Ministère de l Egalité des territoires et du Logement * * *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ministère de l Egalité des territoires et du Logement * * *"

Transcription

1 Ministère de l Egalité des territoires et du Logement * * * Professionnalisation de la maîtrise d ouvrage d insertion (MOI) Restructuration du patrimoine immobilier * * * GUIDE PRATIQUE

2 Ce guide, réalisé à la demande du Ministère de l Egalité des territoires et du Logement, a été rédigé par : - Gilles Hengoat et Christian Bande, Experts Comptables Commissaires aux Comptes (GRANT THORNTON) ; - et une équipe d Avocats de la Société GT SA. Paris, le 30 avril 2012 * * * Page 2

3 SOMMAIRE ABREVATIONS 8 PROPOS LIMINAIRES 9 1. Rappel du contexte 9 2. La présentation de la mission 10 MODE D EMPLOI DU GUIDE 11 1 CHAPITRE : LES DIFFERENTS ACTEURS LES FICHES DE SYNTHESE LES ORGANISMES D HABITATIONS A LOYER MODERE (HLM) L office public de l habitat La société anonyme d habitations à loyer modéré La société anonyme coopérative de production (SCP HLM) La société anonyme coopérative d intérêt collectif HLM (S.C.I.C HLM) LES ORGANISMES PRIVES NON HLM La société d économie mixte L association L association reconnue d utilité publique La fondation d utilité publique La société anonyme La société par actions simplifiée La société à responsabilité limitée L Union d Economie Sociale (UES) LA PRESENTATION DETAILLEE DES DIFFERENTS ACTEURS LES ORGANISMES D HABITATIONS A LOYER MODERE (HLM) L office public de l habitat Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle La société anonyme d habitations à loyer modéré Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle La société anonyme coopérative de production et la société anonyme coopérative d intérêt collectif Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers 50 Page 3

4 1.2.2 LES ORGANISMES PRIVES NON HLM La société d économie mixte Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers L association Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle L association reconnue d utilité publique Les points d attention particuliers La fondation d utilité publique Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers La société anonyme Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers La société par actions simplifiée Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers La société à responsabilité limitée Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers L Union d Economie Sociale (UES) Le régime juridique Le régime fiscal Les modalités de contrôle Les points d attention particuliers LE REGIME DES CONVENTIONS REGLEMENTEES PROPOS INTRODUCTIFS LES CONVENTIONS INTERDITES Les personnes concernées Les dirigeants 93 Page 4

5 Les personnes liées aux dirigeants Les dirigeants exclus Les opérations concernées Les conséquences de la conclusion d une convention interdite La nullité des conventions interdites La responsabilité des dirigeants LES CONVENTIONS REGLEMENTEES Le champ d application Les personnes concernées Les opérations concernées La procédure Les conséquences Des conventions régulières Des conventions irrégulières LES CONVENTIONS LIBRES La notion d opération courante conclue à des conditions normales Propos liminaires Notion d opération courante Quelques cas d application LE CAS DES ORGANISMES HLM Propos liminaires Articles du Code de la Construction et de l Habitation CHAPITRE 2 : LES OPERATIONS DE RESTRUCTURATION DU PATRIMOINE IMMOBILIER LES FICHES DE SYNTHESE LA CESSION DE BIENS IMMOBILIERS D une association ou fondation à un organisme HLM D une association ou fondation à une association ou fondation D une association ou fondation à une société d économie mixte D une association ou fondation à une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société ou société à responsabilité limitée D une association ou fondation à une Union d Economie Sociale D une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée à un organisme HLM D une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée à une association ou fondation D une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée à une société d économie mixte 133 Page 5

6 D une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée à une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée LA FUSION Entre associations (ou fondations) Entre une association ou fondation et un organisme HLM Entre une association ou fondation et une société d économie mixte Entre une association ou fondation et une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée Entre une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée et un organisme HLM Entre une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée et une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée L APPORT Entre associations (ou fondations) Entre une association ou fondation et un organisme HLM Entre une association ou fondation et une société d économie mixte Entre une association ou fondation et une société anonyme ou société par actions simplifiée ou société à responsabilité limitée Entre une société anonyme ou société par actions simplifiée ou une société à responsabilité limitée et une société anonyme ou société par actions simplifiée ou une société à responsabilité limitée Entre une société anonyme ou société par actions simplifiée ou une société à responsabilité limitée et un organisme HLM LE BAIL EMPHYTEOTIQUE LE BAIL A REHABILITATION LE BAIL A CONSTRUCTION LE DEMEMBREMENT DE DROIT DE PROPRIETE LA PRESENTATION DES DIFFERENTES FORMES D INTERVENTION LE TRANSFERT DE PATRIMOINE La cession de patrimoine Le régime juridique Les parties L immeuble Le prix de vente La formation de la vente Les effets de la vente La fiscalité La vente HLM La fusion (et opérations liées) 191 Page 6

7 Le régime juridique La présentation des opérations de fusion (et opérations liées) Le déroulement des opérations La fusion simplifiée La transmission universelle de patrimoine (TUP) Le régime fiscal L apport Le régime juridique L apport partiel d actifs L apport en nature La fiscalité LES AUTRES MODALITES DE RESTRUCTURATION DU PATRIMOINE IMMOBILIER Les baux Le bail emphytéotique La définition Les caractéristiques juridiques La fiscalité Le bail à réhabilitation La définition Les caractéristiques juridiques La fiscalité Le bail à construction La définition Les caractéristiques juridiques La fiscalité Le commodat La définition Les principales caractéristiques Le démembrement de propriété La définition Les caractéristiques juridiques La fiscalité 240 Page 7

