Construire et rénover durable en Seine Aval

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construire et rénover durable en Seine Aval"

Transcription

1 Opération d'intérêt National Construire et rénover durable en Seine Aval Guide et annuaire Les techniques Les entreprises Les financements

2 Rouen Le Havre Beauvais Mantes-la-Jolie Conflans-Sainte-Honorine Les Mureaux Roissy Poissy La Défense Paris Versailles L Opération d Intérêt National Seine Aval Orly Réalisé en partenariat avec

3 Edito L Opération d Intérêt National Seine Aval est un projet collectif porté par le Conseil Général des Yvelines, l Etat, la Région et 51 collectivités locales, de Conflans-Sainte-Honorine à Mantes-la-Jolie et Bonnières-sur-Seine. L un de ses objectifs est de développer la filière de l éco-construction, afin d attirer des entreprises et de créer des emplois de toutes qualifications, liés notamment aux éco matériaux, aux économies d énergie et aux énergies renouvelables. Dans ce cadre, l AUDAS a réalisé ce guide en partenariat avec l ADEME, le CAUE des Yvelines, l Espace Info Energie, la Chambre de Métiers et de l Artisanat des Yvelines, et la CAPEB. Il s adresse aux collectivités, particuliers, et entreprises. Vous y trouverez : - Des conseils pour construire ou rénover au mieux votre bâtiment de manière durable, de façon à consommer moins d énergie tout en utilisant des matériaux à faible impact environnemental. - Un annuaire des entreprises du territoire pouvant répondre à vos projets. - Les dispositifs d aides que vous pouvez mobiliser pour financer votre projet. Le site internet a vocation à être la plateforme de référence sur le territoire. Vous pourrez donc y retrouver toutes ces informations qui seront mises à jour régulièrement. Ce guide a été réalisé pour vous. Nous espérons qu il vous encouragera à construire et rénover durablement, et qu il vous apportera les outils que vous recherchez. C est collectivement que l Opération d Intérêt National Seine Aval atteindra ses objectifs. Vous en êtes pleinement acteurs. Le Président Hugues RIBAULT Maire d Andrésy Communauté de Communes des deux rives de la Seine Conseiller Général des Yvelines 1

4 La Caisse des Dépôts en Ile-de-France aux côtés des collectivités et des acteurs franciliens Pour répondre à l urgence écologique et climatique, la Caisse des Dépôts fait de l environnement une priorité stratégique et développe une offre de solutions innovantes. > La performance énergétique des bâtiments : le Prêt Energie Performance finance à taux attractif la construction et la rénovation de logements sociaux à haute performance énergétique. Ce prêt peut bénéficier d un soutien supplémentaire des collectivités locales qui le souhaitent. > Les énergies renouvelables : la Caisse des Dépôts soutient le développement de la production d énergie renouvelable en France, par des investissements soutenus dans les projets locaux (ELD et PME) : éolien, photovoltaïque, hydraulique, biomasse. > La biodiversité : sa nouvelle filiale CDC Biodiversité propose des solutions financières et opérationnelles de long terme pour préserver la nature et compenser les atteintes à la biodiversité liées à la construction d infrastructures et de logements. > Le climat : la Caisse des Dépôts soutient le développement du marché des actifs carbone, nouvel outil de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Direction régionale Ile-de-France 254, bd Saint-Germain Paris cedex Créateur de solutions durables. Juillet 2008

5 Sommaire PARTIE 1 - Guide pratique Introduction p 7 Qu est-ce que l éco-construction? Les enjeux Les bénéfices de l éco-construction Comment éco-construire ou éco-réhabiliter? p 14 La première étape : le diagnosctic Les notions indispensables La mise en oeuvre Les clés du succès p 19 Sobriété et efficacité énergétique Isolation : la priorité absolue Ventiler : un complément indispensable à l isolation Le chauffage et l eau chaude La régulation : adapter la consommation aux besoins Produire son électricité L eau : récupération Les finitions et la décoration Retours d expérience p 45 PARTIE 2 - Réalisations architecturales et annuaire Réalisations architecturales p 49 Annuaire des entreprises p 63 Icones p 64 PARTIE 3 - Les aides techniques et financières Pour les collectivités p 141 Pour les particuliers p 147 Pour les entreprises privées p 153 Qui contacter? p 155 Les partenaires p 157 3

