Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014"

Transcription

1 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire au plus tard en juin Ces normes obligeraient les sociétés extractives canadiennes des secteurs pétrolier, gazier et minier à publier des rapports annuels faisant état des paiements de $ ou plus, au niveau des projets, versés à tous les ordres de gouvernement, y compris les gouvernements autochtones, au pays et à l étranger. Les organismes de réglementation des valeurs mobilières provinciaux et territoriaux demeurent la solution privilégiée pour la mise en œuvre des normes mais, pour s assurer de remplir son engagement, le gouvernement du Canada envisagera des options additionnelles, y compris une législation fédérale permettant aux provinces et aux territoires d adopter des normes équivalentes. La consultation a pour but : 1) de fournir des renseignements sur les normes de déclaration proposées; 2) de recueillir des rétroactions sur les principales exigences clés en matière de déclaration, le processus de déclaration proposé et d autres questions liées à la mise en œuvre des normes. Contexte Le secteur extractif est un moteur de l économie canadienne : il génère 16,5 p. 100 du produit intérieur brut (PIB) du pays et représente près de 1,5 million d emplois. Le Canada est un chef de file de la transparence, de la responsabilité et de la bonne gouvernance dans le secteur extractif, ce qui contribue à donner une image de marque positive à ce secteur à l étranger et favorise en outre la réalisation des objectifs de développement international. En juin 2013, le Premier ministre Harper a annoncé que le gouvernement établirait encore plus solidement sa réputation de chef de file en établissant des normes de déclaration obligatoire à l intention des sociétés extractives canadiennes «dans le but d accroître la transparence au sujet des montants que ces sociétés versent aux gouvernements». L engagement du gouvernement à l endroit de la déclaration obligatoire prend appui sur une tendance mondiale en matière de transparence des déclarations faites par l industrie extractive. Par exemple, les É.-U. ont promulgué la loi Dodd-Frank et l Union européenne (UE) a adopté la Directive sur la transparence et la responsabilité. Le gouvernement du Canada vise à harmoniser les normes de déclaration canadiennes avec les exigences américaines et européennes dans le but d éliminer la duplication des rapports à présenter aux différentes collectivités publiques, réduisant ainsi le fardeau administratif et financier supporté par les gouvernements et les entreprises. 1

2 Dès avril 2013, RNCan s est lancé dans un processus de consultation auprès des provinces, des territoires, de l industrie et de la société civile au nom du gouvernement du Canada. Des séances de consultation ont également été tenues avec divers groupes autochtones (y compris des organismes industriels et politiques nationaux). Les informations recueillies dans le cadre de ces consultations ont éclairé l approche du gouvernement en ce qui concerne les normes de déclaration obligatoire. Cette approche est décrite ci-après. Qu est-ce que la déclaration obligatoire impliquerait? À qui s applique l obligation de déclaration? Les normes de déclaration s appliqueraient aux entreprises cotées en bourse de même qu aux moyennes et grandes sociétés extractives privées, soit œuvrant ou ayant leur siège au Canada, dans le domaine de l exploitation commerciale du pétrole, du gaz et des minéraux (c.-à-d., exploration, extraction, traitement [primaire] et exportation [transport à l extérieur du pays]). Les entreprises œuvrant dans le transport des ressources au Canada ne seront pas tenues de se conformer aux exigences de déclaration. Cette approche correspond à celle retenue par l UE. Les exigences de déclaration américaines ne s appliqueront pour leur part qu aux sociétés extractives cotées en bourse. Comme cela est prévu dans la Directive sur la transparence de l UE, les moyennes et grandes sociétés privées œuvrant au Canada seraient obligées de produire des déclarations si elles atteignent ou dépassent deux des trois seuils suivants : 20 millions de dollars canadiens en actifs; 40 millions de dollars canadiens en montant net du chiffre d affaire; ou 250 employés. L UE précise les montants en euros. Aux É.-U., la Securities Exchange Commission a été chargée de faire appliquer les normes de déclaration obligatoire. Chaque état membre de l UE décide comment la Directive sur la transparence est appliquée sur son territoire (p. ex., par l entremise d une législation ou d un organisme de réglementation des valeurs mobilières). À qui s applique l obligation de déclaration dans le cas d une société en copropriété ou d une filiale? Les sociétés étrangères et nationales (sociétés publiques et moyennes et grandes entreprises privées) œuvrant au Canada seraient tenues de produire des déclarations si elles détiennent un bloc de contrôle dans tout projet réalisé au Canada ou à l étranger. Il est proposé que les normes de déclaration canadiennes utilisent la définition des Normes internationales d information financière (International Financial Reporting Standards [IFRS]) pour le terme «contrôle», «coentreprise» et «entreprise commune» (IFRS 10 et 11). 2