8 ABREVIATIONS AG AGE AGO APE BE BEA CA CAC CC CCH CGCT CGI CRC CS DE EPCI EPIC EURL ESH GIE HLM IS LME MIILOS MOI OLS OPH PCG SA SA HLM SARL SAS SASU SCI SCIC SCIC HLM SCP HLM SEM SEML TVA UES UESL Assemblée générale Assemblée générale extraordinaire Assemblée générale ordinaire Appel public à l épargne Bail emphytéotique Bail emphytéotique administratif Conseil d administration Commissaire aux comptes Code civil Code de la Construction et de l Habitation Code général des collectivités territoriales Code général des impôts Comité de la réglementation comptable (règlement CRC) Conseil de surveillance Droits d enregistrement Etablissement public de coopération intercommunale Etablissement public industriel et commercial Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée Entreprise sociale pour l habitat Groupement d intérêt économique Habitations à loyer modéré Impôt sur les sociétés Loi de modernisation de l économie Mission interministérielle d inspection du logement social Maîtrise d ouvrage d insertion Organisme de logement social Office public de l habitat Plan comptable général Société anonyme Société anonyme d habitations à loyer modéré Société à responsabilité limitée Société par actions simplifiée Société par action simplifiée unipersonnelle Société civile immobilière Société anonyme coopérative d intérêt collectif Société anonyme coopérative d intérêt collectif d habitations à loyer modéré Société anonyme coopérative de production d habitations à loyer modéré Société d économie mixte Société d économie mixte locale Taxe sur la valeur ajoutée Union d économie sociale Union d économie sociale du logement Page 8

9 PROPOS LIMINAIRES 1. RAPPEL DU CONTEXTE Le gouvernement a mis en œuvre deux réformes d importance majeure concernant le logement et l hébergement des personnes défavorisées. La première réforme a débuté à la suite de la mission du député Etienne PINTE et vise, dans le cadre du grand chantier décidé par le Premier ministre, à humaniser les centres d hébergement, qu ils soient d urgence, de stabilisation ou d insertion. Sous l égide de la délégation interministérielle à l hébergement et à l accès au logement (DIHAL) dirigée par le Préfet Alain REGNIER, les opérations d humanisation bénéficient, selon les orientations données par la circulaire du 5 mars 2009, de financements destinés à : la réhabilitation et l amélioration des centres d hébergement existants grâce aux crédits mis en place à l Anah ; la production des places d hébergement nécessaires au desserrement des structures collectives qui ne disposaient que de chambres à plusieurs places, ce desserrement pouvant se faire dans des bâtiments, soit neufs soit acquis et améliorés. Cette humanisation vise à offrir des conditions d accueil dignes, similaires à celles des logements foyers via l application des mêmes normes. Les opérations proposées au financement sont prévues par les plans départementaux d accueil, d hébergement et d insertion (PDAHI) qui sont, depuis la loi du 25 mars 2009 inclus dans les plans départementaux d action pour le logement des personnes défavorisées (PDALPD), ce, afin de garantir la cohérence des actions visant le logement et l hébergement de ces personnes. La seconde réforme vise à professionnaliser la maîtrise d ouvrage d insertion (MOI), c est-à-dire l activité immobilière de construction, d achat et d entretien de logements dans tous les domaines de l activité immobilière : négociations foncières, établissement de plan stratégique de patrimoine, mise en œuvre de travaux, optimisation des plans de financement, ce qui nécessite des compétences spécifiques en matière bâtimentaire, immobilière, financière, comptable, fiscale, etc. Pour s assurer de la professionnalisation des organismes qui vont bénéficier d aides publiques importantes du fait de la spécificité des personnes logées et hébergées et qui vont devoir gérer le remboursement de crédits sur 50 ans, l article L (issu de l article 2 de la loi du 25 mars 2009) du code de la construction et de l habitation (CCH) prévoit que ces organismes doivent disposer, à compter du 1er janvier 2011, d un agrément octroyé par l Etat dans les conditions prévues aux articles R et suivants du CCH issus du décret n du 30 décembre 2009 ; ces critères étant calqués sur ceux en vigueur pour l attribution des agréments aux organismes HLM. Or l établissement des PDAHI et de la programmation des travaux qui en résulte conduisent au constat suivant : il existe de nombreuses situations où les gestionnaires sont souvent propriétaires d une ou quelques structures mais sans pouvoir prétendre à l octroi d un agrément dans la mesure où ils n ont généralement pas l intention d accroître leur parc et ne resteront donc que des acteurs immobiliers occasionnels. Page 9