6 Yves LEGRATIET, Responsable Développement Durable, Mairie de Mantes-la-Jolie Projet de la Seine Aval PROJET PUBLIC-PRIVÉ ENTRE MANTES-LA-JOLIE ET EDF Une convention a été signée récemment entre la mairie de Mantes-la-Jolie et EDF, visant à identifier les bâtiments les plus consommateurs d énergie. L objectif à terme est de réduire la consommation d énergie de ces bâtiments. Comment est né ce projet? Il est issu d un travail préalable ponctuel avec EDF sur l efficacité énergétique de l éclairage de l Hôtel de Ville et des rues d un quartier. C est en quelque sorte une opération pilote pour amorcer une démarche plus globale. Après la réalisation d un Bilan Carbone avec Fondaterra en avril 2007, nous avons conduit une série d actions constituant l Agenda 21 de la Ville. Celui-ci a mis à profit des outils comme les contrats de performance énergétique. Qu en attendez-vous? Ces contrats permettent de réaliser à des conditions financièrement intéressantes pour la ville des travaux d amélioration de l efficacité énergétique. Il convient pour cela de sélectionner les bâtiments les plus énergivores, les plus vétustes, susceptibles de faire l objet d un contrat qualifiable de partenariat public privé (PPP). Nous attendons d EDF de bénéficier de son expertise technique pour effectuer cette sélection et la soumettre à l avis de la commission interministérielle PPP avant de s engager dans une telle procédure. Si la faisabilité est démontrée, il nous appartiendra de faire appel à un Assistant à Maître d Ouvrage (AMO) pour la suite : définition du programme, aide à la passation d un contrat de PPP (avec EDF ou un autre). Quels sont pour vous les enjeux liés à la rénovation énergétique des bâtiments? Il s agit de s orienter vers une ville moins énergivore, moins productrice de gaz à effet de serre (puisque nous développons aussi les énergies propres-solaire ) donc forcément plus attrayante sur le plan écologique et financier (consommer moins et mieux donc moins cher pour tous). Et forcément s il y a un projet de cette envergure, il y a création d emplois au travers de l activité économique générée. 4

7 1 Guide pratique PARTIE 1 Guide pratique 5

8 Jean-Marie RIPART, Directeur du Développement Economique, Communauté de Communes des Deux Rives de la Seine Projet de la Seine Aval PARC ECO CONSTRUCTION SUR LA BOUCLE DES DEUX RIVES DE LA SEINE L éco-construction est une filière de développement économique prioritaire du territoire de l OIN Seine Aval. Comment s inscrivent les projets d éco-construction de la Communauté de Communes dans cette dynamique de l OIN? La Communauté de Communes des Deux Rives de la Seine (Andrésy, Chanteloup les Vignes, Chapet, Carrières-sous-Poissy, Triel-sur-Seine, Verneuil-sur-Seine) souhaite s inscrire fortement dans le développement de cette filière considérant les atouts de son territoire et la volonté politique affirmée des élus. Dès 2011, le premier parc de l éco-construction verra le jour comprenant un ensemble immobilier dédié à la filière, situé à Carrières sous Poissy. Cet équipement unique en son genre comprendra notamment : Un espace de négoce et vente d éco matériaux et d éco solutions Des locaux d activités seront dédiés aux professionnels du bâtiment (artisans, BET, architectes ). Le carrefour Conseils et Innovation, véritable centre de ressource public dédié à la filière et comprenant : une agence de développement en charge de la veille technologique et commerciale, un centre de formation, un espace conseil à l habitat durable pour les particuliers et les collectivités locales. Sans attendre cette date, la Communauté de Communes et ses partenaires inaugureront dans les prochaines semaines l Agence Locale de l Eco-construction implantée à l Hôtel d Entreprises du Parc des Vignes de Chanteloup. D une superficie de 250m², l Agence développera notamment : Des permanences de spécialistes du conseil en éco-habitat : CAUE, Espace Info Energie, PACTARIM Un show room visuel avec accès au public L organisation de visites de réalisations, de conférences, d ateliers et de formations continues. La création d une base de données des éco-matériaux (matériauthèque) pour les professionnels. 6

9 Guide pratique Introduction QU EST-CE QUE L ECO-CONSTRUCTION? La notion d'éco-construction est apparue dès la fin des années Elle vise à réaliser des bâtiments dont les principes constructifs, les technologies et matériaux utilisés permettent de respecter le plus possible l environnement et de réaliser des économies d énergie importantes. Il s agit d une démarche globale portant notamment sur l implantation et l orientation du bâtiment, le positionnement et la taille des ouvertures, l isolation, l utilisation de matériaux de construction et d isolation produits localement et le plus possible naturels, la mise en place de systèmes de régulation, le recours à des énergies renouvelables, l intégration de systèmes de traitement et de récupération d'eau Cette démarche s applique à la construction de bâtiments neufs mais également à l amélioration ou la réhabilitation de bâtiments anciens. Une réflexion globale et la qualité de l attention apportée au stade de la conception peuvent permettre la réalisation d une maison à très basse consommation d énergie, et donc économique. Certains principes se retrouvent notamment dans la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE), qui définit 14 cibles d'action portant sur la construction et les choix en matière d'entretien et d'usage. Cette démarche permet des économies d énergie importantes tout en assurant le confort et une meilleure protection de la santé. Ce guide a pour objectif de présenter aux particuliers, aux entreprises et aux responsables de collectivités susceptibles d entreprendre des travaux de construction ou de réhabilitation, les grandes lignes de l éco-construction, les technologies et matériaux sur lesquelles elle s appuie. Il est complété par la présentation des principales aides publiques et privées mobilisables. La partie annuaire présente des réalisations architecturales en Seine Aval et alentours ayant traité certaines questions environnementales et répertorie les entreprises locales labellisées ou formées aux techniques de l éco-construction. 7