3 «L investisseur consolide l entité détenue lorsqu il contrôle l entité détenue. L investisseur contrôle l entité détenue lorsqu il est exposé ou a droit à des rendements variables découlant de sa participation dans l entité détenue et qu il a la capacité d influer sur ces rendements grâce à son pouvoir sur l entité détenue. Ce principe s applique à toutes les entités détenues, y compris les entités structurées. L investisseur doit répondre à tous les critères ci-dessous pour que l on considère qu il contrôle l entité détenue : pouvoir sur l entité détenue, que l on décrit comme des droits existants donnant une capacité actuelle de diriger les activités de l entité détenue qui ont une incidence considérable sur les rendements de l entité détenue (ces activités sont qualifiées d activités pertinentes ); exposition ou droit aux rendements variables découlant de la participation dans l entité détenue; capacité d utiliser son pouvoir sur l entité détenue pour influer sur le montant des rendements pour l investisseur.» Quels sont les paiements visés par l obligation de déclaration? Les normes de déclaration porteraient sur les paiements de $ ou plus (c.-à-d., cumulés durant l année ou uniques) versés par les sociétés extractives à tous les ordres de gouvernement, à l échelle nationale et internationale, pour chacune des catégories ci-dessous. Les paiements versés aux entités autochtones par les sociétés extractives seraient également assujettis aux normes de déclaration, y compris les paiements pertinents en vertu des ententes sur les répercussions et les avantages. Conformément à l approche utilisée par les É.-U. et l UE, il est proposé que les catégories de paiements suivants fassent l objet d une déclaration : impôts prélevés sur le revenu, la production ou les profits des sociétés, à l exception des taxes à la consommation ; redevances ; frais, y compris les droits de permis, les frais de location, les droits d entrée et autres considérations pour permis ou concessions; droits de production (y compris p. ex. les paiements en nature) ; primes, telles que les primes de signature, de découverte et de production ; dividendes versés au lieu de droits de production ou de redevances (exclut les dividendes versés aux gouvernements en tant qu actionnaires ordinaires) ; paiements pour l amélioration de l infrastructure (p. ex., routes, électricité, etc.). La déclaration serait faite au niveau du projet. À l instar du modèle américain, il est proposé qu un projet soit défini comme une activité opérationnelle effectuée par une société extractive, 3

4 selon les paramètres établis par l entreprise compte tenu de l industrie et du contexte dans lesquels elle évolue (p. ex., un champ de pétrole, un puits individuel, un site minier, etc.). Sur une base volontaire, les entreprises pourraient choisir de déclarer des paiements de moindre valeur (p. ex., en fonction d un seuil de $). Quels sont les paiements qui ne sont pas visés par l obligation de déclaration? Conformément aux exigences mises de l avant par les É.-U et l UE, il est proposé que les entreprises ne soient pas tenues de déclarer les paiements à caractère social (p. ex., pour un centre communautaire, une école, une équipe de hockey, une patinoire, l accroissement des capacités, la formation). En quoi consiste le processus de déclaration? Pour réduire le fardeau administratif et les coûts, les déclarations des entreprises seraient idéalement fondées sur un modèle de déclaration commun accepté dans d autres états (p. ex., aux É.-U. et dans l UE). Le gouvernement collabore avec les É.-U. et la Commission européenne afin de s assurer que ce modèle soit similaire aux leurs. Si une législation fédérale est adoptée, les entreprises publieraient leur déclaration annuellement sur leur site Web professionnel en langage XBRL (extensible Business Reporting Language), de façon à ce que le public puisse consulter ces informations gratuitement et sans restriction. Les entreprises publieraient un avis public pour confirmer qu elles se sont conformées à leur obligation de déclaration, et elles informeraient le gouvernement du Canada qu elles ont diffusé l avis public et rempli leur obligation. Un lien vers ces sites Web professionnels pourrait être affiché sur le site Web du Gouvernement ouvert du Secrétariat du Conseil du Trésor ( En leur permettant d afficher la déclaration sur leur site Web professionnel, les entreprises pourront situer le contenu de leur déclaration dans le contexte approprié. Comment procédera-t-on à la vérification des déclarations? Les entreprises veilleraient à ce que les informations qu elles fournissent soient certifiées/examinées par un tiers, conformément aux normes de comptabilité reconnues. Si une législation fédérale est adoptée, des audits annuels seraient effectués auprès d entreprises choisies sous la direction de fonctionnaires du gouvernement du Canada. Un mécanisme de conformité serait prévu en cas de manquement à l obligation de déclaration ou de présentation d une déclaration volontairement inexacte. Équivalence et substituabilité de la déclaration 4

