre Kermen. Chargé de mission développement durable UJF Etude réalisée avec le concours de la société

Plus en détail

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Thématique de travail possible n 1 RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Constat/Diagnostic On assiste depuis quelques années à une diffusion croissante de pratiques dites «responsables»

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

CONTRIBUTION DU GROUPEMENT DES BAILLEURS SOCIAUX DE LA VIENNE (GBSV) «PRECARITE ENERGETIQUE» PDALPD DE LA VIENNE

CONTRIBUTION DU GROUPEMENT DES BAILLEURS SOCIAUX DE LA VIENNE (GBSV) «PRECARITE ENERGETIQUE» PDALPD DE LA VIENNE CONTRIBUTION DU GROUPEMENT DES BAILLEURS SOCIAUX DE LA VIENNE (GBSV) «PRECARITE ENERGETIQUE» PDALPD DE LA VIENNE Le Mouvement Hlm national s est engagé, dans le cadre de son projet adopté en 2008 puis

Plus en détail

C H A R T E D E L É C O A T T I T U D E. Un outil pour développer les bonnes pratiques...

C H A R T E D E L É C O A T T I T U D E. Un outil pour développer les bonnes pratiques... C H A R T E D E L É C O A T T I T U D E Un outil pour développer les bonnes pratiques... Notre ambition : transformer nos convictions en actions Comment utiliser ce document? Véritable guide des gestes

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2 dues au transport urbain? Mohamed Mezghani Paris, le 22/09/2011

Comment réduire les émissions de CO 2 dues au transport urbain? Mohamed Mezghani Paris, le 22/09/2011 Comment réduire les émissions de CO 2 dues au transport urbain? Mohamed Mezghani Paris, le 22/09/2011 Quelques chiffres Transport et produits pétroliers sont fortement interdépendants : le transport dépend

Plus en détail

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Ecole Nationale de Commerce et de Gestion L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Année universitaire : 2011/2012 1 Introduction..3 Chapitre 1 : Généralités sur le développement

Plus en détail

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX!

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! RÉSULTATS 2015 GREENWASHING CONTRAINTES PERFORMANCE SENS MODALITÉS DE RÉALISATION DU BAROMÈTRE Des Enjeux et des Hommes

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Lundi 18 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Cette réunion permettra de faire un point et d'étudier les perspectives

Plus en détail

PRÊTS À CHANGER DOSSIER DE PRESSE LES RHÔNALPINS. Principales conclusions de l étude d opinion sur la qualité de l air.

PRÊTS À CHANGER DOSSIER DE PRESSE LES RHÔNALPINS. Principales conclusions de l étude d opinion sur la qualité de l air. DOSSIER DE PRESSE 17 octobre 2013 LES RHÔNALPINS PRÊTS À CHANGER Principales conclusions de l étude d opinion sur la qualité de l air CONTACT PRESSE communication@air-rhonealpes.fr 04 72 81 66 52 ou 06

Plus en détail

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France

Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France AIRPARIF Surveillance de la Qualité de l Air en Ile-de-France Evaluation prospective des émissions et des concentrations de polluants atmosphériques à l horizon 2020 en Ile-de-France Gain sur les émissions

Plus en détail

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Ce guide fait partie de la campagne paneuropéenne de sensibilisation sur la RSE menée à l initiative de

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Plan de Déplacements Inter-Entreprises. se mobiliser, tous ensemble

Plan de Déplacements Inter-Entreprises. se mobiliser, tous ensemble Plan de Déplacements Inter-Entreprises IT COVO E URAG se mobiliser, tous ensemble Contexte Depuis un demi-siècle, l extension spatiale des villes en France s est effectuée principalement dans les couronnes

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LES ENJEUX DE LA MOBILITE DURABLE

LES FRANÇAIS ET LES ENJEUX DE LA MOBILITE DURABLE LES FRANÇAIS ET LES ENJEUX DE LA MOBILITE DURABLE Synthèse de l étude réalisée pour la MACIF Vague 5 - Août 2011 L enjeu de la protection de l environnement recule, cette année encore, dans la hiérarchie

Plus en détail

ECO-CITOYEN AU BUREAU

ECO-CITOYEN AU BUREAU ECO-CITOYEN AU BUREAU Au sein de votre vie quotidienne, vous avez déjà fait évoluer vos comportement, afin de préserver la planète : vous triez vos déchets à la maison et faites des gestes simples pour

Plus en détail

2013-2017 PROGRAMME I REDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE DU FONCTIONNEMENT DE LA REGION ET DES LYCEES PUBLICS. Mars 2013.

2013-2017 PROGRAMME I REDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE DU FONCTIONNEMENT DE LA REGION ET DES LYCEES PUBLICS. Mars 2013. 2013-2017 PROGRAMME I REDUCTION DE L EMPREINTE CARBONE DU FONCTIONNEMENT DE LA REGION ET DES LYCEES PUBLICS Mars 2013 Document 3/6 SOMMAIRE INTRODUCTION 1 BILANS DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE...5

Plus en détail

L éco-consommation. L éco-consommation

L éco-consommation. L éco-consommation L éco-consommation L éco-consommation Agenda Préoccupations des wallons Perception de l implication personnelle Effort réalisé 4 profils de consommateurs 4 logiques de perception 4 logiques de comportement

Plus en détail

L éco-responsabilité, l innovation douce. 16, 17 et 18 mars 2011 Apt, Gréoux-les-Bains et Arles

L éco-responsabilité, l innovation douce. 16, 17 et 18 mars 2011 Apt, Gréoux-les-Bains et Arles L éco-responsabilité, l innovation douce 16, 17 et 18 mars 2011 Devenir éco-responsable Une démarche éthique? Un objectif économique? Une réponse à l évolution de la demande? Yannick Le Magadure Comité

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

EcoScope. Vague 9 Juillet 2015

EcoScope. Vague 9 Juillet 2015 EcoScope Vague 9 Juillet 2015 Contact : Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com 1 La méthodologie

Plus en détail

Economie de papier dans les écoles

Economie de papier dans les écoles Economie de papier dans les écoles Equipe de projet: Lucas Vezzoli, Yacine Boudarene, Marine Lab Métier: Etudiant Année d'apprentissage: 1 ère année Nom de l'école ou de l'entreprise: CEFF Commerce Nom

Plus en détail

Le péage urbain à Montréal

Le péage urbain à Montréal Le péage urbain à Montréal Pourquoi implanter un système de péage urbain à Montréal? Les principales fonctions d un éventuel péage à Montréal sont de : Réduire la congestion sur les routes menant au centre

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

Pour atteindre cet objectif, Ecoplan et l IMU ont appliqué les méthodes suivantes:

Pour atteindre cet objectif, Ecoplan et l IMU ont appliqué les méthodes suivantes: Résumé Objectif et méthode d analyse Au cours de ces dernières années, le marché des vélos électriques (e-bikes) a connu un fort développement en Suisse. En 2007, le nombre de vélos électriques vendus

Plus en détail

Consommation durable et Typologie des consommateurs 2015

Consommation durable et Typologie des consommateurs 2015 Lundi 1er Juin 2015 Consommation durable et Typologie des consommateurs 2015 Etude Ethicity Le temps de l engagement réciproque? A l heure de la COP 21, l environnement motive moins et ¼ des Français se

Plus en détail