10 Guide pratique LES ENJEUX Agir contre le réchauffement climatique Avec plus de 68 millions de tonnes d équivalent pétrole consommées, ou encore 123 millions de tonnes de CO 2 émises, soit 23 % des émissions nationales, le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d énergie en France La nécessité de contenir le réchauffement climatique en limitant le rejet dans l atmosphère des gaz à effet de serre (GES) a conduit les Etats à fixer des objectifs de réduction. Ainsi, la France a-t-elle pris en 2003 l engagement de diviser par un facteur 4 ses émissions de GES entre 1990 et Cet engagement a été validé par le Grenelle de l Environnement de Le Ministre Jean-Louis Borloo, a signé quatre arrêtés en vue d accélérer l amélioration de la performance énergétique des bâtiments privés et publics. - Obligation de réaliser un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) p o u r les bâtiments neufs dont le permis de construire a été déposé après le 1er juillet Obligation pour les gestionnaires des bâtiments publics importants d afficher le DPE dans le hall d accueil du bâtiment, de manière visible, afin de sensibiliser le public et ses occupants sur les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre qu engendre le bâtiment. - Réalisation systématique, pour les bâtiments neufs de plus de 1000 m², d une étude de faisabilité de diverses solutions d approvisionnement en énergie de leur projet de bâtiment, avant le dépôt de la demande de permis de construire, afin de choisir la plus efficace et la plus adéquate. - Détermination des objectifs de performance énergétique à atteindre lors des travaux importants de rénovation thermique. Neuf Ancien Logements Généralisation de la norme Très Haute Performance Energétique d ici 2010, (20% de moins de la Réglementation Thermique en vigueur) - des logements à basse consommation (50 KWh/m²) d ici 2012, - des logements à énergie passive (<15KWh/m²/an) ou positive (production d énergie > consommation) d ici 2020 Rénovation thermique de logements par an et en priorité des logements HLM Tertiaire et bâtiments publics - Généralisation de la basse consommation et de l énergie passive ou positive, - Intégration systématique des énergies renouvelables d ici Rénovation thermique pour les bâtiments publics d ici Bilan carbone / énergie pour toutes les organisations privées et publiques de plus de 50 personnes. 8

11 Guide pratique Dans le bâtiment, les principales sources d émission directe ou indirecte de CO 2 sont dues au chauffage. Les émissions de CO ² par type de chauffage pour 1 kwh Fuel 310 g de CO 2 Propane-butane 300 g de CO 2 Gaz 280g de CO 2 Electrique 180 g de CO 2 Bois 0 Diminuer les dépenses énergétiques invisibles : l énergie grise L énergie grise est l énergie nécessaire à la production d un service ou à la fabrication d un bien de la récolte ou l extraction, la transformation, la commercialisation (transport, stockage, vente) jusqu au stade ultime de son élimination. Tous les matériaux de construction ne nécessitent pas de dépenser la même énergie pour leur production ou leur transport. Une démarche d éco-construction poussant la logique jusqu au bout visera à utiliser de préférence les matériaux à plus faible consommation d énergie grise. Matériau Energie grise kwh/m³ indicative Comment agir au niveau individuel? Parpaing Brique Monomur Béton cellulaire Bois Laine de verre Polystyrène extrudé Polystyrène expansé Polyuréthanne Laine de bois Panneau d aggloméré Contreplaqué Acier Aluminium PVC Chanvre Plumes Laine de mouton Lin Liège - Réduire sa consommation notamment par le biais d une meilleure isolation, à à Sources : - Choisir des matériaux à faible consommation d énergie grise, - Utiliser ou produire de l énergie renouvelable. 9

12 Guide pratique Adopter une démarche bio-climatique Réfléchir un projet en termes d éco-construction ne doit pas nous entraîner systématiquement vers l emploi de techniques sophistiquées. Vouloir éco-construire, c est d abord adopter une démarche bioclimatique. L architecture bioclimatique est une architecture conçue pour être en symbiose avec le milieu vivant qui l accueille. Elle s inscrit dans le site et tire le meilleur parti des conditions géographiques et climatiques du lieu : le relief, le sous-sol, le sol, la végétation, les ressources en eau, en matériaux de construction, en énergies renouvelables (la force du vent, le rayonnement du soleil, la chaleur de la terre). C est pourquoi des études en amont du projet sont indispensables afin de révéler tout le potentiel du site envisagé et de son environnement. L architecture bioclimatique donne la priorité aux solutions passives pour apporter un confort intérieur aux habitants. Les solutions passives sont nombreuses : apports solaires directs et protection des vents par une orientation préférentielle du bâti, protection solaire d été par des brise-soleil, débords de toiture, persiennes ou écrans végétaux, ventilation naturelle par des ouvertures judicieusement placées, réchauffement ou rafraîchissement de l air neuf par puits canadien, régulation thermique de l enveloppe par des murs épais ou une forte isolation thermique, isolation des toitures par de la terre, récupération de l eau de pluie C est aussi favoriser l emploi de matériaux de construction nécessitant le moins de transport et de transformation possible. Toutes ces solutions, génératrices d économies d énergie, sont à privilégier. Le recours à des solutions techniques peut venir en complément, comme l installation de capteurs solaires. Préserver l espace Chacun d entre nous est désormais conscient que les ressources en énergies traditionnelles ne sont pas inépuisables et que le développement durable passe par la mobilisation de tous les acteurs du bâtiment pour des constructions écologiques. Mais peu d entre nous sommes conscients que l espace, aussi, est une ressource limitée qu il faut aménager avec discernement. 10

13 Guide pratique Le territoire de la Seine Aval possède, aujourd hui encore, un équilibre entre ses espaces urbanisés, ses espaces agricoles et ses espaces naturels. Il convient de préserver cet équilibre en luttant contre l étalement urbain et en respectant l habitat traditionnel. Il importe également de conserver des espaces de respiration et d établir des liens entre le milieu urbain et les espaces naturels. Tous les projets de construction, même les plus modestes, participent à la transformation du territoire. La qualité architecturale d un projet ne peut être dissociée de sa qualité urbaine et de son impact sur son environnement. Par exemple, construire une maison «écologique» performante du point de vue énergétique, mais dans un site isolé, loin des services, des commerces et des lieux de travail de ses habitants, ne peut pas être considéré comme une démarche de développement durable. LES BENEFICES DE l ECO-CONSTRUCTION Une meilleure qualité de vie La démarche d éco-construction vise à améliorer le confort par le biais de solutions parfois très peu coûteuses issues d une réflexion d ensemble sur le bâtiment et le mode de vie de ses occupants. En effet, la sensation d inconfort thermique peut avoir des causes multiples : une mauvaise isolation, une utilisation de l espace inadaptée, un manque d aération, un chauffage mal réglé, des radiateurs mal placés, des baies vitrées non protégées. Un moindre risque pour la santé Toutes les études réalisées sur ce sujet démontrent que l air confiné des appartements, des bureaux, des lieux publics est plus pollué que l air extérieur. Or, nous passons en moyenne 22 à 24 h dans des espaces clos ou mi-clos. Il s ensuit notamment une augmentation des pathologies respiratoires et des allergies. A l origine de cette pollution intérieure l on trouve notamment les aldéhydes diffusés par de nombreux matériaux et produits utilisés dans la construction, la décoration et le bricolage 1. 1 Source : Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur 11

14 Guide pratique Formaldéhyde Acétaldéhyde Benzaldéhyde Isobutyraldéhyde / butyraldéhyde Valéraldéhyde Source : Mousses isolantes, laques, colles, vernis, plupart des bois agglomérés et contreplaqués, cheminées à foyer ouverts, poêles à pétrole Panneaux de particules Peintures à phase solvant, parquet traité Héxaldéhyde, produit de traitement du bois (phase aqueuse) Parquet traité, panneaux de particules Peintures à phase solvant, panneaux de particules La manière d y remédier est d une part de veiller à utiliser des produits naturels faiblement toxiques d autre part de mettre en place des circuits d aération permettant le renouvellement régulier de l air. Une diminution des dépenses Se chauffer coûte de plus en plus cher, or, certaines mesures parfois simples permettent de réduire considérablement sa consommation et donc sa facture énergétique sans pour autant altérer sa qualité de vie, bien au contraire. Les investissements réalisés seront d autant plus rapidement rentabilisés que l on se sera livré à une réflexion globale prenant en compte l ensemble des éléments pesant sur la consommation. Seront notamment pris en compte : - L isolation : identifier et traiter toutes les sources de déperdition de chaleur (murs, sols, vitrages, etc.) tout en respectant la nécessité d aérer. - La régulation : ne consommer que ce dont on a réellement besoin. Une température à 19 C dans un logement permet d éviter des gaspillages tout en préservant le confort. - L orientation, l utilisation de l espace. 12

15 Guide pratique Consommation d'énergie dans les résidences principales Chauffage 65% Eau chaude 12% Electricité spécifique 16% Cuisson 7% Source : CEREN, Les chiffres clés du bâtiment, Édition 2006, ADEME. Pour aller plus loin dans la démarche, il est désormais possible moyennant des investissements de moins en moins élevés et parfois soutenus par des dispositifs d aides publiques, de : - Produire sa propre chaleur à partir du soleil par le biais de panneaux thermiques. - Produire de l électricité et tendre vers un bâtiment à énergie positive par le biais de : - Panneaux photovoltaïques, - Eoliennes. 13

16 Guide pratique Comment éco-construire ou éco-réhabiliter? LA PREMIERE ETAPE : LE DIAGNOSTIC Obligatoire dans le cadre des transactions immobilières, le Diagnostic de Performance Energétique est un dispositif qui peut être utilisé par tous. Le Diagnostic de Performance Energétique ou DPE Logement économe <50 Faibles émissions <5 Consommation énergétique enkwh/m2.an en énergie primaire 51 à à à à à 450 >450 Logement énergivore Il permet d estimer les consommations d énergie, sur la base d une méthode approuvée par l Etat. Il comprend également des recommandations techniques pouvant servir de base à la mise en place des mesures les plus efficaces pour économiser l énergie, mais à l instar du contrôle technique pour les véhicules, il ne donne pas lieu à des conseils poussés ou des préconisations. Emissions de gaz à effet de serre en kg eg co2/m2.an 6 à à à à à 80 >80 Fortes émissions Pour aller plus loin : l étude ou l audit thermique Certains bureaux d études ont développé des méthodes complètes d analyse non seulement du bâtiment mais également du mode de vie de ses occupants et sont en mesure de faire des propositions concrètes sur les aménagements ou travaux à réaliser pour faire de réelles économies d énergie. 14

17 Guide pratique LES NOTIONS INDISPENSABLES Avoir une réflexion globale Eco-construire n est pas juxtaposer des techniques, aussi sophistiquées et performantes individuellement soient-elles. C est d abord se livrer à une réflexion d ensemble sur ses objectifs en matière d énergie, de confort et de santé. Pour un bâtiment existant, évaluer ses atouts et faiblesses, la manière dont on l occupe. Rechercher les solutions passives les plus adaptées et y associer ensuite les solutions techniques nécessaires pour parvenir aux objectifs souhaités. L objectif est que le logement ou le bâtiment réponde le plus possible aux objectifs d économie d énergie et de préservation de l environnement et assure une bonne qualité de vie à ses habitants. Pour apporter un confort intérieur, la priorité sera donnée aux solutions passives permettant de recouvrir au minimum au chauffage ou à la climatisation. La première condition est d être en symbiose avec le milieu vivant qui l accueille. Pour cela, il doit s inscrire dans son site et tirer le meilleur parti des conditions géographiques et climatiques : relief, sous-sol, sa végétation, ressources en eau, matériaux de construction, énergies renouvelables, vent, soleil. Les matériaux de construction seront donc choisis en fonction de leurs performances et en fonction de critères tels que leur provenance et leur mode de production. En effet, l utilisation de matériaux locaux limite le transport et permet une bonne intégration dans le paysage. De même, les matériaux nécessitant peu de transformation, donc à énergie grise faible, dégradent moins l environnement. Le recours à des solutions techniques «actives» peut venir en complément, comme par exemple l installation de capteurs solaires. Les solutions coûteuses ne sont pas nécessairement les plus efficaces. Encourager les innovations architecturales Pour les nouvelles constructions, les possibilités sont nombreuses mais il ne faut pas se contenter d appliquer des solutions techniques toutes faites, elles peuvent en 15

18 Guide pratique effet s avérer sans efficacité dans votre cas particulier. Il est préférable de s adresser à un architecte qui est le mieux à même d avoir une vision d ensemble et de proposer les solutions architecturales les mieux adaptées. LA MISE EN OEUVRE Construire en respectant l environnement Construire ou faire construire est avant tout une démarche raisonnée pour penser une maison, un immeuble, un équipement C est une recherche d équilibre des relations entre ses habitants, le bâti, le terrain, mais aussi la prise en compte des performances dans le choix des matériaux et des installations. L éco-construction s appuie sur un certain nombre de principes simples, respectueux au mieux de l environnement tout en répondant à des besoins prenant en compte les énergies, les matériaux, un lieu d implantation, la santé, l usage et le confort. Quelques éléments de principes : - adaptation au terrain : (déterminer la position) considérer la course du soleil, protection par rapport aux vents dominants, penser aux espaces végétalisés qui participent à la construction - orientation du bâti : positionnement de la façade principale en (fonction) favorisant les apports solaires, gérer le nombre et la taille des ouvertures selon l orientation (ouvertures à limiter du côté des vents dominants, à l ouest limiter la pénétration du soleil aux heures les plus chaudes ) - réfléchir à la disposition des pièces : lumière, accès, volume - conception du bâti : forme compacte pour éviter les déperditions d énergie - penser à une isolation efficace : bonne inertie thermique des murs, prise en compte des ponts thermiques, protections solaires efficaces, isolation renforcée des toitures, des sols et vitrages - gestion de la ventilation de la construction : le renouvellement de l air par des moyens naturels - privilégier l utilisation des énergies renouvelables telles que le chauffage au bois, chauffage basse température, chauffe eu solaire, électricité solaire par exemple. - préférer l utilisation de matériaux naturels, locaux, peu demandeurs d énergie pour leur production et leur transport. 16

19 Guide pratique C est une occasion d enrichir le vocabulaire architectural qui s est considérablement appauvri, en particulier dans le domaine de la maison individuelle. Un objectif : remettre la qualité architecturale au rang des priorités. Par exemple, un large débord de toiture, dessiné et réalisé avec soin, est une réponse plus «durable» comme protection solaire d été que le rafraîchissement d air, même alimenté par une pompe à chaleur. Réhabiliter ou améliorer de l ancien A l inverse des constructions environnementales qui représentent une part de plus en plus importante du marché de la construction neuve, le parc du bâti existant, qu il soit ancien ou récent, est encore très peu investi. Il apparaît pourtant comme le grand chantier des prochaines décennies, si on veut atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Réinvestir une maison de village, une ferme sans activité, est sans doute une solution plus durable que de construire sur une nouvelle parcelle qui étend encore un peu plus la surface urbanisée. La réhabilitation de l essentiel du parc existant semble donc indéniable. Réhabiliter ou améliorer l existant nécessite un diagnostic préalable au choix de techniques de mise en œuvre et des matériaux à utiliser. Le bâti récent Les bâtiments réalisés dans la deuxième moitié du XX ème siècle représentent la part la plus importante du parc de la construction. Ils ont apporté un grand progrès dans le domaine du confort : éclairement, chauffage, équipements sanitaires, mais étaient généralement peu isolés. Ils utilisent de plus des énergies fossiles pour le chauffage, sont très grands consommateurs d énergie et leur part dans les émissions de gaz à effet de serre est importante. Rien que sur le plan énergétique, leur réhabilitation est indispensable. Le bâti traditionnel Au contraire, les maisons rurales, villageoises et les fermes avaient des qualités qui pourraient aujourd hui encore nous servir d enseignement. En effet, la plupart ont été conçues avec une approche bioclimatique. L implantation est adaptée au site et au climat ; les matériaux de construction sont naturels (pierre, bois, argile, pisé ), proviennent des ressources locales, et ont demandé peu de transformation. 17

20 Guide pratique Thermographie d un bâtiment identifiant les déperditions de chaleur et permettant de cibler les travaux prioritaires (photos JYVAMA) Les murs épais apportent une bonne inertie, le grenier joue le rôle d espace tampon, les ouvertures sont limitées, les caves creusées à même le sol sont tempérées, les celliers et les séchoirs offrent des solutions passives pour la conservation des aliments ou le séchage du linge. Lorsque l on souhaite réhabiliter ce type de bâti, il est nécessaire d effectuer un diagnostic global et précis avant toute intervention afin que celle-ci soit adaptée à chaque situation. Par exemple, on sera particulièrement attentif à respecter l équilibre hygrométrique du bâtiment et les solutions d isolation étanches seront écartées. 18

21 Guide pratique Les clés du succès SOBRIETE ET EFFICACITE ENERGETIQUE La sobriété fait référence à la quantité d énergie consommée. Ne consommer que ce dont on a réellement besoin est possible au moyen de quelques solutions simples, par exemple : - Eviter le gaspillage : ne pas chauffer lorsqu on est absent ou dans les pièces inoccupées, baisser le chauffage plutôt qu ouvrir grand les fenêtres, etc. Des solutions techniques peuvent pallier l attention humaine. L utilisation de systèmes de régulation permet notamment de ne chauffer que là où c est nécessaire. - Utiliser l espace de manière différente : occuper davantage l hiver les pièces les plus ensoleillées et les mieux orientées, etc. - Choisir des appareils à basse consommation : l étiquette énergie obligatoire pour les appareils produisant l eau chaude apporte des indications précises au moment de l achat - Eviter les déperditions de chaleur : les sources de déperdition sont nombreuses le secteur du bâtiment n ayant pas été habitué à en faire une priorité jusqu à une date récente, elles peuvent pour la plupart se détecter par une simple observation (portes, murs peu isolés ). Pour plus d efficacité, il est toutefois préférable de recourir à un spécialiste dans le cadre d un audit thermique. L efficacité fait référence à l utilisation optimale des meilleures technologies disponibles ainsi qu à la réduction des pertes lors du fonctionnement et de l exploitation. En adoptant un appareil plus efficace, on réduit de fait ses consommations donc son impact sur l environnement. A l achat, il convient donc de faire attention au rendement des appareils et de se conformer aux conseils pour leur installation. Par la suite, la maintenance permet de conserver leurs performances. ISOLATION : LA PRIORITE ABSOLUE Principes de base L énergie la moins chère est celle que l on ne consomme pas! La première solution pour consommer moins d énergie est de bien se protéger des températures extérieures. Une isolation renforcée permet de conserver la chaleur à l intérieur l hiver et d éviter qu elle ne rentre trop facilement l été le bénéfice est donc multiple, bien isoler profite à l environnement, au confort et au portemonnaie! 19

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

La maison zéro énergie (ou énergie positive)

La maison zéro énergie (ou énergie positive) La maison zéro énergie (ou énergie positive) Maison qui consomme pas ou peu d énergie Utilise des énergies renouvelables Respectueuse de l'environnement Avantages : - Diminution du bilan carbone (moins

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS L atelier d architecture Pascal Gontier a construit une maison passive à Issy-les-Moulineaux.

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

MAISON INDIVIDUELLE. Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois

MAISON INDIVIDUELLE. Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois MAISON INDIVIDUELLE Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois ÉVOLUTION Une énergie résolument moderne Authentique et d avenir Le bois se présente en France et en Europe comme la première source d énergie

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5, rue Jean Marie Tullou 35740 PACE Tél : 02 99 85 16 45 Fax : 02 99 85 57 83 RCS : 494 300 619 Compagnie d assurance : GROUPAMA n 7950376/409 Audit Energétique En Maison

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Les Maisons passives :

Les Maisons passives : Les Maisons passives : l avenir de la réalité Stéphane Perraud LIMOUSIN NATURE ENVIRONNEMENT en LIMOUSIN Sommaire Introduction... P.3 Une Maison passive c est quoi?... P.4 Comment concevoir une Maison

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ]

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ] Aérogénérateur : Un aérogénérateur, ou une éolienne convertit l énergie du vent en énergie mécanique, elle-même transformée en électricité grâce à un générateur Plus d informations sur l aérogénérateur

Plus en détail

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t

T h i m o n v i l l e. P l a n L o c a l d U r b a n i s m e. A n n e x e s a u r è g l e m e n t T h i m o n v i l l e P l a n L o c a l d U r b a n i s m e A n n e x e s a u r è g l e m e n t Vu pour être annexé à la délibération du 20 décembre 2013 P L U Cachet de la Mairie et signature du Maire

Plus en détail

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, tout en limitant ses impacts

Plus en détail

bioclimatique? Comment concevoir sa maison

bioclimatique? Comment concevoir sa maison Petites Machines à Habiter Projet Radiaterre de Arnaud S Comment concevoir sa maison bioclimatique? Région Ouest, climat océanique Climat venteux sans excès thermique, avec des hivers doux, des étés relativement

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison Hibou Avec Maisons CTVL MAISON HIBOU FOUSSE INDUSTRIES

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

Une maison BBC, Eco-construction... PAGE. Par Séverine Littière

Une maison BBC, Eco-construction... PAGE. Par Séverine Littière PAGE 20 Eco-construction... Par Séverine Littière La maison BBC relève le niveau A l heure des préoccupations environnementales, de nombreux efforts sont faits pour préserver notre planète. Nos chères

Plus en détail

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr La rénovation rénovation globale performante Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE Les coûts 1. POURQUOI RENOVER? 1.1. Contexte et chiffres clés 1.2. Typologies et consommations

Plus en détail

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL 1 - Politiques climat et efficacité énergétique des bâtiments Les engagements européens L efficacité

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Quels arguments? Quels usages?

Quels arguments? Quels usages? Les éco-matériaux Quels critères? Quels arguments? Quels usages? Convention du personnel commercial des coopératives HLM Paris Le 25 novembre 2010 Nous utilisons des matériaux depuis la nuit des temps.

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2

Données administratives. Rue : Rue Jean Haust N : 122 Boîte : CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 CP : 4000 Localité : Liège(4000) Impact sur l'environnement - émissions de CO 2 Émissions de CO 2 du bâtiment : 14799 kg CO 2/an Émissions de CO 2 spécifiques : 66 kg CO 2/m².an Description du bâtiment

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE

CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE CRÉATION DE BUREAUX Etude préalable SIVOM de RIEUX Commune de SALLE SUR GARONNE Stéphane COUDERC AVRIL 2011 Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de la Haute-Garonne 1, rue Matabiau-31

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BATIMENTS EXISTANTS et l'innovation Limoges Ester Technopole lundi 13 février 2012 Appel à projets "innovation en éco-réhabilitation

Plus en détail

diversité des options, classées en plusieurs thématiques : toitures, revêtement de façades, volumétries

diversité des options, classées en plusieurs thématiques : toitures, revêtement de façades, volumétries L OUTIL Nous avons imaginé 8 modules fonctionnels qui peuvent être assemblés de plusieurs manières et composer d innombrables maisons. Il s agit d une architecture modulaire présentant les qualités de

Plus en détail

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation Sommaire Introduction Confort dans L isolation thermique Pourquoi bien isoler son habitation?? s?? financières Confort Thermique Protection environnement «Plus de confort et d'espace» Les parois non isolées,

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE VENTILATION PANNEAUX SOLAIRES ISOLATION EAU CHAUDE SANITAIRE POMPE A CHALEUR FENETRES A ISOLATION RENFORCEE DIAGNOSTIC CONSEIL TRAVAUX Diagnostic Recommandations Travaux Un expert sistems étudie la configuration

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Isolation écologique d une maison de maître du XIX e siècle Localisation

Plus en détail

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES Pascal VALLADONT Directeur d HDL Rénovation basse consommation d un bâtiment existant : Espace Jean Jaurès à Besançon La basse énergie appliquée à la réhabilitation

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue du Mistral N : 32 Boîte : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue du Mistral N : 32 Boîte : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment : CP : 1400 Localité : Nivelles Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : 1970 Version du protocole: 22/10/2012

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE

PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE PETIT GLOSSAIRE DU LOGEMENT DURABLE Bilan Carbone : Le Bilan Carbone, une marque déposée par l ADEME (Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie), est un outil de comptabilisation des émissions

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle V 1.03 Audit Energétique En Maison Individuelle Date : 14/06/2012 Réf: AR 0000 613 Prescripteur : OPERATION RENOV EE Mr CORBIN ARNAUD 50 Rue des Paras 56 000 VANNES INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5,

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

Economies d énergies et bâti ancien

Economies d énergies et bâti ancien Economies d énergies et bâti ancien 1/ un réseau de professionnels Avant toute construction ou aménagement, il importe de consulter un architecte le plus en amont possible du projet architectural, urbain

Plus en détail

Bâtiments économes en énergie

Bâtiments économes en énergie Bâtiments économes en énergie > Construction neuve et rénovation ECONOMIES D ÉNERGIE CONFORT ET QUALITÉ DE VIE DURABILITÉ DU BÂTI PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Les bâtiments économes en énergie ou «basse

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN Rencontres CEA INDUSTRIE en région PACA N 1 La cité des énergies Cadarache K. Zunino 12/12/2012 Référence Présentation jj mmm aaaa PLAN 1. L énergie

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité)

Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité) Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité) Les panneaux solaires photovoltaïques, appelés modules photovoltaïques ou simplement panneaux solaires, convertissent la lumière en électricité.

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

22/07/2011. Contexte local. Sommaire. Contexte global. Contexte local. L isolation. Les économies d énergie et les aides financières dans le logement

22/07/2011. Contexte local. Sommaire. Contexte global. Contexte local. L isolation. Les économies d énergie et les aides financières dans le logement Contexte local Consommation initiale Les économies d énergie et les aides financières dans le logement [Date] Efficacité Supprimer les gaspillages énergétiques Consommer le moins d énergie possible à service

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Concours Maison Econome Édition 2011. Présentation des projets lauréats

Concours Maison Econome Édition 2011. Présentation des projets lauréats Concours Maison Econome Édition 2011 Présentation des projets lauréats 3 catégories «particuliers» (3 vélos alloués) Construction : 5 candidats Rénovation : 4 candidats Prix spécial du jury Pas de candidat

Plus en détail

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES 149 Les ilots continus du bourg: alignement compacité et densité Orientation des faîtages Nord Sud;

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin Les réglementations thermiques dans les existants Jacques Faucher - DREAL Limousin 1 RÉGLEMENTER SENSIBILISER INCITER RT existants : les grands principes À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

Bienvenue dans le guide du projet qui a pour objectif de vous aider à définir votre projet de rénovation :

Bienvenue dans le guide du projet qui a pour objectif de vous aider à définir votre projet de rénovation : Bienvenue dans le guide du projet qui a pour objectif de vous aider à définir votre projet de rénovation : Les questions et informations suivantes vous permettronw de répondre à ces questions : - Quels

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Assainissement énergétique. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS

Assainissement énergétique. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Assainissement énergétique Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Confort thermique 3 Aspects d un assainissement Dans une maison ancienne non assainie, environ 85

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

30 %* >> Economies importantes >> Zéro émission de CO 2 >> Confort garanti. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> Inisol.

30 %* >> Economies importantes >> Zéro émission de CO 2 >> Confort garanti. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> Inisol. SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr Inisol CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre de l «éco-prêt logement social» pour l amélioration de la performance énergétique des logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis

Plus en détail