10 2. PRESENTATION DE LA MISSION Le ministère a souhaité disposer et pouvoir mettre à disposition des différentes fédérations professionnelles et de leurs adhérents des fiches techniques expliquant selon quelles modalités juridiques, financières et fiscales des transferts de propriété peuvent être effectués entre les différents opérateurs intervenant dans le domaine du logement et de l hébergement. Ces fiches prennent en compte les différentes formes que peuvent prendre les intervenants (organismes HLM, associations loi de 1901, UES, organismes menant des activités lucratives et non lucratives), l origine de la propriété et du financement de ces biens, et distinguent les éventuelles difficultés selon que le propriétaire d origine reste ou non gestionnaire du bien. Parallèlement aux fiches concernant le transfert de propriété, d autres fiches techniques, sous le triple angle juridique, financier et fiscal sont élaborées en recensant et en analysant les différentes modalités de transfert de droits réels, sans transfert de la propriété (à titre d exemple : baux emphytéotiques, baux à réhabilitation, usufruit, etc.). Ces fiches doivent être une aide directe à la décision et doivent donc mettre en exergue les avantages, les inconvénients, voire les risques que comporte chaque modalité et indiquer les différentes étapes de la mise en œuvre de chaque solution. Une attention particulière devrait être portée aux éventuelles contraintes liées au fait que certains biens peuvent provenir de dons et legs. Les principales fédérations professionnelles concernées par la réforme des agréments MOI (FAPIL, UNAFO, Fédération des PACT, FNARS, UNHAJ, UNIOPSS) ont été sollicitées pour préparer les cas concrets pour l élaboration des fiches. Page 10

11 MODE D EMPLOI DU GUIDE Le présent GUIDE PRATIQUE est organisé autour de deux chapitres. * * * Le premier chapitre a pour objet de présenter les différents acteurs susceptibles d être parties prenantes aux opérations de restructuration immobilière envisagées. Seules les formes juridiques les plus souvent retenues par lesdits acteurs sont traitées dans le présent Guide. Une première partie présente les fiches de synthèse consacrées à chacun de ces acteurs. Afin d en faciliter la lisibilité et la comparaison entre les acteurs étudiés, chaque fiche est présentée sous le même format et s articule autour de thèmes identiques, qui sont les suivants : Forme/Création Capital social minimum Objet/ Compétences Actionnariat Organe de gestion et d administration Prise de décisions Particularités Régime comptable et Financier Marchés Régime des conventions réglementées Possibilité de faire appel public à l'épargne Régime fiscal Modalités de contrôle Page 11

12 Une seconde partie expose de façon détaillée et selon un plan également similaire d un acteur à l autre, les spécificités de ceux-ci. Les thèmes abordés sont les suivants : Le régime juridique ; Le régime fiscal ; Les modalités de contrôle ; Les points d attention particuliers (pour les organismes privés non HLM, plus particulièrement). Une troisième partie est consacrée au régime des conventions dites «réglementées», le sujet étant apparu utile d être évoqué dans le cadre de la réalisation d opérations de restructuration immobilière, susceptibles d engendrer des «conflits d intérêt». * * * Le second chapitre expose les principales modalités de réalisation des opérations de restructuration immobilière pouvant intervenir entre les acteurs identifiés précédemment. Une première partie présente les fiches de synthèse de ces différentes opérations, en les déclinant selon les thèmes suivants : Le transfert de propriété : o La cession de patrimoine ; o Les opérations de fusion ; o Les opérations d apport ; Les autres modalités de restructuration immobilière : o Les baux ; Le bail emphytéotique ; Le bail à réhabilitation ; Le bail à construction ; o Le commodat ; o Le démembrement de propriété. Page 12

13 Les fiches portant sur le transfert de propriété sont présentées de la façon suivante : Nature de l opération Qualité et forme juridique des acteurs Faisabilité de l opération Cession de biens immobiliers Vendeur Association Page x Acquéreur Association Page x Opération réalisable O N Principaux points d attention Synthèse des caractéristiques fiscales de l opération Principales observations Régime fiscal Page x Page x Renvoi aux pages détaillant les propos Etapes et phasage de l opération Calendrier de réalisation des opérations Page x Page 13

14 Les fiches portant sur les baux sont présentées, quant à elles, de la façon suivante : Définition Bail emphytéotique Page x Nature du bail Définition juridique du bail Dispositions législatives et réglementaires Page x Nature du droit Page x Qualité des acteurs à l opération Bailleur Emphytéote Page x Page x Renvoi aux pages détaillant les propos Synthèse des particularités du bail Spécificités Régime fiscal Page x Page x Synthèse des particularités fiscales Une seconde partie expose de façon détaillée les différents modes opératoires présentés dans les fiches de synthèse, qu il s agisse d opérations emportant transfert de patrimoine ou des autres opérations de restructuration immobilière envisagées dans le présent Guide. Page 14