5 Pour minimiser le fardeau administratif et financier, les normes de déclaration seraient rédigées de façon à permettre l équivalence avec des normes similaires telles que la loi Dodd- Frank des É.-U. et la Directive sur la transparence de l UE, ou avec une norme équivalente adoptée par les provinces ou les territoires. Les entreprises qui œuvrent dans différents états appliquant des normes de déclaration obligatoire seraient ainsi en mesure de produire une seule déclaration. Un processus d examen des normes canadiens permettrait de s assurer d une harmonisation continue avec les autres normes. Exemptions Dans certaines situations, il est possible que l obligation d une entreprise en vertu des nouvelles normes de déclaration obligatoire soit incompatible avec une loi du pays hôte interdisant la divulgation de tels renseignements. Les É.-U. et l UE se sont penchés sur cette question. L UE a décidé qu aucune exemption ne serait accordée relativement aux exigences de déclaration. L article 1504 de la loi Dodd-Frank des É.-U. stipulait qu il n y aurait pas d exemptions, mais il a fait l objet d une poursuite et une Cour de district a statué que la décision de ne pas octroyer d exemption ne reposait pas sur une justification suffisante. La Security Exchange Commission (SEC) des É.-U. n a pas encore donné suite à cette décision. Il est également possible que l obligation juridique de se conformer aux normes de déclaration obligatoire soit incompatible avec une clause de confidentialité dans un contrat. Il est proposé de ne pas accorder d exemption en vertu des normes de déclaration canadiennes. Échéanciers Les consultations de 2014 feront fond sur les consultations menées en Mars-avril 2014 Mars au 9 mai 2014 Consultations réalisées auprès d intervenants (en personne et par l entremise de vidéoconférences et de téléconférences). Affichage des documents de consultation sur le site Web du Gouvernement ouvert du Secrétariat du Conseil du Trésor afin que les intervenants puissent les commenter. Le résumé des consultations sera disponible sur le site Web du Conseil du Trésor. 9 mai 2014 Fermeture de la période de commentaires des intervenants portant sur la déclaration obligatoire le site Web du Gouvernement ouvert du 5

6 Secrétariat du Conseil du Trésor ; les documents de consultation demeureront sur le site. Si des normes équivalentes ne sont pas mises en œuvre par les provinces et les territoires, le gouvernement fédéral adoptera une loi au plus tard le 1 er avril 2015 pour faire avancer cette initiative. On prévoit que la législation sera élaborée selon le calendrier suivant : juin à août 2014 rédaction de la législation ; septembre 2014 dépôt du projet de loi à la Chambre des communes ; décembre 2014 étude du projet de loi au Parlement ; janvier à mars 2015 élaboration de la réglementation ; 1er avril 2015 adoption de la législation. Questions en vue de la consultation Considérations générales Quels avantages les informations sur les paiements versés par les sociétés extractives pourraient-elles présenter pour les sociétés extractives, le public et les collectivités autochtones? De quels éléments le gouvernement du Canada devrait-il tenir compte dans ses activités de communication? Entreprises tenues de produire une déclaration Les entreprises privées seront assujetties aux exigences de déclaration, ainsi que le prévoit la Directive sur la transparence de l UE. Quelle sera l incidence de l application de ce critère? Types de paiements Il est proposé que les paiements que les entreprises versent aux entités autochtones suivantes soient visés par les normes de déclaration : - organismes ou groupes autochtones ayant une compétence législative ou des mécanismes de gouvernance liés au secteur extractif (c.-à-d., mines, pétrole et gaz); - organismes autochtones constitués en vertu d une loi provinciale ou fédérale réalisant des activités dans le secteur extractif pour le compte de leurs bénéficiaires; - organismes ou groupes autochtones habilités à négocier des ententes juridiquement contraignants (p. ex., ententes sur les répercussions et les avantages) pour le compte de leurs membres. 6

