OBSERVATION ET STATISTIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBSERVATION ET STATISTIQUES"

Transcription

1 COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier trimestre est caractérisée par des tendances différenciées sur les marchés du neuf et de l ancien. L offre de logements neufs en commercialisation décroît pour s adapter à la demande qui stagne depuis le premier trimestre. Les autorisations et les mises en chantier restent orientées à la baisse au premier trimestre, mais marquent une inflexion. Dans l ancien, la reprise des transactions se confirme alors que les prix se stabilisent (+, % au premier trimestre). Le flux de crédits nouveaux à l habitat est en baisse de 7 % sous l effet de la diminution sensible du volume de renégociations de crédit. Parallèlement, Le marché du neuf orienté à la baisse Les promoteurs immobiliers réduisent leur offre de logement Face à la baisse des ventes aux particuliers depuis le début de l année, les promoteurs ont ajusté leurs mises en ventes afin de contenir la progression de l encours de logements invendus. En effet, au premier trimestre, le nombre de logements réservés à la vente se replie pour atteindre un niveau de logements, soit,8 % de moins que le trimestre précédent. Parallèlement le nombre de logements mis en vente se réduit à 9 8 unités, en baisse de, % par rapport au quatrième trimestre. Dans un marché en ralentissement, les annulations de réservation et les abandons de programme ont progressé d environ % sur un an. Au total, l encours de logements proposés à la vente est en légère baisse de,5 % au premier trimestre. Il demeure au dessus des unités depuis un an pour s établir à logements. Graphique : commercialisation des logements neufs aux particuliers Logements Mises en vente, ventes Encours Mises en vente Ventes Encours de logements proposés à la vente 8 Source : SOeS, ECLN Voir Chiffres & statistiques Commercialisation de logements la stabilité des taux, combinée au rebond de la durée d emprunt, participe à l amélioration de la capacité d investissement des ménages, mais elle intervient dans un contexte conjoncturel qui pèse sur leurs décisions d investissement. L activité des entreprises du bâtiment est orientée à la baisse et l emploi se replie. Leurs perspectives d activité sont également dégradées à court terme, même si le jugement sur les carnets de commande est plus favorable qu au trimestre précédent. À plus long terme, des incertitudes pèsent sur les projets de nouveaux programmes mis à l étude par les promoteurs immobiliers. Parallèlement, le délai d écoulement moyen d un appartement se stabilise à, trimestres (contre,5 trimestres un an plus tôt). Graphique : délais d écoulement des stocks d appartements Trimestres 5 Appartements Source : SOeS, ECLN La baisse de la construction de logements neufs s atténue En intégrant la construction individuelle et le logement social, le nombre de mises en chantier (y compris construction sur existant) se contracte. En effet, la baisse engagée au milieu de l année se poursuit au premier trimestre (-, %), mais à un rythme plus faible qu au trimestre précédent (- 5,9 %). Les autorisations de logements suivent également cette tendance avec une baisse atténuée : -,9 % par rapport au trimestre précédent, après - 7, %. Voir Chiffres & statistiques Construction de logements Service de l observation et des statistiques