15 1 CHAPITRE : LES DIFFÉRENTS ACTEURS 1.1 LES FICHES DE SYNTHÈSE Page 15

16 1.1.1 Les organismes d habitations à loyer modéré (HLM) L office public de l habitat Forme / Création Capital social minimum Objet / Compétences Actionnariat Organe de gestion et d administration Prise de décisions Régime comptable et Financier Marchés Régime des conventions réglementées Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC) Création résultant d une délibération de l organe délibérant de la collectivité territoriale ou de l établissement public de rattachement, puis décret (CCH, art. L ) pris sur avis du comité régional de l habitat de la région dans laquelle l office aura son siège et du conseil supérieur des habitations à loyer modéré (CCH, art. R I) Néant Défini aux articles L à L du CCH Compétences d attribution : o Compétences principales, notamment : construction et gestion de logements locatifs destinés «aux personnes et aux familles de ressources modestes», que ces logements leur appartiennent ou qu ils appartiennent à des tiers (autres organismes HLM, SEM, Foncière-Logement, collectivités territoriales.) o Compétences annexes : production et commercialisation de logements groupés en accession à la propriété, activité de location-accession, prestataire de services pour tiers, aménagement de lotissements, gestion de foyers de jeunes. Compétence territoriale : elle est régionale et peut être étendue aux départements limitrophes après accord de la commune d implantation de l opération Absence d actionnariat Un Conseil d Administration (CA) comportant, en fonction de certains critères, 17, 23 ou 27 membres et composé de : o la Collectivité territoriale de rattachement (obligatoire et majoritaire) o des représentants des locataires (obligatoire et au moins 1/6 des sièges) o au moins une association d insertion ou de logement de personnes défavorisées (obligatoire) o d autres représentants d organismes socioprofessionnels Il règle par ses délibérations les affaires de l OPH et décide de la politique générale de l'établissement Un président, élu par le CA parmi les représentants de la collectivité ou l établissement public de rattachement. L art. R du CCH énumère ses attributions (liste exhaustive) Un directeur général, nommé par le CA sur proposition du président, ne peut pas être choisi parmi les membres du CA. L art. R énumère ses attributions (liste exhaustive) Pouvoirs partagés entre le CA et son président qui fixent les orientations stratégiques, et le directeur général qui les met en œuvre Choix possible entre comptabilité publique et privée Application d une Instruction Comptable spécifique (différenciée selon que l OPH soit soumis à l un ou l autre régime) et de ses avenants Processus budgétaire spécifique si régime de la comptabilité publique et intervention du Trésor Public dans le processus comptable Soumission aux règles de publicité et de mise en concurrence (Ordonnance n du 6 juin 2005), et non plus au Code des marchés public depuis la loi du 17 mai 2011, codifié à l'article L du CCH. Respect des articles L et L du CCH Absence de rapport du Commissaire aux Comptes (dans les OPH à comptabilité privée) Page 16

17 Possibilité de faire APE Régime fiscal Modalités de contrôle NON Exonération d impôt (IS) sur les sociétés sur les activités relevant du service d intérêt général Contrôle de la légalité de certains actes (transmission au Préfet) Contrôles administratifs Contrôles des Chambres Régionales des Comptes Contrôle de la MIILOS Si comptabilité privée, le Commissaire aux Comptes est obligatoire Si comptabilité publique, absence de Commissaire aux Comptes Page 17

18 La société anonyme d habitations à loyer modéré Forme / Constitution Capital social minimum Objet / Compétences Actionnariat Organe de gestion et d administration Prise de décisions Régime comptable et Financier Société Anonyme (les Statuts doivent se conformer aux clauses types fixées par le CCH) Agrément HLM : o par le ministre chargé de la construction et de l'habitation après avis du conseil départemental de l'habitat et du conseil supérieur des habitations à loyer modéré (CCH, art. R ) o par le Préfet du département pour agréer spécialement une SA HLM aux fins d intervenir dans la réalisation d opérations d aménagement comme prestataire de services de SEM (article R du CCH modifié) Défini à l article L du CCH Compétences d attribution o Compétences principales, notamment : construction et gestion de logements locatifs destinés «aux personnes et aux familles de ressources modestes», que ces logements leur appartiennent ou qu ils appartiennent à des tiers (autres organismes HLM, SEM, Foncière-Logement, collectivités territoriales.) o Compétences annexes : production et commercialisation de logements groupés en accession à la propriété, activité de location-accession, prestataire de services pour tiers, aménagement de lotissements, gestion de foyers de jeunes. Compétences territoriales : En principe compétence régionale qui s étend aux départements limitrophes si les communes concernées l acceptent. Après accord du Ministre chargé du Logement (qui examine notamment la situation économique de la société), cette compétence peut être étendue aux régions limitrophes voire au niveau national Lucrativité limitée : Prix de cession des actions, montant des dividendes distribués aux actionnaires strictement encadrés par la réglementation, bénéfices devant être réinvestis dans l objet social Répartition en 4 catégories d actionnaires o Un actionnaire de référence (majorité du capital) qui peut être constitué "d'un groupe de deux ou trois actionnaires" liés entre eux par un pacte et s'exprimant d'une seule voix dans les assemblées générales de la société anonyme o Certaines collectivités ou groupements (dans certaines conditions) o Les représentants des locataires o Les autres personnes morales et les personnes physiques Représentation aux assemblées générales sans qu il y ait nécessairement proportionnalité entre la quotité de capital détenu et le nombre de droits de vote Les règles de droit commun des sociétés commerciales (avec quelques aménagements) s appliquent à l organisation administrative qui comprend : o Une Assemblée Générale des actionnaires : réunit au moins une fois par an pour approuver les comptes, décider de la distribution des dividendes et élire le CA. o Un Conseil d Administration (ou Directoire et conseil de surveillance), élu par l AG o (18 sièges maximum, dont 3 représentants élus des locataires). Les actionnaires des collèges 2, 3 et 4 disposent d une minorité de blocage. o Un Président o Un directeur général Choix à opérer entre une structure dualiste (Directoire et Conseil de Surveillance) et un Conseil d Administration unique Application d une Instruction Comptable spécifique et de ses avenants Absence de régime budgétaire particulier Page 18

19 Marchés Régime des conventions réglementées Possibilité de faire APE Régime fiscal Modalités de contrôle Soumission aux règles de publicité et de mise en concurrence (Ordonnance n du 6 juin 2005) Respect des articles L et L du CCH Rapport spécial du Commissaire aux Comptes NON Exonération d impôt (IS) sur les sociétés sur les activités relevant du service d intérêt général Contrôle administratif Contrôle de la MIILOS Contrôle d un Commissaire aux Comptes obligatoire (SA) Page 19

20 La société anonyme coopérative de production HLM (SCP HLM) Forme/ Constitution Capital social minimum Objet / Compétences Actionnariat Organe de gestion et d administration Prise de décisions Particularités SA à capital variable de forme coopérative Agrément HLM (par le ministre chargé de la construction et de l'habitation après avis du conseil départemental de l'habitat et du conseil supérieur des habitations à loyer modéré - CCH, art. R , capital variable sans toutefois pouvoir être inférieur à ce montant Compétence d attribution : établie conformément à l'article L du CCH et détaillée dans la clause-type n 3 annexée à l'article R du CCH : A pour vocation principale de construire des logements en accession sociale à la propriété, de construire et gérer des logements locatifs soumis à la réglementation HLM, de gérer des syndicats de copropriétés. Compétences territoriales : En principe compétence régionale qui s étend aux départements limitrophes si les communes concernées l acceptent. Après accord du Ministre chargé du Logement (qui examine notamment la situation économique de la société), cette compétence peut être étendue aux régions limitrophes Lucrativité limitée :(plafonnement du dividende, réserves impartageables) Les associés peuvent être : o Des salariés (obligatoire) o Des usagers (obligatoire) o Des personnes physiques participant bénévolement à l'activité de la société o Des collectivités territoriales (maximum 20 % du capital) o Toute personne physique ou morale qui contribue par tout autre moyen à l'activité de la coopérative En plus des catégories devant obligatoirement être présentes, une autre au moins des catégories doit également être représentée Les règles de droit commun des sociétés commerciales s appliquent à l organisation administrative qui comprend : o o Une Assemblée Générale Un Conseil d Administration (ou Directoire et conseil de surveillance), Lorsqu'elles exercent une activité de gestion locative, le conseil d'administration (ou de surveillance) comprend au moins un représentant des coopérateurs locataires désigné par l'ag (Clause-type n 8) o Un président o Un directeur général Chaque associé dispose d'une voix à l'assemblée générale (règle de la coopération) ou, s'il y a lieu, dans le collège auquel il appartient, chaque collège disposant d'un nombre de voix librement défini dans les statuts (minimum 10 %; maximum 50%) Choix à opérer entre une structure dualiste (Directoire et Conseil de Surveillance) et un Conseil d Administration unique Possibilité de se transformer en SA HLM lorsque la survie de l'entreprise ou les nécessités de son développement l'exigent, ou en SCIC HLM (art. L du CCH) Cette décision n entraine pas la création d une personne morale nouvelle. A peine de nullité, la décision de transformation doit être agréée par le ministre chargé de la construction et de l habitation Page 20

21 Régime comptable et Financier Marchés Régime des conventions réglementées Possibilité de faire APE Régime fiscal Modalités de contrôle Application d une Instruction Comptable spécifique et de ses avenants Absence de régime budgétaire particulier La société doit faire procéder périodiquement à l'examen analytique de sa situation financière (Clause-type n 18) Soumission aux règles de publicité et de mise en concurrence (Ordonnance n du 6 juin 2005) Respect des articles L et L du CCH Rapport spécial du Commissaire aux Comptes NON Exonération d impôt (IS) sur les sociétés sur les activités relevant du service d intérêt général Contrôle administratif Contrôle de la MIILOS Contrôle d un Commissaire aux Comptes obligatoire (SA) Page 21

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse)

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) Entités Textes applicables Organes compétents (en cours de vie sociale) Observations Administrateurs et mandataires judiciaires C.

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE Vu le code général des collectivités territoriales et notamment ses articles L.1431-1 à L. 1431-9

Plus en détail

SOCIETE ANONYME (sans appel public à l'épargne)

SOCIETE ANONYME (sans appel public à l'épargne) SOCIETE ANONYME (sans appel public à l'épargne) 25/09/2015 La société anonyme (SA) est une société dont le capital est divisé en actions. Ce capital social doit être au moins égal à 37 000 euros. Les associés,

Plus en détail

La Société Publique Locale pour la maîtrise d œuvre de projets bois énergie

La Société Publique Locale pour la maîtrise d œuvre de projets bois énergie La Société Publique Locale pour la maîtrise d œuvre de projets bois énergie Dans le cadre du programme "1000 chaufferies bois pour le milieu rural", plusieurs consultations juridiques relatives à la mutualisation

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Introduction : Bonne lecture!

Introduction : Bonne lecture! LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE PRESENTATION ET ANALYSE Dossier réalisé par M. Guy REVERT Enseignant en Economie & Gestion Université de Provence Page 2 sur 6 PRESENTATION DE LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Les fondations en questions Gouvernance, spécificités comptables, avantages fiscaux Découvrez les règles propres aux différents types de fondations 1 - Quelles sont les

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993).

Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Dahir portant loi n 1-93-51 (22 rebia I 1414) Instituant les agences urbaines (B.O. 15 septembre 1993). Vu la Constitution, notamment son article 101 ; Après examen par le conseil des ministres réuni le

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs

STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs 1 STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs ARTICLE 1 : Titre de l association Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901, ayant pour

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

Formes juridiques fév. 2013

Formes juridiques fév. 2013 Formes juridiques fév. 2013 Source APCE Quel est le nombre d'associés requis? Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut embaucher des salariés). 1 seul associé (personne physique

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE.

SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE. SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE. SOCIETE DE CAPITAUX. (Soumission à l IS sans appel public à l épargne.) - Forme juridique nouvelle créée par la loi n 94-1 du 03/01/94 modifiée par la loi 99-587 (art 3)

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

Les associations loi 1901

Les associations loi 1901 Les associations loi 1901 Définition : L'association est la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun d'une façon permanente leurs connaissances ou leur activité dans un but

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE La loi n 85-697 du 11 juillet 1985 permet à une personne physique ou morale de créer une société à responsabilité limitée,

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat. Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209

Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat. Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209 Ministère de la Culture et de la Communication Mission du Mécénat Atelier «Fonds de dotation» 11 MARS 2009 V0209 Sommaire Présentation Motivation Contexte Définition Caractéristiques juridiques Caractéristiques

Plus en détail

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS

Charte. du Parc naturel régional du Marais poitevin 2014 / 2026 STATUTS Charte du Parc naturel régional du Marais poitevin STATUTS 2014 / 2026 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire, les

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU SEMINAIRE Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel

Plus en détail

Droit Commercial. Droit Commercial. Les sociétés commerciales. Les sociétés commerciales. Entreprises individuelles. Les Sociétés Commerciales

Droit Commercial. Droit Commercial. Les sociétés commerciales. Les sociétés commerciales. Entreprises individuelles. Les Sociétés Commerciales Droit Commercial Entreprises individuelles Sociétés de capitaux Autres sociétés L entreprise en difficulté Entreprises individuelles 1. Définition 2. Formalités de création 3. Particularités Entreprises

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris.

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris. FONDATION MÉDÉRIC ALZHEIMER Fondation reconnue d utilité publique (Décret du 26 août 1999 JORF n 198 du 27 août 1999 p.12776) N SIRET : 428 994 008 00012 STATUTS I - But de la Fondation Article 1 er La

Plus en détail

MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001

MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001 MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA LOI DU 15 MAI 2001 SARL EURL et SASU SAS SAS D EXERCICE LIBÉRAL SELAS LES MODIFICATIONS AVANT LA LOI DU 18 MAI 2001 1. libération du capital : libération des apports de numéraire

Plus en détail

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015 10 juillet 2015 Edito Cette nouvelle lettre de l Etat est spécifique et a pour thème : La Commune Nouvelle. Elle a pour objectif d expliquer ce qu est cette entité territoriale, de vous présenter les modalités

Plus en détail

Créer une SAS (Société Anonyme Simplifiée)

Créer une SAS (Société Anonyme Simplifiée) Créer une SAS (Société Anonyme Simplifiée) Ecrit par Pierre F. le 25 mai 2011 La SAS est une forme de société assez récente.l un des principales caractéristiques de cette forme de société est que son mode

Plus en détail

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A)

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) TEXTES CONSTITUTION GESTION Art 1845 à 1870-1 code civil Pas de capital social minimum Associés : minimum 2 associés ; associé mineur possible ; époux ou

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

Statuts de l association de préfiguration Enercoop Languedoc Roussillon

Statuts de l association de préfiguration Enercoop Languedoc Roussillon Statuts de l association de préfiguration Enercoop Languedoc Roussillon ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES

LES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES LES FORMES JURIDIQUES D S DES DIRIGEANTS DES ASSOCIES DROITS SOCIAUX TRANSMISSION DES DROITS SOCIAUX INDIVIDUELLE - EI SOCIÉTÉ A - SARL de 2 à 100 associés UNIPERSONNELLE A - EURL 1 associé SOCIÉTÉ ANONYME

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

L ACTUALITE JURIDIQUE

L ACTUALITE JURIDIQUE 1 L ACTUALITE JURIDIQUE de DEPREZ DIAN GUIGNOT «CORPORATE M&A FISCAL» Lettre Périodique Novembre 2005 MESURES JURIDIQUES ET FISCALES DE : LA LOI EN FAVEUR DES PME DU 2 AOUT 2005 ET DE LA LOI DU 26 JUILLET

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ----

MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- MODELE DE STATUTS D ASSOCIATION ---- ---- NOTICE EXPLICATIVE Ce document comporte deux parties : La présente notice explicative (4 pages) qui vous aidera à rédiger des statuts adaptés à votre association,

Plus en détail

Points de vigilance. Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3. Journée patrimoine immobilier

Points de vigilance. Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3. Journée patrimoine immobilier Points de vigilance Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3 Journée patrimoine immobilier 1 Sommaire Différentes modalités d acquisition Rappels réglementaires Cessations d activité et fermetures

Plus en détail

UNION D ECONOMIE SOCIALE POUR LE LOGEMENT SOMMAIRE

UNION D ECONOMIE SOCIALE POUR LE LOGEMENT SOMMAIRE N 30 - Mai 2000 SOMMAIRE I - Financement des organismes agréés pour les actions d accompagnement en faveur du logement des jeunes et des demandeurs d emploi : imputation sur les fonds «10%». II - Prêts

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 TEXTES JURIDIQUES. 1.1 Les associations 1.1.1 ASSOCIATION DÉCLARÉE 1.1.7 ASSOCIATION DE MICROCRÉDIT

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 TEXTES JURIDIQUES. 1.1 Les associations 1.1.1 ASSOCIATION DÉCLARÉE 1.1.7 ASSOCIATION DE MICROCRÉDIT TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 TEXTES JURIDIQUES 1.1 Les associations 1.1.1 ASSOCIATION DÉCLARÉE 1 er juillet 1901 Loi relative au contrat d association...1 16 août 1901 Décret pris pour l exécution de la

Plus en détail

LES STATUTS DE L ASSOCIATION :

LES STATUTS DE L ASSOCIATION : LES STATUTS DE L ASSOCIATION : PRÉAMBULE Le territoire des Gorges du Haut-Allier Margeride, à la richesse patrimoniale et environnementale exceptionnelle, a vocation à devenir un Parc naturel régional.

Plus en détail

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009 La comptabilité des associations. Outil de gestion, Outil de contrôle. Préambule. Rappel de l'article 1 de la loi de 1901 : Les textes fondateurs qui régissent la vie des associations : La loi du 1er juillet

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Les structures dédiées au mécénat

Les structures dédiées au mécénat N 5 LES REPÈRES Admical Structures généralistes Création Bases juridiques Objet Fondateurs Procédure de constitution Personnalité juridique Durée Fondation reconnue d utilité publique (FRUP) Loi n 87-571

Plus en détail

NEPTUNE Association déclarée selon la loi de 1901. Siège social : 32 boulevard Paul Vaillant Couturier 93100 MONTREUIL SOUS BOIS STATUTS

NEPTUNE Association déclarée selon la loi de 1901. Siège social : 32 boulevard Paul Vaillant Couturier 93100 MONTREUIL SOUS BOIS STATUTS NEPTUNE Association déclarée selon la loi de 1901 Siège social : 32 boulevard Paul Vaillant Couturier 93100 MONTREUIL SOUS BOIS STATUTS MIS EN HARMONIE AVEC L'ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 20 juin

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction Les parts ou actions de sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés sont considérés comme des

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

STATUTS. «ADASP des YVELINES»

STATUTS. «ADASP des YVELINES» STATUTS «ADASP des YVELINES» ARTICLE PREMIER - DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S NOVEMBRE 1990 2 ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE (

Plus en détail

10 BONNES RAISONS DE CHOISIR LA SAS

10 BONNES RAISONS DE CHOISIR LA SAS 10 BONNES RAISONS DE CHOISIR LA SAS FICHE CONSEIL Page : 1/9 La SAS est apparue dans notre droit en 1994. Elle est le produit de la réflexion des acteurs économiques. C'est sans doute pour cela qu une

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Présentation du fonds de dotation

Présentation du fonds de dotation Présentation du fonds de dotation Mardi 9 avril 2013 Lors de l Assemblée Générale de la FEVIS (Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) 10 rue Coquillière 75001 PARIS Maître Laurent

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

Quel est le meilleur statut pour mon projet? Animé par : Sophie BERNADAC Loïc PLESSIS

Quel est le meilleur statut pour mon projet? Animé par : Sophie BERNADAC Loïc PLESSIS Quel est le meilleur statut pour mon projet? Animé par : Sophie BERNADAC Loïc PLESSIS INTRODUCTION Le choix du statut juridique va dépendre de nombreux critères parmi lesquels : La nature de l activité

Plus en détail

Projet de loi Habitat pour tous

Projet de loi Habitat pour tous Ministère du logement Novembre 2004 Projet de loi Habitat pour tous 1. Urbanisme et foncier L objectif est de favoriser la construction de logements, en particulier pour la réalisation du volet logement

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION "Les Lucioles du Doc"

STATUTS DE L'ASSOCIATION Les Lucioles du Doc STATUTS DE L'ASSOCIATION "Les Lucioles du Doc" Article 1 - Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

I. But et composition de l'association

I. But et composition de l'association STATUTS (Statuts adoptés le 17-10-96, modifiés le 15-06-99, 10-07-02 et le 09-09-08) I. But et composition de l'association Article 1 : DENOMINATION L'Association pour la haute qualité environnementale

Plus en détail

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : Aspects juridiques

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : Aspects juridiques Avocat partenaire LILLE - PARIS - BRUXELLES L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : Aspects juridiques Jacques VERVA Barreaux de LILLE et de BRUXELLES Conseiller du Commerce Extérieur de la France

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

PERFORMANCE BOIS Plateforme de services et de ressources PROJET DE STATUT

PERFORMANCE BOIS Plateforme de services et de ressources PROJET DE STATUT PERFORMANCE BOIS Plateforme de services et de ressources PROJET DE STATUT ARTICLE PREMIER - NOM Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville.

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville. Association déclarée le 31 juillet 1973 sous le numéro 1258 à la Sous-Préfecture de Palaiseau régie par la Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS I - But et composition de l Association Article 1er - Forme Il

Plus en détail

Association LOGISOL STATUTS TITRE I - CONSTITUTION ET OBJET

Association LOGISOL STATUTS TITRE I - CONSTITUTION ET OBJET Association LOGISOL STATUTS TITRE I - CONSTITUTION ET OBJET Article 1 : Constitution, dénomination, objet et localisation L association LOGISOL (anciennement SOLIDARITÉ LOGEMENT) fondée en janvier 1988

Plus en détail

S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET

S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET S T A T U T S LA QUADRATURE DU NET Association loi 1901 Article 1 - Constitution I DENOMINATION OBJET - SIEGE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du 1er

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 II. Droit départemental d enregistrement et taxe départementale de publicité foncière

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Note explicative sur les montages juridiques possibles Anne-Sophie Cichowlas Noémie Poize Contexte global L approche défendue est une approche globale et intégrée

Plus en détail

STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume

STATUTS. Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume STATUTS Syndicat mixte de Préfiguration du Parc naturel régional de la Sainte-Baume Version 09-02-2011 TITRE I : NATURE ET OBJET DU SYNDICAT MIXTE 2 ARTICLE 1 : Création du Syndicat mixte En application

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER

STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER Modifications adoptées en Assemblée Générale Extraordinaire du 3 mars 2012 I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Article 1 1) L Union des Français de l Etranger

Plus en détail

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX CHAPITRE 11 L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION ET LA FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Selon la forme juridique choisie, le ou les créateurs d entreprise ont plus ou moins de pouvoir de décision. L exercice

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

Statuts : Editions Border Line

Statuts : Editions Border Line Statuts : Editions Border Line ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, dénommée «Editions Border Line». ARTICLE

Plus en détail

Niger. Régime général des mutuelles de santé

Niger. Régime général des mutuelles de santé Régime général des mutuelles de santé Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 [NB - Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 portant régime général des mutuelles de santé en République du ] Titre 1 - Dispositions générales

Plus en détail

Société par actions simplifiée

Société par actions simplifiée Société par actions simplifiée Durée : 16 heures Support : 600 diapositives Objectifs Maîtriser les règles de fonctionnement de la SAS, de la création à la liquidation. Savoir décrypter les statuts et

Plus en détail

Association «EYI A PONGO»

Association «EYI A PONGO» TITRE I- DISPOSITIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. DÉNOMINATION, SIÈGE Article 1 : De la création et de la dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, il est constitué,

Plus en détail

Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS Articles L. 342-1 et L. 342-2 du CCH

Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS Articles L. 342-1 et L. 342-2 du CCH Projet de loi ALUR Article 48 relatif à la création de l ANCOLS suite à adoption en première lecture par les deux chambres Synthèse des points principaux Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. sport santé bien-être

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. sport santé bien-être DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION sport santé bien-être Cocher la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande (Pour cocher : double clic/valeur par défaut/case activée)

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES

LES FORMES JURIDIQUES 1 LES FORMES JURIDIQUES Les structures juridiques de l Entreprise Il existe deux types de structures juridiques: L Entreprise Individuelle ou E.I. et l E.I. Responsabilité Limitée La société et plus particulièrement

Plus en détail

GUIDE pour la mise en conformité des statuts d'une association sportive avec les conditions d'attribution de l'agrement

GUIDE pour la mise en conformité des statuts d'une association sportive avec les conditions d'attribution de l'agrement GUIDE pour la mise en conformité des statuts d'une association sportive avec les conditions d'attribution de l'agrement MODELE DE PLAN DE PRESENTATION DES STATUTS Titre I : Intitulé Objet social Siège

Plus en détail

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme

L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme LILLE - PARIS - BRUXELLES L IMPLANTATION D UNE ENTREPRISE BELGE EN FRANCE : La Société Anonyme Jacques VERVA Avocat aux Barreaux de LILLE et de BRUXELLES Conseiller du Commerce Extérieur de la France jacques.verva@scp-mvdm.com

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIETE COOPERATIVE FONDS INTERNATIONAL DE GARANTIE (FIG)

STATUTS DE LA SOCIETE COOPERATIVE FONDS INTERNATIONAL DE GARANTIE (FIG) Financer un Développement Humain STATUTS DE LA SOCIETE COOPERATIVE FONDS INTERNATIONAL DE GARANTIE (FIG) I. RAISON SOCIALE, SIEGE ET BUT Article 1 1 Sous la dénomination "Société Coopérative Fonds International

Plus en détail

Les entités relevant du code de la Sécurité Sociale et du code de la mutualité

Les entités relevant du code de la Sécurité Sociale et du code de la mutualité Sont récapitulées ici les caractéristiques des entités qui doivent obligatoirement nommer au moins un commissaire aux comptes. Les sociétés Coopératives d intérêt collectif pour l accession à la propriété

Plus en détail

NIORT-ASSOCIATIONS MODELE TYPE DE STATUTS

NIORT-ASSOCIATIONS MODELE TYPE DE STATUTS NIORT-ASSOCIATIONS Maison des Associations 12 rue Joseph Cugnot 79000 NIORT Contact : 05.49.09.06.09 fax : 05.49.09.23.85 site : www.niort-associations.fr MODELE TYPE DE STATUTS TITRE 1 : FORME - TITRE

Plus en détail

P6C08 La cre ation d une entreprise

P6C08 La cre ation d une entreprise P6C08 La cre ation d une entreprise I. Les différentes formes de sociétés La création d une entreprise implique le choix de la structure juridique la mieux adaptée à la taille et à l activité de la future

Plus en détail

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI

N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI N 343 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 Annexe au procès-verbal de U séance du 5 juin 1985. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif à certaines activités

Plus en détail

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public.

permettant de rendre compatible le financement public sous la forme de compensation de service public. Instruction CGET/DMAT/DHUP du 20 février 2015 visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

Comment remplir le dossier de demande subvention?

Comment remplir le dossier de demande subvention? Comment remplir le dossier de demande subvention? Ville de Suresnes année 2015 Le dossier de demande de subvention est à déposer en 3 exemplaires avant le 5 décembre 2014 Au service Vie Associative 6 rue

Plus en détail