7 De quelle façon les paiements versés à des entités autochtones étrangères devraient-ils être déclarés? Possibilité de conflits entre les lois Quelles sont les possibilités de conflit entre les normes de déclaration obligatoire proposées et les lois interdisant la divulgation dans les pays hôtes? Quels mécanismes ou stratégies pourraient contribuer à résoudre ces conflits? Quelles sont les possibilités de conflit entre le droit contractuel et les normes de déclaration obligatoire proposées? Quelles mesures pourraient être prises en ce qui concerne les clauses de confidentialité des ententes sur les répercussions et les avantages? Équivalence Quel est le meilleur moyen de s assurer d une équivalence avec les normes des autres états? Sur quels éléments ou format le modèle de déclaration commun devrait-il reposer? L exactitude des déclarations sera une facette importante pour assurer l intégrité de cette initiative. Quelles mesures doivent être adoptées afin de s assurer qu il n y ait pas de double comptabilisation? Sanctions Quelles sont les répercussions qui se rattachent à l imposition de sanctions en cas de nonrespect de l obligation de déclaration ou de présentation d une déclaration volontairement inexacte? Processus de déclaration En quoi consisterait un modèle pratique, et à quel moment les déclarations annuelles devraient-elles être présentées? Comment les informations pourraient-elle être rendues publiques? Plus particulièrement, comment faire en sorte qu elles puissent être aisément consultées par les groupes et les collectivités autochtones? Quelle serait la solution la plus simple afin que les entreprises puissent informer le gouvernement du Canada et le public qu elles ont rempli leur obligation de déclaration? Processus de vérification L option de faire vérifier les données de déclaration par une tierce partie est-elle viable? 7

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

La Dood-Franck Act et l obligation de divulgation dans les industries extractives

La Dood-Franck Act et l obligation de divulgation dans les industries extractives La Dood-Franck Act et l obligation de divulgation dans les industries extractives Kinshasa, du 19 au 30, 2011 Generic OBJECTIFS SESSION 1. Apercu de la loi américaine Dodd-Frank 2. Portée de la «Dodd-Frank

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Processus d approbation de l OCRCVM relatif au capital réglementaire selon les états financiers (également appelé capital réglementaire)

Processus d approbation de l OCRCVM relatif au capital réglementaire selon les états financiers (également appelé capital réglementaire) Processus d approbation de l OCRCVM relatif au capital réglementaire selon les états financiers (également appelé capital réglementaire) Foire aux questions (FAQ) Objet Nous avons préparé cette FAQ pour

Plus en détail

Actualité PME. FGL 13 Janvier 2016

Actualité PME. FGL 13 Janvier 2016 Actualité PME FGL 13 Janvier 2016 La nouvelle loi comptable luxembourgeoise : transposition de la Directive 2013/34 EU Le parlement luxembourgeois a adopté en décembre 2015 une loi transposant en droit

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Le 29 décembre 2015 1. Introduction Le personnel des Autorités canadiennes en valeurs mobilières

Plus en détail

Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal

Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal Canada : projet de règle nationale contre le chalandage fiscal Le 21 février 2014 N o 2014-13 Les multinationales établies à l étranger et les sociétés étrangères qui investissent au Canada ou par l intermédiaire

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains 1. Le présent document fournit un résumé général de la mesure dans laquelle on peut s attendre à ce que la convergence des normes canadiennes avec les normes internationales d information financière (International

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Introduction 17 Seuils relatifs à l examen 20 Généralités 24 Par Shanon Grauer INTRODUCTION Lois sur les investissements étrangers 19 La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations

États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations États financiers de la Caisse de retraite Régime de rentes de la sécurité publique des Premières Nations Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État de l actif net disponible pour le service des prestations

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LES COLLECTES DE FONDS

LIGNE DIRECTRICE SUR LES COLLECTES DE FONDS Objectifs 1 Les Ontariennes et Ontariens sont fiers de leur système d éducation publique et sont engagés à maintenir ses normes élevées qui fournissent à chaque élève la possibilité de réussir. La Province

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2014 C(2014) 9656 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2014 complétant la directive 2004/109/CE du Parlement européen et du Conseil en

Plus en détail

Consultations prébudgétaires. Mémoire. À l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Août 2011

Consultations prébudgétaires. Mémoire. À l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Août 2011 Consultations prébudgétaires Mémoire À l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2011 Association des commerçants de véhicules récréatifs (ACVR) du Canada Résumé Consultations

Plus en détail

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers

La réforme fiscale du Mexique aura une incidence sur les placements étrangers sur les placements étrangers Le 15 novembre 2013 Le Congrès du Mexique a récemment approuvé des mesures fiscales qui auront une incidence sur les placements effectués au Mexique par des entités étrangères,

Plus en détail

Note d orientation 7 sur la transparence des contrats

Note d orientation 7 sur la transparence des contrats Cette note est diffusée par le Secrétariat international de l'itie pour donner des conseils aux pays mettant en œuvre l'itie sur les moyens de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Le lecteur est

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015

Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015 Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015 J. Aidan O Neill Fasken Martineau DuMoulin, Ottawa ALAI Canada Assemblée générale annuelle Le 7 avril 2016, Montréal, Québec Introduction:

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES

INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES INSTRUCTION GÉNÉRALE RELATIVE AU RÈGLEMENT 52-107 SUR LES PRINCIPES COMPTABLES, NORMES DE VÉRIFICATION ET MONNAIES DE PRÉSENTATION ACCEPTABLES TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Résumé du budget du Québec de 2011

Résumé du budget du Québec de 2011 Résumé du budget du Québec de 2011 Le 17 mars 2011 Table des matières RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC DE 2011 Page INTRODUCTION... 1 1. MESURES RELATIVES AUX IMPÔTS... 1 1.1 Instauration d un crédit d impôt

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010.

Sauf indication contraire, les directives contenues dans cet avis reposent sur les normes IFRS en vigueur au 31 mars 2010. Avis relatif à la mise en application des Normes internationales d information financière : Pratiques comptables et normes relatives à la suffisance des fonds propres 1. Champ d application Cet avis s

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2016. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2016. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Comptables professionnels agréés du Canada 277, rue Wellington Ouest, Toronto (0ntario) Canada

Plus en détail

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE [BÉNÉFICIAIRE UNIQUE] III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

APPEL D OFFRES SUR INVITATION

APPEL D OFFRES SUR INVITATION APPEL D OFFRES SUR INVITATION PROJET : INFO-8 ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS INFORMATIQUES POUR LA COMMISSION SCOLAIRE AU COEUR-DES-VALLÉES CAHIER DES CHARGES DOCUMENT I APPEL D OFFRES APPEL D OFFRES «ACQUISITION

Plus en détail

Politique de communication de l information

Politique de communication de l information Politique de communication de l information de BCE Inc. et de Bell Canada August 7, 2014 V1.0 Secrétariat de la Société 6 août 2015 Pour usage interne Table des matières 1. APERÇU DE LA POLITIQUE... 3

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION DOCUMENT DE CONSULTATION PROPOSITION D UN MODÈLE DE SURVEILLANCE DES PLACEMENTS AXÉ SUR LE RISQUE POUR LA SUPERVISION DES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATION DÉTERMINÉE Commission des services financiers

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

Note d orientation 13 sur la définition de la matérialité, les seuils de déclaration et les entités déclarantes

Note d orientation 13 sur la définition de la matérialité, les seuils de déclaration et les entités déclarantes Cette note a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE pour apporter des conseils aux pays mettant en œuvre l ITIE sur la manière de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Les lecteurs

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

VERSION MODIFIÉE DE LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 16 DÉCEMBRE 2015 MODIFIANT LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 29 OCTOBRE 2015

VERSION MODIFIÉE DE LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 16 DÉCEMBRE 2015 MODIFIANT LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 29 OCTOBRE 2015 VERSION MODIFIÉE DE LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 16 DÉCEMBRE 2015 MODIFIANT LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 29 OCTOBRE 2015 Parts de série A, de série B, de série F et de série O (à moins d indication contraire)

Plus en détail

Positions administratives de l ARC sur l application aux contrats de réassurance des règles sur l importation pour les institutions financières

Positions administratives de l ARC sur l application aux contrats de réassurance des règles sur l importation pour les institutions financières Avis sur la TPS/TVH N o 287 Janvier 2015 Positions administratives de l ARC sur l application aux contrats de réassurance des règles sur l importation pour les institutions financières Le bulletin d information

Plus en détail

LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse

LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 7 décembre 2011 LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse Fiche documentaire : Initiatives canado-américaines Par-delà la frontière et du Conseil de coopération

Plus en détail

Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateursdebiens immobiliers et des autres activités liées à l immobilier

Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateursdebiens immobiliers et des autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateursdebiens immobiliers et des autres activités liées à l immobilier 2006. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Rapport d inspection de l Association canadienne des courtiers de fonds mutuels

Rapport d inspection de l Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Rapport d inspection de l Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Publié le 15 avril 2013 Table des matières I. Introduction... 1 1. Objectifs...1 2. Méthodologie...1 3. Forme du rapport...1

Plus en détail

Annexe 2 - Partie n 1 : DESCRIPTION DE L INSTRUMENT FINANCIER

Annexe 2 - Partie n 1 : DESCRIPTION DE L INSTRUMENT FINANCIER Annexe 2 - Partie n 1 : DESCRIPTION DE L INSTRUMENT FINANCIER 1. Introduction : Dans le cadre de la mise en œuvre de JEREMIE dans les États membres et les régions, le Fonds européen d'investissement (FEI)

Plus en détail

ANNEXE II LISTE DE BRUNEI DARUSSALAM

ANNEXE II LISTE DE BRUNEI DARUSSALAM ANNEXE II LISTE DE BRUNEI DARUSSALAM Secteur : Tous Obligations visées : Traitement national (article 9.4 et article 10.3) Prescriptions de résultats (article 9.10) Dirigeants et conseils d administration

Plus en détail

BUDGET FÉDÉRAL 21 AVRIL 2015

BUDGET FÉDÉRAL 21 AVRIL 2015 BUDGET FÉDÉRAL 21 AVRIL 2015 RÉSUMÉ Par : Service de fiscalité Page 2 TABLE DES MATIÈRES Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues dans le budget.

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2013

Consultations prébudgétaires 2013 Consultations prébudgétaires 2013 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Comptables professionnels agréés du Canada Association des comptables généraux accrédités

Plus en détail

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS Le ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) se fait un devoir de réduire les effets des activités d exploration et d exploitation des ressources

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et Les Organismes de réglementation des services d assurance au Canada (CISRO) Projet d examen de la mise en œuvre du Comité

Plus en détail

SECTION 4 de la LGFPN: ADMINISTRATION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS 13 janvier 2015. Amendement proposé à l article 57 de la LGFPN

SECTION 4 de la LGFPN: ADMINISTRATION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES NATIONS 13 janvier 2015. Amendement proposé à l article 57 de la LGFPN Amendement proposé à l article 57 de la LGFPN Inclure dans la définition de «recettes fiscales foncières» dans la section 57 de la LGFPN une référence à «paiements reçus d un gouvernement ou autre entité

Plus en détail

Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada.

Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada. Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada. La TD devient l une des principales banques émettrices de cartes de crédit au Canada. Il s agit d une

Plus en détail

NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous?

NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? Bienvenue au tour d horizon annuel de Deloitte des nouvelles et activités relatives aux Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé (NCECF),

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL DE LA MUNICIPALITÉ DE CANTLEY MUNICIPALITÉ DE CANTLEY

POLITIQUE D ACHAT LOCAL DE LA MUNICIPALITÉ DE CANTLEY MUNICIPALITÉ DE CANTLEY POLITIQUE D ACHAT LOCAL DE LA MUNICIPALITÉ DE CANTLEY MUNICIPALITÉ DE CANTLEY Adoptée au conseil municipal du 13 janvier 2015 Résolution numéro 2015-MC-R030 POLITIQUE D ACHAT LOCAL DE LA MUNICIPALITÉ DE

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA CRÉATION D OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE

LIGNES DIRECTRICES POUR LA CRÉATION D OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE LIGNES DIRECTRICES POUR LA CRÉATION D OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE OFFICES DE PROMOTION ET DE RECHERCHE 1 Les présentes lignes directrices donnent un aperçu des buts et des avantages de la création

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse

Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse Programme Partenariats entrepreneuriat jeunesse (PEJ) Appel de propositions Construire un écosystème dynamique propice à l entrepreneuriat jeunesse 1.0 CONTEXTE Le programme Partenariats entrepreneuriat

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

Communiqué de presse LUNETTERIE NEW LOOK INC. ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL

Communiqué de presse LUNETTERIE NEW LOOK INC. ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL Communiqué de presse ANNONCE SES RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE TERMINÉ LE 28 MARS 2015 AINSI QUE SON DIVIDENDE TRIMESTRIEL Montréal, Québec, 6 mai 2015 : Lunetterie New Look Inc. (TSX: BCI) («New Look»)

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS PARTICULIÈRES BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE PHASE DE RETOUR III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l'article II.1, les définitions suivantes s'appliquent

Plus en détail

Loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif Lignes directrices 7/13/2015 POUR CONSULTATION

Loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif Lignes directrices 7/13/2015 POUR CONSULTATION Loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif Lignes directrices 7/13/2015 Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de Ressources naturelles Canada, 2015 Table

Plus en détail

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC

MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC BUDGET FÉDÉRAL 2016 MESURES IMPACTANT LES FABRICANTS DE MEUBLES DU QUÉBEC Le présent document résume les mesures annoncées dans le budget fédéral 2016 2017 déposé le 22 mars dernier et qui pourraient toucher

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 2015 et 2014 (non audités et non examinés par les auditeurs indépendants) États consolidés intermédiaires

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Approbation du modèle de tarification applicable à la réglementation des marchés de titres de créance

Approbation du modèle de tarification applicable à la réglementation des marchés de titres de créance Avis administratif Avis d approbation Destinataires à l interne: Finances Haute direction Personne-ressource : Keith Persaud Premier vice-président aux finances et à l administration 416 865-3022 kpersaud@iiroc.ca

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK

GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK GUIDE DU PROCESSUS D APPROBATION DES ACTIVITÉS MINIÈRES AU NOUVEAU-BRUNSWICK TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. COMITÉ PERMANENT DES MINES ET DE L ENVIRONNEMENT... 1 3. LE PROCESSUS D APPROBATION...

Plus en détail

3 octobre 2006 IMMÉDIATE

3 octobre 2006 IMMÉDIATE 3 octobre 2006 COMMUNIQUÉ POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Diffusion restreinte au Canada uniquement. Ce communiqué ne doit faire l objet d aucune diffusion aux États-Unis par l entremise d agences de transmission.

Plus en détail

Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de l information

Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de l information Politique sur la présentation de Dernière approbation : 26 août 2015 1 de 13 Sommaire La Banque CIBC s'engage à ce que les normes de présentation de soient uniformes afin que les renseignements importants

Plus en détail

Coordination des politiques internationales Citoyenneté et Immigration Canada

Coordination des politiques internationales Citoyenneté et Immigration Canada COMMENTAIRE DU GOUVERNEMENT DU CANADA SUR LE LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE : UNE APPROCHE COMMUNAUTAIRE DE LA GESTION DES MIGRATIONS ÉCONOMIQUES Coordination des politiques internationales Citoyenneté

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

D-FENSE CAPITAL LTÉE

D-FENSE CAPITAL LTÉE (une société de capital de démarrage) RAPPORT DE GESTION Pour les périodes de trois mois et six mois closes le 31 mars 2012 (deuxième trimestre) La présente analyse par la direction en date du 29 mai 2012