2 Chiffres & statistiques n 58 juillet Graphique : autorisations et mises en chantier de logements CVS lissée (France entière) Logements CVS lissée, date de prise en compte Les prix de la construction neuve se maintiennent Sur un an, les prix sont relativement stables. Le coût des facteurs de production est en légère baisse : l index BT perd, % par rapport au premier trimestre. Dans le même temps, le prix de la construction, intégrant la marge des constructeurs, progresse légèrement de, %. Enfin le prix des transactions, intégrant notamment les charges foncières augmente : l indice du prix des logements neufs est en hausse de, % en glissement annuel Source : SOeS, Commencés Autorisés Cumulé sur un an, un peu plus de logements ont été autorisés. Ce plancher n avait pas été atteint depuis le début de l année. Si le taux d annulation restait stable, cette baisse des autorisations pourrait alors se traduire par la poursuite du recul des mises en chantiers. Graphique 5 : indices de prix et de coût dans la construction Évolution annuelle en % (T/T-) 9 - Graphique : autorisations et mises en chantier de logements (France entière) Logements cumulés sur un an, date de prise en compte - Indice des prix de production Prix des logements neufs (IPLN) Index BT Commencés Autorisés Source : SOeS, Dans l ancien, la reprise des transactions se confirme et les prix restent stables La reprise des ventes de logements anciens se confirme Le nombre de transactions de maisons et d appartements poursuit sa hausse entamée au début de l année. Cumulé sur un an, le nombre de transactions s est élevé à 7, en augmentation de,5 % par rapport au cumul sur un an au premier trimestre et de,9 % par rapport au trimestre précédent. Le nombre de transactions reste cependant inférieur au plateau de plus de 8 ventes annuelles observé entre et 7. Graphique : nombre de transactions dans l ancien Logements cumulés sur un an Nombre de transactions Source : CGEDD, d après DGFiP et Bases Notariales Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

3 Chiffres & statistiques n 58 juillet Les prix se stabilisent La reprise des ventes dans l ancien se traduit par une stabilisation des prix. Après plusieurs trimestres de légère baisse, l indice Notaires-Insee est quasiment stable à +, % par rapport au trimestre précédent. En glissement annuel, les prix en France métropolitaine diminuent de, %. Cette baisse concerne à la fois la province (-, %) et de façon plus marquée l Île-de-France (-,5 %). En Ile-de-France, le prix des appartements baisse deux fois moins rapidement que celui des maisons individuelles : -, % contre -, %. Graphique 7 : indice Notaires-Insee des prix des logements anciens Évolution annuelle en % (T/T-) Source : Notaires-Insee Île-de-France France métropolitaine Province Les conditions de financement se maintiennent à des niveaux historiquement bas Les taux d intérêt conservent leurs niveaux historiquement bas Les taux fixes des crédits à l habitat se sont établis en moyenne à, % au premier trimestre, stables par rapport au trimestre précédent. Les taux fixes se maintiennent donc après une baisse continue depuis le deuxième trimestre. Il en est de même pour les taux variables qui s établissent désormais à,8 %, contre, % un an auparavant. Le taux de l OAT ans, qui avait fortement diminué entre le troisième trimestre et le quatrième trimestre, se maintient aux environs des, %, avec une baisse en fin de trimestre (, % en mars). La durée des crédits repart à la hausse La durée initiale moyenne des crédits immobiliers hors prêts relais repart à la hausse ce trimestre pour s établir à mois contre le trimestre précédent. Combinée à la stabilité des taux (voir supra), l augmentation de la durée des crédits entraîne une hausse de la capacité d emprunt des ménages. En effet, un ménage qui pouvait s endetter à hauteur de 5 le trimestre précédent, peut désormais emprunter, à mensualités identiques, 5 8 soit une progression de, %. En intégrant les prêts relais, la durée moyenne suit la même évolution, la part des prêts relais dans l ensemble des crédits étant stable (,8 %). Graphique 8 : taux d intérêt effectifs des crédits à l habitat et de l OAT ans En % 5,5,5,5,5 Graphique 9 : durée initiale moyenne des crédits à l habitat En mois Taux fixes OAT ans Taux variables Ensemble des crédits à l'habitat Crédits à l'habitat hors prêts relais Source : Banque de France, calculs SOeS Source : Banque de France Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

4 Chiffres & statistiques n 58 juillet Reprise du volume de crédits net des remboursements Le volume des crédits nouveaux à l habitat (y compris renégociations) est de nouveau en baisse ce trimestre à 9,7 milliards d euros contre 5,8 au quatrième trimestre, soit une diminution de 7 %. Ce repli est essentiellement dû à la forte baisse du volume des renégociations qui avaient contribué à la nette progression des flux de nouveaux crédits depuis le début de l année. Apuré des effets des renégociations et diminué des remboursements de capitaux, le flux net de crédits est en hausse pour s établir à 7, milliards d euros contre 5, milliards le trimestre précédent. Légère détente des conditions d octroi Les établissements de crédits font état d une quasi-stabilité de la demande après la baisse du quatrième trimestre. Le solde d opinion des banques se situe désormais à -,, après - 8,5 au quatrième trimestre. Parallèlement, après plusieurs trimestres de resserrement, les banques maintiendraient leurs critères d octroi : le solde d opinion est nul au premier trimestre. Enfin, les banques indiquent que leurs marges sur les prêts à l habitat continueraient de se réduire, avec un solde d opinion à -,8 après - 8,7. Graphique : flux de crédits à l habitat des particuliers Milliards d euros, CVS-CJO Graphique : critères d octroi et demande de crédits à l habitat Solde d opinion des banques (en %) Crédits nouveaux 5 Crédits nets des remboursements 8 Crédits nouveaux Crédits nouveaux nets des remboursements Source : Banque de France 8 + resserrement + augmentation - - diminution assouplissement -8 - Critères d'octroi Demande de crédits Source : Banque de France Évolution des loyers Au quatrième trimestre, les loyers des résidences principales de l ensemble du parc décélèrent : le glissement annuel de l indice s établit à +, % après +, % le trimestre précédent. De même, l indice de référence des loyers, établissant le plafond de revalorisation des loyers en cours de bail, est en décélération à +, %. L indice de prix à la consommation progresse moins vite que les loyers, à +,7 % par rapport au premier trimestre. L évolution des loyers reste durablement dans une fourchette de + % à + % depuis le premier trimestre. Graphique : indices de prix dans le marché locatif Évolution annuelle en % (T/T-),5,5,5 -,5 - Indice Réference Loyers (IRL) Loyers (IPC loyers) Prix à la Consommation (IPC) Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

5 Chiffres & statistiques n 58 juilet L activité est déprimée dans le bâtiment mais moins dans les activités immobilières Amélioration contrastée dans les activités immobilières En lien avec l augmentation des transactions dans l ancien, les créations d entreprises dans les activités immobilières (y compris auto-entrepreneurs) sont en hausse de 5, % par rapport au trimestre précédent. Hors auto-entreprises, le niveau des créations est cependant en baisse de,5 %. En glissement annuel, la reprise est plus marquée avec +, % dans l ensemble et +, % hors auto-entreprises. Néanmoins, l emploi salarié, plus rigide, poursuit sa baisse engagée au deuxième trimestre, avec employés à la fin du premier trimestre, en diminution de,8 % en glissement annuel. Graphique : climat des affaires et capacités de production dans le bâtiment Indice normalisé (moyenne, écart-type ), en %, CVS Climat des affaires TUC (en %) Graphique : créations d entreprises et emploi salarié des activités immobilières Milliers d entreprises, milliers d employés en fin de trimestre, CVS Créations d'entreprises Emploi salarié 9 88 Climat des affaires Taux d'utilisation des Capacités de production Créations d'entreprises - Activités immobilières Emploi salarié - Activités immobilières Source : Insee, Dares, Banque de France L emploi se contracte dans la construction Fin mars, l emploi salarié dans le secteur de la construction hors génie civil poursuit la baisse tendancielle entamée à la fin de l année 8 : il perd, % par rapport à décembre pour s établir à milliers de salariés. Il en est de même pour l intégralité du secteur de la construction qui perd près de salariés en un an. L emploi intérimaire, plus sensible aux fluctuations conjoncturelles, repart nettement à la baisse au premier trimestre (-, %) dans l ensemble de la construction (y compris génie civil). Ce recul de l intérim a pu être amplifié par le cycle électoral. Le climat des affaires se détériore L indicateur du climat des affaires confirme la situation dégradée dans l industrie du bâtiment : après un rebond au quatrième trimestre, l indicateur perd,7 point pour s établir à 9, points au premier trimestre. Il reste, par ailleurs, près de 7 points en dessous de sa moyenne de long terme. Le taux d utilisation des capacités de production (TUC) se replie de nouveau ce trimestre : il perd, point pour s établir à 85,9 %. Par rapport au premier trimestre, la baisse est légèrement plus marquée avec -, point. Graphique 5 : emploi salarié et intérimaire dans la construction Milliers d employés en fin de trimestre, CVS Emploi salarié Emploi intérimaire 5 5 Salarié - Construction Salarié - Construction hors génie civil Interim - Construction Source : Insee, Dares Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques 5

6 Chiffres & statistiques n 58 juillet Perspectives d activité dégradées à court terme, incertitudes à plus long terme Des perspectives d activité dégradées à court terme Selon les entrepreneurs du bâtiment, les perspectives d activité au cours des trois prochains mois sont légèrement plus dégradées que le trimestre précédent. Bien que toujours inférieur à sa moyenne de long terme (située à - 5 points), le solde d opinion passe, sur un trimestre, de - à - 8 points. Il en est de même pour les effectifs qui pourraient se réduire à un rythme plus élevé que le trimestre précédent en raison d un solde d opinion à - 9 points en diminution de 5 points par rapport au trimestre précédent Graphique : tendance d évolution prévue des effectifs et de l activité dans le bâtiment Solde d opinion des entrepreneurs (en %), CVS - Les carnets de commandes sont moins dégradés Dans l industrie du bâtiment, les perspectives à moyen terme sont moins dégradées. Les chefs d entreprise jugent en effet leurs carnets de commandes en légère amélioration au premier trimestre. Toutefois, le solde d opinion reste dégradé : - points, soit près de points en dessous de sa moyenne de longue période. Graphique 8 : jugement sur les carnets de commande dans le bâtiment Solde d opinion des entrepreneurs (en %), CVS Tendance d'évolution prévue des effectifs Tendance d'activité prévue Jugement sur le niveau du carnet de commande Les anticipations de mises en chantier dans la promotion immobilière sont de nouveau orientées à la baisse. Après une amélioration au mois de janvier, les perspectives de mises en chantier dans les trois prochains mois se dégradent de nouveau en avril pour se situer à 5 points freinées par les perspectives des logements destinés à la vente. Les perspectives de mise en chantier de logements destinées à la location seraient meilleures. Incertitudes à plus long terme D un trimestre l autre, les perspectives de long terme sont fluctuantes. La part des promoteurs immobiliers désirant mettre à l étude de nouveaux projets a fortement rebondi en janvier (+ points) pour atteindre les 58 %, Elle est cependant retombée dès avril à 55 %, se situant 9 points en dessous de sa moyenne de longue période. Cela fait maintenant deux ans que cet indicateur reste sous la barre des %. Graphique 7 : perspectives de mises en chantier des promoteurs Solde d opinion des entrepreneurs (en %), CVS Graphique 9 : part des promoteurs immobiliers désirant mettre à l étude de nouveaux programmes En %, CVS Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr 5 Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Jul Oct Jan Avr Ensemble des logements Destinés à la vente Destinés à la location Pourcentage d'entreprises désirant mettre à l'étude de nouveaux programmes Source : Insee Source : Insee Commissariat général au développement durable - Service de l observation et des statistiques

7 Chiffres & statistiques n 58 juillet Méthodologie Champs et sources L ensemble des données utilisées pour la constitution de cette note de conjoncture proviennent de l Insee, de la Banque de France, de la Dares et d enquêtes menées par le Service de l observation et des statistiques (SOeS). Certains indicateurs reflètent des champs spécifiques qui sont explicités dans le Bulletin trimestriel des statistiques sur le logement et la construction (BTSLC). Révisions des données Certaines données peuvent être révisées sur plusieurs trimestres. C est le cas notamment des estimations flash de l emploi par l Insee, des transactions et des prix dans l ancien, des résultats de la commercialisation ou encore du volume des crédits à l habitat. Les indicateurs soumis à révisions sont revus chaque trimestre afin d en améliorer la qualité. Définitions Activité des entreprises Construction : construction de bâtiments, promotion immobilière, génie civil, travaux de construction spécialisés. Industrie du bâtiment : construction de bâtiments, démolition, installation, finition. Crédits nets à l habitat : montant des crédits à l habitat contracté par les ménages apuré des renégociations et diminué des remboursements d actif. Crédits nouveaux à l habitat : montant des crédits à l habitat enregistré en actif par les banques. Celui-ci inclut donc les nouveaux achats mais également les renégociations de crédits. Glissement annuel : le glissement annuel d une série à une période P de l année N correspond au taux d évolution entre cette même période (P) un an auparavant (année N-) et la période P de l année N. Indice IRL : l indice de référence des loyers (IRL) fixe le plafond d augmentation annuelle des loyers que peuvent exiger les propriétaires. Il correspond à la moyenne sur mois de l indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers. Indices ICC et BT : la dénomination «indice du coût de la construction» est impropre puisque l ICC est un indice de prix reflétant les transactions conclues entre les maîtres d ouvrage et les entreprises assurant les travaux de bâtiment. Le coût de la construction proprement dit est appréhendé par d autres indicateurs, notamment les «index BT» (dont le BT). Correction des variations saisonnières et des jours ouvrables, et CVS lissée Bien souvent, les séries reflétant une activité socio-économique sont sensibles aux saisons ou au nombre de jours ouvrables contenu dans la période. La série corrigée des variations saisonnières (CVS) et/ou corrigée du nombre de jours ouvrables (CJO), construites à partir de la série initiale dite «série brute», permet de neutraliser l effet régulier des saisons pour mieux faire ressortir à la fois les tendances de fond et les évolutions exceptionnelles. Contrairement au glissement annuel, la CVS permet de comparer directement chaque période avec la période précédente. Une série brute ne comportant aucune saisonnalité sera notée comme une série CVS à coefficients nuls. La technique peut être complétée, pour en améliorer encore la lisibilité, par une moyenne mobile qui permet de faire ressortir l évolution de fond, c est-à-dire la tendance, de la série. Pour en savoir plus, consultez le site rubrique glossaire. Diffusion La note de conjoncture de l immobilier du trimestre T est publiée durant la deuxième semaine du premier mois du trimestre T+. Les valeurs des séries et les informations complémentaires sont disponibles dans le Bulletin trimestriel des statistiques sur le logement et la construction (BTSLC) publié au même moment. Chiffres & statistiques Mohamed SEKOURI Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques Tour Voltaire 955 La Défense cedex Mel : Directeur de la publication Sylvain Moreau ISSN : -78 SOeS

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014

Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 COMMISSARIAT Général au développement durable n 621 Mars 2015 Indices des prix du transport de fret et de l entreposage au quatrième trimestre 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES transport Les prix du transport

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Le financement de l habitat en 2013

Le financement de l habitat en 2013 Le financement de l habitat en 2013 n 32 Juillet 2014 1 SOMMAIRE 1. CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ DES CRÉDITS À L HABITAT 6 1.1. Reprise de l activité dans un contexte de baisse des prix 6 1.2. Fort rebond

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015 Trimestriel n 42 Octobre 214 Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 21 Le marché résidentiel continue à se corriger lentement. La baisse reste modérée, beaucoup plus que dans la plupart des

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 411 Avril 13 Conjoncture énergétique Février 13 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT La production d énergie primaire du mois de février recule de 3,2 %

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008

FAITS MARQUANTS DU 1 er TRIMESTRE 2008 SOMMAIRE Faits marquants du 1 er trimestre 2008 2 Analyse de la production Locindus au 31 mars 2008 3 Analyse des activités 4 Analyse des comptes de résultats 5 Finance et trésorerie 7 Comptes consolidés

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011

Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011 Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011 n 8 juillet 2012 1 Résumé : Selon l Enquête annuelle sur le financement de l habitat, l encours total de prêts à l habitat des 16 établissements

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

CA CEBATRAMA. 10 décembre 2014 PRESENTATION

CA CEBATRAMA. 10 décembre 2014 PRESENTATION CA CEBATRAMA 10 décembre 2014 CONJONCTURE TP 2014 2 TRAVAUX REALISES : L ACTIVITE POURSUIT SA BAISSE AU 3T 2014/13 12,0 11,5 11,0 milliards d'euros constants - prix 2013 2011 2012 2013 2014 +4,3% -1,7%

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE 214 TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE Comité de suivi de la réforme de l usure Code courrier : 43-253 31 rue Croix-des-Petits-Champs

Plus en détail

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ

COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 5 L'ACTIVITÉ DE LA COUVERTURE ET ÉTANCHÉITÉ... 8 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Études. Y a-t-il un risque de bulle immobilière en France?

Études. Y a-t-il un risque de bulle immobilière en France? Selon la définition de Joseph Stiglitz, on peut qualifier de «bulle spéculative» un état du marché dans lequel «la seule raison pour laquelle le prix est élevé aujourd hui est que les investisseurs pensent

Plus en détail

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES

L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES L ACCES AU CREDIT BANCAIRE DES ENTREPRISES Banque de France DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES MONETAIRES ET FINANCIERES DIRECTION DES ENQUETES ET DES STATISTIQUES SECTORIELLES

Plus en détail

LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS

LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS OBSERVATOIRE DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE 20 LE MARCHÉ DES BUREAUX DE L'AGGLOMÉRATION DE TOURS Les des conseils en immobilier d'entreprise et opérations en comptes propres au sein de l'agglomération de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

Les actifs financiers les plus couramment

Les actifs financiers les plus couramment 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus sont exonérés d impôt et

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

LE PRIX DE L IMMOBILIER D HABITATION SUR LE LONG TERME

LE PRIX DE L IMMOBILIER D HABITATION SUR LE LONG TERME LE PRIX DE L IMMOBILIER D HABITATION SUR LE LONG TERME Cours - Immobilier 2015 - ENPC. J. Friggit (CGEDD). Les points de vue exprimés n engagent que le conférencier. http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/prix-immobilier-evolution-1200-2015-a1048.html

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire 9 janvier 1 Cycle de l immobilier résidentiel au Québec : bien différent de celui du Canada L an dernier, le marché de l habitation au pays a continué de défier à la hausse les pronostics tant au niveau

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

(Bâtiment Basse Consommation)

(Bâtiment Basse Consommation) PREMELY Habitat 3 BBC (Bâtiment Basse Consommation) SCPI DE TYPE «SCELLIER BBC» Prorogation de la commercialisation jusqu au 20 décembre 2012. La période de souscription de PREMELY Habitat 3 BBC, prévue

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

Le bilan économique. Malgré quelques signes encourageants, l économie rhônalpine ne décolle pas

Le bilan économique. Malgré quelques signes encourageants, l économie rhônalpine ne décolle pas Le bilan économique Malgré quelques signes encourageants, l économie rhônalpine ne décolle pas L es différentes analyses de ce bilan économique 2014 ont été rédigées par l'insee avec la contribution de

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

D immobilier. en ile-de-france. Un marché du logement à plusieurs vitesses? www.notaires.paris-idf.fr. Février 2014

D immobilier. en ile-de-france. Un marché du logement à plusieurs vitesses? www.notaires.paris-idf.fr. Février 2014 D immobilier en ile-de-france Un marché du logement à plusieurs vitesses? Février 2014 www.notaires.paris-idf.fr sommaire introduction 4 partie 1 se loger en île-de france 6 660 000 nouveaux habitants

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail