La télécardiologie pour les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs implantables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La télécardiologie pour les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs implantables"

Transcription

1 le point sur La télécardiologie pour les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs implantables Le monitorage à distance des pacemakers et défibrillateurs automatiques implantables permet l envoi automatique des données enregistrées par l appareil au cardiologue via un site internet sécurisé. Plusieurs études ont démontré la sécurité de cette procédure et la satisfaction des patients. Le nombre de visites inutiles de suivi diminue tout en permettant un diagnostic des arythmies plus précoce. De nombreuses études sont en cours pour mesurer l efficacité de cette stratégie pour améliorer la prise en charge des patients. Rev Med Suisse 2011 ; 7 : V. Ganière H. Burri Drs Vincent Ganière et Haran Burri Service de cardiologie Département des spécialités de médecine HUG, 1211 Genève 14 Remote management of pacemakers and implantable cardioverter defibrillators : an application of telemedicine Remote monitoring and follow-up of pacemakers and implantable cardioverter-defibrillator consists of automatic transmission of the data to the cardiologist on a secure website. Many clinical studies have demonstrated the safety of this process and the improvement of patient satisfaction. This strategy allows a reduction in the number of in-office visits, and results in a shorter delay to diagnosis of arrhythmias. A number of studies are ongoing to evaluate the effectiveness of remote monitoring in improving patient outcome. introduction On peut définir la télémédecine comme la réalisation d actes médicaux (diagnostiques ou thérapeutiques) à distance grâce à divers moyens des technologies de l information et de la communication. Notre système de santé est en profonde mutation, d une part face aux besoins qui augmentent consécutivement au vieillissement de la population et, d autre part, devant des ressources, humaines et financières qui, elles, restent limitées. La télémédecine est un des outils à disposition pour faire face à ce défi. Cet article a pour but de faire le point sur la surveillance à distance des pacemakers (PM) et défibrillateurs automatiques implantables (DAI), tant du point de vue scientifique que de l application pratique en Suisse. principes de fonctionnement Recueil des données Le patient reçoit un transmetteur (figure 1) qu il installe à son domicile (en général sur sa table de nuit, car les transmissions se font la plupart du temps la nuit). Les PM ou DAI y exportent leurs données par télémétrie (similaire au WiFi) de manière automatique. L appareil posé sur la table de nuit est lui-même connecté au réseau téléphonique fixe par un câble ou au réseau mobile (GSM). Les données récoltées sont expédiées sur un site internet sécurisé auquel le cardiologue peut accéder. En revanche, il n est pas possible pour l instant de modifier la programmation du PM ou DAI à distance. Type de données récoltées Les PM et DAI modernes effectuent automatiquement et quotidiennement toute une série de tests : mesure de l intégrité des sondes, mesure de l amplitude des ondes P et R, évaluation de l état de la batterie, mesures des seuils de stimulation (estimation de la quantité de courant nécessaire pour entraîner une dépolarisation myocardique). De plus, ces implants enregistrent les arythmies détectées et recueillent des signaux électriques intracavitaires (EGM). En télécardiologie, on distingue le télésuivi, qui consiste en l envoi périodique de données complètes (par exemple tous les quatre mois) et qui remplace le suivi électif au cabinet, de la télésurveillance lors de laquelle les données sont en- 548 Revue Médicale Suisse 9 mars 2011