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds équilibrés Fonds de revenu mensuel TD Fonds de revenu équilibré TD Fonds de revenu mensuel diversifié TD Fonds de croissance équilibré TD Fonds de revenu de dividendes

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité de l information financière et non financière Mars 2012

Plus en détail

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN

ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN ORDRE DE LA CHAMBRE RENVOYANT LE PREMIER RAPPORT DU COMITÉ : AECG ET SES EFFETS SUR LE SECTEUR AGRICOLE CANADIEN PRÉSENTATION AU COMITÉ PERMANENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE DE LA CHAMBRE

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL

États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL États financiers consolidés intermédiaires résumés FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER NOBEL Non audité, 30 septembre et 2014 Table des matières État consolidé intermédiaire résumé de la situation financière...1

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-quinzième session 195 EX/5.INF.2 PARIS, le 24 septembre 2014 Anglais et français seulement Point 5 de l'ordre du jour provisoire PLAN D ACTION RÉVISÉ EN VUE DE L AMÉLIORATION

Plus en détail

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des services Mai 2011 Consultation publique Modes de financement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CES/GE.41/2015/9 Conseil économique et social Distr. générale 16 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Quelles réserves ou mesures non conformes pensez-vous incorporer au calendrier d investissement?

Quelles réserves ou mesures non conformes pensez-vous incorporer au calendrier d investissement? Questions soumises au gouvernement du Nouveau-Brunswick à l égard des négociations entre le Canada et l UE en matière de l accord économique commercial global 1 La Fédération des travailleurs et travailleuses

Plus en détail

Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance. Quantité - 1 200 GWh par année

Durée - Dix ans à compter de la date de délivrance. Quantité - 1 200 GWh par année Dossier : 6200-D059-1 Le 16 mai 2002 M me Mary Breitling Dynegy Power Marketing, Inc. Suite 5800 1000 Louisiana Street Houston, Texas 77002-5050 U.S.A. Télécopieur : (713) 507-6504 Madame, Demande de permis

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-001 Dernière modification : 28 juillet 20 Page 2 de 12 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 3 SECTION

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

COLABOR DOUBLE SES VENTES ET SON BÉNÉFICE AVANT FRAIS FINANCIERS ET AMORTISSEMENTS

COLABOR DOUBLE SES VENTES ET SON BÉNÉFICE AVANT FRAIS FINANCIERS ET AMORTISSEMENTS 25 avril 2007 COMMUNIQUÉ POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Diffusion restreinte au Canada uniquement. Ce communiqué ne doit faire l objet d aucune diffusion aux États-Unis par l entremise d agences de transmission.

Plus en détail

Organismes sans but lucratif : Nouvelles

Organismes sans but lucratif : Nouvelles Décembre 2010 www.bdo.ca Certification et comptabilité Organismes sans but lucratif : Nouvelles orientations En décembre 2010, le Conseil des normes comptables (CNC) et le Conseil sur la comptabilité dans

Plus en détail

Trusts internationaux à Chypre

Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux chypriotes critères de qualification La Loi sur les trusts internationaux de 1992 complète la Loi sur les fiduciaires, elle-même basée sur la Loi britannique

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

RCSF du 26 novembre 2015 (Mém. n 224 du 02 décembre 2015, p.4827)

RCSF du 26 novembre 2015 (Mém. n 224 du 02 décembre 2015, p.4827) Règlement CSSF N 15-03 - Fonds d'investissement alternatifs Règlement CSSF N 15-03 arrêtant les modalités d'application de l'article 46 de la loi du 12 juillet 2013 relative aux gestionnaires de fonds

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

T2 2014. Données financières complémentaires. Pour le trimestre clos le 30 avril 2014

T2 2014. Données financières complémentaires. Pour le trimestre clos le 30 avril 2014 Données financières complémentaires Pour le trimestre clos le 30 avril 2014 T2 2014 www.bmo.com/relationsinvestisseurs SHARON HAWARD-LAIRD Chef Relations avec les investisseurs 416-867-6656 sharon.hawardlaird@bmo.com

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail