Questions d experts en physique Réponses données par Claude ASLANGUL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Questions d experts en physique Réponses données par Claude ASLANGUL"

Transcription

1 Questions d experts en physique Réponses données par Claude ASLANGUL A propos des relations entre mathématiques et physique 1 Les quarks sont des particules élémentaires et ils semblent n'être constitués d'aucune autre particule. Mais les mathématiques et la physique quantique, ne permettent-elles pas d'entrevoir l'existence d'autre constituants élémentaires au-delà des quarks, et ainsi de suite toujours vers l'infiniment petit? Le préon est-il toujours un candidat potentiel? La notion de divisibilité à l'infini est fort différente selon que l'on se place en mathématiques ou en physique, et se rattache à celle de continu, notion fort difficile pour le mathématicien, mais qui a un caractère éminemment relatif pour le physicien - et jamais définitif comme en témoignent les interrogations de Schrödinger qui, à la fin de sa vie, (re)posa la question de savoir si des grandeurs comme le temps ou les coordonnées spatiales devaient être décrites par des variables continues ou non. S'en tenant strictement au point de vue du physicien : toute expérience, toute mesure n'a de sens qu'une fois précisée l'échelle à laquelle on se place. Un objet macroscopique (une bille, une table) semble continu puisqu'il remplit l'espace perceptible avec nos sens. En réalité, toute la matière est faite d'atomes - et on a même découvert à l'orée du 20 e siècle que l'atome est essentiellement de l'espace vide. Dès lors comment seulement définir la longueur de la table, ou le diamètre de la bille si on ''regarde'' à l'échelle atomique? De même, s'il s'agit de tirer sur une cible, la description sera complètement différente selon qu'il s'agit de jouer aux fléchettes ou d'envoyer des particules alpha sur une mince feuille métallique. Que l'on se souvienne de la stupéfaction de Rutherford... Ceci renvoie d'ailleurs à d'autres questions très intéressantes, comme Jean Perrin l'a noté au début du 20 e siècle, en posant la question : Quelle est la longueur de la côte de Bretagne?, initiant de façon visionnaire les recherches sur les structures dites fractales, que des mathématiciens avaient depuis peu imaginées. Un point essentiel pour le physicien est la notion d'échelle, qui fixe les ordres de grandeur des quantités qu'il entend mesurer et décrire, c'est-à-dire celles qui, comme Feynman l'a souvent rappelé, doivent apparaître dans la théorie parce qu'elles sont mesurables (elles et elles seules d'ailleurs, précisait-il). C'est à cette aune que l'on doit apprécier la notion de divisibilité. De ce fait, et parce qu'aller dans les dimensions ''infiniment petites'' c'est aller vers des énergies de plus en plus grandes, on est forcément limité, à une époque donnée, par le domaine d'énergie que l'on peut explorer. Aucune expérience effectuée à ce jour n'impose d'imaginer que les quarks sont des objets composites, ou que l'électron ne serait pas une particule fondamentale. Autrement dit, si on est toujours en droit d'imaginer que les quarks sont de minuscules galaxies tout comme on croyait avant Heisenberg que l'atome était un système solaire en miniature, aucune expérience ne l'impose actuellement. Or la physique est, avant tout, une science expérimentale : c'est seulement quand l'expérience accumulée jette le doute sur la théorie qu'il faut repenser celle-ci, voire la refondre, si ce n'est en construire une radicalement nouvelle.

2 Existe t-il une équation de la trajectoire d'un corps, [ ] Si l'on raisonne dans un cadre non-quantique, la réponse est oui. Pour un objet classique, et s'agissant de décrire son mouvement dans l'espace, l'équation fondamentale est celle de Newton, énonçant que le produit de la masse par l'accélération est égale à la force appliquée à l'objet. Techniquement, on obtient de la sorte une équation différentielle (en général), dont il est en principe possible de trouver l'unique solution à condition de connaître la position initiale de la bille et sa vitesse de départ. 2 La question parle d ellipse, qui est l'unique type de trajectoire fermée pour un objet (la Terre) soumise à une force attractive variant comme l'inverse du carré de la distance au centre (le Soleil) qui l'attire. On sait trouver explicitement, même à un niveau élémentaire, la formule décrivant complètement cette ellipse, formule où l'on identifie aisément l'excentricité, la distance entre les sommets, les foyers, etc. Qu'est-ce que la théorie des nombres? Vaste question! Nous avons tous la notion intuitive de nombre : petit, on apprend à compter avec des nombres entiers, puis on découvre les fractions, qui sont des rapports de nombres entiers, que l'on appelle les nombres rationnels, formant un ensemble noté Q. Par la suite, on a découvert qu'il existe des nombres que l'on ne peut pas écrire comme une fraction (par exemple 2, la longueur de la diagonale du carré de côté 1, un problème qui a tant tourmenté les Grecs). Au total, on a construit un ensemble de nombres appelés les réels, R... pour la bonne raison que l'on a «fabriqué» avec ceux-ci d'autres nombres fondamentaux, les complexes, puis d'autres, les quaternions, etc. Considérant les seuls nombres réels, il s'avère utile de se livrer à d'autres classifications. Par exemple, on définit les nombres algébriques comme étant les solutions d'équations polynômiales à coefficients entiers (ou rationnels) et, par opposition, les nombres transcendants. π est un nombre transcendant (Hermite, 1873), tout comme e, la base des logarithmes népériens (un nombre irrationnel n'est pas forcément transcendant - exemple 2, solution de x 2-2 = 0, mais un nombre transcendant est nécessairement irrationnel). La théorie des nombres vise à décrire les propriétés et les relations entre ces différentes catégories. Il s'agit d'un domaine des mathématiques très abstrait en dépit des apparences, mais qui possède des connexions profondes avec d'autres domaines, comme par exemple la théorie des fonctions analytiques, au point que l'on désigne par théorie analytique des nombres le corpus faisant un usage intensif de ces fonctions. L'un des problèmes les plus fascinants, depuis des siècles et encore non complètement résolu, est la distribution des nombres premiers. À ce sujet, il existe une célèbre conjecture due à Riemann (1859) dont le très grand intérêt ne réside pas seulement dans son importance théorique pour les mathématiques pures car elle est aussi un point de convergence remarquable entre physiciens et mathématiciens.

3 Sur la théorie quantique et son pouvoir explicatif La mécanique quantique peut-elle rajouter des explications (ou des théories) à la "naissance" de l'univers? 3 Je ne crois pas, pour une raison simple : en l'absence d'unification entre la théorie quantique et la gravitation, le physicien est aveugle au-delà de l'horizon de Planck. Schématiquement, ceci veut dire qu'il existe un seuil d'énergie, de longueur, et de temps au-delà duquel nous sommes dans l'incapacité de décrire les phénomènes. Ce mur infranchissable (pour l'instant du moins) permet seulement d'extrapoler à partir du point où notre connaissance est fondée - d'où le scénario du Big Bang (laissant de côté le problème de la réelle pertinence physique d'une singularité mathématique). Mutatis mutandis, nous sommes dans la situation où, observant l'océan, un peu de géométrie élémentaire permet d'affirmer que, pour sa partie visible, la Terre est ronde ; l'extrapolation consiste à dire, sans preuve tangible, qu'au-delà de l'horizon la forme est toujours sphérique. Je voulais savoir ce qu'il en est de l'interprétation de la mécanique quantique, notamment celui de l'effondrement de la fonction d'onde, quid de l'interprétation d'hewitt ou de celle de Bohm? (et d'autres moins connues?) Est-il possible de tester ces interprétations? Je ne connais pas Hewitt. S'agit-il de Everett, de Wheeler, de DeWitt??? Rappelons d'abord que, si la théorie quantique pose un problème d interprétation, c'est parce qu'elle est une théorie révolutionnaire au sens où ses fondements sont incompatibles avec des concepts (alors dits classiques pour l'opposition) que l'expérience, au fil des siècles, avait imposés avec force, au point d'en faire des dogmes. La notion de trajectoire, celle de séparabilité et d'autres, sont des concepts exclus de la théorie quantique au nom de la nécessité d'une théorie cohérente et non auto-contradictoire. Face à une telle révolution, et l'inconfort intellectuel qui en résulte, l'esprit essaie de s'y retrouver en reconstruisant un cadre qui se veut le plus intuitif possible. Par exemple, Heisenberg nous dit que l'on ne peut pas mesurer la trajectoire d'une particule ; faut-il aller jusqu'à dire que cette trajectoire n'existe pas? La réponse est oui : dire qu'il existe une trajectoire mais que nous sommes simplement dans l'incapacité de l'observer (parce qu'elle est/serait trop minuscule) conduit immédiatement à des contradictions dont il est impossible de sortir. La théorie quantique a pour cette raison donné lieu à de multiples interprétations, certaines semblant d'ailleurs faire pénétrer dans le monde de la science-fiction (les multivers d'everett et Wheeler, par exemple), la plupart d'entre elles faisant implicitement ou non appel à des présupposés de nature philosophique - au sens où ils relèvent de la métaphysique au sens strict (qu'est-ce que la réalité physique?) - voire carrément idéologiques. Sur cette grave question, comme partout ailleurs dans une démarche scientifique, c'est l'expérience qui constitue le juge de paix, et c'est à elle qu'il revient d'énoncer un verdict. Par exemple, de nombreux efforts ont été déployés pour développer des théories dites à variables cachées locales, l'idée étant de compléter la théorie quantique par des grandeurs qui semblent lui manquer et dont l'absence est violemment en opposition avec les concepts classiques. Au milieu des années '80, les expériences admirables d'alain Aspect ont démontré que ces théories sont inacceptables et que, une fois de plus, la théorie quantique a raison - en dépit de ses apparentes extravagances. S'agissant plus particulièrement de l'effondrement (collapse) de la fonction d'onde, il est effectivement incompréhensible au sens commun, d'ailleurs Schrödinger lui-même en parla comme étant de la magie. Il

4 faut bien voir que cette incompréhension est le prix à payer : ou bien on accepte ce postulat (car c'en est un), et on assure la cohérence logique d'une théorie que toutes les expériences valident à ce jour, ou bien on le récuse et on n'a plus de théorie pour comprendre et expliquer le monde observable. Tester les différentes interprétations? Ce serait possible si elles proposaient une expérience réalisable susceptible de donner des résultats différents de ceux que prévoit la théorie quantique dans son acception quasi-universelle. A ma connaissance, une telle proposition n'existe pas. On peut croire que dans le cas contraire, il ne manquerait pas de physiciens volontaires pour conduire l'expérience! 4 A-t-on des indices de la violation de l'invariance de Lorentz? Ou du théorème CPT? Non, pas à ma connaissance, d'ailleurs, pour autant que je comprenne l'un et l'autre, la violation de l'un serait la violation de l'autre, comme Pauli l'a montré en Que reste-t-il du principe d'incertitude, ou principe d'indétermination de Heisenberg de 1927? N'hésitez pas à l'expliquer si vous le souhaitez. La réponse directe est : tout! Il reste tout du principe d'incertitude de Heisenberg, puisqu'il est une conséquence immédiate de la relation fondatrice de la théorie quantique, [q, p]= iħ. Il est difficile de comprendre ce fait sans se placer sur un terrain technique, mais on peut néanmoins essayer de l'appréhender, avec le risque de contre-sens que l'usage du langage commun fait courir. En termes très intuitifs, ce que dit ce ''principe'' - qui d'ailleurs n'en est plus un dès que l'on admet les équations fondamentales puisqu'il en est une conséquence - est qu'il n'est pas possible de mesurer/connaître simultanément à la fois la position et la vitesse d'un objet microscopique. Une part de la révolution quantique se tient dans cette affirmation car, dans la pensée classique, un objet possède une trajectoire ; or une trajectoire est une ligne dans l'espace possédant une tangente, c'est-à-dire partout définie par la position et la vitesse de l'objet. Autrement dit, et schématiquement parlant, le principe d'incertitude dit que la trajectoire est non-observable ; à nouveau, on doit d'ailleurs ajouter immédiatement que cette impossibilité de l'observer n'est pas le résultat de notre incapacité expérimentale : c'est impossible car la trajectoire n'existe pas. Persister à croire que les très petits objets, au cours de leur mouvement, décrivent une certaine ligne dans l'espace conduit à des absurdités logiques ou à des contradictions flagrantes avec les faits expérimentaux (par exemple : les fentes d'young). Ce ''principe'' a chahuté les esprits, évidemment. Il n'est pas utile de le mettre en avant plus que d'autres comportements quantiques dont toute intuition classique est incapable de fournir une ''explication'' acceptable. Il fait partie de ces extravagances multiples dont regorge la théorie quantique, non pour le plaisir de physiciens fantaisistes, mais pour leur permettre de remplir le rôle qui est le leur : fournir une description des phénomènes observés, construire des modélisations et être en mesure de prévoir d'autres phénomènes non encore observés.

5 Pourquoi la décohérence est-elle un obstacle à la fabrication d'un ordinateur quantique? Quelle est la différence entre un ordinateur quantique et classique? 5 J'inverse l'ordre des questions pour tenter de mieux y répondre. La différence fondamentale entre les deux types d'ordinateur est la suivante. Un calculateur classique est un assemblage extraordinaire de composants certes variés mais qui ont tous en commun la possibilité d'être dans un état ou un autre : un circuit électrique est soit fermé (le courant passe), soit ouvert (le courant ne passe pas). Il n'y a que deux possibilités, pas une de plus. Conceptuellement parlant (car pour l'instant c'est une utopie pure et simple), l'ordinateur quantique est un assemblage d'objets quantiques (donc microscopiques). En tant que tels, ils peuvent être non pas dans deux états, mais dans une infinité d'états, une possibilité qu'il est impossible de décrire sans recourir au formalisme mathématique, et que l'on doit ici admettre. On peut se douter que c'est cette infinité d'états qui donne à l'ordinateur quantique la potentialité d'effectuer des calculs phénoménaux. On dit que l'union fait la force ; c'est aussi vrai ici. L'existence d'une infinité d'états repose sur la collaboration étroite d'un petit nombre d'individus (les états quantiques d'un système, deux suffisent) capables de préserver ce qui fait leur unité spécifique, et que l'on appelle la cohérence de phase. Le malheur est que cette unité est très fragile, et est détruite par des petits effets qu'il est très difficile de contrôler dès que le système quantique dépasse une certaine taille qui, aujourd'hui, est microscopique. Dit autrement, si l'on sait aujourd'hui fabriquer, ou au moins concevoir, des ''composants électroniques'' susceptibles de coder la logique élémentaire (oui, non, si, ou, et leurs combinaisons), à l'instar d'un banal circuit électronique, on ne sait pas les assembler en nombre assez grand sans qu'ils perdent leurs exceptionnelles capacités, afin d'en faire un authentique calculateur susceptible d'effectuer des calculs inimaginables avec les ordinateurs conventionnels. Sur cette question, les enjeux sont considérables, notamment en ce qui concerne le cryptage de données confidentielles (le code d'une carte bancaire par exemple), qui souvent reposent sur l'impossibilité pratique d'effectuer certains calculs (comme la factorisation d'un grand nombre en ses facteurs premiers), même avec une batterie des plus puissants ordinateurs classiques. A propos de la place de la Science dans l'éducation et la société : Les éditeurs travaillent le plus souvent dans un espace de liberté somme toute relatif pour ne pas dire opaque. Les programmes éducatifs imposés, l'influence de l'actualité, la perception contemporaine de notre histoire et de notre temps... il y a bon nombre de paramètres auxquels ils se référent pour qu'ensuite seulement, le lecteur, l'élève, l'étudiant, l'enseignant, les amateurs et les professionnels puissent faire usage de leurs publications. Ainsi, je m'interroge sur la dimension réelle du choix éditorial, des thématiques et des contenus de l'édition scientifique, en France et plus largement en Europe ou à l'étranger? Cette interpellation est plutôt destinée aux éditeurs, dont il faut bien admettre qu'ils sont soumis à des contraintes économiques pouvant altérer leurs choix éditoriaux, et aussi à la versatilité des choix ministériels qui leur impose de rester dans la course, parfois au prix d'une surenchère difficilement justifiable.

6 Toutefois, en tant qu'universitaire, et donc avant tout soucieux de la bonne et large diffusion des connaissances, je me permets de faire un bref commentaire, juste pour dire que je partage les interrogations de l'auteur de cette question, et ce que je crois aussi percevoir comme des regrets. Je suis souvent resté perplexe devant certaines publications, dont la nécessité (voire la qualité) ne me sautait pas aux yeux, semblant justifiée par le seul motif ''d'occuper le terrain'' comme je me le suis entendu dire il y a des années par un éditeur dont je tairai le nom. 6 Je tiens toutefois à rassurer l'auteur de la question : je peux témoigner qu'il existe des éditeurs dont le premier souci est la qualité des ouvrages susceptibles d'être publiés, retenus après un examen attentif par un comité de lecture indépendant de toute pression de nature économique. De tels éditeurs sont sans doute trop rares, mais ils existent. On aura compris que je me réjouis d'être édité par De Boeck... Pourquoi ne pas faire partager aux écoles, collèges et lycées l'immense richesse de la connaissance autour du Modèle standard? [...] S'il est fait mention du Modèle standard, la question, me semble-t-il, pose d'une façon générale celle de l'introduction précoce dans les programmes scolaires des avancées récentes de la science. Il s'agit d'un problème difficile, dont l'analyse doit éviter des pièges dont les conséquences feraient tourner le dos au but poursuivi. Pour moi, il convient de distinguer connaissance et culture, que l'on peut différencier en disant que seule la première s'apprend, au sens de l'acquisition structurée et progressive de savoirs fondamentaux, la maîtrise de l'un permettant l'acquisition ultérieure du suivant. Au contraire, la culture s'édifie par une découverte quelque peu aléatoire de notions ou de sensations au fil d'une démarche très personnelle faite avant tout de curiosité d'où toute rationalisation peut être exclue. S'il faut souhaiter que le plus grand nombre ait une vision intelligente et raisonnée de la science, il faut aussi (surtout?) éviter de donner à croire que l'essentiel (à défaut du tout) peut être proprement appréhendé sans posséder au préalable certaines connaissances de base, non seulement en physique mais aussi en mathématiques. La volonté de ''faire moderne'' dans les programmes du Secondaire, dont les exemples ne manquent pas malheureusement, est parfois très surprenante pour qui intervient au stade de l'enseignement supérieur en ce qu'elle apparaît comme un grave symptôme d'une profonde méconnaissance des réalités. Cette volonté se traduit trop souvent, mais c'est objectivement inévitable, par des programmes où des questions importantes sont traitées de façon superficielle. Dénuées de leurs fondements rationnels puisque destinées à un public qui ne maîtrise pas les bases lui permettant d'en comprendre l'articulation, elles perdent leur spécificité d'être des problèmes scientifiques que l'on résout par une démarche scientifique. Le modernisme débridé en la matière prétend justifier une présentation de la science qui est aux antipodes de celle-ci, la dénature au sens propre et conduit au but opposé à celui poursuivi. D'autres conséquences ne seraient pas moins graves, comme celles qui provoqueraient une démotivation des étudiants à l'université face à des matières qu'ils perçoivent comme une redite du Secondaire alors que, ayant alors conforté leurs connaissances de base, ils sont en mesure de les apprendre réellement et de les comprendre en profondeur.

7 Les applications scientifiques : A l'image des nano-technologies, des cellules-souches, de l'holographie, du décryptage du génome, des connaissances que nous avons sur le cerveau, et des travaux fructueux autour du Modèle standard au LHC à Genève, selon vous, quelles seront les principales applications de ces 100 prochaines années? La situation géopolitique, financière, sociale et environnementale pouvant être ou non prises en compte. 7 L'histoire des dernières décennies montre à quel point il faut faire preuve d'imagination pour deviner les applications de la science, surtout à court terme. Quand Kastler (et Brossel) ont découvert le pompage optique en 1950, qui aurait pu imaginer que le laser envahirait notre quotidien, qu'il soit personnel, industriel (ou militaire)? Quand Bardeen, Shockley et Brattain ont découvert le transistor en 1947, qui aurait imaginé que l'on ferait aujourd'hui tenir dans une tête d'épingle l'équivalent d'un processeur qui remplissait un hangar en 1940 (et contribuait à son chauffage!)? Quand Fert a découvert la magnétorésistance géante (1988), qui aurait pu imaginer que grâce à lui on disposerait 20 ans plus tard de disques durs ayant la capacité stupéfiante dont nous bénéficions aujourd'hui? Je pense personnellement qu'il est très imprudent de croire qu'en matière d'applications, la prévision précise est possible, surtout à court terme. Sur ce sujet, la prévision ne serait pas seulement imprudente, elle serait aussi l'ouverture dangereuse de la boîte de Pandore, en servant de prétexte faussement légitime aux entreprises de la technocratie visant à encadrer la recherche fondamentale, et à lui assigner des voies de recherche. À quoi sert la "supraconductivité" dont le 100ème anniversaire a été fêté en 2011? D'une façon générale, la supraconductivité joue un rôle dès qu'il s'agit de fabriquer des champs magnétiques intenses, que ce soit dans les accélérateurs de particules ou dans les instruments permettant l'imagerie médicale comme l'irm. C'est dire que si l on en rencontre des applications multiples dans les laboratoires, celles-ci ne sont plus désormais confinées à la recherche fondamentale. Ma question : en fonction de vos domaines de connaissance pensez vous qu'il serait possible aujourd'hui de vivre sans l'utilisation de la relativité au sens large, c'est à dire de produire de l'énergie nucléaire, de lancer des satellites de télécommunication, de développer des technologies modernes pour notre bien-être, etc...? La réponse est non : il serait bien imprudent de construire des centrales nucléaires en (feignant) d'ignorer la relativité, de vouloir lancer des satellites sans maîtriser les méthodes télémétriques qu'elle autorise, etc. D'une façon générale, les théories ''modernes'' comme la relativité et la théorie quantique ont envahi notre quotidien, souvent à notre insu, et ont donné lieu à des applications que nul n'aurait imaginé il n'y a pas si longtemps : qui aurait cru qu'aujourd'hui on trouverait dans les prospectus publicitaires de banquiers (suisses) l'affirmation de la garantie absolue du secret bancaire grâce à la cryptographie quantique?!

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Histoire des sciences : La Mécanique Quantique

Histoire des sciences : La Mécanique Quantique Histoire des sciences : La Mécanique Quantique «Personne ne comprend vraiment la physique quantique.» Richard Feynman Plan Chapitre I : Introduction I. Définition de la mécanique quantique II. Applications

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Niveaux 1 2 3 4 Option spécifique - 2 2 3 Option complémentaire - - 2 2

Niveaux 1 2 3 4 Option spécifique - 2 2 3 Option complémentaire - - 2 2 Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport Direktion für Erziehung, Kultur und Sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Amt für Unterricht der Sekundarstufe 2 CANTON

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES BULLETIN DE l'acn n 28 INSEE Association de Comptabilité Nationale 18, bd Adolphe Pinard 75675 PARIS CEDEX 14 (France) DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES Henri DUPRAT

Plus en détail

Généralité sur la cryptographie

Généralité sur la cryptographie 1.1 Introduction L origine de la cryptologie mot réside dans la Grèce antique. La cryptologie est un mot composé de deux éléments : «cryptos», qui signifie caché et «logos» qui signifie mot. La cryptologie

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME MATHEMATIQUES Premier Cycle TROISIEME 79 INTRODUCTION Le programme de la classe de troisième, dernier niveau de l enseignement moyen, vise à doter l élève de savoirs faire pratiques par une intégration

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

CHAP 15-ACT DOC Transferts quantique d énergie et dualité onde-particule CORRIGE. Hatier p382

CHAP 15-ACT DOC Transferts quantique d énergie et dualité onde-particule CORRIGE. Hatier p382 Partie Comprendre : Lois et modèles 1 / 9 CHAP 15-ACT DOC Transferts quantique d énergie et dualité onde-particule Objectifs : CORRIGE Extraire et exploiter des informations sur un dispositif expérimental

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

UN TRACEUR DE COURBES POURQUOI FAIRE?

UN TRACEUR DE COURBES POURQUOI FAIRE? 139 UN TRACEUR DE COURBES POURQUOI FAIRE? Mireille CAILLEAUX Marie José DUPERRE Paul MOUTTE A coté des tableurs, grapheurs,..., les logiciels de tracé de courbes sur les écrans graphiques des compatibles

Plus en détail

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation?

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation? Il était une fois, un homme du nom d Isaac Newton se promenant dans un verger. Alors qu il se reposait à l ombre sous un pommier, il reçut une pomme sur la tête. Une question lui vint donc à l esprit!

Plus en détail

«Enseigner les sciences»: un espace numérique d'échange et de formation concernant l'enseignement des sciences à l'école primaire

«Enseigner les sciences»: un espace numérique d'échange et de formation concernant l'enseignement des sciences à l'école primaire «Enseigner les sciences»: un espace numérique d'échange et de formation concernant l'enseignement des sciences à l'école primaire Laurent Dubois Chargé d'enseignement à l'université de Genève Faculté de

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

Brèves remarques sur le traitement de l investissement dans les modèles de prévision Julien Delarue, 1982

Brèves remarques sur le traitement de l investissement dans les modèles de prévision Julien Delarue, 1982 Brèves remarques sur le traitement de l investissement dans les modèles de prévision Julien Delarue, 1982 Ce court texte prolonge un travail portant sur l'utilisation des modèles de prévision dans la définition

Plus en détail

SUDOKU VEGETAL. Disposer des motifs et des couleurs dans un quadrillage en respectant certaines règles.

SUDOKU VEGETAL. Disposer des motifs et des couleurs dans un quadrillage en respectant certaines règles. SUDOKU VEGETAL Tâche Disposer des motifs et des couleurs dans un quadrillage en respectant certaines règles. Degrés concernés Tous degrés Contenus et compétences mathématiques visés Prendre en compte la

Plus en détail

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Statistiques Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des systèmes

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

Physique Quantique : Une histoire de deux visions du monde 1

Physique Quantique : Une histoire de deux visions du monde 1 Physique Quantique : Une histoire de deux visions du monde 1 Ulrich Mohrhoff Le thème de ce Congrès est Relier Science et Spiritualité. Sur ce sujet, il existe une vaste gamme de points de vue, depuis

Plus en détail

SATWticEdu LLL apprendre tout au long de la vie tableau de bord. Séminaire VLM 2006 étude de cas Fleury L.J.

SATWticEdu LLL apprendre tout au long de la vie tableau de bord. Séminaire VLM 2006 étude de cas Fleury L.J. Tableau de bord : outil de navigation L'apprentissage tout au long de la vie dépend d'abord d'une attitude face aux connaissances et d'une motivation personnelle forte. Il suppose également l'acquisition

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Programmation de modèles à registres en Sophus

Programmation de modèles à registres en Sophus Programmation de modèles à registres en Sophus I/Avec des billes dans des boîtes Les modèles de Post et Wang peuvent être simulés par des boîtes quantiques, où un fermion (obligatoirement unique) peut

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS

GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS GRANDEURS PHYSIQUES et EQUATIONS AUX DIMENSIONS Par Silicium 628 La physique décrit la matière et l espace, leurs propriétés et leurs comportements. Les propriétés mesurables sont nommées GRANDEURS PHYSIQUES.

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi

...# N # 2 # 1 # N M $ # p p. = C pi Chapitre X Une application qualitative de la théorie orbitalaire La méthode de Hückel En 1933, Hückel propose une méthode quantique de description de la partie π du nuage électronique des molécules planes

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

A N A L Y S E E T E V A L U A T I O N D E S T R A T É G I E S D E C O M M U N I C A T I O N B A N C A I R E

A N A L Y S E E T E V A L U A T I O N D E S T R A T É G I E S D E C O M M U N I C A T I O N B A N C A I R E 1 A N A L Y S E E T E V A L U A T I O N D E S T R A T É G I E S D E C O M M U N I C A T I O N B A N C A I R E E X E M P L E : L ' O P E R A T I O N D E L A N C E M E N T D U S E R V I C E X X X P A R L

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique

Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique Note de la commission TIC de l Académie des Technologies Février 2014 version 0.2 1. Introduction Cette courte note fait

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

LA LECTURE DE DESSIN ASSISTÉ PAR ORDINATEUR

LA LECTURE DE DESSIN ASSISTÉ PAR ORDINATEUR 125 APPRENTISSAGE DE LA LECTURE DE DESSIN ASSISTÉ PAR ORDINATEUR C. BLIN et B. DURON, Dessin Mécanique A. SAUSTIER, Psychopédagogie/EAO. ENNA Paris-Nord Nombreux sont les collègues qui, ayant à faire utiliser

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE L'UTILISATION DU LOGICIEL «EQUATIONS»

COMPTE-RENDU DE L'UTILISATION DU LOGICIEL «EQUATIONS» 233 COMPTE-RENDU DE L'UTILISATION DU LOGICIEL «EQUATIONS» Auteur du logiciel : Jean-Louis SIRIEIX INTRODUCTION Ce compte-rendu relate l'utilisation d'un logiciel élaboré par Jean Louis SIRIEIX, professeur

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

Motion. Cosignataires: 17 Déposée le: 09.06.2009

Motion. Cosignataires: 17 Déposée le: 09.06.2009 M 240/2009 I 186/2009 POM POM Le 12 août 2009 POM C Motion 1385 PRD (Künzli, Ittigen Moser, Bienne Staub, Thoune Haas, Berne) Cosignataires: 17 Déposée le: 09.06.2009 Surveillance des lieux et bâtiments

Plus en détail

Algorithmique dans les nouveaux programmes de Première

Algorithmique dans les nouveaux programmes de Première Algorithmique dans les nouveaux programmes de Première Journée de présentation des nouveaux programmes de Première académie de Nice Les nouveaux programmes de Première 2011 1 I. Introduction 1. Acquis

Plus en détail

Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire?

Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire? Le patrimoine numérique : vers une meilleure conservation de notre mémoire? Publié le 16 mai 2005Tags : Management de l'information, Patrimoine numérique. Le numérique constitue une véritable révolution

Plus en détail

Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015

Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015 Evaluation du Stage MathC2+ - Vendredi 15 mai 2015 17 élèves sur 28 (dont 8 filles et 20 garçons) au total ont répondu au questionnaire à la fin du stage MathC2+ dont : - 2 élèves en 2 nde - 22 élèves

Plus en détail

Champs de vecteurs. Chaos ii. La course des legos http://www.chaos-math.org

Champs de vecteurs. Chaos ii. La course des legos http://www.chaos-math.org Champs de vecteurs Chaos ii. La course des legos http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Les patrons de conception décrivent des solutions standards pour répondre à des problèmes d'architecture et de conception des logiciels.

Les patrons de conception décrivent des solutions standards pour répondre à des problèmes d'architecture et de conception des logiciels. Design Pattern En génie Logiciel, un patron de conception (design pattern en anglais) est un concept destiné à résoudre les problèmes récurrents suivant le paradigme objet. En français on utilise aussi

Plus en détail

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations

Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM. Applications des mathématiques. Equations Collège du Sud, Bulle 2-ème année OS PAM 3-ème année OC AM Applications des mathématiques Equations Résolution de l'équation f(x) = 0 par diverses méthodes Version pour Mathematica Edition 2014/2015 Marcel

Plus en détail

MINI ARTICLE. Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés!

MINI ARTICLE. Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés! MINI ARTICLE Qualité des backups : ok ou pas? Expérimenter grâce aux articles imprimés! Date Version Révision : 8.3.2005 Mais, ni l auteur de ce guide, ni les webmaters ou les administrateurs de Metagames,

Plus en détail

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007)

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) [LE JEU DES 7 ERREURS QUANTIQUES] Introduction à la physique quantique

Plus en détail

Pondération Heures Unités Préalables Forme d enseignement 3-2-3 75 2,67 PA 203-NYA-EV Mécanique. PA 201-NYA-EV Calcul différentiel

Pondération Heures Unités Préalables Forme d enseignement 3-2-3 75 2,67 PA 203-NYA-EV Mécanique. PA 201-NYA-EV Calcul différentiel DEC 200.EV - Sciences de la nature, profil EVS 203-NYB-EV 3 Électricité et magnétisme Pondération Heures Unités Préalables Forme d enseignement 3-2-3 75 2,67 PA 203-NYA-EV Mécanique PA 201-NYA-EV Calcul

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Comment crypter des informations Informations destinées à l'enseignant

Comment crypter des informations Informations destinées à l'enseignant Informations destinées à l'enseignant 1/5 Mandat Objectif Sur l'internet, des tiers peuvent avoir accès à nos données (courriels ou fichiers virtuels en pièces jointes). Les élèves apprennent ici à utiliser

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

CHAPITRE V : Le champ électrique

CHAPITRE V : Le champ électrique CHAPITRE V : Le champ électrique V.1 La notion de champ a été introduite par les physiciens pour tenter d'expliquer comment deux objets peuvent interagir à distance, sans que rien ne les relie. A la fois

Plus en détail

L informatique : meilleure alliée des mathématiques?

L informatique : meilleure alliée des mathématiques? Conférence de clôture aux journées Nationales de Paris, 26 octobre 2010 L informatique : meilleure alliée des mathématiques? Gilles DOWEK gilles.dowek@poltechnique.edu 1 Une histoire avec deux portes Toute

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38)

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Consultation complète : 60 euros La consultation Complète est une consultation de voyance

Plus en détail

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences.

Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30 avenue Corentin-Cariou 75019 Paris www.cite-sciences. DESINAION LUNE Liens avec les programmes scolaires Proposition d exercices pour les élèves et correction Professeur(e) de collège Département éducation formation Cité des sciences et de l industrie 30

Plus en détail

QUESTIONNAIRE NE PAS ÉCRIRE SUR CE DOCUMENT PHYSIQUE. Phy-5041-2 (PARTIE 2) PRÉTEST A

QUESTIONNAIRE NE PAS ÉCRIRE SUR CE DOCUMENT PHYSIQUE. Phy-5041-2 (PARTIE 2) PRÉTEST A PHYSIQUE Phy-5041-2 (PARTIE 2) PRÉTEST A QUESTIONNAIRE NE PAS ÉCRIRE SUR CE DOCUMENT Version du 2 juin 2003 Rédigé par Denise Goulet-Martin martin.denise@csdgs.qc.ca 1. Complétez le schéma en indiquant

Plus en détail

Enseignement secondaire. MATHE - Mathématiques Programme

Enseignement secondaire. MATHE - Mathématiques Programme Enseignement secondaire Division supérieure MATHE - Mathématiques Programme 2CC_2CD_2MC_2MD Langue véhiculaire: Français Nombre minimal de devoirs par trimestre: 3 I. Compétences à développer au cours

Plus en détail

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers E. Dostal juin 2015 Table des matières 2 Nombres remarquables dont les nombres premiers 2 2.1 Introduction............................................

Plus en détail

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3 Chapitre 3 ELECTRICITE STATIQUE Sommaire Loi des charges Charge électrostatique Le champ électrique Potentiel et différence de potentiel Déplacement de charges Introduction Dès l'antiquité, les hommes

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Qualités techniques et expressives de la production du candidat

Qualités techniques et expressives de la production du candidat ARTS PLASTIQUES L évolution des modalités de passation des épreuves d Arts plastiques du CRPE offrait, cette année, un cadre d évaluation quelque peu différent de celui jusqu à lors mis en œuvre. S il

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Sujet de mathématiques du brevet des collèges

Sujet de mathématiques du brevet des collèges Sujet de mathématiques du brevet des collèges POLYNÉSIE Septembre 014 Durée : h00 Calculatrice autorisée Indication portant sur l ensemble du sujet. Toutes les réponses doivent être justifiées, sauf si

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

3 Fonctions logarithmiques

3 Fonctions logarithmiques Log-Cours_standard.nb 12 3 Fonctions logarithmiques Edition 2007-2008 / DELM Liens hypertextes Cours de niveau avancé (plus étoffé): http://www.deleze.name/marcel/sec2/cours/logarithmes/log-cours_avance.pdf

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Journées Afscet au moulin d Andé samedi 16 mai 2015 1 membre de l Association Française de Science des Systèmes. Carlo Rovelli Physicien

Plus en détail