2 A B Il n y a pas eu plus d effets indésirables ou de problèmes de sécurité dans le groupe Homemonitoring. En moyenne, le cardiologue a évalué les épisodes d arythmie un jour après leur survenue dans le groupe Homemonitoring vs 35,5 jours dans le groupe conventionnel (p l 0,001)! En conclusion, TRUST a démontré qu il était possible, grâce à la télécardiologie, de réduire le nombre de rendez-vous de suivi électif à l hôpital sans diminuer la sécurité du patient tout en raccourcissant dramatiquement le délai de prise en charge des arythmies. C Figure 1. Les transmetteurs des différents fabricants de pacemaker (PM) et défibrillateur automatique implantable (DAI) Ces appareils communiquent automatiquement sans fil avec l appareil implanté, et transmettent les données à un serveur web sécurisé via la ligne téléphonique ou par réseau GSM. A. Biotronik : module de communication mobile ; B. Boston Scientific : module de communication, balance et appareil à tension sans fil ; C. Medtronic : module de communication sans fil ; D. St-Jude Medical : module de communication sans fil. voyées immédiatement en fonction d alertes prédéfinies, par exemple en cas de survenue de trouble du rythme ou d usure de la batterie. Ces alarmes sont transmises par , fax ou SMS. bénéfices potentiels Réduction des visites de suivi de routine Seule une minorité des contrôles électifs de défibrillateurs débouche sur une reprogrammation ou une hospitalisation ; 1 des études ont donc été menées pour savoir si une partie du suivi pouvait être effectuée à distance. L étu de TRUST 2 a randomisé 1450 patients entre un suivi classique (visite à l hôpital à trois, six, neuf, douze et quinze mois) et une surveillance à distance sur le système Homemonitoring de Biotronik (visites à l hôpital à trois et quinze mois, suivi à distance à trois, six, neuf et douze mois et télésurveillance continue par un système d alertes). Il s agissait d une population d insuffisants cardiaques, principalement coronariens, avec un âge moyen de 63 ans et équipés d un DAI simple ou double chambre. Le Homemonitoring a renforcé l adhésion du patient au programme de suivi, en effet les patients suivis à distance se sont rendus de manière plus importante aux rendez-vous de suivi à trois et quinze mois que ceux du groupe classique (93,5% vs 88,7%). En moyenne, le patient Homemonitoring a dû se rendre 2,1 fois par an à l hôpital vs 3,8 dans le groupe conventionnel (p = l 0,001), ce chiffre inclut les visites non planifiées à l avance et rendues nécessaires suite à la découverte d une alerte notamment pour arythmie (patients Homemonitoring 0,78 visite non planifiée/an vs 0,5/an dans le groupe classique (p = 0,009)). D Augmentation de la sécurité du patient Il est démontré que la surveillance à distance permet une détection précoce de la fibrillation auriculaire (FA) 2,3 et débouche sur l instauration plus précoce d un traitement, notamment anticoagulant. Des modélisations informatiques 4 nous font espérer une réduction du risque relatif d accident vasculaire cérébral (AVC) de 18% en cas de télésurveillance plutôt qu un suivi conventionnel annuel. La diminution du risque d AVC est même diminuée de 25% sur un suivi de dix-huit mois, selon les données préliminaires de l étude randomisée COMPAS. 5 La détection précoce d arythmies ventriculaires devrait permettre d introduire des anti-arythmiques et de s assurer que la programmation de l appareil est adéquate. Ceci devrait permettre de réduire les chocs appropriés et inappropriés (par exemple en cas de FA à conduction ventriculaire rapide). Le cas d un patient suivi à notre consultation, chez qui le télésuivi a été salvateur, peut être visualisé sur le site de la Télévision suisse romande ( La plupart des patients porteurs de DAI souffrent d une insuffisance cardiaque et sont hospitalisés de manière récurrente pour cause de décompensation cardiaque. La télésurveillance permet de détecter les signes avant-coureurs de décompensation : épisodes de FA à conduction ventriculaire rapide, perte de la stimulation biventriculaire (pour les patients équipés d une resynchronisation), augmentation du poids et d œdème pulmonaire (via une mesure de l impédance intrathoracique). Diverses études multicentriques randomisées sont actuellement en cours, dont l étude MORE-CARE initiée par notre service, 6 et devraient montrer une diminution des hospitalisations. Satisfaction du patient Plusieurs études ont évalué la satisfaction des patients suivis par télécardiologie, et il a même été rapporté que 78% des patients préfèrent le télésuivi au suivi au cabinet. 7 Attardons-nous sur une étude italienne récente : 119 patients porteurs de PM ou DAI ont été suivis sur le système Homemonitoring pendant l année qui a suivi leur implantation. 8 Douze mois plus tard, ils ont rempli un questionnaire dont les questions portaient sur la qualité de leur relation avec les médecins et infirmières impliqués, la facilité d utilisation du système, les aspects psychologiques, les implications sur la santé globale et leur satisfaction générale. Au final, 98% des patients étaient complètement satisfaits de la façon dont le suivi était organisé ; 97% jugeaient que leur relation avec le personnel impliqué dans le suivi était positive ; 92% rapportaient un sentiment de sécurité accru en lien avec la présence de l appareil ; 95% pensaient que le système avait 0 Revue Médicale Suisse 9 mars 2011 Revue Médicale Suisse 9 mars

3 eu une influence positive sur leur santé en général. Au terme de l étude, seuls 2,5% des patients ne voulaient plus être suivis par le système de télécardiologie. Ces résultats confirment que le système est bien accepté par les patients, leur procure une impression de sécurité sans nuire au lien humain avec les soignants impliqués. Relevons encore que les patients les plus âgés du collectif n ont eu aucun problème pour s adapter à toute cette technologie. Impact financier L impact financier du suivi et de la surveillance à distance est difficile à évaluer avec finesse. 9 En effet relativement peu de données sont disponibles dans la littérature à ce sujet. Les systèmes de télécardiologie de chaque fabricant sont différents et la technologie évolue rapidement. L hétérogénéité entre les différents pays complique sérieusement les analyses : les distances à parcourir pour consulter son cardiologue ne sont pas les mêmes en Suisse et en France. De même les politiques de remboursement et l architecture des systèmes de santé sont différents. C est également une question de point de vue : les patients assument certains frais (transport, participation au coût) et d autres sont à la charge des assurances, de l Etat et des cliniques. L industrie doit également investir des sommes considérables pour construire la structure informatique d un réseau de télécardiologie, assumer les frais de communication téléphonique, gérer une assistance technique. Actuellement, en Suisse, les médecins ne sont pas remboursés pour le suivi à distance (contrairement à d autres pays tels que les Etats-Unis, l Allemagne, les pays scandinaves, les Pays-Bas et le Portugal) et l industrie prend en charge les frais du transmetteur et des communications. Il est probable que l effet global sur les coûts sera neutre, voire même favorable. Le suivi à distance (plutôt qu à l hôpital) évite les frais de transport ou l absentéisme au travail pour le patient, ce qui pourrait contribuer à compenser à long terme le coût du transmetteur. 10,11 La surcharge engendrée par la télésurveillance (pour gérer les alertes secondaires aux arythmies par exemple) pourrait être compensée par une réduction du nombre ou la durée des hospitalisations pour décompensation cardiaque ou d AVC. Dans l étude randomisée CONNECT, 3 les patients au bénéfice de la télésurveillance avaient une diminution de 18% de la durée d hospitalisation (p = 0,002), ce qui engendrait une économie estimée à US$ par hospitalisation. Différentes études prospectives sont encore en cours pour évaluer ce sujet important mais complexe. 9 aspects logistiques Les cardiologues et hôpitaux spécialisés dans le suivi des patients porteurs de PM et DAI doivent s adapter face aux défis démographiques. La télécardiologie est un outil prometteur mais qui nécessite de former du personnel et de mettre en place un système pour gérer toutes les informations reçues. 12 Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les cardiotechniciens gèrent la programmation du télésuivi, et les messages d alerte générés par la télésurveillance sont contrôlés par les cardiologues spécialisés dans le domaine de la stimulation cardiaque. La programmation des alertes est individualisée pour chaque patient, afin de se limiter aux informations pertinentes et d éviter une surcharge d alertes. aspects médico-légaux Il est nécessaire d éduquer les patients sur le fonctionnement du système et sur son but. Ceux-ci ne doivent pas nourrir d attentes irréalistes : un cardiologue ne sera pas continuellement en train de scruter leur cœur pour appeler une ambulance en cas de fibrillation ventriculaire! Les limitations du système doivent être exposées dans un document d information que le patient signe. Un contrat doit être établi entre le centre de suivi et le fabricant afin de définir les responsabilités de chaque partie. les différents systèmes disponibles Homemonitoring (Biotronik, Berlin, Allemagne) Biotronik est le pionnier dans ce domaine et a mis sur pied un système très efficace et complet de suivi à distance. L appareil est de la taille d un téléphone portable, utilise le réseau GSM ce qui permet au patient d être suivi en voyage dans presque tous les pays. L appareil envoie quotidiennement des données sur le web. CareLink Network (Medtronic, Minneapolis, Etats-Unis) (figure 2) Ce réseau est le plus important en Suisse (environ 500 patients suivis) et permet le suivi aussi bien des DAI que des PM et des enregistreurs d événements (petit appareil glissé sous la peau pour monitorer le rythme cardiaque pendant deux ans). Le système OptiVol de Medtronic mesure l impédance intrathoracique ce qui permet de dépister l œdème pulmonaire et agir avant une décompensation cardiaque. Latitude Patient Management System (Boston Scientific, St-Paul, Etats-Unis) En Europe, 2600 patients sont suivis sur ce réseau dans quinze pays dont la Suisse. La particularité de ce système est le couplage avec une balance et un tensiomètre ce qui permet au médecin traitant et au cardiologue de suivre ces paramètres importants en cas d insuffisance cardiaque. Malheureusement, seuls les DAI peuvent être branchés à Latitude ; les nouveaux PM de la marque Boston devraient être compatibles avec le renouvellement de leur gamme. Merlin.net (St-Jude Medical, Sylmar, Etats-Unis) La compagnie St-Jude dispose d un réseau auquel plus de patients sont reliés à travers le mode. L information est transmise par réseau GSM. Après avoir analysé les données, le cardiologue peut envoyer un feedback au patient de manière automatisée via SMS ou message vocal. Solution Sorin Group (Milan, Italie) Sorin a annoncé son association avec l entreprise Orange pour lancer prochainement son réseau de télécardiologie. 550 Revue Médicale Suisse 9 mars 2011

4 Figure 2. Exemple de l interface sur le site web de Carelink On peut diagnostiquer une arythmie atriale sur le canal atrial (astérisque), qui s est avéré être un flutter atypique et qui a été par la suite supprimé par radiofréquence. Aucune information n est disponible à l heure actuelle quant aux modalités du système et sa date précise de lancement. conclusion Le suivi à distance des PM et DAI est un domaine prometteur et en pleine expansion, et suscite une recherche scientifique intense. Les patients apprécient ce système, 552 Revue Médicale Suisse 9 mars 2011 bénéficient d un diagnostic précoce et voient le nombre de consultations inutiles diminuer. La place de cette application de la télémédecine doit encore être précisée en Suisse, notamment en termes d organisation des soins et de remboursement. La télécardiologie doit être un moyen de valoriser le lien médecin-patient et nous permettra certainement de mieux coopérer entre professionnels de la santé.

5 > > Implications pratiques Avec les avancées des technologies de la communication, les patients porteurs de pacemakers (PM) et défibrillateurs automatiques implantables (DAI) peuvent bénéficier d un suivi et d une surveillance à distance de leur appareil implanté Cette stratégie diminue le nombre de déplacements du patient sur le lieu du contrôle, et permet un diagnostic plus précoce d événements tels que la survenue d arythmies ou de problèmes techniques de l appareil Bibliographie 1 Heidbuchel H, Lioen P, Foulon S, et al. Potential role of remote monitoring for scheduled and unscheduled evaluations of patients with an implantable defibrillator. Europace 2008;10: ** Varma N, Epstein AE, Irimpen A, Schweikert R, Love C. Efficacy and safety of automatic remote monitoring for implantable cardioverter-defibrillator follow-up : The Lumos-T Safely Reduces Routine Office Device Follow-up (TRUST) trial. Circulation 2010;122: Crossley G. The Clinical Evaluation of Remote Notification to Reduce Time to Clinical Decision (CONNECT) Trial. The American college of cardiology late-breaking trials Ricci RP, Morichelli L, Gargaro A, Laudadio MT, Santini M. Home monitoring in patients with implantable cardiac devices : Is there a potential reduction of stroke risk? Results from a computer model tested through monte carlo simulations. J Cardiovasc Electrophysiol 2009;20: Mabo P. Comparative Follow-up Schedule with Home monitoring (COMPAS). Cardiostim late breaking clinical trials (Nice, France) Burri H, Quesada A, Ricci RP, et al. The MOnitoring Resynchronization devices and CARdiac patients (MORE-CARE) study : Rationale and design. Am Heart J 2010;160: Marzegalli M, Lunati M, Landolina M, et al. Remote monitoring of CRT-ICD : The multicenter Italian Care- Link evaluation--ease of use, acceptance, and organizational implications. Pacing Clin Electrophysiol 2008;31: Ricci RP, Morichelli L, Quarta L, et al. Long-term patient acceptance of and satisfaction with implanted device remote monitoring. Europace 2010;12: * Burri H, Heidbüchel H, Jung W, Brugada P. Remote monitoring : A cost or an investment? Europace In press. 10 Fauchier L, Sadoul N, Kouakam C, et al. Potential cost savings by telemedicine-assisted long-term care of implantable cardioverter defibrillator recipients. Pacing Clin Electrophysiol 2005;28(Suppl. 1):S Raatikainen MJ, Uusimaa P, van Ginneken MM, Janssen JP, Linnaluoto M. Remote monitoring of implantable cardioverter defibrillator patients : A safe, time-saving, and cost-effective means for follow-up. Europace 2008;10: * Ricci RP, Morichelli L, Santini M. Home monitoring remote control of pacemaker and implantable cardioverter defibrillator patients in clinical practice : Impact on medical management and health-care resource utilization. Europace 2008;10: * à lire ** à lire absolument 0 Revue Médicale Suisse 9 mars 2011 Revue Médicale Suisse 9 mars

PROJET DE TÉLÉMEDECINE

PROJET DE TÉLÉMEDECINE PROJET DE TÉLÉMEDECINE ISIFC 2 ème année Année universitaire 2011-2012 LA TÉLÉSURVEILLANCE Louis ACHA Rafaël MINACORI ISIFC Génie biomédical 23,rue Alain SAVARY 25000 Besançon Cedex Tél : 03 81 66 66 90

Plus en détail

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS Surveillance des pace makers et des défibrillateurs Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS La stimulation cardiaque La stimulation cardiaque Historique

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013. Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables

AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013. Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 09 juillet 2013 CONCLUSIONS Prestation associée aux systèmes de télésurveillance des défibrillateurs

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence

SW012. Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite. Manuel de référence Logiciel d installation de la fonction d alerte d intégrité de la sonde ventriculaire droite Manuel de référence 0123 2008 Les dénominations suivantes sont des marques commerciales de Medtronic : CareAlert,

Plus en détail

La Télécardiologie à la Réunion

La Télécardiologie à la Réunion La Télécardiologie à la Réunion Dr Olivier Geoffroy Service de Cardiologie Hôpital Alfred Isautier Saint Pierre de la Réunion Plusieurs domaines Déjà mis en place : Télésurveillance des pacemakers et défibrillateurs

Plus en détail

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Vincent Péters. Président du GT TICS du SNITEM. Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France

Vincent Péters. Président du GT TICS du SNITEM. Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France Vincent Péters Directeur Affaires Réglementaires de BIOTRONIK France Président du GT TICS du SNITEM 5 juillet 2013 Colloque industries du numérique et Santé+ Autonomie Contexte Plus de 60 ans Cardiologues

Plus en détail

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque

fréquence - Stimulateur chambre ventriculaire Indications retenues : est normale Service Attendu (SA) : Comparateu retenu : Amélioration Nom de marque COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 01 juillet 2014 CONCLUSIONS ELUNA 8 SR-T, stimulateur cardiaque implantable simple s chambre

Plus en détail

Pratique de la défibrillation cardiaque implantable

Pratique de la défibrillation cardiaque implantable Pratique de la défibrillation cardiaque implantable Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Pierre Bordachar Wilhelm Fischer Stéphane Garrigue Sylvain Reuter Philippe Ritter

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Livre Blanc de la Télécardiologie

Livre Blanc de la Télécardiologie Livre Blanc de la Télécardiologie dans le suivi des patients porteurs de stimulateurs et défibrillateurs cardiaques implantables Pr Salem Kacet et Denise Silber 2 Livre blanc de la Télécardiologie Sommaire

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Date De Création 14/05/2013. PIC Poitou Charente. Préparé par : Cécilia CHARTIER. Modification 14/05/2013

Date De Création 14/05/2013. PIC Poitou Charente. Préparé par : Cécilia CHARTIER. Modification 14/05/2013 Protocole médical Préparé par : Cécilia CHARTIER Objet : recueillir les données (poids, tension, qualité de vie) des patients à leur domicile par le biais d un système Twitoo (recueil d information par

Plus en détail

Services Techniques de Boston Scientific - Tél. : 0 800 08 2000

Services Techniques de Boston Scientific - Tél. : 0 800 08 2000 Boston Scientific S.A.S 14, place Georges Pompidou BP 32 78184 Saint Quentin en Yvelines Cedex France Tel 33 (0)1 39 30 49 00 Fax 33 (0)1 39 30 49 01 www.bostonscientific.com Objet : Information sur les

Plus en détail

Les grandes études de télémédecine en France

Les grandes études de télémédecine en France Les grandes études de télémédecine en France Optimisation de la Surveillance ambulatoire des Insuffisants CArdiaques par Télécardiologie De Midi-Pyrénées au Sud de la France M Galinier, A Pathak Pôle Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Défibrillateur automatique Implantable

Défibrillateur automatique Implantable Défibrillateur automatique Implantable endocavitaire (DAI) La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs

Plus en détail

Les défibrillateurs POWERHEART G3

Les défibrillateurs POWERHEART G3 Au cœur de la réanimation Les défibrillateurs POWERHEART G3 Linde: Living healthcare* 2 Les défibrillateurs POWERHEART G3 La gamme de défibrillateurs POWERHEART Afin de compléter son offre de matériels

Plus en détail

EURO DEFI PADS 52502000IU9I 2012/10

EURO DEFI PADS 52502000IU9I 2012/10 EURO DEFI PADS 52502000IU9I 2012/10 PLAQUES MULTI-FONCTIONS JETABLES EURODEFIPADS NOTICE D UTILISATION DESCRIPTION DU PRODUIT Les plaques multifonctions jetables EURODEFIPADS sont composées de deux électrodes

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN

SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN SYSTÈME DE DÉFIBRILLATION EVERA MRI SURESCAN Informations relatives aux procédures d IRM pour défibrillateurs Evera MRI SureScan et sondes SureScan Manuel technique pour l'irm 0123 2014 La liste suivante

Plus en détail

Association PIC Poitou Charentes

Association PIC Poitou Charentes Protocole d étude observationnelle Etude observationnelle multicentrique en Poitou-Charentes relative à la mise en place d un système de télésurveillance pour des patients insuffisants cardiaques Association

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

suva Factsheet Version juillet 2008 Introduction Systèmes électroniques de sécurité

suva Factsheet Version juillet 2008 Introduction Systèmes électroniques de sécurité Division médecine du travail Secteur physique / Division protection de la santé au poste de travail suva Version juillet 2008 Factsheet Compatibilité électromagnétique de stimulateurs cardiaques et de

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Colloque Tic Santé,11 février 2010 Dr France Laffisse, Orange Healthcare Plan Télésurveillance

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Défibrillateur Cardiaque Automatisé

Défibrillateur Cardiaque Automatisé Défibrillateur Cardiaque Automatisé Décret n 2007-705 du 4 mai 2007 : autorise toute personne, même non médecin, à utiliser un défibrillateur pour sauver des vies. Def-i Accessible au grand public, ce

Plus en détail

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile Jacques CHANLIAU, François CHARPILLET, Pierre-Yves DURAND, Robert HERVY, Jean-Pierre THOMESSE, Luis VEGA Résumé. DP

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Les défibrillateurs cardiaques implantables

Les défibrillateurs cardiaques implantables Les défibrillateurs cardiaques implantables Etudes d'évaluation économique Etudes d'évaluation technologique Avant-propos Cette étude a été réalisée, à la demande de la Caisse Nationale de l'assurance

Plus en détail

Infrastructure Management & Monitoring for Business-Critical Continuity. LIFE.net. Diagnostics et service à distance

Infrastructure Management & Monitoring for Business-Critical Continuity. LIFE.net. Diagnostics et service à distance Infrastructure Management & Monitoring for Business-Critical Continuity LIFE.net Diagnostics et service à distance Emerson Network Power, une division groupe Emerson, est une société internationale qui

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation. Le secourisme facile

Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation. Le secourisme facile LIFEPAK CR Plus DEfibrillateur Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation Le secourisme facile L arrêt cardiaque brutal frappe sans prévenir. LA MORT SUBITE Frappe sans prévenir.

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal

Cadre de référence. Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Cadre de référence Implantation de l Accueil Clinique au CIUSSS du Centre Est-de-l Île-de-Montréal Révisé en février 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Abréviations utilisées. 3 Mise en contexte. 4 Buts et objectifs.

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Sommaire Les défis de la gestion des vulnérabilités 3 Identification des principales faiblesses 3 Développement d un programme efficace

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly

Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly Unité mobile de télémédecine au service de l urgence et du soin chronique M-V. Moreno, P. Chauvet, O. Ly INTELLIGENT HEALTH & PREVENTIVE MEDICINE INTERNATIONAL SYMPOSIUM Tanger, Juin 2014 M-V. Moreno,

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

La fibrillation auriculaire : au cœur du problème

La fibrillation auriculaire : au cœur du problème La fibrillation auriculaire : au cœur du problème Cette brochure a été spécialement conçue pour les personnes souffrant de fibrillation auriculaire (FA), un trouble souvent décrit comme un rythme cardiaque

Plus en détail

Conseil Stockage Logiciel Services Formation. Salle de stockage

Conseil Stockage Logiciel Services Formation. Salle de stockage Conseil Stockage Logiciel Services Formation Salle de stockage Améliorer la situation Le personnel infirmier ne devrait pas passer le tiers de son temps à des tâches administratives, ce temps serait bien

Plus en détail

Nouvelles Technologies d investigation de surveillance du patient dont Télétransmission

Nouvelles Technologies d investigation de surveillance du patient dont Télétransmission Plateforme Médicalisée 24/7 de Services Santé et Télémédecine M.D Jean-Michel Souclier H2AD propose des solutions entièrement sécurisées permettant le maintien et le retour àdomiciledes personnes fragiles:

Plus en détail

Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012

Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012 Assurance voyage et soins médicaux Déclaration médicale Prise d effet le 1 er octobre 2012 Nom : Date de naissance : JJ / MM / AAAA Numéro de membre : Numéro de police : DIRECTIVES POUR LE PROPOSANT IL

Plus en détail

Ma fille est diabétique de type 1

Ma fille est diabétique de type 1 Ma fille est diabétique de type 1 Anneli, fille de Martina Equilibrée grâce à sa pompe depuis 2011 A l annonce du diagnostic de diabète de type 1 de leur enfant, de nombreux parents se demandent : «Pourquoi

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Équipements de secours.

Équipements de secours. Information produit Équipements de secours. Défibrillateurs et oxygène médical pour chaque besoin. 2 Équipements de secours Table des matières PanGas Healthcare 4 Powerheart G DAE Powerheart G Équipement

Plus en détail

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab Naissance du projet CALYDIAL, Etablissement de santé lyonnais s est lancé dans le développement d un programme de télémédecine sur tous ses domaines d activité autorisé : dialyse péritonéale, hémodialyse

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Direction générale de l offre de soin

Direction générale de l offre de soin Apport de la télémédecine en matière de coopération territoriale 1. Une nouvelle organisation de l offre sanitaire pour mieux répondre aux besoins des populations 2. Comment organiser des activités de

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Règlement sur les activités de formation des technologues en électrophysiologie médicale pour l exercice de certaines activités

Règlement sur les activités de formation des technologues en électrophysiologie médicale pour l exercice de certaines activités Règlement sur les activités de formation des technologues en électrophysiologie médicale pour l exercice de certaines activités SECTION I DISPOSITION GÉNÉRALE 1. En vue de l'exercice des activités visées

Plus en détail

Décret n 2010-1229 du 19 octobre

Décret n 2010-1229 du 19 octobre Télémédecine et diabète : le plan d éducation personnalisé électronique para médical (epep) Lydie Canipel Colloque TIC Santé 2011, 8 et 9 février 2011, Paris Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif

Plus en détail

La situation des arrêts cardiaques dans le département

La situation des arrêts cardiaques dans le département La situation des arrêts cardiaques dans le département Depuis 5 ans, près de 5 interventions de sapeurs-pompiers par semaine pour arrêt cardiaque dans le Maine-et-Loire Dans le Maine-et-Loire, de 2005

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

Rapport Télémédecine

Rapport Télémédecine Rapport Télémédecine ISIFC 2 emme année Année universitaire 2011-2012 La Télésurveillance Médicale à domicile : ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES Taouphik DOUICH, Yassine EL HAKKOUNI. Tuteur : Mr. Jean Christophe

Plus en détail

Du suivi trans-téléphonique au cloud computing: quelles sont les technologies de la télécardiologie?

Du suivi trans-téléphonique au cloud computing: quelles sont les technologies de la télécardiologie? Du suivi trans-téléphonique au cloud computing: quelles sont les technologies de la télécardiologie? Université Libre de Bruxelles Laura Zombek 5 Janvier 2015 Introduction Les maladies cardio-vasculaires

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

Ville : Province : Code postal : Date de naissance : jour mois année Date de naissance : jour mois année

Ville : Province : Code postal : Date de naissance : jour mois année Date de naissance : jour mois année Assurance médicale Choix du voyageur L assurance est souscrite auprès de la Compagnie d Assurance Générale CUMIS, l une des sociétés du Groupe Co-operators. Proposition d assurance page 1 2015-2016 Bureau

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

La stimulation cardiaque dans la prévention des syncopes chez les patients avec syncope vaso-vagale récidivante sévère Deuxième Vasovagal Pacemaker Study (VPS II) Essai randomisé L a syncope vagale, également

Plus en détail

Pour un soutien médical sur mesure

Pour un soutien médical sur mesure Pour un soutien médical sur mesure Assistance soins médicaux Comment accéder aux services d Assistance soins médicaux 1. Téléphonez au 514 871-9884 ou sans frais au 1 877 778-9808. 2. Assurez-vous d avoir

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

Session Diagnostic. organisme gestionnaire du développement professionnel continu. www.cardiosleep.fr

Session Diagnostic. organisme gestionnaire du développement professionnel continu. www.cardiosleep.fr Session Diagnostic organisme gestionnaire du développement professionnel continu www.cardiosleep.fr UN CONSTAT 1 patient sur 3 est atteint de Troubles Respiratoires du Sommeil (TRS) en cardiologie. Les

Plus en détail

E-Health evaluation at stake

E-Health evaluation at stake E-Health evaluation at stake Les enjeux de l évaluation en e-santé Myriam Le Goff-Pronost, Telecom Bretagne Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu Réalisations et perspectives en matière de e-santé pour les

Plus en détail

équilibre glycémique du diabétique insuliné

équilibre glycémique du diabétique insuliné La télésurveillance t des maladies chroniques à domicile Aide à la décision en diabétologie Docteur Pierre FONTAINE Service de diabétologie, CHRU de Lillle Faculté de médecine, m Université de Lille 2

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

TELEGESTION. l outil indispensable des intervenants à domicile. Maison de l Emploi de Paris Plateforme RH 21 Mai 2015

TELEGESTION. l outil indispensable des intervenants à domicile. Maison de l Emploi de Paris Plateforme RH 21 Mai 2015 TELEGESTION l outil indispensable des intervenants à domicile Maison de l Emploi de Paris Plateforme RH 21 Mai 2015 Télégestion Fixe / Mobile Plateforme d échange Couplage logiciel Couplage logiciel Fonctionnalités

Plus en détail

Agir maintenant : Soutenir la préventionde l AVC lié à la FA

Agir maintenant : Soutenir la préventionde l AVC lié à la FA Agir maintenant : Soutenir la préventionde l AVC lié à la FA Agir maintenant : Soutenir la prévention de l AVC lié à la FA Table des matières Introduction Au nom de l AFA (Atrial Fibrillation Association),

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

James Bolton, résidant et domicilié au 451, rue Madeleine, Saint-Jérôme (Québec) J7Z 3S4

James Bolton, résidant et domicilié au 451, rue Madeleine, Saint-Jérôme (Québec) J7Z 3S4 C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o : 500-06-000303-053 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E James Bolton, résidant et domicilié au 451, rue Madeleine, Saint-Jérôme (Québec)

Plus en détail